Jump to content
Status Updates

personne

CPiste
  • Content count

    1048
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    3

Je les aime

Je ne les aime pas trop


Ils m'aiment

Ils ne m'aiment pas trop

Reputation Activity

  1. Thanks!
    personne got a reaction from Gling in Le 4b preflop I (NLHE CG)   

    Le 4-bet préflop I (NLHE Cash-games)
    Voilà j'en ai marre de voir de bons regs faire vraiment n'importe quoi dans les pots 4b même en NL400. Comme ce forum est essentiellement composé de joueurs de NL50-200 je me suis dit qu'un petit thread théorique sur le 4b pouvait aider. Comme c'est un sujet assez délicat j'ai décidé que j'allais commencer par faire un premier thread assez basique pour expliquer ce qu'est un 4b et ce qu'il faut faire/ne pas faire. Il est possible que j'en fasse un deuxième plus détaillé et mathématique sur les ranges de 4b. Dernier point je suis un joueur de 6M donc ce que je dis est transposable au FR ou au duel mais pensez à bien adapter.


    Pourquoi 4b ?
    On 4b pour deux raisons : pour value et pour bluff.

    Pour value : Face à certains adversaires certaines mains ont beaucoup trop d'equity preflop face à une range de 3b tout en étant beaucoup trop fragile. On peut penser aux très bonnes pp genre JJ/TT/99 qui pourtant vont rarement être une overpaire sur le flop, ou à AKo/AQs qui ne va souvent rien donner sur le flop à part 2 overs... QQ et AKs rentrent aussi mais dans une moindre mesure dans cette catégorie. AA/KK ben c'est cool de 4b quand on a mis en place la bonne dynamique c'est à dire que notre adversaire ne va jamais lâcher JJ+/AK. Toutes ces mains lorsqu'on les 4b c'est dans le but d'aller AI preflop. Dans certains cas on va même étendre notre range de value à AQ/88. Bien entendu cela signifie que si on les 4b il va falloir call le AI ensuite. Du coup il faut prendre garde à ne surtout pas 4b AQo ou 88 face à un adversaire qui va fold ou push si il a JJ+/AKo.

    Pour bluff : La particularité du 4b c'est que c'est le seul raise preflop qui avec une stack effective de l'ordre de 100bb va être plus proche en taille d'un minraise que d'un PSR. Cela en fait un bluff ou le ratio risk/reward est très bon parce que l'on risque peu. On a pas besoin de 66% de FE comme c'est le cas dans la plupart des autres situations. Un scénario ultra classique : otb raise à 3bb, sb 3b à 11bb, otb 4b à 23bb. Là indépendamment des ranges otb risque 20bb pour en gagner 3+11+1=15. Il a donc besoin de environ 57% de FE si il fold dans 100% de cas à un push. Comme tout bon joueur va aussi 4b pour value dans ce cas il est évident qu'on n'a besoin de beaucoup de FE pour rendre un bluff "jouable". Du coup le 4b est sans doute le bluff le plus rentable preflop si il est utilisé correctement.


    La taille du 4b
    C'est sur ce point que je vois le plus grand nombre d'erreurs. 100bb deep il ne faut JAMAIS appuyer sur le bouton bet pot. La raison est simple même si elle est double :


    Parmi les mains qu'on aime bien 4b en bluff il y a par exemple A5s pour plusieurs raisons : c'est une main correcte mais beaucoup trop dure à jouer dans un pot 3b sans l'init, si en plus on est oop... C'est aussi une main avec un A donc cela réduit la part de AA/AK dans la range de 3b de notre adversaire. Or si je reprends la situation de tout à l'heure : 3bb puis 11b alors un psb c'est 11*2+1+11=34bb. Si le gars push j'ai besoin de 66/200=33% d'equity pour call. J'ai 30% d'equity contre QQ+/AK. Caller contre cette range est donc une erreur de 6bb. L'erreur commise lorsque le gars rebluff avec 87s étant beaucoup beaucoup plus grande je peux décemment pas folder. Donc impossible de faire un 4b bluff avec A5s en faisant un PSB. Supposons maintenant que j'ai AA. Je fais un 4b à 34bb. Vilain se dit "fait chi** cela fait 4 fois de suite qu'il me 4b en 1/4h, j'ai bien envie de pusher mon 95o des familles parce que je suis sûr qu'il bluff". Sauf que vilain sait jouer. Du coup il réalise bien que comme nous aussi nous savons jouer il a 0 FE puisqu'on va caller avec A5s. Du coup il retient son envie pressante de nous livrer une jolie stack en 80/20 et fold...

    Donc la raison pour laquelle les 4b ont cette taille si particulière c'est parce que si on fait un PSB en 4b alors :

    On ne peut pas bluffer puisque dans la plupart des cas on sera commit. Du coup comme on va tout le temps caller donc on ne laisse pas la possibilité à l'autre de nous rebluff puisqu'il sait qu'il va être callé.

    Enfin dernier point à précise ne pas avoir peur d'un call de 55 quand on a AA après un 4b à genre 23 pour reprendre l'exemple. Notre adversaire a engagé 23% de sa stack PF avec une main qui n'a pas 23% d'equity et son dernier call était de 12bb donc il a pas non plus les implied odds.

    En règle général la bonne taille du 4b est la suivante :

    Entre x2 et x2.5 la taille du dernier raise. x2 suffit largement très très souvent, mais si votre adversaire call les 4b avec des mains marginales alors n'hésitez pas à le faire payer un peu plus cher. Jamais plus de 30% de la stack effective.



    Dans quel cas 4b ai ?
    Il arrive des cas ou il n'est pas possible de faire même un min 4b sans engager plus de 30% de sa stack. Par exemple UTG limp, MP (nous) raise à 5bb, CO call, OTB call, sb 3b à 20bb. C'est rare mais cela arrive. Dans ce cas point de salut, on push si on veut 4b. Une bonne range de push. Contre la plupart des joueurs ma range de push ici serait AK/JJ+ avec des bluffs occasionnels. Pour bluffer mieux vaut utiliser une main genre A8s qui a un blocker et une equity correcte contre la range de call (environ 30%).


    Quelques principes utiles sur le 4b :

    [*]C'est surtout utile contre les gars qui ont 7%+ de 3b en général, ou 10%+ de 3b contre steal. [*]Non ce n'est pas réservé au NL400+. C'est aussi applicable au NL25. Il suffit juste de savoir choisir ses spots. Plus on descend en limite plus le comportement des joueurs est caricatural. Du coup face au bonnes cibles la bonne stratégie de 4b sera 10000 fois plus rentable en NL25 qu'en NL5000 ou tout le monde sait ce qu'on fait. [*]Oui tant que notre adversaire ne s'adapte pas et fold 60%+ au 4b on peut 4b dans 100% des cas, particulièrement oop. Si vous ne le faites pas alors vous perdez de l'argent. [*]Si votre adversaire comme à caller vos 4b alors la bonne tech c'est de monter légèrement la taille (passer de x2 à x2.5) et de le faire avec plus de mains for value, particulièrement si il 5b ai ses bonnes mains. Un bon exemple est AQs si vilain ne 5b bluff jamais. Il faut particulièrement monter la taille de son raise oop. Bien sur il faut moins bluffer, on passe d'une range polarisée à une range mergé (de Axs, AKo, TT+ à ATs+, AQo, 88+ par exemple) [*]Il ne faut pas non plus déséquilibrer sa range de call de 3b complètement et garder des AA/KK/AKs dans cette range. Mais il faut aussi 4b ces mains. [*]Le premier 4b d'un adversaire qu'on a souvent 3b est souvent un bluff quand c'est une situation de type steal (si l'adversaire est bon). Ne pas trop hésiter à pusher A4s en rebluff SI la taille du 4b est correct. [*]Ne pas avoir trop de bluff dans sa range de 4b (en gros 50/50 c'est bien). Bien sur contre un 3b light qui va tout le temps folder c'est pas trop grave d'avoir 90% de bluff comme dit plus haut. [*]Ne pas 4b light un gars qui dans une situation donnée ne 3b que AK+/QQ. [*]Il existe d'autres façons de gérer un gars qui 3b light : call light IP et float cbet ainsi que c/r avec drawing hand qui a touché (même juste un GS) sur board favorable lorsqu'on est oop (je pense particulièrement à CO vs OTB). Contre un gars très agro preflop qui a la pos sur nous le mieux c'est de savoir tout faire et de TOUT lui faire. C'est high variance certes mais d'un autre côté c'est mieux cela va limiter son agression. Ne pas oublier de changer de table si jamais on n'a pas de très bonne raison d'être là dans cette situation (en gros on a la pos sur un ou deux gros fishs).


    J'oublie sans doute plein de trucs. C'était vite fait et j'ai pas le temps de me relire mais j'espère que cela pourra servir à certains d'entre vous.
  2. Thanks!
    personne got a reaction from Gling in Le 4b preflop I (NLHE CG)   

    Le 4-bet préflop I (NLHE Cash-games)
    Voilà j'en ai marre de voir de bons regs faire vraiment n'importe quoi dans les pots 4b même en NL400. Comme ce forum est essentiellement composé de joueurs de NL50-200 je me suis dit qu'un petit thread théorique sur le 4b pouvait aider. Comme c'est un sujet assez délicat j'ai décidé que j'allais commencer par faire un premier thread assez basique pour expliquer ce qu'est un 4b et ce qu'il faut faire/ne pas faire. Il est possible que j'en fasse un deuxième plus détaillé et mathématique sur les ranges de 4b. Dernier point je suis un joueur de 6M donc ce que je dis est transposable au FR ou au duel mais pensez à bien adapter.


    Pourquoi 4b ?
    On 4b pour deux raisons : pour value et pour bluff.

    Pour value : Face à certains adversaires certaines mains ont beaucoup trop d'equity preflop face à une range de 3b tout en étant beaucoup trop fragile. On peut penser aux très bonnes pp genre JJ/TT/99 qui pourtant vont rarement être une overpaire sur le flop, ou à AKo/AQs qui ne va souvent rien donner sur le flop à part 2 overs... QQ et AKs rentrent aussi mais dans une moindre mesure dans cette catégorie. AA/KK ben c'est cool de 4b quand on a mis en place la bonne dynamique c'est à dire que notre adversaire ne va jamais lâcher JJ+/AK. Toutes ces mains lorsqu'on les 4b c'est dans le but d'aller AI preflop. Dans certains cas on va même étendre notre range de value à AQ/88. Bien entendu cela signifie que si on les 4b il va falloir call le AI ensuite. Du coup il faut prendre garde à ne surtout pas 4b AQo ou 88 face à un adversaire qui va fold ou push si il a JJ+/AKo.

    Pour bluff : La particularité du 4b c'est que c'est le seul raise preflop qui avec une stack effective de l'ordre de 100bb va être plus proche en taille d'un minraise que d'un PSR. Cela en fait un bluff ou le ratio risk/reward est très bon parce que l'on risque peu. On a pas besoin de 66% de FE comme c'est le cas dans la plupart des autres situations. Un scénario ultra classique : otb raise à 3bb, sb 3b à 11bb, otb 4b à 23bb. Là indépendamment des ranges otb risque 20bb pour en gagner 3+11+1=15. Il a donc besoin de environ 57% de FE si il fold dans 100% de cas à un push. Comme tout bon joueur va aussi 4b pour value dans ce cas il est évident qu'on n'a besoin de beaucoup de FE pour rendre un bluff "jouable". Du coup le 4b est sans doute le bluff le plus rentable preflop si il est utilisé correctement.


    La taille du 4b
    C'est sur ce point que je vois le plus grand nombre d'erreurs. 100bb deep il ne faut JAMAIS appuyer sur le bouton bet pot. La raison est simple même si elle est double :


    Parmi les mains qu'on aime bien 4b en bluff il y a par exemple A5s pour plusieurs raisons : c'est une main correcte mais beaucoup trop dure à jouer dans un pot 3b sans l'init, si en plus on est oop... C'est aussi une main avec un A donc cela réduit la part de AA/AK dans la range de 3b de notre adversaire. Or si je reprends la situation de tout à l'heure : 3bb puis 11b alors un psb c'est 11*2+1+11=34bb. Si le gars push j'ai besoin de 66/200=33% d'equity pour call. J'ai 30% d'equity contre QQ+/AK. Caller contre cette range est donc une erreur de 6bb. L'erreur commise lorsque le gars rebluff avec 87s étant beaucoup beaucoup plus grande je peux décemment pas folder. Donc impossible de faire un 4b bluff avec A5s en faisant un PSB. Supposons maintenant que j'ai AA. Je fais un 4b à 34bb. Vilain se dit "fait chi** cela fait 4 fois de suite qu'il me 4b en 1/4h, j'ai bien envie de pusher mon 95o des familles parce que je suis sûr qu'il bluff". Sauf que vilain sait jouer. Du coup il réalise bien que comme nous aussi nous savons jouer il a 0 FE puisqu'on va caller avec A5s. Du coup il retient son envie pressante de nous livrer une jolie stack en 80/20 et fold...

    Donc la raison pour laquelle les 4b ont cette taille si particulière c'est parce que si on fait un PSB en 4b alors :

    On ne peut pas bluffer puisque dans la plupart des cas on sera commit. Du coup comme on va tout le temps caller donc on ne laisse pas la possibilité à l'autre de nous rebluff puisqu'il sait qu'il va être callé.

    Enfin dernier point à précise ne pas avoir peur d'un call de 55 quand on a AA après un 4b à genre 23 pour reprendre l'exemple. Notre adversaire a engagé 23% de sa stack PF avec une main qui n'a pas 23% d'equity et son dernier call était de 12bb donc il a pas non plus les implied odds.

    En règle général la bonne taille du 4b est la suivante :

    Entre x2 et x2.5 la taille du dernier raise. x2 suffit largement très très souvent, mais si votre adversaire call les 4b avec des mains marginales alors n'hésitez pas à le faire payer un peu plus cher. Jamais plus de 30% de la stack effective.



    Dans quel cas 4b ai ?
    Il arrive des cas ou il n'est pas possible de faire même un min 4b sans engager plus de 30% de sa stack. Par exemple UTG limp, MP (nous) raise à 5bb, CO call, OTB call, sb 3b à 20bb. C'est rare mais cela arrive. Dans ce cas point de salut, on push si on veut 4b. Une bonne range de push. Contre la plupart des joueurs ma range de push ici serait AK/JJ+ avec des bluffs occasionnels. Pour bluffer mieux vaut utiliser une main genre A8s qui a un blocker et une equity correcte contre la range de call (environ 30%).


    Quelques principes utiles sur le 4b :

    [*]C'est surtout utile contre les gars qui ont 7%+ de 3b en général, ou 10%+ de 3b contre steal. [*]Non ce n'est pas réservé au NL400+. C'est aussi applicable au NL25. Il suffit juste de savoir choisir ses spots. Plus on descend en limite plus le comportement des joueurs est caricatural. Du coup face au bonnes cibles la bonne stratégie de 4b sera 10000 fois plus rentable en NL25 qu'en NL5000 ou tout le monde sait ce qu'on fait. [*]Oui tant que notre adversaire ne s'adapte pas et fold 60%+ au 4b on peut 4b dans 100% des cas, particulièrement oop. Si vous ne le faites pas alors vous perdez de l'argent. [*]Si votre adversaire comme à caller vos 4b alors la bonne tech c'est de monter légèrement la taille (passer de x2 à x2.5) et de le faire avec plus de mains for value, particulièrement si il 5b ai ses bonnes mains. Un bon exemple est AQs si vilain ne 5b bluff jamais. Il faut particulièrement monter la taille de son raise oop. Bien sur il faut moins bluffer, on passe d'une range polarisée à une range mergé (de Axs, AKo, TT+ à ATs+, AQo, 88+ par exemple) [*]Il ne faut pas non plus déséquilibrer sa range de call de 3b complètement et garder des AA/KK/AKs dans cette range. Mais il faut aussi 4b ces mains. [*]Le premier 4b d'un adversaire qu'on a souvent 3b est souvent un bluff quand c'est une situation de type steal (si l'adversaire est bon). Ne pas trop hésiter à pusher A4s en rebluff SI la taille du 4b est correct. [*]Ne pas avoir trop de bluff dans sa range de 4b (en gros 50/50 c'est bien). Bien sur contre un 3b light qui va tout le temps folder c'est pas trop grave d'avoir 90% de bluff comme dit plus haut. [*]Ne pas 4b light un gars qui dans une situation donnée ne 3b que AK+/QQ. [*]Il existe d'autres façons de gérer un gars qui 3b light : call light IP et float cbet ainsi que c/r avec drawing hand qui a touché (même juste un GS) sur board favorable lorsqu'on est oop (je pense particulièrement à CO vs OTB). Contre un gars très agro preflop qui a la pos sur nous le mieux c'est de savoir tout faire et de TOUT lui faire. C'est high variance certes mais d'un autre côté c'est mieux cela va limiter son agression. Ne pas oublier de changer de table si jamais on n'a pas de très bonne raison d'être là dans cette situation (en gros on a la pos sur un ou deux gros fishs).


    J'oublie sans doute plein de trucs. C'était vite fait et j'ai pas le temps de me relire mais j'espère que cela pourra servir à certains d'entre vous.
  3. Like
    personne got a reaction from greenmarcus in Défendre ses blinds I : en callant   

    Défendre ses blinds I : en callant
    Avertissements
    Je tiens à préciser que contrairement au post sur les 4b, ceci n'est pas un recrachage en français de connaissances glanées sur 2+2 et que donc je suis un peu moins sûr de moi. N'hésitez pas à critiquer...
    C'est méga long, si j'avais su que cela allait être aussi long, jamais je l'aurais écrit, ça prend trop de temps. Vu la variété des concepts abordés et la disparité de niveau de ceux qui vont lire ce texte, j'ai été obligé de reprendre beaucoup de concepts basiques du poker et de les expliciter. N'hésitez pas à sauter une partie si vous savez déjà ce qu'il y a dedans. Bon courage à ceux qui le lisent. D'ailleurs à tous ceux qui m'ont demandé ce post dans celui sur les 4b, je préviens tout de suite, interrogation écrite mercredi prochain !


    Bon, je ne sais pas trop par où commencer. Ah si ! Si vous êtes un joueur de NL25 ou de NL50 et que vous avez commencé le poker "sérieusement" il y a 3 mois, sachez que vous n'avez absolument pas besoin de ce que je vais dire ici. Ce thread s'adresse plus aux bons joueurs de NL100 et de NL200. En fait je ne vais pas mentir il s'adresse surtout aux joueurs de NL200 qui ont des difficultés pour passer en NL400.

    La première chose à dire sur "défendre ses blinds" c'est que cela n'est pas si important. Avec une bonne table sélection et en ne sachant pas défendre ses blinds, on peut être gagnant jusqu'en NL1000. Après, je ne sais pas, j'ai jamais joué plus haut, mais j'imagine que cela doit être plus dur. La deuxième chose à dire c'est que l'ensemble de ce post concerne une situation ou le joueur qui steal est aussi un regular : On ne défend pas ses blinds contre un fish ! Cela ne sert à rien. On a de toute façon la position sur lui assez souvent. Votre but est de gagner de l'argent contre lui quand il est oop pas quand vous êtes oop. En outre la logique de la défense de blinds est une logique de métagame donc elle ne joue que contre un adversaire face auquel on va jouer régulièrement ! La troisième chose à dire c'est que défendre ses blinds n'est certes pas nécessaire mais cela aide fortement à avoir un bon winrate.

    Qu'entend-on par "la défense des blinds" ? Le problème est simple : si SB et BB foldent trop souvent face à un steal, alors OTB peut open raise ATC. Il faut donc être capable de réagir lorsqu'on est SB/BB, soit en callant soit en 3bettant suffisamment souvent. D'un point de vu mathématique l'équation est assez simple : si OTB réussi son steal dans 66% des cas ou plus en raisant à 3BB alors il est Ev+ pour lui de raise ATC. Cela veut donc dire que chacune des blinds doit réagir dans plus de 18% des cas en moyenne. Rendre ce raise Ev- est clairement un travail d'équipe entre SB et BB, il est donc nécessaire de faire sa part du travail en réagissant face à un raise dans plus de 18% des cas (et idéalement dans plus de 25% des cas).

    Notre but est donc de construire une stratégie de jeu qui nous permette de soit caller soit 3b suffisamment souvent pour rendre Ev- le raise par otb/co d'une range très large (40%+). Cela nécessite pas mal de travail à la fois sur des ranges preflops adaptées ET sur le jeu postflop.

    Il y a deux façons de défendre ses blinds : en callant ou en 3betant . Dans ce premier post je vais donc juste m'intéresser au cas où on call. C'est de loin le cas le plus complexe parce que c'est une situation où on joue vraiment au poker : nos ranges de call doivent être fonction non seulement de stats mais surtout de l'historique récent avec le joueur qui vole. On sort du simple "je regarde les stats HM/PT3 et je sais ce que je dois faire". Il faut comprendre ce que le joueur veut faire, par exemple, comment il va réagir sur le flop avec une main forte mais par top (TPGK) et savoir s'adapter en fonction. Ce thread a quelque part pour but de vous faire comprendre pourquoi il est parfois correct de pusher 150 bb deep sur le flop avec contre un bon joueur.

    Comme je suis un pur produit de la formation française je vais vous faire un plan en 3 parties : 1) Les ranges de call preflop ou ne pas surestimer ses implied odds ; 2) Jouer sur le flop 3) On s'ajuste. Le but de ce post est de montrer comment en partant d'un range de call assez restreinte mais en étant très agressif sur le flop, amener votre adversaire à réagir et donc vous permettre de caller avec plus de mains et/ou avec d'autres mains que celles de la range de départ. Nous allons nous servir de l'historique pour améliorer nos implied odds preflop avec certaines mains.


    I. Les ranges de call preflop ou ne pas surestimer ses implied oddds oop.

    I.1 Dans l'absolu, face à un joueur compétent le set mining ne marche pas
    J'adore faire du set mining. Il n'y a rien qui m'énerve plus que de devoir folder 22 en bb face à un open raise d'un joueur au bouton qui a 40% de steal, surtout lorsque je clos l'action. Mais il faut bien s'y résoudre : sans historique particulier avec ce joueur c'est clairement Ev- de caller avec 22. Dans la plupart des cas on aura rien, on sera obligé de c/f le flop. Quand on touchera notre set, trop souvent notre adversaire n'aura rien et donc on gagnera en moyenne un cbet (parfois beaucoup plus mais parfois aussi il ne va juste pas cbet ou on va perdre le pot à la fin face à une meilleure main). La seule façon de s'en sortir sera donc d'utiliser le fait que quelqu'un dont la fréquence de steal est élevée n'aura en moyenne rien sur le flop. Il faudra donc réussir à gagner des pots de temps en temps sans avoir un set. Bien sûr parfois on aura la chance d'aller au showdown et de gagner sans avoir à caller un bet postflop avec une main marginale. Mais comme ce sera trop rare pour être efficace il va aussi falloir lui faire folder la meilleure main de temps en temps, c'est à dire le bluffer. On va donc devoir le c/r sur le flop ou encore faire un donk assez souvent dans le but de gagner le pot.

    Le problème c'est que dans l'absolu 22 n'est pas vraiment la meilleure main pour partir sur un plan du type "je call le steal pour ensuite c/r le cbet de mon adversaire sur des boards favorables". Au total c'est une opération qui va coûter assez cher : Face à un raise à 3bb de otb alors qu'on est sb et face à un cbet de 5bb en comptant un raise à 15bb, on va au total investir 2+15bb pour gain net de 1.5+3+5=8.5bb. Pour faire une analyse mathématique plus poussée on peut faire des hypothèses du genre :

    On gagne en moyenne 10bb quand on touche notre set. On néglige les cas trop rares où on va aller au SD et on va gagner UI.
    La question est donc quelle est la fréquence de c/r qu'il faut avoir quand on a pas de set pour rendre l'opération EV+ en comptant une grosse fold equity (70%) mais une equity assez faible quand on est callé, disons 5% ?

    Mathématiquement la résolution du problème est assez simple. On doit résoudre l'équation suivante : -2+12%x 10+88%x Fréquence (c/r)xEv(c/r)>0
    avec Ev (c/r) = 0.7 x 26.5 +0.25 x 0.05 x 36.5 -15 = 5.7875 = 4
    On obtient donc 88%x4xFréquence > 2 - 1.2 donc Fréquence > 0.8/4, soit une fréquence supérieure à 20%. Comme on ne veut pas être lisible en c/r avec bottom pair et en c/c avec set ou mieux, cela veut dire qu'on va vouloir c/r dans environ 30% des cas (0.88*0.2+0.12) . Le problème si on fait cela c'est qu'on va avoir une main complètement injouable dans 60% des cas lorsqu'on fait un c/r. En gros on va jouer contre un adversaire qui a la position et une range peu définie un pot assez gros avec une range très polarisée et contenant énormément de bluffs. C'est rarement une bonne idée.

    Il faut donc folder 22 preflop. Pour les mêmes raisons il faut folder 33-66. 77-99 cela se discute. TT+ on est tellement devant sa range qu'il vaut mieux 3b. Bref le set mining ne parait pas une bonne technique même lorsqu'on essaye de compenser les faibles implied odds preflop par une fréquence de bluff élevée.

    Pour que le set mining puisse marcher il faut réussir à limiter notre FE sur le flop quand on a un set et à construire des ranges de call PF qui permettent de c/r le flop en bluff ou semi bluff beaucoup plus souvent et avec une meilleure equity que celle offerte par une paire qui n'a pas touché le flop. Pour pouvoir set miner dans cette situation il faut amener l'adversaire à se poser des questions lorsque il a ou sur . C'est dans cet esprit qu'il faut construire nos ranges de call preflop et notre tactique sur le flop.


    I.2 Un exemple de range de départ
    On va donc construire une range qui nous permette de très souvent faire un c/r sur le flop avec une equity correcte face à la range de notre adversaire. Cela va nous permettre d'avoir une image plus agressive et donc cela va nous permettre ensuite face à cet adversaire de pouvoir jouer plus de mains.

    Si on reprend l'équation de tout à l'heure sur l'espérance de gain du c/r on se rend compte qu'on a la possibilité de gagner beaucoup en jouant des mains qui vont assez souvent avoir une equity correcte sur le flop lorsque le c/r est callé. En passant juste de 5% d'equity à 30% d'equity on obtient :
    Ev (c/r) = 0.7 x 26.5 +0.25 x 0.3 x 36.5 -15 = 5.7875 = 6.2

    Cela signifie qu'avec une main qui a juste 30% d'equity face à la range de call d'un c/r de notre adversaire, on a juste besoin de c/r en semibluff 1 fois sur 4 pour pouvoir défendre nos blinds face à un raise à 3bb : On investi 2 preflop et on gagne en moyenne 6 sur un c/r. Si j'en crois flopzilla, avec une main comme T8s obtient 2 paires ou mieux ou un FD ou un GS ou un OESD ou FD+paire ou OESD+paire ou GS+FD ou GS+paires dans 35.3% des cas. En outre on va assez souvent avoir un draw avec 33%+ d'equity contre TPTK+ pour ne pas lui donner une trop grande FE lorsqu'il va tenter de nous rebluff. Hors avec des mains de ce type on obtient mieux que 30% d'equity contre la range de call du c/r de notre adversaire (ou alors on c/r plus souvent, ou il nous accorde plus de FE que 70%). C'est donc un candidat parfait pour suivre la ligne "je call le steal pour ensuite c/r le cbet de mon adversaire sur des boards favorables" et ce avec une fréquence générale de c/r de environ 33%. Il faut bien comprendre qu'une main comme ou a une très bonne equity sur le flop même face à AA (22.8%).

    Donc la première partie de notre range va essentiellement être composé de SCs et 1GS/2GS.

    Mais cela ne suffit pas : On cherche à "combattre" le cbet de notre adversaire en étant capable de le c/r sur pas mal de flops. Il faut donc aussi avoir des mains capables de jouer de temps en temps sur des boards A/K-high sans avoir une range uniquement composée de draws et d'une très faible proportion de sets/trips/doubles paires. Il faut éviter sur un flop d'avoir une range de c/r uniquement composée de 33 et de low FD. Pour éviter ce scénario il faut ajouter des broadways dans notre range pour avoir aussi TP dans notre range sur un board A/K/Q high. Pour leur capacité à nous donner des mains très fortes sur le flop, les suited broadways sont de très bonnes mains. On peut entre autre garder AQs+ parce que cela fait aussi du bien de pouvoir c/r un board en sachant que AJo ne foldera pas parce que "on a jamais mieux que AJo à part 88 et parfois 33 dans cette situation".

    On en arrive donc à une range qui par exemple pourrait être un truc du style : ATs+,KTs+,Q9s+,J8s+,T7s+,96s+,86s+,75s+,64s+,54s soit 7.8% de call.

    Ce n'est pas beaucoup et même pas assez en comptant 10% de 3b, mais d'une part on va rajouter 2-3% de call supplémentaire dans la section suivante, et d'autre part nous allons ainsi construire une image qui va ensuite nous permettre de jouer profitablement d'autres mains et ainsi d'étendre notre range de call preflop.


    I.3 Le lien range de 3b/range de call
    Il existe des mains qui ont beaucoup trop de value preflop pour être foldées mais avec lesquelles on a pas nécessairement envie de 3b parce qu'on est pas dans une dynamique de 3b/5b ne nous permettant pas de les jouer profitablement en allant AI preflop ou parce que lorsqu'on sera callé elles seront difficile à jouer. Je pense en particulier à des mains comme 77/88/99 qui vont rarement donner une overpaire ou un set. AJo est dans le même esprit pas forcément très agréable à jouer si notre adversaire folde ATo- au 3b et call avec AQo/ATs-AJs uniquement. C'est particulièrement dur à jouer sur board A high surtout oop. TT est un cas à part parce que c'est une main très forte. AQ aussi est un cas à part, surtout face à un adversaire qui va toujours 4b AKo/QQ+ et qui va rarement folder au 3b et donc garder des mains dominées dans sa range puisque alors AQ est très simple à jouer sur un board A-high ou Q-high : on veut tout l'argent au milieu.

    On va donc garder ces mains que l'on ne veut pas 3b preflop mais qui ont trop d'equity pour être foldé face à une range de steal. On peut donc ajouter à notre range de tout à l'heure 77-99 et AJo par exemple. Cela représente 2.3% de call en plus, ce qui amène à 12.3% de call au total. KQo peut aussi rentrer dans ma range de call si jamais je n'ai pas réussi à établir une dynamique en pot 3b où je vais pouvoir aller AI sans remord sur board K high. Bien sûr il faudra jouer ces mains sur le flop en les fastplayant sur board favorable : TP, overpaire, paire intermédiaire quand TP est peu probable sont des mains qu'il faut savoir c/r pour augmenter la part de mains faites dans notre range générale de c/r et ainsi empêcher que notre adversaire puisse profitablement cbet/call avec midpaire par exemple.

    De façon plus générale on peut dire qu'il y a des mains qui vont faire le trajet entre la range de cc et la range de 3b de façon assez fréquente. 99 et AQo sont de très bons exemples. Face à un raise d'un bon nit (genre 17/15/4 avec 25% de steal) qui va quand même pas trop hésiter à 4b bluff mais dont je n'ai aucune idée de la fréquence de 4b for value ni de la range, j'ai pas nécessairement envie d'aller AI preflop avec 99 ou AQo (en fait sans dynamique particulière je n'ai pas du tout envie). Donc je vais call parce que je vais certainement pas folder. De la même façon si jamais on est dans une dynamique très agro avec un 26/22/4 qui steal 45%+ au bouton et 4b bluff très souvent je vais me stack off avec AQo ou 99 pour value sans trop de problème. Et je vais aussi "retirer" AKs de ma range de call parce que je sais que j'ai un bon % de chance de me retrouver AI preflop face à une main dominée (AKo/AQs) ou de récupérer un 4b bluff ce qui dans les deux cas est un résultat très positif avec AKs.

    Ce trajet de mains entre nos deux ranges va être encore plus violent avec pas mal d'historique mais j'y reviendrai dans la dernière partie.


    II. Jouer sur le flop

    II.1 Notre principale arme : le c/r
    Notre but est donc :

    Soit de pousser notre adversaire à s'adapter et à sortir de sa routine "je cbet ATC, je fold si je me fais c/r et que je n'ai pas une très bonne main" pour pouvoir commencer à caller avec des mains qui ont besoin de meilleurs implied odds preflops. Soit, si il ne s'adapte pas, d'augmenter encore notre fréquence de c/r ainsi que notre fréquence de call preflop. Si il ne réagit pas à une fréquence de 70% de c/r ce n'est pas très grave, on gagne de l'argent a call ses steals avec ATC.

    Sur la taille du c/r, on ne veut pas faire un trop gros c/r pour ne pas avoir besoin de trop de FE pour le rendre positif. Un c/r x3 comme dans l'exemple précédent semble correct : il n'offre pas des directs odds trop bonnes comme le ferait un c/mr et donc garantie une FE correct. En outre cela laisse de l'espace à notre adversaire pour nous rebluff sans avoir à se marier au pot, même 100bb deep.

    Avec la range décrite ci-dessus on a "naturellement" 30-35% de c/r si on c/r toutes les fois où on a quelque chose ou presque. Dans certains cas on va préférer c/c surtout lorsque notre adversaire aura compris qu'on c/r très souvent, trop souvent pour tout le temps avoir un set. En outre notre but est de le faire réagir à nos c/r ou si il ne réagit pas de l'exploiter en le bluffant. Il faut donc, au moins au départ, ne pas hésiter à le c/r très souvent même quand on a rien ou pas grand chose. Tant que notre adversaire ne s'est pas adapté, le critère pour choisir quand c/r et quand ne pas c/r doit être plus sa fréquence de bluff en cbet sur ce type de board et donc notre FE plutôt que la valeur réelle de notre main.

    Suivant le type d'adversaire il va alors réagir de plusieurs façons possibles :

    Ne jamais s'adapter, c'est probable si il joue 12+ tables. Il faut alors continuer à l'exploiter tout en restant prudent quand il call ou 3b un c/r. Souvent il aura une très bonne main, inutile donc de tenter de le rebluff si on a pas touché sur la turn ou si on a AIR. Commencer à caller le c/r Commencer à relancer le c/r.

    Dans tous les cas dès que votre adversaire commence à réagir (et pas avant sur le thème il va sans doute réagir) vous pouvez commencer à ajuster votre range de c/r en faisant plusieurs choses :

    Merger vos ranges for value, en gros commencer à c/r avec KJs sur un board J high dans le but de better turn et pusher river ou 4b push le flop. Appliquer la règle des "il me faut 5 cleans outs ou à peu prêt pour c/r". Ne pas oublier qu'un bdfd c'est un out supplémentaire, donc GS+bdfd c'est une bonne main. GS+overs+bdfd ou paire+bdfd (en deux cartes) c'est near nuts.


    Enfin je veux développer ici le cas particulier du back door flush draw (bdfd). C'est très puissant. Si vous voulez c/r avec T8s sur un board rainbow J high et sans GS il vaut quand même mieux le faire avec un bdfd que air. C'est surtout le cas si votre adversaire se met à réagir en callant light vos c/r. Quand il les 3b c'est beaucoup beaucoup moins intéressant. Un bdfd c'est à peine 1 out en equity, mais si vous êtes sûr de voir la turn alors c'est clairement beaucoup plus fort que 1 out, c'est 10 outs vers une très bonne main sur la turn. Vous allez savoir si vous avez "touché" ou pas votre bdfd sur la turn. Après il faut savoir s'en servir.


    II.2 Que faire face à un call ?
    Souvent les joueurs qui vont vous voir faire cela et comprendre qu'il se passe un truc sans nécessairement comprendre exactement quoi vont avoir tendance à passer en mode cbet/call sans nécessairement ajuster correctement leur ranges de cbet, call de c/r et 3b vs c/r. En gros il vont continuer à cbet trop souvent et ne 3b que leur premiums sur le flop. Dans ce cas particulier je ne peux que difficilement vous aider. Cela dépend malheureusement beaucoup de la dynamique particulière que vous avez instaurée dans cette situation. Toutefois il faut faire attention à plusieurs choses donc je vais faire un inventaire à la Prévert.

    Tout d'abord certains joueurs vont juste call le c/r avec ATC pour voir ce que vous faites sur la turn. De mon expérience c'est le cas le plus fréquent en NL200/400: il vaut donc mieux, la première fois que vous êtes callé par un joueur particulier, ne pas trop hésiter à en remettre une couche avec un nouveau bet. Par contre s'il call encore turn, sachez que vous avez peu de FE river (et donc si vous touchez votre GS n'hésitez pas à push même si c'est un léger overbet).

    Ensuite il faut prendre garde avec les bdfd qui touchent à ne pas se retrouver commit avec 15 outs face à un push turn. C'est particulièrement le cas lorsque vous avez de la SD value. Supposons une main :: avec un c/r sur le board :::, turn :. Vous avez de la sd value face à beaucoup de main (et particulièrement un FD sur le flop) et vos outs sont déguisés. Avec des stacks à 100bb c'est en général mieux de c/c turn (ou de c/rai) que de bet/call ou bet/fold. Encore une fois c'est impossible d'énoncer une règle générale ici cela dépend trop de votre adversaire et des tailles de stack.

    Enfin dès que votre adversaire commence à trop caller vos c/r avec des mains moyennes (TPNK, 2PGK, paires intermédiaire) tout en 3bettant avec des mains fortes, alors il faut savoir modifier sa range preflop pour pouvoir exploiter cette tendance : Il faut réintégrer dans notre range de call un certain nombre de mains tels que QJo ou ATo. Il faut ensuite c/r le flop quand on touche TPGK et si jamais il call le c/r sur le flop, il faut bet la turn et push la river.


    II.3 Et le c/c dans tout cela ?
    Quand votre adversaire s'adapte en limitant sa range de cbet et en augmentant sa range de 3b sur le flop alors il devient moins intéressant de faire un c/r bluff avec une equity faible. La plupart du temps vous allez devoir soit folder à son 3b, soit 4bai mais avec une equity moyenne. Le cumul des deux modifications dans le jeu de votre adversaire (moins de cbet plus de 3b) fait que le % de 3b face à un c/r peut devenir très très élevé tout en conservant une bonne equity contre votre range de 4b push avec sa range de call 4b push. Cela peut être encore accentué s'il réduit sa range de steal preflop parce qu'il vous donne plus de crédit en défense de blind.

    Pour répondre à cette situation où la modification des ranges de cbet et de 3b sur le flop modifie la dynamique et l'espérance de gain d'un c/r avec une main plus ou moins marginales, il faut savoir faire deux choses : caller avec des pp preflop (le retour du set mining) parce que d'un coup nous avons gagné énormément en implied odds preflop ET savoir c/c avec une range bien faite.

    Une main comme est une très bonne candidate à un c/c sur un board face à ce type d'adversaire alors qu'il est plus logique de c/r/push avec par exemple.Dans le second cas (avec ), la turn va plus souvent vous faire perdre de l'equity que vous en faire gagner ou vous permettre de semi bluffer de façon efficace. Dans le premier cas (), sur la turn 6 cartes sont d'excellentes bluffing card pour notre adversaire alors qu'en fait elles vous donneront TPGK, 4 cartes vous donnent nuts et 9 cartes vous donnent un excellent combo draw bien déguisé. Cela fait 19 cartes qui vous intéressent sur la turn, soit 40% du deck.

    Dans le même esprit, avec AK/AQ ui un c/c sur un board très favorable (où notre adversaire cbet assez light) peut être très profitable lorsque l'on sait que :

    [*]notre adversaire va très souvent 2 barrel any A/K/Q sur la turn [*]notre adversaire va caller assez light un c/r turn (en gros avec TPGK ou overpaire sur le flop ou bien avec TP sur la turn) parce qu'on l'a plusieurs fois fait folder avec un c/r turn auparavant. [*]notre adversaire a une faible fréquence de second barrel bluff contre nous. On aura donc l'opportunité de voir une river et éventuellement un SD lorsqu'on a la meilleure main sur le flop.


    Rajoutons bien sûr une main comme ATs ou KJs sur un board T high ou J high lorsqu'on a pas suffisamment d'historique pour qu'un c/r soit Ev+ et que l'on ne sait pas trop où on se situe. C'est particulièrement fort si notre adversaire peut second barrel AIR très souvent même si la turn n'est pas un scary card. Maintenant il ne faut pas en abuser surtout au début : Ce sera presque toujours plus intéressant de merger sa range de c/r en rajoutant dedans des mains du type TPGK que de jouer pot control oop. C'est particulièrement vrai si vous pensez que la range de 3b de votre adversaire c'est genre AIR/set/any draw ou si vous savez qu'il sait jouer contre pot control (il 3barrels en bluff)

    On peut aussi bien sûr rajouter toutes les mains du type paires+bdfd qui ont intérêt à voir la turn et ne veulent pas prendre un 3b. Il faut bien sûr que le c/c soit en lui même Ev+.

    On peut aussi ajouter des mains très fortes (tptk+) quand on pense que sa range de 3b du c/r est assez réduite parce que le board ne lui plaira pas pour un 3b mais qu'il lui a plu pour un cbet. Un bon exemple est un board A72r quand jusque là on lui a uniquement donné de l'action sur des board lows. Néanmoins il ne faut jamais oublier lorsque l'on slowplay une main forte telle qu'un set ou TPGK dans cette situation que l'on réduit drastiquement notre FE sur les c/r à venir. C'est rarement une bonne chose. Il faut donc utiliser le c/c avec modération en prenant en compte que le gain en value lié au slowplay est potentiellement moins intéressant que le gain en value lié au métagame.

    Dans tous les cas ne passez pas du c/r au c/c par weakness mais juste parce que vous avez une bonne raison de le faire.

    Avoir une range de c/c sur le flop assez large peut permettre de mettre en place une dynamique de c/rai turn assez efficace. C'est même la raison principale pour laquelle on va c/c sur le flop face à un adversaire qui va bluffer un A ou K lorsqu'on a AK par exemple. Je ne vais pas rentrer ici dans les détails, mais si vous faites cela il faut être capable de c/rAI turn avec juste une paire ou un combo draw. Il faut aussi savoir tourner une made hand en bluff.


    III On s'ajuste

    III.1 La taille du 3b de votre adversaire sur un c/r a de l'importance
    Prenons un exemple : Otb raise à 3.5bb, sb fold, bb call, le pot fait 7.5bb, on va dire 7 sans le rake, otb cbet à 6bb et bb c/r à 18bb. Là si notre adversaire appuie sur le bouton bet pot il va faire un gros raise à 18x3+7=61. Si il fait juste x3 par rapport à votre raise ce sera 54bb. En cas de push si nous sommes 100bb deep il a besoin dans les deux cas d'une equity très faible pour caller. Comme il justifie sans problème un push avec any FD de notre part à cause du dead money il se met lui même dans une position où il doit caller avec 2 overs face à notre range de push si nous sommes 100bb deep.

    Par contre si jamais il 3b à disons 33bb, il garde une possibilité de folder. En outre si il bluff, cela ne lui coûte pas cher et il n'a pas besoin de beaucoup de FE tout en nous obligeant à prendre une décision délicate avec disons un naked FD 8-high. En effet on peut 4bai en se disant qu'on a encore de la FE alors qu'il a juste voulu induce bluff. On peut difficilement just call quand on a 30%+ d'equity face à sa range de push avec autant de dead money alors qu'on a pas de SD value. C'est possible parce que quelque part il nous donne de bonnes directs odds mais on va être obligé de c/f turn si on ne touche pas et qu'il rebet.

    Si cela ne vous rappelle rien, relisez le post sur le 4b c'est la même logique (du point de vu du vilain) : ne pas faire un rebluff trop gros pour laisser la possibilité à votre adversaire de tenter un rerebluff quand vous avez une main forte tout en réduisant pour vous le coût du rebluff et donc en en augmentant la rentabilité. Dans certain cas il peut être de ne pas lui laisser cette possibilité en augmentant la taille de son c/r sur le flop.

    Je ne vais pas rentrer ici dans un long débat pour expliquer quand et comment notre adversaire doit utiliser une taille de raise ou l'autre. Sachez juste que certains vilains vont faire exprès de se commit avec AKo par exemple parce qu'il pense avoir de la FE et qu'il pense qu'il va y avoir énormément de paires et autres draws contre lesquels AKo a une très bonne equity dans votre range de 4bai. L'important est de savoir que les deux tailles existent et d'essayer de comprendre pourquoi votre adversaire décide de faire un gros ou un petit raise.


    III.2 Les reads
    Il n'y a pas de recette miracle, il faut jouer au poker, il faut essayer de comprendre la nature de la range de notre adversaire lorsqu'il nous 3b notre cr et lorsqu'il le call, ainsi idéalement que le lien avec sa range de cbet, le tout en faisant le lien avec la texture du board. Je ne parle pas ici de pourcentage comme pourrait donner un tracker avec les bons filtres. Il faut comprendre la nature de ces ranges : sont-elles polarisées ou sont-elles mergées ?

    Il faut savoir que le comportement de votre adversaire va fortement évoluer à chaque SD. La force de toute bonne stratégie de jeu au poker consiste à amener votre adversaire à jouer des situations dont il n'a pas l'habitude mais que vous maitrisez parce qu'alors il commettra plus d'erreurs que vous. C'est comme cela que l'on devient gagnant face à un autre reg : en l'obligeant à sortir de sa zone de confort pour l'amener à jouer d'une façon dont il n'a pas l'habitude ou en l'obligeant à avoir un comportement très exploitable (tel que continuer à folder à nos c/r alors qu'on a une fréquence de c/r de 50%+ contre lui).

    Pour avoir une meilleure maitrise qu'un adversaire d'une situation il faut comprendre la logique de métagame de la situation (la part mathématique du poker) tout en développant des reads sur cette situation (la partie psychologique du poker). Là encore je n'ai pas de recette miracle pour y parvenir. Quelques petits trucs/exemple de read ne faisant pas de mal :

    [*]Savoir comment votre adversaire réagit en terme de fréquence de cbet sur un board A/K high est important. Cela permet entre autre de c/r avec juste un naked GS de façon ev+ si il cbet 100% de sa range. Savoir si ensuite il va call avec ses As sans kicker et 3b avec AQ+ et aussi utile parce qu'à ce moment là vous pouvez tranquillement le vbet turn/river avec AJ+ ou si votre GS touche. [*]Comprendre la nature de la range de vilain en cas de 3b est utile : si c'est une range composée essentiellement de AIR (beaucoup) et TPTK+ et FD/OESD alors il faut modifier ses propres ranges en conséquence. Dans ce cas cela consisterait à merger sa range (en pushant TP voir paire intermédiaire ou 2PTK) si jamais on a encore pas mal de FE parce qu'il y a beaucoup de AIR dans sa range et que en plus on a une equity correcte contre any FD/OESD. Cela dépend bien sûr de l'historique et de la nature du board. [*]Quand il fait les deux tailles de 3b il est aussi très utile de comprendre comment il réparti ses ranges suivant la taille. A contrario s'il se met a aller AI sur le flop de façon routinière avec A high alors faut savoir pusher paire intermédiaire for value sur des boards dry comme dans l'exemple pris précédemment. [*]Comme dit plus haut, comprendre quand la probabilité d'un 3b sur notre c/r est élevée (à cause du board, ou de l'historique récent avec l'adversaire) est très important pour, avec certaines mains, choisir de c/c plutôt que de c/r. [*]Certains adversaires vont avoir une range de 3b sur votre c/r très forte ne vous permettant pas de trop de réagir mais vont par contre caller assez light le c/r et les bets turns/river. Ne pas hésiter à les value bet thin turn/river quand il call le c/r sur le flop, ne pas aussi hésiter à devenir créatif preflop (cf post suivant). [*]Le principal read va être une forme de feeling, en particulier sur une session longue. Il est dur à mettre en place, mais faites un peu confiance à ce feeling. Si vous pensez que ce 3b sur votre c/r est très souvent un bluff alors n'hésitez pas à rebluff ai, surtout si vous avez un peu d'equity (gerne GS). [*]La principale difficulté va être de reprendre après une session longue où cette méthode a bien marché contre un adversaire particulier, sur une nouvelle session face au même adversaire 2 jours plus tard. On a peu de moyens de savoir si notre adversaire a une très bonne mémoire ou s'il a pris des notes ou si au contraire il ne se souvient de rien et reste dans sa dynamique normale.



    III.3 Ajuster en conséquence ses ranges preflop
    Il n'y a rien qui m'énerve plus que de voir un joueur qui joue 19/16/4 avec 7% de 3b, et 10%+ en bb vs steal, s'amuser à call un raise de otb avec AA en sb et ensuite c/r/4bai sur un flop assez drawy. En général c'est parce qu'il a vu que cela se faisait en lisant un thread de Aejones contre Krantz où le premier faisait cela au second 200bb deep (en rajoutant un call de 5bai il me semble). Ils ne comprennent pas la dynamique particulière du jeu et que avant de s'amuser à cela, Aejones savait que son adversaire allait accepter d'aller AI sur le flop avec une range contre laquelle AA ne sera pas sa/wb. Aejones avec l'image de notre TAG moyen il se pose pas de question il 3b AA en NL200 ou en NL400 et en tout cas il ne va certainement pas jouer contre un reg de NL200 sans historique comme il le ferait face à Krantz.

    Par contre si nous avons réussi à mettre en place la bonne dynamique dans les pots ou on défend en callant c'est potentiellement très efficace de caller avec AA : imaginons un adversaire un peu tight, qui défend ses cbet assez light (soit en 3b nos c/r assez souvent et n'héistant pas à aller AI avec tout ce qui a une vague equity contre nous sur le flop soit en callant 3streets of value avec une main très marginale) mais qui par contre continue à folder énormément aux 3b preflop. Là faire un call preflop avec AA en sb ou en bb c'est juste idéal. On tire plus de value à le call qu'a le 3b vu qu'il fold beaucoup au 3b ET qu'on aura souvent la meilleure main au SD ET que si on va au sd on va augmenter sa fréquence de 4b bluff et/ou de call de 3b IP.

    De façon plus générale, surtout face à un adversaire qui donne de la value et est facilement lisible (3b ses mains fortes sur le flop, call avec une range large le c/r) il est super intéressant de réintégrer des mains comme ATo ou KJo dans votre range de call preflop. Elles seront faciles à jouer : Si jamais votre vilain cbet/call et que vous avez TPTK ou TP2K ben vous pourrez le value town gentiment. C'est un peu mon truc préféré ça, stacker un nit qui a T9s sur un board T high quand j'ai AT et que la river c'est un K...

    Il ne faut pas oublier aussi de modifier sa range de call preflop quitte à sortir certaines mains comme Axs de notre range parce que par exemple on ne veut pas avoir à jouer TPNK contre cette adversaire vu la dynamique à ce moment là (trop de risque de faire une erreur telle que c/c flop et turn et c/f river alors qu'il va souvent 3 barrels les boards A high).

    Enfin quand votre adversaire est bien énervé c'est souvent le moment de vous remettre à faire du set mining avec 22-66 ! Vous aurez beaucoup beaucoup moins de mal à extraire quand vous toucherez votre set et en plus si cela vous arrive d'aller au SD avec un set alors votre adversaire vous redonnera un peu de FE sur le flop sur vos CR. Après tout est question d'équilibre. Contre un adversaire compétent il m'est arrivé par le passé lors de sessions particulières de repasser à une range de call preflop de type SCs/pp uniquement. De façon momentanée et grace à notre historique un poil sauvage cela a été super efficace.

    En un mot, soyez créatif, mais n'oubliez pas que vous devez avoir une raison pour sortir de la ligne classique avec une main donnée preflop et un plan pour la jouer postflop !


    Conclusion
    En étant assez agressif lorsque vous avez callé preflop, vous allez établir une dynamique de jeu vous permettant de jouer pour value des mains plus marginales et d'augmenter vos implied odds preflop avec des mains faibles qui ont un gros potentiel sur le flop mais qui restent injouables si jamais elles ne touchent pas. Au final cela va vous permettre de jouer 25% à 30% (en 3b ou en call) de vos mains en défense de blind tout en contraignant votre adversaire à jouer des mains qui ont un vrai potentiel lorsqu'il steal. Il ne faut toutefois pas aller trop vite en besogne et suivre l'évolution de votre adversaire pour savoir à quel moment faire entrer dans votre range de call preflop telle ou telle main. Le but est d'arriver à créer des situations où un call est Ev+ avec une range assez large. Ce faisant votre adversaire ne pourra pas steal avec une main très marginale telle que A4o parce que vous allez caller ou 3b trop souvent preflop et que vous n'allez pas folder assez souvent à son cbet sur le flop pour que celui-ci soit Ev+. Du coup les mains aussi marginales que A4o seront perdantes sur le long terme puisque l'ensemble de l'opération sera Ev-. Il ne fera pas assez souvent une main solide postflop avec A4o, il n'aura pas le loisir d'utiliser trop la position (parce qu'on va réduire le PSR très vite sur le flop avec no c/r), il devra pour "défendre son raise" jouer trop de situations marginales postflop où il sera au final perdant. Bien entendu si votre adversaire réduit sa range de steal preflop il faudra modifier votre range de 3b et votre range de call en conséquence.

    Pour vous donner un ordre d'idée voici quelques une de mes stats face à un steal quand je suis BB et oop : vpip 28%, 3b 12%, c/r cbet 35%, c/c cbet 15%, donk 5%, W$WSF 48%.

    Bien entendu un bon adversaire va s'adapter plus ou moins vite suivant son expérience à ce style de jeu. J'ai pris ici le parti de me placer face à un adversaire classique de NL100/200/400. J'ai voulu expliquer comment faire évoluer ses ranges pour le sortir de sa routine. La situation face à un reg de NL400+ est légèrement différente : cette stratégie c'est peu ou prou ce que font pas mal de joueurs de MSNL dans cette situation (high 3b% vs steal + high c/r flop vs steal + high c/c flop vs steal). Il y est habitué et vous n'allez pas obtenir d'edge à jouer ainsi.

    Enfin en terme d'image il faut bien voir que cela va avoir un effet immédiat sur votre % de c/r flop qui va monter pour passer de 7-10%, comme la plupart des joueurs de NL100/200, à 15%-25% suivant la façon dont vous jouez lles autres situations où vous allez être oop sur le flop. En terme d'image c'est une très bonne chose : il est relativement facile de folder à un c/r AJo sur un board J83b face à un reg avec un pourcentage de c/r de 7% . C'est beaucoup plus dur de folder la même main si son pourcentage est de 15%+. Comme le pourcentage de c/r sur le flop est une stat disponible sur tous les trackers il est plutôt bon de ne pas tomber dans la catégorie 7%-. Cela évite de se poser 25000 questions sur ce que l'on doit faire avec sur en 3way pot lorsque le pfrer est un TAG qui a raisé UTG et le deuxième larron est un fish et qu'on a callé en BB. Pouvoir c/r ce flop même quand le fish a foldé sans avoir trop de FE est une bonne chose.

    Quant à comment améliorer cette stratégie, je pense qu'une première réponse peut être de travailler sur les ranges de donk bet / 3b AI sur le flop et de donk bet / fold. Cela rajouterait une arme à notre arsenal et je pense que cela est plus intéressant qu'un simple c/r dans certains cas. Pour l'instant j'ai juste tendance à c/r et j'utilise rarement le donk bet, sauf quand un adversaire check behind trop souvent sur le flop, en particulier quand il check behind lorsqu'il a un peu de SD value (bottom paire ou A high) sur un board où sa range est assez faible.

    Enfin ce post est un bon exemple de comment "penser poker" au delà de juste l'analyse d'une main. Tout est question de fréquence et d'historique. Pour bien jouer au poker il faut comprendre pourquoi dans certaines situations il va falloir jouer une main d'une façon et non d'une autre. C'est d'autant plus compliqué qu'il faut, par exemple, être capable de comprendre en quoi notre pourcentage de c/r sur le flop va modifier notre image et donc va modifier nos implied odds preflop et donc va vous permettre de caller avec des mains de tel ou tel type preflop dans certaines situations.


    Post Scriptum
    Toutes mes excuses à ceux qui attendaient une réponse du type "la range de 3b c'est ça, la range de call c'est ça, une fois sur le flop tu fais ça et ça marche." Dans ce cas précis c'est juste impossible.

    En réaction à ce post je veux bien :




    4h pour rédiger ce post, 5h pour le relire et essayer de le rendre plus clair sans vraiment y parvenir. Tout ça pour que personne ne le lise en entier parce qu'il est beaucoup trop long... Peu de chance que le post sur les 3b contre steal voit le jour.
    [*]des compliments de gens qui ont lu, cela fait toujours plaisir [*]des commentaires/critiques de gens qui jouent essentiellement en nl200+ [*]des questions (mais tout le monde peut répondre) [*]mais surtout ce que je veux c'est si quelqu'un à essayé de modifier son jeu à cause de ce post un récit de comment cela se passe, des mains clés, son expérience quoi.
  4. Like
    personne reacted to soxav in Vos questions à l'ARJEL   
    Peu importe pourquoi. Ils n'en ont pas donc faut arriver à ceux qui en ont. Et ça passe par eux entre autres.
  5. Like
    personne reacted to 2rip9 in Vos questions à l'ARJEL   
    Un grand merci à vous 3 pour tout ce boulot fourni !!  Cela nous redonne un peu d'espoir de voir un meilleur avenir pour notre poker en France.  Un énorme merci en tout cas !!
  6. Like
    personne reacted to QuantumDot in Vos questions à l'ARJEL   
    Bah, en général, un mec qui signe de son pseudo un message posté sur un forum dit rarement des trucs intelligents
     
    QuantumDot
  7. Like
    personne reacted to Skip in Vos questions à l'ARJEL   
    C'est clairement notre volonté. Concrètement Mr Coppolani a dit qu'il était favorable à notre mouvement "qui ne peut être que bénéfique au marché" et qu'il serait prêt à nous épauler, mais la manière n'a pas été définie, même si certains points ont été envisagés, comme expliqué ci-dessous.
    Une première concrétisation s'est malgré tout mise en place, puisque nous a été suggéré d'aller à la rencontre de la sénatrice ayant remplacé le sénateur Trucy, que Mr Coppolani a rencontré et dont il nous donne les coordonnées.
     
    Tu met en avant ici deux points abordés très tôt dans la réunion:1. L'image de l'ARJEL est très mauvaise auprès des joueurs
    2. Le manque de communication est flagrant

    Ces deux points là sont partagés, et pour le coup l'organisation de cette réunion montre que c'est la volonté du président de faire changer les choses. Il nous a dit rencontrer régulièrement les différents législateurs, les opérateurs des autres pays, et quand on lui a dit que l'on était pas au courant a été amené l'idée d'impliquer d'une façon ou d'une autre les communautés dans le process, a minima pour les en informer, avec même l'espoir de travailler conjointement sur certains dossiers.

    Attention il n'est pas question pour nous de se faire le porte-parole de l'ARJEL pour essayer de redorer leur blason, ça n'est clairement pas notre vocation, mais il nous parait important d'adopter un ton neutre visant simplement à retranscrire ce qui a été dit, d'autant plus qu'avec l'affaire Europoker, "l'excès inverse" ne me semble pas imminent
     
    [warning]La réunion à été prévue avant qu'Europoker ne soit en cessation d'activité et donc avant que l'ARJEL ne soit effectivement dans le collimateur de la plupart de la communauté.[/warning]C'est pourquoi notre situation était un peu complexifié puisque notre but était de mettre en place un dialogue sur le long terme avec l'ARJEL. Nous avons donc choisi d'adopter une approche relativement diplomate, puisque nous voulions aborder l'ensemble des points prévus initialement (variantes, cloisonnement et fiscalité) avant de parler d'Europoker qui allait forcément échauder les ébats. 

    Globalement que ce soit lors de la réunion ou dans le cadre de ce CR, l'idée est de rester objectif tout en évitant de braquer l'ARJEL (qui lit le CP) pour être en mesure de construire sur le long terme. Une tâche difficile dans ce contexte...
  8. Like
    personne got a reaction from DreamCatcher in Vos questions à l'ARJEL   
    A la base l'idée du rendez-vous est la suivante : Prendre contact avec un acteur majeur dont les positions ont souvent été assez proches de celles que nous avions défendues avec Skip auprès de Trucy et de Bercy, mais avec lequel nous n'avions quasiment jamais discuté auparavant.
     
    De toute façon ne rêvons pas : ce rendez-vous si c'est le seul ne nous ménera pas loin. Si par contre il s'inscrit dans une démarche long terme il peut être très utile pour mettre en place un canal de communication privilégié entre la communauté et l'ARJEL. L'idée étant plutôt de commencer par là pour ensuite (essayer de) prendre contact avec les législateurs puis Bercy et voir comment faire avancer l'ensemble.
     
    Ok c'est déjà ce qu'on avait fait en 2010/2011 et on n'avait pas obtenu de législation mais la situation a évolué depuis. On verra bien ce que cela donne.
     
    Pour ce qui concerne les thèmes qu'on abordera avec eux lors du RDV et qui peuvent être "conflictuels" j'en vois 2 :
    l'absence de rôle de médiateur de l'ARJEL : en gros quand un joueur rentre en conflit avec une room, la room fait ce qu'elle veut. Le joueur n'a comme recours que de tenter de créer un scandale ou de lancer une procédure au civil. Toutes les autres commissions régulatrices au monde ont des procèdures en place pour arbitrer les conflits joueurs/rooms. Y compris les plus laxistes genre Alderney. C'est une abhération que cela ne rentre pas dans les attributions de l'ARJEL. Bien entendu ils ne peuvent pas décider seul de s'adjuger un tel pouvoir mais j'aimerais avoir leur position sur le sujet même si je me doute que ce sera "Sur le principe ok mais pouyouyou on a pas de moyens pour ça". Une meilleure communication vis-à-vis de la communauté, particulièrement en temps de crise. C'est abhérant que l'ARJEL n'est pas communiqué plus tôt et beaucoup plus clairement sur l'affaire Europoker si effectivement ils ont l'assurance que tous les joueurs seront remboursés.
  9. Like
    personne got a reaction from DreamCatcher in Vos questions à l'ARJEL   
    A la base l'idée du rendez-vous est la suivante : Prendre contact avec un acteur majeur dont les positions ont souvent été assez proches de celles que nous avions défendues avec Skip auprès de Trucy et de Bercy, mais avec lequel nous n'avions quasiment jamais discuté auparavant.
     
    De toute façon ne rêvons pas : ce rendez-vous si c'est le seul ne nous ménera pas loin. Si par contre il s'inscrit dans une démarche long terme il peut être très utile pour mettre en place un canal de communication privilégié entre la communauté et l'ARJEL. L'idée étant plutôt de commencer par là pour ensuite (essayer de) prendre contact avec les législateurs puis Bercy et voir comment faire avancer l'ensemble.
     
    Ok c'est déjà ce qu'on avait fait en 2010/2011 et on n'avait pas obtenu de législation mais la situation a évolué depuis. On verra bien ce que cela donne.
     
    Pour ce qui concerne les thèmes qu'on abordera avec eux lors du RDV et qui peuvent être "conflictuels" j'en vois 2 :
    l'absence de rôle de médiateur de l'ARJEL : en gros quand un joueur rentre en conflit avec une room, la room fait ce qu'elle veut. Le joueur n'a comme recours que de tenter de créer un scandale ou de lancer une procédure au civil. Toutes les autres commissions régulatrices au monde ont des procèdures en place pour arbitrer les conflits joueurs/rooms. Y compris les plus laxistes genre Alderney. C'est une abhération que cela ne rentre pas dans les attributions de l'ARJEL. Bien entendu ils ne peuvent pas décider seul de s'adjuger un tel pouvoir mais j'aimerais avoir leur position sur le sujet même si je me doute que ce sera "Sur le principe ok mais pouyouyou on a pas de moyens pour ça". Une meilleure communication vis-à-vis de la communauté, particulièrement en temps de crise. C'est abhérant que l'ARJEL n'est pas communiqué plus tôt et beaucoup plus clairement sur l'affaire Europoker si effectivement ils ont l'assurance que tous les joueurs seront remboursés.
  10. Like
    personne reacted to Suxxortime in Suite affaire EP.fr; Aucune prise en compte du RakeBack.   
    Bonjour à toutes et à tous,
     
     
     

    Récapitulatif des faits :  
    Suite à l'annonce sur le CP de la fermeture de l'opérateur Europoker, un groupe de joueur, représenté en mon nom, a décidé de procéder à une requête collective à l'attention des parties concernées. L'ARJEL et la société Europoker ont donc reçu la requête précédemment publiées dans le thread « Action des joueurs d'Europoker, suite aux retards, BK en suspend ...etc » le mardi 7 octobre respectivement envoyée par recommandé. Cette requête fait le descriptif des griefs opposés à l'opérateur lors de son activité.
     
    Elle comprenait notamment les demandes suivantes :
     
    1°) Demande d’éclaircissement quant à la santé financière de la société Euro Online Gambling, nouvellement EPMEDIA France.
    2°) Demande d'éclaircissement quant à la décision de réitération de l'agrément suite aux modifications inhérentes au capital de la société susvisée.
    3°) Demande d’éléments explicatifs concernant les garanties dont bénéficient les joueurs à l'égard de l'opérateur Europoker par le biais de la garantie fiduciaire.
    4°-) Communication du nom des parties au contrat de fiducie afin de pouvoir mettre en demeure solidairement l'ensemble des parties dans le cas où cette requête ne prospérerait pas.
    5°-) Demande d’éclaircissement quant au devenir de l'opérateur
     
    Suite à cela, voici ce qui m'a été permis d'obtenir comme informations. L'ensemble des éléments sont précis et véridiques. Ils ne découlent pas d'une suite d'éléments récoltés de manières approximatives. Je vous prie de croire malheureusement dans la réalité des faits qui vont être décrits.
     
     
     

    Situation actuelle et faits nouveaux :  
     
    État du nombre de requérant à la requête collective :
     
    Tout d'abord, vous êtes à l'heure actuelle une centaine de joueurs a m'avoir contacté. Les montants des roll détenues sur le site s'échelonnent entre une centaine d'euros et plusieurs dizaines de milliers d'euros. Pour un capital approchant les 200 000 euros.
     
    Situation financière de l'opérateur:
     
    L'opérateur est en cessation de payement depuis le 26 septembre. La cessation de payement implique que le tribunal de Bobigny décidera prochainement de la liquidation de la société ainsi que de la nomination d'un liquidateur judiciaire. Il n'est pas question pour le moment que l'opérateur soit repris par un opérateur concurrent ou autre.
     
    Situation des comptes transmis aux fiduciaires :
     
    Alors que l'ARJEL dans son communiqué annonçait que l'ensemble des avoirs des joueurs étaient « couvert en cas de défaillance de la société » par la garantie fiduciaire. Je suis en mesure de vous annoncer de manière officielle que ce n'est pas le cas. Je contredis de source officielle, par la voix de l'opérateur, les propos tenus par voie de communiqué de presse par l'autorité de régulation.
     
    A cet égard, les comptes joueurs dont vous pouvez avoir le compte rendu ainsi que la somme numéraire en euros sur le site ne correspondent en rien aux chiffres qui vont être donnés au liquidateur chargé de rembourser individuellement chacun de vous. La somme présente sur le compte joueur correspond aux gains stricto sensu c'est à dire que les gains nets aux tables (+xbb/100 que le joueur gagnant gagne s'il n'est pas BE ou perdant) ainsi que la somme des dépôts qu'il a effectué.
     
    En somme, Europoker créditait des bonus qui n'étaient pas répercutés dans les comptes à l'ARJEL ainsi qu'à la société de fiducie. Dès lors dans le cas de certains comptes ayant été abondés par un unique dépôt et ayant procédé à plusieurs retraits (cas notamment des joueurs gagnants), la réalité des faits est que le compte se trouve être créditeur sur le site EP.fr de plusieurs milliers d'euros mais il est dans les faits, créditeur d'une somme nulle sur le compte du fiduciaire, le titulaire du compte ayant parfois préalablement déjà retiré une somme supérieure à celle correspondant à ses dépôts et ses gains.
     
    Les sommes présentes sur le compte de fiducie sont de l'ordre de 300 000 euros alors que le total des comptes joueurs est de l'ordre plus d'un demi million d'euros (500 000 euros). Cela représente 200 000 euros de bonus/rakeback de différentiel (sans compter les tickets qui ne font pas partie du décompte). Ces 200 000 euros de bonus ne sont donc pas couverts par le fiduciaire (cela comprend uniquement le RB et pas les tickets)
     
    Dans les faits actuels et au regard de l'insolvabilité de la société ainsi que de son dirigeant, si rien ne devait changer, certains joueurs devraient recevoir l'intégralité de ce qui est mentionné sur le compte du joueur (cas des joueurs ayant peu raké et ayant beaucoup déposé dont l'avoir est composé majoritaire des gains et des dépôts). Toutefois, une majorité de joueurs se verront amputé d'une partie de leur capital allant de plus de 10% jusqu'à 40%. 20% des joueurs s'étant joint à la requête collective verront leur versement amputé de plus de 50% de leur Bankroll. Il sera question pour certains regs de ne rien recevoir du tout alors que leur roll est de plusieurs milliers d'euros (parfois 10k+) avec le rakeback de 2 ans de grind à hauteur de 1000e par mois.
     
     

    Position des parties :  
     

    Position et Défense de l'ARJEL :  
    A notre égard :
    L'ARJEL ne souhaite pas communiquer pour le moment. Il serait pourtant appréciable pour l'ensemble des parties ainsi que pour le monde du poker en général qu'elle se manifeste avant que nous soyons obligés de contacter la presse nationale et généraliste, friande de ce genre de faits divers qui abondent dans le sens qu'elle veut donner au poker.
    Dans une industrie française du poker en crise, il semblerait absurde que les pouvoirs publics laissent la situation se dégrader au regard notamment de la manne financière que l'industrie du poker en perte de vitesse représente pour les comptes publics. L'ARJEL a pris contact avec moi après maintes relances notamment à son président par voie directe. J'ai demandé à ce qu'un rendez-vous soit pris urgemment avec le président ou bien un membre du collège de l'autorité. J'ai reçu un message me proposant un entretien le 22 octobre 2014. Toutefois avec votre aval, je compte demander à ce que ce rendez vous, se fasse en amont au regard de la gravité de la situation. Je pense qu'il est préférable d'avoir leur position avant que le liquidateur ne soit nommé afin notamment qu'il ne soit pas question de discuter de manière individuelle sur certains comptes mais bien de trouver une sortie de crise globale. N'ayant pas encore prêté serment pour le moment, je serai dans tous les cas accompagné d'un avocat inscrit à l'ordre et d'un membre choisi parmi les requérants pour permettre la plus grande des transparences.
     
     
    A l'égard de l'opérateur :
    Pour faire synthétique, l'ARJEL demande à l'opérateur de trouve une solution de crise. Bien entendu l'opérateur n'ayant aucunement les moyens de payer les sommes dues. L'ARJEL semble vouloir au maximum se dédouaner de toute responsabilité rejetant l'intégralité des griefs à l'encontre de l'opérateur.
     
     

    Position et défense de l'opérateur notamment concernant le RB (ou bonus de jeu) : :  
     
    L'opérateur admet que la situation est dramatique pour certains joueurs, préjudiciable pour d'autres. L'opérateur admet que les bonus n'étaient pas crédités sur les comptes de la fiducie. L'opérateur admet que l'ARJEL a d'ores et déjà la totalité des comptes joueurs cette fois-ci dans les mains. Dans les faits, les joueurs jouaient avec des fonds qui selon son interprétation pouvaient s'assimiler à des fonds fictifs ou bien à des prêts de la room. Toutefois, on voit mal l'intérêt pour le Rakeur pro d'accumuler des jetons en euros qui n'ont aucune valeur et ne peuvent pas faire l'objet d'un retrait.
    La défense est de considérer que les bonus et autres rakeback assimilés ne sont que des bonus de jeu interdits par les termes et conditions d'Ongame. Dans ce cadre, cela serait gracieusement (et bien entendu afin de dynamiser le réseau) que l'opérateur aurait accepté de procéder à des gestes « commerciaux ». Le dirigeant se rendant compte qu'il ne pouvait pas du point de vue budgétaire et financière tenir l'équilibre, il aurait tout coupé au mois d’août.
    En somme, le rakeback des joueurs (de l'ordre de 20%), les commissions des affiliateurs (plus de 10% sur le rake de chaque joueurs dans certains cas) contribuait à ce que l'opérateur ne pouvait pas être rentable en comptant la taxe ARJEL ainsi que les frais de fonctionnement. La migration de BWIN ayant réduit à néant l'activité sur le réseau ONGAME, EP.FR étant en permanence en flux tendu avec des retards de trésorerie, ne pouvait plus faire face au différentiel des rakebacks crédités sur les comptes face aux retraits qui étaient effectués par les joueurs.
     
     
    Concernant notre défense sur le RB et son assimilation à un bonus de jeu:
     
    J'ai explicitement indiqué à l'opérateur que cette position n'était pas tenable pour lui de manière juridique mais aussi elle n'aurait que pour effet d’accroître l'incompréhension des joueurs.
     
    Concernant le bonus et son assimilation à un prêt ou bien à de l'argent jouable mais non disponible, il convient de préciser le Rakeback était une somme qui était mélangée avec le capital du joueur sans que celui-ci puisse faire la différence entre son dépôt, son gain et le RB/bonus.
    Il ne s'agissait pas d'un simple ticket non échangeable contre une somme liquide. Il ne s'agissait pas non plus d'un bonus déblocable (donc non immédiatement exigible) après « x » montant de Rake. Ce montant était versé chaque début de mois par l'opérateur après analyse du rake généré par l'individu le mois précédent, et ce sur le compte du joueur en fonction de son deal avec l'affiliateur qui prenait une commission non négligeable pour l'économie de la room.
    Le raisonnement ne tient pas non plus, car certains joueurs ayant pu cashout leur roll il y a quelques mois, on pu bien entendu procéder au virement complet de la somme présent sur le compte joueur alors même que ledit compte comprenait un % parfois non négligeable de Rakeback. Ce n'est qu'à partir du mois d’août, alors que l'opérateur était en crise, que certains virements ont été annulé unilatéralement ou bien que les retraits ont été que partiellement remboursé.
     
    Par ailleurs, on peut conclure que l'engagement entre l'affiliateur et l'opérateur pour le compte du joueur s'apparente à un mécanisme contractuel tacite. Que la valeur contractuelle notamment de cet engagement est vérifiée par le début d’exécution de l'opérateur dès lors qu'il a procédé au premier virement du rackback intitulé « playerreturn ». Ce contrat se supplée entièrement aux conditions et termes généraux d'utilisation du réseau retranscrite par l'opérateur dans ses conditions générales. Ceux-ci ne peuvent par ailleurs avoir de valeurs contractuelles alors même que l'opérateur les a personnellement contredit du fait de sa pratique personnelle.
     
     
     

    Faits reprochés et suite de l'action :  
    Griefs
    1°) Négligence des dirigeants ayant validées les deals sans visibilité financière. 
    2°) Absence de gestion pérenne des comptes de la société et fonctionnement approximatif.
    3°) Absence de transmission de la totalité des comptes à l'ARJEL.
    4°) Absence d'un réel contrôle opéré par l'ARJEL. Défaillance du mécanisme qui ne vérifiait pas la réelle substance des comptes joueurs.
    5°) Manque de transparence concernant les raisons financières de la cessation de payement. 
     
    Suite de l'action collective et sa judiciarisation :
     
    Mercredi prochain : jugement décidant la liquidation judiciaire, puis nomination d'un liquidateur. Publicité de l'audience et par conséquent présence possible.
     
    Mise en jeu de la responsabilité judiciaire des parties :
    En attente d'une entrevue avec l'ARJEL, il pourra être question d'une mise en jeu de la responsabilité administrative de la personne morale de droit public devant le tribunal administratif compétent, caractérisée par le défaut de surveillance et de contrôle.
    Prise de contact et actions collectives ou individuelles auprès du liquidateur prochainement désigné.
     
    Action annexe au dossier :
    Si le dossier ne prospérait pas auprès de l'ARJEL, communiqué de presse à la presse nationale généraliste. Demande publique de prise de responsabilité suite à la défaillance des acteurs publics.
    Prise de rendez-vous avec l’exécutif sur la problématique plus générale de la régulation du marché du poker en France (facilité car ayant deux ou trois contacts au sein des cabinets ministériels, Premier ministre et Bercy)
    Insister auprès du législateur, nécessaire refonte de l'ARJEL, moyens plus importants afin d'effectuer un véritable contrôle et création d'un fond spécifique destiné à indemniser les incidents comme celui relatif à l'affaire Europoker.FR
     
    Je me tiens à votre disposition à l'adresse :
     
    action.europoker@gmail.com
     
     
    Cordialement,
     
     
    Pierre.
  11. Like
    personne got a reaction from Holalahola in Vos questions à l'ARJEL   
    Et bien essentiellement parce qu'on n'a pas forcément la même position qu'eux. Et puis aussi parce que plus il y a de monde autour d'une table, moins on se comprend.
     
    Par exemple je n'ai pas forcément envie d'avoir 3 représentants de room à la table lorsqu'on abordera le thème de l'ARJEL devrait avoir une mission de médiation associé à une capacité de sanction vis-à-vis des opéarateurs... Pas parce que j'ai peur de leurs arguments mais juste parce que c'est le meilleur moyen de perdre 2h sur un sujet qui ne nécessite que 10 minutes.
  12. Like
    personne got a reaction from SuperCaddy in Vos questions à l'ARJEL   
    Oui et non, l'association avait bien été créée en 2010 avec Skip comme président et moi vice-président. Le problème c'est que s'occuper réellement d'une association prend un temps fou. On n'a pas eu le temps. J'ai eu des véléités de la relancer en 2012 (je crois) mais je n'ai pas vraiment pu donner suite. Paradoxalement je pense que le problème d'une telle association est que si elle ne comporte que des "pro" dans son bureau elle est condamnée : Un pro cela subit des bad runs, moi le premier, et dans ce cas là tout passe à la trappe. Il faut des gens stables pour s'en occuper. Ayant un revenu fixe, le temps et la passion nécessaire tout en connaissant bien le sujet. Je ne rentre pas vraiment dans cette catégorie comme n'importe quel "pro" du poker. Et il en faut plusieurs. Mais si il y a des volontaires qu'ils se fassent connaître on est tout prêt à les aider !
     
    Ce coup-ci c'est Iannis qui a initié le mouvement, et comme on est 2 vieux fous avec Skip on lui file un coup de main en se servant de l'AFJPO comme argument de légitimité vis à vis de l'ARJEL. Je sais que Laurent (Webmaster) et Iannis serait ravis de voir émerger une vraie association de joueurs. A mon avis c'est pareil pour les rooms, au moins PS/Wina. Et je ne serais pas surpris que les législateurs et l'ARJEL voient aussi cela d'un bon oeil. Bref avoir une association qui se crée arrangerait à mon avis tout le monde. Surtout si elle représente un grand nombre de joueurs. Sauf que rien de tel n'existe. Et sur ce coup c'est nous joueurs, en tant que communauté, qui sommes fautifs.
  13. Like
    personne got a reaction from SuperCaddy in Vos questions à l'ARJEL   
    Oui et non, l'association avait bien été créée en 2010 avec Skip comme président et moi vice-président. Le problème c'est que s'occuper réellement d'une association prend un temps fou. On n'a pas eu le temps. J'ai eu des véléités de la relancer en 2012 (je crois) mais je n'ai pas vraiment pu donner suite. Paradoxalement je pense que le problème d'une telle association est que si elle ne comporte que des "pro" dans son bureau elle est condamnée : Un pro cela subit des bad runs, moi le premier, et dans ce cas là tout passe à la trappe. Il faut des gens stables pour s'en occuper. Ayant un revenu fixe, le temps et la passion nécessaire tout en connaissant bien le sujet. Je ne rentre pas vraiment dans cette catégorie comme n'importe quel "pro" du poker. Et il en faut plusieurs. Mais si il y a des volontaires qu'ils se fassent connaître on est tout prêt à les aider !
     
    Ce coup-ci c'est Iannis qui a initié le mouvement, et comme on est 2 vieux fous avec Skip on lui file un coup de main en se servant de l'AFJPO comme argument de légitimité vis à vis de l'ARJEL. Je sais que Laurent (Webmaster) et Iannis serait ravis de voir émerger une vraie association de joueurs. A mon avis c'est pareil pour les rooms, au moins PS/Wina. Et je ne serais pas surpris que les législateurs et l'ARJEL voient aussi cela d'un bon oeil. Bref avoir une association qui se crée arrangerait à mon avis tout le monde. Surtout si elle représente un grand nombre de joueurs. Sauf que rien de tel n'existe. Et sur ce coup c'est nous joueurs, en tant que communauté, qui sommes fautifs.
  14. Like
    personne got a reaction from SuperCaddy in Vos questions à l'ARJEL   
    Oui et non, l'association avait bien été créée en 2010 avec Skip comme président et moi vice-président. Le problème c'est que s'occuper réellement d'une association prend un temps fou. On n'a pas eu le temps. J'ai eu des véléités de la relancer en 2012 (je crois) mais je n'ai pas vraiment pu donner suite. Paradoxalement je pense que le problème d'une telle association est que si elle ne comporte que des "pro" dans son bureau elle est condamnée : Un pro cela subit des bad runs, moi le premier, et dans ce cas là tout passe à la trappe. Il faut des gens stables pour s'en occuper. Ayant un revenu fixe, le temps et la passion nécessaire tout en connaissant bien le sujet. Je ne rentre pas vraiment dans cette catégorie comme n'importe quel "pro" du poker. Et il en faut plusieurs. Mais si il y a des volontaires qu'ils se fassent connaître on est tout prêt à les aider !
     
    Ce coup-ci c'est Iannis qui a initié le mouvement, et comme on est 2 vieux fous avec Skip on lui file un coup de main en se servant de l'AFJPO comme argument de légitimité vis à vis de l'ARJEL. Je sais que Laurent (Webmaster) et Iannis serait ravis de voir émerger une vraie association de joueurs. A mon avis c'est pareil pour les rooms, au moins PS/Wina. Et je ne serais pas surpris que les législateurs et l'ARJEL voient aussi cela d'un bon oeil. Bref avoir une association qui se crée arrangerait à mon avis tout le monde. Surtout si elle représente un grand nombre de joueurs. Sauf que rien de tel n'existe. Et sur ce coup c'est nous joueurs, en tant que communauté, qui sommes fautifs.
  15. Like
    personne got a reaction from SuperCaddy in Vos questions à l'ARJEL   
    Oui et non, l'association avait bien été créée en 2010 avec Skip comme président et moi vice-président. Le problème c'est que s'occuper réellement d'une association prend un temps fou. On n'a pas eu le temps. J'ai eu des véléités de la relancer en 2012 (je crois) mais je n'ai pas vraiment pu donner suite. Paradoxalement je pense que le problème d'une telle association est que si elle ne comporte que des "pro" dans son bureau elle est condamnée : Un pro cela subit des bad runs, moi le premier, et dans ce cas là tout passe à la trappe. Il faut des gens stables pour s'en occuper. Ayant un revenu fixe, le temps et la passion nécessaire tout en connaissant bien le sujet. Je ne rentre pas vraiment dans cette catégorie comme n'importe quel "pro" du poker. Et il en faut plusieurs. Mais si il y a des volontaires qu'ils se fassent connaître on est tout prêt à les aider !
     
    Ce coup-ci c'est Iannis qui a initié le mouvement, et comme on est 2 vieux fous avec Skip on lui file un coup de main en se servant de l'AFJPO comme argument de légitimité vis à vis de l'ARJEL. Je sais que Laurent (Webmaster) et Iannis serait ravis de voir émerger une vraie association de joueurs. A mon avis c'est pareil pour les rooms, au moins PS/Wina. Et je ne serais pas surpris que les législateurs et l'ARJEL voient aussi cela d'un bon oeil. Bref avoir une association qui se crée arrangerait à mon avis tout le monde. Surtout si elle représente un grand nombre de joueurs. Sauf que rien de tel n'existe. Et sur ce coup c'est nous joueurs, en tant que communauté, qui sommes fautifs.
  16. Like
    personne got a reaction from DreamCatcher in Vos questions à l'ARJEL   
    A la base l'idée du rendez-vous est la suivante : Prendre contact avec un acteur majeur dont les positions ont souvent été assez proches de celles que nous avions défendues avec Skip auprès de Trucy et de Bercy, mais avec lequel nous n'avions quasiment jamais discuté auparavant.
     
    De toute façon ne rêvons pas : ce rendez-vous si c'est le seul ne nous ménera pas loin. Si par contre il s'inscrit dans une démarche long terme il peut être très utile pour mettre en place un canal de communication privilégié entre la communauté et l'ARJEL. L'idée étant plutôt de commencer par là pour ensuite (essayer de) prendre contact avec les législateurs puis Bercy et voir comment faire avancer l'ensemble.
     
    Ok c'est déjà ce qu'on avait fait en 2010/2011 et on n'avait pas obtenu de législation mais la situation a évolué depuis. On verra bien ce que cela donne.
     
    Pour ce qui concerne les thèmes qu'on abordera avec eux lors du RDV et qui peuvent être "conflictuels" j'en vois 2 :
    l'absence de rôle de médiateur de l'ARJEL : en gros quand un joueur rentre en conflit avec une room, la room fait ce qu'elle veut. Le joueur n'a comme recours que de tenter de créer un scandale ou de lancer une procédure au civil. Toutes les autres commissions régulatrices au monde ont des procèdures en place pour arbitrer les conflits joueurs/rooms. Y compris les plus laxistes genre Alderney. C'est une abhération que cela ne rentre pas dans les attributions de l'ARJEL. Bien entendu ils ne peuvent pas décider seul de s'adjuger un tel pouvoir mais j'aimerais avoir leur position sur le sujet même si je me doute que ce sera "Sur le principe ok mais pouyouyou on a pas de moyens pour ça". Une meilleure communication vis-à-vis de la communauté, particulièrement en temps de crise. C'est abhérant que l'ARJEL n'est pas communiqué plus tôt et beaucoup plus clairement sur l'affaire Europoker si effectivement ils ont l'assurance que tous les joueurs seront remboursés.
  17. Like
    personne got a reaction from SuperCaddy in Vos questions à l'ARJEL   
    Oui et non, l'association avait bien été créée en 2010 avec Skip comme président et moi vice-président. Le problème c'est que s'occuper réellement d'une association prend un temps fou. On n'a pas eu le temps. J'ai eu des véléités de la relancer en 2012 (je crois) mais je n'ai pas vraiment pu donner suite. Paradoxalement je pense que le problème d'une telle association est que si elle ne comporte que des "pro" dans son bureau elle est condamnée : Un pro cela subit des bad runs, moi le premier, et dans ce cas là tout passe à la trappe. Il faut des gens stables pour s'en occuper. Ayant un revenu fixe, le temps et la passion nécessaire tout en connaissant bien le sujet. Je ne rentre pas vraiment dans cette catégorie comme n'importe quel "pro" du poker. Et il en faut plusieurs. Mais si il y a des volontaires qu'ils se fassent connaître on est tout prêt à les aider !
     
    Ce coup-ci c'est Iannis qui a initié le mouvement, et comme on est 2 vieux fous avec Skip on lui file un coup de main en se servant de l'AFJPO comme argument de légitimité vis à vis de l'ARJEL. Je sais que Laurent (Webmaster) et Iannis serait ravis de voir émerger une vraie association de joueurs. A mon avis c'est pareil pour les rooms, au moins PS/Wina. Et je ne serais pas surpris que les législateurs et l'ARJEL voient aussi cela d'un bon oeil. Bref avoir une association qui se crée arrangerait à mon avis tout le monde. Surtout si elle représente un grand nombre de joueurs. Sauf que rien de tel n'existe. Et sur ce coup c'est nous joueurs, en tant que communauté, qui sommes fautifs.
  18. Like
    personne got a reaction from SuperCaddy in Vos questions à l'ARJEL   
    Oui et non, l'association avait bien été créée en 2010 avec Skip comme président et moi vice-président. Le problème c'est que s'occuper réellement d'une association prend un temps fou. On n'a pas eu le temps. J'ai eu des véléités de la relancer en 2012 (je crois) mais je n'ai pas vraiment pu donner suite. Paradoxalement je pense que le problème d'une telle association est que si elle ne comporte que des "pro" dans son bureau elle est condamnée : Un pro cela subit des bad runs, moi le premier, et dans ce cas là tout passe à la trappe. Il faut des gens stables pour s'en occuper. Ayant un revenu fixe, le temps et la passion nécessaire tout en connaissant bien le sujet. Je ne rentre pas vraiment dans cette catégorie comme n'importe quel "pro" du poker. Et il en faut plusieurs. Mais si il y a des volontaires qu'ils se fassent connaître on est tout prêt à les aider !
     
    Ce coup-ci c'est Iannis qui a initié le mouvement, et comme on est 2 vieux fous avec Skip on lui file un coup de main en se servant de l'AFJPO comme argument de légitimité vis à vis de l'ARJEL. Je sais que Laurent (Webmaster) et Iannis serait ravis de voir émerger une vraie association de joueurs. A mon avis c'est pareil pour les rooms, au moins PS/Wina. Et je ne serais pas surpris que les législateurs et l'ARJEL voient aussi cela d'un bon oeil. Bref avoir une association qui se crée arrangerait à mon avis tout le monde. Surtout si elle représente un grand nombre de joueurs. Sauf que rien de tel n'existe. Et sur ce coup c'est nous joueurs, en tant que communauté, qui sommes fautifs.
  19. Like
    personne got a reaction from SuperCaddy in Vos questions à l'ARJEL   
    Oui et non, l'association avait bien été créée en 2010 avec Skip comme président et moi vice-président. Le problème c'est que s'occuper réellement d'une association prend un temps fou. On n'a pas eu le temps. J'ai eu des véléités de la relancer en 2012 (je crois) mais je n'ai pas vraiment pu donner suite. Paradoxalement je pense que le problème d'une telle association est que si elle ne comporte que des "pro" dans son bureau elle est condamnée : Un pro cela subit des bad runs, moi le premier, et dans ce cas là tout passe à la trappe. Il faut des gens stables pour s'en occuper. Ayant un revenu fixe, le temps et la passion nécessaire tout en connaissant bien le sujet. Je ne rentre pas vraiment dans cette catégorie comme n'importe quel "pro" du poker. Et il en faut plusieurs. Mais si il y a des volontaires qu'ils se fassent connaître on est tout prêt à les aider !
     
    Ce coup-ci c'est Iannis qui a initié le mouvement, et comme on est 2 vieux fous avec Skip on lui file un coup de main en se servant de l'AFJPO comme argument de légitimité vis à vis de l'ARJEL. Je sais que Laurent (Webmaster) et Iannis serait ravis de voir émerger une vraie association de joueurs. A mon avis c'est pareil pour les rooms, au moins PS/Wina. Et je ne serais pas surpris que les législateurs et l'ARJEL voient aussi cela d'un bon oeil. Bref avoir une association qui se crée arrangerait à mon avis tout le monde. Surtout si elle représente un grand nombre de joueurs. Sauf que rien de tel n'existe. Et sur ce coup c'est nous joueurs, en tant que communauté, qui sommes fautifs.
  20. Like
    personne got a reaction from SuperCaddy in Vos questions à l'ARJEL   
    Oui et non, l'association avait bien été créée en 2010 avec Skip comme président et moi vice-président. Le problème c'est que s'occuper réellement d'une association prend un temps fou. On n'a pas eu le temps. J'ai eu des véléités de la relancer en 2012 (je crois) mais je n'ai pas vraiment pu donner suite. Paradoxalement je pense que le problème d'une telle association est que si elle ne comporte que des "pro" dans son bureau elle est condamnée : Un pro cela subit des bad runs, moi le premier, et dans ce cas là tout passe à la trappe. Il faut des gens stables pour s'en occuper. Ayant un revenu fixe, le temps et la passion nécessaire tout en connaissant bien le sujet. Je ne rentre pas vraiment dans cette catégorie comme n'importe quel "pro" du poker. Et il en faut plusieurs. Mais si il y a des volontaires qu'ils se fassent connaître on est tout prêt à les aider !
     
    Ce coup-ci c'est Iannis qui a initié le mouvement, et comme on est 2 vieux fous avec Skip on lui file un coup de main en se servant de l'AFJPO comme argument de légitimité vis à vis de l'ARJEL. Je sais que Laurent (Webmaster) et Iannis serait ravis de voir émerger une vraie association de joueurs. A mon avis c'est pareil pour les rooms, au moins PS/Wina. Et je ne serais pas surpris que les législateurs et l'ARJEL voient aussi cela d'un bon oeil. Bref avoir une association qui se crée arrangerait à mon avis tout le monde. Surtout si elle représente un grand nombre de joueurs. Sauf que rien de tel n'existe. Et sur ce coup c'est nous joueurs, en tant que communauté, qui sommes fautifs.
  21. Like
    personne got a reaction from DreamCatcher in Vos questions à l'ARJEL   
    A la base l'idée du rendez-vous est la suivante : Prendre contact avec un acteur majeur dont les positions ont souvent été assez proches de celles que nous avions défendues avec Skip auprès de Trucy et de Bercy, mais avec lequel nous n'avions quasiment jamais discuté auparavant.
     
    De toute façon ne rêvons pas : ce rendez-vous si c'est le seul ne nous ménera pas loin. Si par contre il s'inscrit dans une démarche long terme il peut être très utile pour mettre en place un canal de communication privilégié entre la communauté et l'ARJEL. L'idée étant plutôt de commencer par là pour ensuite (essayer de) prendre contact avec les législateurs puis Bercy et voir comment faire avancer l'ensemble.
     
    Ok c'est déjà ce qu'on avait fait en 2010/2011 et on n'avait pas obtenu de législation mais la situation a évolué depuis. On verra bien ce que cela donne.
     
    Pour ce qui concerne les thèmes qu'on abordera avec eux lors du RDV et qui peuvent être "conflictuels" j'en vois 2 :
    l'absence de rôle de médiateur de l'ARJEL : en gros quand un joueur rentre en conflit avec une room, la room fait ce qu'elle veut. Le joueur n'a comme recours que de tenter de créer un scandale ou de lancer une procédure au civil. Toutes les autres commissions régulatrices au monde ont des procèdures en place pour arbitrer les conflits joueurs/rooms. Y compris les plus laxistes genre Alderney. C'est une abhération que cela ne rentre pas dans les attributions de l'ARJEL. Bien entendu ils ne peuvent pas décider seul de s'adjuger un tel pouvoir mais j'aimerais avoir leur position sur le sujet même si je me doute que ce sera "Sur le principe ok mais pouyouyou on a pas de moyens pour ça". Une meilleure communication vis-à-vis de la communauté, particulièrement en temps de crise. C'est abhérant que l'ARJEL n'est pas communiqué plus tôt et beaucoup plus clairement sur l'affaire Europoker si effectivement ils ont l'assurance que tous les joueurs seront remboursés.
  22. Like
    personne got a reaction from DreamCatcher in Vos questions à l'ARJEL   
    A la base l'idée du rendez-vous est la suivante : Prendre contact avec un acteur majeur dont les positions ont souvent été assez proches de celles que nous avions défendues avec Skip auprès de Trucy et de Bercy, mais avec lequel nous n'avions quasiment jamais discuté auparavant.
     
    De toute façon ne rêvons pas : ce rendez-vous si c'est le seul ne nous ménera pas loin. Si par contre il s'inscrit dans une démarche long terme il peut être très utile pour mettre en place un canal de communication privilégié entre la communauté et l'ARJEL. L'idée étant plutôt de commencer par là pour ensuite (essayer de) prendre contact avec les législateurs puis Bercy et voir comment faire avancer l'ensemble.
     
    Ok c'est déjà ce qu'on avait fait en 2010/2011 et on n'avait pas obtenu de législation mais la situation a évolué depuis. On verra bien ce que cela donne.
     
    Pour ce qui concerne les thèmes qu'on abordera avec eux lors du RDV et qui peuvent être "conflictuels" j'en vois 2 :
    l'absence de rôle de médiateur de l'ARJEL : en gros quand un joueur rentre en conflit avec une room, la room fait ce qu'elle veut. Le joueur n'a comme recours que de tenter de créer un scandale ou de lancer une procédure au civil. Toutes les autres commissions régulatrices au monde ont des procèdures en place pour arbitrer les conflits joueurs/rooms. Y compris les plus laxistes genre Alderney. C'est une abhération que cela ne rentre pas dans les attributions de l'ARJEL. Bien entendu ils ne peuvent pas décider seul de s'adjuger un tel pouvoir mais j'aimerais avoir leur position sur le sujet même si je me doute que ce sera "Sur le principe ok mais pouyouyou on a pas de moyens pour ça". Une meilleure communication vis-à-vis de la communauté, particulièrement en temps de crise. C'est abhérant que l'ARJEL n'est pas communiqué plus tôt et beaucoup plus clairement sur l'affaire Europoker si effectivement ils ont l'assurance que tous les joueurs seront remboursés.
  23. Like
    personne got a reaction from DreamCatcher in Vos questions à l'ARJEL   
    A la base l'idée du rendez-vous est la suivante : Prendre contact avec un acteur majeur dont les positions ont souvent été assez proches de celles que nous avions défendues avec Skip auprès de Trucy et de Bercy, mais avec lequel nous n'avions quasiment jamais discuté auparavant.
     
    De toute façon ne rêvons pas : ce rendez-vous si c'est le seul ne nous ménera pas loin. Si par contre il s'inscrit dans une démarche long terme il peut être très utile pour mettre en place un canal de communication privilégié entre la communauté et l'ARJEL. L'idée étant plutôt de commencer par là pour ensuite (essayer de) prendre contact avec les législateurs puis Bercy et voir comment faire avancer l'ensemble.
     
    Ok c'est déjà ce qu'on avait fait en 2010/2011 et on n'avait pas obtenu de législation mais la situation a évolué depuis. On verra bien ce que cela donne.
     
    Pour ce qui concerne les thèmes qu'on abordera avec eux lors du RDV et qui peuvent être "conflictuels" j'en vois 2 :
    l'absence de rôle de médiateur de l'ARJEL : en gros quand un joueur rentre en conflit avec une room, la room fait ce qu'elle veut. Le joueur n'a comme recours que de tenter de créer un scandale ou de lancer une procédure au civil. Toutes les autres commissions régulatrices au monde ont des procèdures en place pour arbitrer les conflits joueurs/rooms. Y compris les plus laxistes genre Alderney. C'est une abhération que cela ne rentre pas dans les attributions de l'ARJEL. Bien entendu ils ne peuvent pas décider seul de s'adjuger un tel pouvoir mais j'aimerais avoir leur position sur le sujet même si je me doute que ce sera "Sur le principe ok mais pouyouyou on a pas de moyens pour ça". Une meilleure communication vis-à-vis de la communauté, particulièrement en temps de crise. C'est abhérant que l'ARJEL n'est pas communiqué plus tôt et beaucoup plus clairement sur l'affaire Europoker si effectivement ils ont l'assurance que tous les joueurs seront remboursés.
  24. Like
    personne got a reaction from DreamCatcher in Vos questions à l'ARJEL   
    A la base l'idée du rendez-vous est la suivante : Prendre contact avec un acteur majeur dont les positions ont souvent été assez proches de celles que nous avions défendues avec Skip auprès de Trucy et de Bercy, mais avec lequel nous n'avions quasiment jamais discuté auparavant.
     
    De toute façon ne rêvons pas : ce rendez-vous si c'est le seul ne nous ménera pas loin. Si par contre il s'inscrit dans une démarche long terme il peut être très utile pour mettre en place un canal de communication privilégié entre la communauté et l'ARJEL. L'idée étant plutôt de commencer par là pour ensuite (essayer de) prendre contact avec les législateurs puis Bercy et voir comment faire avancer l'ensemble.
     
    Ok c'est déjà ce qu'on avait fait en 2010/2011 et on n'avait pas obtenu de législation mais la situation a évolué depuis. On verra bien ce que cela donne.
     
    Pour ce qui concerne les thèmes qu'on abordera avec eux lors du RDV et qui peuvent être "conflictuels" j'en vois 2 :
    l'absence de rôle de médiateur de l'ARJEL : en gros quand un joueur rentre en conflit avec une room, la room fait ce qu'elle veut. Le joueur n'a comme recours que de tenter de créer un scandale ou de lancer une procédure au civil. Toutes les autres commissions régulatrices au monde ont des procèdures en place pour arbitrer les conflits joueurs/rooms. Y compris les plus laxistes genre Alderney. C'est une abhération que cela ne rentre pas dans les attributions de l'ARJEL. Bien entendu ils ne peuvent pas décider seul de s'adjuger un tel pouvoir mais j'aimerais avoir leur position sur le sujet même si je me doute que ce sera "Sur le principe ok mais pouyouyou on a pas de moyens pour ça". Une meilleure communication vis-à-vis de la communauté, particulièrement en temps de crise. C'est abhérant que l'ARJEL n'est pas communiqué plus tôt et beaucoup plus clairement sur l'affaire Europoker si effectivement ils ont l'assurance que tous les joueurs seront remboursés.
  25. Like
    personne got a reaction from DreamCatcher in Vos questions à l'ARJEL   
    A la base l'idée du rendez-vous est la suivante : Prendre contact avec un acteur majeur dont les positions ont souvent été assez proches de celles que nous avions défendues avec Skip auprès de Trucy et de Bercy, mais avec lequel nous n'avions quasiment jamais discuté auparavant.
     
    De toute façon ne rêvons pas : ce rendez-vous si c'est le seul ne nous ménera pas loin. Si par contre il s'inscrit dans une démarche long terme il peut être très utile pour mettre en place un canal de communication privilégié entre la communauté et l'ARJEL. L'idée étant plutôt de commencer par là pour ensuite (essayer de) prendre contact avec les législateurs puis Bercy et voir comment faire avancer l'ensemble.
     
    Ok c'est déjà ce qu'on avait fait en 2010/2011 et on n'avait pas obtenu de législation mais la situation a évolué depuis. On verra bien ce que cela donne.
     
    Pour ce qui concerne les thèmes qu'on abordera avec eux lors du RDV et qui peuvent être "conflictuels" j'en vois 2 :
    l'absence de rôle de médiateur de l'ARJEL : en gros quand un joueur rentre en conflit avec une room, la room fait ce qu'elle veut. Le joueur n'a comme recours que de tenter de créer un scandale ou de lancer une procédure au civil. Toutes les autres commissions régulatrices au monde ont des procèdures en place pour arbitrer les conflits joueurs/rooms. Y compris les plus laxistes genre Alderney. C'est une abhération que cela ne rentre pas dans les attributions de l'ARJEL. Bien entendu ils ne peuvent pas décider seul de s'adjuger un tel pouvoir mais j'aimerais avoir leur position sur le sujet même si je me doute que ce sera "Sur le principe ok mais pouyouyou on a pas de moyens pour ça". Une meilleure communication vis-à-vis de la communauté, particulièrement en temps de crise. C'est abhérant que l'ARJEL n'est pas communiqué plus tôt et beaucoup plus clairement sur l'affaire Europoker si effectivement ils ont l'assurance que tous les joueurs seront remboursés.
English
Retour en haut de page
×