Jump to content
Status Updates

Gounot

CPiste
  • Content count

    610
  • Joined

  • Last visited


Je les aime

Je ne les aime pas trop


Ils m'aiment

Ils ne m'aiment pas trop

Reputation Activity

  1. Like
    Gounot reacted to Pussy Magnet in Real Post   
    Personne aurait une histoire ou il défouraille une biche à plusieurs ou je suis encore obliger de faire le taff pour tout le monde ?
  2. Like
    Gounot reacted to Mathafackaaa in Real Post   
    Sur une appli que tu connais bien. Pour la deuxième partie de la question, rien de spécial, je dirais l'alchimie normale entre deux être humains de sexes opposés (ok ou du même sexe pour les gros pd). Je me souviens pas avoir fait quelque chose de fou (lol bg), je lui ai plu c'est tout. A noter qu'au début elle m'a passé son FB très rapidement après quelques messages. Ca sentait déjà la chaudasse. On devait se voir puis c'est tombé à l'eau, la discussion s'est essoufflée et on en est restés là pendant genre 1 mois+. Plus trop de contact, à part des messages de puceau genre salut ça va ok a+. Puis j'ai changé de photo de profil et elle m'a insta-recontacté (lol bg²) et a proposé un verre, j'étais pas dispo et elle m'a relancé 2-3 fois. Donc j'imagine que la nouvelle photo est venue modifier la représentation qu'elle s'était faite de moi. La suite vous la connaissez. 
    D'ailleurs la suite de la suite c'est qu'elle m'a supprimé de FB et qu'elle répond même pas au téléphone. Elle est pas là pour déconner. Si j'étais pas un garçon respectable, je lui aurais bien lancé un "put**n sal*pe c'est pas moi qui ai broke ton père."
    Et là attention, vous allez rien voir, transition de dingue.......
    ...............
    ......
    En ce moment c'est plutôt moi qui suit en train de me broke et le retour de karma va peut être me faire finir moi aussi SDF. Je run comme une chèvre ces derniers mois / je suis nul (barrer la proposition inexacte), assez dur mentalement, j'ai donc décidé de me changer un peu les idées et de perdre quelques heures de ma vie pour écrire. Quand je farfouille dans ma mémoire pour trouver une bonne csb à vous conter, un épisode de ma vie vient assez rapidement se placer dans le top10. Même moi j'en ris. Pourtant c'est pas jojo. 
     

     
    Je peux même dire que c'est franchement limite, mais l'illusion du semi anonymat virtuel me pousse quand même à poser mon pavé. Pas très intelligent vu que quelques personnes d'ici me connaissent IRL, mais pour être honnête, je m'en carre l'oignon.
     
    LE BUFFET CHINOIS
     
    Nous sommes donc il y a quelques années, dans une certaine ville, avec une certaine fille. Ici pas de CSB de lover mais du ton bien graveleux, je ferai donc l'impasse sur la rencontre et mes exploits supermanesques sans intérêt pour me focus uniquement sur le ridicule et l'auto-humiliation, à mon sens bien plus drôles pour faire croquer les bros du zoo. 
    Vous avez une seule chose à savoir avant de lire cette histoire : 
    - Après plusieurs années, il y a prescription. 
    D'avance merci.
     
    Je connais donc cette demoiselle depuis une semaine, on a baisé quelques fois, mais on est clairement encore dans la phase d'observation. Celle où tu tousses quand tu sens que l'étron va toucher le mélange eau/pisse un peu trop violemment pour camoufler la détonation d'Hiroshima. Celle où tu sais qu'une odeur un peu trop suspecte peut clairement amputer tes odds de baise future.
    Bref rien de tout ça, je fais les choses bien ici et ma routine est rodée. C'est pas moi qu'on va surprendre la m**de au cul.
    J'oublie pas de fermer la porte des chiottes, j'augmente le volume de la TV quand je veux poser ma pêche, j'évite de lâcher des grosses caisses de beauf quand elle est à moins de 3 pièces de moi. Autant de petits tricks accumulés au fil des années pour que la version angélique du couple où chacun pense que l'autre ne fait pas caca dure le plus longtemps possible. Avant qu'un drame ne survienne et qu'on comprenne qu'on peut se lâcher puisque de toutes façons l'autre est un gros dégueulasse.
    On est donc dans nos premières dates et tout se passe pour le mieux. La meuf est franchement sexy et j'ai pas envie de foirer, je me sens bien avec elle. Bon ok on en revient toujours au même, elle a un cul de fou et j'ai envie de le garder.
    Je l'emmène manger dans un buffet chinois illimité. Le style de restau pour broke où t'as un peu honte d'aller et où chacun sait que son voisin de tablée est un gros radin. C'est d'ailleurs pour ça qu'ils sont toujours planqués dans des Algeco recyclés au milieu d'une random zone grise en dehors de la ville, loin des regards, entre Auchan et Marcel Chaudronnerie.
     

     
    Ambiance.  
     
    A noter qu'il y a toujours une pancarte du style "CHANGEMENT DE PROPRIO" sous entendu, "bon ok l'ancien est responsable d'un génocide de 38 millions de personnes mais promis, nous on va pas préparer nos nems avec du sable."
     
    Bref, si j'avais le choix entre me faire surprendre par ma mère en train de rentrer là dedans ou en train de défourailler un trav dans un buisson, honnêtement c'est close.
    Nous voilà donc dans ce gourbi et autant vous dire les bros que j'ai une faim de loup. Je vais leur défoncer leur put**n de buffet à ces niaks. Là le baiseur de malade aux techniques affutées que tu es devrait se dire "lol faut jamais faire de gros repas avant de baiser, t'es con ou quoi ?". T'as pas tort. 
    Toujours est il qu'on dégomme à peu près tout ce qui passe, on reste 2h à s'administrer des plats de seconde zone. Ici, bouffer 4 nems revient à s'injecter directos 2 litres de graisse par intraveineuse, autant le savoir. Mais on est pas là pour jouer au guide Michelin ou faire les princesses, non non, on est ici pour se péter la panse pour 10 balles. Donc la bouffe est loin d'être orgasmique mais au delà de mes prévisions.
    Bon, je suis pas aventurier au point de pousser la porte de leur cuisine, faut pas déconner. D'ailleurs je suis pas très à l'aise avec ces gens, tous la même tête, un mix entre Impossibru et LeVietFou, version sale, arborant toujours ce fameux sourire qui te fait douter s'ils sont juste sympas ou si ils se foutent de ta gueule parce que tu manges leur vomis.
    Tout y passe, nems avec salade semi fraîche, rouleaux d'automne, animal laqué et toutes ces conneries. On rigole bien et on passe tous les deux une bonne soirée au final.
    "Peu importe le flacon pourvu qu'on ait l'ivresse"
    - S.Gainsbourg.
     
    En grand prince, je paie l'addition et A+ les broke.
    On finira la soirée après quelques verres dans un bar et une baise médiocre. Enfin...la soirée se termine pour elle devrais-je dire. Pour moi, la nuit ne fait que commencer. 
    On est pleins et un peu bourrés, du coup elle s'endort pour la première fois chez moi. Je suis tout content à l'idée de pouvoir lui casser la teuch au réveil et me rattraper de ma piètre prestation de la veille. 
    Après moins de 10 min à l'horizontale, mon estomac m'envoie une petite salve de détonations comme pour me prévenir "t'as fait le con frero". Là le calvaire peut commencer, j'ai l'impression qu'à chaque seconde, des bulles de graisse explosent en moi. Je reste comme ça, sur le dos mais je sens qu'en bas ça travaille sévère.
    Après facile 2-3h de crampes, de bulles éclatées sans rentrer dans l'argent et d'innombrables aller-retours chiottes/lit, j'arrive toujours pas à trouver le sommeil. Là je commence à visualiser les plats et ces put**ns de niaks souriants et j'en viens de plus en plus à la conclusion que mon canard laqué était très probablement un caniche laqué, que mes nems avaient été confectionnés en 1973, qu'un rat avait craché dans mon rouleau de printemps, que la flotte était en fait de l'eau de pluie et que j'allais bientôt crever. Je me mets donc en position cercueil avec les mains jointes sur ce ventre qui a ingurgité beaucoup trop de contrefaçons chinoises en une soirée et j'attends la mort. 
     
    Au final la mort ne viendra pas. Mais le sommeil oui. Bonne nouvelle me direz vous, voilà c'est la fin de la CSB. Merci. 
     
    En fait pas tout à fait. Je commence à faire un cauchemar, je suis entouré de chinois dans des chiottes à la turque sans porte et j'ai une chiasse d'enfer. Je passe les détails, je m'embrouille avec deux-trois niaks en leur hurlant "put**n dégage j'ai bouffé ta m**de maintenant j'aimerais la chi** en paix". Tout au bout de la rangée de toilettes, je vois une petite trappe avec un micro chiotte. Je rentre, ferme la trappe et heureux d'être enfin tranquille je laisse dévaler un bon torrent force 8 avec le sourire du devoir accompli. 
    C'est à ce moment que je me réveille en sueur, tout fiévreux, le bide éclaté, autant le dire, je suis vraiment au bout du rouleau et je sens la fin. Mais pas que. En fait il y a une sournoise odeur de m**de dans la chambre. Je me dis que c'est surement les séquelles de mon dernier séjour à la salle de bains. Je me tourne un peu pour regarder l'heure, et là je sens un truc humide dans un endroit où c'est pas censé l'être. Oui on peut le dire les bros, je me suis chié dessus. 
     
    Je reste immobile quelques secondes à me dire "mais put**n mais c'est pas possible, ok ok je suis encore dans le rêve relax y'a rien du tout tkt". Depuis je sais que les rêves peuvent déborder sur l'IRL, dans tous les sens du terme. 
    J'ai rarement autant paniqué de ma vie. Je tourne la tête sur ma gauche, m'attendant à voir la charmante créature me fixer et je suis prêt à affronter la plus grosse honte de ma vie. Mais non, je run good, la bougresse dort comme un moellon. 
    A partir de là, j'établis assez vite une stratégie d'évacuation et j'en viens à la conclusion que dorénavant chacun de mes mouvements devra être furtif et mesuré. Aucun bruit, craquement de parquet ne sera toléré.
    Je me lève, bon déjà le run good continue, le torrent force 8 du rêve a laissé place à une micro coulée, tout au plus quelques gouttes. Mais c'est sans compter la puissance de l'excrément chinois. C'est un peu de l'huile essentielle de chiasse.
     
    "Quelques gouttes suffisent, tch tch" 
    - Lino
     
    Je reste planté là, perplexe, alternant mon regard entre cette beauté nue dans mon lit et mon art, mon oeuvre, le fruit de mes entrailles, j'ai nommé : le petit tas de m**de à côté d'elle.
    J'ai de sérieux doutes quant au fait de pouvoir mener cette mission à son terme sans la réveiller. Je suis clairement en sueur genre je joue ma vie mais OMG si ça passe. ONE TIME papa, tu vas enlever cette m**de et elle en saura rien.
     
    Je fais un circuit cuisine/salle de bain pour rassembler à peu près tous les produits ménagers / parfum / brosses / sopalin / éponges présents dans l'appart' et je débarque avec tout le matos à 3 cm d'elle tout en m'assurant que la cible continue de ronfler.  
     

     
    Tel un technicien de surface Ninja, la bite à l'air à 4h du mat, dans une odeur pestilentielle, à côté d'une semi-inconnue, je me mets au travail, et commence à frotter ce qui reste du caniche laqué. Tout ça avec des aller-retours visuels incessants meuf/chiasse pour contrôler que tout va bien. 
    Autant vous le dire tout de suite, rangez moi vos dvd de James Bond ou Mission Impossible, ici on a affaire à du bien plus lourd. Bon ok Smith et Wesson ont laissé place à Mr Propre et Carolin.
    Assez rapidement je me rends compte que la mission dissimulait en fait des missions cachées puisque la "tâche" s'agrandit au fur et à mesure que je frotte. En 3 minutes, on est passés d'une petite flaque de 4 cm à une auréole géante de 40 cm de diamètre easy. En mode cercle vicieux, plus je frotte plus la tâche augmente et plus je dois continuer à diluer. C'est vraiment infernal. A ce moment, j'avoue que l'envie de laisser la meuf là avec ma coulée et ne plus jamais remettre les pieds dans cette ville me traverse l'esprit mais sachant que je suis chez moi c'est chiant en fait. 
    Me voilà donc avec une batterie de produits arborant des têtes de morts barrées et une bouteille d'eau pour essayer de dissoudre au plus vite le bordel.  J'arrive à enlever la m**de mais là encore, l'auréole humide apparaît marron sur mon drap blanc. J'essaie de taffer le truc pendant 45 bonnes minutes mais rien n'y fait et je m'aperçois qu'en fait la chiasse a commencé à attaquer le matelas. On est bien. 
    L'odeur est épouvantable et je sais pas comment elle peut continuer à dormir à côté d'une telle porcherie. J'ai vraiment l'impression d'être un gros dégueulasse. Le truc très pratique avec elle c'est qu'elle ne ronfle pas mais respire assez profondément pour que ça puisse m'alerter si jamais elle se réveille, du coup je rythme mes mouvements sur sa respiration et reste focus, on lâche rien. 
     
    J'enlève le drap de mon coté pour pouvoir frotter le matelas et c'est vraiment un enfer je suis quasi convaincu que je vais devoir jeter le lit. Avec en bonus une double humiliation quand Gérard va me refouler à la déchetterie en voyant ma belle tâche de chocolat. 
     
    Je peux pas vraiment frotter comme un dingue, je dois contrôler ma fougue pour pas faire bouger le lit, pas faire de bruit, c'est vraiment un travail minutieux donc tout est très lent, et après franchement 2 bonnes heures de grind, on arrive à un truc un poil décent niveau visuel, mais reste l'odeur. Sick timing, l'obscurité s'éclaircit peu à peu et j'entends les premiers klaxons retentir. J'ai un peu l'impression d'être dans Fort Boyard avec une nuée de livertards qui hurlent "TIME TIME TIME". Le caca à la place des serpents. 
    C'est à ce moment que pour la première fois, la meuf se retourne et donc me fait maintenant face. Mon coeur se soulève, j'ai tellement pas envie de me faire prendre en flag par une bombasse en train de jouer avec ma propre m**de.  
    Tout va bien, elle continue de dormir. Sick run. 
     
    Réalisant que j'avais plus le temps de jouer au con et que c'était qu'une histoire de minutes avant le réveil fatal, je décide de juste vider 30% de ma bouteille de parfum BOSS à l'endroit où j'étais censé dormir, planquer tout le matos et réfléchir à une version édulcorée de ma "nuit".  
     
    Au final elle se réveillera 2h plus tard, tant mieux, j'étais pas pressé, si elle pouvait s'étouffer avec sa langue dans son sommeil je prenais aussi. 
    Quand elle ouvre les yeux je suis en train de matter la TV, normal, allongé entre elle et la tâche. Autant dire vraiment collé à elle, je fais style lover "j'avais envie de te serrer près de moi". Poker face, comme si rien ne s'était passé. 
    Elle est encore dans le coma et me demande pourquoi j'ai fait un courant d'air en ouvrant toutes les fenêtres. Je réponds rien. 
    Elle reprend ses esprits, hume un peu l'air puis me fixe avec exactement cette tête : 
     

     
    Je me démonte pas, j'enchaîne :
     "ouais t'inquiète on a eu un léger souci cette nuit"  
    "comment ça ?"
    "je suis gêné c'est la honte"
    "bah dis !"
    "ok j'étais bourré et j'ai commencé à être malade dans la nuit, tu sais le chinois, l'alcool, du coup j'ai pas eu le temps d'arriver aux chiottes, j'ai vomis un peu dans le lit, mais pas tout, juste un peu" 
    "mais put**n c'est dégueulasse" (héhé si tu savais)
    "non t'inquiète ça peut arriver j'ai tout nettoyé c'est bon, je voulais pas te réveiller y'a pas de problème, c'est rien du tout, j'ai réglé ça en 2min y'avait pas grand chose" (je rappelle que j'ai passé ma nuit à jouer au Ninja pour brosser la tâche)
    Puis elle se met à inspecter le truc
    "ouais j'ai mis pas mal de parfum aussi c'est normal c'est mouillé" POKER FACE.  
     
     Au final je passerai quand même une bonne partie de la journée suivante à continuer de frotter ce put**n de matelas imbibé de chiasse asiatique. 
    Avec le recul je ris parce que ça sentait vraiment la M*RDE, c'était pas close. Mais bon Mr HUGO BOSS a fait son taff dans le camouflage et je suis 99% sûr qu'elle a cru au vomi. Ce qui me paraît être le moins ridicule. A choisir je préfère qu'elle me prenne pour une fiotte un peu dégueulasse qui tient pas l'alcool, qu'un gros dégueulasse sobre qui se chie dessus alors qu'elle dort juste à coté, même en lui expliquant que j'y suis pour rien et que c'est le cauchemar qui a relâché mon sphincter.
     
    Je l'ai revu et on en a plus jamais parlé. Pas l'impression qu'il y ai eu quelconque impact sur notre relation. 
    L'appart a empesté ce mix parfum/diarrhée/détergent pendant genre 2 semaines. J'ai gardé le lit. 
     
    Voilà, Li, si tu me lis (lol) je t'enc**e.
     

  3. Like
    Gounot reacted to Narcos SV in Pussy Magnet chez les Sex Addicts   
    Bon trip, j'aime bcp.
    Je penche pour un bluff par contre.
    manque des photos de ta salle de bain par exemple
     
  4. Like
    Gounot reacted to safet_susic in Pussy Magnet chez les Sex Addicts   
  5. Like
    Gounot reacted to Pussy Magnet in Pussy Magnet chez les Sex Addicts   
    Si je devais résumer cette soirée je dirai WTF.
     
    Je pensais être armé pour me rendre à cette réunion des addicts du cul. J’avais bien préparé mon truc, si je voulais me serrer des meufs la bas, hors de question de parler de putes ou trucs de pervers, j’oriente mon délire sur la dépendance affective et sexuelle, un mix des deux pour édulcorer le truc.
     
    J’arrive 10 minutes en avance, histoire de me barrer si la soirée est full camionneur et où je risque de prendre 20 cm dans le fion à cause de mes 60kg.
     
    Je me poste donc devant la porte, un peu en retrait, cigarette au bec pour justifier de ne pas rentrer et je regarde les gens arriver.
     
    Un mec arrive, puis une fille, une autre…Je me sens en sécurité et rentre.
     
    Un gonz d’une quarantaine d’année m’aborde, il me demande si je suis nouveau, je réponds par l’affirmative, il ne tourne pas autours du pot et me demande d’admettre que je suis dépendant sexuel.
     
    put**n gros, c’est direct comme approche, je réponds donc un évasif « si j’ai fait tout le chemin jusqu’ici c’est que ça doit être le cas », le gonz sourit et me dit, non mais dites le. Je dis donc « je suis dépendant sexuel ». Il est tout content et me dit que c’est le premier pas vers l’acceptation.
     
    Il me file un questionnaire et un bic, j’évite de donner mon vrai nom et j’ai plein de questions super chelous par rapport à mes fréquences sexuelles, masturbation, rapport avec les putes, si je suis bi sexuel et compagnie.
     
    Je réponds le strict minimum, hétéro, baiseur de malade, no gay, pas de trucs chelous. Le gonz lit ma fiche, me regarde, j’hésite à tenir le regard et je lui demande si c’est bon. Il est ok.
     
    Il y a un autre nouveau, un type d’une quarantaine d’année, il a l’air cool.
     
    La qualité pour être un bon gros fdp reste l’observation, du coup avant que la réunion commence, je m’assois et observe tous les participants, histoire de repérer si une petite a besoin d’affection.
     
    Nous sommes 11, moi compris, 4 meufs (mangez bien bande de cons y’a des meufs) et 7 gars. J’ai bien envie de faire la blague, "put**n ça ferait une belle orgie", mais je suis pas certain que ce soit approprié.
     
    Avant de démarrer mon observation, je me dis un truc tout con mais réunir des meufs et des mecs qui ont des problèmes avec leur sexualité ça me parait pas l’idée du siècle, c’est un peu comme organiser une réunion de pédophiles dans une école primaire. Anyway je suis venu pour les meufs donc bon je vais pas me plaindre.
     
    Première constatation, je suis le plus jeune, une fille à l’air d’avoir la trentaine et le reste c’est du 35+.
     
    J’ai la barbe, une chemise sur mesure et une classe naturelle (lol), j’ai annoncé 29 ans sur la feuille de renseignement. Bien qu’ayant menti je reste le plus jeune.
     
    On est assis en cercle, un peu comme on pourrait l’imaginer dans les films à la difference que le mec qui gère nous explique que l’on doit être loin les un des autres et éviter tout contact physique. Sick.
     
    Je suis donc assis sur une chaise de camping, et comme Gexti contemple ses merguez, je regarde les autres, je me rappelle pas du plan du cercle mais il y a dans parmi ces gens, le nouveau, une quarantaine d’année, il a l’air peinard, RAS. Un gars assez vieux, genre 50 ans d’ou on sent le coté pervers et avec qui on voudrait pas rester coincé dans un ascenseur. C’est à peu près le genre de mecs que j’imaginais, le genre de gars qui pourrait proposer des bonbons à la sortie d’écoles à Lens, il est assez flippant.
    Un autre mec plutôt classe, on sent le gonz avec une grosse carte bleue, petit mocassin Tods, montre Suisse au poignet, je l’imagine se siffler des cigares arrosés de Louis XIII avec des tapins d’une vingtaine d’année sur les genoux, une sorte de modèle en soi. Un autre gars à l’air perdu, je me demande vraiment s’il va pas se tirer une balle, il a l’air triste, ses vêtements sont tristes et naturellement son visage donne envie de se tailler les vaines avec une fourchette. Un autre gars un peu grassouillet semble à l’aise, on dirait genre un reg, je sens le style du gonz, je m’en suis sorti et je suis la pour témoigner, une belle m**de quoi qui vient narguer les paumés. En face de moi un gonz clairement pd, j'imagine déjà de sombres histoires de dark room et de truc avec plein de mecs sur excités, il m’a sourit 2 fois, je le sens moyen lui. 
     
    Coté fille, il y a une grosse que je raye directement de ma liste, elle a quand même une tête de gourmande, le genre qui mange autant de choco bon que de penis, elle me regarde aussi de temps en temps, du coup je sais pas si je suis parano ou si la grosse veut m’engloutir. La deuxième biche ressemble à madame tout le monde, elle est normal d’apparence, elle à l’air aussi fun que la pluie par contre, genre secrétaire qui taff en banlieue, la quarantaine aussi, rayée de la liste aussi.
    Reste donc 2 filles, la 3 ème doit avoir entre 35 et 40 ans, plus proche des 40 mais elle est plutôt bonne, elle a les jambes croisées et une sorte de tunique (taamer). Je lui mets 5 sur 10 parce que j’aime bien ce qui à l’air de se cacher sous la tunique mais elle a pas un super beau visage. Je sens la meuf adepte de truc gore sous ses airs de sainte, genre gang bang, glory hole et toutes ses choses sans modérations.
     
    Le meilleur pour la fin, une petite, 33 ans (j’ai su son age après), elle est jolie, enfin elle est pétillante sans avoir le corps qui ressemble à une bouteille de Perier. C’est un bon 7, elle a une petite robe d’été, un corps qui a l’air gérable et un visage qui respire la joie de vivre et le phallus. Elle passe clairement en tête de liste avec la meuf précédente.
     
     
    Le chef de cérémonie se présente et explique les règles aux nouveaux, un truc avec étape, une histoire avec des règles et compagnie, j’écoute pas vraiment sachant que j’essaie de regarder la petite avec sa robe pour voir si elle est receptive.
     
    Le gonz demande si quelqu’un veut prendre la parole, si les nouveaux veulent se présenter (sans que ce soit obligatoire). Un blanc de 30 secondes plus tard, Emile Louis (le mec flippant) se lève, dit je m’appelle X je suis dépendant sexuel, tout le monde répond bonjour X et il explique que c’est trop compliqué en été de ne pas avoir envie à cause des tenues estivales et qu’il a craqué en étant aller voir une prostitué. Pendant 30 secondes avant qu’il dise qu’il a pris une pute j’ai cru qu’il allait tranquilou raconter un viol ou un truc du genre. Il explique être aller voir une pute et a fait son affaire dans sa voiture. Charmant. Il explique également que c’est compliqué et qu’il avait l’habitude de dépenser l’intégralité de son salaire dans les putes. C’est assez touchant et j’ai quand même de la peine pour ce garçon.
    Tout le monde le remercie.
     
    Je me demande bien dans quoi je suis tombé bordel, tout le monde a l’air triste.
     
    La, madame tout le monde se lève, elle explique qu’elle est dépendante affective, qu’elle n’arrive pas être seule et que depuis son divorce elle enchaine les aventures pas forcement sexuelle pour ne pas être seule.
     
    Encore une fois c’est touchant mais à vrai dire je m’en branle.
     
    Et la le premier gros ROLF de la soirée, surement rassurée par les passages précédents la grosse se lève et part complètement en couille, elle raconte qu’elle a entre 4 et 10 partenaires differents par jour, qu’elle les prend dans la rue, bus, ou peu importe. Je me retiens de lâcher un gros « lol sal*pe » ou d’exploser de rire, alors oui je sais c’est pas drôle les gens sont malades mais j’aime pas les gens donc je m’en ballec. J’ai beaucoup de mal à me contenir, pas forcement de rire mais la situation est assez surréaliste.
     
    Chose assez troublante elle me regarde en disant ça, j’ai du mal à vraiment me situer dans la pièce à ce moment la et je regarde ailleurs. Clairement la bite c’est sa life.
     
    Après ça il y a quand même un blanc et l’organisateur relance le truc, la ce gros fdp dit mon prénom « Robin j’ai vu que t’étais mal à l’aise tu veux dire quelque chose ? »
     
    Je commence à parler et la le gonz m’insta stop, « dis le mais debout », je lui lance un regard de gangster genre tu me reparles comme ça je te castagne et me lève.
     
    Je dis donc « je m’appelle X » la encore tout le monde me coupe avec un bonjour X, sick. Je dis voilà j’ai 29 ans (lol) et je suis dépendant affectif et sexuel, enfin un mix des deux. Je me sépare régulièrement de mes petites amies du à mon activité sexuelle trop intense qui me vaut les surnoms d’obsédés et les éternels « tu ne penses qu’à ça ». Je ressens le besoin de faire l’amour plusieurs fois par jour, toujours à la même meuf et sans jamais aller voir de prostitués ou autre c’est pour ça que l’affectif a une importance particulière. Si au début ça ne dérange pas mes partenaires, mon appétit sexuel constant fatigue très souvent les filles. J’essaie de me retenir mais c’est compliqué surtout si j’apprécie la fille. J’aimerai bien trouver un parrain ou une marraine pour m’aider et me guider. 
     
    Tout le monde me remercie, j’ai quand même produit le message parfait, je suis pas un énorme pervers, je respecte les meufs, je vais pas voir ailleurs et les putes ne sont pas ma came, de plus je cherche un parrain, enfin surtout une marraine. J’ai tout de la parfaite proie pour une meuf assoiffée de zizi. J’ai bien entendu fait ma tirade en regardant ma cible la majeure partie du temps. Elle accueillera la fin de mon discours par un grand sourire.
     
    Je me rassois sagement, l’autre nouveau se lève et la surprise le gonz se lache complètement, j’aurai pas bet sur lui pour un dérapage comme ça. Il commence à expliquer qu’il se tape de tout, genre mec, trav, meufs, toutes les nationalités, enfin le mec part en couille chaud, il explique aller dans des labyrinthes gays, (je connaissais le concept à Sydney mais je savais pas que ça existait ici) et qu’à défaut de chercher des oeufs comme à pâque il cherchait des teubs dans tous les recoins. Bon ok il a pas dit la dernière phrase mais il est parti chaud en sucette, touze gay, touze mélangée, enfin la totale. Il se rend compte que c’est pas normal (oh really ?) et a besoin d’aide. Je regrette déjà de lui avoir souri à l’entrée. Comme d’hab l’éternel remerciement, perso je le remercie pas d’avoir mis des images chelous dans ma tête.
     
    J’en viens à me demander si la petite va se lever et si je vais pouvoir l’observer devant tout le monde, voir sa manière de s’exprimer. Perso je suis à l’aise en public, je peux parler devant plusieurs personnes sans que je sois déstabilisé ou mal à l’aise mais ce n’est pas le cas de tout le monde.
     
    Chose intéressante le gonz bien balla se lève, première constatation il a une Audemars Piguet bien fat, c’est 15k mini ça. J’ai envie de le checker put**n le mec de 40 ans, classe, ça pourrait être un bro. Comme je m’y attendais il explique baiser à foison des meufs qu’il commande chez lui, on dirait Christian Bale dans American Psycho, j’espère les meurtres en moins. Il s’envoie 10 à 15 escorts par semaine, wtf pourquoi t’es pas avec les meufs la au lieu d’être dans un local avec des paumés, je comprends pas trop son délire, mais apparement baiser des mannequins semblent problématique. Je me dis que ce gars c’est moi dans 15 ans et je flippe un peu. Remerciement habituel, j’ai envie de l’insulter et je me vois bien aller lui parler pour participer à ses soirées.
     
     
    Là, miracle, la petite se lève, Elsa, 33 ans. Je ne l’avais vu qu’assise, la débout, petite robe espadrille, clairement je la dégomme, elle a une voix mignonne, un petit rouge à lèvre discret, j’ai envie de la prendre dans mes bras mais aussi de l’attacher sur un lit à baldaquin et lui faire le 14 juillet dans sa culotte.
     
    Je prie pour qu’elle évite de dire des trucs ou des animaux sont mêlés ou des trucs avec des objets, plein de mecs ou des choses incluant la souffrance physique.
     
    Elle explique un peu comme madame tout le monde, du fait de soucis dans sa vie elle se sent souvent abandonnée et prend très mal les ruptures. Elle a tout le temps besoin d’être entourée et concède qu’elle a besoin de faire l’amour très souvent pour se sentir désirée. 
     
    La dernière partie de sa phrase me plait beaucoup. Pendant son monologue elle me regarde 2 ou 3 fois, je lui souris gentiment.
    Elle n’échappera pas aux remerciements.
     
    Un bon silence de 3 minutes et s’en suit d’interminables monologues de l’organisateur qui commence à parler de tout et n’imp, genre Dieu et compagnie, ok bro. Il tend une enveloppe genre pour la quête, je sais pas s’il level ou pas du coup j’envoie un billet de 5 balles, je fumerai moins.
     
    La réunion se termine, personne ne se barre vraiment et c’est l’occasion de se parler entre nous, obv comme un renard des surfaces je me dirige vers la petite. C’était sans compter sur la grosse qui me stoppe littéralement dans ma course vers la Elsa. Une envie de lui envoyer un bon gros « suce toi », elle me dit « elle était touchante ton histoire », je lui envoie un combo merci + tape sur l’épaule en me barrant, genre on est des bros vas-y débranche moi.
     
    La petite est sur son Iphone, je lui dis « je me suis pas mal retrouvé dans ton histoire c’est réconfortant » Un peu surprise elle lève les yeux de son tél et me regarde en souriant et dit « merci ça me fait du bien d’en parler » 
    J’enchaine en lui expliquant que c’est pas facile de venir ici, peur d’être jugé et compagnie, en terme de banalités moisies j’ai rarement fait mieux mais visiblement le sujet l’intéresse et elle relance la conversation.
     
    Le but est simple, avoir son 06 dans le pire des cas, la ken sur le parking dans le meilleurs.
     
    On discute pas mal de ses problèmes comme des prétendus miens et je sens que la meuf n’est pas du tout excitée mais dans une sorte de désespoir affectif.
     
    Alors certains vont dire, t’es vraiment le genre de mec qui profite du désespoir des meufs ? Déjà mon pote t’es surement né d’un désespoir cumulé de tes parents pour avoir cette tête, profiter de l’état d’ébriété ou du désespoir je vois pas trop la difference, enfin si je peux lui combler 2/3 soirées pour la rendre plus heureuse c’est quand même un acte charitable.
     
    Je choisis ce moment pour sortir mon arme ultime, ma phrase préparée depuis cette après midi en cas de petite gérable «  ca te derange pas qu’on échange nos numéros, je peux pas parler de ça à mes proches mais j’aurai bien besoin de quelqu’un à qui parler de temps à autre »
     
    D’habitude ce genre de phrase est complètement interdite, ça fait grosse m**de sans confiance en soi désespérée, l’anti PUA en somme, sauf que la j’ai droit à un « mais oui et surtout n’hésite pas si ça va pas ».
     
    BOOM BITCHES.
     
    Fort de ce succès j’enchaine avec un petit «  tu fais un truc la, j’ai faim, on se mange un truc » 
     
    Clair, limpide. Elle accepte.
     
    On est pas forcement dans les supers quartiers de Marseille et on a deux voitures, je fais pas l’erreur de lui dire de laisser sa voiture pour la ramener, je lui dis de se rapprocher de la mer, ou j’habite, elle habite pas si loin, donc c’est parfait.
     
    On va dans un restau sympa, je fais pas non plus l’erreur du puceau de base en m’assaillant en face, je m’assois à coté. Elle est surprise que je m’assois à coté d’elle, je lui dis la phrase bateau «  je déteste être en face ça fait entretien d’embauche et ça évite de se regarder mâcher. » Elle rit et acquiesce.
     
    Me voilà assis à coté d’une meuf rencontrée 2h plus tot dans une réunion des addicts au cul. L’idée de la faire boire me vient directement à l’idée, le mélange désespoir émotionnel et alcool c’est un peu comme prendre du bois bandé et du viagra en meme temps c’est explosif. 
     
    On discute pas mal, on a changé de sujet et on se raconte nos vies, le truc que je hais, elle a un random taff dans l’administration, 1 gamine de 5 ans (wtf chaud). Enfin c’est bien chiant.
     
    C’est assez formel du coup j’ai bien envie de mettre de la folie mais c’est assez compliqué de parler cul ou autre sachant que bon je suis censé être un baiseur compulsif et elle une nympho triste. Si d’habitude j’introduis la sodomie rapidement dans mes échanges, la j’ai forcement plus de mal.
     
    Elle est mignonne et assez touchante, le sujet sur ses problèmes affectifs revient sur la table, j’ai très peur qu’elle se lance dans une histoire ou son oncle lui rendait des visites nocturnes ou un truc chelou. Finalement ça va, je la rassure en lui disant qu’elle est émotive et qu’elle s’attache surement trop vite mais qu’elle n’a pas foncièrement de soucis. Le combo psy pitoyable et phrases bateaux mais en même temps je sais pas trop quoi lui dire. Je lui dis tout ça en lui prenant la main, j’avoue c’est pas fairplay mais à ce moment la c’est juste le move parfait. Histoire de casser la spirale pseudo dramatique, j’envoie un « mais t’as des mains super douces », mais lol quel tarlouze. Elle le prend comme le compliment que c’était et sourit.
     
    Attention le move qui va suivre est digne d’un mauvais film américain, j’assume à peine mais j’ai bien fait et dit ça :
     
    Après le compliment, je lui lache donc la main et la, lui remet une mèche de cheveux en place derrière l’oreille en lui disant «  t’es bien plus mimi quand tu souris » 
     
    On va éluder le « t’es mimi » qui clairement est pitoyable, le reste n’est pas mieux et je suis pas fier d’avoir fait ça.
     
    Elle me dit merci malgré tout et je la sens rassuré, autant manipuler une débile mentale avec des faux seins c’est assez simple, autant une meuf à fleur de peau c’est quand même autre chose.
     
    Il y a une atmosphère particulière, ça m’arrive souvent d’avoir des dates avec des inconnues mais l’épisode de la réunion des sex addicts au milieu c’est assez handicapant. D’après son récit la meuf est quand même chaude et mon coté psy me laisse penser qu’elle a surement donné une version soft de l’histoire, je vois mal ce genre de meuf envoyer « j’adore les queues lol » devant un auditoire même s’il est la pour ça.
     
    On se rapproche malgré tout peu à peu, je la trouve vraiment cool, on rigole de plus en plus. Elle ressemble à Zooey Deschanel, la frange en moins (si vous venez de google Zooey Deschanel honte à vous), ce même style de visage assez expressif. Elle me regarde assez souvent droit dans les yeux, je n’aime pas du tout qu’on me fixe de cette façon en général, surtout en étant à coté je suis à 2 doigts de me faire un torticolis et j’ai l’impression qu’à tout moment on va sortir faire un tête dehors, chose courante cela dit à Marseille.
     
    Au bout d'un moment je lui dis « j’ai un truc sur les yeux que tu me regardes de cette façon », oui je sais c’est pas classe mais WTF on dirait que j’ai une conjonctivite. Elle me dit « non non t’as de jolis yeux ». Je me retrouve comme un con, je m’attendais pas à ça, je souris poliment en guise de réponse. Pour le coup elle m’a légèrement déstabilisé et je sais pas comment le prendre, genre elle me branche ou pas.
     
    Pendant le repas on commande des cocktails, je prends une Caipirinha, elle un Cosmo, j’ai envie de dire standard. Les boissons arrivent, on trinque et je lui demande si elle veut gouter, elle s’execute et laisse une grosse trace de rouge à lèvre sur le verre. On t’a pas appris à utiliser la paille triple buse. Je lui fais remarquer « visiblement il est pas water proof ton rouge à lèvre ». Elle est un peu gênée et s’excuse, je trouve ça assez sexe pour ma part, j’ai toujours eu un faible pour les meufs qui ont une coupe au carré et du rouge à lèvre, c’est mon coté fétichiste, genre Demi Lovato dans son derniers clip mais je m’égare.
     
    Le repas se poursuit dans une bonne ambiance, ça ressemble de plus en plus à un date, je sais toujours pas qu’elle est son soucis à me fixer, si c’est une serial killer c’est un peu relou mais quite à crever autant que ce soit fait par une fille mignonne.
     
    Mon moment préféré arrive, celui du dessert, toujours un moment izi pour se rapprocher, genre on prend 2 desserts et on partage, c’est l’occasion de jouer avec les cuillères comme Dark Vador avec son sabre et de faire une battle. Ok ça fait gamin de 12 ans mais encore une fois je vous emm**de.
     
    Elle choisit un truc au chocolat, marrant ça j’aime pas le chocolat noir, je prends un truc aux fraises. Les apéros + cocktails commencent à faire leur effet, je la sens détendu.
     
    Arrive les desserts, je propose de partager, ça rapproche inévitablement, j’aime toujours pas le chocolat mais qu’importe. Elle goute son dessert et met plein de chocolat sur ma tarte aux fraises avec sa cuillère, je la regarde en rigolant, genre t’as niqué mon dessert la, elle comprend et me dit « oh ca va ca se marie bien les fraises et le chocolat », ça part en live, une sorte de bataille de deserts et très vite les assiettes ne ressemblent plus à rien. On est très proche et je sens que ça pourrait déraper à tout moment. A un moment elle utilise ma cuillère pour manger, je trouve ça aussi sexy que degueux, allons y échangeons nos MST on est plus à ça près. Elle tank 2 secondes réalisant qu’elle a pris ma cuillère, je lui dis que c’est pas très grave tant qu’il n’y a pas de rouge à lèvre dessus.
     
    Un digestif plus tard nous voilà sorti du restau, je lui propose de se balader au bord de la mer, avant de traverser la route je lui prends la main par réflexe, genre fais attention à toi, et la je sens qu’elle serre ma main, genre ne me lache pas. Je suis un peu perplexe et pas super à l’aise, en plus j’ai juste envie de m’en griller une et j’ai besoin de mes deux mains. Ca me rappelle que la meuf est pas super stable, je repense à la reunion mais j’ose pas enlever ma main.
     
    On trouve un banc, je lui propose de s’assoir, histoire déjà de lâcher ma main et d’enfin m’allumer une clope. La gestion des silences c’est un peu mon dada, le paysage est plutôt sympa et à ce moment je ne parle pas, j’évite de la regarder et me concentre sur le paysage. Elle me demande à quoi je pense, je réponds simplement, «  à rien, je profite du paysage » en lui souriant. Elle sourit à son tour. J’attends quelques secondes pour lui dire « j’ai vraiment passé une bonne soirée, je ne me serai jamais attendu à rencontrer quelqu’un comme toi ». Elle rétorque qu’elle aussi et que ce moment lui a changé les idées.
     
    En position assise sur ce banc sa robe remonte assez méchamment et en croisant les jambes je peux apercevoir une large partie de ses cuisses, ajoutez à ça son rouge à lèvre légèrement atténué par le fait qu’elle est mis sa bouche un peu n’importe où plus le petit coté Jess dans la série New Girl (oui j’ai des références pourries mais j’adore cette série) je la trouve vraiment jolie. Il y a eu suffisamment de signes pour que je puisse l’embrasser tranquilou, ce que je fais, elle s’y attendait plus ou moins et ça se fait naturellement.
     
    Je me dis directement dans ma tête qu’en terme de Karma c’est pas le top, aller à une reunion de personne en détresse pour pécho derrière c’est moyen moyen. Je me rappelle aussi qu’en terme de Karma, dans tous les cas je suis niqué, après avoir consommé de la drogue dans un monastère bouddhiste et fait des trucs à la limite de l’éthique un peu partout dans le monde je suis plus à ça près. On se rassure comme on peut.
    Du coup, on se balade main dans la main, je me sens comme un mec qui aurait proposé une beuverie aux alcooliques anonymes, et on continue de discuter.
     
    Le dilemme se rapproche, je la ramène chez moi ou pas ? Après tout je passe un bon moment, on est deux adultes et si nous sommes consentants, pourquoi pas.
     
    On tergiverse quelque peu et je lui propose de venir chez moi, elle est complètement ok, je me dis OMG ça part de la mais c’est bien n’importe quoi. Je me rappelle que la dernière fois que j’ai fait ce genre de truc sur le CP je me suis retrouvé attaché à un lit du plaza à deux doigts de me prendre un god dans l’anus mais qu’importe.
     
    Elle me suit en voiture et on arrive donc chez moi. « put**n c’est sympa chez toi », j’envoie du tac au tac, et encore t’as pas vu ma chambre, trop tot je l’admets mais plutôt drôle.
     
    Je lui propose de se mettre à l’aise, j’adore cette phrase qui ne veut rien dire mais sur un malentendu elle peut se foutre à poil. Raté. Je lui fais visiter, dans une salle de bain il y a un jacuzzi d’angle, on se regarde comme des cons genre ça va finir la obv. Je lui demande si elle a un maillot (cette question conne), elle me dit non, au pire en sous vêtement ça passe sera ma réponse. On continue la visite, pour finir sur le canapé, je lui apporte un verre de rosé et lui demande si elle est fume, sous entendu de la weed, elle me dit occasionnellement. Du coup je roule un splif, quite à faire n’importe quoi, autant le faire de manière à finir démonté.
     
    Elle pause sa tête sur mon épaule, elle est assez tactile ce qui tombe pas forcement super bien sachant que j’apprécie pas trop qu’on me touche mais elle est jolie et sent bon. De manière générale, je suis pas hyper démonstratif, c’est du coup assez relou de me retrouver coller à une meuf qui je connais à peine.
     
    On siffle la bouteille et le joint, on est pas mal, je propose inévitablement un petit jacuzzi, je lui laisse pas le choix et la prend par la main, on passe reprendre une bouteille et je fais couler l’eau. Se pose la question de la tenue, osef de mon coté j’y vais en boxer, elle est dubitative, pendant ce temps je tamise la lumière (rolf renard) pour lui dire, « ca va y’a quasi plus de lumière et je ferme les yeux quand t’enlèves ta robe ».
     
    Elle rigole et me dit « t’es pas obligé de fermer les yeux », bon ça va si t’insiste je vais te mater.
     
    Il faut savoir que je bois beaucoup moins d’alcool ses derniers temps, je préfère mixer avec de la drogue histoire de réduite significativement mon espérance de vie et c’est plus fun si j’arrive pas à 30 ans, c’est mon coté rock star.
     
    Elle enlève sa robe, j’aime beaucoup la vision et je lui souris. put**n elle a un sacré corps après un gamin, elle a de jolie seins qui ont l’air bien rond, genre des M&M’s. Elle porte une sorte string mimi, on dirait une pub pour lingerie son cul.
     
    Le jacuzzi est suffisant grand pour pas qu’elle s’étale sur moi, le fait qu’elle soit à moitié nue l’empêche de me coller et rien que pour ça j’apprécie mon idée.
     
    On batifole dans l’eau, je vous fais pas un dessin, standard quoi, tout en continuant à boire, à la bouteille cette fois, on dirait un vieux Marc Dorcel ou tout le monde connait l’issue.
     
    On reste relativement longtemps et l’eau commence à être froide, pas un super bon plan pour ma teub, je lui propose de sortir et trempés on va dans ma chambre. Je sais pas si c’est l’alcool ou le melange mais sans parler ça part directement en couille, le fait d’être mouillé est d’ailleurs plutôt agréable. C’était plutôt classique, j’ai pas senti la patte nympho ou autre, bon elle m’a griffé dans le dos et apprécie les grosses fessées mais ça s’arrête la.
     
    Elle a dormi chez moi du coup et est parti y’a en fin de matinée, je me sens moyennement bien dans ma peau, j’ai l’impression d’avoir encore franchi la limite dans le n’importe quoi.
     
    Aucune idée si on va se revoir, elle devait aller chercher sa fille et était pressée, on verra bien.
     
     
    En conclusion c’était encore bien n’importe quoi, j’ai au final passé une soirée sympa et c’est pas un mauvais plan d’aller chercher les coquines à la source même si maintenant je pense que si j’y retourne et qu’elle est la je suis bien grillé.
     
    Si je finis en couple avec elle ce serait bien drôle, 2 personnes instables mentalement ça risque de faire une sorte de Super Calimero si ça se reproduit.
     
    Peace.
     
    En bonus la converse SMS qui suit, on devrait donc se revoir.
     


  6. Like
    Gounot reacted to Pussy Magnet in Real Post   
    In demain soir à la réunion sur marseille, j'hésite a créer un thread. Je vais appeler pour etre sur que la réunion a lieu.
     
    Bonjour, Robin 26 ans, accro au sexe depuis 5 ans.
     
    je vais y aller bîen apprêté, en mode renard. 
     
    J'espère qu'il y a pas une fouille à l'entrée genre pour confisquer les capotes.
     
    In before je me fais violer par Norbert 53 ans accro au petit cul de blanc.
  7. Like
    Gounot reacted to Mathafackaaa in Real Post   
    Rencontré une meuf hier. Quoi de fou me direz vous ? La rencontre s'avérera en fait assez surréaliste.
    Déjà, notre héroïne du jour est une Hooters girl. J'aimerais vendre du rêve en feignant l'habitude, mais non, je ne suis pas un multi de Pussy Magnet, désolé les mecs mais ça ne m'arrive pas tous les jours de lever une telle bombasse. Ok, je suis certain qu'on peut trouver quelques épaves dans les rangs des rabatteuses estampillées Hooters, mais ici on a clairement affaire à une carrosserie de compèt'. Déjà les phares, des yeux de biche, littéralement, d'un vert profond, je suis pas vraiment du type timide mais là son regard arrive presque à me mettre mal à l'aise. Ensuite le pare-chocs arrière, bordel, la dernière fois que j'ai eu un cul comme ça dans les mains, il appartenait à une africaine. Tout bonnement impressionnant. Et Dieu sait si j'aime les culs. Bref, je suis aux anges.
    On est en début de soirée, il fait chaud, je lui propose d'aller manger une glace. Sur le chemin, on délire un peu sur ce que l'un peut apprendre à l'autre et je lui demande quelles sont ses compétences. Là elle me dit direct : "Je pense que je suis déjà étrangement très très ouverte avec toi donc si je réponds à cette question, y'aura plus de surprise autant que je me déshabille tout de suite". Ok epic soirée incoming les frères, je sens que je vais voir bouger son cul sous tous les angles. 
    On choppe la glace, continue à errer dans les rues, je tourne la tête vers elle et la vois me regarder en léchant son sorbet comme une actrice porno avec un sourire en coin comme pour me confirmer de quel skill il s'agissait. J'avais compris t'inquiète.
    15min plus tard on est à la terrasse d'un café à deux pas de chez moi (héhé) devant un verre de blanc. A plusieurs reprises, je feins de tourner la tête ou regarder dans une autre direction et à chaque fois que je repose mes yeux sur elle, elle est en train de se mordre les lèvres en regardant les miennes. Elle a le regard d'une grosse qui n'a pas vu un pénis depuis 10 ans après 2 bouteilles de Jack. Sauf que elle, elle est bonne et on est tous les deux complètement sobres. Surréaliste. Des coolstorybro j'en ai pas mal mais j'ai jamais vu une meuf me regarder comme ça, surtout pour un 1er rdv, à jeun, en public, c'est complètement indécent. Elle se tortille carrément sur sa chaise sans quitter ma bouche des yeux, tout en continuant à parler de random sujets !!
    Comprenant très vite qu'il me faudra pas trois verres pour la ramener chez moi, je décide qu'il est temps de mettre les voiles. On marche en direction de mon appart, on parle de nos addictions, elle me demande de deviner, je lui souris et lui dis que j'ai une idée. Là elle me dit cash qu'elle est addict au sexe et que c'est un problème pour elle, qu'elle va carrément à des réunions type alcooliques anonymes mais pour les nymphos. WTF ? Si son langage corporel n'avait pas été si convaincant j'aurais pu croire à une caméra cachée. 
    Mais non, aucune vague à l'horizon et la croisière suit son cours, j'ai jamais rencontré une nana qui embrassait si bien, on sent l'expérience et je suis maintenant convaincu que le skill dont elle se targuait n'était pas usurpé et que mon gland va être le grand vainqueur de la soirée. Tout va bien, à l'issue de 2h de grind non intensif après la première glace, j'ai enfin ses fesses bombées à 3cm de mon visage.
    Là elle me dit que ce serait bien si on buvait quelque chose. Pas de souci j'ai tout ce qu'il faut. Pendant que je prépare les verres, elle fait un tour dans l'appart et me demande ce que je fais, je lui parle des cartes. Et là je la vois littéralement devenir complètement pâle. Son regard de chaudasse devient glacial. Je pose une main sur elle, qu'elle insta repousse. "Bah dis donc t'as pas l'air d'aimer le jeu ! Qu'est ce qu'il se passe ??"
    Là elle me dit que le poker a détruit sa vie, que son père a tout perdu au jeu, maison, travail, du genre totalement addict à contracter des dettes avec des types pas très clairs, du coup divorce de ses parents, tentative de suicide de sa mère et maintenant son père est SDF. Rien que ça. Bref on est bien là, je sens que l'excitation est légèrement retombée. 
    Autant quand je regardais ses yeux en début de soirée j'avais l'impression d'être un moelleux au chocolat seul dans une pièce avec Valérie Damidot, autant là je peux y lire du dégoût et j'ai la vague sensation d'être une grosse m**de bien odorante. Inutile d'argumenter quoi que ce soit, elle hait les mecs comme moi et 2min plus tard, les larmes aux yeux, elle claque ma porte. 
    Ok A+ merci pour le rollercoaster, le brag et l'epic fail. 
     
    C'ETAIT UNE SOIREE SYMPA.
  8. Like
    Gounot reacted to utopike in Real Post   
    m'a fait penser à bolivio cette chanson
  9. Like
    Gounot reacted to Dicomaniaque 💉 in Real Post   
    Partie depuis en vacances en Espagne, Blonde n'a visiblement pas eu sa dose de tête-à-tête. C'est donc par appli interposée que nous avons poursuivi notre challenge Scrabble. Alors que je le domine allègrement, elle me fait parvenir le message suivant.

    Ça valait bien un brag sur le CP, non ?
  10. Like
    Gounot reacted to Pussy Magnet in Real Post   
    Je vais la prendre ma cartouche.
     

     

    Faut que je mette de l'ordre dans ma vie.
  11. Like
    Gounot reacted to Dicomaniaque 💉 in Real Post   
    Mercredi 29, je vais voir "La Rage au ventre" aux Halles. Excellent Jack Gyllenhaal, très bon Forest Whitaker, le film emprunte cependant trop à la saga Rocky.
     
    22h30, je sors du cinéma et rentre chez moi (enfin, sous mon toit provisoire). Sur la route, je pense à @SplasH et à sa course du 19 juillet. Il avait en effet parié qu'il courrait un mile en moins de 6'30". En Belgique toute la semaine dernière pour le championnat du monde de Scrabble, je lui demande :
     
     
     
    Arrivé à La Perle, j'y retrouve donc Splashounet, accompagné de @FFunker et de sa douce.
    Splash : "Ici, j'te préviens, on ne boit que du picon bière."
    Piercy : "Ah OK."
    Splash : "Par contre, je suis broke."
    Piercy :"OK, j'ai compris."
     
    Pendant que je sirote mon breuvage, Splash accoste une Néerlandaise blonde et finit par discuter avec son Björn Borg de chéri. Ouf, les deux Aryens se barrent.
    S'assoient alors à la table la plus proche de nous (20 cm environ) une (presque majeure, apparemment) charmante rouquine et une amie de sa maman, d'une cinquantaine d'années. Rouquette est super mignonne, porte une robe laissant visible son nombril et offrant à nos yeux un sublime décolleté malgré des seins somme toute petits. De toute façon, elle est mineure.
     
    Splash part alors, avec la CB de FFunker (mieux que se faire offrir des verres : payer avec la CB des autres), acheter deux autres bières aromatisées. Il revient tout joyeux : "OMG au bar, il y a une belle brochette".
     
    Moins de deux minutes plus tard, la brochette en question s'installe... à la même table que Rouquette. Au total, 5 femmes (ou presque femmes) se sont assises à côté de nous.
    Rouquette : mineure
    Brunette : la sœur de Rouquette, au moins aussi canon, mais avant tout majeure
     
    Dents blanches : copine des deux susnommées
    Blonde, maman de Rouquette et de Brunette : 52 ans, un corps bien conservé et sûrement plus d'un seul verre dans le gosier ; semble assez déchaînée
    Mamie : la copine de Blonde, conversation trop plate, manque de sourire, et pas super belle
    La soirée peut donc commencer. Ces femmes habitent la Guadeloupe et sont de passage, comme chaque année, à Paris. Elles logent dans un appartement à environ 200 m de là.
     
    Blablabla
    blablabla
    Ffunkerette se barre en portant MON sweatshirt, celui-là-même que je lui avais prêté pour pas qu'elle n'ait froid.
    blablabla
    blablabla
     
    Blonde apprend que je joue au Scrabble et nous convie donc à une partie de Scrabble chez elle.
    WTF ?
    Oui, il n'y a qu'avec Piercy que ça peut se passer comme ça.
    Splash et Ffunker sont évidemment au taquet et je me retrouve à 2 h du matin en train de jouer au Scrabble contre une MILF à qui j'aurais préféré mettre en double autre chose qu'un mot avec un Q.
     
    Mon fan club composé de Splashounet et Ffunker assiste à une réelle humiliation : je perds de 140 points contre Blonde, qui ne joue pas si mal. Variance.
     
    Blonde veut une revanche, donc... je me retrouve à 4h du matin en train de jouer au Scrabble contre une MILF à qui j'aurais préféré mettre en triple autre chose qu'un mot avec un Z.
     
    Justice : je l'ai démontée. Et quand je suis parti chez moi, j'étais tout seul. Aucune idée de l'endroit ni de l'heure où Splash et Ffunker s'en sont allés.
     
  12. Like
    Gounot reacted to Ap_calypse in [Coverage WSOP 2015] Steven in Vegas   
    Magnifique Pierre Neuville ! 
    Pour ceux qui veulent un peu mieux connaitre son histoire, il y a notamment cet article : http://www.bluff.com/news/pierre-neuville-lives-post-retirement-poker-dreams-to-the-fullest-67463/
     
    Sinon, sympa, le soutien :
    https://twitter.com/DominikNitsche/status/621239406704263168
     
    https://twitter.com/steveodwyer/status/621242215361175552
  13. Like
    Gounot reacted to FrédéricB in [Coverage WSOP 2015] Steven in Vegas   
    Bon les futurs couvreurs... C'est votre soirée... On tient peut-être le futur Benjo !
    Alors par avance merci pour votre coverage... on peut passer une bonne nuit !
  14. Like
    Gounot reacted to taamer in Real Post   
    Excusez-moi Chantal, vous avez...
     

  15. Like
    Gounot reacted to Clairette in Real Post   
    Tiens d'ailleurs ca fait un petit moment que je ne vous ai pas floodé un peu, je vais en profiter pendant que mes deux élèves en cette fin d'année galèrent sur un paysage en aquarelle pour vous raconter une de mes pire dates (enfin de celles que la décence me permettent de vous narrer, en lady que je suis. Du moins que j'essaye d'être, parfois y a des ratés hein.)
     
    Un vendredi soir de février, Skip est très en forme dans un bar à Bastille, le yellow mad monkey, lieu de déchéance de prédilection des coupains, en même temps forcement cette histoire commence mal, comment voulez-vous que ca commence bien dans un bar avec un arbre en plein milieu, duquel un singe et une bonne douzaine de soutifs pendent...
     
    Bref étant crevée de ma semaine je passe boire un verre vite fait, mon Skipounet chaud bouillant me propose alors de me lever du gibier dans cette jungle...Je lui conjure d'abord de ne rien en faire, puis sa force de persuasion aura raison de ma volonté, me disant qu'au milieu des singes il risque bien d'y avoir un lion egaré....
    Ni une ni deux il m'ordonne de me détacher les cheveux et va vers un random guy (je le compris plus tard, moi qui pensait naïvement qu'il m'avait réservé un morceau de choix. Mais je n'etais pas chez le boucher.)
     
    Il y va au bluff du débutant genre "Jonathan? Jonathan? La fille là bas elle te reconnait!!"
    J'en conviens on a vu mieux mais bon apres 2 pichets je ne pouvais pas esperer qu'il me sorte du New York Back Raise hein.
    Evidemment il ne s'appelait pas Jonathan, mais était assez intrigué pour venir voir qui diable je pouvais être.
     
    Je sens donc une main qui me touche l'épaule, me retourne et en voit assez pour que mon scanner valide la bête.
    Le mec est maitre-nageur, je ne m'etais pas trompée.
     
    Bref on discute sympa mais sans plus, il prend mon numero, il m'embrasse, je suis crevée je rentre, et rendez-vous est pris pour un diner la semaine d'après.
    Arrive le diner au resto du Palais de Tokyo (le jour de fermeture du musée, musclé mais pas tres futé hein déjà, du coup je ne peux pas faire d'expo avant, je l'attends donc en buvant un verre).
    Il arrive, on papote et commençons à diner, il est très "calin", ok un peu bizarre dès le premier rencard mais pourquoi pas, ne veut pas lâcher ma main, je lui reprend violemment à peine l'entrée arrivée. Pauvre chou, il ne sait pas encore qu'il est très dangereux de m'empêcher de manger, Splash pourra vous le confirmer.
    La conversation n'est pas passionnante, le mec est un peu mou, pas trop d'humour, mais bon, son physique penche toujours plus lourd dans la balance.
     
    Je vais aux toilettes, et lorsque je reviens le mec a le nez dans mon écharpe, il la respire longuement en fermant les yeux...wtf??
    Je lui demande ce qu'il fout en lui arrachant mon précieux bout d'etoffe, il me réponds niaisement que c'est bien dommage, elle ne sent pas mon parfum...
    Ok.
    Bon, j'hesite à couper court au diner, commencant à etre légèrement agacée, mais un coup d'oeil à son torse moulé dans un pull noir tout simple me fait renoncer... (oui je suis faible, un vrai mec là dessus ; ) houla j'entends déjà poindre ma volée de -1 ; )), et puis j'avais pas fini de manger hein c'est le plus important dans tout ça.
    Le plat de résistance arrive et avec lui des proses de Verlaine, Beaudelaire, déclamés amoureusement (bon ok j'ai rencontré un poète, pas un maitre nagueur. Me suis fait avoir sur la marchandise. Le problème c'est que je n'aime pas la poésie. Suis pas une romantique).
     
    Il se rapproche à 5 cm de mon visage et là le mec, en prenant une voix de bébé, me sort "Fais bisooooouuuu"
     
    La pire phrase avec la pire intonation possible.
    Je le regarde mi-ebahie mi-énervée et lui demande encore une fois ce qu'il fout.
    Il répète la même chose, le mec est décidement long à la détente, ou alors son cerveau a fondu dans l'eau chlorée, allez savoir.
    Ah mince c'est vrai my bad, j'avais oublié de lui dire que je voulais un homme et pas un enfant. J'ai encore de bonnes années devant moi et l'insémination à Barcelone pour ça.
     
    Je mets donc un terme au diner (non sans avoir fini mon plat de resistance hein faut pas déconner non plus y a des choses sacrées), et je rend sa liberté à cette bête curieuse, non sans qu'elle ait d'abord insisté pour m'embrasser devant la Tour Eiffel clignotante.
     
    Je récupère Autolib, mon fidèle destrier, et rentre en bénissant ma solitude retrouvée et me disant que ca ferait une bonne CSB.
    Nan je déconne je savais pas encore ce que c'était.
  16. Like
    Gounot reacted to veunstyle in [Coverage WSOP 2015] Steven in Vegas   

    Un premier level compliqué  
    Bon, et si on se lançait ?
    Les joueurs sont déjà sur le 2e niveau de cette journée, le 6e de ce tournoi, et moi je suis bien à la bourre.
     
    J'ai eu le temps de visiter la Pavillon et l'Amazon Room. Et les résultats sont plus que moyens pour le moment côté Français. On va parler du premier busto de cette journée, en tout cas à ma connaissance, c'est Alexandre Réard. 
     
    L'un des vainqueurs du king5 est passé de 55 000 à 0 en 3 mains. 
    - 1er main : il perd 10bb sur un flip AQ contre paire de 5
    - 2e main : il 4bet AA contre un Argentin assez aggro visiblement, puis check flop et turn avant de miser 10 000 river un board QQ844. Le monsieur possédait 4 et 5. 
    - 3e main : il perd encore un flip, le même que le premier AQ contre paire de 5. Allez salut.
     

    Alexandre Réard, au break, raconte son élimination à ses potes. Le Main Event est déjà terminé pour lui...
     
     
    Alexandra Petitjean et David Benyamine ont également disparu, mais je ne suis au courant de rien. Tous deux avaient des stacks inférieur à la cave de départ et n'auront donc visiblement pas beaucoup vibré dans ce day2.
     
     
     
    Une bonne nouvelle ? Oui, François Tosques a doublé son tapis et pointait à 150 000 au break ! 
    La mauvaise nouvelle ? Bé, je ne sais pas comment. Pas grave, l'essentiel, c'est qu'il y a des jetons chez le Français qui avait terminé 174e en 2012.
     
     
     
    Victor Choupeaux est bien arrivé, comme il l'a confirmé. La raison de son absence des chipcounts ? "Choop" est perdu à Vegas, ça fait bien longtemps qu'il n'a plus joué un tournoi et fait day2. Du coup, quand il est parti à la fin du day1, il a rangé ses jetons dans le sac, ainsi que les petits papiers qu'on donne aux joueurs, lorsqu'ils sont qualifiés pour la suite d'un tournoi. Le joueur doit garder un papier rose et doit mettre le papier jaune dans le sac.
     
    Osef, "Choop" a tout mis dedans, et aux yeux des WSOP, c'est comme s'il ne s'était pas qualifié du coup.  
    Le mal est réparé et Victor a pu retrouver son stack et son siège, après avoir eu l'intelligence de regarder tout de même où était son siège à la fin du day1 : "Ouais, enfin, j'aurais préféré arriver un peu plus en retard, parce que du coup, j'ai perdu 30 000 sur les trois premières mains. J'ai fait doubler un mec, AQ contre AA, j'ai fait un bluff qui n'est passé, et un heroe call pourri." 
     
    Il reste 35 000 à l'ancienne terreur du .fr, tout est possible encore.
     
     
     
    J'ai croisé Michel Abecassis aussi : "En pleine forme ! Enfin, j'ai encore mal à la gorge et je dors mal, mais je suis quand même en pleine forme." Après être tombé à 32 000, Michel a réussi à revenir à 46 000. Allez, un bon massage et ça repart.
     

    La classe à Dallas Michel. Il parle comme Macha Beranger, mais a le sourire jusque là
     
     
    Giuseppe Zarbo a pris un mauvais départ dans ce Day2 : "J'ai perdu 14 000 dès le début". Forcément, ça pique. Mais celui qui est en passe d'accrocher un 5e ITM de suite sur ce Main Event, n'a pas dit son dernier mot.
     

    Le "Boss" n'a pris ce day2 par le bon bout
     
     
    Nicolas Le Floch aussi a perdu des jetons rapidement : "20 000. Du coup je suis à 53 000. Mais on a le temps".
    Pas le genre à paniquer comme ça Le Floch, qui connait la route sinueuse qui mène jusqu'au bonheur sur ce tournoi.
     

    Nicolas Le Floch est un roc sur ce tournoi
     
     
    Allez, encore une mauvaise nouvelle, Yorane Kerignard a très mal démarré son tournoi aussi. Je ne sais pas comment, mais la photo veut tout dire. Une sorte d'envie de pendaison. "Eh, l'an passé, comme je t'avais dit, j'ai terminé le day2 avec 28 000 et j'ai quand même fini 23e, donc je sais que ça ne veut rien dire encore". L'un des joueurs Français de tournoi les plus sous côtés du circuit n'a pas fini de faire parler de lui, croyez moi. Allez Yo ! 
     

    Dur dur ce début de journée pour Yorane...
     
    Bon, ça suffit les mauvaises nouvelles, il est temps de se divertir un peu, avant que j'aille voir ce qu'il se passe dans la Brasilia Room. En espérant tout de même revenir avec bien plus de bonnes nouvelles.
     

    Les travaux se poursuivent dans l'Amazon Room... je plains sincèrement les joueurs qui se trouvent juste à côté
     
    Et James Bord finit ce day2 avec... ah non, ce sont juste les tables qui cassent les unes après les autres
     
    En exclusivité pour vous, voici la Benhamoustache 2015
     
    Ness Kourdourli, juste pour le kiff
     
    J'en connais un qui commence à être tilté de voir ma tête tous les jours. Coucou Jamies Gold
     
    Une petite blonde, comme ça, c'est gratuit
     
    Vous ne le verrez pas en table télé, le parano de service sur les microbes
     

    Le maillot de Jordan vert à 200$... j'ai eu envie de vomir
     

    Coucou toi
     
    Voilà, ça c'est la bonne couleur
     
    C'est quoi son problème à lui ?
     
    Pareil pour Jack Salter, c'est quoi leur problème ?
     
    Pim de Goede est Hollandais et pas Français, qu'on se le dise une bonne fois pour toute
     
    J'en connais une qui a besoin d'un bon gros calin...  Ana Marquez   
     
    Ça y est, je suis parti, on ne m'arrête plus
     
    Vous reprendrez bien une dose de Lacey Jones ?
     
    SCOOP : Olivier Busquet ne gagnera surement pas le Main Event cette année. Pas frais le copain
     
    Alors que la petite Lika Gerasimova est beaucoup mieux fournie en jetons
     
     
     
     
     
    Erreur de fish ultra standard à Las Vegas : attendre le break pour aller aux toilettes...
  17. Like
    Gounot reacted to veunstyle in [Coverage WSOP 2015] Steven in Vegas   
    Cadeau, en attendant que j'écrive mon premier post...
     

  18. Like
    Gounot reacted to Pussy Magnet in Real Post   
    Fonkyboy il plaisante pas trop avec la religion, les séries télés et les +1 gros, fais attention à ton holoturisme et à pas te retrouver avec un dossier sur son pc avec ton blase mec.
  19. Like
    Gounot reacted to kiribato in [Coverage WSOP 2015] Steven in Vegas   
    L'orage vu du ciel. J'aurai bien flippé dans l'avion


  20. Like
    Gounot reacted to veunstyle in [Coverage WSOP 2015] Steven in Vegas   

    La Pavillon Room, c'est très grand  
    Non non, je ne vous ai pas oublié depuis la reprise du dinner break. Je suis simplement parti dans la Pavillon Room. On pourrait assimiler ça à une belle cagoule, tellement j'ai passé de temps dans cette salle à chercher nos Français, de l'action et des choses cool à raconter.
     
    J'ai passé 20 minutes à écouter UNE main disputée par Olivier Decamp le vainqueur du dernier WiPT. Pas deux, pas trois, UNE main. Il se levait de sa table, me racontait une street avec le thinking process, s'asseyait de nouveau, me racontait une autre street : "De toute façon, t'as rien d'autre à faire ?" Bien sur, absolument rien, y'a quoi, 3 français à tout casser dans ce tournoi.
     
    Heureusement, la main valait à peu près le coup. C'est un coup qui est arrivé sur le niveau avant le dinner break. S'il me l'a raconté, c'est parce que cette main lui a permis de grimper à 80 000.
    Derrière un limp à 300 du joueur UTG et un raise à 1 950 du joueur UTG+1, il paye au siège suivant avec paire de 10, tout comme le limpeur.
    Sur , le limpeur UTG check, UTG+1 fait 1 900. Olivier a floppé brelan et il se contente de call. Surprise, le joueur UTG qui avait check envoie 4 200. UTG+1 paie et Olivier envoie 13 500. Vous suivez toujours ?
     
    Le limpeur paie les 13 500 et UTG+1 s'échappe du coup. 
    La turn arrive et ça check check.
    Sur la rivière , le copain fait 12 000 avec 23 000 derrière et Olivier snap call. Son adversaire a paire de 55 et Olivier remporte le coup. 
     
    20 minutes pour ça, merci Olivier
     

    Olivier Decamp, un homme qui a le temps
     
    Juste à côté de lui, un spécialiste maintenant de ce Main Event, Nicolas Le Floch. En 45 secondes, il m'a raconté qu'il avait touché pas mal de bonne cartes sur le premier niveau, ce qui lui a permis de rapidement monter un stack. Jusqu'à 50 000. Depuis ? "On y va doucement, on a le temps. Le plus important, c'est de prendre le rythme dans ce tournoi, et là, je crois que j'ai trouvé le bon tempo."
     
    Nicolas sait de quoi il parle, lui qui avait terminé 35e en 2013 de ce même Main Event, éliminé sur un bad beat. 
     

    Nicolas Le Floch réitérera-t-il un nouveau deeprun de folie ?
     
    Du coup, j'ai préféré passer en revue express la santé des troupes, sinon je pense que je ne serais toujours pas revenu.
     
    - Brian Benhamou avait 39 000 : "Je joue plus low variance qu'Erwann Pecheux, c'est pour ça". 
     

    Brian Benhamou
     
    - Sam Chartier avait 90 000. Ouais il n'est pas français, mais il parle la même langue que nous, et en plus c'est un type très sympa
     

    Samuel Chartier
     
    - Romain Paon possède 47 000. Et comme il y a le Team Manager derrière lui qui surveille, je me dis qu'il ne doit pas faire trop de bêtises.
     

    Romain Paon et son garde du corps, Greg CM
     
     
    - Renaud Desferet est à 45 000. RAS chez Renaud, qui est toujours aussi calme et détendu à une table de poker.
     

    Renaud Desferet
     
    - Damien Lhommeau est au stack de départ : "j'avais 51 000, mais j'ai fait un bluff qui n'est pas passé. On m'avait dit ne pas bluff sur le ME, c'est pas con en fait."
     

    Damien Lhommeau
     
    - J'ai trouvé Yorane Kerignard, avec 55 000. Lui aussi connait la longue route qui mène au bout, lui qui avait été éliminé 23e l'an passé : "Ça ne veut rien dire pour l'instant. Tu sais l'an dernier, j'avais fini le day2 avec 28 000, après avoir fini le day1 avec 60 000. Et pourtant je finis 23e..."
     

    Yorane Kerignard
     
    - Guillaume Jenner est en slip. Et je ne parle pas de son pseudo, mais bien de son stack. En plus de ça, il nous a appris une nouvelle assez folle sur twitter.
     

    Guillaume Jenner
     
    https://twitter.com/barsliii/status/618634156113657856
     
    - Arnaud Mattern participe à ce Main Event. On en apprend des choses, même en fin de journée. Arnaud n'est pas frais ceci dit. 
     

    Arnaud Mattern, en grande discussion avec Benjo
     
     
    BONUS
     

    Lacey Jones et Vitaly Lunkin
     
     
     
     
    J'ai découvert une nouvelle section ! Je pensais que c'était du cash game.
    Pas du tout, il y a des mecs qui ont mis 10 000 balles aussi.
     
    - Fabien Perrot par exemple, qui a 40 000 devant lui.
     

    Fabien Perrot
     
     
    - Rony Halimi a une table de là possède le même tapis, 40 000 : "Hey, t'es passé derrière moi et j'ai vu les as pour la première fois !" Encore un qui découvre la blancheur de Veunstyle.
     

    Rony Halimi
     
     
    - La charmante Ness Kourdourgli a 17 000. "Mais c'est cool, ce n'est qu'un jour 1, je n'enverrai pas mes jetons en l'air". Vu comme ça, ouais c'est cool.
     

    Ness Kourdourli
     
    - Adrian Mateos Diaz avait remporté le ME des WSOPE, devant Fabrice Soulier. Maintenant qu'il a l'âge pour gamble dans le Nevada, il découvre le ME des WSOP. Il pointe à 40 000.
     

    Adrian Mateos Diaz
     
    - Joe Cada, l'homme qui a empêché Antoine Saout de devenir champion du monde, est installé avec Jonathan Jaffer, qui avait bien animé le ME l'an passé. Mais si, souvenez vous de l'asiat' fou  : "Ladies, I love Ladieeees !"
     

    Jonathan Jaffe à gauche, Joe Cada à droite
     
    - Enfin LA plus belle table du jour, est composée de Phil Hellmuth, Phil Ivey et Melanie Weisner ! Sacré casting. Ça se marre bien entre les Phil, et je n'ai pas eu le temps de voir Melanie, j'étais parti 2 min avant. Benjo m'a confié qu'elle avait tiré une sale tête en voyant où elle venait d'atterrir. Allez ma chérie, tu peux le faire.
     

    Phil Hellmuth et Phil Ivey
     
     
     
    BONUS (mais plus poilu)
     
    En direct de la Poker Kitchen. Bataille de poils.
     

     

     
     
     
     
    Encore un bonus ? Allez
     

     

     

  21. Like
    Gounot reacted to natanoj in [Coverage WSOP 2015] Steven in Vegas   
    in dans 40 minutes ! La pression monte, j'avoue
     
    sinon, hier, petit diner avec Jerry Yang, vainqueur du Main Event 2007, juste pour se mettre un peu d'inspiration
     

  22. Like
    Gounot reacted to veunstyle in [Coverage WSOP 2015] Steven in Vegas   

    Dans le vif du sujet  
    S'il n'y a que la Brasilia Room qui est remplie de joueurs pour ce day1A du Main Event (les années précédentes, j'ai plutôt souvenir que la Pavillon Room était blindée) on peut considérer ça comme un bon début en terme d'affluence, selon Fabrice Soulier qui joue ce day1A : "Tu sais, s'il y a 700 ou 800 joueurs, c'est déjà un très bon départ ! C'est souvent comme ça les day1A, il y aura du monde les jours suivants."
     
    Fabsoul n'a pas l'air de regretter d'avoir jouer ce day1A : "C'est la première fois que j'ai une table aussi random. Je ne connais personne pratiquement, c'est dingue ! Et puis ça joue très tight."
     
    Ouf, c'est un peu l'impression que j'avais également en parcourant les allées. Pas d'inquiétude, tout est normal, les ballas aiment bien entrer plus tard dans le tournoi. "Mais même, il y a beaucoup de qualifiés aujourd'hui, et beaucoup de joueurs qui font leur fameux tournoi de l'année. C'est parfait de jouer aujourd'hui", ajoutait le Team Pro Everest.
     

    Fabrice Soulier
     
     
    Un autre joueur Français installé 50 mètres plus loin me confiait la même chose, sous son petit cuir de beau gosse et ses lunettes de soleil, monsieur Marc Inizan : "Pour couvrir, pour toi, ça doit être compliqué, mais alors pour moi, à jouer, c'est juste parfait !"
    Merci de compatir "Locsta". 
     

    Marc Inizan
     
     
    Bon, mais alors quelle est la recette du succès pour bien réussir son day1 du Main Event des WSOP, et son tournoi de façon général ?
     
    Si on demandait à un mec qui a déjà gagné ce tournoi par exemple !
    - Pius Heinz a pris sa retraite, c'est mort.
    - La tête de Ryan Riess n'a pas réussi à franchir les portes du Rio, c'est mort
    - Greg Merson est aux abonnés absent, c'est mort
    - Hey mais Jonathan Duhamel parle Français ! Et en plus il est plutôt très cool.
     
    "Il faut bien jouer et avoir de la chance forcément, c'est ça la recette. Quand tu mélanges les deux, tu obtiens un cocktail explosif !"
     
    Et alors ça fait quoi de revenir sur le tournoi qui a changé ta vie en 2010 mon cher Jon ?
    "Quand je suis arrivé près de ma table, il y a un joueur qui m'a dit "continue de marcher !" C'est fun de revenir ici, tu sais, je l'ai déjà gagné, donc aujourd'hui, je prends beaucoup de plaisir et rien que du plaisir. Mais ça reste quand même le tournoi de l'année, et je vais tout faire pour le gagner à nouveau !"
     
    Jonathan Duhamel
     
     
    Pour revenir sur les Français, ils ne sont pas tant que ça en course aujourd'hui. Parlons de "Volatile38" par exemple, qui participe à son deuxième Main Event : "Le seul souvenir que j'ai de l'an dernier, c'est que j'avais joué avec Phil Ivey à table et que j'avais pu lui parler. Je ne me souviens pas du tout de comment j'ai bust etc., mais Phil Ivey, ça m'avait marqué !"
     
    Et cette année, du Phil Ivey ? De la star ? une table facile ?
    "Elle n'est pas si facile que ça ma table. Je pense qu'il y avait moyen d'en tirer une plus facile. Il y a même eu un "All in & call" dès ce premier niveau ! K9 vs K9 sur QJT... ouais ouais, pas peur de voir AK chez l'autre quand il a fallu que monsieur paye le tapis avec son K9."
     
    Apparemment, Guillaume Diaz n'est pas tombé sur le même type de table que "Fabsoul", et on va lui souhaiter un peu de courage pour cette journée : "Ne t'inquiètes pas pour ça, je suis plus en forme que jamais ! Hier on a été au Red Rock Canyon, ça fait du bien, même simplement deux heures. J'ai bien dormi... bref, je suis chaud !" 
     
    Guillaume Diaz, chaud d'action pour aujourd'hui !
     
     
     
     
    Le reste, en photos ? C'est parti.
     
    P'tit Card Guard, histoire de ne pas faire une Estelle Denis
     
     

    No Gamble No Future
     
     
     
     
    J'imagine bien le mec se dire "c'est le tournoi de l'année, je vais sortir mon plus beau pull. put**n mais quel baiseur de malade je fais"
     
     
     
     
    C'est un peu ça l'ambiance du jour, des ricains moyens cigare au bec qui viennent gamble leur 10k annuel
     
     
     
     
    Combo cowboy/Jesus Lichtenberger
     
     
     
     
    Jorryt Van Hoof, 3e l'an dernier de ce Main Event
     
     
     
    Sortie de sa maison de retraite, elle n'a absolument pas l'air d'être là pour plaisanter
     
     
     
     

    Et un Français presque champion WSOP cette année, un : Yehoram Houri
  23. Like
    Gounot reacted to JujuElDoud in [Coverage WSOP 2015] Steven in Vegas   
    Sinon,
     
    En ce moment ont lieu les World Series of Poker à Las Vegas qui sont considérés dans le milieu comme les championnats du monde de poker.
     
    Le chevronné tricolore Michel Abecassis aura joué une superbe partition dans l'Event 62, un tournoi NL HM freezout bounty. Déjouant les pronostics peu flatteurs de ceux qui le considèrent comme le gentil papy de Winamax, humble et pédagogue, Abecassis aura dominé les esprits et martirisés les tables tout au long de ce tournoi au large field. Contraint à un jeu serré agressif lors du dernier jour, protégeant ses 20 à 25 bb l'essentiel du temps, Michel finira par tomber en demi-finales, emporté par ses 13 bb et un AJss s'empalant sur le AQdd du bouton, ce dernier touchant sa Q dès le flop (12ème - 19 K$ + 4 K$ bounty)
     
    Pour sa longévité comme pour son talent nous tenions à saluer la superbe performance de M. Abécassis, auteur par ailleurs du célèbre "si vous me preniez moins pour un con, vous seriez plus intelligent", que ses adversaires n'avaient visiblement pas entendu.
     
    Yann Brosolo dans ce même tournoi pouvait se targuer d'être prévenu, lui qui ne tomba pas dans les griffes du redoutable Abécassis. Une prestation très solide pour ce joueur régulier de la scène internationale, à qui pour le moment il ne manque qu'une belle win. Sa prestation la plus lucrative en live remonte à 2012, lors de l'euro Finals de Poker, tournoi au buy in de 2K qu'il remporta pour encaisser la rondelette somme de 89K$.
    Aujourd'hui c'est à la 17ème place qu'il échoua, remportant tout de même 11 k$ + 6k$ bounty (nice), mais avec cet amerthume dans la bouche que nous connaissons tous, lui, vous comme moi, nous joueurs de MTT.
    Ce n'est que partie remise. Yann continue ainsi, offre nous du bon poker, c'est par ton exemple que nous progressons.
     
    Parallèlement le prestigieux Event 63 HORSE 10k$ ne compte plus que 8 survivants, après les éliminations d'un monstre du poker j'ai nommé Barry Greenstein, 12ème du calssement final, et du savoureux Eli Elezra, tombé peu après à la 9ème place.
    Ne croyez pas pour autant que le tournoi en a perdu sa substance puisque deux des plus beaux joueurs de tournoi "ever" - comme disent nos amis US - figurent encore dans les rangs : Joe HACHEM, mainqueur du Main Event 2015 et délicieux gentlemen aux 12M$ gagnés en carrière, actuellement chipleader, et l'historique, l'incomparable, l'irrésistible Scotty Nguyen qui avec cette performance pourra se targuer d'avoir ITM les WSOP pendant 20 ans.
     
    Stay tuned tas de cons
  24. Angry
    Gounot reacted to allaniut in [Coverage WSOP 2015] Steven in Vegas   
    déjà que tes analyses en section strat sont bien souvent à chi** , mais quand tu joues les reporters essaye de vérifier le masculin/féminin des mots et l'orthographe obv
    BTW c est le coverage de Steven ici , donc ouvre ton thread ou a la limite utilise la balise spoiler
  25. Like
    Gounot reacted to Asier in Real Post   
     
     
    Elle a bash le père de Sashimi
English
Retour en haut de page
×