Jump to content
Status Updates

Et ma pile

CPiste
  • Content count

    72
  • Joined

  • Last visited

About Et ma pile

Informations générales

  • Prénom
    françois
  • Sexe
    Homme

Recent Profile Visitors

8431 profile views
  1. Partouche Deepstack 2012-2103

    En plus ce n'est pas tout rose niveau financier "Groupe Partouche : T3 en net repli dans la lignée du T2 - les objectifs 2012 ne seront pas atteints 12/09/2012 18:47:25 Groupe Partouche a réalisé un chiffre d’affaires du T3 de 112,8M€ en baisse de 7,7%. Dans le détail, l’activité des casinos a reculé de 7,3% à 98,9M€ avec un produit net des jeux qui ressort en retrait de 7,8% à 78,4M€. L’activité des hôtels se contracte de 8,6% à 11,6M€. Le chiffre d’affaires du pôle Interactive est en recul de 2,4% à 1,5M€. Les autres activités se replient de 36,2% à 0,8M€. Sur 9 mois, le chiffre d’affaires consolidé ressort en décroissance de 4% à 340,7M€. La direction explique que, face à la grande morosité connue par le secteur ces deux derniers trimestres, le groupe a engagé des plans de réduction de coûts et d’investissement avec l’objectif de réduire l’impact en rentabilité des baisses de PBJ, qui semblent par ailleurs se stabiliser depuis la fin du dernier trimestre. Néanmoins, l’évolution du PBJ du T3 et son impact sur l’EBITDA ne permettront pas de tenir les prévisions 2012 du plan d’affaires officialisé par le groupe en avril 2011 et qui devra donc être révisé. Groupe Partouche considèrera ultérieurement la possibilité de communiquer de nouvelles prévisions."
  2. Rien non plus....présentation des joueurs en boucle
  3. Impossible de demarrer Winamax

    As tu essayer sur un autre ordinateur?
  4. Jeux d'argent en ligne: Bercy ne lâche rien Par Raphaële Karayan - publié le 26/10/2011 à 18:20 Alors que plusieurs rapports recommandaient de faire évoluer la loi sur les jeux d'argent en ligne afin de rendre l'offre française et légale plus attractive, le gouvernement se prononce pour le statu quo. Les opérateurs de paris craignent un retour aux anciens monopoles. Explications. Mauvaise nouvelle pour les opérateurs de paris sportifs, et potentiellement pour les parieurs sur Internet. D'après un rapport que s'est procuré La Tribune, le gouvernement n'a aucune intention d'élargir l'offre des sites ni de revenir sur la fiscalité des jeux d'argent en ligne. Deux revendications portées par les opérateurs de paris sportifs, qui ont profité dans une moindre mesure de l'ouverture à la concurrence du marché que les sites de paris hippiques et de poker. Le rapport se félicite que l'ouverture du marché a permis au marché légal de représenter 80% du marché total en France. D'après une enquête initiée par le ministère du Budget, 84 % des joueurs fréquentent des sites agréés par l'Arjel, contre 13% pour les sites illégaux. Au global, le bilan est positif. Les paris sportifs en première ligne des revendications Mais les sites de paris sportifs, eux, dressent un bilan négatif. "Aucun des dix opérateurs majeurs de jeux en ligne en France n'arrive à être profitable", déclarait en juin Nicolas Béraud, président de l'association française du jeu en ligne (Afjel) et de Betclic Everest Group. Le marché décroit depuis le début de l'année : d'un trimestre sur l'autre, il a baissé de 26,5% au premier trimestre 2011, et de 0,7% au deuxième trimestre. Le nombre de comptes actifs est passé de 819 000 fin 20101 à 481 000 selon l'Arjel. Le total des mises, qui se montait à 200 millions d'euros au dernier trimestre 2010, a chuté à 146 millions au deuxième trimestre 2011. En parallèle, le taux de retour aux joueurs (ce qui leur est redistribué sous forme de gains) est passé de 84,6% au 3e trimestre 2010 (le plafond légal est fixé à 85%) à 84% au 2e trimestre 2011. Cela se retrouve dans les cotes, moins attractives que sur les sites étrangers, et qui montre que les opérateurs font "payer" une partie de ces pertes aux joueurs. Les opérateurs ont aussi baissé leurs dépenses publicitaires. Après s'être précipité pour investir dans des campagnes de publicité juste après l'ouverture du marché (la Française des Jeux, le PMU, Bwin, BetClic, Sajoo et Eurosportbet ont dépensé près de 14 millions d'euros en moins de 15 jours), les annonceurs ont diminué de moitié leurs dépenses. Betclic les aurait coupés de 80%. Il faut dire que tous secteurs confondus (poker, paris hippiques et sportifs), elles avaient été jusqu'à représenter 94% du produit brut des jeux. Autre conséquence de la mauvaise situation financière des opérateurs de paris sportifs : la concentration progressive du marché, qui fait craindre aux nouveaux entrants un retour aux monopoles antérieurs. Bwin a repris Sajoo (le site lancé par le groupe Amaury). Canal+, qui devait se lancer avec le spécialiste Ladbrokes, n'a jamais utilisé son agrément, tout comme Unibet. TF1 a cédé Eurosportbet. Et Mangas Gaming (Betclic) a racheté Everest. Cette concentration a tout de même permis aux nouveaux entrants de dépasser les anciens monopoles. Aujourd'hui leader sur le marché des paris sportifs, Betclic Everest concentre entre 30 et 45% des mises, suivi de Bwin (15 à 30%). Le PMU et la FDJ possèdent chacun entre 10 et 20% de part de marché, selon l'Arjel. Malgré tout, Betclic et Bwin ne sont toujours pas rentables. Le gouvernement ne veut pas bouger, malgré un consensus pour faire évoluer la loi Certaines propositions des opérateurs de paris ont été soutenues dans divers rapports. Celui du sénateur François Trucy recommande notamment de taxer non plus les mises, mais le produit brut des jeux (PBJ: mises - gains reversés aux joueurs). Ce changement d'assiette, qui rendrait plus compétitive l'offre légale et rapprocherait la fiscalité française des pratiques rencontrées dans d'autres pays européens, est également défendu par Jean-François Lamour, le rapporteur de la loi sur l'ouverture du marché, et par l'Arjel (qui propose de taxer le PBJ pour les paris sportifs à 38%, contre 20% demandés par les opérateurs). L'Arjel est aussi d'accord pour relever le taux de retour aux joueurs (TRJ), et pour élargir la palette des compétitions sportives sur lesquelles les joueurs peuvent parier. Mais le gouvernement, dans son rapport, préconise le statu quo. Tout au plus propose-t-il de modifier les modalités de calcul du TRJ pour mieux répondre aux contraintes de saisonnalité des paris sportifs. Il est également contre une séparation fonctionnelle de l'activité des anciens monopoles, demandée par les nouveaux entrants qui déplorent une concurrence déloyale. Cela risque de gronder chez les opérateurs. Il y a quelques mois, Emmanuel de Rohan-Chabot, fondateur de Zeturf, nous déclarait "si on continue sur cette logique économique, le marché français est mort". Taxer les joueurs pro ? Pour autant, la situation actuelle n'a pas augmenté les recettes fiscales, qui sont restées stables depuis l'ouverture à la concurrence, aux alentours de 700 millions d'euros. Alors le gouvernement a eu une idée : imposer les gains des joueurs de poker "professionnels". C'est-à-dire ceux qui en ont fait leur activité principale. Repérés comme tels lors d'un contrôle fiscal, leurs gains seraient "soumis à l'impôt sur le revenu au titre de la catégorie des bénéfices non commerciaux". C'est un joli tour de passe-passe auquel se livre ainsi le gouvernement. En effet, le rapport note que "dans les formes actuelles de ce jeu, la notion de hasard s'efface devant l'habileté et le savoir-faire des joueurs". Soit. Cette composante est même une condition pour entrer dans le cadre de la loi sur l'ouverture du marché, qui établit que "sont soumis à un régime d'agrément, dans les conditions prévues par la présente loi, les jeux et les paris en ligne qui font appel au savoir-faire des joueurs et, s'agissant des jeux, font intervenir simultanément plusieurs joueurs" (article 3-II). C'est pour cette raison que les jeux de pur hasard, de type machine à sous, ne sont pas autorisés sur internet. Sauf que, à l'article 2, la loi définit ceci : "Est un jeu de hasard un jeu payant où le hasard prédomine sur l'habileté et les combinaisons de l'intelligence pour l'obtention du gain." Et comme on sait, le poker fait partie des jeux concernés par l'ouverture du marché, donc c'est... un jeu dans lequel prédomine le hasard. A ce titre, il n'est pas censé être soumis à l'impôt. Pas sûr, donc, que cette disposition passe.
  5. Fermeture du Cercle Wagram

    Coup de torchon dans les cercles de jeux parisiens le 10 juin 2011 à 08h14 http://lci.tf1.fr/france/faits-divers/2011-06/coup-de-torchon-dans-les-cercles-de-jeux-parisiens-6527884.html
  6. L'ancien président de la République française, Jacques Chirac, ne dispose plus de traitement de faveur. Le service de sécurité du célèbre casino de Deauville, sur la côte normande, a refusé l'accès à l'ancien chef d'Etat qui voulait pénétrer dans l'établissement accompagné de son chien qu'il ne quitte jamais. Jacques Chirac a donc dû quitter les lieux sous l'insistance des vigiles, car les animaux sont interdits à l'intérieur du casino. Les temps sont durs lorsqu'on redevient un citoyen comme un autre... http://www.guysen.com/news_France-Jacques-Chirac-se-voit-refuser-l-acces-au-casino-de-Deauville_316055.html
  7. http://www.lefigaro.fr/impots/2011/05/29/05003-20110529ARTFIG00106-le-fisc-met-la-pression-sur-les-joueurs-de-poker.php
  8. Le cercle de jeu Haussmann fermé dans le cadre d'une enquête judiciaire LEMONDE.FR avec AFP | 24.05.11 | 20h38 • Mis à jour le 24.05.11 | 20h45 L'un des plus importants établissements de jeu parisien, le Cercle Haussmann, a été frappé de "fermeture momentanée" lundi matin, plusieurs de ses responsables ont été interpellés et de l'argent nécessaire à son fonctionnement a été saisi, a indiqué, mardi 24 mai, une source proche du dossier. Cette fermeture est la troisième à Paris ces trois dernières années, avec celles du Cercle Concorde et du Cercle de l'industrie et du commerce. Les policiers du service central des courses et jeux sont intervenus lundi au siège du Cercle Haussmann, 2, rue de la Michodière, dans le 2e arrondissement de la capitale, agissant sur commission rogatoire d'un juge parisien. Le même cercle avait déjà fait l'objet d'une fermeture de vingt-quatre heures en mars dernier, après celle, de près d'un an, qui l'avait frappé en mars 2008. Il bénéficiait jusqu'à lundi d'une autorisation de fonctionnement qui expirait le 31 mai. Ses principaux dirigeants interpellés, et l'argent de la contrepartie – celui destiné à payer les gagnants – ayant été saisi, l' "impossibilité de fonctionnement" de l'établissement a été constatée, a précisé la même source, entraînant sa fermeture, dans le cadre de l'instruction ministérielle du 15 juillet 1947 réglementant ces établissements.
  9. Lundi, le jeu reprendra à 14 heures. Les 45 survivants joueront jusqu'à la Table Finale, soit 9 left.
  10. Salut mama, des news svp de David "machistador7" Viallet 7eme l'année dernière.... merci
  11. Bonjour, "à partir de 20h pour suivre l'intégralité du day 1C" tu voulais écrire 1D ..... good luck
  12. et pour toi 1 débutant tu lui mets aussitôt -1 .... cool
  13. mais pas en orthographe.......sinon une explication pour que je passe pas pour un tros gros newbie
English
Retour en haut de page
×