Jump to content
Status Updates

Torino

CPiste
  • Content count

    1231
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    1

Je les aime

Je ne les aime pas trop


Ils m'aiment

Ils ne m'aiment pas trop

Reputation Activity

  1. Like
    Torino reacted to smir85 for a blog entry, Objectifs et résolutions 2018   
    Salut les amis ,
    comme prévus je viens vous faire part de mes objectifs et résolutions pour cette nouvelle année 2018; dans les grandes lignes ils resteront quasi similaires .
    Ma priorité restera clairement de retrouver une bonne condition physique et une meilleure hygiène de vie .
     
    Voila donc ma liste :
     
    SPORT et HYGIENE de VIE (VItal pour play son Agame et aussi pour la santé,le moral et le mental !):
    -Faire plus de vélo qu'en 2017
    -Faire plus d'exercice d'étirements et d'assouplissements avant et après .
    -Faire un peu de muscu (abdos, pompes,machine )surtout du haut du corps 2 fois/ semaine (pour éviter les maux de dos et arrèter de fondre ) j'essaierais de m'y mettre tout doucement afin de ne pas me faire mal et arrêter trop vite !
    - Mieux dormir. J'essaierais d'écouter des vidéos de relaxations et d'hypnoses qu'un membre du CP m'avait  conseillé fin 2016!
    -Retrouver une meilleur alimentation  dans la lignée de 2016( c'est bon pour le moral ) 
    -Continuer de regarder moins de séries tout en essayant de faire plus d'activités.(je ne manquerais obv pas les GOT , walkings dead , Big bang theory et better call Saul mais c'est quasi tout ; c'est déja pas mal ).
    - Re bosser mon mental afin d'être dans de meilleurs conditions ; j'essaierais de progresser dans d'autres choses que le poker pour prendre de la confiance .
    - Essayer de combattre ce leak observé par un de mes amis qui est d'avoir du mal à supporter les gros enjeux ; je ne sais pas encore comment je vais devoir procéder , je vais voir avec mon chan la ligne et les choses à travailler pour venir à bout de ce put**n de leak afin de pouvoir enfin décrocher mon One time !
    -Trouver le temps pour continuer le tennis, ping pong , pétanque... et essayer de reprendre un peu le billard et les fléchettes  .
    -faire de nouveaux trucs comme le saut en parachute , le yoga , la méditation , pourquoi pas le théatre .... 
    -Continuer de voyager régulièrement ! 
    - Moins spew bêtement dans des conneries ou je m'en veux le lendemain matin !  
     
    EN MTT :(Pour la gloire , le rêve et l'argent)
    -Continuer d''être gagnant sur les 10€  ( Le niveau reste moyen et il y a des tonnes à se faire en étant sérieux et appliqué !)
    -Réduire de plus en plus les 5€ avec pour objectifs si le run est bon en 10€+ de ne quasi plus en jouer 
     -Continuer de jouer de plus en plus de 20€ (afin de m'y installer progressivement)
    -Continuer de shot les 50€ (afin de me préparer à jouer de meilleurs joueurs et why not y faire un gros truc )
    -Continuer de Travailler mon jeu via les forums,vidéos,les replays des majeurs sur PS.fr et .com super enrichissants ,reviews mutuel avec d'autres grinders motivés, groupe skype ainsi que les rails pour se motiver et progresser ...
    - Allez ship un majeur du dimanche Type Classico , Sunday surprise, After Work,cocktail , Million Event ...
     -Allez ship un W-Séries ou SCOOP/FCOOP ou why not un nouveau festival pour l'arrivé du EU !
     
    J'essaierais vraiment d'être plus appliqué afin d'en réaliser un maximum , pour cela je ferais le maximum pour retrouver ce combo explosif entre envie de jouer/bien faire  ; bonne condition physique et surtout un bon karma afin d'être dans le meilleur mindset possible !
     
    Bon les amis il ne me reste plus qu'a vous souhaiter un joyeux-Noël et de merveilleux voeux à toutes et à tous pour cette nouvelle année 2018 !
     
     Smir85
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
  2. Like
    Torino reacted to smir85 for a blog entry, Bilan de mes objectifs et Résolutions 2017   
    Salut les amis,
    comme chaque année je viens vous faire part de mon bilan et ressenti de l'année écoulée. J'ai décidé de le faire un peu plus tôt que d'habitude pour cause de départ à l'étranger et faute de temps par la suite .
     
    Bon voila mes objectifs principaux étaient de garder une bonne forme physique , une bonne hygiène de vie et garder ce bon mindset .
    Au final ce fût un semi fail semé de montagnes russes sur tout les plans. J'ai clairement manqué de discipline sur beaucoup de facteurs lié à la préparation  permettant d'optimiser mon niveau lors des longues sessions MTT ; ce qui au final m'empêche de réaliser une bonne année dans la lignée 2016 et plus important encore d'être satisfait de celle-ci .
     
    Mon début d'année fût comme les précédentes assez décevant; puis de Mars à Juillet assez correct mais pas foufou non plus.
    J'ai fais mon meilleur mois en septembre en gagnant notamment le MS 10 wina ainsi que d'autres belles perfs sur des majeurs low stakes . Octobre et novembre fût assez décevant avec pas mal d'irrégularité entre les sessions; un jeu trop fragile pas assez travaillé ainsi qu'un physique pas terrible .
    Contrairement aux années précédentes je n'ai jamais été en mesure ne serait ce d'éffleurer le moindre one time .
     
    L'un des rares points positifs fût au niveau des voyages . Je me suis fais plaisir en me payant un bon p'tit trip d'un mois à Malte entre fin février et fin Mars qui fût un peu rock'n roll mais fort agréable au final . Puis un autre en Aout de 10 jours en famille entre Rome et les côtes italiennes .
    J'ai vraiment profité de ces 2 voyages pour m'évader un peut et découvrir de nouvelles choses fort enrichissante pour ma modeste culture et mon esprit .
     
    j'ai remarqué une chose cette année c'est qu'il est vraiment très difficile d'être très compétitif tout en étant régulier tout au long de celle-ci sans une routine bien rodé et un taff très intense en dehors des tables tant au plan physique que technique ! J'ai ressentis également un leak récurent sous la forme d'une envie trop importante de perfer au détriment d'une envie saine de simplement jouer le meilleur niveau possible qui ont le sait bien est la seule choses vraiment importante à ce jeu .
     
    En conclusion trop de relâchement  , de détente et de négligence n'ont pas leur place pour perfer intensément dans cette lutte acharnée qu'est le Poker .
     
    Voila un bilan détaillé des objectifs et résolutions que je m'étais fixé en début d'année :
     
    SPORT et HYGIENE de VIE (VItal pour play son Agame et aussi pour la santé,le moral et le mental !):
    -Faire aussi régulièrement du vélo qu'en 2016  ECHEC
    J'en ai clairement fais moins , j'ai eu beaucoup de mal à me motiver et j'penses ne pas m'être assez forcer .
    -Faire plus d'exercice d'étirements et d'assouplissements avant et après . ECHEC
    -Faire un peu de muscu (abdos, pompes,machine )surtout du haut du corps 2 fois/ semaine (pour éviter les maux de dos et arrèter de fondre ) je sais que je dois m'y mettre mais je n'arrives vraiment pas à me motiver pour cette discipline ennuyeuse à mes yeux .ECHEC
    J'avais déja du mal à faire plus de 10 km de vélo ...
    - Mieux dormir. J'essaierais d'écouter des vidéos de relaxations et d'hypnoses qu'un membre du CP m'a conseillé !ECHEC
    J'ai toujours du mal à m'endormir et faire régulièrement de longues nuits bien réparatrices , Les vidéos j'ai pas du tout essayés .
    -Continuer de manger aussi sain qu'en 2016( c'est bon pour le moral ) PEUX MIEUX FAIRE
    J'ai un peu déconné la dessus j'ai fais pas mal d'écart et manger trop souvent n'importe comment et n'importe quoi comme un gosse de 15 ans .
    -Continuer de regarder moins de séries tout en essayant de faire plus d'activités ,je suis conscient qu'il est très difficile d'avoir suffisamment de temps lorsque l'on joue assez sérieusement les MTTs .J'vai devoir essayer de trouver des solutions pour mieux gérer mon temps libre .(c'est bon pour le moral)PEUX MIEUX FAIRE
    J'en ai peu regardé jusqu'a fin septembre hormis GOT qui est immanquable ; mais par contre en cette fin d'année j'ai remis le nez dedans , jamais facile de résister à des tueries comme Stranger Things ou Walking dead ; comme par hasard cela coincide avec ma période la plus dégueu niveau poker et forme physique . Je dois vraiment ralentir  et en regarder avec beaucoup plus de modérations .
    - Continuer de Travailler le mental;(Trouver le temps pour lire le livre de Jared Tendler parait qu'il est pas mal )  PEUX MIEUX FAIRE
    J'ai été moins solide et surtout moins régulier que l'an passé c'qui fait au final une assez grosse différence dans mes résultats
    - Essayer de combattre ce leak observé par un de mes amis qui est d'avoir du mal à supporter les gros enjeux ; je ne sais pas encore comment je vais devoir procéder , je vais voir avec mon chan la ligne et les choses à travailler pour venir à bout de ce put**n de leak afin de pouvoir enfin décrocher mon One time ! Pas eu l'occasion de le tester .
     
    -Trouver le temps pour continuer le tennis, ping pong , pétanque...ATTEINT
    J'ai pas mal jouer cet été au tennis mais j'ai fais assez peu d'autres trucs par manque de temps .
    -faire de nouveaux trucs comme le saut en parachute , le yoga , la méditation , pourquoi pas le théatre ....  ECHEC
    Pas réussis à trouver le temps et l'énergie
    -voyager régulièrement !  ATTEINT
    - Moins spew bêtement dans des conneries ou je m'en veux le lendemain matin !  ECHEC
    J'ai clairement craqué bêtement durant la moitiée de l'année avec plusieurs incidents pour me dire que j'étais en train de m'égarer ...
     
    EN MTT :(Pour la gloire , le rêve et l'argent)
    -Continuer d''être gagnant sur les 10€  ( Le niveau reste moyen et il y a des tonnes à se faire en étant sérieux et appliqué !) PEUX MIEUX FAIRE
    -Réduire de plus en plus les 5€ avec pour objectifs si le run est bon en 10€+ de ne quasi plus en jouer   ECHEC
     -Continuer de jouer de plus en plus de 20€ (afin de m'y installer progressivement)  ECHEC
    j'en ai joué pas mal mais pas autant que j'aurais voulus car j'y suis encore perdant .
    -Continuer de shot les 50€ (afin de me préparer à jouer de meilleurs joueurs et why not y faire un gros truc ) ECHEC
    Dûs au bad run sur les 20€ j'en ai très peu shot cause également de BRM . J'ai par contre jouer les 3 Million event sans aucun ITM du à un trop gros respect des ranges dans certains spots closes .
    -Continuer de Travailler mon jeu via les forums,vidéos,reviews mutuel avec d'autres grinders motivés, groupe skype ainsi que les rails pour se motiver et progresser ... PEUX MIEUX FAIRE
    Ce fût bien moins prolifique que les années précédentes mais un minima correct . Les causes sont un chan devenu bien moins actifs dans le partage de HH et autres comme les reviews collectives mis en place les années précédentes .
    - Allez ship un majeur du dimanche Type Classico,Sunday surprise, After Work,cocktail ,Big Ten...! ECHEC
     -Allez ship un W-Séries ou Micro Séries !  ECHEC
     
    J'ai fais beaucoup moins bien que l'an passé car je passes de 5 objectifs atteint en 2016 à seulement 2 en 2017 , j'ai également progressé nulle part contrairement à l'an passé et très mauvaise chose je passes de 5  à 11 échecs cette année soit ma pire année depuis le début que je m'adonne à cette exercice .
    C'est vraiment une année décevante mais je  dois m'en prendre qu'a moi même , je n'ai pas fais c'qu'il faut et mis l'énergie nécessaire pour qu'il en soit autrement !
     
    Je repasserais dans les prochains jours pour vous faire part de mes nouveaux objectifs pour 2018 en attendant  Merveilleux voeux à toutes et à tous si jamais j'oublies  dans le prochain billet 
    Smir85
     
     
     
  3. Like
    Torino reacted to FishyDoui for a blog entry, Hors sujet: La dureté du poker live   
     
    Juste un petit post pour revenir sur le week end que j'ai passé et la violence psychologique que peut parfois apporter le poker ... 
     
    Pour re-situer la chose, je suis partit du jeudi au dimanche à Lyon pour jouer le FPO avec deux potes.
     
    Jeudi :
    Arrivé à l'hotel, je fais un sat à 100€. Une boucherie, je saute ! 
    18h je buy-in le Main en tardif (600€) Je gagne pas un coup... Bust rapidement ! Retour à l'hotel pour attendre les copains... 
     
    Je sens déjà les premières sensations de frustration mêlés à de la jalousie ! Jalousie car un de mes potes se qualifie au Day 2 et l'autre chip le sat du Main...
    Mais bon rien de grave, demain il y a un autre Day 1 on est motivé et on avait prévu le budget.
     
    Vendredi:
    Il est 12h32 et le tournoi commence à Midi. Rien de grave puisque la structure est belle. Mon pote dort toujours et on avait convenu d'y aller ensemble. Mais je ne tiens plus en place... Il faut absolument que je joue ! 
    Je prend un Uber, je mange en speed et GO pour grind !
    Enfin grind c'est un grand mot... Des que mon pote arrive dans le tournois (~1h30 plus tard) j'ai déjà perdu 1/3 de mon stack !
    On ne me verra plus dans le tournoi après la prochaine pause... A quoi cela serve que je raconte mes coups c'est toujours "Ce fameux fish qui chatte tout... Il y en a toujours un et ça tombe sur ma gueule !" (La variance)
     
    Je retourne à l'hotel pour rejoindre mon pote qui s'était qualifié pour le jour 2. Le troisième nous rejoins pendant le dinner break et nous apprend qu'il a très peu de jetons. 
    Le pote déjà qualifié pour le day 2 décide de faire un sat pour le High Roller (20h), mon pote va reprendre son tournoi (20h15) et c'est maintenant que nerveusement ça va se gâter... Car en parallèle j'apprend que d'autres potes vont à une soirée se mettre une cuite et voir des filles.... Ils profitent des plaisirs simple et peu couteux pendant que moi j'ai déjà dépensé 1 300€ (Hors frais annexes) pour rester assis avec des inconnus (que j'ai finit par détester au final) et me voila maintenant tout seul dans cet hôtel miteux à 20h...
    Je vrais vraiment resté dans cet hôtel m**dique ?
    Hors de question, Nique sa Maman, je retire presque tout le plafond de ma carte et j'emprunte 100 balles à un pote et je fais l'ultime jour 1 du main (Un turbo ou j'apprendrais plus tard qu'en réalité je n'avais pas le droit de le faire...) 
    Début du tournoi 21h ! Une table ultra facile, les mecs sont claqués ils ont pas le temps: PARFAIT !
    On ne me verra plus à la première pause.... (Pour la petite histoire, si j'avais survécue à la pause, on aurait retiré mes jetons et remboursé le tournoi car je ne pouvais pas participer à 3 day1...)
     
    J'attend mon pote qui finit lui son Day 1 de midi. Il me dit qu'il termine avec un stack énorme... Il m'invite au resto... J'essaye de faire bonne mine et le féliciter, d'écouter ses coups... 
    Mais j'ai envie de vomir... J'ai pas faim... Pour la première fois de ma vie, j'ai frôlé la dépression... Perdre autant de temps et d'argent pour ça... Je me met soudainement à penser à mon neveu et ma nièce.. Leurs sourires et leurs joies simple... Je pense au fait que je n'ai pas de copine et que je passe beaucoup de temps enfermé dans ce casino, dans un monde faux... 
    Je me rend compte que j'ai pris 2 jours de congés et une grosse sommes d'argent pour en réalité passer un week end à déprimer...
    Pis finalement, je finis par me remettre les idées en places! Je rentre me foutre sous la couette, un film... Demain est un autre jour ! 
     
    Samedi:
    J'apprend au réveil que mon pote à chip le sat High Roller... Ils ont tout les deux leur day 2 qui commencent à midi... Et moi je suis la, Broke ! 
    Enfin broke, pas totalement, il doit me rester 200€ de plafond. Y'a un 300€ qui commencent à 14h... 300€ ça ne représente plus rien pour moi ! La notion d'argent j'ai zappé!
    "T'a 100€ à me prêter?" et Bim me voila inscrit !
    Ce fut le moins pire de mes tournois ! j'ai même pris beaucoup de plaisir à jouer j'ai cru que j'allais finir énorme mais un mec qui ne devait s'en doute pas m'apprécier à décider de 5bet shove AQo après mon NewYork Back Raise avec KK. Parfait, un pot à 140K pour 30K de starting: Alons voir un board... AS....
    Je termine la journée avec 111K. Structure boucherie, 15bb à 12 places des payés.
    Un de mes potes à fait ITM sur le main pour 1.2K€ et il décide de faire le HR avec mon autre pote.
    Ils font day 2 parfait, on sera 3 à joué demain ! 
     
    Dimanche:
    J'emmène mes deux potes à leur day 2 (12h). Et je retourne me reposer à l'hôtel et prendre une douche, mon day 2 ne commençant qu'à 14h. 
    J'arrive dans la salle et j'apprend que pour eux tout se passe bien, ils montent des jetons sur le HR. A moi de jouer ! 
    Malheureusement, je ne trouverais aucun spot favorable pour doubler mon stack. Je ne réussirait même pas à prendre les blindes une fois... 
    Le directeur annonce que nous jouerons le main par main jusqu'a la prochaine élimination. Il me reste 2BB et je suis de BB.... QTs... On y va ! 
    BubbleMan !
     
    Et la c'est devenue tendu... Mais vraiment tendu... Je savais que j'allais devoir attendre mes potes pendant très longtemps... Sans nul part ou aller (Nous avions rendu la chambre) seul avec moi même... Dans ce casino.... 
    Je n'ai même pas honte de le dire: j'ai eu envie de pleurer ! Ce jeu que j'aime tant est en train de m'anéantir ! Je suis en train de réaliser que les joies qu'il apporte ne sont rien comparé aux souffrances... 
    Je vais fumer, je vais dans la voiture, je joue à un jeu m**dique.. Je regarde le week end des gens sur les réseaux sociaux... Je finit même par claquer 20€ sur une machine à sous débile.... Seul, ça tourne plus très rond dans ma tête.... 
    En fait, je suis seul sans être seul... Nous sommes une centaine à errer, refaire les coups ou fumer clope sur clope dans le froid... Personne ne parle à personne... Chacun reste enfermé dans son désespoir... Comme la plupart du temps on est entré dans ce casino la tête rempli de rêves et on y est maintenant enfermé et rattrapé par la réalité ! 
     
    La réalité que j'ai gâché plus d'un smic et 2 jours de congés,  pour les passer loin de ceux que j'aime et prés de ceux qui me haïssent... Car oui, les connaissances du poker ne sont qu'éphémère et l'amitié y est impossible ! 
    Après quelques heures de solitude.... Un pote finit pas bust . Un zombie de plus dans cette enfer... Mais au moins un zombie avec qui discuter !
    Mon autre pote finira par sauter également... On prendra la voiture peut de temps plus tard... Et au bout de 20 min de route, les sourires reviennent et la vie reprendra son cours comme si de rien n'était.... 
    On a qu'une seule idée en tête: Quand est-ce qu'on retourne faire un tournoi?! 
     
     
     
    A tête reposer et quand on lit ces lignes on peut se dire que c'est une histoire classique du poker ! Et c'est malheureusement vrai... C'est l'histoire de 95% des joueurs de poker ! Des perdants qui perdent leur temps et leurs argents pour écrire quelques belles histoires... Mais pas la leur ! 
    Un quotidien dont finalement peut de gens parlent ! J'avait vu une seule fois un joueur pro, briser le silence et dire qu'il avait fait une dépression l'ayant mené jusqu'a une tentative de suicide.... 
    Car pour moi, aussi douloureux qu'est été ce week end, j'étais dans un bon état d'esprit en partant, j'ai un travail et l'argent que j'ai utilisé ne m'était pas vitale.
    Mais que ce passe-t-il pour quelqu'un qui est dans un mauvais état d'esprit, qui n'a plus une thune et qui n'a pour unique revenue que le poker ? 
     
    Pour clôturer ce post et comme il vient de sortir je vous invite à regarder le reportage Un jour viendra . Il retrace en grande partie le sentiment de ce post...  Les témoignages y sont poignant car gorgés de réelles expériences ! 
    Evidemment, je retournerai jouer en live et évidement ce jeu est magnifique !! Mais si vous donnez à ce jeu trop d'importance par rapport au reste de votre vie, si vous comptez uniquement sur ce jeu pour vous construire et générer vos revenues.... Vous serez parmi une foule d'une centaine de personnes dont un seul aura le ticket gagnant ! 
    J'ai eu la chance une fois de gagner 19 000€ dans un tournoi... Un One Time qui finalement ne sert qu'a tenir peu de temps... On rêve, on profite, on profite, on recommence... Et mince... C'est plus notre tour ! 
     
    Je sais que j'ai pas beaucoup de lecteur de ce blog, mais je rappel que ce blog est avant une manière pour moi de faire ressortir mes émotions. C'est mon journal intime 
    Ca m'aide à dédramatiser . 
  4. Like
    Torino reacted to Cocolegros74 for a blog entry, Presentation du projet   
    Je viens de booker Vegas depuis 4 jours, ça sera du 2 au 11 juin. Je crois qu'il faut être fou pour booker autant en avance, dire que je suis excité c'est peu dire  
    Programme pour l'instant, départ a 10h du mat' et arrivé à 6h du mat' ( un vol de -4h haha) à Los Angeles le vendredi 2 juin au lieu d'avoir une escale de 6h a LA je loue une caisse et je conduis les 4h de route jusqu’ à Vegas. J'ai booké l'hotel pour le 1er weekend ca sera le Bally's pas l'air le plus incroyable la location est parfaite en plein milieu du strip et ensuite le Monte Carlo a partir du lundi. J'ai rien réservé pour la fin du séjour pour me laisser la possibilité de partir en road trip si je prend une cagoule de fou ou si je veux faire autre chose que grind toute la journée  
    Concernant les objectifs, je veux faire du MTT PLO8 , un WSOP voir deux (j'ai surtout cocher le 1.5k 6max) et le 2.5Millions du Venetian et bien sur tester le cash game dans différent poker room.
    Je vais vous raconter ici la préparation que je vais tacher d'organiser niveau Cash Game et MTT.
     
    Bon allez qui je suis ? 
    Joueur de poker online depuis 10ans, je suis up mais c'est pas mes gains vont faire rougir mon banquier, il y a 18mois je découvre le poker live, je décide de cashout 50% de ma roll online pour l'utiliser en tant que bankroll live, les montants étant bien plus grand en live je voulais vraiment dissocier mon compte en banque perso et ma bankroll poker, je track mes sessions avec les montants de buyin/rebuys etc... ma grande crainte initialement était de pas être gagnant donc je voulais mettre tout les outils en place pour pouvoir controller mes résultats. L'adaptation MTT online -> Cash Game live se fait , je ne dirait pas difficilement mais il y a vraiment un temps d'adaptation. Je grind tranquille et arrive au bout de 6mois un event a Melbourne ( ah oui j'habite en Australie  ) qui me tente bien le main est a 1.5k et ya un side a 200 en PLO8 un format que j'adore ( même si je pense pas être très fort haha). Comme j'ai toujours dis a Maman, "l'argent du vice reste dans le vice" , donc voila c'est tout trouver mes gains de cash game vont maintenant me servir a me faire des ptits kiff en MTT live, c'est le niveau 0 du BRM mais 1,000 pour le kiff  .
     Ce 1er event sera plutot un fail, je suis card dead je saute a la fin du day1, j'ai depuis eu l'occas de faire un WSOP Circuit 2k a Sydney ou je fais Day 2 et spew mon big stack a la 3eme main ( c'est comme ça qu'on apprend...  ) , au mois de janvier de cet annee je suis alle faire les Aussie millions, quelques sats pour le main a 10k d'abord puis vient l'event de PLO8 a 1k et la c'est le #runcommeFedor qui arrive j'arrive en Day 2 qui est la TF avec 3eme tapis. Riche de mon gros ratage du WSOP a Sydney j'aborde le Day 2 de manière un peu plus conservatrice haha , ca se passe bien bref je touche on me paye je bluff on me paye pas , je finis par le gagner pour 17k apres deal + une bague !
    Le lendemain je fais le 2.5k 6max les tables sont super sharky mais c'est le pied, j'ai l'impression de faire un match de foot avec l’équipe de Barcelone, ma 2eme table cumule dans les 3 Millions de gain live, je tape la discute avec Sylvain Loolsi et Antoine Saout a la pause, j'essaye de pas faire le gros fanboy mais intérieurement je m’éclate. Le tournois se passe pas terrible je perd la moitie de mon stack sur la 1ere table vs 2 fishs qui se font changer table... Je sauterais au bout de 6-7h de jeu sur un banal flip sur une table super aggro vs un norvégien qui fini 3eme (ca compte ca ?   ) mais super content de mon jeu!
    J'ai fait récemment un autre 1.5k, 1M garanti a Sydney , malgré la table la plus facile du monde je passe pas le day 1.
    Donc voila pour la présentation pas si rapide
    De retour a la maison pour grind, je me suis m'y des objectifs pour 2017 (avant de decider d'aller a Vegas) de 5BI par mois et un overall un peu plus ambitieux avec 70BI, en terme de gain horaire si je joue mon agame ça représente dans les 75h par mois.
    J'ai une petite série de tournois prévu a Melbourne fin Avril avec un 500 deepstack un 350 KO et un 200 Turbo que je vais surement aller faire pour "bosser" mon jeu de MTT live avant Vegas  
     
    Motivation 100% !!!!!
     
    Pour ceux qui veulent suivre plus en details le cash game c'est la que ca se passe : THREAD CASH GAME
    La petite photo brag : 

     
     
    é è ê à
     
  5. Like
    Torino reacted to Sebazimut for a blog entry, mon départ   
    je pense que ça sera peut être mieux de commencer a partager mon aventure ici...
    Tout est parti de Floride où j 'ai acheté mon bus.. après deux mois de travail acharné a l intérieur pour le rendre plus vivable, me voila sur le départ avec mes 2400 $ en poche. Je sais c'est peu mais j en avais marre de repousser a plus tard alors .. "qui vivra ..verra"

    Je ne suis pas parti que j'ai déja rendez vous avec mon meilleur ami, seul hic, il se trouve a 2600 km au Nord à Montreal, mais pas question de rater l'occasion de débuter mon trip avec lui et ses enfants. Je décide donc de tout remonter d'une traite au plus vite... enfin au plus vite est un bien grand mots quand on voyage a bord d'un Thomas international de 1997 qui ne dépasse pas les 100 km/h..
    M'enfin, j arriverai tout de même à rallier Montréal en 5 jours m'octroyant un arrêt de 24 h dans le connecticut dans l immense et nouveau casino : FOXWOOD, pour essayer de faire un peu monter ma banqueroll..

    Après deux formidables sessions et 14 heures de jeu, je ressors avec 1900 $ de gains qui font du bien au moral et me destressent un peu pour la suite..
    Les 10 jours qui suivront je les passerai avec mon pote guillaume et ses 2 enfants a parcourir de long en large les belles contrées du Quebec. 10 jours sans toucher une seule carte..
    Un fois mon ami parti, j ai 9 jours avant que ma copine Claire n'arrive pour 3 semaines. Nous avions prévu de faire la Gaspésie mais malheureusement, après avoir été arrêté par la police canadienne, écopé de deux amendes de 1000 $ et d'une interdiction de conduire mon bus.. hummm, les plans ont quelques peu changés.. Mais j ai tout de même 9 jours avant qu'elle n'attérisse.
    je décide d aller me terrer aux abord de Montréal dans une réserve indienne qui abrite la plus grande salle de poker du Nord des Amériques: LE PLAYGROUND

    Connu par les locaux pour sa restauration haute gamme et gratuite et ses serveuse toutes sorties des podiums de victoria secrets...
    Durant ces 9 jours je me mettrai en mode "No Life", je cumulerai 96  heures de jeux en 9 jours...Après un bon départ où je gagnerai 2000 $ au bout de 48h je verrai se pointer le bout du nez d' un terrible bad run qui me collera a la peau jusqu'à ma dernière main 10 min avant de rejoindre Claire a l 'aéroport . Je finirai avec une perte de 157 $ sur les 96  heures de jeu.. Certes une perte minime mais je comptait bien faire un peu d'argent sur ces 9 jours pour profiter un maximum durant 3 semaines avec Claire ...
    Mon interdiction de rouler sur le territoire canadien m'oblige a prendre la poudre d'escampette vers les USA ,fini la Gaspésie, nous rejoindront New York en traversant le Nord Est Americain...
    j' ai alors 2900 dollars en poche .. 
    Ps : Si vous voulez suivre mon aventure en vidéo, rendez vous sur ma page face book ou you tubes : All in my trip
    Ps 2:
    Pour ceux qui veulent plus de détailles, c' est directement sur mon site sur ce lien:
    https://allinmytrip.com/2016/12/16/ce-tabernacle-dostie-de-quebec/
    A plus dans l' bus..
  6. Like
    Torino reacted to smir85 for a blog entry, Objectifs et résolutions 2017   
    Salut les amis,
    Encore de Merveilleux voeux à toutes et à tous !
     
    Comme prévu je reviens vous faire part de mes objectifs et résolutions pour cette nouvelle année 2017 !
    Mes objectifs principaux resteront inchangés pour la plupart avec toujours une priorité à la section sport et hygiène de vie tout en adaptant un peu celle consacré au poker ! 
     
    Voila donc cette liste !
     
    SPORT et HYGIENE de VIE (VItal pour play son Agame et aussi pour la santé,le moral et le mental !):
    -Faire aussi régulièrement du vélo qu'en 2016 
    -Faire plus d'exercice d'étirements et d'assouplissements avant et après .
    -Faire un peu de muscu (abdos, pompes,machine )surtout du haut du corps 2 fois/ semaine (pour éviter les maux de dos et arrèter de fondre ) je sais que je dois m'y mettre mais je n'arrive vraiment pas à me motiver pour cette discipline ennuyeuse à mes yeux .
    - Mieux dormir. J'essaierais d'écouter des vidéos de relaxations et d'hypnoses qu'un membre du CP m'a conseillé !
    -Continuer de manger aussi sain qu'en 2016( c'est bon pour le moral ) 
    -Continuer de regarder moins de séries tout en essayant de faire plus d'activités ,je suis conscient qu'il est très difficile d'avoir suffisamment de temps lorsque qu'on joue assez sérieusement les MTTs .J'vai devoir essayer de trouver des solutions pour mieux gérer mon temps libre .(c'est bon pour le moral)
    - Continuer de Travailler le mental , je pense avoir progressé sur ce point en m'endurcissant notamment à rester très focus même s'il ne me restait plus qu'un MTT tôt dans la session ! Cela m'a permis à plusieurs reprise de ship des MTTs lors de début sessions  mal commencé gràce à cette volonté de continuer à jouer du mieux possible! Au lieu de m'énerver et de spew comme souvent par le passé  j'en ai profité pour bien mieux focus et prendre un max d'infos sur l'unique table restante( profiling précis , gestion du flow , plan à mettre en place vs chaque joueur , ne pas surjouer ... );(Trouver le temps pour lire le livre de Jared Tendler parait qu'il est pas mal )
    - Essayer de combattre ce leak observé par un de mes amis qui est d'avoir du mal à supporter les gros enjeux ; je ne sais pas encore comment je vais devoir procéder , je vais voir avec mon chan la ligne et les choses à travailler pour venir à bout de ce put**n de leak afin de pouvoir enfin décrocher mon One time !
    -Trouver le temps pour continuer le tennis, ping pong , pétanque...
    -faire de nouveaux trucs comme le saut en parachute , le yoga , la méditation , pourquoi pas le théatre .... 
    -voyager régulièrement ! 
    - Moins spew bêtement dans des conneries ou je m'en veux le lendemain matin !  
     
    EN MTT :(Pour la gloire , le rêve et l'argent)
    -Continuer d''être gagnant sur les 10€  ( Le niveau reste moyen et il y a des tonnes à se faire en étant sérieux et appliqué !)
    -Réduire de plus en plus les 5€ avec pour objectifs si le run est bon en 10€+ de ne quasi plus en jouer 
     -Continuer de jouer de plus en plus de 20€ (afin de m'y installer progressivement)
    -Continuer de shot les 50€ (afin de me préparer à jouer de meilleurs joueurs et why not y faire un gros truc )
    -Continuer de Travailler mon jeu via les forums,vidéos,reviews mutuel avec d'autres grinders motivés, groupe skype ainsi que les rails pour se motiver et progresser ...
    - Allez ship un majeur du dimanche Type Classico,Sunday surprise, After Work,cocktail ,Big Ten...! 
     -Allez ship un W-Séries ou Micro Séries !
     
    Pour atteindre un maximum de ces objectifs et résolutions j'essaierais comme l'an dernier de m'en donner les moyens tout en espérant garder cette envie de jouer et ce bon mindset couplé à un bon karma !
     
    Allez salut et encore de Merveilleux voeux à toutes et à tous !
             Smir85
     
     
     
     
  7. Like
    Torino reacted to rich-x5 for a blog entry, Day 2 !   
    Voila Ma petit BR évolue tranquillement 
    28 DON  0.50 CTS play : +7 buy-in
    BR : 5.90 €
     
     
  8. Like
    Torino reacted to Mr Sneeze for a blog entry, " I don't work! I play poker! "   
    Jouer au poker, c'est la possibilité de gagner sa vie sans travailler. Un beau rêve n'est-ce pas ? Peut-être moins vrai maintenant, ne nous faisons pas d'illusions.
     
    Il y a finalement très peu de temps, l'argent circulait gaiement, l'abondance était accessible, avec son corollaire, l'espoir de l'argent facile. A quiconque prêt à affûter un tout petit peu sa stratégie, un potentiel de succès financier bien plus élevé que beaucoup d'activités professionnelles. Le tout sans vraiment travailler, donc.
     
    Regardons aujourd'hui le tableau du poker : l'écosystème se casse dramatiquement la gueule. A tous les niveaux. Le rêve de l'argent facile est mort, pour la plupart des joueurs. Donc il faut certainement, maintenant, travailler. Je préfère continuer à dire dire jouer cependant, le terme est plus riche, car jouer, c'est par exemple, jouer avec des structures, des paramètres, remettre en question, bousculer des manières de faire. Travailler est trop linéaire. On peut aussi dire pratiquer, au lieu de jouer.
     
    Il n'y a pour moi aucun doute que l'environnement est cappé : l'argent disponible dans le système pour chaque joueur est lié d'une part aux limites qu'il joue et d'autre part à son edge sur chaque limite. Hors les high stakes ne tournent plus, même les midstakes tournent moins. Les joueurs high stakes d'il y a juste quelques années grindent maintenant en dessous de la 5/10 online, simplement parce qu'il n'y a pas assez d'action au dessus, ou que l'action est fournie uniquement par des joueurs encore meilleurs. Le mouvement est visible en live également.
    A mesure que les joueurs expérimentés et talentueux descendent de limite pour 'manger', les joueurs médiocres ou faibles se font rétamer la gueule beaucoup plus vite, rendant progressivement la limite moins 'fishy', et forçant petit à petit les mauvais réguliers vers la sortie, ou en tout cas vers une existence beaucoup plus tendue et incertaine.
     
     
    Ce mouvement est irrémédiable. Il peut être compensé à certains moment par de l'afflux d'argent frais dans un sous-environnement. Reste que les joueurs perdants, pour la plupart, ne vont pas s'entêter à perdre des années à ce jeu. Il y a tellement d'autres manières de s'occuper dans une vie (et limite, tellement d'autres manières de s'abîmer, autant faire preuve de créativité).
     
    Il faut accepter que les barrières à l'entrée ont augmenté dans le poker : le jeu s'est complexifié, il faut maintenant pas mal d'expérience pour s'asseoir à une table de poker (peu importe où, dans un casino, ou online) et espérer ne pas se broke en 3 orbites, tellement tout le monde a progressé.
    De fait l'intensité du jeu, le fait qu'on ait tenté de le légitimer comme un sport, avec la compétition des tournois, tout le monde a bien compris que c'était quelque chose de sérieux et pas vraiment comparable avec d'autres jeux de gambleurs. Les gambleurs ont arrêté de gambler dans le poker parce que le jeu est progressivement devenu moins fun pour eux. Sans eux, beaucoup, beaucoup moins, d'argent en circulation.
     
    Beaucoup de reguliers n'ont plus le même enthousiasme qu'avant, car sans aucun doute il faut être bien plus fort qu'avant pour gagner de l'argent. Ils voient la variance les impacter plus, la difficulté à se remettre de gros revers, à conserver une bankroll solide. Ils voient moins de fishs les livrer 'facilement'. Car oui, les 'fishs' progressent également.
    L'erreur de jugement ici aura été de croire qu'il y a une stratégie pour gagner de l'argent au poker, et qu'une fois trouvée, il n'y avait rien d'autre à faire que de grind. L'erreur est de considérer l'environnement comme statique. Précisément, le déploiement des stratégies par les joueurs changent la nature même de l'environnement. Les considérations sur le jeu évoluent. Les gens n'ouvrent pas les mêmes sizings qu'avant. Ils ne considèrent pas les mains et les situations de la même façon.
     
    Donc pour faire simple, faire comme hier et espérer que ça marche demain, ne peut pas marcher dans un environnement évolutif.
     
    Quand un joueur progresse, il oblige ses adversaires à progresser, à s'adapter. Inconsciemment, même si personne ne travaille réellement bien son jeu, le simple fait de jouer fait évoluer les stratégies, et les tendances du pool.
     
     
    Des stratégies sont naturellement validées par l'environnement, et d'autres rejetées. Certaines stratégies se développent, d'autres disparaissent. Si on considère le no-limit hold'em, il est incontestable que les stratégies preflop s'alignent, tout le monde joue plus ou moins pareillement un nombre important de situations. Les erreurs preflop sont moins importantes qu'avant. Et l'edge potentiel bien moindre. Il faut bien réaliser qu'il n'y a pas si longtemps un joueur gagnant faisait la plupart de son blé sur des erreurs catastrophiques des joueurs sur les premières streets. Moins vrai de nos jours, et même en live les pots restent plus petit, beaucoup moins de joueurs qu'avant open à 8x ou autre fanfaronneries. L'environnement dans sa globalité a simplement compris qu'une bonne manière de gagner à ce jeu était de s'armer de patience et commencer par jouer des ranges tight. Et ne pas trop s'exposer.
     
     
    Vu que tout le monde choisit de jouer le waiting game (qui consiste à jouer tight et laisser l'impatience des autres s’empaler sur nos mains décentes), un équilibre se crée dans l'environnement, où certaines stratégies ne peuvent juste plus fonctionner. C'est pour cette raison que le jeu preflop s'uniformise, tant dans les fréquences que dans les sizings. Il y a un point d'équilibre, mais ça ne signifie aucunement qu'on approche là d'un jeu 'GTO'.
     
     
     
     
    GTO, le terme est lâché. La communauté en parle beaucoup, c'est un peu son graal, trouver LA stratégie ultime, une stratégie où on ne peut plus perdre, où on n'est pas exposé, pas vulnérable. Etant un grand partisan de la vulnérabilité comme force, j'ai clairement choisi de ne pas donner trop de crédit à toutes ces sornettes.
    Car dans le pool des joueurs français ET internationaux, je suis clairement plus avancé que la moyenne en termes de 'range thinking' et de GTO. Mais quand la communauté parle de GTO, ou tente de trouver des 'solutions' GTO à certains spots, souvent il y a erreur. Parce que le jeu que vous jouez n'est pas GTO du tout. Vous utilisez seulement le terme pour décrire un point d'équilibre dans un environnement donné.
     
    Peut-être que les meilleurs joueurs de cash game du monde jouent un jeu très équilibré et bien construit à tous les étages : leur bataille devient ainsi une bataille principalement mentale, une bataille de déploiement de leurs choix stratégiques ; c'est à qui résistera le mieux à la pression en fait (c'est ce qui différencie les high stakes du reste du poker d'ailleurs).
    Mais pour ce qui est des joueurs en dessous de la 5/10 online (en live, c'est toutes les limites, tous les joueurs), PERSONNE n'est équilibré totalement, loin de là.
     
     
    Le field croit être équilibré et s'approcher du GTO. C'est là une totale erreur basée sur plusieurs illusions.
     
    La première : contrairement à ce qu'ils croient, très peu de joueurs sont en réelle maîtrise de leur jeu. Ils ne possèdent pas leur jeu. Comme je l'ai évoqué, il y a une sélection naturelle des stratégies qui s'opère dans le jeu : à mesure du jeu, naturellement, certaines stratégies sont évincés. Donc beaucoup de joueurs qui gagnent à un moment gagnent parce que leur stratégie est 'validée'... à ce moment là, à cet endroit là. Qu'ils essaient dans un autre environnement, ou qu'assez de temps passe, et leur stratégie ne sera peut-être plus adaptée du tout. Ce type de joueurs va tendre à s'attacher énormément à ce qui marchait, va lutter pour évoluer, et assez naturellement sortir du jeu un moment ou à un autre.
    S'il n'y a pas de flexibilité stratégique, il n'y a pas réelle maîtrise.
     
    Etre en maîtrise de son jeu, c'est déjà sortir du mode majoritaire d'apprentissage dans la communauté : l'imitation. Tout le monde fait ça. On regarde des meilleurs joueurs que nous jouer, et on copie ce qu'ils font, car forcément ce sont les meilleurs.
    Mais il n'y a pas de compréhension de pourquoi ceci est bien et ceci moins bien. Il n'y a pas de perspective, seulement de l'imitation. Untel fait ça, je vais essayer ! Les sites de coaching suivent ce format, pyramidal, où pour grimper les échelons il s'agit d'observer les meilleurs.
     
    Quelque part, ce mode d'apprentissage est extrêmement limité. Déjà, il est passif. Ensuite, il provoque des énormes erreurs dans la mise en place. Par exemple, après avoir observé que pas mal de très bons joueurs défendaient leurs blindes très loose en MTT, une bonne partie des joueurs de MTT s'est mis à défendre les blindes loose. Ils voient un bon truc, et du coup se mettent à le faire, évidemment sans discernement pour les positions relatives, le fait d'être heads-up ou multiawy, les stack sizes, etc. Donc ils font n'importe quoi et croient mieux jouer 'parce qu'ils font comme Untel'. Ben non, c'est pas aussi simple que ça d'être un très bon joueur. Un très bon joueur comprend l'intéraction des ranges entre elles, des boards, et des streets entre elles. Il comprend aussi l'intéraction des joueurs, leur états émotionnels ou faiblesses psychologiques. Ainsi il peut jouer certaines situations comme il le fait.
     
    Si on imite seulement, on copie quelque chose qui marche, mais sans la structure qui la sous-tend, sans la solidité derrière qui permet de prendre des bonnes décisions. C'est ce que fait la communauté avec le GTO. Tout le monde se met à user majoritairement de certaines lignes et sizings, de certaines tendances. Le jeu preflop devient doucement de plus en plus comme les ouvertures aux échecs : une manière d'entrer la confrontation. L'edge diminue preflop mais il reste très présent turn et river.
     
    Tout le monde reste extrêmement déséquilibré turn et river notamment.
     
     
     
     
    Seconde illusion liée au GTO : 'pourquoi' chercher le GTO. Je veux dire, quelles sont les motivations ? J'y vois une claire tendance à la paranoia, la crainte d'être 'exploitable', donc la volonté de se protéger. Et quelque part de devenir imbattable, derrière une belle armure polie et dorée. C'est la volonté de maîtriser.
     
    Selon moi, penser vraiment GTO, c'est penser en termes d'intéractions de ranges les unes vis à vis des autres et par rapport au board et à ses ramifications. C'est donc extrêmement complexe et subtil. Quand on rentre là-dedans (l'intéraction de ranges, la 'texture' des boards, dans un sens profond), on est facilement dépassé : il y a juste trop de situations au poker pour que l'esprit humain les maîtrise sans un certain nombre de répétitions et d'expérience consciente (et inconsciente, le corps apprend presque, on sent les spots).
     
    La réalité du GTO est très loin d'une stratégie 'fixe', implacable. Le 'vrai' GTO, dans un sens, est le jeu optimal. Ce que cela signifie c'est de déployer les meilleurs stratégies possibles en fonction de ce que nous propose l'environnement. Ce n'est pas quelque chose de 'résolu', ou 'résolvable', c'est un équilibre qui se crée entre les stratégies des joueurs et leurs tentatives de s'exploiter les uns les autres.
    De fait, un joueur a un edge sur un autre lorsqu'il gagne au jeu de l'exploitation, quelle que soit sa forme (l'exploitation dominante de nos jours est clairement une exploitation passive : on exploite en ne s'exposant pas, en ayant un jeu très tight et value-oriented, en bluffant très peu mais espérant que nos adversaires callent tout de même). En cherchant à 'devenir inexploitable', le pool a limité l'intéraction joueur à joueur, car la défense (inexploitabilité) a pris le pas sur l'attaque (exploitation des faiblesses de jeu structurelles, ou psychologiques, de nos adversaires).
     
     
    Collectivement, les joueurs de poker créent des paradigmes, des manières de faire et de jouer, qui se rapprochent d'un équilibre dans un environnement donné, à un moment donné. Cet équilibre, ou une multitude de sous-équilibres, évolue constamment à mesure que des joueurs innovent pour trouver ce que j'appellerai des 'puits de profitabilité'. Ils cherchent des zones du jeu où ils peuvent trouver un edge. L'edge vient d'une plus grande maîtrise de certaines situations, et une tentative d'inviter nos adversaire sur notre terrain de maîtrise.
    Heureusement que ces joueurs existent! Parfois ils font de la m**de, mais parfois, dans leur exploration du chaos ils trouvent des puits de profitabilité qu'ils seront les seuls à exploiter pendant un moment.
     
     
     
     
    Il faut bien comprendre la dynamique intéractionnelle du poker, et c'est en cela que c'est un jeu : vos choix intéragissent avec les choix des autres. La solution n'est donc en soi jamais fixe, mais relationnelle, dépendante de paramètres particuliers.
     
    En fait, je pense que derrière ce GTO bullshit, il y a en fait une réelle crainte de la communauté face à la complexité du pok. Et donc une tentative de simplification des données, des 'manières de faire'. Plutôt que vraiment chercher le play optimal, on se contente de solutions EV+ (ce qui n'a aucune importance par rapport à la solution la plus EV+). En fait on bâtit surtout des approches permettant de limiter notre exposition. Mais c'est un jeu d'exploitation. Si on ne s'expose pas, on limite notre capacité d'exploitation (ou alors exploitation passive comme mentionnée auparavant).
     
    Le GTO, malgré son langage complexe (certains diraient, 'complexifiant'), me semble en réalité une simplification du jeu. Une forme d'auto-justification d'un paradigme plutôt qu'un réel travail sur ce qui marche, ou non. Il n'y a pas d'exploration des possibilités du no-limit hold'em, bien plutôt une réduction des possibles.
    Exemple : trop peu de joueurs utilisent des sizings inférieurs à 30%, alors que beaucoup de situations créent des stratégies de bets minuscules excellente ; trop peu de joueurs overbet alors qu'on peut overbet beaucoup de situations pour pas mal de raisons. La communauté dans sa majorité reste cantonnée à des approches simplifiées des possibilités offertes par ce jeu, et puisque la majorité suit cette route, de fait cela donne l'impression qu'on arrive vers une 'résolution' du jeu.
    Mais ce n'est pour moi qu'un point d'équilibre, mouvant, une sorte de transition vers autre chose.
     
     
     
    Pourquoi je parle de tout cela ? J'ai avancé l'idée que l'environnement devenait plus compétitif, cappé quelque part (on peut évidemment être bon à ce jeu, mais ça implique de devenir meilleur à un rythme plus élevé que la compétition. Personne n'est bon 'en soi', il s'agit toujours juste d'être meilleur que nos adversaires. S'ils changent, on doit changer aussi, donc chaque jour qui passe rend la tâche plus exigeante 'dans l'absolu').
    J'ai avancé quelques idées sur le GTO, enfin cette tendance qu'a la communauté à chercher à résoudre le jeu. Je pense que ce qu'on appelle GTO est en fait une tentative collective de conserver un paradigme, une manière de faire, de jouer, qui marchait avant. La crainte évidente de ne plus parvenir à gagner à ce jeu dans le futur (les marges diminuent, sans aucun doute, pas la place pour tout le monde) conduit à la tentative, désespérée presque, de justifier qu'il y a une bonne manière de jouer au poker. 'En soi'.
    Comme je l'ai dit, c'est pour moi bullshit car la seule bonne manière est relationnelle, et non statique. La bonne manière n'est juste jamais la même, elle change chaque jour, à chaque table.
    Si on ne voit pas ça....
     
     
    Ainsi on en arrive à une question : qu'est-ce au fond une approche exploitative ? Est-ce l'opposé d'un jeu GTO ? Non. Pour moi, l'approche exploitative EST le GTO. C'est simplement la meilleure méthode, c'est aussi une méthode plus dangereuse et subtile que le GTO dont parle la communauté. La sécurité est souvent privilégiée (il faut entendre, la sécurité du paradigme actuel de la communauté, les notions qui la rassurent).
     
    Je l'ai dit avant, le GTO 'réel', c'est appréhender le jeu dans son intéraction même. Visualiser comment les ranges s'affrontent sur tel ou tel texture, et telle ou telle position relative, à tel ou tel momentum, etc. En bref, c'est une vision globale, une certaine perspective.
    Quand la communauté parle de GTO, ça va être par exemple pour parler de fréquence de défense minimum, comme si les adversaires attaquaient suffisamment. PERSONNE n'est suffisamment équilibré turn et river. En très grande majorité, les gens jouent leur main (attachement à certaines mains, sizings transparents, etc), ils barrellent seulement avec de l'équité, ils jouent la force absolue ou moyennement relative de leur main plutôt que ce que dicte réellement la situation. Ils over-bluffent et under-bluffent certains spots.
     
    Quand on joue 'GTO' au sens de conscience globale, des ranges, du board, etc, on réalise très bien qu'il y a des situations où notre adversaire bluffe trop, ou pas assez, par exemple. On peut donc, et on doit donc, faire un play explo. Il n'y a pas de fréquence de défense minimum contre quelqu'un qui ne bluffe pas assez. Peu importe son sizing. L'inverse s'applique dans le cas opposé.
     
    Le poker est un jeu situationnel. Le jeu explo consiste à attaquer les situations qui nous sont présentées. Une bonne approche est d'étudier les tendances du pool qu'on affronte. En somme, quel est le 'langage' qui se parle, dans mon environnement. Comment vais-je 'parler' à mes adversaires.
    Ensuite, quelles sont les situations où une faiblesse structurelle est visible. Il s'agit de creuser pour ces situations. Considérer des lignes alternatives tant pour manœuvrer notre équité optimalement que pour mettre nos adversaires dans des situations d'inconfort (où les erreurs les plus massives naissent).
     
    L'équilibre qu'on recherche n'est pas un équilibre absolu, mais la meilleure 'solution' à un environnement donné. Plus un joueur est compétent, plus il sera capable de rapidement trouver des stratégies optimalement exploitantes. Et il peut très bien en avoir une grande diversité.
     
     
     
    Je ne suis pas sûr où je veux en venir. Tout ce que je dis est peut-être biaisé parce que je suis autodidacte dans mon apprentissage depuis longtemps. Simplement une description de tendances que j'observe. Je pense que la plupart des regs galèrent dans l'environnement actuel, et selon moi c'est principalement parce qu'ils ne parviennent pas à faire évoluer leur paradigme de 'ce qu'est le pok'. Seulement cela.
     
    Le jeu évolue. Evoluez avec lui! Ou bonne chance, et au revoir sous peu.
     
     
     
  9. Like
    Torino reacted to Mr Sneeze for a blog entry, Le poker est réalisation (1ère partie)   
    WARNING: cet article est long. Et c'est que la première partie.

    Intro
    Drôle de jeu. Un jeu où on prend cher, en permanence, et de plein de manières. Avez-vous remarqué que le poker privilégie les caractères obsessionnels ? Il y a les gambleurs, les accrocs à l'adrénaline. Il y a les 'pros' aussi , c'est-à-dire ceux qui ne viennent pas (seulement ?) pour se détruire... mais qui sont tout de même souvent très junkies (poker junkies) Quand je suis à une table, je vois des jambes qui tremblent, des mains qui s'agitent, des chip tricks et shuffles, des tics, des yeux grand ouverts ; je vois et sens de la nervosité qui traverse l'espace comme un courant électrique. Gambleurs ou pros, il y a souvent de l'obsession. Les corps penchés sur la table, tremblements, les mains qui jouent avec les jetons, frénétiquement. Tout le monde se fait prendre par ça.
    Même online, je ressens très souvent une excitation assez violente dès que je commence une session ; ça se calme parfois au fur et à mesure, mais pas toujours. Au point d'en avoir du mal à dormir parfois, la tête encombrée d'un mélange d'émotions et de données brutes (l'enchaînement cyclique du même ; toujours des mains, des cartes, des actions, et le chaos qui ordonne, si vous permettez l'expression). La transition entre 'vie normale' et poker est parfois brutale et teinte d'étrangeté.

    Quelle est cette énergie que les gens cherchent dans le poker ? Cette énergie qu'ils cherchent, ils l'alimentent aussi, et le jeu leur permet de se 'brancher'. De quoi nous, joueurs, nous nourrissons-nous dans notre pratique ? Certes il y a l'adrénaline, l'excitation, la compétition. Mais est-ce vraiment tout ? Est-ce qu'on supporte la folie du jeu (et des gens qui y jouent) simplement parce qu'il nous donne notre dose hormonale ? Il doit y avoir autre chose.



    Puissance et castration (première partie)

    Je dis 'le poker est réalisation', car telle est mon approche. Je sais que tous les joueurs ne la partagent pas, et quasiment tous obéissent quelque part à des pulsions destructrices. Il faut bien voir le poker pour ce qu'il est : une grande machine à laver qui, du simple fait de la force centrifuge, plaque tout le monde sur les bords jusqu'à la gerbe.
    Qu'est-ce que le poker ? La grande castratrice. Je m'aventurerais à dire que le poker ressemble parfois à une réunion d'impuissants (volontaires?). Je ne dis certainement pas ça comme un jugement, mais plus comme une catégorisation psychique. Je vais développer, en incorporant mon expérience personnelle à ce sujet.
    L'expérience du jeu est du domaine de la castration, parce que le mouvement chaotique des cartes devient un cadre d'expression de notre Désir. Le nombre d'aspirations que les humains peuvent mettre dans le poker est assez phénoménal. Autant d'illusions ! Fatalement, le poker nous brise, souvent, sans prévenir, ou en prévenant. Le poker nous rend impuissant. Ce peut être parce que la river anéantit nos espoirs dans une main, ou bien parce qu'on tombe aux portes d'une table finale, ou bien parce qu'on jouit de faire coucher nos adversaires par notre agressivité, avant que cette dernière ne se retourne contre nous-même, et que le jeu lui-même nous dévore. A ce niveau là, chacun aura son expérience.
    Le jeu nous dévore. Pourquoi cherchons nous à nous faire dévorer ? Est-ce pour tester nos limites ? Un jeu avec le destin, symbolisé par le hasard des cartes ? Pourquoi cette obsession des joueurs de poker à revenir chaque jour prendre cher, de façon très répétitive et en même temps toujours neuve ? Sommes nous des adeptes de la torture ?

    J'avais déjà parlé du live dans d'autres posts, mais comment expliquer ce mystère des grinders qui viennent chaque jour pour se plaindre qu'ils n'ont pas 'touché de jeu depuis 3 h', et qu'ils sont damnés ? Qu'ils mériteraient que les cartes leurs soient plus favorables ? Est-ce qu'ils ont vraiment pas pigé que le poker est intrinsèquement frustration ? Pourquoi reviennent-ils, si c'est pour toujours se plaindre ?
    Pourquoi joue-t-on à ce jeu jusqu'au dégoût ? Qui n'a pas connu l'expérience de rentrer chez lui lessivé, sans énergie et sans argent, bref, réduit à l'impuissance par un jeu ?
    Quand est-il des gens qui se réalisent dans le jeu, au sens où ils ont un certain succès, ils ont de l'argent et de la reconnaissance, mais qui ne parviennent pas à trouver l'harmonie dans leur vie, en tout cas pas en dehors des tables ? C'est quelque chose que je sens me menacer (se retrouver envahi par le jeu), et j'ai vu de nombreux joueurs vidés comme des truites par les cartes. Leur vie, c'est le poker. Pas de copines, pas d'amis en dehors. Les cartes, matin et soir, au goûter, et à la pause clope. Ils se consument, ils brûlent à l'intérieur au rythme du tabac fumé et des revers infligés par le poker.

    Une des raisons, à mon sens, de notre volonté à toujours retourner au combat, est que le poker offre des armes. Evidemment, il finit par nous les retirer. Mais pendant un moment, on peut expérimenter la puissance. Un exemple qui me semble significatif, et un travers que peu évitent : j'ai vu quantité de joueurs claquer leurs mains monstres sur la table, comme s'ils étaient fiers d'avoir touché un carré ou quelque chose comme ça. Toucher un carré, c'est le genre de sentiment de puissance qu'on peut ressentir. Ce sentiment est à mettre en relation avec celui du vide, le désert de cartes, ces moments où on n'arrive pas à toucher des mains, ou alors on les perd.
    Si ce genre de sentiments (la fierté de toucher une couleur, et la montrer avec un petit sourire) est plutôt l'apanage des joueurs récréatifs (d'ailleurs ça semble parfois plus important pour eux de toucher des 'belles mains' que de gagner des gros coups), la même chose existe sous un mode un peu différent chez les joueurs plus expérimentés. Un bon joueur pourra se sentir infiniment puissant quand il est 'in the zone', que toutes ses décisions sont précises et justes, qu'il sent ce qui se passe et ne se laisse pas prendre par la nervosité ambiante. Et il se sentira tout aussi misérable quand il n'arrivera pas à se concentrer, ou qu'il perdra des tonnes à une table de fishs, qu'il fera des moves affreux, etc. En général, plus on progresse, plus la frustration est lié à la qualité de notre jeu plutôt qu'aux cartes. Mais peu importe, le mouvement est similaire : une dialectique entre exercice d'un pouvoir, d'une certaine domination, et d'autre part le corollaire : frustration, impuissance. Echec.

    Qu'on y songe : dans une très large mesure, bien qu'on puisse (et doive) prendre les meilleurs décisions possibles à chaque instant (sur beaucoup d'aspects d'ailleurs!), on se retrouve quasiment tout le temps dépendant des mains qu'on reçoit (et du board, et des actions aléatoires qui vont se tisser autour de nous, etc). Qu'on y songe : quand on joue au poker, on se bat contre ses voisins. Mais on se fout pas des uppercut ou des coups de savate. Non, on se bat avec des mains. Pas les nôtres, celles qu'on reçoit. Ces mains nous donneront parfois la puissance d'un titan, d'un colosse, golem, ou magicien. Et parfois les mains nous réduiront au rang d'insecte se débattant dans la bouche d'un merle.

    Une situation que j'ai vécue au casino en décembre. NL1000 au casino de Lille, la table est composée de regs que je commence à connaître, et de joueurs faibles, globalement une table dont tout pro pourrait rêver. Beaucoup d'argent à la table, et des joueurs qui n'ont pas peur de gambler, donc les jetons volent, ya un pot de 1000€ ou plus tous les 5 mains (pour caricaturer). Je suis limité dans mes actions par la structure de la table (je peux pas vraiment bluffer les gambleurs fous, et vu qu'ils sont tous à ma gauche, je peux pas non plus jouer trop large). Je monte un stack, je suis content de mon jeu. Il y a ce reg asiatique, très mauvais (mais il ne le sait apparemment pas), dans le genre tight weak super évident dans son jeu. Je le lis comme s'il retournait ses cartes. C'est aussi le genre à avoir peur du board et du croupier : par exemple après avoir mis sont argent au milieu avec un set, il regardera son adversaire avec angoisse et demandera 't'as la couleur ?', avant de prudemment retourner sa main monstre, évidemment gagnante.
    Un moment, alors qu'il limp et que je le relance, je remarque qu'il me regarde avec agacement et frustration, et je sens alors son sentiment : il m'en veut. Déjà que la table est folle avec des mauvais joueurs qui ont pas peur de mettre plein d'argent au milieu (ce qu'il déteste faire, à moins d'avoir les nuts, et encore), mais en plus il y a moi, un joueur agressif qui n'a pas peur d'abuser ce weak-tight, ni de perdre son argent. Et un moment j'ai eu cette sensation très étrange : en me demandant pourquoi ce gars venait très souvent jouer alors que son expérience à la table était principalement la peur (de se faire craquer, de perdre de l'argent, etc), j'en suis arrivé à la conclusion qu'il voulait se faire punir. Quelque chose dans sa personnalité voulait souffrir. De fait, même dans les situations normalement les plus jouissives du poker (comme se retrouver all-in avec une main monstre), ce joueur souffrait de la possibilité de perdre. Je me suis donc dit que c'est ça qui l'excitait. Il voulait prendre cher, se sentir impuissant et ballotté par les forces des cartes et des autres joueurs.

    A partir de là, alors que je jouais avec ma pile de jetons qui commençait à devenir imposante, j'ai un moment ressenti une grande puissance, comme si mon stack était un phallus (= non pas un pénis, mais un objet de pouvoir), et que mes jetons étaient des armes, que je pouvais utiliser pour faire souffrir mes adversaires, en jouant mieux qu'eux. Alors je me suis dit, 'ok ce gars veut souffrir ? J'vais lui donner ce qu'il attend'. Remarquez qu'en ressentant ça, je me rendais bien compte de ce qui se passait, ce qui est à dire vrai assez troublant.Si certains mettent leurs pulsions masochistes dans le jeu, il est assez logique que d'autres y mettent leurs pulsions sadiques, leurs pulsions de domination. Je pense à vrai dire que le rapport le plus fréquent au poker est celui du sadisme, et non pas du masochisme, mais tout cela s'entrecoupe.

    Bref, le point est que je me sentais puissant. J'avais des jetons, j'étais up, je jouais bien, des joueurs me craignaient, yavait du fish. Finalement, dans un pot avec option, je perds 2500€ sur un coup contre les gambleurs fous, un spot assez inévitable où je fais très vite grossir le pot avec KK et me retrouve contre des ranges tellement wide que je suis contraint d'engager mon tapis avec seulement une overpaire. Je n'ai pas, je pense, mal joué. Juste un coup où j'ai un monstre à une table folle où personne ne fold, et où nécessairement il va y avoir des swings. Et c'est ça le poker. C'est la castration. Plein d'espoir et d'attachement, pour au final tout s'évapore sur une main.
    Un exemple de castration télévisée :

    Le poker c'est ça. On monte un tapis, on se voit déjà au sommet du monde, et là, paf. C'est fini, comme c'est venu. Il y a un investissement libidinal phénoménal et fascinant des joueurs dans les cartes. Le visage de Matt Affleck, et sa réaction, sont à ce titre très instructifs : on voit sa force, sa confiance et jouissance de se retrouver all-in avec AA contre l'autre big stack. Il se voit déjà gagner le coup, il se voit déjà avec le bracelet. Et bam, river, tout s'effondre. Mais rien n'existait avant qu'il n'entretienne ses illusions ! Le titre était encore loin. mais déjà dans son esprit. C'est le poker.

    Je prends juste un moment pour vous raconter un détail de cette main où je perds 2500 et décide de quitter en trombe le casino. On est 4way au flop, avec les 3 spots de la table et moi premier de parole (j'ai relancé 110€ preflop avec une option à 20€, le pot est donc déjà de 450€ au flop). Le tye à ma gauche a plus de 3000€ devant lui, et je me dis qu'il faudra faire gaffe à pas forcément spew contre lui, vu comment il est deep... ironique que je perde mon stack contre lui après cette pensée XD !
    Le flop est 235r. Je c-bet, et le joueur à ma gauche flat (à noter qu'il allait limper preflop, et qu'il a finalement call rapidement mon big raise. Sa range est très wide : any pair, any broadway, et plein de cartes avec un A dedans ou deux cartes suitées) ; le second joueur shove pour 900€ (un total touriste qui tire une fierté de son indifférence à l'argent... par exemple il tire un sentiment de puissance dans le fait de ne pas avoir 'peur' de suivre n'importe qu'elle relance preflop). Bon donc j'ai un easy call, et l'autre call aussi assez rapidement. A ce stade on a pas loin de 3000€ dans le pot, et il me reste genre 1350€. La turn est un 3. La situation pue un peu, parce que le premier vilain peut tout à fait avoir A4s, ptet 46s, et aussi any set. Il peut aussi avoir AJ, QQ (oui il limperait ça), A5, 54. Donc assez clairement soit il me crush, soit il a une main avec une certaine équité, et qui va toujours check behind si je check. Vu que le pot est déjà énorme et que j'ai souvent la meilleure main, je shove.
    Chose intéressante, alors que j'empile mon stack et commence à faire mine de l'avancer, vilain fait la même chose que moi, comme s'il allait call si je mise. Ce tell me conforte dans ma décision (je vois généralement ce tell comme une tentative de décourager une mise ou relance). Donc, confiant que la probabilité qu'il ait les nuts diminue, j'avance mon stack. Et il se met à réfléchir pendant bien 2 min. Jsuis content, ça veut dire que ma main est bonne, vraisemblablement. Finalement il call, l'autre vilain demande qu'on retourne, je dis ok, je montre mon KK, il montre AKo, et le vilain qui avait tank ne retourne pas sa main mais dit qu'il a AA. Ok, f*ck, je commence à mettre mon manteau, c'est la vie jvais perdre un gros coup. La river est un 2, et là vilain retourne sa main sur la table (en la claquant) et en criant : 'carré' ! Et il montre 22. Je n'ai aucune explication pour l'attitude de vilain. Ni pour son tell, ni pour son tank/call turn, ni pour le fait qu'il dise qu'il a AA et ne montre pas, ni pour le fait qu'il jouisse autant de toucher un carré dans un spot où il a concrètement chatté, indépendamment de ses maigres qualités pokéristiques. A noter que vilain est du genre à se plaindre fréquemment, et à haute voix, quand le board vient J22 et qu'il avait J22. 'Tu te rends compte, j'avais full ! J'ai vraiment pas de chance'. Ce coup où il touche un carré n'est sûrement pas pour lui un coup de chance, plus quelque chose qu'il mérite pour toutes les fois où il fold 93o et ne touche donc pas une suite.
    En bref, je trouve cette histoire très intéressante pour ce que j'essaie de développer.

    Ce qui m'a beaucoup marqué c'est de ressentir successivement cette puissance (dans ce que je pouvais faire avec mes jetons à la table) et cette impuissance (perdre un énorme pot sans pouvoir y faire grand chose, et en plus souffrir de la stupidité ou perversité de mon adversaire). En rentrant chez moi je me suis dit : 'ok poker, c'est bien toi le maître, je m'incline devant ta puissance, à l'avenir j'éviterai de trop me sentir sur un nuage parce que je gagne des coups'. Le poker ne tolère pas ce genre de sentiments très longtemps, et les brise implacablement.

    A ce stade, on est comme au départ de cet article dans un épais brouillard. Il y a ce jeu, dans lesquels les joueurs mettent une énergie gigantesque, qui menace de tous les dévorer un par un, et qui les brise, tous en même temps, chaque jour, tout le temps. Comment un jeu peut-il concentrer autant de frustration et de violence, et pourtant avoir un tel succès ? Qu'on soit récréatif ou pro, on prend cher. Même avec l'expérience, on continue à prendre cher parce qu'on reconfigure de nouvelles illusions.

    Je formule ici une hypothèse : de toutes les manières imaginables les humains sont guidés par la volonté de puissance. C'est le désir d'exister. Exister, c'est-à-dire savoir qu'on vit et qu'on meurt. La réalité est que toute vie retourne à la poussière, et que toute l'identité qu'on cherche à polir et à renforcer n'est qu'une parmi des milliards, et des milliards de morts avant nous. On peut faire ce qu'on veut dans notre vie, accomplir quoi que ce soit, accumuler tout, peu importe, on va quand même mourir, et le soleil va mourir, et les galaxies s'effondrent et renaissent, etc. Bref, on est un petit rien doué de conscience et qui veut défier son destin. A ce titre le poker est une pratique psychiquement grandiose : le Désir d'existence de l'Homme peut s'y incarner, sous toutes les formes imaginables ; la jouissance, à portée de main. Et en même temps, la Faucheuse. La réalité du poker, c'est une hécatombe. Des amputations, des défaites et des pertes. Des joueurs qui se brisent, financièrement et psychologiquement. Des pros qui jettent l'éponge, ou développent tellement de mauvaises habitudes qu'ils en deviennent fous, des résidus d'humains. Au fond, jouer au poker c'est vivre nos mouvements profonds de manière condensée, avec une effectivité et une brutalité assez uniques. Donc l'hypothèse : on joue au poker parce que le poker résonne avec ce qui est peut-être le plus fondamental dans nos vies : la dialectique entre désir et réalité. On éprouve cela, et on se sent totalement vivant. Parfois plus vivants que dans le sexe.

    Est-ce que vous commencez à voir où je veux en venir, quand je dis 'le poker est réalisation' ? Jpense qu'il y a déjà assez à digérer pour maintenant. Ce qui est sûr, c'est que je continuerai ce long article plus tard, dans une seconde partie.
  10. Like
    Torino reacted to Mr Sneeze for a blog entry, Le mystère des tournois   
    Pendant longtemps je ne jouais pas de MTTs. Et puis je m'y suis mis depuis 1 an ou quoi. Je suis loin d'être un crack, je joue peut-être 250 tournois / an, mais j'y réfléchis suffisamment imo.
    Je vais exposer ici quelques idées que j'ai sur les tournois, du point de vue d'un professionnel, et au niveau du mental game.

    En premier lieu, je me rends compte que mon gain horaire est beaucoup plus faible en MTT qu'en cash game, et je pense qu'il doit sûrement en être de même pour la plupart des joueurs compétents. Evidemment, les premières places font rêver. Investir 100€ (whatever) et gagner 10 000€ est toujours super cool. La réalité, évidente, est pourtant que je gagne assez peu par heure passée à jouer des tournois ; les gros gains sont rares. Si je devais estimer, je dirais sûrement entre 10 et 20€/h (évidemment je suis encore assez peu expérimenté en tournoi, et j'ai longtemps spew, donc je peux espérer que mon gain horaire augmente avec le temps). Relativement au temps passé, le cash game est donc bien plus profitable.

    Voyons maintenant au niveau énergie: les tournois demandent une concentration bien plus importante. Peut-être est-ce parce que je suis moins habitué, mais rester attentif à l'évolution des stack sizes, l'augmentation des blindes, qui vient de perdre un gros coup, etc, réclame de l'énergie. Ajouté à cela les courtes pause (5 min/heure), et l'impossibilité de prendre un break quand on le sent. En cash game, je peux juste fermer mes tables une heure si je sens que j'ai besoin de décompresser, je fais un peu d'exercice, je mange un truc, et je retourne au combat. Basiquement je peux gérer mon niveau énergétique beaucoup mieux. Alors que les tournois, c'est un marathon où on peut pas vraiment s'arrêter pour reprendre son souffle, à moins de bust.
    Or, l'edge créé autour de la table (quand prendre une pause, quand s'arrêter, quand changer de table, quand rajouter des tables, etc) est pour moi une des raisons majeures de mes résultats au poker. En tournoi, ces décisions sont sévèrement limitées: on ne choisit pas ses horaires, ni ses pauses, ni ses tables. On ne peut pas se lever d'une table même si on a 3 pro agressifs à notre gauche.
    Au final, plus d'énergie requise pour moins de gain horaire, un edge plus aléatoire ; il semble que je devrais simplement arrêter les tournois.

    Au niveau psychologique, les tournois sont très difficiles. J'ai beaucoup de respect pour les professionnels qui ne jouent que des tournois, et peu ou pas de cash game. En effet, en cash game, évidemment il y a de la variance, mais on est quelque part récompensé ou puni beaucoup plus vite. En tournoi on peut très bien jouer parfaitement 4 coups, mais si on joue mal le 5ème on bust ; la même situation en cash game est plus 'soutenable', bien que non optimale évidemment (on aimerait éviter les erreurs), parce qu'on reste en course.
    C'est très frustrant de jouer parfaitement dans un tournoi, pour finalement perdre un flip, jouer optimalement avec un stack de 20bb, et perdre sur une confrontation random. Vu que 10-15% des fields de MTT sont ITM, ça veut dire que même un joueur incroyable ne va sûrement pas être ITM plus de 50% du temps.
    Il faut voir les MTTs comme des grandes loteries. Prenons un tournoi avec 100 joueurs. Plutôt qu'avoir une chance sur 100 de gagner, un bon joueur aura peut-être 2 ou 3% de chance de gagner. Son edge est donc réel, potentiellement massif, et pourtant il gagnera excessivement rarement. A l'inverse un joueur très faible aura peut-être 0.1% de chance de gagner.
    Faire une TF est évidemment rare. Pourtant, la frustration est énorme lorsqu'on échoue aux portes de la TF, ou même qu'on fait deuxième. Donc au final les tournois sont source de grande souffrance mentale, où nos résultats sur un tournoi donné sont très dépendants d'un run good.
    Au final, l'approche mentale des tournois me semble: jouer bien jusqu'à ce que le run good arrive. Et surtout ne pas mal jouer quand il arrive! Cela semble très difficile: maintenir un jeu solide quand la variance nous fait valser est un des défis mentaux les plus importants au poker.

    Donc j'ai beaucoup de respect pour les MTT pros, qui savent qu'ils auront rarement de gratification psychologique, et pourtant arrivent à continuer à retourner au combat (la plupart de leurs sessions seront perdantes). C'est vraiment différent du cash game.



    Pourquoi les joueurs aiment tellement les tournois? Parce qu'ils rêvent de la win, parce qu'il veulent la reconnaissance de leurs pairs, parce qu'ils valorisent plus la compétition et la gloire que l'argent, parce que les joueurs récréatifs peuvent s'amuser à prix fixe, parce que ça leur permet de jouer contre des pros sans se ruiner, parce que ça permet aux pros de jouer contre des joueurs faibles.
    Du fait de la variance énorme des tournois, beaucoup surestiment leur edge. Beaucoup d'étoiles filantes se déclarent 'pro' en MTT parce qu'ils ont run good sur quelques tournois. Très vite, ils vont déchanter, ne serait-ce parce qu'ils ne supporteront pas de faire une année négative après avoir gagné une grosse somme l'année précédente (au niveau psychologique, ils vont s'attendre à ce que leurs résultats perdurent: ils se retrouvent complètement biaisés, incapables de voir la variance et leur bonne fortune, et se croyant au final meilleurs qu'ils sont, ne méritant pas de perdre, et ne comprenant pas pourquoi ils ne gagnent pas un WSOP).
    Les situations en tournois étant rarement expérimentées (on fait rarement une TF), la variance prend une place importante: ainsi si un joueur joue spewy à la bulle de la TF et chatte, arrive chip leader et gagne le tournoi => il va facilement se créer un biais psychologique où il va associer l'agressivité au gain, alors que concrètement il a spew, et que sa stratégie ne se révèle pas la meilleure sur le long terme. Cela est vraie aussi à l'inverse: si on fait un move qui nous fait bust deep dans un tournoi, notre esprit va l'enregistrer comme mauvais, alors que c'était potentiellement très EV+.

    Ces biais sont difficiles à éviter. Au final, il y a de l'edge en tournoi... parce que tout le monde se trompe sur son edge.


    Après ce vaste topo, pourquoi donc continuer à jouer des MTTs? En premier lieu parce que j'ai encore beaucoup à progresser et que j'aimerais voir jusqu'où je peux pousser mon edge. Ensuite parce qu'il y a quelque chose de très excitant à se retrouver deep dans un tournoi, malgré les frustrations associées.
    Et parce que jouer des MTTs me fait beaucoup progresser à tous les niveaux. Mon gain horaire est peut-être plus faible en MTT, mais depuis que j'en joue mon gain horaire augmente en cash game.

    Les raisons? La première est qu'en tournoi, il est nécessaire d'être très attentif aux dynamiques et de saisir les bons spots (très important de bien 'sentir' quand on a un spot de squeeze ou de steal, et quand c'est pas un bon spot) ; cela m'aide beaucoup à exploiter les dynamiques en cash game. Aussi, on apprend plus à faire des hero folds en MTT ; ainsi je me retrouve à fold des mains en CG que j'arrivais pas à lâcher avant.
    Ensuite jouer des marathons MTTs améliore mon endurance physique et mentale + quand je joue des tournois et du cash en simultané, la concentration sur les MTTs me permet de jouer aussi plus patient en cash (moins spewy), et en même temps plus concentré.
    Enfin les tournois me font réfléchir sur différents aspects techniques et psychologiques du jeu: sizings, pression qu'on peut mettre en fonction des stacks, à quel moment changer de vitesse, etc. Et puis le fait que chaque main soit si importante en tournoi (on veut vraiment pas bust débilement) me force à me concentrer beaucoup plus et à réfléchir sur les gros pots en cash. Avant j'étais trop rapide dans mes décisions, trop spewy dans les gros pots. Le fait d'expérimenter la pression des tournois me rend au final plus en contrôle dans les gros coups de cash game (je suis dans la main, et rien que dans la main).


    Je terminerai par cette note: beaucoup de regs de MTTs m'ont paru très perfectibles. Parfois je vois des joueurs ayant eu du succès en MTTs s'essayer au CG, et souvent ils spew comme des bons pigeons. Je les blâme pas, j'ai longtemps spew en MTT parce que je paniquais dès que j'avais moins de 40bb (lol), trop habitué à jouer 100bb+ poker. Beaucoup de joueurs de MTT, même reconnus, ont en fait de gros leaks (des déséquilibres dans leurs ranges), à mon humble avis, et doivent leur succès à de la variance positive, et aussi certainement une stratégie non-optimale mais suffisamment bonne pour durer. Aussi, encore une fois, beaucoup surestiment leur edge.
    Par contre, les top joueurs de MTT sont pour moi des énormes modèles, bien que je suis quasi-certain que le CG restera toujours mon terrain de prédilection. Les excellents joueurs de MTT sont vraiment sick, et n'auront aucun mal à bien jouer en cash game. Ils sont juste tellement bons pour comprendre l'importance de chaque situation, et naviguent sans erreur sur les dynamiques de la table (même, ils créent la dynamique qu'ils veulent). Ils savent quand il faut prendre des moves high variance, quand exploiter leur image et comment. En bref, ils m'inspirent. Je joue donc des tournois pour apprendre leurs tours .
  11. Like
    Torino reacted to Mr Sneeze for a blog entry, Sur la variance, compléments   
    Quelques idées en plus sur la variance.

    Vous voyez parfois à la table des joueurs, généralement relativement âgés et old school. Ces joueurs sont des (mauvais) nits. Généralement ils jouent ultra weak et obvious, surprotégeant leurs mains faites 'parce qu'ils ne veulent pas se faire craquer'. Aussi le genre de joueur grognon, assez désagréable à la table, et qui se plaint s'il ne touche pas 3 sets par heure. Et je comprends, ça doit être assez chiant de jouer comme ça. Il s'agit de joueurs très prévisibles, et de ce fait très mauvais, bien qu'ils ne le penseront sûrement pas eux-mêmes (ils peuvent être très légèrement gagnants, vu qu'il existe toujours d'autres joueurs prêt à les livrer).
    Mais là n'est pas mon point: je pense que ces joueurs un peu aigris jouent comme cela parce qu'ils ont peur de la variance. Ils ont peur des cartes, peur du dealer. Cette aversion au risque les décourage de se mettre dans des situations marginales ou compliquées: leur but est de toucher des belles cartes et de gagner, puisqu'ils ont des bonnes cartes. Une premium preflop mérite de gagner pour eux, s'ils perdent c'est qu'ils se font craquer (remarquez dans les termes comme ils ne prennent aucune responsabilité pour leur échec). Ce qu'ils ne comprennent pas du tout, c'est que leur style ultra-lisible et stupide ne peut pas être gagnant, ou alors si peu ; or qui dit winrate faible dit énorme variance.
    Par ailleurs, vu que ces joueurs attendent des mains fortes preflop pour ensuite bombarder dès qu'ils touchent TP ou mieux, et que tout le monde à la table le sait ou le voit, et bien ils vont généralement gagner un petit pot (pas de résistance, ils ne vont pas se faire bluff non plus), ou perdre un gros, puisque toute l'action qu'ils génèrent se matérialise contre des ranges qui les battent.

    Ainsi ces joueurs craintifs de la variance se retrouvent ballotés plus que d'autres par elle: d'une part parce qu'ils sont breakeven, légèrement gagnants ou légèrement perdants (et c'est là qu'il y aura le plus de variance), d'autre part parce que leur style implique que leurs mains tiennent, et il y a beaucoup de variance là-dedans. Or, ça tombe très bien pour eux, puisque ces joueurs ne sont pas là pour vraiment gagner (IMO), mais pour pouvoir se plaindre du sort. Etant sujets à beaucoup de variance (de leur faute, du fait de leurs actions, de leur 'transparence'), mais la haïssant, attendant d'elle qu'elle soit toujours de leur côté comme si c'était normal de recevoir AA et d'automatiquement gagner 2 stacks, ces 'specimens' sont pour les vrais étudiants du jeu un bon modèle (à ne pas suivre).

    Observez votre rapport à la variance, vous pourriez bien en apprendre plus que vous ne le pensez sur les désirs inconscients que vous mettez dans le jeu, sur les leaks mentaux que vous avez et qui vous font perdre, voire même sur votre vision du monde et de votre propre existence.

    Je considère les joueurs cités au-dessus comme faibles. Ils m'exaspèrent souvent à la table ; c'est comme s'ils n'étaient pas vivants: ils viennent tous les jours pour grinder, et semblent jouer à l'inverse des gambleurs de roulette, mais ont en eux la même pulsion auto-destructrice, avec cette propension à se plaindre des cartes, ou quoi que ce soit. Mais pourquoi revenez-vous pour vous faire du mal? Que cherchez-vous dans le poker si ce n'est vous faire punir? Etes vous obligés d'infliger vos tendances masochistes aux autres? Je n'aime pas jouer contre vous, et je ne pense pas être sadique, mais vous vous mettez dans une position où je serai obligé de vous punir à la table, et où je n'hésiterai pas à vous faire tilter si je le peux ; après tout vous occupez un siège qui pourrait être pris par un joueur plus fun (tant dans le jeu que dans la présence).
    Hate mode off#


    A l'opposé de ce spectre il y a les gambleurs fous, un autre genre de joueur. Vous savez, le genre à avoir toujours des milliers d'euros sur lui, et qui joue pourtant atrocement ; le genre à ne jamais fold preflop, à se sentir personnellement attaqué si on 'vole' son option. Beaucoup de destructivité chez ces joueurs également, mais je les aime beaucoup plus. D'abord ils sont fun à jouer, ils sont des catalyseurs incroyables pour une table, et c'est souvent ce qu'ils veulent: être au centre de l'attention. J'aime l'action qu'ils procurent. Et quelque part, ils m'impressionnent. Ces joueurs sont l'inverse des précédents: ils ont une aversion négative au risque, cad qu'ils valorisent le risque sur le gain: ils sont accros à la variance! Ils peuvent ainsi devenir accidentellement des joueurs gagnants contre les joueurs scared money, parce qu'ils créent une telle variance qu'ils transforment certains joueurs a priori compétents en gros fishs nitty / obvious. Evidemment, ils ne veulent pas au fond d'eux être gagnants, donc ils trouveront un moyen d'augmenter encore les frontières de la variance (par exemple en faisant un flash in the dark), au point de finir par perdre, et rentrer chez eux repus.

    Il y a quand même quelque chose qui m'impressionne chez ces gambleurs: ils n'ont aucune crainte de laisser leur destin entre les mains de la variance. Alors que les nits aigris la fuient comme la peste, les gambleurs la recherchent. Pour cela, ils ont souvent une très grande présence à la table, et une personnalité relativement intéressante, de mon point de vue. Ce sont des gens qui n'ont pas peur de la vie. Pas peur d'être ridicules, pas peur de perdre, pas peur des montagnes russes émotionnelles. Ils ont un détachement qui devrait inspirer les joueurs pro (évidemment il ne s'agit pas de jouer spewy, mais de voir qu'il est possible d'être détaché... reste à être détaché ET équilibré).




    On lit souvent sur les forums: 'stack off sur ce spot, si tu perds c'est juste la variance', ou bien 'en cash game, tu dois prendre tous les spots EV+, peu importe la variance'. Autant je suis d'accord (je pense qu'au final on réduit sa variance en augmentant son edge), autant il faut nuancer. Tout le monde est affecté à sa manière par la variance. Autant le conseil est vrai dans l'absolu, si nous étions des robots ; mais étant des humains naviguant aux émotions (ce n'est pas forcément une faiblesse, loin de là), il s'agit bien de considérer comment on gère la variance, avant de se dire qu'elle n'a pas d'importance (cela contredit en apparence ce que je disais dans mon précédent post sur la 'vacuité de la variance', mais au fond non, car les illusions sont le moteur de notre vie).

    Pour le dire simplement: si vous avez peur de l'eau, n'allez pas en haute mer.
    Perso je suis plutôt du genre gambleur, au fond. J'aime le risque, j'aime l'action. J'aime jouer avec la psychologie de mes adversaires, qu'ils croient que je me tape de l'argent devant moi. Et honnêtement, c'est plutôt un leak. Ca me rend chiant à jouer sur certains spots, mais ça me fait aussi un peu spew (tellement moins qu'avant pourtant!). Du coup, il est pour moi avisé de faire attention : en suivant certains conseils relatifs à la variance, on peut en arriver à jouer complètement crazy, à relancer beaucoup trop, beaucoup trop souvent.
    Pourquoi? Parce qu'en commençant à se dire 'peu importe la variance, seul compte l'EV', et bien on croit voir de l'EV potentiel partout, alors qu'en fait on s'est fait entraîner par l'excitation, et que ce qu'on recherche, c'est en fait plus de variance, plus de montagnes russes. Le danger est donc de se faire entraîner par une pulsion qui trouverait sa justification dans une réflexion consciente ; le danger est que cette pulsion se développe et se renforce en toute impunité.

    En bref, il faut se garder pour certaines personnes de l'indifférence à la variance, parce qu'on devient facilement un maniac (c'est dur d'être un bon maniac). Pour les personnes ayant naturellement une aversion au risque, certes oui, il faut chercher à se détacher de la variance, ne plus la craindre.
    Je dirai quand en fait qu'il n'y a pas de règle absolue. Si vous êtes scared money, que vous avez une petite bankroll, ou que vous savez que perdre un gros pot vous fera jouer super mal après, et bien vous avez le droit d'abandonner un peu d'EV sur la table pour espérer avoir moins de variance (attention à ne pas tomber dans le piège des nits, qui récoltent plus de variance qu'ils n'en voudraient). Faites ce qui vous semble le mieux, vous seul êtes responsables de vos cartes et de toutes vos actions à la table.

    Dire qu'on se fiche de la variance est peut-être vrai pour un grinder online avec une énorme bankroll, qui joue chaque jour contre les mêmes regs. Mais dire qu'on se fiche de la variance à une table très juteuse de cash game live est à mon avis une erreur. Le jeu live est différent du online, le long terme n'a rien à voir, et du coup la variance non plus.
    Il y a en effet une donnée fondamentale particulièrement prononcée en live, mais aussi vraie online: les gens sont affectés par leurs résultats, et sont affectés par les résultats des autres. Se foutre de la variance peut amener à se foutre de ce fait, or ce peut être une erreur. Vous pourriez bien vous retrouver dans une situation où votre conscience vous dit 'peu importe t'as perdu une cave, variance', mais où des forces inconscientes remuent en vous en vous murmurant 'tu te rends compte que tu viens de perdre un loyer?' Si vous refoulez ces forces inconscientes, vous vous exposez à de gros dégâts.

    Si vous ne souffrez pas de perdre une cave c'est bien. Mais êtes-vous sûr que les autres s'en foutent? Perdre un gros pot peut sacrément endommager votre momentum. Les gens croient consciemment ou inconsciemment aux rushs. Quelqu'un qui perd reçoit généralement moins de crédit, se fait plus bluff, plus hero call, etc. Si vous êtes bon pour gérer votre image, savoir comment vos adversaires vous perçoivent, le crédit qu'ils vous donnent, etc, vous verrez qu'il y a une énorme opportunité d'edge dans ce domaine. Si par contre vous ne parvenez pas à saisir les changements de dynamique, de ce que les autres attendent de vous, etc, alors rentrer dans des spots high variance vous entraîne aussi dans un inconnu où vos perceptions ne sont pas en phase avec les perceptions de vos adversaires ; vous pourriez bien y perdre votre edge, parce que c'est là le cœur du jeu: avoir un coup d'avance sur nos adversaires, avoir une idée de comment ils nous perçoivent et quels sont leurs plans.
    En live, vous n'avez pas une image tight ou une image loose. C'est pas ça qui importe. Mais jvais pas révéler tous mes secrets non plus .

    Au fond, ce qui sort de cela selon moi, c'est qu'il est primordial de saisir aussi précisément que possible comment chacun à la table se comporte par rapport à la variance (pour lui-même mais aussi pour les autres). Est-ce qu'il y a de la crainte? Est-ce qu'il y a 'désir de variance'?
    Certains joueurs considèrent comme un crime que leurs mains perdent, et en appellent au jugement de la court martiale (la table, le dealer, le floor): 'c'est moche' (comme si au poker la justice et la beauté s'accordaient sur un point: la meilleure main de départ doit gagner).
    Certains joueurs considèrent comme un kiff de craquer les mains des serrures. Vous vous êtes déjà demandés pourquoi? Essayez.
    Ces deux exemples opposés sont riches en enseignement sur la manière dont vos adversaires considèrent le jeu, à un niveau psychologiquement très profond.


    En conclusion, je me répète, car cela résume assez bien ma raison de jouer au poker ("Connais toi toi même") :
    Le choix est toujours votre: si vous plongez suffisamment en vous, vous devriez pouvoir éclaircir quelles sont vos peurs ou vos désirs liés à la variance ; à partir de là, vous pourrez prendre des choix éclairés sur votre jeu, et même sur votre vie en général.

    GL, feedback welcome.
  12. Like
    Torino reacted to Mr Sneeze for a blog entry, De l'incapacité à gérer la variance.   
    Aujourd'hui je vais essayer de parler de la variance au poker. C'est un sujet complexe, maints fois abordé, et pourtant toujours abondant. Je pense que l'incompréhension de ce qu'est la variance constitue l'un des plus grands leaks à la fois chez les joueurs récréatifs et chez les regs gagnants.

    Avez-vous cette tendance à suivre vos résultats? Il semble quasiment impossible à quiconque de ne pas se soucier s'il est positif ou négatif sur une session. Paradoxalement, ce sentiment semble plus fort en live. Pourtant, après 5 h de jeu, vous aurez peut-être joué 100 mains. Quiconque est habitué au online sait que les résultats au bout de 100 mains sont assez inconséquents. Pourquoi vouloir se refaire, pourquoi ce soir, pourquoi pas demain, pourquoi pas dans un an?
    Mais les joueurs de online vont être affectés après une journée négative ou une journée positive. Ils vont regarder leur courbe, fantasmer les mois à venir (positivement ou négativement). Tant de joueurs pensent inconsciemment que la variance a des comptes à rendre. Rien n'est plus faux, la variance n'a pas de mémoire. A tous les joueurs obsédés par leur courbe EV, je vous donne un conseil: oubliez-la. C'est un gros leak que vous avez, une incompréhension assez fondamentale de la nature chaotique du poker.

    L'état d'esprit idéal est : il n'y a que la main que je joue maintenant. Ma bankroll est à tel niveau, peu importe ce qu'elle était hier, ou il y a un an. Ma bankroll n'est même pas à moi, elle n'est qu'un facteur limitant mes choix stratégiques potentiels.
    Les joueurs gagnants s'attendent à ce que leur bankroll augmentent assez régulièrement. Or tel n'est pas le cas. Le jeu bouscule toujours nos attachements. Pouvez vous atteindre l'état de libération intérieure où perdre n'a aucun impact pour vous? C'est un état très subtil, car évidemment il ne s'agit pas de se désensibiliser à la perte au point de ne même plus chercher à gagner, auquel cas on deviendrait un simple gambler. Pouvez vous atteindre l'état de libération où vous savez qu'après une grosse session gagnante, l'argent ne vous appartient pas (puisqu'il va retourner au jeu)? Et qu'il ne préfigure rien sur l'avenir?
    Avez vous déjà ressenti cette joie de gagner 10 caves en une soirée, avant d'en perdre 12 le lendemain? Qu'avez vous ressenti? L'attachement à ce qui n'est pas à nous est cause de souffrance.

    Vous jouez une session en live. Vous avez un tirage que vous jouez agressivement. Vous êtes callé mais touchez votre tirage. Vous finissez la session à +Xbb.
    Même situation, mais vous perdez la course, vous manquez votre quinte. Vous finissez la session à - Ybb. Je suis prêt à parier que la plupart des joueurs auront tendance à se dire qu'ils ont bien joué après la session positive, mais vont par contre cogiter et décortiquer pourquoi ils ont perdu dans la session négative. Pourtant leur jeu est le même! Mais l'incompréhension de la variance nous fait croire que nous maîtrisons nos résultats. Evidemment, tout le monde peut comprendre ce que je dis, théoriquement. Ce n'est pas la question. Tout le monde comprend et pourtant tout le monde tombe dans le piège. Les mouvements sont inconscients, plus subtils. A différents degrés et de différentes manières, tout le monde s'attache à ses résultats, que ce soit en tâchant de se refaire, ou en s'attendant à gagner comme la veille. Tout cela amène les joueurs, bons ou mauvais, à revenir à la table, généralement avec un mindset biaisé dès le départ.

    De même si l'on fait un gros bluff, vilain nous snap avec les nuts. Très peu de joueurs auront la clarté d'esprit d'analyser la situation correctement et de réaliser que leur bluff était peut-être génial, qu'ils sont juste tombés sur le top de la range adverse (qu'ils ne prévoyaient de toute façon pas de faire fold). De même pour un gros bluff qui passe. Est-ce que cela en fait un bon bluff? Impossible à dire sans les vrais éléments pertinents, qui ne sont pas les résultats. Quand on joue au poker, il y a quelque part cette incertitude quantique : on joue sans voir les cartes, jusqu'à ce qu'on les voie. Vu que tout le monde oublie ça en permanence, il y a pour l'instant un edge infini pour qui est prêt à prendre cette route tumultueuse qui consiste à naviguer les orages de l'inconscient. Car la variance n'est pas orageuse, elle est neutre, vide, elle est structure du jeu, illusion au fond. Ce sont les émotions suscitées par cette vacuité qui sont réelles, au sens où elle change notre vision du monde (du poker).

    Rendez vous compte que la différence entre une session positive et négative repose sur la réussite ou l'échec de quelques C-bet, ou de quelques steals. Vous le savez n'est-ce pas? Et pourtant j'oserais dire que vous ne le savez pas ; vous le savez dans l'intellect, mais pas dans la chair ; votre chair en souffre encore.


    Certains joueurs blâment la variance pour leurs résultats (incompréhension fondamentale de où vient la circulation monétaire dans le jeu).
    Certains justifient leurs plays avec la variance: genre le pire nit de l'univers me 3b et j'ai QQ, standard stack off, c'est un cooler, etc. L'autre jour j'ai open QQ, me suis fait 3b dans un spot où vilain avait pour moi KK-AA uniquement, avec peut-être 10% de marge d'erreur, j'ai call preflop pour juste check-snapfold un flop 832r. Et ça ne m'empêche pas de call down super light dans d'autres spots. Vous êtes autorisés à faire ce que vous voulez au poker. Vous avez le droit de folder KK pour 30bb en MTT si vous avez un sick read. Vous avez le droit d'open fold AA preflop, même si c'est évidemment une erreur technique, de façon à vous préparer mentalement à faire des folds difficiles (Tommy Angelo parlait de ça).
    Si vous êtes du genre à penser que des situations sont standards, et qu'il faut toujours stack off AK ou QQ pour 100bb en NLHE 6max, vous êtes un fish. Si tout vous indique que votre adversaire vous bat, que vous le sentez profondément dans votre bide, mais que vous mettez quand même l'argent au milieu parce que 'c'est comme ça', ou 'je me fais exploiter si je fold QQ preflop', cooler, standard bro, et bien vous laissez de l'argent sur la table, et vous justifiez votre paresse par la variance. Les top joueurs font des sicks calls, des sicks bluffs, et des sicks folds. Ils font tout en fait. Rien ne leur est impossible. Ils savent caller avec bottom pair parfois, ils savent fold 2nd nuts parfois. Ils formulent un read et le suivent. La variance n'est pas utilisée pour créer un flou artistique leur autorisant à faire des calls ou des folds paresseux.

    Les maîtres:
    ;
    Je ne dis évidemment pas de fold souvent QQ preflop, à mon avis l'idée est claire. Ce que je dis n'est pas facile à appliquer. Si je le formule, c'est précisément parce que je m'attèle à faire mon maximum, et à augmenter mon maximum, et que je vois à quel point c'est compliqué. Je spew à 100%. Mais c'est une chose de faire des erreurs, une autre de les entretenir.


    La variance a beaucoup d'autres facettes. Vous ressentirez la variance dans les mains que vous recevez et l'évolution du board, dans les actions de vos adversaires. Mais il y a aussi variance dans nos états mentaux. Certains jours on misplay complètement, d'autres on est 'in the zone'. Il est facile d'oublier que notre cerveau peut juste bugger, ou plus exactement notre conscience peut se faire prendre par des forces diverses (l'inconscient est un océan), et sans prévenir, nous faire oublier un facteur primordial pour la décision.
    Si on oublie que des choses de ce genre arrivent tout le temps, on oublie le chaos de l'Esprit (et de la matière, suffit d'avoir un peu mal au bide pour que notre comportement s'en trouve profondément altéré). Beaucoup de joueurs ne parviennent pas à comprendre ce décalage entre ce qu'ils peuvent faire dans leur optimum et ce qu'ils font parfois quand leur concentration lâche ; comme s'ils étaient 2 personnes différentes. Cela peut sembler tellement absurde que peu cherchent même à comprendre, encore moins à travailler pour réduire l'intensité et la fréquence de leurs explosions cérébrales.

    Il y a variance parce qu'on s'attache à l'évolution de notre stack en MTT (voire même en cash game à vrai dire). Si on est chip leader on se dit qu'on mérite la TF. Absurdité complète.
    Il y a variance dans les reads: parfois on prend une décision qui nous paraît bonne et notre adversaire nous call avec une main qui contredit complètement notre read. Est-ce que ça signifie que notre read était mauvais? Souvent, oui, et il faut alors reformuler un read à partir des infos obtenues, mais il est aussi fréquent qu'on prenne la meilleure décision possible avec les infos qu'on avait. Et fatalement, on remettra en cause notre read et notre jugement, alors même qu'il étaient bons au moment où on les a formulés! Il y a toujours incertitude, on est contraint de faire avec, sans s'attacher, seulement avec la volonté d'apprendre de ce qui se présente. C'est la zone grise, pour reprendre un terme maintenant bien connu utilisé par Tommy Angelo et Manub.
    Il y a variance parce que nos adversaires sont peut-être bourrés certains soirs et pas d'autres, peut-être qu'ils se sont disputés avec leur femme, ou qu'ils ont mangé un poulpe.


    Le point principal où j'essaie assez maladroitement d'arriver, est en fait un point multi-facettes:
    1- beaucoup de choses sont hors de notre contrôle
    2- beaucoup de choses sont floues et impliquent une marge d'erreur immense
    3- malgré 1) et 2), peu sont ceux capables de voir qu'ils ne contrôlent rien, et que leur contrôle sur les choses est absolument foireux (généralement trop rigide ou trop réducteur). Il en découle souvent une frustration immense, frustration dont semblent se nourrir la majorité des joueurs de poker
    4- peu sont capables de garder la tête froide et de gérer d'une part leur volonté de contrôle, d'autre part la résonance chaotique du poker (ou de la vie à vrai dire) qui va parfois récompenser leur volonté de maîtrise, et parfois la punir, sans qu'une véritable logique se dégage de tout cela.
    5- il est facile d'utiliser les points 1) et 2) pour justifier nos erreurs, ou pour ne pas changer nos faiblesses, parce qu'on peut se reposer là-dessus pour oublier ce qu'on contrôle effectivement, c'est-à-dire la direction qu'on prend, la posture (de même qu'un marin ne contrôle pas le vent, il peut cependant orienter ses voiles. S'il blâme le vent parce qu'il n'avance pas, il refuse d'assumer la posture juste)

    Ainsi, paradoxalement, on trouve des grinders profondément malheureux (parce qu'ils ne savent pas gérer la dialectique de la volonté et du chaos), attachés à leurs résultats, dépendants même de leurs résultats pour leur existence égotique (investissement des forces inconscientes de réalisation dans la pratique du poker) ; ces mêmes grinders évolueront toutefois péniblement, stagneront, incapables de vraiment corriger leurs leaks techniques et mentaux, précisément parce que l'environnement pokéristique leur donne quantité de matériaux pour justifier leur incapacité. Ces matériaux naissent de la variance, de l'énergie qu'on y met, et pourtant je le répète la variance reste vacuité, elle n'est que pur phénomène et n'a absolument aucune importance qui ne soit pas illusion.


    Bravo à ceux qui ont eu le courage de tout lire, des éléments complémentaires à ce sujet viendront peut-être, c'est vaste (et dur à conceptualiser!!).
  13. Like
    Torino reacted to Mr Sneeze for a blog entry, Expérience FPS, part 2   
    J'ai fini mon précédent billet en parlant de l'ego. Je vais commencer celui-ci sur le même thème.
    Il y a tellement d'ego à une table de poker, tellement de testostérone qui bouillonne. C'est d'ailleurs probablement ce genre de trip que les joueurs recherchent dans le poker: la combativité leur donne leur dose hormonale.

    En live, l'ego est énorme. Quand on joue online derrière un écran, il arrive qu'on se retrouve dans des bataille de couilles avec certains joueurs, mais l'écran nous protège. On peut spew beaucoup plus sans se sentir ridicule, on ne craint pas autant que nos moves se fassent démasquer. Et puis au fond l'argent paraît plus virtuel. En live, waou, tellement de joueurs prennent les choses personnellement. Comme je le disais, j'ai fait un gros travail pour apprivoiser mon ego, donc je suis personnellement moins impacté par des batailles inter-individuelles (j'ai moins de choses à prouver aux autres qu'avant, moins de volonté de mettre mes balls sur la table... l'agressivité, oui, mais maîtrisée et intelligente). Mais je suis bien obligé de prendre en compte cette réalité.
    L'autre jour, à Cadet, en cash game 5/5€, j'arrive vers 1h du mat, dis bonjour à la table, et certains joueurs me regardent comme s'ils essayaient de lire en moi: 'qui est ce punk avec des cheveux longs et un pull pourri qui arrive comme si de rien n'était avec un gros stack à 1h du mat?' En tout cas c'est l'impression que j'ai eu.
    En bref, je reçois des mains jouables très vite et j'open genre 4 de mes 5 premières mains. Et là, direct, 2 ou 3 joueurs me regardent comme si je perturbais leur tranquillité. Un type notamment me regardait avec un air de: 'pour qui tu te prends?'. Avant je me serais ptet mal adapté à ce genre de dynamique, mais pas là. J'ai juste regardé cet homme, sans agressivité, sans m'impliquer. Et j'ai vu qu'ils allait pas me donner de crédit pour la soirée, c'était trop tard, son ego était impliqué maintenant, parce que j'avais osé open un peu trop de mains à sa convenance. A noter que cet homme était visiblement un joueur récréatif, marié, qui me semblait d'apparence aisé, le genre de personne qui a une situation professionnelle relativement confortable ; le genre intelligent, qui aime se mesurer à une table de poker. Clairement pas un gambleur fou, mais quelqu'un qui vient pour montrer qu'il est le mâle dominant. En tout cas il se sentait de me donner une leçon, je l'ai vu tout de suite.
    Et j'ai fait tout mon profit de la soirée grâce à ça, en essayant d'avoir une idée très précise de ce qu'il recherche dans le poker. C'est assez différent que de se limiter à se dire: 'oh c'est un joueur faible /fort pour X et Y raison'. On est dans le psychologique là, et c'est une dimension primordiale du live, souvent sous-estimée (l'importance de l'image!!!).

    Bref, je parle pas des FPS dans tout ça. Mais j'y viens: l'ego investi en tournoi est encore plus important qu'en cash game. En cash game, il arrive que la table soit super funky, qu'on rigole bien, toussa. En MTT, tout le monde se tait, tout le monde tank et prend 5 minutes pour regarder ses cartes avant de fold. C'est bien compréhensible, la survie est dans toute les têtes. Il y a donc cette tension énorme, avec une énorme part de 'drame'. En tournoi, l'attachement est encore plus grand qu'en cash game j'ai l'impression.
    A la fin du day 2, j'étais dans les chip leaders avec 360k (et non pas 430k comme annoncé sur les coverages, ma faute: j'ai pas su compté mes jetons). Le soir, c'est limite comme si on me disait que j'allais faire la table finale. Attends une seconde, il reste 120 joueurs! Même si je suis dans le top 10, ya encore beaucoup de route vers la TF.
    Et en préparant mentalement mon day 3, j'ai bien fait attention de pas m'emballer. Je me suis dit: ok j'ai un stack c'est cool, ça me donne des options. Maintenant,ya toujours la possibilité que je perde des coups et que je bust avant même l'ITM! C'est aussi très probable que je fasse juste un mincash, et que je me sentes déçu. Mais justement, je me suis préparé à cette déception. Un tournoi, c'est beaucoup de chance, beaucoup de revers de fortune. J'ai eu de la chance d'avoir un excellent day 1 correct, un day 2 excellent, rien n'indique que mon day 3 sera bon. Et de fait il ne l'a pas été ; j'ai fait de mon mieux mais je suis vite passé de 360K à 70K, dans les shorts stacks à batailler pour survivre la bulle.

    Et ça ne m'a rien fait. J'étais complètement non affecté. J'ai perdu mes chips, ok, c'est une réalité, je vais continuer avec ce que j'ai. Au final j'ai fais ITM, et ça me déçoit pas. J'ai fais ce que je pouvais. Mes moves sont passés le jour 2, et ont globalement échoués le jour 3. Notamment j'ai perdu la plupart de mon stack en essayant de bluffer un joueur qui m'a snap avec les nuts.
    Est-ce que ça veut dire que j'ai spew? Peut-être, et peut-être pas. Peut-être que je me suis juste retrouvé contre le top de sa range au mauvais moment. Il faut tellement de réussite pour naviguer dans un tournoi! Et je parle pas que des flips évidemment. Quand on passe un bluff, c'est de la variance positive, parce qu'on chatte que vilain n'ait pas les nuts à ce moment là. Or on pense toujours qu'on est un sick génie quand on passe un gros bluff, et qu'on est un abruti quand ça échoue. Faut oublier tout ça. Non-attachement à l'impermanence des choses. On prend une décision à un moment, parce qu'on a un read, une vision stratégique. Et ensuite les cartes sont révélées. Mais c'est pas l'important. Parfois on se fait snap et on peut avoir l'air con. Mais les joueurs qui craignent d'avoir l'air con ne feront jamais de perfs.

    J'en reviens à l'aspect dramatique des tournois: tellement de joueurs spew tous leurs jetons après avoir perdu un gros coup. Tellement de joueurs jouent comme un freeroll après avoir gagné un gros coup. Tellement de joueurs croient que ça y est, ils ont leur place en TF parce qu'ils ont monté du jeton. En conséquence, beaucoup de déception potentielle. Il faut pas oublier que tout va très vite en tournoi. Au poker, perdre un pot de 50bb arrive tout le temps, n'importe quel joueur de CG le sait bien ; en tournoi, cette réalité est comme oubliée, et perdre 50bb est un désastre. C'est vrai que perdre 50bb peut compromettre la survie, mais la réalité du jeu no-limit, c'est que les jetons circulent. Ils volent même. C'est très important de toujours se souvenir de ça, et de ne pas rentrer dans le côté dramatique du genre: 'oh jsuis chip leader, je dois rester chip leader, et si je perds un gros coup je vais être dévasté'. La réalité est que très souvent les chip leaders des premiers jours ne restent pas chip leaders et bust avant la TF. La réalité est qu'il n'y a que la main en cours: passer d'un petit stack à un gros stack ou vice versa n'a aucune importance, ou ne devrait pas en avoir pour les joueurs de poker avertis.
    Et tout le monde prend tout personnellement, OMG. Genre tu 3b un gars une fois, et puis tu gagnes un autre coup postflop contre lui, et c'est lancé: vous êtes ennemis et il va chercher à 'gagner' la bataille de balls. J'ai gagné mon plus gros pot du day 2 contre un joueur un peu ego-maniaque (pas mauvais au demeurant, agressif surtout) ; vu que j'ai joué quelques pots contre lui où il semblait que je le laissais pas me marcher dessus, ni marcher sur la table, je sentais qu'il avait l'impression que je lui en voulais personnellement. Je n'ai pas cherché à changer son impression, parce qu'elle pouvait me servir stratégiquement, mais je n'ai mis aucun attachement émotionnel dans la situation. Mon ego n'était pas sur la table, mais lui le croyait (en tout cas je croyais qu'il pouvait y croire), comme le gars dont j'ai parlé au dessus en cash game. C'est le genre de truc qu'on voit par le regard et la présence, c'est très intuitif, presque animal. On le sait quand ça arrive.
    En bref on se retrouve dans un coup où il open (il open wide), je flat AKs au CO (décidé que j'aurais beaucoup de postflop value en callant, vu que vilain était un joueur très aggro, mais intelligent et je pense très compétent pokéristiquement). Le flop est génial: AK2r ; on est 3, vilain CB, je call, l'autre fold. Turn 5, il check, je bet entre 30 et 40% du pot (j'avais une stratégie globale de small stabs alternés parfois de big bets, donc j'ai continué), il call. River 2, il check, je shove pour 2 fois le montant du pot. La raison est que je représente surtout un Ax qui essaye de voler le coup et d'éviter un chop. Et sur le coup, vu l'historique et l'ego de mon adversaire dirigé à mon égard, j'étais convaincu qu'il pourrait se level, alors que si on regarde la situation à froid, c'est sûrement un fold avec Ax pour lui.
    En effet il était chip leader de la table et j'étais second en chips avec un gros stack. Est-ce que je me risquerais vraiment à overbet all-in en bluff (genre avec JT ou KQ) contre le seul joueur de la table qui puisse m'éliminer? Et qui a toutes les raisons d'être suspicieux, qui est pas le genre nit, mais plutôt le genre loose qui aime bluff avec J4o? Pour être honnête j'aurais sûrement overbet avec Ax sur ce spot, mais ça reste quand même une situation dégueu pour lui (s'il perd le coup il passe de chip leader de la table à short stack). Mais comment aurait-il pu fold? Ca aurait été signe qu'il perdait la bataille égotique dans le grand drame du tournoi, et ça il ne pouvait pas l'accepter. C'était au fond plus important que sa survie, et plus important que de réfléchir rationnellement à ce que je pouvais bien faire avec mon énorme overbet. Comprendre les motivations psychologiques de vos adversaires peut vous ouvrir des possibilités stratégiques énormes, que ce soit en termes de lignes, ou de sizing, voire même de body langage pour le live.


    Pour conclure, je dirais donc que beaucoup de joueurs gagneraient à discipliner leur ego quand ils jouent. En ce qui me concerne, je crée de l'edge en disciplinant le mien autant que faire se peut, et en étant capable en conséquence de voir plus objectivement les egos des autres (qu'est-ce qu'ils cherchent à la table).
    Aussi, toute cette dimension dramatique des MTT, ainsi que la 'gloire' qui y est attaché avec les journalistes, les titres, etc, les rend beaucoup plus intenses émotionnellement que le cash game. Jouer 7 h de tournoi implique une concentration d'une grande intensité, et donc une grande endurance physique et mentale. J'étais bien crevé après chaque jour de tournoi! Mais je suis resté concentré jusqu'au bout, et j'ai aimé cette dimension sportive. Le cash game restera mon terrain de prédilection, mais je risque de m'essayer plus souvent et plus sérieusement aux MTT.

    Edit: j'aimerais parler du 'high' des tournois. Je me suis senti très excité après tous les jours de tournois. Même en ayant fini 65ème, j'étais encore super chaud plusieurs après avoir bust. Ya une adrénaline énorme du fait de la compétition et de l'aspect 'survival'. J'imagine même pas le high qu'on doit ressentir en faisant une TF d'un gros tournoi live. J'en déduis qu'il y a pas mal de risques à ce genre de sensation. Par exemple, un joueur qui arriverait à faire une ou plusieurs grosses perfs pourrait facilement s'emballer et se sentir comme 'au sommet du monde'. Ca peut avoir des avantages au niveau confiance, au niveau des moves qu'on ose faire, etc. Cependant, le risque serait l'incapacité à se remettre en question, l'incapacité à comprendre les échecs qui vont invariablement venir à un moment ou un autre. Je pense du coup que ça doit arriver à pas mal de joueur de suivre le trajet 'étoile filante', c'est-à-dire avoir des succès, et paradoxalement ne pas parvenir à se 'remettre' de ces succès, incapables de voir que le chemin est parsemé d'embûches, de défis, et que les succès passés ne garantissent rien sur le futur. Seul le présent compte.
  14. Like
    Torino reacted to Mr Sneeze for a blog entry, Expérience FPS   
    Quelques pensées à la sortie du FPS Paris.

    D'abord, j'ai pas mal hésité à le jouer. La raison est que j'ai très peu d'expérience en tournoi (j'en joue entre 50 et 100 par an), surtout en live, et très peu de perfs. Malgré ma confiance en cash game, surtout online, j'étais quelque part effrayé de me mesurer aux sharks de MTT. Aussi, je commence seulement à bien jouer en live: pendant très longtemps j'avais peur de faire du volume en live, et je jouais souvent sous-optimalement, avec une sorte d'anxiété à la con. J'ai pendant longtemps eu une personnalité très timide et introvertie, mais aussi très sensible aux 'énergies' des environnements et des gens, et du coup une session live se finissait souvent pour moi avec un énorme mal de bide et parfois quelques stacks stupidement perdus. Globalement des résultats bien inférieurs à ce que je devrais espérer en étant reg de NL200-1000 online, et du coup un niveau a priori au dessus de la moyenne d'une NL400 live.

    Reste qu'il y a eu une transition depuis quelques mois, je me suis attaqué à des problèmes profonds, cachés dans les recoins de ma psyché. J'ai travaillé des choses dans mon rapport aux autres, à l'altérité ; sur un autre plan, j'ai aussi travaillé ma présence à la table, de façon à pouvoir contenir ma sensibilité qui me fait misplay, et j'ai travaillé mes reads en live, qui commencent à donner des résultats satisfaisants.
    Faire ce FPS c'était pour moi une sorte de test: d'abord me confirmer que je n'avais plus peur de jouer en live, ni de jouer en tournoi, et aussi que je n'avais plus peur de jouer des bons joueurs. Je ne crains pas de jouer des bons joueurs en CG online, mais en MTT live, hum, j'avais de l'appréhension.

    Force est de constater que mes peurs étaient sans fondement. Je pense avoir tout à fait le niveau pour batailler et tenir ma place dans un event comme le FPS main event. Je manque d'expérience en tournoi, certes, et je vois bien que je suis pas un crack dans le jeu à 30-40bb, mais je pense beaucoup au jeu en général, et j'ai un paquet de moves dans mon arsenal, notamment en termes de sizing. En bref, j'ai réussi à finir ITM de ce FPS, et surtout je pense avoir fait de mon mieux, ce qui me permet peut-être enfin de dépasser ce manque de confiance incompatible avec une carrière de joueur pro. En fait, quand je manquais encore cruellement de maturité, j'avais cette sorte d'ego que beaucoup de joueurs de poker ont, surtout les plus jeunes ayant eu quelques résultats: je croyais que tout le monde était super mauvais, je croyais qu'il y avait UNE bonne manière de jouer au poker, et que c'était la mienne. Au fur et à mesure de ma progression, et en décidant de vraiment m'engager dans une pratique sérieuse, toutes les infinies complexités du jeu me sont apparues, et j'ai alors eu plusieurs crises de confiance, où je ne voyais pas comment j'allais pouvoir gérer toutes ces difficultés techniques et surtout mentales, que le poker crée.

    Et puis j'ai vite réalise que mon jeu progressait à travers ce travail tumultueux d'introspection. Que mon tilt s'amenuisait, que mes spews devenaient plus rares.
    Maintenant il y a rééquilibrage: je suis plus conscient de mon niveau réel, plus conscient de ce que je maîtrise et de ce que je ne maîtrise pas. Et je me rends compte que peu de joueurs, mêmes talentueux et sûrement meilleurs que moi, ne font pas ce travail d'exploration de leur intériorité (tellement d'ego et de pulsions sont mis dans le poker! volonté de domination surtout), et que ma force résidait là.
    Le manque de confiance ressenti était en fait une forme d'orgueil corrompue: en refusant de me mettre dans des situations difficiles et conflictuelles, je refusais aussi l'échec potentiel qu'implique la prise de risque. Donc il s'agit bien d'orgueil: l'orgueil qu'il faut toujours réussir. Or j'ai maintenant bien compris que l'échec fait partie du chemin, et que les vrais athlètes, les vrais guerriers, gardent la même attitude même quand tout s'oppose à leur succès. Ils ne craignent pas l'échec, et ils ne s'attachent pas au succès, ce pourquoi ils réussissent.

    Désormais, je sais (mieux) contenir mon ego. Je sais supporter les vagues de la variance, les vagues des émotions aussi, et j'évite de trop m'attacher aux choses. Moins d'ego implique moins de peur. Simplement, je fais le mieux possible, avec les forces que j'ai. Puisque je ne crains plus l'échec, ou le ridicule, je ne crains pas non plus le succès, ni les bonnes intuitions (parce que si on craint d'échouer, on perd le courage de vraiment faire des grandes choses).
    Tout ce pavé pour dire que j'ai décidé de jouer ce tournoi pour me mettre à l'épreuve, et que je suis content de ce qui est sorti de l'expérience. Je me sens prêt à batailler, je n'ai plus peur de me prendre des revers, parce que je ne le verrai plus comme une défaite personnelle. J'ai vu que 90% du field était composé de joueurs très très perfectibles ; j'ai vu que des joueurs expérimentés de tournoi pouvaient spew atrocement ; j'ai vu que les sick sharks étaient rares, même dans un tournoi à 1100€ (live certes). Bref, j'ai ma place.

    La confiance est là donc, mais elle implique aussi une responsabilité: pour avoir sa place parmi les meilleurs, on peut jamais s'arrêter de travailler, on peut pas prendre la pratique à la légère.


    (la suite dans une deuxième partie, parce que je blablate trop).
  15. Like
    Torino reacted to 3moisdepoker for a blog entry, ça se refroidit à Las vegas.   
    Lundi comme d'hab après une session piscine, je prend la direction du Venetian. La session fut plutôt longue mais je me suis accroché pour ne prendre qu'une demi cave . 
    Mardi session sport et piscine puis Venetian, j'arrive à doubler puis la table casse du coup je vais faire une petite session au Bellagio où Dominique un CPiste me rejoint il vient d'arriver et il fait un road trip dans ouest américain en aout septembre. On discute pendant que je joue, je double avec KK vs AQ sur flop Qxx deux coeur juste assez pour mettre de l'action Ensuite on manger un bout petit déjeuner pour lui car il est rester en horaire française et pizza pour moi.
    Mercredi repos avec après midi pétanque et beaucoup de vent, et du froid.
    Jeudi dejeuner avec Bastien un autre CPiste et Dominique, il a décidé de nous emmener hors du Strip même hors de Vegas, on déjeune à Boulder city puis on visite le barrage qui fournir toute l'électricité de Sin City.

    C'est haut !!

    Arrêtez de pomper l'eau !
    Sympa de prendre l'air Ce jeudi soir c'était soirée beaujolais nouveau avec les expatriés français de la pétanque, soirée sympa.
    Vendredi session sport piscine, direction le Venetian, il fait nuit et j'ai froid sur la route j'ai pas de manteau lol oublié en France ... bref j'arrive et liste d'attente ha oui c'est Vendredi soir les touriste sont là enfin normalement, car je suis descendu à -650 et j'ai galéré pour juste perdre 80 en sortie de session. Pendant ce temps là Bastien fait une perf en tournois: 7éme sur 99 joueurs bravo à lui.
     
  16. Like
    Torino got a reaction from wanass for a blog entry, Préambule : Faut vraiment avoir envie de se cagouler   


    Préambule : Faut vraiment avoir envie de se cagouler




    Après un mois d'attente interminable, on y est, je ne sais pas si je l'ai déjà dis mais c'est ma première fois à Vegas, et je peux vous dire que ça a été vraiment très dure de penser à autre chose qu'à ça, heureusement le week end avant le départ a été bien arrosé du coup c'est passé assez rapidement pour finir. J'ai quand même réussi à m'imaginer gagner des centaines de milliers d'euros, être le king de vegas tout ça tout ça, j'étais déjà prêt à organiser le voyage de ma femme et de ma fille pour qu'elles me rejoignent et viennent me suivre pendant la table finale des wsop (l'event 5k de préférence que j'aurais cash in après avoir détruit les tournois au ph et au Wynn).

    Bref il était tant que je parte, mais je vous rappelle que j'habite au fin fond de la Corrèze et que chaque voyage se révèle être toujours un périple de tous les instants, et cette fois ça ne va pas changer. C'est parti.

    On est le 10 au matin, il est 5 heures, ma fille est pas d'humeur pour dormir plus, bon c'est pas bien grave, je suis pour le moment chez mes parents à 2h30 de chez moi. J'allume la télé car je suis bien entendu le seul levé, ma femme est déjà partie embaucher en se tapant 2h30 de route en pleine nuit. Et là une petite surprise pour bien commencer le trip, la SNCF décide de faire grève, mmmh, j'ai deux trains à prendre le 11 et un train sur trois circule, la question c'est est-ce qu'on va commencer à chatter ses 33 % de chance de gagner ? On verra bien.
    L'après midi, voir le soir la sncf met en place un système permettant de voir si les trains que l'on doit prendre sont maintenus ou non. Et boom mes deux trains ne passeront évidemment pas, je trifouille un peu à gauche à droite mais j'ai pas de solution super cool. (trajet de bus de 7 heures pour faire USSEL-Limoges, alors qu'il faut 1h30 en caisse) Je me lance pour la première fois de ma vie dans le covoiturage sans grand espoir vu que j'habite quand même un endroit légèrement reclus Et là chatte de ouf comme dirait Mr Nassif, un mec part pour limoges et habite à 5km de chez moi. Snap call et c'est parti pour la première expérience covoiturage de ma vie. Et honnêtement c'était pas triste, le mec part 2 heures plus tôt finalement (donc 9 heures du mat sinon c'est pas drôle) il roule dans un espace des années 90, il a 19 ans et conduit comme un dingue, dans tous les virages un peu serrés les pneus crissent et j'ai même la sensation que de temps en temps on est sur deux roues, btw il se plante 3 fois de route. On arrive dans le centre ville de Limoges, à un feu une mère de famille nous klaxonne pour qu'on ouvre la fenêtre, je m'exécute :

    - Votre voiture fume énormément, vous devriez faire attention.
    - Merci madame, je suis presque arrivé et vivant finalement yeaaaaaaa !
    - No soucis c'est normal. Nous sort ce pilote de l'extrème.

    Tans mieux si c'est normal il tombera en panne 3 minutes après.

    - Bon ben salut hein.

    Je me taille à la gare, arrivé là bas le train est bien annulé, j'appelle Benz oui je voyage avec Benz mais lui il est encore au taff. Je lui dis que ça semble compromis le train que y en a juste aucun qui circule au départ de Limoges pour Paris, encore une fois on matte à gauche à droite comment monter à panam, mais cette fois je n’émets pas d'hypothèse covoiturage. Finalement on dira non au plan caisse, et on choppera un train qui apparaitra vers 20h15.
    Il est 11h00 du mat, j'appelle 2-3 potes pour aller bouffer en ville et passer l'aprem à jouer à la console, finalement tout s'arrange, et heureusement qu'on avait prévu large niveau timing pour l'avion, on prend la machine volante le lendemain à 11h00. On est censé dormir chez la tante de Benz, alors je pars acheter du vin pour la remercier, un petit argentin de plutôt bonne qualité et un bon Bordeaux feront bien l'affaire.

    Ça y est Benz débauche et passe me chercher pour filer à la gare, j'ai reçu quelques offres de stacking de dernière minute, c'est gentil de la part des coupains, le pote courtier va passer à la gare me filer le cash.

    Arrivé à la gare le train aura minimum 2 heures de retard, il est donc 18h30 et il partira minimum à 22h00, pour une arrivée probable à Paris à 01h30 du matin. Très vite on abandonne le plan dormir chez tatie Benz quand on entend parler d'une gréve des taxis qui a bloqué l’aéroport aujourd'hui + les rer qui ne circulent pas des masses. Le plan ça va être de passer la nuit à l’aéroport.

    Bon on a du temps à perdre avant le départ en train, donc on s'assoit au bar de la gare et on se met à discuter de tout et de rien avec l'ami Benz et Nasri le courtier, puis là on croise un pote qui doit monter à panam également et qui deviendra notre compagnon de galère.

    On décide de se mettre bien :



    Allez on bouge, on a pas de billet pour le train mais on nous a dis de nous assoir où on voulait, j'opte donc pour la première classe, on essaye de motiver Nasri à faire enfin un truc fou dans sa vie, à sauter dans le train et venir à Vegas, mais btw, il est prof et a un devoir moral. La blague.

    On vient donc se poser tranquillement, le train à l'air moitié vide, bon ce qui est chiant c'est qu'on est bien chaud pour continuer la fête mais on a pas de tire bouchon, mais voilà, Francis, le chariot ambulant passe et on lui soudoie un tire bouchon, il a l'air bien attaqué alors on l'invite à boire un coup, il va ranger son chariot et nous rejoindra boire 2-3 verres pour balancer un peu sur la sncf.

    On commence les choses sérieuses, je défonce le hu en omaha, pour être franc c'était du flash omaha une main mais c'est gagné ! Je vais arriver plein de confiance à vegas c'est bon ça ! Là on commence à faire des tours de magie (retenez bien notre passion pour la magie, on en reparlera par la suite). Et 3 petites nanas passent devant notre wagon et nous voient en train d'improviser un spectacle digne des plus grands talents mondiaux, on sympathise et elles s'installent avec nous, nos tours sont abracadabrants et on se met à jouer au kems (que je vais obv gagner).



    Bon notre chere demoiselle de droite se met dans le trip de retrouver le blog qu'elle tenait à 14 ans elle dit que c'était un truc comme Xx-lalie-xX. je vous laisse faire les recherches hein... Mais elle ira quand même jusqu’à filer son pass mail à Benz pour qu'il l'aide à le retrouver et il a maintenant accès à son entière life, ça va que Benz est un bon mec et qu'il s'en fou royalement, cette jeune fille ne se fera donc pas scam.


    Bref on arrive à Paris vers 01h30, et maintenant faut trouver un taxi pour l’aéroport



    Y a la queue et les taxis sont en gréve, y en a un qui passe toute les 20 mins (sans exagérer) un rapide calcul nous fera dire que ça va pas le faire, benz se rappelle qu'ils font gréve à cause des "vtc", un concurrent déloyal, bon ben c'est un call, appli smartphone -> commande vtc -> 5 min après vtc est là. On félicite l'association des taxis parisiens qui font de la pub pour leur concurrent déloyal. De plus les vtc proposent un service de très bonne qualité avec des chauffeurs plus que courtois, je pense que les taximan se tirent un peu une balle dans le pied et il va falloir qu'ils revoient leur service pour pas sombrer ou devenir à leur tour vtc. Benz pose 1 milliard de questions au chauffeur, j'ai l'impression qu'il veut écrire une thèse à ce sujet, perso je lâche l'affaire. On arrive à l'aeroport vers 2h30, puis on va essayer de dormir à l’aéroport. Ben je peux vous dire que tout est fait pour pas dormir dans cet aéroport, tout est calculé au centimètre près pour que ce soit assez inconfortable pour pas dormir, bravo pour les calculs savants, il manque juste 4-5 centimètres à une combo fauteuil + table pour que ce soit confortable et obv tout est scellé. Tans pis on dormira demain dans l'avion. Je fais mes 150 tours d’aéroport au milieu de mes semblables et j'ai des flashs de Tyler Durden quand je rentre dans les chiottes, ça fait flipper.

    Boom l'avion est là il est temps de prendre notre fly, CDG-Charlotte première partie du voyage, j'ai pas perdu mon passeport (chose qui arrive à chaque fois que je sors d'Europe).



    Le plan est obv de dormir dans l'avion, mais j'ai fait une erreur de débutant, je suis en short, t-shirt et je me les caille grave malgré deux couvertures (très fines) impossible de fermer l’œil, surement la combo, froid, excitation, et siège inconfortable et n'oublions pas les 2 bébés brailleurs . Bon c'est pas grave 1 heure de sommeil en 48 heures pour arriver à Vegas pour 6-7 jours de grind, y a mieux comme préparation mais c'est les aléas de la vie.

    La correspondance Charlotte-Vegas se passe plutôt bien également mais quasi sans dodo et on y est. J'arrive à sin city non sans mal et je suis prêt à pousser des jetons ! 18h10 heure locale, il est temps d'aller poser les affaires à l’hôtel avant de commencer la première session !




    Je suis bien conscient que ce premier post est pas passionnant, mais j'ai décidé de faire un report assez complet, et ça aide à mettre dans l'ambiance la première partie : voyage.

    A demain pour la suite.
  17. Like
    Torino got a reaction from wanass for a blog entry, Day 4 : Rio et France-Honduras   


    Day 4 : Rio et France-Honduras



    On est pas trop pressé ce matin, on a toujours pas beaucoup dormi et c'est frustrant car à chaque fois sur les coups de 2 heures du matin j'ai un coup de barre, et à cette heure ci, tu as juste pas envie d'avoir un coup de barre. Une journée qui va un poil détoné des précédentes, car c'est l'ouverture du mondiale pour l'équipe de France (je suis un gros fan de foot) et on va quitter le strip pour la première fois pour aller au Rio.

    On sort du Palazzo vers 10h30 après avoir appelé nos familles, et on va prendre notre premier taxi depuis l’aéroport, la première fois c'était un gangsta et là on ne sera pas déçu non plus, on s'est réveillé il y a peu, le mec a mis le son a fond et c'est pas de la musique que j'apprécie particulièrement, de la vieille techno roumaine des années 90 à fond avec les enceintes qui saturent, ça fait boozzmm boozzmm et ça casse le crane, bon c'est pas grave le trajet est pas long, on lui demande de nous déposer au convention center au moins 3 fois mais a priori ça l'emm**de, bon je lui filerais quand même 1$ de tips et j'entendrais "what ? only 1$ tips, rly ? only 1$ ?" Mais quel enfoiré, 2 tacos et je commence à me dire qu'ils ont bonne répute à tort ici...

    C'est pas grave on est à l'entrée du Rio et ça me permettra d'en voir un peu plus (le rio c'est gigantesque) j'aime beaucoup l'ambiance, lumière tamisé comme au PH, j'aime beaucoup. On décide d'aller manger avant tout a la célèbre food court et honnêtement c'était tout à fait correcte bien qu'un peu cher.

    Avec Benz on décide de pas swapper, on n'est pas trop sure de ce que l'on va jouer tout les deux, donc c'est journée libre today.
    Je vais commencer par mater le match, France-Honduras, le fait du match pour moi c'est le rouge de palacio, tellement bon de voir le ralenti, mais qu'est ce qui lui a pris au mec ? J'ai trouvé ça con d'en vouloir à Pogba aussi pour son petit kick alors qu'il vient de se faire piétiner 2 fois par 2 mecs en 1 minutes sans que l'arbitre sourcille. Le mec est humain et à un moment faut pas déconner quoi, son surnom c'est la pioche pas le paillasson.

    Un 3-0 easy et deux coca (erreur, on sait qu'il faut boire de l'alcoolisé pour gagner) et on a le temps de faire un petit tout de salle avant d'aller jouer. je prend quelques clichés notamment de quelques stars du poker.





    YAY mon premier tournoi au Rio ! Bon c'est pas le Main Event, mais au moins c'est un petit kiff :




    Ça va peut être vous décevoir mais j'ai très peu de souvenir sur ce tournoi, le mec à ma gauche était vraiment très bon et m'a vraiment gêné dans mon jeu, j'ai pas pu monter grand chose, la structure était affreuse, la pire de tout les tournois auquel j'ai participé, 1 level sur 2 sauté a peu près donc on se se retrouve très vite short et quand on perd avec vs au premier push bah on prend nos affaires et on va s'inscrire ailleurs.

    C'est partis pour le 185$ cette fois et les jetons sont magnifiques ! j'adore ce genre de jetons !



    Ma table est faible je monte un peu de jetons, mais pas suffisamment pour que la magnifique structure ne me rattrape pas, donc je vais vite arriver a 15-20 bb et m'armer de patience, après quelques orbites vraiment très longue je vais me retrouver dans un spot a shove un raise au bouton avec et 15bb, l'initial raiser va snap avec et un sur le board plus tard, je serais dans le rail de Benz, toujours pas d'itm en mtt ça devient pesant, mais honnêtement les tournois du rio je ne les ai pas trouvé bien.

    Dinner break de benz et on prend quelques clichés de nuit.



    Une tite tof du strip vu du rio.


    Une autre.


    Un panorama avec une vieille à deux têtes bien flippante.


    Le rio et moi

    Bien entendu Benz à décidé de deeprun sévèrement ce jour là, pas de swap bien évidemment et moi qui m'endort assis au rio tout en railant, à 2 heures du mat ils est toujours in, je me sens assez couillon mais je vais le laisser là et vais rentrer me pieuter car je suis totalement épuisé. Le taxi retour aura juste été magnifique, j'avais peur d'encore galérer mais la conductrice prendra des parkings et raccourcis pour me déposer en un temps record à l'entrée de l’hôtel, je double la course en guise de tips tellement je suis épuisé et plein de gratitude pour cette dame qui ne m'aura pas fais galérer ! 2$ au portier et il m'ouvrira toutes les portes jusqu'à l’ascenseur. Merci Merci Merci.

    Je m'endors en 3 secondes et au réveil (soit 5 heures plus tard -_-) Benz m'annonce qu'il a win 2k2 net. Ça le fait, ça reboost totalement et je me sens chaud pour un nouveau jour et un deeprun au Wynn !

    Ainsi se conclue ma journée la moins passionnante à Vegas ! Demain devrait être un poil mieux !
  18. Like
    Torino got a reaction from wanass for a blog entry, Day 4 : Rio et France-Honduras   


    Day 4 : Rio et France-Honduras



    On est pas trop pressé ce matin, on a toujours pas beaucoup dormi et c'est frustrant car à chaque fois sur les coups de 2 heures du matin j'ai un coup de barre, et à cette heure ci, tu as juste pas envie d'avoir un coup de barre. Une journée qui va un poil détoné des précédentes, car c'est l'ouverture du mondiale pour l'équipe de France (je suis un gros fan de foot) et on va quitter le strip pour la première fois pour aller au Rio.

    On sort du Palazzo vers 10h30 après avoir appelé nos familles, et on va prendre notre premier taxi depuis l’aéroport, la première fois c'était un gangsta et là on ne sera pas déçu non plus, on s'est réveillé il y a peu, le mec a mis le son a fond et c'est pas de la musique que j'apprécie particulièrement, de la vieille techno roumaine des années 90 à fond avec les enceintes qui saturent, ça fait boozzmm boozzmm et ça casse le crane, bon c'est pas grave le trajet est pas long, on lui demande de nous déposer au convention center au moins 3 fois mais a priori ça l'emm**de, bon je lui filerais quand même 1$ de tips et j'entendrais "what ? only 1$ tips, rly ? only 1$ ?" Mais quel enfoiré, 2 tacos et je commence à me dire qu'ils ont bonne répute à tort ici...

    C'est pas grave on est à l'entrée du Rio et ça me permettra d'en voir un peu plus (le rio c'est gigantesque) j'aime beaucoup l'ambiance, lumière tamisé comme au PH, j'aime beaucoup. On décide d'aller manger avant tout a la célèbre food court et honnêtement c'était tout à fait correcte bien qu'un peu cher.

    Avec Benz on décide de pas swapper, on n'est pas trop sure de ce que l'on va jouer tout les deux, donc c'est journée libre today.
    Je vais commencer par mater le match, France-Honduras, le fait du match pour moi c'est le rouge de palacio, tellement bon de voir le ralenti, mais qu'est ce qui lui a pris au mec ? J'ai trouvé ça con d'en vouloir à Pogba aussi pour son petit kick alors qu'il vient de se faire piétiner 2 fois par 2 mecs en 1 minutes sans que l'arbitre sourcille. Le mec est humain et à un moment faut pas déconner quoi, son surnom c'est la pioche pas le paillasson.

    Un 3-0 easy et deux coca (erreur, on sait qu'il faut boire de l'alcoolisé pour gagner) et on a le temps de faire un petit tout de salle avant d'aller jouer. je prend quelques clichés notamment de quelques stars du poker.





    YAY mon premier tournoi au Rio ! Bon c'est pas le Main Event, mais au moins c'est un petit kiff :




    Ça va peut être vous décevoir mais j'ai très peu de souvenir sur ce tournoi, le mec à ma gauche était vraiment très bon et m'a vraiment gêné dans mon jeu, j'ai pas pu monter grand chose, la structure était affreuse, la pire de tout les tournois auquel j'ai participé, 1 level sur 2 sauté a peu près donc on se se retrouve très vite short et quand on perd avec vs au premier push bah on prend nos affaires et on va s'inscrire ailleurs.

    C'est partis pour le 185$ cette fois et les jetons sont magnifiques ! j'adore ce genre de jetons !



    Ma table est faible je monte un peu de jetons, mais pas suffisamment pour que la magnifique structure ne me rattrape pas, donc je vais vite arriver a 15-20 bb et m'armer de patience, après quelques orbites vraiment très longue je vais me retrouver dans un spot a shove un raise au bouton avec et 15bb, l'initial raiser va snap avec et un sur le board plus tard, je serais dans le rail de Benz, toujours pas d'itm en mtt ça devient pesant, mais honnêtement les tournois du rio je ne les ai pas trouvé bien.

    Dinner break de benz et on prend quelques clichés de nuit.



    Une tite tof du strip vu du rio.


    Une autre.


    Un panorama avec une vieille à deux têtes bien flippante.


    Le rio et moi

    Bien entendu Benz à décidé de deeprun sévèrement ce jour là, pas de swap bien évidemment et moi qui m'endort assis au rio tout en railant, à 2 heures du mat ils est toujours in, je me sens assez couillon mais je vais le laisser là et vais rentrer me pieuter car je suis totalement épuisé. Le taxi retour aura juste été magnifique, j'avais peur d'encore galérer mais la conductrice prendra des parkings et raccourcis pour me déposer en un temps record à l'entrée de l’hôtel, je double la course en guise de tips tellement je suis épuisé et plein de gratitude pour cette dame qui ne m'aura pas fais galérer ! 2$ au portier et il m'ouvrira toutes les portes jusqu'à l’ascenseur. Merci Merci Merci.

    Je m'endors en 3 secondes et au réveil (soit 5 heures plus tard -_-) Benz m'annonce qu'il a win 2k2 net. Ça le fait, ça reboost totalement et je me sens chaud pour un nouveau jour et un deeprun au Wynn !

    Ainsi se conclue ma journée la moins passionnante à Vegas ! Demain devrait être un poil mieux !
  19. Like
    Torino got a reaction from wanass for a blog entry, Day 4 : Rio et France-Honduras   


    Day 4 : Rio et France-Honduras



    On est pas trop pressé ce matin, on a toujours pas beaucoup dormi et c'est frustrant car à chaque fois sur les coups de 2 heures du matin j'ai un coup de barre, et à cette heure ci, tu as juste pas envie d'avoir un coup de barre. Une journée qui va un poil détoné des précédentes, car c'est l'ouverture du mondiale pour l'équipe de France (je suis un gros fan de foot) et on va quitter le strip pour la première fois pour aller au Rio.

    On sort du Palazzo vers 10h30 après avoir appelé nos familles, et on va prendre notre premier taxi depuis l’aéroport, la première fois c'était un gangsta et là on ne sera pas déçu non plus, on s'est réveillé il y a peu, le mec a mis le son a fond et c'est pas de la musique que j'apprécie particulièrement, de la vieille techno roumaine des années 90 à fond avec les enceintes qui saturent, ça fait boozzmm boozzmm et ça casse le crane, bon c'est pas grave le trajet est pas long, on lui demande de nous déposer au convention center au moins 3 fois mais a priori ça l'emm**de, bon je lui filerais quand même 1$ de tips et j'entendrais "what ? only 1$ tips, rly ? only 1$ ?" Mais quel enfoiré, 2 tacos et je commence à me dire qu'ils ont bonne répute à tort ici...

    C'est pas grave on est à l'entrée du Rio et ça me permettra d'en voir un peu plus (le rio c'est gigantesque) j'aime beaucoup l'ambiance, lumière tamisé comme au PH, j'aime beaucoup. On décide d'aller manger avant tout a la célèbre food court et honnêtement c'était tout à fait correcte bien qu'un peu cher.

    Avec Benz on décide de pas swapper, on n'est pas trop sure de ce que l'on va jouer tout les deux, donc c'est journée libre today.
    Je vais commencer par mater le match, France-Honduras, le fait du match pour moi c'est le rouge de palacio, tellement bon de voir le ralenti, mais qu'est ce qui lui a pris au mec ? J'ai trouvé ça con d'en vouloir à Pogba aussi pour son petit kick alors qu'il vient de se faire piétiner 2 fois par 2 mecs en 1 minutes sans que l'arbitre sourcille. Le mec est humain et à un moment faut pas déconner quoi, son surnom c'est la pioche pas le paillasson.

    Un 3-0 easy et deux coca (erreur, on sait qu'il faut boire de l'alcoolisé pour gagner) et on a le temps de faire un petit tout de salle avant d'aller jouer. je prend quelques clichés notamment de quelques stars du poker.





    YAY mon premier tournoi au Rio ! Bon c'est pas le Main Event, mais au moins c'est un petit kiff :




    Ça va peut être vous décevoir mais j'ai très peu de souvenir sur ce tournoi, le mec à ma gauche était vraiment très bon et m'a vraiment gêné dans mon jeu, j'ai pas pu monter grand chose, la structure était affreuse, la pire de tout les tournois auquel j'ai participé, 1 level sur 2 sauté a peu près donc on se se retrouve très vite short et quand on perd avec vs au premier push bah on prend nos affaires et on va s'inscrire ailleurs.

    C'est partis pour le 185$ cette fois et les jetons sont magnifiques ! j'adore ce genre de jetons !



    Ma table est faible je monte un peu de jetons, mais pas suffisamment pour que la magnifique structure ne me rattrape pas, donc je vais vite arriver a 15-20 bb et m'armer de patience, après quelques orbites vraiment très longue je vais me retrouver dans un spot a shove un raise au bouton avec et 15bb, l'initial raiser va snap avec et un sur le board plus tard, je serais dans le rail de Benz, toujours pas d'itm en mtt ça devient pesant, mais honnêtement les tournois du rio je ne les ai pas trouvé bien.

    Dinner break de benz et on prend quelques clichés de nuit.



    Une tite tof du strip vu du rio.


    Une autre.


    Un panorama avec une vieille à deux têtes bien flippante.


    Le rio et moi

    Bien entendu Benz à décidé de deeprun sévèrement ce jour là, pas de swap bien évidemment et moi qui m'endort assis au rio tout en railant, à 2 heures du mat ils est toujours in, je me sens assez couillon mais je vais le laisser là et vais rentrer me pieuter car je suis totalement épuisé. Le taxi retour aura juste été magnifique, j'avais peur d'encore galérer mais la conductrice prendra des parkings et raccourcis pour me déposer en un temps record à l'entrée de l’hôtel, je double la course en guise de tips tellement je suis épuisé et plein de gratitude pour cette dame qui ne m'aura pas fais galérer ! 2$ au portier et il m'ouvrira toutes les portes jusqu'à l’ascenseur. Merci Merci Merci.

    Je m'endors en 3 secondes et au réveil (soit 5 heures plus tard -_-) Benz m'annonce qu'il a win 2k2 net. Ça le fait, ça reboost totalement et je me sens chaud pour un nouveau jour et un deeprun au Wynn !

    Ainsi se conclue ma journée la moins passionnante à Vegas ! Demain devrait être un poil mieux !
  20. Like
    Torino got a reaction from wanass for a blog entry, Day 4 : Rio et France-Honduras   


    Day 4 : Rio et France-Honduras



    On est pas trop pressé ce matin, on a toujours pas beaucoup dormi et c'est frustrant car à chaque fois sur les coups de 2 heures du matin j'ai un coup de barre, et à cette heure ci, tu as juste pas envie d'avoir un coup de barre. Une journée qui va un poil détoné des précédentes, car c'est l'ouverture du mondiale pour l'équipe de France (je suis un gros fan de foot) et on va quitter le strip pour la première fois pour aller au Rio.

    On sort du Palazzo vers 10h30 après avoir appelé nos familles, et on va prendre notre premier taxi depuis l’aéroport, la première fois c'était un gangsta et là on ne sera pas déçu non plus, on s'est réveillé il y a peu, le mec a mis le son a fond et c'est pas de la musique que j'apprécie particulièrement, de la vieille techno roumaine des années 90 à fond avec les enceintes qui saturent, ça fait boozzmm boozzmm et ça casse le crane, bon c'est pas grave le trajet est pas long, on lui demande de nous déposer au convention center au moins 3 fois mais a priori ça l'emm**de, bon je lui filerais quand même 1$ de tips et j'entendrais "what ? only 1$ tips, rly ? only 1$ ?" Mais quel enfoiré, 2 tacos et je commence à me dire qu'ils ont bonne répute à tort ici...

    C'est pas grave on est à l'entrée du Rio et ça me permettra d'en voir un peu plus (le rio c'est gigantesque) j'aime beaucoup l'ambiance, lumière tamisé comme au PH, j'aime beaucoup. On décide d'aller manger avant tout a la célèbre food court et honnêtement c'était tout à fait correcte bien qu'un peu cher.

    Avec Benz on décide de pas swapper, on n'est pas trop sure de ce que l'on va jouer tout les deux, donc c'est journée libre today.
    Je vais commencer par mater le match, France-Honduras, le fait du match pour moi c'est le rouge de palacio, tellement bon de voir le ralenti, mais qu'est ce qui lui a pris au mec ? J'ai trouvé ça con d'en vouloir à Pogba aussi pour son petit kick alors qu'il vient de se faire piétiner 2 fois par 2 mecs en 1 minutes sans que l'arbitre sourcille. Le mec est humain et à un moment faut pas déconner quoi, son surnom c'est la pioche pas le paillasson.

    Un 3-0 easy et deux coca (erreur, on sait qu'il faut boire de l'alcoolisé pour gagner) et on a le temps de faire un petit tout de salle avant d'aller jouer. je prend quelques clichés notamment de quelques stars du poker.





    YAY mon premier tournoi au Rio ! Bon c'est pas le Main Event, mais au moins c'est un petit kiff :




    Ça va peut être vous décevoir mais j'ai très peu de souvenir sur ce tournoi, le mec à ma gauche était vraiment très bon et m'a vraiment gêné dans mon jeu, j'ai pas pu monter grand chose, la structure était affreuse, la pire de tout les tournois auquel j'ai participé, 1 level sur 2 sauté a peu près donc on se se retrouve très vite short et quand on perd avec vs au premier push bah on prend nos affaires et on va s'inscrire ailleurs.

    C'est partis pour le 185$ cette fois et les jetons sont magnifiques ! j'adore ce genre de jetons !



    Ma table est faible je monte un peu de jetons, mais pas suffisamment pour que la magnifique structure ne me rattrape pas, donc je vais vite arriver a 15-20 bb et m'armer de patience, après quelques orbites vraiment très longue je vais me retrouver dans un spot a shove un raise au bouton avec et 15bb, l'initial raiser va snap avec et un sur le board plus tard, je serais dans le rail de Benz, toujours pas d'itm en mtt ça devient pesant, mais honnêtement les tournois du rio je ne les ai pas trouvé bien.

    Dinner break de benz et on prend quelques clichés de nuit.



    Une tite tof du strip vu du rio.


    Une autre.


    Un panorama avec une vieille à deux têtes bien flippante.


    Le rio et moi

    Bien entendu Benz à décidé de deeprun sévèrement ce jour là, pas de swap bien évidemment et moi qui m'endort assis au rio tout en railant, à 2 heures du mat ils est toujours in, je me sens assez couillon mais je vais le laisser là et vais rentrer me pieuter car je suis totalement épuisé. Le taxi retour aura juste été magnifique, j'avais peur d'encore galérer mais la conductrice prendra des parkings et raccourcis pour me déposer en un temps record à l'entrée de l’hôtel, je double la course en guise de tips tellement je suis épuisé et plein de gratitude pour cette dame qui ne m'aura pas fais galérer ! 2$ au portier et il m'ouvrira toutes les portes jusqu'à l’ascenseur. Merci Merci Merci.

    Je m'endors en 3 secondes et au réveil (soit 5 heures plus tard -_-) Benz m'annonce qu'il a win 2k2 net. Ça le fait, ça reboost totalement et je me sens chaud pour un nouveau jour et un deeprun au Wynn !

    Ainsi se conclue ma journée la moins passionnante à Vegas ! Demain devrait être un poil mieux !
  21. Like
    Torino got a reaction from wanass for a blog entry, Day 4 : Rio et France-Honduras   


    Day 4 : Rio et France-Honduras



    On est pas trop pressé ce matin, on a toujours pas beaucoup dormi et c'est frustrant car à chaque fois sur les coups de 2 heures du matin j'ai un coup de barre, et à cette heure ci, tu as juste pas envie d'avoir un coup de barre. Une journée qui va un poil détoné des précédentes, car c'est l'ouverture du mondiale pour l'équipe de France (je suis un gros fan de foot) et on va quitter le strip pour la première fois pour aller au Rio.

    On sort du Palazzo vers 10h30 après avoir appelé nos familles, et on va prendre notre premier taxi depuis l’aéroport, la première fois c'était un gangsta et là on ne sera pas déçu non plus, on s'est réveillé il y a peu, le mec a mis le son a fond et c'est pas de la musique que j'apprécie particulièrement, de la vieille techno roumaine des années 90 à fond avec les enceintes qui saturent, ça fait boozzmm boozzmm et ça casse le crane, bon c'est pas grave le trajet est pas long, on lui demande de nous déposer au convention center au moins 3 fois mais a priori ça l'emm**de, bon je lui filerais quand même 1$ de tips et j'entendrais "what ? only 1$ tips, rly ? only 1$ ?" Mais quel enfoiré, 2 tacos et je commence à me dire qu'ils ont bonne répute à tort ici...

    C'est pas grave on est à l'entrée du Rio et ça me permettra d'en voir un peu plus (le rio c'est gigantesque) j'aime beaucoup l'ambiance, lumière tamisé comme au PH, j'aime beaucoup. On décide d'aller manger avant tout a la célèbre food court et honnêtement c'était tout à fait correcte bien qu'un peu cher.

    Avec Benz on décide de pas swapper, on n'est pas trop sure de ce que l'on va jouer tout les deux, donc c'est journée libre today.
    Je vais commencer par mater le match, France-Honduras, le fait du match pour moi c'est le rouge de palacio, tellement bon de voir le ralenti, mais qu'est ce qui lui a pris au mec ? J'ai trouvé ça con d'en vouloir à Pogba aussi pour son petit kick alors qu'il vient de se faire piétiner 2 fois par 2 mecs en 1 minutes sans que l'arbitre sourcille. Le mec est humain et à un moment faut pas déconner quoi, son surnom c'est la pioche pas le paillasson.

    Un 3-0 easy et deux coca (erreur, on sait qu'il faut boire de l'alcoolisé pour gagner) et on a le temps de faire un petit tout de salle avant d'aller jouer. je prend quelques clichés notamment de quelques stars du poker.





    YAY mon premier tournoi au Rio ! Bon c'est pas le Main Event, mais au moins c'est un petit kiff :




    Ça va peut être vous décevoir mais j'ai très peu de souvenir sur ce tournoi, le mec à ma gauche était vraiment très bon et m'a vraiment gêné dans mon jeu, j'ai pas pu monter grand chose, la structure était affreuse, la pire de tout les tournois auquel j'ai participé, 1 level sur 2 sauté a peu près donc on se se retrouve très vite short et quand on perd avec vs au premier push bah on prend nos affaires et on va s'inscrire ailleurs.

    C'est partis pour le 185$ cette fois et les jetons sont magnifiques ! j'adore ce genre de jetons !



    Ma table est faible je monte un peu de jetons, mais pas suffisamment pour que la magnifique structure ne me rattrape pas, donc je vais vite arriver a 15-20 bb et m'armer de patience, après quelques orbites vraiment très longue je vais me retrouver dans un spot a shove un raise au bouton avec et 15bb, l'initial raiser va snap avec et un sur le board plus tard, je serais dans le rail de Benz, toujours pas d'itm en mtt ça devient pesant, mais honnêtement les tournois du rio je ne les ai pas trouvé bien.

    Dinner break de benz et on prend quelques clichés de nuit.



    Une tite tof du strip vu du rio.


    Une autre.


    Un panorama avec une vieille à deux têtes bien flippante.


    Le rio et moi

    Bien entendu Benz à décidé de deeprun sévèrement ce jour là, pas de swap bien évidemment et moi qui m'endort assis au rio tout en railant, à 2 heures du mat ils est toujours in, je me sens assez couillon mais je vais le laisser là et vais rentrer me pieuter car je suis totalement épuisé. Le taxi retour aura juste été magnifique, j'avais peur d'encore galérer mais la conductrice prendra des parkings et raccourcis pour me déposer en un temps record à l'entrée de l’hôtel, je double la course en guise de tips tellement je suis épuisé et plein de gratitude pour cette dame qui ne m'aura pas fais galérer ! 2$ au portier et il m'ouvrira toutes les portes jusqu'à l’ascenseur. Merci Merci Merci.

    Je m'endors en 3 secondes et au réveil (soit 5 heures plus tard -_-) Benz m'annonce qu'il a win 2k2 net. Ça le fait, ça reboost totalement et je me sens chaud pour un nouveau jour et un deeprun au Wynn !

    Ainsi se conclue ma journée la moins passionnante à Vegas ! Demain devrait être un poil mieux !
  22. Like
    Torino got a reaction from wanass for a blog entry, Day 3 : 14 juin 2014. Ph et Flamengo.   


    Day 3 : 14 juin 2014. Ph et Flamengo.



    Il est 01h30 quand on quitte Gordon Ramsay environ, direction l’hôtel car ce soir il faut vraiment dormir.
    Sur le chemin du retour des gens bizarres habillés avec un t-shirt rouge me donnent des cartes à collectionner gratuite. Arrivé à l’hôtel je vide mes poches.

    Non non c'est pas du racolage.

    Comme d'hab on s'endort très vite vers 2h00. Et boom j'ouvre un œil à 8h00, mais oui on s'améliore 6h00 de sommeil cette fois. Net progrès, on va pouvoir être un peu plus en forme la nuit tombée.
    On skype les familles, on se douche et décollage au Wynn vers 9h00. On est samedi matin à 9h00 et Vegas est totalement vide, j'ai l'impression qu'il y a eu une apocalypse cette nuit, et qu'il ne reste plus que Benz et moi, Seul Two In Vegas.

    On prend la passerelle vers le Wynn et j'en profite pour prendre un cliché plutôt pas mal.

    On rentre la dedans et vraiment pour le moment par rapport à tout ce que j'ai vu sur Vegas, le Wynn c'est au dessus, magnifique, de bon goût, c'est vraiment sensationnel, on se ballade un peu, on passe devant la poker room, vraiment si vous allez à Vegas, passez au Wynn, ça vaut le coup d’œil. Il y a également de belles boutiques mais bon faut avoir les moyens car même une peluche c'est 100 $.


    En entrant, on comprend tout de suite que le Wynn ça cartonne.


    Un carrousel totalement fait en fleurs.


    Une forêt enchantée


    Une cascade sur une des terrasses du Wynn


    La sculpture de Popeye de Jeff Koons


    Les tulipes de ce même Jeff, un bon pote.

    Bref l'art c'est joli, mais on va peut être se diriger du coté casino, salle de bet et poker room non ? Ça va 5 minutes le multicolore.


    Les machines à sous and co, samedi matin, si vous voulez du calme hésitez pas. Joli non ?


    La salle des paris.


    Une partie de la poker room vide mais tellement classe.


    L'autre partie de la poker room, où ça joue de bon matin. miam.

    Il doit être 9h30 et on se dirige vers le buffet du Wynn pour déjeuner avant d'aller jouer le 300 du samedi au Planet Hollywood. Par chance pour le moment il n'y a pas de queue, (il est trop tôt). Le buffet est relativement sympa, 36 $ par personne et régalade à volonté :


    On est poseeeyyyy.


    Petit mélange de saveur plutôt équilibré.


    Des desserts plutôt réglo.


    Puis bon faut pas déconner mais faut manger pour tenir le tournoi qui se profile.

    C'était bien bon, allez direction le PH (encore) le samedi ils ont un tournoi régulier un 300 dollars. En gros il est exactement comme le 200 de la semaine sauf qu'on commence avec 20 k au lieu de 12 je crois et que la garantie est légèrement gonflée. La préparation se poursuit avec Benz on a parlé de mon jeu et des différences ici avec le .fr, on a remarqué que ça limpait énormément et qu'il y avait énormément de raise pour info au flop. C'est vraiment le move le plus commun pour le moment.


    Allez c'est parti avec un petit selfie parce que c'est la mode hein.


    20k des niveaux de 30minutes allez. Le plan c'est de monter des jetons, pour pas avoir à poireauter short.


    Pas de tour de table aujourd'hui mais quand même une photo du Doc qui est venu en DeLorean.

    Bon après quelques orbites de pionce infini, vient un coup intéressant, bouton raise un truc comme 3bb, et je vais 3 bet . Notre ami du bouton va tank et call tout gentiment. Sur un board je vais bet 13 bb dans un pot de 18. et vilain va raise à 30 bb, avec 90 bb derrière. Je vais attendre 30 secondes pour shove et vilain va snap fold. Comme discuté avec Benz précédemment, encore un raise pour info avec un as moyen ou une PP en dessous de l'as.


    Ça grimpouille un peu

    On part en break et continue à discuter, la table n'est pas facile et les jetons sont chiants à aller chercher, je suis très actif mais j'arrive pas à monter de stack.
    Première main après le break, 4 joueurs limp, je suis de sb avec et je vais squeeze à 6 bb (j'aime pas trop mais bon c'est fait), bb flat et tout le monde flat. 6 way pot et un petit flop se pointe . Bon je suis sb et il faut que je prenne une décision vite, et je vais check, mon plan c'est de cacher la super force de ma main, tenter de faire bluffer quelqu'un ou juste value turn et river. Et à mon avis (on en a parlé avec Benz) il fallait vraiment bet ici. Tout le monde check et le turn est un , vraiment reloud et je check car pour moi il y a vraiment plus de value à prendre en bettant. All check, et river , 2 cartes me battent maintenant et tout le monde check et je show ma main comme un mongolo et certains me regardent avec un air ébahi, pour la première fois du séjour je ressens un petit énervement, quelle line moisie. Je suis passablement soulé.
    Bon je me calme y a rien de grave.


    On fait de la méditation Zen avec bébé et sa mamie.

    Malheureusement derrière ça va mal se passer, je ne me souviens plus exactement du coup, mais je fais un heros call sur un double draw qui ne rentre pas river, je call un overbet avec top paire no kicker, après avoir tank, je suis assez sûr que mon call est bon ou au moins défendable mais cette fois si il est perdant. Je me retrouve short et je vais donc patiemment attendre la main pour go broke,



    Et cette fois mon perdra vs pour mes dernières 10 blindes.

    Et c'est le break Benz est toujours in mais plutôt short, on discute de mes mains, il me donne son avis mais globalement je n'ai eu que des spots assez compliqués sur ce tournoi mais j'en suis plutôt content car au final j'ai joué au poker et je me suis fié à mes reads même si ils ne sont pas bons.
    Je vais faire un tour dans le PH dans le but de prendre quelques vidéos de l'ambiance ici.

    Bon c'est pas de la grande qualité mais c'est mieux que rien :



    Benz bust finalement assez tôt également donc on passe vite fait faire du shopping dans un centre commercial plutôt sympa en face du PH, et là on tombe sur une boutique de magie, le vendeur est en train de faire léviter une carte et la fait tourner dans tous les sens, bien sûr magiciens en herbe que nous sommes nous sommes conquis, on s'approche et là il nous fait un spectacle de près de 15 minutes avec pleins de tours, notamment un qui m'a fait complétement flipper tellement il était ouf. Bien entendu avec Benz on se monte la tête mutuellement et on achète pleins de tours pour quasiment 100 dollars. Bien entendu on se fait semi-scam car le magicien aurait pu nous avertir qu'il fallait avoir sa licence de magicien de la fac de Poudlard pour pouvoir espérer avoir un rendu potable. Bon allez c'est pas grave, je trouve deux-trois trucs pour ma fille et ma femme et achèterai de l'alcool et du parfum pour mon frère et mes parents.

    Bonne chose de faite, il doit être 18-19 heures et on décide d'aller picoler un peu dans un bar avant de faire une session de cash au Flamengo.

    On s'assoit au bar, on nous demande nos ID, oui on te demande toujours ton ID à Vegas c'est complétement ouf, et vu que l'on ne sait pas trop quoi choisir, on décide dès maintenant qu'on ne partira pas tant qu'on aura pas commandé et bu une tournée de chaque cocktails figurant sur la carte.

    Le barman se met à jongler avec les bouteilles pour servir les cocktails et fait tomber une bouteille par terre et rougit instantanément, on fait genre on a rien vu (on est bon) et on se met à faire un hu avec notre monnaie en dealer choice avec le jeu de carte de magie que Benz vient d'acheter, je ne peux pas vous en dire plus sinon ça plomberait les tours de Benz, mais je peux vous dire que c'est totalement épique.
    Bien chauds on interpelle une nana qui s’apprêtait à commander au bar pour lui demander quelles pièces correspondent à quelles valeurs, car les pièces ricaines c'est vraiment une blague, les pièces de 10 sont plus petites que les pièces de 5 qui elles ressemblent aux pièces de 25... la nana hallucine et nous demande si on est sérieux, on lui répond tout à fait sérieux, que leurs pièces sont quand même sacrément mal foutues, l'ambiance continue à monter.
    Je gagne absolument tout aujourd'hui. Easy poker puis on fait un flash pour savoir qui paiera la bouffe ce soir et obv je loose, tan pis je l’emmènerai dans une pizzeria pourrie proche du flamengo pour me venger.
    Avant de partir Benz décide d'effectuer un nouveau tour de magie à la table d’à coté, Benz a compris comment le tour marchait mais il a oublié qu'il fallait faire de l'acting et savoir parler un minimum pour rendre ça intéressant, son tour est un épique fail, la personne en face est plutôt gênée et je vois ces yeux qui crient la détresse, je rappelle Benz et lui fait remarquer qu'il est vraiment pas bon et on file manger.
    Direction pizza au Flamengo, on attend (au moins 30 minutes une pizza lol) et en bavardant, sans l'heure et la date sous les yeux (impossible de trouver l'heure à Las Vegas) Benz se demande si il a pas raté son event au Rio qu'il a register. Il sait que c'est le 15 mais on ne sait pas quel jour on est. Fort de notre alcool dans le sang, je prends mon courage à deux mains, et accoste une jeune maman asiatique qui attend juste à coté de nous :

    Moi : "Scuse me "Madame" (avec le bon accent français), can you tell me what day we are ?
    Mama écarquille les yeux et ne répond rien, elle se demande ce qu'on veut.
    Moi : "i am sorry but after fews Days in Vegas we just lose our mind, and we don't know if we are the 14 or the 15"
    Mama explosé de rire : "Are you serious ? ah ah. We are the 14. So funny blablablablabla"
    Moi : "Oh rlyyyyyyy ! thx, thats so nice, rly thx blablabla"

    Benz est plutôt soulagé même si il s'en fou un peu ça aurait été un sale spew.
    Bon on mange notre pizza (vraiment pas terrible mais pas chere ) et on file à la poker room du Flamengo. Plusieurs tables sont open en 1-2 et on décide de pas s'assoir à la même table.
    Je sit à la mienne et commande tout de suite un mojito, Benz m'a convaincu qu'il tirait sa force de la boisson pendant ses sessions donc je vais tester ça ce soir, ça sera mojito sur mojito saupoudré de corona, puis bon faut en profiter, c'est gratuit.
    Ma table me plait, 2 chinois en face de moi, une dame d'une quarantaine à ma droite, un "reg style" casque-lunette de soleil-bouteille d'eau dans un coin, et des mecs cavés très petit.
    Il doit être 23h00 l'ambiance de la poker room est énorme, je me sens bien. A chaque fois que chinois numéro 2 est utg il minraise in the dark, une orbite m'a suffit pour comprendre que les deux chinois étaient clairement là pour s'amuser, ils ont du reload 1k chacun sur les 3 heures que j'ai joué.
    Je cave max 300 $.


    Je comprends mieux les clins d’œil des chinois avec la forme de mes jetons maintenant...

    Au bout d'une orbite je rente dans la danse, chinois à min raise utg in the dark, je flat en midle avec , on est en 5 way, flop . Chinois va pot et je vais me chauffer à call au feeling (merci la boisson) et magie de la turn . chinois repot et je vais me contenter de flat, la river est un joli . Vilain va bet et je vais shove, il insta call et show . il regarde ma main et explose de rire en me tapant dans la main. Good ambi is good.



    La table est démente, le chinois shove 6 fois le pot dans un 3 way river. Il gagne et show hauteur dame. Je gueule i like this guy et lui tappe dans la main, clairement une super ambiance.
    Bon après la table est relativement faible et du coup je monte pas mal de jetons.
    La dame à coté commence à faire que me parler.
    My name is linda, its nice to play with you, i love your accent... you are rly a nice player blablablabla.
    Mon charme naturel a encore opéré.



    2h30 du mat sonne, et l'ambiance à la table est redescendu, je m'endors à la table, ré ouvre les yeux et je vais dire à Benz que je bouge car je m'endors. Benz me traite de papi on est à vegas blablabla. Bon il me demande de l'attendre 3-4 coups et 45 minutes plus tard il me rejoint et on peut enfin aller se coucher. Benz finit bien up tout comme moi. +5 cave à nous deux je crois en 3 heures de grind, bon ça aurait pu être clairement mieux vu ma table, mais on prend.

    Il faut être en forme car demain c'est France Honduras, et tournois au Rio.
  23. Like
    Torino got a reaction from wanass for a blog entry, Day 2 : 13 juin 2014. Planet Hollywood   


    Day 2 : 13 juin 2014. Planet Hollywood




    Benz m'avait prévenu dormir à Vegas c'est pas facile, mais je ne l'avais pas compris comme ça, après plus de 60 heures de périple sans réel sommeil on s'est retrouvé à dormir seulement 4 heures. Il parait que c'est à cause du trop plein d'oxygène dans les chambres qui te monte au cerveau instantanément à la première grosse inspiration. Je vais rester rationnel et seulement penser que j'ai juste vraiment très envie de me cagouler.
    Petite douche, appel à la famille, et oui ça fait 10 ans aujourd'hui que je suis avec ma femme et je suis à Vegas alors quand même j'essaye de la contacter. Mes parents prennent bien soin de la petite quand Elise travaille, et cuisinent comme des chefs. Tout va bien, c'est super, je me sens chaud pour le tournoi qu'on va jouer.
    Chaud mais pas trop, on a finalement décidé de pas jouer le 600 $, et de se rabattre sur le 200 $. Une décision sage à Vegas, de temps en temps c'est bien.
    Bon allez direction Planet Hollywood, le ventre vide, boom, dehors c'est l'enfer il doit faire à peu près aussi chaud que dans un sauna, j'ai les narines qui me brulent et la lumière me met ko. Mais on décide quand même de remonter le strip à pied, faut pas déconner.
    J'avais prévu de prendre des photos magnifiques pour concurrencer les plus grands photographes, mais je supporte assez mal la chaleur donc je prendrai en tout et pour tout 4 photos et c'est bien parce qu’il y avait des feux rouges et qu'il fallait bien s'occuper à ces moments là.

    Remontons le strip :


    Les petites gondoles devant le Venetian


    Le Mirage et ses palmiers.


    Benz qui remonte le strip like a boss, avec motivation et une envie d'en découdre à tout épreuve.


    Et le Venetian sous un nouvel angle


    Bon on arrive au ph, l'ambiance est plus sombre, plus moderne que le Venetian, après on y retrouve toujours les mêmes choses, machines à sous, tables de black jack, craps, speed poker et assimilés, bars, restaurants mais quelque chose me frappe c'est que les croupières et les serveuses sont relativement toutes très jolies et plutôt jeunes. On ne m'avait pas menti le Planet Hollywood sait y faire de ce coté-là.
    Bon avec Benz on se met en quête d'un endroit où l'on peut manger rapidement avant d'aller jouer le 200 $



    On se rabat donc sur Meatball Spot, un truc du PH qui a l'air de servir bien vite. Ça c'est si la vendeuse avait été motivée, fin bref on finit par récupérer notre bout de pizza qu'on engloutit, on fait notre carte du groupe Caesar pour participer à notre tournoi, ils font obv une faute à mon nom donc je devrai la faire corriger plus tard (quand je m'en rendrai compte)

    Donc on monte à la mezzanine du PH. Je sit à ma table et pose mon stack et j'ai de bonnes sensations, je suis plutôt à l'aise en MTT donc ça devrait le faire.



    Ma table :



    Siège 1 et 2 sont des serrures absolues, c'est assez marrant c'est les deux plus jeunes de la table.
    Siège 3 est un dégen Hongrois, assez chiant à jouer à part si tu hit top paire lol.
    Siège 4, peu d'info il joue peu, spew beaucoup ou gagne beaucoup. Un bon tag a priori.
    Siège 5, c'est moi, un sacré shark, tout le monde me craint et prie pour que la table casse.
    Siège 6, dat casquette, rentre dans beaucoup de coups et fold si il ne touche pas, très facile à jouer, mais c'est pas à lui que tu prendras plus de 10 blindes.
    Siège 7, le joueur bling bling, montre en or, arrive 1 heure après le début du tournoi, a toutes les pauses du bon joueur mais semble vraiment pas très bon dans le jeu.
    Siège 8 et 9, les Papis font de la résistance, deux joueurs très sympas et bavards qui jouent très large et hésitent pas à prendre des lines chamarrées, et oui le jeu évolue et eux s'adaptent.

    Il me semble que la structure c'est 12 000 de stack, des blindes qui commencent à 25/50 et des level de 30 minutes, quelques paliers de blindes qui sautent mais c'est globalement pas mal au vue du buy in de l'event. Le seul hic c'est que le payout est dégueulasse et que t'es obligé de deal.
    ça fait un truc comme :

    1er 10k (garanti youhou)
    2eme 4k
    3eme 3k
    4eme 2k
    5eme 1 k
    et après du caca.

    Bon j'ai quelques coups, dans les premières mains du tournoi, je suis au bouton avec , papi chemise verte limp et un autre s'invite, je décide de raise vu que j'ai la position, juste papi chemise verte call.
    Il va donkbet sur , je vais me contenter de flat.
    Turn briquette, il va check, je vais donc prendre le lead, et il va tank call.
    River , il recheck et je vais checkback.
    Il show et je muck donc, bon c'est cool je prends de l'info et je perds pas grand chose.

    On est sage pendant le tournoi encore, je commande quelques bouteilles d'eau pendant le tournoi et des corona light avec un citron.

    Je vois pas grand chose de cool mais j'arrive à un peu monter des jetons. Overbet river quand les deux draws ont bust et je me fais call par top pair no kicker alors que j'ai top two.



    A un moment il y a un truc rigolo, je joue contre papi numéro 1, sur board j'ai , et je 3 barrel, papi show et a l'air dépité, le croupier a dû être induce par cet air dépité et pousse les jetons vers moi, personne ne réagit, pas un sourcil se lève. Je sors mon super ricain banlieusard :

    "Hey what happens bro ? this is just a split, 2 pair kicker K for both"
    .
    .
    .
    Silence de 30 sec
    .
    .
    .
    "oh you are right dude, you are a so nice guy, rly thank you blablabla"

    Du coup je passe pour le gentil petit gars à la table et papi chemise verte à l'air limite amoureux de moi. Bon j'espère que mon karma en sera renforcé car je vais commencer à avoir besoin de main à un moment.

    J'ai un stack réglo donc je vais call 9 bb d'un short avec , il a et va hit un river.

    Quelques orbites plus tard level 8, je 3 bet de bb vs bouton.
    Et le flop arrive comme dans un rêve

    Je vais cbet, il va raise, je vais sortir mon meilleur acting like a boss et vais me contenter de call, turn , ça part a tapis et il show , waou j'ai vraiment eu chaud, j'aurais bien pris cher la dessus.

    Je vais perdre un autre flip malheureux avec cette fois contre le de mon adversaire, malgré un flop les 9 vont hold et je vais me retrouver beaucoup moins bien :



    Bon c'est pas trop grave on va se mettre en mode fougère et attendre maintenant, je suis assez patient jusqu'à ce que je trouve en sb, Black Bling Bling limp utg, et joueur actif raise 4 bb pour isoler notre ami bling bling. Je trouve mille raisons comme quoi le spot est bon pour moi, et j'oublie les raisons qui me feraient fold, et je décide de shove mes 18bb. Bling Bling utg man va tanker des plombes et finir par call, le raiseur initial fais une comédie me pose pleins de questions et je réponds seulement avec un sourire colgate (btw je comprends rien à ce qu'il raconte avec son accent hongrois) Et fold.
    Bon je pense être crush complet par le limp call de bling bling man mais la il show loul, le pot de 40 bb avec cette main ! Yes ! Malheureusement les cartes ne seront pas de mon coté et le board va me crucifier, je garde le smile, salue tout le monde et souhaite bonne chance aux gens. Papi chemise verte me lance un :
    "thats rly nice, you keep your smile with this hand boy, good luck for the end of your trip"

    Bon forcément un peu déçu mais bon c'est le jeu du tournoi c'est comme ça. Benz est toujours in lui, donc je demande au tournament director si je peux prendre quelques photos et il me dit oui mais sans flash, alors c'est partis :


    mon bourreau dénommé BBB the black bling bling.


    Le virage avec papi chemise verte vraiment très très sympa. Vraiment le poker c'est exceptionnel pouvoir s'assoir autour d'une table, avec des gens de tout horizon, tellement différent rassemblé pour jouer au carte c'est vraiment magique, hésitez pas à essayer si vous vous ennuyez !


    Une petite serveuse de dos, j'ai mieux par la suite mais là j'étais encore plutôt timide.

    Bon dinner break, Benz est toujours in mais plutôt short, on décide de pas manger tout de suite car on voudrait aller manger chez Gordon Ramsay Burger et il y a la queue, on va donc prendre l'apéritif chez Yolos Mexican, et ben PLUS JAMAIS :



    Alors on dirait pas mais ce qu'on mange là c'est vraiment evil, la sauce du milieu coté Benz a failli me tuer, j'ai transpiré comme jamais, ma gorge en feu, et ce manipulateur de Benz à réussi à me convaincre de retremper une chips dedans et d'en manger une deuxième, pour arrêter mon run dégueulasse du moment et repartir sur des bases saines. Je vous jure c'est le truc le plus épicé que j'ai pu manger dans ma vie.


    Bref dinner break fini, Benz repart jouer je prends quelques dernières photo de la mezzanine du PH et je rencontre un français qui me demande à quoi sert la carte rewards qu'on lui a délivré pour jouer le 100 $ du soir, on discute un peu et il viendra me raconter tous ses coups chamarés pendant que je mate les matchs de la coupe du monde sur l'écran géant de la pièce.

    A 4 tables left, il n'y a plus que quelques joueurs à bust pour faire de la maille, mais malheureusement Benz va bust à la presque bulle.

    Bon tan pis, pas de sousous en tournois aujourd'hui.

    On décide d'aller manger comme prévu Chez Mr Ramsay burger même si il est un peu tard et qu'il y a toujours la queue.

    (pick sur le net vu que j'ai eu la flemme d'en prendre sur place, c'est la vitrine)
    Bon comme d'hab cocktail vin burger. Comme d'hab on nous demande quand est-ce qu'on veut le cocktail, quand est-ce qu'on veut le vin. Et on commence à patienter et ma foi c'est assez long, on a vu sur le casino donc c'est rigolo, on voit pas mal de belles prostituées passer et un mec complétement ivre qui ne tient vraiment pas du tout (et croyez moi c'est assez rare, lui il en tient vraiment une couche.)
    S'en suit un dialogue de légende quand un serveur demande à Benz :

    Serveur : "did you order water ?"
    Benz : "yes, its for us"
    Le serveur pose 2 verres d'un liquide translucide avec une rondelle de citron, et benz commence à boire.
    Benz : "tain mais y a que de la flotte c'est pas possible"
    Moi : "ben en même temps tu viens de lui dire que tu avais commandé de l'eau"

    Avec la fatigue il ne nous en a pas fallu plus pour que ça nous tienne le repas. On nous emmène nos vrais cocktails, on picole tranquillement quand la serveuse me demande :
    "are you ready for the dinner, can i take your glasses ?"
    "yup we are ready, but i will keep my cocktail, it's not finish"
    Alors je sais pas ce que j'ai dis, si j'ai insulté sa mère ou autre mais elle prendra quand même mon cocktail alors qu'il devait rester 2 gorgées dedans. On continue à se marrer (oui oui on est bon enfant) car cette fois ci ils font quelques progrès ils nous ont emmené la bouffe qu'après nous avoir repris nos cocktails. Bon c'est globalement bon mais ça ne casse pas 3 pattes à un canard, et c'est un poil cher.
    On split le repas et je donne un tips quand un truc étrange se passe :

    serveuse : "oh, its for me ?"
    Moi : "yea, its for you" bah ouai quoi un tips quoi.
    Serveuse : "oh are you rly sure its for me ?"

    Mais omg qu'est ce qu'elle est en train de me faire, j'ai un mauvais pressentiment tout à coup lààààà, je jette un œil à sa main ou elle tient le billet, et mother of god elle a un billet de 100 balles dans la main.

    Moi : "oh god, i am so sorry, i don't want to give you this, but just ten bucks, oh god iam so sorry, rly sorry, apologize... zjtfrlqhglhegleq rend moi mon blé, rly sory blblablabla"

    Serveuse : "don't worry thats ok, thats a lot and i understand you won't give me that"

    Bien évidemment je me sens complétement honteux, encore plus que d'avoir soutenu l’Italie contre l’Angleterre, (Zidane pardon mon amour !), c'est vraiment infâme comme situation et en plus de ça j'ai l'impression que tous mes efforts pour améliorer mon karma sont en train d'être réduit à néant.

    Bref c'était le day 2 à Las Vegas car on décidera de pas enchaîner sur du cash, Benz était chaud bouillant, mais moi bien trop fatigué à avoir rail 2-3 heures avec si peu de sommeil, et puis bon un peu réticent à me poser en cash tout de suite.

    Demain, buffet au Wynn, 300 dolls du samedi au PH, suivi d'une drunk session au Flamengo.
    Hésitez pas à laisser un commentaire et/ou un like ça fais toujours plaisir, et si vous voulez faire part de vos critiques n'hésitez pas.
  24. Like
    Torino got a reaction from wanass for a blog entry, Day 1 : 12 juin 2014. Resto et CG au Venetian   


    Day 1 : 12 juin 2014. Resto et CG au Venetian



    Le taxi qui nous emmène à l’hôtel, nous mets dans l'ambiance, gros son US, tacos assez miteux et dos d'âne à fond la caisse, j'ai l'impression que les suspensions sont archi ouf, genre chevrolet impala. On arrive à bon port, premier tips, Benz s'en bats un peu les reins des Tips mais je lui explique qu'aux US c'était le mode de fonctionnement standard et que c'était très différent de la France. Je pense qu'il le savait déjà, qu'il s'y pliera un peu, mais que ça le fait bien chi** !

    Bon on arrive au desk, je suis pas trop trop mauvais en Anglais, mais les premiers jours vont être difficile, faut s'y refaire, et les accents c'est chaud. Mais là je me rend compte que Benz c'est pas un bilingue, et que les premiers jours on va un peu galéré, mais au pire on connait toujours la phrase magique "i don't understand" avec un accent russkov qui nous sortira de toutes les embrouilles, en gros cette phrase magique quand tu l'as balances en général ton interlocuteur lâche l'affaire, qu'il essaye de te vendre un cd de rap dans la rue ou qu'il te demande si tu veux ta viande avec une cuisson particulière, c'est pareil.

    Bon revenons au check-in de la room, le Venetian c'est juste a classe, c'est immense, il y a des cascades dans le hall de l'hôtel, des colonnes de marbre de 10 mètres c'est cool. La fille du guichet nous file une carte de l’hôtel casino pour nous y retrouver, et oui chaque enseigne du strip est une mini-ville, c'est immense et cette carte peut être utile si vous n'avez pas trop le sens de l'orientation, nous on va se repérer avec une Mercedes garée au milieu des machines à sous, son cul nous indique la direction à prendre pour aller aux ascenseurs direction notre chambre. Oui oui une mercedes garé au milieu d'un casino c'est normal vous en faites pas.



    Bon j'ai du prendre les photos des endroits les plus moches du Venetian, mais bon c'est pas grave.

    Bon on trouve facilement, on un poil déçu car il faut qu'on marche 500 mètres après avoir pris l’ascenseur pour aller jusqu'à notre chambre, et oui elle est tout au bout du couloir on ne pouvait pas faire plus loin. Bon ce n'est pas grave, c'est climatisé. (même si je n'ai pas encore trop ressenti la chaleur du désert, j'ai fais aéroport->taxi, taxi->hôtel pour le moment. On arrive chambre 12739 et je vous file quelques clichés de la room :






    J'ai fais pas mal de voyage, et j'aime beaucoup cette chambre grâce au salon, par contre la salle de bain j'ai vu mieux même si bien évidemment ça reste correcte.

    Bon allez c'est pas tous mais on s'en fou un peu de la chambre hein, direction un resto de préférence plutôt cool qui nous fera oublier (si c'est possible) la bouffe de l'avion, spéciale dédicace au poulet qui n'avait que le nom similaire avec ce que je connais de cette viande.

    Notre choix (enfin celui de Benz, c'est lui qui régale ce soir, vu la saison au Real qui l'a fait, il peut bien se le permettre) sera "TheCut" un restaurant assez classe du Venetian. A priori leur spécialité c'est la viande, le Whisky et le vin, ma foi pas mal comme choix. J'adore tout de suite l'ambiance ça me rappel mon voyage de noce à New York (plus particulièrement Brooklyn) Ambiance tamisé et bonne bouffe, obv les photos rendent mal, c'est bien plus sombre en réalité du coup anonymat garanti et quand on voyage avec Benz l'anonymat est important si on veut qu'il en raconte un peu plus sur Zahia et compagnie.




    Bon la réceptionniste du resto, nous explique qu'il y a 25 min d'attente, je viens tilter que sur les photos y a personne (elles ont été prises au moment de notre départ) et que si on ne veut pas attendre on peut manger au comptoir du bar. J'en conclue donc qu'on était un poil trop habillé comme des pouilleux (surtout moi je crois) et que du coup si on voulait manger c'était au bar. Bon bah on call car le bar il a de la classe quand même, et on a pu baver sur certains Whisky, ah j'ai oublié de compter que j'avais un jeu qui consistait à compter chaque brag (moment de vantardise) de Benz, j'ai du arriver au numéro 254 avec ce bar. Mais pour garder l'intégrité morale de cette personne, j'en resterais là.



    Bon finalement à l'apéro on ne prendra pas de whisky (40 dollars le moins cher, on verra si on perf un peu) et on se rattrapera sur des petites bières. Une brune pour l'homme (moi) qui ressemblait plus à une ambrée finalement et une blonde pour Benz.



    S'en suit la commande des vins et du repas, Benz va la jouer safe et commander un filet-mignon accompagné de french fries (pauvre belge), pendant que mon caractère d'explorateur me fera commander un "New York Sirloin" accompagné de purée (je fais un exposé à Benz comme quoi la purée peut être vraiment délicieuse suivant comment elle est préparé et avec des ingrédients spéciaux, mais au final ça sera qu'une purée plus que banal), honnêtement je ne me souviens pas du vin mais il était très bon bien qu'il soit servi dans un bocal à poisson. Chose rigolote qui va nous suivre tous le séjour, les serveurs vont nous demander quand est ce qu'on veut les bières et quand veut on boire les vins. Je prend les devants grâce à mes capacité de bilingue inné "We wan't beer before dinner, and wine for the dinner" Ça me parait déjà aberrant qu'on nous demande ça dans un restaurant de ce standing,, mais imaginez ma tête quand ils vont emmener le repas 3 minutes après qu'on nous ait servies les bières. Maintenant que j'y pense, on devait sentir mauvais de notre trip et ils voulaient vraiment qu'on dégage fissa.



    Les viandes étaient excellentes mais les américains ont cette manié de grillé la viande, bien que la cuisson ait été respecté, c'est très rigolo de savoir que quelque soit la viande que tu commandes elle sera grillé autour, c'est marrant et plutôt pas mauvais.

    Bon Benz règle la note, il me semble que je laisse un tips, et on s'est décidé à aller jouer directement en cash game à la poker room du Venetian (malgré la fatigue), faut pas déconner on est à Vegas.


    On arrive au desk de la poker room et on demande si on peut jouer en 1-2. Bim directe y a deux sièges open à une des tables, moi ça me va, je préfère jouer à la même table de Benz pour l'observer un peu, car il faut le dire je n'ai jamais joué en cash game live de ma vie, et online je suis plutôt un joueur de mtt/sng (un fish quoi )

    Bon après vous être tapé un pavé pour le resto/chambre je vais essayer de me souvenir de cette session, même si c'est une des sessions dont j'ai le moins de souvenir du séjour.

    Parlons de la poker room, le Venetian c'est un casino old school Bling Bling, beaucoup de marbre, une ambiance couleur crème, c'est pas trop mon genre, mais c'est vraiment une ambiance particulière, luxe et classe, bon les serveuses n'ont pas été changé depuis la date d'ouverture ce qui change avec le planète Hollywood par exemple, bon il en faut pour tous les gouts, mais que les serveuses aient 20 ans 40 ou 60 ans elle sont toutes habillés pareille, soit en corset rouge et culotte (allez shorty au venetian) noir ou rouge il me semble. C'est assez étrange comme ambiance, quand mami vient me demander si je veux boire quelque chose !

    Je sit à la table, je suis siège 9, j'aime bien, pas besoin de sortir mon pare soleil pour cacher mes cartes, personne peut les mater d'un coin de l’œil.
    Je cave 250 dollars pendant que Benz cave le max soit 300 dollars, j'aurai du faire pareil, et je ne vous explique pas pourquoi je ne l'ai pas fais car je ne le sais pas (fatigue + peu d'aisance à jouer atm)

    (désolé c'est la seule photo que j'ai prise de la soirée)

    La table est je trouve plutôt correcte, 2-3 barre de fer, 2 mec qui spew, Benz le mutant. Au début il n'y a clairement pas grand chose à raconter, il n'y a pas de dynamique la table est pas fofolle, je n'ai au cun jeu, je place quelques 3 bet avec des mains à bloqueur pour pouvoir rentabiliser mes mains ou quand je vais hit something, globalement c'est chiant je n'ai aucun timing, je ne hit rien, et je me fais bouffer pas mal, comme je vous dis c'est ma première fois en CG live et je ne suis pas particulièrement à l'aise donc du coup je ne sais pas si ce que je fais est correcte sur le moment. Je reload 100 dolls pour me maintenir à 250, mais je me dis que quoiqu'il arrive je ne rajoute rien car c'est pas ma soirée apparemment. Une reg de 40 ans je dirais arrive et fais un cinéma, c'est un total cliché, elle pourrait tourner dans un film tellement tout ce qu'elle fait est stéréotypé à la table, elle se prend la tête avec le croupier avec moi dans un coup ou elle raise et string bet le croupier lui fait no its a string bet blablabla, comédie ect, alors que la seule chose que j'ai envie de faire c'est de fold (encore une fois).
    Pendant ce temps la Benz va gagner 2 énorme pot, dans des pots 3 bet il va hit 2 fois quinte floppé avec 67 et jt je crois. A chaque fois ses adversaires vont s'envoyer en l'air méchamment, et il n'aura qu'à dire call pour empocher les gros pots. Quelle chatte ce benz, en même temps il carbure à la bière pendant que je n'ai toujours rien commandé vu que je ne sais pas trop comment ça marche.
    Quelques gens sitout, peut être pas envie de jouer contre Benz et son stack, et enfin ma soirée s'égaye, 2 asiats arrive à la table, un papi qui sit à mon opposé et une magnifique demoiselle d'une vingtaine d'année (ou 40 j'en sais rien c'est pareil dans leur pays) sit en face de moi. Au moins c'est cool je me rincerais l’œil même si je gagne rien (désolé mon amour !) et grâce à elle la table va un peu plus bouger, premier coup elle raise a 7 bb, et elle chatte méchamment plusieurs coups à la suite, elle hit tous les boards c'est assez indécent. S'en suivront un petit jeu de chaise musicale, 1 mec bourré viendra sit pour perdre 100 dolls, suivit de 2 mecs qui viennent d'une autre table, un black carrure basketball et un ricain typique version acteur de cinéma, mitch buchannon en jeune.



    Ça commence à beaucoup jouer et malheureusement je n'ai rien à vous raconter à part ce coup, en bb j'ouvre KQ, deux mecs qui se la racontent ont sir à ma droite, ils veulent jouer Benz car il a un gros stack alors qu'ils ont déjà spew 2 cave, mais en pure spew, en bluff qui représente rien river, mais bien leur en fait.

    j'ouvre donc KQo et décide de prend le spot de 3 bet, bouton à ouvert callé par sb. Les deux callent, et flop jts2o, j'ai 3 bet cher pf, et je vais cbet très cher le board genre quasiment pot. le raiser initial va tanker 5 minutes et fold et sb va tanker mille minute et me raise all in, bon bah super je snap fold. Je joue vraiment très peu de main et quand je bouge un peu je me fais bien gangbang, il doit me rester 80 dolls devant moi, il doit être 5 heures du mat (quand même) on va bientôt sitout. Je suis bouton avec AJs, et il y a 3 limp et un des jeunes qui raise, je décide donc de shove car bon y a pas le temps, et il va tank call avec 66, et attention je gagne le flip pour remonter à environ 165 dolls.

    On joue quelques orbites supplémentaires et on va gentiment sitout avec benz et je suis donc down de 200 dolls dans une session vraiment pas intéressante. Benz à du prendre un peu plus de deux cave, rien de folichon.

    On debrief dans l’ascenseur, Benz me dit que j'ai peut être un peu été weak mais que de toute façon ça arrive les sessions de m**de comme la mienne et que j'aurai du picoler, que jouer drunk ça marche bien quoiqu'il arrive. Il est 6 heures du mat quand on se couche après plus de 60 heures quasi sans sommeil. On mets pas longtemps à s'endormir.

    Et boom on se révéil à 10h00. oui oui 10h00 pas 20h00. Non 10 heures, 4 heures de sommeil quoi, impossible de se rendormir, bon ben on va aller jouer le tournoi à 200 dollars du Planet Hollywood alors !

    End du day 1.

    Je suis bien conscient que la partie poker ne soit pas très intéressante mais pour ma défense, j'ai été relativement carte dead et les spots que j'ai pris ont pas été concluants, btw vous connaissez le poker, y a rien de bien intéressant dans ce jeu ! Mais j'ai pris plus de note sur mes sessions futures d'ailleurs beaucoup plus ambiancé !

    A demain pour la suite. Au programme tournoi 200 $ au ph, suivit de la bouffe la plus épicé de la planète.
  25. Like
    Torino got a reaction from wanass for a blog entry, Préambule : Faut vraiment avoir envie de se cagouler   


    Préambule : Faut vraiment avoir envie de se cagouler




    Après un mois d'attente interminable, on y est, je ne sais pas si je l'ai déjà dis mais c'est ma première fois à Vegas, et je peux vous dire que ça a été vraiment très dure de penser à autre chose qu'à ça, heureusement le week end avant le départ a été bien arrosé du coup c'est passé assez rapidement pour finir. J'ai quand même réussi à m'imaginer gagner des centaines de milliers d'euros, être le king de vegas tout ça tout ça, j'étais déjà prêt à organiser le voyage de ma femme et de ma fille pour qu'elles me rejoignent et viennent me suivre pendant la table finale des wsop (l'event 5k de préférence que j'aurais cash in après avoir détruit les tournois au ph et au Wynn).

    Bref il était tant que je parte, mais je vous rappelle que j'habite au fin fond de la Corrèze et que chaque voyage se révèle être toujours un périple de tous les instants, et cette fois ça ne va pas changer. C'est parti.

    On est le 10 au matin, il est 5 heures, ma fille est pas d'humeur pour dormir plus, bon c'est pas bien grave, je suis pour le moment chez mes parents à 2h30 de chez moi. J'allume la télé car je suis bien entendu le seul levé, ma femme est déjà partie embaucher en se tapant 2h30 de route en pleine nuit. Et là une petite surprise pour bien commencer le trip, la SNCF décide de faire grève, mmmh, j'ai deux trains à prendre le 11 et un train sur trois circule, la question c'est est-ce qu'on va commencer à chatter ses 33 % de chance de gagner ? On verra bien.
    L'après midi, voir le soir la sncf met en place un système permettant de voir si les trains que l'on doit prendre sont maintenus ou non. Et boom mes deux trains ne passeront évidemment pas, je trifouille un peu à gauche à droite mais j'ai pas de solution super cool. (trajet de bus de 7 heures pour faire USSEL-Limoges, alors qu'il faut 1h30 en caisse) Je me lance pour la première fois de ma vie dans le covoiturage sans grand espoir vu que j'habite quand même un endroit légèrement reclus Et là chatte de ouf comme dirait Mr Nassif, un mec part pour limoges et habite à 5km de chez moi. Snap call et c'est parti pour la première expérience covoiturage de ma vie. Et honnêtement c'était pas triste, le mec part 2 heures plus tôt finalement (donc 9 heures du mat sinon c'est pas drôle) il roule dans un espace des années 90, il a 19 ans et conduit comme un dingue, dans tous les virages un peu serrés les pneus crissent et j'ai même la sensation que de temps en temps on est sur deux roues, btw il se plante 3 fois de route. On arrive dans le centre ville de Limoges, à un feu une mère de famille nous klaxonne pour qu'on ouvre la fenêtre, je m'exécute :

    - Votre voiture fume énormément, vous devriez faire attention.
    - Merci madame, je suis presque arrivé et vivant finalement yeaaaaaaa !
    - No soucis c'est normal. Nous sort ce pilote de l'extrème.

    Tans mieux si c'est normal il tombera en panne 3 minutes après.

    - Bon ben salut hein.

    Je me taille à la gare, arrivé là bas le train est bien annulé, j'appelle Benz oui je voyage avec Benz mais lui il est encore au taff. Je lui dis que ça semble compromis le train que y en a juste aucun qui circule au départ de Limoges pour Paris, encore une fois on matte à gauche à droite comment monter à panam, mais cette fois je n’émets pas d'hypothèse covoiturage. Finalement on dira non au plan caisse, et on choppera un train qui apparaitra vers 20h15.
    Il est 11h00 du mat, j'appelle 2-3 potes pour aller bouffer en ville et passer l'aprem à jouer à la console, finalement tout s'arrange, et heureusement qu'on avait prévu large niveau timing pour l'avion, on prend la machine volante le lendemain à 11h00. On est censé dormir chez la tante de Benz, alors je pars acheter du vin pour la remercier, un petit argentin de plutôt bonne qualité et un bon Bordeaux feront bien l'affaire.

    Ça y est Benz débauche et passe me chercher pour filer à la gare, j'ai reçu quelques offres de stacking de dernière minute, c'est gentil de la part des coupains, le pote courtier va passer à la gare me filer le cash.

    Arrivé à la gare le train aura minimum 2 heures de retard, il est donc 18h30 et il partira minimum à 22h00, pour une arrivée probable à Paris à 01h30 du matin. Très vite on abandonne le plan dormir chez tatie Benz quand on entend parler d'une gréve des taxis qui a bloqué l’aéroport aujourd'hui + les rer qui ne circulent pas des masses. Le plan ça va être de passer la nuit à l’aéroport.

    Bon on a du temps à perdre avant le départ en train, donc on s'assoit au bar de la gare et on se met à discuter de tout et de rien avec l'ami Benz et Nasri le courtier, puis là on croise un pote qui doit monter à panam également et qui deviendra notre compagnon de galère.

    On décide de se mettre bien :



    Allez on bouge, on a pas de billet pour le train mais on nous a dis de nous assoir où on voulait, j'opte donc pour la première classe, on essaye de motiver Nasri à faire enfin un truc fou dans sa vie, à sauter dans le train et venir à Vegas, mais btw, il est prof et a un devoir moral. La blague.

    On vient donc se poser tranquillement, le train à l'air moitié vide, bon ce qui est chiant c'est qu'on est bien chaud pour continuer la fête mais on a pas de tire bouchon, mais voilà, Francis, le chariot ambulant passe et on lui soudoie un tire bouchon, il a l'air bien attaqué alors on l'invite à boire un coup, il va ranger son chariot et nous rejoindra boire 2-3 verres pour balancer un peu sur la sncf.

    On commence les choses sérieuses, je défonce le hu en omaha, pour être franc c'était du flash omaha une main mais c'est gagné ! Je vais arriver plein de confiance à vegas c'est bon ça ! Là on commence à faire des tours de magie (retenez bien notre passion pour la magie, on en reparlera par la suite). Et 3 petites nanas passent devant notre wagon et nous voient en train d'improviser un spectacle digne des plus grands talents mondiaux, on sympathise et elles s'installent avec nous, nos tours sont abracadabrants et on se met à jouer au kems (que je vais obv gagner).



    Bon notre chere demoiselle de droite se met dans le trip de retrouver le blog qu'elle tenait à 14 ans elle dit que c'était un truc comme Xx-lalie-xX. je vous laisse faire les recherches hein... Mais elle ira quand même jusqu’à filer son pass mail à Benz pour qu'il l'aide à le retrouver et il a maintenant accès à son entière life, ça va que Benz est un bon mec et qu'il s'en fou royalement, cette jeune fille ne se fera donc pas scam.


    Bref on arrive à Paris vers 01h30, et maintenant faut trouver un taxi pour l’aéroport



    Y a la queue et les taxis sont en gréve, y en a un qui passe toute les 20 mins (sans exagérer) un rapide calcul nous fera dire que ça va pas le faire, benz se rappelle qu'ils font gréve à cause des "vtc", un concurrent déloyal, bon ben c'est un call, appli smartphone -> commande vtc -> 5 min après vtc est là. On félicite l'association des taxis parisiens qui font de la pub pour leur concurrent déloyal. De plus les vtc proposent un service de très bonne qualité avec des chauffeurs plus que courtois, je pense que les taximan se tirent un peu une balle dans le pied et il va falloir qu'ils revoient leur service pour pas sombrer ou devenir à leur tour vtc. Benz pose 1 milliard de questions au chauffeur, j'ai l'impression qu'il veut écrire une thèse à ce sujet, perso je lâche l'affaire. On arrive à l'aeroport vers 2h30, puis on va essayer de dormir à l’aéroport. Ben je peux vous dire que tout est fait pour pas dormir dans cet aéroport, tout est calculé au centimètre près pour que ce soit assez inconfortable pour pas dormir, bravo pour les calculs savants, il manque juste 4-5 centimètres à une combo fauteuil + table pour que ce soit confortable et obv tout est scellé. Tans pis on dormira demain dans l'avion. Je fais mes 150 tours d’aéroport au milieu de mes semblables et j'ai des flashs de Tyler Durden quand je rentre dans les chiottes, ça fait flipper.

    Boom l'avion est là il est temps de prendre notre fly, CDG-Charlotte première partie du voyage, j'ai pas perdu mon passeport (chose qui arrive à chaque fois que je sors d'Europe).



    Le plan est obv de dormir dans l'avion, mais j'ai fait une erreur de débutant, je suis en short, t-shirt et je me les caille grave malgré deux couvertures (très fines) impossible de fermer l’œil, surement la combo, froid, excitation, et siège inconfortable et n'oublions pas les 2 bébés brailleurs . Bon c'est pas grave 1 heure de sommeil en 48 heures pour arriver à Vegas pour 6-7 jours de grind, y a mieux comme préparation mais c'est les aléas de la vie.

    La correspondance Charlotte-Vegas se passe plutôt bien également mais quasi sans dodo et on y est. J'arrive à sin city non sans mal et je suis prêt à pousser des jetons ! 18h10 heure locale, il est temps d'aller poser les affaires à l’hôtel avant de commencer la première session !




    Je suis bien conscient que ce premier post est pas passionnant, mais j'ai décidé de faire un report assez complet, et ça aide à mettre dans l'ambiance la première partie : voyage.

    A demain pour la suite.
English
Retour en haut de page
×
PMU : Card Rush
PMU : Card Rush