Jump to content
Status Updates

SAABCAB57

CPiste
  • Content count

    1
  • Joined

  • Last visited

  1. Que faut il en penser?

    Le Upswing Whoring, ou comment tirer profit du doomswitch Si on devait résumer en une phrase ce qui fait un bon joueur de poker, la plus pertinente serait sans doute la suivante : « Un bon joueur de poker, se distingue en ceci qu'il s'efforce de maximiser au possible les gains dans les situations avantageuses, et de minimiser les pertes dans les situations désavantageuses. » Pour approcher la perfection, un joueur se doit d'appliquer cette règle à tous les aspects du jeu, en n'en négligeant aucun. Ceci vaut aussi bien pour l'utilisation judicieuse de la position, que pour des aspects moins évidents, comme par exemple l'utilisation de la time bank dans la phase décisive d'un satellite. Un élément important du poker en ligne est grandement négligé par une immense majorité des joueurs, tout accomplis qu'ils soient - élément qui pourtant peut avoir une influence non négligeable sur la courbe de gains : les doomswitchs ! Qu’est-ce qu’un doomswitch ? Le terme doomswitch signifie littéralement « interrupteur (ou commutateur) de destin »,et désigne une fonction intégrée aux sites de poker, qui permet d'influencer positivement ou négativement la chance d'un joueur. Ces interrupteurs de destin déclenchent donc des « séries », durant lesquelles les joueurs sont soumis à une variance plus grande que de normale. Les séries chanceuses sont appelées « upswing », et les séries malchanceuses sont appelées « downswing ». Pour l'instant, le système n'étant pas encore parfaitement au point, le déclenchement des switch est soumis à des règles assez simples, que l'on va énumérer ici : Les Upswings * Le deposit upswing : Cet upswing est le upswing le plus commun, que quasiment toutes les rooms pratiquent. Il s'enclenche en cas de dépôt. Son pendant est le cashout downswing. * Le « welcome-back » upswing : Cet upswing est un upswing d'une durée limitée qui fait suite au retour d'un joueur après une absence prolongée. * Le big loss upswing : Cet upswing de durée relativement courte permet à un joueur ayant un très mauvais jour de limiter quelque peu la casse, afin qu'il ne soit pas totalement broke (ce qui est très néfaste pour une room de poker, car il leur est nettement préférable qu'un joueur ait encore au moins un tout petit peu d'argent, afin qu'il rejoue (et recharge)). Attention, cet upswing ne vous fera pas tout regagner, il servira plutôt à sauver les meubles, le mieux est de vous arrêter de jouer une fois que vous avez la sensation que cet upswing touche à sa fin. * Le all-in upswing : Cet upswing, qui est par ailleurs le seul à être totalement automatisé, est très court, et ne s'applique qu'au Fixed Limit. Il s'agit de sauver un joueur lorsqu'il est all-in en le faisant gagner, quelques soient ses cartes (vous pourrez d'ailleurs observer que les joueurs all-in en fixed limit gagnent très souvent). Les Downswings : * Le cashout downsing : A l'instar du deposit upswing, c'est le downswing le plus commun et le plus pratiqué. Il s'agit d'un downswing faisant suite à un retrait. * Le big wins downswing : ce downswing est enclenché lorsqu'un joueur gagne trop, de la même manière que le big loss upswing, il n'amputera en principe pas la totalité de vos gains. * Le bonus downswing, ou downswing de balance : Ce downswing n'en est pas vraiment un, dans le sens où il impute vos gains, mais ne vous fait pas perdre. Il s'agit en général, en periode de gros deposit bonus, de limiter les pertes du site. En effet, il s'est avéré que lorsque les joueurs bénéficient du bonus et du deposit upswing en même temps, les gains qu'ils engrangent sont bien trop élevés et amènent souvent à un cashout Ces downswing sont donc là pour contrebalancer les upswing dus au deposit. Attention : durant ces upswings/downswings votre courbe reste dans le positif, car, au final, l'effet recherché est juste de limiter la portée des gains, mais l'intérêt du upswing reste prioritaire. * Le good player downswing : ce downswing sert à pénaliser ponctuellement les bons joueurs, afin qu'ils ne sortent pas trop d'argent du site. Il prend en général la forme de bad beats répétés face à un mauvais joueur, afin que les mauvais joueurs se maintiennent à flot, et continuent à jouer et à payer la rake. On pourrait donc également parler de ‘bad player upswing'. Comment profiter des upswings On constate donc que les doomswitch sont soumis à des règles simples, et qu'il est tout à fait possible de jouer avec ceux-ci, en essayant de provoquer les upswings, et d'éviter ou de minimiser les effets des downswings. Technique 1 : Le welcome back upswing La technique la plus simple pour faire du upswing whoring, appellée la technique du "porte à porte" est d'avoir un compte sur toutes les rooms et de changer régulièrement afin de profiter des welcome back upswing. Le plus pratique serait de prendre 6 sites et d'en réserver un par jour de la semaine. Avantages : * on a peu de contraites (pas de deposit, etc.). * Un autre avantage assez intéressant de ce upswing est qu'il fausse complètement nos statistiques (du fait que l'on touche un nombre anormal de bonnes mains, ce qui nous fait sembler plus loose qu'on ne l'est réellement), ce qui est déboussolant pour les adversaires, mon conseil ici est donc de jouer les upswing et ensuite de profiter de l'image extrêmement loose agressive que l'on a alors à la table, et restant à la table et en jouant un jeu très tight agressif, les adversaires étant alors enclins à faire facilement des calldowns. Inconvénients : * le problème de ces uspswings est que leur intentsité est liée à notre assiduité naturelle sur le site. Un high roller aura un upswing welcome back bien plus élevé en revenant après une absence d'une semaine qu'un joueur occasionel. Ces upswings risquent donc d'être relativement négligeable au bout d'un certain temps. Si vous observez ce phénomène, alors nous vous recommandons (ce qui sera surtout le cas si vous n'êtes pas un gros joueur) de changer d'approche, et de vous limiter à deux salles, sur lesquelles vous jouez une semaine entière à chaque fois. * On ne peut pas vraiment profiter des système de récompense pour les high rollers. * Il est plus dur d'accumuler des reads et statistiques sur les adversaires, et ceux-ci sont également faussé par la « chance » anormale dont on bénéficie. Technique 2 : Le deposit upswing L'autre grosse variante est le deposit upswing, qui fonctionne approximativement selon la formule suivante : Nombre de mains ˜ deposit en $ / 1000 * [bB en $] Ces valeurs ne sont qu'indicatives, et varient naturellement, sans quoi ce serait trop facile de profiter pleinement des swings. Avantages : * On peut rester sur la même room, et profiter donc des avantages VIP et avoir de meilleurs reads sur les adversaires * Ces upswing sont assez long, et généralement et leur durée/force est en général à peu près prévisible. Inconvénients : * Il faut de grosses ressources pour pouvoir faire des deposit réguliers. * Les dépôts appellent fatalement des retraits, qui donnent alors lieu aux cashouts downswings (mais cet inconvénient n'est pas trop grave, dans la mesure où nous allons ensuite apprendre à y remédier) L'idéal est d'essayer d'alterner ces deux formes de upswing whoring de sorte à bénéficier du maximum de cartes favorables. Dans l'ensemble, il convient ici d'observer ces quatre règles : 1. Plus on a été longtemps absent, plus le up sera long et élevé. 2. Plus le deposit est haut, plus le up sera long et élevé 3. Plus le cashout est haut, plus le down est long et élevé 4. Plus vos gains sont élevés (à court ou long terme), plus il est vraisemblable que votre bouton bad run soit enclenché. Attention : Nous vous conseillons d'éviter d'essayer de provoquer les autres upswing : le upswing big loss n'est enclenché qu'après de très grosses pertes, et il ne couvre jamais celles-ci. Quant au all-in upswing il n'est pas intéressant, car les sommes gagnées seraient trop légères, et le nombre de upswings est limité suite à un abus de la part de certains joueurs. Comment éviter ou limiter les downswings Le cashout downswing. Ce downswing dont vous avez sans doute tous déjà entendu parler, fait suite à un cashout quel qu'il soit, sur le compte en banque, sur Neteller, ou sur la carte de crédit. Plus le montant retiré est élevé, plus vos adversaires toucheront de deux outers contre votre top paire, plus vous perdrez de coin flip, moins vous toucherez vos tirages, etc.. Ces downswings peuvent parfois être d'une violence tellement extrême que les joueurs sont obligés de redéposer tout ou partie du montant retiré. Il existe plusieurs façon de contrer ce downsing, qui ont chacun leurs avantages et inconvénients : * La technique dite « de l'autruche » : Cette technique consiste à aller « jouer son downswing » en micro limites ou en play money. L'inconvénient de cette technique est qu'elle peut s'avérer longue et ennuyante. * La technique dite du « hit and run » : cette technique consiste à faire un cashout et à quitter ensuite la room pour aller jouer ailleurs. Le downswing ne s'altère pas complètement, et on devra le subir quand on reviendra, mais il perd en intensité avec le temps. * La technique du ‘yo-yo' : Cette technique assez récente et donc l'efficacité est assez disputée, et consiste à faire un cashout progressif. Il s'agit par exemple de sortir 1000 $ et d'en redéposer 800, et ainsi de suite jusqu'à avoir atteint la somme désirée. Cette technique permettrait, selon ses adeptes, de limiter fortement le downswing, mais certains de ces détractaires déclarent avoir observé une perte d'intensité générale des deposit upswing en cas d'utilisation fréquente de cette technique. Par ailleurs : Les good players et big wins downswings sont inévitables si vous en remplissez les critères et plutôt bon signe au demeurant. Un big wins downswing ne vous fera jamais perdre plus que la moitié de votre gain de la soirée, de même qu'un good player downswing/bad player upswing n'est pas assez important pour justifier le fait de mal jouer, bien jouer reste plus rentable Le paradoxe du Dimanche Avant de conclure, je voudrais attirer votre attention sur un phénomène particulier, que l'on peut observer en général le samedi soir et le dimanche : les joueurs sont certes tous très mauvais, mais on finit très souvent ses sessions en down. L'explication est très simple, il y a souvent une saturation de différents upswings qui fausse complètement la donne des cartes, et est très déstabilisante pour un joueur solide et raisonnable. Le fait est que, le dimanche, beaucoup de joueurs bénéficient d'un welcome back upswing (ils n'ont pas joué depuis une semaine au moins), couplé à un deposit upswing pour certains, et d'un bad player upswing, de sorte qu'il est très difficile de gagner à ces tables, même en jouant très bien. Le problème a d'ailleurs été pris en compte par les différentes rooms qui sont actuellement à la recherche d'une solution qui permette de limiter un peu ce phénomène. On se dirigerait à priori vers un compromis, sous forme d'un système empêchant le cumul des upswings, qui rendrait alors le dimanche un peu plus jouable. En attendant, nous vous conseillons tout simplement de ne pas jouer le dimanche, à moins d'être vous-mêmes un joueur du dimanche. Pour finir Pour finir, je souhaiterais attirer votre attention sur le fait que la portée de ces doomswitch est bien plus limitée que certains ne veulent bien le croire, et qu'ils ne justifient jamais que vous jouiez différemment. De même, n'allez pas jouer à une limite supérieure durant un upswing, car vous risquez fort de tomber sur un autre joueur en upswing (surtout qu'aux limites plus élevées, les joueurs pratiquant le upswing whoring se font plus nombreux).
English
Retour en haut de page
×