Jump to content
Status Updates

fojAA

CPiste
  • Content count

    1081
  • Joined

  • Last visited


Je les aime

Je ne les aime pas trop


Ils m'aiment

Ils ne m'aiment pas trop

Reputation Activity

  1. Like
    fojAA reacted to FrancoisLeK for a blog entry, Bilan après 500 Expressos   
    Après 500 expressos à 1€, par "fournée" de 2 à 85% et de 4 à 15%, voici le nombre de multiplicateurs reçus (47 parties de ce même format ont été joué sur Pokerstars, je ne les comptabilise pas car je trouve l'interface vraiment dégueulasse en comparaison à celle de Winamax et que je n'y retournerai plus. Mais sachez que j'y étais légèrement gagnant de 4BI) :
     
    Multiplicateur *2 : 296 / 453 soit 65.35 % (64.24 % requis) pour 129 ITM soit 43.58 % de victoires
    Multiplicateur *3 : 100 / 453 soit 22.07 % (23.62 % requis) pour 43 ITM soit 43.00 % de victoires
    Multiplicateur *5 : 47 / 453 soit 10.37 % (10 % requis) pour 20 ITM soit 42.55 % de victoires
    Multiplicateur *10 : 10 / 453 soit 2.21 % (2 % requis) pour 6 ITM soit 60.00 % de victoires
     
    Au total, j'affiche donc un total de 198 ITM pour 453 expressos, soit 43.70 % de victoires (le +0.1% affiché sur le screen correspond au BI gagné sur Pokerstars).
    Le ROI se monte à 19.03 % et me permet donc d'être à +95BI. 
    L'échantillon est encore bien trop faible pour tirer des conclusions certaines, mais il me semble que la possibilité que ce format soit lucratif à long terme est réaliste. 
    Je suis très intéressé par votre retour d'expérience sur ce format, notamment sur un échantillon bien plus important ! 
    Dans l'attente de vous lire amis CPistes  


  2. Like
    fojAA reacted to TRUMP 2020 for a blog entry, En route pour la NL5   
    Mes chers (con)citoyens !
     
    Nous voici prêts à affronter la NL5 après une session incroyable ce week-end où j'ai gagné 20 buy-ins en 4000 mains et sans runner vraiment au-dessus de l'EV !
    La bankroll affiche désormais 3 chiffres et plus de 21 buy-ins de NL5. 
    Comme annoncé, j'ai également fait un virement de 100€ pour profiter du bonus de dépôt des Wina Series. Je ne compte pas ces 100€ dans la bankroll mais je garderai l'argent gagné avec le bonus (50€). Je retirerai les 100€ une fois le bonus atteint.
    Voici ma courbe en NL2. Il aura donc seulement fallu jouer 16 000 mains pour passer en NL5 (on crush!!). Je redescendrai en NL2 si jamais je perds 6 buy-ins en NL5.

     
    Bankroll de départ : 40€
    BANKROLL AU 06/01/2020 : 107,43€
    PROFIT : +67,43€
    Nombre de mains jouées : 16 660
    Heures jouées : 19:10
    €/heure : 3,49€
     
  3. Like
    fojAA reacted to hehe2 for a blog entry, [ LIFE ] Invitation à la radio CP : incroyable !   
    Salut,
     
    Je n'avais pas publié sur mon blog CP depuis très, très longtemps mais je crois qu'il est temps pour moi de dépoussiérer ce média pour vous transmettre un peu plus régulièrement par écrit mes tribulations poker.

    Récemment, certains savent qu'il y a eu pas mal de "remous" concernant ma chaîne YouTube (un fil de discussion sur le forum CP y est consacré) et cela n'est initialement pas vraiment parti sur de bons rails (puisque j'étais globalement la risée de tous les regs pros du CP).

    Petit à petit, le ton y a changé pour devenir un poil plus "potache" et la moquerie qui était parfois vraiment méchante (voire blessante) s'est peu à peu transformée en des boutades ou parodies plutôt drôles. Il y a même eu quelques rares CPistes qui sont venus me soutenir. Durant cette "transformation", je ne pouvais plus répondre car j'ai été privé de mon accès au CP suite à ma réponse via YouTube un peu trop véhémente et mal interprétée, pendant plus de deux mois.

    Malgré tout, ce fil de discussion a attiré de nombreux curieux qui n'avaient jamais entendu parler de moi et cela m'a apporté beaucoup de nouveaux abonnés. Certains aiment ce que je propose, d'autres ne se privent pas de me dire à quel point je suis nul au poker et je ne battrai(s) (futur ET conditionnel à la fois, eh ouais, je peux le faire) même pas la limite des 25 centimes en expresso. (1/100ème de bouliche :x)

    Toujours est-il que petit à petit, toute cette animation sur ce fil de discussion, ainsi que la vidéo "best of" de mes "pires moments" (incluant un gros craquage en vidéo où je pète un câble suite à une série de bad beats), suivie de quelques parodies, sont remontées aux yeux et aux oreilles des animateurs de la radio du CP et c'est à ma grande surprise que j'ai été contacté il y a environ deux semaines par Laurent (@WebMaster, leur "chargé de comm'") pour y être invité.
     
    Hasard du calendrier (je ne pouvais pas être disponible la semaine dernière), c'est avec Dature que j'ai partagé l'affiche de l'émission d'hier soir, ce jeudi 4 juillet 2019.

    J'étais un peu anxieux à l'idée d'être face aux micros car je n'avais absolument aucune idée de la sauce à laquelle j'allais être "mangé", mais je me suis dit que dans tous les cas, ça devrait plutôt être bonne ambiance car je n'ai jamais été témoins de "lynchage" lors d'une émission radio CP.

    Quel plaisir ce fût lors de mon arrivée de trouver sur place un tel accueil ! Des petits fours, de la boisson à volonté (en tant qu'invités, on n'avait pas le droit de boire de l'eau, c'est la règle du CP =) ), des gens très sympas et accueillants... 

    Assez rapidement je me suis senti à l'aise et l'appréhension que j'avais initialement est vite retombée.

    L'émission a été un vrai moment plaisant pour moi même si, quand j'y repense (je ne l'ai pas ré-écoutéé), je trouve que mes réponses étaient parfois un peu brouillonnes et je suis parti dans mille directions à la fois... J'étais tellement heureux d'être là, j'avais tellement de choses à dire... qu'au final ça a dû sembler confus aux auditeurs. Je présume -- et j'espère -- quand même que le résultat était néanmoins agréable à suivre. Le tandem avec @dature poker (beaucoup plus posé que moi, malgré ses talents incroyables de rappeur que d'aucuns n'auraient probablement jamais soupçonnés) combiné à la bonne humeur des animateurs@Comancheet@ShiShiont très certainement contribué à créer un climat à la fois convivial et potache. J'ai adoré vivre cette émission "comme les grands du milieu" alors que je ne suis qu'un anonyme dans le microcosme du poker sur YouTube.

    Je ne sais pas si ce "moment de gloire" éphémère m'ouvrira d'autres portes dans mon activité de trublion du poker mais il est certain que cela restera pour moi un succès que je n'aurais jamais osé espérer. J'anticipe quand même que cela va m'apporter quelques nouveaux abonnés et en soit c'est déjà bien.

    Je vais dorénavant m'atteler à produire du contenu diversifié (non plus uniquement des sessions expressos en "live" sur ma tablette)  en streamant régulièrement sur Twitch et en commençant à proposer des vidéos que j'aurai bien travaillées (réalisation, montage etc.). J'ai tellement de passions (autres que le poker) que je ne sais pas où donner de la tête mais je suis agréablement surpris par la tournure des événements =)

    Je remercie encore une fois mille (bouliches) fois tout le staff de la Radio CP car ils nous ont donné à Dature et moi la chance de pouvoir nous exprimer sur notre passion commune, là même où des grands noms du poker sont déjà passés. C'est un rêve pour moi.

    Je n'aurais jamais pu y croire il y a de ça encore deux semaines et pourtant c'est arrivé...

    Cela présage-t-il d'un jackpot imminent sur un expresso pour moi ?

    Pour le savoir, suivez-moi sur les réseaux sociaux (twitter/Facebook/discord) et abonnez-vous à ma chaîne YouTube et à mon Twitch !

    Des bisous, de l'amour (et des bouliches !).

    @+

                    hehe2 / RotoGluOn


     

     
    Dature (à gauche) et hehe2/RotoGluOn (à droite)

     


  4. Like
    fojAA reacted to smir85 for a blog entry, Bilan de mes objectifs et Résolutions 2018   

    Salut les amis,
    j'espère que vous avez passez de bonnes fêtes de fin d'année en famille et bien profitez de vos proches .
    Avant toutes choses je tiens à  vous souhaiter de merveilleux voeux pour 2019 
     
    C'est donc avec un peu de retard cette année que je viens vous faire part
    de mon bilan annuel de mes objectifs et résolutions , je le fais bien plus
    tard que les années précédentes comme beaucoup de choses cette année qui fut
    tournée sous le signe de la procrastination.
     Je ne vais pas tourner trop longtemps autour du pot ; cette année est
    vraiment un échec sur le plan poker et physique notamment ce dernier
    trimestre. D'autre part sur le plan personnel ce fut probablement une des
    années les plus riche et heureuse car j'ai rencontré une fille géniale avec
    qui j'ai passé et passe toujours des moments inoubliable ; j'ai pus vérifié
    la maxime malheureux au jeu heureux en amour!
    J'ai eu de bonnes périodes d'upswings mais c'qui m'a le plus manqué c'est la
    régularité et la rigueur à bien faire et à gérer les moments difficiles IRL sans que cela ne me coûte cher aux tables .
    Je penses également clairement ne pas avoir suffisamment taffé mon jeu malgré
    quelques pics de motiv entre mars avril et juillet août ainsi que début
    décembre . Le reste du temps je n'étais pas assez dans mon jeu trop distrait
    par d'autres choses de la vie .
    Sur le plan sportif ce fut également pas terrible hormis en début d'année
    jusqu'à mars , ensuite j'ai manqué de régularité avec quelques pics
    occasionnels de motivation mais le pire fut comme au poker le dernier
    trimestre à partir de septembre.
    J'ai vraiment sentis qu'en ne me forçant pas plus couplé à l'envie plus
    grande de passé du temps voir bcp de temps avec ma chérie que ma capacité à
    envoyer du volume de taf à baisser .
    L'un des rares points positifs est la rencontre de ma chérie et les voyages
    que l'ont a fait ensemble , des moments vraiment unique et inoubliable que
    je souhaites à tout célibataires !
    Je reprends cette conclusion que j'avais déjà utilisé l'an dernier et qui est
    clairement encore d'actualité et une bonne chose à garder à l'esprit .
    "j'ai remarqué une chose cette année c'est qu'il est vraiment très difficile
    d'être très compétitif tout en étant régulier tout au long de celle-ci sans
    une routine bien rodé et un taff très intense en dehors des tables tant sur
    plan physique que technique ! J'ai ressentis également un leak récurent sous
    la forme d'une envie trop importante de perfer au détriment d'une envie saine
    de simplement jouer le meilleur niveau possible qui ont le sait bien est la
    seule choses vraiment importante à ce jeu ".
    En conclusion je vais devoir être plus organisé et moins procrastiner afin de
    me redonner les chances de retrouver un jeu compétitif et un bon physique
    afin d'être dans de bonnes conditions pour y arriver .

    Voila un bilan détaillé des objectifs et résolutions que je m'étais fixé en
    début d'année :
    SPORT et HYGIENE de VIE (VItal pour play son Agame et aussi pour la santé,le
    moral et le mental !):
    -Faire plus de vélo qu'en 2017 ECHEC   J'ai stoppé mais je me suis m'y à courir et à marcher PEUX MIEUX FAIRE  Pas mal entre février et Avril mais trop irrégulier ensuite .
    -Faire plus d'exercice d'étirements et d'assouplissements avant et après .PEUX MIEUX FAIRE
    -Faire un peu de muscu (abdos, pompes,machine )surtout du haut du corps 2
    fois/ semaine (pour éviter les maux de dos et arrêter de fondre )
    j'essaierais de m'y mettre tout doucement afin de ne pas me faire mal et
    arrêter trop vite ! Y A DU MIEUX J'en ai assez peu fais mais j'ai débuté en novembre , j'essaierais de continuer cette année
    - Mieux dormir. J'essaierais d'écouter des vidéos de relaxations et
    d'hypnoses qu'un membre du CP m'avait  conseillé fin 2016! ECHEC J'ai eu pas mal de choses à gérer hors poker qui m'ont un peu pris la tête mais j'ai eu quelques bonnes période de sommeil
    -Retrouver une meilleur alimentation  dans la lignée de 2016( c'est bon pour
    le moral )  Y A DU MIEUX J'ai mangé plus de légumes.
    -Continuer de regarder moins de séries tout en essayant de faire plus
    d'activités.(je ne manquerais obv pas les GOT , walkings dead , Big bang
    theory et better call Saul mais c'est quasi tout ; c'est déja pas mal ). YA DU MIEUX J'en ai finalement assez peu regardé .
    - Re bosser mon mental afin d'être dans de meilleurs conditions ;
    j'essaierais de progresser dans d'autres choses que le poker pour prendre de
    la confiance . PEUX MIEUX FAIRE mais j'ai ressentis de bonnes vibes lorsque  j'étais bien focus dans mes périodes de footing à progresser!
    - Essayer de combattre ce leak observé par un de mes amis qui est d'avoir du
    mal à supporter les gros enjeux ; je ne sais pas encore comment je vais
    devoir procéder , je vais voir avec mon chan la ligne et les choses à
    travailler pour venir à bout de ce put**n de leak afin de pouvoir enfin
    décrocher mon One time ! Pas eu vraiment l'occaz 
    -Trouver le temps pour continuer le tennis, ping pong , pétanque... et
    essayer de reprendre un peu le billard et les fléchettes  .PEUX MIEUX FAIRE 
    J'ai quasi stop le tennis et le ping volontairement par manque de temps mais je me suis un  peu remis au billard
    -faire de nouveaux trucs comme le saut en parachute , le yoga , la méditation
    , pourquoi pas le théatre .... ECHEC 
    -Continuer de voyager régulièrement ! ATTEINT
    - Moins spew bêtement dans des conneries ou je m'en veux le lendemain matin ! ATTEINT
     
     
    EN MTT :(Pour la gloire , le rêve et l'argent)
    -Continuer d''être gagnant sur les 10€  ( Le niveau reste moyen et il y a des
    tonnes à se faire en étant sérieux et appliqué !) PEUX MIEUX FAIRE
    -Réduire de plus en plus les 5€ avec pour objectifs si le run est bon en 10€+
    de ne quasi plus en jouer Y A DU MIEUX
     -Continuer de jouer de plus en plus de 20€ (afin de m'y installer
    progressivement) ECHEC
    -Continuer de shot les 50€ (afin de me préparer à jouer de meilleurs joueurs
    et why not y faire un gros truc ) ECHEC 
    -Continuer de Travailler mon jeu via les forums,vidéos,les replays des
    majeurs sur PS.fr et .com super enrichissants ,reviews mutuel avec d'autres
    grinders motivés, groupe skype ainsi que les rails pour se motiver et
    progresser ...ECHEC notre chan est mort et est passé sur discord depuis c'est le désert
    - Allez ship un majeur du dimanche Type Classico , Sunday surprise, After
    Work,Warm-up, Million Event ...ECHEC
     -Allez ship un W-Séries ou SCOOP/FCOOP ou why not un nouveau festival pour
    l'arrivé du EU !ECHEC
     
    Comme l'an passé je n'ai atteint seulement que 2 objectifs eu 8 échecs mais progressé dans 3 choses , le gros point négatif est comme l'an dernier de n'avoir validé aucun objectif en terme de pure poker ; je suis assez déçu de çà mais je n'ai pas assez focus et n'ai pas suffisamment  fait l'effort régulier afin de me mettre  dans un  bon mindset et un  bon karma essentiel pour espèrer perfer .
    Physiquement j'ai été également trop irrégulier par manque d'organisation et de motivation .
     
    C'est donc une année encore plus décevante que l'année précédente qui n'avait déja pas été très bonne ; mais comme l'an passé j'ai encore trop procrastiné et je le paie naturellement !
     
     Je repasserais dans les prochains jours vous faire part de mes nouveaux objectifs et résolutions pour cette nouvelle année , à bientôt les amis ;)!
     
     
     
  5. Like
    fojAA reacted to Superantox for a blog entry, 10k year ou + !   
    Hello la communauté ! 
     
    Je vais essayer de faire simple, court et efficace
    Objectif :
    500€ --> 10k€ jusqu'au 31 décembre 2019.
    Contexte :
    Ancien joueur régulier avec un sharkscope à +110K€ sur 3 années de grind complet.
    J'ai un travail, une femme et une situation très stable avec en guise de cadeau la naissance de ma fille le 9 janvier 2019.
    N'ayant plus le temps de grind de part mon métier et de mes nouvelles occupations je décide de me lancer un objectif personnel. J'ai toujours trouvé de la motivation en me fixant des objectifs.
    Challenge : 
    Cash in de 500€ sur winamax. J'ai décidé de monoroom pour le début du challenge avant de mixer avec PS et PMU si le challenge se déroule bien.
    Je vais principalement jouer des mtt 1/2/5€ et quelques sat pour des mtt à 10/20€. Je mixerai avec quelques double or nothing à 2/3/5€.
    Le maître mot de mon challenge va être le BRM, je ne jouerai jamais en dessous de 100 buy in que ce soit en mtt ou sng.
    Au niveau du volume, c'est un peu l'inconnu pour le moment mais je table sur 3/4k games/an. J'essayerai de poster assez régulièrement avec les courbes SS à l'appui pour vous faire suivre ça.
    J'appréhende un peu, car j'ai été habitué à jouer plus cher durant les années précédentes mais bizarrement j'ai rarement été aussi motivé.
    Wait and see.
    La bise
     
     
     
     

  6. Like
    fojAA reacted to Calamity J. for a blog entry, L'art de répondre aux questions à la con sur le poker   
    Je sais pas vous mais moi on me canarde de questions. Car le poker c'est comme la grossesse, y a plus de filtre. Alors voici des réponses toutes faites pour affronter les réactions étranges que provoque cette pratique venue du far west : indiscrétion, angoisse, perplexité, cynisme …
    1- Il en vit ???! (gros ton interrogateur de la mort). Il gagne combien ? (Entendu à peu près 100 millions de fois). Réponse A : on est  millionnaires, je fais caca des hong-kong dollars. Réponse B : sois gentil, mêle toi de ton biiiip!

     
    2- Une variante : "Il perd pas trop ça va ?". Réponse : Oh ba écoute, je viens de vendre un rein sur le darkweb pour éponger nos dettes et la triade lui a coupé un doigt mais ça va.

     
    3- Il déclare ses impôts ? (Entendu 90 millions de fois). Réponse : Non non, on a un compte offshore, même 12. Les Panama papers, c’est nous.

     
    4- C'est fou que tu parles de "travail". Réponse : Ba oui suis nouille je rectifie, il est encore au comptoir à siffler du Calva, ce bon à rien qui pue, lie de l’humanité.

     
    5- Tu vas jamais le voir ? Réponse A : Si si, je reste derrière lui avec toutes sortes de grigris et je récite des incantations en buvant du sang pour mettre à mort ses adversaires. Réponse B : Parbleu, vas-tu donc coller ton mari ingé en réu chez Nestlé toi ? NON, bon ba alors.

     
    6- T'as pas peur qu’il perde tout ? Ah parce que moi je pourrais pas supporter. Réponse : voir la réponse n° 2.


    7- Il va quand même pas faire ça toute sa vie ? Réponse : euh....#@##@## attends je sors ma boule de cristal. Ah non sauvée, il va devenir expert comptable.

     
    8- Vous comptez vraiment avoir un enfant ? Réponse : amis infirmiers, pompiers, taxis, vous qui travaillez la nuit on devrait vous castrer, amis intermittents qui n’êtes pas sûrs de remplir votre frigo, pareil, couic les coucougnettes, toi le professionnel du billard, bim la kékette.

     
    9- C’est un vrai métier ça ? Réponse : Et toi dis-moi, t’en es où de l’éradication de la malaria dans le monde ?

     
    10- La mignonne pour la fin : « Il voit souvent Patrick Bruel ? ». Réponse : Suis marraine de sa fille. Tu veux son 06 ?
  7. Like
    fojAA reacted to NICEBET for a blog entry, Le Run Rose [PART 6]   
    Le retour du Run Rose, 6ème partie.
    Bon ok, j’ai quasiment mis 4 mois à poster alors que le billet est presque fini depuis 3 mois.
    Néanmoins, ça m’a permis d’identifier un leak chez moi.
    Lorsque je ne joue plus ou que je suis broke, j’arrête de poster des mains, d’en commenter et globalement, de parler poker.
    Bon bah, lorsque je ne baise pas, j’évite de me replonger dans mes vieilles histoires de barrel. Dimanche, ça faisait 4 mois que je suis dans ma ferme de vache, seul, dans la campagne Australienne.
    Bref, rigolo de faire le parallèle.
    C’est ti-par.
     
    L’arrivé en Australie, la chasse aux drapeaux et l’observation du Mulet hair style dans son environnement naturel.
    Je viens donc d’arrivé sur ce beau territoire rempli de vide et je ne parle pas des grands espaces désert.
    Après des débuts difficiles aux tables du Crown Perth et un échec cuisant auprès d’une petite fraicheur à stan smith blanche (lien), me voilà arrivé à Fremantle, au « Beach Backpacker ». Une belle boucherie ce backpack. 4 étages de n’importe quoi, aucuns admins, uniquement un gérant présent de 10h à 15h (lol). Le reste du temps, ce sont les backpackers qui gèrent le lieu. En gros, c’est freelance totale.
    Mon plan est relativement simple, je vais bosser dans cette station balnéaire pour gros beauf et réduire les sessions au crown. Je me fixe 2 sessions semaines maximum.
    Je trouve un pti taf de plongeur (payé 24$/h lolilol #australia) au Northfolk hotel le lendemain de mon arrivé. Je chatte un joli set-up. Petite CSB si ça vous intéresse.
    Durant les 3 premières semaines, je passe mon temps à bosser. Lorsque je ne bosse pas, je vais au crown. Du coup, je ne rencontre pas des masses de gens. Je crois être dans un de ces moments où je préfère être seul, plutôt que mal entouré. Les backpackers sont une espèce, pour la majorité, qui ne m’attire pas vraiment. Des gens broke, mange quignon au possible, parfois bobo, très centré sur « leur voyage », faussement cool, surement superficiel. Ajouté à cela que chaque mini short un peu bien gaulé qui se trimballe se voit systématiquement escorter par une bande de mec qui ont besoin d’aller à Montélimar pour épingler du nougat. Bref, je n’ai pas des masses de potes mais finalement ça ne me dérange pas.
    Il y’a bien cette petite Française, Camille, aux tatouages qui mérite quelques cartons rouges, qui me tourne autour mais je suis fine bouche et son 5/10 ne me satisfait pas. Je suis aggro, certes, mais j’ai appris à sélectionner mes starting hand et je sais que tous les spots ne sont pas bons à prendre.
    MAIS BON TU M’CONNAIS.
    Lors de ma dernière soirée, je me fais à l’idée que je n’aurais pas mis « tout dedans » en un mois d’Australie, le slip de carton prend forme. Quand Camille apprend que je pars pour Adelaïde le lendemain, elle m’invite à une soirée sur la plage avec d’autres Français et mon moi bourré du futur se résigne petit à petit me contenter de la moyenne et d’un tatouage étoile très limite.
    C’était sans compter l’apparition de…
     
    Jackie, 24ans. Américaine. Voyage depuis 1 an, essentiellement en Asie. Elle est arrivée en Aussie il y’a 1 mois. 1M60, petits boobs mais un tarma COMPETITION. Une américaine bien gaulé from Calipornia. Très souriante, avenante. Un accent bien de la bas et une façon de parler assez suave, une voix un chouilla cassé. Je me vois déjà l’honorer des couleurs du drapeau. Surtout celle du milieu.
    Alors que je suis au Coles (supermarché), Camille m’envoie un message pour me demander si je peux lui prendre une bouteille de vin et un pack de bière. Rendre un service, c’est toujours plaisant mais surtout ça crée une espèce de redevance inconsciente.       Instant call. 
    En arrivant au backpack, je la vois assise avec d’autres brokepacker, notamment à côté d’un petit T9s des plus sexy. Je donne le sac à Camille et le connecteur suité m’adresse un:
     
    « oh it’s for me, thanks darling » tout en prenant ses bières.
     
    Comment on joue un SC quand on est un trongol ? On le surjoue. Qu’importe la position, qu’importe le flop : T9s c’est trop sexy. Pis j’ai vu Kitai faire un call hauteur T un jour sur un DLTDP. CA VA PASSER.
     
    «Ow, hello you !  I’m Hugo »
    « Hayy, I’m Jackie » combo sourire freedent
     
    S’en suit une discussion banale mais on connecte le flop mon con !
     
    Camille, voyant que je suis bien plus intéressé par cette petite américaine en 1 minutes que par elle en 3 semaines, interrompt notre conversation pour me dire qu’on part dans 20 minutes.
     
    Je lui réponds sans la regarder « Ouais je prends ma douche et je vous rejoins. »
     
    30 minutes après, je redescends tout beau tout propre, prêt à sortir mon double décimètre au premier spot américain.
     
    On finit par décaler une trentaine de minutes plus tard. On est un petit groupe.
    4 Français, 1 irlandais, 1 australien, 1 Allemand et 2 américains. Sur le coup je crois que le mec de New York est le mec de Jackie. Pas très content, mais plus moyen de fold la soirée donc on y va. J’ai entendu tellement d’histoires sur les ricains que je me dis qu’avec un pti coup dans le pif, on pourra ouvrir une table de three handed bien aggro.
    On arrive au French Barbecue, ou tout le monde est censé être cool mais finalement, tout le monde est en groupe et personne n’en sort vraiment. Comme d’hab’, toutes les meufs bonnes on un ratio de 1 sur 4. 1 meuf bonne, 4 mecs dessus.
     
    On se met donc en cercle et j’applique mon plan de Fish. Je bois comme un trou en faisant passer Caballero pour un fumeur du dimanche. Mon compagnon de boisson est Irlandais. C’est un sick degen. Le mec me raconte ses histoires de bagarre, de coke, de la meuf de 15 ans qu’il a mis en cloque. Il me dit avoir des problèmes avec l’alcool. Il a une descente de breton le con.
    A un moment donné, alors que j’avais refilé mon lutin irlandais qui commençait à être en boucle sur sa vie, je me mets à écouter le groupe Camille/ L’américain/Jackie. Cette dernière m’interpelle.
     
    « And what about you Hugo, how many flags ? »
     
    Je commence à être bien bourré à ce moment-là et je ne comprends pas bien ce qu’elle me demande. J’aurais pu demander de quoi il s’agissait mais sur le coup je préfère penser que je n’ai pas besoin d’aller chercher l’info.
     
    Je comprends : « avec combien de filles as-tu couché »
     
    Je la regarde, lui dit que comem c’est un peu gênant mais son côté américa f*ck yeah in god we trust me dit en gros « dont be a faggot »
     
    « 27 »
     
    Les trois me regardent avec des yeux ébahis.
     
    « 27 ??? »
     
    Un peu timidement « Yeah, 27 »
     
    Je me suis toujours considéré comme un joueur agressif m’enfin 27 ca me parait pas non plus énorme. En tout cas pas à créer tel étonnement.
     
    Puis Camille me dit « C’est énorme, t’as quel drapeaux alors ? »
     
    « Comment ça quel drapeaux, de quoi tu parles ? »
     
    Elle m’explique que les « Flags » correspondent aux nationalités avec lesquelles j’ai couché.
     
    Moment forever alone ou je passe pour un énorme étron, ça m’apprendra à call in the dark.
     
    Obligé de dire que je n’avais pas compris en espérant passer sous son radar de détecteur de queutar.
    Je réponds donc « 2 ».
     
    Et là, comme ça, alors que tout le monde écoutait suite à mon annonce de trongol, la belle Jackie me lâche texto :
    « Ow, I would be happy to be your third »
    Un micro silence s’installe.
    Lol wat ?
     
    Camille la regarde de travers genre « mais quelle pute », l’Américain sourit, un des français me regarde l’air un peu dépité et l’Irlandais me eye contact et son regard me dit : BAISE LAAAAAAAAAA
     
    Le même genre de regard de Kayron dans bref. Bref.
     
    Sur le coup, avec l’alcool et les bédos j’ai l’impression de ne pas comprendre. La meuf m’a vraiment lâché cette bombe devant tout le monde ? Elle a vraiment dit qu’elle se ferait bien sauté par l’énorme bg que je suis ? Suis-je vraiment choqué ? Ça se passe comme ça chez l’oncle sam ? Est-ce qu’un présidant américain s’est déjà poli le chinois dans le bureau ovale? Que penses-t-elle des zboub non circoncit ? Autant de question qui traverse mon esprit.
    Entre temps j’ai compris que le New Yorkais n’étais pas son mec quand je l’ai vu enfourné sa langue dans une random francaise après avoir joué « au champs élysée (en francais monsieur) » On distribue un carton « goss bo » pour ce Samy.
    La voie est dégagée, le flop est très beau, je vais la gagné cette main, f*ck yeah.
    Je vais pisser et lorsque je reviens je raise immédiatement et je me mets en position. Je hume son odeur. Elle sent le soleil. Un parfum de meuf qui glande rien à la plage. J’adore cette odeur.
    Je m’assoie juste à côté d’elle, je fais en sorte de bien me coller.
    Elle me dit qu’elle à froid. Bon prince, « so french » que je suis, je lui file mon pull. Elle me remercie et se blottie contre moi. Rien de bien ouf, mais je sens clairement que j’ai un spot de all in assez évident. J’ai passé tout le tournoi « fremantle » à être card dead, je pars demain, j’ai un connecteur suité qui me fait de l’œil et une dizaine de blind...
    Quelques instants après, le groupe décide de partir. On ferme la marche avec Jackie. Elle me dit « slow down, slow down ». Okay, je slow down poupey. Elle me regarde et me dit en Français « Je t’ayme bien Yougo ».
    Bon, comme dirait un des mecs les plus malaisant de youtube en 2017 : AMOLINEEEE.
    Ni une ni deux, je lui offre un french kiss et on s’assoie dans la pénombre du parc, juste devant la butte, avant la plage. On s’embrasse et je sens que la petite monte très vite en température. Elle me demande si je « like son ass ». J’acquiesce et lui cale des doigts instantanément. A ce moment-là, je suis convaincu d’avoir des capotes dans mon sac et lui propose d’aller sur la plage pour la démonter et bon et dur forme. Clairement, le flop est bien connecté, j’ai mon combo draw : Baisé une américaine sur une plage Australienne, deux premières fois en une.
    On se cale sur la plage, seulement run better, je n’ai pas les capotes. La turn est donc pas ouf mais on espère que tout va rentrer à la river parce qu’elle a payé la ptite, faut faire un gros hold now.  La meuf à l’air de s’en branler, elle descend sa jupe et se met en levrette. J’ai donc la vision de son cul divin face à moi mais aucune armure de latex. Je lui cale encore des doigts en pensant que je pourrais mettre mon poing. Sans déconner, elle pourrait accueillir deux togolais dans sa caverne.
    Mais là mes cons, je me retrouve dans un dilemme un peu chiant. Je me suis juré de ne plus jamais subir un stress post relation non protégé. Je suis du genre méga angoissé avec ce genre de bail. Avant de partir j’ai passé des analyses. J’avais limite pas dormi pendant 3 jours en imaginant ce que serais ma vie si les résultats étaient positifs. Finalement tout était négatif, le sentiment d’avoir chatté une tonne, j’ai limite lâché une larme de joie lorsque j’ai appris la nouvelle. Je me suis aussi promis de ne plus m’infliger ça.
    L’hôtel est à une bonne trentaine de minute à pied, il est 1h du mat, il fait froid. Autant vous dire que je sens que si je lui dis « ouais mais non, je n’ai pas de capotes », la chaudière qui me tend son cul va vite se refroidir et le dealer va me sortir un jolie brique river.
    Finalement, je choisis l’option low variance et prend le risque de louper le spot.
    « No condom, we have to go back to the hostel and then, I’ll show you my french touch ».
    « Ow » Assez froidement.
    Elle remonte son string et sa jupe et on part de notre plage.
    Elle marche devant moi à une bonne dizaine de mètre.
    Je suis entre le « Putaaaaain Hugo, putaiiiin » et le « putaaain je suis fier de toi Hugo ».
    Elle commande un Uber et pendant l’attente, j’arrive à la faire rire. On se ré-embrasse et je fais tout pour la garder à température ambiante.
    Dans la voiture, j’accélère et passe en mode raise any two. Je lui lâche des trucs salaces en français dans le creux… De l’oreille, et lui caresse le nougat discrètement.
    Arrivé devant l’hôtel, elle me demande de descendre en premier et de l’attendre dans les chiottes du 2eme. Elle ne veut pas qu’on soit vu ensemble.
    Lol ?
    Elle m’explique qu’elle a couché avec un autre français la nuit d’avant (laul) et qu’elle n’a pas envie de passer pour une trainée car elle vient tout juste d’arriver. (infinite lol).
    Bon balec, je me marre quand même un peu parce que je me rappelle plus tôt dans la soirée qu’un des français m’avait parlé d’une meuf qu’il avait baisé la veille et je comprends que vu le regard qu’il m’a lancé plutôt que c’était elle et qu’il voulait un match retour.
    Sorry bro, tu vas chauffer le banc ce soir. Je me charge de représenter le pays.  Bleu blanc rouge bordel !
    Je l’attends donc dans les chiottes et c’est un moment dont je me souviens. Le temps semble long mais elle finit par arriver. Elle met la poubelle devant la porte et vient vers moi. Les chiottes sont en long. Il y’a 8 éviers dont un plan de « travail » propice au démontage de petit boule d’américaine. Elle se déshabille doucement, limite en me faisant un strip tease  en me regardant avec un put**n de regards de coquine. Je l’embrasse et la démonte littéralement sur « le plan de travail ». Elle me dit d’y aller plus fort, que je peux lui faire tout ce que je veux, « do you like m yass ? » mais lol. Je la retourne, lui met des claques de mutant sur son pti cul bombé, elle hurle. A un moment donné, je sors et lorsque je me remets en position elle me ressort « do you want m yass ? ». Je comprends que je n’avais pas compris la première fois donc « why not ! ». Je tente alors d’inséré mon gourdin mais sans lubrifiant, c’est mort. Elle me dit ok ok, f*ck my pussy, f*ck me please, f*ck me hard !
    J’en rajoute pas.
    La river rentre donc, aussi bien que ma clé de 19 dans son antre, et put**n, c’est un énorme kiff. Comme quoi, même en jouant comme un manche, on peut ship. Jeu de con.
    En plein ébat, la porte s’entrouvre. Quelqu’un essaye d’entrer. Paniquée, elle se retire et me traine dans les toilettes. (On était sur les éviers, les toilettes sont dernières nous et ont une porte qui ferme à clé). On attend 10 seconde de voir si la personne va entrer mais finalement, rien. Je continue de la prendre sur les chiottes. put**n qu’est-ce qu’elle en veut, rarement eu autant de répondant la première fois!
    Vu que je suis bien bourré, j’ai du mal à finir. Je lui propose donc de me gober le chybre, ce qu’elle accepte avec une certaine joie. Pendant qu’elle me suce divinement, elle me regarde dans les yeux, me crache sur la queue en me répétant « give it to me ». Oui oui, comme dans les film de boule, j’en reviens pas.
    Je finirais rapidement, en lui en mettant bien partout. Après avoir payé mon tapis, elle continue de me sucer 30 secondes, me fait un bisou sur le gland, ouvre la porte, se débarfoutre dans l’évier, se rhabille, m’embrasse sur la joue et me dit « Have a nice trip to Adelaide ». Elle quitte la pièce en faisant des petits sauts, telle une put**n de biche.
    Je l’ai tringlé pendant 30 bonnes minutes, c’était put**n de intense et la meuf se casse genre 1minute 30 après. Pas de dialogue post coitale, même pas une chance de lui mettre un deuxième barrel. Je me retrouve à poil dans les chiottes, seul avec mon zgeg qui coule.
    Quelle baise ! Spoiler : La meilleure de l’année d’ailleurs.
    Le lendemain matin, le réveil est difficile, j’ai une grosse barre au front et dans le zlip, put**n, un ptit barrel matinal ça ne m’aurait pas dérangé. Retour rapide à la réalité, je dois check out avant 10H et chopper mon avion en début d’après-midi, pas le temps d’imaginer un plan pour une autre main avec elle. J’admets avoir furtivement pensé « rater » mon vol mais heureusement, mon cerveau s’est servi de ma gaule de taulard pour latter mes couilles et revenir à la réalité : Pas de match retour.
     Lorsque j’arrive à la réception pour rendre mes clés, qui je vois derrière le comptoir ?
    Jackie.
    Y’a une autre personne à côté d’elle mais lorsque je rends mes clés, elle me fait un grand sourire avant de me souhaiter bon voyage.
    Je ne la reverrai jamais même si par la suite, j’ai essayé de la retrouvé dans des amis commun potentiel.
    La moralité de cette histoire, les américaines sont élevés au film x, l’Amérique, cette porn nation.
     
    KATE, 25 ans, étudie je ne sais quoi, travaille en parallèle. 1er (set et) match sur Tinder. Australienne pure souche. 1m60, fine, un joli sourire, des yeux de chat. A fait un séjour en France, à Tours quand elle était au collège et depuis elle « love le France ». Aime le vin mais végan/ chiante au possible. Adore sa m**de de pti chien.
     
    Après avoir délaissé cette belle application, le « spin & go » de l’amour refait surface lorsque j’atterris à Adelaïde. 
    Je suis donc là depuis une grosse semaine, fraichement débarqué dans ce nouveau backpack « le blue galah hostel ». L’offre des filles ici ressemble à l’offre MTT de PS.FR  et je décide donc, assez logiquement, d’ouvrir PS. Com.  
    Ca match bien, on discute pas mal,  à raison d’un ou deux message par jour pendant une semaine. Quand même.
    On se rencontre dans un petit café Français dans le très joli quartier « Vardon » d’Adelaide, au « Hey Jupiter ».
    Elle arrive habillé tout de noir vêtu, lunette de soleil et un peu en retard.
    Je lui fais machinalement la bise, elle recule « j’ai forget » qu’il ne fallait pas open 2bb mais plutôt faire une poignée de main ou un « hug », mœurs anglophone oblige. Mais je m’en fou, je suis Français moi Modame. Je lui tape une bise. Elle a un rictus un peu coincé  du style «ow  it’s a bit chocking » mais ça passe.
    On s’assoie, je commande une pinte bien balla à 18$ et elle prend un thé.
    On discute, c’est fluide, malgré mon niveau d’Anglais peu respectable au moment de l’action. Elle m’explique qu’elle ramasse un peu car elle est sortie hier soir, mais qu’elle est contente de me voir.
    Pas très compliqué à lire cette Australienne, même sous ses lunettes teintées.
    On finit nos breuvage et elle me propose de décaler récupérer un truc à son lieu de travail. On est Dimanche, mais elle a les clés.
    All right, let’s go.
    On arrive devant un immeuble, on monte dans l’ascenseur et je ressens comme une tension sexuelle qui s’installe.
    Arrivé à son étage, elle me montre son bureau, m’explique ce qu’elle fait etc. C’est vide de chez vide et je crois que j’ai un spot pour la déglingué immédiatement. Avec le recul, je suis quasi sûr qu’elle n’avait rien à foutre ici et que son intention était de se faire mettre tout dedans pour raconter l’histoire à  ses copines le lendemain. Seulement voilà, j’ose jamais faire ce genre de move aussi tôt dans le tournoi donc je fold, n’étant pas sur de la force de ma main, lâche que je suis. La tension est tellement palpable que même sur le coup, j’ai l’impression d’être une petite lopette qui squatte la NL10 depuis 5 ans.
    Elle prend sa m**de et on reprend l’ascenseur. A peine arrivé dedans, un silence lourd de sens éclate et lorsque je tourne la tête, je la vois me regarder en se mordillant la lèvre. Bon, on n’est pas un pédé, c’est parti. Je raise et ça snapcall chez maman kangourou.
    Alors qu’on est en plein patinage artistique, l’ascenseur stop et un mec en costume rentre. L’ankwartitude est complète. Le mec se met dos à nous et on pouf de rire, nerveusement j’imagine. Une fois au rez de chaussé, on sort tranquillement et je lui demande si elle le connait. « Yeah, he works with me ». LOL. Bah il a pas dit bonjour, il va niquer sa mère.
     
    On va donc se poser dans un parc et on alterne entre séquence de roulage de patin intensif et discussion sur la France et l’Australie. C’est cool, c’est léger, ça fait du bien.
    On se quitte en fin d’après-midi car elle à des trucs d’Australienne à faire, probablement promener son chien ou se maquiller.
     

    Kate (à gauche)
     
    Elle est finalement assez peu dispo et on se revoit le samedi soir qui suit.
    La tenue n’est pas la même, petite robe verte sexy, talons, maquillage étonnement sobre pour une australienne du Saturday night. Elle est put**n de pas mal en fait !! Le 6/10 que je lui avais octroyé se transforme en 7.5/10 puis en 8.5/10 lorsque j’en suis à mon 4ème verre de pinard.
    On se retrouve dans un bar français qui coute une blinde mais au diable l’avarice, j’ai une envie de faire all-in dans sa cavité muqueuse donc on paye papa, on est là.
    A la fermeture des bars, je la raccompagne à sa bagnole.
    Sur le trajet, on s’arrête toutes les 5 minutes pour se rouler des patins et je tâte allégrement ses fesses. Ça m’a l’air bien plat tout ça mais put**n, y’a pas un cas où je la baise pas ce soir, j’ai lâché 100$ en boisson bordel, j’ai mon biscuit, faut le tremper now. Cependant, la note repasse à 6.5/10 malgré l’alcool. Un cul plat, si petit et de graisse dépourvu soit-il, c’est carton rouge direct monsieur l’arbitre.
    Lors d’un énième stop, la rue est déserte et lorsque je l’embrasse, je remonte sa petite jupe de façon à ce qu’elle ait le boule complétement à l’air. Là, elle me propose de venir chez elle en se mordant la lèvre. Ouuuuuh tu vas le prendre ton barrel, tu vas le prendre !
    J’accepte, évidemment.
    Je vois le drapeau Australien flotté au-dessus de ma tête et un kangourou me fait un check.
    Elle habite à 20 minutes du centre et pendant le trajet la température ne descend pas, j’ai appris à les garder chaude même dans des phases de déplacement, du coup c’est thermostat à 180° et touchage de crustacé pendant qu’elle pilote.
    On arrive chez elle, une maison assez balla qu’elle partage avec sa coloc…  Quand elle voit mon air surpris en voyant une barre de pole dance dans le salon, elle m’indique que sa coloc est Strip teaseuse. A ce moment-là, je pense à Jackie, qui j’en suis sûr, m’aurait payé une ptite démo pour me mettre en appétit. Puis je pense à sa coloc, qui aurait pu, m’accueillir un peu plus dignement.
    Après présentation de son ignoble étron qui lui sert de chien, on va direct dans la chambre, pas de case « tu veux un verre » ? Non non madame, ça sera immédiatement la TF en position de CL. Je la déshabille sauvagement, ce que je vois n’est pas déplaisant si ce n’est l’affreux choix de sous vêtement. Disons que c’est tout sauf sexy mais ballec, je fais l’impasse. Je lui demande pas d’être Française.
    On commence à baiser, elle a un peu mal et me dit que du lubrifiant serait pas mal. Ok balance du lubrifiant. Je m’attends à ce qu’elle fouille dans son tiroir, mais non, elle se lève, à poil donc, sors de la chambre et revient avec le précieux. Elle est allée demander à sa coloc et je vois la scène depuis le lit. Celle-ci ne manque pas de lui balancer littéralement une poignée de capote dans le couloir en lui disant un truc que je ne comprends pas. Probablement un truc du genre « tape trois fois contre le mur si tu veux que je vous rejoigne ».
    Ça passe mieux mais j’ai du mal à rentrer dans l’action. Je pense à Jackie. Malgré ma demande, elle refusera de me pomper le nœud. Tristesse infini mais bon, premier soir je peux comprendre. M’enfin tout de même. « Tu veux baiser sans sucer bouffonne, GARDE LA PECHE ». Cette punch ne quittera pas mon esprit, juste à coté du « give it to me ». Bref. Elle est quand même bien chaude même si ce n’est qu’une petite victoire d’un 3.30$ rebuy 180 max.
     

    Kate (a droite hein) avec une copine moche, basique. Je souligne que le port de lunette de cochonne est une invitation a la facialisation, ne l'oublions pas.
     
     
    Le lendemain matin, vous me connaissez maintenant, je lui mets son barrel matinal. C’est ok, un peu moins sauvage que le soir mais ça reste une prestation correcte. Seulement voilà, la capote craque. put**n.
    Je lui demande si elle est ok et elle me répond que oui, elle fait des tests régulièrement. Je me sens soulagé mais put**n, je suis une flipette total sur le sujet. Franchement, je prends le truc comme un bad beat qui va me hanter pendant les jours à venir.
    Mais bon, vu que je suis dans un backpack de mutant avec plein de monde et un bar en terrasse, je n’y pense pas trop. L’alcool coule à flot tous les soirs et finalement, je suis plutôt serein.
     
    On se revoit le Vendredi soir, cette fois je la rejoins directement chez elle car Mme à un diner de gala. J’arrive avant elle devant sa maison, je l’attends une bonne quinzaine de minute.
    Je vois un gros gamoss ultra balla arrivé et je la vois en descendre habillée en tenue de soirée avec des perles autour du cou.
    Elle est déglingué, elle me saute au coup alors que le 4x4 pars à deux à l’heure. Je comprends ici qu’elle exhibe son trophée à ses ami(e)s. On finit par rentré, même scénario, pas de verre, directement au lit ! Je la tringle, elle se donne davantage mais j’y suis pas. Je suis obsédé par son petit cul si plat. Fais des squat bordel !!!
    Le lendemain, elle me ramène à mon backpack et ça sera la dernière fois que je la vois. Pourquoi ? Deux raisons. La première, j’avais ouvert un pti SNG en parallèle avec une Polonaise qui venait d’arriver au backpack. Vous comprendrez dans la troisième partie de ce billet. La deuxième et pas des moindres. Le dimanche, alors que je me lève pépère et que je me prévois une belle soirée de grind online (le vrai grind online pour le coup), j’ai la mauvaise surprise de pisser des caillots de sang. Vision d’horreur de voir du sang sortir de son urètre. Je ne le souhaite à personne. Dépucelage de MST pour papa, cette pute m’a filé le Chlamydia. Après une journée à totalement paniqué, je suis au labo à la première heure le lundi matin. La toubib me fait faire des analyse, me file un antibiotique et c’est réglé. Mais put**n, quel stress ! Une semaine plus tard je reçois les résultats- Négatifs sur tous les trucs qui craignent. Double rassurement quand trois mois plus tard je vois que Kate à partager « à donner son sang » sur FB. Plus tard, je lis dans les commentaires elle dit que son sang été donné à un patient. Ouf.
    Moralité : Protégez-vous bordel et choisissez des filles qui font des Squat. Les culs plats, c’est comme les grosses chevilles, c’est dégueulasse.
     
    Voilà, je sais, il n'y en à que 2 (et si peu de photo) mais c'était déjà bien long ! Je vais tâcher de pondre le prochain billet en moins de 4 mois, promis !!!
     
    La bise
  8. Like
    fojAA reacted to NICEBET for a blog entry, Entracte-"El Tornada" [part 1]   
     
    Je la surnomme "El tornada".
    Ca hypnotise, on crève d’envie de s’en approcher
    Un concentré d’énergie qui fait valser toute chose établie
    C’est bien elle qui décide ou elle passe
    Je me pensais chasseur de félin me voilà chasseur de tornade
    Voilà notre histoire.

     
    Fin Juillet 2017.
     
    Je viens d'achever mes 3 mois de ferme à Niranda et me voilà fraichement débarqué à Melbourne, plein de confiance, heureux de vivre. Durant ces 3 mois, j'ai grindé le .com from 100$ to 9500$US. Vive les SNG HT KO 18 Max lolilol. Mon plan est simple, grinder comme un bot pendant un mois en attendant les séries live au Crown. Maintenant que je n'ai plus d'obligation de réveil à 6h du mat', je compte bien adopter un rythme de vie décalé et jouer les majors du soir qui commencent aux alentours de 3h du mat’ ici.
     
    Une semaine se passe et j’applique mon plan à la lettre, je vis au Urban Central Accomodation, un backpack plutôt classieux. Je suis le vampire du 4ème étage, seul endroit ou il y’a des bureaux. 
     
    Lors d'une nuit froide d’Août, je descends en bas de l'hostel pour fumer ma clope, comme à chaque pause.
    En sortant de l'ascenseur, dans le hall, j’aperçois une fille de dos, a croupis, qui lutte pour ferme son gros backpack, entouré de ses son bordel affaires. 
    Je continue ma route jusqu'à la porte et sort du bâtiment. Je me cale dos contre le mur et tente de faire le vide. Il doit être 4h du matin et les gros MTT arrivent. Je suis dans mes pensées.
     
    Et c'est là qu'elle déboule, une tornade. 
     
    Un peu maladroitement, elle passe la porte de l'hôtel, regarde à droite, à gauche puis se dirige vers moi, grand sourire aux lèvres. Elle dépose tout son bordel et me lance :
    "Hey mate, how are iou?"
    Je snap qu'elle est Française et lui rétorque:
    "Fraichement et toi ?"
    Elle a un petit rictus quand elle me fixe dans les yeux, je suis déjà sous le charme.  
    "Ça va, ça va..." dit-elle en regardant ses pieds
    Je comprends ça comme un "ça va pas des masses".
    "T'as un avion à prendre ?"
    "Oui" assez sèchement.
    "Tu pars en Asie ou retour au pays?"
    "Euh.. Retour au pays"
    Je sens que ce n’est pas forcément une bonne nouvelle de rentrer au pays du fromage qui pue et n'insiste pas plus. 
    A peine ai-je le temps d’imaginer un enchainement :
    "Ah, je crois que c'est mon Uber".
    Avant de s'engouffrer dans son tacos, elle me lâche un
    "Enjoy ton trip mec, a plus".
    Je réponds "Merci, à dans une autre vie"
     
    Je le pense vraiment.
     
    Pas eu le time de prendre quoi que ce soit, à vrai dire je n'y ai même pas pensé vu comme tout s’est déroulé rapidement.
    Elle part et je regarde la voiture en me disant que c'est bien dommage. Elle était divine.
    1M80, des cheveux auburn très longs, un visage fin, une bouche pulpeuse et une paire de fesses... Je n’ai pas besoin d'en voir plus pour savoir que c'est super ferme. Une beauté. Pas la meuf qui sait qu’elle est top bonne et qui en fait des tonnes, non non, une fille à l’allure décontracté, pas de make up, naturellement belle. Tout ce que j’aime.
    Petite info nutsé, elle a fait de la danse classique niveau professionnel pendant 10 ans, elle est d'une souplesse renversante.
     

     
    Un mois et demi plus tard, alors que j'ai broke environ 10k$ en live et que de surcroît ma rigueur online s'est dissipé, il me reste 3K$ Online et je suis un peu au fond du gouffre. Ça fait 4 mois que je n’ai pas touché une femme et à vrai dire, je suis tellement anti-social que je n'y pense pas vraiment. En fait, je crois que j’ai tellement plus confiance en moi que je m’avoue déjà vaincu.
     
     Jon Snow vient de se faire poignarder par ses anciens démons.
     
    Ma vie social consiste à raconter mes sessions à un italien qui à jouer en semi pro il y'a quelques années de cela.
    Un matin, vers 15h, je suis dans l'ascenseur avec lui et me dirige vers mon petit shop ou je prends mon café de début de journée, je lui raconte quelques mains jouées la veille.
     
    Et là, surprise.
     
    Lorsque la porte de l'ascenseur s'ouvre, je tourne la tête et je la vois.
     
    C’est elle.
     
    Dépourvu, je la fixe, elle me fixe et je lâche un 
    "Ah, bah t'es revenu ??" totalement désemparée, comme si j’avais vu un fantôme.
    "Euuuh, bah ouais !" dit-elle tout aussi étonnée.
    Je souris, plisse les lèvres et continue mon chemin sans ajouter un mot. 
    Un peu surpris de cette rencontre, je raconte toute l'histoire à mon pote Italien qui me dit un truc du style « brow it’s destiny ». C’est bien un put**n d’rital ce bon Angelo.
    On marche jusqu’au shop en discutant de cette curieuse aventure, je prends mon café et la journée se passe sans que je la revoie.
    Le lendemain, je me lève vers 13h et pars comme d'habitude chercher mon café. Je remonte dans ma chambre pour le boire et quand je pousse ma porte, qui est-ce que je vois ?
     
    La divine est dans ma chambre et déballe ses affaires.
     
    "Oh put**n c'est toi" Qu'elle me dit.
    "LOL, oui c'est moi, tu m'as reconnu donc ?"
    "Oui, mais pas tout de suite. J'étais genre méga surprise que tu m'es reconnu alors qu'on s'est vu 2 minutes, mais après ta tête m'est revenu".
    Premier tell, elle se souvient de moi.
     
    Au bordel, la vie m'envoie un signe. Dès l'instant que je la vois dans ma chambre, j'ai l'impression qu'on va vivre un truc, ça ne peut pas en être autrement. Il y'a 80 chambres dans ce put**n d'hostel, c'est juste incroyable qu'elle soit là. 
     
    On discute et directement le courant passe très bien. De mon côté je panique quand même un peu, en réalité je suis pris de court, je ne sais pas quoi faire, quoi dire.
    Je ne ressens rien la plupart du temps mais lorsqu'une fille me tape dans l'œil, je suis insta amoureux et je sais plus où j’habite. 
    Quand je lui parle, j'essaye d'occuper mes bras. J'ouvre mon placard, fait mine de bidouiller un truc, le referme puis le re-ouvre, tout en tentant de tenir un fil de conversation intéressant. J'arrive à donner le change mais je pense qu'elle grille que je ne sais pas vraiment quoi faire et que je suis totalement désemparé.
    Au bout d’une bonne vingtaine de minutes, je lui prétexte que j’ai un truc à faire et m’avance vers la sortie. Avant de partir je lui propose de fumer un joint ce soir, ce qu’elle accepte.
     
    Avant de sortir, j’en profite pour prendre une info sur mon opponent :
    « Au fait, comment tu t’appel ? »
    « Inès » me dit-elle avec un sourire jusqu’aux joues.
    « Enchanté Inès »
    Je te fais l’amour quand tu veux Inès, et je t’enfante si tu le souhaite.
    Durant la journée, je n’attends qu’une chose, la revoir. Elle m’obsède. Elle déborde d’une énergie qui me fait cruellement défaut, quelque chose de réellement envoutant.
    Elle rentre vers minuit, je commençais à perdre espoir. J’ai déjà fumé quelques joints et je suis bien défoncé. J’ai pas trop envie de faire le mec needy donc je ne projette bizarrement pas de lui dire « hey tu viens on va fumer un joint ». Je me contente de lever les yeux de mon sng pour lui faire un sourire
    Elle me voit prostré dans mon lit, me lâche un « Hey, ça va ? J’ai gratté un bédo à ma pote, ça te dit ? »
    Je snap !
    « Oui, carrément ! »
     
    En vrai, ça m’arrange pas tout de suite car j’ai deux tables SNG Hyper Turbo qui tournent, mais je m’en balec. Je ne veux pas louper le coche. Je vous le dis tout net, ce soir-là ce joint m’a couté 2x25$ #balla
     
    On prend les escaliers car il faut bien qu’elle dépense cet excès de speed en elle. Durant les 3 étages, elle court, comme une enfant ! Je trouve ça mignon. Elle est d’une énergie débordante, c’est vraiment dingue. Ce qui est rigolo, c’est que quand je suis seul, je cours aussi en général. Comme un enfant.
    On arrive dehors, elle roule un beau bédo, assez rare pour une femme, et on le fume en discutant de tout et de rien. Je lui pose des questions pour la faire parler et j’en apprends un peu plus sur elle. J’apprends qu’elle est de Dijon mais qu’elle a passé une bonne partie de son enfance… à Sète, à 15km de Montpellier. Sa grand-mère y vit. Elle adore ces deux villes. D’ailleurs elle projette de s’installer dans ma belle ville natale quand elle rentrera de son voyage « pour se poser ».
     
    put**n. Que quelqu’un me fasse les math d’un truc pareil.
     
    En plus d’être un 9/10, on match sur une tonne de trucs. Ce qui est drôle, c’est que malgré ces similitudes, c’est une tornade et moi une mer tranquille. Tout nous oppose et pourtant on est pareil. J’agis souvent comme une espèce de catalyseur sur les gens mais sur elle, ça se ressent à peine tant elle en met partout.
     

     
    J’apprends aussi qu’elle a fait l’aller-retour pour aller à l’enterrement de son oncle. J’avais bien senti ça aussi, c’était un retour forcé.
    Bref, on est complice de mutant, comme si tout ce qu’elle pensait été déjà passé par chez moi, c’est juste hallucinant. Ca crève les yeux qu’on ne va pas en rester là. On parle avec fluidité même si j’essaye de faire attention à ce que je dis pour faire bonne impression. Après coup, je crois que c’était une erreur. Il faut être comme on est mais l’effet du bédo m’a souvent poussé à jouer un rôle.
     
    On finit le pet et on remonte dans la chambre. Je l’a hug et on va dans nos lits respectifs.
     
    Les jours passent et on se voit dès qu’elle ne bosse pas. On passe notre temps ensemble.
    Dans l’hotel, je me sociabilise avec du monde et les mecs viennent me voir pour me demander si c’est ma meuf.
    « Pas encore »
    Je gagne 1000 points de « respect de bg » chez la gente masculine de l’établissement et j’ai désormais droit chaque matin « alors, tu l’a pécho ? Franchement, qu’est-ce que t’attends ? »
    Mon pote rital en fait des caisses. Même si j’en étais quasi-sur, il se passe un truc avec cette meuf. Elle ne se comporte pas pareil avec moi qu’avec les autres.
     
    Un soir, alors qu’on revient de fumer un beignet, elle me dit qu’elle n’est pas fatiguée.
    « On matte un film dans le salon si tu veux »
    « Huum, ouais, carrément ! »
    Je choisis un random dvd et on s’assoit dans le canapé.
    Au bout de 15 minutes, elle me dit assez sèchement.
    « Bon, je vais me coucher »
    Je capte pas et suis forcément assez déçu. Je trouvais que c’était un superbe spot pour faire « amoline ».
    Pour ne pas perdre la face, je lui réponds
    « Ok, je suis toujours pas fatigué, je reste là ! »
    « oki, bonne nuit »
    Elle s’engouffre dans la chambre.
    En vrai je suis crevé et sacrément fonssdé. Je rêve de mon pieu ou d’elle dans mon pieu mais en aucun cas j’ai envie de me taper tout le film.
    Je reste 30 minutes histoire qu’elle s’endorme puis rejoins ma couchette.
     
    Un jour, on fait une mission « vol à l’étalage » dans un méga centre commercial du centre ville. Faut savoir qu’en Australie, c’est vraiment easy de voler. Zero contrôle de ce que t’embarque en cabine, pas de vigile. J’ai jamais voler en France et je le fait à l’étranger, pas plus fier que ça mais bon balec, c’est avec elle. Sur la session je vole un pull BALMAIN à 680$ (wtf), un jean levis à 230$ et deux T-shirt Ralph Lauren. Elle, elle est pire que moi, elle vole un milliard de truc. Ca passe crème. On se marre bien quand on sort de là, on décide d’aller boire une bière.
    Et là, première fumée noire. Alors qu’on pillave tranquille de la binouse, elle me raconte un peu son Australie. Jusqu’à il y’a quelques semaines, elle était avec un Australien et ça c’est mal passé. Je n’ai vraiment pas demandé à en savoir plus, en mode « je m’en braaaaanle de ton conn**d d’ex qui t’as fait souffrir » mais appartement elle était encore impacté par cette rupture. « Trop passionnel » qu’elle me dit. Je n’ai aucune compassion pour le coup, je lui dis un truc du genre « ouais, ça arrive. L’amour, ça se construit. La passion, ça dure jamais vraiment » Ce qui en soi, n’est pas totalement faux d’ailleurs. Le fait est qu’elle qualifie cette relation de destructrice et qu’elle a morflé.
    Les jours passent et j’ai vraiment l’impression qu’il faut que je tente quelque chose rapidement.
    Pour la première fois depuis longtemps, je ressens quelque chose de fort. J’ai envie de faire du chemin avec elle. J’ai envie de voyager aux quatre coins de l’Asie…
    En réalité, je m’emballe une tonne.
    Tout le monde sait bien qu’il ne faut jamais s’emballer. Pas maintenant en tout cas. Mais quand elle me regarde je vrille complétement, je suis totalement paumé.
    Arrive sa soirée de post départ. Dans 5 jours elle part en NZ et prévoit donc une épic night avec des potes de son resto et moi.
    Dans la journée elle m’envoie un message :
    « Bon, je te veux en forme ce soir !! Fume pas de bédos, on y est jusqu’au bout de la night »
    Je trépigne. Je sens que c’est le bon spot. Elle a prévu de la D, elle va être bouillante, c’est maintenant.
    Je passe une journée à la playa avec mon pote italien, on dégomme de la canette et toute l’après-midi tourne autour de la soirée. « This is it Yougo ».
    On arrive au soir.
    Je vais manger en ville et revient à l’hotel vers 18h. Elle est sensé finir à 19h30 mais alors que je marche, j’entends sa voix derrière moi « Hugoooo ». Son boss l’a laissé partir plus tôt.
     
    Du coup, on va se poser dans le bar de l’hotel avec deux trois personnes qui nous suivront ce soir. Elle se met face à moi et on commence à bien picoler. La discussion est banale vu qu’il y’a du monde, bien loin de nos discussions intimes. Mais c’est cool.
    Vers 22h, tout le monde commence à être bien chaud et on part rejoindre ses collègues filles dans un bar. En fait, c’est un bar/ boite plutôt cool dans le CBD. La musique est cool, ses copines connaissent la barmaid du coup c’est verre moitié prix. Elle me prend à part et me demande si je veux taper maintenant, je dis banco.
    On part dans les chiottes tous les deux et je prépare les para.
    Je sais pas ce que je glande mais je l’embrasse pas. Genre c’est un spot idéal, mais non, je flippe qu’elle me mette un refoule et de devoir passé le reste de la soirée en mode ankward as f*ck. En réalité, je crois que mon troisième œil à déjà détécter une perturbation dans la force.
    On gobe tout ça et on retourne avec les gens.
    Ça commence à monter gentiment et je décide d’aller fumer une clope dehors, mon verre à la main. Inès et deux potes me suive.
    On fume la clope et au moment de rentrer le videur me stop et me dit « pas toi ». LOL.
    Pardon ?
    En fait, interdiction de sortir avec un verre dehors sous peine de bannissement. Je m’énerve un peu (toujours une bonne idée de se vener versus un videur) en lui disant que ça serait cool de prévenir, j’ai pas la science infuse. Je tente de négocier mais le gars me dit « One more step I kick you ».
    Bon OK on va pas test goldorak dans son armure de cuir. Je rebrousse chemin. Fort de mon exclusion, les autres finissent par descendre et on se casse pour aller dans un autre club.
    Je ne me souviens plus du nom mais c’est super lourd. Bête de son, pas trop de monde et surtout la drogue monte. On arrive dedans et on va direct poncer le dancefloor, je danse avec Inès en pleine montée, mais encore une fois, je ne tente rien. Je ressens vraiment comme un put**n de blocage, c’est usper bizarre.
    On monte à la terasse pour fumer et elle s’assoie sur moi. Lol.
    On discute, je passe mes bras autour de sa taille mais toujours rien. A vrai dire je suis plus en train de gérer l’afflux sanguin dans mon gourdin. Je n’ai vraiment pas envie d’avoir un braquemart à calmer un émeutier maintenant. De mémoire je pense à ma mère qui fait des crèpes. Laul.
    Bref, la soirée file à une vitesse on fait des aller-retour dancefloor/ terasse et à chaque fois, elle s’assoie sur moi.
    A 5h du mat, je suis toujours aussi entreprenant qu’un fonctionnaire de police sans son chef.
    On part en after dans un appart.
    Sur la route elle prend cette photo :
     

     
    Seul témoignage de son passage dans ma vie.
     
    On arrive dans l’appart et sur les 5 présent, 2 dorment dans le lit, 2 gouines se pécho dans la chambre d’à côté, ne reste qu’un des mecs de l’hotel totalement déchiré, qui fixe le mur en écoutant de la transe. Vla l’ambiance.
    On réanime le truc mais ça sent quand même la fin de soirée. Avec Inès, on peint sur le frigo de la proprio à avec de l’acrylique, c’est assez drôle.
    Soudain, elle me dit qu’elle ne va pas bien. Elle sort, pose un énorme pâté. KO.
    On se semi endort sur le lit on le coupe dormait déjà, autant vous dire que j’ai genre un espace plus petit que ma teub en guise de dodo. Mais je m’endors en enlaçant la belle.
    Je ne dors pas vraiment d’ailleurs, forcément, je suis à fond de balle.
    1h après, j’en ai plein le cul et je fais péter le Uber à 80$ car put**n on est à l’autre bout de la ville et les prix sont majorée. Dimanche matin oblige.
    On arrive à l’hotel est Inès est pâle as f*ck. Elle va direct dodo. put**n Hugo.
    Je me dis que j’aurais un autre spot mais à ce moment là, je sais que le spot est passé.
     
    Fin de la part 1.
    C'est déjà un beau pavé mais j'ai l'impression d'avoir rien dit tellement qu'il y'avait de choses indescriptibles. Ça fait des semaines que j'essaye de pondre ce truc sans en être satisfait. Bref.
     
    Stay tuned
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
  9. Like
    fojAA reacted to NICEBET for a blog entry, Le Run Rose [PART 5]   
    Je sais.
    J’ai mis du temps à pondre cette 5ème partie.
    J’étais trop occupé à détruire ce que j’ai mis 8 mois à construire et croyez-moi, j’ai bien tout niqué. Tout y est passé.
     La vie est un combat de tous les jours ou rien n’est jamais acquis. J’ai, encore une fois, eus un excès de confiance. Toute ma vie.
    J’ai un peu remonté la pente du point de vue du moral mais croyez-moi, ce fut les 2 mois les plus difficiles de mon voyage.
    J’écris en direct de Bali ou tout parait moins important et ou ENFIN j’arrive à sortir d’un état limite dépressif.
    Cela fait 6 mois que je n’ai pas touché une fille. Je suis officiellement slip de platine.  #stevelesociologue
    J’ai moi-même du mal à le croire quand j’écris mon run rose… put**n mais qu'est ce qu'il se passe? Je tenterai d'y répondre, mais pas maintenant.
    Certes, pendant 3 mois je n’ai vu que des vaches et l’aventure zoophile ne me paraissait pas une option viable, donc finalement c’est plus 3 mois de fail qu’autre chose. Mais quand même.
    Inès, cette divine créature, m’a mis un stop de l’espace et j’ai eu beaucoup de mal à m’en remettre dans la mesure où j’étais déjà bien au fond du trou. C’est une histoire que je vous raconterais (peut-être) plus tard. Ce qui vous intéresse mes conos, c’est le Hugo « brillant ». Le Hugo qui fait mouche dans leurs moules.
    Let’s go bande de petit pervers.

    Ma gueule quand je réalise que j'ai spew 35 000$ en trois mois combo PLS d'Inès
     
    MJ. 26 ans, travaille dans le graphisme.
    Je l’ai rencontré sur Tinder. On discute un moment par texto et j’aime beaucoup son style. Elle a un humour assez direct et une certaine répartie. Ses photos laissent voir qu’elle est jolie mais n’en dévoilent pas trop. On est sur un profil de qualité me dis-je.
    MJ c’est le piège féminin typique. Au début elle ne montre que ses bons côtés et sournoisement, cache ses cotés vraiment très chiant. Une manipulatrice en herbe. Comme elle est incroyablement bonne (1m60, 48kg, un gros 85D) et vraiment jolie, l’aiguille de mon radar « meuf chiante » est dupé et tout le sang de mon corps se dirige vers ma bite, laissant mon cerveau incapable de réagir correctement. Comme d’hab quoi.
     
    On se rencontre lors d’une soirée de printemps à Montpellier, dans un bar proche de la place St Anne. Je la vois arriver- pantalon noir, pull noir, blazer noir. Pas très gay mais elle est conforme aux photos et CA, c’est toujours une petite victoire. Comme une win d’un SNG jackpot x4 avant de lancer ta session MTT. Ça ne t’avance pas beaucoup, mais c’est toujours bon à prendre.
     
    On se pose en terrasse, je commande une pinte bien virile et elle choisit un cocktail à 15€. Y’a comme un écart dans nos commande mais au diable l’avarice, je ne me formalise pas. La proie de ce soir est des plus charmantes et je me vois déjà la démonter à lui en faire perdre ses petites lunettes de secrétaire cochonne.
    On discute, je la met à l’aise et conduis la conversation. Elle parle relativement peu « préfère écouter » jusqu’au moment où on parle des aventures « tinder ». Elle me dit qu’elle a connu un mec via l’appli et qu’elle est resté un moment avec mais que ça s’est plutôt mal fini. Pas plus d’explications, même si je sens qu’elle pourrait m’en parler si je lui demander.
     
    Elle boit mes paroles et j’en profite pour raconter ma vie. Les côtés sympas du moins. J’enclenche le mode « endormissage » et j’y vais franco :
     
    « J’ai travaillé et eus beaucoup de responsabilités pendant 4 ans, j’avais une copine, un appart et un très bon CDI. J’ai tout quitté car je n’étais plus en phase avec moi-même, je ne voulais plus continuer à alimenter les rêves de mon patron et je suis donc parti pour vivre les miens : Vivre par et pour moi-même, voyager, écrire et financer le tout grâce au poker. »
     
    En général ça fait son petit effet. L’image du mec qui plaque tout et qui assume, c’est du béton.
     
    C’est drôle que je n’en parle que maintenant, mais c’est vraiment cette même phrase que j’ai répété a quasiment toutes mes cibles (et que je répète encore). Je pense que chacun à « sa phrase d’accroche », moi c’est celle-là.
     
    En réalité, je suis parti car je faisais une dépression et le seul refuge que j’ai trouvé était de fuir, loin, et d’essayer de commencer à écrire. Même si n’ai jamais vraiment écris, je n’ai jamais réussi à vivre à 100% du poker non plus et je flippais complètement de voyager SEUL. J’avais pas une thune et n’en n’avait pas vraiment mis de côtés, trop occupé à flamber dans des plaisirs éphémères. 
     

    Bon OK, c'est pas elle, mais c'est ce que j'ai trouvé de plus proche de ses boobz à elle #truestory (après une longue & difficile recherche)
     
     
    Bref, full bluff sur 3 street mais avec assurance.
    On finit le verre.
    « Un autre ? »
    « Ok mais je vais être pompette ».
     
    Je n’aime pas l’amateurisme mais c’est tout de même intéressant.
     
    « Bah, je n’ai pas eu le temps de mettre du GHB dans ton premier verre donc je veux bien une deuxième chance »
     
    Sourire, contre sourire, micro silence
     
     « Garçon, la même ! »
     
    On finit nos verres, plus rapidement cette fois-ci, quand approche l’heure « où il faut faire un move ».
     
    « Si tu veux, j’ai une bouteille de vin chez moi »
    « Pourquoi pas ! »
     BENGO
     
    On arrive chez moi, elle s’assoit dans mon nouveau canapé et je sers les deux verres.
     
    Je m’assois à mon tour et ni une ni deux je l’embrasse. Après 5 minutes de roulage de pelle en bon et due forme, on commence à discuter de cul. Superbe transition.
    Et là, elle me parle de ce mec qu’elle a connu. Celui dont je n’ai pas souhaité connaitre le dénouement.
    Son ex avait des tendances sado et pratiquer le bondage. Elle, elle acceptait car « j’aime bien être soumise ». Moi, quand elle me dit ça, je me dis « Ouuuuuh, ce que je vais te mettre ! »
     Sur la fin, c’était trop hard et elle sentait bien que le type était un peu tordu. Elle l’a donc quitté.
    Elle rajoute qu’il avait une petite queue et qu’elle préfère « les grosses ». Là, elle me regarde sans le dire [et toi ?]. Je souris. Ni une ni deux, elle m’embrasse et me malaxe la teub jusqu’à ce que celle-ci montre le bout de son gland.
     
     Elle lance un « Ah ouais ! Moi aussi j’ai des atouts intéressant ».
     
    Elle enlève son blazer puis son haut et son soutif, et là « fracture net de l’œil droit ».
    Une paire d’énormes boobz P-A-R-F-A-I-T-S. Je dois lâcher un filet de bave sur le moment, puis je me dis « put**n, tu vas foutre ta tête dedans dans 3-2-1.
     
    1er barrel.
     
    Je n’ai pas mis que ma tête.
     
    Je la démonte littéralement sur le canapé à tel point que le canapé se décale d’une bonne trentaine de centimètre du mur. Elle me demande direct d’y aller plus fort, plus fooooort ! Incroyable première baise.
    Une fois finit, elle me demande un truc sucré car elle a la tête qui tourne [feeling de like a boss]. Je lui propose un gâteau mais madame est intolérante au gluten. Une tartine de Nutella- elle n’aime pas la noisette et digère mal le chocolat. OK, de là je me dis bon t’es casse couille mais t’es beaucoup trop hot pour que je te le dise.
    Je lui sers donc un verre de jus d’orange en m’attendant à ce qu’elle me sorte « il est bio ? ». Ce qu’elle ne fait pas. Elle rajoute cependant qu’elle est TRES difficile en ce qui concerne la nourriture.
     
    J’ai déjà pratiqué des meufs un peu chiantes sur la bouffe et ça m’a toujours un peu rebuté. Elle, elle ne mange RIEN. En gros, elle mange du riz, du poulet et basta. Elle n’aime même pas les légumes cuits. Elle m’explique qu’elle a des problèmes de digestion, qu’elle est intolérante au lactose, gluten et plein d’autres trucs chiant. Première fois que je me rends compte de la vérité du graphique de Barney Stinson.
     
    Vraiment trop fort ces ricains.
     

    La relou se cache souvent derrière des masques snapchat (de chienne)
     
    Après l’avoir écouté pendant 20 minutes sur les difficultés qu’elle a à s’alimenter et à digérer, je profite d’un moment de silence pour lui dire « bon je suis crevé, on dort ? » Elle est casse couille mais je pense déjà à lui mettre mon fameux barrel matinal. Mais non, madame me dit « non mais je vais rentrer je ne veux pas t’embêter ».
    « Non mais ça ne m’embête pas ! En revanche, quand tu me parle pendant des plombes de tes problèmes de digestion, ça, ça me fait chi** une tonne » Evidemment, j’en reste à la première partie de cette phrase mais elle insiste pour partir.
     
    « Non mais j’ai dit à ma mère que je rentrerais ce soir »
     
    Ok, deuxième révélation de la soirée, à 26 ans, alors qu’elle bosse, elle habite encore chez sa mère. Je trouve ça bizarre mais j’ai trop donné de ma personne à l’écouter précédemment pour me lancer dans une autre explication relou.
     
    « Ok ok, fais comme tu le sens ». On s’embrasse et elle quitte mon antre.
     
    Le lendemain, je suis perplexe. Déjà parce qu’à 11h du mat, j’ai déjà reçu 3 messages de sa part et ensuite parce que cette histoire d’habiter encore chez sa mère me parait bizarre. Je me doute bien qu’elle a un mega combo draw qu’elle essaye de tourner en bluff river mais je décide quand même de fold.
    Je me souviens de ses boobz, de notre baise d’enfer et je décide donc de faire l’autruche. Le tournoi vient juste de commencer, pourquoi prendre des risques maintenant ? Je choisi l’option low variance ou communément appeler l’option « gros lâche » en répondant poliment. Je mets tout en œuvre pour la revoir au plus vite en espérant qu’elle a compris que je m’en bas les couilles de ses problèmes gastriques. Je veux juste revoir ses énormes seins le plus vite possible.
     
    Notre deuxième rencontre se passe en début d’après-midi. Elle choisit un restaurant rance et m’annonce en s’asseyant qu’elle rentrera après avoir mangé car « elle a du boulot ».
     
    Comme une sensation de m’être fais niquer sur le coup. Je dois assumer de partager du temps avec elle sans aucuns espoir de fornication.
     
    Je subis la situation en essayant d’être poli et de lui montrer que je m’intéresse à elle dans l’unique but de la ramener chez moi après le repas. Elle me dit qu’elle veut être en couple et qu’elle ne veut pas d’une histoire sans lendemain. Je reste évasif en disant que je ne suis pas contre d’être « exclusif » mais que dans tous les cas, dans 5 mois je pars en Australie pour au minimum un an. Elle ne dit trop rien mais je sens bien qu’elle pense qu’elle peut me retenir.
    Elle me lâche des trucs du style « tu sais, moi les mecs, au début ils font les gars détachés mais je réussis toujours à en faire mes toutous » Enorme barre de rire interne, je ne suis vraiment pas le genre de type à qui il faut dire ça. D’une part parce que depuis la libellule je ne ressens pas grand-chose- voire rien-  et d’autre part parce que ça me donne cruellement envie de lui donner tort et d’être super piquant. Je souris malicieusement quand elle me dit ça mais ne répond pas.
     
    Je profite de cette situation stoïque et limiter dans le temps pour l’interroger sur sa mère.
     
    « Ma mère est folle ».
    Ça commence bien.
    « C’est une perverse narcissique qui fait tout pour me garder à la maison. Quand j’ai voulu prendre un appartement, elle a menacé de se suicider » Ça pue le mytho et si ce n’est pas le cas, quelle mère peut dire un truc pareil ? En général la pomme tombe jamais loin du pommier et à ce moment précis, je commence à me dire que OK elle est super bonne mais que y’a des limites à l’aveuglement du slip. Elle me raconte tout un tas d’anecdotes très suspicieuses sur sa mère et ses agissements mesquins. Franchement, c’est tellement énorme que j’ai du mal à y croire. Y’a quelque chose dans son regard, dans sa façon de s’exprimer, qui me fait dire qu’elle cherche de la pitié. Une espèce de stratagème pour que je me dise « oh la pauvre, c’est dur quand même ».
    On finit le repas, on split l’addition et je la raccompagne à l’arrêt de tramway. 2 minutes avant que son tram arrive alors qu’on finit de s’embrasser, elle me lâche un « Hum, qu’est-ce que tu m’excite, finalement je serais bien resté » Je lui lâche que si elle veut on peut se revoir ce soir mais elle trouve une excuse bidon « je dois nourrir et m’occuper des oiseaux de ma mère ce soir. » A partir de là, j’ai la certitude qu’elle a dit ça à ce moment précis, uniquement pour me faire languir et quelque part, avoir une emprise sur moi. J’ai déjà utilisé cette ruse maintes fois. A d’autres.
     
    On se quitte la dessus et je rentre chez moi encore perplexe. J’en parle à un pote qui me dit que je devrais au moins la rebaiser quelques fois avant de prendre une décision.
     
     Ouais, j’ai des potes comme ça !
     
    On se revoit 3-4 jours après car Madame est « busy » mais aujourd’hui, je pense simplement qu’elle voulait se faire désirer. Entre temps je fais une soirée, et je revois une fille du run que je barrel joyeusement, histoire d’être sûr de ne pas être sous l’emprise de MJ.
    Quand je revois MJ, je n’éprouve aucun remords et suis donc largement rassuré #Serein
    Elle vient chez moi et je lui fais un repas simple : poulet curry, riz. Elle mange deux bouchés et n’a plus faim. Je commence à la chauffer mais elle veut absolument parler. Donc on parle, on parle et je prends sur moi comme jamais. C’est comme être à Noel, voir les cadeaux, mais devoir attendre qu’on déjeune pour les ouvrir. L’attente est insupportable et je feins de l’écouter et buvant du vin et fumant un gros joint. Pour finir, on baise et bizarrement, même si c’est cool, c’est moins intense. Quelque chose c’est cassé je crois.
    Je la laisse tremblante sur le lit et me roule un bédo. « A bon ? Tu vas encore fumer un joint ? »
    « Oui, ça te dérange ? »
    « Non non, mais tu fumes beaucoup quand même ».
     Bordel, c’est la troisième fois qu’on se voit et t’es déjà super chiante comme ça ??!
    « Ça te pose un réel problème ? »
    « Non non, je disais ça comme ça »
     
    Les meufs qui « disent ça comme ça ».
     
    Je le fume en l’écoutant me parler de son père, qui n’est pas mieux que sa mère apparemment, puisqu’il les a abandonnées étant jeune. Lorsqu’il la garder avec sa sœur, il baisait des filles qu’il ramener, « devant elles ». J’ai encore une fois, beaucoup de mal à y croire.
    Bref, je finis mon pet, va pour lui mettre un deuxième barrel mais non, madame est repu, et souhaite dormir.
    Le matin, je lui mets un barrel, forcément, et c’est cool. Je prends l’option « j’ai des trucs à faire » et la dégage assez rapidement.
    On se revoit deux trois fois par la suite, toujours à plusieurs jours d’intervalle.
    L’avant dernière fois qu’on se revoit, c’est en présence d’un couple d’amis à elles. Ils sont gentils dans l’absolu mais franchement pas le genre de gens avec qui je traine. Bien trop lisse. Toute la soirée, elle me colle et m’expose fièrement à ses amis et au reste du monde. Je me rends compte qu’elle se projette de ouf alors que de mon côté, je viens de prendre mes billets pour l’Australie sans lui avoir dit. Elle réveille en moi un être sadique parce que j’ai limite hâte de lui dire que tout son petit jeu de manipulation d’amateur, ne fonctionne pas. On passe la soirée dans ce bar (le barberousse) et on rentre chez moi. Elle est ivre donc elle se lâche. En gros, je la tringle dans tous les sens, un bonheur ! Finalement, il suffit juste de la faire boire pour qu’elle ne soit pas relou, mais même avec cette info, je suis las et j’ai déjà pris ma décision. On se lève, pti barrel des familles- vous êtes habitué- et je vais chercher des croissants. Sur la route, je me demande comment je vais la bust… #ambiance
     
    Le weekend arrive et ce samedi j’ai un concert (live au pont). C’est prévu depuis quelques temps mais elle n’est pas au courant. Lorsqu’elle me demande ce que je fais ce soir, je lui réponds que je vais là-bas avec toute ma bande de pote mais qu’on peut se voir dimanche pour cocooner. Elle est vexé, tente de me faire réagir par message mais je ne réponds pas. Le lendemain, forcément, madame me dit qu’elle voit un groupe d’amis. Vraiment obvious qu’elle veut « me faire payer », classique shit.
    Je la revois 3 jours après et je décide de lui annoncer que j’ai mes billets pour l’Australie et que je décolle dans 2 mois et demi. Je suis hyper excité mais elle, pas du tout. Au contraire. Elle tire la gueule grave. Je pense qu’elle se rend compte que tout son petit manège n’a pas fonctionné. Je lui avais pourtant parlé plusieurs fois de l’importance de ce projet pour moi, à chaque fois elle acquiesçait sans vraiment s’emballer. Probablement qu’elle était persuadé de me retenir au pays.
     
    Manqué.
     
    Elle me fait une scène et je lui dis un truc du genre « bon écoute si t’es pas contente tu te casses ». Elle est limite en larme mais je décide de m’en battre les couilles. Je me dis que ça lui fera les pieds. Le pire c’est que je suis sure que son petit jeu de manipulation marche à 90%. Mais pas sur moi, et sur le coup, j’en suis limite fier. J’ai réussi à reprendre le contrôle de mon cerveau !!!
    Elle se barre et pendant une semaine je reçois des messages incendiaires auxquelles je réponds la plupart du temps « ok ok ». Le dernier, je lui pose un bon pavé comme je sais si bien les faire et après un dernier message finissant par « tu sais, de toute façon, j’ai déjà retrouvé quelqu’un et je suis amoureuse » Infini rolling on the floor- Tarée complet.
    Alors messieurs la morale de cette histoire (j’ai l’impression de me répéter put**n), ne pas laisser sa queue baiser votre cerveau en toute impunité. J’étais un peu mal pour elle après car je suis parfois sensible mais finalement le sentiment dominant c'était de me dire que j'avais été plutôt balaise. Je n’ai rien remis en question et j’ai suivis mon plan. Finalement c’est ça la morale. Ne pas remettre en cause un projet pour une random qu’on connait a peine. Basique mais toujours bon à rappeler ~
     
    MRN, 23 Ans, étudiante.
    Rencontré lors d’une soirée à Nîmes. Elle est venue me parler alors que je fumais ma clope dans le carré fumeur. On a discuté pendant une petite heure alors que j’étais sacrément bourré et dans ma phase Nimoise pré-départ. Autrement dit, j’en avais plein le cul des gonzesses. Je prends quand même son numéro car j’ai du mal à laisser passer des spots de 3 bet aussi obvious.
     
    On se revoit dans un bar à Montpellier quelques jours plus tard et manque de pot- mais forcément j’ai envie de dire- elle est bien moins jolie quand des mes souvenirs. Le pouvoir de l’alcool. Cependant, elle est grande et à de longues jambes, et ça, c’est ma came !
    La discussion tourne autour de mon voyage, je pars dans moins d’un mois et je valide bien le fait que dans tous les cas, ça sera une relation légère. Ça ne la dérange pas. En fait je crois qu’elle est déjà prête à ce que je lui dise : « On va chez moi ? ». On continue à converser.
    Elle me raconte sa vie. Elle est plutôt cool mais en vrai, je m’en branle. On boit 3 verres et je la raccompagne chez elle. En bas de chez elle, on se roule des grosses pelles de collégiens jusqu’à ce qu’elle me dise « tu veux monter ? »
    Je vous laisse deviner ma réponse.
    On se met au lit « pour matter un film » mais très rapidement la température monte et je lui cale des doigts #standard
    Elle me stop.
    « Faut que je te dise un truc »
    Inquiet, je réponds « oui ?? »
    Il faut savoir que j’ai toujours eu peur de cette situation et que la meuf me dise « j’ai le sida » ou un truc bien glauque genre « mon grand-père m’a violé à répétition quand j’étais gamine »
    Heureusement, ce n’est ni l’un, ni l’autre.
    « Tu sais j’ai connu beaucoup de mec, genre vraiment beaucoup et j’ai plus vraiment envie qu’on me baise sans donner de nouvelles ensuite ».
     
    Ouf #Soulagé
     
    Je sais que je vais faire la pute car je n’ai pas du tout envie d’en faire ma meuf, même pour un mois.
    « Bah ok, si tu souhaites qu’il ne se passe rien, il ne se passera rien »
    Je joue la carte de la psychologie inversé combo gentleman compréhensif pour obtenir un move de sa part mais surtout, pour ne pas à avoir à mentir et dire « tkt je serais pas comme les autres ».
     
    Je serais comme les autres.
     

    Vu la lourdeur de mon slip de platine, je regrette... Oui je regrette mes amis
     
    5 minutes après, elle a dû trouver ça tellement cool de ma part, qu’elle à ma queue dans la bouche.
    On baise et dodo.
    Le lendemain matin, je n’en mène pas large. Déjà parce que vraiment, elle n’est pas très jolie mais surtout parce que bichette, j’ai vraiment méga envie de faire comme les autres. En vrai, je les comprends et c’est assez triste pour elle. Elle est chaude mais ce n’est pas le genre de fille que t’as envie de garder.
    En partant, elle me dit : « tu me rappel hein ? »
    « Oui oui, t’inquiète »
    J’aimerais bien avoir le flash des Men In Black dans ces moments.
    Deux jours après, je pars à Toulouse pour voir des amis et la Libellule avant le grand départ dans 3 semaines. J’y reste 3 jours et à mon retour, vu qu’elle m’envoie des messages, je propose à Marion de venir à Nimes dans l’appartement de grand-duc ou je vis. Elle se fait pas prier et déboule le vendredi soir.
    Je la récupère à la gare. En plus de m’embrasser grossièrement devant tout le monde, elle pue de la gueule sévère et pire, me tient la main sur tout le trajet. Pas cool bro, la soirée va être longue.
    Comme je reviens de Toulouse et que j’ai vu mon ex, il faut que j’évacue la pression.
    Je la snap baise sur le canapé en velours. Ce n’est pas la baise du siècle mais elle y met tellement d’entrain que c’est cool. Je lui fais à manger et elle en redemande pour le dessert. Je fais une esquive de l’espace en lui disant que je n’ai plus de capote. On va se coucher, elle me suce, avale. Champion Hugo.
    Le lendemain elle doit partir tôt car je l’ai prévenu avant qu’elle n’arrive à Nimes que j’avais une sortie rivière avec mes potes.
    La suite est affreusement banale pour elle. Je fais le mort, comme un petit fils de pute. Tout simplement. Ça se finit comme ça.
    Je suis vraiment désolé MRN mais je n’avais vraiment pas la force de fournir plus d’effort que ça. Finalement je crois que c’est pire que d’avoir fait le mort direct car elle a dû croire « put**n, enfin un qui me rappel » !
    Moralité, pas de moralité. La technique du mort c’est super efficace bro.
     
    C’est la fin de cette 5eme partie. La prochaine se passera en Australie avec une première expérience des plus intenses. J’ai conquis les Etats Unis d’Amérique et croyez-moi, c’est pas pour rien que c’est la « porn nation ».
     
    Je vous laisse sur cette petite pic... 
     

    La belle Inès...
     
    La bise !
    Hugo
  10. Like
    fojAA reacted to Mr Sneeze for a blog entry, " I don't work! I play poker! "   
    Jouer au poker, c'est la possibilité de gagner sa vie sans travailler. Un beau rêve n'est-ce pas ? Peut-être moins vrai maintenant, ne nous faisons pas d'illusions.
     
    Il y a finalement très peu de temps, l'argent circulait gaiement, l'abondance était accessible, avec son corollaire, l'espoir de l'argent facile. A quiconque prêt à affûter un tout petit peu sa stratégie, un potentiel de succès financier bien plus élevé que beaucoup d'activités professionnelles. Le tout sans vraiment travailler, donc.
     
    Regardons aujourd'hui le tableau du poker : l'écosystème se casse dramatiquement la gueule. A tous les niveaux. Le rêve de l'argent facile est mort, pour la plupart des joueurs. Donc il faut certainement, maintenant, travailler. Je préfère continuer à dire dire jouer cependant, le terme est plus riche, car jouer, c'est par exemple, jouer avec des structures, des paramètres, remettre en question, bousculer des manières de faire. Travailler est trop linéaire. On peut aussi dire pratiquer, au lieu de jouer.
     
    Il n'y a pour moi aucun doute que l'environnement est cappé : l'argent disponible dans le système pour chaque joueur est lié d'une part aux limites qu'il joue et d'autre part à son edge sur chaque limite. Hors les high stakes ne tournent plus, même les midstakes tournent moins. Les joueurs high stakes d'il y a juste quelques années grindent maintenant en dessous de la 5/10 online, simplement parce qu'il n'y a pas assez d'action au dessus, ou que l'action est fournie uniquement par des joueurs encore meilleurs. Le mouvement est visible en live également.
    A mesure que les joueurs expérimentés et talentueux descendent de limite pour 'manger', les joueurs médiocres ou faibles se font rétamer la gueule beaucoup plus vite, rendant progressivement la limite moins 'fishy', et forçant petit à petit les mauvais réguliers vers la sortie, ou en tout cas vers une existence beaucoup plus tendue et incertaine.
     
     
    Ce mouvement est irrémédiable. Il peut être compensé à certains moment par de l'afflux d'argent frais dans un sous-environnement. Reste que les joueurs perdants, pour la plupart, ne vont pas s'entêter à perdre des années à ce jeu. Il y a tellement d'autres manières de s'occuper dans une vie (et limite, tellement d'autres manières de s'abîmer, autant faire preuve de créativité).
     
    Il faut accepter que les barrières à l'entrée ont augmenté dans le poker : le jeu s'est complexifié, il faut maintenant pas mal d'expérience pour s'asseoir à une table de poker (peu importe où, dans un casino, ou online) et espérer ne pas se broke en 3 orbites, tellement tout le monde a progressé.
    De fait l'intensité du jeu, le fait qu'on ait tenté de le légitimer comme un sport, avec la compétition des tournois, tout le monde a bien compris que c'était quelque chose de sérieux et pas vraiment comparable avec d'autres jeux de gambleurs. Les gambleurs ont arrêté de gambler dans le poker parce que le jeu est progressivement devenu moins fun pour eux. Sans eux, beaucoup, beaucoup moins, d'argent en circulation.
     
    Beaucoup de reguliers n'ont plus le même enthousiasme qu'avant, car sans aucun doute il faut être bien plus fort qu'avant pour gagner de l'argent. Ils voient la variance les impacter plus, la difficulté à se remettre de gros revers, à conserver une bankroll solide. Ils voient moins de fishs les livrer 'facilement'. Car oui, les 'fishs' progressent également.
    L'erreur de jugement ici aura été de croire qu'il y a une stratégie pour gagner de l'argent au poker, et qu'une fois trouvée, il n'y avait rien d'autre à faire que de grind. L'erreur est de considérer l'environnement comme statique. Précisément, le déploiement des stratégies par les joueurs changent la nature même de l'environnement. Les considérations sur le jeu évoluent. Les gens n'ouvrent pas les mêmes sizings qu'avant. Ils ne considèrent pas les mains et les situations de la même façon.
     
    Donc pour faire simple, faire comme hier et espérer que ça marche demain, ne peut pas marcher dans un environnement évolutif.
     
    Quand un joueur progresse, il oblige ses adversaires à progresser, à s'adapter. Inconsciemment, même si personne ne travaille réellement bien son jeu, le simple fait de jouer fait évoluer les stratégies, et les tendances du pool.
     
     
    Des stratégies sont naturellement validées par l'environnement, et d'autres rejetées. Certaines stratégies se développent, d'autres disparaissent. Si on considère le no-limit hold'em, il est incontestable que les stratégies preflop s'alignent, tout le monde joue plus ou moins pareillement un nombre important de situations. Les erreurs preflop sont moins importantes qu'avant. Et l'edge potentiel bien moindre. Il faut bien réaliser qu'il n'y a pas si longtemps un joueur gagnant faisait la plupart de son blé sur des erreurs catastrophiques des joueurs sur les premières streets. Moins vrai de nos jours, et même en live les pots restent plus petit, beaucoup moins de joueurs qu'avant open à 8x ou autre fanfaronneries. L'environnement dans sa globalité a simplement compris qu'une bonne manière de gagner à ce jeu était de s'armer de patience et commencer par jouer des ranges tight. Et ne pas trop s'exposer.
     
     
    Vu que tout le monde choisit de jouer le waiting game (qui consiste à jouer tight et laisser l'impatience des autres s’empaler sur nos mains décentes), un équilibre se crée dans l'environnement, où certaines stratégies ne peuvent juste plus fonctionner. C'est pour cette raison que le jeu preflop s'uniformise, tant dans les fréquences que dans les sizings. Il y a un point d'équilibre, mais ça ne signifie aucunement qu'on approche là d'un jeu 'GTO'.
     
     
     
     
    GTO, le terme est lâché. La communauté en parle beaucoup, c'est un peu son graal, trouver LA stratégie ultime, une stratégie où on ne peut plus perdre, où on n'est pas exposé, pas vulnérable. Etant un grand partisan de la vulnérabilité comme force, j'ai clairement choisi de ne pas donner trop de crédit à toutes ces sornettes.
    Car dans le pool des joueurs français ET internationaux, je suis clairement plus avancé que la moyenne en termes de 'range thinking' et de GTO. Mais quand la communauté parle de GTO, ou tente de trouver des 'solutions' GTO à certains spots, souvent il y a erreur. Parce que le jeu que vous jouez n'est pas GTO du tout. Vous utilisez seulement le terme pour décrire un point d'équilibre dans un environnement donné.
     
    Peut-être que les meilleurs joueurs de cash game du monde jouent un jeu très équilibré et bien construit à tous les étages : leur bataille devient ainsi une bataille principalement mentale, une bataille de déploiement de leurs choix stratégiques ; c'est à qui résistera le mieux à la pression en fait (c'est ce qui différencie les high stakes du reste du poker d'ailleurs).
    Mais pour ce qui est des joueurs en dessous de la 5/10 online (en live, c'est toutes les limites, tous les joueurs), PERSONNE n'est équilibré totalement, loin de là.
     
     
    Le field croit être équilibré et s'approcher du GTO. C'est là une totale erreur basée sur plusieurs illusions.
     
    La première : contrairement à ce qu'ils croient, très peu de joueurs sont en réelle maîtrise de leur jeu. Ils ne possèdent pas leur jeu. Comme je l'ai évoqué, il y a une sélection naturelle des stratégies qui s'opère dans le jeu : à mesure du jeu, naturellement, certaines stratégies sont évincés. Donc beaucoup de joueurs qui gagnent à un moment gagnent parce que leur stratégie est 'validée'... à ce moment là, à cet endroit là. Qu'ils essaient dans un autre environnement, ou qu'assez de temps passe, et leur stratégie ne sera peut-être plus adaptée du tout. Ce type de joueurs va tendre à s'attacher énormément à ce qui marchait, va lutter pour évoluer, et assez naturellement sortir du jeu un moment ou à un autre.
    S'il n'y a pas de flexibilité stratégique, il n'y a pas réelle maîtrise.
     
    Etre en maîtrise de son jeu, c'est déjà sortir du mode majoritaire d'apprentissage dans la communauté : l'imitation. Tout le monde fait ça. On regarde des meilleurs joueurs que nous jouer, et on copie ce qu'ils font, car forcément ce sont les meilleurs.
    Mais il n'y a pas de compréhension de pourquoi ceci est bien et ceci moins bien. Il n'y a pas de perspective, seulement de l'imitation. Untel fait ça, je vais essayer ! Les sites de coaching suivent ce format, pyramidal, où pour grimper les échelons il s'agit d'observer les meilleurs.
     
    Quelque part, ce mode d'apprentissage est extrêmement limité. Déjà, il est passif. Ensuite, il provoque des énormes erreurs dans la mise en place. Par exemple, après avoir observé que pas mal de très bons joueurs défendaient leurs blindes très loose en MTT, une bonne partie des joueurs de MTT s'est mis à défendre les blindes loose. Ils voient un bon truc, et du coup se mettent à le faire, évidemment sans discernement pour les positions relatives, le fait d'être heads-up ou multiawy, les stack sizes, etc. Donc ils font n'importe quoi et croient mieux jouer 'parce qu'ils font comme Untel'. Ben non, c'est pas aussi simple que ça d'être un très bon joueur. Un très bon joueur comprend l'intéraction des ranges entre elles, des boards, et des streets entre elles. Il comprend aussi l'intéraction des joueurs, leur états émotionnels ou faiblesses psychologiques. Ainsi il peut jouer certaines situations comme il le fait.
     
    Si on imite seulement, on copie quelque chose qui marche, mais sans la structure qui la sous-tend, sans la solidité derrière qui permet de prendre des bonnes décisions. C'est ce que fait la communauté avec le GTO. Tout le monde se met à user majoritairement de certaines lignes et sizings, de certaines tendances. Le jeu preflop devient doucement de plus en plus comme les ouvertures aux échecs : une manière d'entrer la confrontation. L'edge diminue preflop mais il reste très présent turn et river.
     
    Tout le monde reste extrêmement déséquilibré turn et river notamment.
     
     
     
     
    Seconde illusion liée au GTO : 'pourquoi' chercher le GTO. Je veux dire, quelles sont les motivations ? J'y vois une claire tendance à la paranoia, la crainte d'être 'exploitable', donc la volonté de se protéger. Et quelque part de devenir imbattable, derrière une belle armure polie et dorée. C'est la volonté de maîtriser.
     
    Selon moi, penser vraiment GTO, c'est penser en termes d'intéractions de ranges les unes vis à vis des autres et par rapport au board et à ses ramifications. C'est donc extrêmement complexe et subtil. Quand on rentre là-dedans (l'intéraction de ranges, la 'texture' des boards, dans un sens profond), on est facilement dépassé : il y a juste trop de situations au poker pour que l'esprit humain les maîtrise sans un certain nombre de répétitions et d'expérience consciente (et inconsciente, le corps apprend presque, on sent les spots).
     
    La réalité du GTO est très loin d'une stratégie 'fixe', implacable. Le 'vrai' GTO, dans un sens, est le jeu optimal. Ce que cela signifie c'est de déployer les meilleurs stratégies possibles en fonction de ce que nous propose l'environnement. Ce n'est pas quelque chose de 'résolu', ou 'résolvable', c'est un équilibre qui se crée entre les stratégies des joueurs et leurs tentatives de s'exploiter les uns les autres.
    De fait, un joueur a un edge sur un autre lorsqu'il gagne au jeu de l'exploitation, quelle que soit sa forme (l'exploitation dominante de nos jours est clairement une exploitation passive : on exploite en ne s'exposant pas, en ayant un jeu très tight et value-oriented, en bluffant très peu mais espérant que nos adversaires callent tout de même). En cherchant à 'devenir inexploitable', le pool a limité l'intéraction joueur à joueur, car la défense (inexploitabilité) a pris le pas sur l'attaque (exploitation des faiblesses de jeu structurelles, ou psychologiques, de nos adversaires).
     
     
    Collectivement, les joueurs de poker créent des paradigmes, des manières de faire et de jouer, qui se rapprochent d'un équilibre dans un environnement donné, à un moment donné. Cet équilibre, ou une multitude de sous-équilibres, évolue constamment à mesure que des joueurs innovent pour trouver ce que j'appellerai des 'puits de profitabilité'. Ils cherchent des zones du jeu où ils peuvent trouver un edge. L'edge vient d'une plus grande maîtrise de certaines situations, et une tentative d'inviter nos adversaire sur notre terrain de maîtrise.
    Heureusement que ces joueurs existent! Parfois ils font de la m**de, mais parfois, dans leur exploration du chaos ils trouvent des puits de profitabilité qu'ils seront les seuls à exploiter pendant un moment.
     
     
     
     
    Il faut bien comprendre la dynamique intéractionnelle du poker, et c'est en cela que c'est un jeu : vos choix intéragissent avec les choix des autres. La solution n'est donc en soi jamais fixe, mais relationnelle, dépendante de paramètres particuliers.
     
    En fait, je pense que derrière ce GTO bullshit, il y a en fait une réelle crainte de la communauté face à la complexité du pok. Et donc une tentative de simplification des données, des 'manières de faire'. Plutôt que vraiment chercher le play optimal, on se contente de solutions EV+ (ce qui n'a aucune importance par rapport à la solution la plus EV+). En fait on bâtit surtout des approches permettant de limiter notre exposition. Mais c'est un jeu d'exploitation. Si on ne s'expose pas, on limite notre capacité d'exploitation (ou alors exploitation passive comme mentionnée auparavant).
     
    Le GTO, malgré son langage complexe (certains diraient, 'complexifiant'), me semble en réalité une simplification du jeu. Une forme d'auto-justification d'un paradigme plutôt qu'un réel travail sur ce qui marche, ou non. Il n'y a pas d'exploration des possibilités du no-limit hold'em, bien plutôt une réduction des possibles.
    Exemple : trop peu de joueurs utilisent des sizings inférieurs à 30%, alors que beaucoup de situations créent des stratégies de bets minuscules excellente ; trop peu de joueurs overbet alors qu'on peut overbet beaucoup de situations pour pas mal de raisons. La communauté dans sa majorité reste cantonnée à des approches simplifiées des possibilités offertes par ce jeu, et puisque la majorité suit cette route, de fait cela donne l'impression qu'on arrive vers une 'résolution' du jeu.
    Mais ce n'est pour moi qu'un point d'équilibre, mouvant, une sorte de transition vers autre chose.
     
     
     
    Pourquoi je parle de tout cela ? J'ai avancé l'idée que l'environnement devenait plus compétitif, cappé quelque part (on peut évidemment être bon à ce jeu, mais ça implique de devenir meilleur à un rythme plus élevé que la compétition. Personne n'est bon 'en soi', il s'agit toujours juste d'être meilleur que nos adversaires. S'ils changent, on doit changer aussi, donc chaque jour qui passe rend la tâche plus exigeante 'dans l'absolu').
    J'ai avancé quelques idées sur le GTO, enfin cette tendance qu'a la communauté à chercher à résoudre le jeu. Je pense que ce qu'on appelle GTO est en fait une tentative collective de conserver un paradigme, une manière de faire, de jouer, qui marchait avant. La crainte évidente de ne plus parvenir à gagner à ce jeu dans le futur (les marges diminuent, sans aucun doute, pas la place pour tout le monde) conduit à la tentative, désespérée presque, de justifier qu'il y a une bonne manière de jouer au poker. 'En soi'.
    Comme je l'ai dit, c'est pour moi bullshit car la seule bonne manière est relationnelle, et non statique. La bonne manière n'est juste jamais la même, elle change chaque jour, à chaque table.
    Si on ne voit pas ça....
     
     
    Ainsi on en arrive à une question : qu'est-ce au fond une approche exploitative ? Est-ce l'opposé d'un jeu GTO ? Non. Pour moi, l'approche exploitative EST le GTO. C'est simplement la meilleure méthode, c'est aussi une méthode plus dangereuse et subtile que le GTO dont parle la communauté. La sécurité est souvent privilégiée (il faut entendre, la sécurité du paradigme actuel de la communauté, les notions qui la rassurent).
     
    Je l'ai dit avant, le GTO 'réel', c'est appréhender le jeu dans son intéraction même. Visualiser comment les ranges s'affrontent sur tel ou tel texture, et telle ou telle position relative, à tel ou tel momentum, etc. En bref, c'est une vision globale, une certaine perspective.
    Quand la communauté parle de GTO, ça va être par exemple pour parler de fréquence de défense minimum, comme si les adversaires attaquaient suffisamment. PERSONNE n'est suffisamment équilibré turn et river. En très grande majorité, les gens jouent leur main (attachement à certaines mains, sizings transparents, etc), ils barrellent seulement avec de l'équité, ils jouent la force absolue ou moyennement relative de leur main plutôt que ce que dicte réellement la situation. Ils over-bluffent et under-bluffent certains spots.
     
    Quand on joue 'GTO' au sens de conscience globale, des ranges, du board, etc, on réalise très bien qu'il y a des situations où notre adversaire bluffe trop, ou pas assez, par exemple. On peut donc, et on doit donc, faire un play explo. Il n'y a pas de fréquence de défense minimum contre quelqu'un qui ne bluffe pas assez. Peu importe son sizing. L'inverse s'applique dans le cas opposé.
     
    Le poker est un jeu situationnel. Le jeu explo consiste à attaquer les situations qui nous sont présentées. Une bonne approche est d'étudier les tendances du pool qu'on affronte. En somme, quel est le 'langage' qui se parle, dans mon environnement. Comment vais-je 'parler' à mes adversaires.
    Ensuite, quelles sont les situations où une faiblesse structurelle est visible. Il s'agit de creuser pour ces situations. Considérer des lignes alternatives tant pour manœuvrer notre équité optimalement que pour mettre nos adversaires dans des situations d'inconfort (où les erreurs les plus massives naissent).
     
    L'équilibre qu'on recherche n'est pas un équilibre absolu, mais la meilleure 'solution' à un environnement donné. Plus un joueur est compétent, plus il sera capable de rapidement trouver des stratégies optimalement exploitantes. Et il peut très bien en avoir une grande diversité.
     
     
     
    Je ne suis pas sûr où je veux en venir. Tout ce que je dis est peut-être biaisé parce que je suis autodidacte dans mon apprentissage depuis longtemps. Simplement une description de tendances que j'observe. Je pense que la plupart des regs galèrent dans l'environnement actuel, et selon moi c'est principalement parce qu'ils ne parviennent pas à faire évoluer leur paradigme de 'ce qu'est le pok'. Seulement cela.
     
    Le jeu évolue. Evoluez avec lui! Ou bonne chance, et au revoir sous peu.
     
     
     
  11. Like
    fojAA reacted to Skalpy for a blog entry, Déterminé à franchir un (nouveau) pallier !   
    Bonjour à tous !

    Après de nombreux mois sans rien publier, j'écris ce petit billet pour solliciter vos conseils avisés

    J'ai comme objectif monter une marche et réenclencher un processus de progression, car j'ai l'impression de stagner actuellement et mon objectif n'est clairement pas de me satisfaire de mes quelques perfs passées.

    Jusqu'à présent, j'ai essentiellement monté ma bankroll grâce aux MTT après avoir beaucoup joué en SNG (voir billets précédents) et à présent je joue essentiellement les 5/10/20€ de Winamax avec un brm très nit : buy-in direct jusque 10€ et qualifs pour les 20€.
    Aujourd'hui, après une TF sur l' Eldorado elle atteint 2800. Je peux donc pourquoi pas me permettre d'en débloquer une partie et la destiner à un "usage poker", à l'image d'une formation professionnelle complémentaire.

    Le problème :

    Le fait est que je ne suis pas satisfait de mon jeu lors de mes dernières TF, voire même déçu car j'ai l'impression d'être trop tendre, de trop compter encore sur les cartes, ce qui fait beaucoup de points à améliorer pour pouvoir prétendre plus souvent à la victoire. Malgré le niveau global plutôt mauvais à ces limites, je me rend compte que j'ai encore beaucoup de failles en late game -notamment- qui me coûtent beaucoup en terme d'EV, sans parler de la déception sur le plan compétitif à terminer aux places d'honneur.

    Ask you :

    Pour franchir ce pallier et devenir + compétent, je me pose donc cette question : est-ce qu'il est mieux pour le moment de continuer à travailler mon jeu de la même manière (vidéos Bestkicker/Winamax/Poker Academie et lecture/publication de mains sur le forum du CP...) ou est-ce qu'il est temps de recourir à du coaching afin de déceler mes principaux leaks par un œil extérieur et accélérer leur correction ? Ou optimiser mon travail personnel et y ajouter quelques heures de coaching ?

    Je n'ai jamais fait de review de session au sens large, me contentant de revoir les gros pots perdus ou remportés sur quelques tournois, de manière ponctuelle.
    Pour le coaching, j'ai parmi mes potes poker deux joueurs qui jouent les 10/20/50 de PMU-PS pour l'un et Winamax pour l'autre (bonne_salade pour ne pas le nommer), avec un edge démontré sur ces limites. Il m'arrive de leur soutirer quelques conseils mais jamais plus et je me demande aujourd'hui s'il pourraient être de bon coachs malgré le fait qu'ils n'aient jamais fait ça ?

    -> Qu'est-ce-qui serait bien que je change selon vous pour ne pas stagner à mon niveau actuel ? Est-ce que vous pensez que je peux encore largement progresser seul et envisager le coaching d'ici quelques mois seulement ?

    -> J'ai potentiellement 140 buy-in pour les tournois à 20€ mais j'ai encore de l'appréhension à les "direct buy-in" même si avec le temps j'arrive de mieux en mieux à me détacher de leur valeur réelle et à les considérer comme de simples jetons. Une astuce ?

    -> Est-ce que je dois me lancer dans les sats pour les MTT à 50€ pour y côtoyer de meilleurs joueurs ou est-ce qu'il vaut mieux attendre de mettre installé sur les 10/20 et d'avoir un échantillon représentatif de mon niveau réel ?


    Merci à tous pour vos futures réponses
  12. Like
    fojAA reacted to FishyDoui for a blog entry, Jour 31: Mardi 1er Novembre   
    Dépôts : 1555€ (+50€)
    Retraits : 3295€ (+2000€)
    Winamax : 525€ (+500€)
    PartyPoker: 255€ (+5€)
    PokerStars: 70€ (-20€)
     
    Casino: -370€

    Sport 1/7
     
    Toujours invoquer les esprits avant de commencer une session, surtout un 1er Novembre!
    Oh Put*** que c'est bon! 
    Au moment où je croyais rentrer à nouveau dans une période de bad run, la "roue tourne" a enfin tourné! (Hommage à toi Franky..)
    Pour résumer, on traine toute la journée pour éponger la gueule de bois de la veille.
    19h30: café, un petit paris sportif sur la leagues des champions et début d'une session de 6 MTT pour 110€ de buy-i
    23h: fin des matchs avec comme toujours ma réussite en paris sportif... 2 tournois restants! 
    1h50: Fin du HU de l'after work, que je perd malheureusement mais je prend quand même une de mes plus belle valise en MTT! Ca fait bien plaisir.
     
    Shakira - Can't Remember to Forget You ft. Rihanna 
     
    ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
     
    (´◉◞౪◟◉)
    ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
     


  13. Like
    fojAA reacted to Sashimi for a blog entry, UP   
    Bonjour a tous, après une bonne pause en Avril/Mai/Juin pour cause de partiels, j'ai repis tranquillement en Juillet Aout .
    J'ai BE pendant quelques dizaines de millier de main, et j'ai en plus du cash out 250 pour contrer mon brokage irl .
    Bref avec le RB ma br est a 450 .
    Pour autant, j'ai pu bosser, je sens que je progresse et ça me va .
     
    J'ai prévu de shot un peu la 25 arrivé a 500, je sais que c'est un brm agro mais je pense pouvoir y risquer 4 caves, et si ça foire retour en 10 .
     

     
  14. Like
    fojAA reacted to Christensen for a blog entry, Mon été US 2016: WPT Legends, Gus Hansen, Win au Caesar etc...   
    Comme j'ai pris l'habitude de le faire sur mon blog depuis quelques années, voici un petit compte-rendu de mon été US.
    Le cru 2016 fut assez savoureux, l'été fut beau, riche en souvenirs et financièrement positif, c'est un cpiste comblé qui prend ce soir la plume.
     
    1 outer pour commencer
    Cette année, notre programme est de trois semaines, comme d'habitude en famille (Mme Christensen et nos trois enfants). Nous avons prévu une répartition équitable d'une semaine à Los Angeles (plage et shopping), une semaine à San Diego (orientée enfants: Legoland, Seaworld, Zoo), et une semaine à Vegas (dans un resort familial sur le Strip, le Desert Rose, très beaux apparts avec piscine).
    Pour la première semaine, nous avions prévu de passer quelques jours chez un cousin, du côté de ma belle famille, que nous n'avons jamais rencontrés mais qui nous avait invité sur le net. Et là, quand je lui demande: "and what is your job ?"  "well, since 2001 I work in the Commerce casino". Enorme coup de chance ! Non seulement on n'a pas tous les jours l'occasion de parler à un croupier du Commerce, qui est un de mes casinos préférés (voir article sur ce blog il y a quatre ou cinq ans) mais de plus, celà me donne une bonne excuse pour aller y faire un tour. Il me lâche quelques anecdotes sympas, notamment sur Mathew Perry (Chandler dans Friends) qui perdait la semaine précédente des sommes à six chiffres au baccara. Et je passe une soirée là-bas. Toujours un régal de voir cette immense salle de poker, la plus grande du monde, apparaître devant nous. On est samedi soir, le parking est rempli, il y a quoi, 10 000 voitures ? La majorité de la clientèle est asiatique, peut-être à 80%. Je fais deux heures de NLHE 1-2, seul non-asiat à ma table, ça mange des soupes, des pho, ça bet postflop toujours à 41$ ("cause it is my luck number") ... j'adore. J'étais en liste d'attente sur une PLO 2-4 mais je décide de rester sur ma NLHE. ça joue en jetons de 1$, et comme je suis monté à 450$, j'ai des énormes pilasses devant moi, qu'importe la valeur j'ai l'impression d'être Escalidur. 

    Google Images
     
    Bicycle, WPT Legends
    Deux jours après, Andrew (je change son prénom pour ce que je raconte ensuite) me propose d'aller jouer pour son jour de repos. Il ne peut bien sûr pas jouer dans son propre casino, mais ce n'est pas grave, il y a 8 casinos qui proposent du poker sur Los Angeles. Il ne souhaite pas que j'en parle à la famille, mais il me confie être un gros gambler addict. Il joue en 40-80 Limit Holdem, généralement cavé à 1000 ou 2000$. Il enchaîne régulièrement les soirées à  +/- 10k $.  Ce soir, il me dit vouloir jouer un tournoi au Bicycle, il me demande si je veux le jouer. C'est sur deux jours, et le day 2 est trois jours après. je serai à San Diego aux parcs d'attraction, donc pas possible, je réponds que je vais le rail, et faire du cash came. Andrew a choppé par des amis croupiers ici les cartes d'accès au parking du personnel, on est donc garés au mieux, et on passe par le back office.
    Quand on entre dans la salle, WTF, les Royal Flush Girls nous souhaitent la bienvenue ! 

    Google Images
     
    Nous sommes en effet en plein festival WPT Legends of Poker, je ne le savais pas.
     

     
    Pas de grosse stars en vue mais la fine fleur des joueurs californiens semble être là.
    Je rail une heure, Andrew joue toutes les mains sur un event à 300$ re-entry, il en fout partout, il a déjà bust et re-entry et fait des tapis in the dark postflop à 200bb de profondeur... Bon c'est la famille, respect ... mais je m'éclipse au bout d'un moment pour échapper à ce massacre...
    Je vais faire un peu de cash, et motivé par l'ambiance WPT, j'ai envie de me payer une belle table, une table de HORSE 5-5. Je sors even après deux heures, ce qui est assez satisfaisant car je suis une quiche sur certaines variantes, mais je m'amuse énormément.
    Pendant une pause, je flane un peu, et me rends compte qu'une deuxième salle de poker, bien plus grande que la première qui accueille le WPT, existe à 200m. Je ne vois que des latinos, des tatoués et des travailleurs agricoles à chemises à carreaux et chapeaux. Il y a 40 tables pleines à craquer de ... Mexican Poker. C'est assez dingo. Celà parle espagnol à toutes les tables, ça gueule, ambiance assez aggressive, le floor intervient beaucoup.
     

    Google Images
     
    C'est une sorte de stud à 5 cartes, avec , ce qui est le plus marrant, un joker.
    Pour les plus courageux, voici les règles:
    http://poker.gamblefaces.com/pokergames/studpokergames/mexicanpoker/
     
    Vegas
    Après la semaine très sympa à San Diego, j'arrive, pour la huitème fois de ma vie, à Las Vegas.
    Je consacre les premiers jours à des parties - apéros de cash game en milieu d'après midi quand les enfants se reposent (le matin, c'est piscine, jeux aux circus circus, et home games  de black jack (mon fils de 8 ans est imbattable), et en toute fin de soirée, vers une heure. Je rejoue dans toutes mes salles favorites, Aria, Flamingo, MGM, Bellagio.
    Au Bellagio j'ai le bonheur de croiser toute la clique des Poker after Dark, dont Gus Hansen avec moustache. J'ai vu quelques jours après que Supercaddy avait fait une news sur une partie qui tournait, avec cette photo:
     

    photo: Daniel Negreanu
     
    Quand je l'ai moi même croisé, il était un peu mieux habillé mais exactement la même tête de pornstar vintage.
    Je vois donc Negreanu, Jenifer Haman, Doyle Brunson (pour la troisième fois de ma vie, j'espère pas la dernière...)  etc... Pas mon idole Phil Ivey par contre, mais on est déjà chanceux on ne va pas se plaindre.

    Win du Caesar 125$.
    Le mardi 26, la veille d'une grande et belle soirée en famille au Circle du Soleil (KA, au MGM, fabuleux), je m'inscris au 125$ du Caesar. J'étais parti pour jouer le 19h00 du Venetian, qui pour le même prix offre une plus belle structure, mais j'ai trop hâte de jouer et le tournoi du Caesar commence une heure avant.
    Le tournoi a du mal à se remplir, on commence à deux tables de six, et on va jouer 6-max pendant assez longtemps (finalement il y aura 20 joueurs en tout, on est sur un SNG à deux tables quoi). Pendant une heure, je marche vraiment sur la table, je suis clairement au dessus des autres joueurs, et j'ai la chance d'avoir un LAG à ma droite, qui ne fait que bet preflop, bet tous les flops, puis au turn check-call si du jeu ou check-fold sinon... on va destack ce copain (pour toi olivierp) très rapidement.  Je suis longtemps chip leader, mais un évênement très Vegas me fait "sortir" mentalement du tournoi. Un joueur totalement handicapé (jambes et bras) vient s'installer. à ma droite. Il semble reg de la room casino, tous les croupiers le saluent. Il annonce ses mises et le croupier prend ses jetons, celà prend du temps... et le mec tank un max en plus. Le truc pénible, c'est qu'il prend quasiment deux places, m'oblige à me coller à mon voisin de gauche et... le mec trash talk ! Me traite en autres de froggy, de pussy quand je commande un jus de tomate (c'est marrant une fois, au bout de la cinquième fois...) ... Je me trouve dans une situation mentalement compliquée avec un type pour lequel je devrais avoir de la compassion mais qui me saoule méchamment  . Je m'énerve, joue moins bien... Le mec se fait sortir sur coin flip par un autre joueur, tout le monde est soulagé, mais il décide de re-entry... Je vois la déception sur le visage de tous les autres joueurs, je constate que je suis pas le seul à être un enc**é et vouloir le voir dégager vite.  Un flop miraculeux vient abréger cet épisode pénible, à 5 left, quand je trouve 688 (deux coeurs)  avec 66 dans ma main, et KK chez super vilain (j'avais callé au bouton). Je suis heureux mais j'ai l'impression d'être George Costanza dans Seinfeld.
    La fin du tournoi se passe comme dans un rêve, je rejoue mon poker A+, refuse les deals à 3 left sûr de ma force, et termine avec J8 vs AQ preflop en HU.
    J'avais déjà gagné quelques petits tournois en live, et ai déjà gagné plus online, mais cette win à 4 chiffres (1200$) dans un tournoi d'un beau casino de Vegas, est mon meilleur souvenir depuis que j'ai commencé ce jeu en 2007.
    J'ai own ce put**n de Caesar Palace !

    Une vraie sensation d'accomplissement. J'ai le sourire jusqu'aux oreilles en buvant mon dernier jus de tomate à une machine à sous pas loin de la poker room. Un sosie de Oprah Wimfrey jeune (ou de Miss Dominique, pour mes lecteurs friands de name dropping) , travaillant manifestement dans l'industrie locale du sexe tarifé, pense en me voyant que mon sourire était une façon d'entreprendre une négociation commerciale. S'ensuit un dialogue d'une rare poésie.  
    "Hey, Harry Potter, you wanna spend the night with a bad Vegas girl. I mean like realy realy bad ?  
    - No thank you, I just won a poker tournament !
    - f*ck you, you think I give a shit ?"
     
    Retour en Europe et futurs objectifs
    A mon retour chez moi à Amsterdam, mon rush se poursuit avec une troisième place dans le Night on Stars de pokerstars.fr pour 1477€, ce qui ne fait pas de mal.
    https://www.clubpoker.net/tournoi-poker-en-ligne/night-on-stars/pokerstars/to-262088,fr
    Lors de mon précédent post de blog, je m'étais fixé comme objectif de rentrer dans le top 20 Pocketfives des joueurs d'Amsterdam, c'est chose faite car le Night on Stars de PS.fr est tracké par le site.
    Mes prochains objectifs sont:
    ship ce Night on Stars conserver un ROI positif sur ce tournoi jouer quelques tournois live prestigieux dans les prochains mois (WPT Amsterdam probablement, Sixmix que je n'ai jamais fait) Merci à ceux qui m'ont lu jusqu'au bout.
    Good luck à ceux qui continuent, malgré tous les messages de sinistrose (baisse du trafic, rake etc...)  à kiffer ce jeu en 2016. Il ne mourra jamais, on trouvera toujours des jetons, un paquet de 52 cartes et huit adversaires pour y jouer !  

     
  15. Like
    fojAA reacted to _GuGuS_ for a blog entry, TR 1er Vegas   

    J’avais pas trop envie de faire de TR mais comme je semble être un peu accro au fait d’écrire sur moi, le voilà. A l’arrache, sans photo : vous zemballez pas hein !
     
    Ma copine nous a concocté un voyage aux US qui se clôt par 5 jours à Vegas. On a regardé ensemble la plupart des détails, des forums et on a choisi de réserver 5 nuits au Venetian : bon emplacement sur le strip, piscines++, chambres++, poker room++ d’après tous les commentaires qu’on a pu voir. En plus on trouve une poker suite dont le prix passe de 400 dol à 150 si, à nous 2, on fait 6h de poker/jour ce qui nous paraît ridicule. Donc on fait péter ça, tout excités ! N’ayant aucun vécu à Vegas, mes remarques vont sans doute être banales ou stupides ou les 2 mais voici ce qui m’a marqué. Globalement ça a été un peu moins “WAOU” que je le pensais. Peut-être trop lu d’articles, peut-être trop d’esprit critique et pas assez de spontanéité, etc. Un peu comme quand 1200 gonz vous ont prévenu que le film que vous alliez voir est tout bonnement méga trop bien… Après faut voir que je suis un peu anti balla (ça fait mieux que radin non ?) sur certains aspects et que du coup je cherche à comparer certains coûts avec ceux de la vie de tous les jours ce qui est absurde à Vegas. C’est bizarre de se dire que t’es capable de spew 1 smic sur un 3 barrel (ouais bon pas tous les jours j’avoue !) mais que tu peux perdre 1h à te garer pour économiser 20 euros de parking (ouais bon spa comparable certes…) L’autre “problème” c’est que, de base, je suis pas trop dans le move de Vegas je pense : que ce soient les filles, la boisson, les soirées, que sais-je, spa trop ma came. A fortiori avec femme et enfant me direz-vous, mais de toute façon, même en faisant Vegas seul, je pense pas que je serais rentré dans ce genre de délire, à moins peut-être de retrouver/trouver un groupe de potes sur place, et encore. Mais bon je suis là pour raconter ma life, donc nous y voilà : mon fils de 6 ans sept huitièmes, ma femme et moi : pas trop fraîchement débarqués de 15 jours de périple américain, arrivant en voiture sur Vegas. Le 20 dollar trick a semble-t-il bien fonctionné même si j’ai juste donné l’argent dans mon passeport comme si c’était un dû sans rien demander. Toujours est-il qu’on se retrouve au 19ème, en face des “cascades” du mirage avec une vue sympa.
    Ce qu’on avait pas trop calculé c’est qu’en arrivant en fin de journée et en repartant à 2h du mat’ : 6h / jour finalement ce n’était pas si peu. D’autant que le baby sitting à $40 HT hors tips de l’heure ça plombait un peu le WR si ma copine voulait jouer avec moi donc j’ai fait les heures tout seul… Du coup mes journées ont été un peu cheloues : réveil 8-9h, glande/piscine, repas, glande/piscine, session de 14-15h à 17-18h, repas, session de 20-21h à 03-04h, dodo. Un peu d’outlet, une soirée cirque du soleil, un tout petit peu de down town, un tout petit peu de balade en ville. Bref : pas trop vu Vegas quoi ! J’ai quand même eu le sentiment bizarre de pas beaucoup voir ma femme et mon fils, sans pour autant les abandonner… Pis bon je venais de me les coltiner pendant 15 jours h24 donc faut pas pousser mèmère commême. J'ai été assez embarrassé par mon niveau d'anglais : pas toujours capté ce qu'on me disait, on m'a fait répéter des trucs genre black coffee, soup ou change et de mon côté j'ai aussi beaucoup fait répéter mes interlocuteurs. Je dois donc pas être si fluent que je le croyais, ma fierté en a pris un coup. Même si un allemand a concédé en table que les gens avaient des accents chelous, ce qui m'a mis un peu de baume au coeur car je comprenais pas totalement les discussions entre les joueurs de ma table.
     
    Poker room : je bois pas ou peu quand je joue mais sinan c'est bien que les mecs puissent s'enquiller des double sky toutes les 10 min gratos. Les croupiers sont concernés, impliqués, chose devenue presque inhabituelle pour moi : ils annoncent les actions, ils fluidifient le jeu, ils règlent 99% des faits de jeu sans appeler de floor et avec bon sens. Ils préparent la taille au fur et à mesure plutôt que de passer 3 minutes à compter le pot à la fin d'un coup pour connaître le montant du prélèvement. Quand un tapis est payé le croupier ne passe pas 2h à compter chaque tapis : il sort le board et répartit les jetons après de sorte que tout le monde gagne du temps. Interprétation intelligente des règles (pas trop psychorigides sur les string bets par ex) , change en table qui fait gagner un temps monstrueux et pour les fishs c’est bien mieux pour tout le monde qu’ils puissent reload sans avoir à se lever et sans perdre 10 minutes à la caisse. Réduction de la taille dès qu'on est en SH. Attente : une fois 5 minutes sur 8 sessions (par contre en 2-5 un peu d’attente par moments car souvent que 2 ou 3 tables). Beaucoup apprécié le fait de pouvoir jouer en tongs. J'ai pas mal joué en journée et la moyenne d'âge en 1-2 était assez élevée genre 70 ans. En soirée c'était plus jeune obv. La game en 1-2 a rarement été folichonne et j’ai été pas mal card dead pendant 35h. J’ai +500 la 1ère session et ai perdu/BE presque toutes les autres en m’empalant commême 3 fois avec KK sur des AA complètement obvious à chaque fois (genre je me fais 3bet et je sais quand je push que papy nit chapeau texan va fold QQ/AK et que je serai call que par AA mais 50 à 100bb deep je sais pas fold) et en jouant trop fatigué. J’aurais dû me poser en 2-5 sur les premières sessions avant de me contenter de jouer en 1-2 avec les yeuv’. En plus j’avais transféré 10k au venetian histoire d’être safe car je pensais jouer en 2-5 mais nan : il a fallu que je fasse mon chaton apeuré et que je contente de la 1-2 (comme à Clichy d’ailleurs : dès que je vois 2-3 joueurs compétents en dealer ou en 2-4 je me pose pas à la table… ça se soigne ??). Je -200 brillamment sur 35h mais on va dire qu’économiser 1300 dol sur la suite était le plus important.
     
    Ka : ce qui a suscité le plus de “WAOU” du séjour à Vegas. J’avais rarement été au premier rang d’un spectacle mais alors là c’était tout bonnement hallucinant. Petit moment de panique au moment de retirer les tickets : dis-moi chérie, t’as pris ton passeport ? Bah tu m’as rien dit, donc non… Ah ? Hm Hm. 600 dol dans le fionx ça pourrait être douloureux… La meuf de la caisse veut rien savoir évidemment malgré tous les mails de confirmation qu’on lui montre. Mais comme bibi est un shark des voyages il avait pensé à scanner tout ça et à se les envoyer sur sa messagerie au cas où : c’est juste que comme il a une mémoire de poisson rouge pour tout ce qui n’est pas lié au poker, bah il s’en rappelait plus… Néanmoinsssssss (kassedédi aux gens qui disent néanmoinsssssss) la meuf des tickets est assez désagréable et même avec le scan du passeport et un numéro de confirmation de réservation ne parvient pas à nous trouver : elle part donc 10 longues minutes voir son manager et revient avec nos tickets : OUFFF !!
     
    Piscines petites et très peu profondes, sans parasols/ombre : j'imagine bien que le but c'est que les gens tisent un max car ils crèvent de chaud et ne se noient pas bourrés mais bon un peu déçu. Par contre plein de “petites” piscines un peu partout entre le venetian et le palazzo donc ça plutôt sympa.

    Bouffe : rien fait d'exceptionnel mais bien aimé le Noodle Asia du Venetian.

    Chiottes : mais lol !! Les chiottes ouverts en haut et en bas mais c'est juste abominable. Tu peux limite savoir où ton voisin a dîné selon la fréquence de ses flatulences, leur odeur et bien sûr le bruit des ploufs que tu entends non pas comme si tu y étais car en fait tu y es... OK je suis peut être chochotte je sais pas mais put**n les mecs sont des porcs infâmes quoi. Très jolie CSB : je m'essuie le popotin et je capte que mon voisin est allongé par terre et me mate en train de me torcher par en dessous. A peine le temps de balbutier un "WTF man ?? what's wrong with you ?" que le mec se barre ???
     
    Room service : un matin on décide de faire péter le petit déjeuner en chambre : 45 min d'attente ??? Les tarifs du room service sont indiqués hors frais de livraison… !! Euh lol bah en même temps c'est un room service quoi : donc bon déjà c'est hors de prix car venetian et car room service mais en plus ya des frais de livraison. À minuit ma copine a voulu un café en chambre et la personne que j'ai eu au tel m'a dit : ok mais dans 1h30 ???? Je la fais répéter, incertain de mon anglais : Yeah I mean 90 minutes. Moralité : bien tout commander à l’avance mais quand même très surpris étant donné le sens du service qu’ont les ricains à la base.
    A bientôt au CCM les gens !
  16. Like
    fojAA reacted to Skalpy for a blog entry, J'enc*** les micros, parfois.   
    Ce post n'a aucune valeur pokéristique, ce n'est même pas un whine puisque je suis largement overrollé vu que j'ai pas de couilles et que j'ai 190 buy-ins de ma limite la + haute.
    Il reprend juste un florilège des plays auxquels j'ai pu faire face sur ma session de ce soir (24 tournois au total). Voyons donc qui j'ai croisé ce soir :

    - Le chercheur
    https://www.winamax.fr/replayer/replayer.html?2016-9a0123b6c4782b863204d4c9b2fa83a8eac0f6b1d2b08afa28207454c338b4b3&lang=fr_FR
     
    - Le suspicieux
    https://www.winamax.fr/replayer/replayer.html?2016-b25038707d996e500551dba2239659daef423cb2910c1bc5772017eb4078fe77&lang=fr_FR
     
    - Le médium
    https://www.winamax.fr/replayer/replayer.html?2016-54e3572df3f84d143d37197af068ae7bacd827c1002f71078b9420ba37dc8dca&lang=fr_FR
     
    - L'impatient
    https://www.winamax.fr/replayer/replayer.html?2016-86615b84f9da1bb36eb0861f744637aaa5e58a58effa20ca54aeac8b0009a0b5&lang=fr_FR
     
    - Le fast-tilteur, médium également
    https://www.winamax.fr/replayer/replayer.html?2016-5e9ba8734c041a6e5655a09f02b5762d928eb3d15fee5a32b363ba47b6fdaac9&lang=fr_FR

     

    SVP pas de -1, ce post a juste comme but de m'amuser un peu de ce run du soir plutôt compliqué.
     
    A bientôt.
     
  17. Like
    fojAA reacted to NICEBET for a blog entry, Bouteille de foot   
    Bonjour à tous !
    Je suis revenu plusieurs fois sur l'écriture du billet, pour finalement n'en n'être qu'à moitié satisfait, mais qu'importe ! 
    Bonne lecture.
     
    En ce lendemain de défaite national lors de notre finale pour l'euro, la France s'est incliné- assez injustement- 1-0 face au Portugal. Je m'attendais à être réellement badé suite à cette lose (cf 2006), mais finalement je vis le truc plutôt bien. C'est rigolo, mais je me dis que dans ces situations je relativise mieux la chose car j'ai l'habitude de sortir sur un 2 outer river. 
    Je me résume le tournoi de la sorte:
    On commence par un départ sympa en phase de pool. On run pas trop mal mais on exploite pas assez les faiblesses de nos adversaires en se disant qu'on à du stack , que le tournoi vient de commencer et qu'on peu se permettre de faire quelques erreurs- pourvu qu'on optimise LE coup dans lequel on va mettre beaucoup de jetons. C'est un peu notre marque de fabrique, on a du mal à s'immerger directement dans l'action.
    En 8eme, on commence à se rendre compte qu'il va falloir prendre un peu plus de risques- et donc prendre le risque de sortir pour continuer. On passe un 70-30 en douceur et on domine le quart de finale facilement, ayant à chaque fois des bons timing.
    On arrive en late game- en demi finale- très confiant. L'équivalent d'un 18 left. On run like Jesus contre cette table allemande et on arrive en TF- en finale- ultra cheap leader. Des le départ, on fait valser les jetons pour tenter de dominer la table, sans grand succès. Pour finir, l'excès de confiance à l'entrée de la table finale nous à peut être coûté la victoire. Quoi qu'il en soit, une erreur combiné à un chattage de l'adversaire dissipera la fumée de nos espoirs pour nous révéler finalement, une sévère 2eme place.
    En fait on à juste déchatter, et au vue du parcours c'est plutôt encourageant pour nos Bleus ! Dans 2 ans on gagne le mondial, il faut juste s'habituer à la pression des phases finales ! 
    En réalité, le foot n'a pas une grande importance dans ma vie mais lorsque je sors d'une table de poker- d'une façon moche/ frustrante-  je me dis :"j'ai bien joué, qu'importe le résultat, la line est ok". Je me suis dis la même chose pour les bleus ! Lorsqu'en marchant pour rentrer chez moi j'ai pensé à cela, j'ai tout de suite trouvé l'idée intéressante.
    J'ai utilisé mon masque anti tilt pour l'euro, et ça à marché. Je pense que c'est applicable pour plein d'autres domaines, et je me suis déjà mis en quête de les noter sur un petit carnet à chaque fois que j'identifierai un exemple intéressant à commenter !
    Vivement la Russie ! (j'aurais jamais cru pouvoir dire ça un jour)
     
    Pour finir, après cette magnifique analyse pokeristique de l'Euro,  il m'est arrivé une petite péripétie avant-hier soir lors du match....
    Vers la fin de la première mi-temps, je bois tranquillement une bière en bouteille et ce n'est pas la première, je ne peux rien vous cacher ! 
    Et puis viens le moment ou j'oublie que j'ai une bière entre mes cuisses et décide de me lever pour en chercher une autre (wtf?!) Je me lève et la bière tombe par terre faisant un incroyable tour sur elle même pour finalement retombé parfaitement droite, comme si on l'avait posé. De là, deux potes ayant vu l'action, célèbre cet événement comme un but de la france et explose de rire ! Je vais nettoyer la bière par terre puis et une fois la tache effectué, je reprend celle-ci et prend une franche gorgée. Blurps.
    "Tiens, c'est bizarre, j'ai l'impression d'avoir avalé quelque chose de solide me dis-je".
    J'observe mieux la bière, celle-ci est fendu au niveau du goulot, formant un petit "V". Je touche doucement, et un gros morceau de verre tombe, accompagné de deux-trois petits bouts ! 
    Je regarde sur internet pour voir ce qu'il faut faire en cas d'ingestion de verre- Il me faut du pain. Je dégomme la baguette à sec, et boit un bon demi litre d'eau. 
    Je ressens encore une petite gene dans ma gorge. 
    En rentrant chez moi, j'appel le samu pour obtenir plus d'information, et surtout si ça craint vraiment. J'ai donc un médecin au téléphone, elle à une voix rassurante bien qu'un peu rauque,  elle me dit que le verre est indétectable aux radios et qu'il n'y a rien a faire si je n'ai pas vraiment mal. Elle ajoute, qu'au bout de 3 jours si je n'ai pas eus de saignement par un de mes orifices, ou si je ne me suis pas réveillé la nuit, tordu de douleur parce que le verre passe dans mon intestin entraînant une hémorragie interne- c'est que ça va ! 
    Ok, merci je suis vachement rassuré. En gros, je peux rien faire qu'attendre et je vais potentiellement finir aux urgences sous 72H. Sympa ! Mais encore une fois, je ne sais pas si c'est mon coté joueur de poker ou joueur tout court, mais comme je ne connais pas du tout les sensations que cela peut faire, et que je ne suis jamais allé à l’hôpital pour quelque chose de tendu, je suis curieux ! Si je m'en sors bien, évidemment. 
    En espérant ne pas me vider de mon fluide sanguin- ou partiellement - je vous dis à la prochaine !
     
    Hugo
  18. Like
    fojAA reacted to oONemoOo for a blog entry, Jour 3 - Back to CCM - Eye of the tiger   
    Hello, 
    Actualité de la semaine:
    - Online : archi dégueulasse on peut le dire avec perte de 230 E en 3500 mains dont 200 sous l'ev  

    Ca se passait bien jusqu'a 2,500 mains puis le drame:
    En NL50, ouverture de table et je commence en HU et je me fais littéralement défoncer en 53 mains par un random inconnu qui me suckout magnifiquement pour 2 caves sur des 2 paires floppées chez moi et où il accepte les 3 barres pour me faire runner runner couleur et 2 paires au dessus puis en tilt je spew une 3e cave en hero callant le croyant light alors qu'il avait quinte floppée J'aime assez faire les openings de table, il y a toujours laborit dans les parages, il y a souvent du fish à profusion et c'est souvent ultra easy money. Pour le coup, on peut le dire ça a été ultra easy money pour mon adversaire
    En NL100, magnifique setup KK<QQ qui touche sa Q au turn Je perds ensuite avec  sur board  contre un aggro monkey qui joue 48/26/10 sur 100 mains en full ring.
     
    J'open 3 en mid position, callé 2 fois dont vilain.
    Le flop arrive, je cbet 6 dans un pot de 12, il insta push 90, je swap, Il a  .
     
    - Live: repris hier au CCM, première cette année en France,
    D'ailleurs, je suis parti en avril une semaine à Vegas qui s'est ultra bien passée. J'avais commencé à préparer des cr pour initier le blog mais qualités de photos absolument atroces puis taf de maboule ont eu raison de ma motivation. Je pense que j'en ferai quand même un billet plus tard.
     
    Que ça fait du bien de retrouver l'ambiance du cercle, les têtes connues, les cagoulés, les grandes gueules, les grinders et toute la faune qui va avec,
    Faut vraiment que le CCM fasse quelque chose pour les jetons: tellement dégueulasses qu'on pourrait s'en servir comme arme de destruction massive pour répandre des maladies
     
    Session assez marrante au final: Arrivé à l'ouverture à 14h et installé en 100 cavé 850
    Début de session assez tranquille, yoyo entre 1100 et 800 pendant près de 4h.
    J'enchaine ensuite des setups assez énormes où je limite la casse:
    - QQ que j'arrive à jeter préflop face à un 4bet vs serrure pour perte de 56, il avait KK
    - QQ que j'arrive à jeter turn sur low board face à joueur décent (qui me couvrait) pour perte 250, il avait KK
    - AK<QQ allin preflop pour une perte de 220
    Et un paquet de bonnes mains que je raise preflop que je dois abandonner sur des flops dégueulasses.
    Down à 450, Début de tilt incoming, le temps d'une pause pour aller manger un bout et je reviens frais et dispo.
    Je recave 900 en plus.
    Sur ma 1ère main, je fais option, je découvre une très belle main, je squeeze 130 sur 2 joueurs après un open à 30, 1 caller, asiat ultra aggro que j'ai bluff catch assez salement plus tôt. Je cbet 180 sur ultra low dry board, il tanke 2 plombes et finit par shove pour 600ish. J'ai une image ultra sérieuse je pense à ce moment, j'ai été assez aggro, je n'ai montré que des monstres au showdowns et j'ai montré également des gros hero folds (et ça je pense que ça a dû jouer). Il me fait un magnifique acting, ultra stress, se lève en mode, vas y calle que je m'en aille. Je tanke 3 plombes et finit par fold. Il claque  et se barre... Je ne donnerai pas ma main (qui est assez obv en fait), que j'ai ultra mal joué en prenant 2 super mauvaises décisions.
    2 mauvais coups plus tard dans l'orbite et down donc vers 20h de 1K, sympa la reprise du live
    Et là eye of the tiger
     
    Remonté à 1300 vers 00h00 en choisissant mes spots et mes clients. Pas de bonnes mains ni de setups, juste du jeu ultra en ligne en position.
    Après minuit, j'ai ouvert les ranges et cherché les coups.
    Je prend ensuite 300 sur  que je défend au bouton dans un family pot qui fait flush turn.
    Et je reprends 300 avec  que j'open en late avec 2 callers assez short, le flop   . Je slow play à mort et prend 2 streets de value quand même...
    On finit pile à 2h du matin à 1,800 E avec un gain de 50 E qui couvre la cotisation.
     
    Bilan de la session:
    Pas de setup en ma faveur, plusieurs setups en ma défaveur que j'arrive à contenir finalement.
    Plutôt content du niveau de jeu pour cette reprise.
    Quelques ajustements à faire pour mieux gérer les dynamiques de table de calling station
     
    Semaine pokeristique pas fofolle donc mais j'y ai pris du plaisir, même en me faisant défoncer en online
    Programme de la semaine prochaine: 3 jours de grind live très probable de lundi à mercredi. 
    Cya peeps
     
     
     
     
  19. Like
    fojAA reacted to Mr Sneeze for a blog entry, Perceived range   
    J'ai beaucoup réfléchi à ce que je pourrais continuer d'écrire sur ce blog.
     
    J'adore théoriser, penser poker, et donc écrire poker aussi, car malgré l'effort que ça demande, sur le long terme ça structure mon apprentissage et renforce mon attitude à la table. Cependant, j'ai beaucoup grandi, et il m'apparait de plus en plus évident que la vie est multiple, complexe, et certainement pas uni-dimensionnelle. Ainsi, prodiguer des conseils ou des attitudes profitables 'dans le jeu du poker' a quelque chose de potentiellement assez inutile.
     
    Pourquoi cela? Parce que le poker est un jeu de maîtrise, et cette maîtrise est complexe, potentiellement totalisante (elle prend et incorpore beaucoup d'aspects de la vie d'une personne, au point parfois de l'engloutir) ; cette maîtrise est aussi bâtie sur l'experience, et surtout sur une pratique attentive et conscientisée.
    Quels que soient les aspects de votre jeu que vous voulez travailler, le poker n'accepte pas de réponse définitive, de réponse toute faite. Je dis ça, et dans le même temps, je suis assez d'accord avec Daniel Negreanu qui disait je ne sais plus où (un podcast mental game je pense): le poker est un jeu beaucoup plus simple que tout le monde aime à le penser.
    Mais il n'y a pas de recette magique, il n'y a pas 'une bonne manière'.
     
    Ainsi de plus en plus, je réalise que ce qui fonctionne pour moi n'a pas de raison particulière de fonctionner chez les autres, car c'est lié à comment j'ai mené ma vie jusqu'à ce point précis, cet instant précis. Beaucoup de mes attitudes changent avec le temps, mes certitudes également. Beaucoup de joueurs talentueux ont d'autres approches. Ce n'est pas facile de gagner sa vie au poker, ce n'est pas facile de 'faire ça bien' (sur tous les plans, y compris un équilibre psychologique. Car de fait, on rencontre des joueurs talentueux mais malheureusement pour eux un peu perdus dans leur vie). Mais même si ce n'est pas facile, il y a beaucoup de manières différentes d'y arriver et de l'entretenir.
     
    Facteur décisif déjà: être bon au poker n'a aucune, strictement aucune influence sur nos résultats futurs. Evidemment, ya la variance des cartes, oui ya ça. Mais c'est tellement rien en comparaison de la variance dans la qualité de jeu des joueurs, leur focus, leur attitude. Donc ouais, contrairement à beaucoup de domaines, on ne fait jamais ses preuves dans le poker, ou alors on fait ses preuves potentiellement à chaque main qu'on joue, et voilà, c'est tout.
    Donc on en revient à ce point crucial: la maîtrise, ce n'est pas quelque chose qui s'obtient. Ce n'est pas 'savoir la bonne réponse'. La bonne réponse n'est jamais la même en fait.
     
    Quelle est la bonne attitude à avoir? Cela dépend. Quelle sont les meilleures décisions possibles dans cette main particulière? Dans ce tournoi? A cette table de cash? En tant que joueurs (cherchant à gagner), nous sommes fondamentalement des décideurs, nous devons donc devenir experts en décision, et ces décisions sont à TOUS les étages. Beaucoup gagneraient à introduire plus de flexibilité dans leur decision-making. Personnellement, je gagne à renforcer ma solidité, résister à ma tendance naturelle à être 'trop' flexible. Mais clairement la tendance générale dans toute tentative de maîtrise d'un domaine, c'est de manquer de flexibilité et de s'attacher désespéremment à nos forces (mais ce qui marchait un moment.... ne va pas toujours marcher). Tant de gens ont un mal fou à questionner leurs paradigmes, visions des choses. Je suis dans la tendance opposée, mon travail est donc fondamentalement différent du travail d'un autre (et pas forcément plus facile).
     
    Le matériau qui nous permet de décider et investir sur ces décisions, c'est nous-même. Notre corps, notre esprit. Et tout ce que ça implique en terme de fluctuance.
    Le poker, ET la vie, apportent tellement de situations qui vont nous sortir de notre zone de confort. C'est en cela que la maîtrise est subtile et difficile.
    Evidemment quand tout marche pour nous, on peut naviguer sans trop de problème. Un moment ou un autre cependant, personne n'est épargné par les vents de l'existence (toutes les manières sont possibles). On ne compte plus les gens abbatus par un coup de bâton de trop, dans leur vie ; dans le poker de même, ne ne compte plus les étoiles filantes (ont connu du succès, le succès temporaire a amené l'échec au final). Le facteur déterminant de sélection des bons joueurs au poker va plutôt être leur capacité à se relever de leurs propres débacles. Et des débacles, des perditions, il y en a dans le monde du poker. C'est seulement que les 'vainqueurs' d'un moment sont beaucoup plus visibles que tous ceux qui 'échouent' (vrai sur d'autres aspect, l'écriture de l'Histoire par ex).
     
    Quelle attitude donc? Ca dépend. Mais mieux vaut être flexible, mieux vaut ne pas s'accrocher trop à ce qui ne marche plus. L'écosystème est perpétuellement changeant, personne ne joue aujourd'hui comme il y a seulement quelques années. De nouvelles stratégies deviennent populaires, plus de joueurs ont gagné en solidité et résilience mentale. C'est juste plus dur, donc il n'est plus temps pour les recettes toutes-faites.
    Ainsi, la bonne question n'est pas: comment être bon au poker, comme un fait général, absolu et définitif, mais plutôt : le poker crée une infinité de situations perturbantes et nouvelles, comment les naviguer?
     
     
    J'écoutais un podcast récemment sur le sujet du talent, et du travail.
    L'auteur suggérait que les meilleurs niveaux de performance dans tous les domaines étaient construits sur les attitudes suivantes:
    A) Se mettre autant que possible dans des situations à ' la pointe de nos compétences ', autrement dit risquer de faire des erreurs, parce que nous sommes à la limite de notre skill, là où il n'est pas encore bien intégré, bien maîtrisé. C'est ainsi que le savoir est renforcé, par la mise à l'épreuve. Il faut plonger un peu la tête dans le feu, voir ce qui se passe, et en tirer les meilleures leçons.
    B) Sentir, accepter de sentir, accepter tout court, les erreurs, malgré la douleur et frustration que cela crée pour quiconque dans une approche compétitive. Il n'y a pas de réelle progression sans lutte. La sensation de 'chi**' dans un domaine qu'on investit, est extrêmement difficile à dépasser pour un être humain. Usuellement, en réaction, les humains vont principalement éviter ces situations d'inconfort. Il y a cette tendance fort naturelle à préférer faire ce qu'on sait faire plutôt qu'à s'exposer à s'humilier aux yeux des autres (si on donne de l'importance à leur regard), et juste s'exposer à se sentir mal parce qu'on a fait une erreur. On se juge, tellement facilement, et le jugement amène aussi les attentes / aspirations, la peur, et une diminution du courage global. Dans le poker, c'est extrêmement présent. Très peu de joueurs sont prêts à explorer la compexité du jeu en No-limit parce qu'ils ne veulent pas risquer de chi** lamentablement dans leurs expérimentations. Sans aucun doute une de mes plus grandes forces en tant que joueur est d'avoir donné et redonné dans l'expérimentation de ce qu'on pouvait faire avec ce jeu.
    S'exposer aux erreurs, les comprendre non pas comme des erreurs justement, mais des nécessités, est difficile mais crucial. On pourrait aussi bien dire: s'exposer à des situations marginales. Le meilleur dans un domaine sera plus facilement celui qui est sorti de sa coquille pour évoluer dans des situations confrontantes. L'expérience bâtie est simplement exponentiellement plus grande.
    C) Incarner notre apprentissage dans un processus conscientisé. Cela veut dire digérer notre processus de travail et de progression en le mettant constamment en perspective et en questionnement. Qu'est-ce que je pourrais faire d'autre, de mieux? Quels sont les présuposés que j'ai qui peuvent être subtilement erronés? Quelles sont les émotions qui bloquent un apprentissage libre et fluide? Il est nécessaire d'opérer des temps de recul et de contemplation, plutôt qu'être la tête dans le guidon, car c'est alors qu'on peut faire évoluer nos structures (= nos manières) mêmes d'apprentissage. A ce sujet, trouver des moyens de créer du feedback (des moyens de mesurer l'évolution de notre apprentissage), est également crucial. Il s'agit de pouvoir faire des hypothèses, les tester, et ensuite avancer vers des conclusions, qui sont aussi des nouvelles hypothèses.
     
    Exemple simple et courant chez pas mal de joueurs gagnants au poker, symptomatique d'un processus d'apprentissage non conscientisé, sans vraie prise de recul : l'incpacacité à sortir d'un système, ou d'un format de jeu, pour s'exposer à de nouveaux apprentissages. Principalement parce que le temps de la prise de recul n'est pas pris, il n'y a pas de possibilité de réelle évolution. Ainsi, pas mal de joueurs gagnants vont gagner avec consistance pendant un moment (par exemple sur un format précis), puis le jeu les éjectera naturellement, car le point de rupture sera atteint: ils auront résisté efficacement avec leur méthode face à un écosystème changeant, mais un moment ils n'auront pas les compétences de la remise en cause et de l'adaptation profonde, réelle (on ne parle pas ici, de seulement incorporer des nouvelles manières d'accumuler des jetons, c'est plus vaste).
    J'ajouterai un point très important à ce sujet: la totale intéraction, dépendance même, entre nos idées, nos émotions, et nos actions. C'est sûrement un peu cela que j'implique quand je parle d'attitude. Changer d'attitude peut passer par exemple par une gestion de nos émotions (clairement ce que j'ai le plus travaillé depuis deux ans dans ma pratique du poker), qui à son tour va créer des cycles vertueux dans les pensées que nous produisons et les actions / réactions que nous choisissons. On peut aussi changer nos actions (nos habitudes au quotidien: assez diabolique d'efficacité, mais très difficile en pratique) afin que nos 'états' changent.
    => Incarner son apprentissage, c'est prendre en compte cette multi-dimensionnalité, et ça n'implique pas du tout d'aller dans sur-complexité. C'est plutôt, se considérer et se sentir à la fois comme Un (un individu formant un tout, tout est lié) et comme Multiple ( 'je' est traversé par de multiples choses, potentiellement paradoxales ou en conflit. Comment équilibrer tout cela?).
    Juste, ce fait: nous sommes humains, et basiquement un humain arrive pas à grand chose s'il ne se gère pas bien sur ces différents aspects (entremêlés).
     
     
    Donc ouais, clairement, ne croyez pas aux recettes magiques si vous avez de l'ambition dans le poker. Croyez en vous, en ce que vous pouvez faire à partir du matériau qui est votre vie. Ce que vous voulez faire, aussi. Dans le même podcast, le sujet de la motivation (afin de travailler ces états de haute performance) était abordé: plutôt que quelque chose d'interne, qui viendrait du fond de nous, peut-être s'agit-il en fait de quelque chose d'externe. Par exemple observer la réussite de nos pairs: si lui peut le faire, pourquoi pas moi? Que puis-je faire pour le rejoindre?
    En partant de là, l'efficacité de se visualiser dans le futur comme 'la personne qu'on veut être' est très importante. Cela crée une direction dans l'apprentissage.
     
     
    Il faut bien noter aussi, qu'en adoptant cette approche du poker comme une activité athlétique, on maximise aussi nos compétences pokéristiques sur un plan plus large: on développe la capacité à se dépasser, se développer, et tout basiquement la capacité d'apprendre. Les conditions si perturbatrices du poker peuvent créer chez certains joueurs cette attitude d'exigence vis-à-vis d'eux-mêmes qui certainement leur servira dans d'autres aspects de leur vies, ou autres domaines de compétence (d'autres fields).
     
     
    Je me permets de me recentrer sur ma petite personne d'1m90: j'ai énormément bossé depuis quelques mois. Et j'ai principalement bossé sans jouer, car j'ai surtout travaillé à laisser des mutations s'opérer. Ce qui marchait bien pour moi avant dans ma vie s'est mis à moins fonctionner. Nécessité de changer de paradigme, s'ouvrir au nouveau. Quelque part, arrêter de s'entêter dans les conneries.
    Ce travail a été très fructueux dans le sens où j'ai mieux compris quelle forme de travail je devais fournir : il s'agit de 'faire avec' ma sensibilité (extrême), ma permabilité aux éléments qui m'entourent, et aussi me traversent. Pourquoi cela? parce que j'ai fait le choix, indépendemment du poker, d'ouvrir les portes de la perception dans mon existence, c'est ma poutre, ma structure vitale. Me sentir vivant, ressentir. (Ma technique est simple, elle tourne entièrement autour de la respiration. Je suis plus conscient qu'avant, car avant je ne me sentais pas autant inspirer et expirer. En revenant à la respiration, ma vie a pris une densité démentiellement plus importante, chaque jour est vaste.)
    Fondamentalement, cela m'a posé des obstacles assez évident dans le poker, qui n'ont rien à voir avec mon niveau technique (exemple tout simple: une tendance à chercher trop, si cela est possible, les situations marginales justement. Je dois quelque part ralentir le processus que j'ai décrit au dessus, car chez moi il opère naturellement, trop facilement).
    Mais ça m'a aussi ouvert des portes. Depuis facilement 2 ans, je travaille mon jeu complètement de façon auto-didacte, et mon apprentissage est totalement orienté sur mes ressentis, et sur les propres hypothèses que je formule. Et c'est bien pour cela qu'il est difficile de transmettre ce qui marche pour moi, car cela marche pour des raisons précises et définies. Je travaille (avec succès) à faire de ma sensibilité une arme. A une table de live, en tout cas c'est ce qu'on m'a dit, je parais parfois comme un 'radar', qui capte manifestement plus d'informations que la moyenne (et ainsi se retrouve parfois surchargé d'informations et d'émotions, c'est là l'inconvénient, enfin la faiblesse à gérer).
     
    Sur un plan personnel, j'ai décidé de renoncer à des 'idéaux' que j'avais pour m'exposer beaucoup plus à la confrontation avec l'altérité: ça s'est incarné dans mon déménagement pour Amsterdam, qui a eu lieu il y a un mois.
    Sans aucun doute, les conditions pokeristiques sont meilleures ici qu'en France :). Mais en vérité j'suis surtout venu ici pour avoir le plaisir de voir 50+ jolies filles par jour. Etant un peu un renard solitaire, vivre dans une capitale est évidemment confrontant. Mais j'ai réalisé que c'était exactement ce qu'il me fallait. Le ressenti est toujours là après un mois de vie dans la ville du spliff et des fietsen.
     
    En termes de résultats, mon premier mois en Hollanderie est un des meilleurs de ma carrière, bien aidé par une perf dans un Scoop (3ème d'un 100€ du dimanche, et surtout une énorme satisfaction dans la qualité de jeu déployée tout au long du tournoi). Mais aussi cohérent avec le travail pokéristique que j'ai fait ces derniers mois, en premier lieu le réel questionnement que j'ai eu pendant mes 3 mois de break: ai-je toujours envie de jouer? ne suis-je pas en train de me perdre dans ma vie?
    Bah j'me suis retrouvé.
    Après le break j'ai arrêté de faire le con. J'ai pris au sérieux des stakes moisies. Pendant plusieurs mois, inspiré par un autre joueur de pokey, spécialisé en MTT depuis des années, j'ai lancé des sessions MTT small buy-in. En m'attelant à bien jouer même quand je deep runnais le classico ou la fièvre en monotable pour finalement gagner 32€. Ouais, ca change de l'intensité des high stakes. Mais quel travail massif j'ai fait sur moi pour dépasser l'addiction à l'adrénaline. Pour accepter que le jeu, c'était le jeu, qu'il fallait respecter le jeu. Respecter ses adversaires, quels qu'ils soient. Se respecter soi-même, au final. Et juste bien faire le taf', sans laisser les p'tites émotions parasites individuelles prendre le contrôle (ce qu'on veut prouver, l'ego de la domination à la table, ou peu importe ce qui s'applique pour vous).
    Et, certes pas d'énorme de perf sur cette période, mais des résultats, quelque shipperies satisfaisantes. Des indices clairs que le travail avait des répercussions.
    Et ici à Amsterdam des résultats sur tous les tableaux. Des deep run prometteurs (22ème du scoop 500€, 15ème du bigger 55 sur ps.com, un bon day 1 sur le highroller 1K wina bien que pas d'ITM au final), des sessions live en mode pillard viking. Un jeu fondamentalement beaucoup plus solide mais tough (enfin!) en cash game online. Ca se sent, quand on joue bien (ou juste mieux).
     
    Je n'ai pas perdu de temps en sortant du jeu. En breakant totalement. Puis en jouant des low stakes le temps qu'il fallait. J'ai littéralement oublié la rentabilité, je suis de toute façon un hippie anti-productif et fièrement opposé à la marche de notre société, junkie à l'agitation. J'ai travaillé ma patience, toutes les variétés de patience en fait. En premier lieu, être patient avec l'animal que je suis. On a tous autant de qualités que d'obstacles (souvant naissant de ces mêmes qualités). L'inverse est aussi vrai. Les barrières que nous avons à dépasser nous transcendent. Ce que j'ai eu à dépasser, ça m'a pris du temps, mais finalement la patience (et aussi donc, bizarrement, l'obstination) paye. Je le sens, et je ne dis pas ça à cause des résultats récents. Des résultats, c'est juste des résultats, ça mesure pas grand-chose en soi. Mais je sais d'où viennent ces résultats récents, ils viennent d'un vrai renforcement dans l'application des mes skills (de mes forces) et des stratégies plus adéquates pour naviguer / gérer mes faiblesses. Deep run 3 gros tournois ne veut rien dire évidemment, mais les deep run en monotable ou quasi monotable avec un niveau de focus et d'effort, c'est déjà moins du hasard, car on peut sentir à quel point on a bien joué, ou non (avec l'expérience, et à ce niveau là, au niveau de l'expérience d'évaluer son skill à un moment T, je commence à avoir du bagage par rapport au field dans le monde du poker).
     
    Ma motivation pokéristique est à un relatif pic (dans le même temps, le jeu m'obsède carrément moins qu'avant, je suis motivé, mais pas obsédé). Et pourtant, je joue peu. Je travaille beaucoup mais dans la préparation plutôt. Quand j'arrive, c'est pour être un viking. Et ca a l'air de marcher. J'ai bien l'intention de concentrer la motivation dans une attitude assez relachée donc, privilégiant mon bien-être (si je ne veux pas jouer, si je veux arrêter, ben c'est ok. C'est comme folder. Juste un fold.), et quand je joue, autant que possible, je joue. Je me mets en mode open dans mes perceptions, je joue avec les possibilités, je suis totalement concentré et présent (toutes choses relatives à mon potentiel du moment T, d'où tout le reste de nos actions dans notre vie, les habitudes qu'on prend, ce qu'on mange, etc).
    Ca avait déjà très bien fonctionné, cette approche, à Vegas. Je crois que je tiens un truc. Le taf continue.
     
    Dans tous les cas, je suis fondamentalement: pas pressé.
     
    Aujourd'hui, je vois ma vie, ma carrière, en rétrospective, et je contemple. 27 ans de vie, c'est beaucoup, quand on a activé le bouton conscience (peu importe la forme que cela prend, chacun est différent). Et put**n de vraiment, j'me sens adulte, vieux parfois même, comme si j'avais vécu 12 vies, déjà. Je sens une force énorme, une résilience mentale que je n'ai jamais connu. Et j'embrasse cela parce que j'ai aussi embrassé à quel point les erreurs et les faiblesses étaient déterminantes des forces. Faut se laisser casser, faut brûler comme le phoenix et renaître tout neuf, paf.
    Au fond, la vie est bien faite. Elle nous mets des bâtons dans les roues pour nous forcer à exprimer notre potentiel. Ainsi, pas besoin de parler de justice, ou qu'on mérite (ou ne mérite pas) quoi que ce soit. On a littéralement ce qu'il nous faut, et littéralement ce qu'on choisit d'avoir. Dans le même ordre d'idée, une phrase d'un maître zen : 'chaque personne a exactement la quantité de problèmes qu'elle souhaite avoir, ni plus ni moins'. Si vous comprenez cela, vous saurez ce que vous avez à faire. Et vous le ferez.
     
    Aujourd'hui, les éléments s'alignent bien pour moi. Je suis dans une put**n de ville dans un appart balla, avec un colloc super et des renardes partout dans la ville. Le poker m'enthousiasme. Bientôt le WPT Amsterdam. Que je jouerai seulement si j'le sens, mais étant donné les excellentes sensations autant en MTT (online) qu'en live (cash), ya moyen que les éléments s'alignent bien, là. Et toute façon ya encore Vegas cette année, où je jouerai quelques trucs en plus du cash game.
     
     
    Encore un article qui commence apparemment sans inspiration et qui finit à n'en plus finir! Oh well.
     
    Doei!
  20. Like
    fojAA reacted to ben92120 for a blog entry, L'heure du bilan   
    De retour sur Paris, un petit bilan s'impose sur cette "trop" courte semaine à Vegas...
    Tout d'abord je tiens à remercier Krystofff pour ses conseils, les moments passés ensemble en tournoi, la soirée Margarita...kzu pour cette folle soirée cash et bières...Wanass pour les plans hotels
    Et bien sûr tous les Cpistes, ceux que je connais déjà (Zizi, Calou,Yoyo...) et ceux que je serai peut être amené à rencontrer...d'avoir suivi mon blog et pour leur soutien, leur message, leur avis
    Je dois l'avouer quand l'idée m'a pris de faire ce blog, je ne pensais pas avoir autant de lecteurs et rapidement j'ai été un peu débordé par le manque de temps et la mise en forme. J'ai essayé de faire mon mieux afin de vous rendre la lecture interessante, distrayante et le plus proche possible de mon quotidien (poker, soirées, rencontres, vie à Vegas, joies, peines, galéres...)
     
    Au niveau financier, même si je partais aussi pour des vacances (le cout d'un séjour à Vegas n'est pas plus élevé qu'une autre destination) la réussite n'est pas présente. Je ne rentre pas gagnant et l'objectif de rembourser mon voyage n'est pas atteint
    - Sur 7 jours (le dimanche du retour ne compte pas) j'ai joué 8 tournois pour 2 ITM et 3 demi-finales (dont 11e et 12e place)
    cout des buy in: 1350$ et seulement 746$ de gains = -607$
    J'avoue avoir les nerfs, car revenir perdant avec 2 ITM + une 12e et 13e place, pas cool !!! Mais c'est ainsi, on a pas passé les flips et pris 2, 3 bad en fin de tournoi qui n'ont pas permis de faire dans le top 3, places qui permettent de prendre le gros gain, surtout que generallement ça deal rapidement à Vegas.
    On se consolera avec 2 lignes Hendon Mob de plus, même si cela ne me rapporte rien...sauf la gloire !!!
    - Coté cash game, on est pas mieux même si on s'est refait légèrement sur les derniers jours - 310$. Après un départ catastrophique -900$, faute d'avoir joué fatigué, énervé parfois, sans préparation mental, impatient, sans sélection de ses poker room et joueurs aux tables, directement derriere les tournois et quelques bads...mais tellement l'envie de jouer et de ne pas perdre son temps. On a réussi à avoir la présence d'esprit de se calmer et de revenir aux fondamentaux pour ne faire que des sessions gagnantes (mais jamais d'exploit, comme pour les ITM) à partir du mercredi.
    Ce qui me fait vraiment chi** car revenir perdant de Vegas en cash game, 1ere fois en 4 séjours, normalement pas possible en jouant sérieux Mais j'en connais les raisons et ça me rassure un peu même si ça ne m'excuse pas !!! A ne pas oublier pour une prochaine fois papa...moi qui pensais tester la 2/4 cette année, on a connu la 1/1 du Linq !!!
    Pertes totales poker: -917$, on a pas tué sa bankroll $ mais on ne joue pas pour perdre non plus et cela gâche un peu le plaisir de revenir perdant.
     
    J'espère avoir réussi à vous faire un peu rêver en attendant l'arrivée des "vrais joueurs" pour les WSOP et leurs exploits; même si je pensais avoir plus de choses à vous raconter et à vous montrer...7 jours pleins à Vegas vraiment trop court !!!
    Moi en tous cas j'ai kiffé mon séjour, comme à chaque fois...On aurait pu faire mieux mais on a mal géré quelques situations, l'experience et se souvenir de ses erreurs pour faire mieux la prochaine fois.
     

  21. Like
    fojAA reacted to ben92120 for a blog entry, Avant départ   
    Me voilà fin prêt (J-2), enfin presque, je dois encore faire ma valise...car samedi matin, après un nuit de boulot, on enchainera direct (vers 11h) pour le vol Paris-Toronto-Los Angeles où une voiture (je mettrai la photo) m'attend pour faire la route vers Vegas. On a privilégié les bas couts, moins de 800€ vols-location de voiture et hotels (merci à Wanass pour les hotels)
     

     
    J'ai décidé de me lancer dans un trip report  pour ce voyage car pour moi c'est aussi ça, une communauté, échanger, partager, faire rêver, délirer...J' ai tellement kiffé certains blogs ou trip report mais aussi car je serai seul pour ce 5éme voyage à Vegas  et je pense que ce blog me permettra d'éviter les moments de solitudes, d'euphories, de déprimes que peuvent connaitre un joueur à Sin City !!!
    Que de 1ere fois, 1ere fois seul en 5 voyages (sans ma femme), 1er trip report, 1ere fois arrivée et départ à Los Angeles...
    Avec moi il n'y aura pas trop de technique à la Olivierp, pas trop de piles de jetons à la Excalidur, pas de trop de cul à la Pythonio ou Robin (même si j'ai pris des hotels avec jacuzzi, on ne sait jamais), pas de pics de suite balla...je ne compte pas beaucoup dormir et j'ai pris des petits hotels pas trop mal situés... certainement de la "biture" à la DonRevie
    Par contre j'essaierai de vous raconter mon quotidien, entre poker, rencontres, sorties restos hors strip, courses dans les hypermarchés...
    Mon plus gros problème, je n'ai aucun programme...Quand j'ai réservé (en janvier) je pensais me concentrer sur des series (Vénitian, Planet hollywood, Wynn) mais à l'arrivée rien sur ma période (je rentre le dimanche matin et les events se termine ce jour là) Alors on verra entre cash game et daily.
    A la prochaine les Cpistes, dimanche ou lundi...certainement des photos d'avions, peut être de boobs d'hôtesse ou passagères open...bref l'inconnu !!!
    Prochaines photos, je trouverai mieux...mais j'avais kiffé les grands mère "IN" croisées lors d'un séjour précédent.
     

  22. Like
    fojAA reacted to benbuss for a blog entry, La 5/5   
    Salut à tous,
     
    Voulant continuer sur ma lancée des dernières sessions positives, je suis retourné au casino hier soir.
    J'arrive à 21h pour la 2/4 et un joueur pas dangereux, plutôt tight passif me propose de jouer avec lui en 5/5 car ils ne sont que 5 pour l'instant.
    L'avantage de la 5/5 est que la cave est entre 250 et 1250 donc un peu plus deep que la 2/4 à 100/500. Si on joue en short-handed, je pense que ça m'avantage vu que tous les reg sont des nits.
     
    Bref je me sit et la table est relativement simple: 3 gros nit à ma gauche direct, 3/4 joueurs loose passif ensuite puis le reg correct mais nit 4 crans à droite. Un gars que j'ai jamais joué avant mais qui va jouer peu de mains et ne posera aucun soucis.
    je perds d'abord un peu: squeeze à 25 en MP avec   un vieux loose 2 crans à droite, call par pépé chinois tight en pos. flop     je cbet 30, chinois fold, vieux call, turn  je 75 sur son check, river  il check et je mets pas ses 100 restants, il avait  .
     
    Un peu après, je squeeze à 25   et call le 3bet du reg correct 3bet à 75 en bb, je call. On va check down sur     et il show   pour la quinte , j'aurais pu tenter de steal au turn mais je suis pas sur que ce soit le bon play.
     
    Puis, je squeeze   au cutof à 35 et dans 4 joueurs, short open shove 90 sur   avec   et ça vient  .
    Ensuite, je 30 au bouton avec   un fishou loose limpe call utg. flop   , il check tank call 40 (aucune paire, brelan ou flush draw quand il tank comme ça, reste les draws de ventrale et les A high), turn  on check check vu que ça fait rentrer 67, 68, 78. Puis il 120 river  et j'annonce   qu'il me show.
     
    Puis je perds quelques coups ou je squeeze /cbet des suited connectors mais ou ça perds, et je descend pas mal mine de rien à base de 30+40 perdus à chacun de ces coups. Je suis à 500ish sur mes 1K posés. 
    Je squeeze encore vieux à 25 avec  qui call obv flop    que je cbet à 45, il call. turn  on check tous les 2, river  et il me check call 75.
    La main d'après, je squeeze à 30  , call par fishou et par vieux, je cbet 45 sur    , call par fishou, turn  et sur son check, je shove ses 200 restants - soit le pot. il fold ouf!
     
    Ensuite je suis d'option et sur 5 limpeurs, je fais 65 avec   et on est 4 au flop  , je 145 et vieux à ma gauche, relativement nit me flat. On est HU sur le turn  j'ai pas trop réfléchi mais pour moi sa range est tellement forte que j'ai shove 545 dans 575. Il a tank fold et m'annonce avoir   !!!! J'ai clairement miss de la grosse value (genre 150 turn et 150 river), ça me fout les boules pendant 10 minutes après ça. Enfin bon, back to 1K on va pas pleurer.
     
    puis j'ai   et reg correct fait 20, je 50 au cutof, un nouveau gars que j'ai jamais joué, me demande depuis la sb combien je joue et call en disant au reg, "je call pour que tu viennes". Reg le connaissait, donc sans doute un autre reg. flop   et sb donk 80, call par reg et je call.
    turn  et sb shove 345 dans 400 quasiment avant que le turn soit dealé, reg tank longtemps et finit par fold. Vu que reg a tank (je le mets sur une pocket entre les 7 et les 10), il doit savoir que l'autre peut tenter d'arracher, il a misé tellement vite le turn que j'ai du mal à le voir sur brelan, je pense qu'il peut avoir le flush draw à l'as voir  ,   etc...  bref je call pour me voir montrer   et découvrir que je suis drawing dead. 
     
    un peu après, avec 500ish, je 3bet à 80 en sb l'open à 20 du vieux sur des limpeurs, avec   puis je cbet 90 sur   , vieux fait 200 et je shove 334 au total et il fold!!!!! On prend le pot avec plaisir vu les côtes qu'il avait.
    Ensuite, je gagne des petits coups ou je fais des top paires, puis un coup de live typique de ce casino: je limpe 66, la sb fait 20 (le gars de la quinte sur mes as), call 3 fois dont vieux et je shove 800. all fold mais vieux décide de call ses 200 avec   pour un flip improbable. Heureusement je le win.
     
    Ensuite, on a l'asiatique aggro qui nous rejoint et un fishou est remplacé par un reg qui comme tous les regs de ce casino, ne fait rien d'extraordinaire mais mise quasi pot quand il a et va tout le temps au bout de ses coups et check call trop loose donc pénible à bluffer.
    Je joue l'asiat dans un pot limpé ou j'ai  , on check tous sur    et asiat fait 25 turn  je reraise 85 il call.  river  il check call muck 145.
    Puis en blinde sur une option, j'ai   et on est 5 au flop  , je check call les 50 d'un nit. turn  je lead 20 pour faire grossir contre les piques. river  je check pour le check raise s'il a couleur. il envoie 200!!! je snap obv et il show   !!! C'était son bluff de l'année sans doute, content que ce soit sur ce coup la.
    Enfin, je le rejoue en squeezant à 45 au bouton  , on est 3 au flop   et je préfère check back turn  je 105, il check / call river  et j'hésite à bet vu qu'il peut jamais call moins bien mais je me rappelle que ça paye tout en live donc je 100 (un seul jeton à mettre c'est plus facile pour call) et il snap  .
     
    Je finis en gagnant d'autres petits coups pour un résultat final à 2180 soit 1180 de bénefs! On refera de la 5/5 à l'occasion.
    La petite photo des jetons (verts à 5e)
     

  23. Like
    fojAA reacted to Sashimi for a blog entry, I shot the sheriff   
    Et voici le 3 ème billet de ce blog .
    C'est peut être le dernier sachant que je n'ai jamais publié plus de trois billets .
    C'est peut être le 3ème d'une longue série celà dit .
    Dimanche dernier j'ai donc franchi la barre des 300 euros que j'estimais nécessaire pour commencer a shot la NL10 .
    Pour rappel, lors de mon passage de NL2 a NL4, mes deux premiers shots se sont assez mal passé, et deux fois je suis retourné en bas  ( je me fixe un down de 5 bi de la limite supérieure avant de redescendre) .
    Bonne nouvelle, ça s'est beaucoup mieux passé cette fois ci :

     
    Concernant mon jeu, a part deux coups spewy, un joué contre un recreatif alors que j'étais fatigué ou je n'ai simplement pas réalisé qu'une suite pouvait rentrer et ou j'ai call son c/r river avec over pair pour 100 blindes, et un autre contre un reg, ou je n'ai pas su fold flush max contre un full qui était totalement obvious, je suis plutôt content de l'ensemble de ma semaine, ou j'ai joué assez focus .
    Est ce a mettre en corrélation avec la reprise du sport, je ne sais pas .
    Concernant le niveau de la NL10, j'avais quelques appréhensions, toujours est il que c'est quand même assez faible, du moins sur Party, et que la seule différence que je note avec la NL4, c'est qu'il y a un chouia plus de regs, et que ça commence a 3/4 bet light .
    En revanche, même si je ne veux pas m'enflammer car ça s'est bien passé, mais le visionnage des vidéos limpers m'a aidé dans pas mal de spots pf, et je sens que je commence a pouvoir exploiter certain des plus mauvais regs, ce qui n'etait pas le cas les semaines précedentes .
    J'espere que ça va continuer de se passer comme ça .
    Pour la semaine prochaine, après discussion avec un ami qui est kro fort, je vais plutôt attaquer le livre de Seidman, on reporte le Juanda a plus tard ce qui me parait cohérent .
     
    BR : 456 euros .
     
    Bien a vous .
     
  24. Like
    fojAA reacted to Bandecdc for a blog entry, Grind for Vegas (award du titre le plus original de 2015)   
    Il est temps de faire un bilan de mon année de jeu, un mois avant la fin de l'année et vous allez comprendre rapidement la raison de la sortie un peu en avance de ce billet. Je vous avait laissé ici à mon retour en France, avec une bankroll à 1.000€ et la promesse que j'allais arrêter les cash-out pour de bon. Évidemment, je ne m'y suis pas tenu et j'ai retiré presque tout ce que j'ai gagné, parce que ça coûte cher la coke et les putes  les sorties entre amis toussa toussa.
     
    Venons en aux résultats, points par points :
    Volume : Considérablement abaissé par rapport aux deux années précédentes, 42 sessions pour 191h en 2015, contre 61 pour 381h et 88 pour 473h respectivement pour 2014 et 2013. Cette baisse de volume est liée à quatre facteurs : les trois premiers mois j'étais en Pologne, je n'ai pas pu jouer, j'ai eu un agenda professionnel bien rempli, j'ai eu globalement moins de motivation et enfin il reste encore un mois à grind. J'ai joué un total de 444 MTTs (924 en 2014, 1.119 en 2013), 100 SNG HU (508 en 2014, 654 en 2013) et pour la première fois cette année, 151 SNG Jackpot (expressos, Spin'n'go et Twisters). Résultats et hourly : +4.760€, dont 4.500€ aux tables et le reste en rakeback. C'est ma plus petite année depuis 2012, mais avec moins de 200h de jeu, c'est assez compréhensible. Mon hourly est correct : 25€/h, contre 22€/h en 2014 et 28€/h en 2013. J'ai quand même fais 4 mois à 500€+ ,dont deux à 1.000€+, et aucun négatif, ce qui montre que je peux maintenir une régularité. J'ai brièvement vendu des parts d'un set pour les Summer Shots de Winamax qui s'est joué à un flip en TF d'un gros field de me faire passer positif, mais qui finira un peu négatif pour les stakeurs. Globalement dans les tendances, on voit un accroissement du nombre de sessions positives, et seulement une seule session sous la barre des -200€ (-241€) contre 3 à +500€, mais à noter que mon ROI en MTT est légèrement plus bas que les années précédentes, bien qu'encore tout à fait à ma convenance.
    Les perfs : Pas de gros résultats cette année, même pas une perf à 4 chiffres. La raison est un ABI qui reste aux alentours de 12€, une sélection de fields en moyenne plus petits et à l'ouverture d'un compte sur PMU comme room d'appoint. Malgré tout je deal à 3 l'Eldorado (Encore, c'est la 3ème fois sur ce MTT ^^) et je gagne le Brunch, pour respectivement environ 900€ et 930€. Je dénombre également 21 tables finales sur des tournois de plus de 100 joueurs, dont 5 victoires supplémentaires. Le nombre de victoires total passe à 16 si on les compte toutes, mais certaines sont assez risibles car on peut trouver des victoires qui ont rapporté moins de 100€, voire une de 47€ seulement. Le jour où j'ai gagné le Brunch, j'ai également gagné deux 5R sur PMU, ainsi qu'un Deepstack sur Winamax, pour un total de 1.550€ net dans la soirée. HU SNG et SNG Jackpot : J'ai pu jouer seulement 100 HU cette année et le manque de motivation passe même devant les problèmes de trafic. Ils étaient tous au Buy-in de 20€, avec une majorité de regulars et quelques turbos, et j'en ai gagné 59. J'étais à 43/80 et j'ai enchainé sur une jolie winning streak de 16/20 sur la fin, ce qui me laisse un ROI sympa de 11.22% et un gain net de 224€ pour 12h passées dessus. Pour les Jackpots, j'étais pas très chaud à propos de cette variante au départ et je n'avais jamais accroché au concept. Mais le superbe thread de Pad et sa vidéo sur Kill Tilt m'ont convaincu de tester et j'y ai accordé 7h pour en jouer environ 150 à 10€. Je vous avoue que je n'ai pas encore le recul nécessaire pour commenter ces résultats, mais visiblement j'ai bien run sur les gros coeff, même si apparemment mon rake moyen d 11.3% m'indique que je n'en ai pas eu beaucoup. Globalement j'ai l'impression que les probas théoriques et effectives convergent assez vite et que mon rake moyen va se stabiliser aux alentours des 10.8%, ce qui est le rake moyen sans toucher de gros coeff (il est de 7% en moyenne, en comptant les gros coeff que les gens normaux ne touchent jamais). Au final, je prends quand même 190€ sur ce format.
    Le rakeback : Cette année il est de 251€, soit 37%, ce qui est beaucoup par rapport à l'année dernière, et pourtant sans jamais avoir dépassé Silverstar (d'ailleurs atteint une seule fois cette année) ni Bronze. C'est principalement dû aux promos "dépot jackpot" de Pokerstars, sur lequel j'ai optimisé en déposant chaque fois qu'il était possible et en faisant 2x un 50€ et 2x un 20€, plus plein de fois des 2€ et 3€. J'ai aussi débloqué quelques tranches de bonus deposit traditionnel, un stellar, quelques itms sur des tournois privilèges et tournois vip sur Winamax, ainsi que plusieurs milliers de miles, fpp et points PMU. Je trouve que c'est plutôt pas mal pour un grinder qui joue moins de 20h par mois et qui a rake 680€ toutes rooms confondues sur une année entière.
    Coaching : au cours de l'année j'ai eu 3 élèves, dont encore 1 avec qui je n'ai pas terminé le programme. J'ai simplifié le mode de paiement en proposant un forfait complet pour 250€. Il y a donc 750€ qui sont rentrés cette année et j'y ai passé 26h, avec encore 5-6 à venir en compagnie de l'élève qu'il me reste. Je vais peut-être essayer d'en reprendre un de plus d'ici la fin de l'année et un entre janvier et février. En dehors de ça, j'irais peut-être donner des cours au sein de mon ancienne école, pro bono cette fois. Challenge CP : Le challenge le plus intéressant de l'année pour moi était sans conteste le Team Challenge #2 sur le thème de Game Of Thrones. J'étais en équipe avec Allaniut et on a dominé à deux une grande partie du challenge, mais si vous ne l'avez pas lu, je ne vais pas vous le spoiler. Actuellement, je participe au Team challenge #3 sur le thème de Star Wars , encore avec Allaniut mais aussi D-vil cette fois. Malgré les très bons résultats de ce dernier, et ma maigre contribution, il semblerait qu'on s'achemine vers la 2ème place encore une fois (et la bulle, du coup). Il reste encore 3 grosses semaines pour mettre un gros coup de collier et rattraper le gros retard que nous avons sur les premiers.
    Vidéos : J'ai posté quatre séries au cours des 9 derniers mois : - Une série en 4 parties en live du début à la fin dont voici la première partie, où on peut voir notamment un tournoi de la première main jusqu'à la win pour 500€ environ
     
    - Une série spéciale Summer Shots en 7 parties, en live au départ, puis en analyse post-mortem sur les parties 3-7. On peut y voir notamment deux gros deep run sur le Classico et un Summer Shot 4-max.
     
    - Une série en 6 parties pas depuis le début mais jusqu'à la fin de la soirée ,où j'ai gagné 4 tournois pour un peu plus de 1550€. On peut me voir aussi tester PMU pour la première fois.
     
     
    - Une partie un peu plus théorique où je fais des mini-cours de 30-45min sur des thèmes précis. On peut aussi compter la vidéo où je review les mains clés de ma 3ème place de l'Eldorado dans cette série
     
    -En plus de ces vidéos, j'ai été l'invité des streamers de Jack-High lors d'un twitch en MTT live. Vous pouvez voir le replay ici, mais je vous conseille de commencer à la 30ème minute à cause de problèmes de son de la première demi-heure. :
     
     
    Mes plans pour les vidéos suivantes sont les suivants :
    -Un hors série sur les échecs et sur le stratego
    -Un vidéo sur les Spin And Go et une sur les SNG HU
    -Une vidéo-cours sur le limp au bouton
    -Une vidéo-cours niveau débutant sur la stratégie préflop
    -Une série sur les Micro-séries qui commencent dimanche
    -Un match vs Madskill813, qui me le doit toujours.
     
     
    Voilà, je crois que j'ai fais le tour de mon année au poker, il est temps de penser aux objectifs à venir. Comme le titre l'indique, mes potos du chan MTT auquel j'appartiens prévoient de partir 3 semaines à Las Vegas pour le début des WSOP. Ayant longtemps lurké les joueurs de tout le CP y participer chaque année, je me suis convaincu que cette fois c'était la bonne : j'allais y participer. Le premier problème, c'est du point de vue professionnel : je cherche actuellement un emploi (jeune diplômé) et il m'est difficile de prévoir ce que je ferai dans 7 mois, et encore plus si je pourrais obtenir 3 semaines, ou même 2 semaines de congés pour fin mai-début juin prochain.
     
    Mais en admettant que ça soit possible, j'ai décidé de payer le voyage et les tournois joués/activité là bas uniquement avec mes gains de poker. Seulement voilà, après avoir continué de cash-out pour diverses raisons, il ne me reste actuellement pas assez online pour financer avion/logement/restauration et surtout tournois, même si je n'ai pas l'intention de jouer des $1.500 non plus. Ma bankroll strictement réservée au poker est actuellement d'environ 1.300€ (+70€ de rakeback latent) sur les sites online, et 45% des parts d'un staking à 2.000€ d'un bon joueur (je sais j'avais dis que j’arrêtais les stakings, mais celui-ci à une très bonne équité). Mon objectif est d'arriver à environ 4.000€ d'ici mi-février, soit la deadline pour réserver avion/villa. Si je pars du principe que je récupérerais entre 1.000€ et 1.200€ du staking, cela me laisse entre 1.700€ et 1.500€ à gagner en deux mois et demi. (Si vraiment je n'y parvient pas, je paierais certainement de ma poche car j'ai les sous irl, mais dans la mesure du possible je préfère éviter d'y toucher pour le moment)
     
    The task has been set, ce n'est ni un objectif simple, ni insurmontable et ça me motive beaucoup à jouer. Je pense que pour le mois à venir, je vais certainement passer à un rythme de deux sessions longues (MTTs) par semaine, avec sans doute deux sessions courtes (HU et Jackpot). On en reparle dans 2 mois ?

     
     
     
  25. Like
    fojAA reacted to ArtPlay for a blog entry, Ma vie en Oz'   
    Salut cher lecteur,

    Tu t’es peut-être demandé pour quelle raison, bien qu’étant désormais installé en Australie depuis un peu plus de trois mois, je n’avais toujours strictement rien publié ici sur ma palpitante nouvelle vie.

    Je déconne, on sait tous très bien que personne ici n’attend désormais plus rien de mon légendaire dilettantisme. Mais à dire vrai, cette question, je me la suis moi-même posée. Comment, pourquoi n’ai-je pas encore trouvé le temps ou la motivation de délivrer un petit point sur ma nouvelle vie aux antipodes ?

    On pourrait s’imaginer que je sois trop occupé à découvrir les quatre coins du pays, ce qui me prendrait pas mal de temps, l’Australie étant un put*ain de grand bazar. On pourrait à défaut croire que je me consacre corps et âme à des projets révolutionnaires. De manière plus réaliste (soyons sérieux), il serait facile de penser que je végète dans une espèce de marasme glandeur comme j’ai si bien pu le faire par le passé.

    Rien de tout ça en fait. Ma nana a un job, ce qui m’empêche de courir le pays sous peine de castration, j’ai pas mal regrind donc reporté mes projets de domination mondiale à Q3 2015, et je n’ai pas le sentiment de perdre mes journées.




    Une des activités de mes premiers jours à Sydney. Je ne perds pas mes journées.


    Ce qui me bloque en réalité c’est que tout est différent ici, sans pour autant que ma vie ait réellement changé d’un iota. Certes les gens parlent anglais, sourient, et sont à peu près tous asiatiques. Certes, je vois des gratte-ciel de ma fenêtre. Eh oui, Sydney c’est pas Antibes, le scoop. Mais malgré ça, ma vie est la même. Ma nana fait rigoureusement le même job, quant à moi je ne fais pour l’instant rien de nouveau non plus. Il ne s’est donc pas présenté d’événement ou de situation si extraordinairement surprenants que je me sois senti obligé de venir vous les raconter.

    Pourtant j’en aurais des choses à partager sur ma découverte de ce pays (enfin ma découverte de Sydney pour l’instant, n’allons pas trop vite en besogne). C’est d’ailleurs ce qui motive l’écriture de cet article : m’y mettre enfin.
    Mais avant ça, comme nous sommes sur un site de poker, et que je me suis remis au poker tranquillement, avec une motivation un peu retrouvée (enfin qui commence déjà à s’étioler sans quoi je ne serais pas en train d’écrire mais en train de jouer), un petit point.


    Reprise du poker Et puisqu’il n’y a que ça qui vous intéresse, telles les filles pour Dany Brillant, le graph :



    J’ai eu la chance de run assez good en début d’année alors que je n’avais pas joué depuis 6 mois. Il faut dire que le décalage horaire joue fortement en ma faveur : à 10h chez moi il est 2h chez vous, la seule chose que vous soyez encore en état de faire à une table de poker c’est souvent de me filer votre fric.

    Petite semaine de semitilt en mars après avoir run un rien moins good. Ça m’a remis les pieds sur terre et me voici revenu dans le bon rythme : j’ai confiance en mon jeu tout en trouvant des situations qui méritent réflexion très régulièrement, je suis convaincu que c’est à peu près le meilleur état d’esprit dans lequel on peut se trouver au poker.

    Vous avez été plusieurs à pas mal me harceler gentiment « et le .com du coup ???? c dur ou pas ???!! ». J’ai mis longtemps à m’y mettre pour des raisons de transfert de fonds et de dégel de compte. Actuellement j’alterne en gros à 50/50 les tables du .fr et la Zoom 200 où je me monte tranquillou une BR (je reste un nit, ne l’oubliez pas, puis c’est chiant de transférer du fric). Mon sample n’est pas colossal (30kh) mais je run pour l’instant à un confiant 4ptBB/100.

    Bref niveau poker tout va bien. Je twitch à l’occasion des reviews de session sur http://www.twitch.tv/artplaie , n’hésitez pas à vous abonner.

    Pour autant j’avoue ne pas me voir jouer des années durant : pour la petite histoire je me renseigne un peu pour faire du volontariat dans des assos à but caritatif. La bonne blague c’est que même en cherchant à travailler gratuitement personne ne me répond. Je sais pas si c’est les vacances de Pâques ou quoi, mais j’ai l’impression que le monde de l’entreprise ne veut pas de moi. Prochaine étape je leur propose de l’argent pour m’employer, j’aurai peut-être au moins la chance d’avoir un mail de refus.


    Découverte de l’Australie Comme je l’ai dit tout est très différent ici. Je ne peux donc pas tout aborder de front, et vais devoir choisir mes sujets.




    Bondi Beach, la plage emblématique de Sydney.



    Stéréotyes Quand je suis allé en Italie pour la première fois de ma vie je m’attendais à voir des bruns propres sur eux qui disent « ma che » assez fort en agitant leurs mains. Une fois que j’y ai effectivement mis les pieds j’ai vu des bruns relativement propres sur eux qui disaient des tas de trucs très forts et agitaient leurs mains.

    En arrivant en Australie je m’attendais à voir des descendants d’Anglais ayant appris le surf. En gros des rouquins cramés au soleil. Quand je suis arrivé, tout ce que j’ai vu, c’est des put**ns de Chinois à perte de vue.
    Je le dis comme je l’ai ressenti, je sais bien que pour être politiquement correct il faut dire « des Asiatiques ». Bon. Je sais jamais dire d’où ils viennent exactement mais pour moi ça restera des Chinois.

    Alors il y a quand même bien quelques rouquins, que tous les Skips de ce monde se rassurent. Mais d’abord ils ne font que rarement du surf : leur carnation fragile supporte mal le soleil brûlant, tout excité de pouvoir filer le cancer à un maximum de monde au travers du trou dans la couche d’ozone. Ils brûlent plus vite qu’Edward Cullen se transformerait en diamant scintillant.

    En bref si vous vous attendez à retrouver en Australie un morphotype moyen proche de celui de la perfide Albion vous vous trompez, en tout cas si vous mettez les pieds à Sydney. On parle souvent, en Europe, de l’Australie en tant que colonie pénitentiaire britannique, mais on n’a en fait aucune idée des flux migratoires constants qui ont fait l’histoire du pays qu’ils soient européens ou depuis 1950, asiatiques.

    Et pour une raison qui m’échappe, tous les asiatiques ont apparemment décidé d’habiter Sydney. Non pas que ça me dérange, la bouffe asiat’ est de bonne qualité un peu partout et très abordable. C’est bien le seul truc abordable à Sydney, d’ailleurs. La bouffe est généralement assez chère. Mais bien sûr ça n’arrive pas à la cheville de l’immoblier. Pour rire, je paye 680$ par semaine de loyer. Et encore mon 3 pièces est une sacrée affaire en ratio taille/distance du centre.







    Autres Je pourrais vous abreuver de tirades quasi-raciste ou anti-roux pendant des pages et des pages. Mais toutes les bonnes choses ont une fin.
    Au menu des choses que je développerai probablement ultérieurement, dans des billets sûrement plus courts mais plus fréquents :
    L’Australie en fait c’est tout vert, c’est pas vraiment un désert géant
    Pourquoi les français sont souvent des cons
    Pourquoi les administrations françaises sont des parasites dysfonctionnels et incompétents. Avec des vrais morceaux d’URSSAF dedans.
    Mon premier kangourou (enfin plutôt le quatrième, parce que les trois premiers étaient morts écrasés au bord de la route)
    Les Australiens sont plus amicaux que ces cons de français
    Le cricket, sport nul
    Les « Blue Moutains », ni bleues, ni des montagnes, mais sympa quand même
    La bouffe
    … et plein d’autres trucs put*ain.




    J'appelle ça des collines vertes moi ...


    Bref. Si jamais vous ne l’avez pas encore deviné, rien n’a vraiment changé, mais je m’y plais dans ce pays géant plein de petits Chinois.

    Cheers !
English
Retour en haut de page
×
PokerStars : Stadium
PokerStars : Stadium