Jump to content
Status Updates

newsky33

CPiste
  • Content count

    503
  • Joined

  • Last visited


Je les aime

Je ne les aime pas trop


Ils m'aiment

Ils ne m'aiment pas trop

Reputation Activity

  1. Angry
    newsky33 reacted to Ogero for a blog entry, WSOP2016   
    Bonjour.Je voudrai participer au WSOP 2016 au tournoi de STUD High/Low en me qualifiant sur des satellites via internet.Le problème est que depuis que l'ARJEL à Sarkozy a été crée,je n'ai plus la possibilité de le faire.Quelqu'un a -t-il une solution? Merci pour vos retours.
  2. Like
    newsky33 reacted to cesautica for a blog entry, Changer !   
    Je voulais parler du changement. Comment il s'effectuait en nous, dans la vie ou au poker. Qu'est ce qui fait qu'on décide tout d'un coup de changer ses habitudes ?
    Pour illustrer mon propos, ce soir même, en sortant du boulot totalement harassée, je me suis pris un petit kebab et me suis posée sur les quais du Rhône, un bon air frais glissant sur mon visage, des gens qui avaient l'air d'être heureux, des couples, des jeunes en groupe, même une femme seule qui lisait un livre à côté de moi. Un doux air de vacances, juste après être sortie du travail, c'est la classe ! Décider de profiter de la beauté de sa ville, d'aller se vider la tête après une rude journée de travail, mais pourquoi ne le fais je pas plus souvent ?
    Les bonnes vieilles habitudes... Mais n'est ce pas plus agréable que de faire un tel détour plutôt que de se caler dans un gros bus remplis de gens éméchés, sentant la sueur et l'alcool, qui vous regardent toujours un peu bizarrement ? Changer de sa zone de confort, se faire des "petits kiffs" , c'est ça qui est bon dans la vie. Ca ne coûte absolument rien, mais ça peut rendre une journée banale absolument délicieuse.

    En marchant, un peu avant que je m'installe dans l'herbe, je vois un bogosse qui était juste devant moi, et qui d'un coup croise 2 nanas plutôt jolies, il se retourne vers elles, et voit que je le regarde également. En gros il a 3 nanas pour lui, le pied quoi... Quelques secondes plus tard, elles disent " il est pas mal lui..." Je regarde de nouveau le mec qui alors se retourne bien 5 fois successivement...C'était fou, ça m'a tilté complet. Ok, que la nana mal fagotée bouffant son gros kebab, je comprends que ça puisse rebuter, lol, mais alors qu'il ait même pas daigné faire demi tour pour aller accoster les 2 filles en robe d'été qui n'attendaient que ça... mais quelle tristesse !!! J'étais à deux doigts d'aller courir après lui pour les foutre ensemble. Pour le coup je ne suis pas allée au bout de ma nouvelle philosophie, changer par le bien. Depuis que j'ai vu la très belle vidéo de Peanuts ( sur le
    ) j'essaie d'appliquer autant que possible cela dans ma vie. Essayer de s'améliorer jour après jour ET petit à petit.
    Allez la prochaine fois, j'interpelle le bogosse et je lui dis de retourner voir les 2 bombasses qui l'attendaient. Bon c'est pas tout mais j'ai pas que ça à foutre que faire cupidon, j'ai un challenge moi monsieur !

    --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Revenons aux choses sérieuses : la semaine dernière j'ai fait à peu près toutes les actions que je m'étais imposées c'est à dire de mater des vidéos de poker, de commencer à me faire des routines de travail. Un gentil monsieur de club poker est même venu me proposer en MP de me coacher gratuitement et (pour changer) j'ai accepté. Mon nouvel ami Kev004, qui apparemment aime les dédicaces m'a proposé de m'aider également J'espère que tout cela fonctionnera, en tout cas cela m'a déjà donné des ailes et j'ai affronté ma peur à bras le corps. J'ai donc ouvert un replayer. OMG je me suis choquée. J'ai même calculé ! 40 longues minutes et j'ai aimé ! Rien de sexuel, ici, quoi que... Grosse révélation : plus rien n'était évident je me suis posée 40 questions que je ne me serais pas posées en temps normal, j'ai vu tout un tas de spots pas pris pendant la session. C'est ca qui est bon au poker c'est de voir qu'on évolue. J'imagine bien qu'à un certain niveau c'est moins passionnant mais moi dès que je passe un pallier j'éprouve énormément de plaisir.

    Ici, le pallier c'est de prendre conscience de l'ampleur du boulot que j'ai à faire, me faire aider, et voir que je suis capable de progresser bien plus vite que ce que j'avais imaginé. Je suis clairement dans un très bon état d'esprit et je sais que ça paiera d'une façon ou d'une autre. Confiance +++ Pour Dublin, j'ai demandé cette après midi, à mon boss si c'était bon pour les vacances. Je saurais ça probablement dans les jours qui viennent. Suspense ! S'il me dit non je serais archi déçue vraiment. S'il me valide mes vacances, je vous raconte pas l'état de transe dans lequel je vais être. Quand au fait de buy in ou pas, ça devient de plus en plus évident que quoi qu'il se passe je ferais le tournoi quand même, j'ai vraiment trop envie.

    Maintenant, je suis une battante, je vais me les gagner ces 550e à la sueur du front, enfin, il n'y aura pas que celle là je crois...

    Allez, changez bien les copains !
  3. Like
    newsky33 reacted to icounet for a blog entry, Si proche et pourtant si loin...   
    Il y a plusieurs adjectifs à ma "perf" d'hier... : Frustrant, excellent, rageant, jouissif, déprimant, etc...

    Il faut que je vous en parle. Je suis sûr que certain se reconnaitront là-dedans. Le tournoi auquel je veux vous parler, c'est le main event des micro series.

    J'ai joué mon meilleur poker pendant 99% du temps! Mais je ne vais pas vous parler de ça.
    Je veux vous parler du fait qu'il reste 1% de coup moyennement bien joué dont ce dernier coup.
    A kid with a dream.

    Ambiance :
    "Il est environ 1h30 du matin et je suis toujours in. Nous étions 6525 joueurs au départ. Je suis dans les 25 derniers joueurs de MON main event. Celui qui peut changer ma vie de grinder. Ce one time, qui peut me remettre dans le flow du poker, qui peut me redonner foi dans les MTTs.
    Je joue d'une façon excellente je trouve depuis le début! J'ai pris des spots de NYBR light et ça a marché. Je domine mes tables de la tête et des épaules. Je suis dedans... Je suis grave dedans là, il faut que ça continue.
    Un joueur TAG relance à 300K (BB à 120K) en début de parole. J'ai 9-9 au bouton avec 25 blindes. Punaise... Qu'est ce que je fais? Je vais 3bet, comme ça je vais montré de la force. Allez 605K! BIM! Haha qu'est ce tu vas faire maintenant? ... Oups... METZMAGNY cold 4bet en BB à 1.2M. Le relanceur initial fold.
    Put**n qu'est ce que je fais? Je vais fold, il me reste 20BB... Tsss... Mais je suis persuadé qu'il prend le spot. Il me connait un tout petit peu, il sait que je suis capable de move... Il me perturbe, il me sort de ma zone de confort... Bon allez, c'est décidé, il prend le spot. Je 5-bet shove!
    Il snap... JJ. Je suis out, 24ème...
    Voilà j'ai dominé tout le tournoi et je sors sur UN COUP qui change tout. Je suis dégouté. Gagner plus de 10K pour moi c'est énorme. Ca change tout, ça veut dire que je vais pouvoir grind profitablement.
    Mais non, mon one time, ça ne sera pas ce soir...
    J'ai m**dé put**n... J'ai joué mon A-game tout le tournoi et je sors sur un coup où j'ai fais n'imp.
    Pourquoi... POURQUOI??? Je vais donc m'allonger sur le canapé pendant une bonne quinzaine de minutes en ne lâchant pas un mot.

    Tandis que je ressassais mes pensées, je pensais à ce qu'aurait changé 18000€ pour moi... C'est dur comme jeu. Très dur... Trop dur. J'ai plus la foi. Si loin et pourtant si proche...
    "GG" me dit un pote. "Sick game" me dit un autre. Ils ont raison. C'est d'ailleurs pour toutes ces émotions que m'a procuré ce MTT que je joue au poker. Et pourtant... je n'ai plus envie de jouer là. Pokerstars, winamax... C'est fini pour moi.
    Enfin bon je dis ça... j'ai quand même bien joué tout le long du tournoi... C'était jouissif. Et puis demain est un autre jour. Est-ce-que ce sera le jour du "ONE TIME"?! Je ne sais pas... Pour l'instant je ne suis qu'un homme déçu.
    Je me lève, je vais sur mon balcon fumer une clope. Je regarde le ciel sans pouvoir l'admirer, le regard vide, la clope au bec... J'ai laissé passer ma chance... J'espère qu'elle se représentera à nouveau mais honnêtement, ce soir, je n'y crois plus... Demain, j'y croirais peut-être. Qui sait?"


    PS : GG à METZMAGNY qui a ship le MTT du coup. Il a déroulé. Bravo monsieur!
  4. Like
    newsky33 reacted to MangeTaTete. for a blog entry, Challenge 10€ to 1000€ Introduction   
    Salut à tous,

    J’ai crée ce blog dans l’optique de commencer un challenge et de le terminer, car en regardant les challenges présents sur ClubPoker je me suis rendu compte que la plupart des joueurs se fixaient des objectifs de fous et finalement au bout de 2 jours plus un billet.

    Mon challenge est de commencer avec une Bankroll de 10 € et d’atteindre 1000€, je joue sur sur Winamax essentiellement en Double or Nothing de PLO en format 6-max et en cash game de PLO dans le même format, je commence donc en micro limites puis je monterai les limites avec un Bankroll Management relativement stricte, en tout cas assez pour ne jamais me broke. Pour ce challenge je ne prendrai pas en compte le rakeback dans mes gains, en revanche je comptabiliserai les bonus des challenges qui m’aideront à up ma Bankroll au début du challenge, qui est sans aucun doute le moment le plus dur de ce challenge.

    Pour info j’ai commencé le challenge le 1er Décembre et j’ai comptabilisé le bonus sit n go du challenge de la semaine dernière où j’ai terminé 12ème. Je ferai des comptes rendu avec un graphique et quelques notes sur la journée le plus souvent possible (tous les 2-3 jours environs).

    Depuis que j’ai commencé ce Challenge voilà le graphique, cela se passe plutôt bien je suis pour l’instant sur un sans fautes en terme de journée positive mais ce n’est que le début, ne nous emportons pas. J
    ’ai joué essentiellement des SNGs je suis actuellement 7ème au Challenge avec 48 buy ins gagnés.
    Je suis positif aujourd’hui de 14 euros ce qui est plutot cool si on reporte cela à ma Bankroll, cela fait une augmentation de 32% de ma Bankroll en respectant mon Bankroll Management. J’ai fait une petite session de cash game en PLO 2 d’où le petit pic sur la fin du graphique de la journée.

    J’ai plutôt good run, cette main résume bien la session

    J'ai joint au billet le graphique du jour 04/12/14 et le graphique depuis le début du challenge

    https://www.winamax.fr/replayer/replayer.html?2014-5e9373d6de76d87108b2b3f86638ce58217d4b610bb0fcec4778da0ec6cdf4f1&lang=fr_FR
  5. Like
    newsky33 reacted to CRAC00 for a blog entry, Suite et fin   

    Bonjour à tous.

    Après plus de 4 ans de poker sur le .fr il est tant de faire un petit bilan comme on les aimes.
    Déjà pour commencer, je voudrais juste dire quelque chose sur le rapport qu'ont beaucoup de joueurs comme moi à ce jeux. Je pense que, même quand on joue des tournois à petit buy-in (de 5 à 20 € dans mon cas) on rêve tous malgré tout de gagner gros. Si nous sommes capable de passer 6 heures ou plus derrière notre ordi, pour gagner quelques dizaines ou centaines d'euros la plupart du temps (non en fait perdre du temps et de l'argent la plupart de temps) c'est qu'on se dit que c'est qu'une étape, une étape vers plus de Bankroll, vers des tournois plus gros et donc plus de gains, plus d'argent. On se dit tous qu'on finira par gagner gros.
    J'ai donc joué beaucoup de mtts pendant ces 4 années, en espérant finir par gagner gros et voilà le résultat...



    D'un premier abord on peu se dire que c'est pas trop mal. Mais à y regarder de plus prêt, ça le fait pas trop...

    Le temps passé.

    Pour gagner cette somme, j'ai passé des centaines d'heures. Des centaines d'heures à jouer, à regarder des vidéos, des forums... Il faut se rendre compte clairement des choses. Avoir une vrai visibilité de l'argent qu'on peu gagner à ce jeu, quand on est pas un de ces génie du poker.
    On se dit toujours pourquoi pas moi? J'ai cru pendant longtemps que je pouvais vraiment gagner de l'argent. Pas devenir pro (quoi que) mais en tout cas après mes premier gains, j'avais toujours le sentiment que les prochains seraient plus gros et ainsi de suite. Au final vous voyez le résultat par vous-même sur la courbe. La progression n'a pas été exponentielle comme imaginé.

    Les frustrations.

    Il faut être honnête, en mtt, la quasi totalité de vos sessions vous apportera de la frustration. Car comme vous le savez, seul la première place vous satisfait totalement. A la limite un top 3 pour les gros mtt vous suffira. Mais le reste du temps, c'est à dire 99% du temps, vous allez être frustré.
    La malédiction des pots important qu'il ne faut pas perdre. Les pots qui vous mettent cheapleader à 12 left et que vous perdez systématiquement, vous allez voir à force, ça fatigue...

    Aujourd'hui, je n'ai plus la motivation de jouer à fond. J'aime toujours énormément ce jeux, mais j'ai beaucoup de mal à rester concentré et motivé pendant des heures devant des mtts. J'ai donc décidé de tout cash out. Plus de bankroll. Je suis devenu un joueur récréatif qui cash in de temps en temps les sommes qu'il veut jouer. Bref j'ai arrêté. Beaucoup trop de temps consacrer à une activité au final peu lucrative.
    Rendez-vous compte du temps que vous allez perdre si vous décidez de continuer ou de vous lancer dans "l'aventure" du grind mtt online. Juste une dernière par rapport au grinder, à ceux qui gagnent gros. Regardons manub_ pros de chez winamax. Il affiche 100K de gains en mtt depuis l'ouverture du .fr. Oui c'est beau. Mais ça fait des clopinettes ramené à un salaire mensuel sur plus de 4 ans...(je parle juste de ses gains mtt online)


    Mes erreurs

    Les cash-out.

    La où j'ai vraiment déconner dans ma courte vie de joueur de mtt, c'est avec les cash out. J'ai trop retirer mes gains, beaucoup trop. Il y a très peu de joueur de poker dans mon entourage. Mes amis, ma copine, m'ont toujours à l'époque incités à retirer l'argent que je gagnait. Si bien que je n'ai jamais eu plus de 3 500 euros sur mon compte winamax. Le gros soucis c'est que du coup, je n'ai jamais pu m'attaquer aux mtt à 50€ ou plus (bankroll management stricte pour moi). Très grosse erreur. Car c'est a partir de ces buy-in que les field se réduissent, que les joueurs qui fond nimp sont un peu moins nombreux etc...
    Le fait de n'avoir jamais vraiment jouer les "gros tournois" du online .fr sont certainement une grande cause de ma lassitude et de ma décision d'arrêter le grind.

    La concentration.

    Je vais pas m'étaler, mes nous avons tous spew pleins de mtts. Rester concentré sur 10 tables pendant 8 heures plusieurs jours par semaines, faut le faire... Faire du gros volume me semble indispensable pour gagner en mtt.



    Dans tout les cas, je voudrais avertir les joueurs débutant qui se lance plein d'illusions dans ce jeu. L'escuse de gagner un peu d'argent nous déculpabilise d'y passer autant de temps. Mais n'y a-t-il pas mieux à faire que rester derrière sont ordi, pour ganer quoi, 1 ou 2 euro de l'heure en moyenne? ( en contant l'étude du jeu, video etc...)

    Bref j'aime ce jeux, et j'y étais totalement addict pendant plusieurs années, mais aujourd'hui les illusions sont tombées. J'ai juste l'impression d'avoir consacrer beaucoup de temps, trop de temps à ce jeux. Parce que l'illusion de l'argent, le sentiment qu'on peu maîtriser un jeux, peu vous brouiller un peu la vue.

    Sans rancunes
  6. Like
    newsky33 reacted to Mr Sneeze for a blog entry, Le mystère des tournois   
    Pendant longtemps je ne jouais pas de MTTs. Et puis je m'y suis mis depuis 1 an ou quoi. Je suis loin d'être un crack, je joue peut-être 250 tournois / an, mais j'y réfléchis suffisamment imo.
    Je vais exposer ici quelques idées que j'ai sur les tournois, du point de vue d'un professionnel, et au niveau du mental game.

    En premier lieu, je me rends compte que mon gain horaire est beaucoup plus faible en MTT qu'en cash game, et je pense qu'il doit sûrement en être de même pour la plupart des joueurs compétents. Evidemment, les premières places font rêver. Investir 100€ (whatever) et gagner 10 000€ est toujours super cool. La réalité, évidente, est pourtant que je gagne assez peu par heure passée à jouer des tournois ; les gros gains sont rares. Si je devais estimer, je dirais sûrement entre 10 et 20€/h (évidemment je suis encore assez peu expérimenté en tournoi, et j'ai longtemps spew, donc je peux espérer que mon gain horaire augmente avec le temps). Relativement au temps passé, le cash game est donc bien plus profitable.

    Voyons maintenant au niveau énergie: les tournois demandent une concentration bien plus importante. Peut-être est-ce parce que je suis moins habitué, mais rester attentif à l'évolution des stack sizes, l'augmentation des blindes, qui vient de perdre un gros coup, etc, réclame de l'énergie. Ajouté à cela les courtes pause (5 min/heure), et l'impossibilité de prendre un break quand on le sent. En cash game, je peux juste fermer mes tables une heure si je sens que j'ai besoin de décompresser, je fais un peu d'exercice, je mange un truc, et je retourne au combat. Basiquement je peux gérer mon niveau énergétique beaucoup mieux. Alors que les tournois, c'est un marathon où on peut pas vraiment s'arrêter pour reprendre son souffle, à moins de bust.
    Or, l'edge créé autour de la table (quand prendre une pause, quand s'arrêter, quand changer de table, quand rajouter des tables, etc) est pour moi une des raisons majeures de mes résultats au poker. En tournoi, ces décisions sont sévèrement limitées: on ne choisit pas ses horaires, ni ses pauses, ni ses tables. On ne peut pas se lever d'une table même si on a 3 pro agressifs à notre gauche.
    Au final, plus d'énergie requise pour moins de gain horaire, un edge plus aléatoire ; il semble que je devrais simplement arrêter les tournois.

    Au niveau psychologique, les tournois sont très difficiles. J'ai beaucoup de respect pour les professionnels qui ne jouent que des tournois, et peu ou pas de cash game. En effet, en cash game, évidemment il y a de la variance, mais on est quelque part récompensé ou puni beaucoup plus vite. En tournoi on peut très bien jouer parfaitement 4 coups, mais si on joue mal le 5ème on bust ; la même situation en cash game est plus 'soutenable', bien que non optimale évidemment (on aimerait éviter les erreurs), parce qu'on reste en course.
    C'est très frustrant de jouer parfaitement dans un tournoi, pour finalement perdre un flip, jouer optimalement avec un stack de 20bb, et perdre sur une confrontation random. Vu que 10-15% des fields de MTT sont ITM, ça veut dire que même un joueur incroyable ne va sûrement pas être ITM plus de 50% du temps.
    Il faut voir les MTTs comme des grandes loteries. Prenons un tournoi avec 100 joueurs. Plutôt qu'avoir une chance sur 100 de gagner, un bon joueur aura peut-être 2 ou 3% de chance de gagner. Son edge est donc réel, potentiellement massif, et pourtant il gagnera excessivement rarement. A l'inverse un joueur très faible aura peut-être 0.1% de chance de gagner.
    Faire une TF est évidemment rare. Pourtant, la frustration est énorme lorsqu'on échoue aux portes de la TF, ou même qu'on fait deuxième. Donc au final les tournois sont source de grande souffrance mentale, où nos résultats sur un tournoi donné sont très dépendants d'un run good.
    Au final, l'approche mentale des tournois me semble: jouer bien jusqu'à ce que le run good arrive. Et surtout ne pas mal jouer quand il arrive! Cela semble très difficile: maintenir un jeu solide quand la variance nous fait valser est un des défis mentaux les plus importants au poker.

    Donc j'ai beaucoup de respect pour les MTT pros, qui savent qu'ils auront rarement de gratification psychologique, et pourtant arrivent à continuer à retourner au combat (la plupart de leurs sessions seront perdantes). C'est vraiment différent du cash game.



    Pourquoi les joueurs aiment tellement les tournois? Parce qu'ils rêvent de la win, parce qu'il veulent la reconnaissance de leurs pairs, parce qu'ils valorisent plus la compétition et la gloire que l'argent, parce que les joueurs récréatifs peuvent s'amuser à prix fixe, parce que ça leur permet de jouer contre des pros sans se ruiner, parce que ça permet aux pros de jouer contre des joueurs faibles.
    Du fait de la variance énorme des tournois, beaucoup surestiment leur edge. Beaucoup d'étoiles filantes se déclarent 'pro' en MTT parce qu'ils ont run good sur quelques tournois. Très vite, ils vont déchanter, ne serait-ce parce qu'ils ne supporteront pas de faire une année négative après avoir gagné une grosse somme l'année précédente (au niveau psychologique, ils vont s'attendre à ce que leurs résultats perdurent: ils se retrouvent complètement biaisés, incapables de voir la variance et leur bonne fortune, et se croyant au final meilleurs qu'ils sont, ne méritant pas de perdre, et ne comprenant pas pourquoi ils ne gagnent pas un WSOP).
    Les situations en tournois étant rarement expérimentées (on fait rarement une TF), la variance prend une place importante: ainsi si un joueur joue spewy à la bulle de la TF et chatte, arrive chip leader et gagne le tournoi => il va facilement se créer un biais psychologique où il va associer l'agressivité au gain, alors que concrètement il a spew, et que sa stratégie ne se révèle pas la meilleure sur le long terme. Cela est vraie aussi à l'inverse: si on fait un move qui nous fait bust deep dans un tournoi, notre esprit va l'enregistrer comme mauvais, alors que c'était potentiellement très EV+.

    Ces biais sont difficiles à éviter. Au final, il y a de l'edge en tournoi... parce que tout le monde se trompe sur son edge.


    Après ce vaste topo, pourquoi donc continuer à jouer des MTTs? En premier lieu parce que j'ai encore beaucoup à progresser et que j'aimerais voir jusqu'où je peux pousser mon edge. Ensuite parce qu'il y a quelque chose de très excitant à se retrouver deep dans un tournoi, malgré les frustrations associées.
    Et parce que jouer des MTTs me fait beaucoup progresser à tous les niveaux. Mon gain horaire est peut-être plus faible en MTT, mais depuis que j'en joue mon gain horaire augmente en cash game.

    Les raisons? La première est qu'en tournoi, il est nécessaire d'être très attentif aux dynamiques et de saisir les bons spots (très important de bien 'sentir' quand on a un spot de squeeze ou de steal, et quand c'est pas un bon spot) ; cela m'aide beaucoup à exploiter les dynamiques en cash game. Aussi, on apprend plus à faire des hero folds en MTT ; ainsi je me retrouve à fold des mains en CG que j'arrivais pas à lâcher avant.
    Ensuite jouer des marathons MTTs améliore mon endurance physique et mentale + quand je joue des tournois et du cash en simultané, la concentration sur les MTTs me permet de jouer aussi plus patient en cash (moins spewy), et en même temps plus concentré.
    Enfin les tournois me font réfléchir sur différents aspects techniques et psychologiques du jeu: sizings, pression qu'on peut mettre en fonction des stacks, à quel moment changer de vitesse, etc. Et puis le fait que chaque main soit si importante en tournoi (on veut vraiment pas bust débilement) me force à me concentrer beaucoup plus et à réfléchir sur les gros pots en cash. Avant j'étais trop rapide dans mes décisions, trop spewy dans les gros pots. Le fait d'expérimenter la pression des tournois me rend au final plus en contrôle dans les gros coups de cash game (je suis dans la main, et rien que dans la main).


    Je terminerai par cette note: beaucoup de regs de MTTs m'ont paru très perfectibles. Parfois je vois des joueurs ayant eu du succès en MTTs s'essayer au CG, et souvent ils spew comme des bons pigeons. Je les blâme pas, j'ai longtemps spew en MTT parce que je paniquais dès que j'avais moins de 40bb (lol), trop habitué à jouer 100bb+ poker. Beaucoup de joueurs de MTT, même reconnus, ont en fait de gros leaks (des déséquilibres dans leurs ranges), à mon humble avis, et doivent leur succès à de la variance positive, et aussi certainement une stratégie non-optimale mais suffisamment bonne pour durer. Aussi, encore une fois, beaucoup surestiment leur edge.
    Par contre, les top joueurs de MTT sont pour moi des énormes modèles, bien que je suis quasi-certain que le CG restera toujours mon terrain de prédilection. Les excellents joueurs de MTT sont vraiment sick, et n'auront aucun mal à bien jouer en cash game. Ils sont juste tellement bons pour comprendre l'importance de chaque situation, et naviguent sans erreur sur les dynamiques de la table (même, ils créent la dynamique qu'ils veulent). Ils savent quand il faut prendre des moves high variance, quand exploiter leur image et comment. En bref, ils m'inspirent. Je joue donc des tournois pour apprendre leurs tours .
  7. Like
    newsky33 reacted to Introl for a blog entry, Day 2 - Pink Flamingos et Petits Scarabees   

    Après cette première journée bien fructueuse, c'est en pleine forme que je me réveille vers 9h, avant même que le réveil ne sonne.
    Je craignais devoir check-out à l'arrache mais je vais finalement pouvoir prendre mon temps. L'occasion de commencer à bosser sur mon CR du premier jour.

    Puis à 11h00 direction les outlets sud. Je préfère ceux du nord, mais comme je n'ai besoin que d'un petit truc en vitesse, je sais qu'au sud ce sera désert à cette heure ci.
    Et puis ça me fait deux fois moins de distance à parcourir.

    Arrêt rapide chez Perfumania donc, car je suis à sec. Grâce à la promo "un acheté le deuxième à $9.99" je repartirai avec deux flacons de 100ml de Burberry pour $80 taxes comprises.
    Je ne m'attarde pas car j'ai prévu de repasser plus longuement samedi, et prends la direction du Palm's pour faire débloquer mon téléphone. Ça prend 3mn montre en main, et retourne chez Pasta Mia juste à côté pour le Lunch. J'opterai cette fois-ci pour un plat de viande, un chicken parmigiana (poitrine de poulet légèrement panée recouverte de sauce tomate et gratinée à la mozzarella). Une tuerie bien évidemment, toujours accompagné d'une soupe, d'un pain à l'ail et d'un café, et le tout pour $11.99
    Repu, je me dirige vers le Bellagio pour un peu de CG.

    J'avais lu de nombreux commentaires sur l'attitude parfois un peu hautaine du floor, de la longueur des files d'attente et du manque d'espace entre les tables, mais j' ai été plutôt agréablement surpris du contraire. Les tables sont suffisamment espacées pour permettre une bonne circulation, le préposé à été super sympa, et bien que 8eme sur la liste une nouvelle table à immédiatement été ouverte.
    Tout le monde cave max (300) et je fais de même. Dès la première main je touche mon set de 3 (spéciale dédicace Coltrane, mais c'est vrai que je run comme jésus de ce côté là depuis la veille). Mais je me fais déstacker. Tout part sur le flop, je montre mon set, il retourne 88 et fera straight sur 53746.

    Je reload, et parviendrais à ne remettre un peu à jeu en deux mains consécutives :

    Une option à 6 est payée 4 fois, je raise à 22 au bouton avec KQ, un caller.
    Flop AAJss, check, je cb 30, payé
    Turn K, check, je check behind
    River 7, check, je value 40, payé par QJ

    La main immédiatement suivante, option encore, payée cinq fois. Je fais la même raise à 22 du CO avec KK, suis payé deux fois avant qu'un papy pousse 130 et tapis. Je push a mon tour fold des deux, et ça tient contre AKs

    -
    Je me lève au final au bout de deux heures avec ma première perte du séjour,-$60.
    Il est 16h30, l'heure de check-in au Flamingo et la queue au registration desk est interminable. Heureusement, comme j'ai réservé directement sur le site de l'hôtel, il me suffit de contourner le desk et de rentrer mon numero de reservation dans une des bornes prevues a cet effet pour immediatement recevoir les cles de ma chambre. 3 minutes chrono !

    Je retrouve la GO Room telle que dans mes souvenirs de 2009, vraiment tres agreable chambre, sans fioritures excessives mais dans la top range pour ce budget. J'ouvre les rideaux pour decouvrir ma vue, et la premiere impression est une petite deception, car ce n'est pas une strip view, ni meme une garden-pool view, mais une side avec une vue imprenable sur le Bally's. Mais en m'approchant un peu je decouvre alors la tour effeil, le Cosmo et... le Bellagio et ses fontaines sur un bon 2/3 de leur largeur.

    Je posterais bien une photo mais les reflets et contre-jour ne donneraient rien. Ce sera par contre dans la video du Day 2.

    Je prends mon temps pour deballer mes affaires, assister a un show des fontaines allonge sur mon canape, prendre une bonne douche et terminer le CR du Day 1.

    Vers 18h30, je prends la direction du Mirage. Car ce soir, all I need is



    Je recupere mes billets pour la seance de 21h30, puis vais m'asseoir un peu en CG pour patienter, une session d'environ 90 minutes dont je sortirai gagnant de $100 tout pile.



    Pas de coup particulier a raconter, mais au niveau de la peuplade qui hante cette PR (tout comme celle du Flamingo, a peu pres equivalente) on est clairement loin de ce que j'ai pu rencontrer a l'Aria, au CP ou au Bellagio... La moyenne d'age doit avoisiner la cinquantaine et avec mes bientot 37 ans je dois etre le second plus jeune de la table. Beaucouo\p de monde se connait et a ses habitudes, ca parle beaucoup, chaque nouvel arrivant inconnu est bombarde de questions, ca chambre, ca deconne, les croupiers s'en melent... bref, on ne voit pas le temps passer. Et le niveau est tres, tres soft, que demander de plus ?

    21h je quitte tout ce petit monde et vais m'installer dans la salle pour le spectacle. Je suis super bien place, au premier rang de la deuxieme section, en plein milieu. Meme un peu trop bien place en fait, car la forme de la scene (centrale et en croix) et le nombre d'artistes - parfois une quarantaine sur le meme numero- fait qu'il est souvent difficile d'apprehender le tableau dans son ensemble. Je pense que les meilleures places sont parmi les moins cheres, dans les premiers rangs de la troisieme section.



    Le show en lui meme est magnifique bien sur, avec deux troupes bien distinctes : les danseurs et les acrobates, les tableaux alternant entre l'une et l'autre.
    Mais comme je le disais precedemment, c'est souvent difficile d'apprecier les numeros lorsqu'il y a trop de monde, on ne sait pas trop ou donner de la tete tant ca part dans tous les sens.

    C'est pour cette raison que les tableaux que j'ai prefere sont egalement les plus intimistes, lorsque le nombre d'artistes sur scene n'excedait pas les 5 ou 6 : les trapezistes de "Something", les patineurs de "Help", l'acrobate soliste de "Lucy", et les rainboots beat box et la choregraphie des lumieres sur "Come Together".

    Pas le meilleur spectacle que j'ai vu donc, O reste insurpassable pour l'instant, mais c'est vraiment du tres bon, et j'ai ete bluffe par tout l'aspect technologie "invisible" : filins de securite avec arret au centimetre, rails mecaniques de support, scene modulable hydrolique... bref, ca a du leur couter bonbon tout ca.

    Retour au Flamingo pour une petite heure de CG (+$33) et au lit !

    Au programme du day 3 :
    Le meilleur weekly tournament de Vegas se trouve à la Nouvelle-Orleans, monster pot et deep run.
  8. Like
    newsky33 reacted to Mr Sneeze for a blog entry, Sur la variance, compléments   
    Quelques idées en plus sur la variance.

    Vous voyez parfois à la table des joueurs, généralement relativement âgés et old school. Ces joueurs sont des (mauvais) nits. Généralement ils jouent ultra weak et obvious, surprotégeant leurs mains faites 'parce qu'ils ne veulent pas se faire craquer'. Aussi le genre de joueur grognon, assez désagréable à la table, et qui se plaint s'il ne touche pas 3 sets par heure. Et je comprends, ça doit être assez chiant de jouer comme ça. Il s'agit de joueurs très prévisibles, et de ce fait très mauvais, bien qu'ils ne le penseront sûrement pas eux-mêmes (ils peuvent être très légèrement gagnants, vu qu'il existe toujours d'autres joueurs prêt à les livrer).
    Mais là n'est pas mon point: je pense que ces joueurs un peu aigris jouent comme cela parce qu'ils ont peur de la variance. Ils ont peur des cartes, peur du dealer. Cette aversion au risque les décourage de se mettre dans des situations marginales ou compliquées: leur but est de toucher des belles cartes et de gagner, puisqu'ils ont des bonnes cartes. Une premium preflop mérite de gagner pour eux, s'ils perdent c'est qu'ils se font craquer (remarquez dans les termes comme ils ne prennent aucune responsabilité pour leur échec). Ce qu'ils ne comprennent pas du tout, c'est que leur style ultra-lisible et stupide ne peut pas être gagnant, ou alors si peu ; or qui dit winrate faible dit énorme variance.
    Par ailleurs, vu que ces joueurs attendent des mains fortes preflop pour ensuite bombarder dès qu'ils touchent TP ou mieux, et que tout le monde à la table le sait ou le voit, et bien ils vont généralement gagner un petit pot (pas de résistance, ils ne vont pas se faire bluff non plus), ou perdre un gros, puisque toute l'action qu'ils génèrent se matérialise contre des ranges qui les battent.

    Ainsi ces joueurs craintifs de la variance se retrouvent ballotés plus que d'autres par elle: d'une part parce qu'ils sont breakeven, légèrement gagnants ou légèrement perdants (et c'est là qu'il y aura le plus de variance), d'autre part parce que leur style implique que leurs mains tiennent, et il y a beaucoup de variance là-dedans. Or, ça tombe très bien pour eux, puisque ces joueurs ne sont pas là pour vraiment gagner (IMO), mais pour pouvoir se plaindre du sort. Etant sujets à beaucoup de variance (de leur faute, du fait de leurs actions, de leur 'transparence'), mais la haïssant, attendant d'elle qu'elle soit toujours de leur côté comme si c'était normal de recevoir AA et d'automatiquement gagner 2 stacks, ces 'specimens' sont pour les vrais étudiants du jeu un bon modèle (à ne pas suivre).

    Observez votre rapport à la variance, vous pourriez bien en apprendre plus que vous ne le pensez sur les désirs inconscients que vous mettez dans le jeu, sur les leaks mentaux que vous avez et qui vous font perdre, voire même sur votre vision du monde et de votre propre existence.

    Je considère les joueurs cités au-dessus comme faibles. Ils m'exaspèrent souvent à la table ; c'est comme s'ils n'étaient pas vivants: ils viennent tous les jours pour grinder, et semblent jouer à l'inverse des gambleurs de roulette, mais ont en eux la même pulsion auto-destructrice, avec cette propension à se plaindre des cartes, ou quoi que ce soit. Mais pourquoi revenez-vous pour vous faire du mal? Que cherchez-vous dans le poker si ce n'est vous faire punir? Etes vous obligés d'infliger vos tendances masochistes aux autres? Je n'aime pas jouer contre vous, et je ne pense pas être sadique, mais vous vous mettez dans une position où je serai obligé de vous punir à la table, et où je n'hésiterai pas à vous faire tilter si je le peux ; après tout vous occupez un siège qui pourrait être pris par un joueur plus fun (tant dans le jeu que dans la présence).
    Hate mode off#


    A l'opposé de ce spectre il y a les gambleurs fous, un autre genre de joueur. Vous savez, le genre à avoir toujours des milliers d'euros sur lui, et qui joue pourtant atrocement ; le genre à ne jamais fold preflop, à se sentir personnellement attaqué si on 'vole' son option. Beaucoup de destructivité chez ces joueurs également, mais je les aime beaucoup plus. D'abord ils sont fun à jouer, ils sont des catalyseurs incroyables pour une table, et c'est souvent ce qu'ils veulent: être au centre de l'attention. J'aime l'action qu'ils procurent. Et quelque part, ils m'impressionnent. Ces joueurs sont l'inverse des précédents: ils ont une aversion négative au risque, cad qu'ils valorisent le risque sur le gain: ils sont accros à la variance! Ils peuvent ainsi devenir accidentellement des joueurs gagnants contre les joueurs scared money, parce qu'ils créent une telle variance qu'ils transforment certains joueurs a priori compétents en gros fishs nitty / obvious. Evidemment, ils ne veulent pas au fond d'eux être gagnants, donc ils trouveront un moyen d'augmenter encore les frontières de la variance (par exemple en faisant un flash in the dark), au point de finir par perdre, et rentrer chez eux repus.

    Il y a quand même quelque chose qui m'impressionne chez ces gambleurs: ils n'ont aucune crainte de laisser leur destin entre les mains de la variance. Alors que les nits aigris la fuient comme la peste, les gambleurs la recherchent. Pour cela, ils ont souvent une très grande présence à la table, et une personnalité relativement intéressante, de mon point de vue. Ce sont des gens qui n'ont pas peur de la vie. Pas peur d'être ridicules, pas peur de perdre, pas peur des montagnes russes émotionnelles. Ils ont un détachement qui devrait inspirer les joueurs pro (évidemment il ne s'agit pas de jouer spewy, mais de voir qu'il est possible d'être détaché... reste à être détaché ET équilibré).




    On lit souvent sur les forums: 'stack off sur ce spot, si tu perds c'est juste la variance', ou bien 'en cash game, tu dois prendre tous les spots EV+, peu importe la variance'. Autant je suis d'accord (je pense qu'au final on réduit sa variance en augmentant son edge), autant il faut nuancer. Tout le monde est affecté à sa manière par la variance. Autant le conseil est vrai dans l'absolu, si nous étions des robots ; mais étant des humains naviguant aux émotions (ce n'est pas forcément une faiblesse, loin de là), il s'agit bien de considérer comment on gère la variance, avant de se dire qu'elle n'a pas d'importance (cela contredit en apparence ce que je disais dans mon précédent post sur la 'vacuité de la variance', mais au fond non, car les illusions sont le moteur de notre vie).

    Pour le dire simplement: si vous avez peur de l'eau, n'allez pas en haute mer.
    Perso je suis plutôt du genre gambleur, au fond. J'aime le risque, j'aime l'action. J'aime jouer avec la psychologie de mes adversaires, qu'ils croient que je me tape de l'argent devant moi. Et honnêtement, c'est plutôt un leak. Ca me rend chiant à jouer sur certains spots, mais ça me fait aussi un peu spew (tellement moins qu'avant pourtant!). Du coup, il est pour moi avisé de faire attention : en suivant certains conseils relatifs à la variance, on peut en arriver à jouer complètement crazy, à relancer beaucoup trop, beaucoup trop souvent.
    Pourquoi? Parce qu'en commençant à se dire 'peu importe la variance, seul compte l'EV', et bien on croit voir de l'EV potentiel partout, alors qu'en fait on s'est fait entraîner par l'excitation, et que ce qu'on recherche, c'est en fait plus de variance, plus de montagnes russes. Le danger est donc de se faire entraîner par une pulsion qui trouverait sa justification dans une réflexion consciente ; le danger est que cette pulsion se développe et se renforce en toute impunité.

    En bref, il faut se garder pour certaines personnes de l'indifférence à la variance, parce qu'on devient facilement un maniac (c'est dur d'être un bon maniac). Pour les personnes ayant naturellement une aversion au risque, certes oui, il faut chercher à se détacher de la variance, ne plus la craindre.
    Je dirai quand en fait qu'il n'y a pas de règle absolue. Si vous êtes scared money, que vous avez une petite bankroll, ou que vous savez que perdre un gros pot vous fera jouer super mal après, et bien vous avez le droit d'abandonner un peu d'EV sur la table pour espérer avoir moins de variance (attention à ne pas tomber dans le piège des nits, qui récoltent plus de variance qu'ils n'en voudraient). Faites ce qui vous semble le mieux, vous seul êtes responsables de vos cartes et de toutes vos actions à la table.

    Dire qu'on se fiche de la variance est peut-être vrai pour un grinder online avec une énorme bankroll, qui joue chaque jour contre les mêmes regs. Mais dire qu'on se fiche de la variance à une table très juteuse de cash game live est à mon avis une erreur. Le jeu live est différent du online, le long terme n'a rien à voir, et du coup la variance non plus.
    Il y a en effet une donnée fondamentale particulièrement prononcée en live, mais aussi vraie online: les gens sont affectés par leurs résultats, et sont affectés par les résultats des autres. Se foutre de la variance peut amener à se foutre de ce fait, or ce peut être une erreur. Vous pourriez bien vous retrouver dans une situation où votre conscience vous dit 'peu importe t'as perdu une cave, variance', mais où des forces inconscientes remuent en vous en vous murmurant 'tu te rends compte que tu viens de perdre un loyer?' Si vous refoulez ces forces inconscientes, vous vous exposez à de gros dégâts.

    Si vous ne souffrez pas de perdre une cave c'est bien. Mais êtes-vous sûr que les autres s'en foutent? Perdre un gros pot peut sacrément endommager votre momentum. Les gens croient consciemment ou inconsciemment aux rushs. Quelqu'un qui perd reçoit généralement moins de crédit, se fait plus bluff, plus hero call, etc. Si vous êtes bon pour gérer votre image, savoir comment vos adversaires vous perçoivent, le crédit qu'ils vous donnent, etc, vous verrez qu'il y a une énorme opportunité d'edge dans ce domaine. Si par contre vous ne parvenez pas à saisir les changements de dynamique, de ce que les autres attendent de vous, etc, alors rentrer dans des spots high variance vous entraîne aussi dans un inconnu où vos perceptions ne sont pas en phase avec les perceptions de vos adversaires ; vous pourriez bien y perdre votre edge, parce que c'est là le cœur du jeu: avoir un coup d'avance sur nos adversaires, avoir une idée de comment ils nous perçoivent et quels sont leurs plans.
    En live, vous n'avez pas une image tight ou une image loose. C'est pas ça qui importe. Mais jvais pas révéler tous mes secrets non plus .

    Au fond, ce qui sort de cela selon moi, c'est qu'il est primordial de saisir aussi précisément que possible comment chacun à la table se comporte par rapport à la variance (pour lui-même mais aussi pour les autres). Est-ce qu'il y a de la crainte? Est-ce qu'il y a 'désir de variance'?
    Certains joueurs considèrent comme un crime que leurs mains perdent, et en appellent au jugement de la court martiale (la table, le dealer, le floor): 'c'est moche' (comme si au poker la justice et la beauté s'accordaient sur un point: la meilleure main de départ doit gagner).
    Certains joueurs considèrent comme un kiff de craquer les mains des serrures. Vous vous êtes déjà demandés pourquoi? Essayez.
    Ces deux exemples opposés sont riches en enseignement sur la manière dont vos adversaires considèrent le jeu, à un niveau psychologiquement très profond.


    En conclusion, je me répète, car cela résume assez bien ma raison de jouer au poker ("Connais toi toi même") :
    Le choix est toujours votre: si vous plongez suffisamment en vous, vous devriez pouvoir éclaircir quelles sont vos peurs ou vos désirs liés à la variance ; à partir de là, vous pourrez prendre des choix éclairés sur votre jeu, et même sur votre vie en général.

    GL, feedback welcome.
  9. Like
    newsky33 reacted to Mr Sneeze for a blog entry, De l'incapacité à gérer la variance.   
    Aujourd'hui je vais essayer de parler de la variance au poker. C'est un sujet complexe, maints fois abordé, et pourtant toujours abondant. Je pense que l'incompréhension de ce qu'est la variance constitue l'un des plus grands leaks à la fois chez les joueurs récréatifs et chez les regs gagnants.

    Avez-vous cette tendance à suivre vos résultats? Il semble quasiment impossible à quiconque de ne pas se soucier s'il est positif ou négatif sur une session. Paradoxalement, ce sentiment semble plus fort en live. Pourtant, après 5 h de jeu, vous aurez peut-être joué 100 mains. Quiconque est habitué au online sait que les résultats au bout de 100 mains sont assez inconséquents. Pourquoi vouloir se refaire, pourquoi ce soir, pourquoi pas demain, pourquoi pas dans un an?
    Mais les joueurs de online vont être affectés après une journée négative ou une journée positive. Ils vont regarder leur courbe, fantasmer les mois à venir (positivement ou négativement). Tant de joueurs pensent inconsciemment que la variance a des comptes à rendre. Rien n'est plus faux, la variance n'a pas de mémoire. A tous les joueurs obsédés par leur courbe EV, je vous donne un conseil: oubliez-la. C'est un gros leak que vous avez, une incompréhension assez fondamentale de la nature chaotique du poker.

    L'état d'esprit idéal est : il n'y a que la main que je joue maintenant. Ma bankroll est à tel niveau, peu importe ce qu'elle était hier, ou il y a un an. Ma bankroll n'est même pas à moi, elle n'est qu'un facteur limitant mes choix stratégiques potentiels.
    Les joueurs gagnants s'attendent à ce que leur bankroll augmentent assez régulièrement. Or tel n'est pas le cas. Le jeu bouscule toujours nos attachements. Pouvez vous atteindre l'état de libération intérieure où perdre n'a aucun impact pour vous? C'est un état très subtil, car évidemment il ne s'agit pas de se désensibiliser à la perte au point de ne même plus chercher à gagner, auquel cas on deviendrait un simple gambler. Pouvez vous atteindre l'état de libération où vous savez qu'après une grosse session gagnante, l'argent ne vous appartient pas (puisqu'il va retourner au jeu)? Et qu'il ne préfigure rien sur l'avenir?
    Avez vous déjà ressenti cette joie de gagner 10 caves en une soirée, avant d'en perdre 12 le lendemain? Qu'avez vous ressenti? L'attachement à ce qui n'est pas à nous est cause de souffrance.

    Vous jouez une session en live. Vous avez un tirage que vous jouez agressivement. Vous êtes callé mais touchez votre tirage. Vous finissez la session à +Xbb.
    Même situation, mais vous perdez la course, vous manquez votre quinte. Vous finissez la session à - Ybb. Je suis prêt à parier que la plupart des joueurs auront tendance à se dire qu'ils ont bien joué après la session positive, mais vont par contre cogiter et décortiquer pourquoi ils ont perdu dans la session négative. Pourtant leur jeu est le même! Mais l'incompréhension de la variance nous fait croire que nous maîtrisons nos résultats. Evidemment, tout le monde peut comprendre ce que je dis, théoriquement. Ce n'est pas la question. Tout le monde comprend et pourtant tout le monde tombe dans le piège. Les mouvements sont inconscients, plus subtils. A différents degrés et de différentes manières, tout le monde s'attache à ses résultats, que ce soit en tâchant de se refaire, ou en s'attendant à gagner comme la veille. Tout cela amène les joueurs, bons ou mauvais, à revenir à la table, généralement avec un mindset biaisé dès le départ.

    De même si l'on fait un gros bluff, vilain nous snap avec les nuts. Très peu de joueurs auront la clarté d'esprit d'analyser la situation correctement et de réaliser que leur bluff était peut-être génial, qu'ils sont juste tombés sur le top de la range adverse (qu'ils ne prévoyaient de toute façon pas de faire fold). De même pour un gros bluff qui passe. Est-ce que cela en fait un bon bluff? Impossible à dire sans les vrais éléments pertinents, qui ne sont pas les résultats. Quand on joue au poker, il y a quelque part cette incertitude quantique : on joue sans voir les cartes, jusqu'à ce qu'on les voie. Vu que tout le monde oublie ça en permanence, il y a pour l'instant un edge infini pour qui est prêt à prendre cette route tumultueuse qui consiste à naviguer les orages de l'inconscient. Car la variance n'est pas orageuse, elle est neutre, vide, elle est structure du jeu, illusion au fond. Ce sont les émotions suscitées par cette vacuité qui sont réelles, au sens où elle change notre vision du monde (du poker).

    Rendez vous compte que la différence entre une session positive et négative repose sur la réussite ou l'échec de quelques C-bet, ou de quelques steals. Vous le savez n'est-ce pas? Et pourtant j'oserais dire que vous ne le savez pas ; vous le savez dans l'intellect, mais pas dans la chair ; votre chair en souffre encore.


    Certains joueurs blâment la variance pour leurs résultats (incompréhension fondamentale de où vient la circulation monétaire dans le jeu).
    Certains justifient leurs plays avec la variance: genre le pire nit de l'univers me 3b et j'ai QQ, standard stack off, c'est un cooler, etc. L'autre jour j'ai open QQ, me suis fait 3b dans un spot où vilain avait pour moi KK-AA uniquement, avec peut-être 10% de marge d'erreur, j'ai call preflop pour juste check-snapfold un flop 832r. Et ça ne m'empêche pas de call down super light dans d'autres spots. Vous êtes autorisés à faire ce que vous voulez au poker. Vous avez le droit de folder KK pour 30bb en MTT si vous avez un sick read. Vous avez le droit d'open fold AA preflop, même si c'est évidemment une erreur technique, de façon à vous préparer mentalement à faire des folds difficiles (Tommy Angelo parlait de ça).
    Si vous êtes du genre à penser que des situations sont standards, et qu'il faut toujours stack off AK ou QQ pour 100bb en NLHE 6max, vous êtes un fish. Si tout vous indique que votre adversaire vous bat, que vous le sentez profondément dans votre bide, mais que vous mettez quand même l'argent au milieu parce que 'c'est comme ça', ou 'je me fais exploiter si je fold QQ preflop', cooler, standard bro, et bien vous laissez de l'argent sur la table, et vous justifiez votre paresse par la variance. Les top joueurs font des sicks calls, des sicks bluffs, et des sicks folds. Ils font tout en fait. Rien ne leur est impossible. Ils savent caller avec bottom pair parfois, ils savent fold 2nd nuts parfois. Ils formulent un read et le suivent. La variance n'est pas utilisée pour créer un flou artistique leur autorisant à faire des calls ou des folds paresseux.

    Les maîtres:
    ;
    Je ne dis évidemment pas de fold souvent QQ preflop, à mon avis l'idée est claire. Ce que je dis n'est pas facile à appliquer. Si je le formule, c'est précisément parce que je m'attèle à faire mon maximum, et à augmenter mon maximum, et que je vois à quel point c'est compliqué. Je spew à 100%. Mais c'est une chose de faire des erreurs, une autre de les entretenir.


    La variance a beaucoup d'autres facettes. Vous ressentirez la variance dans les mains que vous recevez et l'évolution du board, dans les actions de vos adversaires. Mais il y a aussi variance dans nos états mentaux. Certains jours on misplay complètement, d'autres on est 'in the zone'. Il est facile d'oublier que notre cerveau peut juste bugger, ou plus exactement notre conscience peut se faire prendre par des forces diverses (l'inconscient est un océan), et sans prévenir, nous faire oublier un facteur primordial pour la décision.
    Si on oublie que des choses de ce genre arrivent tout le temps, on oublie le chaos de l'Esprit (et de la matière, suffit d'avoir un peu mal au bide pour que notre comportement s'en trouve profondément altéré). Beaucoup de joueurs ne parviennent pas à comprendre ce décalage entre ce qu'ils peuvent faire dans leur optimum et ce qu'ils font parfois quand leur concentration lâche ; comme s'ils étaient 2 personnes différentes. Cela peut sembler tellement absurde que peu cherchent même à comprendre, encore moins à travailler pour réduire l'intensité et la fréquence de leurs explosions cérébrales.

    Il y a variance parce qu'on s'attache à l'évolution de notre stack en MTT (voire même en cash game à vrai dire). Si on est chip leader on se dit qu'on mérite la TF. Absurdité complète.
    Il y a variance dans les reads: parfois on prend une décision qui nous paraît bonne et notre adversaire nous call avec une main qui contredit complètement notre read. Est-ce que ça signifie que notre read était mauvais? Souvent, oui, et il faut alors reformuler un read à partir des infos obtenues, mais il est aussi fréquent qu'on prenne la meilleure décision possible avec les infos qu'on avait. Et fatalement, on remettra en cause notre read et notre jugement, alors même qu'il étaient bons au moment où on les a formulés! Il y a toujours incertitude, on est contraint de faire avec, sans s'attacher, seulement avec la volonté d'apprendre de ce qui se présente. C'est la zone grise, pour reprendre un terme maintenant bien connu utilisé par Tommy Angelo et Manub.
    Il y a variance parce que nos adversaires sont peut-être bourrés certains soirs et pas d'autres, peut-être qu'ils se sont disputés avec leur femme, ou qu'ils ont mangé un poulpe.


    Le point principal où j'essaie assez maladroitement d'arriver, est en fait un point multi-facettes:
    1- beaucoup de choses sont hors de notre contrôle
    2- beaucoup de choses sont floues et impliquent une marge d'erreur immense
    3- malgré 1) et 2), peu sont ceux capables de voir qu'ils ne contrôlent rien, et que leur contrôle sur les choses est absolument foireux (généralement trop rigide ou trop réducteur). Il en découle souvent une frustration immense, frustration dont semblent se nourrir la majorité des joueurs de poker
    4- peu sont capables de garder la tête froide et de gérer d'une part leur volonté de contrôle, d'autre part la résonance chaotique du poker (ou de la vie à vrai dire) qui va parfois récompenser leur volonté de maîtrise, et parfois la punir, sans qu'une véritable logique se dégage de tout cela.
    5- il est facile d'utiliser les points 1) et 2) pour justifier nos erreurs, ou pour ne pas changer nos faiblesses, parce qu'on peut se reposer là-dessus pour oublier ce qu'on contrôle effectivement, c'est-à-dire la direction qu'on prend, la posture (de même qu'un marin ne contrôle pas le vent, il peut cependant orienter ses voiles. S'il blâme le vent parce qu'il n'avance pas, il refuse d'assumer la posture juste)

    Ainsi, paradoxalement, on trouve des grinders profondément malheureux (parce qu'ils ne savent pas gérer la dialectique de la volonté et du chaos), attachés à leurs résultats, dépendants même de leurs résultats pour leur existence égotique (investissement des forces inconscientes de réalisation dans la pratique du poker) ; ces mêmes grinders évolueront toutefois péniblement, stagneront, incapables de vraiment corriger leurs leaks techniques et mentaux, précisément parce que l'environnement pokéristique leur donne quantité de matériaux pour justifier leur incapacité. Ces matériaux naissent de la variance, de l'énergie qu'on y met, et pourtant je le répète la variance reste vacuité, elle n'est que pur phénomène et n'a absolument aucune importance qui ne soit pas illusion.


    Bravo à ceux qui ont eu le courage de tout lire, des éléments complémentaires à ce sujet viendront peut-être, c'est vaste (et dur à conceptualiser!!).
  10. Like
    newsky33 got a reaction from Pizza Royale for a blog entry, Billet d'humeur: Attendre encore et toujours   
    La patience amène la réussite

    Le poker est un jeu de hasard. Voila comment 95% de la population appelle ce jeu qui, pour nous, est un véritable sport. Il est vrai que cette part de hasard que nous appelons plus communément « la variance » prend une place énorme au poker et nous, joueurs réguliers, le savons parfaitement. Pourtant après un énième bad beat, une énième journée ou les cartes ont décidé de me salir, j’ai du mal a l’accepter.

    Comme tout le monde je me répète souvent « regarde le lui qui se plaint tout le temps, si il ne sait pas que nous sommes tous sujets a la variance c’est qu’il ne comprend rien au poker »
    Mais ce soir, après avoir bust d’un tournoi important pour moi, que ce soit pour le coté financier (leger hors BRM) mais surtout pour le coté affectif dans un endroit ou je rêve de briller, la frustration prend le dessus.



    Cela peut passer pour de l’arrogance, mais je ne me suis jamais senti aussi fort a une table de poker, je ressens même du respect a travers mes adversaires vis a vis de mon image, de mon jeu. Mais dans ce moment ou je joue mon A-Game, je subis le plus gros bad run qui m’est arriver de vivre. Et c’est dur. Dur de voir des joueurs de mon entourage ship 20k sur un tournoi alors qu’il sont techniquement limités, dur de voir des joueurs qui sont la « pour passer un bon moment » chatter et faire une TF.

    Bien sur j’ai énormément a apprendre, au niveau du jeu, du mental, de la psychologie… Le jeu évolue tellement que c’est excitant de se dire qu’il faut constamment se remettre en question, étudier. Mais les résultats du moment sont importants, je viens d’avoir 22 ans et mes études, mon entourage, savent me rappeler la valeur de l’argent et c’est pourquoi j’attend mon one time. Je gagne de l’argent en pratiquant ma passion mais je veux plus, quelque chose que seule une victoire pourrait m’apporter
    Cet article est plus un billet d’humeur, une façon de me rappeler que le poker est très difficile. Alors je vais continuer a travailler a attendre mon one time, attendre ce moment ou je pourrais prouver que je peux me faire une place dans ce milieu, ce moment ou mes efforts, les heures a travailler mon jeu seront récompensés…

    La patience amène la réussite.
  11. Like
    newsky33 got a reaction from 7ben7 for a blog entry, De Malte à Marrakech   
    La moitié de l'année vient de se terminer, et il arrive l'heure de faire un bilan sur ces 6 mois qui ont été intense pour moi au niveau poker, et de commencer a définir mes objectifs futurs.

    Tout d'abord le mois de janvier m'a amené à Malte, dans le cadre d'un stage de 3 mois pour mon école de commerce. Grâce a la communauté du CP, j'ai pu me rapprocher des nombreux joueurs de poker français installés à Malte et j'ai donc trouvé une collocation pour ces 3 mois avec 2 autres joueurs (un joueur de cash game NL400 et un joueur de tournois)

    Bien que n'ayant eu aucun résultat majeur pendant cette période, je pense que l'impact de ces 3 mois dans ma vie de joueur de poker a été énorme. Tout d'abord car il m'a permis de me rapprocher et de faire la connaissance de très bons joueurs Français, et bien sur car observer et discuter de poker a grandement contribué a ma progression.
    C'est d'ailleurs un conseil que je donnerai a tout joueur voulant progresser; il n'y a rien de meilleur que de côtoyer d'autres joueurs et de constamment discuter des coups, de comprendre pourquoi certaines options peuvent être envisageables et de s’imprégner de l'expérience de chacun.

    Bizarrement c'est donc a mon retour en France et notamment au mois de mai que cette progression dans mon jeu et dans ma vision du poker va se matérialiser en résultats financier. Je réalise mon meilleur mois ever en mai avec notamment une victoire sur le Select pour 2470e (pseudo: newsky33), ainsi que différents accessits sur des tournois importants.

    Grâce a ces résultats j'ai pu me faire plaisir en partant il y a une semaine au Marrakech Poker Open avec mon meilleur ami et Bennensen, un joueur habitant à Malte et présent sur le CP.
    Bien que les résultats n'aient pas été au RDV (5 tournois sans ITM dont le main event ou je m'étais qualifié pour 90e) cette semaine au Maroc a été extraordinaire tant sur le plan des rencontres, de l'organisation que du cadre de vie. C'est vraiment un festival de poker que je recommande a tous et j'y retournerai avec plaisir si ma bankroll me le permet. Je ferai d'ailleurs un article plus détaillé sur cette semaine (qui sera surement plus intéressant pour vous lecteurs!) avec des anecdotes plutôt amusantes

    Ces 6 mois ont donc marqué un tournant dans ma relation avec le poker. Je prend conscience désormais de mes capacités a développer un jeu gagnant. Les prochains RDV pour moi seront donc le DSO Gujan Mestras a coté de chez moi ou j'ai bien l'intention de m'illustrer, puis le WPO à Dublin.

    En attendant place au grind en cette fin du mois de juin et pour le mois de juillet.

    Good luck all!

    Thomas




    Photo au MPO : Je suis a gauche, ensuite dans l'ordre Bennensen, un joueur de SnG de PS dont j'ai oublié le pseudo, puis Aurelsam.
  12. Like
    newsky33 got a reaction from 7ben7 for a blog entry, De Malte à Marrakech   
    La moitié de l'année vient de se terminer, et il arrive l'heure de faire un bilan sur ces 6 mois qui ont été intense pour moi au niveau poker, et de commencer a définir mes objectifs futurs.

    Tout d'abord le mois de janvier m'a amené à Malte, dans le cadre d'un stage de 3 mois pour mon école de commerce. Grâce a la communauté du CP, j'ai pu me rapprocher des nombreux joueurs de poker français installés à Malte et j'ai donc trouvé une collocation pour ces 3 mois avec 2 autres joueurs (un joueur de cash game NL400 et un joueur de tournois)

    Bien que n'ayant eu aucun résultat majeur pendant cette période, je pense que l'impact de ces 3 mois dans ma vie de joueur de poker a été énorme. Tout d'abord car il m'a permis de me rapprocher et de faire la connaissance de très bons joueurs Français, et bien sur car observer et discuter de poker a grandement contribué a ma progression.
    C'est d'ailleurs un conseil que je donnerai a tout joueur voulant progresser; il n'y a rien de meilleur que de côtoyer d'autres joueurs et de constamment discuter des coups, de comprendre pourquoi certaines options peuvent être envisageables et de s’imprégner de l'expérience de chacun.

    Bizarrement c'est donc a mon retour en France et notamment au mois de mai que cette progression dans mon jeu et dans ma vision du poker va se matérialiser en résultats financier. Je réalise mon meilleur mois ever en mai avec notamment une victoire sur le Select pour 2470e (pseudo: newsky33), ainsi que différents accessits sur des tournois importants.

    Grâce a ces résultats j'ai pu me faire plaisir en partant il y a une semaine au Marrakech Poker Open avec mon meilleur ami et Bennensen, un joueur habitant à Malte et présent sur le CP.
    Bien que les résultats n'aient pas été au RDV (5 tournois sans ITM dont le main event ou je m'étais qualifié pour 90e) cette semaine au Maroc a été extraordinaire tant sur le plan des rencontres, de l'organisation que du cadre de vie. C'est vraiment un festival de poker que je recommande a tous et j'y retournerai avec plaisir si ma bankroll me le permet. Je ferai d'ailleurs un article plus détaillé sur cette semaine (qui sera surement plus intéressant pour vous lecteurs!) avec des anecdotes plutôt amusantes

    Ces 6 mois ont donc marqué un tournant dans ma relation avec le poker. Je prend conscience désormais de mes capacités a développer un jeu gagnant. Les prochains RDV pour moi seront donc le DSO Gujan Mestras a coté de chez moi ou j'ai bien l'intention de m'illustrer, puis le WPO à Dublin.

    En attendant place au grind en cette fin du mois de juin et pour le mois de juillet.

    Good luck all!

    Thomas




    Photo au MPO : Je suis a gauche, ensuite dans l'ordre Bennensen, un joueur de SnG de PS dont j'ai oublié le pseudo, puis Aurelsam.
English
Retour en haut de page
×
PMU : Summer Freeroll
PMU : Summer Freeroll