Jump to content
Status Updates

Mimi__

CPiste
  • Content count

    4454
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    2

Je les aime

Je ne les aime pas trop


Ils m'aiment

Ils ne m'aiment pas trop

Reputation Activity

  1. Like
    Mimi__ reacted to Mr Sneeze for a blog entry, " I don't work! I play poker! "   
    Jouer au poker, c'est la possibilité de gagner sa vie sans travailler. Un beau rêve n'est-ce pas ? Peut-être moins vrai maintenant, ne nous faisons pas d'illusions.
     
    Il y a finalement très peu de temps, l'argent circulait gaiement, l'abondance était accessible, avec son corollaire, l'espoir de l'argent facile. A quiconque prêt à affûter un tout petit peu sa stratégie, un potentiel de succès financier bien plus élevé que beaucoup d'activités professionnelles. Le tout sans vraiment travailler, donc.
     
    Regardons aujourd'hui le tableau du poker : l'écosystème se casse dramatiquement la gueule. A tous les niveaux. Le rêve de l'argent facile est mort, pour la plupart des joueurs. Donc il faut certainement, maintenant, travailler. Je préfère continuer à dire dire jouer cependant, le terme est plus riche, car jouer, c'est par exemple, jouer avec des structures, des paramètres, remettre en question, bousculer des manières de faire. Travailler est trop linéaire. On peut aussi dire pratiquer, au lieu de jouer.
     
    Il n'y a pour moi aucun doute que l'environnement est cappé : l'argent disponible dans le système pour chaque joueur est lié d'une part aux limites qu'il joue et d'autre part à son edge sur chaque limite. Hors les high stakes ne tournent plus, même les midstakes tournent moins. Les joueurs high stakes d'il y a juste quelques années grindent maintenant en dessous de la 5/10 online, simplement parce qu'il n'y a pas assez d'action au dessus, ou que l'action est fournie uniquement par des joueurs encore meilleurs. Le mouvement est visible en live également.
    A mesure que les joueurs expérimentés et talentueux descendent de limite pour 'manger', les joueurs médiocres ou faibles se font rétamer la gueule beaucoup plus vite, rendant progressivement la limite moins 'fishy', et forçant petit à petit les mauvais réguliers vers la sortie, ou en tout cas vers une existence beaucoup plus tendue et incertaine.
     
     
    Ce mouvement est irrémédiable. Il peut être compensé à certains moment par de l'afflux d'argent frais dans un sous-environnement. Reste que les joueurs perdants, pour la plupart, ne vont pas s'entêter à perdre des années à ce jeu. Il y a tellement d'autres manières de s'occuper dans une vie (et limite, tellement d'autres manières de s'abîmer, autant faire preuve de créativité).
     
    Il faut accepter que les barrières à l'entrée ont augmenté dans le poker : le jeu s'est complexifié, il faut maintenant pas mal d'expérience pour s'asseoir à une table de poker (peu importe où, dans un casino, ou online) et espérer ne pas se broke en 3 orbites, tellement tout le monde a progressé.
    De fait l'intensité du jeu, le fait qu'on ait tenté de le légitimer comme un sport, avec la compétition des tournois, tout le monde a bien compris que c'était quelque chose de sérieux et pas vraiment comparable avec d'autres jeux de gambleurs. Les gambleurs ont arrêté de gambler dans le poker parce que le jeu est progressivement devenu moins fun pour eux. Sans eux, beaucoup, beaucoup moins, d'argent en circulation.
     
    Beaucoup de reguliers n'ont plus le même enthousiasme qu'avant, car sans aucun doute il faut être bien plus fort qu'avant pour gagner de l'argent. Ils voient la variance les impacter plus, la difficulté à se remettre de gros revers, à conserver une bankroll solide. Ils voient moins de fishs les livrer 'facilement'. Car oui, les 'fishs' progressent également.
    L'erreur de jugement ici aura été de croire qu'il y a une stratégie pour gagner de l'argent au poker, et qu'une fois trouvée, il n'y avait rien d'autre à faire que de grind. L'erreur est de considérer l'environnement comme statique. Précisément, le déploiement des stratégies par les joueurs changent la nature même de l'environnement. Les considérations sur le jeu évoluent. Les gens n'ouvrent pas les mêmes sizings qu'avant. Ils ne considèrent pas les mains et les situations de la même façon.
     
    Donc pour faire simple, faire comme hier et espérer que ça marche demain, ne peut pas marcher dans un environnement évolutif.
     
    Quand un joueur progresse, il oblige ses adversaires à progresser, à s'adapter. Inconsciemment, même si personne ne travaille réellement bien son jeu, le simple fait de jouer fait évoluer les stratégies, et les tendances du pool.
     
     
    Des stratégies sont naturellement validées par l'environnement, et d'autres rejetées. Certaines stratégies se développent, d'autres disparaissent. Si on considère le no-limit hold'em, il est incontestable que les stratégies preflop s'alignent, tout le monde joue plus ou moins pareillement un nombre important de situations. Les erreurs preflop sont moins importantes qu'avant. Et l'edge potentiel bien moindre. Il faut bien réaliser qu'il n'y a pas si longtemps un joueur gagnant faisait la plupart de son blé sur des erreurs catastrophiques des joueurs sur les premières streets. Moins vrai de nos jours, et même en live les pots restent plus petit, beaucoup moins de joueurs qu'avant open à 8x ou autre fanfaronneries. L'environnement dans sa globalité a simplement compris qu'une bonne manière de gagner à ce jeu était de s'armer de patience et commencer par jouer des ranges tight. Et ne pas trop s'exposer.
     
     
    Vu que tout le monde choisit de jouer le waiting game (qui consiste à jouer tight et laisser l'impatience des autres s’empaler sur nos mains décentes), un équilibre se crée dans l'environnement, où certaines stratégies ne peuvent juste plus fonctionner. C'est pour cette raison que le jeu preflop s'uniformise, tant dans les fréquences que dans les sizings. Il y a un point d'équilibre, mais ça ne signifie aucunement qu'on approche là d'un jeu 'GTO'.
     
     
     
     
    GTO, le terme est lâché. La communauté en parle beaucoup, c'est un peu son graal, trouver LA stratégie ultime, une stratégie où on ne peut plus perdre, où on n'est pas exposé, pas vulnérable. Etant un grand partisan de la vulnérabilité comme force, j'ai clairement choisi de ne pas donner trop de crédit à toutes ces sornettes.
    Car dans le pool des joueurs français ET internationaux, je suis clairement plus avancé que la moyenne en termes de 'range thinking' et de GTO. Mais quand la communauté parle de GTO, ou tente de trouver des 'solutions' GTO à certains spots, souvent il y a erreur. Parce que le jeu que vous jouez n'est pas GTO du tout. Vous utilisez seulement le terme pour décrire un point d'équilibre dans un environnement donné.
     
    Peut-être que les meilleurs joueurs de cash game du monde jouent un jeu très équilibré et bien construit à tous les étages : leur bataille devient ainsi une bataille principalement mentale, une bataille de déploiement de leurs choix stratégiques ; c'est à qui résistera le mieux à la pression en fait (c'est ce qui différencie les high stakes du reste du poker d'ailleurs).
    Mais pour ce qui est des joueurs en dessous de la 5/10 online (en live, c'est toutes les limites, tous les joueurs), PERSONNE n'est équilibré totalement, loin de là.
     
     
    Le field croit être équilibré et s'approcher du GTO. C'est là une totale erreur basée sur plusieurs illusions.
     
    La première : contrairement à ce qu'ils croient, très peu de joueurs sont en réelle maîtrise de leur jeu. Ils ne possèdent pas leur jeu. Comme je l'ai évoqué, il y a une sélection naturelle des stratégies qui s'opère dans le jeu : à mesure du jeu, naturellement, certaines stratégies sont évincés. Donc beaucoup de joueurs qui gagnent à un moment gagnent parce que leur stratégie est 'validée'... à ce moment là, à cet endroit là. Qu'ils essaient dans un autre environnement, ou qu'assez de temps passe, et leur stratégie ne sera peut-être plus adaptée du tout. Ce type de joueurs va tendre à s'attacher énormément à ce qui marchait, va lutter pour évoluer, et assez naturellement sortir du jeu un moment ou à un autre.
    S'il n'y a pas de flexibilité stratégique, il n'y a pas réelle maîtrise.
     
    Etre en maîtrise de son jeu, c'est déjà sortir du mode majoritaire d'apprentissage dans la communauté : l'imitation. Tout le monde fait ça. On regarde des meilleurs joueurs que nous jouer, et on copie ce qu'ils font, car forcément ce sont les meilleurs.
    Mais il n'y a pas de compréhension de pourquoi ceci est bien et ceci moins bien. Il n'y a pas de perspective, seulement de l'imitation. Untel fait ça, je vais essayer ! Les sites de coaching suivent ce format, pyramidal, où pour grimper les échelons il s'agit d'observer les meilleurs.
     
    Quelque part, ce mode d'apprentissage est extrêmement limité. Déjà, il est passif. Ensuite, il provoque des énormes erreurs dans la mise en place. Par exemple, après avoir observé que pas mal de très bons joueurs défendaient leurs blindes très loose en MTT, une bonne partie des joueurs de MTT s'est mis à défendre les blindes loose. Ils voient un bon truc, et du coup se mettent à le faire, évidemment sans discernement pour les positions relatives, le fait d'être heads-up ou multiawy, les stack sizes, etc. Donc ils font n'importe quoi et croient mieux jouer 'parce qu'ils font comme Untel'. Ben non, c'est pas aussi simple que ça d'être un très bon joueur. Un très bon joueur comprend l'intéraction des ranges entre elles, des boards, et des streets entre elles. Il comprend aussi l'intéraction des joueurs, leur états émotionnels ou faiblesses psychologiques. Ainsi il peut jouer certaines situations comme il le fait.
     
    Si on imite seulement, on copie quelque chose qui marche, mais sans la structure qui la sous-tend, sans la solidité derrière qui permet de prendre des bonnes décisions. C'est ce que fait la communauté avec le GTO. Tout le monde se met à user majoritairement de certaines lignes et sizings, de certaines tendances. Le jeu preflop devient doucement de plus en plus comme les ouvertures aux échecs : une manière d'entrer la confrontation. L'edge diminue preflop mais il reste très présent turn et river.
     
    Tout le monde reste extrêmement déséquilibré turn et river notamment.
     
     
     
     
    Seconde illusion liée au GTO : 'pourquoi' chercher le GTO. Je veux dire, quelles sont les motivations ? J'y vois une claire tendance à la paranoia, la crainte d'être 'exploitable', donc la volonté de se protéger. Et quelque part de devenir imbattable, derrière une belle armure polie et dorée. C'est la volonté de maîtriser.
     
    Selon moi, penser vraiment GTO, c'est penser en termes d'intéractions de ranges les unes vis à vis des autres et par rapport au board et à ses ramifications. C'est donc extrêmement complexe et subtil. Quand on rentre là-dedans (l'intéraction de ranges, la 'texture' des boards, dans un sens profond), on est facilement dépassé : il y a juste trop de situations au poker pour que l'esprit humain les maîtrise sans un certain nombre de répétitions et d'expérience consciente (et inconsciente, le corps apprend presque, on sent les spots).
     
    La réalité du GTO est très loin d'une stratégie 'fixe', implacable. Le 'vrai' GTO, dans un sens, est le jeu optimal. Ce que cela signifie c'est de déployer les meilleurs stratégies possibles en fonction de ce que nous propose l'environnement. Ce n'est pas quelque chose de 'résolu', ou 'résolvable', c'est un équilibre qui se crée entre les stratégies des joueurs et leurs tentatives de s'exploiter les uns les autres.
    De fait, un joueur a un edge sur un autre lorsqu'il gagne au jeu de l'exploitation, quelle que soit sa forme (l'exploitation dominante de nos jours est clairement une exploitation passive : on exploite en ne s'exposant pas, en ayant un jeu très tight et value-oriented, en bluffant très peu mais espérant que nos adversaires callent tout de même). En cherchant à 'devenir inexploitable', le pool a limité l'intéraction joueur à joueur, car la défense (inexploitabilité) a pris le pas sur l'attaque (exploitation des faiblesses de jeu structurelles, ou psychologiques, de nos adversaires).
     
     
    Collectivement, les joueurs de poker créent des paradigmes, des manières de faire et de jouer, qui se rapprochent d'un équilibre dans un environnement donné, à un moment donné. Cet équilibre, ou une multitude de sous-équilibres, évolue constamment à mesure que des joueurs innovent pour trouver ce que j'appellerai des 'puits de profitabilité'. Ils cherchent des zones du jeu où ils peuvent trouver un edge. L'edge vient d'une plus grande maîtrise de certaines situations, et une tentative d'inviter nos adversaire sur notre terrain de maîtrise.
    Heureusement que ces joueurs existent! Parfois ils font de la m**de, mais parfois, dans leur exploration du chaos ils trouvent des puits de profitabilité qu'ils seront les seuls à exploiter pendant un moment.
     
     
     
     
    Il faut bien comprendre la dynamique intéractionnelle du poker, et c'est en cela que c'est un jeu : vos choix intéragissent avec les choix des autres. La solution n'est donc en soi jamais fixe, mais relationnelle, dépendante de paramètres particuliers.
     
    En fait, je pense que derrière ce GTO bullshit, il y a en fait une réelle crainte de la communauté face à la complexité du pok. Et donc une tentative de simplification des données, des 'manières de faire'. Plutôt que vraiment chercher le play optimal, on se contente de solutions EV+ (ce qui n'a aucune importance par rapport à la solution la plus EV+). En fait on bâtit surtout des approches permettant de limiter notre exposition. Mais c'est un jeu d'exploitation. Si on ne s'expose pas, on limite notre capacité d'exploitation (ou alors exploitation passive comme mentionnée auparavant).
     
    Le GTO, malgré son langage complexe (certains diraient, 'complexifiant'), me semble en réalité une simplification du jeu. Une forme d'auto-justification d'un paradigme plutôt qu'un réel travail sur ce qui marche, ou non. Il n'y a pas d'exploration des possibilités du no-limit hold'em, bien plutôt une réduction des possibles.
    Exemple : trop peu de joueurs utilisent des sizings inférieurs à 30%, alors que beaucoup de situations créent des stratégies de bets minuscules excellente ; trop peu de joueurs overbet alors qu'on peut overbet beaucoup de situations pour pas mal de raisons. La communauté dans sa majorité reste cantonnée à des approches simplifiées des possibilités offertes par ce jeu, et puisque la majorité suit cette route, de fait cela donne l'impression qu'on arrive vers une 'résolution' du jeu.
    Mais ce n'est pour moi qu'un point d'équilibre, mouvant, une sorte de transition vers autre chose.
     
     
     
    Pourquoi je parle de tout cela ? J'ai avancé l'idée que l'environnement devenait plus compétitif, cappé quelque part (on peut évidemment être bon à ce jeu, mais ça implique de devenir meilleur à un rythme plus élevé que la compétition. Personne n'est bon 'en soi', il s'agit toujours juste d'être meilleur que nos adversaires. S'ils changent, on doit changer aussi, donc chaque jour qui passe rend la tâche plus exigeante 'dans l'absolu').
    J'ai avancé quelques idées sur le GTO, enfin cette tendance qu'a la communauté à chercher à résoudre le jeu. Je pense que ce qu'on appelle GTO est en fait une tentative collective de conserver un paradigme, une manière de faire, de jouer, qui marchait avant. La crainte évidente de ne plus parvenir à gagner à ce jeu dans le futur (les marges diminuent, sans aucun doute, pas la place pour tout le monde) conduit à la tentative, désespérée presque, de justifier qu'il y a une bonne manière de jouer au poker. 'En soi'.
    Comme je l'ai dit, c'est pour moi bullshit car la seule bonne manière est relationnelle, et non statique. La bonne manière n'est juste jamais la même, elle change chaque jour, à chaque table.
    Si on ne voit pas ça....
     
     
    Ainsi on en arrive à une question : qu'est-ce au fond une approche exploitative ? Est-ce l'opposé d'un jeu GTO ? Non. Pour moi, l'approche exploitative EST le GTO. C'est simplement la meilleure méthode, c'est aussi une méthode plus dangereuse et subtile que le GTO dont parle la communauté. La sécurité est souvent privilégiée (il faut entendre, la sécurité du paradigme actuel de la communauté, les notions qui la rassurent).
     
    Je l'ai dit avant, le GTO 'réel', c'est appréhender le jeu dans son intéraction même. Visualiser comment les ranges s'affrontent sur tel ou tel texture, et telle ou telle position relative, à tel ou tel momentum, etc. En bref, c'est une vision globale, une certaine perspective.
    Quand la communauté parle de GTO, ça va être par exemple pour parler de fréquence de défense minimum, comme si les adversaires attaquaient suffisamment. PERSONNE n'est suffisamment équilibré turn et river. En très grande majorité, les gens jouent leur main (attachement à certaines mains, sizings transparents, etc), ils barrellent seulement avec de l'équité, ils jouent la force absolue ou moyennement relative de leur main plutôt que ce que dicte réellement la situation. Ils over-bluffent et under-bluffent certains spots.
     
    Quand on joue 'GTO' au sens de conscience globale, des ranges, du board, etc, on réalise très bien qu'il y a des situations où notre adversaire bluffe trop, ou pas assez, par exemple. On peut donc, et on doit donc, faire un play explo. Il n'y a pas de fréquence de défense minimum contre quelqu'un qui ne bluffe pas assez. Peu importe son sizing. L'inverse s'applique dans le cas opposé.
     
    Le poker est un jeu situationnel. Le jeu explo consiste à attaquer les situations qui nous sont présentées. Une bonne approche est d'étudier les tendances du pool qu'on affronte. En somme, quel est le 'langage' qui se parle, dans mon environnement. Comment vais-je 'parler' à mes adversaires.
    Ensuite, quelles sont les situations où une faiblesse structurelle est visible. Il s'agit de creuser pour ces situations. Considérer des lignes alternatives tant pour manœuvrer notre équité optimalement que pour mettre nos adversaires dans des situations d'inconfort (où les erreurs les plus massives naissent).
     
    L'équilibre qu'on recherche n'est pas un équilibre absolu, mais la meilleure 'solution' à un environnement donné. Plus un joueur est compétent, plus il sera capable de rapidement trouver des stratégies optimalement exploitantes. Et il peut très bien en avoir une grande diversité.
     
     
     
    Je ne suis pas sûr où je veux en venir. Tout ce que je dis est peut-être biaisé parce que je suis autodidacte dans mon apprentissage depuis longtemps. Simplement une description de tendances que j'observe. Je pense que la plupart des regs galèrent dans l'environnement actuel, et selon moi c'est principalement parce qu'ils ne parviennent pas à faire évoluer leur paradigme de 'ce qu'est le pok'. Seulement cela.
     
    Le jeu évolue. Evoluez avec lui! Ou bonne chance, et au revoir sous peu.
     
     
     
  2. Like
    Mimi__ reacted to ben92120 for a blog entry, Avant départ   
    Me voilà fin prêt (J-2), enfin presque, je dois encore faire ma valise...car samedi matin, après un nuit de boulot, on enchainera direct (vers 11h) pour le vol Paris-Toronto-Los Angeles où une voiture (je mettrai la photo) m'attend pour faire la route vers Vegas. On a privilégié les bas couts, moins de 800€ vols-location de voiture et hotels (merci à Wanass pour les hotels)
     

     
    J'ai décidé de me lancer dans un trip report  pour ce voyage car pour moi c'est aussi ça, une communauté, échanger, partager, faire rêver, délirer...J' ai tellement kiffé certains blogs ou trip report mais aussi car je serai seul pour ce 5éme voyage à Vegas  et je pense que ce blog me permettra d'éviter les moments de solitudes, d'euphories, de déprimes que peuvent connaitre un joueur à Sin City !!!
    Que de 1ere fois, 1ere fois seul en 5 voyages (sans ma femme), 1er trip report, 1ere fois arrivée et départ à Los Angeles...
    Avec moi il n'y aura pas trop de technique à la Olivierp, pas trop de piles de jetons à la Excalidur, pas de trop de cul à la Pythonio ou Robin (même si j'ai pris des hotels avec jacuzzi, on ne sait jamais), pas de pics de suite balla...je ne compte pas beaucoup dormir et j'ai pris des petits hotels pas trop mal situés... certainement de la "biture" à la DonRevie
    Par contre j'essaierai de vous raconter mon quotidien, entre poker, rencontres, sorties restos hors strip, courses dans les hypermarchés...
    Mon plus gros problème, je n'ai aucun programme...Quand j'ai réservé (en janvier) je pensais me concentrer sur des series (Vénitian, Planet hollywood, Wynn) mais à l'arrivée rien sur ma période (je rentre le dimanche matin et les events se termine ce jour là) Alors on verra entre cash game et daily.
    A la prochaine les Cpistes, dimanche ou lundi...certainement des photos d'avions, peut être de boobs d'hôtesse ou passagères open...bref l'inconnu !!!
    Prochaines photos, je trouverai mieux...mais j'avais kiffé les grands mère "IN" croisées lors d'un séjour précédent.
     

  3. Like
    Mimi__ reacted to ArtPlay for a blog entry, Back to back pour un jeu de cons   
    Salut tout le monde,

    Quelques nouvelles du bout du monde. On vient de changer d’heure, il est 20h47 et il fait 32° depuis 2 jours, je reviens de 3 jours de camping. Ça ne vous intéresse pas vraiment ? Je le conçois. Parlons plutôt de mes résultats poker de ces deux derniers mois.
    Août

    Si ma mémoire ne me joue pas de tours, août 2015 a officiellement été le pire mois de ma vie. Je l’ai aussi vécu très différemment de mes autres mauvais mois. Par le passé j’avais tendance à jouer beaucoup plus quand je perdais, beaucoup moins quand je gagnais. Depuis 4-5 mois j’essaie de m’astreindre à un rythme de 2kh par jour (plus ou moins). 

    Ainsi là où mes badruns duraient en général au maximum 3 jours de douleur absolue pendant lesquels je jouais 25kh comme un crétin, ils durent désormais les mêmes 25kh, mais étalées sur 1 mois. L’impact psychologique est probablement encore plus pénible, le sentiment d’impuissance et de frustration est permanent pendant un mois entier c’est assez lourd à vivre. Surtout pour ma gonzesse j'dois dire

    A côté de ça si j’avais joué ces mains en 3 jours, nul doute que mon niveau de jeu aurait été sévèrement dégradé et que je n’aurais peut-être pas perdu 10k, mais peut-être bien 20. L’un dans l’autre je pense que ma nouvelle approche reste probablement plus saine et génère certainement une ev supérieure.
    La petite main typique du mois d’août : 

    Poker Stars $2.50/$5 No Limit Hold'em - 4 players - View hand 2796416
    DeucesCracked Poker Videos Hand History Converter
    BTN: $467.25
    SB: $1013.15
    Hero (BB): $527.82
    CO: $941.58
    Pre Flop: ($7.50) Hero is BB with Q A
    1 fold, BTN raises to $15, 1 fold, Hero raises to $40, BTN calls $25
    Flop: ($82.50) 8 9 4(2 players)
    Hero bets $40, BTN calls $40
    Turn: ($162.50) 5(2 players)
    Hero bets $95, BTN calls $95
    River: ($352.50) 3(2 players)
    Hero bets $352.82 all in, BTN calls $292.25 all in
    Final Pot: $937.00
    BTN shows 7 J (a flush, Jack high)
    Hero shows Q A (high card Ace)
    BTN wins $935.50
    (Rake: $1.50)

    J’avais décidé de tenter des 3bets plus petits BB vs D, afin de pouvoir tranquillement utiliser une range plus mergée. Un peu à la manière des bots qui ont récemment défrayé la chronique. Bien évidemment « je suis en train de run bad, quelle meilleure idée que de tenter d’incorporer des trucs tout nouveaux et super douteux dans mon jeu ? ».

    Bref une main typique : play douteux et timing désastreux. Pendant un mois, constamment, c’est chiant. On se dit, comme à chaque badrun comme une petite fiotte « bouhouhou, je gagnerai plus jamais d’argent au poker c’est fini je vais postuler au McDo ». Et puis arriva septembre.
    Septembre

    Si ma mémoire ne me joue pas de tours, septembre a officiellement été le meilleur mois de ma vie. Oui c'est complètement crétin. J’ai forcément un peu mieux joué qu’en août, mais pas non plus de façon drastique, et pourtant voilà que j’enchaîne avec le meilleur mois de ma vie. Comme vous pouvez le voir sur les mains suivantes, mes plays n’ont pas été beaucoup moins borderline, mais le dieu de la chatte m’a conféré le don du timing parfait.

    Poker Stars $2.50/$5 No Limit Hold'em - 6 players - View hand 2796438
    DeucesCracked Poker Videos Hand History Converter
    BTN: $705.21
    Hero (SB): $538.19
    BB: $657.87
    UTG: $769.71
    MP: $1251.20
    CO: $562.20
    Pre Flop: ($7.50) Hero is SB with 7 4
    3 folds, BTN raises to $10, Hero calls $7.50, BB calls $5
    Flop: ($30.00) T 3 9(3 players)
    Hero checks, BB checks, BTN bets $5, Hero raises to $30, BB folds, BTN calls $25
    Turn: ($90.00) K(2 players)
    Hero bets $65, BTN raises to $130, Hero calls $65
    River: ($350.00) 8(2 players)
    Hero bets $368.19 all in, BTN calls $368.19
    Final Pot: $1086.38
    BTN shows Q J (a straight, Nine to King)
    Hero shows 7 4 (a flush, Ten high)
    Hero wins $1083.58
    (Rake: $2.80)
     

    Poker Stars $2.50/$5 No Limit Hold'em - 5 players - View hand 2796439
    DeucesCracked Poker Videos Hand History Converter
    BTN: $500.00
    SB: $2316.18
    Hero (BB): $689.70
    UTG: $1521.68
    CO: $931.25
    Pre Flop: ($7.50) Hero is BB with 9 8
    UTG raises to $13.25, CO calls $13.25, 2 folds, Hero calls $8.25
    Flop: ($42.25) 6 7 2(3 players)
    Hero checks, UTG checks, CO bets $26.71, Hero raises to $80, UTG folds, CO calls $53.29
    Turn: ($202.25) 5(2 players)
    Hero checks, CO checks
    River: ($202.25) T(2 players)
    Hero bets $145, CO raises to $838 all in, Hero calls $451.45 all in
    Final Pot: $1395.15
    Hero shows 9 8 (a straight, Six to Ten)
    CO shows T T (three of a kind, Tens)
    Hero wins $1392.35
    (Rake: $2.80)
    Bref en 4 jours de septembre j’avais récupéré toutes mes pertes d’août. Jeu de cons.
    Vidéos Si ces quelques mains volontairement douteuses ne vous ont pas découragés d’écouter mes brillants conseils poker, j’ai deux bonnes nouvelles pour vous.
    Tout d’abord je me suis remis à faire des vidéos à la demande sur Poker Académie. Je reste très partisan du modèle de la VOD par rapport à celui de l’abonnement : cela incite d’une part le client à être plus « intelligent » dans son approche de la consommation de contenu éducatif, cela force d’autre part le coach à produire des vidéos de qualité, sous peine de se faire incendier et de ne plus jamais en vendre. 

    Donc si vous voulez voir des vidéos actuelles destinées à vous faire progresser en middle stakes, ça se passe par ici : Les vidéos MidStakes d'ArtPlay sur Poker Académie
     
    Si ça ne vous intéresse pas parce que ces limites ne vous concernent pas ou que vous trouvez ça trop cher (et soyons francs : c’est effectivement cher. Mais j’espère avec un peu de prétention que ce n’est pas trop cher pour le contenu proposé !), vous pouvez toutefois vous consoler avec 20 minutes de vidéos jouées en NL200 Zoom ici : 
     
     
     
     
    Je viens de réaliser que je ne savais pas insérer une vidéo avec cette nouvelle version. Comme le dirait Francis Cabrel, "c'était mieux avant" et "WebDesigner, démission"

    Enfin en termes de contenu poker, je vous propose une petite main bonus, jouée en août pour le coup. Le dénouement est donc surprenant.

    Poker Stars $2.50/$5 No Limit Hold'em - 6 players - View hand 2796420
    DeucesCracked Poker Videos Hand History Converter
    BTN: $500.00
    Hero (SB): $503.47
    BB: $802.88
    UTG: $438.72
    MP: $721.15
    CO: $491.04
    Pre Flop: ($7.50) Hero is SB with 8 7
    4 folds, Hero calls $2.50, BB raises to $15, Hero calls $10
    Flop: ($30.00) 3 J 9(2 players)
    Hero checks, BB bets $15.75, Hero calls $15.75
    Turn: ($61.50) A(2 players)
    Hero checks, BB bets $39.34, Hero raises to $145, BB raises to $255, Hero raises to $472.72 all in, BB folds
    Final Pot: $571.50
    Hero mucks 8 7
    Hero wins $568.70
    (Rake: $2.80)
    Je vous invite très chaudement à commenter les plays dans les commentaires, si vous avez des questions ou souhaitez m’insulter, c’est fait pour ça. 
    Nouvelles d’Australie Bon … Je ne résiste malgré tout votre désintérêt pas au plaisir de vous soumettre quelques photos de mon dernier weekend à Port Stephens, ville côtière à 200km au nord de Sydney, parce que c’était quand même bien cool.

    Ma meuf et un kangourou. Bouclettes naturelles.
     

    Un coucher de soleil à l’air complètement fake, mais 100% pas retouché
     

    Enfant qui se fait ruiner son château de sable. Je ne suis pas un pédophile, juste un sadique
     
    Enfin les deux photos suivantes ont été prises à Sydney même, près de Cronulla pour les connaisseurs. Ca n'a donc strictement rien à voir mais je les aime bien alors quitte à vous spam ...

    Des Chinois qui font un remake de la Création
     

    Des pêcheurs qui s’apprêtent à prendre cher
  4. Like
    Mimi__ reacted to ArtPlay for a blog entry, No money Zoom Poker, everyone's a bot   
    No money Zoom Poker, everyone’s a bot
    Ces dernières semaines, un scandale de botting s’est fait jour sur PokerStars.com. Non seulement en Pot Limit Omaha, mais également en No Limit Hold’em, les tables de small et middle stakes semblent infestées de bots crushers indestructibles.

    Pour de nombreux joueurs c’est sûr, cette histoire est un signe de la fin des temps du poker en ligne. C’est d’ailleurs probablement pour ça qu’on gagne tous beaucoup moins depuis quelques années.

    Heureusement rassurez-vous, je suis là pour vous mettre un peu de baume au cœur. On peut toujours gagner au poker en ligne. Et je peux même vous affirmer qu’on peut carrément gagner sur les tables de Zoom poker de PokerStars.com, vous savez, celles qui sont infestées de bots invincibles (qui voient très probablement nos cartes et peuvent pirater le RNG les jours impairs).

    Premier Bilan PokerStars.com
    Voici mon graphe sur PokerStars.com depuis que j’y ai cash-in :




    65k premières mains en Zoom 200, 35k dernières en Zoom 500

    En guise de premier bilan sur ces tables par rapport à celles de PS.fr je dirais que la comparaison n’est pas simple à établir. Le ratio fish/reg y est énormément plus faible, mais j’ai l’impression que les regs sont rarement brillants.

    Ils ont à mon sens quasiment tous au moins un segment de leur jeu qui va rendre beaucoup de décisions face à eux assez simples. Je ne pourrais pas détailler car ça peut pas mal varier d’un joueur à l’autre, mais c’est assez récurrent. Et de nombreux « regs » ont carrément des leaks énormes et me font me demander pendant 1000 mains s’ils sont qualifiables de « regs » ou non.

    Les joueurs récréatifs, en revanche, sont moins nombreux, et souvent moins mauvais que sur PS.fr. Par ailleurs, ils sont plus difficiles à exploiter au mieux étant donné qu’en raison du format Zoom, on ne reste jamais à la même position par rapport à eux et qu’on est très loin d’apercevoir tous les showdowns comme c’est le cas sur nos tables franco-françaises où c’est de toute façon la seule chose qu’on puisse faire pour tromper l’ennui, avec 4 tables de 1/2+ qui tournent en moyenne passé minuit.

    Dans l’ensemble je me suis ajusté à la différence de field en jouant globalement plus tight, en particulier au bouton, et en mettant en place une stratégie de limp de ma small blind contre les regs qui défendent suffisamment bien BB vs SB. Le rake y est par ailleurs tellement plus faible qu’on est beaucoup moins pénalisé à jouer de nombreux petits pots.

    On ne peut pas, comme sur PS.fr, se permettre de raise n’importe quoi tout le temps sans faire attention parce qu’on sait pertinemment qu’il doit bien y avoir un fish quelque part sur la table qui va call moins bien quoi qu’il arrive. Paradoxalement je crois bien que je me retrouve à bien plus moduler mes ranges d’ouverture en fonction de la composition de la table que ce n’était le cas sur PS.fr, où j’ouvrais en général un peu n’importe quoi comme un robot.
    Bref pour l’instant le format me satisfait pleinement. Mon jeu est plutôt bien calé, même si j’ai, ces derniers jours, commis quelques erreurs fâcheuses. Bon, je m’éclate toujours pas à jouer, mais c’est un autre problème qui est pour l’instant bien compensé par le fait de voler tout leur argent aux Russes.


    Voir le verre à moitié plein




    Voilà, comme lui.

    Pour tous ceux d’entre vous qui s’inquièteraient des bots et de la fin du poker en ligne, je n’ai absolument aucun doute qu’on a tous devant nous encore une marge de progression énorme. A titre personnel je n’ai jamais trop cru en la théorie du « ouhlala les games sont plus dures que jamais ça devient trop chaud d’être gagnant, tout ce qui nous reste à faire c’est d’être des rakeback whores ». D’abord parce que j’ai toujours trouvé 100% de mes adversaires nuls, mais c’est mon complexe de supériorité qui parle.

    Mais également parce que face à ce genre de problématique, deux types de joueurs émergent. Ceux qui jouent deux fois plus longtemps et deux fois plus mal pour gagner moitié moins, et ceux qui se sortent les doigts du cul pour réfléchir à ce qu’ils font et évoluer dans la bonne direction. Face à cette affaire de bots vous avez un choix. Soit vous estimez que le poker en ligne est mort et enterré et que de plus en plus de botters vont apparaître, et vous décidez d’embrasser une carrière d’équipier au McDo de Franconville. Soit vous réalisez que si des bots russes probablement codés par des Igor & Grichka alcooliques arrivent à gagner au poker alors que vous galérez, c’est probablement que quelque chose vous a échappé. Parce qu’ils ont beau être gagnants, ils ne sont pas géniaux pour n’importe qui doté d’une capacité d’adaptation supérieure à celle d’un poisson rouge.

    Si vous parvenez à voir ces nouvelles de cette façon, il devrait vous être facile de considérer la prochaine disparition probable de quelques-uns de ces bots comme une opportunité plutôt que comme une calamité. Mais bougez-vous le cul sous peine de finir comme ce brave kangourou :




    Je veux dire mort, pas sur un poteau au bord d'une route.

    Cheers !
  5. Like
    Mimi__ reacted to ArtPlay for a blog entry, Ma vie en Oz'   
    Salut cher lecteur,

    Tu t’es peut-être demandé pour quelle raison, bien qu’étant désormais installé en Australie depuis un peu plus de trois mois, je n’avais toujours strictement rien publié ici sur ma palpitante nouvelle vie.

    Je déconne, on sait tous très bien que personne ici n’attend désormais plus rien de mon légendaire dilettantisme. Mais à dire vrai, cette question, je me la suis moi-même posée. Comment, pourquoi n’ai-je pas encore trouvé le temps ou la motivation de délivrer un petit point sur ma nouvelle vie aux antipodes ?

    On pourrait s’imaginer que je sois trop occupé à découvrir les quatre coins du pays, ce qui me prendrait pas mal de temps, l’Australie étant un put*ain de grand bazar. On pourrait à défaut croire que je me consacre corps et âme à des projets révolutionnaires. De manière plus réaliste (soyons sérieux), il serait facile de penser que je végète dans une espèce de marasme glandeur comme j’ai si bien pu le faire par le passé.

    Rien de tout ça en fait. Ma nana a un job, ce qui m’empêche de courir le pays sous peine de castration, j’ai pas mal regrind donc reporté mes projets de domination mondiale à Q3 2015, et je n’ai pas le sentiment de perdre mes journées.




    Une des activités de mes premiers jours à Sydney. Je ne perds pas mes journées.


    Ce qui me bloque en réalité c’est que tout est différent ici, sans pour autant que ma vie ait réellement changé d’un iota. Certes les gens parlent anglais, sourient, et sont à peu près tous asiatiques. Certes, je vois des gratte-ciel de ma fenêtre. Eh oui, Sydney c’est pas Antibes, le scoop. Mais malgré ça, ma vie est la même. Ma nana fait rigoureusement le même job, quant à moi je ne fais pour l’instant rien de nouveau non plus. Il ne s’est donc pas présenté d’événement ou de situation si extraordinairement surprenants que je me sois senti obligé de venir vous les raconter.

    Pourtant j’en aurais des choses à partager sur ma découverte de ce pays (enfin ma découverte de Sydney pour l’instant, n’allons pas trop vite en besogne). C’est d’ailleurs ce qui motive l’écriture de cet article : m’y mettre enfin.
    Mais avant ça, comme nous sommes sur un site de poker, et que je me suis remis au poker tranquillement, avec une motivation un peu retrouvée (enfin qui commence déjà à s’étioler sans quoi je ne serais pas en train d’écrire mais en train de jouer), un petit point.


    Reprise du poker Et puisqu’il n’y a que ça qui vous intéresse, telles les filles pour Dany Brillant, le graph :



    J’ai eu la chance de run assez good en début d’année alors que je n’avais pas joué depuis 6 mois. Il faut dire que le décalage horaire joue fortement en ma faveur : à 10h chez moi il est 2h chez vous, la seule chose que vous soyez encore en état de faire à une table de poker c’est souvent de me filer votre fric.

    Petite semaine de semitilt en mars après avoir run un rien moins good. Ça m’a remis les pieds sur terre et me voici revenu dans le bon rythme : j’ai confiance en mon jeu tout en trouvant des situations qui méritent réflexion très régulièrement, je suis convaincu que c’est à peu près le meilleur état d’esprit dans lequel on peut se trouver au poker.

    Vous avez été plusieurs à pas mal me harceler gentiment « et le .com du coup ???? c dur ou pas ???!! ». J’ai mis longtemps à m’y mettre pour des raisons de transfert de fonds et de dégel de compte. Actuellement j’alterne en gros à 50/50 les tables du .fr et la Zoom 200 où je me monte tranquillou une BR (je reste un nit, ne l’oubliez pas, puis c’est chiant de transférer du fric). Mon sample n’est pas colossal (30kh) mais je run pour l’instant à un confiant 4ptBB/100.

    Bref niveau poker tout va bien. Je twitch à l’occasion des reviews de session sur http://www.twitch.tv/artplaie , n’hésitez pas à vous abonner.

    Pour autant j’avoue ne pas me voir jouer des années durant : pour la petite histoire je me renseigne un peu pour faire du volontariat dans des assos à but caritatif. La bonne blague c’est que même en cherchant à travailler gratuitement personne ne me répond. Je sais pas si c’est les vacances de Pâques ou quoi, mais j’ai l’impression que le monde de l’entreprise ne veut pas de moi. Prochaine étape je leur propose de l’argent pour m’employer, j’aurai peut-être au moins la chance d’avoir un mail de refus.


    Découverte de l’Australie Comme je l’ai dit tout est très différent ici. Je ne peux donc pas tout aborder de front, et vais devoir choisir mes sujets.




    Bondi Beach, la plage emblématique de Sydney.



    Stéréotyes Quand je suis allé en Italie pour la première fois de ma vie je m’attendais à voir des bruns propres sur eux qui disent « ma che » assez fort en agitant leurs mains. Une fois que j’y ai effectivement mis les pieds j’ai vu des bruns relativement propres sur eux qui disaient des tas de trucs très forts et agitaient leurs mains.

    En arrivant en Australie je m’attendais à voir des descendants d’Anglais ayant appris le surf. En gros des rouquins cramés au soleil. Quand je suis arrivé, tout ce que j’ai vu, c’est des put**ns de Chinois à perte de vue.
    Je le dis comme je l’ai ressenti, je sais bien que pour être politiquement correct il faut dire « des Asiatiques ». Bon. Je sais jamais dire d’où ils viennent exactement mais pour moi ça restera des Chinois.

    Alors il y a quand même bien quelques rouquins, que tous les Skips de ce monde se rassurent. Mais d’abord ils ne font que rarement du surf : leur carnation fragile supporte mal le soleil brûlant, tout excité de pouvoir filer le cancer à un maximum de monde au travers du trou dans la couche d’ozone. Ils brûlent plus vite qu’Edward Cullen se transformerait en diamant scintillant.

    En bref si vous vous attendez à retrouver en Australie un morphotype moyen proche de celui de la perfide Albion vous vous trompez, en tout cas si vous mettez les pieds à Sydney. On parle souvent, en Europe, de l’Australie en tant que colonie pénitentiaire britannique, mais on n’a en fait aucune idée des flux migratoires constants qui ont fait l’histoire du pays qu’ils soient européens ou depuis 1950, asiatiques.

    Et pour une raison qui m’échappe, tous les asiatiques ont apparemment décidé d’habiter Sydney. Non pas que ça me dérange, la bouffe asiat’ est de bonne qualité un peu partout et très abordable. C’est bien le seul truc abordable à Sydney, d’ailleurs. La bouffe est généralement assez chère. Mais bien sûr ça n’arrive pas à la cheville de l’immoblier. Pour rire, je paye 680$ par semaine de loyer. Et encore mon 3 pièces est une sacrée affaire en ratio taille/distance du centre.







    Autres Je pourrais vous abreuver de tirades quasi-raciste ou anti-roux pendant des pages et des pages. Mais toutes les bonnes choses ont une fin.
    Au menu des choses que je développerai probablement ultérieurement, dans des billets sûrement plus courts mais plus fréquents :
    L’Australie en fait c’est tout vert, c’est pas vraiment un désert géant
    Pourquoi les français sont souvent des cons
    Pourquoi les administrations françaises sont des parasites dysfonctionnels et incompétents. Avec des vrais morceaux d’URSSAF dedans.
    Mon premier kangourou (enfin plutôt le quatrième, parce que les trois premiers étaient morts écrasés au bord de la route)
    Les Australiens sont plus amicaux que ces cons de français
    Le cricket, sport nul
    Les « Blue Moutains », ni bleues, ni des montagnes, mais sympa quand même
    La bouffe
    … et plein d’autres trucs put*ain.




    J'appelle ça des collines vertes moi ...


    Bref. Si jamais vous ne l’avez pas encore deviné, rien n’a vraiment changé, mais je m’y plais dans ce pays géant plein de petits Chinois.

    Cheers !
  6. Like
    Mimi__ reacted to Torino for a blog entry, Préambule : Faut vraiment avoir envie de se cagouler   


    Préambule : Faut vraiment avoir envie de se cagouler




    Après un mois d'attente interminable, on y est, je ne sais pas si je l'ai déjà dis mais c'est ma première fois à Vegas, et je peux vous dire que ça a été vraiment très dure de penser à autre chose qu'à ça, heureusement le week end avant le départ a été bien arrosé du coup c'est passé assez rapidement pour finir. J'ai quand même réussi à m'imaginer gagner des centaines de milliers d'euros, être le king de vegas tout ça tout ça, j'étais déjà prêt à organiser le voyage de ma femme et de ma fille pour qu'elles me rejoignent et viennent me suivre pendant la table finale des wsop (l'event 5k de préférence que j'aurais cash in après avoir détruit les tournois au ph et au Wynn).

    Bref il était tant que je parte, mais je vous rappelle que j'habite au fin fond de la Corrèze et que chaque voyage se révèle être toujours un périple de tous les instants, et cette fois ça ne va pas changer. C'est parti.

    On est le 10 au matin, il est 5 heures, ma fille est pas d'humeur pour dormir plus, bon c'est pas bien grave, je suis pour le moment chez mes parents à 2h30 de chez moi. J'allume la télé car je suis bien entendu le seul levé, ma femme est déjà partie embaucher en se tapant 2h30 de route en pleine nuit. Et là une petite surprise pour bien commencer le trip, la SNCF décide de faire grève, mmmh, j'ai deux trains à prendre le 11 et un train sur trois circule, la question c'est est-ce qu'on va commencer à chatter ses 33 % de chance de gagner ? On verra bien.
    L'après midi, voir le soir la sncf met en place un système permettant de voir si les trains que l'on doit prendre sont maintenus ou non. Et boom mes deux trains ne passeront évidemment pas, je trifouille un peu à gauche à droite mais j'ai pas de solution super cool. (trajet de bus de 7 heures pour faire USSEL-Limoges, alors qu'il faut 1h30 en caisse) Je me lance pour la première fois de ma vie dans le covoiturage sans grand espoir vu que j'habite quand même un endroit légèrement reclus Et là chatte de ouf comme dirait Mr Nassif, un mec part pour limoges et habite à 5km de chez moi. Snap call et c'est parti pour la première expérience covoiturage de ma vie. Et honnêtement c'était pas triste, le mec part 2 heures plus tôt finalement (donc 9 heures du mat sinon c'est pas drôle) il roule dans un espace des années 90, il a 19 ans et conduit comme un dingue, dans tous les virages un peu serrés les pneus crissent et j'ai même la sensation que de temps en temps on est sur deux roues, btw il se plante 3 fois de route. On arrive dans le centre ville de Limoges, à un feu une mère de famille nous klaxonne pour qu'on ouvre la fenêtre, je m'exécute :

    - Votre voiture fume énormément, vous devriez faire attention.
    - Merci madame, je suis presque arrivé et vivant finalement yeaaaaaaa !
    - No soucis c'est normal. Nous sort ce pilote de l'extrème.

    Tans mieux si c'est normal il tombera en panne 3 minutes après.

    - Bon ben salut hein.

    Je me taille à la gare, arrivé là bas le train est bien annulé, j'appelle Benz oui je voyage avec Benz mais lui il est encore au taff. Je lui dis que ça semble compromis le train que y en a juste aucun qui circule au départ de Limoges pour Paris, encore une fois on matte à gauche à droite comment monter à panam, mais cette fois je n’émets pas d'hypothèse covoiturage. Finalement on dira non au plan caisse, et on choppera un train qui apparaitra vers 20h15.
    Il est 11h00 du mat, j'appelle 2-3 potes pour aller bouffer en ville et passer l'aprem à jouer à la console, finalement tout s'arrange, et heureusement qu'on avait prévu large niveau timing pour l'avion, on prend la machine volante le lendemain à 11h00. On est censé dormir chez la tante de Benz, alors je pars acheter du vin pour la remercier, un petit argentin de plutôt bonne qualité et un bon Bordeaux feront bien l'affaire.

    Ça y est Benz débauche et passe me chercher pour filer à la gare, j'ai reçu quelques offres de stacking de dernière minute, c'est gentil de la part des coupains, le pote courtier va passer à la gare me filer le cash.

    Arrivé à la gare le train aura minimum 2 heures de retard, il est donc 18h30 et il partira minimum à 22h00, pour une arrivée probable à Paris à 01h30 du matin. Très vite on abandonne le plan dormir chez tatie Benz quand on entend parler d'une gréve des taxis qui a bloqué l’aéroport aujourd'hui + les rer qui ne circulent pas des masses. Le plan ça va être de passer la nuit à l’aéroport.

    Bon on a du temps à perdre avant le départ en train, donc on s'assoit au bar de la gare et on se met à discuter de tout et de rien avec l'ami Benz et Nasri le courtier, puis là on croise un pote qui doit monter à panam également et qui deviendra notre compagnon de galère.

    On décide de se mettre bien :



    Allez on bouge, on a pas de billet pour le train mais on nous a dis de nous assoir où on voulait, j'opte donc pour la première classe, on essaye de motiver Nasri à faire enfin un truc fou dans sa vie, à sauter dans le train et venir à Vegas, mais btw, il est prof et a un devoir moral. La blague.

    On vient donc se poser tranquillement, le train à l'air moitié vide, bon ce qui est chiant c'est qu'on est bien chaud pour continuer la fête mais on a pas de tire bouchon, mais voilà, Francis, le chariot ambulant passe et on lui soudoie un tire bouchon, il a l'air bien attaqué alors on l'invite à boire un coup, il va ranger son chariot et nous rejoindra boire 2-3 verres pour balancer un peu sur la sncf.

    On commence les choses sérieuses, je défonce le hu en omaha, pour être franc c'était du flash omaha une main mais c'est gagné ! Je vais arriver plein de confiance à vegas c'est bon ça ! Là on commence à faire des tours de magie (retenez bien notre passion pour la magie, on en reparlera par la suite). Et 3 petites nanas passent devant notre wagon et nous voient en train d'improviser un spectacle digne des plus grands talents mondiaux, on sympathise et elles s'installent avec nous, nos tours sont abracadabrants et on se met à jouer au kems (que je vais obv gagner).



    Bon notre chere demoiselle de droite se met dans le trip de retrouver le blog qu'elle tenait à 14 ans elle dit que c'était un truc comme Xx-lalie-xX. je vous laisse faire les recherches hein... Mais elle ira quand même jusqu’à filer son pass mail à Benz pour qu'il l'aide à le retrouver et il a maintenant accès à son entière life, ça va que Benz est un bon mec et qu'il s'en fou royalement, cette jeune fille ne se fera donc pas scam.


    Bref on arrive à Paris vers 01h30, et maintenant faut trouver un taxi pour l’aéroport



    Y a la queue et les taxis sont en gréve, y en a un qui passe toute les 20 mins (sans exagérer) un rapide calcul nous fera dire que ça va pas le faire, benz se rappelle qu'ils font gréve à cause des "vtc", un concurrent déloyal, bon ben c'est un call, appli smartphone -> commande vtc -> 5 min après vtc est là. On félicite l'association des taxis parisiens qui font de la pub pour leur concurrent déloyal. De plus les vtc proposent un service de très bonne qualité avec des chauffeurs plus que courtois, je pense que les taximan se tirent un peu une balle dans le pied et il va falloir qu'ils revoient leur service pour pas sombrer ou devenir à leur tour vtc. Benz pose 1 milliard de questions au chauffeur, j'ai l'impression qu'il veut écrire une thèse à ce sujet, perso je lâche l'affaire. On arrive à l'aeroport vers 2h30, puis on va essayer de dormir à l’aéroport. Ben je peux vous dire que tout est fait pour pas dormir dans cet aéroport, tout est calculé au centimètre près pour que ce soit assez inconfortable pour pas dormir, bravo pour les calculs savants, il manque juste 4-5 centimètres à une combo fauteuil + table pour que ce soit confortable et obv tout est scellé. Tans pis on dormira demain dans l'avion. Je fais mes 150 tours d’aéroport au milieu de mes semblables et j'ai des flashs de Tyler Durden quand je rentre dans les chiottes, ça fait flipper.

    Boom l'avion est là il est temps de prendre notre fly, CDG-Charlotte première partie du voyage, j'ai pas perdu mon passeport (chose qui arrive à chaque fois que je sors d'Europe).



    Le plan est obv de dormir dans l'avion, mais j'ai fait une erreur de débutant, je suis en short, t-shirt et je me les caille grave malgré deux couvertures (très fines) impossible de fermer l’œil, surement la combo, froid, excitation, et siège inconfortable et n'oublions pas les 2 bébés brailleurs . Bon c'est pas grave 1 heure de sommeil en 48 heures pour arriver à Vegas pour 6-7 jours de grind, y a mieux comme préparation mais c'est les aléas de la vie.

    La correspondance Charlotte-Vegas se passe plutôt bien également mais quasi sans dodo et on y est. J'arrive à sin city non sans mal et je suis prêt à pousser des jetons ! 18h10 heure locale, il est temps d'aller poser les affaires à l’hôtel avant de commencer la première session !




    Je suis bien conscient que ce premier post est pas passionnant, mais j'ai décidé de faire un report assez complet, et ça aide à mettre dans l'ambiance la première partie : voyage.

    A demain pour la suite.
  7. Like
    Mimi__ reacted to ArtPlay for a blog entry, Brèves news !   
    Brèves News !

    Hello à tous !

    Juste un petit billet pour me rappeler à votre bon souvenir. Non je ne suis pas passé sous un pont, oui je joue toujours au poker, oui ça se passe bien. Et bonne nouvelle pour vous, ça fait plusieurs jours que j’ai une bonne idée de contenu pour un billet. Plusieurs semaines, voire mois, en fait.

    Le sujet général en serait la méga-procrastination qui va de pair avec le statut de joueur de poker pro et le faux sentiment de liberté associé. Le truc c’est que là j’ai la flemme donc mauvaise nouvelle, je l’écrirai plus tard. Ironie du sort.

    Mais je doute que vous en soyez étonnés, puisque de la même manière ça fait maintenant bien 4 mois que j’ai annoncé qu’un update de mon eBook était prêt, et que je n’ai toujours pas pris la peine de le mettre en ligne. Quelle pauvre mer*de je suis parfois.

    En revanche, et parce que j’ai quand même quelques minutes à tuer, je peux en profiter pour vous montrer quelques graphes et quelques mains sympas, ça vous fera toujours du grain à moudre entre deux CPRadio !


    Adaptation post-PokerStars
    Je ne fais donc plus partie de la Team Online de PokerStars. Non en effet. Et j’expliquais dans un précédent billet que d’un point de vue comptable ça risquait fort de ne pourtant pas changer grand-chose à ma vie. Voici donc un petit graphe toutes rooms confondues depuis mon éviction (à peu de choses près) :




    Toutes rooms confondues

    Donc sur trois mois et demi vous constatez deux choses, d’une part ça se passe pas mal, d’autre part je fais un sacré volume de branleur, mais ça n'est pas bien nouveau.

    La question est alors, mais du coup, est-ce que c’est plus facile autre part que sur PokerStars ou pas ?????

    Voici mon graphe sur les autres rooms que PS, en l’occurrence Wina et PMU :






    Wina + PMU

    Je ne m’avancerai pas à me demander si ce winrate est maintenable ou pas, m’est avis qu’au moins sur PMU c’est le cas vu le bumhunting de gros porc que j’effectue, mais la question c’est en gros de savoir si c’est oui ou non plus soft. M’est avis que oui. Wina doit être légèrement plus soft que PS, PMU l’est très significativement. Faut dire leur soft a été codé par des marins russes pendant la guerre froide.

    Dans l’ensemble ça joue aussi fort différemment, j’ai l’impression qu’il y a un peu moins de joueurs récréatifs sur Wina que sur PokerStars, mais que les regs sont beaucoup plus caricaturaux (quelques gros nits, quelques gros spewtards, dans l’ensemble assez peu de gars vraiment forts) et un peu plus enclins à péter des piles.

    Sur PMU j’ai le sentiment qu’il y a au moins autant de joueurs récréatifs et qu’au surplus les regs sont pour la plupart des carpettes qui essaient de folder le plus vite possible à chaque main. Maintenant mon sample est pas bien gros (et il contient en plus une tonne de PLO), donc mes excuses à toutes les carpettes auxquelles je pourrais manquer de respect.

    La question c’est donc pourquoi je joue si peu sur ces sites que je juge si soft. Et la réponse est assez simple, je suis un peu un vieux con qui a du mal à s’adapter au soft. Je trouve plus confortable de jouer sur PS en termes de multitabling et d’habitude de jeu, j’y suis plus endurant. Du coup à moins de manquer sérieusement d’action j’évite de lancer les autres sites. Oui parce qu’en plus en bon vieux de mer*de quand j’ai deux rooms en même temps je manque très rapidement d’attention. Je n’ai jamais essayé trois, je redoute l'AVC.



    Quelques mains en vrac
    Je vais un peu tout vous jeter à la gueule sans détailler les spots parce que j’ai - bien entendu - la flemme. Mais n’hésitez pas à poser vos questions si vous souhaitez parler technique, ça me fait toujours plaisir.

    D’abord deux mains de PLO rigololotes parce que je perds et que c’est plein de sous. Mon petit moment whine.

    PokerStars Hand #116530332989: Omaha Pot Limit (€1/€2 EUR) - 2014/05/22 17:43:28 CET [2014/05/22 11:43:28 ET]
    Table 'Poesia III' 6-max Seat #5 is the button
    Seat 1: Pokébab (€200 in chips)
    Seat 2: Navlik (€745.56 in chips)
    Seat 3: SOKKANIKA (€186.41 in chips)
    Seat 4: ArtPlaie (€1271.73 in chips)
    Seat 5: €r1c C4nt0n4 (€306.62 in chips)
    Seat 6: wimpos83 (€200 in chips)
    wimpos83: posts small blind €1
    Pokébab: posts big blind €2
    *** HOLE CARDS ***
    Dealt to ArtPlaie
    Navlik: raises €5 to €7
    SOKKANIKA: folds
    ArtPlaie: raises €17 to €24
    €r1c C4nt0n4: folds
    wimpos83: folds
    Pokébab: folds
    Navlik: raises €51 to €75
    ArtPlaie: calls €51
    *** FLOP ***
    Navlik: bets €130
    ArtPlaie: raises €410 to €540
    Navlik: raises €130.56 to €670.56 and is all-in
    ArtPlaie: calls €130.56
    *** TURN ***
    *** RIVER ***
    *** SHOW DOWN ***
    Navlik: shows (a straight, Five to Nine)
    ArtPlaie: shows (three of a kind, Jacks)
    Navlik collected €1491.12 from pot

    PokerStars Hand #116393251695: Omaha Pot Limit (€1/€2 EUR) - 2014/05/19 16:17:11 CET [2014/05/19 10:17:11 ET]
    Table 'Juvisia III' 6-max Seat #3 is the button
    Seat 1: RimonTTT (€160 in chips)
    Seat 3: sabcris (€480.04 in chips)
    Seat 4: dreamcorsica (€1136.02 in chips)
    Seat 5: Coupe-vents (€200 in chips)
    Seat 6: ArtPlaie (€739.11 in chips)
    dreamcorsica: posts small blind €1
    Coupe-vents: posts big blind €2
    *** HOLE CARDS ***
    Dealt to ArtPlaie
    ArtPlaie: raises €4 to €6
    RimonTTT: folds
    sabcris: folds
    dreamcorsica: raises €10 to €16
    Coupe-vents: folds
    ArtPlaie: raises €34 to €50
    dreamcorsica: raises €102 to €152
    ArtPlaie: calls €102
    *** FLOP ***
    dreamcorsica: bets €303
    ArtPlaie: raises €284.11 to €587.11 and is all-in
    dreamcorsica: calls €284.11
    *** TURN ***
    *** RIVER ***
    *** SHOW DOWN ***
    dreamcorsica: shows (a straight, Ten to Ace)
    ArtPlaie: shows (two pair, Tens and Sevens)
    dreamcorsica collected €1477.22 from pot


    Petit DP River
    Une main à laquelle je me suis dit que je réfléchirai un peu plus en détail :

    PokerStars Hand #116520446228: Hold'em No Limit (€2/€4 EUR) - 2014/05/22 12:22:23 CET [2014/05/22 6:22:23 ET]
    Table 'Oileus III' 6-max Seat #3 is the button
    Seat 3: PICTOUT47 (€204 in chips)
    Seat 4: ArtPlaie (€400 in chips)
    Seat 5: TibAuPoker (€400 in chips)
    ArtPlaie: posts small blind €2
    TibAuPoker: posts big blind €4
    *** HOLE CARDS ***
    Dealt to ArtPlaie
    PICTOUT47: folds
    ArtPlaie: raises €8 to €12
    TibAuPoker: calls €8
    *** FLOP ***
    ArtPlaie said, "tu vas encore tout me piquer ?"
    ArtPlaie: bets €16
    justEdge1 joins the table at seat #6
    TibAuPoker: calls €16
    *** TURN ***
    ArtPlaie: bets €40
    TibAuPoker: calls €40
    *** RIVER ***
    PICTOUT47 said, "je pense que tu m'en a pris plus que moi ;-)"
    ArtPlaie: checks
    xxTof59xx joins the table at seat #2
    TibAuPoker: bets €44
    ArtPlaie: calls €44
    *** SHOW DOWN ***
    TibAuPoker: shows (a pair of Tens)
    ArtPlaie: shows (two pair, Nines and Eights)
    ArtPlaie collected €221.50 from pot

    Face à un reg correct, en gros je ne suis pas certain de quelle stratégie adopter sur cette river, et en particulier dans quelle range faire figurer cette main spécifique. J’aurais tendance à valuebet toutes les meilleures DP, mais j’ai l’impression que celle-ci en particulier est un peu trop faible et élargit un peu trop ma range de value.

    Peut-être je me trompe et je devrais value et bluff davantage. En l’occurrence je décide de la tourner en bluffcatcher / induce value de moins bien. Je sais pas trop quoi en penser sans faire de simu plus précise.


    Valuebluff !
    Une main sympa où je pense que je passe pour un pauvre con si je me fais call. OR est un reg un peu mou, le joueur intercalé un joueur récréatif :

    PokerStars Hand #116530130019: Hold'em No Limit (€1/€2 EUR) - 2014/05/22 17:38:20 CET [2014/05/22 11:38:20 ET]
    Table 'Harpalyke II' 6-max Seat #2 is the button
    Seat 1: fastik26 (€187.52 in chips)
    Seat 2: ArtPlaie (€225.92 in chips)
    Seat 3: Pout-in (€299.42 in chips)
    Seat 4: Taré_GOGOL!! (€252.55 in chips)
    Seat 5: Danidoo (€454.19 in chips)
    Seat 6: pokblin21 (€169.24 in chips)
    Pout-in: posts small blind €1
    Taré_GOGOL!!: posts big blind €2
    *** HOLE CARDS ***
    Dealt to ArtPlaie
    Danidoo: raises €4 to €6
    pokblin21: calls €6
    fastik26: folds
    ArtPlaie: calls €6
    Pout-in: folds
    Taré_GOGOL!!: folds
    *** FLOP ***
    Danidoo: checks
    pokblin21: checks
    ArtPlaie: bets €13
    Danidoo: calls €13
    pokblin21: calls €13
    *** TURN ***
    Danidoo: checks
    pokblin21: checks
    ArtPlaie: bets €43
    Danidoo: calls €43
    pokblin21: folds
    *** RIVER ***
    Danidoo: checks
    ArtPlaie: bets €163.92 and is all-in
    Danidoo: folds
    Uncalled bet (€163.92) returned to ArtPlaie
    ArtPlaie collected €143 from pot
    ArtPlaie: doesn't show hand
    Seat 5: Danidoo folded on the River
    Seat 6: pokblin21 folded on the Turn

    Jaiducul.jpg
    Un chattage en règle après un overbet bluff rate :

    PokerStars Hand #116471986648: Hold'em No Limit (€2/€4 EUR) - 2014/05/21 9:09:23 CET [2014/05/21 3:09:23 ET]
    Table 'Johanna III' 6-max Seat #6 is the button
    Seat 3: Pokébab (€490.50 in chips)
    Seat 6: ArtPlaie (€411.12 in chips)
    ArtPlaie: posts small blind €2
    Pokébab: posts big blind €4
    *** HOLE CARDS ***
    Dealt to ArtPlaie
    ArtPlaie: raises €4 to €8
    Pokébab: calls €4
    *** FLOP ***
    Pokébab: checks
    ArtPlaie: bets €12
    Pokébab: calls €12
    *** TURN ***
    Pokébab: checks
    ArtPlaie: bets €54
    Pokébab: raises €58 to €112
    ArtPlaie: calls €58
    *** RIVER ***
    Pokébab: bets €358.50 and is all-in
    ArtPlaie: calls €279.12 and is all-in
    Uncalled bet (€79.38) returned to Pokébab
    *** SHOW DOWN ***
    Pokébab: shows (three of a kind, Deuces)
    ArtPlaie: shows (a straight, Deuce to Six)
    ArtPlaie collected €820.74 from pot

    J’aime bien mon play j’ai 100% des 2x quand lui n’a que A2. Je suis incertain de quoi penser du sien, au sens où dès lors qu’il raise ça turn il affaiblit considérablement sa range et où je ne m’attends pas vraiment à voir autre chose que A2 dans sa main. Maintenant pour des raisons d’exploitation ça peut être pas mal de raise de toute manière.

    Enfin je fais le mariole, mais est-ce que si la river avait été un A j’aurais eu les burnasses pour aller au bout de mon read et fold ma quinte, à voir.


    Sale nit
    Pour conclure un check/fold bien discipliné comme j’en fais rarement, si discipliné que j’en viens à me demander s’il est bon :

    PokerStars Hand #116444789599: Hold'em No Limit (€1/€2 EUR) - 2014/05/20 19:09:07 CET [2014/05/20 13:09:07 ET]
    Table 'Impala' 6-max Seat #3 is the button
    Seat 3: Avatard789 (€200 in chips)
    Seat 5: ArtPlaie (€312.03 in chips)
    Seat 6: RunSoBad1326 (€399.33 in chips)
    ArtPlaie: posts small blind €1
    RunSoBad1326: posts big blind €2
    gosucymp: sits out
    *** HOLE CARDS ***
    Dealt to ArtPlaie
    Avatard789: raises €2 to €4
    ArtPlaie: raises €12 to €16
    RunSoBad1326: folds
    Avatard789: calls €12
    *** FLOP ***
    ArtPlaie: bets €18
    Avatard789: calls €18
    *** TURN ***
    ArtPlaie: bets €44
    Avatard789: calls €44
    *** RIVER ***
    ArtPlaie: checks
    Avatard789: bets €122 and is all-in
    ArtPlaie: folds
    Uncalled bet (€122) returned to Avatard789
    Avatard789 collected €155.50 from pot
    Avatard789: doesn't show hand

    Dans le doute je ne le ferai sûrement jamais plu.

    Allez à bientôt. Ou à dans 6 mois, allez savoir.


    S.
  8. Like
    Mimi__ reacted to ArtPlay for a blog entry, So long PokerStars ! (and thanks for all the f...)   
    So long PokerStars ! (and thanks for all the f...)
    Comme
    depuis ce matin je n’arbore plus le Pique Rouge réservé aux membres du Team Pro (et aux Team Online, et aux TV Stars, et aux musiciens suffisamment cools pour aimer les cartes, et aux sportifs qui s’emm**dent) de PokerStars.

    L’équipe de fins limiers du ClubPoker que vous êtes en a donc logiquement déduit que je ne faisais peut-être plus partie du Team. Ding ding ding, that’s a bingo !
     
     
    Mais pourquoi donc ?
    Bon là c’est le moment où logiquement on doit dire « oui c’est une décision commune qui intervient d’un commun accord concerté à l’avantage des deux parties communes ». Mais pas vraiment. De fait mon profil ne collait plus réellement à la stratégie marketing de PokerStars, point de vue que je peux tout à fait comprendre du reste.

    Cela tient en gros à deux facteurs. Le premier, et à mon avis le plus négligeable c’est que la politique interne de PokerStars n’est pas extrêmement friande que ses joueurs prêtent leur image à d’autres sites. En gros ça les embêtait un peu que je produise du contenu exclusif pour CarryPoker (j’avais déjà dû réclamer un avenant à mon contrat l’an dernier). Une politique qui m’étonne un peu mais qui je crois vient des patrons tout là-bas, au Costa Rica, en Israël, ou à l’Île de Man, personne sait trop de toute façon.

    Le second a trait à la stratégie actuelle de PokerStars. Ca ne vous aura pas échappé ils foutent un sacré paquet sur PokerStarsLive. Et c’est un peu là que le bât blesse. Depuis maintenant deux ans je réside à Antibes, à côté de Nice, alors que le studio d’enregistrement se situe à Paris. Autant dire que ma présence lors des diverses émissions était plutôt compromise.

    J’aurais en fait pu fournir pas mal de contenu vidéo réalisé à distance mais on ne m’a pas particulièrement pressurisé en ce sens : je suppose que cela tient au fait que le cœur de cible de PokerStarsLive s’intéresse davantage aux MTT qu’aux CG, et davantage aux « grosses » stars qu’à votre discret quoiqu’encombrant serviteur. Et puis PokerStarsLIVE devait bien rester du LIVE .
    Tout ceci sans compter que très clairement en termes de visibilité pure je ne fais que très peu de live (et virtuellement aucun gros) et que je ne suis pas du tout une star des réseaux sociaux. La décision n'a pas grand chose de surprenant, je dois d'ailleurs dire en toute honnêteté que mon implication n'était plus totale depuis quelque temps déjà pour diverses raisons (calendrier, vie perso ...)
    Et du coup tu le vis comment ?
    Ben... en fait pas trop mal. D’abord mon contrat n’était pas extrêmement copieux et n'a représenté qu’à tout casser 20% de mes winnings annuels. Il était par ailleurs assorti d’une obligation de jeu exclusif sur PokerStars.fr. Clause que j’aurais aussi bien pu ne pas respecter mais en l’occurrence j’ai décidé de rester à peu près honorable.

    Si je mène bien ma barque et que j’arrive à augmenter mon ev en jouant sur d’autres sites je pense que le préjudice financier a de très bonnes chances d’être inexistant. Je me fais donc assez peu de souci de ce point de vue-là, même si mes 900 premières mains sur Winamax mettent pour l’instant en évidence une constance dans la défaite tout à fait remarquable :


    Winamax, des débuts prometteurs  
     

    Toutefois – et paradoxalement - je reste un peu embêté par quelque chose. Turlupiné comme on dit. En fait je ne comprends pas très bien la logique économique derrière mon « licenciement ». Sans entrer dans les détails de mon contrat je pense à la louche qu’étant donné le rake que je génère en étant client exclusif PokerStars je dois coûter à la société quelque chose comme 10-15k€ / an. Je suis un ambassadeur généralement courtois, je démarre des tonnes de tables, je joue régulièrement HU contre des regs.

    Juste pour prendre l’exemple du jeu heads-up, j’ai depuis janvier 2013 disputé ~40kh HU contre des regs depuis janvier 2013, dépensant du même coup ~10k€ en rake. Ces mêmes regs n’auraient probablement pas joué ces mains-là en mon absence, payant de la même manière 10k€ en moins en rake à PokerStars.fr. Sans compter le boost au démarrage des tables qui bien que faible (car soyons réalistes une table ne démarre de toute manière que si un fish daigne s’asseoir) doit être existant.

    Si on ajoute à ça le fait que mon action va sûrement se basculer vers le concurrent direct, je me dis deux choses :
    Soit ils font une petite erreur en me virant (quel prétentieux ce Sylvain) Soit j’ai carrément une image et un coût de revient négatif pour la société que je représente et là m**de, ça me fait chi**

      Que retires-tu de l’expérience
    Version short, c’était cool. Version un peu plus longue quasiment que du positif. Les esprits chagrins pourront dire que ça m’a apporté un contrôle fiscal. C’est vrai mais ça ne suscite aucun regret chez moi. D’abord il ne faut pas être result oriented dans la vie, c’est pas parce que ça m’a un peu baisé en définitive que l’expérience était mauvaise. Ensuite et surtout ce n’est pas la faute de PokerStars mais la totale faute à pas de chance.

    Puis ça reste de toute façon une expérience un contrôle fiscal, et je le dis sans humour : je suis sûr qu’à terme les compétences de gestion et de fiscalité que ça m’a fait développer me seront extrêmement utiles.

    Niveau positif en revanche : Je me suis éclaté deux ans de suite à la Maison du Bluff. Découvrir le milieu de la TV a été totalement bluffant et captivant. Non, non, je mens pas. N’hésitez pas à relire mes précédents billets sur le sujet :
    https://www.clubpoker.net/forum-poker/blog/208/entry-8537-maison-du-bluff-petit-bilan/
    https://www.clubpoker.net/forum-poker/blog/208/entry-6121-maison-du-bluff-les-coulisses-verdun-sur-la-costa-del-sol/
    https://www.clubpoker.net/forum-poker/blog/208/entry-6141-lmdb-episode-2-la-revanche-du-speak/ Cette émission est à mon avis le truc qui dynamise le plus le marché français et j'ai été ravi de pouvoir y participer. De la même manière commenter les FPS avec Alexis Laipsker était également une super expérience, que j'aurais aimé pouvoir renouveler si j'étais resté en région parisienne. De manière générale commenter du poker est quelque chose qui m'a pas mal botté pendant toute cette période. Ca m’a permis de réellement aborder l’activité professionnellementet de développer des qualités de communication et de marketing nécessaires à tout escroc professionnel. Ca m’a un peu facilité la tâche vis-à-vis des gens auxquels je parle de mon activité. Ils peuvent plus facilement identifier « contrat publicitaire » et « joueur sponsorisé » comme un gagne-pain plutôt que « je pique l’argent des addicts ». Et quand ils tombent sur cette vidéo ils découvrent en plus que je sais cuisiner. Davantage de crédibilité dans le monde réel donc, un peu plus également dans la communauté poker. De « ArtPlay le nit » je suis petit à petit devenu « ArtPlay le joueur pro sponsorisé-je-sais-pourquoi-t’es-sponso-t’es-un-chattard ». Néanmoins je regrette que pour toute une frange de la communauté poker la crédibilité ne s’acquiert qu’en outluckant 400+ personnes dans un EPT =). Mais je ne désespère pas j’ai eu deux grosses occasions, ça viendra ! Enfin ça m’a permis de rencontrer pas mal de gens qui se reconnaîtront avec qui je pense rester en contact et que j’aurai toujours plaisir à recroiser. Seul regret vous ne me verrez du coup pas dans la Maison du Bluff IV où je vais rater la bombasse de service . Mais bon je peux quand même vous mettre une photo pour vous faire plaisir, quand bien même vous les avez sûrement déjà absolument toutes looked up.
     


    Gaelle Garcia Diaz présentera LMDB 4
     
     
    Qu’est-ce que tu vas faire de ta vie maintenant ??
    Eh bien je ne compte pas changer grand-chose pour l’heure. J’ai quelques projets moyen-terme hors poker. A très court terme (demain) je déboule sur Wina pour call quelques 4bets et foutre 3-4 suckouts. Oui, vous allez vous aussi pouvoir découvrir que j’ai beaucoup de cul en 4bet pot. Pour le fun mon graph lifetime filtré où j’ai call un 4bet préflop SANS {TT+, AQ+} :
     
     


    Called 4b, sans TT+,AQ+

     
    Autant dire un petit miracle de chatte puisque j'arrive à être up alors qu'en me contentant de fold toutes ces bouses j'aurais logiquement perdu à 900bb/100.


    A court terme (une semaine) je compte publier une mise à jour de mon eBook. Rien de révolutionnaire, trois chapitres en plus et quelques corrections et clarifications. Ceux qui l’auront déjà acheté pourront bien entendu le recevoir gratuitement.

    En tout cas je reste dans le poker pour l’instant. Et après … Je verrai bien et ne m’inquiète pas. La vie est faite d’opportunités et je compte bien les saisir.


    Sylvain.
  9. Like
    Mimi__ reacted to Mr Sneeze for a blog entry, De l'incapacité à gérer la variance.   
    Aujourd'hui je vais essayer de parler de la variance au poker. C'est un sujet complexe, maints fois abordé, et pourtant toujours abondant. Je pense que l'incompréhension de ce qu'est la variance constitue l'un des plus grands leaks à la fois chez les joueurs récréatifs et chez les regs gagnants.

    Avez-vous cette tendance à suivre vos résultats? Il semble quasiment impossible à quiconque de ne pas se soucier s'il est positif ou négatif sur une session. Paradoxalement, ce sentiment semble plus fort en live. Pourtant, après 5 h de jeu, vous aurez peut-être joué 100 mains. Quiconque est habitué au online sait que les résultats au bout de 100 mains sont assez inconséquents. Pourquoi vouloir se refaire, pourquoi ce soir, pourquoi pas demain, pourquoi pas dans un an?
    Mais les joueurs de online vont être affectés après une journée négative ou une journée positive. Ils vont regarder leur courbe, fantasmer les mois à venir (positivement ou négativement). Tant de joueurs pensent inconsciemment que la variance a des comptes à rendre. Rien n'est plus faux, la variance n'a pas de mémoire. A tous les joueurs obsédés par leur courbe EV, je vous donne un conseil: oubliez-la. C'est un gros leak que vous avez, une incompréhension assez fondamentale de la nature chaotique du poker.

    L'état d'esprit idéal est : il n'y a que la main que je joue maintenant. Ma bankroll est à tel niveau, peu importe ce qu'elle était hier, ou il y a un an. Ma bankroll n'est même pas à moi, elle n'est qu'un facteur limitant mes choix stratégiques potentiels.
    Les joueurs gagnants s'attendent à ce que leur bankroll augmentent assez régulièrement. Or tel n'est pas le cas. Le jeu bouscule toujours nos attachements. Pouvez vous atteindre l'état de libération intérieure où perdre n'a aucun impact pour vous? C'est un état très subtil, car évidemment il ne s'agit pas de se désensibiliser à la perte au point de ne même plus chercher à gagner, auquel cas on deviendrait un simple gambler. Pouvez vous atteindre l'état de libération où vous savez qu'après une grosse session gagnante, l'argent ne vous appartient pas (puisqu'il va retourner au jeu)? Et qu'il ne préfigure rien sur l'avenir?
    Avez vous déjà ressenti cette joie de gagner 10 caves en une soirée, avant d'en perdre 12 le lendemain? Qu'avez vous ressenti? L'attachement à ce qui n'est pas à nous est cause de souffrance.

    Vous jouez une session en live. Vous avez un tirage que vous jouez agressivement. Vous êtes callé mais touchez votre tirage. Vous finissez la session à +Xbb.
    Même situation, mais vous perdez la course, vous manquez votre quinte. Vous finissez la session à - Ybb. Je suis prêt à parier que la plupart des joueurs auront tendance à se dire qu'ils ont bien joué après la session positive, mais vont par contre cogiter et décortiquer pourquoi ils ont perdu dans la session négative. Pourtant leur jeu est le même! Mais l'incompréhension de la variance nous fait croire que nous maîtrisons nos résultats. Evidemment, tout le monde peut comprendre ce que je dis, théoriquement. Ce n'est pas la question. Tout le monde comprend et pourtant tout le monde tombe dans le piège. Les mouvements sont inconscients, plus subtils. A différents degrés et de différentes manières, tout le monde s'attache à ses résultats, que ce soit en tâchant de se refaire, ou en s'attendant à gagner comme la veille. Tout cela amène les joueurs, bons ou mauvais, à revenir à la table, généralement avec un mindset biaisé dès le départ.

    De même si l'on fait un gros bluff, vilain nous snap avec les nuts. Très peu de joueurs auront la clarté d'esprit d'analyser la situation correctement et de réaliser que leur bluff était peut-être génial, qu'ils sont juste tombés sur le top de la range adverse (qu'ils ne prévoyaient de toute façon pas de faire fold). De même pour un gros bluff qui passe. Est-ce que cela en fait un bon bluff? Impossible à dire sans les vrais éléments pertinents, qui ne sont pas les résultats. Quand on joue au poker, il y a quelque part cette incertitude quantique : on joue sans voir les cartes, jusqu'à ce qu'on les voie. Vu que tout le monde oublie ça en permanence, il y a pour l'instant un edge infini pour qui est prêt à prendre cette route tumultueuse qui consiste à naviguer les orages de l'inconscient. Car la variance n'est pas orageuse, elle est neutre, vide, elle est structure du jeu, illusion au fond. Ce sont les émotions suscitées par cette vacuité qui sont réelles, au sens où elle change notre vision du monde (du poker).

    Rendez vous compte que la différence entre une session positive et négative repose sur la réussite ou l'échec de quelques C-bet, ou de quelques steals. Vous le savez n'est-ce pas? Et pourtant j'oserais dire que vous ne le savez pas ; vous le savez dans l'intellect, mais pas dans la chair ; votre chair en souffre encore.


    Certains joueurs blâment la variance pour leurs résultats (incompréhension fondamentale de où vient la circulation monétaire dans le jeu).
    Certains justifient leurs plays avec la variance: genre le pire nit de l'univers me 3b et j'ai QQ, standard stack off, c'est un cooler, etc. L'autre jour j'ai open QQ, me suis fait 3b dans un spot où vilain avait pour moi KK-AA uniquement, avec peut-être 10% de marge d'erreur, j'ai call preflop pour juste check-snapfold un flop 832r. Et ça ne m'empêche pas de call down super light dans d'autres spots. Vous êtes autorisés à faire ce que vous voulez au poker. Vous avez le droit de folder KK pour 30bb en MTT si vous avez un sick read. Vous avez le droit d'open fold AA preflop, même si c'est évidemment une erreur technique, de façon à vous préparer mentalement à faire des folds difficiles (Tommy Angelo parlait de ça).
    Si vous êtes du genre à penser que des situations sont standards, et qu'il faut toujours stack off AK ou QQ pour 100bb en NLHE 6max, vous êtes un fish. Si tout vous indique que votre adversaire vous bat, que vous le sentez profondément dans votre bide, mais que vous mettez quand même l'argent au milieu parce que 'c'est comme ça', ou 'je me fais exploiter si je fold QQ preflop', cooler, standard bro, et bien vous laissez de l'argent sur la table, et vous justifiez votre paresse par la variance. Les top joueurs font des sicks calls, des sicks bluffs, et des sicks folds. Ils font tout en fait. Rien ne leur est impossible. Ils savent caller avec bottom pair parfois, ils savent fold 2nd nuts parfois. Ils formulent un read et le suivent. La variance n'est pas utilisée pour créer un flou artistique leur autorisant à faire des calls ou des folds paresseux.

    Les maîtres:
    ;
    Je ne dis évidemment pas de fold souvent QQ preflop, à mon avis l'idée est claire. Ce que je dis n'est pas facile à appliquer. Si je le formule, c'est précisément parce que je m'attèle à faire mon maximum, et à augmenter mon maximum, et que je vois à quel point c'est compliqué. Je spew à 100%. Mais c'est une chose de faire des erreurs, une autre de les entretenir.


    La variance a beaucoup d'autres facettes. Vous ressentirez la variance dans les mains que vous recevez et l'évolution du board, dans les actions de vos adversaires. Mais il y a aussi variance dans nos états mentaux. Certains jours on misplay complètement, d'autres on est 'in the zone'. Il est facile d'oublier que notre cerveau peut juste bugger, ou plus exactement notre conscience peut se faire prendre par des forces diverses (l'inconscient est un océan), et sans prévenir, nous faire oublier un facteur primordial pour la décision.
    Si on oublie que des choses de ce genre arrivent tout le temps, on oublie le chaos de l'Esprit (et de la matière, suffit d'avoir un peu mal au bide pour que notre comportement s'en trouve profondément altéré). Beaucoup de joueurs ne parviennent pas à comprendre ce décalage entre ce qu'ils peuvent faire dans leur optimum et ce qu'ils font parfois quand leur concentration lâche ; comme s'ils étaient 2 personnes différentes. Cela peut sembler tellement absurde que peu cherchent même à comprendre, encore moins à travailler pour réduire l'intensité et la fréquence de leurs explosions cérébrales.

    Il y a variance parce qu'on s'attache à l'évolution de notre stack en MTT (voire même en cash game à vrai dire). Si on est chip leader on se dit qu'on mérite la TF. Absurdité complète.
    Il y a variance dans les reads: parfois on prend une décision qui nous paraît bonne et notre adversaire nous call avec une main qui contredit complètement notre read. Est-ce que ça signifie que notre read était mauvais? Souvent, oui, et il faut alors reformuler un read à partir des infos obtenues, mais il est aussi fréquent qu'on prenne la meilleure décision possible avec les infos qu'on avait. Et fatalement, on remettra en cause notre read et notre jugement, alors même qu'il étaient bons au moment où on les a formulés! Il y a toujours incertitude, on est contraint de faire avec, sans s'attacher, seulement avec la volonté d'apprendre de ce qui se présente. C'est la zone grise, pour reprendre un terme maintenant bien connu utilisé par Tommy Angelo et Manub.
    Il y a variance parce que nos adversaires sont peut-être bourrés certains soirs et pas d'autres, peut-être qu'ils se sont disputés avec leur femme, ou qu'ils ont mangé un poulpe.


    Le point principal où j'essaie assez maladroitement d'arriver, est en fait un point multi-facettes:
    1- beaucoup de choses sont hors de notre contrôle
    2- beaucoup de choses sont floues et impliquent une marge d'erreur immense
    3- malgré 1) et 2), peu sont ceux capables de voir qu'ils ne contrôlent rien, et que leur contrôle sur les choses est absolument foireux (généralement trop rigide ou trop réducteur). Il en découle souvent une frustration immense, frustration dont semblent se nourrir la majorité des joueurs de poker
    4- peu sont capables de garder la tête froide et de gérer d'une part leur volonté de contrôle, d'autre part la résonance chaotique du poker (ou de la vie à vrai dire) qui va parfois récompenser leur volonté de maîtrise, et parfois la punir, sans qu'une véritable logique se dégage de tout cela.
    5- il est facile d'utiliser les points 1) et 2) pour justifier nos erreurs, ou pour ne pas changer nos faiblesses, parce qu'on peut se reposer là-dessus pour oublier ce qu'on contrôle effectivement, c'est-à-dire la direction qu'on prend, la posture (de même qu'un marin ne contrôle pas le vent, il peut cependant orienter ses voiles. S'il blâme le vent parce qu'il n'avance pas, il refuse d'assumer la posture juste)

    Ainsi, paradoxalement, on trouve des grinders profondément malheureux (parce qu'ils ne savent pas gérer la dialectique de la volonté et du chaos), attachés à leurs résultats, dépendants même de leurs résultats pour leur existence égotique (investissement des forces inconscientes de réalisation dans la pratique du poker) ; ces mêmes grinders évolueront toutefois péniblement, stagneront, incapables de vraiment corriger leurs leaks techniques et mentaux, précisément parce que l'environnement pokéristique leur donne quantité de matériaux pour justifier leur incapacité. Ces matériaux naissent de la variance, de l'énergie qu'on y met, et pourtant je le répète la variance reste vacuité, elle n'est que pur phénomène et n'a absolument aucune importance qui ne soit pas illusion.


    Bravo à ceux qui ont eu le courage de tout lire, des éléments complémentaires à ce sujet viendront peut-être, c'est vaste (et dur à conceptualiser!!).
  10. Like
    Mimi__ reacted to M€LJA for a blog entry, Et toi Melja, qu'est-ce tu deviens ?   


    Salut chers lecteurs même si je doute que vous soyez encore nombreux après plus d'un an sans publier .




    Je dois l'avouer,si tout irait bien et que j'aurais 4 tables qui tournent en ce moment , je n'aurais probablement pas pris le temps de revenir poster sur ce blog .




    Vous l'aurez remarqué, je ne suis pas une lumière en orthographe mais je vais essayer de faire du mieux possible pour vous raconter ma vie pokéristique et la vie du poker en général durant cette année passée .




    Commençons par le commencement , mon BAN des casinos français et des sites ARJEL suite à une altercation dans un casino .




    La plupart d'entre vous connaissent déjà l'histoire donc je vais éviter de revenir dessus même si il faut bien dire que cette sanction m'a quand même mis un gros frein dans ma vie de joueur de poker .




    Juillet 2012 : Suite à l'altercation du mois de mars , Je suis convoqué à la PJ de Lille où l'on me signifie l'arrêté ministériel qui m'interdit d'entrer dans tous les casinos de France et surtout de jouer sur tous les sites français agréer par l'ARJEL pour une durée de 2ans .




    La nouvelle est dure à accepter même si je m'y attendais après avoir eu des échos par des gens du milieu . Je décide dans un premier temps de m'expatrier en Belgique pour jouer sur le .com mais ma gestion de bankroll désastreuse va vite me résoudre à rentrer en France au bout de deux mois sans vraiment avoir pu m'installer sur le .COM.




    De retour chez moi complètement broke , je décide d'ouvrir des comptes sur les sites de poker français sur le nom d'amis qui ne sont pas joueurs .



    Winamax détecte assez vite la supercherie et me clôture mon compte . Aucun recours à faire, passons .



    J'ouvre ensuite trois autres comptes sur d'autres rooms qui me permettent encore à l'heure actuelle de jouer .




    Mais le soucis quand on joue sur le compte d'un autre, c'est qu'il faut être très discret ce qui veut dire ne pas parler de ses perfs publiquement, (assez chiant pour un bragueur comme moi) mais aussi faire très attention avec les cash out pour ne pas "déranger" trop souvent l'ami qui me sert de prête nom ni sa banque qui n'aime pas forcémment le poker ...




    Même si je réaliserais un gros hiver sur Barrière (+20k€) et quelques coups d'éclats en MTT (notamment la win d'un SCOOP et d'un HR sur pokerstars), mes sessions sont souvent dominées par le sentiment de ne pas être moi et surtout par ce tilt récurrent depuis des années qui m'empêche d'avoir une bankroll stable . Je me suis fait à l'idée qu'il ne me quittera d'ailleurs jamais .




    Pour ce qui est des tournois live, j'en ai disputé qu'un, le WPT Bruxelles à 1650€ en Février ou j'ai spew comme un cochon et bust au bout d'une heure . Pas de quoi raviver ma flemme pour le live !




    [idea=Et maintenant, on fait quoi ?][/idea]




    Je suis dans une période ou je me demande combien de temps vais-je encore avoir l'envie de jouer au poker ...




    Oui, j'ai gagné beaucoup d'argent ces dernières années (environ 150k€) mais tellement irrégulièrement qu'il m'arrive de rouler dans une belle Audi 6 mois et de prendre le métro les 6 mois d'après ...




    Croyez moi ou non, Il m'est arrivé cet hiver de dépenser en une après midi 10 000€ en liquide dans un café sur des courses PMU à coup de 1500€ gagnant par cheval . C'etait un samedi . Je me souviens que tout le monde me regardait échanger mes billets violets contre un vulgaire récépissé .




    Mes amis présents ce jour là et qui sont pour la plupart en galère avaient envie de gerber ...



    Et bien pas moi .



    L'idée que j'ai eu pour me refaire ? Miser le lendemain les 5000€ qui me restait sur un match de tennis féminin dont j'ai oublié le nom de la joueuse, je sais qu'elle avait un nom de russe qui m'avait inspiré confiance et qu'elle avait une cote de 1,75 . ma joueuse a facilement gagnée le 1er set 6-1 mais quand elle a perdue le second , je savais déjà au fond de moi que mes derniers 5000€ ne m'appartenaient déjà plus .



    S'en suivra quelques mois de galère où j'ai même du faire de l'intérim pour pouvoir payer mes factures .




    Comme beaucoup de joueurs donc, je suis un flambeur/spewtard dans l'âme et les rooms de poker l'ont bien compris : avec la mise en place depuis 2 ans des hyper turbo et déglingos, je suis tout simplement break even en HU, j'ai eu la chance de trouver une certaine réussite en MTT qui m'a permis de pouvoir encore gagner .



    C'est donc très difficile mentalement de toujours repartir jouer au poker et d'ouvrir des heads up à 10 balles ou pire encore bosser pour 70€ par jour à l'usine quand on a claqué 15k€ le mois d'avant ...




    C'est la principale raison qui me pousse à réfléchir à mon avenir car je me dis que finalement, l'argent du jeu n'appartiendrais t'il pas au jeu ?



    Mais ce n'est pas la seule raison qui me fait me poser des questions sur l'utilité de continuer au poker ...




    Le niveau des joueurs sur le .FR augmente de plus en plus , le FISC guette, mais surtout la lassitude du jeu et la fatigue mentale devient de plus en plus dure à gérer , je m'en expliquais sur un thread sur le CP qui parlait du blues du grinder il y a quelques mois :




    "Je ne parlerais pas des périodes de bads run car je pense que l'on vit tous à peu près la même chose dans ce cas, mais plutôt du mal être du joueur de poker même quand tout va bien :



    C'est vrai que je me sens privilégié face à mes amis qui galèrent à se lever à 6h du mat tous les jours pour un smic mais parfois , j'échangerais bien les rôles une petite semaine par mois . Je m'explique : Ne rien faire d'autre que jouer au poker sur son PC tous les soirs , parfois même le jour est vraiment lassant au bout d'un moment . Parfois j'ai vraiment envie d'avoir une vraie vie professionnelle avec des rapports humains etc (sauf à France Telecom
    ) ... Comme beaucoup l'ont dit , être joueur de poker nuit aussi à une bonne hygiène de vie (repas avalés à la hâte etc ..) et créer un décalage avec la vraie vie comme le fait de terminer une session à l'heure où d'autres se lèvent pour aller au travail .



    Il m'est arrivé de me sentir mal en rentrant d'un cash game live en casino à 6h du matin en croisant les enfants qui partent à l'école , même en ayant gagner un SMIC en 5 heures de session . Il m'est aussi arrivé de ne pas avoir envie de commencer ma session du soir mais de me sentir obligé de la faire , comme par manque ou par appât du gain .




    Pour être un joueur de poker épanoui , il faut être un bon gestionnaire (ce que je ne suis pas du tout) , et avoir un mental à toute épreuve . Il faut apprendre à aller se coucher à l'aube en ayant perdu 1K contre un mongolien qui comprend rien au jeu alors qu'on sait qu'en principe on aurait du lui prendre 2k ou encore perdre en 1 soir le bénéfice qu'on a mis 1 semaine à gagner , parfois plus . A part l'expérience rien d'autre ne peut apprendre à accepter ce genre de trucs .




    Ce que je trouve dur aussi c'est qu'il faut constamment apprendre à repartir de rien ou presque , nous jouons au poker pour gagner de l'argent . On part d'un petit dépot puis on grind pendant des mois jusqu'à atteindre une certaine somme et là on a l'envie de s'acheter quelque chose (ou de simplement payer ses factures pour ceux qui jouent à des limites plus basses) et on cash out et devons repartir de plus bas . Cet éternel recommencement est fatigant mentalement et c'est encore plus vrai en cas de brokage . Ce problème ne concerne pas ceux qui ont une gestion de bankroll parfaite mais je pense que l'on est très peu dans ce cas .




    On parle aussi beaucoup de la liberté de ce mode de vie mais je me souviens avoir refusé plusieurs fois des sorties avec des amis car "ce soir c'est dimanche et c'est jour de tournoi" ou " non ce soir j'ai 500€ à rattraper" sans parler des évènements de plus en plus fréquents ( FCOOP,SCOOP,WS etc...) qu'on a pas envie de louper et qu'il faut financer . On a beau être libre sur les horaires , ce jeu est notre gagne pain si on ne joue pas on ne gagne pas . ça demande énormément de temps et un joueur de poker travaille beaucoup plus qu'un salarié aux 35h et souvent 7 jours sur 7 .




    Pas de soucis donc avec le fait de gagner beaucoup plus d'argent que Mr Tout le monde car comme tout métier qui paie , il faut non seulement bosser beaucoup mais surtout avoir les compétences , voire un talent , ce qui n'est pas donné à tout le monde .




    Malgré tout ces inconvénients , Je suis d'accord avec ceux qui disent que réussir à gagner sa vie grâce au poker est une véritable chance mais il y a un dicton que j'ai entendu qui est on ne peut plus vrai : " Le poker est l'argent facile le plus difficile à gagner " . Cette phrase résume à peu près tout ."




    Et oui , ce n'est pas tous les jours facile et Chaque jour, on apprend la retraite prématurée d'un joueur et on sent dans le discours de tous que l'augmentation du niveau, la menace du FISC et surtout la pénibilité mentale du "métier" pèsent de plus en plus dans les esprits .



    [learn=Le poker, une perte de temps ?][/learn]



    Cette photo de moi à côté d'Arnaud Matern pendant l'EPT Deauville il y a déjà 4 ans illustre vraiment bien ce que j'exprime dans ce billet . Pourquoi ?








    Rappelons nous . à l'époque, je suis un jeune ramdom qui prend plaisir à jouer l'attention whore sur un forum de poker et qui rêve de faire une grande carrière de joueur de poker sponsorisé .



    Arnaud Matern est lui l'un des joueurs les plus reconnus dans le poker français partageant l'affiche de Pokerstars avec Elky .



    Ou en est-on aujourd'hui ? Pour moi on vient d'en faire le tour et rien de bien folichon .



    Mais pour Arnaud Matern, c'est encore plus terrible puisqu'il a perdu son sponsor et que çela fait maintenant 17 mois qu'il n'a pas fait ITM alors qu'il dispute encore de nombreux EPT .




    C'est donc ça la vie de rêve ?




    Et Elky il est encore là me direz vous ?



    En effet , il continue à parcourir le monde sous les couleurs de Pokerstars mais si Hendon mob lui retirerait les buy in de tous les tournois qu'ils disputent sans faire ITM, je pense qu'il ne lui resterait que la moitié de ses 10 millions de gains en live . et oui ça va vite quand on fait des one drop à 1M$ ou des super high rollers à 100k$ .




    Mais bon, tout le monde n'est pas Elky et nombreux sont les joueurs qui ont disparu du circuit soit parce qu'ils se sont broke même en ayant gagné des tonnes auparavant, (je pense à Kzouls qu'on ne voit plus sur aucun tournoi depuis plus d'an même si je ne sais pas si il est broke mais c'est fort probable) ou d'autres comme Tristan Clémençon .



    Rappelez vous il y a 6 ou 7 ans , le petit prodige malmenait ses adversaires sur les tables de Poker770, aujourd'hui, celui qu'on surnommait le PDG quand il était chez Winamax a finit par vraiment le devenir en investissant ses gains pendant son sponsoring dans la création d'une entreprise . Peut être le plus malin de nous tous ?




    J'ai donc l'impression que par les temps qui courent, la tendance est au déclin .




    Mais paradoxalement, les chiffres en terme d'affluence sur les tournois live sont très bons . On vient de battre le nombre de participants du circuit WPT à Marrakech et les WSOP-E d'Enghien sont dans la même lignée que l'année dernière malgré la perte du glamour de la Côte d'azur .




    Mon discours n'est-il alors pas trop alarmiste ou trop personnel ?



    Peut être est-ce juste la fin d'une génération de joueurs dont je fais partie que la routine et les frustrations des 80/20 décisifs perdus ont finit par lasser ? Réponse dans quelques années .




    Mais quand on regarde ce que sont devenus les précurseurs en la matière, il y a de quoi penser que le poker ne fût pour eux, comme pour beaucoup, qu'une brève illusion ... Rappelez vous : Pascal Perrault, Thomas Fougeron, que je me souviens avoir croisé il y a 2 ans à St Amand, cherchant désespérément un stacking pour jouer le 500 deepstack .



    Je ne cherche pas à me moquer de ses joueurs mais ils représentent pour moi le début du poker Français et je ne peux m'empêcher de les citer .




    Mais pas de panique, Il y aura toujours de nombreux candidats prêts à se lancer et à rêver de gagner sa vie au poker pour, pourquoi pas un jour, ship un gros tournoi live qui changerait leurs vies.





    Car, si les années passent, emportant avec elles les exploits et les souvenirs d'anciennes gloires , il y en aura toujours de nouvelles pour faire rêver le joueur comme Quentin Lecomte, qui du haut de ses 20 ans, ferait mourir d'envie tout ramdom qui bosse pour le SMIC toute l'année et qui vient de découvrir le poker .



    Le petit 2balla n'a jamais aussi bien porté son nom : en 2013, il a déjà encaissé 200 000€ et, cerise sur le gâteau, vient de trouver un sponsor à l'heure ou la majorité des joueurs perdent le leur . Mais le plus dur reste à faire : rester positif sur le très long terme .




    En fait, ce que je veux résumer de tout ce billet c'est que peu importe votre niveau, le poker, c'est des gains , des pertes puis des gains puis des pertes .



    Au final , tout cela commence à ressembler à une perte de temps pour moi et pour les stars mondiales de ce jeu, c'est la même chose comme le
    montre cet article datant d'aujourd'hui .



    Et
    Gus Hansen, ce "Dieu" du poker qui semblait maîtriser les cartes, comment se passe sa vie de joueur pro ?



    Je vous laisse chacun réfléchir à votre sort, quand à moi, je n'ai aucune idée de ce que demain sera fait . Peut être vais-je tenter de me faire stacker un petit montant pour jouer online car il est possible que jouer avec l'argent des autres me responsabilise dans ma gestion du tilt et de ma bankroll .




    Ah oui, au fait ... comme Gus, je viens de me broke . Contre ce fameux mec décrit plus haut, celui qui comprend rien au jeu, mais qui utilise la part de hasard à merveille . Cette même part de hasard qui finira un jour par lasser les meilleurs d'entre nous ...




    EDIT : La lassitude, Roger Hairabedian en faisait justement part lors d'une
    interview à Live poker hier :



    " """Mais j'avoue ressentir aujourd’hui une grande fatigue car toute une saison de tournois est très difficile et les jeunes sont plus affûtés physiquement que moi. Douze mois de poker en live à une cadence intense est très fatigant surtout vu mon âge et mon poids. il faut voyager toute l’année et cela peux coûter physiquement. Il faut aller au charbon. Je ressens aujourd’hui une lassitude après neuf mois de tournois. Quand les cartes vont bien tout est plus facile, mais quand elles se ternissent il est très difficile de tenir mentalement"




    Quelques heures plus tard , il remportait le second bracelet WSOP-E de sa carrière et les 150 000€ qui vont avec .



    De quoi relativiser et se dire qu'avec du talent, on finit toujours pas être récompensé un moment ou un autre et terminer ce post un brun nostalgique par une note d'espoir .

  11. Like
    Mimi__ reacted to olivierp for a blog entry, Mon poker   
    Bobi mon amour <3...





    Salut Bobi ! Ca va ?


    Y'a pas bien longtemps maintenant, j'ai eu un message de Bobi qui me demandais de participer à un thread qu'il avait initié, soit disant parce que parait-il que j'ai déjà joué pas mal de main à ce jeu de carte qu'est le poker. Le thread en question :

    Je sais pas si vous connaissez Bobi, mais faut le dire tout de suite, c'est 100kg de muscles () et un caractère ultra agressif. Donc bon, ça a beau avoir l'air d'être un message anodin, ce n'en est pas un... Et puis en plus je l'aime bien et j'ai envie de lui faire plaisir

    Par contre je suis un peu emm**dé, malgré ce que j'ai dit au-dessus, je ne vois pas bien quoi ajouter directement à la conversation. Donc j'ai décidé de feinter, de ne parler que de moi. Et vu qu'un blog c'est fait pour ça normalement, ben je vais le poster ici.

    Donc voilà, j'ai pris la décision de parler ma relation ( <3) avec le poker depuis que j'y joue. Ca fait un bout de temps maintenant, et je suis passé par pas mal de phases différentes. Avec du bien et du moins bien. Je vais forcement parler pas mal de ma vie autour et de ce qui a influé sur les décision poker, mais le but du jeu, c'est quand même de parler principalement de mes états psychologiques vis à vis du poker.

    Le poker : un coup de bol et un exutoire





    La galère


    Il y a très longtemps, dans une ancienne vie, j'étais en thèse. Et franchement c'était quand même bien la galère. Pas la thèse hein (quoique...), c'est vraiment un milieu qui me convenait bien et j'avais eu la chance de trouver un laboratoire avec des chercheurs extrêmement compétents et des étudiants avec qui je m'entendais très bien, bref y'avait tout ce qu'il fallait pour me plaire.

    Sauf que... J'avais quelque soucis de santé et j'allais pas super super. Disons que parmi les chose qui m'étaient difficile à faire pendant les quatre ans qu'ont durés cette expérience, y'avait : tenir debout (ça m'est arrivé un certain nombre de fois de m'écrouler dans la rue, comme ça sans raisons...), et arriver à faire une phrase en entier passé midi. J'étais un poil fatigué, tout le temps.

    En plus de ça j'avais un directeur de thèse que je considérais énormément, mais qui avait une petite tendance lunatique... Et manque de bol, il était en phase terminale d'un cancer à ce moment là, ce qui donnait une ambiance de thèse un peu particulière...

    Bon disons que l'un dans l'autre ça allait pas trop, que je passais beaucoup beaucoup de temps chez moi à ne pas faire grand chose, et une grande partie de ce temps sur mon ordinateur.






    Un coup de bol


    Ca a quand même pris un petit moment, mais c'est à ce moment là que j'ai trouvé le poker. Et j'ai vraiment tout de suite accroché. Et en plus de me passionner, j'ai eu la chance de pouvoir monter assez rapidement en 2/4 sans avoir ni un winrate fantastique ni un niveau délirant.

    Outre le fait d'y trouver une passion (ce qui est toujours sympa), à ce moment là le poker m'a surtout permis de penser à autre chose. Dans la vrai vie j'étais vraiment tout en bas, au fur et à mesure des mois qui passaient je faisais des croix sur les différentes voies qui s'offraient à moi pour mon futur. Parce que bon tenir debout et arriver à articuler des phrases cohérentes toute une journée durant c'est quand même quelque chose qu'il faut en général savoir faire.

    Le coup de bol là aussi, c'est que j'étais capable de jouer au poker à des moments où je n'étais pas capable de faire quoi que ce soit d'autre (parler par ex...), et même d'être un peu gagnant sans faire des efforts démesurés. Je jouais sur Doyle's room à l'époque, ceci explique certainement cela ...

    Je crois bien qu'à ce moment là, le rôle principal du poker a été de me permettre d'avancer. Je ne suis pas sûr du tout que j'aurais pu finir ma thèse si je n'avais pas réussi à "m'évader" grâce au poker. Ca m'a permis de ne pas trop penser à moi à un moment où ça allait pas trop, et où je ne pouvais pas faire grand chose pour que ça aille mieux.

    Bon en tout cas à un moment donné j'ai rendu ma thèse, je l'ai même soutenue. On m'a demandé ce que j'allais faire plus tard... J'avais fait un croix sur toutes les carrières "classiques", je n'étais très clairement pas en état pour les envisager. Et un truc sympa quand même, c'est qu'après avoir fait des croix sur tout, il me restait le poker. Je gagnais déjà un peu de sous, et j'adorais ça, y'a quand même bien pire comme voie de garage...

    Les circonstances auraient été différentes, je suis à peu près sûr que je ne me serais pas lancé dans le poker "à temps plein", pour tout un tas de raison. Mais en tout cas, les choses étaient ce qu'elles étaient, et j'ai encore aujourd'hui l'impression d'avoir eu un bol fou de découvrir le poker à ce moment là. C'est quelque chose que je garde encore en tête aujourd'hui.

    Le poker compétition





    Sky 10/20 is the limit


    Tout juste sorti de ma thèse, j'avais deux objectifs relatif au poker :
    Me servir de mon nouveau rythme de vie de pouvoir regagner en forme
    Progresser au poker

    Pour me mettre dans l'ambiance quand même, je commence par un bad run incroyable (pour moi à l'époque) d'un mois. Un vrai hein, pile ce qu'il faut pour être en confiance...

    Ca se passe assez rapidement mieux quand même, et je regagne en forme petit à petit. Donc bon, le premier objectif se réalise doucement, reste à progresser. Quatre-cinq mois après la fin de thèse, je met enfin l'engrenage en route : je joue énormément en heads up. En plus de ça j'avais trouvé deux américains motivés pour progresser. On enregistres des vidéos de nos matchs, on les commente. Ça et le heads up, c'est le top absolu pour apprendre le poker.

    Je n'avais pas l'ambition de monter toutes les limites en HU, ça se passait bien, mais j'avais comme objectif de retourner au short handed ensuite. C'est ce que j'ai fait. Passé quelques réadaptations, je pouvais monter en 5/10 et me débrouiller très bien sur ces tables.

    Dans le même temps j'essayais d'autres variantes, le HU PLO en particulier où j'ai joué pas mal de mains. En tout cas je prenais énormément de plaisir à apprendre.

    J'essayais de passer en 10/20, je me cassais les dents.

    Je réessayais de passer en 10/20, je me cassais les dents à nouveau.

    ...

    Bref, j''avais du mal à monter plus haut, mais j'avais passé quelques mois "à fond" poker, en progressant et en regardant vers le haut : c'est vraiment une période que j'ai beaucoup apprécié. J'avais vraiment l'impression de faire partie d'une compétition mondiale. Je cherchais à monter les divisions, une à une, et j'y arrivais en partie. C'était vraiment bon.

    Clicking buttons




    Pas très bien dormi cette nuit...


    Et puis je suis retourné sous cortisone. C'est incroyable comme ça rend nerveux ces conneries... Au bout d'un mois à quatre heures de sommeil par nuit, je commençais à me sentir super limite en 5/10, trop fatigué. Et pour en rajouter une couche, je ressentais le besoin de canaliser la nervosité du moment.

    C'est là que j'ai commencé à vraiment mass multitabler, je me suis dit que c'est ce qui correspondait le plus à mon humeur / niveau effectif du moment. Je suis descendu en 2/4, je jouais 16 tables (limite de FT à l'époque). Si je me sentais encore plus limite, je descendais encore d'un cran, en 1/2, pour me sentir à l'aise.

    Ça dure un bon moment comme ça. Et puis le .fr est arrivé.

    Y'a un truc horrible avec le multitabling, c'est que c'est terriblement difficile de revenir en arrière quand on y a gouté...

    Donc je continue.

    Début août, ma femme se retrouve alité pour au moins deux mois. Donc bon, la vie sociale à ce moment là est plutôt en stand by. Alors je décide de me fixer un objectif : faire sne en quelques mois. Je joue une tonne en nombre d'heures et de tables, et trois mois après c'est plié : j'ai fait mon million de mains.

    Ça peut paraitre très bourrin, mais au final j'en ai un bon souvenir. J'étais motivé par un objectif, j'ai passé beaucoup de temps en couple, on attendait un petit. Un petit coup de mou quand même au milieu où j'ai eu mon pire bad run en terme de set up / flips. Si je me souviens bien, au bout de 100k mains début octobre, quand je prenais mon tracker, la première main avec laquelle j'étais gagnant c'était AQo... La bonne nouvelle quand même, c'est qu'à ce rythme, 100k mains ça dure dix jours...

    Papa





    Mon ptit


    Et puis je suis devenu papa. Au niveau poker, ça a marqué la fin d'une période où je jouait énormément de mains en prenant du plaisir.

    J'ai aussi déménagé en même temps, emménagé dans un appart en travaux, et fait une partie de ceux-ci... Quand est venu la fin du congé maternité de ma femme, je me suis occupé de mon petit, en attendant la crèche qu'on ne devait avoir qu'à la rentrée. Et puis avec les histoires d'adaptations, de travaux dans la crèche voisine... La rentrée en fait c'est fin octobre. Et fin octobre c'est le début des épidémies, et le p'tit avait pas encore fait ses défenses immunitaires... Donc bon, malade tout le temps, je continuais à le garder très souvent, fatigué par ses non nuits en plus...

    Au milieu de ça j'essayais de jouer au poker... Je l'ai vraiment très mal vécu. J'essayais de jouer dès que j'avais un moment de libre, donc forcément fatigué, nerveux, pas dans de bonnes conditions. Mes sessions duraient souvent moins d'une demi-heure, et pour arriver à faire des mains, je me retrouvais souvent sur trente tables....

    C'était complètement con, je n'arrivais simplement pas à accepter que je ne pouvais pas avoir le même rythme de jeu dans ces conditions. Et j'empirais la situation en voulant le forcer à tout pris.

    J'arrive quand même à faire un bilan en fin d'année (après avoir fini SNE avec une gastro à Noël chez mes beaux parents...) : je fais de la m**de. Et pire que ça, je le vis terriblement mal. Je décide de prendre du recul avec les résultats, et surtout de ne plus me donner d'objectifs poker. Je joue quand je me sens de jouer et j'essaie au maximum de ne rien forcer.

    Un aparté quand même, autant j'ai très mal vécu ma gestion du poker, autant j'ai eu la chance de participer à CPR à ce moment là, et j'y ai pris énormément de plaisir. Je crois que ça a énormément compensé le coup de mou lié au jeu en lui même.

    On arrive à l'an dernier, et j'ai déjà pas mal parlé de ces périodes dans mon blog.

    Quelque chose dont je suis assez content, c'est que j'ai plutôt bien vécu ma pire année poker. J'ai fait (beaucoup) moins de volume, et je pense avoir relativement bien joué pendant une grosse première moitié d'année. J'ai delete mes databases pour éviter de trop les regarder, mais de mémoire, j'étais 5bb/100 en dessous en ev au bout de six mois et 350k mains. Tout en étant gagnant.

    J'ai voulu faire une revanche contre ohsosick, j'aurais certainement du éviter... Je perds vraiment énorme et je crois que c'est la première fois depuis que je joue au poker que j'ai été incapable de reprendre la souris pendant deux ou trois semaines après m'être fait démonter... Ça je ne l'ai pas bien vécu.

    Et puis de septembre à décembre, j'étais vraiment très bas physiquement. Incapable de remonter la pente. J'ai très peu joué, et quand j'ai joué, j'ai très mal joué...

    Mais encore une fois, je crois que la seule chose que j'ai mal vécu niveau poker c'est le HU contre ohsosick. Je me suis pas mal détaché du reste, et c'est quand même beaucoup plus facile à vivre comme ça. Je vis quand même les hauts et bas liés au poker, je ne pense pas qu'on puisse totalement les éviter, mais au moins ça ne me mine pas plus que ça.

    Je pense que c'est un peu mon état d'esprit actuel, je suis explosé à peu près tout le temps, et si y'a un truc qui m'affecte, c'est bien ça. J'essaie de gérer ma forme, ma famille, mes amis, et je galère pas mal là dessus. Le poker vient après, et il a son importance.

    Deux choses pour finir :

    Quelque chose qui me surprend au fur et à mesure du temps qui passe : je prends toujours du plaisir à jouer. Alors bien sûr, les raisons de ce plaisir ont évoluées au fur et à mesure du temps, mais je pense que ce n'est pas le cas de tout le monde et que ça change absolument toute la relation que l'on peut avoir avec ce jeu.
    Ma relation au futur à complètement changé avec le poker. Avant, j'avais l'habitude d'essayer de me projeter à 5/10 ans pour savoir où je voulais être. Je ne le fais plus, je ne vois pas bien comment le faire en jouant au poker. J'ai d'ailleurs l'impression de m'y habituer plutôt pas mal. Depuis que je joue j'ai l'impression que ça peut s'arrêter du jour au lendemain. Un jour ça s'arrêtera...
English
Retour en haut de page
×
Unibet : Calendrier de l'Avent
Unibet : Calendrier de l'Avent