Jump to content
Status Updates

jUz@m

CPiste
  • Content count

    823
  • Joined

  • Last visited


Je les aime

Je ne les aime pas trop


Ils m'aiment

Ils ne m'aiment pas trop

Reputation Activity

  1. Like
    jUz@m got a reaction from travis2911 in [Livre] Joueur-Né - Stu Ungar, le plus grand joueur de poker du monde   

    +1
    Ce film aurait mérité un meilleur budget

    Il reste sympa à voir (je kiffe le moment où il soul-read Leo le Jap' et lui annonce toute sa main de gin-rummy carte par carte)
  2. Like
    jUz@m got a reaction from LuckyV in [article] Stratégie en MTT   
    Voici un topic que j'ai créé initialement sur WAM

    J'ai pensé que ça pouvait être intéressant de le copier-coller ici pour avoir l'avis des CPistes (et c'est surtout que je suis nouveau sur CP et que je ne sais pas trop encore quoi poster, lol)


    1/ Le début de tournoi
    Vision old-school : Avant le tournoi était vu comme un jeu de survie
    Tom McEvoy qui a écrit une référence du poker de tournoi préconisait un jeu extrêmement solide, et la vision est de survivre assez longtemps entre 2 monstres et espérer les rentabiliser
    Même pas de concept de M, à l'époque on pouvait mourir sous les blinds en attendant un KK ou un AA (et oui, AK et QQ c'était des mains très marginales à l'époque)
    Puis Harrington est arrivé avec son M qu'il a récupéré de Magriel
    Et montré qu'il faut voler les blinds quand le tapis devient moins profond, et préconise un jeu + agressif
    Cependant ça reste assez conservateur

    Nouvelle vision : Maintenant au début d'un tournoi il ne faut plus survivre en jouant très tight, mais monter beaucoup de jetons
    On n'essaie plus de jouer son tournoi sur les coin flips de milieu/fin de tournoi mais de s'assurer un tapis suffisamment confortable pour ne pas être en danger sur chaque coin flip (ou risque de badbeat en all-in préflop)
    Ici il y a plusieurs approches :
    - le jeu LAG smallball : le joueur LAG smallball cherche à entrer dans un maximum de petits pots préflop, et, grâce à une bonne lecture du jeu, à la fois rentabiliser ses mains et récupérer bcp de petits pots en vol, il évite au maximum de faire grossir la taille du pot et cherche à prendre beaucoup de petits pots
    s'il joue un gros pot il a généralement les nuts
    on y joue à peu près comme en cash game, en respectant la règle de 5 et 10 et de 3 et 6 pour les mains à potentiel, auxquelles on ajoute bien évidemment les monstres (qu'on va jouer exactement pareil), et quelques bluffs pour les + agressifs (VPIP de 30 pour les + sages jusqu'à 70 pour les pros style Negreanu), tout en conservant la maxime du potcontrol : "pas de gros pot sans une grosse main"
    avantages :
    . permet au joueur skillé de monter des jetons régulièrement, sans se mettre jamais en danger
    . donner une image de maniaque
    . permet de déstacker des AA ou des KK sur (ou sous-) joués
    inconvénients
    . demande une très bonne lecture du jeu, surtout postflop
    . peut se faire contrecarrer par des relances à tapis
    . nécessite obligatoirement une configuration deepstack

    Exemples chez les grands champions : Negreanu est le plus flagrant, Eric Lindgren

    - le jeu TAG : l'autre option, lorsqu'on n'est pas super skillé pour jouer postflop avec beaucoup de mains marginales, est de jouer très serré pour se forger une image extrêmement solide
    mais une fois cette image envoyée aux autres joueurs, elle permet d'avoir un énorme crédit dans les bluffs, en tout cas dans un premier temps
    le coup utilisé pour monter beaucoup de jetons est souvent un gros bluff exploitant à fond cette image de serrure
    avantages :
    . plus facile à jouer
    . plus adapté aux tournois ne commençant pas avec un énorme M
    . ne se met pas non plus trop en danger (mais un peu + quand même, il va en fait se mettre en danger dans les coups qu'il joue, mais comme il joue rarement, il se met rarement en danger)
    inconvénients :
    . ne profite pas de toutes les occasions pour gagner des jetons avec des mains marginales
    . beaucoup de patience est nécessaire
    . trop proche du style old-school qui se fait exploiter par les LAG d'aujourd'hui

    Exemples chez les grands champions : Allen Cunningham, Dan Harrington

    - le jeu LAG longball (ou hyper-LAG) : c'est le jeu qui combine les coups du smallball avec les gros bluffs en long shot du TAG, et ce, dans encore plus de mains. C'est le plus efficace mais aussi le plus risqué des styles de jeu.
    L'arme pour bluffer efficacement n'est pas l'image mais la peur. Un joueur de cette trempe peut menacer tout votre tapis à chaque instant. S'il sent que son adversaire ne payera pas un tapis il est capable de le bluffer à n'importe quel moment. Il sait aussi parfaitement engager une partie suffisante de son stack pour faire croire que le pot risque de se jouer pour tous les jetons, sans non plus engager tous les siens.
    Il va jouer la plupart du temps comme un joueur smallball, mais là où le smallball fera des petits value bets, des petits stabs, et potcontrolera avec quelques coups passifs comme des checks ou des calls, l'hyper-LAG, lui, n'hésitera pas à faire all-in régulièrement, avec les nuts ou avec air.
    Ca n'est pas non plus totalement kamikaze, car avec une excellente lecture du jeu ce style n'est pas si risqué que ça, mais il suffit d'une erreur et on saute, il faut donc être extrêmement skillé.
    avantages :
    . le style le + efficace, le + agressif, le + impressionnant
    . combine tous les moves possibles et inimaginables, du smallball float aux re-squeezes les + fous

    inconvénients :
    . demande un skill extraordinaire
    . il faut avoir des cojones
    . aucune erreur de timing n'est permise
    . c'est le style le + dangereux
    . impossible à jouer contre des fishs calling stations

    Exemples chez les grands champions : Gus Hansen, Patrik Antonius (ainsi que 90% des jeunes scandinaves), Phil Ivey

    D'autres joueurs comme Phil Hellmuth ont un style assez atypiques, jouant à la fois TAG mais avec qq mains marginales dans le tas, plus axé sur le slowplay, les traps, etc...
    Il utilise son excellente lecture pour trapper plutôt que pour voler des pots, fait tilter ses adversaires par son attitude pour qu'ils essaient de le bluffer, et va chercher des tirages très spéculatifs tout en faisant croire que c'est une serrure qui ne joue que des grosses cartes

    Les vrais pros sauront aussi changer de style, certains se donnent une image très tight et au bout d'un ou 2 niveaux de blinds, jouent LAG smallball pour voler des petits pots, puis repassent tight quand leur image s'est dégradée
    D'autres joueront hyper-LAG pour donner une image de malade mental, puis repasseront tight le temps de chopper une main
    etc...
    Il faut savoir alterner entre les styles (changing gears comme dit Doyle Brunson), c'est très important

    A vous de voir quel est votre style naturel, quel style vous voulez travailler, faites des tests, adaptez-vous aux adversaires (mieux vaut éviter de faire le fou s'il y a encore + fou à la table, mieux vaut exploiter des nits qui attendent les grosses mains en leur volant tous les pots dont ils ne veulent pas)

    2/ Le milieu de tournoi :
    Généralement je resserre le jeu un peu avant la bulle, pour redorer une image trop dégradée par les styles LAGs, et si je joue tight je peux faire un ou deux gros moves pour revenir à un bon tapis si je suis trop short, mais généralement je continuerais sur ma lancée
    Le but est d'arriver à la bulle à peu près au niveau du tapis moyen
    Il faut quand même voler les blinds de temps en temps mais ne pas trop s'impliquer dans des tirages lointains, la cote implicite s'amenuise à mesure que le rapport tapis/blinds se réduit

    3/ La bulle :
    Beaucoup de joueurs ont une vision old-school, à savoir survivre pour au moins locker un gain en étant ITM
    D'autres jouent underollés ou se sont qualifiés grâce à un ticket et l'ITM représentent pour eux une performance inestimable
    D'autres ont peur de la bulle, tout simplement car ils ne savent pas gérer cette situation
    D'autres ont peur de paraitre con à sortir juste avant les places payées

    Comment exploiter tous ces joueurs ?
    Là pour moi c'est le moment où je me met en mode "show time"
    Je relance toutes les mains toutes les positions si je suis le premier à ouvrir le pot
    Je 3-bet les joueurs timides
    Je call puis check-raise si qqun attaque ma blind
    Si je grille un voleur de blinds je le surrelance très fortement
    Je demande régulièrement le tapis des stacks moyens qui ont tout à perdre
    Agression agression agression...
    Quand y'en a qui sont prêts à jeter AA pour se glisser dans l'argent, imaginez toute la fold equity qui s'offre à vous !

    Vous allez me dire que je suis fou, que je risque de me faire sortir à la bulle alors que j'aurais pu fougériser et atteindre l'ITM
    Que beaucoup de fois je vais repartir avec 0 alors que j'aurais pu avoir un gain

    Oui mais mon but à la bulle n'est pas l'ITM
    Mon but est de devenir chipleader, quitte à sortir
    Je veux atteindre la table finale avec un gros tas de jetons, pour viser la 1ère place, et non arriver à l'ITM en tant que shortstack et de me contenter du gain des dernières places ou d'être obligé de chatter grave pour être en TF
    Oui c'est très risqué, oui ça peut me faire sortir de temps en temps à la bulle, mais au final, c'est largement + rentable de se monter un énorme tapis
    Je préfère, sur 10 tournois abordés à la bulle, sortir 8 fois sans rien et être 2 fois chipleader, que d'être 10 fois payé

    Les seules fois où je vais jouer juste pour l'ITM (à part les supersatellites) sont si je suis très shortstack (si je suis si short que je pense ne pas pouvoir aller plus loin que les moins bonnes places payées même si je vole des blinds) mais qu'il y a d'autres shorts qui risquent de sauter avant moi, ou s'il y a des gros tapis qui se clashent entre eux

    4/ La fin de tournoi :
    Post-ITM je resserre
    c'est le moment où les gens qui ont attendu l'ITM sont contents d'avoir gagné qqch et gamblent pour espérer sortir du stade de shortack
    Je passe donc en mode TAG, même si je n'hésite pas à tenter des vols de blinds (faut éviter les plus shorts), et je n'hésite pas à tenter d'éliminer un joueur quand j'ai une bonne cote de pot pour le suivre
    Ensuite je continue mon agression mais en étant plus prudent
    Généralement je relance 2,5 la blind quand je suis premier à ouvrir le pot, je CB au flop si je suis payé, et ensuite j'abandonne généralement le coup si ça n'a pas marché
    Il y a des fois plusieurs bulles dans les fins de MTT
    Par exemple si 40 personnes sont payées, il peut y avoir un gap dans les gains pour les 20 premiers, donc une mini-bulle à l'approche des 20 joueurs restants
    Il y a aussi (et surtout) une mini-bulle pour la TF

    Ces mini-bulles peuvent être l'occasion de bourrinner la table comme on l'a fait pour la vraie bulle

    5/ La TF :
    Je continue à être très agressif, même si je joue + comme un SNG
    Au début de la TF, généralement je vais jouer tight, en attendant que les plus shorts sortent pour se retrouver shorthanded
    Plus la table va se réduire, plus je vais repasser en mode très agro
    Plus j'ai de jetons plus je vais les utiliser pour agresser
    Avec un tapis + moyen je chercherais plutôt le spot pour doubler en jouant serré, mais si j'ai un gros tapis, j'asphyxie la table !


    Voilà, ça n'est pas très détaillé
    Pour + de précisions, lire les 3 Harrington de tournoi et surtout Kill Everyone (qui va bientôt sortir en français) qui explique tout ça bien en détail !



    N'hésitez pas à répondre si vous n'êtes pas d'accord avec tel ou tel truc ou si qqun désire compléter ou ajouter qqch.
  3. Like
    jUz@m got a reaction from Christensen in La théorie des blocs   
    De nouveau un article que j'ai pondu intialement sur WAM et que je recopie ici pour vous en faire également profiter

    http://www.wam-poker.com/forums/viewtopic.php?t=31061

    Quelqu'un demandait des infos sur la théorie des blocs et je lui ai répondu :



    + d'infos ici :
    http://archives1.twoplustwo.com/showflat.p...part=1&vc=1


    Voilà, n'hésitez pas à y aller de votre petit commentaire !
  4. Like
    jUz@m got a reaction from LuckyV in [article] Stratégie en MTT   
    Voici un topic que j'ai créé initialement sur WAM

    J'ai pensé que ça pouvait être intéressant de le copier-coller ici pour avoir l'avis des CPistes (et c'est surtout que je suis nouveau sur CP et que je ne sais pas trop encore quoi poster, lol)


    1/ Le début de tournoi
    Vision old-school : Avant le tournoi était vu comme un jeu de survie
    Tom McEvoy qui a écrit une référence du poker de tournoi préconisait un jeu extrêmement solide, et la vision est de survivre assez longtemps entre 2 monstres et espérer les rentabiliser
    Même pas de concept de M, à l'époque on pouvait mourir sous les blinds en attendant un KK ou un AA (et oui, AK et QQ c'était des mains très marginales à l'époque)
    Puis Harrington est arrivé avec son M qu'il a récupéré de Magriel
    Et montré qu'il faut voler les blinds quand le tapis devient moins profond, et préconise un jeu + agressif
    Cependant ça reste assez conservateur

    Nouvelle vision : Maintenant au début d'un tournoi il ne faut plus survivre en jouant très tight, mais monter beaucoup de jetons
    On n'essaie plus de jouer son tournoi sur les coin flips de milieu/fin de tournoi mais de s'assurer un tapis suffisamment confortable pour ne pas être en danger sur chaque coin flip (ou risque de badbeat en all-in préflop)
    Ici il y a plusieurs approches :
    - le jeu LAG smallball : le joueur LAG smallball cherche à entrer dans un maximum de petits pots préflop, et, grâce à une bonne lecture du jeu, à la fois rentabiliser ses mains et récupérer bcp de petits pots en vol, il évite au maximum de faire grossir la taille du pot et cherche à prendre beaucoup de petits pots
    s'il joue un gros pot il a généralement les nuts
    on y joue à peu près comme en cash game, en respectant la règle de 5 et 10 et de 3 et 6 pour les mains à potentiel, auxquelles on ajoute bien évidemment les monstres (qu'on va jouer exactement pareil), et quelques bluffs pour les + agressifs (VPIP de 30 pour les + sages jusqu'à 70 pour les pros style Negreanu), tout en conservant la maxime du potcontrol : "pas de gros pot sans une grosse main"
    avantages :
    . permet au joueur skillé de monter des jetons régulièrement, sans se mettre jamais en danger
    . donner une image de maniaque
    . permet de déstacker des AA ou des KK sur (ou sous-) joués
    inconvénients
    . demande une très bonne lecture du jeu, surtout postflop
    . peut se faire contrecarrer par des relances à tapis
    . nécessite obligatoirement une configuration deepstack

    Exemples chez les grands champions : Negreanu est le plus flagrant, Eric Lindgren

    - le jeu TAG : l'autre option, lorsqu'on n'est pas super skillé pour jouer postflop avec beaucoup de mains marginales, est de jouer très serré pour se forger une image extrêmement solide
    mais une fois cette image envoyée aux autres joueurs, elle permet d'avoir un énorme crédit dans les bluffs, en tout cas dans un premier temps
    le coup utilisé pour monter beaucoup de jetons est souvent un gros bluff exploitant à fond cette image de serrure
    avantages :
    . plus facile à jouer
    . plus adapté aux tournois ne commençant pas avec un énorme M
    . ne se met pas non plus trop en danger (mais un peu + quand même, il va en fait se mettre en danger dans les coups qu'il joue, mais comme il joue rarement, il se met rarement en danger)
    inconvénients :
    . ne profite pas de toutes les occasions pour gagner des jetons avec des mains marginales
    . beaucoup de patience est nécessaire
    . trop proche du style old-school qui se fait exploiter par les LAG d'aujourd'hui

    Exemples chez les grands champions : Allen Cunningham, Dan Harrington

    - le jeu LAG longball (ou hyper-LAG) : c'est le jeu qui combine les coups du smallball avec les gros bluffs en long shot du TAG, et ce, dans encore plus de mains. C'est le plus efficace mais aussi le plus risqué des styles de jeu.
    L'arme pour bluffer efficacement n'est pas l'image mais la peur. Un joueur de cette trempe peut menacer tout votre tapis à chaque instant. S'il sent que son adversaire ne payera pas un tapis il est capable de le bluffer à n'importe quel moment. Il sait aussi parfaitement engager une partie suffisante de son stack pour faire croire que le pot risque de se jouer pour tous les jetons, sans non plus engager tous les siens.
    Il va jouer la plupart du temps comme un joueur smallball, mais là où le smallball fera des petits value bets, des petits stabs, et potcontrolera avec quelques coups passifs comme des checks ou des calls, l'hyper-LAG, lui, n'hésitera pas à faire all-in régulièrement, avec les nuts ou avec air.
    Ca n'est pas non plus totalement kamikaze, car avec une excellente lecture du jeu ce style n'est pas si risqué que ça, mais il suffit d'une erreur et on saute, il faut donc être extrêmement skillé.
    avantages :
    . le style le + efficace, le + agressif, le + impressionnant
    . combine tous les moves possibles et inimaginables, du smallball float aux re-squeezes les + fous

    inconvénients :
    . demande un skill extraordinaire
    . il faut avoir des cojones
    . aucune erreur de timing n'est permise
    . c'est le style le + dangereux
    . impossible à jouer contre des fishs calling stations

    Exemples chez les grands champions : Gus Hansen, Patrik Antonius (ainsi que 90% des jeunes scandinaves), Phil Ivey

    D'autres joueurs comme Phil Hellmuth ont un style assez atypiques, jouant à la fois TAG mais avec qq mains marginales dans le tas, plus axé sur le slowplay, les traps, etc...
    Il utilise son excellente lecture pour trapper plutôt que pour voler des pots, fait tilter ses adversaires par son attitude pour qu'ils essaient de le bluffer, et va chercher des tirages très spéculatifs tout en faisant croire que c'est une serrure qui ne joue que des grosses cartes

    Les vrais pros sauront aussi changer de style, certains se donnent une image très tight et au bout d'un ou 2 niveaux de blinds, jouent LAG smallball pour voler des petits pots, puis repassent tight quand leur image s'est dégradée
    D'autres joueront hyper-LAG pour donner une image de malade mental, puis repasseront tight le temps de chopper une main
    etc...
    Il faut savoir alterner entre les styles (changing gears comme dit Doyle Brunson), c'est très important

    A vous de voir quel est votre style naturel, quel style vous voulez travailler, faites des tests, adaptez-vous aux adversaires (mieux vaut éviter de faire le fou s'il y a encore + fou à la table, mieux vaut exploiter des nits qui attendent les grosses mains en leur volant tous les pots dont ils ne veulent pas)

    2/ Le milieu de tournoi :
    Généralement je resserre le jeu un peu avant la bulle, pour redorer une image trop dégradée par les styles LAGs, et si je joue tight je peux faire un ou deux gros moves pour revenir à un bon tapis si je suis trop short, mais généralement je continuerais sur ma lancée
    Le but est d'arriver à la bulle à peu près au niveau du tapis moyen
    Il faut quand même voler les blinds de temps en temps mais ne pas trop s'impliquer dans des tirages lointains, la cote implicite s'amenuise à mesure que le rapport tapis/blinds se réduit

    3/ La bulle :
    Beaucoup de joueurs ont une vision old-school, à savoir survivre pour au moins locker un gain en étant ITM
    D'autres jouent underollés ou se sont qualifiés grâce à un ticket et l'ITM représentent pour eux une performance inestimable
    D'autres ont peur de la bulle, tout simplement car ils ne savent pas gérer cette situation
    D'autres ont peur de paraitre con à sortir juste avant les places payées

    Comment exploiter tous ces joueurs ?
    Là pour moi c'est le moment où je me met en mode "show time"
    Je relance toutes les mains toutes les positions si je suis le premier à ouvrir le pot
    Je 3-bet les joueurs timides
    Je call puis check-raise si qqun attaque ma blind
    Si je grille un voleur de blinds je le surrelance très fortement
    Je demande régulièrement le tapis des stacks moyens qui ont tout à perdre
    Agression agression agression...
    Quand y'en a qui sont prêts à jeter AA pour se glisser dans l'argent, imaginez toute la fold equity qui s'offre à vous !

    Vous allez me dire que je suis fou, que je risque de me faire sortir à la bulle alors que j'aurais pu fougériser et atteindre l'ITM
    Que beaucoup de fois je vais repartir avec 0 alors que j'aurais pu avoir un gain

    Oui mais mon but à la bulle n'est pas l'ITM
    Mon but est de devenir chipleader, quitte à sortir
    Je veux atteindre la table finale avec un gros tas de jetons, pour viser la 1ère place, et non arriver à l'ITM en tant que shortstack et de me contenter du gain des dernières places ou d'être obligé de chatter grave pour être en TF
    Oui c'est très risqué, oui ça peut me faire sortir de temps en temps à la bulle, mais au final, c'est largement + rentable de se monter un énorme tapis
    Je préfère, sur 10 tournois abordés à la bulle, sortir 8 fois sans rien et être 2 fois chipleader, que d'être 10 fois payé

    Les seules fois où je vais jouer juste pour l'ITM (à part les supersatellites) sont si je suis très shortstack (si je suis si short que je pense ne pas pouvoir aller plus loin que les moins bonnes places payées même si je vole des blinds) mais qu'il y a d'autres shorts qui risquent de sauter avant moi, ou s'il y a des gros tapis qui se clashent entre eux

    4/ La fin de tournoi :
    Post-ITM je resserre
    c'est le moment où les gens qui ont attendu l'ITM sont contents d'avoir gagné qqch et gamblent pour espérer sortir du stade de shortack
    Je passe donc en mode TAG, même si je n'hésite pas à tenter des vols de blinds (faut éviter les plus shorts), et je n'hésite pas à tenter d'éliminer un joueur quand j'ai une bonne cote de pot pour le suivre
    Ensuite je continue mon agression mais en étant plus prudent
    Généralement je relance 2,5 la blind quand je suis premier à ouvrir le pot, je CB au flop si je suis payé, et ensuite j'abandonne généralement le coup si ça n'a pas marché
    Il y a des fois plusieurs bulles dans les fins de MTT
    Par exemple si 40 personnes sont payées, il peut y avoir un gap dans les gains pour les 20 premiers, donc une mini-bulle à l'approche des 20 joueurs restants
    Il y a aussi (et surtout) une mini-bulle pour la TF

    Ces mini-bulles peuvent être l'occasion de bourrinner la table comme on l'a fait pour la vraie bulle

    5/ La TF :
    Je continue à être très agressif, même si je joue + comme un SNG
    Au début de la TF, généralement je vais jouer tight, en attendant que les plus shorts sortent pour se retrouver shorthanded
    Plus la table va se réduire, plus je vais repasser en mode très agro
    Plus j'ai de jetons plus je vais les utiliser pour agresser
    Avec un tapis + moyen je chercherais plutôt le spot pour doubler en jouant serré, mais si j'ai un gros tapis, j'asphyxie la table !


    Voilà, ça n'est pas très détaillé
    Pour + de précisions, lire les 3 Harrington de tournoi et surtout Kill Everyone (qui va bientôt sortir en français) qui explique tout ça bien en détail !



    N'hésitez pas à répondre si vous n'êtes pas d'accord avec tel ou tel truc ou si qqun désire compléter ou ajouter qqch.
  5. Like
    jUz@m got a reaction from LuckyV in [article] Stratégie en MTT   
    Voici un topic que j'ai créé initialement sur WAM

    J'ai pensé que ça pouvait être intéressant de le copier-coller ici pour avoir l'avis des CPistes (et c'est surtout que je suis nouveau sur CP et que je ne sais pas trop encore quoi poster, lol)


    1/ Le début de tournoi
    Vision old-school : Avant le tournoi était vu comme un jeu de survie
    Tom McEvoy qui a écrit une référence du poker de tournoi préconisait un jeu extrêmement solide, et la vision est de survivre assez longtemps entre 2 monstres et espérer les rentabiliser
    Même pas de concept de M, à l'époque on pouvait mourir sous les blinds en attendant un KK ou un AA (et oui, AK et QQ c'était des mains très marginales à l'époque)
    Puis Harrington est arrivé avec son M qu'il a récupéré de Magriel
    Et montré qu'il faut voler les blinds quand le tapis devient moins profond, et préconise un jeu + agressif
    Cependant ça reste assez conservateur

    Nouvelle vision : Maintenant au début d'un tournoi il ne faut plus survivre en jouant très tight, mais monter beaucoup de jetons
    On n'essaie plus de jouer son tournoi sur les coin flips de milieu/fin de tournoi mais de s'assurer un tapis suffisamment confortable pour ne pas être en danger sur chaque coin flip (ou risque de badbeat en all-in préflop)
    Ici il y a plusieurs approches :
    - le jeu LAG smallball : le joueur LAG smallball cherche à entrer dans un maximum de petits pots préflop, et, grâce à une bonne lecture du jeu, à la fois rentabiliser ses mains et récupérer bcp de petits pots en vol, il évite au maximum de faire grossir la taille du pot et cherche à prendre beaucoup de petits pots
    s'il joue un gros pot il a généralement les nuts
    on y joue à peu près comme en cash game, en respectant la règle de 5 et 10 et de 3 et 6 pour les mains à potentiel, auxquelles on ajoute bien évidemment les monstres (qu'on va jouer exactement pareil), et quelques bluffs pour les + agressifs (VPIP de 30 pour les + sages jusqu'à 70 pour les pros style Negreanu), tout en conservant la maxime du potcontrol : "pas de gros pot sans une grosse main"
    avantages :
    . permet au joueur skillé de monter des jetons régulièrement, sans se mettre jamais en danger
    . donner une image de maniaque
    . permet de déstacker des AA ou des KK sur (ou sous-) joués
    inconvénients
    . demande une très bonne lecture du jeu, surtout postflop
    . peut se faire contrecarrer par des relances à tapis
    . nécessite obligatoirement une configuration deepstack

    Exemples chez les grands champions : Negreanu est le plus flagrant, Eric Lindgren

    - le jeu TAG : l'autre option, lorsqu'on n'est pas super skillé pour jouer postflop avec beaucoup de mains marginales, est de jouer très serré pour se forger une image extrêmement solide
    mais une fois cette image envoyée aux autres joueurs, elle permet d'avoir un énorme crédit dans les bluffs, en tout cas dans un premier temps
    le coup utilisé pour monter beaucoup de jetons est souvent un gros bluff exploitant à fond cette image de serrure
    avantages :
    . plus facile à jouer
    . plus adapté aux tournois ne commençant pas avec un énorme M
    . ne se met pas non plus trop en danger (mais un peu + quand même, il va en fait se mettre en danger dans les coups qu'il joue, mais comme il joue rarement, il se met rarement en danger)
    inconvénients :
    . ne profite pas de toutes les occasions pour gagner des jetons avec des mains marginales
    . beaucoup de patience est nécessaire
    . trop proche du style old-school qui se fait exploiter par les LAG d'aujourd'hui

    Exemples chez les grands champions : Allen Cunningham, Dan Harrington

    - le jeu LAG longball (ou hyper-LAG) : c'est le jeu qui combine les coups du smallball avec les gros bluffs en long shot du TAG, et ce, dans encore plus de mains. C'est le plus efficace mais aussi le plus risqué des styles de jeu.
    L'arme pour bluffer efficacement n'est pas l'image mais la peur. Un joueur de cette trempe peut menacer tout votre tapis à chaque instant. S'il sent que son adversaire ne payera pas un tapis il est capable de le bluffer à n'importe quel moment. Il sait aussi parfaitement engager une partie suffisante de son stack pour faire croire que le pot risque de se jouer pour tous les jetons, sans non plus engager tous les siens.
    Il va jouer la plupart du temps comme un joueur smallball, mais là où le smallball fera des petits value bets, des petits stabs, et potcontrolera avec quelques coups passifs comme des checks ou des calls, l'hyper-LAG, lui, n'hésitera pas à faire all-in régulièrement, avec les nuts ou avec air.
    Ca n'est pas non plus totalement kamikaze, car avec une excellente lecture du jeu ce style n'est pas si risqué que ça, mais il suffit d'une erreur et on saute, il faut donc être extrêmement skillé.
    avantages :
    . le style le + efficace, le + agressif, le + impressionnant
    . combine tous les moves possibles et inimaginables, du smallball float aux re-squeezes les + fous

    inconvénients :
    . demande un skill extraordinaire
    . il faut avoir des cojones
    . aucune erreur de timing n'est permise
    . c'est le style le + dangereux
    . impossible à jouer contre des fishs calling stations

    Exemples chez les grands champions : Gus Hansen, Patrik Antonius (ainsi que 90% des jeunes scandinaves), Phil Ivey

    D'autres joueurs comme Phil Hellmuth ont un style assez atypiques, jouant à la fois TAG mais avec qq mains marginales dans le tas, plus axé sur le slowplay, les traps, etc...
    Il utilise son excellente lecture pour trapper plutôt que pour voler des pots, fait tilter ses adversaires par son attitude pour qu'ils essaient de le bluffer, et va chercher des tirages très spéculatifs tout en faisant croire que c'est une serrure qui ne joue que des grosses cartes

    Les vrais pros sauront aussi changer de style, certains se donnent une image très tight et au bout d'un ou 2 niveaux de blinds, jouent LAG smallball pour voler des petits pots, puis repassent tight quand leur image s'est dégradée
    D'autres joueront hyper-LAG pour donner une image de malade mental, puis repasseront tight le temps de chopper une main
    etc...
    Il faut savoir alterner entre les styles (changing gears comme dit Doyle Brunson), c'est très important

    A vous de voir quel est votre style naturel, quel style vous voulez travailler, faites des tests, adaptez-vous aux adversaires (mieux vaut éviter de faire le fou s'il y a encore + fou à la table, mieux vaut exploiter des nits qui attendent les grosses mains en leur volant tous les pots dont ils ne veulent pas)

    2/ Le milieu de tournoi :
    Généralement je resserre le jeu un peu avant la bulle, pour redorer une image trop dégradée par les styles LAGs, et si je joue tight je peux faire un ou deux gros moves pour revenir à un bon tapis si je suis trop short, mais généralement je continuerais sur ma lancée
    Le but est d'arriver à la bulle à peu près au niveau du tapis moyen
    Il faut quand même voler les blinds de temps en temps mais ne pas trop s'impliquer dans des tirages lointains, la cote implicite s'amenuise à mesure que le rapport tapis/blinds se réduit

    3/ La bulle :
    Beaucoup de joueurs ont une vision old-school, à savoir survivre pour au moins locker un gain en étant ITM
    D'autres jouent underollés ou se sont qualifiés grâce à un ticket et l'ITM représentent pour eux une performance inestimable
    D'autres ont peur de la bulle, tout simplement car ils ne savent pas gérer cette situation
    D'autres ont peur de paraitre con à sortir juste avant les places payées

    Comment exploiter tous ces joueurs ?
    Là pour moi c'est le moment où je me met en mode "show time"
    Je relance toutes les mains toutes les positions si je suis le premier à ouvrir le pot
    Je 3-bet les joueurs timides
    Je call puis check-raise si qqun attaque ma blind
    Si je grille un voleur de blinds je le surrelance très fortement
    Je demande régulièrement le tapis des stacks moyens qui ont tout à perdre
    Agression agression agression...
    Quand y'en a qui sont prêts à jeter AA pour se glisser dans l'argent, imaginez toute la fold equity qui s'offre à vous !

    Vous allez me dire que je suis fou, que je risque de me faire sortir à la bulle alors que j'aurais pu fougériser et atteindre l'ITM
    Que beaucoup de fois je vais repartir avec 0 alors que j'aurais pu avoir un gain

    Oui mais mon but à la bulle n'est pas l'ITM
    Mon but est de devenir chipleader, quitte à sortir
    Je veux atteindre la table finale avec un gros tas de jetons, pour viser la 1ère place, et non arriver à l'ITM en tant que shortstack et de me contenter du gain des dernières places ou d'être obligé de chatter grave pour être en TF
    Oui c'est très risqué, oui ça peut me faire sortir de temps en temps à la bulle, mais au final, c'est largement + rentable de se monter un énorme tapis
    Je préfère, sur 10 tournois abordés à la bulle, sortir 8 fois sans rien et être 2 fois chipleader, que d'être 10 fois payé

    Les seules fois où je vais jouer juste pour l'ITM (à part les supersatellites) sont si je suis très shortstack (si je suis si short que je pense ne pas pouvoir aller plus loin que les moins bonnes places payées même si je vole des blinds) mais qu'il y a d'autres shorts qui risquent de sauter avant moi, ou s'il y a des gros tapis qui se clashent entre eux

    4/ La fin de tournoi :
    Post-ITM je resserre
    c'est le moment où les gens qui ont attendu l'ITM sont contents d'avoir gagné qqch et gamblent pour espérer sortir du stade de shortack
    Je passe donc en mode TAG, même si je n'hésite pas à tenter des vols de blinds (faut éviter les plus shorts), et je n'hésite pas à tenter d'éliminer un joueur quand j'ai une bonne cote de pot pour le suivre
    Ensuite je continue mon agression mais en étant plus prudent
    Généralement je relance 2,5 la blind quand je suis premier à ouvrir le pot, je CB au flop si je suis payé, et ensuite j'abandonne généralement le coup si ça n'a pas marché
    Il y a des fois plusieurs bulles dans les fins de MTT
    Par exemple si 40 personnes sont payées, il peut y avoir un gap dans les gains pour les 20 premiers, donc une mini-bulle à l'approche des 20 joueurs restants
    Il y a aussi (et surtout) une mini-bulle pour la TF

    Ces mini-bulles peuvent être l'occasion de bourrinner la table comme on l'a fait pour la vraie bulle

    5/ La TF :
    Je continue à être très agressif, même si je joue + comme un SNG
    Au début de la TF, généralement je vais jouer tight, en attendant que les plus shorts sortent pour se retrouver shorthanded
    Plus la table va se réduire, plus je vais repasser en mode très agro
    Plus j'ai de jetons plus je vais les utiliser pour agresser
    Avec un tapis + moyen je chercherais plutôt le spot pour doubler en jouant serré, mais si j'ai un gros tapis, j'asphyxie la table !


    Voilà, ça n'est pas très détaillé
    Pour + de précisions, lire les 3 Harrington de tournoi et surtout Kill Everyone (qui va bientôt sortir en français) qui explique tout ça bien en détail !



    N'hésitez pas à répondre si vous n'êtes pas d'accord avec tel ou tel truc ou si qqun désire compléter ou ajouter qqch.
  6. Like
    jUz@m got a reaction from LuckyV in [article] Stratégie en MTT   
    Voici un topic que j'ai créé initialement sur WAM

    J'ai pensé que ça pouvait être intéressant de le copier-coller ici pour avoir l'avis des CPistes (et c'est surtout que je suis nouveau sur CP et que je ne sais pas trop encore quoi poster, lol)


    1/ Le début de tournoi
    Vision old-school : Avant le tournoi était vu comme un jeu de survie
    Tom McEvoy qui a écrit une référence du poker de tournoi préconisait un jeu extrêmement solide, et la vision est de survivre assez longtemps entre 2 monstres et espérer les rentabiliser
    Même pas de concept de M, à l'époque on pouvait mourir sous les blinds en attendant un KK ou un AA (et oui, AK et QQ c'était des mains très marginales à l'époque)
    Puis Harrington est arrivé avec son M qu'il a récupéré de Magriel
    Et montré qu'il faut voler les blinds quand le tapis devient moins profond, et préconise un jeu + agressif
    Cependant ça reste assez conservateur

    Nouvelle vision : Maintenant au début d'un tournoi il ne faut plus survivre en jouant très tight, mais monter beaucoup de jetons
    On n'essaie plus de jouer son tournoi sur les coin flips de milieu/fin de tournoi mais de s'assurer un tapis suffisamment confortable pour ne pas être en danger sur chaque coin flip (ou risque de badbeat en all-in préflop)
    Ici il y a plusieurs approches :
    - le jeu LAG smallball : le joueur LAG smallball cherche à entrer dans un maximum de petits pots préflop, et, grâce à une bonne lecture du jeu, à la fois rentabiliser ses mains et récupérer bcp de petits pots en vol, il évite au maximum de faire grossir la taille du pot et cherche à prendre beaucoup de petits pots
    s'il joue un gros pot il a généralement les nuts
    on y joue à peu près comme en cash game, en respectant la règle de 5 et 10 et de 3 et 6 pour les mains à potentiel, auxquelles on ajoute bien évidemment les monstres (qu'on va jouer exactement pareil), et quelques bluffs pour les + agressifs (VPIP de 30 pour les + sages jusqu'à 70 pour les pros style Negreanu), tout en conservant la maxime du potcontrol : "pas de gros pot sans une grosse main"
    avantages :
    . permet au joueur skillé de monter des jetons régulièrement, sans se mettre jamais en danger
    . donner une image de maniaque
    . permet de déstacker des AA ou des KK sur (ou sous-) joués
    inconvénients
    . demande une très bonne lecture du jeu, surtout postflop
    . peut se faire contrecarrer par des relances à tapis
    . nécessite obligatoirement une configuration deepstack

    Exemples chez les grands champions : Negreanu est le plus flagrant, Eric Lindgren

    - le jeu TAG : l'autre option, lorsqu'on n'est pas super skillé pour jouer postflop avec beaucoup de mains marginales, est de jouer très serré pour se forger une image extrêmement solide
    mais une fois cette image envoyée aux autres joueurs, elle permet d'avoir un énorme crédit dans les bluffs, en tout cas dans un premier temps
    le coup utilisé pour monter beaucoup de jetons est souvent un gros bluff exploitant à fond cette image de serrure
    avantages :
    . plus facile à jouer
    . plus adapté aux tournois ne commençant pas avec un énorme M
    . ne se met pas non plus trop en danger (mais un peu + quand même, il va en fait se mettre en danger dans les coups qu'il joue, mais comme il joue rarement, il se met rarement en danger)
    inconvénients :
    . ne profite pas de toutes les occasions pour gagner des jetons avec des mains marginales
    . beaucoup de patience est nécessaire
    . trop proche du style old-school qui se fait exploiter par les LAG d'aujourd'hui

    Exemples chez les grands champions : Allen Cunningham, Dan Harrington

    - le jeu LAG longball (ou hyper-LAG) : c'est le jeu qui combine les coups du smallball avec les gros bluffs en long shot du TAG, et ce, dans encore plus de mains. C'est le plus efficace mais aussi le plus risqué des styles de jeu.
    L'arme pour bluffer efficacement n'est pas l'image mais la peur. Un joueur de cette trempe peut menacer tout votre tapis à chaque instant. S'il sent que son adversaire ne payera pas un tapis il est capable de le bluffer à n'importe quel moment. Il sait aussi parfaitement engager une partie suffisante de son stack pour faire croire que le pot risque de se jouer pour tous les jetons, sans non plus engager tous les siens.
    Il va jouer la plupart du temps comme un joueur smallball, mais là où le smallball fera des petits value bets, des petits stabs, et potcontrolera avec quelques coups passifs comme des checks ou des calls, l'hyper-LAG, lui, n'hésitera pas à faire all-in régulièrement, avec les nuts ou avec air.
    Ca n'est pas non plus totalement kamikaze, car avec une excellente lecture du jeu ce style n'est pas si risqué que ça, mais il suffit d'une erreur et on saute, il faut donc être extrêmement skillé.
    avantages :
    . le style le + efficace, le + agressif, le + impressionnant
    . combine tous les moves possibles et inimaginables, du smallball float aux re-squeezes les + fous

    inconvénients :
    . demande un skill extraordinaire
    . il faut avoir des cojones
    . aucune erreur de timing n'est permise
    . c'est le style le + dangereux
    . impossible à jouer contre des fishs calling stations

    Exemples chez les grands champions : Gus Hansen, Patrik Antonius (ainsi que 90% des jeunes scandinaves), Phil Ivey

    D'autres joueurs comme Phil Hellmuth ont un style assez atypiques, jouant à la fois TAG mais avec qq mains marginales dans le tas, plus axé sur le slowplay, les traps, etc...
    Il utilise son excellente lecture pour trapper plutôt que pour voler des pots, fait tilter ses adversaires par son attitude pour qu'ils essaient de le bluffer, et va chercher des tirages très spéculatifs tout en faisant croire que c'est une serrure qui ne joue que des grosses cartes

    Les vrais pros sauront aussi changer de style, certains se donnent une image très tight et au bout d'un ou 2 niveaux de blinds, jouent LAG smallball pour voler des petits pots, puis repassent tight quand leur image s'est dégradée
    D'autres joueront hyper-LAG pour donner une image de malade mental, puis repasseront tight le temps de chopper une main
    etc...
    Il faut savoir alterner entre les styles (changing gears comme dit Doyle Brunson), c'est très important

    A vous de voir quel est votre style naturel, quel style vous voulez travailler, faites des tests, adaptez-vous aux adversaires (mieux vaut éviter de faire le fou s'il y a encore + fou à la table, mieux vaut exploiter des nits qui attendent les grosses mains en leur volant tous les pots dont ils ne veulent pas)

    2/ Le milieu de tournoi :
    Généralement je resserre le jeu un peu avant la bulle, pour redorer une image trop dégradée par les styles LAGs, et si je joue tight je peux faire un ou deux gros moves pour revenir à un bon tapis si je suis trop short, mais généralement je continuerais sur ma lancée
    Le but est d'arriver à la bulle à peu près au niveau du tapis moyen
    Il faut quand même voler les blinds de temps en temps mais ne pas trop s'impliquer dans des tirages lointains, la cote implicite s'amenuise à mesure que le rapport tapis/blinds se réduit

    3/ La bulle :
    Beaucoup de joueurs ont une vision old-school, à savoir survivre pour au moins locker un gain en étant ITM
    D'autres jouent underollés ou se sont qualifiés grâce à un ticket et l'ITM représentent pour eux une performance inestimable
    D'autres ont peur de la bulle, tout simplement car ils ne savent pas gérer cette situation
    D'autres ont peur de paraitre con à sortir juste avant les places payées

    Comment exploiter tous ces joueurs ?
    Là pour moi c'est le moment où je me met en mode "show time"
    Je relance toutes les mains toutes les positions si je suis le premier à ouvrir le pot
    Je 3-bet les joueurs timides
    Je call puis check-raise si qqun attaque ma blind
    Si je grille un voleur de blinds je le surrelance très fortement
    Je demande régulièrement le tapis des stacks moyens qui ont tout à perdre
    Agression agression agression...
    Quand y'en a qui sont prêts à jeter AA pour se glisser dans l'argent, imaginez toute la fold equity qui s'offre à vous !

    Vous allez me dire que je suis fou, que je risque de me faire sortir à la bulle alors que j'aurais pu fougériser et atteindre l'ITM
    Que beaucoup de fois je vais repartir avec 0 alors que j'aurais pu avoir un gain

    Oui mais mon but à la bulle n'est pas l'ITM
    Mon but est de devenir chipleader, quitte à sortir
    Je veux atteindre la table finale avec un gros tas de jetons, pour viser la 1ère place, et non arriver à l'ITM en tant que shortstack et de me contenter du gain des dernières places ou d'être obligé de chatter grave pour être en TF
    Oui c'est très risqué, oui ça peut me faire sortir de temps en temps à la bulle, mais au final, c'est largement + rentable de se monter un énorme tapis
    Je préfère, sur 10 tournois abordés à la bulle, sortir 8 fois sans rien et être 2 fois chipleader, que d'être 10 fois payé

    Les seules fois où je vais jouer juste pour l'ITM (à part les supersatellites) sont si je suis très shortstack (si je suis si short que je pense ne pas pouvoir aller plus loin que les moins bonnes places payées même si je vole des blinds) mais qu'il y a d'autres shorts qui risquent de sauter avant moi, ou s'il y a des gros tapis qui se clashent entre eux

    4/ La fin de tournoi :
    Post-ITM je resserre
    c'est le moment où les gens qui ont attendu l'ITM sont contents d'avoir gagné qqch et gamblent pour espérer sortir du stade de shortack
    Je passe donc en mode TAG, même si je n'hésite pas à tenter des vols de blinds (faut éviter les plus shorts), et je n'hésite pas à tenter d'éliminer un joueur quand j'ai une bonne cote de pot pour le suivre
    Ensuite je continue mon agression mais en étant plus prudent
    Généralement je relance 2,5 la blind quand je suis premier à ouvrir le pot, je CB au flop si je suis payé, et ensuite j'abandonne généralement le coup si ça n'a pas marché
    Il y a des fois plusieurs bulles dans les fins de MTT
    Par exemple si 40 personnes sont payées, il peut y avoir un gap dans les gains pour les 20 premiers, donc une mini-bulle à l'approche des 20 joueurs restants
    Il y a aussi (et surtout) une mini-bulle pour la TF

    Ces mini-bulles peuvent être l'occasion de bourrinner la table comme on l'a fait pour la vraie bulle

    5/ La TF :
    Je continue à être très agressif, même si je joue + comme un SNG
    Au début de la TF, généralement je vais jouer tight, en attendant que les plus shorts sortent pour se retrouver shorthanded
    Plus la table va se réduire, plus je vais repasser en mode très agro
    Plus j'ai de jetons plus je vais les utiliser pour agresser
    Avec un tapis + moyen je chercherais plutôt le spot pour doubler en jouant serré, mais si j'ai un gros tapis, j'asphyxie la table !


    Voilà, ça n'est pas très détaillé
    Pour + de précisions, lire les 3 Harrington de tournoi et surtout Kill Everyone (qui va bientôt sortir en français) qui explique tout ça bien en détail !



    N'hésitez pas à répondre si vous n'êtes pas d'accord avec tel ou tel truc ou si qqun désire compléter ou ajouter qqch.
  7. Like
    jUz@m got a reaction from kviNzZ in Nate Dogg est mort   


    R.I.P. Nate, tu nous manques déjà ! C'était vraiment mon chanteur préféré ! Le mec qui m'a fourré dans la g-funk depuis plus de 17 piges

    Repose en paix là-haut avec Tupac, Biggie, Eazy, Roger, Mac Dre, Isaac, Marvin, Rick, Bob et les autres...

    http://www.youtube.com/watch?v=Mwat8Wy-tHg

    http://www.youtube.com/watch?v=Q_4YPzRsTRs


  8. Like
    jUz@m got a reaction from LuckyV in [article] Stratégie en MTT   
    Voici un topic que j'ai créé initialement sur WAM

    J'ai pensé que ça pouvait être intéressant de le copier-coller ici pour avoir l'avis des CPistes (et c'est surtout que je suis nouveau sur CP et que je ne sais pas trop encore quoi poster, lol)


    1/ Le début de tournoi
    Vision old-school : Avant le tournoi était vu comme un jeu de survie
    Tom McEvoy qui a écrit une référence du poker de tournoi préconisait un jeu extrêmement solide, et la vision est de survivre assez longtemps entre 2 monstres et espérer les rentabiliser
    Même pas de concept de M, à l'époque on pouvait mourir sous les blinds en attendant un KK ou un AA (et oui, AK et QQ c'était des mains très marginales à l'époque)
    Puis Harrington est arrivé avec son M qu'il a récupéré de Magriel
    Et montré qu'il faut voler les blinds quand le tapis devient moins profond, et préconise un jeu + agressif
    Cependant ça reste assez conservateur

    Nouvelle vision : Maintenant au début d'un tournoi il ne faut plus survivre en jouant très tight, mais monter beaucoup de jetons
    On n'essaie plus de jouer son tournoi sur les coin flips de milieu/fin de tournoi mais de s'assurer un tapis suffisamment confortable pour ne pas être en danger sur chaque coin flip (ou risque de badbeat en all-in préflop)
    Ici il y a plusieurs approches :
    - le jeu LAG smallball : le joueur LAG smallball cherche à entrer dans un maximum de petits pots préflop, et, grâce à une bonne lecture du jeu, à la fois rentabiliser ses mains et récupérer bcp de petits pots en vol, il évite au maximum de faire grossir la taille du pot et cherche à prendre beaucoup de petits pots
    s'il joue un gros pot il a généralement les nuts
    on y joue à peu près comme en cash game, en respectant la règle de 5 et 10 et de 3 et 6 pour les mains à potentiel, auxquelles on ajoute bien évidemment les monstres (qu'on va jouer exactement pareil), et quelques bluffs pour les + agressifs (VPIP de 30 pour les + sages jusqu'à 70 pour les pros style Negreanu), tout en conservant la maxime du potcontrol : "pas de gros pot sans une grosse main"
    avantages :
    . permet au joueur skillé de monter des jetons régulièrement, sans se mettre jamais en danger
    . donner une image de maniaque
    . permet de déstacker des AA ou des KK sur (ou sous-) joués
    inconvénients
    . demande une très bonne lecture du jeu, surtout postflop
    . peut se faire contrecarrer par des relances à tapis
    . nécessite obligatoirement une configuration deepstack

    Exemples chez les grands champions : Negreanu est le plus flagrant, Eric Lindgren

    - le jeu TAG : l'autre option, lorsqu'on n'est pas super skillé pour jouer postflop avec beaucoup de mains marginales, est de jouer très serré pour se forger une image extrêmement solide
    mais une fois cette image envoyée aux autres joueurs, elle permet d'avoir un énorme crédit dans les bluffs, en tout cas dans un premier temps
    le coup utilisé pour monter beaucoup de jetons est souvent un gros bluff exploitant à fond cette image de serrure
    avantages :
    . plus facile à jouer
    . plus adapté aux tournois ne commençant pas avec un énorme M
    . ne se met pas non plus trop en danger (mais un peu + quand même, il va en fait se mettre en danger dans les coups qu'il joue, mais comme il joue rarement, il se met rarement en danger)
    inconvénients :
    . ne profite pas de toutes les occasions pour gagner des jetons avec des mains marginales
    . beaucoup de patience est nécessaire
    . trop proche du style old-school qui se fait exploiter par les LAG d'aujourd'hui

    Exemples chez les grands champions : Allen Cunningham, Dan Harrington

    - le jeu LAG longball (ou hyper-LAG) : c'est le jeu qui combine les coups du smallball avec les gros bluffs en long shot du TAG, et ce, dans encore plus de mains. C'est le plus efficace mais aussi le plus risqué des styles de jeu.
    L'arme pour bluffer efficacement n'est pas l'image mais la peur. Un joueur de cette trempe peut menacer tout votre tapis à chaque instant. S'il sent que son adversaire ne payera pas un tapis il est capable de le bluffer à n'importe quel moment. Il sait aussi parfaitement engager une partie suffisante de son stack pour faire croire que le pot risque de se jouer pour tous les jetons, sans non plus engager tous les siens.
    Il va jouer la plupart du temps comme un joueur smallball, mais là où le smallball fera des petits value bets, des petits stabs, et potcontrolera avec quelques coups passifs comme des checks ou des calls, l'hyper-LAG, lui, n'hésitera pas à faire all-in régulièrement, avec les nuts ou avec air.
    Ca n'est pas non plus totalement kamikaze, car avec une excellente lecture du jeu ce style n'est pas si risqué que ça, mais il suffit d'une erreur et on saute, il faut donc être extrêmement skillé.
    avantages :
    . le style le + efficace, le + agressif, le + impressionnant
    . combine tous les moves possibles et inimaginables, du smallball float aux re-squeezes les + fous

    inconvénients :
    . demande un skill extraordinaire
    . il faut avoir des cojones
    . aucune erreur de timing n'est permise
    . c'est le style le + dangereux
    . impossible à jouer contre des fishs calling stations

    Exemples chez les grands champions : Gus Hansen, Patrik Antonius (ainsi que 90% des jeunes scandinaves), Phil Ivey

    D'autres joueurs comme Phil Hellmuth ont un style assez atypiques, jouant à la fois TAG mais avec qq mains marginales dans le tas, plus axé sur le slowplay, les traps, etc...
    Il utilise son excellente lecture pour trapper plutôt que pour voler des pots, fait tilter ses adversaires par son attitude pour qu'ils essaient de le bluffer, et va chercher des tirages très spéculatifs tout en faisant croire que c'est une serrure qui ne joue que des grosses cartes

    Les vrais pros sauront aussi changer de style, certains se donnent une image très tight et au bout d'un ou 2 niveaux de blinds, jouent LAG smallball pour voler des petits pots, puis repassent tight quand leur image s'est dégradée
    D'autres joueront hyper-LAG pour donner une image de malade mental, puis repasseront tight le temps de chopper une main
    etc...
    Il faut savoir alterner entre les styles (changing gears comme dit Doyle Brunson), c'est très important

    A vous de voir quel est votre style naturel, quel style vous voulez travailler, faites des tests, adaptez-vous aux adversaires (mieux vaut éviter de faire le fou s'il y a encore + fou à la table, mieux vaut exploiter des nits qui attendent les grosses mains en leur volant tous les pots dont ils ne veulent pas)

    2/ Le milieu de tournoi :
    Généralement je resserre le jeu un peu avant la bulle, pour redorer une image trop dégradée par les styles LAGs, et si je joue tight je peux faire un ou deux gros moves pour revenir à un bon tapis si je suis trop short, mais généralement je continuerais sur ma lancée
    Le but est d'arriver à la bulle à peu près au niveau du tapis moyen
    Il faut quand même voler les blinds de temps en temps mais ne pas trop s'impliquer dans des tirages lointains, la cote implicite s'amenuise à mesure que le rapport tapis/blinds se réduit

    3/ La bulle :
    Beaucoup de joueurs ont une vision old-school, à savoir survivre pour au moins locker un gain en étant ITM
    D'autres jouent underollés ou se sont qualifiés grâce à un ticket et l'ITM représentent pour eux une performance inestimable
    D'autres ont peur de la bulle, tout simplement car ils ne savent pas gérer cette situation
    D'autres ont peur de paraitre con à sortir juste avant les places payées

    Comment exploiter tous ces joueurs ?
    Là pour moi c'est le moment où je me met en mode "show time"
    Je relance toutes les mains toutes les positions si je suis le premier à ouvrir le pot
    Je 3-bet les joueurs timides
    Je call puis check-raise si qqun attaque ma blind
    Si je grille un voleur de blinds je le surrelance très fortement
    Je demande régulièrement le tapis des stacks moyens qui ont tout à perdre
    Agression agression agression...
    Quand y'en a qui sont prêts à jeter AA pour se glisser dans l'argent, imaginez toute la fold equity qui s'offre à vous !

    Vous allez me dire que je suis fou, que je risque de me faire sortir à la bulle alors que j'aurais pu fougériser et atteindre l'ITM
    Que beaucoup de fois je vais repartir avec 0 alors que j'aurais pu avoir un gain

    Oui mais mon but à la bulle n'est pas l'ITM
    Mon but est de devenir chipleader, quitte à sortir
    Je veux atteindre la table finale avec un gros tas de jetons, pour viser la 1ère place, et non arriver à l'ITM en tant que shortstack et de me contenter du gain des dernières places ou d'être obligé de chatter grave pour être en TF
    Oui c'est très risqué, oui ça peut me faire sortir de temps en temps à la bulle, mais au final, c'est largement + rentable de se monter un énorme tapis
    Je préfère, sur 10 tournois abordés à la bulle, sortir 8 fois sans rien et être 2 fois chipleader, que d'être 10 fois payé

    Les seules fois où je vais jouer juste pour l'ITM (à part les supersatellites) sont si je suis très shortstack (si je suis si short que je pense ne pas pouvoir aller plus loin que les moins bonnes places payées même si je vole des blinds) mais qu'il y a d'autres shorts qui risquent de sauter avant moi, ou s'il y a des gros tapis qui se clashent entre eux

    4/ La fin de tournoi :
    Post-ITM je resserre
    c'est le moment où les gens qui ont attendu l'ITM sont contents d'avoir gagné qqch et gamblent pour espérer sortir du stade de shortack
    Je passe donc en mode TAG, même si je n'hésite pas à tenter des vols de blinds (faut éviter les plus shorts), et je n'hésite pas à tenter d'éliminer un joueur quand j'ai une bonne cote de pot pour le suivre
    Ensuite je continue mon agression mais en étant plus prudent
    Généralement je relance 2,5 la blind quand je suis premier à ouvrir le pot, je CB au flop si je suis payé, et ensuite j'abandonne généralement le coup si ça n'a pas marché
    Il y a des fois plusieurs bulles dans les fins de MTT
    Par exemple si 40 personnes sont payées, il peut y avoir un gap dans les gains pour les 20 premiers, donc une mini-bulle à l'approche des 20 joueurs restants
    Il y a aussi (et surtout) une mini-bulle pour la TF

    Ces mini-bulles peuvent être l'occasion de bourrinner la table comme on l'a fait pour la vraie bulle

    5/ La TF :
    Je continue à être très agressif, même si je joue + comme un SNG
    Au début de la TF, généralement je vais jouer tight, en attendant que les plus shorts sortent pour se retrouver shorthanded
    Plus la table va se réduire, plus je vais repasser en mode très agro
    Plus j'ai de jetons plus je vais les utiliser pour agresser
    Avec un tapis + moyen je chercherais plutôt le spot pour doubler en jouant serré, mais si j'ai un gros tapis, j'asphyxie la table !


    Voilà, ça n'est pas très détaillé
    Pour + de précisions, lire les 3 Harrington de tournoi et surtout Kill Everyone (qui va bientôt sortir en français) qui explique tout ça bien en détail !



    N'hésitez pas à répondre si vous n'êtes pas d'accord avec tel ou tel truc ou si qqun désire compléter ou ajouter qqch.
  9. Like
    jUz@m got a reaction from DEBILE_BROKé in [GEN] Le poker chinois, un jeu épatant   

    bah si au strip poker y'a des enchères
    simplement pour te recaver, au lieu de racheter des jetons avec de l'argent, tu les échanges contre un vêtement que tu enlèves
  10. Like
    jUz@m got a reaction from LuckyV in [article] Stratégie en MTT   
    Voici un topic que j'ai créé initialement sur WAM

    J'ai pensé que ça pouvait être intéressant de le copier-coller ici pour avoir l'avis des CPistes (et c'est surtout que je suis nouveau sur CP et que je ne sais pas trop encore quoi poster, lol)


    1/ Le début de tournoi
    Vision old-school : Avant le tournoi était vu comme un jeu de survie
    Tom McEvoy qui a écrit une référence du poker de tournoi préconisait un jeu extrêmement solide, et la vision est de survivre assez longtemps entre 2 monstres et espérer les rentabiliser
    Même pas de concept de M, à l'époque on pouvait mourir sous les blinds en attendant un KK ou un AA (et oui, AK et QQ c'était des mains très marginales à l'époque)
    Puis Harrington est arrivé avec son M qu'il a récupéré de Magriel
    Et montré qu'il faut voler les blinds quand le tapis devient moins profond, et préconise un jeu + agressif
    Cependant ça reste assez conservateur

    Nouvelle vision : Maintenant au début d'un tournoi il ne faut plus survivre en jouant très tight, mais monter beaucoup de jetons
    On n'essaie plus de jouer son tournoi sur les coin flips de milieu/fin de tournoi mais de s'assurer un tapis suffisamment confortable pour ne pas être en danger sur chaque coin flip (ou risque de badbeat en all-in préflop)
    Ici il y a plusieurs approches :
    - le jeu LAG smallball : le joueur LAG smallball cherche à entrer dans un maximum de petits pots préflop, et, grâce à une bonne lecture du jeu, à la fois rentabiliser ses mains et récupérer bcp de petits pots en vol, il évite au maximum de faire grossir la taille du pot et cherche à prendre beaucoup de petits pots
    s'il joue un gros pot il a généralement les nuts
    on y joue à peu près comme en cash game, en respectant la règle de 5 et 10 et de 3 et 6 pour les mains à potentiel, auxquelles on ajoute bien évidemment les monstres (qu'on va jouer exactement pareil), et quelques bluffs pour les + agressifs (VPIP de 30 pour les + sages jusqu'à 70 pour les pros style Negreanu), tout en conservant la maxime du potcontrol : "pas de gros pot sans une grosse main"
    avantages :
    . permet au joueur skillé de monter des jetons régulièrement, sans se mettre jamais en danger
    . donner une image de maniaque
    . permet de déstacker des AA ou des KK sur (ou sous-) joués
    inconvénients
    . demande une très bonne lecture du jeu, surtout postflop
    . peut se faire contrecarrer par des relances à tapis
    . nécessite obligatoirement une configuration deepstack

    Exemples chez les grands champions : Negreanu est le plus flagrant, Eric Lindgren

    - le jeu TAG : l'autre option, lorsqu'on n'est pas super skillé pour jouer postflop avec beaucoup de mains marginales, est de jouer très serré pour se forger une image extrêmement solide
    mais une fois cette image envoyée aux autres joueurs, elle permet d'avoir un énorme crédit dans les bluffs, en tout cas dans un premier temps
    le coup utilisé pour monter beaucoup de jetons est souvent un gros bluff exploitant à fond cette image de serrure
    avantages :
    . plus facile à jouer
    . plus adapté aux tournois ne commençant pas avec un énorme M
    . ne se met pas non plus trop en danger (mais un peu + quand même, il va en fait se mettre en danger dans les coups qu'il joue, mais comme il joue rarement, il se met rarement en danger)
    inconvénients :
    . ne profite pas de toutes les occasions pour gagner des jetons avec des mains marginales
    . beaucoup de patience est nécessaire
    . trop proche du style old-school qui se fait exploiter par les LAG d'aujourd'hui

    Exemples chez les grands champions : Allen Cunningham, Dan Harrington

    - le jeu LAG longball (ou hyper-LAG) : c'est le jeu qui combine les coups du smallball avec les gros bluffs en long shot du TAG, et ce, dans encore plus de mains. C'est le plus efficace mais aussi le plus risqué des styles de jeu.
    L'arme pour bluffer efficacement n'est pas l'image mais la peur. Un joueur de cette trempe peut menacer tout votre tapis à chaque instant. S'il sent que son adversaire ne payera pas un tapis il est capable de le bluffer à n'importe quel moment. Il sait aussi parfaitement engager une partie suffisante de son stack pour faire croire que le pot risque de se jouer pour tous les jetons, sans non plus engager tous les siens.
    Il va jouer la plupart du temps comme un joueur smallball, mais là où le smallball fera des petits value bets, des petits stabs, et potcontrolera avec quelques coups passifs comme des checks ou des calls, l'hyper-LAG, lui, n'hésitera pas à faire all-in régulièrement, avec les nuts ou avec air.
    Ca n'est pas non plus totalement kamikaze, car avec une excellente lecture du jeu ce style n'est pas si risqué que ça, mais il suffit d'une erreur et on saute, il faut donc être extrêmement skillé.
    avantages :
    . le style le + efficace, le + agressif, le + impressionnant
    . combine tous les moves possibles et inimaginables, du smallball float aux re-squeezes les + fous

    inconvénients :
    . demande un skill extraordinaire
    . il faut avoir des cojones
    . aucune erreur de timing n'est permise
    . c'est le style le + dangereux
    . impossible à jouer contre des fishs calling stations

    Exemples chez les grands champions : Gus Hansen, Patrik Antonius (ainsi que 90% des jeunes scandinaves), Phil Ivey

    D'autres joueurs comme Phil Hellmuth ont un style assez atypiques, jouant à la fois TAG mais avec qq mains marginales dans le tas, plus axé sur le slowplay, les traps, etc...
    Il utilise son excellente lecture pour trapper plutôt que pour voler des pots, fait tilter ses adversaires par son attitude pour qu'ils essaient de le bluffer, et va chercher des tirages très spéculatifs tout en faisant croire que c'est une serrure qui ne joue que des grosses cartes

    Les vrais pros sauront aussi changer de style, certains se donnent une image très tight et au bout d'un ou 2 niveaux de blinds, jouent LAG smallball pour voler des petits pots, puis repassent tight quand leur image s'est dégradée
    D'autres joueront hyper-LAG pour donner une image de malade mental, puis repasseront tight le temps de chopper une main
    etc...
    Il faut savoir alterner entre les styles (changing gears comme dit Doyle Brunson), c'est très important

    A vous de voir quel est votre style naturel, quel style vous voulez travailler, faites des tests, adaptez-vous aux adversaires (mieux vaut éviter de faire le fou s'il y a encore + fou à la table, mieux vaut exploiter des nits qui attendent les grosses mains en leur volant tous les pots dont ils ne veulent pas)

    2/ Le milieu de tournoi :
    Généralement je resserre le jeu un peu avant la bulle, pour redorer une image trop dégradée par les styles LAGs, et si je joue tight je peux faire un ou deux gros moves pour revenir à un bon tapis si je suis trop short, mais généralement je continuerais sur ma lancée
    Le but est d'arriver à la bulle à peu près au niveau du tapis moyen
    Il faut quand même voler les blinds de temps en temps mais ne pas trop s'impliquer dans des tirages lointains, la cote implicite s'amenuise à mesure que le rapport tapis/blinds se réduit

    3/ La bulle :
    Beaucoup de joueurs ont une vision old-school, à savoir survivre pour au moins locker un gain en étant ITM
    D'autres jouent underollés ou se sont qualifiés grâce à un ticket et l'ITM représentent pour eux une performance inestimable
    D'autres ont peur de la bulle, tout simplement car ils ne savent pas gérer cette situation
    D'autres ont peur de paraitre con à sortir juste avant les places payées

    Comment exploiter tous ces joueurs ?
    Là pour moi c'est le moment où je me met en mode "show time"
    Je relance toutes les mains toutes les positions si je suis le premier à ouvrir le pot
    Je 3-bet les joueurs timides
    Je call puis check-raise si qqun attaque ma blind
    Si je grille un voleur de blinds je le surrelance très fortement
    Je demande régulièrement le tapis des stacks moyens qui ont tout à perdre
    Agression agression agression...
    Quand y'en a qui sont prêts à jeter AA pour se glisser dans l'argent, imaginez toute la fold equity qui s'offre à vous !

    Vous allez me dire que je suis fou, que je risque de me faire sortir à la bulle alors que j'aurais pu fougériser et atteindre l'ITM
    Que beaucoup de fois je vais repartir avec 0 alors que j'aurais pu avoir un gain

    Oui mais mon but à la bulle n'est pas l'ITM
    Mon but est de devenir chipleader, quitte à sortir
    Je veux atteindre la table finale avec un gros tas de jetons, pour viser la 1ère place, et non arriver à l'ITM en tant que shortstack et de me contenter du gain des dernières places ou d'être obligé de chatter grave pour être en TF
    Oui c'est très risqué, oui ça peut me faire sortir de temps en temps à la bulle, mais au final, c'est largement + rentable de se monter un énorme tapis
    Je préfère, sur 10 tournois abordés à la bulle, sortir 8 fois sans rien et être 2 fois chipleader, que d'être 10 fois payé

    Les seules fois où je vais jouer juste pour l'ITM (à part les supersatellites) sont si je suis très shortstack (si je suis si short que je pense ne pas pouvoir aller plus loin que les moins bonnes places payées même si je vole des blinds) mais qu'il y a d'autres shorts qui risquent de sauter avant moi, ou s'il y a des gros tapis qui se clashent entre eux

    4/ La fin de tournoi :
    Post-ITM je resserre
    c'est le moment où les gens qui ont attendu l'ITM sont contents d'avoir gagné qqch et gamblent pour espérer sortir du stade de shortack
    Je passe donc en mode TAG, même si je n'hésite pas à tenter des vols de blinds (faut éviter les plus shorts), et je n'hésite pas à tenter d'éliminer un joueur quand j'ai une bonne cote de pot pour le suivre
    Ensuite je continue mon agression mais en étant plus prudent
    Généralement je relance 2,5 la blind quand je suis premier à ouvrir le pot, je CB au flop si je suis payé, et ensuite j'abandonne généralement le coup si ça n'a pas marché
    Il y a des fois plusieurs bulles dans les fins de MTT
    Par exemple si 40 personnes sont payées, il peut y avoir un gap dans les gains pour les 20 premiers, donc une mini-bulle à l'approche des 20 joueurs restants
    Il y a aussi (et surtout) une mini-bulle pour la TF

    Ces mini-bulles peuvent être l'occasion de bourrinner la table comme on l'a fait pour la vraie bulle

    5/ La TF :
    Je continue à être très agressif, même si je joue + comme un SNG
    Au début de la TF, généralement je vais jouer tight, en attendant que les plus shorts sortent pour se retrouver shorthanded
    Plus la table va se réduire, plus je vais repasser en mode très agro
    Plus j'ai de jetons plus je vais les utiliser pour agresser
    Avec un tapis + moyen je chercherais plutôt le spot pour doubler en jouant serré, mais si j'ai un gros tapis, j'asphyxie la table !


    Voilà, ça n'est pas très détaillé
    Pour + de précisions, lire les 3 Harrington de tournoi et surtout Kill Everyone (qui va bientôt sortir en français) qui explique tout ça bien en détail !



    N'hésitez pas à répondre si vous n'êtes pas d'accord avec tel ou tel truc ou si qqun désire compléter ou ajouter qqch.
  11. Like
    jUz@m got a reaction from LuckyV in [article] Stratégie en MTT   
    Voici un topic que j'ai créé initialement sur WAM

    J'ai pensé que ça pouvait être intéressant de le copier-coller ici pour avoir l'avis des CPistes (et c'est surtout que je suis nouveau sur CP et que je ne sais pas trop encore quoi poster, lol)


    1/ Le début de tournoi
    Vision old-school : Avant le tournoi était vu comme un jeu de survie
    Tom McEvoy qui a écrit une référence du poker de tournoi préconisait un jeu extrêmement solide, et la vision est de survivre assez longtemps entre 2 monstres et espérer les rentabiliser
    Même pas de concept de M, à l'époque on pouvait mourir sous les blinds en attendant un KK ou un AA (et oui, AK et QQ c'était des mains très marginales à l'époque)
    Puis Harrington est arrivé avec son M qu'il a récupéré de Magriel
    Et montré qu'il faut voler les blinds quand le tapis devient moins profond, et préconise un jeu + agressif
    Cependant ça reste assez conservateur

    Nouvelle vision : Maintenant au début d'un tournoi il ne faut plus survivre en jouant très tight, mais monter beaucoup de jetons
    On n'essaie plus de jouer son tournoi sur les coin flips de milieu/fin de tournoi mais de s'assurer un tapis suffisamment confortable pour ne pas être en danger sur chaque coin flip (ou risque de badbeat en all-in préflop)
    Ici il y a plusieurs approches :
    - le jeu LAG smallball : le joueur LAG smallball cherche à entrer dans un maximum de petits pots préflop, et, grâce à une bonne lecture du jeu, à la fois rentabiliser ses mains et récupérer bcp de petits pots en vol, il évite au maximum de faire grossir la taille du pot et cherche à prendre beaucoup de petits pots
    s'il joue un gros pot il a généralement les nuts
    on y joue à peu près comme en cash game, en respectant la règle de 5 et 10 et de 3 et 6 pour les mains à potentiel, auxquelles on ajoute bien évidemment les monstres (qu'on va jouer exactement pareil), et quelques bluffs pour les + agressifs (VPIP de 30 pour les + sages jusqu'à 70 pour les pros style Negreanu), tout en conservant la maxime du potcontrol : "pas de gros pot sans une grosse main"
    avantages :
    . permet au joueur skillé de monter des jetons régulièrement, sans se mettre jamais en danger
    . donner une image de maniaque
    . permet de déstacker des AA ou des KK sur (ou sous-) joués
    inconvénients
    . demande une très bonne lecture du jeu, surtout postflop
    . peut se faire contrecarrer par des relances à tapis
    . nécessite obligatoirement une configuration deepstack

    Exemples chez les grands champions : Negreanu est le plus flagrant, Eric Lindgren

    - le jeu TAG : l'autre option, lorsqu'on n'est pas super skillé pour jouer postflop avec beaucoup de mains marginales, est de jouer très serré pour se forger une image extrêmement solide
    mais une fois cette image envoyée aux autres joueurs, elle permet d'avoir un énorme crédit dans les bluffs, en tout cas dans un premier temps
    le coup utilisé pour monter beaucoup de jetons est souvent un gros bluff exploitant à fond cette image de serrure
    avantages :
    . plus facile à jouer
    . plus adapté aux tournois ne commençant pas avec un énorme M
    . ne se met pas non plus trop en danger (mais un peu + quand même, il va en fait se mettre en danger dans les coups qu'il joue, mais comme il joue rarement, il se met rarement en danger)
    inconvénients :
    . ne profite pas de toutes les occasions pour gagner des jetons avec des mains marginales
    . beaucoup de patience est nécessaire
    . trop proche du style old-school qui se fait exploiter par les LAG d'aujourd'hui

    Exemples chez les grands champions : Allen Cunningham, Dan Harrington

    - le jeu LAG longball (ou hyper-LAG) : c'est le jeu qui combine les coups du smallball avec les gros bluffs en long shot du TAG, et ce, dans encore plus de mains. C'est le plus efficace mais aussi le plus risqué des styles de jeu.
    L'arme pour bluffer efficacement n'est pas l'image mais la peur. Un joueur de cette trempe peut menacer tout votre tapis à chaque instant. S'il sent que son adversaire ne payera pas un tapis il est capable de le bluffer à n'importe quel moment. Il sait aussi parfaitement engager une partie suffisante de son stack pour faire croire que le pot risque de se jouer pour tous les jetons, sans non plus engager tous les siens.
    Il va jouer la plupart du temps comme un joueur smallball, mais là où le smallball fera des petits value bets, des petits stabs, et potcontrolera avec quelques coups passifs comme des checks ou des calls, l'hyper-LAG, lui, n'hésitera pas à faire all-in régulièrement, avec les nuts ou avec air.
    Ca n'est pas non plus totalement kamikaze, car avec une excellente lecture du jeu ce style n'est pas si risqué que ça, mais il suffit d'une erreur et on saute, il faut donc être extrêmement skillé.
    avantages :
    . le style le + efficace, le + agressif, le + impressionnant
    . combine tous les moves possibles et inimaginables, du smallball float aux re-squeezes les + fous

    inconvénients :
    . demande un skill extraordinaire
    . il faut avoir des cojones
    . aucune erreur de timing n'est permise
    . c'est le style le + dangereux
    . impossible à jouer contre des fishs calling stations

    Exemples chez les grands champions : Gus Hansen, Patrik Antonius (ainsi que 90% des jeunes scandinaves), Phil Ivey

    D'autres joueurs comme Phil Hellmuth ont un style assez atypiques, jouant à la fois TAG mais avec qq mains marginales dans le tas, plus axé sur le slowplay, les traps, etc...
    Il utilise son excellente lecture pour trapper plutôt que pour voler des pots, fait tilter ses adversaires par son attitude pour qu'ils essaient de le bluffer, et va chercher des tirages très spéculatifs tout en faisant croire que c'est une serrure qui ne joue que des grosses cartes

    Les vrais pros sauront aussi changer de style, certains se donnent une image très tight et au bout d'un ou 2 niveaux de blinds, jouent LAG smallball pour voler des petits pots, puis repassent tight quand leur image s'est dégradée
    D'autres joueront hyper-LAG pour donner une image de malade mental, puis repasseront tight le temps de chopper une main
    etc...
    Il faut savoir alterner entre les styles (changing gears comme dit Doyle Brunson), c'est très important

    A vous de voir quel est votre style naturel, quel style vous voulez travailler, faites des tests, adaptez-vous aux adversaires (mieux vaut éviter de faire le fou s'il y a encore + fou à la table, mieux vaut exploiter des nits qui attendent les grosses mains en leur volant tous les pots dont ils ne veulent pas)

    2/ Le milieu de tournoi :
    Généralement je resserre le jeu un peu avant la bulle, pour redorer une image trop dégradée par les styles LAGs, et si je joue tight je peux faire un ou deux gros moves pour revenir à un bon tapis si je suis trop short, mais généralement je continuerais sur ma lancée
    Le but est d'arriver à la bulle à peu près au niveau du tapis moyen
    Il faut quand même voler les blinds de temps en temps mais ne pas trop s'impliquer dans des tirages lointains, la cote implicite s'amenuise à mesure que le rapport tapis/blinds se réduit

    3/ La bulle :
    Beaucoup de joueurs ont une vision old-school, à savoir survivre pour au moins locker un gain en étant ITM
    D'autres jouent underollés ou se sont qualifiés grâce à un ticket et l'ITM représentent pour eux une performance inestimable
    D'autres ont peur de la bulle, tout simplement car ils ne savent pas gérer cette situation
    D'autres ont peur de paraitre con à sortir juste avant les places payées

    Comment exploiter tous ces joueurs ?
    Là pour moi c'est le moment où je me met en mode "show time"
    Je relance toutes les mains toutes les positions si je suis le premier à ouvrir le pot
    Je 3-bet les joueurs timides
    Je call puis check-raise si qqun attaque ma blind
    Si je grille un voleur de blinds je le surrelance très fortement
    Je demande régulièrement le tapis des stacks moyens qui ont tout à perdre
    Agression agression agression...
    Quand y'en a qui sont prêts à jeter AA pour se glisser dans l'argent, imaginez toute la fold equity qui s'offre à vous !

    Vous allez me dire que je suis fou, que je risque de me faire sortir à la bulle alors que j'aurais pu fougériser et atteindre l'ITM
    Que beaucoup de fois je vais repartir avec 0 alors que j'aurais pu avoir un gain

    Oui mais mon but à la bulle n'est pas l'ITM
    Mon but est de devenir chipleader, quitte à sortir
    Je veux atteindre la table finale avec un gros tas de jetons, pour viser la 1ère place, et non arriver à l'ITM en tant que shortstack et de me contenter du gain des dernières places ou d'être obligé de chatter grave pour être en TF
    Oui c'est très risqué, oui ça peut me faire sortir de temps en temps à la bulle, mais au final, c'est largement + rentable de se monter un énorme tapis
    Je préfère, sur 10 tournois abordés à la bulle, sortir 8 fois sans rien et être 2 fois chipleader, que d'être 10 fois payé

    Les seules fois où je vais jouer juste pour l'ITM (à part les supersatellites) sont si je suis très shortstack (si je suis si short que je pense ne pas pouvoir aller plus loin que les moins bonnes places payées même si je vole des blinds) mais qu'il y a d'autres shorts qui risquent de sauter avant moi, ou s'il y a des gros tapis qui se clashent entre eux

    4/ La fin de tournoi :
    Post-ITM je resserre
    c'est le moment où les gens qui ont attendu l'ITM sont contents d'avoir gagné qqch et gamblent pour espérer sortir du stade de shortack
    Je passe donc en mode TAG, même si je n'hésite pas à tenter des vols de blinds (faut éviter les plus shorts), et je n'hésite pas à tenter d'éliminer un joueur quand j'ai une bonne cote de pot pour le suivre
    Ensuite je continue mon agression mais en étant plus prudent
    Généralement je relance 2,5 la blind quand je suis premier à ouvrir le pot, je CB au flop si je suis payé, et ensuite j'abandonne généralement le coup si ça n'a pas marché
    Il y a des fois plusieurs bulles dans les fins de MTT
    Par exemple si 40 personnes sont payées, il peut y avoir un gap dans les gains pour les 20 premiers, donc une mini-bulle à l'approche des 20 joueurs restants
    Il y a aussi (et surtout) une mini-bulle pour la TF

    Ces mini-bulles peuvent être l'occasion de bourrinner la table comme on l'a fait pour la vraie bulle

    5/ La TF :
    Je continue à être très agressif, même si je joue + comme un SNG
    Au début de la TF, généralement je vais jouer tight, en attendant que les plus shorts sortent pour se retrouver shorthanded
    Plus la table va se réduire, plus je vais repasser en mode très agro
    Plus j'ai de jetons plus je vais les utiliser pour agresser
    Avec un tapis + moyen je chercherais plutôt le spot pour doubler en jouant serré, mais si j'ai un gros tapis, j'asphyxie la table !


    Voilà, ça n'est pas très détaillé
    Pour + de précisions, lire les 3 Harrington de tournoi et surtout Kill Everyone (qui va bientôt sortir en français) qui explique tout ça bien en détail !



    N'hésitez pas à répondre si vous n'êtes pas d'accord avec tel ou tel truc ou si qqun désire compléter ou ajouter qqch.
  12. Like
    jUz@m got a reaction from LuckyV in [article] Stratégie en MTT   
    Voici un topic que j'ai créé initialement sur WAM

    J'ai pensé que ça pouvait être intéressant de le copier-coller ici pour avoir l'avis des CPistes (et c'est surtout que je suis nouveau sur CP et que je ne sais pas trop encore quoi poster, lol)


    1/ Le début de tournoi
    Vision old-school : Avant le tournoi était vu comme un jeu de survie
    Tom McEvoy qui a écrit une référence du poker de tournoi préconisait un jeu extrêmement solide, et la vision est de survivre assez longtemps entre 2 monstres et espérer les rentabiliser
    Même pas de concept de M, à l'époque on pouvait mourir sous les blinds en attendant un KK ou un AA (et oui, AK et QQ c'était des mains très marginales à l'époque)
    Puis Harrington est arrivé avec son M qu'il a récupéré de Magriel
    Et montré qu'il faut voler les blinds quand le tapis devient moins profond, et préconise un jeu + agressif
    Cependant ça reste assez conservateur

    Nouvelle vision : Maintenant au début d'un tournoi il ne faut plus survivre en jouant très tight, mais monter beaucoup de jetons
    On n'essaie plus de jouer son tournoi sur les coin flips de milieu/fin de tournoi mais de s'assurer un tapis suffisamment confortable pour ne pas être en danger sur chaque coin flip (ou risque de badbeat en all-in préflop)
    Ici il y a plusieurs approches :
    - le jeu LAG smallball : le joueur LAG smallball cherche à entrer dans un maximum de petits pots préflop, et, grâce à une bonne lecture du jeu, à la fois rentabiliser ses mains et récupérer bcp de petits pots en vol, il évite au maximum de faire grossir la taille du pot et cherche à prendre beaucoup de petits pots
    s'il joue un gros pot il a généralement les nuts
    on y joue à peu près comme en cash game, en respectant la règle de 5 et 10 et de 3 et 6 pour les mains à potentiel, auxquelles on ajoute bien évidemment les monstres (qu'on va jouer exactement pareil), et quelques bluffs pour les + agressifs (VPIP de 30 pour les + sages jusqu'à 70 pour les pros style Negreanu), tout en conservant la maxime du potcontrol : "pas de gros pot sans une grosse main"
    avantages :
    . permet au joueur skillé de monter des jetons régulièrement, sans se mettre jamais en danger
    . donner une image de maniaque
    . permet de déstacker des AA ou des KK sur (ou sous-) joués
    inconvénients
    . demande une très bonne lecture du jeu, surtout postflop
    . peut se faire contrecarrer par des relances à tapis
    . nécessite obligatoirement une configuration deepstack

    Exemples chez les grands champions : Negreanu est le plus flagrant, Eric Lindgren

    - le jeu TAG : l'autre option, lorsqu'on n'est pas super skillé pour jouer postflop avec beaucoup de mains marginales, est de jouer très serré pour se forger une image extrêmement solide
    mais une fois cette image envoyée aux autres joueurs, elle permet d'avoir un énorme crédit dans les bluffs, en tout cas dans un premier temps
    le coup utilisé pour monter beaucoup de jetons est souvent un gros bluff exploitant à fond cette image de serrure
    avantages :
    . plus facile à jouer
    . plus adapté aux tournois ne commençant pas avec un énorme M
    . ne se met pas non plus trop en danger (mais un peu + quand même, il va en fait se mettre en danger dans les coups qu'il joue, mais comme il joue rarement, il se met rarement en danger)
    inconvénients :
    . ne profite pas de toutes les occasions pour gagner des jetons avec des mains marginales
    . beaucoup de patience est nécessaire
    . trop proche du style old-school qui se fait exploiter par les LAG d'aujourd'hui

    Exemples chez les grands champions : Allen Cunningham, Dan Harrington

    - le jeu LAG longball (ou hyper-LAG) : c'est le jeu qui combine les coups du smallball avec les gros bluffs en long shot du TAG, et ce, dans encore plus de mains. C'est le plus efficace mais aussi le plus risqué des styles de jeu.
    L'arme pour bluffer efficacement n'est pas l'image mais la peur. Un joueur de cette trempe peut menacer tout votre tapis à chaque instant. S'il sent que son adversaire ne payera pas un tapis il est capable de le bluffer à n'importe quel moment. Il sait aussi parfaitement engager une partie suffisante de son stack pour faire croire que le pot risque de se jouer pour tous les jetons, sans non plus engager tous les siens.
    Il va jouer la plupart du temps comme un joueur smallball, mais là où le smallball fera des petits value bets, des petits stabs, et potcontrolera avec quelques coups passifs comme des checks ou des calls, l'hyper-LAG, lui, n'hésitera pas à faire all-in régulièrement, avec les nuts ou avec air.
    Ca n'est pas non plus totalement kamikaze, car avec une excellente lecture du jeu ce style n'est pas si risqué que ça, mais il suffit d'une erreur et on saute, il faut donc être extrêmement skillé.
    avantages :
    . le style le + efficace, le + agressif, le + impressionnant
    . combine tous les moves possibles et inimaginables, du smallball float aux re-squeezes les + fous

    inconvénients :
    . demande un skill extraordinaire
    . il faut avoir des cojones
    . aucune erreur de timing n'est permise
    . c'est le style le + dangereux
    . impossible à jouer contre des fishs calling stations

    Exemples chez les grands champions : Gus Hansen, Patrik Antonius (ainsi que 90% des jeunes scandinaves), Phil Ivey

    D'autres joueurs comme Phil Hellmuth ont un style assez atypiques, jouant à la fois TAG mais avec qq mains marginales dans le tas, plus axé sur le slowplay, les traps, etc...
    Il utilise son excellente lecture pour trapper plutôt que pour voler des pots, fait tilter ses adversaires par son attitude pour qu'ils essaient de le bluffer, et va chercher des tirages très spéculatifs tout en faisant croire que c'est une serrure qui ne joue que des grosses cartes

    Les vrais pros sauront aussi changer de style, certains se donnent une image très tight et au bout d'un ou 2 niveaux de blinds, jouent LAG smallball pour voler des petits pots, puis repassent tight quand leur image s'est dégradée
    D'autres joueront hyper-LAG pour donner une image de malade mental, puis repasseront tight le temps de chopper une main
    etc...
    Il faut savoir alterner entre les styles (changing gears comme dit Doyle Brunson), c'est très important

    A vous de voir quel est votre style naturel, quel style vous voulez travailler, faites des tests, adaptez-vous aux adversaires (mieux vaut éviter de faire le fou s'il y a encore + fou à la table, mieux vaut exploiter des nits qui attendent les grosses mains en leur volant tous les pots dont ils ne veulent pas)

    2/ Le milieu de tournoi :
    Généralement je resserre le jeu un peu avant la bulle, pour redorer une image trop dégradée par les styles LAGs, et si je joue tight je peux faire un ou deux gros moves pour revenir à un bon tapis si je suis trop short, mais généralement je continuerais sur ma lancée
    Le but est d'arriver à la bulle à peu près au niveau du tapis moyen
    Il faut quand même voler les blinds de temps en temps mais ne pas trop s'impliquer dans des tirages lointains, la cote implicite s'amenuise à mesure que le rapport tapis/blinds se réduit

    3/ La bulle :
    Beaucoup de joueurs ont une vision old-school, à savoir survivre pour au moins locker un gain en étant ITM
    D'autres jouent underollés ou se sont qualifiés grâce à un ticket et l'ITM représentent pour eux une performance inestimable
    D'autres ont peur de la bulle, tout simplement car ils ne savent pas gérer cette situation
    D'autres ont peur de paraitre con à sortir juste avant les places payées

    Comment exploiter tous ces joueurs ?
    Là pour moi c'est le moment où je me met en mode "show time"
    Je relance toutes les mains toutes les positions si je suis le premier à ouvrir le pot
    Je 3-bet les joueurs timides
    Je call puis check-raise si qqun attaque ma blind
    Si je grille un voleur de blinds je le surrelance très fortement
    Je demande régulièrement le tapis des stacks moyens qui ont tout à perdre
    Agression agression agression...
    Quand y'en a qui sont prêts à jeter AA pour se glisser dans l'argent, imaginez toute la fold equity qui s'offre à vous !

    Vous allez me dire que je suis fou, que je risque de me faire sortir à la bulle alors que j'aurais pu fougériser et atteindre l'ITM
    Que beaucoup de fois je vais repartir avec 0 alors que j'aurais pu avoir un gain

    Oui mais mon but à la bulle n'est pas l'ITM
    Mon but est de devenir chipleader, quitte à sortir
    Je veux atteindre la table finale avec un gros tas de jetons, pour viser la 1ère place, et non arriver à l'ITM en tant que shortstack et de me contenter du gain des dernières places ou d'être obligé de chatter grave pour être en TF
    Oui c'est très risqué, oui ça peut me faire sortir de temps en temps à la bulle, mais au final, c'est largement + rentable de se monter un énorme tapis
    Je préfère, sur 10 tournois abordés à la bulle, sortir 8 fois sans rien et être 2 fois chipleader, que d'être 10 fois payé

    Les seules fois où je vais jouer juste pour l'ITM (à part les supersatellites) sont si je suis très shortstack (si je suis si short que je pense ne pas pouvoir aller plus loin que les moins bonnes places payées même si je vole des blinds) mais qu'il y a d'autres shorts qui risquent de sauter avant moi, ou s'il y a des gros tapis qui se clashent entre eux

    4/ La fin de tournoi :
    Post-ITM je resserre
    c'est le moment où les gens qui ont attendu l'ITM sont contents d'avoir gagné qqch et gamblent pour espérer sortir du stade de shortack
    Je passe donc en mode TAG, même si je n'hésite pas à tenter des vols de blinds (faut éviter les plus shorts), et je n'hésite pas à tenter d'éliminer un joueur quand j'ai une bonne cote de pot pour le suivre
    Ensuite je continue mon agression mais en étant plus prudent
    Généralement je relance 2,5 la blind quand je suis premier à ouvrir le pot, je CB au flop si je suis payé, et ensuite j'abandonne généralement le coup si ça n'a pas marché
    Il y a des fois plusieurs bulles dans les fins de MTT
    Par exemple si 40 personnes sont payées, il peut y avoir un gap dans les gains pour les 20 premiers, donc une mini-bulle à l'approche des 20 joueurs restants
    Il y a aussi (et surtout) une mini-bulle pour la TF

    Ces mini-bulles peuvent être l'occasion de bourrinner la table comme on l'a fait pour la vraie bulle

    5/ La TF :
    Je continue à être très agressif, même si je joue + comme un SNG
    Au début de la TF, généralement je vais jouer tight, en attendant que les plus shorts sortent pour se retrouver shorthanded
    Plus la table va se réduire, plus je vais repasser en mode très agro
    Plus j'ai de jetons plus je vais les utiliser pour agresser
    Avec un tapis + moyen je chercherais plutôt le spot pour doubler en jouant serré, mais si j'ai un gros tapis, j'asphyxie la table !


    Voilà, ça n'est pas très détaillé
    Pour + de précisions, lire les 3 Harrington de tournoi et surtout Kill Everyone (qui va bientôt sortir en français) qui explique tout ça bien en détail !



    N'hésitez pas à répondre si vous n'êtes pas d'accord avec tel ou tel truc ou si qqun désire compléter ou ajouter qqch.
  13. Like
    jUz@m got a reaction from LuckyV in [article] Stratégie en MTT   
    Voici un topic que j'ai créé initialement sur WAM

    J'ai pensé que ça pouvait être intéressant de le copier-coller ici pour avoir l'avis des CPistes (et c'est surtout que je suis nouveau sur CP et que je ne sais pas trop encore quoi poster, lol)


    1/ Le début de tournoi
    Vision old-school : Avant le tournoi était vu comme un jeu de survie
    Tom McEvoy qui a écrit une référence du poker de tournoi préconisait un jeu extrêmement solide, et la vision est de survivre assez longtemps entre 2 monstres et espérer les rentabiliser
    Même pas de concept de M, à l'époque on pouvait mourir sous les blinds en attendant un KK ou un AA (et oui, AK et QQ c'était des mains très marginales à l'époque)
    Puis Harrington est arrivé avec son M qu'il a récupéré de Magriel
    Et montré qu'il faut voler les blinds quand le tapis devient moins profond, et préconise un jeu + agressif
    Cependant ça reste assez conservateur

    Nouvelle vision : Maintenant au début d'un tournoi il ne faut plus survivre en jouant très tight, mais monter beaucoup de jetons
    On n'essaie plus de jouer son tournoi sur les coin flips de milieu/fin de tournoi mais de s'assurer un tapis suffisamment confortable pour ne pas être en danger sur chaque coin flip (ou risque de badbeat en all-in préflop)
    Ici il y a plusieurs approches :
    - le jeu LAG smallball : le joueur LAG smallball cherche à entrer dans un maximum de petits pots préflop, et, grâce à une bonne lecture du jeu, à la fois rentabiliser ses mains et récupérer bcp de petits pots en vol, il évite au maximum de faire grossir la taille du pot et cherche à prendre beaucoup de petits pots
    s'il joue un gros pot il a généralement les nuts
    on y joue à peu près comme en cash game, en respectant la règle de 5 et 10 et de 3 et 6 pour les mains à potentiel, auxquelles on ajoute bien évidemment les monstres (qu'on va jouer exactement pareil), et quelques bluffs pour les + agressifs (VPIP de 30 pour les + sages jusqu'à 70 pour les pros style Negreanu), tout en conservant la maxime du potcontrol : "pas de gros pot sans une grosse main"
    avantages :
    . permet au joueur skillé de monter des jetons régulièrement, sans se mettre jamais en danger
    . donner une image de maniaque
    . permet de déstacker des AA ou des KK sur (ou sous-) joués
    inconvénients
    . demande une très bonne lecture du jeu, surtout postflop
    . peut se faire contrecarrer par des relances à tapis
    . nécessite obligatoirement une configuration deepstack

    Exemples chez les grands champions : Negreanu est le plus flagrant, Eric Lindgren

    - le jeu TAG : l'autre option, lorsqu'on n'est pas super skillé pour jouer postflop avec beaucoup de mains marginales, est de jouer très serré pour se forger une image extrêmement solide
    mais une fois cette image envoyée aux autres joueurs, elle permet d'avoir un énorme crédit dans les bluffs, en tout cas dans un premier temps
    le coup utilisé pour monter beaucoup de jetons est souvent un gros bluff exploitant à fond cette image de serrure
    avantages :
    . plus facile à jouer
    . plus adapté aux tournois ne commençant pas avec un énorme M
    . ne se met pas non plus trop en danger (mais un peu + quand même, il va en fait se mettre en danger dans les coups qu'il joue, mais comme il joue rarement, il se met rarement en danger)
    inconvénients :
    . ne profite pas de toutes les occasions pour gagner des jetons avec des mains marginales
    . beaucoup de patience est nécessaire
    . trop proche du style old-school qui se fait exploiter par les LAG d'aujourd'hui

    Exemples chez les grands champions : Allen Cunningham, Dan Harrington

    - le jeu LAG longball (ou hyper-LAG) : c'est le jeu qui combine les coups du smallball avec les gros bluffs en long shot du TAG, et ce, dans encore plus de mains. C'est le plus efficace mais aussi le plus risqué des styles de jeu.
    L'arme pour bluffer efficacement n'est pas l'image mais la peur. Un joueur de cette trempe peut menacer tout votre tapis à chaque instant. S'il sent que son adversaire ne payera pas un tapis il est capable de le bluffer à n'importe quel moment. Il sait aussi parfaitement engager une partie suffisante de son stack pour faire croire que le pot risque de se jouer pour tous les jetons, sans non plus engager tous les siens.
    Il va jouer la plupart du temps comme un joueur smallball, mais là où le smallball fera des petits value bets, des petits stabs, et potcontrolera avec quelques coups passifs comme des checks ou des calls, l'hyper-LAG, lui, n'hésitera pas à faire all-in régulièrement, avec les nuts ou avec air.
    Ca n'est pas non plus totalement kamikaze, car avec une excellente lecture du jeu ce style n'est pas si risqué que ça, mais il suffit d'une erreur et on saute, il faut donc être extrêmement skillé.
    avantages :
    . le style le + efficace, le + agressif, le + impressionnant
    . combine tous les moves possibles et inimaginables, du smallball float aux re-squeezes les + fous

    inconvénients :
    . demande un skill extraordinaire
    . il faut avoir des cojones
    . aucune erreur de timing n'est permise
    . c'est le style le + dangereux
    . impossible à jouer contre des fishs calling stations

    Exemples chez les grands champions : Gus Hansen, Patrik Antonius (ainsi que 90% des jeunes scandinaves), Phil Ivey

    D'autres joueurs comme Phil Hellmuth ont un style assez atypiques, jouant à la fois TAG mais avec qq mains marginales dans le tas, plus axé sur le slowplay, les traps, etc...
    Il utilise son excellente lecture pour trapper plutôt que pour voler des pots, fait tilter ses adversaires par son attitude pour qu'ils essaient de le bluffer, et va chercher des tirages très spéculatifs tout en faisant croire que c'est une serrure qui ne joue que des grosses cartes

    Les vrais pros sauront aussi changer de style, certains se donnent une image très tight et au bout d'un ou 2 niveaux de blinds, jouent LAG smallball pour voler des petits pots, puis repassent tight quand leur image s'est dégradée
    D'autres joueront hyper-LAG pour donner une image de malade mental, puis repasseront tight le temps de chopper une main
    etc...
    Il faut savoir alterner entre les styles (changing gears comme dit Doyle Brunson), c'est très important

    A vous de voir quel est votre style naturel, quel style vous voulez travailler, faites des tests, adaptez-vous aux adversaires (mieux vaut éviter de faire le fou s'il y a encore + fou à la table, mieux vaut exploiter des nits qui attendent les grosses mains en leur volant tous les pots dont ils ne veulent pas)

    2/ Le milieu de tournoi :
    Généralement je resserre le jeu un peu avant la bulle, pour redorer une image trop dégradée par les styles LAGs, et si je joue tight je peux faire un ou deux gros moves pour revenir à un bon tapis si je suis trop short, mais généralement je continuerais sur ma lancée
    Le but est d'arriver à la bulle à peu près au niveau du tapis moyen
    Il faut quand même voler les blinds de temps en temps mais ne pas trop s'impliquer dans des tirages lointains, la cote implicite s'amenuise à mesure que le rapport tapis/blinds se réduit

    3/ La bulle :
    Beaucoup de joueurs ont une vision old-school, à savoir survivre pour au moins locker un gain en étant ITM
    D'autres jouent underollés ou se sont qualifiés grâce à un ticket et l'ITM représentent pour eux une performance inestimable
    D'autres ont peur de la bulle, tout simplement car ils ne savent pas gérer cette situation
    D'autres ont peur de paraitre con à sortir juste avant les places payées

    Comment exploiter tous ces joueurs ?
    Là pour moi c'est le moment où je me met en mode "show time"
    Je relance toutes les mains toutes les positions si je suis le premier à ouvrir le pot
    Je 3-bet les joueurs timides
    Je call puis check-raise si qqun attaque ma blind
    Si je grille un voleur de blinds je le surrelance très fortement
    Je demande régulièrement le tapis des stacks moyens qui ont tout à perdre
    Agression agression agression...
    Quand y'en a qui sont prêts à jeter AA pour se glisser dans l'argent, imaginez toute la fold equity qui s'offre à vous !

    Vous allez me dire que je suis fou, que je risque de me faire sortir à la bulle alors que j'aurais pu fougériser et atteindre l'ITM
    Que beaucoup de fois je vais repartir avec 0 alors que j'aurais pu avoir un gain

    Oui mais mon but à la bulle n'est pas l'ITM
    Mon but est de devenir chipleader, quitte à sortir
    Je veux atteindre la table finale avec un gros tas de jetons, pour viser la 1ère place, et non arriver à l'ITM en tant que shortstack et de me contenter du gain des dernières places ou d'être obligé de chatter grave pour être en TF
    Oui c'est très risqué, oui ça peut me faire sortir de temps en temps à la bulle, mais au final, c'est largement + rentable de se monter un énorme tapis
    Je préfère, sur 10 tournois abordés à la bulle, sortir 8 fois sans rien et être 2 fois chipleader, que d'être 10 fois payé

    Les seules fois où je vais jouer juste pour l'ITM (à part les supersatellites) sont si je suis très shortstack (si je suis si short que je pense ne pas pouvoir aller plus loin que les moins bonnes places payées même si je vole des blinds) mais qu'il y a d'autres shorts qui risquent de sauter avant moi, ou s'il y a des gros tapis qui se clashent entre eux

    4/ La fin de tournoi :
    Post-ITM je resserre
    c'est le moment où les gens qui ont attendu l'ITM sont contents d'avoir gagné qqch et gamblent pour espérer sortir du stade de shortack
    Je passe donc en mode TAG, même si je n'hésite pas à tenter des vols de blinds (faut éviter les plus shorts), et je n'hésite pas à tenter d'éliminer un joueur quand j'ai une bonne cote de pot pour le suivre
    Ensuite je continue mon agression mais en étant plus prudent
    Généralement je relance 2,5 la blind quand je suis premier à ouvrir le pot, je CB au flop si je suis payé, et ensuite j'abandonne généralement le coup si ça n'a pas marché
    Il y a des fois plusieurs bulles dans les fins de MTT
    Par exemple si 40 personnes sont payées, il peut y avoir un gap dans les gains pour les 20 premiers, donc une mini-bulle à l'approche des 20 joueurs restants
    Il y a aussi (et surtout) une mini-bulle pour la TF

    Ces mini-bulles peuvent être l'occasion de bourrinner la table comme on l'a fait pour la vraie bulle

    5/ La TF :
    Je continue à être très agressif, même si je joue + comme un SNG
    Au début de la TF, généralement je vais jouer tight, en attendant que les plus shorts sortent pour se retrouver shorthanded
    Plus la table va se réduire, plus je vais repasser en mode très agro
    Plus j'ai de jetons plus je vais les utiliser pour agresser
    Avec un tapis + moyen je chercherais plutôt le spot pour doubler en jouant serré, mais si j'ai un gros tapis, j'asphyxie la table !


    Voilà, ça n'est pas très détaillé
    Pour + de précisions, lire les 3 Harrington de tournoi et surtout Kill Everyone (qui va bientôt sortir en français) qui explique tout ça bien en détail !



    N'hésitez pas à répondre si vous n'êtes pas d'accord avec tel ou tel truc ou si qqun désire compléter ou ajouter qqch.
  14. Like
    jUz@m got a reaction from LuckyV in [article] Stratégie en MTT   
    Voici un topic que j'ai créé initialement sur WAM

    J'ai pensé que ça pouvait être intéressant de le copier-coller ici pour avoir l'avis des CPistes (et c'est surtout que je suis nouveau sur CP et que je ne sais pas trop encore quoi poster, lol)


    1/ Le début de tournoi
    Vision old-school : Avant le tournoi était vu comme un jeu de survie
    Tom McEvoy qui a écrit une référence du poker de tournoi préconisait un jeu extrêmement solide, et la vision est de survivre assez longtemps entre 2 monstres et espérer les rentabiliser
    Même pas de concept de M, à l'époque on pouvait mourir sous les blinds en attendant un KK ou un AA (et oui, AK et QQ c'était des mains très marginales à l'époque)
    Puis Harrington est arrivé avec son M qu'il a récupéré de Magriel
    Et montré qu'il faut voler les blinds quand le tapis devient moins profond, et préconise un jeu + agressif
    Cependant ça reste assez conservateur

    Nouvelle vision : Maintenant au début d'un tournoi il ne faut plus survivre en jouant très tight, mais monter beaucoup de jetons
    On n'essaie plus de jouer son tournoi sur les coin flips de milieu/fin de tournoi mais de s'assurer un tapis suffisamment confortable pour ne pas être en danger sur chaque coin flip (ou risque de badbeat en all-in préflop)
    Ici il y a plusieurs approches :
    - le jeu LAG smallball : le joueur LAG smallball cherche à entrer dans un maximum de petits pots préflop, et, grâce à une bonne lecture du jeu, à la fois rentabiliser ses mains et récupérer bcp de petits pots en vol, il évite au maximum de faire grossir la taille du pot et cherche à prendre beaucoup de petits pots
    s'il joue un gros pot il a généralement les nuts
    on y joue à peu près comme en cash game, en respectant la règle de 5 et 10 et de 3 et 6 pour les mains à potentiel, auxquelles on ajoute bien évidemment les monstres (qu'on va jouer exactement pareil), et quelques bluffs pour les + agressifs (VPIP de 30 pour les + sages jusqu'à 70 pour les pros style Negreanu), tout en conservant la maxime du potcontrol : "pas de gros pot sans une grosse main"
    avantages :
    . permet au joueur skillé de monter des jetons régulièrement, sans se mettre jamais en danger
    . donner une image de maniaque
    . permet de déstacker des AA ou des KK sur (ou sous-) joués
    inconvénients
    . demande une très bonne lecture du jeu, surtout postflop
    . peut se faire contrecarrer par des relances à tapis
    . nécessite obligatoirement une configuration deepstack

    Exemples chez les grands champions : Negreanu est le plus flagrant, Eric Lindgren

    - le jeu TAG : l'autre option, lorsqu'on n'est pas super skillé pour jouer postflop avec beaucoup de mains marginales, est de jouer très serré pour se forger une image extrêmement solide
    mais une fois cette image envoyée aux autres joueurs, elle permet d'avoir un énorme crédit dans les bluffs, en tout cas dans un premier temps
    le coup utilisé pour monter beaucoup de jetons est souvent un gros bluff exploitant à fond cette image de serrure
    avantages :
    . plus facile à jouer
    . plus adapté aux tournois ne commençant pas avec un énorme M
    . ne se met pas non plus trop en danger (mais un peu + quand même, il va en fait se mettre en danger dans les coups qu'il joue, mais comme il joue rarement, il se met rarement en danger)
    inconvénients :
    . ne profite pas de toutes les occasions pour gagner des jetons avec des mains marginales
    . beaucoup de patience est nécessaire
    . trop proche du style old-school qui se fait exploiter par les LAG d'aujourd'hui

    Exemples chez les grands champions : Allen Cunningham, Dan Harrington

    - le jeu LAG longball (ou hyper-LAG) : c'est le jeu qui combine les coups du smallball avec les gros bluffs en long shot du TAG, et ce, dans encore plus de mains. C'est le plus efficace mais aussi le plus risqué des styles de jeu.
    L'arme pour bluffer efficacement n'est pas l'image mais la peur. Un joueur de cette trempe peut menacer tout votre tapis à chaque instant. S'il sent que son adversaire ne payera pas un tapis il est capable de le bluffer à n'importe quel moment. Il sait aussi parfaitement engager une partie suffisante de son stack pour faire croire que le pot risque de se jouer pour tous les jetons, sans non plus engager tous les siens.
    Il va jouer la plupart du temps comme un joueur smallball, mais là où le smallball fera des petits value bets, des petits stabs, et potcontrolera avec quelques coups passifs comme des checks ou des calls, l'hyper-LAG, lui, n'hésitera pas à faire all-in régulièrement, avec les nuts ou avec air.
    Ca n'est pas non plus totalement kamikaze, car avec une excellente lecture du jeu ce style n'est pas si risqué que ça, mais il suffit d'une erreur et on saute, il faut donc être extrêmement skillé.
    avantages :
    . le style le + efficace, le + agressif, le + impressionnant
    . combine tous les moves possibles et inimaginables, du smallball float aux re-squeezes les + fous

    inconvénients :
    . demande un skill extraordinaire
    . il faut avoir des cojones
    . aucune erreur de timing n'est permise
    . c'est le style le + dangereux
    . impossible à jouer contre des fishs calling stations

    Exemples chez les grands champions : Gus Hansen, Patrik Antonius (ainsi que 90% des jeunes scandinaves), Phil Ivey

    D'autres joueurs comme Phil Hellmuth ont un style assez atypiques, jouant à la fois TAG mais avec qq mains marginales dans le tas, plus axé sur le slowplay, les traps, etc...
    Il utilise son excellente lecture pour trapper plutôt que pour voler des pots, fait tilter ses adversaires par son attitude pour qu'ils essaient de le bluffer, et va chercher des tirages très spéculatifs tout en faisant croire que c'est une serrure qui ne joue que des grosses cartes

    Les vrais pros sauront aussi changer de style, certains se donnent une image très tight et au bout d'un ou 2 niveaux de blinds, jouent LAG smallball pour voler des petits pots, puis repassent tight quand leur image s'est dégradée
    D'autres joueront hyper-LAG pour donner une image de malade mental, puis repasseront tight le temps de chopper une main
    etc...
    Il faut savoir alterner entre les styles (changing gears comme dit Doyle Brunson), c'est très important

    A vous de voir quel est votre style naturel, quel style vous voulez travailler, faites des tests, adaptez-vous aux adversaires (mieux vaut éviter de faire le fou s'il y a encore + fou à la table, mieux vaut exploiter des nits qui attendent les grosses mains en leur volant tous les pots dont ils ne veulent pas)

    2/ Le milieu de tournoi :
    Généralement je resserre le jeu un peu avant la bulle, pour redorer une image trop dégradée par les styles LAGs, et si je joue tight je peux faire un ou deux gros moves pour revenir à un bon tapis si je suis trop short, mais généralement je continuerais sur ma lancée
    Le but est d'arriver à la bulle à peu près au niveau du tapis moyen
    Il faut quand même voler les blinds de temps en temps mais ne pas trop s'impliquer dans des tirages lointains, la cote implicite s'amenuise à mesure que le rapport tapis/blinds se réduit

    3/ La bulle :
    Beaucoup de joueurs ont une vision old-school, à savoir survivre pour au moins locker un gain en étant ITM
    D'autres jouent underollés ou se sont qualifiés grâce à un ticket et l'ITM représentent pour eux une performance inestimable
    D'autres ont peur de la bulle, tout simplement car ils ne savent pas gérer cette situation
    D'autres ont peur de paraitre con à sortir juste avant les places payées

    Comment exploiter tous ces joueurs ?
    Là pour moi c'est le moment où je me met en mode "show time"
    Je relance toutes les mains toutes les positions si je suis le premier à ouvrir le pot
    Je 3-bet les joueurs timides
    Je call puis check-raise si qqun attaque ma blind
    Si je grille un voleur de blinds je le surrelance très fortement
    Je demande régulièrement le tapis des stacks moyens qui ont tout à perdre
    Agression agression agression...
    Quand y'en a qui sont prêts à jeter AA pour se glisser dans l'argent, imaginez toute la fold equity qui s'offre à vous !

    Vous allez me dire que je suis fou, que je risque de me faire sortir à la bulle alors que j'aurais pu fougériser et atteindre l'ITM
    Que beaucoup de fois je vais repartir avec 0 alors que j'aurais pu avoir un gain

    Oui mais mon but à la bulle n'est pas l'ITM
    Mon but est de devenir chipleader, quitte à sortir
    Je veux atteindre la table finale avec un gros tas de jetons, pour viser la 1ère place, et non arriver à l'ITM en tant que shortstack et de me contenter du gain des dernières places ou d'être obligé de chatter grave pour être en TF
    Oui c'est très risqué, oui ça peut me faire sortir de temps en temps à la bulle, mais au final, c'est largement + rentable de se monter un énorme tapis
    Je préfère, sur 10 tournois abordés à la bulle, sortir 8 fois sans rien et être 2 fois chipleader, que d'être 10 fois payé

    Les seules fois où je vais jouer juste pour l'ITM (à part les supersatellites) sont si je suis très shortstack (si je suis si short que je pense ne pas pouvoir aller plus loin que les moins bonnes places payées même si je vole des blinds) mais qu'il y a d'autres shorts qui risquent de sauter avant moi, ou s'il y a des gros tapis qui se clashent entre eux

    4/ La fin de tournoi :
    Post-ITM je resserre
    c'est le moment où les gens qui ont attendu l'ITM sont contents d'avoir gagné qqch et gamblent pour espérer sortir du stade de shortack
    Je passe donc en mode TAG, même si je n'hésite pas à tenter des vols de blinds (faut éviter les plus shorts), et je n'hésite pas à tenter d'éliminer un joueur quand j'ai une bonne cote de pot pour le suivre
    Ensuite je continue mon agression mais en étant plus prudent
    Généralement je relance 2,5 la blind quand je suis premier à ouvrir le pot, je CB au flop si je suis payé, et ensuite j'abandonne généralement le coup si ça n'a pas marché
    Il y a des fois plusieurs bulles dans les fins de MTT
    Par exemple si 40 personnes sont payées, il peut y avoir un gap dans les gains pour les 20 premiers, donc une mini-bulle à l'approche des 20 joueurs restants
    Il y a aussi (et surtout) une mini-bulle pour la TF

    Ces mini-bulles peuvent être l'occasion de bourrinner la table comme on l'a fait pour la vraie bulle

    5/ La TF :
    Je continue à être très agressif, même si je joue + comme un SNG
    Au début de la TF, généralement je vais jouer tight, en attendant que les plus shorts sortent pour se retrouver shorthanded
    Plus la table va se réduire, plus je vais repasser en mode très agro
    Plus j'ai de jetons plus je vais les utiliser pour agresser
    Avec un tapis + moyen je chercherais plutôt le spot pour doubler en jouant serré, mais si j'ai un gros tapis, j'asphyxie la table !


    Voilà, ça n'est pas très détaillé
    Pour + de précisions, lire les 3 Harrington de tournoi et surtout Kill Everyone (qui va bientôt sortir en français) qui explique tout ça bien en détail !



    N'hésitez pas à répondre si vous n'êtes pas d'accord avec tel ou tel truc ou si qqun désire compléter ou ajouter qqch.
  15. Like
    jUz@m got a reaction from SirJames in KILL ELKY déjà dispo ? sur MA   
    Tu liras le bouquin, c'est expliqué dedans
    Ou alors The Mathematics of Poker qui va encore plus loin

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9orie_des_jeux
    http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89quilibre_de_Nash

    Bon allez, jvais t'expliquer un petit peu
    Je vais prendre le jeu du pierre-feuille-ciseaux comme exemple, où tu paries de l'argent et où tu joues un nombre important de rounds
    Imagine que tu joues contre un super-ordinateur qui va toujours choisir la meilleure stratégie contre celle que tu joues, en s'adaptant automatiquement
    Si on prend une stratégie pure, c'est-à-dire une stratégie qui soit 100% pierre, 100% feuille ou 100% ciseaux
    Que tu choisisses l'une de ces 3 stratégies, ton adversaire va très vite s'adapter : si tu joues 100% pierre il va jouer systématiquement feuille, si t'as pris les ciseaux il jouera pierre, etc... etc...
    Qu'est ce que tu peux jouer d'autre qu'une stratégie pure ? Tu as 2 solutions : soit choisir une stratégie mixte (c'est-à-dire assigner des probabilités pour chacun de tes choix) ou alors jouer uniquement en fonction de ce que joue ton adversaire
    Le problème c'est que j'ai défini ton adversaire comme étant le super-ordinateur le plus grand joueur de pierre-feuilles-ciseaux de tous les temps : si tu essaies de repérer sa stratégie et de l'outplay, il va repérer tes failles et te défoncer en réfléchissant un niveau au-dessus du tien quasi-systématiquement
    Maintenant si tu prends une stratégie mixte
    J'en prends une au hasard, imaginons que tu joues 50% ciseaux, 50% feuille, et 0% pierre
    Comment va s'adapter ta "nemesis" ? (c'est le nom pour un adversaire qui s'adapte automatiquement contre toi), il va choisir de jouer 100% ciseaux : 50% du temps il va faire match nul, et les 50 autres % il va te battre
    Tu pourrais t'adapter en retour en jouant 100% pierre, mais lui il va s'adapter et faire 100% feuille, etc... etc...
    On pourrait jouer longtemps à ce ptit jeu d'adaptation mais tu vas perdre énormément (tu te fais exploiter qq stratégie que tu choisisses)
    Mais il y a une stratégie, sur laquelle tu vas à un moment t'arrêter, qui empêche ton adversaire de t'exploiter
    Cette stratégie est ce qu'on appelle la stratégie qui est au point d'équilibre de Nash (Von Neumann a démontré qu'il existait pour tout jeu à 2 joueurs et à somme nulle un point d'équilibre (point-selle) qui est ce qu'on appelle "la stratégie optimale" au sens de la théorie des jeux, et John Nash est allé plus loin en travaillant sur les jeux à somme non-nulle ou les jeux multijoueurs, et a démontré qu'il existait un tel équilibre quasiment partout, que l'on a nommé ensuite "équilibre de Nash")
    L'équilibre de Nash au pierre-feuille-ciseaux est 1/3 pierre, 1/3 feuille, 1/3 ciseaux, purement aléatoirement
    Qu'est ce qui se passe si tu joues cette stratégie et que tu n'en bouges pas ?
    Ton adversaire ne peut rien faire, il ne peut plus gagner, il ne peut plus t'exploiter
    Le mieux qu'il ait à faire est lui aussi de jouer cette stratégie 1/3, 1/3, 1/3
    A partir de là plus personne ne bouge, plus personne n'a intérêt à changer de stratégie (ce pourquoi on appelle ça un équilibre)
    Parce qu'imagine que tu dévies un petit peu, tu joues par exemple 30% pierre, 35% feuille et 35% ciseaux... Là ton adversaire passe directement à 100% ciseaux : 35% du temps il fait nul, 35% du temps il gagne et 30% du temps il perd, c'est là où son EV est maximale !
    Mais à 1/3, 1/3, 1/3 tu es inexploitable

    Et bien au poker c'est pareil, même si c'est un peu plus complexe
    Imagine que tu joues aussi au poker contre une nemesis, un super-adversaire qui s'adapte toujours au mieux contre toi
    Disons que tu joues super serré, super straightforward, bref tu mises quand t'as du jeu et tu ne bluffes jamais : que va-t-il faire ?
    Il va te bluffer dès que tu montres de la faiblesse, et se coucher dès que tu montres de la force
    Du coup tu ne peux pas jouer de manière aussi prévisible, il te faut le bluffer
    Mais si tu le bluffes trop, il va te payer tout le temps et générer un profit en jouant la calling station
    Du coup il faut le bluffer, mais uniquement un %age du temps qui soit inexploitable
    Il faut que t'arrives à faire en sorte qu'il ne puisse pas trouver une stratégie qui va t'exploiter, en mixant aléatoirement tes value bets et tes bluffs, de manière à ce qu'il ait la même EV qu'il call ou qu'il folde (si tu bluffes un poil pas assez il fera mieux en se couchant tout le temps, et si tu bluffes un poil trop il fera mieux en te callant tout le temps)
    Exemple à la river, si tu bet pot il faut que tu bluffes 1/3 du temps et que les 2/3 soient un value bet
    En effet, il aura une cote de 2 contre 1 sur son call, donc s'il estime que tu bluffes + d'1/3 du temps il devra te payer (et son call sera EV+), et s'il estime que tu bluffes moins d'1/3 du temps il devra se coucher (et il n'aura fait aucune erreur car le call est EV-)
    Mais si tu bluffes pile-poil 1/3 du temps, qu'il folde ou qu'il calle il sera EV0, et toi tu généreras un profit sur tous tes value bets

    T'arrives à comprendre le truc ?
    Attention cependant : cette stratégie peut paraitre parfaite, mais elle ne l'est pas
    En effet, elle l'est si et seulement si ton ou tes adversaires jouent parfaitement
    Si tu joues au poker contre quelqu'un de meilleur que toi, tu l'empêches totalement de t'exploiter en choisissant une telle stratégie
    Mais si tu joues contre une opposition plus faible, qui fait des erreurs, tu aurais + à gagner en choisissant une stratégie exploitante, pour maximiser ton profit par rapport aux erreurs qu'il fait (tant qu'il ne s'adapte pas)
    Il faut savoir que toute stratégie exploitante est exploitable, mais une stratégie exploitante sera toujours supérieure à une stratégie inexploitable, tant que les adversaires sont exploitables
    Un exemple : tu joues contre un super-nit, qui ne joue que des monstres absolus
    Si tu le bluffes le %age du temps que suggère la stratégie inexploitable, tu devrais générer un profit
    Mais tu aurais bien + à gagner en le bluffant 100% du temps !
    Tant qu'il ne s'adapte pas, c'est ce qui serait le + profitable pour toi
    S'il s'adapte (et qu'il devient exploitable d'une autre manière, par exemple en te callant tout le temps, ou en tiltant et en faisant tapis à chaque fois que tu mises), il faudra que tu t'adaptes le + vite possible pour choisir la stratégie exploitante qui l'exploitera au maximum
    S'il s'adapte de manière à être inexploitable, là tu ne pourras plus rien faire, à part passer toi-même à une stratégie également inexploitable

    C'est plus clair maintenant ? (J'ai expliqué ça + en détail que dans Kill Elky, lol)
  16. Like
    jUz@m got a reaction from SirJames in KILL ELKY déjà dispo ? sur MA   
    Tu liras le bouquin, c'est expliqué dedans
    Ou alors The Mathematics of Poker qui va encore plus loin

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9orie_des_jeux
    http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89quilibre_de_Nash

    Bon allez, jvais t'expliquer un petit peu
    Je vais prendre le jeu du pierre-feuille-ciseaux comme exemple, où tu paries de l'argent et où tu joues un nombre important de rounds
    Imagine que tu joues contre un super-ordinateur qui va toujours choisir la meilleure stratégie contre celle que tu joues, en s'adaptant automatiquement
    Si on prend une stratégie pure, c'est-à-dire une stratégie qui soit 100% pierre, 100% feuille ou 100% ciseaux
    Que tu choisisses l'une de ces 3 stratégies, ton adversaire va très vite s'adapter : si tu joues 100% pierre il va jouer systématiquement feuille, si t'as pris les ciseaux il jouera pierre, etc... etc...
    Qu'est ce que tu peux jouer d'autre qu'une stratégie pure ? Tu as 2 solutions : soit choisir une stratégie mixte (c'est-à-dire assigner des probabilités pour chacun de tes choix) ou alors jouer uniquement en fonction de ce que joue ton adversaire
    Le problème c'est que j'ai défini ton adversaire comme étant le super-ordinateur le plus grand joueur de pierre-feuilles-ciseaux de tous les temps : si tu essaies de repérer sa stratégie et de l'outplay, il va repérer tes failles et te défoncer en réfléchissant un niveau au-dessus du tien quasi-systématiquement
    Maintenant si tu prends une stratégie mixte
    J'en prends une au hasard, imaginons que tu joues 50% ciseaux, 50% feuille, et 0% pierre
    Comment va s'adapter ta "nemesis" ? (c'est le nom pour un adversaire qui s'adapte automatiquement contre toi), il va choisir de jouer 100% ciseaux : 50% du temps il va faire match nul, et les 50 autres % il va te battre
    Tu pourrais t'adapter en retour en jouant 100% pierre, mais lui il va s'adapter et faire 100% feuille, etc... etc...
    On pourrait jouer longtemps à ce ptit jeu d'adaptation mais tu vas perdre énormément (tu te fais exploiter qq stratégie que tu choisisses)
    Mais il y a une stratégie, sur laquelle tu vas à un moment t'arrêter, qui empêche ton adversaire de t'exploiter
    Cette stratégie est ce qu'on appelle la stratégie qui est au point d'équilibre de Nash (Von Neumann a démontré qu'il existait pour tout jeu à 2 joueurs et à somme nulle un point d'équilibre (point-selle) qui est ce qu'on appelle "la stratégie optimale" au sens de la théorie des jeux, et John Nash est allé plus loin en travaillant sur les jeux à somme non-nulle ou les jeux multijoueurs, et a démontré qu'il existait un tel équilibre quasiment partout, que l'on a nommé ensuite "équilibre de Nash")
    L'équilibre de Nash au pierre-feuille-ciseaux est 1/3 pierre, 1/3 feuille, 1/3 ciseaux, purement aléatoirement
    Qu'est ce qui se passe si tu joues cette stratégie et que tu n'en bouges pas ?
    Ton adversaire ne peut rien faire, il ne peut plus gagner, il ne peut plus t'exploiter
    Le mieux qu'il ait à faire est lui aussi de jouer cette stratégie 1/3, 1/3, 1/3
    A partir de là plus personne ne bouge, plus personne n'a intérêt à changer de stratégie (ce pourquoi on appelle ça un équilibre)
    Parce qu'imagine que tu dévies un petit peu, tu joues par exemple 30% pierre, 35% feuille et 35% ciseaux... Là ton adversaire passe directement à 100% ciseaux : 35% du temps il fait nul, 35% du temps il gagne et 30% du temps il perd, c'est là où son EV est maximale !
    Mais à 1/3, 1/3, 1/3 tu es inexploitable

    Et bien au poker c'est pareil, même si c'est un peu plus complexe
    Imagine que tu joues aussi au poker contre une nemesis, un super-adversaire qui s'adapte toujours au mieux contre toi
    Disons que tu joues super serré, super straightforward, bref tu mises quand t'as du jeu et tu ne bluffes jamais : que va-t-il faire ?
    Il va te bluffer dès que tu montres de la faiblesse, et se coucher dès que tu montres de la force
    Du coup tu ne peux pas jouer de manière aussi prévisible, il te faut le bluffer
    Mais si tu le bluffes trop, il va te payer tout le temps et générer un profit en jouant la calling station
    Du coup il faut le bluffer, mais uniquement un %age du temps qui soit inexploitable
    Il faut que t'arrives à faire en sorte qu'il ne puisse pas trouver une stratégie qui va t'exploiter, en mixant aléatoirement tes value bets et tes bluffs, de manière à ce qu'il ait la même EV qu'il call ou qu'il folde (si tu bluffes un poil pas assez il fera mieux en se couchant tout le temps, et si tu bluffes un poil trop il fera mieux en te callant tout le temps)
    Exemple à la river, si tu bet pot il faut que tu bluffes 1/3 du temps et que les 2/3 soient un value bet
    En effet, il aura une cote de 2 contre 1 sur son call, donc s'il estime que tu bluffes + d'1/3 du temps il devra te payer (et son call sera EV+), et s'il estime que tu bluffes moins d'1/3 du temps il devra se coucher (et il n'aura fait aucune erreur car le call est EV-)
    Mais si tu bluffes pile-poil 1/3 du temps, qu'il folde ou qu'il calle il sera EV0, et toi tu généreras un profit sur tous tes value bets

    T'arrives à comprendre le truc ?
    Attention cependant : cette stratégie peut paraitre parfaite, mais elle ne l'est pas
    En effet, elle l'est si et seulement si ton ou tes adversaires jouent parfaitement
    Si tu joues au poker contre quelqu'un de meilleur que toi, tu l'empêches totalement de t'exploiter en choisissant une telle stratégie
    Mais si tu joues contre une opposition plus faible, qui fait des erreurs, tu aurais + à gagner en choisissant une stratégie exploitante, pour maximiser ton profit par rapport aux erreurs qu'il fait (tant qu'il ne s'adapte pas)
    Il faut savoir que toute stratégie exploitante est exploitable, mais une stratégie exploitante sera toujours supérieure à une stratégie inexploitable, tant que les adversaires sont exploitables
    Un exemple : tu joues contre un super-nit, qui ne joue que des monstres absolus
    Si tu le bluffes le %age du temps que suggère la stratégie inexploitable, tu devrais générer un profit
    Mais tu aurais bien + à gagner en le bluffant 100% du temps !
    Tant qu'il ne s'adapte pas, c'est ce qui serait le + profitable pour toi
    S'il s'adapte (et qu'il devient exploitable d'une autre manière, par exemple en te callant tout le temps, ou en tiltant et en faisant tapis à chaque fois que tu mises), il faudra que tu t'adaptes le + vite possible pour choisir la stratégie exploitante qui l'exploitera au maximum
    S'il s'adapte de manière à être inexploitable, là tu ne pourras plus rien faire, à part passer toi-même à une stratégie également inexploitable

    C'est plus clair maintenant ? (J'ai expliqué ça + en détail que dans Kill Elky, lol)
  17. Like
    jUz@m got a reaction from SirJames in KILL ELKY déjà dispo ? sur MA   
    Tu liras le bouquin, c'est expliqué dedans
    Ou alors The Mathematics of Poker qui va encore plus loin

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9orie_des_jeux
    http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89quilibre_de_Nash

    Bon allez, jvais t'expliquer un petit peu
    Je vais prendre le jeu du pierre-feuille-ciseaux comme exemple, où tu paries de l'argent et où tu joues un nombre important de rounds
    Imagine que tu joues contre un super-ordinateur qui va toujours choisir la meilleure stratégie contre celle que tu joues, en s'adaptant automatiquement
    Si on prend une stratégie pure, c'est-à-dire une stratégie qui soit 100% pierre, 100% feuille ou 100% ciseaux
    Que tu choisisses l'une de ces 3 stratégies, ton adversaire va très vite s'adapter : si tu joues 100% pierre il va jouer systématiquement feuille, si t'as pris les ciseaux il jouera pierre, etc... etc...
    Qu'est ce que tu peux jouer d'autre qu'une stratégie pure ? Tu as 2 solutions : soit choisir une stratégie mixte (c'est-à-dire assigner des probabilités pour chacun de tes choix) ou alors jouer uniquement en fonction de ce que joue ton adversaire
    Le problème c'est que j'ai défini ton adversaire comme étant le super-ordinateur le plus grand joueur de pierre-feuilles-ciseaux de tous les temps : si tu essaies de repérer sa stratégie et de l'outplay, il va repérer tes failles et te défoncer en réfléchissant un niveau au-dessus du tien quasi-systématiquement
    Maintenant si tu prends une stratégie mixte
    J'en prends une au hasard, imaginons que tu joues 50% ciseaux, 50% feuille, et 0% pierre
    Comment va s'adapter ta "nemesis" ? (c'est le nom pour un adversaire qui s'adapte automatiquement contre toi), il va choisir de jouer 100% ciseaux : 50% du temps il va faire match nul, et les 50 autres % il va te battre
    Tu pourrais t'adapter en retour en jouant 100% pierre, mais lui il va s'adapter et faire 100% feuille, etc... etc...
    On pourrait jouer longtemps à ce ptit jeu d'adaptation mais tu vas perdre énormément (tu te fais exploiter qq stratégie que tu choisisses)
    Mais il y a une stratégie, sur laquelle tu vas à un moment t'arrêter, qui empêche ton adversaire de t'exploiter
    Cette stratégie est ce qu'on appelle la stratégie qui est au point d'équilibre de Nash (Von Neumann a démontré qu'il existait pour tout jeu à 2 joueurs et à somme nulle un point d'équilibre (point-selle) qui est ce qu'on appelle "la stratégie optimale" au sens de la théorie des jeux, et John Nash est allé plus loin en travaillant sur les jeux à somme non-nulle ou les jeux multijoueurs, et a démontré qu'il existait un tel équilibre quasiment partout, que l'on a nommé ensuite "équilibre de Nash")
    L'équilibre de Nash au pierre-feuille-ciseaux est 1/3 pierre, 1/3 feuille, 1/3 ciseaux, purement aléatoirement
    Qu'est ce qui se passe si tu joues cette stratégie et que tu n'en bouges pas ?
    Ton adversaire ne peut rien faire, il ne peut plus gagner, il ne peut plus t'exploiter
    Le mieux qu'il ait à faire est lui aussi de jouer cette stratégie 1/3, 1/3, 1/3
    A partir de là plus personne ne bouge, plus personne n'a intérêt à changer de stratégie (ce pourquoi on appelle ça un équilibre)
    Parce qu'imagine que tu dévies un petit peu, tu joues par exemple 30% pierre, 35% feuille et 35% ciseaux... Là ton adversaire passe directement à 100% ciseaux : 35% du temps il fait nul, 35% du temps il gagne et 30% du temps il perd, c'est là où son EV est maximale !
    Mais à 1/3, 1/3, 1/3 tu es inexploitable

    Et bien au poker c'est pareil, même si c'est un peu plus complexe
    Imagine que tu joues aussi au poker contre une nemesis, un super-adversaire qui s'adapte toujours au mieux contre toi
    Disons que tu joues super serré, super straightforward, bref tu mises quand t'as du jeu et tu ne bluffes jamais : que va-t-il faire ?
    Il va te bluffer dès que tu montres de la faiblesse, et se coucher dès que tu montres de la force
    Du coup tu ne peux pas jouer de manière aussi prévisible, il te faut le bluffer
    Mais si tu le bluffes trop, il va te payer tout le temps et générer un profit en jouant la calling station
    Du coup il faut le bluffer, mais uniquement un %age du temps qui soit inexploitable
    Il faut que t'arrives à faire en sorte qu'il ne puisse pas trouver une stratégie qui va t'exploiter, en mixant aléatoirement tes value bets et tes bluffs, de manière à ce qu'il ait la même EV qu'il call ou qu'il folde (si tu bluffes un poil pas assez il fera mieux en se couchant tout le temps, et si tu bluffes un poil trop il fera mieux en te callant tout le temps)
    Exemple à la river, si tu bet pot il faut que tu bluffes 1/3 du temps et que les 2/3 soient un value bet
    En effet, il aura une cote de 2 contre 1 sur son call, donc s'il estime que tu bluffes + d'1/3 du temps il devra te payer (et son call sera EV+), et s'il estime que tu bluffes moins d'1/3 du temps il devra se coucher (et il n'aura fait aucune erreur car le call est EV-)
    Mais si tu bluffes pile-poil 1/3 du temps, qu'il folde ou qu'il calle il sera EV0, et toi tu généreras un profit sur tous tes value bets

    T'arrives à comprendre le truc ?
    Attention cependant : cette stratégie peut paraitre parfaite, mais elle ne l'est pas
    En effet, elle l'est si et seulement si ton ou tes adversaires jouent parfaitement
    Si tu joues au poker contre quelqu'un de meilleur que toi, tu l'empêches totalement de t'exploiter en choisissant une telle stratégie
    Mais si tu joues contre une opposition plus faible, qui fait des erreurs, tu aurais + à gagner en choisissant une stratégie exploitante, pour maximiser ton profit par rapport aux erreurs qu'il fait (tant qu'il ne s'adapte pas)
    Il faut savoir que toute stratégie exploitante est exploitable, mais une stratégie exploitante sera toujours supérieure à une stratégie inexploitable, tant que les adversaires sont exploitables
    Un exemple : tu joues contre un super-nit, qui ne joue que des monstres absolus
    Si tu le bluffes le %age du temps que suggère la stratégie inexploitable, tu devrais générer un profit
    Mais tu aurais bien + à gagner en le bluffant 100% du temps !
    Tant qu'il ne s'adapte pas, c'est ce qui serait le + profitable pour toi
    S'il s'adapte (et qu'il devient exploitable d'une autre manière, par exemple en te callant tout le temps, ou en tiltant et en faisant tapis à chaque fois que tu mises), il faudra que tu t'adaptes le + vite possible pour choisir la stratégie exploitante qui l'exploitera au maximum
    S'il s'adapte de manière à être inexploitable, là tu ne pourras plus rien faire, à part passer toi-même à une stratégie également inexploitable

    C'est plus clair maintenant ? (J'ai expliqué ça + en détail que dans Kill Elky, lol)
  18. Like
    jUz@m got a reaction from LuckyV in [article] Stratégie en MTT   
    Voici un topic que j'ai créé initialement sur WAM

    J'ai pensé que ça pouvait être intéressant de le copier-coller ici pour avoir l'avis des CPistes (et c'est surtout que je suis nouveau sur CP et que je ne sais pas trop encore quoi poster, lol)


    1/ Le début de tournoi
    Vision old-school : Avant le tournoi était vu comme un jeu de survie
    Tom McEvoy qui a écrit une référence du poker de tournoi préconisait un jeu extrêmement solide, et la vision est de survivre assez longtemps entre 2 monstres et espérer les rentabiliser
    Même pas de concept de M, à l'époque on pouvait mourir sous les blinds en attendant un KK ou un AA (et oui, AK et QQ c'était des mains très marginales à l'époque)
    Puis Harrington est arrivé avec son M qu'il a récupéré de Magriel
    Et montré qu'il faut voler les blinds quand le tapis devient moins profond, et préconise un jeu + agressif
    Cependant ça reste assez conservateur

    Nouvelle vision : Maintenant au début d'un tournoi il ne faut plus survivre en jouant très tight, mais monter beaucoup de jetons
    On n'essaie plus de jouer son tournoi sur les coin flips de milieu/fin de tournoi mais de s'assurer un tapis suffisamment confortable pour ne pas être en danger sur chaque coin flip (ou risque de badbeat en all-in préflop)
    Ici il y a plusieurs approches :
    - le jeu LAG smallball : le joueur LAG smallball cherche à entrer dans un maximum de petits pots préflop, et, grâce à une bonne lecture du jeu, à la fois rentabiliser ses mains et récupérer bcp de petits pots en vol, il évite au maximum de faire grossir la taille du pot et cherche à prendre beaucoup de petits pots
    s'il joue un gros pot il a généralement les nuts
    on y joue à peu près comme en cash game, en respectant la règle de 5 et 10 et de 3 et 6 pour les mains à potentiel, auxquelles on ajoute bien évidemment les monstres (qu'on va jouer exactement pareil), et quelques bluffs pour les + agressifs (VPIP de 30 pour les + sages jusqu'à 70 pour les pros style Negreanu), tout en conservant la maxime du potcontrol : "pas de gros pot sans une grosse main"
    avantages :
    . permet au joueur skillé de monter des jetons régulièrement, sans se mettre jamais en danger
    . donner une image de maniaque
    . permet de déstacker des AA ou des KK sur (ou sous-) joués
    inconvénients
    . demande une très bonne lecture du jeu, surtout postflop
    . peut se faire contrecarrer par des relances à tapis
    . nécessite obligatoirement une configuration deepstack

    Exemples chez les grands champions : Negreanu est le plus flagrant, Eric Lindgren

    - le jeu TAG : l'autre option, lorsqu'on n'est pas super skillé pour jouer postflop avec beaucoup de mains marginales, est de jouer très serré pour se forger une image extrêmement solide
    mais une fois cette image envoyée aux autres joueurs, elle permet d'avoir un énorme crédit dans les bluffs, en tout cas dans un premier temps
    le coup utilisé pour monter beaucoup de jetons est souvent un gros bluff exploitant à fond cette image de serrure
    avantages :
    . plus facile à jouer
    . plus adapté aux tournois ne commençant pas avec un énorme M
    . ne se met pas non plus trop en danger (mais un peu + quand même, il va en fait se mettre en danger dans les coups qu'il joue, mais comme il joue rarement, il se met rarement en danger)
    inconvénients :
    . ne profite pas de toutes les occasions pour gagner des jetons avec des mains marginales
    . beaucoup de patience est nécessaire
    . trop proche du style old-school qui se fait exploiter par les LAG d'aujourd'hui

    Exemples chez les grands champions : Allen Cunningham, Dan Harrington

    - le jeu LAG longball (ou hyper-LAG) : c'est le jeu qui combine les coups du smallball avec les gros bluffs en long shot du TAG, et ce, dans encore plus de mains. C'est le plus efficace mais aussi le plus risqué des styles de jeu.
    L'arme pour bluffer efficacement n'est pas l'image mais la peur. Un joueur de cette trempe peut menacer tout votre tapis à chaque instant. S'il sent que son adversaire ne payera pas un tapis il est capable de le bluffer à n'importe quel moment. Il sait aussi parfaitement engager une partie suffisante de son stack pour faire croire que le pot risque de se jouer pour tous les jetons, sans non plus engager tous les siens.
    Il va jouer la plupart du temps comme un joueur smallball, mais là où le smallball fera des petits value bets, des petits stabs, et potcontrolera avec quelques coups passifs comme des checks ou des calls, l'hyper-LAG, lui, n'hésitera pas à faire all-in régulièrement, avec les nuts ou avec air.
    Ca n'est pas non plus totalement kamikaze, car avec une excellente lecture du jeu ce style n'est pas si risqué que ça, mais il suffit d'une erreur et on saute, il faut donc être extrêmement skillé.
    avantages :
    . le style le + efficace, le + agressif, le + impressionnant
    . combine tous les moves possibles et inimaginables, du smallball float aux re-squeezes les + fous

    inconvénients :
    . demande un skill extraordinaire
    . il faut avoir des cojones
    . aucune erreur de timing n'est permise
    . c'est le style le + dangereux
    . impossible à jouer contre des fishs calling stations

    Exemples chez les grands champions : Gus Hansen, Patrik Antonius (ainsi que 90% des jeunes scandinaves), Phil Ivey

    D'autres joueurs comme Phil Hellmuth ont un style assez atypiques, jouant à la fois TAG mais avec qq mains marginales dans le tas, plus axé sur le slowplay, les traps, etc...
    Il utilise son excellente lecture pour trapper plutôt que pour voler des pots, fait tilter ses adversaires par son attitude pour qu'ils essaient de le bluffer, et va chercher des tirages très spéculatifs tout en faisant croire que c'est une serrure qui ne joue que des grosses cartes

    Les vrais pros sauront aussi changer de style, certains se donnent une image très tight et au bout d'un ou 2 niveaux de blinds, jouent LAG smallball pour voler des petits pots, puis repassent tight quand leur image s'est dégradée
    D'autres joueront hyper-LAG pour donner une image de malade mental, puis repasseront tight le temps de chopper une main
    etc...
    Il faut savoir alterner entre les styles (changing gears comme dit Doyle Brunson), c'est très important

    A vous de voir quel est votre style naturel, quel style vous voulez travailler, faites des tests, adaptez-vous aux adversaires (mieux vaut éviter de faire le fou s'il y a encore + fou à la table, mieux vaut exploiter des nits qui attendent les grosses mains en leur volant tous les pots dont ils ne veulent pas)

    2/ Le milieu de tournoi :
    Généralement je resserre le jeu un peu avant la bulle, pour redorer une image trop dégradée par les styles LAGs, et si je joue tight je peux faire un ou deux gros moves pour revenir à un bon tapis si je suis trop short, mais généralement je continuerais sur ma lancée
    Le but est d'arriver à la bulle à peu près au niveau du tapis moyen
    Il faut quand même voler les blinds de temps en temps mais ne pas trop s'impliquer dans des tirages lointains, la cote implicite s'amenuise à mesure que le rapport tapis/blinds se réduit

    3/ La bulle :
    Beaucoup de joueurs ont une vision old-school, à savoir survivre pour au moins locker un gain en étant ITM
    D'autres jouent underollés ou se sont qualifiés grâce à un ticket et l'ITM représentent pour eux une performance inestimable
    D'autres ont peur de la bulle, tout simplement car ils ne savent pas gérer cette situation
    D'autres ont peur de paraitre con à sortir juste avant les places payées

    Comment exploiter tous ces joueurs ?
    Là pour moi c'est le moment où je me met en mode "show time"
    Je relance toutes les mains toutes les positions si je suis le premier à ouvrir le pot
    Je 3-bet les joueurs timides
    Je call puis check-raise si qqun attaque ma blind
    Si je grille un voleur de blinds je le surrelance très fortement
    Je demande régulièrement le tapis des stacks moyens qui ont tout à perdre
    Agression agression agression...
    Quand y'en a qui sont prêts à jeter AA pour se glisser dans l'argent, imaginez toute la fold equity qui s'offre à vous !

    Vous allez me dire que je suis fou, que je risque de me faire sortir à la bulle alors que j'aurais pu fougériser et atteindre l'ITM
    Que beaucoup de fois je vais repartir avec 0 alors que j'aurais pu avoir un gain

    Oui mais mon but à la bulle n'est pas l'ITM
    Mon but est de devenir chipleader, quitte à sortir
    Je veux atteindre la table finale avec un gros tas de jetons, pour viser la 1ère place, et non arriver à l'ITM en tant que shortstack et de me contenter du gain des dernières places ou d'être obligé de chatter grave pour être en TF
    Oui c'est très risqué, oui ça peut me faire sortir de temps en temps à la bulle, mais au final, c'est largement + rentable de se monter un énorme tapis
    Je préfère, sur 10 tournois abordés à la bulle, sortir 8 fois sans rien et être 2 fois chipleader, que d'être 10 fois payé

    Les seules fois où je vais jouer juste pour l'ITM (à part les supersatellites) sont si je suis très shortstack (si je suis si short que je pense ne pas pouvoir aller plus loin que les moins bonnes places payées même si je vole des blinds) mais qu'il y a d'autres shorts qui risquent de sauter avant moi, ou s'il y a des gros tapis qui se clashent entre eux

    4/ La fin de tournoi :
    Post-ITM je resserre
    c'est le moment où les gens qui ont attendu l'ITM sont contents d'avoir gagné qqch et gamblent pour espérer sortir du stade de shortack
    Je passe donc en mode TAG, même si je n'hésite pas à tenter des vols de blinds (faut éviter les plus shorts), et je n'hésite pas à tenter d'éliminer un joueur quand j'ai une bonne cote de pot pour le suivre
    Ensuite je continue mon agression mais en étant plus prudent
    Généralement je relance 2,5 la blind quand je suis premier à ouvrir le pot, je CB au flop si je suis payé, et ensuite j'abandonne généralement le coup si ça n'a pas marché
    Il y a des fois plusieurs bulles dans les fins de MTT
    Par exemple si 40 personnes sont payées, il peut y avoir un gap dans les gains pour les 20 premiers, donc une mini-bulle à l'approche des 20 joueurs restants
    Il y a aussi (et surtout) une mini-bulle pour la TF

    Ces mini-bulles peuvent être l'occasion de bourrinner la table comme on l'a fait pour la vraie bulle

    5/ La TF :
    Je continue à être très agressif, même si je joue + comme un SNG
    Au début de la TF, généralement je vais jouer tight, en attendant que les plus shorts sortent pour se retrouver shorthanded
    Plus la table va se réduire, plus je vais repasser en mode très agro
    Plus j'ai de jetons plus je vais les utiliser pour agresser
    Avec un tapis + moyen je chercherais plutôt le spot pour doubler en jouant serré, mais si j'ai un gros tapis, j'asphyxie la table !


    Voilà, ça n'est pas très détaillé
    Pour + de précisions, lire les 3 Harrington de tournoi et surtout Kill Everyone (qui va bientôt sortir en français) qui explique tout ça bien en détail !



    N'hésitez pas à répondre si vous n'êtes pas d'accord avec tel ou tel truc ou si qqun désire compléter ou ajouter qqch.
  19. Like
    jUz@m got a reaction from LuckyV in [article] Stratégie en MTT   
    Voici un topic que j'ai créé initialement sur WAM

    J'ai pensé que ça pouvait être intéressant de le copier-coller ici pour avoir l'avis des CPistes (et c'est surtout que je suis nouveau sur CP et que je ne sais pas trop encore quoi poster, lol)


    1/ Le début de tournoi
    Vision old-school : Avant le tournoi était vu comme un jeu de survie
    Tom McEvoy qui a écrit une référence du poker de tournoi préconisait un jeu extrêmement solide, et la vision est de survivre assez longtemps entre 2 monstres et espérer les rentabiliser
    Même pas de concept de M, à l'époque on pouvait mourir sous les blinds en attendant un KK ou un AA (et oui, AK et QQ c'était des mains très marginales à l'époque)
    Puis Harrington est arrivé avec son M qu'il a récupéré de Magriel
    Et montré qu'il faut voler les blinds quand le tapis devient moins profond, et préconise un jeu + agressif
    Cependant ça reste assez conservateur

    Nouvelle vision : Maintenant au début d'un tournoi il ne faut plus survivre en jouant très tight, mais monter beaucoup de jetons
    On n'essaie plus de jouer son tournoi sur les coin flips de milieu/fin de tournoi mais de s'assurer un tapis suffisamment confortable pour ne pas être en danger sur chaque coin flip (ou risque de badbeat en all-in préflop)
    Ici il y a plusieurs approches :
    - le jeu LAG smallball : le joueur LAG smallball cherche à entrer dans un maximum de petits pots préflop, et, grâce à une bonne lecture du jeu, à la fois rentabiliser ses mains et récupérer bcp de petits pots en vol, il évite au maximum de faire grossir la taille du pot et cherche à prendre beaucoup de petits pots
    s'il joue un gros pot il a généralement les nuts
    on y joue à peu près comme en cash game, en respectant la règle de 5 et 10 et de 3 et 6 pour les mains à potentiel, auxquelles on ajoute bien évidemment les monstres (qu'on va jouer exactement pareil), et quelques bluffs pour les + agressifs (VPIP de 30 pour les + sages jusqu'à 70 pour les pros style Negreanu), tout en conservant la maxime du potcontrol : "pas de gros pot sans une grosse main"
    avantages :
    . permet au joueur skillé de monter des jetons régulièrement, sans se mettre jamais en danger
    . donner une image de maniaque
    . permet de déstacker des AA ou des KK sur (ou sous-) joués
    inconvénients
    . demande une très bonne lecture du jeu, surtout postflop
    . peut se faire contrecarrer par des relances à tapis
    . nécessite obligatoirement une configuration deepstack

    Exemples chez les grands champions : Negreanu est le plus flagrant, Eric Lindgren

    - le jeu TAG : l'autre option, lorsqu'on n'est pas super skillé pour jouer postflop avec beaucoup de mains marginales, est de jouer très serré pour se forger une image extrêmement solide
    mais une fois cette image envoyée aux autres joueurs, elle permet d'avoir un énorme crédit dans les bluffs, en tout cas dans un premier temps
    le coup utilisé pour monter beaucoup de jetons est souvent un gros bluff exploitant à fond cette image de serrure
    avantages :
    . plus facile à jouer
    . plus adapté aux tournois ne commençant pas avec un énorme M
    . ne se met pas non plus trop en danger (mais un peu + quand même, il va en fait se mettre en danger dans les coups qu'il joue, mais comme il joue rarement, il se met rarement en danger)
    inconvénients :
    . ne profite pas de toutes les occasions pour gagner des jetons avec des mains marginales
    . beaucoup de patience est nécessaire
    . trop proche du style old-school qui se fait exploiter par les LAG d'aujourd'hui

    Exemples chez les grands champions : Allen Cunningham, Dan Harrington

    - le jeu LAG longball (ou hyper-LAG) : c'est le jeu qui combine les coups du smallball avec les gros bluffs en long shot du TAG, et ce, dans encore plus de mains. C'est le plus efficace mais aussi le plus risqué des styles de jeu.
    L'arme pour bluffer efficacement n'est pas l'image mais la peur. Un joueur de cette trempe peut menacer tout votre tapis à chaque instant. S'il sent que son adversaire ne payera pas un tapis il est capable de le bluffer à n'importe quel moment. Il sait aussi parfaitement engager une partie suffisante de son stack pour faire croire que le pot risque de se jouer pour tous les jetons, sans non plus engager tous les siens.
    Il va jouer la plupart du temps comme un joueur smallball, mais là où le smallball fera des petits value bets, des petits stabs, et potcontrolera avec quelques coups passifs comme des checks ou des calls, l'hyper-LAG, lui, n'hésitera pas à faire all-in régulièrement, avec les nuts ou avec air.
    Ca n'est pas non plus totalement kamikaze, car avec une excellente lecture du jeu ce style n'est pas si risqué que ça, mais il suffit d'une erreur et on saute, il faut donc être extrêmement skillé.
    avantages :
    . le style le + efficace, le + agressif, le + impressionnant
    . combine tous les moves possibles et inimaginables, du smallball float aux re-squeezes les + fous

    inconvénients :
    . demande un skill extraordinaire
    . il faut avoir des cojones
    . aucune erreur de timing n'est permise
    . c'est le style le + dangereux
    . impossible à jouer contre des fishs calling stations

    Exemples chez les grands champions : Gus Hansen, Patrik Antonius (ainsi que 90% des jeunes scandinaves), Phil Ivey

    D'autres joueurs comme Phil Hellmuth ont un style assez atypiques, jouant à la fois TAG mais avec qq mains marginales dans le tas, plus axé sur le slowplay, les traps, etc...
    Il utilise son excellente lecture pour trapper plutôt que pour voler des pots, fait tilter ses adversaires par son attitude pour qu'ils essaient de le bluffer, et va chercher des tirages très spéculatifs tout en faisant croire que c'est une serrure qui ne joue que des grosses cartes

    Les vrais pros sauront aussi changer de style, certains se donnent une image très tight et au bout d'un ou 2 niveaux de blinds, jouent LAG smallball pour voler des petits pots, puis repassent tight quand leur image s'est dégradée
    D'autres joueront hyper-LAG pour donner une image de malade mental, puis repasseront tight le temps de chopper une main
    etc...
    Il faut savoir alterner entre les styles (changing gears comme dit Doyle Brunson), c'est très important

    A vous de voir quel est votre style naturel, quel style vous voulez travailler, faites des tests, adaptez-vous aux adversaires (mieux vaut éviter de faire le fou s'il y a encore + fou à la table, mieux vaut exploiter des nits qui attendent les grosses mains en leur volant tous les pots dont ils ne veulent pas)

    2/ Le milieu de tournoi :
    Généralement je resserre le jeu un peu avant la bulle, pour redorer une image trop dégradée par les styles LAGs, et si je joue tight je peux faire un ou deux gros moves pour revenir à un bon tapis si je suis trop short, mais généralement je continuerais sur ma lancée
    Le but est d'arriver à la bulle à peu près au niveau du tapis moyen
    Il faut quand même voler les blinds de temps en temps mais ne pas trop s'impliquer dans des tirages lointains, la cote implicite s'amenuise à mesure que le rapport tapis/blinds se réduit

    3/ La bulle :
    Beaucoup de joueurs ont une vision old-school, à savoir survivre pour au moins locker un gain en étant ITM
    D'autres jouent underollés ou se sont qualifiés grâce à un ticket et l'ITM représentent pour eux une performance inestimable
    D'autres ont peur de la bulle, tout simplement car ils ne savent pas gérer cette situation
    D'autres ont peur de paraitre con à sortir juste avant les places payées

    Comment exploiter tous ces joueurs ?
    Là pour moi c'est le moment où je me met en mode "show time"
    Je relance toutes les mains toutes les positions si je suis le premier à ouvrir le pot
    Je 3-bet les joueurs timides
    Je call puis check-raise si qqun attaque ma blind
    Si je grille un voleur de blinds je le surrelance très fortement
    Je demande régulièrement le tapis des stacks moyens qui ont tout à perdre
    Agression agression agression...
    Quand y'en a qui sont prêts à jeter AA pour se glisser dans l'argent, imaginez toute la fold equity qui s'offre à vous !

    Vous allez me dire que je suis fou, que je risque de me faire sortir à la bulle alors que j'aurais pu fougériser et atteindre l'ITM
    Que beaucoup de fois je vais repartir avec 0 alors que j'aurais pu avoir un gain

    Oui mais mon but à la bulle n'est pas l'ITM
    Mon but est de devenir chipleader, quitte à sortir
    Je veux atteindre la table finale avec un gros tas de jetons, pour viser la 1ère place, et non arriver à l'ITM en tant que shortstack et de me contenter du gain des dernières places ou d'être obligé de chatter grave pour être en TF
    Oui c'est très risqué, oui ça peut me faire sortir de temps en temps à la bulle, mais au final, c'est largement + rentable de se monter un énorme tapis
    Je préfère, sur 10 tournois abordés à la bulle, sortir 8 fois sans rien et être 2 fois chipleader, que d'être 10 fois payé

    Les seules fois où je vais jouer juste pour l'ITM (à part les supersatellites) sont si je suis très shortstack (si je suis si short que je pense ne pas pouvoir aller plus loin que les moins bonnes places payées même si je vole des blinds) mais qu'il y a d'autres shorts qui risquent de sauter avant moi, ou s'il y a des gros tapis qui se clashent entre eux

    4/ La fin de tournoi :
    Post-ITM je resserre
    c'est le moment où les gens qui ont attendu l'ITM sont contents d'avoir gagné qqch et gamblent pour espérer sortir du stade de shortack
    Je passe donc en mode TAG, même si je n'hésite pas à tenter des vols de blinds (faut éviter les plus shorts), et je n'hésite pas à tenter d'éliminer un joueur quand j'ai une bonne cote de pot pour le suivre
    Ensuite je continue mon agression mais en étant plus prudent
    Généralement je relance 2,5 la blind quand je suis premier à ouvrir le pot, je CB au flop si je suis payé, et ensuite j'abandonne généralement le coup si ça n'a pas marché
    Il y a des fois plusieurs bulles dans les fins de MTT
    Par exemple si 40 personnes sont payées, il peut y avoir un gap dans les gains pour les 20 premiers, donc une mini-bulle à l'approche des 20 joueurs restants
    Il y a aussi (et surtout) une mini-bulle pour la TF

    Ces mini-bulles peuvent être l'occasion de bourrinner la table comme on l'a fait pour la vraie bulle

    5/ La TF :
    Je continue à être très agressif, même si je joue + comme un SNG
    Au début de la TF, généralement je vais jouer tight, en attendant que les plus shorts sortent pour se retrouver shorthanded
    Plus la table va se réduire, plus je vais repasser en mode très agro
    Plus j'ai de jetons plus je vais les utiliser pour agresser
    Avec un tapis + moyen je chercherais plutôt le spot pour doubler en jouant serré, mais si j'ai un gros tapis, j'asphyxie la table !


    Voilà, ça n'est pas très détaillé
    Pour + de précisions, lire les 3 Harrington de tournoi et surtout Kill Everyone (qui va bientôt sortir en français) qui explique tout ça bien en détail !



    N'hésitez pas à répondre si vous n'êtes pas d'accord avec tel ou tel truc ou si qqun désire compléter ou ajouter qqch.
  20. Like
    jUz@m got a reaction from LuckyV in [article] Stratégie en MTT   
    Voici un topic que j'ai créé initialement sur WAM

    J'ai pensé que ça pouvait être intéressant de le copier-coller ici pour avoir l'avis des CPistes (et c'est surtout que je suis nouveau sur CP et que je ne sais pas trop encore quoi poster, lol)


    1/ Le début de tournoi
    Vision old-school : Avant le tournoi était vu comme un jeu de survie
    Tom McEvoy qui a écrit une référence du poker de tournoi préconisait un jeu extrêmement solide, et la vision est de survivre assez longtemps entre 2 monstres et espérer les rentabiliser
    Même pas de concept de M, à l'époque on pouvait mourir sous les blinds en attendant un KK ou un AA (et oui, AK et QQ c'était des mains très marginales à l'époque)
    Puis Harrington est arrivé avec son M qu'il a récupéré de Magriel
    Et montré qu'il faut voler les blinds quand le tapis devient moins profond, et préconise un jeu + agressif
    Cependant ça reste assez conservateur

    Nouvelle vision : Maintenant au début d'un tournoi il ne faut plus survivre en jouant très tight, mais monter beaucoup de jetons
    On n'essaie plus de jouer son tournoi sur les coin flips de milieu/fin de tournoi mais de s'assurer un tapis suffisamment confortable pour ne pas être en danger sur chaque coin flip (ou risque de badbeat en all-in préflop)
    Ici il y a plusieurs approches :
    - le jeu LAG smallball : le joueur LAG smallball cherche à entrer dans un maximum de petits pots préflop, et, grâce à une bonne lecture du jeu, à la fois rentabiliser ses mains et récupérer bcp de petits pots en vol, il évite au maximum de faire grossir la taille du pot et cherche à prendre beaucoup de petits pots
    s'il joue un gros pot il a généralement les nuts
    on y joue à peu près comme en cash game, en respectant la règle de 5 et 10 et de 3 et 6 pour les mains à potentiel, auxquelles on ajoute bien évidemment les monstres (qu'on va jouer exactement pareil), et quelques bluffs pour les + agressifs (VPIP de 30 pour les + sages jusqu'à 70 pour les pros style Negreanu), tout en conservant la maxime du potcontrol : "pas de gros pot sans une grosse main"
    avantages :
    . permet au joueur skillé de monter des jetons régulièrement, sans se mettre jamais en danger
    . donner une image de maniaque
    . permet de déstacker des AA ou des KK sur (ou sous-) joués
    inconvénients
    . demande une très bonne lecture du jeu, surtout postflop
    . peut se faire contrecarrer par des relances à tapis
    . nécessite obligatoirement une configuration deepstack

    Exemples chez les grands champions : Negreanu est le plus flagrant, Eric Lindgren

    - le jeu TAG : l'autre option, lorsqu'on n'est pas super skillé pour jouer postflop avec beaucoup de mains marginales, est de jouer très serré pour se forger une image extrêmement solide
    mais une fois cette image envoyée aux autres joueurs, elle permet d'avoir un énorme crédit dans les bluffs, en tout cas dans un premier temps
    le coup utilisé pour monter beaucoup de jetons est souvent un gros bluff exploitant à fond cette image de serrure
    avantages :
    . plus facile à jouer
    . plus adapté aux tournois ne commençant pas avec un énorme M
    . ne se met pas non plus trop en danger (mais un peu + quand même, il va en fait se mettre en danger dans les coups qu'il joue, mais comme il joue rarement, il se met rarement en danger)
    inconvénients :
    . ne profite pas de toutes les occasions pour gagner des jetons avec des mains marginales
    . beaucoup de patience est nécessaire
    . trop proche du style old-school qui se fait exploiter par les LAG d'aujourd'hui

    Exemples chez les grands champions : Allen Cunningham, Dan Harrington

    - le jeu LAG longball (ou hyper-LAG) : c'est le jeu qui combine les coups du smallball avec les gros bluffs en long shot du TAG, et ce, dans encore plus de mains. C'est le plus efficace mais aussi le plus risqué des styles de jeu.
    L'arme pour bluffer efficacement n'est pas l'image mais la peur. Un joueur de cette trempe peut menacer tout votre tapis à chaque instant. S'il sent que son adversaire ne payera pas un tapis il est capable de le bluffer à n'importe quel moment. Il sait aussi parfaitement engager une partie suffisante de son stack pour faire croire que le pot risque de se jouer pour tous les jetons, sans non plus engager tous les siens.
    Il va jouer la plupart du temps comme un joueur smallball, mais là où le smallball fera des petits value bets, des petits stabs, et potcontrolera avec quelques coups passifs comme des checks ou des calls, l'hyper-LAG, lui, n'hésitera pas à faire all-in régulièrement, avec les nuts ou avec air.
    Ca n'est pas non plus totalement kamikaze, car avec une excellente lecture du jeu ce style n'est pas si risqué que ça, mais il suffit d'une erreur et on saute, il faut donc être extrêmement skillé.
    avantages :
    . le style le + efficace, le + agressif, le + impressionnant
    . combine tous les moves possibles et inimaginables, du smallball float aux re-squeezes les + fous

    inconvénients :
    . demande un skill extraordinaire
    . il faut avoir des cojones
    . aucune erreur de timing n'est permise
    . c'est le style le + dangereux
    . impossible à jouer contre des fishs calling stations

    Exemples chez les grands champions : Gus Hansen, Patrik Antonius (ainsi que 90% des jeunes scandinaves), Phil Ivey

    D'autres joueurs comme Phil Hellmuth ont un style assez atypiques, jouant à la fois TAG mais avec qq mains marginales dans le tas, plus axé sur le slowplay, les traps, etc...
    Il utilise son excellente lecture pour trapper plutôt que pour voler des pots, fait tilter ses adversaires par son attitude pour qu'ils essaient de le bluffer, et va chercher des tirages très spéculatifs tout en faisant croire que c'est une serrure qui ne joue que des grosses cartes

    Les vrais pros sauront aussi changer de style, certains se donnent une image très tight et au bout d'un ou 2 niveaux de blinds, jouent LAG smallball pour voler des petits pots, puis repassent tight quand leur image s'est dégradée
    D'autres joueront hyper-LAG pour donner une image de malade mental, puis repasseront tight le temps de chopper une main
    etc...
    Il faut savoir alterner entre les styles (changing gears comme dit Doyle Brunson), c'est très important

    A vous de voir quel est votre style naturel, quel style vous voulez travailler, faites des tests, adaptez-vous aux adversaires (mieux vaut éviter de faire le fou s'il y a encore + fou à la table, mieux vaut exploiter des nits qui attendent les grosses mains en leur volant tous les pots dont ils ne veulent pas)

    2/ Le milieu de tournoi :
    Généralement je resserre le jeu un peu avant la bulle, pour redorer une image trop dégradée par les styles LAGs, et si je joue tight je peux faire un ou deux gros moves pour revenir à un bon tapis si je suis trop short, mais généralement je continuerais sur ma lancée
    Le but est d'arriver à la bulle à peu près au niveau du tapis moyen
    Il faut quand même voler les blinds de temps en temps mais ne pas trop s'impliquer dans des tirages lointains, la cote implicite s'amenuise à mesure que le rapport tapis/blinds se réduit

    3/ La bulle :
    Beaucoup de joueurs ont une vision old-school, à savoir survivre pour au moins locker un gain en étant ITM
    D'autres jouent underollés ou se sont qualifiés grâce à un ticket et l'ITM représentent pour eux une performance inestimable
    D'autres ont peur de la bulle, tout simplement car ils ne savent pas gérer cette situation
    D'autres ont peur de paraitre con à sortir juste avant les places payées

    Comment exploiter tous ces joueurs ?
    Là pour moi c'est le moment où je me met en mode "show time"
    Je relance toutes les mains toutes les positions si je suis le premier à ouvrir le pot
    Je 3-bet les joueurs timides
    Je call puis check-raise si qqun attaque ma blind
    Si je grille un voleur de blinds je le surrelance très fortement
    Je demande régulièrement le tapis des stacks moyens qui ont tout à perdre
    Agression agression agression...
    Quand y'en a qui sont prêts à jeter AA pour se glisser dans l'argent, imaginez toute la fold equity qui s'offre à vous !

    Vous allez me dire que je suis fou, que je risque de me faire sortir à la bulle alors que j'aurais pu fougériser et atteindre l'ITM
    Que beaucoup de fois je vais repartir avec 0 alors que j'aurais pu avoir un gain

    Oui mais mon but à la bulle n'est pas l'ITM
    Mon but est de devenir chipleader, quitte à sortir
    Je veux atteindre la table finale avec un gros tas de jetons, pour viser la 1ère place, et non arriver à l'ITM en tant que shortstack et de me contenter du gain des dernières places ou d'être obligé de chatter grave pour être en TF
    Oui c'est très risqué, oui ça peut me faire sortir de temps en temps à la bulle, mais au final, c'est largement + rentable de se monter un énorme tapis
    Je préfère, sur 10 tournois abordés à la bulle, sortir 8 fois sans rien et être 2 fois chipleader, que d'être 10 fois payé

    Les seules fois où je vais jouer juste pour l'ITM (à part les supersatellites) sont si je suis très shortstack (si je suis si short que je pense ne pas pouvoir aller plus loin que les moins bonnes places payées même si je vole des blinds) mais qu'il y a d'autres shorts qui risquent de sauter avant moi, ou s'il y a des gros tapis qui se clashent entre eux

    4/ La fin de tournoi :
    Post-ITM je resserre
    c'est le moment où les gens qui ont attendu l'ITM sont contents d'avoir gagné qqch et gamblent pour espérer sortir du stade de shortack
    Je passe donc en mode TAG, même si je n'hésite pas à tenter des vols de blinds (faut éviter les plus shorts), et je n'hésite pas à tenter d'éliminer un joueur quand j'ai une bonne cote de pot pour le suivre
    Ensuite je continue mon agression mais en étant plus prudent
    Généralement je relance 2,5 la blind quand je suis premier à ouvrir le pot, je CB au flop si je suis payé, et ensuite j'abandonne généralement le coup si ça n'a pas marché
    Il y a des fois plusieurs bulles dans les fins de MTT
    Par exemple si 40 personnes sont payées, il peut y avoir un gap dans les gains pour les 20 premiers, donc une mini-bulle à l'approche des 20 joueurs restants
    Il y a aussi (et surtout) une mini-bulle pour la TF

    Ces mini-bulles peuvent être l'occasion de bourrinner la table comme on l'a fait pour la vraie bulle

    5/ La TF :
    Je continue à être très agressif, même si je joue + comme un SNG
    Au début de la TF, généralement je vais jouer tight, en attendant que les plus shorts sortent pour se retrouver shorthanded
    Plus la table va se réduire, plus je vais repasser en mode très agro
    Plus j'ai de jetons plus je vais les utiliser pour agresser
    Avec un tapis + moyen je chercherais plutôt le spot pour doubler en jouant serré, mais si j'ai un gros tapis, j'asphyxie la table !


    Voilà, ça n'est pas très détaillé
    Pour + de précisions, lire les 3 Harrington de tournoi et surtout Kill Everyone (qui va bientôt sortir en français) qui explique tout ça bien en détail !



    N'hésitez pas à répondre si vous n'êtes pas d'accord avec tel ou tel truc ou si qqun désire compléter ou ajouter qqch.
  21. Like
    jUz@m got a reaction from wanass in CP awards 2010   
    Ptite dédicace à vous :
    En ce moment les modos/admins effectuent les pré-votes pour déterminer les nominés et j'peux vous dire que pour l'award #9, j'ai voté en faveur d'un certain topic chez nous qui est actuellement dans la poubelle, qui fait 85 pages et qui a vécu uniquement entre le 8 et le 10 février
  22. Like
    jUz@m got a reaction from wanass in CP awards 2010   
    Ptite dédicace à vous :
    En ce moment les modos/admins effectuent les pré-votes pour déterminer les nominés et j'peux vous dire que pour l'award #9, j'ai voté en faveur d'un certain topic chez nous qui est actuellement dans la poubelle, qui fait 85 pages et qui a vécu uniquement entre le 8 et le 10 février
  23. Like
    jUz@m got a reaction from wanass in CP awards 2010   
    Ptite dédicace à vous :
    En ce moment les modos/admins effectuent les pré-votes pour déterminer les nominés et j'peux vous dire que pour l'award #9, j'ai voté en faveur d'un certain topic chez nous qui est actuellement dans la poubelle, qui fait 85 pages et qui a vécu uniquement entre le 8 et le 10 février
  24. Like
    jUz@m got a reaction from wanass in CP awards 2010   
    Ptite dédicace à vous :
    En ce moment les modos/admins effectuent les pré-votes pour déterminer les nominés et j'peux vous dire que pour l'award #9, j'ai voté en faveur d'un certain topic chez nous qui est actuellement dans la poubelle, qui fait 85 pages et qui a vécu uniquement entre le 8 et le 10 février
  25. Like
    jUz@m got a reaction from wl4dymir in Range optimale ?   

    Oui pour répondre à la question, pas besoin du bouquin.
    Mais cependant, il n'a pas tout à fait tort : ce livre est vraiment excellent et si tu t'intéresses à ce genre de choses il t'apprendra beaucoup ! Donc je me joins à lui et te conseille de te le procurer !
English
Retour en haut de page
×