Jump to content
Status Updates

Alsvartr

CPiste
  • Content count

    810
  • Joined

  • Last visited


Je les aime

Je ne les aime pas trop


Ils m'aiment

Ils ne m'aiment pas trop

Reputation Activity

  1. Like
    Alsvartr reacted to SkWzZ for a blog entry, Mes premières sessions au Star City (Sydney)   
    Bonjour à tous !
     
    Installédepuis quelques jours à Sydney pour un échange universitaire, j'ai décidé d'écrire ce blog pour vous raconter mes quatre premières sessions au Star City.
     
    Je le fais pour mémoire (peut-être que je relirai ça quand je serai grand-père ) mais aussi pour vous faire partager mon vécu et que je puisse l'extérioriser, d'autant plus qu'apparemment, il n'y a aucun blog traitant du casino de Sydney
     
    Mes impressions sur le casino :
     
    Le Star City de Sydney est extrêmement bien situé (à Pyrmont, dans une baie et tout proche du centre-ville). Le casino est extrêmement vaste et très comparable à ceux du strip de Vegas. La poker room comporte une trentaine de tables qui sont en soit très agréables : elles possèdent toutes des mélangeurs de cartes, et correspondent à peu près aux anciennes tables VIP du cercle cadet.
     
    Lorsque je me suis présenté au comptoir pour demander une 2-3 (table minimum là-bas), on m'a dit que j'étais 25ème sur liste d'attente... Et mince, j'me dis, c'est comme au CCM. Sauf qu'on donne son numéro de portable et qu'on nous envoie un SMS quand c'est bon ! Mais seulement 20 minutes plus tard, j'ai reçu ce SMS, et j'ai pu m'installer ! En effet, environ 8 tables de cette limite tournaient et ils venaient d'en ouvrir une nouvelle. Les tables tournent bien on dirait
     
    À table, voici les différents points qui m'ont un peu surpris :
    -Les téléphones portables et tous autres appareils électroniques sont interdit à table, même lorsque l'on n'est pas dans un coup, ou que le croupier deal.
    -On ne tips jamais les croupiers, les caissiers ou le floor, ce qui est une bonne chose pour nous
    -Il n'y a pas de "tirelires" pour le rake, il est directement déposé sur le support pour le croupier (celui utlisé pour le change dans les casinos français).
    -Le rake est très élevé : 5 dollars de l'heure et 10% capé à 10 en 2-3
    -Le professionnalisme du personnel est remarquable, presque mieux qu'à l'ACF : les croupiers annoncent tout, et les floors viennent même prendre nos commandes lorsqu'il n'y a pas de serveuses.
     
    Passons maintenant au vif du sujet, mes sessions :
     
    1ère session :
     
    On avait 4-5 shorts à 100 dollars à la table durant toute la session... Je pense que j'aurai pu économiser 60 dollars (4 open à 15) en sélectionnant mieux mes spots. Du style open UTG+1 quand on a tous les shorts à parler derrière, et que le short de BB complète et s'amuse à donk open shove 100 dollars un flop , par exemple...
    Ce fut une session de 3h où j'ai joué mes 2 plus gros coups contre le même joueur.
     
    Deux joueurs limp, et j'ouvre au cut-off. J'open à 17. BB défend et les blindes foldent.
    BB est un joueur d'une trentaine d'années jouant très large et assez gamblish. Il vient notamment de prendre le tapis d'un short en donk bettant 40 en 5 way (75 au pot) et en payant le tapis d'un short à 120 avec sur en touchant un river. Il a environ 500 de tapis. J'ai 350 au début du coup.
     
    Flop Pot=42$
     
    Je cbet 25, il me snap call.
     
    Turn Pot=92$
     
    Il donk bet 50, je décide de just call afin de garder quelques éventuels bluffs dans sa range, et que je vois pas vraiment contre quelles mains je pourrais value en raisant (quelques draws ? xD). De plus, si je raise et qu'il shove, je serai obligé de payer souvent perdant et de jouer avec le peu d'équité que ma main aurait... (18-28%)
     
    River Pot=192$
     
    Il me regarde dans les yeux et bet 50. Il avait bet de la même façon quelques mains avant avec trips contre un autre joueur. Je suppose que c'est fort probable que ce soit un tell de force. Je tank deux minute et f*ck call en me disant qu'il peut de temps en temps value de moins bon as, voire blocking bet des mains comme KT, mais dans l'absolu, je bat par grand chose.
     
    Il show
     
    Deux orbites plus tard, je décide d'open à 15 au high-jack, et les blindes complètent. Vilain est en SB. J'ai 269 de stack.
     
    Flop Pot=45$
     
    Les blindes checkent, et je décide de check behind car je vois pas vraiment contre quoi je pourrais value. Cependant, je pense qu'un cbet pour protection doit probablement être légèrement meilleur dans cette situation, mais bon, on sera rarement devant lorsqu'on sera payé.
     
    Turn Pot=45$
     
    VIlain de SB snap bet 30$, vilain de BB fold. Etant donné les timings tells que j'ai sur lui, je raise à 95$. Je pense lui faire passer pas mal de mains qui me battent (tous les 9X, quelques TT JJ), et au pire, quand je suis payé, il me restera une tonne d'équité. D'autre part, je suis quasiment persuadé qu'il va jamais me 3bet shove sur la turn, étant donné la façon dont il a regardé la turn, et dont il a bet. Il tank une minute, et finit par call.
     
    River Pot=235$
     
    Il check, et je shove en value. J'ai pas une très bonne image, j'ai pris pas mal de coups en un ou deux barrels de cbet, et quand je me suis fait raise, j'ai toujours fold. Il tank genre 3 minutes, et finit par fold en montrant un A, je montre mon et il me dit :"Haha, nice bluff, I was sure of it, don't know why I didn't call..." Il se mettra à me sourire plusieurs fois jusqu'à la fin de ma session, xD
     
    Je finirai par partir 3 orbites plus tard, avec un léger bénéfice de 23$, ne me sentant pas hyper à l'aise à la table.
     
    2ème session :
     
    C'est sûrement la session où j'ai eu la table la plus magnifique où presque tout le monde cavait max (300$). J'ai joué énormément de coups, et ait donc fait pas mal de swings. Mais voici les deux plus gros coups que j'ai pu jouer :
     
    Une dizaine de mains après que je sois arrivé, j'ouvre en SB. J'ai environ 400$ au début du coup en ayant gagné quelques coups sans showdown. Le high jack open 15, payé par le BTN. Je décide de 3bet à 55, et le high jack snap shove ses 325$. C'est un asiat qui a l'air très gambleur. Bon, bah payé !
    Board Q9T86 sans flush possible. J'attends, car je pense que c'est à lui de me montrer ses cartes en premier vu que c'est le dernier relanceur, puis le croupier me fait comprendre que c'est à moi en premier car c'est par ordre de position si une mise n'a pas eu lieu river... Bon, bah je montre mes rois, puis l'autre se met à whine en me traitant de slowrolleur, loul. Bah, désolé, mais y'a tellement de mains qui me battent (AJ QQ JJ TT 99 88....), et je pensais vraiment que c'était à toi de tabler en premier ^^. Il devait donc surement avoir AQ/AK
     
    Juste après, mon voisin de droite commence à un peu sympatiser avec moi, me dit qu'il vient d'Angleterre, et que la France, c'est cool, tout ça, tout ça... Puis quand une serveuse passe devant nous en tenue plutôt légère, il me sort en parlant très fort "SHE'S A BITCHHHHH", elle l'a surement entendu d'ailleurs, xD. Je me suis contenté de lui répondre un timide "Maybe..." Elle est bien sympa cette table, dites-donc ! xD
     
    Puis vient un coup où UTG+1 open à 12 payé 4 fois, et je trouve en BB. Je décide de compléter. j'ai environ 700 de stack au début du coup.
     
    Flop Pot=60$
     
    UTG+1 cbet à 50, tout le monde fold jusqu'à moi. Il a 190 de stack. J'ai pas envie de payer pour check/fold sur plein de vilaines turn et river et river. Il a un stack légèrement trop important, mais son bet semble montrer qu'il essaie de se commit... Cependant, je pense pas qu'il ait AA KK QQ, car il avait open AA au tour précédent à 30 pf, et a show quand tout le monde a fold, xD
    Je décide donc de le mettre à tapis. Le fait que l'on soit en HU simplifie beaucoup la décision. Il tank, et me regarde pas très gentiment, puis finit par payer.
     
    Turn , River Pot=440$
     
    Je montre mes cartes, et me fusille du regard. Je me dis, oups, il devait avoir une main du style 54 ou straight floppée ! Et puis il table 67o. Ok, mec...
     
    Je terminerai la session à +610$ sans avoir rien fait de particulier, en ayant juste run good, pas fait d'erreurs amha et pas spew. Je ne pense pas vraiment que j'aurais pu gagner beaucoup plus durant ces 3h...
     
    3ème session :
     
    C'est à mon sens la session la plus intéressante, où j'ai réussi à créer une certaine dynamique avec les 3 mecs à ma droite qui avaient dans les 600-700 de stack quand je suis arrivé à la table.
     
    Le premier gros coup joué fut celui-ci. Cela doit faire environ 2 orbites que je suis arrivé, et je n'ai quasiment pas joué. J'ouvre KK au BTN. UTG a open 15, payé 2 fois. Je 3bet à 65. Et puis là, BB shove ses 240. All fold, et je paie. Le board aura été le suivant AQJJ9 avec 3 piques, mais on va split, il avait KK aussi
     
    Puis arrive ce coup contre un gros stack 2 rangs à ma droite, il doit environ avoir 700. J'ai 350 au début du coup. C'est un asiat qui a l'air de se prendre trop au sérieux avec ses lunettes de soleil, son shuffling de jetons, et son acting hollywoodien. Cependant, après l'avoir vu un peu joué, je le trouve pas ouf... C'est un joueur très CS et qui size souvent très gros (il cbet souvent pot, du style 60 en 4 way quand il a open à 15, et peut fold quand quelqu'un shove xD).
     
    Il open 15 au high jack. J'ai au BTN. Je décide de le 3bet à 40 pour jouer en HU contre lui. C'est mon 2ème 3bet contre lui. Il call le 3bet.
     
    Flop Pot = 85$
     
    Il check, et je check car je pense pas pouvoir lui faire passer grand chose sur ce genre de flop, et que c'est typiquement le genre de joueur à pouvoir me check/raise en bluff. Je pense aussi qu'un 6 ou un T me donnerait assez souvent la gagne, et que je peux très bien miser turn ou river sur un A, K ou Q pour prendre le coup s'il n'a vraiment rien.
     
    Turn Pot=85$
     
    Il check, je bet 35 pour induce, et il me raise à 80, WTF. D'habitude, il raise genre 5x, et je vois pas tellement ce qu'il essaie de faire... Il doit savoir qu'il y a pas mal d'as dans ma range, et qu'il me les ferait jamais passer avec un tel sizing. A-t-il aussi un 6, 67 ? Quoiqu'il en soit, ma main est trop forte pour passer, je call, et j'ai envie de garder des bluffs dans sa range
     
    River Pot=245$
     
    Il snap bet 200$ soit la quasi totalité de mon stack. Mais pourquoi si cher ? ça fait pas tellement de sens... S'il avait 2 paires ou set, il ne m'aurait pas raise turn vu que j'ai souvent un as... La seule main en value dans sa range est donc 67 qui aurait du raise plus cher turn. Je finit donc par call après 3-4 minutes de tanking.
    Il montre A5, et je prends donc le pot. Il enlève ses lunettes de soleil et me dit : "You really reraise me with T6?". Je lui réponds : "You really call the reraise with A5o?". Puis il dit qu'il déteste les français, et je lui réponds que je comprends pas ses sizings. Il me répond à son tour "It was to make you fold an ace, monkey !". Je crois que je l'ai légèrement mis en tilt,
     
    Sinon, pas d'autres gros coups, mais une table vraiment très intéressante.
    J'ai réussi à passer un 3 barrel bluff contre un nana avec sur K4295 qui m'a fait prendre 15 pf, 35 flop (on était en 3 way), 85 turn et tapis river.
    Et j'ai du fold les as sur un flop 577 avec 2 piques en 5 way où BB reshove 200$ mon cbet et que le gros stack à ma droite reshove ses 600, xD
    Ils avaient 89s et 55
     
    Je terminerai finalement cette troisième session à +445$
     
     
    Voilà pour mes premières sessions !
    Je vais surement faire quelques MTT les semaines prochaine étant donné que c'est le Sydney Championship, et je raconterai peut-être mes futures session dans ce casino vu que je suis encore là pour 4 mois !
  2. Like
    Alsvartr reacted to Mr Sneeze for a blog entry, Le blues du joueur de poker, ou pourquoi il ne me touche pas   
    J'écris en référence au et au sujet du forum. Ca va être long, et si ça vous saoule RAF. Parfois il faut prendre le temps, la culture zapping ne permet pas vraiment d'aller loin dans la vie.

    Je tiens à dire d'abord que le poker est un jeu extrêmement difficile, pesant émotionnellement et mentalement. Très peu peuvent devenir pro, encore moins peuvent le rester plus que 2-3 ans (le nombre d'étoiles filantes est impressionnant, que ce soit parce que les joueurs surestiment leur niveau ou parce que le poker finit par les drainer). Etre pro de poker implique un stress phénoménal, de profonds moments de doutes. Le fait est qu'on est absolument responsable de nos résultats, et qu'on est aussi tout seul là-dedans ; les gens qui sont les plus aptes à nous aider sont aussi nos adversaires. Il y a une compétitivité incroyable dans le poker, comparable au sport de haut niveau, et pourtant au poker plus qu'ailleurs on est seuls (on a pas une équipe de kinés et coachs derrière nous pour nous guider et encadrer, non il faut faire ça nous même).
    Donc gagner sa vie au poker est difficile ; beaucoup en rêvent, peu y arrivent. Ceux qui y arrivent réalisent souvent (tel Artplay) que ça n'en vaut pas forcément la peine, que le poids du jeu est trop important.

    Cette difficulté est massive. La plus grande difficulté au poker selon moi, c'est de naviguer à travers les illusions que nous créons à travers l'intermédiation du jeu. La première des illusions, fondamentale, partagée par récréatifs et pros (et la raison qu'il y a de l'argent dans le jeu), est qu'il est facile de gagner de l'argent en jouant à un jeu. Beaucoup d'argent même, et il suffit de jouer pour ça! Je vous renvoie à ?p=3406006 que j'avais déjà écrit il y a plusieurs mois. Pas de secrets, il faut travailler pour gagner au poker.
    Je vais essayer d'énumérer quelques illusions que les joueurs mettent dans le poker. Pour moi, la 'désillusion' vient de la non-compréhension de l'illusion initiale, ou de la compréhension tardive. Comprendre l'illusion et s'en garder, c'est ainsi éviter la désillusion du poker.
    Il est facile de fantasmer sur l'argent que gagnent certains joueurs, sur une période significative ou du fait d'un one-time. La réalité est que le succès est toujours plus visible que l'échec, et que pour un top pro qui amasse des millions (ou moins, on s'en fout), il y a 100 joueurs qui ont tenté et qui se sont cassé la gueule, ou en tout cas qui ont eu des résultats beaucoup plus modestes. Voir les 'success stories' dans le poker ne nous indique pas le nombre de 'fail stories'. L'industrie du poker, via les joueurs sponsorisés et le marketing des MTTs (notamment, mais aussi des grosses parties de cash game télévisées, ou le rail des high stakes games), alimente cette illusion de facilité, et c'est bien compréhensible puisque c'est ce qui convainc les joueurs de tous niveaux d'investir leur argent dans un jeu de carte.

    L'illusion de la liberté. En réalité ce n'est pas une illusion: le poker plus qu'une infinité d'autres activités nous offre une vaste liberté d'action. Pas de boss, pas d'obligation de jouer si on ne veut pas, pas d'obligation de se réveiller le matin ; en bref on peut jouer au poker et vivre à notre convenance. Mais c'est là que ça bloque: une grande liberté implique une grande responsabilité. On ne peut pas prendre la liberté d'un côté et manquer de responsabilité de l'autre (c'est là l'illusion de beaucoup). Rien ne vient facilement dans la vie. Vu qu'on est libre de nos actions dans le poker (personne viendra nous gronder, et personne viendra nous aider non plus), on est libre de faire n'importe quoi, d'adopter des comportements malsains et destructifs. Ce que font beaucoup de joueurs: vu qu'ils n'ont plus de barrières, ils se laissent aller, mangent mal, se gèrent mal, jouent dans les pires conditions, et très vite leur winrate s'effondre, le poker devient un labeur, un grind journalier nécessaire. Le grind devient ce qui leur permet de financer leurs mauvaises habitudes!!! Et ainsi la liberté offerte par le poker devient la pire des prisons. mais ce n'est pas le poker qui emprisonne, c'est nous-mêmes.

    Hier soir mon maître de méditation zen a dit, citant un moine Chinois du 7ème siècle (courant du Chan): 'Je suis libre de moi, donc libre de tout'. AD: Erreur dans ma citation, il s'agit de Shunryu Suzuki, un maître zen contemporain, aujourd'hui décédé, qui enseignait en Californie dans les années 70. La racine de la pratique reste la même cependant (elle traverse les âges, depuis 2500 ans), et l'idée a toujours sa place ici.
    L'illusion des êtres humains, c'est de chercher la liberté à l'extérieur d'eux-mêmes. Dans l'argent, ou dans la reconnaissance, dans la non-contrainte en fait. Mais la contrainte existe partout, elle est corolaire de la liberté. Se contenter de peu c'est être riche. On peut avoir tout l'argent du monde et être misérable, et c'est là une forme de stupidité / cupidité avancée. Le poker nous promet la liberté, mais en fait il nous mets en face de nous-même: arriverons-nous à nous libérer de nous-mêmes dans ce jeu où toutes nos pulsions ressortent si facilement? Arriverons-nous à naviguer au milieu de nos pulsions en gardant la tête froide? Arriverons nous à nous gérer? A nous comprendre et à travailler sur nos tendances? Ce n'est pas quelque chose qui viendra sans efforts, et si on ne le comprend pas très vite, alors oui le poker enfermera, le poker nous bouffera.
    L'espace de liberté qu'offre le poker laisse nos pulsions inconscientes totalement libres. Le jeu, par sa fureur et sa nervosité, peut faire de nous des addicts, des esclaves, de différentes manières.

    En ce qui me concerne, cela fait un bon moment que j'ai décidé de considérer le jeu comme 'réalisation' (voir d'autres billets du blog), et donc comme une opportunité de me connaître, de me gérer et d'évoluer. Je vois la liberté comme pratique ; c'est quelque chose qui se travaille.


    En tout cas ce qui se passe, c'est que les joueurs se font prendre par l'illusion. Dans la vie, l'accumulation d'argent et de reconnaissance est une illusion. Tout cela meure avec nous. Vous pouvez gagner 100k tous les ans (ou 100M), faire tous les projets que vous voulez, chercher à vous réaliser dans ces projets, ces 'rêves' ; de fait vous pouvez mourir demain, et à chaque seconde de votre vie. La vie est fragile, et elle ne nous appartient pas. S'illusionner de l'argent, vouloir s'enivrer du pouvoir que procure celui-ci, ou de la puissance ressentie dans le jeu, ce sont des attitudes de contrôle, la recherche de conjurer la mort. Je ne dis pas qu'on peut éviter ces 'désirs', mais clairement on peut choisir de ne pas les alimenter, de les laisser à leur place ; ils viennent, et ils partent, comme ils sont venus.
    Quand je vois des joueurs (comme l'exprime Artplay), qui dit continuer à jouer au poker pour l'argent qu'il en tire, bien qu'il considère parfois cela comme 'un jeu de m**de', ma foi la désillusion est évidente et inévitable. On ne tire aucune liberté, aucune connaissance, aucune maîtrise, et aucune réelle fierté, dans l'accumulation d'argent en soi. L'argent c'est de la matière morte, de la matière fécale pour prendre des termes psychanalitiques. Dans notre monde, tout le monde célèbre pourtant l'argent, son pouvoir d'échange, d'usage, et son pouvoir symbolique. C'est là pour moi une illusion, et de l'illusion nait la désillusion (la médiocrité que ressent un joueur gagnant 100k / an, parce qu'il est maintenant désillusionné, et l'outrage que cela crée chez ceux qui sont pris dans l'illusion, et qui croient que s'ils gagnaient 100k il seraient forcément plus heureux).


    Ce n'est pas ce que je fais. Je n'aime pas l'argent, je le méprise. Je n'aime pas la reconnaissance non plus, en tout cas j'essaie de faire attention à ce qu'elle ne me bouffe pas.
    Je ne gagne pas 100K/an (cette année peut-être, mais pas les années précédentes). Et pourtant je suis riche. Très riche. La raison est que je me contente de peu, je n'alimente pas trop mes désirs, j'essaie de garder mon ego à sa place, en contrôle. Je peux aisément vivre avec 1000€ par mois et être le plus heureux des hommes. Alors quand je gagne 3 fois cette somme ou plus, qu'est-ce que je vais me casser le cul à gagner plus?

    J'adore le poker. Evidemment je suis passé par toutes les sortes de doutes, le jeu m'a souvent obsédé et rendu très mal ; il a fréquemment perturbé mon sommeil et aussi l'harmonie de mes journées. Mais je n'ai jamais été désillusionné. Et d'ailleurs le jeu m'obsède beaucoup, beaucoup moins qu'avant.
    Je ne joue pas au poker pour l'argent. Je joue parce qu'il me passionne.
    Je joue au poker pour ce qu'il m'apprend. Pour ce qu'il révèle. Il fait sortir tellement d'états, et avec une telle intensité et profondeur, que j'en fais une pratique de connaissance de soi. En travaillant des leaks dans mon mental game, pour améliorer mon jeu, j'ai aussi déraciné des tendances à la colère et à la puissance qui s'exprimaient dans bien d'autres aspects de mon existence. Grâce au poker, j'ai appris à dompter la bête qui était en moi. Et la bête est toujours là, il faut la dompter chaque jour.
    Le poker m'offre une gestion totale de mon temps. Il m'offre du temps libre, mais encore faut-il le prendre! (ce que beaucoup de gens ne peuvent faire, complètement angoissés à l'idée de ne rien faire)

    De fait dans ma vie, j'ai progressivement abandonné toute volonté d'exister. Je n'ai pas de réel projet de vie, je n'ai pas envie d'accomplir quelque chose. Vivre est suffisant, sans laisser trop de traces. Ce qui me mène, c'est le 'Connais-toi toi-même', cette sagesse qui remonte à l'antiquité. Il ne s'agit pas d'être égoiste. Permettez-moi de citer Maître Dogen, un japonais du XIII ème siècle:
    'Apprendre la voie du boudhisme, c'est s'étudier soi-même.
    S'étudier soi-même, c'est s'oublier soi-même.
    S'oublier soi-même c'est être certifié par toutes les existences du cosmos.
    Etre certifié par toutes les existences du cosmos, c'est dépouiller son propre corps-esprit et celui des autres'.

    C'est là la Voie que je suis. On en revient à la liberté: 'je suis libre de moi, donc libre de tout'. Se libérer de soi-même, c'est de là que vient la véritable liberté, la véritable joie, la véritable connaissance aussi (on peut avoir toutes les connaissances du monde mais être ignorant, car prisonnier de soi-même, de ses conditionnements).

    Je cherche donc en premier lieu dans le poker une connaissance de moi. Une connaissance de mes états, de mes pulsions, de mes failles et de mes forces. Et une connaissance du détachement vis-à-vis de tout cela. La connaissance que ces états, ces tendances, ne sont pas figées dans le marbre. Que toute cela ne m'appartient même pas, mais est fruit des circonstances et des conditionnements passés.
    Le poker apprend à laisser passer tous les attachements, parce que quand on joue, quantités d'émotions et de pensées absurdes vont nous saisir. On devient comme des singes dans le jeu. Il y a là un potentiel d'enfermement, mais du même coup un potentiel de libération, par apprentissage de la contrainte.
    La plupart des joueurs voient l'adversité comme quelque chose de désagréable, quand en fait l'adversité est le meilleur maître. On apprend en tombant. Le poker nous offre une adversité illimité. Et je ne parle pas de la compétition avec les adversaires, bien que cela fasse partie du tout, mais de la lutte contre nous-même qui se déploie dès qu'on s'assoie à une table de poker. Cette adversité là n'a pas de limite. Les meilleurs joueurs le savent. Les médiocres pensent qu'ils luttent contre les autres.

    Par ailleurs, le poker m'apporte argent et temps. Laissez-moi vous dire ce que je fais de mon temps, ce que j'aime à faire de ma vie. L'an dernier, à la fin de l'hiver, je suis parti seul dans un trou paumé des montagnes ardéchoises, dans une ancienne maison de berger loin d'être correctement isolée. Je suis parti seul, une semaine, avec une température nocturne intérieure de 0 à 5°C. Ma seule nourriture fut: un sac de haricots et un sac de farine, ainsi que quelques noix. Je n'ai pris aucun divertissement, pas de musique, pas de livre, si ce n'est l'oeuvre complète de Tchouang-Tseu, un penseur Chinois ayant vécu il y a 25 siècles (le genre de bouquin dont on ne peut pas lire plus de quelques pages d'un coup, tant c'est profond. On lit 3 pages, et on les laisse infuser une après-midi. Impossible à lire compulsivement).
    Je devais me laver dans de l'eau glacée. Je devais marcher 25km tous les jours simplement pour maintenir ma chaleur corporelle. Le midi, je ne mangeais que quelques noix. Je m'alimentais du souffle, et des éléments de la nature. J'ai ressenti des angoisses incroyables, des sensations de vertige, de grandeur et de petitesse. J'ai observé la folie de l'esprit, sa tendance à s'accrocher à tout. Pendant une journée (entière) j'ai eu une chanson dans la tête. Indélogeable. Au milieu des arbres et du silence. Je n'ai croisé personne en une semaine, en tout cas je n'ai parlé à personne. Après ces quelques jours, après avoir traversé une myriade d'états et de peurs, mon esprit s'est apaisé. Je suis revenu à la ville un nouvel homme.

    C'est ce que j'aime faire quand j'ai du temps. La semaine prochaine je vais marcher dans les Vosges, avec une tente, un de mes meilleurs amis, et pas grand chose d'autre. Je suis fondamentalement un anti-balla.
    J'ai beaucoup voyagé au Maroc, mais j'y vais pas pour squatter dans un Ryad à Marrakech, non je marche dans l'Atlas, je dors à la belle étoile dans les forêts de cèdres avec les chiens sauvages qui aboient à quelques kilomètres et me font dormir d'un seul oeil.
    Je me suis toujours senti mal à l'aise dans le fait d'être 'servi', ou de payer pour trop de services. Je préfère autant faire le max par moi-même, y compris me faire à manger.

    Qu'est-ce que le poker me permet de faire? Il me permet d'avoir du temps de contemplation. Je ne vais pas trop développer ici parce que l'extrême majorité des gens ne comprennent pas du tout la nature de la contemplation. Ils croient qu'il s'agit d'une admiration béate devant l'univers, quelque chose d'un peu stupide et de pas très intéressant. En réalité la contemplation c'est faire silence. Quand on trouve le silence, alors on commence à entendre, et à voir. Quand on se libère de soi-même, on voit la vie qui se déploie à travers nous. On voit la vie au-delà de soi.
    La contemplation, ce n'est pas la paresse. C'est un travail incessant, un travail de lâcher-prise. Quelque part, le plus confrontant des travaux, parce qu'on s'attaque directement à l'ego. C'est l'acceptation absolue de ce qui est. L'acceptation absolue de l'interdépendance, et de l'impermanence. L'acceptation que notre vie est comme une cascade, elle coule, jaillit, et très vite elle rejoint la grande rivière ; très vite on vit et très vite on meurt. S'attacher à nos possessions (l'argent, mais aussi nos diverses identités), c'est l'ego qui résiste à la réalité de l'Etre. Cette tension qui nous traverse, tous, entre ego et Etre, depuis des millénaires, c'est le mouvement de la vie humaine.
    Ma vie, c'est plonger dans cette connaissance, plonger dans cette liberté. Remonter à la racine. Accepter la tension comme caractéristique de notre être, et trouver une paix dans cette tension même. Voir que l'angoisse est ce qui nous met en mouvement, plutôt que de compulsivement chercher à fuir l'angoisse (plus on fuit, plus on est poursuivi....).

    Alors ma vie tourne autour de certaines pratiques. La méditation zen et le kung fu me nourrissent et me libèrent. Mais je dois pourtant toujours me forcer à pratiquer. Quelque chose résiste toujours en moi, comme chez tout le monde. C'est normal, c'est ça être Homme (plutôt qu'arbre par exemple. Bien que l'homme puisse beaucoup s'inspirer des arbres pour se réaliser!). Le poker lui-même devient une pratique de réalisation. L'argent que j'y gagne me permet surtout de continuer à jouer, donc continuer à pratiquer ce jeu qui apprend tant sur nous et sur les hommes en général. Evidemment que je ressens du stress et des difficultés dans le poker. Mais j'aime ces difficultés.

    J'aime profiter de mon temps pour faire à manger. J'aime beaucoup manger, mais j'aime aussi la simplicité. Je vais ramasser des fruits quand je peux, sinon je trouve des graines et des légumes et je me fais des soupes de paysan, toutes simples, toutes bonnes, extrêmement nutritives et saines. Hier je me suis fais des falafel maison. Une seule boulette nourrit suffisamment pour aller faire une aprem de randonnée.
    Je profite de mon temps pour travailler l'énergétique. Evidemment j'explore cela dans le kung fu par exemple, mais aussi dans tout. Tout tourne autour du souffle (le Chi, l'énergie vitale fondamentale), rien n'est plus important dans notre vie, et pourtant bien peu sont ceux qui connaissent ce mystère. Surtout à notre époque! Mais l'énergie c'est en fait tout ce dont on s'alimente. Donc la nourriture. Un simple bol de graines préparé en conscience nourrit plus profondément qu'un steak de boeuf servi dans la plupart des restaurants. Mais personne ne me croira là-dessus, et ça ne me pose aucun problème, je suis suffisamment heureux d'avoir pu entrer en contact avec ces 'secrets' millénaristes. Ceux qui veulent s'intéresser à cela, je peux vous en dire plus. Mais vous pouvez aussi trouver par vous-mêmes, les gens qui cherchent ne manquent pas.

    L'autre jour, j'ai fait mon propre dentifrice, et mon propre déodorant. Naturels, extrêmement économiques, et écologiques. J'avais déjà mon propre produit vaisselle, non-polluant. J'aime trop la nature pour rejeter des m**des dans mes tuyaux. Mon empreinte sur le monde est minime. J'ai une machine à laver manuelle, que j'ai volontairement préférée à une machine électrique. Cela semble stupide, une perte de temps, que de devoir essorer ses habits à la main, à l'ancienne. Pour moi c'est une hygiène de vie, une gestion de moi-même. Quand je fais la lessive, ou la vaisselle, c'est un moment de pratique physique, de concentration et d'oubli de moi-même. Je prends volontairement du temps pour pratiquer, et c'est tout l'inverse de la perte de temps. C'est par la pratique, par l'usage du monde, que l'on apprend. Je parle là de la maîtrise de nous-mêmes et de notre environnement, le type de maîtrise que les arts martiaux enseignent depuis des millénaires. La maîtrise, c'est la pratique, et faire la vaisselle peut être une pratique de réalisation, de même que marcher sur du sable. On peut faire n'importe quoi et en apprendre, de fait, il suffit de mettre sa conscience en éveil sur ce qu'on fait, ici et maintenant. Faire la vaisselle, ce n'est pas 'perdre du temps de vie', c'est une occasion de pratique de conscience. Le poker en est une aussi, mais si on néglige certaines pratiques au profit d'autres, si on cherche uniquement le plaisir, le divertissement et qu'on fuit la contrainte, très vite le déséquilibre et la disharmonie s'installent.
    Dans notre monde, tout le monde veut toujours gagner du temps, foutre un croque-monsieur industriellement préparé au micro-ondes, et se dépêcher de se jeter dans un divertissement quelconque. Il n'y a pas de fin dans ce mouvement, pas de répit, pas de paix. Ca ne mène à rien. Chercher à gagner du temps, c'est le plus sûr moyen de passer à côté de sa vie.
    Aussi, gagner du temps a généralement un coût (par exemple s'acheter de la bouffe pré-préparée dégueu), et il faut alors travailler pour financer ce 'gain' de temps. Où est le gain au final, quand on est obligé de travailler plus? Je cherche très peu à gagner du temps, et donc j'ai très peu besoin de travailler.

    Quand je vais dans un endroit nouveau, je ne prends pas les transports. Je ne prends pas de cartes, je ne visite rien de spécial. Je marche, je me laisse guider par l'intuition et les sens. Je prends le temps de vivre, même s'il n'y a pas une direction précise.
    Le poker m'offre cela, parce que si je veux je peux prendre le jour off. Evidemment, je fais moins de volume que la plupart des 'pros'. Mais je m'en fous, je suis riche, et je suis assez bon et assez passionné pour continuer à gagner ma vie avec ce jeu. Je ne suis pas le meilleur, mais ma pratique est apaisée et profonde. Très loin de moi l'idée de gagner le plus possible pour arrêter et faire autre chose. Non, je veux juste continuer à vivre comme cela autant que possible, et si les circonstances changent, ma foi je changerai avec elles. C'est cela que m'apprend le poker également: l'environnement change, chaque situation est unique, il faut toujours s'adapter. La vie c'est pareil.



    Je me suis laissé aller à parler librement. J'ai choisi de le faire parce que mon approche est contraire à la plupart des gens, à la plupart des pros, et pourtant je sens que j'en tire le meilleur. J'essaie de vivre ma vie avec conscience, à chaque instant, chaque inspir, chaque expir, chaque pas, chaque action, chaque pensée et émotion. Je vie le poker pareillement, et le poker est à dire vrai un excellent maître dans la connaissance de soi. Je n'ai jamais eu le blues du poker. Je ne me suis jamais questionné sur mon utilité sociale. Il faut bien voir que le monde des hommes est toujours changeant: la réussite sociale ne veut rien dire, car elle dépend des circonstances et de la chance ; les principes de réussite changent à chaque génération. Ils ne dépendent de personne, et notre réalisation n'a certainement rien à voir avec tout cela, de mon point de vue tout le moins.
    Mon référentiel, c'est l'Univers. Le monde des hommes c'est une chose, et évidemment j'en fais partie. Mais la vie est partout, sous une infinité de formes, et la grandeur de l'homme c'est de pouvoir contempler la vie au-delà de lui-même (au delà de la société, mais aussi au delà de sa propre individualité, de sa propre identité, son propre ego).

    Homo Sapiens Sapiens. L'homme qui 'sait qu'il sait'. Dans le mouvement du 'savoir qui se connait lui-même', il y a quelque chose d'illimité. C'est notre liberté et même notre devoir d'explorer la connaissance cyclique qui nous est ainsi offerte. S'abîmer dans l'existence en courant après les illusions, c'est malheureusement le quotidien de la majorité des hommes depuis toujours, mais la vie ne nous l'impose pas, c'est nous-même qui refusons de nous accorder avec le Réel.


    A ceux qui sont allés jusqu'au bout, bravo à vous, merci d'avoir pris le temps, et à une prochaine.
  3. Like
    Alsvartr reacted to Mr Sneeze for a blog entry, Keep rising   
    Le poker est un environnement changeant. Le jeu a beaucoup changé au 21ème siècle, et on peut clairement se rendre compte d'évolutions de tendances d'un mois à l'autre, si on grind régulièrement.
    On peut regarder les vidéos de 2008 des meilleurs joueurs de l'époque, et s'inspirer de leur talent et intelligence, mais si on se contente d'imiter leurs stratégies, on n'aura certainement pas le niveau de succès qu'ils ont eu. Parce que jouer en mid / high stakes en 2014 n'est pas du tout la même chose qu'en 2008.

    La réalité est que tout le monde progresse, parce que l'information se diffuse, les stratégies gagnantes sont émulées, etc.
    Ca effraie pas mal de regulars (parce que leurs stratégies se révèlent avec le temps moins efficaces), mais perso je trouve ça super de participer par mes efforts à l'évolution collective du jeu. Quand on grandit en tant que joueur de poker, par la compétition, on fait aussi grandir le jeu, à une autre échelle.


    Une grande erreur serait de considérer le poker comme un système, comme quelque chose qu'on peut résoudre. Chaque situation est toujours nouvelle, et unique. Tout change tout le temps.

    J'expérimente très souvent des nouvelles stratégies. Mais aucune n'a une utilité absolue ; il faut développer un éventail de tours, évaluer les paramètres critiques, et prendre une décision. Et je suis convaincu que pour être un vrai killer, il faut être ouvert à tout, absolument tout. Il faut être capable d'avoir toutes les vitesses imaginables. Jouer comme un nit un spot, et comme un pur maniac une autre ; de même d'un jour à l'autre, d'un mois à l'autre, d'une table à l'autre, on peut avoir tous les styles. Plutôt qu'avoir un style, mieux vaut prendre la forme qui convient, comme l'eau qui prend la forme du récipient qui la contient.


    Les joueurs intermédiaires veulent être 'agressifs', ou 'LAG'. (C'est plus rare de vouloir être un nit !) Ils veulent se prouver des choses, ou alors prouver aux autres.
    Seuls les grands joueurs comprennent la juste mesure, l'agression sélective. Et c'est tout un art que de trouver les bons spots. Ils ne forcent pas les choses, ils pêchent. Quand le bon spot se présente, ils n'abandonnent pas.
    Ils évitent les mauvaises situations.
    En bref, ils se donnent la possibilité de minimiser leurs propres erreurs (inévitables!) et de maximiser celles des autres. C'est là une approche très différente que celle du wannabe-LAG, qui veut gagner tout, tout de suite, et agresse tous les spots possibles sans faculté d'arbitrage. Au final il fait des big moves, certains réussissent, certains échouent. Dans le lot, la marge d'erreur et de tilt est assez grande.

    J'ai longtemps été un spewtard. Capable de sortir un pur bluff n'importe quand (et du coup un peu trop souvent). Ce qui fait de moi un meilleur joueur que jamais, ce ne sont pas les gros bluffs ou gros calls que je fais. C'est plutôt ce que je ne fais plus, ce que je réfrène. Je célèbre mes folds beaucoup plus qu'avant. Je célèbre le fait de jouer nitty quand c'est approprié. Je ne suis plus aussi frustré qu'avant par le fait de ne faire que fold à une table juteuse si c'est ce qui se révèle le mieux.
    Je célèbre aussi les sessions qui se passent mal, mais où je n'essaie plus de faire que ça aille bien. C'est une grande victoire pour moi que d'être capable d'accepter (pas en théorie, je parle à un niveau émotionnel profond) qu'une session peut être perdante, que c'est la réalité de ma pratique.
    J'attends les bons spots, si yen a pas tant pis, j'arrête ma session et je reprends le lendemain. C'est ok de ne pas gagner tout de suite. Rien ne presse. C'est aussi ça penser sur le long terme (adopter la mentalité du pêcheur).


    Il y a également un aspect social dans le poker, la communauté. Les joueurs s'imitent en permanence les uns les autres. C'est assez splendide comme processus. Tout se diffuse. Cependant, je pense que beaucoup de personnes sont trop attachées à ce que la communauté considère comme juste ; ils sont pris dans le regard social: il est psychologiquement plus intuitif pour l'Homme (profondément grégaire) de copier la majorité plutôt que de faire quelque chose de différent. Ainsi, il peut être difficile pour certaines personnes de sortir du 'dogme'. Et pourtant dans le poker il n'y a pas d'institution véritable!
    C'est une pure méritocratie ; pas de patron, pas de guide absolue. Pour vraiment passer un palier, il faut être autodidacte. Car il n'y a pas de règle sur ce qu'on est autorisé à faire: on le voit bien à la table, tellement de stratégies gagnantes cohabitent. Rien ne vous empêche de minraise le flop, même si c'est un move de fish. Rien ne vous oblige à multibarrel. Alors ne pas oser faire un truc contre-nature parce que personne le fait, c'est quelque part brider son potentiel, à mon sens en tout cas.
    J'ai beaucoup expérimenté tout seul, indépendamment des sites de coaching ou forums. Je prends un maximum de ces ressources, mais je n'en suis pas dépendant. Je suis sûr que plein de regs considèrent que je fais souvent nimps. C'est ça d'expérimenter. Ca veut dire faire des erreurs, voir ce qui marche et ne marche pas.

    Ne pas faire cela, c'est rester prisonnier d'un système de pensée, c'est se refuser la possibilité de vraiment arriver au top. Evidemment cela implique des échecs, des revers et difficultés. Mais qui n'est pas prêt à affronter ça ne peut pas survivre longtemps dans le poker.
    Le meilleur talent au poker est l'adaptation. Il faut une grande souplesse d'esprit, une grande aptitude à la remise en cause, pour évoluer. Et qui n'évolue pas meurt.



    Ainsi, pour survivre dans cet environnement hyper-compétitif, il faut accepter de trébucher parfois. La différence entre les joueurs au top et les joueurs moyens? Les premiers ont avalé leur ego. Ils ont compris qu'il fallait totalement se détacher des résultats monétaires, et aussi se détacher des processus d'essais et d'erreurs.

    Pour simplifier: les joueurs faibles tilt quand ils perdent de l'argent.
    Les joueurs plus avancés peuvent encore tilter quand ils perdent de l'argent, mais deviennent surtout fous quand ils font une erreur.
    Les joueurs accomplis acceptent de faire des erreurs chaque jour. Ils ont digéré cet aspect des choses. Ils ont compris qu'ils allaient expérimenter une dose importante de frustration du fait des fluctuations, qu'il fallait à chaque instant tirer le meilleur enseignement possible de la situation, mais ensuite immédiatement s'en détacher.

    S'ils perdent une main, ils jouent la suivante. Point.

    Pour être bon au poker, il suffit de prendre les meilleures décisions possibles. Pourtant, quel travail mental il faut accomplir afin de se donner les moyens de prendre les meilleures décisions possibles aussi souvent que possible!
  4. Like
    Alsvartr reacted to ArtPlay for a blog entry, So long PokerStars ! (and thanks for all the f...)   
    So long PokerStars ! (and thanks for all the f...)
    Comme
    depuis ce matin je n’arbore plus le Pique Rouge réservé aux membres du Team Pro (et aux Team Online, et aux TV Stars, et aux musiciens suffisamment cools pour aimer les cartes, et aux sportifs qui s’emm**dent) de PokerStars.

    L’équipe de fins limiers du ClubPoker que vous êtes en a donc logiquement déduit que je ne faisais peut-être plus partie du Team. Ding ding ding, that’s a bingo !
     
     
    Mais pourquoi donc ?
    Bon là c’est le moment où logiquement on doit dire « oui c’est une décision commune qui intervient d’un commun accord concerté à l’avantage des deux parties communes ». Mais pas vraiment. De fait mon profil ne collait plus réellement à la stratégie marketing de PokerStars, point de vue que je peux tout à fait comprendre du reste.

    Cela tient en gros à deux facteurs. Le premier, et à mon avis le plus négligeable c’est que la politique interne de PokerStars n’est pas extrêmement friande que ses joueurs prêtent leur image à d’autres sites. En gros ça les embêtait un peu que je produise du contenu exclusif pour CarryPoker (j’avais déjà dû réclamer un avenant à mon contrat l’an dernier). Une politique qui m’étonne un peu mais qui je crois vient des patrons tout là-bas, au Costa Rica, en Israël, ou à l’Île de Man, personne sait trop de toute façon.

    Le second a trait à la stratégie actuelle de PokerStars. Ca ne vous aura pas échappé ils foutent un sacré paquet sur PokerStarsLive. Et c’est un peu là que le bât blesse. Depuis maintenant deux ans je réside à Antibes, à côté de Nice, alors que le studio d’enregistrement se situe à Paris. Autant dire que ma présence lors des diverses émissions était plutôt compromise.

    J’aurais en fait pu fournir pas mal de contenu vidéo réalisé à distance mais on ne m’a pas particulièrement pressurisé en ce sens : je suppose que cela tient au fait que le cœur de cible de PokerStarsLive s’intéresse davantage aux MTT qu’aux CG, et davantage aux « grosses » stars qu’à votre discret quoiqu’encombrant serviteur. Et puis PokerStarsLIVE devait bien rester du LIVE .
    Tout ceci sans compter que très clairement en termes de visibilité pure je ne fais que très peu de live (et virtuellement aucun gros) et que je ne suis pas du tout une star des réseaux sociaux. La décision n'a pas grand chose de surprenant, je dois d'ailleurs dire en toute honnêteté que mon implication n'était plus totale depuis quelque temps déjà pour diverses raisons (calendrier, vie perso ...)
    Et du coup tu le vis comment ?
    Ben... en fait pas trop mal. D’abord mon contrat n’était pas extrêmement copieux et n'a représenté qu’à tout casser 20% de mes winnings annuels. Il était par ailleurs assorti d’une obligation de jeu exclusif sur PokerStars.fr. Clause que j’aurais aussi bien pu ne pas respecter mais en l’occurrence j’ai décidé de rester à peu près honorable.

    Si je mène bien ma barque et que j’arrive à augmenter mon ev en jouant sur d’autres sites je pense que le préjudice financier a de très bonnes chances d’être inexistant. Je me fais donc assez peu de souci de ce point de vue-là, même si mes 900 premières mains sur Winamax mettent pour l’instant en évidence une constance dans la défaite tout à fait remarquable :


    Winamax, des débuts prometteurs  
     

    Toutefois – et paradoxalement - je reste un peu embêté par quelque chose. Turlupiné comme on dit. En fait je ne comprends pas très bien la logique économique derrière mon « licenciement ». Sans entrer dans les détails de mon contrat je pense à la louche qu’étant donné le rake que je génère en étant client exclusif PokerStars je dois coûter à la société quelque chose comme 10-15k€ / an. Je suis un ambassadeur généralement courtois, je démarre des tonnes de tables, je joue régulièrement HU contre des regs.

    Juste pour prendre l’exemple du jeu heads-up, j’ai depuis janvier 2013 disputé ~40kh HU contre des regs depuis janvier 2013, dépensant du même coup ~10k€ en rake. Ces mêmes regs n’auraient probablement pas joué ces mains-là en mon absence, payant de la même manière 10k€ en moins en rake à PokerStars.fr. Sans compter le boost au démarrage des tables qui bien que faible (car soyons réalistes une table ne démarre de toute manière que si un fish daigne s’asseoir) doit être existant.

    Si on ajoute à ça le fait que mon action va sûrement se basculer vers le concurrent direct, je me dis deux choses :
    Soit ils font une petite erreur en me virant (quel prétentieux ce Sylvain) Soit j’ai carrément une image et un coût de revient négatif pour la société que je représente et là m**de, ça me fait chi**

      Que retires-tu de l’expérience
    Version short, c’était cool. Version un peu plus longue quasiment que du positif. Les esprits chagrins pourront dire que ça m’a apporté un contrôle fiscal. C’est vrai mais ça ne suscite aucun regret chez moi. D’abord il ne faut pas être result oriented dans la vie, c’est pas parce que ça m’a un peu baisé en définitive que l’expérience était mauvaise. Ensuite et surtout ce n’est pas la faute de PokerStars mais la totale faute à pas de chance.

    Puis ça reste de toute façon une expérience un contrôle fiscal, et je le dis sans humour : je suis sûr qu’à terme les compétences de gestion et de fiscalité que ça m’a fait développer me seront extrêmement utiles.

    Niveau positif en revanche : Je me suis éclaté deux ans de suite à la Maison du Bluff. Découvrir le milieu de la TV a été totalement bluffant et captivant. Non, non, je mens pas. N’hésitez pas à relire mes précédents billets sur le sujet :
    https://www.clubpoker.net/forum-poker/blog/208/entry-8537-maison-du-bluff-petit-bilan/
    https://www.clubpoker.net/forum-poker/blog/208/entry-6121-maison-du-bluff-les-coulisses-verdun-sur-la-costa-del-sol/
    https://www.clubpoker.net/forum-poker/blog/208/entry-6141-lmdb-episode-2-la-revanche-du-speak/ Cette émission est à mon avis le truc qui dynamise le plus le marché français et j'ai été ravi de pouvoir y participer. De la même manière commenter les FPS avec Alexis Laipsker était également une super expérience, que j'aurais aimé pouvoir renouveler si j'étais resté en région parisienne. De manière générale commenter du poker est quelque chose qui m'a pas mal botté pendant toute cette période. Ca m’a permis de réellement aborder l’activité professionnellementet de développer des qualités de communication et de marketing nécessaires à tout escroc professionnel. Ca m’a un peu facilité la tâche vis-à-vis des gens auxquels je parle de mon activité. Ils peuvent plus facilement identifier « contrat publicitaire » et « joueur sponsorisé » comme un gagne-pain plutôt que « je pique l’argent des addicts ». Et quand ils tombent sur cette vidéo ils découvrent en plus que je sais cuisiner. Davantage de crédibilité dans le monde réel donc, un peu plus également dans la communauté poker. De « ArtPlay le nit » je suis petit à petit devenu « ArtPlay le joueur pro sponsorisé-je-sais-pourquoi-t’es-sponso-t’es-un-chattard ». Néanmoins je regrette que pour toute une frange de la communauté poker la crédibilité ne s’acquiert qu’en outluckant 400+ personnes dans un EPT =). Mais je ne désespère pas j’ai eu deux grosses occasions, ça viendra ! Enfin ça m’a permis de rencontrer pas mal de gens qui se reconnaîtront avec qui je pense rester en contact et que j’aurai toujours plaisir à recroiser. Seul regret vous ne me verrez du coup pas dans la Maison du Bluff IV où je vais rater la bombasse de service . Mais bon je peux quand même vous mettre une photo pour vous faire plaisir, quand bien même vous les avez sûrement déjà absolument toutes looked up.
     


    Gaelle Garcia Diaz présentera LMDB 4
     
     
    Qu’est-ce que tu vas faire de ta vie maintenant ??
    Eh bien je ne compte pas changer grand-chose pour l’heure. J’ai quelques projets moyen-terme hors poker. A très court terme (demain) je déboule sur Wina pour call quelques 4bets et foutre 3-4 suckouts. Oui, vous allez vous aussi pouvoir découvrir que j’ai beaucoup de cul en 4bet pot. Pour le fun mon graph lifetime filtré où j’ai call un 4bet préflop SANS {TT+, AQ+} :
     
     


    Called 4b, sans TT+,AQ+

     
    Autant dire un petit miracle de chatte puisque j'arrive à être up alors qu'en me contentant de fold toutes ces bouses j'aurais logiquement perdu à 900bb/100.


    A court terme (une semaine) je compte publier une mise à jour de mon eBook. Rien de révolutionnaire, trois chapitres en plus et quelques corrections et clarifications. Ceux qui l’auront déjà acheté pourront bien entendu le recevoir gratuitement.

    En tout cas je reste dans le poker pour l’instant. Et après … Je verrai bien et ne m’inquiète pas. La vie est faite d’opportunités et je compte bien les saisir.


    Sylvain.
  5. Like
    Alsvartr reacted to ArtPlay for a blog entry, Le bluffraise river   
    Le bluffraise river
    Chose promise chose due, après un
     
    qui en était totalement exempt, aujourd’hui on reparle un peu de poker. Et le thème du jour, histoire que ce soit un peu ludique, sera le bluffraise river.

    Alors je vais tant que possible éviter de rentrer dans de la théorie généraliste. En gros ouais, c’est mieux d’avoir une range de value si vous voulez bluffer, et c’est mieux d’être un peu balanced. C'est aussi préférable que la range de votre adversaire ne soit pas trop forte. Et en combinant tout ça on tombe par-ci par-là sur des spots sympas. Mais plutôt que d’en parler dans le vide je vais vous présenter plein de mains que j’ai jouées au cours du mois écoulé. Et avant que vous ne demandiez :
     
     

    Janvier 2014  
     


    On peut dire que ça a été laborieux mais ma luck légendaire m’a rattrapé à temps. Et sans plus attendre quelques mains !
     
    Top pair tournée en bluff en C/RAI river 180 deep
    Dealt to ArtPlaie
    Etisetna: folds
    MrKym1: folds
    PSYCO 39: folds
    WeirdAl24: folds
    ArtPlaie: raises €4 to €6
    tib0rk0vaX: calls €4
    *** FLOP ***
    ArtPlaie: bets €8
    tib0rk0vaX: raises €17 to €25
    ArtPlaie: calls €17
    *** TURN ***
    ArtPlaie: checks
    tib0rk0vaX: bets €38
    ArtPlaie: calls €38
    *** RIVER ***
    ArtPlaie: checks
    tib0rk0vaX: bets €102
    ArtPlaie: raises €192.46 to €294.46 and is all-in
    tib0rk0vaX: folds
    Uncalled bet (€192.46) returned to ArtPlaie
    ArtPlaie collected €339 from pot
    ArtPlaie: doesn't show hand

    Une main sympa qui a la particularité d'être jouée deep (180bb). Pour la plupart des adversaires cela aura une double conséquence : ils auront tendance à fold davantage et à bluff moins, en tout cas pour l'intégralité de leur stack. Mon adversaire est un reg qui raise raisonnablement souvent les CBets (14% sur mon sample). Je n’ai pas d’idée précise de la façon dont il adapte son jeu pour jouer deep.

    Pré-flop est totalement standard, flop l’est également plus ou moins, en fonction de mes reads et du moment j’alternerai entre C/C et bet. Au flop je subis un raise. En l’état pas question de fold une main si forte que TP dès le flop.

    Dans la range de mon adversaire je mets quelques draws très forts, JTss, 67ss, A4ss, peut être des 45ss ou 46ss. On peut vraisemblablement y ajouter quelques draws très faibles type 56, J7s, et de très occasionnels et aléatoires raises avec une overcard à pique et n’importe quoi d’autre derrière. Au niveau de sa valuerange 100% des 89 et 100% des brelans : je doute que cet adversaire précis défende souvent 94s 84s, et je pense qu’il ne 3bet aucune des paires qui font brelan, en tout cas pas avec cette profondeur (et au pire rarissimement quand j’ai le 9). Bref so far, so good, je paye.

    La turn est un 5 qui, si mes prédictions pacorabanniques sont justes, ne change pas grand-chose à la range adverse. En effet je pense que 67o (ou JTo) est à la fois trop fort et trop faible pour qu’il le raise : comprenez par-là que mon adversaire sera tellement embêté si je décide de 3bet qu’il est vraisemblable qu’il décide de simplement payer avec cette main. D’éventuels 45 (à pique ou non) tournés en bluff améliorent toutefois en deux paires, ce qui est un peu embêtant mais pas suffisamment pour me décourager de call. Par ailleurs en termes GTO TP kicker J est encore trop haut dans ma range pour que je puisse le fold. J’ai encore largement assez de mains moins bonne dans ma range à fold avant celle-ci.

    La river est une Q offsuit. Si on récapitule donc, ont amélioré les draws 67 et JT, mais j’estime que mon adversaire ne les a qu’assez rarement quand il raise, à l’exception notable mais infréquente de leurs versions à pique. Ces mains ne m’inquiètent donc pas énormément. Je suis en revanche extrêmement incertain quant à la proportion de bluff que mon adversaire peut avoir sur cette river. Si je suis persuadé qu’il continuera à miser tous les brelans et double paires qu’il peut avoir ici (une petite quinzaine de combos), le nombre de combos de bluff est lui, totalement inconnu. Mon adversaire est relativement peu agressif river, et il n’est pas évident que je puisse trouver les 6 combos de bluff nécessaires à me permettre de call, d’autant que si la Q offsuit aurait pu sembler un peu inquiétante en tombant à la turn (car mon adversaire aurait pu aisément valuebet des mains type QK ou QT) il aura probablement abandonné un nombre de bluffs certain dès la turn, et plus encore à la river.

    J’ai donc envisagé de faire tapis. De mon côté je détiens quasi 100% des combos de JT et 56, modulo quelques combos de 56 que j’aurais décidé de raise dès la turn. Je risque 295 pour gagner 240, j’ai environ besoin de 43% de fold equity (à la grosse louche).

    A supposer que mon adversaire détienne 15 combos de brelan/double paire et qu’il en folde au moins la moitié (ce qui me semble un minimum raisonnable), si on ajoute encore pour l’exemple 4 combos de bluff, on obtient 12 combos de foldées. Pour atteindre 43% il faut donc en gros que mon adversaire détienne moins de 10 combos de quinte. M’attendant à ce qu’il ne raise que peu ses draws assez forts cette supposition m’a semblé raisonnable et j’ai choisi de faire tapis. Il a fold après une grosse dizaine de secondes.

    A noter que ma main se prête particulièrement bien à ce play : je ne détiens pas de pique qui pourrait bloquer d’éventuels gros combo draws ratés, je détiens un J qui bloque quelques quintes et enfin je détiens un 9 qui bloque top set, qui sera généralement particulièrement difficile à fold même pour les adversaires les plus rigoureux .
     
     
    Middle pair tournée en bluff en HU sur board 4 straight
    Cette main est marrante parce qu’à la revoir je me dis que j’ai peut-être bien 0% de fold equity sur la valuerange de mon adversaire.

    Seat 3: ArtPlaie (€1035 in chips)
    Seat 6: Taré_GOGOL!! (€452.50 in chips)
    Taré_GOGOL!!: posts small blind €2
    ArtPlaie: posts big blind €4
    *** HOLE CARDS ***
    Dealt to ArtPlaie
    Taré_GOGOL!!: raises €4.48 to €8.48
    ArtPlaie: calls €4.48
    *** FLOP ***
    ArtPlaie: checks
    Taré_GOGOL!!: checks
    *** TURN ***
    ArtPlaie: bets €12
    Taré_GOGOL!!: calls €12
    *** RIVER ***
    ArtPlaie: checks
    Taré_GOGOL!!: bets €28
    ArtPlaie: raises €76 to €104
    Taré_GOGOL!!: folds
    Uncalled bet (€76) returned to ArtPlaie
    ArtPlaie collected €95.46 from pot

    Pré-flop est totalement standard. Flop bon j’ai pas le droit de jouer vu que mon adversaire checkback. Si j’avais pas la flemme et que parfois je construisais des ranges de donkbet ce board et cette main pourraient s’y prêter. Toutefois mon adversaire CBet à une fréquence assez élevée je n’ai donc jamais considéré cette option.

    Turn est intéressant. Je décide de lead pour value alors que le board est 4 straight en me disant que :
     
     
    Mon adversaire CBEt 100% de ses 4 nus (J4o, Q4o, etc) Mon adversaire va toujours me call un 2 ou un 3 checké back au flop Mon adversaire va très souvent me call A high checké au flop. Mon adversaire aura quasi toujours CBet 6x qui détient une gutshot super intéressante vu qu’elle a d’énormes implied sur tous mes Ax. Pour tout ça je vois mon adversaire avec peu de 4x, peu de 6x, peu de raisons de bluffer s’il a deux overs et régulièrement 2x ou 3x, et je décide de bet.

    La river est la doublette du 6. Avec une dynamique particulière je pourrais tout à fait envisager de valuebet. A vrai dire même sans dynamique je pense que c’est un bon valuebet étant donné que 4x sera rare hormis pour 24, 34, 45 et que 6x le sera d’autant plus que deux 6 sont déjà sortis. Néanmoins j’ai rarement une image extrêmement agressive river et je prends assez souvent des lines deceptive, je décide donc de m’abstenir.

    A ma grande surprise, mon adversaire mise. Et en réfléchissant à froid je me dis que call est sûrement supérieur à C/R. Pourquoi ? Car je pense que mon adversaire détient quasi 100% des combos de 78 (que je bats) et que je suis assez incertain de sa capacité à pouvoir fold 4x (je néglige d’éventuels Vbet avec 6x). En clair je suis à peu près sûr que C/C est gagnant mais beaucoup moins pour le C/R, sans compter que mon adversaire peut assez facilement détenir 26 36 ou 56.

    Néanmoins j’ai au moins eu la bonne idée de faire un C/R assez copieux. Ici faire un C/R maigrichon à 80 ou 84 va engendrer beaucoup trop de calls de frustration et je pense qu’il faut vraiment essayer de faire sentir à notre adversaire qu’on sait qu’il a un 4 et qu’on ne s’attend pas à ce qu’il lâche. Bon c’est un peu du 37è degré de levelling et c’est un peu idiot mais ça devrait pouvoir marcher.
     
    Un bon gros fail à propos duquel je ne vais pas discourir, c’est juste pour vous foutre de ma gueule
    Seat 1: loubak33 (€114.55 in chips)
    Seat 2: Crocodeeeal (€523.73 in chips)
    Seat 3: Agonija1 (€433 in chips)
    Seat 4: ArtPlaie (€874 in chips)
    Seat 5: xxTof59xx (€465.40 in chips)
    Seat 6: TibAuPoker (€400 in chips)
    TibAuPoker: posts small blind €2
    loubak33: posts big blind €4
    *** HOLE CARDS ***
    Dealt to ArtPlaie
    Crocodeeeal: folds
    Agonija1: raises €6 to €10
    ArtPlaie: calls €10
    xxTof59xx: folds
    TibAuPoker: folds
    loubak33: folds
    *** FLOP ***
    Agonija1: bets €16
    ArtPlaie: calls €16
    *** TURN ***
    Agonija1: bets €40
    ArtPlaie: calls €40
    *** RIVER ***
    Agonija1: bets €96
    ArtPlaie: raises €712 to €808 and is all-in
    Agonija1: calls €271 and is all-in
    Uncalled bet (€441) returned to ArtPlaie
    *** SHOW DOWN ***
    ArtPlaie: shows (two pair, Sevens and Fours)
    Agonija1: shows (two pair, Nines and Fours)
    Agonija1 collected €869 from pot
     
     
    Minraise sur board 4 flush
    Dealt to ArtPlaie
    Virus ZuBz: raises €4 to €6
    Crocodeeeal: folds
    bonjambon: folds
    ArtPlaie: calls €6
    bonjambon said, "c le zubziPok"
    MELJA59: calls €5
    chameau06: folds
    *** FLOP ***
    MELJA59: checks
    Virus ZuBz: checks
    ArtPlaie: bets €14
    MELJA59: folds
    Virus ZuBz: calls €14
    *** TURN ***
    Virus ZuBz: checks
    ArtPlaie: checks
    *** RIVER ***
    Virus ZuBz: bets €34
    ArtPlaie: raises €34 to €68
    Virus ZuBz: folds
    Uncalled bet (€34) returned to ArtPlaie
    ArtPlaie collected €113 from pot
    ArtPlaie: shows

    En gros river je pars du principe que mon adversaire ne détient que très peu de combos de mains contenant l’as de pique. D’abord seuls ou sont possibles. Je ne suis pas certain que le premier soit relancé préflop, je ne suis pas certain que le second soit très souvent check/callé flop.
    De mon côté je détiens en revanche certains que je jouerai assez souvent de la sorte (flat pré-flop, checkback turn), et 100% des . L’autre argument jouant en ma faveur c’est qu’il n’est pas si simple pour moi de n’avoir rigoureusement rien river. Sans aucune equity sur un board si riche je vais régulièrement checker back. La conséquence c’est que pour bluffer ici sur cette river il va me falloir assez souvent tourner au moins une paire en bluff. Alors ça ne joue pas tant que ça mais j’ai l’image de quelqu’un qui aime bien herocall, et ça doit sembler plus rare que je tourne en bluff une paire plutôt que de call avec comme un crétin.

    Et voilà je ne crois pas que grand-chose d’autre ait besoin d’explication. Mon adversaire a relativement peu de , j’en ai beaucoup et je le crois régulièrement capable de tourner une paire en bluff. Son sizing river, assez cher, aura généralement tendance à le polariser et je ne suis pas totalement certain qu’il bet ainsi avec . Cela ne devrait théoriquement rien ou presque rien changer vu que ma range de minraise va être 100% polarisée { , bluff} et ne contiendra jamais de pique faible, mais psychologiquement tout le monde n’arrivera pas à fold sur un minraise ici.

    Allez une petite dernière plus rigolote et copieusement +ev :
     
     
     
     
    Shove K-high river sur donklead d’un joueur récréatif
    Table 'Larink III' 6-max Seat #3 is the button
    Seat 1: Cha444_Fr (€245.50 in chips)
    Seat 2: ArtPlaie (€218.61 in chips)
    Seat 3: doud139 (€136.42 in chips)
    Seat 5: stiffler475 (€210.24 in chips)
    Seat 6: Crocodeeeal (€248.48 in chips)
    stiffler475: posts small blind €1
    Crocodeeeal: posts big blind €2
    *** HOLE CARDS ***
    Dealt to ArtPlaie :Kh:Jc
    Cha444_Fr: folds
    ArtPlaie: raises €4 to €6
    doud139: calls €6
    stiffler475: calls €5
    Crocodeeeal: folds
    *** FLOP *** :7c:9h:Qc
    stiffler475: checks
    ArtPlaie: bets €13
    doud139: folds
    stiffler475: calls €13
    *** TURN *** :7c:9h:Qc:3c
    stiffler475: checks
    ArtPlaie: bets €32
    stiffler475: calls €32
    *** RIVER *** :7c:9h:Qc:3c:Qs
    stiffler475: bets €56
    ArtPlaie: raises €111.61 to €167.61 and is all-in
    stiffler475: folds
    Uncalled bet (€111.61) returned to ArtPlaie
    ArtPlaie collected €219 from pot
    ArtPlaie: doesn't show hand

    Pas de gros miracle ni de grosse explication requise ici. Environ un milliard de draws sont présents au flop, et beaucoup ont miss à la river. JT, 8T, 68 pour ne citer que les plus évidents. Les trèfles sont, bien sûr, problématiques.

    Néanmoins mon adversaire snapcall le flop et la turn, signe très caractéristique de main moyenne et/ou de tirage. Je ne m'attends pas vraiment à ce que son action soit instantanée avec la nutflush turnée (ou très ponctuellement pour essayer d'induire un truc)

    C’est pourquoi quand il donklead la river, aux environs de la moitié du pot (ce qui tend de nouveau à me faire éliminer flush), je suis très confiant qu’il a une main médiocre extrêmement souvent. Fut un temps j’aurais call son bet, puis j’aurais posté mon brag ou mon fail sur le CP, selon qu’il m’aurait montré JT ou :Ac:Tx . Depuis j’ai réalisé que je pouvais gagner ce coup 100% du temps et j’envoie tout comme un singe, c’est moins classe sur le CP mais plus lourd dans mon porte-monnaie.

    Allez je vais m’arrêter là. Je pourrais vous en soumettre bien d'autres mais pour tout dire la plupart j’en ai un peu honte ...

    A très bientôt !
     
     
  6. Like
    Alsvartr reacted to ArtPlay for a blog entry, Quelques mains + Lancement dans le coaching   
    Hello tout le monde,

    Ca faisait un bail dites. Comme à chaque fois, c'est juste. Deux raisons me motivent cette fois à poster. Tout d’abord ça fait plusieurs mois que j’ai envie de le faire, soit parce que je joue des mains rigolotes (en général où je fais des erreurs intéressantes) soit parce que j’ai envie de parler de sujets qui me tiennent à cœur (j’avais préparé tout un blabla sur la fiscalité au mois de mai que j’ai jamais eu le courage de terminer et qui ne sert maintenant plus à grand-chose).

    Bien entendu, j’ai eu la flemme, on s’en serait pas douté tiens.

    La deuxième raison qui me pousse à poster est que tout au long du mois de novembre j’ai joué avec de moins en moins de motivation, jusqu’à spew 2-3 buy-ins comme une buse le dernier jour de mon mois. Non pas que j’aie joué foncièrement mal – j’aurais de toute façon les chevilles trop gonflées pour l’admettre – simplement j’ai beaucoup manqué de motivation et plutôt que de chercher à chaque seconde LA décision optimale j’ai beaucoup trop autopiloté en prenant toutes les décisions les plus faciles, ce qui a bien sûr conduit à agacement et baisse du winrate.






    Chouette mois de novembre.


    Et voilà qu’arrive décembre et je sens que la motivation n’est toujours pas revenue puisque je n’ai pas joué plus de 700 mains dans la semaine (quand même réussi à win 5 BI, mais c’est purement du talent). Ajoutez à ça que j’ai 150 tracasseries administratives à régler ce mois-ci, j’ai donc décidé de m’essayer à un truc que je n’ai jamais fait jusqu’à maintenant, faire un peu de coaching payant tout au long du mois de décembre (et plus si affinités). Voir les modalités ci-dessous.


    Quelques mains sympa Bon tout d’abord si jamais vous étiez passé à côté je voudrais vous reparler de 2 analyses que j’ai faites il y a maintenant quelques temps sur le forum qui, je pense, sont intéressantes. En tout cas les réaliser m’a personnellement fait progresser donc je pense que ça peut être utile à certains aussi. Bon par contre …. C’est du MTT.

    On en a une ici : sur l’intérêt de défendre ses blindes très très (très !) loose même très shortstack. Et une autre là : où on voit comment ça peut être rigolo de call un min-4bet 30BB deep.

    A part ça je vais vous balancer quelques mains en vrac avec quelques éléments de réflexion (ou non.). Je vous invite à livrer vos analyses sachant que pour certaines mains j’ai fait les analyses (et le cas échéant simulations) que je pense à peu près complètes, pour d’autres je n’ai pas encore pris le temps d’y réfléchir à fond. A vos crayons =)


    KJs squeezé + bluff osé 3way Alors celle-ci est marrante. Les deux joueurs sont des réguliers mais SB est un « régulier » monstrueusement perdant. Il joue environ 30/20, quelque chose comme 12% de resteal, fold à seulement 10% des 3bets. Call beaucoup les flops et les turns pour fold raisonnablement souvent river. Le bouton est un reg qui doit fold à environ 60% des 3bets et open 60% de ses boutons, de mémoire.

    PokerStars Hand #103027948930: Hold'em No Limit (€1/€2 EUR) - 2013/08/21 10:45:43 CET [2013/08/21 4:45:43 ET]
    Table 'Numidia II' 6-max Seat #5 is the button
    Seat 1: ArtPlaie (€366.31 in chips)
    Seat 2: yass987 (€317.76 in chips)
    Seat 3: Akoos (€701.69 in chips)
    Seat 4: RainCock (€201.22 in chips)
    Seat 5: DooM+) 4real (€304.58 in chips)
    Seat 6: patrik33 (€223.92 in chips)
    patrik33: posts small blind €1
    ArtPlaie: posts big blind €2
    *** HOLE CARDS ***
    Dealt to ArtPlaie
    yass987: folds
    Akoos: folds
    RainCock: folds
    DooM+) 4real: raises €2 to €4
    patrik33: calls €3
    ArtPlaie: raises €16 to €20
    DooM+) 4real: calls €16
    patrik33: calls €16
    *** FLOP ***
    patrik33: checks
    ArtPlaie: bets €22
    DooM+) 4real: calls €22
    patrik33: calls €22
    *** TURN ***
    patrik33: checks
    ArtPlaie: bets €54
    DooM+) 4real: calls €54
    patrik33: folds
    *** RIVER ***
    ArtPlaie: bets €270.31 and is all-in

    Je pense que l’action sur toutes les streets peut être sujette à débat.



    A4s call un 4bet vs early UTG est un reg que j’ai pas mal 3b récemment dans la session. Souvent tight mais devient parfois fou et se bagarre régulièrement dans la rue, y compris avec des meutes de pompiers.

    Table 'Sinon IV' 6-max Seat #4 is the button
    Seat 1: qwxcvbn (€438.93 in chips)
    Seat 2: ArtPlaie (€507.41 in chips)
    Seat 4: boubouloulou (€188.57 in chips)
    Seat 5: Alimanas (€561.75 in chips)
    Seat 6: xadina (€200 in chips)
    Alimanas: posts small blind €2
    xadina: posts big blind €4
    *** HOLE CARDS ***
    Dealt to ArtPlaie
    qwxcvbn: raises €6 to €10
    ArtPlaie: raises €20 to €30
    boubouloulou: folds
    Alimanas: folds
    xadina: folds
    qwxcvbn: raises €46 to €76
    ArtPlaie: calls €46
    *** FLOP ***
    qwxcvbn: bets €60
    ArtPlaie: calls €60
    *** TURN ***
    qwxcvbn: checks
    ArtPlaie: checks
    *** RIVER ***
    qwxcvbn: checks
    ArtPlaie: bets €371.41 and is all-in
    qwxcvbn:

    Quelle est votre idée générale sur ce genre de play ? En particulier, si on choisit de call préflop, comment pensez-vous qu’on devrait jouer sur A-high board ?



    KK 3barrel pour value vs reg Une main un peu plus anecdotique mais qui m’a pas mal fait réfléchir. On est ici contre un reg qui ouvre genre 25% au CO et doit fold à 65% des 3bets. Je dois 3bet 6-7% dans cette position. L’action river vous convient-elle ?

    PokerStars Hand #102339378185: Hold'em No Limit (€2/€4 EUR) - 2013/08/05 14:48:42 CET [2013/08/05 8:48:42 ET]
    Table 'Alagasta VII' 6-max Seat #1 is the button
    Seat 1: Agonija1 (€400 in chips)
    Seat 2: paco78610 (€219 in chips)
    Seat 4: ArtPlaie (€529.16 in chips)
    Seat 6: MELJA59 (€400 in chips)
    paco78610: posts small blind €2
    ArtPlaie: posts big blind €4
    BatCountry44: sits out
    *** HOLE CARDS ***
    Dealt to ArtPlaie
    MELJA59: raises €8 to €12
    Agonija1: folds
    paco78610: folds
    ArtPlaie: raises €32 to €44
    MELJA59: calls €32
    *** FLOP ***
    ArtPlaie: bets €36
    MELJA59: calls €36
    *** TURN ***
    ArtPlaie: bets €96
    MELJA59: calls €96
    *** RIVER ***
    ArtPlaie: bets €353.16 and is all-in
    MELJA59:



    Call 4è pair sur 4flush board en 3bet pot Enfin la dernière je l’aime bien parce qu’elle part d’une réflexion assez poussée. Et qu’en définitive je sais pas qui joue le plus mal entre mon adversaire et moi.

    PokerStars Hand #105005146530: Hold'em No Limit (€1/€2 EUR) - 2013/10/04 10:37:17 CET [2013/10/04 4:37:17 ET]
    Table 'Perihelion II' 6-max Seat #1 is the button
    Seat 1: ArtPlaie (€200 in chips)
    Seat 4: DooM+) 4real (€995.77 in chips)
    ArtPlaie: posts small blind €1
    DooM+) 4real: posts big blind €2
    *** HOLE CARDS ***
    Dealt to ArtPlaie
    ArtPlaie: raises €2.38 to €4.38
    DooM+) 4real: raises €11.62 to €16
    ArtPlaie: calls €11.62
    *** FLOP ***
    DooM+) 4real: bets €21
    ArtPlaie: calls €21
    *** TURN ***
    DooM+) 4real: checks
    ArtPlaie: checks
    *** RIVER ***
    DooM+) 4real: bets €40
    ArtPlaie: calls €40
    *** SHOW DOWN ***
    DooM+) 4real: shows (a pair of Sixes)
    ArtPlaie: mucks hand
    DooM+) 4real collected €152.50 from pot

    Un indice pour analyser la river, demandez-vous quelles sont nos ranges respectives et avec quoi vous imaginez un 2d barrel.

    En fonction de l’enthousiasme (ou du manque d’enthousiasme) suscité je referai un billet pour détailler les « solutions », ou bien je me contenterai de détailler dans les commentaires.


    Coaching
    Edit : 07/12 - Totalement booked pour le moment, je préviendrai si je réouvre des places dans un futur proche

    Edit 07/12 - Totalement booked pour le moment je ne peux plus prendre personne jusqu'à nouvel ordre, je vous le ferai savoir le cas échéant

    Donc oui comme j’en parlais en introduction j’ai l’intention de faire un peu de coaching au cours du mois de décembre histoire de me vider un peu la tête et de me remotiver d’une manière un peu différente.

    Bien que ne m’étant jamais fait payer c’est pas tout à fait une nouveauté pour moi de coach, je l’ai pas mal fait pour des amis, avec quasi toujours de bons résultats, mais j’ai toujours trouvé ça plus sympa et surtout plus rentable de grind. Là étant en gros mal de motivation je me dis pourquoi pas, à voir si je trouve des intéressés. Attention, c’est l’instant frime.


    Présentation Tout d’abord mon graphe de l’année histoire de me situer un peu :


    Ca doit être genre moitié/moitié de ½ et de 2/4. Bon OK, plutôt 3/5è 2/5è mais il faut bien que je triche un peu. Ce graphe vous donne déjà une bonne idée du genre de joueur que je suis, c’est-à-dire le genre qui fait relativement peu de volume par rapport à pas mal de mes confrères. Je préfère essayer de me concentrer sur ma qualité de jeu (et surtout ma qualité de vie) plutôt que de m’astreindre à des volumes de fou pour choper des paliers de rakeback.

    Par ailleurs je ne bumhunt pas (trop), je joue tous les HU afin de démarrer des tables et à peu près tous les lineups (sauf 3-handed car c’est vraiment trop chiant) dans la mesure où j’ai pas plus de 6-8 tables. Vous allez me dire « ya tout le temps plus de 6-8 tables », je vous invite à venir voir par vous-mêmes à 10h du mat’ sur PS.fr .

    Enfin sempiternelle question je ne joue presque pas de 1k (300 mains en 2013 quand même ….) principalement parce que la limite est trop illiquide et que ça m’emm**derait trop psychologiquement d’avoir une de mes limites 5 fois plus chères qu’une autre.



    Ce que je peux vous apporter Je pense avoir deux grandes qualités dans mon jeu que je pense pouvoir vous transmettre. La plus grande est que je comprends assez bien les fondements théoriques du jeu. Le débat jeu inexploitable/jeu optimal est toujours aussi vivace et je commence à ne pas trop mal me débrouiller dans la compréhension du premier. Cf ce post où j’essaie d’exposer ma vision du débat : .

    Pour vous parler plus clairement pour tout ce qui est constructions de vos ranges, avec quelles mains vous devriez barrel, avec quelles mains vous devriez vous abstenir en raison de blocker effect, de votre range qui devient trop faible, pour le choix de vos betsizings je pense pouvoir apporter beaucoup à de nombreux joueurs.

    La deuxième qualité que je pense pouvoir apprendre à d’éventuels élèves est, paradoxalement, que je perçois assez bien les situations où quasi tout le monde est justement très loin du GTO. Je ne peux malheureusement pas directement donner d’exemple en public parce que je fais, grâce à ça, des folds et des calls assez directement exploitables, mais ce sera l’objet de recommandations auprès de mes élèves. (petit indice néanmoins, les gens ont souvent des fréquences très mauvaises sur certains runouts en 3b pot).

    Un troisième élément où je pense pouvoir faire progresser beaucoup de monde est la défense de blindes. Pas cette fois-ci parce qu’il s’agirait d’une de mes qualités principales, mais surtout parce que c’est l’un des défauts principaux de la plupart des gens. En gros mes conseils risquent de souvent inclure : défends plus ta BB, défends moins ta SB. Oui, tout ne sera pas aussi compliqué et chiant que le paragraphe précédent.



    Tarifs et déroulement pratique Je vais fixer un tarif de base à 150€/h. Je n’exclus pas que cela évolue dans le futur à la hausse ou à la baisse, je n’ai qu’une idée approximative des prix du marché, je me suis en gros calqué sur mon hourly.
    Je tiens à apporter les précisions suivantes :
    Pour les professionnels qui payent des impôts je peux fournir une facture (la classe…). Ce qui vous permet de déduire les tarifs de votre résultat net. Cela peut aussi se déduire dans le futur si vous avez peur de vous bouffer un petit contrôle fiscal des familles. Ca arrive aux meilleurs.
    J’amortirai le coût si vous bookez d’avance plusieurs sessions. Mettons 1.200€ les 10h, 650€ les 5h.
    Paiements possibles par virement, paypal, Skrill. Discount à 120€/h si vous souhaitez payer en Bitcoin, combinable avec un "prix de gros".

    Pour ce qui est du déroulement pratique, en prérequis je vous demanderai de disposer de TeamViewer et d’un micro. Nous commencerons de toute façon par une première séance gratuite d’une demi-heure histoire d’analyser un peu votre database, votre style, vos attentes. Et l’occasion pour vous de confirmer si oui ou non ce que je commence à raconter vous intéresse.

    Par la suite au cours de nos séances nous ferons en fonction de vos envies et du temps dont nous disposerons soit de la session-review en profondeur sur un nombre de table limité pour identifier d’éventuels leaks théoriques profonds dans votre jeu, soit de la live-review pour identifier vos leaks pratiques lorsque vous jouez à vitesse réelle. Sur demande nous pourrons aussi analyser des situations dans le détail ou brosser des concepts généraux.

    Si une séance doit durer 1h10 au lieu d’une heure il va de soi que je ne facturerai pas les 10 minutes de rab ; je suis votre coach, pas votre avocat.

    Enfin entre les séances je serai à votre disposition pour discuter de quelques hand histories qui vous poseraient problème.


    Voilà, à vos commentaires pour les hand histories, et à vos MP pour ceux qui souhaiteront plus de détails ou seront intéressés !

    Sylvain.
English
Retour en haut de page
×