Jump to content
Status Updates

natanoj

CPiste
  • Content count

    2795
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    19

Everything posted by natanoj

  1. Natanoj Trip

    faudra que je t emprunte ce passage c est super
  2. Bye bye la France

    je me suis fait agresser avec ma meuf en plein centre de la vieille ville a 14h C'est vrai qu'il fait chaud et qu'internet était pas toujours au top. Et les prix à Getsmani restent plus que corrects ( j'avais un petit resto à coté ou je mangeais tous les jours pour 3e). Bon, j'ai peut être un avis un peu biaisé car j'avais adoré ma vie à Cartagena.
  3. Natanoj Trip

    Je serai interviewé par Veunstyle ce soir à 20h française sur Twitch ( rendez vous sur ce lien http://www.twitch.tv/clubpokertv à l'heure dite ). Ce sera une interview de deux heures, filmée et diffusée en direct, inédite au cours du voyage par sa longueur, qui donnera l'occasion de revenir en profondeur sur les deux ans de route, l'arrivée à Vegas, le sponsoring, la moto et dans laquelle vous pourrez me poser toutes les questions que vous voudrez. Ne manquez pas ce rendez-vous !
  4. Bye bye la France

    Cartagena, Rio de Janeiro, Lima correspondent bien, mais tu ne pourras pas trop faire le malin avec ton Iphone.
  5. Bye bye la France

    Perso j'ai vécu 2 mois à Medellin, j'ai bien aimé la ville qui contrairement à ce qui a été dit avant est globalement très sûre, si tu t'aventures pas évidemment dans les quartiers chauds des collines. Je ne sais pas vraiment ce que tu cherches mais si c'est du dépaysement, c'est pas forcément le meilleur endroit. Medellin est très développée, probablement la plus développée du pays, métro etc et n'a pas vraiment de quartier historique ( à part Envigado, qui est assez éloignée). En plus de ça elle est gavée, mais alors gavée d'étrangers, pour la plupart américains qui viennent profiter du climat agréable et des femmes mythiques ( réputation un peu surfaite imo, c'est mieux à Cartagena ou à Cali selon moi). Beaucoup de tourisme sexuel, et même quelques scandales de pédophilie. Contrairement à ce que dit Feros, je pense que c'est une ville cool pour vivre, peut être même pour des opportunités pros ( je sais que des tas de ricains font de l'immobilier dans le coin ) mais si tu veux vraiment te sentir en Colombie, il vaut mieux aller à Cartagena ou Cali ( cette derniere étant un peu plus chaude )
  6. Natanoj Trip

    Vous pensez qu'il faut que je modifie mes ranges de shove sur le Main ou au contraire rester optimal à chaque fois?
  7. Natanoj Trip

    Nonon, Vegas c'était la fin du voyage ! Je rentre en France quelques jours après le Main Je suis encore bien rouillé en tournoi. Quelqu'un pour me dire ce qu'on fait dans ce spot ? Tournoi 125$ Caesar Palace, structure turbo, blindes 200/400 antes 25, 8 joueurs à table. Moyenne 12 000 Un joueur récréatif limp en MP (stack 10000) , nous ouvrons ATo en MP2 (stack 7700) On fait quoi? ( si fold, a partir de quelle profondeur on shove, ou on raise, et a partir de quelle range on shove ici)
  8. Natanoj Trip

    Je me suis pas autorise effectivement a devoiler le deal
  9. Natanoj Trip

    Ca fair deux fois que je lis ce nom. Qqun pour m expliquer?
  10. Natanoj Trip

  11. Natanoj Trip

    En lisant vos commentaires ca me fait changer un peu d opinion concernant le staking. Je vais probablement annoncer en parallele une demande demain
  12. Natanoj Trip

    Effectivement sans staking ca s annonce complique. Tu peux detailler un peu comment ca marche ce staking en prenant en compte les impots ? Y en a qui ont déjà fait?
  13. Natanoj Trip

    La priorite a toujours ete le voyage, avant le poker. Au moment du sponsoring il y a 10 mois j etais broke et Everest m a permis de me sauver , rembourser la moto et m aider a continuer pendant toute l Amerique centrale. Les wsop etaient a l époque treeees loins et leurs 10000$ totalement inenvisagables a economiser...
  14. Natanoj Trip

    Il s'agit de donations. Apres avoir discuté avec quelques joueurs, vu que je suis toujours domicilié en France, le problème du staking c'est l'imposition sur les gains potentiels à 50% ce qui me ferait perdre de l'argent en cas de gain L'avantage de la donation, c'est que chacun peut faire un petit don, contrairement au staking qui se fait pour des parts de 100e sur ce genre de tournoi généralement, et vu que je suis suivi désormais par plus de monde hors poker que dans le poker, ça simplifie les choses
  15. Natanoj Trip

    Et voila, le voyage est terminé ! Terminé? Pas tout à fait non... Il ne manque plus qu'à jouer le Main Event... Mais pour cela, j'ai besoin de vous ! Si vous voulez aider, c'est par ici : https://www.leetchi.com/c/wsop2015 Merci !
  16. Mes parents ont loué une baraque dans le Sud de la France et toute la famille, les oncles, tantes et cousins vont y être réunis pendant deux semaines fin juillet afin de rattraper le temps perdu. Puis en septembre paraîtra le bouquin ! Evidemment ship quelque chose serait juste phénoménal, mais j'ai coutume de dire qu'en voyage, ce qui compte c'est le chemin, pas la destination. La grande récompense d'arriver à Vegas, c'est l'expérience de vie incroyable que j'ai vécu pendant les presque 2 ans et demi qu'il m'a fallu pour l'atteindre. C'est sur le feu ! ça va sortir demain ou après demain je pense ! Tout va dépendre du succès du bouquin ( ou de Vegas qui sait ). Si j'arrive à gagner suffisamment pour croire en un potentiel futur professionnel dans l'écriture, le plan c'est de devenir écrivain voyageur oui
  17. Natanoj Trip

    Rio/Las Vegas. 2 ans, 3 mois, 27 jours. Mission accomplie!
  18. Natanoj Trip

    l'interview est cool, et dispo ici ( je passe à la 15e minute ) : http://rmc.bfmtv.com/mediaplayer/audio/rmc-2706-poker-show-219081.html
  19. Natanoj Trip

    sisi c'est passé un peu après minuit je crois natanoj c'est jonathan à l'envers
  20. Natanoj Trip

    Hello tout le monde, c'est le grand jour ! Je pars à Vegas ce soir ! Mais juste avant, je serai sur RMC à minuit précise, pour une dernière interview en direct avant le départ... Disponible ici : http://rmc.bfmtv.com/mediaplayer/live-audio/
  21. moi j'ai trouvé ça cool ! J'arrive demain à Vegas Veunstyle
  22. Real Post

    pas filmé cette fois ci
  23. Real Post

    C'était mon dernier jour au Mexique. Mon dernier jour en Amérique latine. Après 2 ans, 3 mois et vingt et un jours de voyage, je m'apprêtais à enfin traverser la dernière frontière. Celles des USA. J'étais à Hermosillo. La dernière grande ville du Nord. Six cent mille habitants écrasés par la chaleur du désert de Sonora. Une ville tassée, un peu ghetto par endroit, proximité avec la frontière oblige, aux interminables rues où s'enchainaient les maisons individuelles. Des Fords, Walmarts et Macdos un peu partout. Ici, malgré l'espagnol et les trottoirs défoncés, j'avais déjà l'impression d'être aux Etats Unis. J'y étais arrivé en plein été, la pire période de l'année. Avec ma couchsurfeuse, nous restions cloîtrés dans sa chambre toute la journée, complètement amorphes, incapables de faire quoique ce soit sans air conditionné. A 8h du mat, il faisait déjà 30°. A midi, il en faisait 42. Nous commencions à sortir au coucher du soleil. C'était le dernier jour. Je n'avais rien prévu de spécial. Le lendemain, je devais me lever à 6h pour pouvoir voyager avant que le soleil ne soit trop fort. C'était une petite soirée tranquille qui s'annonçait, probablement un film, avec un coucher à 23 heures. Mais j'ai reçu cette notification sur Happn. Pour ceux qui ne connaissent pas, Happn, c'est comme Tinder, sauf qu'apparaissent seulement les profils des gens qu'on a croisés à moins de quelques centaines de mètres. J'avais installé l'application à Mexico quelques jours plus tôt. Dans la ville la plus grande d'Amérique latine, il y avait beaucoup de monde, et ça marchait pas mal. Mais ici, à Hermosillo, je l'avais à peine ouverte puis totalement oubliée. Ce n'était pas l'endroit. Pourtant elle m'a envoyé un salut. Azul. 26 ans. Photographe. Joli sourire, joli corps, du moins sur les photos. Et suffisamment rare ici au Mexique pour être souligné : peau blanche et chevelure rousse. Ca avait fortement l'air d'une couleur. Elle apparaissait blonde sur d'autres photos. Mais ça m'a attiré l'attention. Il était 21 heures, j'étais en plein café avec ma couchsurfeuse et je lui ai envoyé un message : - haha, jamais j'aurais cru qu'il y avait des gens sur Happn ici - haha moi non plus, tu es d'Hermosillo? - Non je suis Français. Je suis de passage, pas plus - Ohh c'est bien ! Tu fais quoi à Hermosillo? - Je me repose quelques jours avant de passer aux USA. Je vais a Vegas dans une semaine pour jouer le mondial de poker. - Ohh super bien, ça a l'air intéressant ! Bien qu'en vérité j'ai jamais joué. Ca serait bien un dîner ensemble avant que tu t'en ailles. Ca avait le mérite d'être rapide et direct. Mais en toute honnêteté, j'avais un peu la flemme. Dans 9 heures, je serais parti. Ca ne rimait pas à grand chose. - J'aimerais beaucoup mais je crois que ça va être compliqué. Je pars demain matin. - Ah j'ai cru que tu t'en allais dans une semaine. - Oui, mais à Vegas. Demain je vais en Arizona. - Oh bien. Bon ben tant pis. ( deux minutes plus tard ) Bonne chance pour le mondial. Je ne sais pas si c'est mon côté gentil, mais je n'aime pas décevoir les demoiselles. Et puis ma couchsurfeuse qui suivait la conversation m'a poussé à l'inviter. Je l'ai fait sans grande conviction. - On peut dîner si tu veux. Aujourd'hui. Seulement on aura pas trop le temps de tomber amoureux - Bien, et où on peut dîner? - Envoie ton whatsapp et envoie là où tu es et je viens en moto. Je peux aller te chercher même si tu veux. - Ca a l'air bien ! Une heure plus tard, j'étais devant chez elle. Un quartier un peu éloigné, des rues en gravier, pas tout a fait fini. Rien de bien fou. Pourtant ça a été une bonne surprise. J'ai senti qu'elle avait tout donné. Elle était bien maquillée, belle, et plutôt sexy. Pas une bombasse, non, elle avait des hanches un peu trop larges, et un cul qui n'était plus de la première jeunesse, mais son petit haut sexy qui s'arrêtait au nombril laissait voir un joli ventre et une poitrine intéressante. Et puis elle était toujours rousse. Jamais je n'étais sorti avec une rousse. J'avais comme une envie de cocher ma liste. Elle est montée sur la moto, m'a dit que c'était sa première fois, et s'est accrochée aux poignées, pas celles de la moto non, mais celles de mon bide qui s'étaient développées à force de manger des tortillas depuis deux mois. On est allés dans un resto pas loin, et on a commencé à discuter. Je lui ai parlé du voyage. Ca lui a plu. Elle m' a montré son boulot. Elle prenaient des photos vraiment cools. On se plaisait. Le reste n'était qu'une question de temps. Elle m'a montré son gamin de deux ans. J'ai été un peu surpris. Encore un peu plus quand elle m'a dit que ça faisait six mois qu'elle n'était sortie avec aucun mec. J'ai hésité à la croire. Elle était vraiment jolie. Sa chevelure et sa peau blanche tranchaient avec les autres filles d’ici et ça me paraissait assez fou qu’elle ne se fasse pas draguer sans arrêt. Quand elle m'a montré son tatouage, j'en ai profité pour garder son bras dans mes mains. Je me suis mis à lui caresser, elle avait l'air d'apprécier puisqu'elle m'a laissé faire, et quelques minutes plus tard, quand elle m'a proposé de demander la note, je l'ai embrassée. Il était minuit. Cela faisait une heure qu'on se connaissait. C'était censé être le moment de se séparer. Je devais être raisonnable, dormir un peu pour être en forme pour le gros trajet qui m'attendait le lendemain, mais rapidement, à mesure que nos baisers se sont enflammés, il est devenu évident que nous allions continuer ensemble. J'avais envie d'elle, et au cas où je n'aurais pas été certain de la réciprocité, quand nous nous sommes assis sur un banc près de la cathédrale, elle m'a oté tout doute qui pouvait subsister : " On doit passer la nuit ensemble". Nous avons évoqués les possibilités qui s'offraient à nous. Je ne pouvais décemment pas l'emmener chez ma couchsurfeuse, ça aurait été grossier et un peu bizarre. Quand elle m'a dit qu'elle vivait dans la même pièce que son coloc gay, j'ai vu mes espoirs s'éteindre. Et puis j'ai pensé au motel. Il ne faut pas confondre le motel avec son homonyme gringo. Ce n'est pas ce préfabriqué sordide posé sur une autoroute comme on en voit dans les films. Le motel est une création typiquement latino américaine. En ces terres étranges qui mélangent catholicisme traditionnel et sang chaud, où tout le monde se doit d'avoir une image irréprochable mais où l'infidélité est devenue un fait culturel, il fallait un endroit discret et élégant pour accomplir les méfaits de tous ces chefs d'entreprise couchant avec leur secrétaire, profs avec leurs élèves, et maris avec leurs maitresses. Le motel est un hôtel de passe à la sauce latine. On y entre en voiture, fenêtre fermées, directement dans un garage qui s'ouvre dans la chambre. On y sort en voiture. Tout est conçu pour que personne, à part le gérant qui prend l'argent, ne puisse apercevoir par mégarde qui va tromper qui. En deux ans, je ne suis jamais allé dans un motel. Je me suis toujours arrangé pour avoir un appart, une cabane, une chambre, un endroit un peu moins ouvertement destiné au sexe. Mais j'ai toujours été curieux de voir à quoi ressemblaient ces lieux de perdition. Elle m'a guidé jusqu'au motel Siglo XXI, 21e siècle. Un endroit qui se veut futuriste et un peu luxueux ... " ne crois pas que je soie une grande habituée des motels hein, c'est juste que je connais celui là". Non non... Je crois rien du tout... Nous sommes arrivés à l'endroit. Un grand portail, des barrières pour obstruer la vue depuis l'extérieur. J'ai payé la meilleure chambre. Quitte à vivre l'expérience, autant la vivre à fond. Et pour 600 pesos ( 40 $, supplément par personne, 100 pesos...) ça valait le coup. Nous sommes arrivés dans une grande allée avec des dizaines de garages, tous fermés. Je n'imagine pas le nombre de couples qui étaient entrain de baiser dans un rayon de 50 mètres. Seule étaient ouverte la porte du 111. C'est là que nous y avons mis la moto, fermés le garage, et montés dans la chambre... Elle était classe, grande. Petit fond de musique mexicaine du Nord. Lumières d'ambiance. Et un énorme jacuzzi au milieu. Nous n'en avons pas profité tout de suite. Près du lit, je l'ai embrassée, lui ai retiré son haut, j'ai voulu faire ça tranquillement et doucement, elle avait l'air nerveuse. Peut être n'avait-elle vraiment pas eu de mecs depuis six mois... Mais il faut croire que malgré le stress, elle avait l'envie. Elle ne m'a pas laissé faire. Elle m'a poussé sur le lit, défait mon jean, et j’ai à peine eu le temps de réaliser ce qu’elle allait faire qu' elle était entrain de me sucer. Elle a fait ça avec passion. Avec beaucoup de motivation et de désir. Elle est allée au fond des choses. Je dois avouer que ma jeune maman était plutôt douée. Je voyais sa chevelure à la couleur indéfinissable à cause de la lumière tamisée, tantôt blonde, tantôt rousse, s’agiter autour de mes hanches, et cette petite nouveauté, après deux ans à sortir exclusivement avec des latines à la peau mate et aux cheveux noirs était des plus excitantes. Au bout d’un moment, j’ai retiré ce qui lui restait de vêtement, et ce qu’elle avait dans la bouche pour enfiler la capote et on a baisé tout de suite. J’avais compris qu’après tant d’abstinence, elle n’avait pas envie de quelque chose de doux et romantique. Elle voulait de la dureté. De la violence. Je lui ai donnée. Ca a été sauvage. Un peu plus tard, en levrette, j’ai à peine été surpris qu’elle me dise “frappe-moi” Ce n’est pas spécialement mon délire, mais cette fois-ci je n’ai pas réfléchi et lui ai donné une énorme fessée. Elle a joui instantanément. J’ai continué un peu, lui ai mis d’autres fessées, mais elle s’est retirée, tremblante, et repue. Il lui a fallu quelques instants pour s’en remettre, et je lui ai proposé d’aller dans le jacuzzi. Quand elle s’est levée, je l’ai enfin vue nue. Elle était belle, et imparfaite. La grossesse avait laissé quelques traces sur son ventre, qu’elle cachait pudiquement. J’ai trouvé ça beau. En attendant que l’eau coule, je me suis mise à la prendre en photo. Elle m’a laissé faire. Je crois bien que ça l’excitait. Ca devait être une sorte de fantasme lié à son boulot. Je lui ai dit que j’allais raconter notre histoire, publier ses photos, et l’idée a semblé lui paraitre excellente. J’ai tout de suite pensé que ça plairait au real… Dans le jacuzzi, nous nous sommes assis face à face. Puis je l’ai rapprochée de moi et lui ai rendu ce qu’elle m’avait offert quelques minutes plus tôt. Elle n’était pas rousse en bas. Je ne sais pas trop ce qu’elle était à vrai dire. Il n’y avait pas un poil pour le vérifier. Elle s’est remise à jouir très rapidement, puis elle a voulu baiser ici, sans capote, et bien que l’envie fut grande, j’ai réalisé que nous nous connaissions depuis trois heures et que c’était probablement un peu prématuré. On a trouvé de quoi compenser. Elle m’a rendu ce que je lui avais donné quelques instants plus tôt. Comme si elle voulait toujours avoir un coup d'avance. Il y avait des miroirs partout dans la pièce, et je me voyais dans leur reflet, assis sur le bord du jacuzzi, elle dans l’eau, dégustant avec gourmandise les plaisirs de la vie. J’avais l’impression d’être dans un film de cul. Ca s’est terminé ici, dans l’eau, dans sa bouche. On est restés un moment au milieu de la mousse, à se reposer de tant d’émotions, et apparemment elle en voulait encore… “ C’est ta dernière nuit au Mexique ! C’est ta dernière nuit en Amérique latine ! tu veux quoi? Je ferai ce que tu veux. Tu peux me faire tout ce dont tu as envie”. J’ai pris sa proposition à la lettre, et on s’est finalement endormis vers 3 heures, épuisés. Je me souviens m’être réveillé un moment dans la nuit, excité malgré moi de dormir à côté de ce corps nu, et d’avoir remis une dernière couche pour la route, et finalement le réveil a sonné à 6 heures du mat. Nous avions à peine dormis mais il fallait se lever. Nous nous sommes douchés et habillés rapidement et je l’ai raccompagnée chez elle où nous avons pris un petit dej de spaghettis. - Il faut vraiment que j’y aille maintenant - S’il n’y a pas le choix... Elle m’a raccompagné jusqu’à l’entrée. Ses yeux brillaient. Je ne sais pas si c’était la fatigue ou autre chose. Nous nous sommes embrassés une dernière fois. Ca n’avait duré qu’une nuit. C’était l’unique et dernière fois. Nous le savions tous les deux. Elle s’est posée dans l’encadrement de la porte, et je ne sais pas pourquoi, mais cette image a été tellement puissante que j'ai voulu prendre une photo. En la voyant ainsi, à a fois triste et souriante, alors que j’étais juste heureux d’avoir passé une belle nuit, et déjà excité de partir, j’ai eu une étrange impression, cette sensation que oui, j’étais vraiment devenu quelqu’un d’autre au cours de ce voyage. J'ai démarré la moto. Elle s'est approchée de moi, m'a embrassé dans le cou, et m'a murmuré à l'oreille : - Exitos ( succès ) - Merci ! Bonne vie ! Et je suis parti. Elle m'a suivi du regard, puis j’ai tourné au bout de la rue et suis rentré chez ma couchsurfeuse pour récupérer mon sac. J’ai fait mes adieux à elle aussi et me suis lancé plein Nord. Il était 7h30 et il faisait déjà 32°. Les six heures de trajet jusqu'à la frontière s'annonçaient difficiles... Ce fut ma dernière nuit au Mexique. Ma dernière nuit en Amérique latine. Après deux ans, trois mois et vingt deux jours de voyage, je suis enfin rentré aux Etats Unis.
  24. Natanoj Trip

    USA !
  25. Natanoj Trip

    tu ne crois pas si bien dire... j'ai eu une idée géniale, mais il est trop tôt pour en parler et j'ai pas envie de me la faire piquer donc il faudra attendre 2 ou 3 ans, mais je suis prêt pour le succès mondial
English
Retour en haut de page
×
partypoker : Hallowheel
partypoker : Hallowheel