Jump to content
Status Updates

icounet

CPiste
  • Content count

    87
  • Joined

  • Last visited


Je les aime

Je ne les aime pas trop


Ils m'aiment

Ils ne m'aiment pas trop

Reputation Activity

  1. lol!
    icounet reacted to survival66 in Partage des liquidités : des tables franco-espagnoles sur PokerStars, Winamax, PMU et partypoker   
    Ouai enfin faut pas oublier quand même les giga promo PS.



     
     
     

     
  2. Like
    icounet got a reaction from MasterSerie in Futur programme VIP de PokerStars : de l'instantané et de l'aléatoire   
    J'ai cashout de PS.fr il y a biennn longtemps pour exprimer ma plainte.

    Vivement le marché regroupé pour retrouver un intérêt à cette room.
  3. Like
    icounet reacted to quentindu38 in Plus gros bug depuis le .fr???   
  4. Like
    icounet reacted to Tonymarket91 in SCOOP 2015 (.com) : Les résultats notables.   
    Sat à partir de 1 dollars ...euh ....combien de palier ....:-D
  5. Like
    icounet reacted to HugoBoss in La joie   
    J'ai beaucoup (trop) tardé avant de réagir sur ce sujet qui me tient beaucoup à cœur, et sur lequel j'aurais aimé intervenir il y a déjà bien longtemps. Mais à vouloir trop bien faire, je n'arrivais jamais à me lancer. Il faut dire que le sujet est complexe et a trait à de nombreuses thématiques qu'il est difficile d'articuler.
     
    Par ailleurs je voulais aborder le sujet sous un angle personnel, quitte à montrer mes faiblesses et à me mettre en danger, ce que peu ont osé faire jusqu'à présent. Pour mon 1000ème post, j'ai aujourd'hui trouvé une bonne excuse pour enfin m'y mettre.
     
    Je vous préviens : ça va être un put**n de pavé de la mort. Mais se questionner à propos d'un jeu auquel on consacre autant de temps est bien la moindre des choses. Quant au fond, ayant lu à peu près tout ce qui a été écrit sur le sujet, je ne compte pas tout répéter mais plutôt plutôt me concentrer sur ce qui n'a pas encore été dit.
     
    Tout d'abord, je dois préciser plusieurs choses. Ce que je vais vous raconter fait état de mon histoire personnelle. Il me semblait important d'en parler car je pense présenter un profil répandu dans la communauté et pourtant complètement ignoré au travers de la majorité des messages que j'ai pu lire. En effet, je ne suis ni un pro ni un fish. Je me définirais comme un joueur passionné et éclairé occasionnel, par opposition au grinder ou reg (des terminologies qui ne me parlent pas du tout au vu de la façon très épisodique dont je consomme ce jeu).
     
    Depuis toujours, je me suis demandé comment vous (donc les regs ou pseudo-regs) faisiez pour rester attachés aussi longtemps à ce jeu. C'est vrai quoi, comment vous faites pour endurer ces périodes de bad run, cette routine du jeu à ouvrir les mêmes tables tous les jours pour croiser les mêmes gueules, sauf peut-être un inconnu cavé à moins de 100 blindes qui laissera sa place à un autre le lendemain et avec lequel vous n'aurez rien échangé de plus que votre stack. Comment vous arrivez à accepter cette sensation de vide inhérente à l'activité, qui moi finit par me ronger et me mettre mal à l'aise. Et le tout la plupart du temps en restant seul...
     

    Qu'est-ce que je fous là ?  
    Moi je me suis retrouvé là-dedans après avoir arrêté mes études vers leur fin. Je n'aimais pas ce que je faisais et je ne supportais plus ma vie d'alors.
    Je suis donc revenu chez mes parents, dans une petite commune provinciale avec rien à faire, et ait entamé une longue période de dépression à me dire que je venais de rater ma vie, que j'étais tombé plus bas que tout, etc...
    Un an plus tard, après avoir tenté de reprendre mes études, sans succès, j'ai voulu essayé une autre option.
    Comme je jouais régulièrement le week-end à ce jeu, ayant déjà un niveau correct, j'ai décidé de m'investir là-dedans plus sérieusement, n'ayant rien d'autre à faire à court terme.
    Pour faciliter la chose, je décidais de m'inscrire sur une momo room histoire d'avoir plus de facilités à monter une bankroll. Je choisis Barrière (quelques mois avant sa fermeture) qui bénéficiait alors de promos alléchantes sur un soft apparemment remanié/débuggé.
     
    Il est à noter aussi que je m'étais à l'époque lié d'amitié sur un chat puis sur skype avec un joueur online qui m'a appris à être davantage BRM et à contrôler mon tilt car nous avions rapidement nourri le projet de nous installer à Londres pour l'année 2013 après avoir réalisé que notre avenir de joueur serait bouché en France. Il était donc impératif pour moi de faire grimper ma bankroll en limitant au maximum les risques en vue du voyage à venir (donc ne pas faire de shots stupides).
     
    Je bouffais du poker toute la journée, en jouant, sur runitonce à regarder des vidéos ou à réfléchir aux mains difficiles de ma session.
    Le niveau étant particulièrement faible et ma motivation étant là, je vais directement ship un mtt pour 1500e et à partir de là, ayant une bankroll pour jouer, je vais m'installer en cash où je vais skyrocket pour un mois à plus de 20k !
    Ce résultat dépassait complètement mes espérances. A partir de là, n’importe qui aurait placé énormément dans ce jeu.
    Pour moi ça allait devenir ma nouvelle voie en cette période creuse et pourquoi pas me réaliser et changer ma vie grâce à ça ? Et si le poker pouvait me sauver ? Et si j'étais un joueur né ?

    Comme lui
     
    J'imaginais déjà un futur à Londres où j'alternerais le grind online et les sorties dans les pubs avec d'autres joueurs et leur cercle de connaissance, et pourquoi pas me trouver une copine et recommencer une vie là-bas. Mais c'était sans compter sur l'impitoyabilité de ce jeu.
     
    Malheureusement mon contact skype (avec lequel on discutait chaque jour plusieurs heures) coupa brutalement les ponts avec moi. J'apprendrai plus tard qu'il vivait lui aussi un conflit interne avec le poker dont il trouvait qu'il détruit la véritable sociabilité et crée une emprise psychologique trop forte, selon ses mots, et qu'il avait préféré faire le mort pour être sûr de ne pas être tenté d'y retourner. Aujourd'hui il reprend apparemment un business familial dans l'immobilier.
    Cet état de fait m'a profondément ébranlé jusqu'à me faire douter de l'importance réelle des relations humaines ainsi que de l'intérêt de jouer à ce jeu.
     
    Dans mon état fragile et souvent déprimé, le moindre événement était susceptible d'anéantir mes espoirs et c'est ce qui s'est passé. Alors que mon niveau restait bon, je ne voyais plus d'opportunité de réalisation dans la vie réelle avec ce jeu.
    La lassitude et monotonie du grind online se faisant ressentir aussi, je me suis mis à perdre pied et j'ai irrépressiblement spew in-game et en dehors jusqu'à ne plus pouvoir jouer à mes stakes habituelles. Inutile de préciser que peu de temps après, j'étais de nouveau broke.
     
    Javais pourtant lu le blog d'artplay qui me mettait en garde...
    Ou encore Daniel SuperColman :"I would never in a million years recommend for someone to try and make it as a poker pro."
     
    Grosso modo aujourd'hui je vivote de ce jeu justement, car je tilte assez souvent et surtout car je ne sais pas trop pourquoi je joue au final. Et ça me fait mal au cœur d'en être là après des milliers d'heures passés sur ce jeu ou autour, alors que j'ai l'impression que j'aurais pu mieux m'en sortir dans n'importe quel autre domaine. D'ailleurs c'est aussi l'impression que j'ai quand je vois des types comme artplay, mr sneeze (même si eux ont apparemment réussi) ou d'autres, qui, quelque soit ce qu'ils ont accompli dans le jeu, auraient pu s'épanouir bien mieux ailleurs. Alors que dire de la masse d'autres qui breakeven ou perd de l'argent.
     

    Un jeu pas si amusant  

    Le rubik's cube me fait cet effet là aussi
     
    Mr sneeze dit que le poker lui apprend sur la vie et lui-même. Je ne suis pas d'accord avec ça car je ne le ressens pas du tout comme tel. Tout d'abord pour apprendre de la vie il faut être dans la vie : fréquenter des gens, sortir de sa zone de confort et explorer de nouvelles choses, voyager, saisir des opportunités, etc... Mais le poker pour moi c'est morbide. C'est tout sauf la vie (que ce soit en live ou online).
    Etre assis a une table en considérant l'autre uniquement comme une ressource financière potentielle, sans jamais s'adresser la parole sinon pour des soupirs, ou pire, lors de bad beats; se fuir soi-même comme c'est mon cas en s'oubliant dans le jeu, ce n'est pas un milieu chaleureux ni propice à un enrichissement personnel.
     
    Online j'ai l'impression d'être bridé dans l'expression de ma personnalité et de ma créativité par l’enchaînement perpétuel et mécanique des mêmes cartes et boards.
    En tant que bon joueur de poker, on finit par savoir dans 98% des situations quelle est la line la plus ev+ et ce serait une erreur d'en dévier puisqu'on gagnerait moins à le faire, il reste de rares situations mystérieuses qui nous font réfléchir mais ça ne représente absolument pas la routine de grind où on se contente d'appliquer la même chose à l'infini.
    En jouant comme ça on sera mécaniquement gagnant sur le long terme, mais moi ça me fait chi** d'être un rouage. Je veux que ma vie soit l'occasion de tenter des trucs bizarres, stupides, fun, pas de répéter une successions d'actions rationnelles que mon expérience m'a appris à faire.
    Du coup j'aurai toujours un sentiment d'incomplétude par rapport à cette activité.
     
    Ça occasionne aussi pas mal de soucis physiques que d'être un grinder online. Moi qui joue ne serait-ce que par périodes de plusieurs jours, j'observe très rapidement à quel point je deviens une put**n de loque de passer le plus clair de mon temps à faire ça (même en faisant un peu de sport le soir 2-3x semaine en club). Outre le rythme de vie décalé et l'impression de ne pas trop faire partie de la société, je me sens vraiment mou, moche et déconnecté rien qu'au bout de quelques jours.
    On me rétorquera que ce n'est pas pire qu'un employé de bureau qui passe ses journées également assis devant l'ordi, sauf que ça demande de prendre un minimum soin de soi que d'être présentable pour arriver au boulot et ne pas éveiller les soupçons de ses collègues. Et puis il y a souvent un minimum d'activité physique rien que pour se rendre sur les lieux de son travail à pied ou même en métro. Moi mes aller-retours quand je joue c'est un algorithme qui implique juste quelques mètres de déplacement entre différentes pièces suivant la manifestation soudaine de différents besoins naturels.
     
    En live maintenant, outre le fait de jouer 15 mains à l'heure qui est très frustrant, on doit se coltiner des livetards qui, sympathiques ou non, reste des relations superficielles et des gens avec qui on a la plupart du temps rien en commun.
    Ceux avec qui on a en commun sont les rares grinders online qui se sont perdus à ta table mais avec qui tu ne te familiariseras pas car généralement aussi introvertis que toi.
    La fréquentation des tables est pas non plus terrible. Du rebeu flasheur au papy nit qui mise sa retraite en passant par l'aspirant pro intarissable sur le jeu mais en réalité à coté de la plaque, j'ai du mal à m'identifier à qui que ce soit. Je ne me sens pas à ma place.
     

    Quelques réflexions  
    Pour rebondir sur l'idée que le poker serait une compétition saine (mizar):
    En fait, la comparaison ne tient pas la route car d'un coté on a affaire à 2 sportifs professionnels qui s'affrontent ou 2 entreprises concurrentes sur le même créneau, mais dans les 2 cas il s'agit d'entités dont c'est l'activité principale.
    Au poker, l'argent provient principalement de ce qu'on appelle les récréatifs ou des addicts et ni l'un ni l'autre ne pratique le poker à un niveau qu'on pourrait qualifier de professionnel.
    Les deux profils souffrent de grosses faiblesses: techniques pour le premier et mental/tilt/absence de brm pour l'autre que le reg va exploiter à table.
    Je ne crois donc pas qu'il s'agit là d'une compétition « fair » dans le sens où ils finiront significativement perdant sur le long terme.
    D'ailleurs, si ils n'existaient pas, je pense que le poker n'existerait pas non plus car tous les grinders un minimum décents se jouant entre eux n'arriveraient pas à battre le rake.
    C'est donc parce-qu'il y a des joueurs faibles que le poker existe et qu'on peut y gagner de l'argent, mais du coup comment ressentir de la satisfaction personnelle à battre des gens en situation de faiblesse ou trop limitée dans leur vision du jeu.
    Ce serait comme battre un enfant de 8 ans au basket. Parfois il va te faire un lucky shot mais le reste du temps tu va juste lui faire quelques croche-pieds et lui prendre la balle bien gentillement. Mais t'iras pas te vanter auprès tes potes que t'as gagné !
    Et l'argent ne compense pas ça du tout, pour moi il y a un manque de sens évident ici.
     
    Hitmanpoker de son côté dit qu'il faut arrêter de faire sa pleureuse, facile à dire quand on est un top reg de highstakes et qu'on a un entourage qui nous permet de garder les pieds sur terre afin de limiter les tilts. Mais sa situation n'est absolument pas représentative de la majorité des joueurs qui vivotent du jeu.
     
    Alors bien sûr je suis très noir dans tout ce que je raconte et je n'évoque pas "les bons cotés" alors que pourtant j'en trouve quelques-uns : le jeu en lui-même est intéressant à discuter et analyser stratégiquement, il offre une grande liberté (si on est capable de la gérer) et c'est pour certains une alternative bien supérieure à tous ce à quoi ils pourraient aspirer dans le salariat voire un gagne-pain supplémentaire.
     
    Pour finir, car même si je n'ai pas été exhaustif je ne veux pas non plus devenir trop chiant, je citerai ce que m'a dit un membre du forum au cours d'une discussion sur le sujet :
    En regardant dans le rétroviseur, la raison principale de mon échec aura en effet été de ne jamais savoir pourquoi je jouais. Seul, en proie au doute, sans projet (hormis celui de m'installer à Londres pendant un court moment, d'ailleurs le seul où j'ai vraiment gagné), je n'aurai jamais réussi à me réaliser dans le poker et je pense que c'était important pour moi et pour tous ceux qui sont dans une situation comparable d'écrire ce message.
  6. Like
    icounet reacted to BaptX in Dans la tête d'un pro : Patrick Bruel lors des WSOP   
    Par contre il a pas un peu déconné MIK.22 de faire la voix-off du fond de sa salle de bains / ses chiottes ?
     
    Sinon très bonne vidéo, comme toujours
  7. Angry
    icounet got a reaction from shadao in Everest Poker Live : un circuit français à part entière en 2015   
    Il y a que des étapes dans le sud malheureusement...
  8. Like
    icounet reacted to AmIlya in Club Poker's Secret Santa 2014   
    Donc : j'ai reçu un paquet plutôt volumineux, que voici en photo :
     

     
    Avec un truc qui cogne les bords, visiblement en plastique. La thèse du gode ou de la chatte en plastique n'est donc pas à exclure à ce stade...
     
    Donc ! J'attends le 25 avec une impatience non feinte. Puis j'ouvre le cadeau :
     

     
    Lol !
     

     
    Très beau profil également, je dois dire.
     
    Maintenant, la signification : ce membre du CP a t - il voulu me signifier l'estime immense qu'il me portait ? Est ce en fait un cadeau à renvoyer à Magic Edika pour qu'il ait un peu de fun avec sa rombière ? Je ne saurais dire ! Je penche plutôt pour "l 'esprit zoo". Joyeux noël !
  9. Like
    icounet reacted to ShiShi in Short Track - Loto CashGame   
    Je trouve ça très bien de la part de wina d’innover et d’offrir de la nouveautés aux joueurs.
     
     
    Malheureusement ce format me semble être une catastrophe pour l’eco système.
     
    Les fish vont se broke beaucoup plus vite, les regs ne vont pas s’interesser à une variante loto 5bb deep. Alors certes, c’est une machine à cash au niveau du rake cependant il serait préférable que les joueurs rake moins vite en jouant plus longtemps.
    Ca éviterait la fuite de certains joueurs dégoutés d’avoir perdu leurs 50€ en ayant joués 2 mains…
    De plus, cela va éparpiller le traffic (deja pas énorme) sur les tables standard, particulierement sur les 100+
     
    [coup de gueule ON]
    Enfin, ça me fout la gerbe de voir que l’on autorise des jeux comme les expressos ou les Short track. Totalement addictif alors qu’on nous bassine avec les problèmes de jeu compulsif. Et qu’on ne peut toujours pas play des variantes nobles comme le plo8, le HORSE ou le 2to7
    Je sais très bien que Wina n’en est pas la cause mais c’est terriblement frustrant !
    [coup de gueule OFF]
  10. Like
    icounet reacted to A-Oslott-A in Short Track - Loto CashGame   
    Bonjour à tous,
     
    J'ai testé le short track. Le verdict est clair... C'est du grand nimp !!!! Il s'agit de tout sauf de poker.
     
    En bref le but short track est de boiter sans arrêt et de laisser la magie faire le reste... J'ai vraiment essayé de comprendre le concept et je ne le comprend toujours pas. J'ai vu de tapis pré flop avec 37 vs K2 ou autre. Alors certes les pots ne sont pas immenses mais le rake est bien présent. Il n'y a vraiment aucun intérêt à jouer à ce genre de jeu si ce n'est de raker à fond la caisse.
     
    Pour la petite histoire j'ai eu l'occasion de mettre 5 fois all in et de perdre 5 fois avec :
    1- AK vs A3 sur un flop 23K
    2 - JJ vs 33 pre flop
    3 - KK vs 99 pre flop
    4 - KQ vs A4 sur un board K367
    5 - KQ vs K4 all in pre flop
    ET les 5 fois contre la meme personne. Si ça c'est pas de la magie !!!!
     
    Je joue au poker depuis maintenant quelques années, et je suis triste de voir la tournure que prend le poker en ligne. En effet, depuis quelque temps la seule préoccupation des rooms est de proposer des parties de poker rapide (enfin je ne pense pas qu'on peut appeler ca du poker) : expresso maintenant short track ... Et demain ?? 
     
    Ce genre de variante se rapproche plus tôt du loto que du poker. Le poker est en déclin et je pense que ce genre de variante ne va pas dans le sens de promouvoir le poker. Je trouve que le poker est un jeu passionnant avec beaucoup choses à apprendre mais avec ce genre de parties les débutants ne trouverons aucun attrait au jeu. Ils joueront, gagneront et reperdrons pour finir par arrêter de jouer car ils n'auront trouvé aucun intérêt à balancer tapis pour 1, 2, 5, 10, 20€ avec 2 cartes en mains.
     
    De plus je pense réellement que le seul intérêt de ce genre de parties et de générer beaucoup de rake en peu de temps. Les rooms y gagneront donc sur le court terme mais seront perdant sur le long terme...un fois que les gens seront lassés de jouer à la loterie.
     
    Je suis un peu dur mais je trouve que les rooms devraient passer leur temps à promouvoir le vrai poker plus tôt que de vouloir faire de plus en plus de benef.
  11. Like
    icounet reacted to fabolous008 in Chris Moorman : une 25e Triple Crown online   
    c'est plus drôle Pendant ce temps-là d'autres luttent pour win un Big 10...
  12. Like
    icounet reacted to DonLimit in Limpers Nouveau site Poker coaching et vidéo en français   
    Hello,
     
    On vient de m'aider à récupérer toutes les vidéos. http://rungood.fr/limpers/
     
    Il manque les vidéos de 2to7 et mixed games d'Alex. Si quelqu'un les a, merci de me contacter. (edit: c'est bon, merci)
    Si quelqu'un connait Personne et Monterozor, vous pouvez leur demander s'ils sont ok que je publie leurs vidéos?
     
    Enjoy
  13. Like
    icounet reacted to DonLimit in La limite la plus rentable   
    Hmmm je pense qu'il vaudrait mieux que tu restes en NL50
  14. Like
    icounet reacted to jedisise in Everest Poker Live : un circuit français à part entière en 2015   
    Saint amand les eaux et forges les eaux , c'est plutôt vers le nord non ? 
  15. Like
    icounet reacted to ShiShi in La limite la plus rentable   

  16. Like
    icounet reacted to Byshop in La limite la plus rentable   
    il parait qu'en 1,5k/3k deuce to seven c'est que des fishs. A mon avis tu devrais tenter un shoot.
  17. Like
    icounet reacted to euskal30 in Nosebleed : Tapis Volant vous dit tout sur son projet événement   
    Pas déçu d'avoir attendu :
     
    MERCI Victor.
     
    Et GG le feeling quand tu filmes en gros plan Jacobson
  18. Angry
    icounet reacted to amedine in Nosebleed : Tapis Volant vous dit tout sur son projet événement   
    Meme si ils ont gagné 10 millions, ce qui m'etonnerai fortement, dire que ship 10 millions changerait rien a leur vie c'est du grand n'importe quoi imo.
  19. Like
    icounet reacted to SuperCaddy in Nosebleed : Tapis Volant vous dit tout sur son projet événement   
    Quelqu'un met en ligne une pétition pour que Tapis fasse un docu sur Rui ? Y'a moyen de se marrer.
  20. Angry
    icounet got a reaction from Ferris Bulleur in Dans la tête d'un pro : Patrick Bruel lors des WSOP   
    Flop J-5-5, il n'y a pas que le carré de 5? Non il y a J-J, ah bah oui c'est la main qu'a Loosli, suis-je bête...
     
    Et puis, quand il dit j'ai les nuts on se comprend, il faut pas prendre au pied de la lettre. OBV +++ qu'il sait que carré de 5 le bat, mais anecdotique...  Même un fish sait que carré de 5 est la meilleure main. T'inquiètes pas, il sait ce qu'il fait le Sylvain.
     
     
    Très bon épisode à part ça. Patrick c'était marrant, tout le monde pouvait regarder et comprendre. Mais là c'est un level au dessus quand même et ça fait plaisir.
  21. Like
    icounet reacted to daegu Monegu in Top of the Pok : le casting de la table high stakes de Winamax   
    Ca serait bien si on pouvait acheter sa participation...
    Pourquoi faire TOP of the pok en 10/20 alors que les 10/20 tournent d'ailleurs très très très régulièrement en ce moment.
     
    Au niveau marketing ca serait plus interessant de passer en 25/50 je trouves nan?
  22. Like
    icounet reacted to DonLimit in La joie   
    Beaucoup de choses très intéressantes ont été dites dans ce thread et je me retrouve dans plusieurs témoignages. J'ai tout de suite accroché à ce jeu, la première fois que j'ai vu une émission de poker à la télé, je suis reste scotché comme rarement. J’étais étudiant et je jouais avec des potes quasi tous les jours, on se faisait des petits sng pour savoir qui allait payer les bières. Quand on avait pas de jetons, on utilisait des grains de riz. Quand je ne jouais pas, je lisais les 3 Harrington en un rien de temps. C’était la belle époque où l'on se découvre une passion et que l'on s'y consacre sans compter.
    Tout allait bien, je me suis mis a jouer sur internet. Je suis passé des sng micro stakes au cash game nl100 très rapidement jusque cette fameuse nuit où je perds 1500 dolls en nl100 hu contre un joueur que je trouvais monstro nul. C’était l’époque où il était encore conseillé d'avoir un 20bi BR management. Je venais de buster une grosse partie de ma roll poker et j’étais vraiment dévasté. Il était tard, j'avais cours le lendemain et je me sentais mal. Je me souviens très bien m’être dis plusieurs fois « Faut que j’arrête ce jeu de con, c'est pas normal de se mettre dans un état pareil pour un jeu de cartes. »
    Finalement et heureusement je n'ai pas écouté cette petite voix, j'ai évidemment continué à jouer et essayer d'apprendre à perdre. C'est la plus grosse difficulté que j'ai eu à surmonter, je me souviens avoir refusé de voir du monde après une session perdante. Ça n'arriverait plus maintenant.
     
    Le poker est un jeu complexe et pour pouvoir espérer atteindre un niveau d'expertise il faut s'en donner les moyens. Ça va passer par des périodes a 100 % poker. Jouer au poker et parler poker non stop. Se refaire un match de HU dans sa tête après la session, lire tous les messages de HITMANPOKER ou réfléchir au poker sous la douche et espérer avoir un aha! moment https://en.wikipedia.org/wiki/Eureka_effect
    Essayer d'imaginer le nombre d'heures que passent les meilleurs joueurs du monde à jouer, discuter, penser et réfléchir poker. Vous êtes en dessous du chiffre réel.
    Tout le monde n'a pas l'ambition ni l'envie de consacrer autant d'heures à ce jeu et c'est tant mieux. Parce que ca peut devenir malsain. Je ne connais pas Viktor Blom mais je ne suis pas sur qu'il soit si heureux que ca dans sa vie.
    Il faut essayer de trouver un compromis entre le poker et le reste. Parce que c'est clairement le reste qui est important. Si le poker ne se jouait qu'en play money et qu'au contraire il y avait de l'action high stakes au 1000 bornes, j'essayerai d’améliorer ma range d'open de cartes crevaisons.
     
    A l’époque où j’étais en colloc avec Alex Luneau, on grindait l'un en face de l'autre. Il jouait plusieurs tables de 1500/3000 en 2to7, j'avais ses tables ouvertes en même temps que je jouais de mon côte. Il a run extrêmement bad et a perdu 300k très rapidement en perdant tous les showdowns. Il a quitté la table, s'est levé sans rien dire, parti s'allonger dans le canapé pendant 30 minutes. Je disais rien non plus, je pense que dans ces moments là il a envie de parler à personne. Puis il s'est relevé, reparti jouer pour tout regagner et un peu plus. Ça m'a vraiment marqué. Peu de personnes serait capable d'avoir la même attitude et ne pas tout casser dans l'appart.
    Il whine de temps en temps quand il perds mais certainement beaucoup moins que la moyenne et surtout il arrive à faire la part des choses entre le poker et les sorties, vie sociale. Il a une attitude très professionnelle vis à vis du poker. Je crois que c'est la clé pour avoir une vie équilibrée, épanouie et avoir du succès au poker.
     
    J'ai été cité dans les personnes qui ont arrêté le poker ? Je ne comprends pas très bien d’où ca sort et je ne suis pas au courant
    Je jouerais certainement au poker toute ma vie. Si je venais à gagner le main event j’arrêterais le grind quotidien qui reste chronophage mais c'est sur que je jouerais encore de temps en temps par amour du jeu. Le poker est passionnant et intellectuellement enrichissant. Je joue beaucoup en live à Macau ces derniers temps et l’hygiène de vie est encore plus importante que pour le jeu online. Je ne me suis jamais senti aussi bien à une table de poker qu'apres avoir transpiré comme un porc après avoir fait du sport couplé à une alimentation saine. Ca se ressent sur mon humeur et la qualité de mon jeu.
     
    Je suis aussi entrain de voir pour reprendre les études. Je ne compte pas rentrer dans le monde du travail standard mais je vois ca plutôt comme un enrichissement personnel. L’idéal serait de trouver un compromis entre quelques heures par semaine de cours, le poker et la vie sociale.
    Il est important d'avoir des activités hors poker que ça soit faire du sport régulièrement, jouer de la guitare, apprendre de nouvelles langues, continuer à voir ses proches hors poker pour éviter le burnout.
     
    Il y a un tweet d'Olivier Busquet qui résume assez bien le blues lié au poker
    @olivierbusquet : there are very few things I like as much as poker and literally nothing I hate as much as poker…..
     
    Comme ca a été dis à de nombreuses reprises dans le thread, il faut relativiser. On a pas vraiment le droit de se plaindre. On est des put**ns de privilégiés. Ne jamais regarder le prix quand l'on va acheter quelque chose, avoir l’opportunité de voyager dans le monde entier, ne jouer que quand on en a envie, se lever tous les matins sans réveil, c'est vraiment le kiff. Si c’était à refaire, je signe de suite.
  23. Like
    icounet reacted to Nori in La joie   
    Ben moi j'ai un peu de mal à comprendre toute la branlette autour de la question du bonheur et de l'épanouissement. Rien que le fait de savoir que je serais en train de travailler à l'usine 8h par jour pour un salaire misérable si le poker n'était pas là, ça me fait relativiser. Je me branle de savoir si je suis heureux ou pas, savoir que ça pourrait être bien pire me suffit et j'aurais vraiment l'impression de faire l'enfant gâté si je me lamentais sur mon sort.    Après, ma situation est particulière dans la mesure ou j'avais rien à perdre avant de me lancer. Je me suis déscolarisé en seconde après un parcours scolaire d'une rare déchéance, j'ai découvert le poker dans la foulée et tout s'est enchaîné assez rapidement.  Je me souviens de cette bouffée de bonheur en 2007 lorsqu'un pote m'avait parlé de club poker et que j'étais tombé sur les graph à 30k+ des Cuts, TaLL, renaud & cie qui postaient à chaque fin de mois. Je connaissais rien à ce jeu, même pas les règles de base, mais j'étais heureux d'avoir enfin trouvé ce que j'allais faire de ma vie. A aucun moment l'idée m'est venue que je pourrais ne pas y arriver, tout de suite j'ai décidé que j'allais m'y investir à fond pour réussir à faire comme eux, et 2 ans plus tard j'y étais. J'ai passé une année enfermé chez moi à jouer 12h par jour, à n'avoir plus aucun contact avec mes potes et seulement des appels téléphoniques avec ma meuf de l'époque à qui je me contentais de dire qu'on se verrait finalement "pas aujourd'hui mais demain, mais cette fois ci vraiment demain hein". Malgré ça j'étais heureux, heureux de voir que je progressais vers la réussite de l'objectif que je m'étais fixé, heureux de pouvoir envisager un avenir meilleur que celui de prolétaire, et même si aujourd'hui je me vois évidemment pas revivre de la même façon je suis quelque part nostalgique de tout l'enthousiasme et la passion de cette époque. Aujourd'hui mon but est atteint dans la mesure où j'ai un confort financier qui me permet de jouer quand je le veux et où gagner/perdre plusieurs dizaines de milliers d'euros n'influe pas sur mon rythme de vie au quotidien. C'est vrai qu'être le CEO de Goldman Sachs serait une meilleure situation, mais sinon, expliquez-moi quel métier je devrais faire pour être plus heureux ?   Après faut pas non plus se mentir, c'est évident qu'on vit des moments difficiles, que parfois j'en ai plein le cul de ce jeu d'enc**é, que je suis jaloux quand HITMANPOKER vient me dire qu'il a pris 20k sur sa session alors que c'est ce que je suis down ce mois ci, que le même fish m'a hitnrun pour la 3ème fois en 3 jours, que je me demande si je vais pouvoir regagner un jour, que cette pauvre m**de de ohsosick prend toutes les tables de 10/20, que des conn**ds en soirée me demandent "Alors comme ça tu joues au poker ? Mais c'est que du bluff non ?", mais qu'au final la tête froide je me dise que tout ça est supportable comparativement à ce que doivent endurer 90% des gens qui se font réveiller chaque matin par une sonnerie à la con pour aller se casser le cul au boulot.
  24. Like
    icounet reacted to mizar2001 in La joie   
    Bon. En lisant tout à l'heure l'excellent billet d'Artplay (https://www.clubpoker.net/forum-poker/blog/208/entry-9162-poker-morale-et-liberté/?st=30#commentsStart), je suis tombé par hasard dans la section blog sur un autre billet plus ancien, celui d'OlivierRP, lequel copiel/collait un lien vers ce thread...
     
    Plusieurs remarques, au sujet de thèmes qui reviennent ici, ou dans le blog :
     
    LA LASSITUDE : De nombreux pros (ou semi-pros) évoquent souvent la lassitude qu'ils ressentent à force de grinder - ou tout simplement jouer - quotidiennement au poker. Je le lis depuis 2006, date où j'ai basculé vers le côté obscur. C'est un sentiment qui ne date pas d'hier... mais qui m'a toujours laissé de marbre.
     
    D'abord parce que la lassitude est un sentiment lié à toute activité professionnelle, et plus prosaïquement à toute activité humaine. A partir du moment où l'on effectue régulièrement la même tâche, la même activité, où l'on répète les mêmes choses, aussi plaisantes soient-elles à la base... et bien il y a inévitablement  des moments où ça nous gonfle.
    SI vous vous tapez Monica Bellucci tous les jours pendant 20 ans, le monde entier vous enviera... mais ça ne vous empêchera pas d'avoir, de temps à autre, envie d'aller voir ailleurs. C'est humain ! 
    Idem pour les professions les plus prestigieuses. Un médecin entend quotidiennement ses malades se plaindre. Un pilote d'avion se tourne les pouces pendant des heures entre les quelques minutes que lui prennent le décollage et l'atterrissage (bon OK, de temps à autre, il peut se taper l'hôtesse). Même un président de la République, grisé par les fastes du pouvoir, se fait démonter jour après jour par la presse et ses concitoyens.
     
    Dans une autre vie, j'avais interviewé Raphaël Jacquelin, alors n°1 français au golf. Cela m'avait marqué. Golfeur pro, c'est un métier de rêve. Vous gagnez des millions, vous êtes adulés (pour les top players en tout cas), vous voyagez dans les plus beaux endroits et créchez dans les plus beaux hôtels... Et pourtant, Raphaël me confiait qu'il en avait souvent marre de taper des balles de golf pendant des heures ou de passer ses nuits dans les 5 étoiles, loin de son lit et de sa famille...
     
    Bref, se plaindre que le métier de joueur de poker est parfois lassant, c'est (selon moi en tout cas) se plaindre de vieillir, de dormir toujours avec la même gonzesse, de devoir aller faire ses courses au supermarché, de travailler...
     
    LA LIBERTE : Plus étonnant, Artplay semble presque regretter la liberté que lui offre le poker, voire même estimer que cette liberté est toute relative. Cela l'empêcherait d'être plus actif par ailleurs, de mener à bien ses projets...
    Le métier de joueur de poker offre pourtant une liberté qui est un luxe incroyable. Peu de gens ont cette chance, la chance de pouvoir faire à peu près ce que l'on veut quand on veut, de travailler quand on veut, de se lever quand on veut, de voyager quand on veut, de sortir quand on veut (hos contraintes familiales évidemment), d'être son propre patron, d'être le maître de son existence. Et je n'évoque même pas l'aspect financier.
     
    Beaucoup de gars ici, c'est en tout cas ce que je ressens à travers leurs messages, voient le travail comme une fin de soi, comme un passage obligé vers leur épanouissement personnel. J'ignore s'ils ont torts ou raisons. Perso, je fonctionne de manière totalement différente.
    Pour moi, le travail est un moyen, et surtout pas une fin. Et là où je suis sans doute encore plus minoritaire, c'est que je ne me suis jamais épanoui à travers mon taff. Toujours en dehors. A travers mon temps libre, mes loisirs, mes activités sportives, mes lectures, mes voyages, mes amis, ceux que j'aiment, mes promenades avec mon chien, mes sorties. J'ai pourtant longtemps eu la chance d'excercer un métier qui me plaisait (là encore c'est un luxe offert à une minorité d'entre nous).
     
    Je me suis toujours épanoui à travers les moments de liberté dont j'ai pu disposer. Cette liberté est une chance incroyable. C'est même, à mes yeux en tout cas, un élément plus important encore que l'aspect financier (à condition évidemment de gagner un minimum requis).
    Il y a six ans, je n'étais prêt à quitter mon job qu'en ayant la possibilité de gagner beaucoup plus par ailleurs. Un peu plus n'aurait pas suffi à mes yeux. Aujourd'hui, pour rien au monde je n'aurais envie d'exercer un taf, aussi plaisant ou valorisant soit-il, pour un salaire légèrement supérieur. Quand on gôute à cette liberté, il est très difficile de s'en "libérer" si j'ose dire (vous noterez la figure de style)...
    Ce qui me plaît le plus dans le poker, ce n'est pas la pratique du jeu en lui même, mais la possibilité qu'offre ce jeu en terme de gains et, surtout, de liberté.
     
    Bref, je ne peux concevoir la liberté du joueur de poker autrement que comme un luxe. Lequel requiert toutefois, évidemment, un minimum de discipline en contrepartie. Car dans le cas contraire, cette liberté peut s'avérer dangereuse.
     
    L'ISOLEMENT : C'est une ritournelle, un grand classique dans les critiques que l'on peut lire sur la vie de joueur de poker online. Critique qui peut être fondée si l'on n'a pas de passions ou d'activités par ailleurs. Ou si l'on présente un comportement addictif. Mais dans le cas contraire...
    Pour ma part, je bénéficie de bien plus de temps de libre et vois autant de gens qu'avant. La vraie différence, c'est que je vois plus les gens que j'ai envie de voir, et moins les autres. Là encore, je ne vois que des avantages. Et ne peux m'empêcher d'avoir une pensée émue pour les millions de gens qui ont une vie sociale intense et se coltinent quotidiennement des clients ou des collègues de bureau qu'ils ne peuvent pas encadrer.
     
    Je ne peux enfin m'empêcher de sourire, quand je lis qu'ArtPlay se définit comme une sorte de misanthope sociable, "emm**dé par 90 % de la population". Car je ressens à peu près la même chose que lui... :-)
     
    LA MORALITE :  Vaste sujet.. sur lequel je ne vais pas m'étendre en détail car j'ai déjà écrit un pavé et que j'ai la dalle. Ce qu'écrit Sylvain est intéressant.
    J'ajouterai qu'à partir du moment où l'on a affaire à des adultes consentants entre eux, il n'y a pas grand chose d'immoral. Principe qu'on peut appliquer dans tous les domaines, comme la sexualité par ex.
     
    Ressens-je une forme de pitié ou de culpabilité quand je gagne de l'argent au détriment d'un autre ? Cela a pu m'arriver, mais cela se compte sur les doigt de la main, et toujours en live (jamais online). Peut-être aussi parce que je ressens insctinctivement de l'empathie pour ceux (enfants, adultes, animaux) qui sont victimes d'une injustice ou d'une souffrance, alors qu'ils ne sont pas responsables de ce qui leur arrive, ou ne peuvent strictement rien faire pour l'éviter. Pour les autres, ça m'en touche une sans faire remuer l'autre comme on dit.
     
    Est-ce que l'on reproche à Nadal d'écraser au premier tour de Roland-Garros un gars issu des qualifs alors que celui-ci vit à peine de son sport, le privant ainsi de quelques milliers d'euros qui pourrait lui faire le plus grand bien ? Est-ce que l'on reproche à une entreprise de remporter un appel d'offre au détriment d'une autre entreprise, l'obligeant ainsi peut-être à supprimer quelques emplois... ?
    A ce titre autant s'indigner de la notion même de sport et/ou de compétition.
     
     
    L'UTILITE SOCIALE :  Je vais être encore plus bref. Le travail n'a pas vocation à être utile socialement. Le travail permet de gagner de l'argent. Point.
    Un joueur de poker participe pleinement au développent d'une activité, laquelle crée des emplois (croupiers, services clients, programmeurs, journalistes, etc), au même titre qu'un joueur de tennis par exemple. Tout le monde n'a pas vocation à être pompier ou infirmière, même si ce sont des métiers supérieurement respectables.
    Je ne me reconnais donc ni dans dans ceux qui ont une vision idéaliste et naïve du travail (un métier doit être utile socialement), ni dans ceux qui en ont une vision finaliste (le travail est une fin en soi, on s'épanouit avant tout par le travail).
    Pour reprendre la phrase d'un de nos anciens présidents : "l'existence humaine ne doit pas devenir l'annexe du travail".
     
    Pour conclure, je dirais que le plus difficile dans le métier de joueur de poker, ce n'est ni la lassitude, ni l'isolement... lesquels sont relatifs. Ni le caractère immoral ou inutile socialement du job... lesquels sont infondés. Mais plutôt la difficulté, sur le plan psychologique, de la pratique régulière du poker. Ce jeu est souvent cruel, on ne contrôle pas tout et on doit faire face en permanence à des sentiments d'injustice et de frustration. Ceux qui s'en sortent le mieux et le plus durablement ne sont pas forcément les plus forts techniquement, mais plutôt les plus forts mentalement...
     
    Sur ce, bon appétit !
  25. Like
    icounet got a reaction from WaDouP in Review des casinos "Bretons"   
    Donc, ça n'est pas du tout en Bretagne!!! (Oui je suis très chauvin en ce qui concerne ma région )
English
Retour en haut de page
×