Jump to content
Status Updates

almarick

CPiste
  • Content count

    337
  • Joined

  • Last visited


Je les aime

Je ne les aime pas trop


Ils m'aiment

Ils ne m'aiment pas trop

Reputation Activity

  1. Like
    almarick reacted to Gounot for a blog entry, Jouer deep en microlimites   
    Hello le CP ,

    Je vous propose un petit billet technique, à l’usage des joueurs de microstakes (jusqu’à la NL10) qui s’intéressent au jeu deep et qui en ont marre de spew leur beau stack en faisant de belles conneries. Billet sans prétention, avec encore pour idée d’améliorer le propos grâce à des remarques pertinentes de joueurs meilleurs que moi.

    Mes sources :
    Principalement cet article sur 2+2 http://forumserver.t...ng-deep-544405/
    Mais également ce thread

    Plongeons au fond de la piscine


    1) Qu'est-ce qu'un stack deep ?

    Il faut jouer deep (disons arbitrairement au dessus de 200bb) si on pense avoir un edge postflop par rapport aux autres joueurs à table. La position sur les joueurs visés est très importante car on peut les mettre dans des spots très compliqués, engageant de forts montants.
    L’idée est de comprendre quelle value on peut espérer tirer de chaque main. Pour cela, il faut saisir le concept de Stack to Pot Ratio (SPR). Il s’agit du rapport entre un stack et le pot construit préflop. Ainsi, si après l’action préflop, le pot fait 1, et que j’ai encore 10 de stack, mon SPR est de 10 (10/1). On peut à présent définir le concept de deepstack : c’est l’hypothèse où le jeu se déroule entre adversaires ayant un SPR >15 (palier fixer arbitrairement)

    2) Le jeu avec Top Paire Good Kicker (TPGK)

    Quand votre SPR est bas (<7), on peut aisément se laisser aller à stack off flop ou turn avec des mains comme TPGK, ou mieux évidemment, spécialement sur des boards très drawy. A cette profondeur, les mains spéculatives qui cherchent à s’améliorer sur les streets restantes (small et medium pocket paires, draws générés par les suited connectors) ne nous font pas bien peur : au mieux, leur équité est égale à la nôtre, alors autant push et inciter le chasseur de tirage à faire l’erreur de call.
    En revanche, si votre SPR est plus important, il est dangereux de chercher à prendre 3 streets de value avec TPGK : les pros préconisent un peu de pot control, on peut se contenter de 2 streets de value, de façon à ne pas engager notre stack au-delà du raisonnable, avec cette main dont la valeur n’est pas fantastique. Il faut s’assurer que le pot final fait de 4 à 7 fois la taille du pot construit préflop.
    Réciproquement, si vous êtes deep et qu’on met la pression sur votre TPTK par un shove ou un overbet qui mène à la construction d’un pot beaucoup trop gros pour la valeur de votre main, il faut avoir la sagesse de folder. Et c’est difficile lorsqu’on joue bourré ou énervé. Résultat on call, on s’énerve encore plus, puis c’est le lifetilt, c’est être broke en 15 minutes.

    3) Rechercher les mains qui ont une énorme value

    Lorsqu’on est deep, la détermination de notre range d’open et de call préflop doit donc un peu évoluer. On doit rechercher les mains à fort potentiel, celle qui génère les nuts, ou presque : small ou med pocket paire, suited connectors, les Ax suited. Les premières donnent des sets, les autres des quintes ou des flushs. Dès que votre SPR > 13, on ne doit pas folder ces mains : elles rapportent trop.

    Avec ce genre de mains, on peut espérer avoir le jeu nécessaire (ou l’équité nécessaire) pour stack off flop ou turn. Avec un jeu fait, tel qu’un set, on peut espérer l’erreur qui consiste pour l’autre à stack off avec n’importe quoi d’autre qu’un overset.
    Avec un gros tirage, on peut barrel allègrement on se disant qu’entre ce qu’on va faire fold de meilleur chez l’autre d’une part, et les fois où notre équité va se réaliser d’autre part, notre play est hyper EV+. On peut aussi se contenter de call sagement les barrels en étant en pos, avec l’idée de value comme un cochon si on finit par toucher (il faut que notre tirage ne soit pas trop obvious pour réaliser nos implied odds : double gutshot, une backdoor miracle), ou d’outplay vilain si on sent un peu de faiblesse en lui mettant tout dans la bouche à la faveur d’une shadow out (qui fait rentrer un tirage qu’on a pas), ou d’un signe de faiblesse. Pour cela trois conditions : avoir des balls, ne pas le faire contre les CS absolues (parce que ça, c'est jouer comme un con), équilibrer jusqu'à la hauteur de la mise (si on bluffshove, on valueshove dans les spots de value)

    4) Les aménagements de l’action préflop

    On précise aussi qu’il n’est pas spécialement bon de 3bet préflop ces mains à forte value potentielle car ce faisant on diminue le SPR et on rend la situation plus facile pour celui qui touche sa top paire postflop : il a moins de mal à stack off TPGK et ça devient moins rentable, pour nous, de courir après la réalisation de notre tirage. Cependant, pour mixer sa range de 3bet, on peut parfois se laisser aller à jouer avec agressivité préflop les small pp. Cela dit, il est EV+ de les flats le plus souvent, spécialement lorsqu’il n’y a pas de squeezer fou qui parle après nous.
    Encore avec l’idée du manipuler le SPR, on conseille de varier (tout en équilibrant) le montant de ses raises et 3bet préflop : dans l’idée, c’est de faire généralement plus petit avec les drawing hands (PSR supérieur) et plus gros avec les mains qui font TPGK (PSR inférieur).

    5) Le problème des reverses implied odds

    Enfin, un mot sur les reverses implied odds. Supposons qu’on joue contre un reg qui connait ces ajustements et qui, lui aussi, fait évoluer sa range et a bien conscience de l’importance du SPR. Dans ce cas, dans bon nombre de spots, il va jouer le même type de mains que nous : drawing hands, pockets paires, et va push les mains qui méritent de l’être. On risque alors un set up terrible, si on push nos 300bb avec un petit set (contre un plus gros), une basse flush (contre une plus haute). Pour éviter cela, mais simplement lorsqu’on a identifié un reg compétent, on doit retirer de sa range les trop petites pp, et les trop bas suited connector, pour ne pas avoir à call un shove avec un bottom set, ou une flush peu distinguée.
English
Retour en haut de page
×
PMU : Megapoker Festival
PMU : Megapoker Festival