Jump to content
Status Updates

Mr Sneeze

CPiste
  • Content count

    635
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    3

Je les aime

Je ne les aime pas trop


Ils m'aiment

Ils ne m'aiment pas trop

Reputation Activity

  1. Like
    Mr Sneeze got a reaction from F1SH for a blog entry, Podcast: Review MTT Live et thèmatique de la Zone   
    Je vous propose une petite vidéo sur le thème de la zone. En réalité c'est un compte-rendu d'un side event des Master Classics Amsterdam à 1600€, que j'ai joué samedi. Je raconte quelques mains rigolotes, mais j'en profite aussi pour debriefer un peu sur mon état mental durant ce tournoi: bien que j'ai busté en fin de day 1, j'ai été impressioné de ma présence et de la qualité de mon decision-making, dans un tournoi vraiment sharky (yavait du beau monde, j'ai joué quelques mains avec Ole Schemion mais c'était loin d'être le seul top reg).
    En termes de sensations, OK j'ai bust avant l'IM, mais ce tournoi est un succès.
    Je vous parle donc un peu de ça, ce qu'est la 'zone' au poker selon ma propre expérience, et aussi la sensation de 'flow', quand on est réellement dans ce qu'on fait, attentif et affuté. Ici selon moi, un élément décisif aura été ma discipline à bien rester dans une routine avec mon corps, et dans ma respiration (se recentrer en permanence tout au long de la journée).
    Un truc que je mentionne pas dans la vidéo, mais dans les jours qui précèdant le tournoi (la veille surtout), ça m'a beaucoup aidé d'utiliser la visualisation, à la fois quand j'allais courir dehors (tout en courant, je me 'visualise' naviguer les étapes du tournoi), et aussi à l'aide de certaines musiques, qui m'aident à me mettre dans un mental game de guerrier. En gros la préparation est importante aussi, même si j'en parle pas dans la vidéo.
     
    Cliquez ici pour la vidéo (sur Vimeo).
  2. Like
    Mr Sneeze got a reaction from F1SH for a blog entry, Podcast: Review MTT Live et thèmatique de la Zone   
    Je vous propose une petite vidéo sur le thème de la zone. En réalité c'est un compte-rendu d'un side event des Master Classics Amsterdam à 1600€, que j'ai joué samedi. Je raconte quelques mains rigolotes, mais j'en profite aussi pour debriefer un peu sur mon état mental durant ce tournoi: bien que j'ai busté en fin de day 1, j'ai été impressioné de ma présence et de la qualité de mon decision-making, dans un tournoi vraiment sharky (yavait du beau monde, j'ai joué quelques mains avec Ole Schemion mais c'était loin d'être le seul top reg).
    En termes de sensations, OK j'ai bust avant l'IM, mais ce tournoi est un succès.
    Je vous parle donc un peu de ça, ce qu'est la 'zone' au poker selon ma propre expérience, et aussi la sensation de 'flow', quand on est réellement dans ce qu'on fait, attentif et affuté. Ici selon moi, un élément décisif aura été ma discipline à bien rester dans une routine avec mon corps, et dans ma respiration (se recentrer en permanence tout au long de la journée).
    Un truc que je mentionne pas dans la vidéo, mais dans les jours qui précèdant le tournoi (la veille surtout), ça m'a beaucoup aidé d'utiliser la visualisation, à la fois quand j'allais courir dehors (tout en courant, je me 'visualise' naviguer les étapes du tournoi), et aussi à l'aide de certaines musiques, qui m'aident à me mettre dans un mental game de guerrier. En gros la préparation est importante aussi, même si j'en parle pas dans la vidéo.
     
    Cliquez ici pour la vidéo (sur Vimeo).
  3. Like
    Mr Sneeze reacted to FishyDoui for a blog entry, Hors sujet: La dureté du poker live   
     
    Juste un petit post pour revenir sur le week end que j'ai passé et la violence psychologique que peut parfois apporter le poker ... 
     
    Pour re-situer la chose, je suis partit du jeudi au dimanche à Lyon pour jouer le FPO avec deux potes.
     
    Jeudi :
    Arrivé à l'hotel, je fais un sat à 100€. Une boucherie, je saute ! 
    18h je buy-in le Main en tardif (600€) Je gagne pas un coup... Bust rapidement ! Retour à l'hotel pour attendre les copains... 
     
    Je sens déjà les premières sensations de frustration mêlés à de la jalousie ! Jalousie car un de mes potes se qualifie au Day 2 et l'autre chip le sat du Main...
    Mais bon rien de grave, demain il y a un autre Day 1 on est motivé et on avait prévu le budget.
     
    Vendredi:
    Il est 12h32 et le tournoi commence à Midi. Rien de grave puisque la structure est belle. Mon pote dort toujours et on avait convenu d'y aller ensemble. Mais je ne tiens plus en place... Il faut absolument que je joue ! 
    Je prend un Uber, je mange en speed et GO pour grind !
    Enfin grind c'est un grand mot... Des que mon pote arrive dans le tournois (~1h30 plus tard) j'ai déjà perdu 1/3 de mon stack !
    On ne me verra plus dans le tournoi après la prochaine pause... A quoi cela serve que je raconte mes coups c'est toujours "Ce fameux fish qui chatte tout... Il y en a toujours un et ça tombe sur ma gueule !" (La variance)
     
    Je retourne à l'hotel pour rejoindre mon pote qui s'était qualifié pour le jour 2. Le troisième nous rejoins pendant le dinner break et nous apprend qu'il a très peu de jetons. 
    Le pote déjà qualifié pour le day 2 décide de faire un sat pour le High Roller (20h), mon pote va reprendre son tournoi (20h15) et c'est maintenant que nerveusement ça va se gâter... Car en parallèle j'apprend que d'autres potes vont à une soirée se mettre une cuite et voir des filles.... Ils profitent des plaisirs simple et peu couteux pendant que moi j'ai déjà dépensé 1 300€ (Hors frais annexes) pour rester assis avec des inconnus (que j'ai finit par détester au final) et me voila maintenant tout seul dans cet hôtel miteux à 20h...
    Je vrais vraiment resté dans cet hôtel m**dique ?
    Hors de question, Nique sa Maman, je retire presque tout le plafond de ma carte et j'emprunte 100 balles à un pote et je fais l'ultime jour 1 du main (Un turbo ou j'apprendrais plus tard qu'en réalité je n'avais pas le droit de le faire...) 
    Début du tournoi 21h ! Une table ultra facile, les mecs sont claqués ils ont pas le temps: PARFAIT !
    On ne me verra plus à la première pause.... (Pour la petite histoire, si j'avais survécue à la pause, on aurait retiré mes jetons et remboursé le tournoi car je ne pouvais pas participer à 3 day1...)
     
    J'attend mon pote qui finit lui son Day 1 de midi. Il me dit qu'il termine avec un stack énorme... Il m'invite au resto... J'essaye de faire bonne mine et le féliciter, d'écouter ses coups... 
    Mais j'ai envie de vomir... J'ai pas faim... Pour la première fois de ma vie, j'ai frôlé la dépression... Perdre autant de temps et d'argent pour ça... Je me met soudainement à penser à mon neveu et ma nièce.. Leurs sourires et leurs joies simple... Je pense au fait que je n'ai pas de copine et que je passe beaucoup de temps enfermé dans ce casino, dans un monde faux... 
    Je me rend compte que j'ai pris 2 jours de congés et une grosse sommes d'argent pour en réalité passer un week end à déprimer...
    Pis finalement, je finis par me remettre les idées en places! Je rentre me foutre sous la couette, un film... Demain est un autre jour ! 
     
    Samedi:
    J'apprend au réveil que mon pote à chip le sat High Roller... Ils ont tout les deux leur day 2 qui commencent à midi... Et moi je suis la, Broke ! 
    Enfin broke, pas totalement, il doit me rester 200€ de plafond. Y'a un 300€ qui commencent à 14h... 300€ ça ne représente plus rien pour moi ! La notion d'argent j'ai zappé!
    "T'a 100€ à me prêter?" et Bim me voila inscrit !
    Ce fut le moins pire de mes tournois ! j'ai même pris beaucoup de plaisir à jouer j'ai cru que j'allais finir énorme mais un mec qui ne devait s'en doute pas m'apprécier à décider de 5bet shove AQo après mon NewYork Back Raise avec KK. Parfait, un pot à 140K pour 30K de starting: Alons voir un board... AS....
    Je termine la journée avec 111K. Structure boucherie, 15bb à 12 places des payés.
    Un de mes potes à fait ITM sur le main pour 1.2K€ et il décide de faire le HR avec mon autre pote.
    Ils font day 2 parfait, on sera 3 à joué demain ! 
     
    Dimanche:
    J'emmène mes deux potes à leur day 2 (12h). Et je retourne me reposer à l'hôtel et prendre une douche, mon day 2 ne commençant qu'à 14h. 
    J'arrive dans la salle et j'apprend que pour eux tout se passe bien, ils montent des jetons sur le HR. A moi de jouer ! 
    Malheureusement, je ne trouverais aucun spot favorable pour doubler mon stack. Je ne réussirait même pas à prendre les blindes une fois... 
    Le directeur annonce que nous jouerons le main par main jusqu'a la prochaine élimination. Il me reste 2BB et je suis de BB.... QTs... On y va ! 
    BubbleMan !
     
    Et la c'est devenue tendu... Mais vraiment tendu... Je savais que j'allais devoir attendre mes potes pendant très longtemps... Sans nul part ou aller (Nous avions rendu la chambre) seul avec moi même... Dans ce casino.... 
    Je n'ai même pas honte de le dire: j'ai eu envie de pleurer ! Ce jeu que j'aime tant est en train de m'anéantir ! Je suis en train de réaliser que les joies qu'il apporte ne sont rien comparé aux souffrances... 
    Je vais fumer, je vais dans la voiture, je joue à un jeu m**dique.. Je regarde le week end des gens sur les réseaux sociaux... Je finit même par claquer 20€ sur une machine à sous débile.... Seul, ça tourne plus très rond dans ma tête.... 
    En fait, je suis seul sans être seul... Nous sommes une centaine à errer, refaire les coups ou fumer clope sur clope dans le froid... Personne ne parle à personne... Chacun reste enfermé dans son désespoir... Comme la plupart du temps on est entré dans ce casino la tête rempli de rêves et on y est maintenant enfermé et rattrapé par la réalité ! 
     
    La réalité que j'ai gâché plus d'un smic et 2 jours de congés,  pour les passer loin de ceux que j'aime et prés de ceux qui me haïssent... Car oui, les connaissances du poker ne sont qu'éphémère et l'amitié y est impossible ! 
    Après quelques heures de solitude.... Un pote finit pas bust . Un zombie de plus dans cette enfer... Mais au moins un zombie avec qui discuter !
    Mon autre pote finira par sauter également... On prendra la voiture peut de temps plus tard... Et au bout de 20 min de route, les sourires reviennent et la vie reprendra son cours comme si de rien n'était.... 
    On a qu'une seule idée en tête: Quand est-ce qu'on retourne faire un tournoi?! 
     
     
     
    A tête reposer et quand on lit ces lignes on peut se dire que c'est une histoire classique du poker ! Et c'est malheureusement vrai... C'est l'histoire de 95% des joueurs de poker ! Des perdants qui perdent leur temps et leurs argents pour écrire quelques belles histoires... Mais pas la leur ! 
    Un quotidien dont finalement peut de gens parlent ! J'avait vu une seule fois un joueur pro, briser le silence et dire qu'il avait fait une dépression l'ayant mené jusqu'a une tentative de suicide.... 
    Car pour moi, aussi douloureux qu'est été ce week end, j'étais dans un bon état d'esprit en partant, j'ai un travail et l'argent que j'ai utilisé ne m'était pas vitale.
    Mais que ce passe-t-il pour quelqu'un qui est dans un mauvais état d'esprit, qui n'a plus une thune et qui n'a pour unique revenue que le poker ? 
     
    Pour clôturer ce post et comme il vient de sortir je vous invite à regarder le reportage Un jour viendra . Il retrace en grande partie le sentiment de ce post...  Les témoignages y sont poignant car gorgés de réelles expériences ! 
    Evidemment, je retournerai jouer en live et évidement ce jeu est magnifique !! Mais si vous donnez à ce jeu trop d'importance par rapport au reste de votre vie, si vous comptez uniquement sur ce jeu pour vous construire et générer vos revenues.... Vous serez parmi une foule d'une centaine de personnes dont un seul aura le ticket gagnant ! 
    J'ai eu la chance une fois de gagner 19 000€ dans un tournoi... Un One Time qui finalement ne sert qu'a tenir peu de temps... On rêve, on profite, on profite, on recommence... Et mince... C'est plus notre tour ! 
     
    Je sais que j'ai pas beaucoup de lecteur de ce blog, mais je rappel que ce blog est avant une manière pour moi de faire ressortir mes émotions. C'est mon journal intime 
    Ca m'aide à dédramatiser . 
  4. Like
    Mr Sneeze got a reaction from F1SH for a blog entry, Podcast: Review MTT Live et thèmatique de la Zone   
    Je vous propose une petite vidéo sur le thème de la zone. En réalité c'est un compte-rendu d'un side event des Master Classics Amsterdam à 1600€, que j'ai joué samedi. Je raconte quelques mains rigolotes, mais j'en profite aussi pour debriefer un peu sur mon état mental durant ce tournoi: bien que j'ai busté en fin de day 1, j'ai été impressioné de ma présence et de la qualité de mon decision-making, dans un tournoi vraiment sharky (yavait du beau monde, j'ai joué quelques mains avec Ole Schemion mais c'était loin d'être le seul top reg).
    En termes de sensations, OK j'ai bust avant l'IM, mais ce tournoi est un succès.
    Je vous parle donc un peu de ça, ce qu'est la 'zone' au poker selon ma propre expérience, et aussi la sensation de 'flow', quand on est réellement dans ce qu'on fait, attentif et affuté. Ici selon moi, un élément décisif aura été ma discipline à bien rester dans une routine avec mon corps, et dans ma respiration (se recentrer en permanence tout au long de la journée).
    Un truc que je mentionne pas dans la vidéo, mais dans les jours qui précèdant le tournoi (la veille surtout), ça m'a beaucoup aidé d'utiliser la visualisation, à la fois quand j'allais courir dehors (tout en courant, je me 'visualise' naviguer les étapes du tournoi), et aussi à l'aide de certaines musiques, qui m'aident à me mettre dans un mental game de guerrier. En gros la préparation est importante aussi, même si j'en parle pas dans la vidéo.
     
    Cliquez ici pour la vidéo (sur Vimeo).
  5. Like
    Mr Sneeze got a reaction from F1SH for a blog entry, Podcast: Review MTT Live et thèmatique de la Zone   
    Je vous propose une petite vidéo sur le thème de la zone. En réalité c'est un compte-rendu d'un side event des Master Classics Amsterdam à 1600€, que j'ai joué samedi. Je raconte quelques mains rigolotes, mais j'en profite aussi pour debriefer un peu sur mon état mental durant ce tournoi: bien que j'ai busté en fin de day 1, j'ai été impressioné de ma présence et de la qualité de mon decision-making, dans un tournoi vraiment sharky (yavait du beau monde, j'ai joué quelques mains avec Ole Schemion mais c'était loin d'être le seul top reg).
    En termes de sensations, OK j'ai bust avant l'IM, mais ce tournoi est un succès.
    Je vous parle donc un peu de ça, ce qu'est la 'zone' au poker selon ma propre expérience, et aussi la sensation de 'flow', quand on est réellement dans ce qu'on fait, attentif et affuté. Ici selon moi, un élément décisif aura été ma discipline à bien rester dans une routine avec mon corps, et dans ma respiration (se recentrer en permanence tout au long de la journée).
    Un truc que je mentionne pas dans la vidéo, mais dans les jours qui précèdant le tournoi (la veille surtout), ça m'a beaucoup aidé d'utiliser la visualisation, à la fois quand j'allais courir dehors (tout en courant, je me 'visualise' naviguer les étapes du tournoi), et aussi à l'aide de certaines musiques, qui m'aident à me mettre dans un mental game de guerrier. En gros la préparation est importante aussi, même si j'en parle pas dans la vidéo.
     
    Cliquez ici pour la vidéo (sur Vimeo).
  6. Like
    Mr Sneeze got a reaction from AmenMyBread for a blog entry, Session Zoom 200   
    Salut les copaings.
     
    Vu que je me prépare à faire un twitch MTT incessemment sous peu, j'ai décidé de tester mes configs et d'enregistrer une petite session de Zoom 200 NLHE sur ps.eu.
    J'ai fait quasiment que des mtts cette année, mais je me remets au cash game ce mois-ci. Pas déçu de mes sensations, je sais encore à peu près ce que je fais.
     
    Voici le lien.
     
    Enjoy!
  7. Like
    Mr Sneeze got a reaction from F1SH for a blog entry, Podcast: Review MTT Live et thèmatique de la Zone   
    Je vous propose une petite vidéo sur le thème de la zone. En réalité c'est un compte-rendu d'un side event des Master Classics Amsterdam à 1600€, que j'ai joué samedi. Je raconte quelques mains rigolotes, mais j'en profite aussi pour debriefer un peu sur mon état mental durant ce tournoi: bien que j'ai busté en fin de day 1, j'ai été impressioné de ma présence et de la qualité de mon decision-making, dans un tournoi vraiment sharky (yavait du beau monde, j'ai joué quelques mains avec Ole Schemion mais c'était loin d'être le seul top reg).
    En termes de sensations, OK j'ai bust avant l'IM, mais ce tournoi est un succès.
    Je vous parle donc un peu de ça, ce qu'est la 'zone' au poker selon ma propre expérience, et aussi la sensation de 'flow', quand on est réellement dans ce qu'on fait, attentif et affuté. Ici selon moi, un élément décisif aura été ma discipline à bien rester dans une routine avec mon corps, et dans ma respiration (se recentrer en permanence tout au long de la journée).
    Un truc que je mentionne pas dans la vidéo, mais dans les jours qui précèdant le tournoi (la veille surtout), ça m'a beaucoup aidé d'utiliser la visualisation, à la fois quand j'allais courir dehors (tout en courant, je me 'visualise' naviguer les étapes du tournoi), et aussi à l'aide de certaines musiques, qui m'aident à me mettre dans un mental game de guerrier. En gros la préparation est importante aussi, même si j'en parle pas dans la vidéo.
     
    Cliquez ici pour la vidéo (sur Vimeo).
  8. Like
    Mr Sneeze got a reaction from F1SH for a blog entry, Podcast: Review MTT Live et thèmatique de la Zone   
    Je vous propose une petite vidéo sur le thème de la zone. En réalité c'est un compte-rendu d'un side event des Master Classics Amsterdam à 1600€, que j'ai joué samedi. Je raconte quelques mains rigolotes, mais j'en profite aussi pour debriefer un peu sur mon état mental durant ce tournoi: bien que j'ai busté en fin de day 1, j'ai été impressioné de ma présence et de la qualité de mon decision-making, dans un tournoi vraiment sharky (yavait du beau monde, j'ai joué quelques mains avec Ole Schemion mais c'était loin d'être le seul top reg).
    En termes de sensations, OK j'ai bust avant l'IM, mais ce tournoi est un succès.
    Je vous parle donc un peu de ça, ce qu'est la 'zone' au poker selon ma propre expérience, et aussi la sensation de 'flow', quand on est réellement dans ce qu'on fait, attentif et affuté. Ici selon moi, un élément décisif aura été ma discipline à bien rester dans une routine avec mon corps, et dans ma respiration (se recentrer en permanence tout au long de la journée).
    Un truc que je mentionne pas dans la vidéo, mais dans les jours qui précèdant le tournoi (la veille surtout), ça m'a beaucoup aidé d'utiliser la visualisation, à la fois quand j'allais courir dehors (tout en courant, je me 'visualise' naviguer les étapes du tournoi), et aussi à l'aide de certaines musiques, qui m'aident à me mettre dans un mental game de guerrier. En gros la préparation est importante aussi, même si j'en parle pas dans la vidéo.
     
    Cliquez ici pour la vidéo (sur Vimeo).
  9. Like
    Mr Sneeze got a reaction from Mr. Tubells for a blog entry, Free ride 162$: suite et fin   
    Comme promis, voici la suite de ma vidéo live de mon petit deep run, et on se retrouve en monotabling !
    Partie 2 ici
     
    Partie 3 là
     
    Hope you'll enjoy
  10. Like
    Mr Sneeze got a reaction from F1SH for a blog entry, Podcast: Review MTT Live et thèmatique de la Zone   
    Je vous propose une petite vidéo sur le thème de la zone. En réalité c'est un compte-rendu d'un side event des Master Classics Amsterdam à 1600€, que j'ai joué samedi. Je raconte quelques mains rigolotes, mais j'en profite aussi pour debriefer un peu sur mon état mental durant ce tournoi: bien que j'ai busté en fin de day 1, j'ai été impressioné de ma présence et de la qualité de mon decision-making, dans un tournoi vraiment sharky (yavait du beau monde, j'ai joué quelques mains avec Ole Schemion mais c'était loin d'être le seul top reg).
    En termes de sensations, OK j'ai bust avant l'IM, mais ce tournoi est un succès.
    Je vous parle donc un peu de ça, ce qu'est la 'zone' au poker selon ma propre expérience, et aussi la sensation de 'flow', quand on est réellement dans ce qu'on fait, attentif et affuté. Ici selon moi, un élément décisif aura été ma discipline à bien rester dans une routine avec mon corps, et dans ma respiration (se recentrer en permanence tout au long de la journée).
    Un truc que je mentionne pas dans la vidéo, mais dans les jours qui précèdant le tournoi (la veille surtout), ça m'a beaucoup aidé d'utiliser la visualisation, à la fois quand j'allais courir dehors (tout en courant, je me 'visualise' naviguer les étapes du tournoi), et aussi à l'aide de certaines musiques, qui m'aident à me mettre dans un mental game de guerrier. En gros la préparation est importante aussi, même si j'en parle pas dans la vidéo.
     
    Cliquez ici pour la vidéo (sur Vimeo).
  11. Like
    Mr Sneeze got a reaction from F1SH for a blog entry, Podcast: Review MTT Live et thèmatique de la Zone   
    Je vous propose une petite vidéo sur le thème de la zone. En réalité c'est un compte-rendu d'un side event des Master Classics Amsterdam à 1600€, que j'ai joué samedi. Je raconte quelques mains rigolotes, mais j'en profite aussi pour debriefer un peu sur mon état mental durant ce tournoi: bien que j'ai busté en fin de day 1, j'ai été impressioné de ma présence et de la qualité de mon decision-making, dans un tournoi vraiment sharky (yavait du beau monde, j'ai joué quelques mains avec Ole Schemion mais c'était loin d'être le seul top reg).
    En termes de sensations, OK j'ai bust avant l'IM, mais ce tournoi est un succès.
    Je vous parle donc un peu de ça, ce qu'est la 'zone' au poker selon ma propre expérience, et aussi la sensation de 'flow', quand on est réellement dans ce qu'on fait, attentif et affuté. Ici selon moi, un élément décisif aura été ma discipline à bien rester dans une routine avec mon corps, et dans ma respiration (se recentrer en permanence tout au long de la journée).
    Un truc que je mentionne pas dans la vidéo, mais dans les jours qui précèdant le tournoi (la veille surtout), ça m'a beaucoup aidé d'utiliser la visualisation, à la fois quand j'allais courir dehors (tout en courant, je me 'visualise' naviguer les étapes du tournoi), et aussi à l'aide de certaines musiques, qui m'aident à me mettre dans un mental game de guerrier. En gros la préparation est importante aussi, même si j'en parle pas dans la vidéo.
     
    Cliquez ici pour la vidéo (sur Vimeo).
  12. Like
    Mr Sneeze got a reaction from F1SH for a blog entry, Podcast: Review MTT Live et thèmatique de la Zone   
    Je vous propose une petite vidéo sur le thème de la zone. En réalité c'est un compte-rendu d'un side event des Master Classics Amsterdam à 1600€, que j'ai joué samedi. Je raconte quelques mains rigolotes, mais j'en profite aussi pour debriefer un peu sur mon état mental durant ce tournoi: bien que j'ai busté en fin de day 1, j'ai été impressioné de ma présence et de la qualité de mon decision-making, dans un tournoi vraiment sharky (yavait du beau monde, j'ai joué quelques mains avec Ole Schemion mais c'était loin d'être le seul top reg).
    En termes de sensations, OK j'ai bust avant l'IM, mais ce tournoi est un succès.
    Je vous parle donc un peu de ça, ce qu'est la 'zone' au poker selon ma propre expérience, et aussi la sensation de 'flow', quand on est réellement dans ce qu'on fait, attentif et affuté. Ici selon moi, un élément décisif aura été ma discipline à bien rester dans une routine avec mon corps, et dans ma respiration (se recentrer en permanence tout au long de la journée).
    Un truc que je mentionne pas dans la vidéo, mais dans les jours qui précèdant le tournoi (la veille surtout), ça m'a beaucoup aidé d'utiliser la visualisation, à la fois quand j'allais courir dehors (tout en courant, je me 'visualise' naviguer les étapes du tournoi), et aussi à l'aide de certaines musiques, qui m'aident à me mettre dans un mental game de guerrier. En gros la préparation est importante aussi, même si j'en parle pas dans la vidéo.
     
    Cliquez ici pour la vidéo (sur Vimeo).
  13. Like
    Mr Sneeze got a reaction from AmenMyBread for a blog entry, Session Zoom 200   
    Salut les copaings.
     
    Vu que je me prépare à faire un twitch MTT incessemment sous peu, j'ai décidé de tester mes configs et d'enregistrer une petite session de Zoom 200 NLHE sur ps.eu.
    J'ai fait quasiment que des mtts cette année, mais je me remets au cash game ce mois-ci. Pas déçu de mes sensations, je sais encore à peu près ce que je fais.
     
    Voici le lien.
     
    Enjoy!
  14. Like
    Mr Sneeze got a reaction from AmenMyBread for a blog entry, Session Zoom 200   
    Salut les copaings.
     
    Vu que je me prépare à faire un twitch MTT incessemment sous peu, j'ai décidé de tester mes configs et d'enregistrer une petite session de Zoom 200 NLHE sur ps.eu.
    J'ai fait quasiment que des mtts cette année, mais je me remets au cash game ce mois-ci. Pas déçu de mes sensations, je sais encore à peu près ce que je fais.
     
    Voici le lien.
     
    Enjoy!
  15. Like
    Mr Sneeze got a reaction from AmenMyBread for a blog entry, Session Zoom 200   
    Salut les copaings.
     
    Vu que je me prépare à faire un twitch MTT incessemment sous peu, j'ai décidé de tester mes configs et d'enregistrer une petite session de Zoom 200 NLHE sur ps.eu.
    J'ai fait quasiment que des mtts cette année, mais je me remets au cash game ce mois-ci. Pas déçu de mes sensations, je sais encore à peu près ce que je fais.
     
    Voici le lien.
     
    Enjoy!
  16. Like
    Mr Sneeze got a reaction from AmenMyBread for a blog entry, Session Zoom 200   
    Salut les copaings.
     
    Vu que je me prépare à faire un twitch MTT incessemment sous peu, j'ai décidé de tester mes configs et d'enregistrer une petite session de Zoom 200 NLHE sur ps.eu.
    J'ai fait quasiment que des mtts cette année, mais je me remets au cash game ce mois-ci. Pas déçu de mes sensations, je sais encore à peu près ce que je fais.
     
    Voici le lien.
     
    Enjoy!
  17. Like
    Mr Sneeze got a reaction from AmenMyBread for a blog entry, Session Zoom 200   
    Salut les copaings.
     
    Vu que je me prépare à faire un twitch MTT incessemment sous peu, j'ai décidé de tester mes configs et d'enregistrer une petite session de Zoom 200 NLHE sur ps.eu.
    J'ai fait quasiment que des mtts cette année, mais je me remets au cash game ce mois-ci. Pas déçu de mes sensations, je sais encore à peu près ce que je fais.
     
    Voici le lien.
     
    Enjoy!
  18. Like
    Mr Sneeze got a reaction from AmenMyBread for a blog entry, Session Zoom 200   
    Salut les copaings.
     
    Vu que je me prépare à faire un twitch MTT incessemment sous peu, j'ai décidé de tester mes configs et d'enregistrer une petite session de Zoom 200 NLHE sur ps.eu.
    J'ai fait quasiment que des mtts cette année, mais je me remets au cash game ce mois-ci. Pas déçu de mes sensations, je sais encore à peu près ce que je fais.
     
    Voici le lien.
     
    Enjoy!
  19. Like
    Mr Sneeze got a reaction from AmenMyBread for a blog entry, Session Zoom 200   
    Salut les copaings.
     
    Vu que je me prépare à faire un twitch MTT incessemment sous peu, j'ai décidé de tester mes configs et d'enregistrer une petite session de Zoom 200 NLHE sur ps.eu.
    J'ai fait quasiment que des mtts cette année, mais je me remets au cash game ce mois-ci. Pas déçu de mes sensations, je sais encore à peu près ce que je fais.
     
    Voici le lien.
     
    Enjoy!
  20. Like
    Mr Sneeze got a reaction from AmenMyBread for a blog entry, Session Zoom 200   
    Salut les copaings.
     
    Vu que je me prépare à faire un twitch MTT incessemment sous peu, j'ai décidé de tester mes configs et d'enregistrer une petite session de Zoom 200 NLHE sur ps.eu.
    J'ai fait quasiment que des mtts cette année, mais je me remets au cash game ce mois-ci. Pas déçu de mes sensations, je sais encore à peu près ce que je fais.
     
    Voici le lien.
     
    Enjoy!
  21. Like
    Mr Sneeze reacted to olivierp for a blog entry, Une introduction aux "solveurs"   
    J'ai dans les tiroirs un article que j'avais écris pour (feu) so poker n°3, je me dit que tant qu'à faire, autant le poster sur le cp :
     
     Une introduction aux solvers
    A haut niveau, le poker façon grand mère est révolu depuis un petit moment. Les recettes de cuisine que l'on pouvait utiliser en s'inspirant des mooves de Durrrr dans High Stakes Poker sont un peu passées de mode...
    Les joueurs progressent d'années en année et une approche plus équilibrée ("GTO") est désormais la norme.
    Une révolution récente qui a permis à cette approche de faire des pas de géants est l’apparition de solveurs. Il s'agit de logiciels permettant de calculer des équilibres entre adversaires : on rentre un certain nombre de paramètres initiaux (éventails de main, taille des tapis, taille du pot, mises utilisables, etc...), le logiciel mouline et nous propose une stratégie à adopter qui est sensée être « inexploitable ».
     
    Ces logiciels se heurtent à plusieurs limites. En effet, il ne sont utilisables qu'en situations de heads up et les résultats obtenus sont en général très complexes à mettre en œuvre et donc difficilement exploitables.
    Ils permettent aussi de dire tout un tas d’âneries si l'on ne fait pas bien attention à ce que l'on fait.
     
    Prenons un exemple pour éclaircir tout ça (si tout se passe bien ) 
    La situation J'ai pris comme point de départ une vidéo de Ben Sulsky (Sauce123) sur RunitOnce où il analyse une situation UTG+1 vs Btn sur un flop  à l'aide de Piosolver (un des solveur existant sur le marché).

     
    Pour résumer la vidéo, l'idée est d'étudier les profils de continuation-bet de nos adversaires et de s'y adapter correctement.
    Bon, il ne s'agit ici évidement pas de faire un résumé de la vidéo, mais de voir assez rapidement comment « marche » un solveur, je ne parlerais que de la situation au flop.
     
    Les ranges C'est le premier paramètre que nous allons devoir rentrer dans le solveur. Je ne me contenterai que de reprendre les ranges proposées par Ben Sulsky (ci-dessous). C'est en général un bordel noir de les définir correctement dans une bonne partie des situations. Simplement parce qu'en fonction des joueurs, celles-ci peuvent évoluer une tonne (et que ça va avoir ensuite un effet monstrueux sur les stratégies proposées).

    range de relance utg
     

    range de call au bouton
     
    Pour lire ses ranges, le chiffre en dessous des mains correspond à la proportion de ces mains présentent dans les ranges respectives. C'est assez simple pour UTG qui va simplement relancer ou coucher, donc en règle général des 0 et des 1, mais ça devient plus dur à définir quand les joueurs ont aussi l'occasion de 3-bet.
    Par exemple Bouton paye 50% des ses suité parce que sa range est certainement construite avec une partie de relance et une partie de call (c'est standard de split ses ranges dans beaucoup de situation pré flop).
     
    Les ranges proposée par Ben Sulsky sont notablement plus large que ce que l'on rencontre habituellement. Pour donner une idée, UTG relance un peu plus de 20% de ses mains. Aux tables en moyenne limite, les ranges d'open varient globalement entre 13 et 20%. Bref, c'est large, mais pas fou non plus. Idem pour la range de call au bouton, qui pour le coup va encore plus varier en fonction des joueurs...
     
    Les paramètres Il faut aussi rentrer les paramètres de mises : quels montants par street, possibilité de raise, de donk etc...
    Compte tenu de la taille des arbres de calculs, on est assez vite limité en nombre de sizings, en plus d'avoir un résultats qui sera tout à fait inexploitable.

    paramètres entrés pour la simulation
     
    Pour le coup, les paramètres rentrés sont au plus simple : une seule taille de mise par street. Ca permet tout de même en général de donner une bonne idée de ce qu'il faut faire.
    Une approche classique est de lancer une simulation avec plusieurs sizing (disons 3, par ex 1/3 - 2/3 - 150% pot au flop) pour ensuite sélectionner le majoritaire selon Pio (s'il y en a) et relancer une simulation plus simple ensuite.
     
    Le calcul Sur notre ordre, Piosolver mouline. Une fois la précision demandée obtenue (c'est paramétrable aussi), il nous explique ce que l'on doit faire au flop. Commençons par la fréquence de mise d'UTG+1 :

    stratégie proposée pour  UTG+1, en vert les checks, en rouge les mises
     
    Verdict :
    il faut check quasiment tout le temps ! Pour être précis, les fréquences proposées sont miser 6,5 % / check 93,5 %. Cela va pas mal à l'encontre des habitudes que l'on peut voir aux tables...
    Cette stratégie est assez simple finalement, voyons ce qui est proposé ensuite pour le Bouton :

    stratégie proposée pour  le Bouton, en vert les checks, en rouge les mises
     
    Verdict :
    Cette fois ci, la stratégie proposée est plus compliquée : 50% check / 50% bet, et pas mal de mains peuvent à la fois miser ou checker, pratique...
    Nous pouvons avoir des informations sur la manière dont Piosolver partage les mains en fonction des couleurs des cartes, il suffit de lui demander. Prenons deux exemple : 88 et T9s :
                                                             
    proportion de check / bet en fonction des couleurs des cartes pour 88 et T9s
    Dans le cas de T9s, un thème se dégage : nous allons miser les mains avec des tirages flush backdoors. Dans le cas de 88, le thème c'est qu'on en mise une partie, pas particulièrement de logique qui ressort en fonction des couleurs de nos cartes.
     
    Pour pouvoir appliquer les stratégies proposées par les solveurs « dans la vraie vie » il va nous falloir simplifier les résultats. Par exemple dans le cas du bouton à qui UTG+1 à check :
    Les pocket pairs : check 66-TT, miser les nuts (brelans et overpaires 44-55-JJ-QQ) Les As suités : miser les plus petits as sans paires (A2s, A3s, A6s et A7s) + AJs, checker les autres As (ils ont plus de showdown value, donc moins intéret de faire fold des mains en face)
    Miser KTs, T9s, T8s, 98s avec les backdoor flush draws
    Au niveau des paires de valets : check les plus mauvais valets (JTs, J9s) et miser tous les autres
    Deux mains méritent certainement d'être partagées entre miser et checker pour se couvrir si une overcard arrive au turn ou à la river : AQ et KQ (Pio nous propose à peu près du 50/50 entre les deux options)
    Pour partager leurs mains, certains joueurs utilisent des « randomize », c'est un logiciel qui affiche un nombre entre 0 et 100 lorsqu'on le lui demande.
     
    Bref à chaque situation que l'on étudie, il faut en tirer des résultats qui soient applicables ET mémorisables, pas évident .
     
    Dans cet exemple, une seule taille de mise a été envisagée d'ailleurs.
    Pour information si laisse l’opportunité au bouton de miser 33%, 66% ou 150 % du pot, le solveur n'utilise quasiment que la mise de 66% du pot donc on est pas mal au niveau de nos résultats.
    Ce n'est pas toujours le cas, et ça augmente évidement la complexité des situations.
     
    On change un truc pour voir ? Un des commentaires sur cette vidéo est assez intéressant : en gros il dit que beaucoup de joueurs réguliers ont tendance à ne pas payer les pocket paires trop petites pré-flop, idem pour les connecteurs assortis.
    Cela risque d'avoir un effet extrêmement fort sur les stratégies vu que si l'on enlève 44-55-66-54s-56s de la range du Bouton, on lui enlève une énorme partie de ses nuts (brelans, double paire).
     
    Dans ce cas la stratégie proposée par Piosolver au flop change drastiquement (LOL) :

    Euh, le plan c'était pas de check 100% plutôt ??
    Cette fois ci, le solveur nous propose de miser 90% du temps ! Autant dire tout le temps... Alors que précédemment la situation était tout à fait inversée.
    Le résultat est logique, la présence / absence de nuts dans les ranges des joueurs est extrêmement important au niveau du déroulement de la main.
    D'ailleurs certains joueurs de relance pas non plus les plus petites pocket pairs et connecteurs pré flop UTG+1 ...
     
    Conclusion : L'idée de cet article était de donner une idée de ce qu'était l'utilisation des solveurs, et aussi de montrer leurs limites (en particulier au niveau de la définition des ranges des joueurs).
    Les résultats obtenus sont toujours très complexes à mettre en œuvre, et arriver à tirer des enseignements généraux demande à chaque fois pas mal de travail supplémentaire.
     
    Un petit conseil pour finir quand même : si vous jouez une main contre Jean-Michel Random qui joue 100% de ses mains et arrive pas à lâcher une paire post flop, rangez les solveurs au placard et jouez un bon vieux poker exploitant, l'approche « GTO » n'a d'intérêt pour faire simple que contre des joueurs de très bon niveau (ou inconnus ET qui ont l'air d'à peu près tenir les cartes).
     
     

  22. Like
    Mr Sneeze got a reaction from Mr. Tubells for a blog entry, Free ride 162$: suite et fin   
    Comme promis, voici la suite de ma vidéo live de mon petit deep run, et on se retrouve en monotabling !
    Partie 2 ici
     
    Partie 3 là
     
    Hope you'll enjoy
  23. Like
    Mr Sneeze got a reaction from Mr. Tubells for a blog entry, Free ride 162$: suite et fin   
    Comme promis, voici la suite de ma vidéo live de mon petit deep run, et on se retrouve en monotabling !
    Partie 2 ici
     
    Partie 3 là
     
    Hope you'll enjoy
  24. Like
    Mr Sneeze got a reaction from AssKicker496 for a blog entry, " I don't work! I play poker! "   
    Jouer au poker, c'est la possibilité de gagner sa vie sans travailler. Un beau rêve n'est-ce pas ? Peut-être moins vrai maintenant, ne nous faisons pas d'illusions.
     
    Il y a finalement très peu de temps, l'argent circulait gaiement, l'abondance était accessible, avec son corollaire, l'espoir de l'argent facile. A quiconque prêt à affûter un tout petit peu sa stratégie, un potentiel de succès financier bien plus élevé que beaucoup d'activités professionnelles. Le tout sans vraiment travailler, donc.
     
    Regardons aujourd'hui le tableau du poker : l'écosystème se casse dramatiquement la gueule. A tous les niveaux. Le rêve de l'argent facile est mort, pour la plupart des joueurs. Donc il faut certainement, maintenant, travailler. Je préfère continuer à dire dire jouer cependant, le terme est plus riche, car jouer, c'est par exemple, jouer avec des structures, des paramètres, remettre en question, bousculer des manières de faire. Travailler est trop linéaire. On peut aussi dire pratiquer, au lieu de jouer.
     
    Il n'y a pour moi aucun doute que l'environnement est cappé : l'argent disponible dans le système pour chaque joueur est lié d'une part aux limites qu'il joue et d'autre part à son edge sur chaque limite. Hors les high stakes ne tournent plus, même les midstakes tournent moins. Les joueurs high stakes d'il y a juste quelques années grindent maintenant en dessous de la 5/10 online, simplement parce qu'il n'y a pas assez d'action au dessus, ou que l'action est fournie uniquement par des joueurs encore meilleurs. Le mouvement est visible en live également.
    A mesure que les joueurs expérimentés et talentueux descendent de limite pour 'manger', les joueurs médiocres ou faibles se font rétamer la gueule beaucoup plus vite, rendant progressivement la limite moins 'fishy', et forçant petit à petit les mauvais réguliers vers la sortie, ou en tout cas vers une existence beaucoup plus tendue et incertaine.
     
     
    Ce mouvement est irrémédiable. Il peut être compensé à certains moment par de l'afflux d'argent frais dans un sous-environnement. Reste que les joueurs perdants, pour la plupart, ne vont pas s'entêter à perdre des années à ce jeu. Il y a tellement d'autres manières de s'occuper dans une vie (et limite, tellement d'autres manières de s'abîmer, autant faire preuve de créativité).
     
    Il faut accepter que les barrières à l'entrée ont augmenté dans le poker : le jeu s'est complexifié, il faut maintenant pas mal d'expérience pour s'asseoir à une table de poker (peu importe où, dans un casino, ou online) et espérer ne pas se broke en 3 orbites, tellement tout le monde a progressé.
    De fait l'intensité du jeu, le fait qu'on ait tenté de le légitimer comme un sport, avec la compétition des tournois, tout le monde a bien compris que c'était quelque chose de sérieux et pas vraiment comparable avec d'autres jeux de gambleurs. Les gambleurs ont arrêté de gambler dans le poker parce que le jeu est progressivement devenu moins fun pour eux. Sans eux, beaucoup, beaucoup moins, d'argent en circulation.
     
    Beaucoup de reguliers n'ont plus le même enthousiasme qu'avant, car sans aucun doute il faut être bien plus fort qu'avant pour gagner de l'argent. Ils voient la variance les impacter plus, la difficulté à se remettre de gros revers, à conserver une bankroll solide. Ils voient moins de fishs les livrer 'facilement'. Car oui, les 'fishs' progressent également.
    L'erreur de jugement ici aura été de croire qu'il y a une stratégie pour gagner de l'argent au poker, et qu'une fois trouvée, il n'y avait rien d'autre à faire que de grind. L'erreur est de considérer l'environnement comme statique. Précisément, le déploiement des stratégies par les joueurs changent la nature même de l'environnement. Les considérations sur le jeu évoluent. Les gens n'ouvrent pas les mêmes sizings qu'avant. Ils ne considèrent pas les mains et les situations de la même façon.
     
    Donc pour faire simple, faire comme hier et espérer que ça marche demain, ne peut pas marcher dans un environnement évolutif.
     
    Quand un joueur progresse, il oblige ses adversaires à progresser, à s'adapter. Inconsciemment, même si personne ne travaille réellement bien son jeu, le simple fait de jouer fait évoluer les stratégies, et les tendances du pool.
     
     
    Des stratégies sont naturellement validées par l'environnement, et d'autres rejetées. Certaines stratégies se développent, d'autres disparaissent. Si on considère le no-limit hold'em, il est incontestable que les stratégies preflop s'alignent, tout le monde joue plus ou moins pareillement un nombre important de situations. Les erreurs preflop sont moins importantes qu'avant. Et l'edge potentiel bien moindre. Il faut bien réaliser qu'il n'y a pas si longtemps un joueur gagnant faisait la plupart de son blé sur des erreurs catastrophiques des joueurs sur les premières streets. Moins vrai de nos jours, et même en live les pots restent plus petit, beaucoup moins de joueurs qu'avant open à 8x ou autre fanfaronneries. L'environnement dans sa globalité a simplement compris qu'une bonne manière de gagner à ce jeu était de s'armer de patience et commencer par jouer des ranges tight. Et ne pas trop s'exposer.
     
     
    Vu que tout le monde choisit de jouer le waiting game (qui consiste à jouer tight et laisser l'impatience des autres s’empaler sur nos mains décentes), un équilibre se crée dans l'environnement, où certaines stratégies ne peuvent juste plus fonctionner. C'est pour cette raison que le jeu preflop s'uniformise, tant dans les fréquences que dans les sizings. Il y a un point d'équilibre, mais ça ne signifie aucunement qu'on approche là d'un jeu 'GTO'.
     
     
     
     
    GTO, le terme est lâché. La communauté en parle beaucoup, c'est un peu son graal, trouver LA stratégie ultime, une stratégie où on ne peut plus perdre, où on n'est pas exposé, pas vulnérable. Etant un grand partisan de la vulnérabilité comme force, j'ai clairement choisi de ne pas donner trop de crédit à toutes ces sornettes.
    Car dans le pool des joueurs français ET internationaux, je suis clairement plus avancé que la moyenne en termes de 'range thinking' et de GTO. Mais quand la communauté parle de GTO, ou tente de trouver des 'solutions' GTO à certains spots, souvent il y a erreur. Parce que le jeu que vous jouez n'est pas GTO du tout. Vous utilisez seulement le terme pour décrire un point d'équilibre dans un environnement donné.
     
    Peut-être que les meilleurs joueurs de cash game du monde jouent un jeu très équilibré et bien construit à tous les étages : leur bataille devient ainsi une bataille principalement mentale, une bataille de déploiement de leurs choix stratégiques ; c'est à qui résistera le mieux à la pression en fait (c'est ce qui différencie les high stakes du reste du poker d'ailleurs).
    Mais pour ce qui est des joueurs en dessous de la 5/10 online (en live, c'est toutes les limites, tous les joueurs), PERSONNE n'est équilibré totalement, loin de là.
     
     
    Le field croit être équilibré et s'approcher du GTO. C'est là une totale erreur basée sur plusieurs illusions.
     
    La première : contrairement à ce qu'ils croient, très peu de joueurs sont en réelle maîtrise de leur jeu. Ils ne possèdent pas leur jeu. Comme je l'ai évoqué, il y a une sélection naturelle des stratégies qui s'opère dans le jeu : à mesure du jeu, naturellement, certaines stratégies sont évincés. Donc beaucoup de joueurs qui gagnent à un moment gagnent parce que leur stratégie est 'validée'... à ce moment là, à cet endroit là. Qu'ils essaient dans un autre environnement, ou qu'assez de temps passe, et leur stratégie ne sera peut-être plus adaptée du tout. Ce type de joueurs va tendre à s'attacher énormément à ce qui marchait, va lutter pour évoluer, et assez naturellement sortir du jeu un moment ou à un autre.
    S'il n'y a pas de flexibilité stratégique, il n'y a pas réelle maîtrise.
     
    Etre en maîtrise de son jeu, c'est déjà sortir du mode majoritaire d'apprentissage dans la communauté : l'imitation. Tout le monde fait ça. On regarde des meilleurs joueurs que nous jouer, et on copie ce qu'ils font, car forcément ce sont les meilleurs.
    Mais il n'y a pas de compréhension de pourquoi ceci est bien et ceci moins bien. Il n'y a pas de perspective, seulement de l'imitation. Untel fait ça, je vais essayer ! Les sites de coaching suivent ce format, pyramidal, où pour grimper les échelons il s'agit d'observer les meilleurs.
     
    Quelque part, ce mode d'apprentissage est extrêmement limité. Déjà, il est passif. Ensuite, il provoque des énormes erreurs dans la mise en place. Par exemple, après avoir observé que pas mal de très bons joueurs défendaient leurs blindes très loose en MTT, une bonne partie des joueurs de MTT s'est mis à défendre les blindes loose. Ils voient un bon truc, et du coup se mettent à le faire, évidemment sans discernement pour les positions relatives, le fait d'être heads-up ou multiawy, les stack sizes, etc. Donc ils font n'importe quoi et croient mieux jouer 'parce qu'ils font comme Untel'. Ben non, c'est pas aussi simple que ça d'être un très bon joueur. Un très bon joueur comprend l'intéraction des ranges entre elles, des boards, et des streets entre elles. Il comprend aussi l'intéraction des joueurs, leur états émotionnels ou faiblesses psychologiques. Ainsi il peut jouer certaines situations comme il le fait.
     
    Si on imite seulement, on copie quelque chose qui marche, mais sans la structure qui la sous-tend, sans la solidité derrière qui permet de prendre des bonnes décisions. C'est ce que fait la communauté avec le GTO. Tout le monde se met à user majoritairement de certaines lignes et sizings, de certaines tendances. Le jeu preflop devient doucement de plus en plus comme les ouvertures aux échecs : une manière d'entrer la confrontation. L'edge diminue preflop mais il reste très présent turn et river.
     
    Tout le monde reste extrêmement déséquilibré turn et river notamment.
     
     
     
     
    Seconde illusion liée au GTO : 'pourquoi' chercher le GTO. Je veux dire, quelles sont les motivations ? J'y vois une claire tendance à la paranoia, la crainte d'être 'exploitable', donc la volonté de se protéger. Et quelque part de devenir imbattable, derrière une belle armure polie et dorée. C'est la volonté de maîtriser.
     
    Selon moi, penser vraiment GTO, c'est penser en termes d'intéractions de ranges les unes vis à vis des autres et par rapport au board et à ses ramifications. C'est donc extrêmement complexe et subtil. Quand on rentre là-dedans (l'intéraction de ranges, la 'texture' des boards, dans un sens profond), on est facilement dépassé : il y a juste trop de situations au poker pour que l'esprit humain les maîtrise sans un certain nombre de répétitions et d'expérience consciente (et inconsciente, le corps apprend presque, on sent les spots).
     
    La réalité du GTO est très loin d'une stratégie 'fixe', implacable. Le 'vrai' GTO, dans un sens, est le jeu optimal. Ce que cela signifie c'est de déployer les meilleurs stratégies possibles en fonction de ce que nous propose l'environnement. Ce n'est pas quelque chose de 'résolu', ou 'résolvable', c'est un équilibre qui se crée entre les stratégies des joueurs et leurs tentatives de s'exploiter les uns les autres.
    De fait, un joueur a un edge sur un autre lorsqu'il gagne au jeu de l'exploitation, quelle que soit sa forme (l'exploitation dominante de nos jours est clairement une exploitation passive : on exploite en ne s'exposant pas, en ayant un jeu très tight et value-oriented, en bluffant très peu mais espérant que nos adversaires callent tout de même). En cherchant à 'devenir inexploitable', le pool a limité l'intéraction joueur à joueur, car la défense (inexploitabilité) a pris le pas sur l'attaque (exploitation des faiblesses de jeu structurelles, ou psychologiques, de nos adversaires).
     
     
    Collectivement, les joueurs de poker créent des paradigmes, des manières de faire et de jouer, qui se rapprochent d'un équilibre dans un environnement donné, à un moment donné. Cet équilibre, ou une multitude de sous-équilibres, évolue constamment à mesure que des joueurs innovent pour trouver ce que j'appellerai des 'puits de profitabilité'. Ils cherchent des zones du jeu où ils peuvent trouver un edge. L'edge vient d'une plus grande maîtrise de certaines situations, et une tentative d'inviter nos adversaire sur notre terrain de maîtrise.
    Heureusement que ces joueurs existent! Parfois ils font de la m**de, mais parfois, dans leur exploration du chaos ils trouvent des puits de profitabilité qu'ils seront les seuls à exploiter pendant un moment.
     
     
     
     
    Il faut bien comprendre la dynamique intéractionnelle du poker, et c'est en cela que c'est un jeu : vos choix intéragissent avec les choix des autres. La solution n'est donc en soi jamais fixe, mais relationnelle, dépendante de paramètres particuliers.
     
    En fait, je pense que derrière ce GTO bullshit, il y a en fait une réelle crainte de la communauté face à la complexité du pok. Et donc une tentative de simplification des données, des 'manières de faire'. Plutôt que vraiment chercher le play optimal, on se contente de solutions EV+ (ce qui n'a aucune importance par rapport à la solution la plus EV+). En fait on bâtit surtout des approches permettant de limiter notre exposition. Mais c'est un jeu d'exploitation. Si on ne s'expose pas, on limite notre capacité d'exploitation (ou alors exploitation passive comme mentionnée auparavant).
     
    Le GTO, malgré son langage complexe (certains diraient, 'complexifiant'), me semble en réalité une simplification du jeu. Une forme d'auto-justification d'un paradigme plutôt qu'un réel travail sur ce qui marche, ou non. Il n'y a pas d'exploration des possibilités du no-limit hold'em, bien plutôt une réduction des possibles.
    Exemple : trop peu de joueurs utilisent des sizings inférieurs à 30%, alors que beaucoup de situations créent des stratégies de bets minuscules excellente ; trop peu de joueurs overbet alors qu'on peut overbet beaucoup de situations pour pas mal de raisons. La communauté dans sa majorité reste cantonnée à des approches simplifiées des possibilités offertes par ce jeu, et puisque la majorité suit cette route, de fait cela donne l'impression qu'on arrive vers une 'résolution' du jeu.
    Mais ce n'est pour moi qu'un point d'équilibre, mouvant, une sorte de transition vers autre chose.
     
     
     
    Pourquoi je parle de tout cela ? J'ai avancé l'idée que l'environnement devenait plus compétitif, cappé quelque part (on peut évidemment être bon à ce jeu, mais ça implique de devenir meilleur à un rythme plus élevé que la compétition. Personne n'est bon 'en soi', il s'agit toujours juste d'être meilleur que nos adversaires. S'ils changent, on doit changer aussi, donc chaque jour qui passe rend la tâche plus exigeante 'dans l'absolu').
    J'ai avancé quelques idées sur le GTO, enfin cette tendance qu'a la communauté à chercher à résoudre le jeu. Je pense que ce qu'on appelle GTO est en fait une tentative collective de conserver un paradigme, une manière de faire, de jouer, qui marchait avant. La crainte évidente de ne plus parvenir à gagner à ce jeu dans le futur (les marges diminuent, sans aucun doute, pas la place pour tout le monde) conduit à la tentative, désespérée presque, de justifier qu'il y a une bonne manière de jouer au poker. 'En soi'.
    Comme je l'ai dit, c'est pour moi bullshit car la seule bonne manière est relationnelle, et non statique. La bonne manière n'est juste jamais la même, elle change chaque jour, à chaque table.
    Si on ne voit pas ça....
     
     
    Ainsi on en arrive à une question : qu'est-ce au fond une approche exploitative ? Est-ce l'opposé d'un jeu GTO ? Non. Pour moi, l'approche exploitative EST le GTO. C'est simplement la meilleure méthode, c'est aussi une méthode plus dangereuse et subtile que le GTO dont parle la communauté. La sécurité est souvent privilégiée (il faut entendre, la sécurité du paradigme actuel de la communauté, les notions qui la rassurent).
     
    Je l'ai dit avant, le GTO 'réel', c'est appréhender le jeu dans son intéraction même. Visualiser comment les ranges s'affrontent sur tel ou tel texture, et telle ou telle position relative, à tel ou tel momentum, etc. En bref, c'est une vision globale, une certaine perspective.
    Quand la communauté parle de GTO, ça va être par exemple pour parler de fréquence de défense minimum, comme si les adversaires attaquaient suffisamment. PERSONNE n'est suffisamment équilibré turn et river. En très grande majorité, les gens jouent leur main (attachement à certaines mains, sizings transparents, etc), ils barrellent seulement avec de l'équité, ils jouent la force absolue ou moyennement relative de leur main plutôt que ce que dicte réellement la situation. Ils over-bluffent et under-bluffent certains spots.
     
    Quand on joue 'GTO' au sens de conscience globale, des ranges, du board, etc, on réalise très bien qu'il y a des situations où notre adversaire bluffe trop, ou pas assez, par exemple. On peut donc, et on doit donc, faire un play explo. Il n'y a pas de fréquence de défense minimum contre quelqu'un qui ne bluffe pas assez. Peu importe son sizing. L'inverse s'applique dans le cas opposé.
     
    Le poker est un jeu situationnel. Le jeu explo consiste à attaquer les situations qui nous sont présentées. Une bonne approche est d'étudier les tendances du pool qu'on affronte. En somme, quel est le 'langage' qui se parle, dans mon environnement. Comment vais-je 'parler' à mes adversaires.
    Ensuite, quelles sont les situations où une faiblesse structurelle est visible. Il s'agit de creuser pour ces situations. Considérer des lignes alternatives tant pour manœuvrer notre équité optimalement que pour mettre nos adversaires dans des situations d'inconfort (où les erreurs les plus massives naissent).
     
    L'équilibre qu'on recherche n'est pas un équilibre absolu, mais la meilleure 'solution' à un environnement donné. Plus un joueur est compétent, plus il sera capable de rapidement trouver des stratégies optimalement exploitantes. Et il peut très bien en avoir une grande diversité.
     
     
     
    Je ne suis pas sûr où je veux en venir. Tout ce que je dis est peut-être biaisé parce que je suis autodidacte dans mon apprentissage depuis longtemps. Simplement une description de tendances que j'observe. Je pense que la plupart des regs galèrent dans l'environnement actuel, et selon moi c'est principalement parce qu'ils ne parviennent pas à faire évoluer leur paradigme de 'ce qu'est le pok'. Seulement cela.
     
    Le jeu évolue. Evoluez avec lui! Ou bonne chance, et au revoir sous peu.
     
     
     
  25. Like
    Mr Sneeze got a reaction from AssKicker496 for a blog entry, " I don't work! I play poker! "   
    Jouer au poker, c'est la possibilité de gagner sa vie sans travailler. Un beau rêve n'est-ce pas ? Peut-être moins vrai maintenant, ne nous faisons pas d'illusions.
     
    Il y a finalement très peu de temps, l'argent circulait gaiement, l'abondance était accessible, avec son corollaire, l'espoir de l'argent facile. A quiconque prêt à affûter un tout petit peu sa stratégie, un potentiel de succès financier bien plus élevé que beaucoup d'activités professionnelles. Le tout sans vraiment travailler, donc.
     
    Regardons aujourd'hui le tableau du poker : l'écosystème se casse dramatiquement la gueule. A tous les niveaux. Le rêve de l'argent facile est mort, pour la plupart des joueurs. Donc il faut certainement, maintenant, travailler. Je préfère continuer à dire dire jouer cependant, le terme est plus riche, car jouer, c'est par exemple, jouer avec des structures, des paramètres, remettre en question, bousculer des manières de faire. Travailler est trop linéaire. On peut aussi dire pratiquer, au lieu de jouer.
     
    Il n'y a pour moi aucun doute que l'environnement est cappé : l'argent disponible dans le système pour chaque joueur est lié d'une part aux limites qu'il joue et d'autre part à son edge sur chaque limite. Hors les high stakes ne tournent plus, même les midstakes tournent moins. Les joueurs high stakes d'il y a juste quelques années grindent maintenant en dessous de la 5/10 online, simplement parce qu'il n'y a pas assez d'action au dessus, ou que l'action est fournie uniquement par des joueurs encore meilleurs. Le mouvement est visible en live également.
    A mesure que les joueurs expérimentés et talentueux descendent de limite pour 'manger', les joueurs médiocres ou faibles se font rétamer la gueule beaucoup plus vite, rendant progressivement la limite moins 'fishy', et forçant petit à petit les mauvais réguliers vers la sortie, ou en tout cas vers une existence beaucoup plus tendue et incertaine.
     
     
    Ce mouvement est irrémédiable. Il peut être compensé à certains moment par de l'afflux d'argent frais dans un sous-environnement. Reste que les joueurs perdants, pour la plupart, ne vont pas s'entêter à perdre des années à ce jeu. Il y a tellement d'autres manières de s'occuper dans une vie (et limite, tellement d'autres manières de s'abîmer, autant faire preuve de créativité).
     
    Il faut accepter que les barrières à l'entrée ont augmenté dans le poker : le jeu s'est complexifié, il faut maintenant pas mal d'expérience pour s'asseoir à une table de poker (peu importe où, dans un casino, ou online) et espérer ne pas se broke en 3 orbites, tellement tout le monde a progressé.
    De fait l'intensité du jeu, le fait qu'on ait tenté de le légitimer comme un sport, avec la compétition des tournois, tout le monde a bien compris que c'était quelque chose de sérieux et pas vraiment comparable avec d'autres jeux de gambleurs. Les gambleurs ont arrêté de gambler dans le poker parce que le jeu est progressivement devenu moins fun pour eux. Sans eux, beaucoup, beaucoup moins, d'argent en circulation.
     
    Beaucoup de reguliers n'ont plus le même enthousiasme qu'avant, car sans aucun doute il faut être bien plus fort qu'avant pour gagner de l'argent. Ils voient la variance les impacter plus, la difficulté à se remettre de gros revers, à conserver une bankroll solide. Ils voient moins de fishs les livrer 'facilement'. Car oui, les 'fishs' progressent également.
    L'erreur de jugement ici aura été de croire qu'il y a une stratégie pour gagner de l'argent au poker, et qu'une fois trouvée, il n'y avait rien d'autre à faire que de grind. L'erreur est de considérer l'environnement comme statique. Précisément, le déploiement des stratégies par les joueurs changent la nature même de l'environnement. Les considérations sur le jeu évoluent. Les gens n'ouvrent pas les mêmes sizings qu'avant. Ils ne considèrent pas les mains et les situations de la même façon.
     
    Donc pour faire simple, faire comme hier et espérer que ça marche demain, ne peut pas marcher dans un environnement évolutif.
     
    Quand un joueur progresse, il oblige ses adversaires à progresser, à s'adapter. Inconsciemment, même si personne ne travaille réellement bien son jeu, le simple fait de jouer fait évoluer les stratégies, et les tendances du pool.
     
     
    Des stratégies sont naturellement validées par l'environnement, et d'autres rejetées. Certaines stratégies se développent, d'autres disparaissent. Si on considère le no-limit hold'em, il est incontestable que les stratégies preflop s'alignent, tout le monde joue plus ou moins pareillement un nombre important de situations. Les erreurs preflop sont moins importantes qu'avant. Et l'edge potentiel bien moindre. Il faut bien réaliser qu'il n'y a pas si longtemps un joueur gagnant faisait la plupart de son blé sur des erreurs catastrophiques des joueurs sur les premières streets. Moins vrai de nos jours, et même en live les pots restent plus petit, beaucoup moins de joueurs qu'avant open à 8x ou autre fanfaronneries. L'environnement dans sa globalité a simplement compris qu'une bonne manière de gagner à ce jeu était de s'armer de patience et commencer par jouer des ranges tight. Et ne pas trop s'exposer.
     
     
    Vu que tout le monde choisit de jouer le waiting game (qui consiste à jouer tight et laisser l'impatience des autres s’empaler sur nos mains décentes), un équilibre se crée dans l'environnement, où certaines stratégies ne peuvent juste plus fonctionner. C'est pour cette raison que le jeu preflop s'uniformise, tant dans les fréquences que dans les sizings. Il y a un point d'équilibre, mais ça ne signifie aucunement qu'on approche là d'un jeu 'GTO'.
     
     
     
     
    GTO, le terme est lâché. La communauté en parle beaucoup, c'est un peu son graal, trouver LA stratégie ultime, une stratégie où on ne peut plus perdre, où on n'est pas exposé, pas vulnérable. Etant un grand partisan de la vulnérabilité comme force, j'ai clairement choisi de ne pas donner trop de crédit à toutes ces sornettes.
    Car dans le pool des joueurs français ET internationaux, je suis clairement plus avancé que la moyenne en termes de 'range thinking' et de GTO. Mais quand la communauté parle de GTO, ou tente de trouver des 'solutions' GTO à certains spots, souvent il y a erreur. Parce que le jeu que vous jouez n'est pas GTO du tout. Vous utilisez seulement le terme pour décrire un point d'équilibre dans un environnement donné.
     
    Peut-être que les meilleurs joueurs de cash game du monde jouent un jeu très équilibré et bien construit à tous les étages : leur bataille devient ainsi une bataille principalement mentale, une bataille de déploiement de leurs choix stratégiques ; c'est à qui résistera le mieux à la pression en fait (c'est ce qui différencie les high stakes du reste du poker d'ailleurs).
    Mais pour ce qui est des joueurs en dessous de la 5/10 online (en live, c'est toutes les limites, tous les joueurs), PERSONNE n'est équilibré totalement, loin de là.
     
     
    Le field croit être équilibré et s'approcher du GTO. C'est là une totale erreur basée sur plusieurs illusions.
     
    La première : contrairement à ce qu'ils croient, très peu de joueurs sont en réelle maîtrise de leur jeu. Ils ne possèdent pas leur jeu. Comme je l'ai évoqué, il y a une sélection naturelle des stratégies qui s'opère dans le jeu : à mesure du jeu, naturellement, certaines stratégies sont évincés. Donc beaucoup de joueurs qui gagnent à un moment gagnent parce que leur stratégie est 'validée'... à ce moment là, à cet endroit là. Qu'ils essaient dans un autre environnement, ou qu'assez de temps passe, et leur stratégie ne sera peut-être plus adaptée du tout. Ce type de joueurs va tendre à s'attacher énormément à ce qui marchait, va lutter pour évoluer, et assez naturellement sortir du jeu un moment ou à un autre.
    S'il n'y a pas de flexibilité stratégique, il n'y a pas réelle maîtrise.
     
    Etre en maîtrise de son jeu, c'est déjà sortir du mode majoritaire d'apprentissage dans la communauté : l'imitation. Tout le monde fait ça. On regarde des meilleurs joueurs que nous jouer, et on copie ce qu'ils font, car forcément ce sont les meilleurs.
    Mais il n'y a pas de compréhension de pourquoi ceci est bien et ceci moins bien. Il n'y a pas de perspective, seulement de l'imitation. Untel fait ça, je vais essayer ! Les sites de coaching suivent ce format, pyramidal, où pour grimper les échelons il s'agit d'observer les meilleurs.
     
    Quelque part, ce mode d'apprentissage est extrêmement limité. Déjà, il est passif. Ensuite, il provoque des énormes erreurs dans la mise en place. Par exemple, après avoir observé que pas mal de très bons joueurs défendaient leurs blindes très loose en MTT, une bonne partie des joueurs de MTT s'est mis à défendre les blindes loose. Ils voient un bon truc, et du coup se mettent à le faire, évidemment sans discernement pour les positions relatives, le fait d'être heads-up ou multiawy, les stack sizes, etc. Donc ils font n'importe quoi et croient mieux jouer 'parce qu'ils font comme Untel'. Ben non, c'est pas aussi simple que ça d'être un très bon joueur. Un très bon joueur comprend l'intéraction des ranges entre elles, des boards, et des streets entre elles. Il comprend aussi l'intéraction des joueurs, leur états émotionnels ou faiblesses psychologiques. Ainsi il peut jouer certaines situations comme il le fait.
     
    Si on imite seulement, on copie quelque chose qui marche, mais sans la structure qui la sous-tend, sans la solidité derrière qui permet de prendre des bonnes décisions. C'est ce que fait la communauté avec le GTO. Tout le monde se met à user majoritairement de certaines lignes et sizings, de certaines tendances. Le jeu preflop devient doucement de plus en plus comme les ouvertures aux échecs : une manière d'entrer la confrontation. L'edge diminue preflop mais il reste très présent turn et river.
     
    Tout le monde reste extrêmement déséquilibré turn et river notamment.
     
     
     
     
    Seconde illusion liée au GTO : 'pourquoi' chercher le GTO. Je veux dire, quelles sont les motivations ? J'y vois une claire tendance à la paranoia, la crainte d'être 'exploitable', donc la volonté de se protéger. Et quelque part de devenir imbattable, derrière une belle armure polie et dorée. C'est la volonté de maîtriser.
     
    Selon moi, penser vraiment GTO, c'est penser en termes d'intéractions de ranges les unes vis à vis des autres et par rapport au board et à ses ramifications. C'est donc extrêmement complexe et subtil. Quand on rentre là-dedans (l'intéraction de ranges, la 'texture' des boards, dans un sens profond), on est facilement dépassé : il y a juste trop de situations au poker pour que l'esprit humain les maîtrise sans un certain nombre de répétitions et d'expérience consciente (et inconsciente, le corps apprend presque, on sent les spots).
     
    La réalité du GTO est très loin d'une stratégie 'fixe', implacable. Le 'vrai' GTO, dans un sens, est le jeu optimal. Ce que cela signifie c'est de déployer les meilleurs stratégies possibles en fonction de ce que nous propose l'environnement. Ce n'est pas quelque chose de 'résolu', ou 'résolvable', c'est un équilibre qui se crée entre les stratégies des joueurs et leurs tentatives de s'exploiter les uns les autres.
    De fait, un joueur a un edge sur un autre lorsqu'il gagne au jeu de l'exploitation, quelle que soit sa forme (l'exploitation dominante de nos jours est clairement une exploitation passive : on exploite en ne s'exposant pas, en ayant un jeu très tight et value-oriented, en bluffant très peu mais espérant que nos adversaires callent tout de même). En cherchant à 'devenir inexploitable', le pool a limité l'intéraction joueur à joueur, car la défense (inexploitabilité) a pris le pas sur l'attaque (exploitation des faiblesses de jeu structurelles, ou psychologiques, de nos adversaires).
     
     
    Collectivement, les joueurs de poker créent des paradigmes, des manières de faire et de jouer, qui se rapprochent d'un équilibre dans un environnement donné, à un moment donné. Cet équilibre, ou une multitude de sous-équilibres, évolue constamment à mesure que des joueurs innovent pour trouver ce que j'appellerai des 'puits de profitabilité'. Ils cherchent des zones du jeu où ils peuvent trouver un edge. L'edge vient d'une plus grande maîtrise de certaines situations, et une tentative d'inviter nos adversaire sur notre terrain de maîtrise.
    Heureusement que ces joueurs existent! Parfois ils font de la m**de, mais parfois, dans leur exploration du chaos ils trouvent des puits de profitabilité qu'ils seront les seuls à exploiter pendant un moment.
     
     
     
     
    Il faut bien comprendre la dynamique intéractionnelle du poker, et c'est en cela que c'est un jeu : vos choix intéragissent avec les choix des autres. La solution n'est donc en soi jamais fixe, mais relationnelle, dépendante de paramètres particuliers.
     
    En fait, je pense que derrière ce GTO bullshit, il y a en fait une réelle crainte de la communauté face à la complexité du pok. Et donc une tentative de simplification des données, des 'manières de faire'. Plutôt que vraiment chercher le play optimal, on se contente de solutions EV+ (ce qui n'a aucune importance par rapport à la solution la plus EV+). En fait on bâtit surtout des approches permettant de limiter notre exposition. Mais c'est un jeu d'exploitation. Si on ne s'expose pas, on limite notre capacité d'exploitation (ou alors exploitation passive comme mentionnée auparavant).
     
    Le GTO, malgré son langage complexe (certains diraient, 'complexifiant'), me semble en réalité une simplification du jeu. Une forme d'auto-justification d'un paradigme plutôt qu'un réel travail sur ce qui marche, ou non. Il n'y a pas d'exploration des possibilités du no-limit hold'em, bien plutôt une réduction des possibles.
    Exemple : trop peu de joueurs utilisent des sizings inférieurs à 30%, alors que beaucoup de situations créent des stratégies de bets minuscules excellente ; trop peu de joueurs overbet alors qu'on peut overbet beaucoup de situations pour pas mal de raisons. La communauté dans sa majorité reste cantonnée à des approches simplifiées des possibilités offertes par ce jeu, et puisque la majorité suit cette route, de fait cela donne l'impression qu'on arrive vers une 'résolution' du jeu.
    Mais ce n'est pour moi qu'un point d'équilibre, mouvant, une sorte de transition vers autre chose.
     
     
     
    Pourquoi je parle de tout cela ? J'ai avancé l'idée que l'environnement devenait plus compétitif, cappé quelque part (on peut évidemment être bon à ce jeu, mais ça implique de devenir meilleur à un rythme plus élevé que la compétition. Personne n'est bon 'en soi', il s'agit toujours juste d'être meilleur que nos adversaires. S'ils changent, on doit changer aussi, donc chaque jour qui passe rend la tâche plus exigeante 'dans l'absolu').
    J'ai avancé quelques idées sur le GTO, enfin cette tendance qu'a la communauté à chercher à résoudre le jeu. Je pense que ce qu'on appelle GTO est en fait une tentative collective de conserver un paradigme, une manière de faire, de jouer, qui marchait avant. La crainte évidente de ne plus parvenir à gagner à ce jeu dans le futur (les marges diminuent, sans aucun doute, pas la place pour tout le monde) conduit à la tentative, désespérée presque, de justifier qu'il y a une bonne manière de jouer au poker. 'En soi'.
    Comme je l'ai dit, c'est pour moi bullshit car la seule bonne manière est relationnelle, et non statique. La bonne manière n'est juste jamais la même, elle change chaque jour, à chaque table.
    Si on ne voit pas ça....
     
     
    Ainsi on en arrive à une question : qu'est-ce au fond une approche exploitative ? Est-ce l'opposé d'un jeu GTO ? Non. Pour moi, l'approche exploitative EST le GTO. C'est simplement la meilleure méthode, c'est aussi une méthode plus dangereuse et subtile que le GTO dont parle la communauté. La sécurité est souvent privilégiée (il faut entendre, la sécurité du paradigme actuel de la communauté, les notions qui la rassurent).
     
    Je l'ai dit avant, le GTO 'réel', c'est appréhender le jeu dans son intéraction même. Visualiser comment les ranges s'affrontent sur tel ou tel texture, et telle ou telle position relative, à tel ou tel momentum, etc. En bref, c'est une vision globale, une certaine perspective.
    Quand la communauté parle de GTO, ça va être par exemple pour parler de fréquence de défense minimum, comme si les adversaires attaquaient suffisamment. PERSONNE n'est suffisamment équilibré turn et river. En très grande majorité, les gens jouent leur main (attachement à certaines mains, sizings transparents, etc), ils barrellent seulement avec de l'équité, ils jouent la force absolue ou moyennement relative de leur main plutôt que ce que dicte réellement la situation. Ils over-bluffent et under-bluffent certains spots.
     
    Quand on joue 'GTO' au sens de conscience globale, des ranges, du board, etc, on réalise très bien qu'il y a des situations où notre adversaire bluffe trop, ou pas assez, par exemple. On peut donc, et on doit donc, faire un play explo. Il n'y a pas de fréquence de défense minimum contre quelqu'un qui ne bluffe pas assez. Peu importe son sizing. L'inverse s'applique dans le cas opposé.
     
    Le poker est un jeu situationnel. Le jeu explo consiste à attaquer les situations qui nous sont présentées. Une bonne approche est d'étudier les tendances du pool qu'on affronte. En somme, quel est le 'langage' qui se parle, dans mon environnement. Comment vais-je 'parler' à mes adversaires.
    Ensuite, quelles sont les situations où une faiblesse structurelle est visible. Il s'agit de creuser pour ces situations. Considérer des lignes alternatives tant pour manœuvrer notre équité optimalement que pour mettre nos adversaires dans des situations d'inconfort (où les erreurs les plus massives naissent).
     
    L'équilibre qu'on recherche n'est pas un équilibre absolu, mais la meilleure 'solution' à un environnement donné. Plus un joueur est compétent, plus il sera capable de rapidement trouver des stratégies optimalement exploitantes. Et il peut très bien en avoir une grande diversité.
     
     
     
    Je ne suis pas sûr où je veux en venir. Tout ce que je dis est peut-être biaisé parce que je suis autodidacte dans mon apprentissage depuis longtemps. Simplement une description de tendances que j'observe. Je pense que la plupart des regs galèrent dans l'environnement actuel, et selon moi c'est principalement parce qu'ils ne parviennent pas à faire évoluer leur paradigme de 'ce qu'est le pok'. Seulement cela.
     
    Le jeu évolue. Evoluez avec lui! Ou bonne chance, et au revoir sous peu.
     
     
     
English
Retour en haut de page
×