Jump to content
Status Updates

atz

CPiste
  • Content count

    55
  • Joined

  • Last visited

  1. Ty pour ce cr sympathique, c'est effectivement rare de voir le sujet abordé ici. Les croisières c'est effectivement des spots EV+++ vu le field en général. Pour en avoir fait quelques unes en général le poker permet de rembourser la croisière, le tout avec une ambiance super cool à table. Le tout dans un cadre assez balla et avec un niveau de service digne d'un 4*, que demande le peuple.
  2. Débuter le mutlitabling

    Cher Monsieur Chat, J'aime beaucoup votre avatar, il s'avère que je l'utilise moi même depuis des années. J'en revendique donc l'antériorité, mon activité passée sur le forum ainsi que la date de création de mon compte pouvant en attester. En conséquence, je vous mets en demeure de modifier votre avatar sans délai. En cas de refus de votre part, mon avocat Me Etienne portera l'affaire devant les juridictions compétentes. Meilleures salutations. Toute ressemblance avec un autre thread du CP ne serait que pure coïncidence.
  3. Atterrissage

    in pour la suite
  4. Bon retour aux tables pour commencer. Effectivement pas mal de changement depuis 2008, pas seulement au niveau du field mais de l'offre également. Selon moi : J’ai beaucoup lu que le niveau online avait beaucoup augmenté, notamment en CG, je voulais savoir ce qu’il en était ? Et si cela ce ressentait à toute les limites ? Oui, le niveau en CG a fortement augmenté, qq soient les limites que je connaisse (NL50-100 max). Les plus petites limites restent là où le niveau est le plus faible, jusqu'à la NL10 y a encore pas mal de fish/récréatifs. Mais pas du même genre qu'il y a qq années. Le récréatif de maintenant est globalement nettement meilleur que celui de 2008. il y a toujours qq spécimens qui font des livraisons de mutant, mais c'est de plus en plus rare. Après la Nl10, c'est pareil mais avec un ratio fish/reg encore plus faible. Le reg standard à un niveau correct, qui reste exploitable en travaillant un peu son jeu. Plus on monte, plus c'est vrai... il n'est pas rare de voir des tables quasi full reg, qui softplay en attendant le récréatif de passage pour se jeter dessus en meute. Après la NL50-100, c'est moi le fish... donc pas trop d'expérience Au niveau format : apparition des zoom, shortrack, tables incognito etc. Et de moins en moins en moins de joueurs en CG Quand est-il du niveau en MTT et SNG ? Globalement pareil, le niveau à augmenté. Les MTT attirent plus le récréatif... le niveau a selon moi moins augmenté qu'en CG. Aux buy in les plus faibles ca reste assez soft (jusqu'à 20 imo) Les format ont pas mal changé : moins de full ring, late reg systématique, re entry, bcp de qualif etc. Pour les sng : le format regular est mort, ca tourne presque plus, à part qq HU La mode est aux format hyperturbo, notamment des truc qui finissent en o : expresso, spin&go. 3 joueurs, tapis de départ mini, et coefficient multiplicateur... jusqu'à 1M €... poker loto diront certains J’ai repris l’excellent livre de ArtPlay entre les mains pour revoir mon jeu et reprendre les bases, je voulais savoir si il y avais d’autre ebook dans la même range (FR ou ANG) sortie récemment qui mérite lecture ? Pour le CG micro j'avais parcouru "crushing the microstakes " qui me semblait pas mal, mais surtout NL2 et 5 Toujours dans l’idée de reprendre doucement le CG, je pensais reprendre par la NL2 voir NL5 directement, quand pensez vous? Ne devrais-je pas faire un stop par une étape SNG histoire de travailler mon jeu pre-flop dans un premier temps et de re-grinder gentiment, pour après re-plonger en CG ? Difficile à dire, ca dépend de quelles limites tu jouais, et ton niveau à l'époque. Bien sur à voir selon ta BR. Pour être prudent, je dirais de commencer par jouer un peu 2 limites en dessous de ta limite de l'époque, et de monter rapidement si ca se passe bien au bout de 10 k + hand... et redescendre si besoin Et hand review en fin de session Pour les sng, comme je disais c'est assez mort sauf en format "o", bref pas idéal : pas la profondeur pour travailler ton jeu préflop... si ce n'est les range de push Si tu veux vraiment reprendre du début, tu trouvera bien qq sng micro... mais si tu jouais régulièrement en 2008 je pense pas que tu ais tout oublié ;o) Tracker et HUD casi obligatoire maintenant au vu du ratio reg/fish ? Ca dépend des limites et des format. Le tracker est toujours bien pour les hand review et bosser son jeu, qq soit la limite Le HUD, en MTT basse limite, n'est pas trop utile : field important donc souvent joueurs différents à la table, turn over d'un MTT à l'autre, sample de mains difficilement suffisant En CG micro...ca dépend de tes habitudes. En montant de limites ca devient beaucoup plus pertinent. Les tables incognito, la possibilité de changer de pseudo régulièrement, associés à l'interdiction possible des traker par les room pour "préserver " les récréatifs sont à prendre en compte.
  5. Un tournois de BJ ne me semble pas révélateur de la "santé" du poker, et ce n'est pas une première. J'avais assisté en 2007 il me semble à un tournois de BJ en casino à Monaco, avec prize pool garanti de 500 000 €. A cette époque, le poker était en plein essor... je ne vois pas trop le lien donc. Je BJ fait intervenir les proba, la stratégie pour la dynamique de tournoi (gestion de stack, nb de coup restant à jouer vs classement en jetons etc.). Certes, c'est très très loin d'être aussi développé qu'au poker, le skill est vraiment bcp plus réduit... mais c'est assez fun et ca change C'est d'ailleurs l'idée : s'adresser en partie à un autre public... On entend trop souvent dire que "le poker se meurt" (ce qui est faux, "consolidation" et restructuration c'est pas pareil ... ), alors un peu d'allant quand un organisateur propose qqchose d'autre. Les initiatives visant à ramener d'autres catégories de joueurs qui n'auraient pas participé à un event 100% poker, et qui vont potentiellement réinjecter des liquidités dans les autres tournois me semblent un bonne chose...
  6. Traduction du blog de Chuck Bass

    Sur son thread 2+2 il y a qq infos. En gros ses problèmes de santé ont duré près de 6 mois. Je n'ai pas trouvé si il avait donné une explication précise (de ce que j'ai compris il ne pouvaient plus utiliser ordi, écran etc.), mais les choses sont rentrées dans l'ordre. Il s'est apparemment réorienté sur les MTT, live et online. Il fait du coaching, et des vidéos sur Cardrunners Il a effectivement continué a écrire, avec un projet de bouquin qui est la suite des aventures de son blog... La sortie du livre à été reportée plusieurs fois (initialement annoncé par l'auteur pour mars 2014...). Plus d'un an après rien de neuf.
  7. Traduction du blog de Chuck Bass

    VOL .10 : Le chien, les Bahamas, et la nana du Magicien Note: Avant de poursuivre l’article, je voulais parler de quelque chose. J‘ai reçu plusieurs commentaires via Blogger, 2 + 2 et par mail, me disant que je devrais laisser tomber mon attitude narcissique. Je pensais vraiment que j’avais été clair à ce sujet, et que ce n’est plus la manière dont je vois les choses aujourd’hui. Oui - il y a encore des aspects concernant ma personnalité que je n’aime pas, et je suis loin d'être une personne parfaite, mais fondamentalement je ne pense plus les choses de la même manière qu’il y a trois ans. La raison pour laquelle il y a beaucoup de références narcissiques dans mes messages, c’est que je suis en train de retracer mon année 2008-2009 aussi précisément que possible. Je pensais que la plupart des gens avait compris que cela ne signifie pas que je suis toujours le même aujourd’hui. Apparemment non. Au retour de Varsovie, après avoir frôlé la crise cardiaque suite à l’incident du vomi (ndt : cf. chapitre 9) et étant relativement broke, je ne pensais pas retourner à l'étranger de sitôt. Mais il m'a fallu seulement quelques jours pour réserver mes billets pour une nouvelle destination. Cette fois, c’était aux Bahamas pour le PCA. Depuis longtemps Pokerisivut (le magazine) avait prévu de faire un numéro spécial sur Ziigmund (ndt : Ilari Sahamies, reg des high stakes). Son histoire n’avait jamais réellement été relatée dans les médias, parce qu'il était (et pour autant que je sache, est encore) assez réticent quand il s’agit de donner des interviews. Il avait toujours refusé de parler aux deux autres magazines de poker en Finlande, et il avait été encore plus silencieux vis à vis d'autres médias. Les initiés connaissaient son histoire (qui est pleine de toutes sortes de choses, mais je ne me souviens pas exactement ce qui a été dit au final dans l'article, donc j’y reviendrais plus tard), mais il avait toujours refusé de parler aux médias. Cependant, il était ami avec les gens à l’origine de Pokerisivut, et il a accepté de nous donner une interview exclusive. Cela ne résolvait que la moitié du problème, car Ilari est très timide avec les personnes qu'il ne connaît pas (sauf si il est ivre). Obtenir son accord pour faire un reportage n’aurait pas eu beaucoup d’intérêt sans personne pour le faire parler et cracher le morceau. Pokerisivut avait une personne qui correspondait, quelqu'un qui était joueur de poker lui-même, qui avait rencontré Ilari à quelques reprises, et dont Ilari avait dit qu'il aimait l'écriture. Moi. Le problème c’est que je n’avais jamais fait quelque chose d’aussi conséquent avant. L'article le plus long que j’avais jamais écrit était de six pages. Je n’avais aucune expérience et aucune compétence pour faire un récit plus complet. Il a été décidé que, pour le prochain numéro, je ferais ma première une, 12 pages environ sur Johnny Lodden, en guise d’entrainement. Si c’était concluant, je ferais de même avec Ilari pour le numéro suivant. Johnny Lodden allait au PCA, et nous avons obtenu de Pokerstars qu’ils prennent en charge les frais de vol et l’hébergement dans la station huppée d’Atlantis. Il ne m’a pas fallu très longtemps pour me sentir tout excité. Avant d'aller aux Bahamas, revenons sur ce qui est arrivé en décembre 2008 après Varsovie. Quand je suis revenu, j’étais broke, mais j’ai réussi à me refaire en grindant comme un porc le dépôt de 5 $ dont je parle dans le chapitre 8. Une grande partie de cet argent est parti dans les soirées, mais la plus grosse dépense que j’ai fait en décembre a été d’acheter un chien à ma copine. Au palmarès de toutes les choses que nous avions en commun avec Helena - issus d'une famille brisée, aimant trop faire la fête, ayant un désir irrésistible de voyager et d’expérimenter les choses – ce qui nous a le plus rapproché était notre amour pour les chiens. Je suis sûr que vous connaissez tous des personnes qui deviennent gaga quand elles voient un bébé. Je n’ai jamais compris ces gens. Les bébés chient partout, vomissent et ne comprennent rien. Vous ne pouvez pas interagir avec un bébé. Les bébés sont comme des poupées, sauf qu'ils sont laids, font des bruits de gargarismes et vous vomissent dessus. Moi ce n’est pas les bébés, je deviens gaga chaque fois que je vois un chien. Mon amour pour les chiens me vaudra plus tard de me faire détrousser alors que j’essayais de nourrir un chien errant avec une saucisse, mais cela est une autre histoire. Helena était exactement comme moi. Elle avait eu le chien le plus mignon au monde, qui malheureusement était mort de vieillesse quelque temps avant que je commence à sortir avec elle. Elle était encore bouleversée à ce sujet, car elle avait eu ce chien presque toute sa vie. Elle voulait un nouveau chien et avait trouvé un éleveur, mais n'avait pas d'argent. Comme je voulais qu’on croie que j’avais plus d'argent que je n’en avais réellement, je lui ai proposé de lui acheter le chiot. Le gars qui vendait les chiots vivait à plusieurs centaines de kilomètre. Nous y sommes allés dans une vieille voiture avec trois amis, deux filles et un gars nommé Arderi. A l’époque il conduisait un taxi et jouait des sit and go double or nothing à 5 $ pendant son temps libre. Aujourd'hui, il joue en 1/2 - 2/4 HU après avoir été coaché par un très bon jour finlandais de HU, et ne conduit plus de taxi. Quand nous sommes arrivés sur place, il y avait sept chiots à vendre, et nous avons choisis celui que nous voulions. Ils étaient tous si minuscules. Ils étaient un peu timides, sauf un qui courait comme un fou. Il a couru dans les bras d’Helena dès le moment où nous sommes arrivés, et je pense que l'accord a alors été scellé entre eux immédiatement. Le chiot a été appelé Frida, (d’après Frida Kahlo). J’ai payé, et nous sommes partis. Frida se mit à hurler à la mort dès que nous avons quitté l'endroit. Elle a fait çà après pendant des jours, comme si sa mère et ses frères lui manquaient. Nous avons tout essayé pour la réconforter, mais elle ne voulait pas arrêter de hurler. C’était terrible, et nous nous sommes sentis comme si nous avions commis un crime horrible en la séparant de sa famille. Frida a dormi la plupart du voyage, mais dès qu’elle se réveillait tout le monde se relayaient pour la tenir. C’est moi qui l’ai caressé le plus longtemps, et au moment où je l’ai donné à l'ami d’Helena à côté de moi, Frida a décidé de lui chi** dessus. Good run, comme toujours. L'odeur emplit la voiture en quelques secondes, et nous avons dû faire un arrêt d'urgence sur le bas-côté pour respirer un peu d'air frais. Frida dans les bras d’Helena en voiture Je suis resté la plupart des nuits suivantes chez Helena, et bien que nous n’ayons pas pu dormir à cause des hurlements de Frida, nous avons passé de très bons moments. Helena semblait même perdre temporairement l’envie de boire, parce qu'elle voulait juste être avec Frida tout le temps. Je me souviens du mois décembre au retour de Varsovie comme un très bon mois, et je suis sûr que tout cela était dû au visage adorable de Frida. Nous nous sommes retrouvés à boire seulement trois fois en décembre néanmoins. Cela était loin de nos habitudes. La première fois c’était mon anniversaire le 19. Je ne pense pas que quelque chose de spécial soit arrivé, mais je ne me souviens pas. La deuxième fois c’était la veille de Noël, quand nous nous sommes retrouvés à quatre au petit matin, après la fermeture du bar - moi, ma meilleure amie, Helena et son amie avec qui j’avais eu une brève liaison plus tôt dans l'année. Son amie était complètement bourrée et elle s’est frottée à moi toute la nuit malgré Helena assise à côté d'elle. Elle m’a même léché dans le cou, ce qui a conduit à Helena à ne plus lui parler pendant quelques mois. La troisième fois c’était pour la pendaison de crémaillère d’Arderi juste avant le Nouvel An. Ce fut la première fois que je rencontrais l’ex-petit ami d’ Helena, qui avait également été invité à la fête. Certaines personnes m’avaient dit que les choses risquaient de dégénérer et qu’il allait dire de la m**de sur moi, mais ce ne fut pas le cas. Il ne m’a rien dit de toute la nuit, ce qui m’a très bien convenu. Après la pendaison de crémaillère, nous sommes allés dans une boite de nuit appelée Fever avec un groupe d'environ 20 personnes. Helena était ivre comme toujours. À un moment je suis allé aux toilettes, et en revenant, j’ai vu l’un des amis masculin d’Helena penché sur elle, comme si il essayait de l’embrasser. Leurs lèvres étaient à un centimètre d'intervalle, mais Helena ne réagissait pas et ne savait pas ce qui se passait, elle était là en train de ricaner tout seule. Juste avant que type ne touche ses lèvres, je l’ai frappé et il est tombé au sol. On m’a viré du bar, et la sal*pe que j’avais frappée a envoyé trois gars plus grand que moi pour me battre et se venger. Je pense que je l’ai senti venir, et je me suis mis à courir dans les rue avant qu’ils puisent voir où j’allais. J’ai reçu un texto d’un mec que je connaissais qui était à la boite, me demandant où j’étais allé. Je me suis dit qu’il était peut ami avec les mecs qui voulaient me battre, et qu'il serait peut-être de leur côté. Je lui ai donné de fausses coordonnées, et peu après j’ai vu les types qui me cherchaient courir dans cette direction. Je suis parti dans la direction opposée, et j’ai pris un bus pour rentrer chez moi. Spider sens. Il y avait toujours eu un problème avec Helena. C’était la meuf la plus chaude de la bande et pratiquement tout le monde voulait se la faire. Elle était connue pour flirter avec les mecs quand elle était ivre (même si elle refusait toujours d'avoir des relations sexuelles avec eux), et pour moi, il semblait que tous ses amis avaient le béguin pour elle. Et chaque fois que nous sommes sortis, il y avait des dizaines de gars pour essayer de la draguer. Cela n'avait pas pas été un gros problème avant la nuit de la pendaison de crémaillère, parce que n’avais aucune raison de ne pas lui faire confiance. Maintenant c’était un problème. Je savais qu'elle ne me mentirait pas volontairement, mais il était évident qu’elle buvait tellement chaque fois qu’elle sortait qu’elle ne se souvenait plus si elle avait fait quelque chose ou non le lendemain matin. À l'époque, je pensais que la seule solution était de l'accompagner à chaque soirée où elle allait, et de l’empêcher de boire de l’alcool. Bien sûr, c’était seulement en partie parce que m’inquiétais pour elle (je pense que je l'ai appris la gravité de son état de santé à cette époque), mais je dois admettre que l’autre raison, c’est tout simplement que j’étais jaloux. Ce n’était pas une situation saine, mais j’étais fou d'elle et que m’en foutais. Cela ne pouvait qu'empirer. Il était temps de faire mes valises direction les Bahamas, accompagné par un photographe, début 2009. Dans l’intervalle, j’avais à nouveau remonté une BR à 5 chiffres et la vie était belle. Je m’inquiétais seulement de laisser Helena, surtout je m’inquiétais qu’elle aille picoler seule. Heureusement, elle avait Frida et ce ne fut pas le cas. Le photographe avec qui je voyageais s’appelait Taavetti Alin. Il a fini par devenir le photographe avec lequel j’ai fait la plupart de mes interviews. C’est un mec drôle, passionné de basket, et qui refuse de porter autre chose des vêtements Nike. Lorsque vous prononcez son nom ça sonne un peu comme "all-in", ce qui est devenu un slogan aux Bahamas parmi les joueurs de poker. Il ne connaissait pas grand-chose au poker à l'époque. J’ai fini par lui apprendre plusieurs choses lors de nos autres voyages, mais lors de ce premier voyage je lui ai appris le poker chinois. Je lui ai expliqué les règles pendant notre vol Helsinki-Londres, et nous avons joué pour des micro enjeux lors de la l’étape suivante à Miami. Il est très religieux, et il m’a dit que c’était la première fois de sa vie qu’il jouait à un jeu de hasard. Il pensait aussi que le chinois était un jeu d'adresse. Je l'ai laissé gagner environ 20 $, parce que j’avais remarqué combien cela le rendait heureux chaque fois qu’il gagnait une main. "Je ne peux pas croire que je gagne contre un pro du poker!", disait-il avec enthousiasme. Je faisais de mon mieux pour lui expliquer que tout cela était juste de la chance, car je commençais à m’inquiéter qu’il veuille tester les tables aux Bahamas. Il a dit que sa femme le tuerait si elle savait à propos de notre petite partie, et qu'il n'y avait aucune chance qu’il mette jamais les pieds dans un vrai casino. La première chose dont me souvienne des Bahamas, c’est l'odeur de l’herbe (ndt : pas le gazon hein). Notre chauffeur de taxi a fumé de l’herbe dans sa camionnette sur tout le trajet de l’aéroport jusqu'à l'hôtel. Lorsque nous nous somme enregistrés au pourtant très chic Atlantis, on pouvait sentir l’herbe dans chaque couloir. Les joueurs de poker. Si jamais vous allez au PCA, assurez-vous d'aller visiter Nassau. Les bars locaux sont impressionnants et les femmes sont juste dingues. Elles se jettent littéralement sur les hommes blancs pour essayer de baiser. Elles sont encore plus délurées le dimanche, juste après l'église. C’est dans leur culture d’avoir des rapports sexuels avec des gens au hasard toute la semaine, puis d’aller à l'église pour confesser leurs péchés, et après la confession, elles se remettent en chasse. Je n’en savais pas beaucoup sur Johnny Lodden avant le voyage. J’en avais juste parlé brièvement avec Jasper et Ilari avant le voyage. Ils m’ont dit ce c’était un énorme degen, qui aimait boire et de dépenser du fric sur des choses stupides, et ils m’ont raconté de nombreuses histoire sur leurs nuits d'ivresse. Ma préférée, c’est une histoire où Ilari et Jasper sont allés rendre visite à Johnny à Oslo. Il a un garde du corps aussi badass qu’un garde du corps peut l‘être. Il a des tatouages partout et vient de se sortir d’un long séjour de prison. Ils sont sur le point d'aller en discothèque, c’est le garde du corps qui conduit. Il gare la voiture sur le côté au niveau des feux à une intersection à quatre voies. Il y a une voiture de police stationnée de l’autre côté de la route. Le garde du corps fait signe à tout le monde à la porte du club et sort de la voiture, la laissant en plein milieu de l'intersection. "C’est bon", dit Johnny, en sortant de la voiture, suivi de Jasper et Ilari. Alors qu'ils s’éloignent, les policiers sortent de leur voiture et leur crient de revenir. Le garde du corps marche lentement vers eux et leur dit quelque chose. Les policiers semblent effrayés, tournent en rond, et repartent en voiture. La voiture est donc restée au milieu de l'intersection, en plein centre d'Oslo. Je pense que c’est l'histoire la plus dingue dont j’ai jamais entendu parler. Avant ma première rencontre avec Johnny, je m’attendais à voir un mega balla. J’avais entendu certaines histoires, comme celle où il avait remporté un tournoi quelque part aux Caraïbes pour des dizaines de milliers de $, il était allé boire tout de suite après, et s’était réveillé sur un banc avec des billets de 100 $ qui s’envolaient de sa poche. Quand j’ai vu Johnny, il n’avait pas l’air si balla que ça. Il n’avait pas de montre de de luxe, juste un t-shirt et un short. Il y avait une coté tendre, vulnérable en lui, et il ne semblait pas du tout vouloir parler de son passé de débauche. Je sais que Jonnhy est totalement rangé aujourd’hui, mais il avait déjà commencé à se calmer en 2009. Ses excentricités dataient de 2006, alors qu’il était un des joueurs en ligne les plus redoutés dans le monde. Lorsque je l'ai interviewé, il parlait déjà de se fixer dans son pays d'origine. Il ne semblait pas être trop intéressé pour continuer à parcourir le monde entier. Il avait seulement 22 ou 23 ans à l'époque, mais il était comme un vétéran de guerre. Ce qui était tout à fait compréhensible étant donné ce qu'il avait vécu. Je vais devoir censurer presque toutes les parties croustillantes de l’article de Johnny Lodden. Il m'a à peu près tout raconté, mais il ajoutait : "tu ne peux pas mettre cela dans l’article» presque après chaque phrase. Je sais qu’après avoir galéré, il est bien installé en ce moment et je ne veux pas lui causer de stress supplémentaire, donc je vais me contenter de relater les choses connues du public, et des trucs qui sont déjà dans l'article. Il a également été traduit et publié en anglais, mais je n’arrive à le retrouver. Si vous voulez chercher, regardez sur coinflip.com il me semble. Retour en 2006. Johnny jouait sur le réseau Prima, pseudo bad_ip. A ce moment, Prima était le plus grand réseau au monde, et le seul site avec de la 200/400 NL, le nosebleed de cette époque. Johnny était le plus grand gagnant à ces limites. Les autres grands noms étaient Patrik Antonius, Erick Lindgren et d’autres que j’ai oublié. Un des mauvais reg était connu sous le pseudo "TheTerrorist", un joueur suédois. Johnny me raconta qu'il (TheTerrorist) était considéré comme un fish, qu’il avait gagné beaucoup d'argent contre lui. Il était ravi de continuer à jouer contre lui, alors quand TheTerrorist lui a demandé son adresse MSN pour programmer les futures parties, il a été ravi de lui donner. Il était plus qu'heureux de garder le fish pour lui. Ils ont commencé à chater et à jouer l’un contre l’autre. Puis, tout d'un coup, TheTerrorist a commencé à crusher Johnny. Johnny perdait contre lui jour après jour, match après match. Chaque fois que Johnny avait une main, TheTerrorist se couchait, et chaque fois que Johnny bluffait l’autre faisait des hero call de mutant. Ils ont joué pendant un mois et Johnny perdait à chaque fois. Jasper qui était venu rendre visite à Johnny en Norvège, regarda Johnny perdre de plus en plus. «Ce gars-là peut voir mes cartes, je le sais!", avait dit Johnny, mais il ne pouvait pas arrêter. Il était trop fier. C’est quelque chose que je peux comprendre. Je connaitrais moi-même par la suite un downsing pour la même raison. C’est marrant de voir comment une personne intelligente peut laisser une chose aussi stupide que l'orgueil lui embrouiller la tête. Johnny était connu comme l'homme qui ne craignait personne. Quelque temps avant, un random avait défié Johnny en heads-up, en disant que c’était un gros fish en limit. Ils ont organisé le match. Le gars voulait se la péter, alors il s’est stacké à 200 000 $ dans une partie pour laquelle la limite normale était beaucoup plus petite. Johnny a répondu en se stackant immédiatement à 7 000 000 $. Le gars a sit out, et le la partie n’a jamais repris. Voilà quel genre d'homme était Johnny Lodden, et maintenant quelqu'un qu'il savait bien plus mauvais que lui le dominait. C’était avant le scandale UltimateBet, avant les événements douteux qui ont touché le poker en ligne au cours de ces dernières années. Le terme "superuser" n’existait pas encore. Même si Johnny savait que quelque chose de louche se passait, il ne pouvait pas exactement dire ce que c’était, et il ne pouvait pas arrêter de jouer car il ne supportait pas de perdre. Il a fini par dilapider toute sa bankroll, des millions de dollars. Il a fallu plusieurs semaines pour que le TheTerrorist pompe le compte de Johnny, mais à la fin il était aussi broke qu’un homme peut l’être. Johnny avait acheté des cadeaux à ses parents et amis, mais rien pour lui-même. Il n'avait pas d'épargne. Bizarrement il avait tout mis sur son compte Prima. Plus tard, Johnny a demandé à un ami de vérifier son ordinateur, et il s’est avéré qu'il y avait un cheval de Troie, qu’il avait reçu via MSN venant de TheTerrorist. Il a également escroqué 500 000 $ à Patrik Antonius en utilisant la même méthode. Johnny était naturellement furieux, et il a donné une interview dans certains médias néerlandais en expliquant ce que TheTerrorist lui avait fait. Je suis quasi certain qu'il y avait un sujet sur 2 + 2 à ce sujet, qui a fait la une du forum pendant un certain temps. La seule raison pour que cela ne soit pas devenu une affaire énorme, mais tombe finalement dans l’oubli, c’est que Johnny à lui-même cessé d'en parler soudainement, et a refusé d’apporter une quelconque preuve. Johnny a refusé de me dire pourquoi, mais quand j’ai mentionné une hypothèse que j’avais entendu dire, il a semblé mal à l’aise et a changé de sujet. Je ne sais pas si quelqu'un connait la vérité, et je ne peux que vous répéter ce que j’ai écrit dans article. J’ai écrit quelque chose comme ça : « Il y a eu beaucoup de spéculations concernant le fait que Johnny ait gardé le silence. J’ai parlé à des gens qui étaient dans l’entourage de Johnny quand cela est arrivé. J’ai entendu des rumeurs provenant de sources que je considère fiables, comme quoi TheTerrorist avait acheté les servives d'un gang de motards norvégien, et menaçait la vie de Johnny pour le faire taire. » J’ai essayé d’interroger de nombreux pros scandinaves aux Bahamas pour avoir plus d'informations. Ils m’ont tous répété la même histoire conduisant au silence Johnny, mais chaque fois que j’ai essayé de leur demander ce qui est arrivé, ils sont juste restés étrangement silencieux. Les gars les plus bavards disaient soudainement qu’ils n’étaient pas à l’aise pour en parler. Johnny n’a plus été le même après. Il est toujours plus impressionnant que la plupart d'entre nous, il joue en 25/50 PLO sur Pokerstars, site pour lequel il est également pro. Cette histoire à eu une fin heureuse, mais il n'a jamais été en mesure de redevenir le roi des hight stake. Il m’a dit qu'il était trop difficile de repartir de zéro, étant donné qu'il avait perdu des millions de dollars. Il a essayé de jouer à des limites plus faibles, mais a fini par cramer sa bankroll, encore et encore. Les enjeux étaient trop petits, et il se sentait gêné de jouer à des limites aussi basses que la 10/20. Encore une fois, c’est quelque chose que je pouvais comprendre, même si je joue naturellement à des limites plus basses. Pendant les interviews, j’ai vraiment commencé à aimer Johnny. Il était un peu difficile à aborder dans un premier temps, il était clair dès le début qu'il ne faisait pas confiance aux étrangers. Mais en même temps, il était très gentil, et il y avait quelque chose en lui qui fait tout le monde l’aimait. Je ne l'ai jamais entendu quelqu'un critiquer Johnny. Il s’est également avéré n’a jamais joué la comédie. Il aimait se saouler avec ses amis, et bien sûr, il a dépensé de l'argent sur des choses futiles, mais c’est seulement parce qu'il est généreux. Il n'a jamais été du genre à s’exhiber, ses fêtes avec du Dom Pérignon c’étaient juste parce qu'il voulait bien traiter ses amis été leur faire passer une nuit exceptionnelle. Même son garde du corps s’est avéré être un gars que Johnny avait rencontré dans un casino à Oslo. Il avait eu une vie vraiment difficile et Johnny avait ressenti de la sympathie pour lui, et il l’a embauché parce qu'il avait passé sa vie en prison et ne pouvait pas trouver d’emploi. Je me souviens avoir pensé que Johnny était mon nouveau héros au poker. Quand je lui ai demandé comment il vivait le fait de perdre des millions de dollars en cliquant sur des boutons, il haussa les épaules et dit: « c’est juste de l'argent ». Ces mots allaient avoir une grande influence sur ma vie. Je voulais être comme lui, pour être en mesure de crusher toutes les limites, d'avoir une attitude négligente envers l'argent, d'être aimé par tout le monde, mais sans être prétentieux. Je crois que ce fut la première fois que je réalisais que l’attitude balla que nous avions mes amis et moi était en fait assez stupide. Et le « c’est juste de l'argent » est devenu ma nouvelle devise. Mes consommations de shot seraient seulement encore plus hors de contrôle, et je voudrais faire des choses très stupides encore et encore, car « c’est juste de l'argent ». J’ai également interviewé d'autres personnes aux Bahamas. Parmi elles figurent au moins Justin Smith, Andrew Robl, Antonio Esfandiari, Thor Hansen et ElkY. J’ai également réussi à obtenir quelques commentaires rapides de Phil Ivey. Je passais la plupart de mon temps libre avec Taavetti, LarsLuzak et son ami norvégien dont j’ai oublié le nom qui a joué le HSPLO (pas Skjervoy). Un très bon jockey Suédois était là aussi. J’avais misé sur ses chevaux pendant ma période paris sportifs durant mon d'adolescence. Personne d'autre ne l'a reconnu, il était un random pour tous les joueurs de poker, mais je le connaissais. Son nom était Erik Adielsson. Ils avaient loué une maison quelque part dans les Caraïbes avant le PCA et ils ont tous été cramés comme l'enfer. Durrrr avait séjourné dans leur maison aussi. Nous sommes allés faire la fête une nuit - moi, Luzak, Johnny et quelques autres. Il s’est avéré que Durrrr avait réservé la section VIP du plus grand club de la région, l’Aura. On m'a invité à rentrer dans leur espace privé. Durrrr était là. A l’époque, il venait juste d’accéder à la célébrité, et c’était le grand nom dont tout le monde parlait. Je me souviens du "Tom Dwan est gay?" l'argument étant récurent à l'époque, et je pense que Luzak et certains gars voulaient même faire des prop bets. Cette nuit-là Tom avait une jeune fille blonde avec lui, et il était ouvertement affectueux avec, si bien que finalement personne n’a fait de prop bet. Il y avait un siège vide dans la zone VIP, et m’y suis assis. Sur ma droite, il y avait Antonio Esfandiari, embrassant une nana. Je regardais à ma gauche, et reconnaissait un visage familier. Je savais qu'il était pro du poker, je l'avais vu à la télé, mais je ne pouvais pas me souvenir de qui il était. Il se présenta. "Salut, je suis Brandon". C’était Brandon Adams, et il a essayé de me parler de quelque chose. A un moment, il m'a tenu la jambe sans s’arrêter pendant plusieurs minutes, mais à ce jour je n'ai aucune idée de quoi il parlait parce que je n’entendais pas un seul mot à cause de la musique trop forte. J’ai souris, et acquiescé poliment, comme un touriste japonais À un moment la nana d'Antonio est allée aux toilettes, et Antonio s’est tourné vers moi. "Comment tu la trouve, sur une échelle de un à dix?", a t’il demandé. Je voulais être poli, et je voulais aussi un peu faire de la lèche auprès d’une telle célébrité, je lui ai dit que je pensais qu'elle méritait un dix, et l'ai félicité pour sa conquête. Je suis désolé, Antonio, mais je pensais vraiment qu'elle valait un 8-. En train de profiter du toboggan aux requins des Bahamas PS. Je vous demande svp de ne pas lancer un nouveau topic fleuve bouillant sur le cas Johnny Lodden / TheTerrorist. Il y a beaucoup d'informations disponibles sur Google, et il y a un topic quelque part sur 2 + 2, et je doute que quelqu'un ait quelque chose à ajouter de nouveau maintenant en 2011. La raison pour laquelle je vous demande cela, c’est que je connais Johnny et je sais qu'il détesterait vraiment que ce truc fasse le buzz. Je ne pense pas qu'il s’imagine que je post çà, mais s'il vous plaît ne remuez pas cette affaire. Ndt : une interview récente (2014) de J. Lodden
  8. Traduction du blog de Chuck Bass

    Non, c'est le chapitre 11 çà Le prochain c'est le 10 : Johnny Lodden, PCA, Ziigmund et le chien
  9. Traduction du blog de Chuck Bass

    Je me lance pour le prochain chapitre, vol. 10
  10. En moyenne un peu moins de 4 000 Euros net mensuel d'après les chiffres (environ 6M budget 60ETP soit 100K/ETP, en partant du postulat qu'il n'y a que des titulaires, ce qui est faux mais sinon pas possible sans connaitre le ratio titulaire/contractuel) Après entre le président et la secrétaire il doit y avoir au moins un facteur 10 ;o) Effectivement, sachant que le salaire moyen des cadres en France est de 4000 euros net, il n'y a en moyenne que des cadres à l'Arjel Bien sur. Pour les contractuels, public et privé c'est quasi pareil : même nature de cotisation, montant similaires. Les contractuels cotisent au régime général comme n'importe quel salarié du secteur privé. Seule la caisse complémentaire diffère : Ircantec ou Agirc / Arrco Pour les titulaires (fonctionnaires) il y a des charges comme dans n'importe quelle entreprise (cf ci-dessous) Non. Pour l'état ou pour une entreprise c'est pareil, la masse salariale, c'est le cout total employeur. Cela inclut les toutes les charges : patronales et salariales etc. La nature des charges patronales est la même dans le privé et dans le public (sauf pour le chômage : fonctionnaire=pas de chômage donc pas de cotisation pour ça). L'état, dans ses charges patronales, cotise donc pour la Caisse des pensions civiles et militaires de retraite (pour les fonctionnaires d'état), de même qu'une entreprise paye des cotisations pour la Caisse nationale d'assurance vieillesse. + cotisations retraite complémentaires. Idem pour la part salariale, public ou privé La caisse de retraite des fonctionnaires n'existe pas en tant que telle, cela état géré par la direction générale des finances publiques. Cependant, ces cotisations sont réelles, et donc bien déduites de la masse salariale La grosse différence c'est que pour les fonctionnaires sur la part patronale l'état paye un niveau de cotisation retraite très largement supérieur à qui existe dans le privé (environ 4 fois plus). Donc pour une masse salariale identique (100K), on serait en moyenne à 4 000 net pour des fonctionnaires, et plus près de 5000 net pour le privé. Tous les chiffres sont des estimations, car il y a trop de variables non connues, mais en gros on doit pas être loin de çà
  11. Le gamble d'une vie.

    Ouais faut pas être futile Vas y sans te laver ni te raser pendant 3 jours. Avec les fringues froissées bien entendu T'arrives la tête explosée après avoir chopé le plus possible de mini bouteilles de sky dans l'avion. Des miettes de bouffe partout, la trace de bave au coin de la bouche, et à l'aéroport tu lui roule tout de suite une grosse pelle avec l'haleine de poney. :rofl: Si malgré tout elle te claque pas une baffe directe, le test est réussi, et tu sauras tout de suite que tu vas passer de bonnes semaines Bref, sans tomber dans l'excès, soigner un peu son apparence tout en restant simple et authentique ne peut pas faire de mal.
  12. [WPO main event]AKs facing c/r flop

    imo turn check behind Puis aviser river avec une préférence pour cold call En effet, au turn je pense pas que vilain va C/R une deuxième fois. Si il était vraiment lourd je pense qu'il aurait misé pour value après son C/R flop. Je le met donc sur une range "pas grand chose", avec peu/pas de valet. Mais si tu mises turn il foldera les mains qu'il aurait pu vouloir bluff river. L'objectif est donc qu'il prenne ton check behind pour de la faiblesse et qu'il mise river soit en bluff (le plus souvent), soit pour value avec une main moyenne (plus rarement). Call river, pas d'intérêt à raise s'il open. S'il check river... check aussi, peu de value à miser ...et des fois qu'il tente un nouveau barrel en C/R
  13. Hier, en cercle, après showdown "Je n'aime pas bluffer quand j'ai le jeu max"
  14. Pareil que pour tout le monde... à partir du moment où l'on touche un revenu, on doit le déclarer, et potentiellement être imposé dessus, étudiant ou pas. Après ce qui peut changer, selon l'âge et la situation de l'étudiant, c'est si il est rattaché ou non au foyer fiscal de ses parents. Cela peut avoir des conséquences importantes notamment dans les cas où le revenu fiscal est pris en compte pour certaines démarches (APL , bourses etc.). Il faut donc calculer la situation la plus avantageuse pour l'étudiant et/ou sa famille. EDIT : cela s'applique lorsque la question de déclarer ses gains au poker se pose, donc parce qu'ils peuvent être considérés comme un revenu... pas si on a chip un MTT à 0.35 € pour 15 € de gains. Bref, comme pour tout le monde c'est à dire si les gains sont récurrents et que les revenus du foyer fiscal sont majoritairement tirés des gains au poker (plus de 50%). Dans le cas d'un étudiant, qui le plus souvent n'a pas d'autre d'activité professionnelle, la question se pose donc à priori très rapidement. "Qui ne déclare pas" : normalement ceux qui gagnent plus avec leur activité professionnelle autre que le poker... soit plus de 95% de la population Après, un one outer avec le fisc ça peut arriver...
English
Retour en haut de page
×
PMU : Pro Dream
PMU : Pro Dream