Jump to content
Status Updates

mentalist2

CPiste
  • Content count

    375
  • Joined

  • Last visited


Je les aime

Je ne les aime pas trop


Ils m'aiment

Ils ne m'aiment pas trop

Reputation Activity

  1. Like
    mentalist2 reacted to RakamLeRouge for a blog entry, Des début Mitigés   
    Voila, après des semaines de formation, j'ai obtenus mon agrément qui me permet d'être croupier et ce définitivement. J'arrive donc avec mon équipe débutante comme moi le Samedi soir pour notre premier tournois a 21h00 celui-ci seras un tournois à 300€ tournois satellite pour le gros tournois de fin Novembre le WiPT à 1200€. Il y a plus de 70 joueurs inscrit, ce seras un re-entry.
    Il est 20h45, nous descendons tous, nous sommes 8 nouveaux croupiers à commencer ce soir et nous devrions dealer tous le tournois. Rencontre avec le floor, dernières explications et nous voila installés chacun à une table avec un dealer "confirmé" derrière pour nous aider et nous donner quelques conseil. J'ai chatter la table 27, s’assoit à ma table plusieurs joueuse et quelques joueurs, pas mal de régulier à voir leurs discutions, tous se connaissent. Il est 21h00, le Shuffle up and deal résonne et me voila à lancer les premières cartes, je sait au fond de moi que les premiers coups serons déterminants à me mettre dans le bain et à avoir confiance en moi. Les premiers coups se passe très bien, aucune erreur que ce soit dans le jeu, les remarques faites aux joueurs ou dans les lectures de board. Au bout de 20 minutes, première relève et première pause, on monte en salle de pause pour faire un peu baisser la pression. Un verre de Coca, on redescend avec les 2 autres croupier en pause et on repars pour une rotation de 3 tables jusqu'au break. Encore une fois tous se passe bien, j'entend des réflexions sur le fait que l'on soit que des nouveaux, des remarques sympas pour certains qui disent que faut nous laisser le temps, que c'est comme le permis, on nous apprend à conduire mais une fois qu'on a le permis on est pas des as du volant et que c'est pareil avec le temps on avanceras. Le tournois avance et j'ai l'impression d'être de mieux en mieux, un peu long, un peu d'erreur mais rien de grave, les joueurs sont au final plus cool que ce que je pensais, essaye de nous aider quand ils voient que j'ai un peu de mal, me rassure sur le fait que faut bien débuter, certains me disent de prendre mon temps et de souffler que tout se passeras bien. Nous avons subis une abandon dans la première heure d'un croupier débutant de notre équipe, c'est dommage, mais nous ne sommes plus que 7. Il est 3h du matin, le tournois viens de se terminer avec 20 tickets distribués c'est donc une fin de journée pour nous mais pas pour deux croupiers débutant qui vont finir la nuit en Cash Game avec un population qui il me semble est bien différente. J'aide à la création des stacks pour le tournois du lendemain (Je Déteste le Dimanche) qui débuteras à 17h et qui semblerais auras un field bien plus grand. Il est 5h l'heure d'aller se coucher après une première journée ou j'ai l'impression d'avoir évoluer mais qui semble ne pas suffire au vus des demandes ultra importante des joueurs.
    Dimanche 16h00, j'arrive avec mon équipe au complet encore, on discute de nos impression de la veille, certain stress encore, d'autre comme moi non, on revient sur la nuit des deux qui ont été en cash, l'un nous dis que ça c'est bien passer, l'autre que ça a été plus compliquer qu'il a fait beaucoup d'erreurs et a beaucoup stresser. On descend, nouveau floor, nouveau tournois, nouvelle structure avec dealer bonus, tous les joueurs à ma table l'on pris, c'est cool, je les remercie donc, je les laisse s'installer, je les écoute parler de foot, des fermetures des autres cercles, du Grand Paris, du tournois de la veille. On voit que ma table est très hétérogène, un jeune avec des écouteurs, une mamie bien propre sur elle mais habituée des lieux, une jeune joueuse régulière aussi avec lunettes, un joueur âgé, il y a vraiment de tout à la table. Le premier niveau, la première rotation tous se passe très bien, le break arrive. Après la pause première erreur, j'ai laisser des cartes à des joueurs qui étaient absent et du coup miss deal les joueurs refusant de me donner leurs cartes. Tous le tournois se passe bien, c'est cool, je m'amuse bien ce soir malgré la pression des joueurs. Il est 1h du matin, ma journée est terminée, je m'en vais enfin, journée dure et fatigante vivement que je trouve mon lit.
    Voila pour mes début, j'ai aussi dealer hier soir dans le tournois Bounty je ferais le CR dans mon prochain ticket avec celui de ce soir et celui de demain en attendant le Ladies de Samedi.
     
    GL aux tables & HF !
     
    Ps : Essayer d'être sympas avec nous les débutants quand vous êtes à une table, dites vous qu'on vas s'améliorer et que vous comme nous avons besoin les uns des autres.
  2. Like
    mentalist2 reacted to ArtPlay for a blog entry, Ma vie en Oz'   
    Salut cher lecteur,

    Tu t’es peut-être demandé pour quelle raison, bien qu’étant désormais installé en Australie depuis un peu plus de trois mois, je n’avais toujours strictement rien publié ici sur ma palpitante nouvelle vie.

    Je déconne, on sait tous très bien que personne ici n’attend désormais plus rien de mon légendaire dilettantisme. Mais à dire vrai, cette question, je me la suis moi-même posée. Comment, pourquoi n’ai-je pas encore trouvé le temps ou la motivation de délivrer un petit point sur ma nouvelle vie aux antipodes ?

    On pourrait s’imaginer que je sois trop occupé à découvrir les quatre coins du pays, ce qui me prendrait pas mal de temps, l’Australie étant un put*ain de grand bazar. On pourrait à défaut croire que je me consacre corps et âme à des projets révolutionnaires. De manière plus réaliste (soyons sérieux), il serait facile de penser que je végète dans une espèce de marasme glandeur comme j’ai si bien pu le faire par le passé.

    Rien de tout ça en fait. Ma nana a un job, ce qui m’empêche de courir le pays sous peine de castration, j’ai pas mal regrind donc reporté mes projets de domination mondiale à Q3 2015, et je n’ai pas le sentiment de perdre mes journées.




    Une des activités de mes premiers jours à Sydney. Je ne perds pas mes journées.


    Ce qui me bloque en réalité c’est que tout est différent ici, sans pour autant que ma vie ait réellement changé d’un iota. Certes les gens parlent anglais, sourient, et sont à peu près tous asiatiques. Certes, je vois des gratte-ciel de ma fenêtre. Eh oui, Sydney c’est pas Antibes, le scoop. Mais malgré ça, ma vie est la même. Ma nana fait rigoureusement le même job, quant à moi je ne fais pour l’instant rien de nouveau non plus. Il ne s’est donc pas présenté d’événement ou de situation si extraordinairement surprenants que je me sois senti obligé de venir vous les raconter.

    Pourtant j’en aurais des choses à partager sur ma découverte de ce pays (enfin ma découverte de Sydney pour l’instant, n’allons pas trop vite en besogne). C’est d’ailleurs ce qui motive l’écriture de cet article : m’y mettre enfin.
    Mais avant ça, comme nous sommes sur un site de poker, et que je me suis remis au poker tranquillement, avec une motivation un peu retrouvée (enfin qui commence déjà à s’étioler sans quoi je ne serais pas en train d’écrire mais en train de jouer), un petit point.


    Reprise du poker Et puisqu’il n’y a que ça qui vous intéresse, telles les filles pour Dany Brillant, le graph :



    J’ai eu la chance de run assez good en début d’année alors que je n’avais pas joué depuis 6 mois. Il faut dire que le décalage horaire joue fortement en ma faveur : à 10h chez moi il est 2h chez vous, la seule chose que vous soyez encore en état de faire à une table de poker c’est souvent de me filer votre fric.

    Petite semaine de semitilt en mars après avoir run un rien moins good. Ça m’a remis les pieds sur terre et me voici revenu dans le bon rythme : j’ai confiance en mon jeu tout en trouvant des situations qui méritent réflexion très régulièrement, je suis convaincu que c’est à peu près le meilleur état d’esprit dans lequel on peut se trouver au poker.

    Vous avez été plusieurs à pas mal me harceler gentiment « et le .com du coup ???? c dur ou pas ???!! ». J’ai mis longtemps à m’y mettre pour des raisons de transfert de fonds et de dégel de compte. Actuellement j’alterne en gros à 50/50 les tables du .fr et la Zoom 200 où je me monte tranquillou une BR (je reste un nit, ne l’oubliez pas, puis c’est chiant de transférer du fric). Mon sample n’est pas colossal (30kh) mais je run pour l’instant à un confiant 4ptBB/100.

    Bref niveau poker tout va bien. Je twitch à l’occasion des reviews de session sur http://www.twitch.tv/artplaie , n’hésitez pas à vous abonner.

    Pour autant j’avoue ne pas me voir jouer des années durant : pour la petite histoire je me renseigne un peu pour faire du volontariat dans des assos à but caritatif. La bonne blague c’est que même en cherchant à travailler gratuitement personne ne me répond. Je sais pas si c’est les vacances de Pâques ou quoi, mais j’ai l’impression que le monde de l’entreprise ne veut pas de moi. Prochaine étape je leur propose de l’argent pour m’employer, j’aurai peut-être au moins la chance d’avoir un mail de refus.


    Découverte de l’Australie Comme je l’ai dit tout est très différent ici. Je ne peux donc pas tout aborder de front, et vais devoir choisir mes sujets.




    Bondi Beach, la plage emblématique de Sydney.



    Stéréotyes Quand je suis allé en Italie pour la première fois de ma vie je m’attendais à voir des bruns propres sur eux qui disent « ma che » assez fort en agitant leurs mains. Une fois que j’y ai effectivement mis les pieds j’ai vu des bruns relativement propres sur eux qui disaient des tas de trucs très forts et agitaient leurs mains.

    En arrivant en Australie je m’attendais à voir des descendants d’Anglais ayant appris le surf. En gros des rouquins cramés au soleil. Quand je suis arrivé, tout ce que j’ai vu, c’est des put**ns de Chinois à perte de vue.
    Je le dis comme je l’ai ressenti, je sais bien que pour être politiquement correct il faut dire « des Asiatiques ». Bon. Je sais jamais dire d’où ils viennent exactement mais pour moi ça restera des Chinois.

    Alors il y a quand même bien quelques rouquins, que tous les Skips de ce monde se rassurent. Mais d’abord ils ne font que rarement du surf : leur carnation fragile supporte mal le soleil brûlant, tout excité de pouvoir filer le cancer à un maximum de monde au travers du trou dans la couche d’ozone. Ils brûlent plus vite qu’Edward Cullen se transformerait en diamant scintillant.

    En bref si vous vous attendez à retrouver en Australie un morphotype moyen proche de celui de la perfide Albion vous vous trompez, en tout cas si vous mettez les pieds à Sydney. On parle souvent, en Europe, de l’Australie en tant que colonie pénitentiaire britannique, mais on n’a en fait aucune idée des flux migratoires constants qui ont fait l’histoire du pays qu’ils soient européens ou depuis 1950, asiatiques.

    Et pour une raison qui m’échappe, tous les asiatiques ont apparemment décidé d’habiter Sydney. Non pas que ça me dérange, la bouffe asiat’ est de bonne qualité un peu partout et très abordable. C’est bien le seul truc abordable à Sydney, d’ailleurs. La bouffe est généralement assez chère. Mais bien sûr ça n’arrive pas à la cheville de l’immoblier. Pour rire, je paye 680$ par semaine de loyer. Et encore mon 3 pièces est une sacrée affaire en ratio taille/distance du centre.







    Autres Je pourrais vous abreuver de tirades quasi-raciste ou anti-roux pendant des pages et des pages. Mais toutes les bonnes choses ont une fin.
    Au menu des choses que je développerai probablement ultérieurement, dans des billets sûrement plus courts mais plus fréquents :
    L’Australie en fait c’est tout vert, c’est pas vraiment un désert géant
    Pourquoi les français sont souvent des cons
    Pourquoi les administrations françaises sont des parasites dysfonctionnels et incompétents. Avec des vrais morceaux d’URSSAF dedans.
    Mon premier kangourou (enfin plutôt le quatrième, parce que les trois premiers étaient morts écrasés au bord de la route)
    Les Australiens sont plus amicaux que ces cons de français
    Le cricket, sport nul
    Les « Blue Moutains », ni bleues, ni des montagnes, mais sympa quand même
    La bouffe
    … et plein d’autres trucs put*ain.




    J'appelle ça des collines vertes moi ...


    Bref. Si jamais vous ne l’avez pas encore deviné, rien n’a vraiment changé, mais je m’y plais dans ce pays géant plein de petits Chinois.

    Cheers !
English
Retour en haut de page
×