Aller au contenu
Statuts

Mr Sneeze

CPiste
  • Messages

    601
  • Inscrit(e) le

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    3

Le dernier jour que Mr Sneeze a gagné est le 18 Novembre 2014

Mr Sneeze a obtenu le plus de messages aimés !

À propos de Mr Sneeze

Informations générales

  • Prénom
    thomas
  • Sexe
    Homme

Visiteurs récents du profil

38 782 vues du profil
  1. Spot WS 50e 6Max

    C'est possible, pas mal de joueurs vont en effet juste call une flush. Toi-même ferait peut-être ça. C'est vrai aussi que c'est bien d'apprendre à éviter les setups quand ça sent fort le setup. Après faut faire attention : beaucoup de joueurs ne vont pas forcément réfléchir comme toi (effet 'projection' de nos propres tendances). Tu peux vraiment être surpris parfois. Du fait de cette 'imprévisibilité' relative des joueurs, faut raisonner en probabilité (prendre en compte que vilain a vraiment pas besoin de bluffer souvent ce spot pour que t'aies un call) : IMHO tas plus de chances de faire une grosse erreur en foldant parfois qu'en ne foldant jamais ... La vraie erreur du coup me semble juste preflop.
  2. Spot WS 50e 6Max

    Fold preflop .... Sans un gros edge (a priori), sans reads précis, et contre un stack qui te couvre, ça me parait vraiment ambitieux de flat un 63 off des familles. Je serai plus parti sur une tentative de check-raise postflop, mais c'est pas important, du moment qu'on cherche à faire grossir ce pot ... River on est content on paye. On perd contre 99. On gagne la majorité du temps sinon, on va avoir des flush en face et parfois des bluffs sortis du chapeau.
  3. Anticiper l'effondrement

    "Le Marché" https://www.oxfam.org/en/pressroom/pressreleases/2018-01-22/richest-1-percent-bagged-82-percent-wealth-created-last-year https://www.theguardian.com/business/2018/apr/07/global-inequality-tipping-point-2030 "Le Marché" https://www.economist.com/finance-and-economics/2018/07/21/as-inequality-grows-so-does-the-political-influence-of-the-rich Rooo, ok c'est ptet pas le paradis, mais n'est-ce pas le 'meilleur monde possible'? Souviens toi de l'URSS gamin ! Sans nul doute, le capitalisme à tendance monopolistique Totale est 'Ce qui doit être'. Puisque l'URSS, rappelle toi. Amen, allez en paix Petit bonus pour les 'penseurs' (mais ils se font rares malheureusement): " La société modernisée jusqu’au stade du spectaculaire intégré se caractérise par l’effet combiné de cinq traits principaux, qui sont : le renouvellement technologique incessant ; la fusion économico-étatique ; le secret généralisé ; le faux sans réplique ; un présent perpétuel. Le mouvement d’innovation technologique dure depuis longtemps, et il est constitutif de la société capitaliste, dite parfois industrielle ou post-industrielle. Mais depuis qu’il a pris sa plus récente accélération (au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale), il renforce d’autant mieux l’autorité spectaculaire, puisque par lui chacun se découvre entièrement livré à l’ensemble des spécialistes, à leurs calculs et à leurs jugements toujours satisfaits sur ces calculs. La fusion économico-étatique est la tendance la plus manifeste de ce siècle ; et elle y est pour le moins devenue le moteur du développement économique le plus récent. L’alliance défensive et offensive conclue entre ces deux puissances, l’économie et l’État, leur a assuré les plus grands bénéfices communs, dans tous les domaines : on peut dire de chacune qu’elle possède l’autre ; il est absurde de les opposer, ou de distinguer leurs raisons et leurs déraisons. Cette union s’est aussi montrée extrêmement favorable au développement de la domination spectaculaire, qui précisément, dès sa formation, n’était pas autre chose. Les trois derniers traits sont les effets directs de cette domination, à son stade intégré. Le secret généralisé se tient derrière le spectacle, comme le complément décisif de ce qu’il montre et, si l’on descend au fond des choses, comme sa plus importante opération. Le seul fait d’être désormais sans réplique a donné au faux une qualité toute nouvelle. C’est du même coup le vrai qui a cessé d’exister presque partout, ou dans le meilleur cas s’est vu réduit à l’état d’une hypothèse qui ne peut jamais être démontrée. Le faux sans réplique a achevé de faire disparaître l’opinion publique, qui d’abord s’était trouvée incapable de se faire entendre ; puis, très vite par la suite, de seulement se former. Cela entraîne évidemment d’importantes conséquences dans la politique, les sciences appliquées, la justice, la connaissance artistique. La construction d’un présent où la mode elle-même, de l’habillement aux chanteurs, s’est immobilisée, qui veut oublier le passé et qui ne donne plus l’impression de croire à un avenir, est obtenue par l’incessant passage circulaire de l’information, revenant à tout instant sur une liste très succincte des mêmes vétilles, annoncées passionnément comme d’importantes nouvelles ; alors que ne passent que rarement, et par brèves saccades, les nouvelles véritablement importantes, sur ce qui change effectivement. Elles concernent toujours la condamnation que ce monde semble avoir prononcée contre son existence, les étapes de son auto-destruction programmée." (G.Debord, 1988)
  4. Anticiper l'effondrement

    Discours honnête (il semble) du Hulot, ça fait presque sourire: un 'optimiste' qui a tenté de s'accomoder avec notre Système (de contrôle, de production, d'élevage et de domestication des êtres humains, le tout sous un raz-de-marée de destructivité contre la vie non-humaine ou la vie non-élevée). Et qui après son max d'effort a 'compris'. Que c'était pas possible d'accomoder. Comme il dit à la fin de l'ITW, l'urgence climatique ne s'accomode pas des petits pas. On compare l'urgence de la question de 'l'emploi' par exemple (un vieil épouvantail) avec l'urgence climatique - systémique, mais tout le monde est tellement perdu dans son petit écran que le monde brûle autour de nous (je parle du monde 'vivant', la désertification des sols (qui est réelle, à vous de 'fact checker'), mais aussi la désertification des humains, la consommation totale qui nous est imposée AVEC notre consentement. Et comme j'ai dit, la domestication de l'homme par l'homme, et la soumission dans le cas contraire, des hommes et autres formes de vie). Internet c'est très beau, c'est très bien (de base, même si chaque mois qui passe 'ferme' des portes d'internet j'espère que vous le réalisez). Mais a-t-on inventé meilleure exutoire que ces écrans merveilleux qui nous amènent dans la bouche ce qu'on VEUT recevoir, individuellement ? Qui prend le temps de regarder autour de lui avec honnêteté ? Qui prend le temps de regarder l'Histoire, sur le temps 'court' et sur le temps 'long' ? Oui c'est exigeant et difficile de 'penser', et de s'ennuyer, et d'aborder sa vie avec courage, c'est-à-dire en acceptant le principe de réalité. => là on vit en dette (sur plusieurs plans), sans aucune conscience du Présent (puisqu'on fuit dans les écrans, terrorisés par le 'Vide', l'ennui et la solitude), et aucune conscience du Passé (ce que sont capables les hommes ET / OU les systèmes pour 'exister', cad vivre selon un principe de Pouvoir, le 'Game of Thrones' si vous préférez) et du Futur (vous avez pas oublié qu'on consomme les ressources de la Terre bien plus vite qu'elles se régénèrent, et dans une logique d'accélération (= croissance)). Lorsqu'on part en randonnée avec juste un sac au milieu des montagnes, on s'équipe ET on prend garde à ce qu'on consomme chaque jour, vu qu'on aura pas grand chose à disposition, pas grand chose qui va nous tomber dans le bec du style Carrefour Market, Wifi illimité, "confort" et autres cappucinos. Ce qu'on doit réaliser c'est que la 'Terre', enfin la mince couche de surface et d'atmosphère qui nous fait vivre, c'est un peu comme ce sac au milieu des montagnes. Si on bouffe tout dans les 5 premières heures, ET si on bouffe de la nourriture non-nourrissante (car non-vivante), on va bien trinquer dans les jours qui suivent. C'est probablement pour ça les humains ne partent pas souvent (ou peu d'entre eux) en radonnée avec juste un sac au milieu des montagnes, et probablement la raison pour laquelle les humains refusent collectivement d'assumer avec courage une situation où il est urgent de préserver ce petit bout de rocher, qui nous a fait émergé avec tout ce qu'il nous 'fallait', cela au milieu d'un univers vide, fort vide, et fort hostile. Mais il est aussi urgent de nous préserver Nous. Vraiment. Heureusement, la Société du Spectacle dans son extrême sollicitation (lisez Baudrillard) nous protège de ce calvaire d'être courageusement humains, d'affronter nos démons, et d'exister tout simplement, avec paradoxes et faiblesses (et donc forces, mais qui voit cela .... les gens préfèrent se bodybuilder ou se maquiller que d'attaquer leurs fragilités, la Force en tant que déguisement est bien plus choisie que la Force profonde qui vient quand on rencontre ses propres démons). Cdlt
  5. Anticiper l'effondrement

    J'suis désolé mais t'as un problème Byshop. Déjà cite pas mes phrases pour les changer / intérpréter (à moins de faire ça plus ou moins correctement). Tu peux prendre mes phrases littéralement, elles veulent dire ce qu'elles veulent dire. Par exemple j'ai bien dit déséquilibre économique, pas ton petit délire ci-dessous, qui ne reprend pas mes mots, juste ce que tu projettes en moi (mais relis juste hein). => ouais ben moi jte dis qu'on est pas dans des marchés efficients du tout, toi tu me réponds comme si je savais pas ce dont je parlais (t'es sûr?). Enfin bref ca sert à rien de toute façon, j'sais pas ce que tu veux prouver. Peut-être qu'il faut après tout être raisonable, on peut pas rêver que le monde change, trop naïf, donc autant 'théoriser' sur comment les intérêts privés vont s'auto-organiser dans une main invisible favorable au collectif in fine. T'as appris avec les experts de BFMTV non ? Pas moi en tout cas.
  6. Anticiper l'effondrement

    Toutes les propositions de cette page liés à ceci: ... sont probablement biaisées et ne mèneront à rien. Si ces espaces ne valent rien sur le marché, c'est parce que nos modèles économiques sont déficients pour pas mal de raisons . Donc 'garder' la même logique et dire: 'aaah la rareté et les intérêts spéculatifs privés vont rétablir le déséquilibre économique', semble à mes yeux assez illogique. Autant améliorer les formes de valorisation, c'est au moins plus cohérent. Mais bon on forme des économistes partout dans le monde en leur disant que l'énergie n'est pas centrale dans la production de valeur (ou productivité), ce qui est probablement très faux (Jancovici montre plutôt, avec d'autres, que notre richesse dépend intimement de l'énergie que nous utilisons). Pour ceux qui savent un peu de quoi on parle, on ajoutera aussi que le système ignore à ce stade les extérnalités négatives qu'il crée: voir ce document: http://naturalcapitalcoalition.org/wp-content/uploads/2016/07/Trucost-Nat-Cap-at-Risk-Final-Report-web.pdf https://grist.org/business-technology/none-of-the-worlds-top-industries-would-be-profitable-if-they-paid-for-the-natural-capital-they-use/ Donc bonne idée de laisser à de riches philantropes le soin de sauver nos écosystèmes en compensant par leur 'vision' un système de production intimement déficient ! Bruce Wayne est-il dans le coin ? Je pense que changer notre perception de la valeur est absolument essentiel, cependant c'est très très mal parti. Peut être pour ça que Byshop suggère Batman, pas si con au final.
  7. Yoh Viral est il malaisant ?

    Oui tout à fait, perso je comprends la logique (expansion personnelle au dépend des autres et au dépend de l'éthique si on peu dire), mais on peut aussi par exemple dans le cas du poker 'transmettre' une passion / du savoir, un peu comme le font les joueurs d'échecs. Ou comme le font déjà évidemment plein de groupes de joueurs qui ont compris que la coopération apportait ptet plus de fruits au final (même niveau bien-être et épanouissement: on est ptet mieux quand on échange que quand on exploite l'autre). Je pense pas forcément que parce que le poker est un jeu d'argent et d'exploitation qu'on doit être dénué de sens moral : par exemple beaucoup de joueurs me semblent très fairplay avec leurs adversaires / compères de jeu. D'autres essaient d'angle-shoot à chaque occasion. Pour le coaching, certains essaient de faire ça bien et ont une vraie volonté de transmettre ; d'autres clairement veulent profiter d'une vague, d'un buzz, ou quoi que ce soit. C'est compréhensible, mais pas ultra-respectable IMHO. Mais je dirais la même chose du patron de Nestlé (ou d'autres) qui se gavent sans aucune culpabilité, et d'autres gens seront au contraire en train de bander sur ces gens là parce qu'ils incarnent le succès... 'Les humains' quoi .
  8. Yoh Viral est il malaisant ?

    On peut présuposer que les humains ont un potentiel plus élevé, et qu'on est pas par nature obligé d'être des vendus. Mais chacun son point vue.
  9. Anticiper l'effondrement

    @Byshop: EDIT: j'croyais qu'on était pote, donc j'étais honnêtement sympa, juste à tâcher de t'indiquer que peut-être, certaines choses étaient pertinentes dans une pensée que tu balaies. Peu importe, au revoir, bon amusement, etc.
  10. Anticiper l'effondrement

    Ecoute Jancovici alors, et ca te paraitra tout de suite beaucoup plus clair. Mais le livre de Servigne (et sûrement certaines interventions dispo sur youtube) est en effet très argumenté sur le sujet de ce qu'est un 'choc systémique'. Parce que c'est ça qui 'fait démonstration' en fait: à partir du moment où tu penses en systémie, donc en systèmes, en logiques collectives, mais aussi institutionnelles, mais aussi la pression collective que l'humanité met sur la terre rien qu'en agissant 'normalement, avec les meilleures intentions possibles' .... tu réalises qu'on arrive dans une période historique importante où le choc systémique est inévitable. Or nous vivons dans un monde très interconnecté, tirant sa force profonde de ce 'flux', mais tirant aussi sa fragilité intrinsèque de cette totale interdépendance de systèmes complexes. Si tu cherches vraiment des data très précises et argumentées, il faut plonger dans des thèmes spécifiques (par exemple des biologistes qui analysent la toxicité / écosystèmes particuliers d'une rivière). Mais même sur cette aspect 'systèmie', je suis sûr que Dixon ou d'autres sur ce thread, ou moi-même, pouvons te trouver des arguments très avancés développés par des gens très smart (Paul Chefurka ? Par ex).
  11. Anticiper l'effondrement

    Oui. Pour ça qu'on s'est endetté beaucoup n'est-ce pas, du fait des potentiels de croissance. On a anticipé que la croissance serait toujours là, donc on peut s'endetter structurellement sans trop de souci, juste une question de gestion. On est d'accord là-dessus ? Cependant, le sujet ici est 'anticiper l'effondrement', anticiper donc par exemple la fin de la croissance. Ce n'est pas un sujet nouveau puisqu'il est discuté scientifiquement depuis les travaux du club de Rome (1972). Je te réfère ici à d'autres posts notamment de Dixonn, qui met en évidence de telles données. C'est tout le sujet du thread pour ainsi dire ..... Donc je ne sais pas ce que tu essayais de 'prouver' , mais si l'idée était: la dette c'est pas grave, ya de la croissance qui l'alimente : on peut retourner la chose pour dire que la dette alimente la croissance, et on peut aussi dire que sans croissance suffisante les crédits ne sont pas remboursés. L'endettement est une bombe à retardement dans une perspective de croissance modérée. J'vais pas faire mon intéressant qui s'y connait en finance, mais tu remarques que je fais quand même un effort au lieu de juste t'ignorer: quand tu as un système d'endettement généralisé, ce n'est pas seulement l'endettement absolu qui est un danger, c'est la connectivité de l'endetemment. Par exemple la crise Grèce / UE, qui a fait naître le plus grand prêt de l'histoire des Etats (un prêt forcé d'ailleurs), est 'compréhensible' quand on sait que Deutsche Bank et Société Générale avait prêté énormément à la Grèce. Sans ce prêt de l'UE, il est possible que les deux mega-banques se seraient effondrés (et le reste avec, je vais pas revenir sur le sauvetage des banques). De fait l'Etat grec n'as pas gardé le moindre centime de ce 'plus grand prêt de l'histoire des Etats'. Mais le prêt était structurellement nécessaire, car quand tout le monde est endetté avec tout le monde et que la confiance commence à partir en couille (ce qu'on appelle une crise financière), l'effet domino est très facile. En l'occurence, domino sur Deutsche Bank = Nein.
  12. Anticiper l'effondrement

    'ok' bye
  13. Anticiper l'effondrement

    No comment, je n'ai pas utilisé le terme libéralisme une seule fois, et ce n'est pas non plus le sujet. T'es souvent dans ta tête toi non.
  14. Anticiper l'effondrement

    Donc on est d'accord les choses ont bien bougé depuis 30 ans? C'est ce que tu dis, c'est ce que je dis (même si pas pour les mêmes raisons). Je noterai toutefois que notre niveau de vie a augmenté en même temps que notre endettement. Voir l'augmentation des taux d'endettement de tout le monde (Etats, entreprises, particuliers) sur une période courte (qui est une cause d'effondrement à elle toute seule, mais je vais pas me mettre à parler de finance, alors que je m'y connais quand même assez bien....). Si on prends l'impact écologique (ce qu'on appelerait externalités, ici externalités négatives évidemment, généralement pas du tout considérée par notre système économique contemporain. On n'ajuste jamais la richesse créée aux destructions 'annexes' d'une activité donnée. Ce n'est juste pas mesuré.), l'aspect 'dette' est encore plus massif, parce que notre richesse contemporaine sera payée sévèrement par les humains qui nous suivent. Les déchets nucléaires sont un exemple 'symbolique' de cette question, mais je pense que se renseigner sur les déchets plastiques dans l'océan ou même la pollution des nappes phréatiques est un pas intéressant.... C'est sûr de nos jours on peut s'acheter un jus, n'importe quel jus, quasiment n'importe où, et on ne manque généralement pas d'eau potable puisqu'on chie dedans avant de la retraiter chimiquement. On a donc un endettement sur plusieurs niveaux. La fertilisation des sols est une de ces dettes. Produire beaucoup, produire pour que tout le monde puisse manger à l'international la même nourriture 'diverse' (mais en cours d'uniformisation massive évidemment. encore une fois, autre sujet que je connais quand même assez bien....), cela risque de nous amener à une situation où pas grand chose de sain pousse. Là aussi, on peut débattre si vraiment le fait d'avoir accès à l'année à des tomates en plastique sans vitamine (puisque n'ayant pas poussées au soleil et étant sélectionnées principalement pour leur taille, capacité à tenir en palette pour le transport, etc), est meilleur, un progrès, que de manger moins de tomates mais des vraies, juste 2 mois / an. Encore une fois, exactement la même chose: on voit un progrès, je vois un endettement massif. Voilà, j'espère que c'est clair à tes yeux ou aux yeux de qui lit ce post. Sur l'aspect contrôle, ma foi je m'estime comme un penseur critique. J'observe le monde et ses tendances en essayant de ne pas me faire abuser idéologiquement justement (car tout discours est idéologique. Réellement.). Disons que je crois Snowden et Assange. Je crois à ce qu'ils disent, et aussi à leur combat. Tu les crois toi? Donc la NSA fait ceci avec nos data. Ca me semble pas de l'idéologie. Voir le film-documentaire: Citizenfour. (dispo youtube) Je ne parle évidemment pas de l'enrichissement terrible des multinationales du Web qui monopolisent les gains de productivité / richesse (bon, principalement en vendant nos données quoi) de ce monde de data. Mais après tout ça n'a l'air de géner personne, beaucoup respectent Bill Gates (puisqu'il donne à des assos'. C'est qu'il est humain le type !), alors que le type a littéralement volé la société (pour être plus précis: il a réussi à concentrer à son profit le travail de milliers d'ingénieurs. Il a aussi évidemment utilisé de quantités de techniques d'installation et de maintien d'une position monopolistique, y compris contre la loi). Ca te parait pas forcément grave, mais moi oui. Qu'un groupe ultra-restreint s'enrichisse grassement sur des gains qui devraient être communs, c'est une forme de contrôle / domination. Avec une petite touche idéologique où les milliardaires, en plus de nous exploiter (structurellement, ils sont pas forcément 'méchants'), sont généralement considérés comme des 'modèles' (Steve Jobs FTW). En tout cas ils inspirent les gens lambdas ou je sais pas, disons que je comprends pas pourquoi personne ne tente de les assasiner c'est tout. Mais Marx avait déjà compris (dans un monde bien plus simple que le nôtre....) que l'exploitation est avant tout un voile devant les yeux. Pour prendre un autre exemple de domaine à potentiel émancipateur complètement utilisé pour nous contrôler / dominer: la psychanalyse et ses trouvailles. Bon ok il y a des individus qui se soignent avec une psychanalyse. Pour beaucoup ceci dit, la psychanalyse est juste entouré d'un voile de mystère et de doute, c'est pas vraiment quelque chose qu'ils connaissent ou qui les intéressent. Ils vont dire des trucs du genre: 'lol papa / maman / inceste / Freux c'est vraiment caricatural! (mais j'ai jamais lu) ' Par contre, les trouvailles de la psychanalyse ont été très correctement utilisées pour nous vendre à peu près tout ce qu'on achète. La psychanalyse est née d'une volonté de Connaissance et de Soin, mais elle a surtout existé depuis le début du XXème siècle en tant que Pouvoir (en l'occurence pouvoir de structuration des mentalités collectives et des 'triggers', etc). A ce niveau: voir le documentaire du grand Adam Curtis: The Century of the Self (le premier épisode se concentre sur le neveu de Freud, Edward Bernays, qui a par exemple réussi ce tour de force de faire apparaitre la cigarette comme émancipatrice de la femme, alors que seules les prostituées et marginales fumaient, c'était inconcevable). Je m'égare peut-être, mais telle est ma position en effet: ceux qui savent utilisent leur savoir pour exploiter ceux qui savent moins.
  15. Anticiper l'effondrement

    Ouais t'as un usage intéressant de ton temps pour aller contredire des points de détail dans un thread qui t'intéresse pas. (!) 1) On ne peut pas tous avoir notre bout de terre, manifestement pas (la terre est d'ailleurs difficilement achetable, car possédéé / délimitée à un point presque total). Mais j'imagine que tu voulais dire: on ne peut pas juste planter 3 carottes et espérer continuer à vivre comme on vit. Et c'est vrai. J'ajouterai qu'on ne peut pas espérer continuer à vivre comme on vit, tout court. L'idée de la résilience agricole locale, c'est plutôt un moyen d'imaginer une survie justement. Puisque le problème est justement de sur-consommer (1.7 planètes de nos jours, j'espère que 'ca' est suffisamment factuel à tes yeux), le problème suivant est d'avoir des ressources en rareté (métaux, SABLE. Renseigne toi sur le sable mec, peut-être que ça ouvrira des choses dans ta perception....), et des terres infertiles / stériles. Comme je l'ai déjà noté, la problématique de la désertification et de l'érosion des sols est réellement le sujet. De même que le rendement d'extraction de pétrole s'est effondré avec le temps, le rendement des terres par monoculture / intrants chimiques (sans rentrer dans les détails, l'agriculture conventionnelle, donc) a aussi diminué. La monoculture fait autant augmenter les rendements qu'elle les réduit. Elle les augmente tant que la terre est riche. Elle les diminue quand la terre est apauvrie (car la terre ne se renouvelle pas). Par ailleurs, mais c'est un autre sujet bien particulier à l'agro-écologie: il semble qu'on ait fait n'importe quoi depuis assez longtemps, AVANT la révolution industrielle, puisque le labour lui-même ne semble pas du tout une optimisation des capacités productives du sol (cela basé sur des recherches contemporaines évidemment). Donc voila, juste pour te dire que t'as pas tort, mais ca ne mène à rien de dire ça. Nous rappeler qu'il faut faire gaffe à pas trop tripper sur des solutions low-tech disons, il y a du vrai là-dedans, mais tu peux aussi accorder qu'il y a des dangers sous-évalués dans notre rapport au système terre. Pour revenir sur le '1.7 terres consommés / an': si on prends ta vision, on est plus riche qu'avant, etc. Prenons le thème du poisson. On est évidemment plus riche qu'avant puisqu'on peut manger du poisson n'importe où n'importe quand dans le monde. Mais si tu considères que les stocks de poisson s'effondrent (et les rendements de pêches aussi, malgré notre technologie, les rendements sont tombés aux niveaux de 1900...), et qu'on anticipe un peu en avant, comme le font d'ailleurs les acteurs de cette industrie: entre 2030 et 2050, au rythme / mode de pèche actuel, il est assuré qu'il n'y aura plus de poissons à pécher. C'est exactement la même chose en termes de rendements des terres, qui une fois polluées deviennent 'bonnes à rien'(que ce soit les nappes phréatiques, ou juste les sols ayant perdu leur teneur en argile et donc leur capacité à maintenir les racines. Mais je pense pas que tu connaisses ce sujet anyway). On est très bon pour faire pousser hors-sol de nos jours. Disons qu'on ne sait plus vraiment faire pousser autrement qu'avec un traitement chimique important. Disons que c'est exactement là que réside une des problématiques de l'effondrement: de nos jours on produit pour 10 milliards (on jète juste beaucoup, mais c'est ce qu'on produit). Mais tout cela circule, et doit être distribué. C'est une agriculture en symbiose avec le pétrole. Elle péréclite sans, à tous les niveaux. 2) Peux-tu rappeller le point factuellement biaisé de mes posts? Juste qu'on soit bien sûr de pourquoi tu passes ton temps ici à discuter d'un thème que tu ne veux pas lire. J'ai juste noté que t'as vraiment insisté sur ce point central qu'on avait évolué technologiquement depuis 200 ans et pas 30 ans, mais désolé j'ai juste dis ça au détour d'une phrase en parlant de choses globales, yavait pas de discussions factuelles. D'ailleurs pour moi ça parait tellement évident que je vois pas trop de raison d'insister sur cela. Disons que tu m'as convaincu sur ce point factuel lol ! (c'en était jamais un à mes yeux). Pour le reste, please établis les biais factuels. 3) Quant à 'adopter une idéologie donnée tout en embrassant une autre', aucune idée de ce que tu voulais dire.
English
Retour en haut de page
×