Jump to content
Status Updates

frenchest

CPiste
  • Content count

    34
  • Joined

  • Last visited

  1. EXPRESSO

    Je crois que les tous premiers bots qui sévissaient à la bonne époque sur Full Tilt fonctionnaient surtout en limit holdem ce qui est assez logique puisque sur cette variante la question des montants bet/raise ne se pose pas vraiment, mais c'était principalement en cash game Les questions que je me pose en lisant votre passionnant débat c'est : * Par nature un bot parfaitement programmé prendra en compte aussi dans son code les capacités des autres joueurs et de la room à la détecter et modifiera son "comportement" en fonction de ça. Autrement dit si un tel bot existe, il est quasiment indétectable ce qui me fait penser qu'il peut déjà exister et ceux dont vous parlez sont d'ancienne génération ou programmés par des amateurs. Si les équipes de Google qui ont développé AlphaGo se mettaient au poker, je pense qu'il serait difficile pour tout un chacun d'y détecter un joueur "artificiel" * Second point, si j'étais totalement parano, j'imaginerais volontiers qu'une room aurait toutes les raisons de lancer dans l'arène son propre bot. Non seulement elle récupère le rake, ce qui dans le cas des expressos fait crever le plafond au ROI, mais en plus elle elle juge et partie en étant elle même l'instance chargée de le détecter. Autrement dit dans l'idéal ça devrait être à l'ARJEL de se charger de la détection des bots après plaintes des joueurs, avec capacité d'identifier le compte bancaire source.
  2. perso je ne vois pas ce tournoi sur Pstars mais comme personne ne se plaint je dois être le seul...
  3. désolé si ma question est débile mais j'ai participé pour la première fois au space mountain sur Everest et j'ai donc comme il se doit dans ce cas atteint la table finale. J'ai cru comprendre qu'on gagnait un ticket (à 10 € pour ma 8e place) mais je n'en vois pas trace. ça fonctionne comment ?
  4. Bravo pour ce docu vraiment sympa, et chapeau pour le plan de coupe de 0,8 seconde sur Martin Jacobson sur le Day 1 du Main Event, très prémonitoire !
  5. Améliorer Winamax

    Désolé si la proposition a déjà été faite mais je n'ai pas le courage de lire les 282 pages précédentes... Personnellement je ne peux jouer au poker que le soir, une fois les enfants couchés, et comme beaucoup de joueurs occasionnels je dois me lever le lendemain matin pour gagner le salaire que je perdrai aux tables (c'était l'intro "on s'en fout de ta vie"). Bien souvent j'hésite à m'inscrire à un tournoi qui semble pourtant sympa tout simplement parce que j'ai peur (tout en l'espérant évidemment) qu'il ne m'emmène très tard dans la nuit. Aussi j'aurais beaucoup apprécié que dans les infos indiqués par Winamax sur chaque tournoi soit indiquée l'heure moyenne à laquelle il se termine habituellement (ou éventuellement sa durée). Je pense que d'un jour ou l'autre la différence doit rarement excéder 30 minutes et ça donnerait une indication intéressante je trouve. C'est d'autant plus vrai qu'avec les late reg très tardifs on se rend compte qu'un tournoi qu'on trouvait moyennement fréquenté fait soudainement le plein. Je crois me souvenir que feu Winga offrait ce genre d'information sur son interface et j'aimais beaucoup ça.
  6. Le plus étonnant n'est pas tellement qu'il n'arrête pas de jouer (désolé pour la double négation), mais qu'en dépit de son intelligence sans doute supérieure à la moyenne il ne parvienne pas se dire que quelque chose ne va pas dans son jeu et qu'il devrait essayer de progresser en tenant compte des nouvelles stratégies. Il me fait penser à ces joueurs que je vois parfois sur les tournois et dont la courbe Sharkscope est inéluctablement orientée vers le bas alors qu'ils ont joué plusieurs centaines voire milliers de tournois, et qui parviennent à perdre des milliers d'euros tout en jouant aux microlimites. Certes le poker se nourrit de joueurs qui perdent régulièrement mais ne pas progresser est un signe de faiblesse et de non compréhension du jeu.
  7. Le plus simple pour lui serait de demander à un ami de jouer à la même table pour que ce dernier se laisse déstacker une bonne dizaine de fois, et ils n'ont plus qu'à partager le million de dollars... Champagne !
  8. C'est marrant on semble revenir aux origines du poker à l'époque où les tapis en cash game n'étaient pas plafonnés à un certain nombre de BB et où les très riches avaient donc un edge énorme en pouvant se permettre de caller des shoves marginaux sans impacter leur tapis jusqu'à déstacker les petits tapis. Là c'est un peu le même principe. Le joueur récréatif qui va s'échiner à survivre en short stack une journée va voir arriver des dizaines de plus gros tapis en J2 frais comme des gardons qui n'auront plus qu'à les cueillir. La dotation globale va sans doute augmenter par contre je ne suis pas certain que ça augmentera le field des joueurs récréatifs qui devront lutter à armes inégales contre des joueurs en outre plus forts qu'eux.
  9. Je me doute que ce sujet a déjà été développé par ailleurs mais il se trouve que je suis tombé hier sur le même joueur sur 2 tables en même temps, alors que moi-même je joue assez peu. J'ai trouvé la coïncidence étonnante et j'ai donc fait une recherche sur le joueur en question, GALAXYY sur Winamax pour ne pas le citer. Quelle ne fut pas mon étonnement de voir que ce joueur était inscrit à 30 tournois simultanément (MTT et qualif) dont au moins une vingtaine d'actifs à un instant T. Du coup j'ai jeté un coup d'oeil à ses stats Sharkscope et j'en constaté qu'en 3 ans et demi il avait participé à plus de 20 000 MTT avec comme chiffre pour le plus grand nombre de tournois joués en une journée de 487 ! Et le tout avec une courbe profitable, un ROI de 46% et jamais de limites supérieure à 5 €, hors ticket gagnés Je trouve ces statistiques étonnantes, je m'interroge sur la capacité humaine à supporter une telle cadence sur le long terme. Maintenant peut-être que c'est tout à fait commun mais en l'occurrence comme ce joueur n'augmente pas ses limites et que ses gains au global sont limités pour vivre (environ 15 000 € par an, sachant qu'il a eu son One time avec un gain de 13 000 € sur un W Series l'an passé), je ne pense pas qu'il soit pro et je ne sais pas où il trouve le temps de faire ça. Sans entrer dans la paranoïa, peut-on suspecter avec de telles statistiques le fait qu'il utilise un robot ou un outil logiciel spécifique pour atteindre un tel volume (par ailleurs je trouvais son jeu plutôt agressif et de bon niveau pour ce genre de limites, c'est aussi la raison pour laquelle j'ai remarqué ce joueur).
  10. sont fort ces allemands !

    C'est moi où les chiffres indiquées dans l'article semblent fantaisistes ? J'ai du mal à imaginer que même en étant bien concertés on puisse piller simultanément "100 000 machines" et je serai encore plus surpris qu'il existe réellement 100 000 machines exactement similaires à celle décrite dans l'article sur le marché allemand. En outre si vraiment c'est le cas, l'arnaque représente une moyenne de 100 € par machine, ce qui si on considère que c'est une somme jackpot est tout bonnement ridicule.
  11. Ce qui m'étonne le plus dans cette news, c'est d'apprendre que le Nevada n'a que 2,8 millions d'habitants, soit seulement 600 000 de plus que Paris seule. Bon c'est vrai que qu'avant d’atterrir à Vegas ce n'est que du désert à perte de vue mais tout de même, ça parait ridicule par rapport à l'image qu'on peut en avoir a priori.
  12. Il me semble qu'il existe aussi un classement qui ne prend en compte que les tournois à moins de 50 000 $ de droit d'entrée. Ca permet d'évacuer la variance énorme qu'engendrent les tournois à très fort buy-in. Par contre je trouve que le re-entry est un faux problème. En tout état de cause, le classement Hendon mob ne tient compte que des gains mais absolument jamais des bénéfices nets. Ainsi un joueur qui aurait gagné 1 million de dollars en jouant un seul tournoi à 10 000 $ de buy-in serait situé au même niveau qu'un joueur ayant engrangé 1 million de dollars en jouant 100 tournois à 10 000 $ de buy-in. Et pourtant le premier aurait un bénéfice net de 990 000 $ alors que le second serait simplement à l'équilibre. Prendre en compte les buy-in et les re-entries et calculer le profit net me semble en tout cas une démarche plus intéressante que les gains bruts, ça ne doit pas être si compliqué que ça si les organisateurs jouent le jeu.
  13. GQ se penche sur le poker en ligne

    Quoi qu'il en soit le titre de l'article est lui même hors-sujet et de là ne peut que découler qu'un raisonnement biaisé. "Qui veut la peau du poker en ligne ?" suggère qu'il existe une organisation ou un groupe d'individus luttant contre le poker en ligne, alors qu'en réalité tout le monde (joueurs, rooms et autorités fiscales) préfèrerait que le poker en ligne se porte comme un charme. Les seuls éventuels perdant dans le succès du poker seraient le PMU et la FDJ mais comme ils sont des deux côtés de la barrière (sans mauvais jeu de mot) ils se tireraient aussi une balle dans le pied. "Comment le poker en ligne meurt à petit feu" serait un titre plus judicieux. Quant à accuser les trackers, c'est effectivement assez étonnant. Je pense que le journaliste a dû entendre parler des trackers au hasard d'une conversation, sans en comprendre réellement la finalité, et qu'il a basé son article sur ce sujet sans chercher à comprendre les problèmes endémiques liés au poker en ligne en France. Ou alors il perd contre des regs et il essaye de se venger comme il le peut. C'est d'autant plus ridicule que la voie démagogique plus classique attaquant l'état et le fisc eut été mieux comprise car facilement chiffrable, d'autant que c'est une thèse bien plus défendable et cohérente, ce qui est rare dans le cas d'une thèse démagogique...
  14. poker hall of fame

    A player must have played poker against acknowledged top competition : Marion Nedellec Played for high stakes : Marion Nedellec Played consistently well, gaining the respect of peers : Marion Nedellec Stood the test of time : Marion Nedellec Or, for non-players, contributed to the overall growth and success of the game of poker, with indelible positive and lasting results : les parents de Marion Nedellec car après tout c'est grâce à eux si...
  15. Cherche mot

    Ce n'est sans doute pas ce que tu recherches mais on est proche dans l'idée du concept "d'effet nocebo", c'est à dire l'exact opposé de l'effet placebo. La personne se place dans une situation où on lui dit que tel ou tel médication risque de lui faire développer tel ou tel effet secondaire (ce qui est scientifiquement faux) mais en raison de l'infuence psychologique que possède le médicament, elle ressentira les symptomes de ces effets, parfois de façon spectaculaire.
English
Retour en haut de page
×