Jump to content
Status Updates

M1KDO

CPiste
  • Content count

    198
  • Joined

  • Last visited

About M1KDO

  • Birthday 13/03/1984

Informations générales

  • Prénom
    laurent
  • Sexe
    Homme
  • Ville de résidence
    Sherbrooke

Recent Profile Visitors

39409 profile views
  1. Tant que je gagne, je joue :)

    Que c'est agréable de gagner quand on est devant Du coup j'ai monté de limite pour entamer le niveau 2 de mon challenge. Me voici en 2$ sur cette nouvelle room (Bet365). Mes indicateurs principaux sont à la hausse et surtout pour le moment, je survol les HU. Je pense que c'est vraiment le genre de période qu'il faut optimiser, en étant plus concentré que jamais. L'objectif est d'aller chercher la 5 le plus rapidement possible tant que la variance est avec moi.
  2. Vos papiers s'il vous plait

    L'expatriation n'est pas un long run tranquille. Pour venir étudier au Québec, sans accompagnement, je suis passé par un monde administratif complexe, ou chaque papier rempli est assorti d'une longue et stressante attente de validation, avant de passer au suivant. Cela me fait penser à la chanson de Jacques Brel : "au suivant". La procédure est longue, et un peu coûteuse. Dans mon blog, concernant ce projet, (je ne donnerai pas le lien ici, ce n'est pas le sujet), je tiens particulièrement à expliquer les côtés moins faciles d'une expatriation, car trop souvent, les retours d'expériences semblent centrées autour du rêve. Ce qui est particulièrement épuisant au Québec, c'est la variance générée par les décisions politiques. Je veux dire, avant de valider un permis, quel qu'il soit, un candidat à l'immigration signe un deal avec le Canada. Je me suis engagé à respecter certaines règles, j'ai donné pas mal d'argent, et en retour, le Canada me donne une perspective d'avenir, autour d'étapes à valider de nouveau. Cependant, ces règles peuvent changer à tout moment. L'expatrier signe un contrat, qui ne doit être respecté que par un seul des parties. Aujourd'hui encore, de nouvelles règles viennent complexifier la procédure, et celles-ci deviennent extrêmement problématiques. Jusqu'à présent, lorsque le Canada accepte de vous délivrer un permis d'étude, votre conjoint, ou conjointe, bénéficie d'un permis de travail ouvert. Lorsque l'étudiant obtient son diplôme, il bénéficie alors d'un permis post diplôme, lui permettant de rester sur le territoire, d'un temps correspondant à la durée de ses études + une année. Son ou sa conjointe voit alors son permis de travail renouvelé, pour la même durée que le diplômé. Cependant aujourd'hui, cette règle va peut-être changer, en cours de route. Plus de permis de travail renouvelé, ce qui signifie, nous gardons l'étudiant, mais votre conjoint(e) rentre dans votre pays d'origine. C'est absolument abominable, nombre d'étudiants se sont séparés de tout biens avant d'arriver, leurs dossiers étant validé par le Canada. Et ces étudiants sont venus avec femme, mari et enfant. Ne plus pouvoir travailler, c'est la précarité assurée, l'assurance maladie qui disparaît, bref, un beau bad-beat. Une des beautés du poker, c'est que ce jeu est constitué de règles, qui sont les mêmes pour tous les joueurs. Chaque joueur, chaque joueuse, bénéficie de conditions de jeu fixées avant le début de la partie. Ces règles sont les mêmes pour tous, elles ne changeront pas en cours de route, et les tricheurs, lorsqu'ils sont démasqué, sont immédiatement lynchés par la communauté de joueurs. Cela est normal, ce sont ces règles qui rendent ce jeu pérenne, couplé avec l'appât du gain. En ce moment, j'ai le sentiment que le Canada est en train de tricher, et difficile de l'expulser de la partie. De mon côté, cela m'enlève tout simplement l'envie de jouer. Je respect mon contrat, avec mes imperfections bien sur, mais je ne triche pas, j'essaie de gagner en respectant les règles. Aucun regret vis à vis de mon expatriation, je suis bientôt diplômé, et je vais pouvoir travailler dans mon nouveau domaine, le plus rapidement possible de manière autonome. Aujourd'hui, je pense très souvent à revenir en Europe, pourquoi pas pour profiter du soleil de Catalogne, de sa gastronomie, et de son ambiance festive. J'ai commencé à apprendre l'espagnol, car généralement, quand j'ai un début d'idée en tête, je travaille fort pour pour la développer. Pour les puristes, je sais que l'on parle catalan en Catalogne, mais il faut bien démarrer quelque part. Je lisais le bouquin de Eric L'archevêque dans la semaine. Il explique qu'une idée n'a aucune valeurs en soit, elle prend de la value au fur et à mesure de son développement. Mon idée, c'est la vie, je continuerai à la développer, pour qu'elle prenne de la valeur.
  3. Fin du bad-run ?

    Salut ! Il semblerait que ce bad-run qui me collait à la peau comme un parasite malveillant est choisi d'aller emm**der quelqu'un d'autre. Pour preuve, j'ai commencé à gagner des 70/30, ce qui n'était pas envisageable jusqu'à alors Mes indicateurs vont dans le bon sens, et mon challenge progresse, puisqu'il ne me manque qu'une dizaine de BI pour aller jouer la 2 euros. Le point faible concerne mon défi Martingraal. J'ai le sentiment d'être un punching-ball laissé dans une classe de maternelle. Il va finir par manquer des plumes. Objectivement, les résultats sont nettement plus satisfaisants lorsque je me fais confiance. Les micros micros micros limites sont pavées de mauvaises intentions. Jouer full value n'est vraiment pas une mauvaise idée. Finalement, la red-line se construit en HU et particulièrement en SB HU, inutile de vouloir représenter quelque chose en 3 ways, le récréatif joue sa main, et à défaut il veut juste connaitre la vôtre... Autant lui faire payer très cher ce privilège lorsque je suis en value A bientôt pour la Martingraal, ou plutôt mon lynchage journalier.
  4. New-York - épisode 2

    Lors du dernier épisode, nous venions de payer le chauffeur de taxi en dollars US, canadiens, interac etc. Enfin sur Manhattan, et après une belle nuit blanche, cumulée au stress de l'annulation du transport et de tout ce que cela avait engendré, nous ne voulions qu'un endroit ou nous poser. L'idée était de s'asseoir dans un café, de brancher nos téléphones et d'attendre le début d'après-midi pour rejoindre notre appartement à Brooklyn. Nous ne savions pas alors que trouver un siège, et plus encore, une prise sur l'île de Manhattan, était moins facile que choper un jackpot sur Betclic. Nous avons marché, marché, et encore marché, sans résultat. Centre commercial, starbucks, café du coin, rien, nada, nothing. Sur cette île, il semblerait que les travailleurs et habitants ne se posent jamais. Ils et elles marchent, café à la main, sandwich dans la bouche, travail dans la tête. Dans toutes les séries, les protagonistes se retrouvent dans un café ou un bar à New-York, attablés avec trois ou quatre ami(e)s. Ils restent parfois là pendant des heures et recommandent même du café ! Les séries, ce n'est pas la réalité, sans blague ? Finalement, nous avons directement rejoins notre location, à Brooklyn, en métro. Ça, paradoxalement, j'ai aimé. Nous étions enfin parmi les vrais gens, dans leur quotidien, en prenant le métro à New-York bordel ! Notre hôte, une fois à Brooklyn, s'est montré adorable. Père d'une petite famille gagnant sa vie en gérant un petit local d'imprimerie, et de livraison de colis. Le papa a refait tout le haut de leur logement pour le convertir en un grand espace de quatre chambres, et en son centre un espace de vie moderne, et très confortable. Ce qui dénote clairement avec le quartier, je dirais, dans son jus. J'ai adoré cet environnement, très populaire. Nous avons eu le plaisir d'assister aux chants d'une messe gospel en pleine rue, ce qui valait largement tous les buildings s'élançant toujours plus haut dans le ciel de l'île de Manhattan. Globalement, je n'ai pas vraiment apprécié New-York. Je sais que cette affirmation peut paraître un peu déconnectée. J'ai la chance d'avoir visité New-York, et j'en suis bien conscient. Cependant, je pense que cette ville ne mérite pas une semaine de présence. Elle doit rester une étape d'un road-trip par exemple. Si je dis ça, c'est également parce que je vie à actuellement quelques heures de route de la statue de la liberté. Mais je me mets à la place d'un couple, ou d'une famille prenant des billets en provenance d'Europe. Cela constitue un budget considérable, et je pense qu'il y a des villes bien plus excitantes à visiter, tels que Los angeles, San Francisco, Miami... Les buildings, ça va un moment Puis le retour, qui aurait pu être encore plus catastrophique ! Le jour du départ, au matin, je ne sais pas pourquoi, mais j'ai subitement l'idée de chercher si la compagnie de bus flixbus propose un système de tracking de ses voyages. Et oui, jusqu'à présent, je passais par le système de réservation, et j'avais constaté que notre bus était bien proposé à l'heure indiquée et qu'il était sold-out. Donc, dans ma tête bien innocente, tout allait bien. Mais sur l'application de tracking, s'affichait un méprisable ; canceled. Sans avoir trouvé cette application, nous aurions attendu, vers 22 heures en plein Manhattan, en extérieur, un bus qui ne serait jamais arrivé. C'est reparti, aucun bus de disponible pendant trois jours, et cette fois nous sommes seuls. Nous étudions toutes les possibilités, il n'y en a qu'une, prendre l'avion. Pour un vol d'un peu plus d'une heure, qui va nous coûter une fortune. Disons une grosse blinde pour Yoh viral. Nous avons réussi à obtenir les deux derniers sièges. Enfin de la chance ! Puis, l'avion étant full, nous nous sommes proposés pour laisser nos bagages cabines en soute, ce qui nous a permis de monter parmi les premières dans l'avion. En cette période de bad run, on prend tout, même la plus petite attention. Tout s'est bien passé, et nous sommes tranquillement rentrés dans notre petit appartement québécois, calme, un café à la main, observant la neige enfin s'abattre sur cette belle province canadienne. Tout est cher qui finit bien, la prochaine fois, ce sera au soleil ! À bientôt
  5. Chose promise, vidéo due, j'ai posté ma première création sur Youtube. J'avais annoncé de la transparence, je pense que dans cette vidéo, vous pouvez voir à travers. Clairement pas mes meilleurs parties, et montrer quand ça se passe pas bien, me permet aussi de sortir de ma zone de confort. Ici aucun trucage, essayez de pas être trop méchant. Pour ce qui est de la qualité, je n'ai jamais fait de montage vidéo, je débute totalement, et je vais m'améliorer avec la répétition. J'espère au moins qu'une ou deux personnes trouvera ça sympa A très vite ! EDIT, la qualité est vraiment dégueulasse, je vais tenter d'améliorer ça. Vidéo de la martingraal
  6. Mi-Janvier ça run bad

    Salut Une dizaine de jours peu intensifs en terme de grind, je privilégie toujours ma formation, et pas grand chose à se mettre sous la dent. Je joue sur Bet365 au Québec, après avoir passé pas mal de temps sur PS.com. L'algorithme est foiré ou quoi ? Comment est-ce possible de prendre autant de set-up et de bad consécutivement ? Pour me faire travailler la résilience peut-être ? Vraiment, j'essai d'être le plus objectif possible, en premier lieu, je pars du principe que je fais n'importe quoi, puis j'analyse un peu quand même, pour me rendre compte que la vie d'un joueur de sng jackpot n'est pas faite pour celles et ceux qui souhaitent garder leurs cheveux. Bon, moi je n'en ai plus, ça règle problème. Bref, je ne vais pas passer mon temps à whine, et puis je n'ai absolument choppé aucun jackpot sur cette room en presque 2000 games, rien au dessus d'un *8, donc ça va bien finir par tomber ! Les résultats sont donc pour le moment assez décevant, surtout en étant habitué d'afficher de belles courbes, notamment sur PS.com, c'est terminé tout ça, je me fais défoncer par le field de la 1 euro, qui doit se payer de bons restaurants sur ma résilience Deux tableaux pour synthétiser ce qu'il se passe pour le moment. Je défonce mon field en HU, je me fais défoncer en BB 3 ways. Va falloir bosser tout ça, même si globalement, j'ai le sentiment de jouer le field le plus faible que j'ai pu rencontrer jusqu'à présent, ce qui est encore plus honteux pour moi, lorsque j'analyse certaines de mes stats. J'ai promis la transparence, je ne peux pas faire mieux. A noter tout de même, un run de - 30 000 jetons sous l'EV ever sur cette room, ça aide pas ! A très vite Laurent
  7. Et en attendant

    Il s'avère que les fêtes de fin d'année ont été particulièrement riches en évènement Avec ma chérie, nous elle avons a organisé un séjour d'environ une semaine à New-York, (elle est agente de voyage, donc généralement, je me contente de dire ;"oui chérie ça m'a l'air parfait"). Notre groupe d'ami(e)s de France devait nous rejoindre également. Sur le papier, cela semblait être une bonne idée, même si j'avais quelques réserves concernant la période. Nous devions partir le soir du 25 décembre en bus, et revenir le soir du 1er janvier, toujours en bus. Evidemment, cela ne s'est pas tout à fait passé comme prévu. Nous habitons à environ six heures en voiture de New-York, cela semble à la fois si près, mais aussi si loin en fonction des circonstances. Pour prendre le bus, nous avons rejoins Montréal, direction la gare de Berri-UQUAM. La plupart des bus partent d'ici. Je regarde l'écran qui fait peur ; celui sur lequel est affiché on time, delayed, et le redouté canceled. Dans le cas présent, il manquait la mention on ne sait pas, dém**dez-vous. A notre arrivée, l'écran affichait on time, et un bus arborant fièrement Greyhound, la compagnie nous ayant vendu les billets, attendait patiemment sur la ligne 15, celle à direction de New-York. Et bien il semblerait que tout se passe bien finalement. Le départ est prévu pour 22 heures, la voix du micro de la gare demande à tous les passagers de rejoindre la ligne 15 pour se préparer à l'embarquement, 40 personnes attendent donc en ligne, impatient de monter dans le bus, de brancher leurs différents appareils de divertissement, et de s'endormir pour rêver de leur destination finale, Neeeeew-Yoooork ! Calme toi Alicia Keys, c'est pas pour tout de suite. 22H30, rien ne se passe, le bus ne bouge pas, et la destination affichée sur l'écran de la ligne 15, affiche un départ aux alentours de minuit. Mais surtout, ce n'est plus du tout notre numéro de voyage. Un agent Greyhound est présent juste derrière nous, dans un petit bureau ressemblant à une boite de décoration. Et croyez-moi, il fait vraiment uniquement figuration. Le pauvre gars ne peut répondre à aucune de nos questions. Si, il est certain d'une seule chose, même si c'est Greyhound qui nous a vendu le billet, le trajet est assuré par Flixbus, donc il n'a aucune information concernant l'organisation de cette compagnie. Un peu après 22H30, l'ensemble des passagers reçoit un mail éloquent, le trajet est supprimé, désolé les amis, nous n'avons aucune solution à vous proposer, on vous enverra un remboursement dans la semaine, passez de bonnes fêtes. Il se trouve que notre bus n'a jamais été présent en gare, c'était déjà un autre trajet qui attendait tranquillement en ligne 15. Mais cela n'a plus aucune importance, il est presque 23 heures, nous devons absolument être à New-York le lendemain matin, ayant réservé les hôtels, mais surtout parce que nos amis sont eux en route, ou en vol du moins, et qu'ils dépendent de nous à la fois pour pouvoir communiquer sur place, et pour le booking des logements. Ma chérie me dit, il faut louer un voiture, à 23 heures, un 25 décembre, pour aller rejoindre New-York. Cela me semble une excellente idée. Réflexe de voyageur (nous avons voyagé un an en 2018/1019), je me place au milieu de la foule, prépare ma voix la plus convaincante, et annonce sans trop de conviction, qui souhaite louer un véhicule avec nous ? En quelques secondes, 12 personnes sont autour de nous, et j'envisage de me présenter aux élections municipales de Montréal. Mais dans leurs regards, mon read affiche stress, peur, fatalité, et beaucoup d'attente. OK, quoi qu'il arrive, nous allons à New-York. Nous proposons à tout le monde de rejoindre l'aéroport de Montréal, nous pourrons y trouver voitures de location, avions, et ... taxis. La mini foule acquiesce, mais de toute façon, si nous avions proposé de louer un cheval, les 12 personnes se seraient sans doute porté volontaires pour construire la charrette qui va avec. Et aucune critique, à la place des gens à ce moment-là, il est fort probable que j'aurais eu la même réaction. On appel un Uber X, qui nous permet de rejoindre l'aéroport accompagné de quatre autres personnes ; une maman avec sa fille arrivant de Ottawa, et deux copines, en provenance de ... Bordeaux, soit ma ville française d'origine.... Le monde est vraiment riquiqui. Le reste du groupe a choisi l'option bus ; la navette qui fait chaque jour Berri-UQUAM - YUL. De notre côté, nous préférons arriver le plus vite possible, 40 personnes sont en galère pour rejoindre New-York un 25 décembre, les places vont être chères, je préfère avoir le plus d'options possibles en arrivant. A l'aéroport, le deuxième groupe négocie une voiture de location, pendant que ma chérie converse avec un chauffeur de taxi, nous devons aller à New-York monsieur. A ma grande surprise, les taxis officiels (oui j'élude la partie ou les taxis improvisés tentent de nous prendre dans leurs filets pour le triple du prix officiel) trouvent la situation assez habituelle. Il ne reste plus qu'à négocier les prix, comparer avec le coût d'une location et les tarifs des avions. Clairement, le taxi est bien plus abordable. Sans compter les frais d'essence, de péage, le risque d'une collision, la fatigue etc. Nous nous en tirons pour 270 dollars canadien par personne. Franchement, un 25 décembre, c'est pas si pire. Et voilà deux taxis en route pour New-York, la nuit du 25 décembre, à l'approche du poste frontière de Blackpool. Assez amusant d'expliquer au douanier américain, que ce taxi est composé de 6 passagers qui ne se connaissent pas, à destination de New-York, et qu'un autre de même composition arrive en arrière. Mais finalement, chacun ayant préparé en amont la paperasse administrative (ce qui plait bien aux agents, good job boy), cette étape est vraiment très rapide. Le reste de la route sera un peu plus sportif. Me retrouvant à la place du mort, et mon read affichant cette fois beaucoup de fatigue dans le regard du chauffeur de taxi, je me retrouve à chercher des sujets de conversations inintéressants, dans le seul but de le maintenir éveillé. Je n'ai vraiment pas envie de poser le pied dans un hôpital aux USA. Cette petite aventure se termine sur l'ile de Manhattan, en face d'un MacDonald, à chercher le moyen de payer le taxi en dollars canadiens, n'ayant pas pensé en amont à cette donné pourtant toute simple : aux USA, c'est des dollars américains. Bon bein, notre chauffeur aura des dollars américains, quelques virements Interac (pour les québécois ...) et je l'espère une bonne sieste avant de repartir. Globalement, je pense qu'il a fait une bonne journée ; pas de compteur allumé, des messages avec son responsable en catimini, ça sent le net d'impôt tout ça ! Je sais bien que cette anecdote n'est pas non plus exceptionnelle, mais à mon petit niveau, elle reste marquante, et j'avais envie de là partager. Peut-être pourrais-je là relire d'ici quelques années, lorsque mon cerveau aura déformé nombre de souvenirs. Si au passage, cette histoire vous aura au moins fait sourire un peu, c'est encore mieux ! Et puis ne n'est pas terminé, il fallait bien rentrer à Montréal, et vous savez quoi ? Tout ne s'est pas passé comme prévu
  8. La martingraal

    Hey, salut comment ça va ? Du temps est passé, la passion est restée, les jackpots sont arrivés, j'ai plus de rimes en é ... J'explique à la fin de cette présentation, le concept de ma Martingraal ^^ Formé par une stable, j'ai découvert le format expresso, avec un certain succès. Cette superbe expérience m'a définitivement convaincu d'approfondir le travail pour aller le plus loin possible sur ce format. Cependant, j'ai déménagé au Québec pour suivre une formation professionnelle. Ceci étant ma priorité, le temps que je peux consacrer à la fois au travail, et au jeu, reste bien trop limité pour me fixer des objectifs ambitieux, du moins à court terme. C'est pourquoi cette année, je me lance dans un défi relativement standard : monter une BR en partant de rien. Petit topo des paliers, en fonction de mes précédents résultats En dessous de la 5$ --- 90 de CEV 10$ --- 60/70 de CEV C'est pas fou, y a du travail, mais avec un sample suffisant, cela me permet de me définir ces fameux paliers : - 1$ : 100 BI - 2$ : 100 BI - 5$ : 150 BI - 10$ : 200 BI Cela me semble OK, du moins si j'arrive à gagner mes 70/30, parce que en ce moment, j'ai l'impression que c'est des 40/60 ... La Martingraal Le défi fil rouge qui accompagne mes sessions, et me permet de gambler un peu ! Avant chaque session, la martingraal constitue mon échauffement, tout simplement, je lance une partie à 1$, et à chaque fois que je gagne, je joue une partie de la limite au dessus. Le graal étant la 50$, que je n'ai jamais encore eu l'occasion de jouer. Je vais filmer chacun de ces échauffements, en faire un montage, et les diffuser sur Youtube, si possible chaque semaine. Voilà, tout ceci est vraiment pour le fun, pour le plaisir. Une fois la BR montée, je me fixerai de nouveaux objetifs, cette fois sans doute plus ambitieux ! A très vite !
  9. Deal sur les Twisters

    Perso quand ça deco, je passe par partage de connexion sur mon smartphone et ça fonctionne si c'est pas un bug général. pour autant je n'ai pas de problème réseau maison à ce moment-là, pas d'explication mais ça fonctionne ^^ comme pour le mdp, je le rentre, je clique sur "afficher le mdp" et ça marche quand ça bug à la base.
  10. [Triche] Winamax - Deyra Ivan

    La dernière fois où j'ai été choqué comme ça, Zinedine Zidane foutait un coup de boule à Materazzi 😟
  11. Bonjour, Cela fait un moment que je n'ai pas posté mais une idée de base assez banale est venue me donner envie. Envie de jouer, envie de travailler, envie de créer un groupe ... Je recherche donc des joueurs motivés, souhaitant travailler le format sng Jackpot en partant des bases. Autrement dit, tous les niveaux sont acceptés. Le but est de contituer un groupe solide, motivé, solidaire, assidu. Le nombre de places est limité. Une fois ce groupe constitué, les candidatures ne seront plus acceptées, sauf si nous perdons un membre. Contactez-moi en privé pour obtenir plus d'informations !
  12. Le thread du MMA

    Conor vs Khabib serait énorme et à la fois frustrant. Khabib va defoncer CMG au sol et le striking sera probablement inexistant. En tt cas en effet les combats à venir sont prometteurs.
  13. Pythonio et Don Revie - Club Poker Radio S09E22

    OMG mon pytho, complètement bourré ^^ tu m'a bien fait rire, sur la fin t'a subit !
  14. Y a pas de posters chez moi, eventuellement des photos de famille. On peut critiquer sans probleme mais se foutre de sa gueule quand on joue en NL2 je trouve ça un peu con oui. (meme quand on joue en NL20... ) Bruel jouait au poker bien avant que des petits genies du net se penchent sur le sujet, donc oui son jeu est bourre d'aproximations et de lacunes mais il merite je pense un peu de respect.
  15. Euh juste une chose, combien d'entre nous et d'entre vous ont gagné un bracelet ?
English
Retour en haut de page
×