Jump to content
Status Updates

utopike

CPiste
  • Content count

    8559
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    29

Je les aime

Je ne les aime pas trop


Ils m'aiment

Ils ne m'aiment pas trop

Reputation Activity

  1. Like
    utopike got a reaction from ub87 in Federer encore et toujours   
    Tout est dans le titre.
    Et hop, un 16 ème tournoi du grand chelem, en 3 sets, contre l'homme en forme du moment, l'écossais Andy Murray qui ne démérite aux vues des deux semaines passées à Melbourne.

    Alors que certains le disait sur le déclin lors de sa saison 2008... il faut dire qu'il n'avait gagné qu'un grand chelem, fait 2 finales et une demie... une "mauvaise année" pour le suisse. Lorsqu'il commença 2009 par sa défaite a l'open d'Australie en finale contre Nadal, beaucoup ont décrété que ses belles années étaient derrière lui, qu'on ne reverrait pas Federer au sommet. Il était cependant difficile d'imaginer une telle saison 2009, ou le suisse a enfin réaliser les derniers exploits qui lui manquait: gagner rolland garros (et donc faire partie des très rares joueurs qui ont gagné au moins une fois chaque GC), mais aussi reprendre son fief londonien pour battre enfin le record de sampras en gagnant son 15 eme GC.

    Et maintenant... On se dit qu'il a tout fait, qu'il joue encore bien. Il laisse un peu la finale de l'US open lui échapper... mais il a toujours les crocs, la preuve en image, cette finale rondement menée.
    Quelle saison se prépare? Peut-il faire encore mieux? Un vrai GC, les 4 tournois de suite? Je ne pense pas, mais avec lui, on ne sait jamais.
  2. Like
    utopike got a reaction from Foulhoose in Le ridicule peut-il tuer?   
    Up.

    Une petite histoire qui m'est arrivé aujourd'hui.
    Super poto s'est foulé la cheville, il est dans la m**de. Bon, son boulot, il l'a un peu cherché, c'est un truc qui implique des trucs relous genre aller chercher des gros cartons de flyers pour les distribuer ensuite dans des lieux stratégiques. Ils font tout a vélo les fous.
    Mission d'urgence, aller chercher des gros cartons bien lourds à l'autre bout de Paris, je rend service. Et puis j'ai pas le permis, donc je vais faire selon la méthode traditionnelle, en vélo.

    Je met un réveil à 9h, arrive a 10h chez les copains qui sont des zombis, normal. Je pars une heure plus tard avec un vélo qui semble de qualité.
    Mais la, dès le début, ça plante. Je le sent pas. J'ai impression de mal avancer, mal tourner. Je débloque un peu la situation en forçant. J'ai l'impression d'arracher la lampe de devant au passage, bizarre. Tout est fichu à l'envers sur ce fichu vélo, je dois me servir des pouces pour freiner, imaginez-vous le bordel. Je comprend rien aux vitesses non plus. Et mes genoux tapent parfois le guidon.

    Arrivé aux 2/3 du chemin, arrêté à un feu rouge, un mec genre "dynamique" vient me voir. Pourquoi y'a toujours un random pour venir me parler quand je trime et que j'ai pas que ça a foutre?
    "
    -excusez-moi monsieur, puis-je vous poser une question?
    -oui.
    -vous faites exprès de rouler avec le guidon à l'envers?
    "
    Il profite des 2 secondes ou je me perd dans un profond néant pour tourner mon guidon dans le bon sens, ce qui illuminera ma journée.

    "
    -Merci
    "
  3. Like
    utopike got a reaction from PedroGuitou in Votre pire rencard foiré ?   

  4. Like
    utopike got a reaction from deux oreilles in Il était une fois Caracas   
    Et dire qu'on m'a chié un cake car j'allais avoir des rapports non protégés avec une femme...
    Prends soin de toi OP, un thread rafraîchissant !
  5. Like
    utopike got a reaction from deux oreilles in Il était une fois Caracas   
    Et dire qu'on m'a chié un cake car j'allais avoir des rapports non protégés avec une femme...
    Prends soin de toi OP, un thread rafraîchissant !
  6. Like
    utopike got a reaction from deux oreilles in Il était une fois Caracas   
    Et dire qu'on m'a chié un cake car j'allais avoir des rapports non protégés avec une femme...
    Prends soin de toi OP, un thread rafraîchissant !
  7. Like
    utopike got a reaction from deux oreilles in Il était une fois Caracas   
    Et dire qu'on m'a chié un cake car j'allais avoir des rapports non protégés avec une femme...
    Prends soin de toi OP, un thread rafraîchissant !
  8. Like
    utopike got a reaction from deux oreilles in Il était une fois Caracas   
    Et dire qu'on m'a chié un cake car j'allais avoir des rapports non protégés avec une femme...
    Prends soin de toi OP, un thread rafraîchissant !
  9. Like
    utopike got a reaction from deux oreilles in Il était une fois Caracas   
    Et dire qu'on m'a chié un cake car j'allais avoir des rapports non protégés avec une femme...
    Prends soin de toi OP, un thread rafraîchissant !
  10. Like
    utopike got a reaction from deux oreilles in Il était une fois Caracas   
    Et dire qu'on m'a chié un cake car j'allais avoir des rapports non protégés avec une femme...
    Prends soin de toi OP, un thread rafraîchissant !
  11. Like
    utopike got a reaction from deux oreilles in Il était une fois Caracas   
    Et dire qu'on m'a chié un cake car j'allais avoir des rapports non protégés avec une femme...
    Prends soin de toi OP, un thread rafraîchissant !
  12. Like
    utopike got a reaction from deux oreilles in Il était une fois Caracas   
    Et dire qu'on m'a chié un cake car j'allais avoir des rapports non protégés avec une femme...
    Prends soin de toi OP, un thread rafraîchissant !
  13. Like
    utopike got a reaction from deux oreilles in Il était une fois Caracas   
    Et dire qu'on m'a chié un cake car j'allais avoir des rapports non protégés avec une femme...
    Prends soin de toi OP, un thread rafraîchissant !
  14. Like
    utopike got a reaction from deux oreilles in Il était une fois Caracas   
    Et dire qu'on m'a chié un cake car j'allais avoir des rapports non protégés avec une femme...
    Prends soin de toi OP, un thread rafraîchissant !
  15. Like
    utopike got a reaction from Elorion in Real Post 2   
    Y'a eu une fete chez moi. Environ 30 personnes, dont une bonne moitié de Normand, de rouennais. Déja, les rouennais, tu les reconnais maintenant, à 10h30, c'est ceux qui sont encore levés, un verre à la main, j'ai du respect.
     
    Une discussion rigolotte, un mec m'explique qu'il est pas du tout jaloux, alors je lui ai demandé si ça le dérangeais pas que sa meuf me suce, devant sa meuf. Il a bredouillé un truc à peu près cohérent, elle a rougi la coquine, elle a pas dit non, mais bon, elle m'a pas sucé non plus
     
    Sur ce, c'est parti pour 8h de vélo, un petit 100km de livraison, 2g dans chaque bras, environ zero heure de sommeil, si vous avez pas de nouvelles, je suis passé sous un camion.
    La bise.
  16. lol!
    utopike got a reaction from Ferris Bulleur in Real Post   
    non
  17. Like
    utopike got a reaction from InkredSkies in Le gamble d'une vie.   
    Je commence par les remerciements, au diable les conventions.
    Merci à Skip, ce balla, pour cette idée de chouette titre.
    Merci à FonkyBoy, ce No Life, pour cette idée de chouette thread. Je t’ai pris au premier degré, une fois n’est pas coutume.
     
    Je préviens, il s’agit d’un thread d’attention whore.
     
    Les réguliers du real sauront de quoi il s’agit. Mais je me dois de situer le contexte, pour l’éventuel lecteur égaré, attiré par ce chouette titre.
    Le 21 aout dernier, je reçois le mail d’une jeune fille rencontrée deux ans plus tôt dans la capitale argentine Buenos Aires. Mail sans objet, au contenu simple, mot pour mot : « Thierry, aun vives ? J ». Signifiant : Thierry, t’es encore en vie J?
    Mail auquel je réponds dès que je le découvre, à savoir le 11 septembre dernier. Car aussi étonnant que cela puisse paraître, je ne suis pas très attentif aux mails et autres réseaux sociaux.
    Elle me répond dans la foulée. S’en suit une discussion soutenue par mail puis par chat (gmail) dans laquelle nous rigolons, évoquons le passé, rigolons de nouveau.
     
    Mais quel est-il, ce passé ?
    J’ai rencontré Isabel dans une auberge de jeunesse. Elle prenait une semaine de vacances avec son pote pédé. Nous sympathisons rapidement autour de quelques bières. Nous passons quelques jours avec toute une bande de touriste dans un bon état d’esprit, une franche camaraderie. Elle et moi sommes proches, les collègues touristes pensent que nous sortons ensemble. Cette proximité bat son plein lorsque nous dormons collés l’un à l’autre sur un divan de l’auberge. Mais pour ceux qui me connaissent, même quand l’affaire est pliée, je me défile souvent. Nous en restons la et nous quittons bons amis, avec une pointe de tristesse. J’ai laissé passer ma chance définitivement, j’ai les boules, mais la suite de mon voyage m’attend.
     
    Retour en 2013.
    Nous prenons un réel plaisir à nous parler, et ce, malgré mon espagnol approximatif. Nous parlons de tout de rien, échangeons des musiques, des photos, et puis on se fend la gueule, sérieusement.
    Je lui avoue avoir un regret. Le regret qu’il ne se soit rien passé deux ans plus tôt. J’aurais voulu l’embrasser, et même plus, car je suis un coquin, mais timide. Ce à quoi elle répond, sans surprise, qu’elle n’attendait que ça, et qu’elle avait été déçue elle aussi. Il n’en fallait pas plus pour que mon petit cœur romantique s’emballe. J’avais eu la put**n de fenêtre, j’en étais sûr, et je l’avais laissé passer. S’emparait alors de moi un sentiment mitigé de fierté et de honte.
    Dès lors, nos discussions s’intensifient. En terme de volume déjà, au moins cinq heures par jours tous les jours. J’en délaisse même star craft II. Mais aussi en terme de contenu, de chaleur. S’introduisent les petits surnoms, les bisous, les cœurs, les licornes sur des arcs en ciel, le ton monte, et l’envie est-la. L’envie de la voir, de la retrouver, l’envie de corriger cette immense bêtise que j’avais faite : la bêtise de ne rien faire.
     
    Et donc, au bout de deux semaines de dialogues intenses tels des adolescents à la grande époque caramail, j’ai la sensation d’un sentiment amoureux réel, d’une envie concrète de m’unir à elle, je craque. Amputant de manière non négligeable mon petit capital poker appelé communément bankroll, j’achète un billet d’avion aller-retour pour…
    CARACAS, la capitale du Venezuela. Si je ne m’abuse, la ville la plus dangereuse d’Amérique Latine, une des plus dangereuses du monde. Je vous laisse vous documenter par vous-même à ce sujet.
     
    Voilà le gamble d’une vie,  « Vie de m**de ? »
    Pour moi, c’est un sacré pari. Je pars au bout du monde retrouver une femme, afin que « nous nous aimions », alors que nous ne nous sommes vu qu’une petite semaine il y a deux ans, et n’avons pas gardé le contact depuis.
    Départ jeudi 10 octobre, arrivée le même jour, 15h35 heure locale, pour un vol d’environ 13 heures avec une escale.
     
     
    Pourquoi écrire un tel thread ? Cette histoire me tient à cœur, je veux l’écrire. Pas sur le real, parce que bon, le real est à tout le monde, mais faut pas exagérer… J’exagère déjà. Pourquoi pas sur mon blog ? Car il est plus difficile de réagir sur un blog.
    Et oui, vos réactions sont les bienvenues, attendues même.
    « L’humour zoo » est le bienvenu. Dans le respect de la charte que nous connaissons bien. Mais aussi, s’il vous plait, dans le respect de cette jeune demoiselle, et moi-même. Trouvez la juste mesure, que ça ne tourne pas au vulgaire. Est-ce complètement utopique ?
    Ça peut tourner au pathétique, mais ce sera ma faute, j’accepterais les railleries, fier comme un rock.
    Tel un well, je répondrais avec plaisir à vos questions concernant ce sujet.
  18. Like
    utopike got a reaction from InkredSkies in Le gamble d'une vie.   
    Je commence par les remerciements, au diable les conventions.
    Merci à Skip, ce balla, pour cette idée de chouette titre.
    Merci à FonkyBoy, ce No Life, pour cette idée de chouette thread. Je t’ai pris au premier degré, une fois n’est pas coutume.
     
    Je préviens, il s’agit d’un thread d’attention whore.
     
    Les réguliers du real sauront de quoi il s’agit. Mais je me dois de situer le contexte, pour l’éventuel lecteur égaré, attiré par ce chouette titre.
    Le 21 aout dernier, je reçois le mail d’une jeune fille rencontrée deux ans plus tôt dans la capitale argentine Buenos Aires. Mail sans objet, au contenu simple, mot pour mot : « Thierry, aun vives ? J ». Signifiant : Thierry, t’es encore en vie J?
    Mail auquel je réponds dès que je le découvre, à savoir le 11 septembre dernier. Car aussi étonnant que cela puisse paraître, je ne suis pas très attentif aux mails et autres réseaux sociaux.
    Elle me répond dans la foulée. S’en suit une discussion soutenue par mail puis par chat (gmail) dans laquelle nous rigolons, évoquons le passé, rigolons de nouveau.
     
    Mais quel est-il, ce passé ?
    J’ai rencontré Isabel dans une auberge de jeunesse. Elle prenait une semaine de vacances avec son pote pédé. Nous sympathisons rapidement autour de quelques bières. Nous passons quelques jours avec toute une bande de touriste dans un bon état d’esprit, une franche camaraderie. Elle et moi sommes proches, les collègues touristes pensent que nous sortons ensemble. Cette proximité bat son plein lorsque nous dormons collés l’un à l’autre sur un divan de l’auberge. Mais pour ceux qui me connaissent, même quand l’affaire est pliée, je me défile souvent. Nous en restons la et nous quittons bons amis, avec une pointe de tristesse. J’ai laissé passer ma chance définitivement, j’ai les boules, mais la suite de mon voyage m’attend.
     
    Retour en 2013.
    Nous prenons un réel plaisir à nous parler, et ce, malgré mon espagnol approximatif. Nous parlons de tout de rien, échangeons des musiques, des photos, et puis on se fend la gueule, sérieusement.
    Je lui avoue avoir un regret. Le regret qu’il ne se soit rien passé deux ans plus tôt. J’aurais voulu l’embrasser, et même plus, car je suis un coquin, mais timide. Ce à quoi elle répond, sans surprise, qu’elle n’attendait que ça, et qu’elle avait été déçue elle aussi. Il n’en fallait pas plus pour que mon petit cœur romantique s’emballe. J’avais eu la put**n de fenêtre, j’en étais sûr, et je l’avais laissé passer. S’emparait alors de moi un sentiment mitigé de fierté et de honte.
    Dès lors, nos discussions s’intensifient. En terme de volume déjà, au moins cinq heures par jours tous les jours. J’en délaisse même star craft II. Mais aussi en terme de contenu, de chaleur. S’introduisent les petits surnoms, les bisous, les cœurs, les licornes sur des arcs en ciel, le ton monte, et l’envie est-la. L’envie de la voir, de la retrouver, l’envie de corriger cette immense bêtise que j’avais faite : la bêtise de ne rien faire.
     
    Et donc, au bout de deux semaines de dialogues intenses tels des adolescents à la grande époque caramail, j’ai la sensation d’un sentiment amoureux réel, d’une envie concrète de m’unir à elle, je craque. Amputant de manière non négligeable mon petit capital poker appelé communément bankroll, j’achète un billet d’avion aller-retour pour…
    CARACAS, la capitale du Venezuela. Si je ne m’abuse, la ville la plus dangereuse d’Amérique Latine, une des plus dangereuses du monde. Je vous laisse vous documenter par vous-même à ce sujet.
     
    Voilà le gamble d’une vie,  « Vie de m**de ? »
    Pour moi, c’est un sacré pari. Je pars au bout du monde retrouver une femme, afin que « nous nous aimions », alors que nous ne nous sommes vu qu’une petite semaine il y a deux ans, et n’avons pas gardé le contact depuis.
    Départ jeudi 10 octobre, arrivée le même jour, 15h35 heure locale, pour un vol d’environ 13 heures avec une escale.
     
     
    Pourquoi écrire un tel thread ? Cette histoire me tient à cœur, je veux l’écrire. Pas sur le real, parce que bon, le real est à tout le monde, mais faut pas exagérer… J’exagère déjà. Pourquoi pas sur mon blog ? Car il est plus difficile de réagir sur un blog.
    Et oui, vos réactions sont les bienvenues, attendues même.
    « L’humour zoo » est le bienvenu. Dans le respect de la charte que nous connaissons bien. Mais aussi, s’il vous plait, dans le respect de cette jeune demoiselle, et moi-même. Trouvez la juste mesure, que ça ne tourne pas au vulgaire. Est-ce complètement utopique ?
    Ça peut tourner au pathétique, mais ce sera ma faute, j’accepterais les railleries, fier comme un rock.
    Tel un well, je répondrais avec plaisir à vos questions concernant ce sujet.
  19. Like
    utopike got a reaction from ALEX777 in Real Post 2   
    Salut. (sashimi, et les autres).
    J'ai pas mal décroché le cp mais je lis de temps à autres.
    Hier était une bonne surprise, je me suis tapé mon premier fou rire depuis longtemps, avec deux CSB plus les montages d'edika au ski, et même conardo m'a fait rire. Belle période pour le real. J'avoue que l'américaine m'a un peu excité.
     
    Moi je me suis installé avec ma copine, à Lyon. Toujours coursier à vélo, mais plus trop fier, j'en ai marre, je pense au changement, de métier, pas de meuf.
    Bisous, et comme dirait joueur, je n'écrirai plus pendant quelques temps, mais moi c'est vrai 
  20. Like
    utopike got a reaction from InkredSkies in Le gamble d'une vie.   
    Et donc, J-7.
    Un jour, une photo:
     

  21. Like
    utopike got a reaction from InkredSkies in Le gamble d'une vie.   
    Je commence par les remerciements, au diable les conventions.
    Merci à Skip, ce balla, pour cette idée de chouette titre.
    Merci à FonkyBoy, ce No Life, pour cette idée de chouette thread. Je t’ai pris au premier degré, une fois n’est pas coutume.
     
    Je préviens, il s’agit d’un thread d’attention whore.
     
    Les réguliers du real sauront de quoi il s’agit. Mais je me dois de situer le contexte, pour l’éventuel lecteur égaré, attiré par ce chouette titre.
    Le 21 aout dernier, je reçois le mail d’une jeune fille rencontrée deux ans plus tôt dans la capitale argentine Buenos Aires. Mail sans objet, au contenu simple, mot pour mot : « Thierry, aun vives ? J ». Signifiant : Thierry, t’es encore en vie J?
    Mail auquel je réponds dès que je le découvre, à savoir le 11 septembre dernier. Car aussi étonnant que cela puisse paraître, je ne suis pas très attentif aux mails et autres réseaux sociaux.
    Elle me répond dans la foulée. S’en suit une discussion soutenue par mail puis par chat (gmail) dans laquelle nous rigolons, évoquons le passé, rigolons de nouveau.
     
    Mais quel est-il, ce passé ?
    J’ai rencontré Isabel dans une auberge de jeunesse. Elle prenait une semaine de vacances avec son pote pédé. Nous sympathisons rapidement autour de quelques bières. Nous passons quelques jours avec toute une bande de touriste dans un bon état d’esprit, une franche camaraderie. Elle et moi sommes proches, les collègues touristes pensent que nous sortons ensemble. Cette proximité bat son plein lorsque nous dormons collés l’un à l’autre sur un divan de l’auberge. Mais pour ceux qui me connaissent, même quand l’affaire est pliée, je me défile souvent. Nous en restons la et nous quittons bons amis, avec une pointe de tristesse. J’ai laissé passer ma chance définitivement, j’ai les boules, mais la suite de mon voyage m’attend.
     
    Retour en 2013.
    Nous prenons un réel plaisir à nous parler, et ce, malgré mon espagnol approximatif. Nous parlons de tout de rien, échangeons des musiques, des photos, et puis on se fend la gueule, sérieusement.
    Je lui avoue avoir un regret. Le regret qu’il ne se soit rien passé deux ans plus tôt. J’aurais voulu l’embrasser, et même plus, car je suis un coquin, mais timide. Ce à quoi elle répond, sans surprise, qu’elle n’attendait que ça, et qu’elle avait été déçue elle aussi. Il n’en fallait pas plus pour que mon petit cœur romantique s’emballe. J’avais eu la put**n de fenêtre, j’en étais sûr, et je l’avais laissé passer. S’emparait alors de moi un sentiment mitigé de fierté et de honte.
    Dès lors, nos discussions s’intensifient. En terme de volume déjà, au moins cinq heures par jours tous les jours. J’en délaisse même star craft II. Mais aussi en terme de contenu, de chaleur. S’introduisent les petits surnoms, les bisous, les cœurs, les licornes sur des arcs en ciel, le ton monte, et l’envie est-la. L’envie de la voir, de la retrouver, l’envie de corriger cette immense bêtise que j’avais faite : la bêtise de ne rien faire.
     
    Et donc, au bout de deux semaines de dialogues intenses tels des adolescents à la grande époque caramail, j’ai la sensation d’un sentiment amoureux réel, d’une envie concrète de m’unir à elle, je craque. Amputant de manière non négligeable mon petit capital poker appelé communément bankroll, j’achète un billet d’avion aller-retour pour…
    CARACAS, la capitale du Venezuela. Si je ne m’abuse, la ville la plus dangereuse d’Amérique Latine, une des plus dangereuses du monde. Je vous laisse vous documenter par vous-même à ce sujet.
     
    Voilà le gamble d’une vie,  « Vie de m**de ? »
    Pour moi, c’est un sacré pari. Je pars au bout du monde retrouver une femme, afin que « nous nous aimions », alors que nous ne nous sommes vu qu’une petite semaine il y a deux ans, et n’avons pas gardé le contact depuis.
    Départ jeudi 10 octobre, arrivée le même jour, 15h35 heure locale, pour un vol d’environ 13 heures avec une escale.
     
     
    Pourquoi écrire un tel thread ? Cette histoire me tient à cœur, je veux l’écrire. Pas sur le real, parce que bon, le real est à tout le monde, mais faut pas exagérer… J’exagère déjà. Pourquoi pas sur mon blog ? Car il est plus difficile de réagir sur un blog.
    Et oui, vos réactions sont les bienvenues, attendues même.
    « L’humour zoo » est le bienvenu. Dans le respect de la charte que nous connaissons bien. Mais aussi, s’il vous plait, dans le respect de cette jeune demoiselle, et moi-même. Trouvez la juste mesure, que ça ne tourne pas au vulgaire. Est-ce complètement utopique ?
    Ça peut tourner au pathétique, mais ce sera ma faute, j’accepterais les railleries, fier comme un rock.
    Tel un well, je répondrais avec plaisir à vos questions concernant ce sujet.
  22. Like
    utopike got a reaction from ALEX777 in Real Post 2   
    Salut. (sashimi, et les autres).
    J'ai pas mal décroché le cp mais je lis de temps à autres.
    Hier était une bonne surprise, je me suis tapé mon premier fou rire depuis longtemps, avec deux CSB plus les montages d'edika au ski, et même conardo m'a fait rire. Belle période pour le real. J'avoue que l'américaine m'a un peu excité.
     
    Moi je me suis installé avec ma copine, à Lyon. Toujours coursier à vélo, mais plus trop fier, j'en ai marre, je pense au changement, de métier, pas de meuf.
    Bisous, et comme dirait joueur, je n'écrirai plus pendant quelques temps, mais moi c'est vrai 
  23. Like
    utopike got a reaction from ALEX777 in Real Post 2   
    Salut. (sashimi, et les autres).
    J'ai pas mal décroché le cp mais je lis de temps à autres.
    Hier était une bonne surprise, je me suis tapé mon premier fou rire depuis longtemps, avec deux CSB plus les montages d'edika au ski, et même conardo m'a fait rire. Belle période pour le real. J'avoue que l'américaine m'a un peu excité.
     
    Moi je me suis installé avec ma copine, à Lyon. Toujours coursier à vélo, mais plus trop fier, j'en ai marre, je pense au changement, de métier, pas de meuf.
    Bisous, et comme dirait joueur, je n'écrirai plus pendant quelques temps, mais moi c'est vrai 
  24. Like
    utopike got a reaction from ALEX777 in Real Post 2   
    Salut. (sashimi, et les autres).
    J'ai pas mal décroché le cp mais je lis de temps à autres.
    Hier était une bonne surprise, je me suis tapé mon premier fou rire depuis longtemps, avec deux CSB plus les montages d'edika au ski, et même conardo m'a fait rire. Belle période pour le real. J'avoue que l'américaine m'a un peu excité.
     
    Moi je me suis installé avec ma copine, à Lyon. Toujours coursier à vélo, mais plus trop fier, j'en ai marre, je pense au changement, de métier, pas de meuf.
    Bisous, et comme dirait joueur, je n'écrirai plus pendant quelques temps, mais moi c'est vrai 
  25. Like
    utopike got a reaction from ALEX777 in Real Post 2   
    Salut. (sashimi, et les autres).
    J'ai pas mal décroché le cp mais je lis de temps à autres.
    Hier était une bonne surprise, je me suis tapé mon premier fou rire depuis longtemps, avec deux CSB plus les montages d'edika au ski, et même conardo m'a fait rire. Belle période pour le real. J'avoue que l'américaine m'a un peu excité.
     
    Moi je me suis installé avec ma copine, à Lyon. Toujours coursier à vélo, mais plus trop fier, j'en ai marre, je pense au changement, de métier, pas de meuf.
    Bisous, et comme dirait joueur, je n'écrirai plus pendant quelques temps, mais moi c'est vrai 
English
Retour en haut de page
×