Aller au contenu
Statuts

chiliflo

CPiste
  • Messages

    297
  • Inscrit(e) le

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    4

Le dernier jour que chiliflo a gagné est le 18 Avril

chiliflo a obtenu le plus de messages aimés !

7 abonnés

À propos de chiliflo

Informations générales

  • Prénom
    florian
  • Sexe
    Homme

Visiteurs récents du profil

12 085 vues du profil
  1. Chroniques d'un grinder ordinaire

    Ah l’Andalousie et ses belles brunes au regard de braise qui dansent le flamenco devant le soleil couchant. Qu’il est bon de se laisser bercer par la douceur de vivre ibérique! Voici maintenant dix jours que je me requinque à coup de patates braves et de cervezas bien fraîches sous un soleil éclatant entre Séville et Grenade. Mon teint blafard de parisien bureautisé n’en demandait pas tant. Le poker est bien loin mes amis. Hier soir, je n’ai tout de même pas résisté à la tentation d’aller voir ce qui se passait du côté de notre jeu de cartes préféré. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’on ne s’ennuie pas ces derniers temps. Entre les aventures de nos nits préférés à Vegas, les petites astuces cachées de InMexico pour améliorer son cEV, les challenges MTT de bonhomme en mode “Ecoutez les bros le .com moi je le défonce pépouze” et bien sûr la question de la malaisance sur le cyril hanouna du poker français, on a le droit à quelques petites gourmandises par ci par là, ça fait chaud au coeur. Mais c’est finalement un banal article de Sylvain Loosli sur le blog de la “meilleure” team d’Europe (Leo Margets ?) qui a fait bouillir mon sang de grinder aigri. Après le “j’ai bien travaillé mon jeu maman” de Levietfou et le cahier de vacances de Ragnarok, voilà qu’un mec qui a chatté le one time d’une vie au main event des wsop vient maintenant m’expliquer comment jouer au mieux ces loteries à 3000 joueurs que sont les wina series. C’en est trop! Il est l’heure de rétablir certaines vérités et de déconstruire bon nombre d’idées reçues sur le grind de ces donkaments à grosse cagnotte. Faire du sport et manger sainement. Voici une première belle connerie. Des series ça se vit avec des bières et des chips enfermé entre quatre murs, la main gauche dans le calebut et la main droite à cliquer comme un mort de faim. Le but n’est pas de vivre sainement mais bien de goûter à tous les vices inhérents à notre condition d’addict. Quoiqu’on en dise, les series c’est se dépêcher d’aller pisser à la pause des tournois, se cramer les pattes en sortant du four une pizza bien grasse et à moitié brûlée afin de revenir juste à temps devant son PC pour se faire suckout cette belle paire de rois qui à la place du double up tant espéré n’aura pour seule fonction que d’arroser copieusement l’écran d’ordi de jambon et de sauce tomate : “put**n il a touffé son 2 outer ce fien. Et m**de elle est trop faude cette pizza, cha me crame le palais !” Bien gérer sa bankroll Vous croyez que je ne vous vois pas bande de nits en train de remplir votre fichier excel de petit grinder modèle : “Moi, j’ai un budget, je m’y tiens, c’est important”. Vous avez de la chance que Stu Ungar ne soit plus là pour vous voir sinon il vous cracherait dessus sans hésiter. Autant je vous accorde le droit de faire attention à ne pas vider votre livret A tous azimuths en temps normal, autant les series c’est l’occasion de goûter au grand frisson d’un spew no-limit à la manière d’un loup de wall street des grands soirs: « buy-in, buy-in reentry buy-in, rebuy, bust, bust … et puis m**de buy-in le 100... Oh m**de c’est du PLO8… C’est quoi le meilleur low A2678 ou A4568 ? Bon, on verra bien, je call et je réévaluerai river… » Le poker est un jeu de balls et de cojones. Ne l’oubliez jamais. Des mecs ont pris des balles dans la tête pour s’être endettés à ce jeu. Il s’agit d’avoir un minimum de respect pour eux. Vous crevez d’envie de le jouer ce 300 balles 6-max. Eh bien allez-y, on a qu’une vie. En plus, c’est l’occasion de voyager à l’oeil. Vous verrez : les plages de Malte, les glaciers suédois et quelques sombres villes de l’est vous accueilleront bien chaleureusement. Travailler son jeu Désolé de vous le dire mais c’est trop tard. C’est un peu comme le mec qui se dit “Et m**de, j’ai passé mon hiver à me goinfrer de raclettes et de chocolat alors que le marathon auquel je me suis inscrit il y a six mois est dans dix jours. Comment vais-je faire ? “ … “Ah j’ai une idée, je vais me claquer des sorties de 30 bornes tous les deux jours et ça devrait passer”. Non, ça serait sympa mais ça ne marche pas comme ça. Il reste l’idée de prendre un coach. Ok il est cool, pédagogue et tient plutôt bien les cartes le Flavien Guénan mais vous croyez vraiment qu’un mec qui est encore en fac de droit à 27 ans va vous faire progresser. Soyons sérieux tout de même. Et Yoh V… J’ai dit soyons sérieux bordel ! Il reste les coachs de cardrunners ou de runitonce mais ta mère t’avait pourtant prévenu quand tu étais au lycée : « Ce n’est pas bien mon fils de sécher les cours d’Anglais de Mme Leduc pour aller fumer des substances qui font rire dans le square du centre ville. Tu le regretteras » Et voilà, un jour ou l’autre, la vérité parentale finit toujours par rattraper l'adolescent rebelle. Jouer l’ICM ICMizer est formel : “Tu dois fold AK dans ce spot”. Et mon cul c’est du poulet ?! Ecoute-moi bien holdem ressources, ICM calculator ou autre immondice du poker moderne, quand je joue des series, c’est pour la win, le poker panache et que ce bon vieux @PonceP puisse faire un jeu de mot pourri sur mon pseudo lors de son compte-rendu quotidien. Ce n’est certainement pas pour optimiser mon ROI à tout prix en serrant les fesses pendant 3 heures avec quelques misérables bb dans l’attente qu’un mec encore plus pauvre que moi bust. Que direz-vous à votre petite fille dans 40 ou 50 ans lorsqu’au cours d’une longue soirée d’hiver, elle viendra s’asseoir sur vos genoux et vous demandera de sa petite voix douce : “Papi, c’était comment quand tu jouais au poker ?” Oserez-vous réellement lui répondre : “Ma petite, je maximisais mes gains en me servant des logiciels les plus perfectionnés“ ou alors préférerez-vous plutôt un chevaleresque « Tu sais ma petite, papi risquait gros, jouait avec son coeur et n’avait peur de rien. Alors bien sûr ça perdait souvent mais quand ça passait, les jetons voltigeaient dans tous les sens et les adversaires tombaient comme des mouches. D’ailleurs, tu vois ça sur la cheminée ? » «Quoi? les cendres de grand-mémé ??» «Non, à côté la bouteille de champagne marqué winamax series ? » « Ah oui papi, elle est grosse dis donc » « Eh bien ça ma chérie, c’est un soir de gloire et de panache durant lequel le coeur a disposé de la raison. » Jouer les fishs et éviter les spots bourbiers contre les pros Combien de fois vais-je devoir le répéter? L’honneur avant l’argent. En temps normal vous avez tout à fait le droit de spotter Jean-Michel Onetime qui est en pleine confiance après son deal à 3 dans le 50 balles de l’aprem à Clichy et qui vient dépenser tous ses nouveaux gains sur l’internet. Mais en temps de series, on est là pour la bataille d’egos, pour montrer au peuple qui a la plus grosse, quel que soit le mec qui vient s’asseoir à votre gauche. J’en vois pourtant certains d’entre vous qui claquent des fesses à l’arrivée d’un levietfou ou d’un ragnarok à leur table : “Ce sont des machines ces mecs là, ils sizent tout au jeton près et ont des ranges ultra équilibrées” Oui c’est vrai. Et alors ? Est-ce que David a reculé devant Goliath en disant : “Tu as vu ce mec, ses bras c’est quatre fois mes cuisses, laisse tomber, j’abandonne”. Eh bien non évidemment, il a pris sa petite pierre et il est parti écrire sa légende. Avant de conclure, voici quelques petites astuces personnelles afin de vous assurer une réussite définitive durant ces series: - Si par bonheur, vous atteignez une table finale, utilisez la totalité de votre timebank sur la première main pour faire résonner la musique de la ligue des champions dans votre appartement (les aficionados peuvent mettre la main sur le cœur). Ça va vous mettre dedans et vous pourrez prendre des décisions à l’instinct au lieu d’utiliser votre timebank plus tard pour vous level river comme un couillon avec quatrième paire. - N’hésitez pas à jouer votre département de naissance ou tout autre combinaison à 2 chiffres qui vous tient à cœur. Vous verrez quelle jouissance c’est de chatter une flush avec 73ss après avoir call un 3-bet hors position. Si un de vos potes vient vous demander pourquoi vous avez joué comme ça, formez une phrase quelconque avec « reverse implied odds », « reads », « edge » et « dynamique ». Normalement ça passe. Bon si après tout ça, vous ne parvenez pas à claquer une perf, c’est à ne plus rien y comprendre. Ah tiens un petit message personnel avant d’attaquer ces series aux serial perfers @BV77, @JJungleKKing, @lapatouille.et autre @Dont_Play_JJ. Que je n’en vois pas un perfer dès le premier dimanche ou lundi. Faites au moins semblant d’en chi** un peu avant de claquer votre habituelle perf. Pensez aux derniers de la classe que nous sommes avec @anakra. Merci d’avance bande de chattards. Au fait, si demain aprem vous voyez un mec courir dans l’aéroport d’Orly avec un gros jambon ibérique dans la main droite entrainant sa copine dans son sillage et en gueulant « put**n, fais chi**, je vais rater les late reg des monster start », ne vous inquiétez pas, ce n’est que votre humble serviteur.
  2. Chroniques d'un grinder ordinaire

    La voilà! Merci à @BV77 pour ce petit coup de pied au cul. J'ai toujours été bon dernier quand il s'agissait de rendre ses devoirs à l'heure. Alexandre Réard vient de gagner le monsterstack WiPT. Le Fedor Holz français a encore frappé. J’ai failli faire un arrêt cardiaque quand j’ai jeté un coup d’oeil sur sa hendon mob 2017/2018. Un carnage. A chaque fois qu’il joue un tournoi, on dirait que ce mec a une chance sur deux de faire ITM et une chance sur cinq de faire TF. Cette vie messieurs dames, cette vie dont vous avez toujours rêvé, eh bien c’est lui qu’il l’a. Une jolie femme, des billets mauves plein les poches, un style brutasse au coeur tendre plutôt classe et une tête bien faite. Franchement, comment ne pas trouver légitime que, demain, un honnête inspecteur des impôts petit, aigri et chauve vienne taper à sa porte pour réclamer son dû : “Monsieur, je suis désolé mais il va falloir passer à la caisse, c'est de l'indécence pure et simple d’avoir une telle vie.” Bon, je l’ai pourtant joué moi aussi ce monsterstack. Oui mais voilà, il y a un hic : je l’ai joué à l'envers. J’ai fold les spots que j’aurais du call et j’ai call les spots que j’aurais du fold. Pas le meilleur moyen de monter des jetons me direz-vous. Je suis bien d'accord mais mes neurones usés en ont décidé autrement. Je suis donc sorti de clichy à 3h du mat complètement tilté pour prendre le traditionnel taxi du busto. Le chauffeur a eu la décence de ne pas m'adresser la parole. Rien de pire qu'un mec gentil qui vous parle quand votre cerveau ressemble à une cafetière en ébullition (même si cela n'atteindra jamais le niveau de la coiffeuse ultra-bavarde qui vous jacte dans l'oreille un lendemain de cuite). Bref, le samedi matin fut consacré à la traditionnelle remise en question inhérente à ce genre de situation : “Mais pourquoi diable je m’acharne à aller jouer en live? Je n’en peux plus des plays foireux de Jean-Michel Onetime et consorts!” Au petit dej, je me suis alors retrouvé face à ma copine, l’oeil hagard et triste. C'est tout naturellement que j'ai cherché un peu de réconfort auprès de ma belle. D’un ton grave, je lui ai annoncé : “Tu sais, bébé, je crois que je suis trop vieux pour ce jeu” (je vous rassure, je ne l’appelle pas bébé mais c'est pour les besoins de la scène). Bien sûr, une copine normalement constituée s'empresserait de rassurer son homme avec un “Mais non choupinou tu es le meilleur à mes yeux” ou encore un “Ce n’est pas grave, je t’aime quand même”. Oui... mais pas la mienne. A la place, sa réaction fut sans appel : “Ah ouais... [blanc] ... [masticage bruyant de tartine] … Au fait, tu pourras descendre les poubelles s’il te plait?”. Je me demande si Alexandre Réard descend les poubelles lui. Ce salopard serait foutu de garder une certaine classe même en allant balancer ses ordures en claquettes et en vieux jogging du dimanche. Tiens, tiens mais qui vois-je au loin à l'horizon le regard déterminé et le coeur plein d'espoir? Mais oui! C'est une belle troupe de CPistes prête à faire péter la banque à Clichy pour cette fameuse finale du WiPT. @BV77, @Loorent, @zizicoincoin..., ils sont tous là alignés en rang d'oignon comme à la bonne époque des queues à la cantine du collège. Le ticket, acheté depuis plusieurs semaines, est bien au chaud dans le tiroir du petit meuble de l’entrée. Les caleçons fétiches sont prêts à accueillir les petites frayeurs des gros bluffs nocturnes. La chemise a été mise au pressing en vue de la table finale. Attendez, attendez, mes amis n’allez pas trop vite en besogne! Il va déjà falloir passer sur le corps de la faune locale de Clichy. Et ce n'est pas une mince affaire. Pour tous les petits grinders online qui n'ont pas joué en live depuis longtemps, une piqûre de rappel s'impose. Je vous ai donc préparé une petite revue d'effectif non exhaustive des joueurs typiques que vous allez croiser aux tables : L’animateur : la grande gueule. Celui qui commente tout et parle avec ses potes sur les tables voisines. S’il est capable de bons gros spews, ce roublard a souvent du flair quand il s’agit de sortir un gros bluff ou un bon call river. Il écume les cercles et les tournois depuis pas mal d’années maintenant. Il est malin, il sait jouer de son image. Il va vous parler (spécialement si vous avez une bonne gueule de joueur de l’internet). Ne pas le sous-estimer malgré ses lacunes techniques. Le fatigué : le joueur de cercle blasé, celui qui vient perdre des petites sommes aussi régulièrement qu’un métronome donne la mesure. Il n’est pas méchant mais a des cernes qui traînent jusqu’au sol. Il est facilement reconnaissable à la cigarette qu’il prépare frénétiquement 10 minutes avant chaque pause et au genre de phrases typiques qui sort de sa bouche comme “je te voyais pas sur les carreaux !” Le passionné : Il connaît tous les épisodes de “dans la tête d’un pro” par coeur. Depuis qu’il a assisté à la dernière conférence de Yoh Viral à Paris, tout a changé pour lui. Une semaine après, il rentrait dans une nouvelle dimension et finissait troisième du sunday surprise. Depuis, il a arrêté de jouer avec ses potes de club. “Tous des fishs” qu’il dit. Il a prévenu sa femme depuis 6 mois que ce weekend du 4 mars, c’était son weekend, son tournoi de l’année. Pas de poulet du dimanche chez les beaux-parents, pas de promenade en forêt avec le gosse, non, madame ce sera le day 3 du WiPT. Ses lunettes noires (le même modèle que Patriiiiiick) n’auront plus qu’à faire le reste. L’asiat : Une énigme scientifique. Il pourra prendre les traits du plus gros nit jamais vu ou à l’inverse d’un énorme degen spewtard. Quelquefois, il pourra même muter en cours de tournoi. Attention, ne pensez plus en termes de range, de value ou de bluff contre lui, ce qu’il va vous montrer sera au-delà du réel. Vous allez en prendre plein les mirettes. L’homme d’affaires : Il dit bonjour à tout le monde. Soyez sympa, c’est lui qui alimente le cercle en argent frais depuis des années en lâchant de bons gros billets en cash-game. Normalement, à table, il aura toujours un petit mot sur l'ACF où son coeur est resté. Il est souvent dans un business un peu louche. Attention tout de même un mauvais contrôle fiscal de sa société et l’homme d’affaires fringuant pourrait rapidement se transformer en un fatigué notoire. Il n’aura pas peur de mettre l’argent au milieu mais à chaque fois qu’il le fera, vous resterez dubitatif quand à la ligne choisie. Le joueur de l’internet : ton poto que tu joues tous les dimanches. Vous vous reconnaissez tout de suite avec votre gueule de jeune premier et /ou vos écouteurs sur les oreilles. Tu te crois tout de même meilleur que lui. Ça tombe bien, lui pense exactement la même chose. Le relou : Le mec croit connaître tout sur tout. C’est une grosse buse techniquement mais il va l’ouvrir sur à peu près tout. Si tu le croises à table, prie pour qu’il n’y ait pas un problème de ruling sinon c’est parti pour 2h : “10 ans que je joue, jamais vu ça”, “A Deauville, ce ne sont pas les mêmes règles” S’il est vraiment énervé, le relou est capable de s’en prendre au croupier. Il y aura souvent de la connivence entre l’animateur et le relou. Mais ce n’est qu’une façade pour l’animateur qui a bien compris que le relou pouvait activement participer à son deeprun. Le paumé : Il fait mal celui-là. Il a souvent la tremblote et un fort penchant pour l’alcool. Sa vie ne doit pas être au top. Il mettra toute la table (le relou y compris) dans des situations de mal à l’aise flagrantes avec les quelques remarques qui sortiront de sa bouche. On a juste envie de lui dire : “Sors de cette m**de vieux, tu nous fais mal au coeur.” Limp est son move préféré. Contre lui, il suffit de jouer le poker gagnant de 2010 et de prendre ses jetons dans le silence. Pas besoin de s’acharner sur une bête blessée. Enfin, parlons bien, parlons stratégie. En effet, il est d’important de s’adapter à un tel field et de ne pas oublier certains principes de base. Vous n'êtes plus sur un 300 balles online avec des scandis et des maltais, vous allez jouer du vrai pouker mes amis : - Pot 3-bet ou 4-bet, 40 BB deep, 20 BB deep, n'oubliez pas qu'un vrai joueur de live s'en bat les couilles de toutes vos considérations surfaites car "oui môôôôsieur c’est suité, c’est payé!" - Ne commencez pas à partir dans des réflexions du style “J’ai top two ici, mais c’est bizarre, il n’y aucune main moins bonne qui est cohérente avec le bet river de Vilain” Si, si, ne t'inquiète pas, il y en a plein, c'est juste que vilain a remplacé la cohérence par une grande imagination. - “Wow il paye dans ce spot, ça représente une force énorme.” Que nenni, vilain aime bien sa main, il a envie de voir une turn et pis c’est tout. C’est pas le fait de mettre le tiers de son tapis au flop qui va lui faire peur. D’ailleurs, sur le highroller du WiPT, on dirait bien que les recrues phares de la meilleure team d’Europe ont eu quelques difficultés à s’adapter au style made in Clichy. Mateos : 3 bullets, 3 busts. Kanit : 4 bullets, 4 busts. Du beau travail. Bien joué les starlettes. Je dois avouer que voir Mateos et Kanit se faire défoncer par Robert, Jean-Claude ou Mohammed me procure une joie intense. Imaginez Mateos à 3h du mat au bar du cercle : “Yé né comprends pas, yé overbet la turn avec mon brélan de houite, oun cabrrrron m’a call avec oune simple gutshot. Sisisisi oune gutshot, yuste oune gutshot.” Bienvenido a Clichy, Adrian! Ah j’allais oublier avant de finir! Une petite dédicace au dénommé Pierre Calamusa connu dans le milieu des joueurs de cartes sous le sobriquet de levietfou. Je te préviens frère, la prochaine fois que tu me ressors du contenu aussi insipide que ton dernier billet de blog en mode “Je suis content, j’ai bien travaillé mon jeu, je suis prêt pour mes tournois 2018”, j'arrive avec mon plus beau bazooka. Non mais tu te fous de la gueule de qui? Tu veux pas non plus remercier ta mère et mettre un petit smiley avec des coeurs. Que les petits djeuns de la team fassent un peu les hommes sandwiches corporate, ça se comprend mais pas toi gros. On t’a pas embauché pour ça. Tu nous as fait rêver avec ton spew à 100k pour une paire de nichons et tes gestions de bankroll à 3 buy-ins, c'est pas le moment de rentrer dans le rang. Bon, allez oublions ça et passons plutôt à ce teaser du prochain "dans la tête d’un pro" et son shove hauteur neuf que tu as fait miroiter aux yeux de tous. Mais, attention, ne nous la fais pas à l'envers! On le connait le coup de la meuf que tu prends pour un canon dans la pénombre d’une boite de nuit mais qui une fois ramenée à l'appart prend des allures de cauchemar difforme : “elle a quand même des épaules un peu larges.... Et ces tétons, c’est quoi cette couleur?… Ah mais c’est pas des pieds mon dieu, c’est des péniches! … Je comprends pas ça rendait bien pourtant tout à l'heure sur le dancefloor avec sa robe fendue et son petit accent italien. Et m**de, qu’est ce qui m’arrive? Je suis en train de désaouler!" Bref, cher Pierre, tout ça pour te rappeler qu'il est temps de déloger ce fatigué de Lacay en tête des meilleurs vidéos de DLTDP. Toute la communauté compte sur toi, ne la déçois pas!
  3. Ah mes bons amis ! Je vous avais laissé dans la promesse d’un dernier compte-rendu de mes wina series mais voilà j’ai fait le lâche. Je l’avais pourtant commencé la fleur au fusil ce fameux compte-rendu. Et puis tout s’est enchaîné. Les potes du five tout d’abord : “Eh gros, on t’a pas vu depuis des semaines, tes buts du genou nous manquent!”. La copine ensuite : “ton poker c’est fini? Ça tombe bien, je nous ai préparé un petit programme d’expos bobos parisiennes, on va s'amuser comme des petits fous”. S’en est suivi le classique bon vieux coup de massue du capital : “ Eh le branleur planqué au fond de ton bureau, viens-voir là! Tu crois que j’ai pas vu ta gueule de déterré depuis début janvier, tu crois que je te paye à rien foutre ? Tiens, tu te souviens du dossier que tu dois me rendre dans un mois. Eh bien c'est pour dans 4 jours. Au travail feignasse!” Même la famille s’y est mis : “Salut frangin, j’ai une vidéo à monter, j’y connais rien, tu voudrais pas me donner un coup de main?”. Bref, la vie m’a rattrapé et quand je me suis mis à relire ce que j’avais griffonné 3 semaines auparavant, c’était devenu moisi. D'autant plus qu'après la clôture du challenge des series, le concours de celui qui a la plus grosse avait laissé place à vos embrassades poilues à base de "GG les bros c'est vous les meilleurs" et autres larmoyants "vous allez me manquer les gars, on se revoit en Avril". On n'était donc plus du tout dans le bon timing pour poster de la prose grinçante. J’ai quand même gardé quelques idées au chaud, sait-on jamais... Et puis hier sur les coups de 22h, j’ai eu comme une révélation, le signe que c’était l’heure de me racheter. J’étais seul sur mon canap la main dans mon calebut (hommage à Al Bundy cette idole de jeunesse) face à mon PC. J’avais toutes les peines du monde à digérer le gratin de brocolis préparé par ma copine. Je vois bien les yeux incrédules de certains d'entre vous : “Mais pourquoi diable des brocolis pour faire un gratin?”. Ne vous inquiétez pas, c’est juste que vous n'êtes pas encore installés en couple, vous comprendrez en temps voulu. J’essayais donc d’oublier ma digestion difficile en naviguant sur le CP à la recherche de quelques posts intéressants mais à part le “pourquoi tu joues ? ” de @Madskills813 qui nous a rappelé les plus belles heures de ce génial thread de dépressifs que fut “la joie”, il n’y avait pas grand-chose à se mettre sous la dent. Un 17351ème challenge de joueur de bingo, quelques coups sèchement assénés derrière la nuque de @PokerStars - Ben, une petite joute verbale entre @veunstyIe et @Bandecdc, deux ou trois gamblers qui se faisaient caca dessus avec la dégringolade du bitcoin mais c’est tout. Bien maigre la vache. C’est donc à ce moment-là que la vérité m’a sauté aux yeux : “Mec, c’est à toi de faire le taf, c’est à toi de redonner un peu de vie à cette communauté de joueurs de cartes qui attend du bon gros whine, des coups de gueule et des spews en cascade et à qui, à la place, on refile des twitchs kikoo lol corporate et des abonnements padawan pour devenir milliardaire" [et n’oublie pas de me liker sur instagram bro, tu pourras gagner un ticket à 10 balles]. La communauté mérite mieux. Dieu m’ayant doté de quelques modestes qualités littéraires, je m’en vais nager à contre-courant de la modernité et de ses youtubers en pagaille pour sortir la plus belle plume de mon encrier et représenter les petits grinders aigris et énervés que nous sommes tous au fond de notre petit coeur sensible. Voici donc le deal : des chroniques régulières, de la mauvaise foi, du second degré, des spews bien sûr et une bonne dose d’auto-dérision. Attention tout de même, je pars à l’aveuglette. Possible que je sorte quelques trucs insipides, vous m’en excuserez par avance. En tout cas, j’essaierai d’y mettre le coeur et les tripes. Après tout, n’est-ce pas là l’essentiel?
  4. Challenge Winamax Series XX Janvier 2018

    En ce jour, j’ai envie de m’adresser à mes frères d’armes. Je sais que vous êtes nombreux chaque soir après minuit à scruter votre solde wina l’air déconfit en lâchant un “Ah ouai quand même! Mais comment c’est possible? J’ai été sage pourtant, j’ai pas buy-in un tournoi au-dessus de 50 balles aujourd’hui… Je comprends pas, ça doit être à cause des rebuys et des reentries...” Mais nous y sommes mes amis! La ligne d’arrivée est maintenant toute proche. Nous sommes tous restés solidaires dans les gruppettos pour rentrer à chaque fois dans les délais et repartir tant bien que mal le lendemain. Le Monster million, les 38 bullets du colossus , le monotabling désespéré à 23h15, on en a bavé ensemble, quelques fois côte à côte. On a vu des frères salement tomber à nos côtés “Plus jamais ce jeu con bordel!”, “Non mais comment il a pu call preflop avec sa bouse”, “pas un ITM depuis 2 jours, pas un, tu entends?!” Attention tout de même, nous ne sommes pas tout à fait arrivés, il reste la dernière ligne droite. Restons donc vigilants, les derniers 2-outers river peuvent faire très mal. Pas le moment de péter une souris ou de balancer son ordi par la fenêtre. Je le répète, il ne sert à rien d’insulter un fish dans le chat. Nous devons rester dignes mes amis. Et surtout, surtout, on s’abstient de regarder quelle place il faudrait faire pour rembourser ce qu’on a lâché dans les series avant de lancer les derniers donkaments à 2000 joueurs. On sait comment ça va se passer. On observe les dernières attaques des leaders pour la bataille au général et on attend avec sérénité, je dis bien avec sérénité, le flip ou le 70/30 qui ne passera pas. Non, non, il ne passera pas! Ça ne sert à rien d’espérer, j’en vois encore certains avec une petite lumière qui brille au fond des yeux. Retirez-moi ça tout de suite, vous allez vous faire souffrir pour rien. Enfin, on ne jalouse pas les espèces de gros chattards qui guerroient à l’avant du peloton. Je comprends c’est dur, les mecs te balancent tranquille à 8h du mat “In day 3 colossus à 30 lefts” mais c’est comme ça, on n’est pas tous égaux devant la loi du flip, il faut l'accepter. Je pense aussi à ces leaders déchus, parés de leurs vieilles auréoles de grinder glorieux, qui n’ont rien dit durant ces series encaissant la variance de plein fouet, ces @MTTfan, @zlatan35 et autres que nous avons eu la surprise d’accueillir dans notre groupe à l’arrière du peloton. Vous avez été dignes messieurs. Pas un mot, vous avez roulé avec la masse des cagoulards sans vous plaindre. Bravo! Belle attitude, digne des champions que vous êtes. Je suis sûr que vous allez très vite retrouver le devant de la scène. Enfin, je finirai ce billet d’humeur du jour en m’adressant directement au dénommé returnlaw qui s’est permis dimanche de gagner deux tournois des winamax series le même soir. Pas runner-up dans l’un, troisième dans l’autre, non, il a gagné les deux. 6652 joueurs dans le premier, 1655 joueurs dans le second. Je ne sais pas qui tu es, si tu es un grinder expatrié à Malte, un scandi qui pisse dans une bouteille ou un bon père de famille mais à vrai dire je m’en fous, je voudrais juste que tu mesures l’anomalie statistique que tu représentes. Mec, si des événements aussi improbables se réalisaient dans la vraie vie, le monde serait surement à feu et à sang à l'heure qu'il est. Allez les gars, je passe vite fait voir un magnétiseur avant l’ultime session de ce soir. On se retrouve pour le compte-rendu final d’ici la fin de la semaine. J’ai déjà quelques petites idées sympas. [Teaser :@Leretourdugenie il est pour toi celui-là gros!]
  5. Challenge Winamax Series XX Janvier 2018

    Désolé d’avance pour le pavé les gars mais la psychothérapie pokeristique, ça fait du bien. Petit compte-rendu tout frais. Un peu moins pêchu que la dernière fois, on a plus fait dans l’introspection du grinder, brokage de fin de challenge oblige. Ce coup-ci, vous noterez l'hommage appuyé à ce beau gosse de Romain Lewis. Dimanche : Enfin, on y est. Le deuxième dimanche des series, celui où on écrit l’Histoire, celui où lors de son petit dej dominical, chaque grinder de France s’imagine en train d’overbet bluff river à 5 left du million event 4 jours plus tard. [Bon, qu’il ne se fasse pas trop d’illusion quand même le petit grinder parce qu’il sera juste en train de fold en se faisant dans le froc “Non mais tu comprends gros, y a l’ICM, je suis obligé” pendant qu’un random slovaque ou suèdois s'essuiera bien salement les pieds sur lui]. Personnellement, j’ai mis toutes les chances de mon côté. J’ai balancé 5 euros au SDF en bas de chez moi, j’ai aidé une vieille bourgeoise à ramasser la canne qu’elle avait laissé tombé dans la rue, j’ai bouffé des légumes et j’ai même regardé un reportage sur le réchauffement climatique. Mon karma est au top. Cerise sur le gâteau, je me suis fait un petit poisson grillé ce midi tel un ludo lacay des grands jours, la plage du palm beach en moins, une vue imprenable sur le gros alcoolo constamment à poil de l’immeuble d’en face en plus. Je me mets en place à 15h45. 3h plus tard, je me dis que j’aurais mieux fait de passer mon après-midi à regarder les documentaires animaliers de France 5. Enfin bon, il reste quand même la crème de la loterie : le million event bien sûr et surtout le 300 8-max du soir. J’avais sournoisement gratté un ticket à 300 l’autre jour. Je me suis dit que c’était une riche idée de l’utiliser le jour où tous les taupes regs sont là pour jouer le 1000. Quittons donc le temps d’un tournoi le bas peuple et ces fields remplis de centaines de brokish qui profitent des 100 balles extorqués à Mamie à Noël pour faire les series afin d'aller jouer à celui qui a la plus grosse avec sharkobson et autres sharkovitch. A peine ai-je ouvert la table du 300 que je sens déjà l’air glacial des plaines de scandinavie sur ma nuque. Il ne me faut pas longtemps pour comprendre que l’EV du tournoi, c’est moi. Heureusement, je n’attaque jamais ce genre de field sans relire 10 fois d’affilée mon pense-bête inscrit en lettres d’or sur mon petit cahier de grinder : - Tu as le droit de fold dans un spot sans te dire que Vilain te prend pour sa pute et que la prochaine fois qu’il te 3-bet, il ne va pas comprendre ce qui lui arrive cet enc**é. - Ce n’est pas parce que Vilain a une range cappée en face de toi que tu es obligé d’overbet comme un goret pour faire comme tous les ballas des highroller. - Ce n’est pas parce que Vilain t’overbet la gueule et que tu as une range cappée que tu dois call son overbet avec 25ème paire - ARRETE D’OPEN TROP LIGHT… 79s c’est sexy mais c’est juste un 7 et un 9. - Ce n’est pas parce que tu as un blocker dans ta main que tu es devenu le roi du monde. - N’essaye pas de te prendre pour Libratus et d’équilibrer ta range de check-raise, tu n’y arriveras pas. Climat scandinave oblige, on restreint le nombre de tables histoire de focus. Uma Thurman est de retour, des membres vont voler. La session passe : des busts, des flips, quelques stacks qui montent... quand arrive le tournant de ma soirée vers 22h30. J’ai trois fois l’average sur le surprise. La bulle a pété. Bien sûr le chemin est encore long rempli de flips à passer et de flops à percuter mais bon vu l’EV de ce tournoi et l’edge qu’on peut avoir, je ne veux pas faire d’erreur. J’ai un spot relou, je viens de trouver deuxième paire au flop avec un neuf dans ma main. Avec les gros bountys et vu les stacks effectifs, je dois avoir les cotes implicites pour call le donkbet + flat des fishs en face dans l’espoir de trouver ma seconde paire ou un autre neuf. Je ne suis pas sûr de moi. Je vais au bout du timebank et je finis par fold. Turn 9. River 9. J’aurais fait carré. Les deux fishs viennent de mettre tout leur tapis en deux temps trois mouvements avec des tous petits fulls. Je me hais. J’ai réfléchi à cette décision comme si j’étais à la bulle du main event des WSOP alors que j’étais juste à 800 left d’une boucherie à 10 balles. put**n, tu as une paire au flop, tu call, tu vas voir une turn avec tes amis les fishs et après tu fais le point. Non, à la place, il faut que je me prenne pour Davidi Kitai et que je fasse un fold improbable. Moi result oriented? Ah non jamais! Mon carré de 9 à peine évaporé, je vois que la table du 300 clignote. Ma paire de 5 vient de trouver un beau petit flop 589 avec 2 trèfles. Mes 45BB vont très vite partir au milieu. 88 en face. Set over set sur le plus gros buy-in de la soirée. On quitte la scandinavie la tête basse et la queue entre les jambes. Et voilà, en 2 spots, 2 petits spots frustrants comme on en a tous joué des milliers, je suis passé de l’autre côté, celui où je n’aurais plus la discipline de fold sur un bet river qui respire la value ou de ne pas faire ce push un peu limite. Bien sûr, il me reste des tournois avec des stacks décents mais c’est comme si la session était déjà terminée. Uma Thurman et sa combi jaune sexy viennent de partir, remplacés par le Bill Murray déprimé de Lost in Translation. Il ne me faudra d’ailleurs pas très longtemps pour reentry avec nonchalance le million event qui sera re-bust sur un call une heure plus tard que les plus aimables d’entre vous qualifieraient de borderline. Game over. Au moins vais-je pouvoir me coucher tôt... quand soudain, que vois-je? Quelqu’un vient de poster le nouvel épisode de “Dans la tête d’un pro”. Allez va, allons voir ce qu’a fait le jeune loup du team à la webtv. Avec l’argent que j’ai laissé sur Wina ces derniers temps, j’ai un peu l’impression que c’est moi qui le sponsorise. Une sorte de mécène : “Vas-y petit, va faire ton 10k avec l’argent de mes expressos et de mes call foireux en omaha 5." Le début fait du bien au moral avec un Romain Lewis au bout de sa vie après avoir voulu thin value son KK. Le petit jeune sponsorisé à belle gueule laisse place au grinder inquiet avec ses traits du visage fatigués. On sent tout de suite que le travail avec le coach mental a bien fonctionné : Théorie 1 :“chaque main est indépendante et est froidement oubliée la seconde d’après. En cas de problème visualise un souvenir heureux et reste serein” Pratique 1 : “mais pourquoi mais pourquoi bordel j’ai voulu faire le malin à value ce KK, maintenant je me sens comme Thiago Silva pendant une séance de penalty!” Théorie 2 : “je n’ai pas peur d’envoyer tous mes jetons à la bulle, je suis un joueur professionnel, tout ce qui compte c’est l’EV de ma décision. Si je dois sortir, je sortirais la tête haute” Pratique 2 : “Fold, put**n fold, j’ai besoin de cet ITM, vas-y fais pas le con, ça coûte un bras les restos et les boîtes à Vegas” Théorie 3 : “A la bulle, avec un stack de 25 bb, ça ne sert à rien de s’engager dans des spots qui peuvent être compliqués à négocier surtout si c’est pour jouer fit or fold derrière" Pratique 3 : “Ce vieux fatigué de Trickett, il me prend pour qui à raise une main sur deux à la bulle? KJs au bouton. Je vais lui montrer qu’on a pas une caméra sous le nez pour rien, on va se jouer postflop entre hommes... Flop : check ... Turn : check ... River : fold. Ok, ok, j’arrête de faire le vieil aigri, il est quand même sympa ce Romain. On s’y croirait. Tiens il a AK, ça doit être la fin de l’épisode, il va bust le pauvre. Ouch Drinan le raise, ça sent pas bon. Shove de Romain. Insta-call. Les As en face. Aie, dur, ça me rappelle mon bust en TF du monsterstack 20 euros en 2014. Flop : roi. Turn : roi. Mais quel chattard! Un cul gros comme ça! put**n, je galère tous les soirs pour gagner un flip et lui il passe pénard son 7%, LE jour où il est à 30 lefts d’un 10k des WSOP. C'est maintenant certain, il n’y a pas de justice dans ce bas monde. Allez je vais me coucher, demain j’ai le jour 2 du high-five. Je vais quand même aller mettre un petit cierge à l’église du quartier, on ne sait jamais.
  6. Challenge Winamax Series XX Janvier 2018

    Down de 1.5k ici. Parfaitement dans les temps pour laisser son don trimestriel de 3k à wina. Ça me fait quand même plaisir de penser que grâce à des mecs comme moi ce broke de @PonceP pourra toucher sa prime de fin d’année. Petit compte-rendu à mi-parcours, histoire d'occuper son vendredi matin au taf. Cette impression d’être dans un jour sans fin. Hommage à ce broke (encore un décidément !) de @cantfoldTPTKlol : 19h00 : Début de session. Remotivé comme jamais. Les yeux qui piquent un peu de la session de la veille mais on connait la vie du MTT prau, faut rien lâcher, toussa toussa. Une bière, quelques chips et c’est parti pour les loteries. 22h00 : J’ai monté quelques beaux stacks par ci par là. C’est CE soir qu’on claque LA perf. Je commence déjà à réfléchir au message de brag que je vais laisser sur le thread du challenge. 22h36 : J’entends la clé dans la porte. C’est la copine qui revient au pire moment quand c’est du 10-tabling avec des tables qui clignotent dans tous les sens. Bon, je relève la tête de l’écran et j’enlève le filet de bave qui coule au bord de mes lèvres histoire de regagner un peu de dignité. Pas de connerie, ne rien laisser transparaître de son état mental et resté concentré à la fois sur les tables et ce qu’elle va me dire. Mon cerveau ressemble à une turbine de 747 au décollage : [73 fold] [KJ shove] [penser à demander si la réunion avec sa chef s’est bien passée] [QTs euh c’est un resteal ou pas là ?] [Ton collier? Mais qu’est ce que j’en sais moi où il est ton put**n de collier ! ] [Y a un micro stack en BB, vilain doit pas être si light que ça] [Suggérer avec une voix douce et compatissante que le collier en question pourrait être dans la valise] [Tin on est pas loin de la bulle, c’est close comme décision] [Du poulet croustillant aux noix de cajou? m**de mais est-ce que je te raconte ce que j’ai bouffé aujourd’hui moi??!!] [Nooooooooon un JJ foldé à cause du timebank Griuyrtehgjkdfgh!!] [m**de la fin du timebank du QTs, bon ben shove dans le doute] [Balancer un petit mot gentil pour montrer qu’on suit son monologue culinaire][AQ en face. Toute ma vie put**nnnn!] 23h24 : Ma copine est partie se coucher. Les dégâts sont bien là mais il reste 4 beaux deepruns. A cette heure-ci c’est inespéré. FOCUUUUUUUUUUUS. J’ai l’impression d’être Uma Thurman dans Kill Bill prêt à affronter les 200 cents motards jap qui viennent pour la dézinguer. Ça va saigner! 23h36 : Bien en place sur le 100 boules 6-max sharky du jour. On a sorti le A-game pour l’occas et monter des pions. Open KK UTG serein. 3-bet du bouton, cold 4-bet à tapis d’un degen dans les blindes. Il est là le pot du chiplead bordel !!! On laisse le timebank s'écouler tranquillement histoire de faire se level le 3-betteur avec son AQ ou son JJ. Il fold. Insta-cliquage frénétique sur la souris pour call. KJs en face. Encore un put**n de viking qu’a pas le temps ! Flop, m**de la gutshot. Turn brique, ouf ça va. River… pas le 10, pas le 10, pas le 10, allez sivouplèèèèèèèè. Biiiiiiim le 10 ! put**n, mais quel débile pourquoi j’ai appelé le 10 ???!!! 0h04 : Je suis passé en monotabling sur un 10 balles turbo. Je commence à me dire que mon skill ne sera jamais récompensé à sa juste valeur. Dire que les autres croient qu’ils déchattent, qu’ils goûtent un peu à un dixième de mon run (Asto?)… 0h08 : Fait chi**, passer un flip après minuit est devenu une légende urbaine pour moi. Game over. 0h09 : Je spot les pastilles bleues des chattards challengers du CP. WTF !!! L’impression qu’ils ont tous 1 milliard de jetons. Ouverture d’une table au hasard. AA vs KK en toute détente d’un des gonzs. On n’a pas tous la même vie… 0h10 : Allez 4 expressos pour essayer de rembourser la session et je vais me coucher. On ferme les yeux en brayant jackpotjackpotjackpotjackpot le plus vite possible [méthode validée par un génie belge]… Et m**de que du gris... pourquoi j’ai lancé ces daubes ? 1h10 : 20 expressos plus tard je suis délesté d’un bon billet de 100 balles et je maudis ces put**n de regs d’expressos et leurs ranges de limp/minraise 10bb deep (oui oui @Pad& co on parle de vous) Moi, je m’en bats les couilles de Pio solver et des concours de cEV. En dessous de 15bb, c’est un push Môôôôsieur, c’est une question d’honneur. J’ai pas mis deux ans à apprendre par coeur mon tableau push/fold de Nash pour finir par limp ou minraise comme une fiotte 12bb deep. 1h11 : Je me résigne à aller dormir mais juste avant je jette un dernier coup d’œil sur les demis et les finales en pagaille des challengers, ça doit être mon côté sado-maso. 1h13 : Je réveille ma copine en m’explosant le gros orteil contre la table basse. Le poker, la vie, même combat. Elle croit bien faire en me demandant « ça s’est bien passé ton poker ?». Long soupir. 2h08 : Essayer de dormir après avoir passé sa soirée les yeux collés devant un écran à cliquer sur des boutons, c'est au-dessus de mes forces. Les moutons, le rhum, une belle prairie verte avec un petit ruisseau qui coule au milieu, j'ai tout essayé pourtant mais rien n'y fait. put**n de 10 river de m**de! 7h45 : Le réveil. Tiiiiiiiiilt. FIP démarre sur « Everyday » de Buddy Holly. Une vague impression que quelqu’un se fout vraiment de ma gueule. 13h45? J'ai survécu au déjeuner avec le collègue relou qui m'a dit que j'avais l'air fatigué en ce moment. Pas de commentaire. Un tour sur le CP. Comme tous les jours, 4 places de moins au classement. Les chattards challengers ont encore frappé. Je me sens comme un Jacky Durand de la grande époque balançant des attaques désespérées à 200km de l'arrivée pour finalement se faire aspirer par le peloton et finir l'étape tout juste dans les délais. [Rien que de me dire que la plupart des gens qui vont lire ça vont aller sur wikipédia pour voir qui est Jacky Durand fout le cafard au vieux con que je suis devenu] 18h58 : Mon cerveau de poisson rouge a fait le tour du bocal. Le 10 de la veille est (presque) oublié. Dans le métro vers chez moi, je me suis ressassé tous les meilleurs conseils de Yoh Viral (on n'est plus à ça près, Dieu me pardonne). Une petite vidéo de DLTDP pour bien vérifier comment il ne faut pas jouer certains spots et c'est bon, je suis chaud. Allez vite, il me reste tout juste le temps d’aller chercher une bière dans le frigo ! 19h00 : Début de session. Remotivé comme jamais… Bref, 2 jours de break pour arriver frais et dispo dimanche pour la plus belle session cagoule des series! @TMK: Gagner le monsterstack des WSOPC et le monstermillion des WS à deux mois d'intervalle, mec, c'est totalement indécent, ça ne se fait absolument pas. Tu as pensé au manque de respect que c'est pour tous les petits grinders brokish que nous sommes ??? Tu salueras Polito et Saout de ma part quand vous vous croiserez dans votre monde où les lois des probabilités ne semblent pas s'exercer de la même manière. Allez VGG quand même va!
  7. Challenge Winamax Series XX Janvier 2018

    In dans toutes ces belles loteries et le challenge low. MP envoyé. GL all.
  8. Winamax séries XIX

    Salut @guignol , le day 2 du big omaha a des niveaux de 15 minutes. Vu l'aspect gamblish de l'omaha et le fait que c'est le gros tournoi de omaha des series, des niveaux de 20min pour le day2 ça serait vraiment cool pour la jouabilité et je ne pense pas que ça fasse finir trop tard le tournoi (environ 200 joueurs au départ du day 2). Sinon, merci pour le taf, les adaptations à chaque series et les prises de risques avec les garanties! C'est quand même beau 2 tournois à 1M garantie sur le .fr en 2017. GG.
  9. [SCOOP 100€] Overpair Board pairé

    J'aurai tendance à penser que sa range de limp est assez strong avec un mec à 15bb derrière et des blinds à 30bb. Je vois pas de paire dans sa range étant donné qu'il a le stack parfait pour les 4-bet shove contre les blindes et call le resteal du short. Je vais aussi supposer qu'il a très peu de monstres dans sa range si c'est la première fois que je le vois limp. Donc je dirais un truc du genre AJ, AT, A9s, KJ, KT, QJ, QTs, Q9s, JTs, J9s, T9s, 89s A partir du moment où j'estime une range dans laquelle il y a beaucoup de T et de mains suitées et que je ne le vois pas shove sans équité dans ce spot, il y a trop de flushs et de sets dans sa range de shove pour que le call soit ok imho Et puis, une vague impression qu'il a envie qu'on se level (limp pre, bataille de regs, full ko) en le mettant sur un draw. Je fold comme une fiotte. il a ship 100k, il est plus fort que moi de toute façon...
  10. Informations importantes destinées aux joueurs PokerStars.FR

    La première pierre à l'édifice? http://www.clubpoker.net/partage-liquidites-objectif-d-accord-mi-2017/n-12252
  11. Coverage FPS Monaco 2014

    go JayNissa FTW!
  12. [main event 50] AQ UTG+1

    Ok. Merci pour les réponses. Oui je pense qu'il faut fold préflop. On est dans la pire config possible UTG vs 3-bet de SB avec un mec très short en blindes. Normalement, à moins qu'il pense au level au-dessus, il n'y a quasi aucun 3-bet light dans sa range. Du coup je joue contre 99+ AQ+, une range contre laquelle je ne vais pas prendre grand chose quand je me retrouve devant postflop. J'ai juste pas été discipliné quand je me retrouve dans un des seuls spots ou fold AQ IP sur un 3-bet n'est pas horrible. On fold sagement, on perd deux blindes et on passe au coup suivant. Postflop, je me retrouve dans un mauvaise situation où je vais avoir des décisions turn et river qui sont très closes (vu que le call flop est obvious) contre un profil sur lequel je n'ai pas d'infos...
  13. [main event 50] AQ UTG+1

    Petite main chiante. J'open UTG+1 à une table de 9 joueurs. Pas d'histo. Je viens d'arriver à table. Vilain a un pseudo qui fait penser à un reg étranger. BB est super short. Blindes 1k/2k Hero raises 4000 avec 70k de stack SB 3-bet 10.3K avec 100k de stack BB fold avec 10k de stack Hero calls. Flop : SB bets 8.5k dans 25k Hero calls Turn : SB bets 18k dans 42k Avis preflop, flop et turn?
  14. C'est dimanche, on se retrousse les manches !

    2eme sunday warm up ps.fr. Dormi 3h mais on va au taf avec la banane pour un lundi matin
  15. Challenge MTT par équipe

    levietfou ultrachipleader à 18 lefts du HR wina et indypandas 4/8 de l'Xtase... La bataille fait rage! GL all
English
Retour en haut de page
×