Jump to content
Status Updates

Dudley

CPiste
  • Content count

    6180
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    35

Je les aime

Je ne les aime pas trop


Ils m'aiment

Ils ne m'aiment pas trop

Reputation Activity

  1. Like
    Dudley got a reaction from Cash_Vegas in Drawing Poker : Grind la Joie   
    News Drawing Poker : Grind la Joie Dudley est de retour ! Dans sa nouvelle bande dessinée, l'auteur de la rubrique Drawing Poker donne son point de vue sur un sujet qui a passionné bon nombre d'entre vous cet été : le blues dont sont parfois victimes les joueurs qui pratiquent le grind intensif.
    [...] Lire la suite…




    Cliquez sur l'image pour visualiser la BD en entier !
  2. Like
    Dudley got a reaction from Cash_Vegas in Drawing Poker : Grind la Joie   
    News Drawing Poker : Grind la Joie Dudley est de retour ! Dans sa nouvelle bande dessinée, l'auteur de la rubrique Drawing Poker donne son point de vue sur un sujet qui a passionné bon nombre d'entre vous cet été : le blues dont sont parfois victimes les joueurs qui pratiquent le grind intensif.
    [...] Lire la suite…




    Cliquez sur l'image pour visualiser la BD en entier !
  3. Like
    Dudley got a reaction from Cash_Vegas in Drawing Poker : Grind la Joie   
    News Drawing Poker : Grind la Joie Dudley est de retour ! Dans sa nouvelle bande dessinée, l'auteur de la rubrique Drawing Poker donne son point de vue sur un sujet qui a passionné bon nombre d'entre vous cet été : le blues dont sont parfois victimes les joueurs qui pratiquent le grind intensif.
    [...] Lire la suite…




    Cliquez sur l'image pour visualiser la BD en entier !
  4. Like
    Dudley got a reaction from Cash_Vegas in Drawing Poker : Grind la Joie   
    News Drawing Poker : Grind la Joie Dudley est de retour ! Dans sa nouvelle bande dessinée, l'auteur de la rubrique Drawing Poker donne son point de vue sur un sujet qui a passionné bon nombre d'entre vous cet été : le blues dont sont parfois victimes les joueurs qui pratiquent le grind intensif.
    [...] Lire la suite…




    Cliquez sur l'image pour visualiser la BD en entier !
  5. Like
    Dudley got a reaction from Cash_Vegas in Drawing Poker : Grind la Joie   
    News Drawing Poker : Grind la Joie Dudley est de retour ! Dans sa nouvelle bande dessinée, l'auteur de la rubrique Drawing Poker donne son point de vue sur un sujet qui a passionné bon nombre d'entre vous cet été : le blues dont sont parfois victimes les joueurs qui pratiquent le grind intensif.
    [...] Lire la suite…




    Cliquez sur l'image pour visualiser la BD en entier !
  6. Like
    Dudley got a reaction from Cash_Vegas in Drawing Poker : Grind la Joie   
    News Drawing Poker : Grind la Joie Dudley est de retour ! Dans sa nouvelle bande dessinée, l'auteur de la rubrique Drawing Poker donne son point de vue sur un sujet qui a passionné bon nombre d'entre vous cet été : le blues dont sont parfois victimes les joueurs qui pratiquent le grind intensif.
    [...] Lire la suite…




    Cliquez sur l'image pour visualiser la BD en entier !
  7. Like
    Dudley got a reaction from Cash_Vegas in Drawing Poker : Grind la Joie   
    News Drawing Poker : Grind la Joie Dudley est de retour ! Dans sa nouvelle bande dessinée, l'auteur de la rubrique Drawing Poker donne son point de vue sur un sujet qui a passionné bon nombre d'entre vous cet été : le blues dont sont parfois victimes les joueurs qui pratiquent le grind intensif.
    [...] Lire la suite…




    Cliquez sur l'image pour visualiser la BD en entier !
  8. Like
    Dudley got a reaction from Cash_Vegas in Drawing Poker : Grind la Joie   
    News Drawing Poker : Grind la Joie Dudley est de retour ! Dans sa nouvelle bande dessinée, l'auteur de la rubrique Drawing Poker donne son point de vue sur un sujet qui a passionné bon nombre d'entre vous cet été : le blues dont sont parfois victimes les joueurs qui pratiquent le grind intensif.
    [...] Lire la suite…




    Cliquez sur l'image pour visualiser la BD en entier !
  9. Like
    Dudley got a reaction from Cash_Vegas in Drawing Poker : Grind la Joie   
    News Drawing Poker : Grind la Joie Dudley est de retour ! Dans sa nouvelle bande dessinée, l'auteur de la rubrique Drawing Poker donne son point de vue sur un sujet qui a passionné bon nombre d'entre vous cet été : le blues dont sont parfois victimes les joueurs qui pratiquent le grind intensif.
    [...] Lire la suite…




    Cliquez sur l'image pour visualiser la BD en entier !
  10. Like
    Dudley got a reaction from Cash_Vegas in Drawing Poker : Grind la Joie   
    News Drawing Poker : Grind la Joie Dudley est de retour ! Dans sa nouvelle bande dessinée, l'auteur de la rubrique Drawing Poker donne son point de vue sur un sujet qui a passionné bon nombre d'entre vous cet été : le blues dont sont parfois victimes les joueurs qui pratiquent le grind intensif.
    [...] Lire la suite…




    Cliquez sur l'image pour visualiser la BD en entier !
  11. Like
    Dudley got a reaction from Cash_Vegas in Drawing Poker : Grind la Joie   
    News Drawing Poker : Grind la Joie Dudley est de retour ! Dans sa nouvelle bande dessinée, l'auteur de la rubrique Drawing Poker donne son point de vue sur un sujet qui a passionné bon nombre d'entre vous cet été : le blues dont sont parfois victimes les joueurs qui pratiquent le grind intensif.
    [...] Lire la suite…




    Cliquez sur l'image pour visualiser la BD en entier !
  12. Like
    Dudley reacted to natanoj in Natanoj Trip   

     
    Une nouvelle vidéo à Salta, Argentine, où j'ai joué l'une de mes premières parties clandestines, il y a deux mois...

    L'article correspondant à la vidéo sort dans quelques jours...
  13. Like
    Dudley reacted to casinas in 9ème journée de Ligue 1   
    ya 100 fois péno mais le rouge est très sévère
  14. Like
    Dudley reacted to SuperCaddy in Breaking Badugi sur PokerStars - Freeroll - jeudi 3 oct. 2013 à 21:00   
    News Breaking Badugi : la nouvelle série de tournois du Club Poker Chaque jeudi à 21h, Club Poker propose un nouveau tournoi explosif auquel les férus de variantes deviendront vite accros : le Breaking Badugi. Que vous soyez fan de Walter White ou de cette forme hétéroclite de poker fermé à quatre cartes, rendez-vous ce soir pour la première. Let's cook !
    [...] Lire la suite…




    Parlez-en autour de vous, mais pas un mot à votre femme ou votre beau-frère.
  15. Like
    Dudley reacted to ZozoLeClown in La joie   
    J'avais promis un pavé, le voilà. Je ne suis pas (encore) un expert de ce dont je parle, mon explication risque d'être brouillonne. Je m’en excuse par avance.
     
    Tout d'abord, la bonne nouvelle, c’est que le bonheur ça se travaille. Ça tombe bien car le nombre de dépressifs dans nos sociétés occidentales est impressionnant. Statistiquement, on a une chance sur 10 de devenir dépressif dans l'année qui vient. Et ça peut toucher tout le monde. On peut avoir réussi dans la vie professionnellement, réussir sa vie affective selon la norme actuelle (être marié, avoir des enfants), et tomber dans la dépression. L’inverse est vrai.
     
    La principale raison est que notre cerveau ne voit qu'une interprétation de la réalité. Celle-ci correspond souvent à un schéma de pensée bien ancré depuis des années.
     
    J’ai un exemple pour illustrer mon propos : des chercheurs ont choisi d’observer le bonheur des agents de nettoyage d'un hôpital. 50% étaient heureux, 50% dépressifs. Ils se sont rapidement aperçus que les personnes heureuses étaient celles qui pensaient que ce qu'elle faisait c'était cool, que leur mission c'était d'aider les gens malades en améliorant l'hygiène de l'hôpital. Les autres au contraire (les dépressifs) pensaient avoir un boulot de m**de qui consistait juste à nettoyer le sol. Concrètement, les deux groupes faisaient pourtant la même chose.
     
    Alors, comment arriver au bonheur ?
     
    Il y a plusieurs théories qui ont le vent en poupe, et qui s’appuient sur des observations rationnelles du cerveau. Leurs noms sont variés, ACT (Acceptance & Commitment Therapy), Mindfulness-Based stress réduction, elles tournent autour de techniques millénaires bouddhistes revisitées par la science moderne (pour simplifier). C’est également lié à la plasticité neuronale (découverte il y a 10 ans en gros).
     
    Ces chercheurs ont observés que dans nos sociétés modernes, nous utilisons trop une partie du cerveau, celle qui sert à « faire des trucs », « planifier » et pas assez celle liée à « ressentir le moment présent ». Ils parlent de « doing mode » vs « being mode ». Globalement, on ne passe que 25% de notre temps en moyenne dans le « being mode ». Le reste du temps, on pense au passé, au futur, nos pensées (souvent négatives) tournent en boucle et on est sur l’autopilote. On est pas vraiment là quoi. Ils ont également observé que plus on passait du temps dans le « being mode », plus notre bonheur augmentait. Ces techniques apprennent également à se dissocier de nos pensées. Et à comprendre que nos pensées sont des événements mentaux et ne forment pas un bloc solide avec notre personne. Ce qui permet ensuite de comprendre qu’elles ne sont que des interprétations de la réalité.  Inversement, le « doing mode » a tendance à générer stress, angoisse et dépression.
     
    De manière générale donc,
    - Nous ne vivons pas assez dans le présent
    - Nous sommes trop liés à nos pensées
    - Nous n’acceptons pas les pensées négatives, nous luttons avec. Ce qui rend la situation encore pire.
     
    Attention, le « doing mode » est bien évidemment utile, mais le but est de retrouver un certain équilibre. Par exemple, le passé et le futur sont des concepts hyper puissants qu’on a le droit d’utiliser, mais il faut se rendre compte qu’on ne vit que dans le présent. La seule réalité, c’est le présent. Ça ne sert à rien de vouloir être heureux demain, il faut apprendre à être heureux MAINTENANT.
    Et pour faire le parallèle avec le poker, comme le dit Tommy Angelo dans Elements of Poker, "le bad run n'existe que dans notre tête, la seule main qui est importante, c'est celle qu'on joue maintenant"
     
    Les exercices pour s’ancrer dans le présent.
     
    La partie du cerveau qui utilise le « being mode » est atrophiée pour la plupart des gens, et donc il faut la muscler. Les exercices de base sont des méditations ou en général on se concentre sur sa respiration (ancrage dans le présent) et ou on observe qu’on se déconcentre pour s’évader dans des pensées (je comprends que mes pensées sont des évènements mentaux que je ne contrôle pas totalement). C’est aussi faire des choses en mode « pleine conscience » en débranchant l’autopilote (genre l’exercice du raisin : http://www.mindfulnessinfo.com/exercise-2-the-raisin/). C’est aussi se forcer à sortir de la routine. C’est un travail, un entrainement et les résultats s’observent sur une IRM. En gros on prend un mec avant 6 mois de méditation et après, il n’a pas la même gueule (neuroplasticité). Je tiens à rappeler que toutes ces théories ne sont pas nées dans la tête d’un mec qui aurait fumé un joint de trop mais par des scientifiques avec des PhD. C’est extrêmement rationnel.
     
    Accepter ses pensées négatives, ça veut dire quoi et pourquoi ça rend heureux ?
     
    Imaginons que vous soyez dans un bad run. Votre cerveau va être bombardé de pensées « Je suis en bad run ». Pas vraiment agréable. Tout joueur de poker a lutté avec cette pensée. Ou a passé 1h à whiner avec qui voulait bien l’écouter (« Toute ma vie »). Pourtant personne n’est sorti de cette lutte grandi ou plus heureux. Au final, ce n’est pas le bad run en lui-même qui rend malheureux, c’est la lutte avec ce flot de pensées, cette rumination. Qui au passage ne va pas augmenter votre BR. La solution est contre intuitive, il faut embrasser cette pensée, cette émotion, noter son existence « j’ai actuellement une pensée qui me dit que je suis en bad run » et l’accepter sans se juger et avec compassion. La regarder avec le sourire. Attention, ce n’est pas de la résignation. Au contraire, dans ce cas précis, cette remise en question va juste accélérer le processus vers la solution à notre problème : « je suis incapable de gérer le côté hasardeux du poker à court terme et il vaut mieux que j’arrête », « je vais bosser mon jeu pour diminuer la variance », etc…
     
    Et s’il n’y a pas de solutions, et ben ça veut dire que ce n’est pas un problème.
     
    Sinon, en psychologie moderne, certains spécialistes parlent des 3 types de bonheurs nécessaires à notre bien-être :
    Hedonic Life (ex : bouffer dans un bon restau) The Flow http://en.wikipedia.org/wiki/Flow_(psychology)   Meaningful Life The Flow
    Le poker est typiquement une activité qui peut permettre d’être dans le flow. Ça demande pas mal de skills et on se confronte à un gros challenge. Quand ça marche, on est dans le flow. D’ailleurs, beaucoup de joueurs arrêtent car le challenge ne les intéresse plus, supprimant une source de bonheur.
          
    Meaningful Life
    Pour le coup, c’est ce qui manque au poker. Du coup, pour être heureux en tant que joueur de poker, il faut reverser la moitié de ses gains à des orphelins au Bengladesh . Ou de manière plus modeste, faire vivre une famille comme Bobilovic est peut être suffisant. Personnellement, je sais que c’est une partie qui manque à mon bien être et j’envisage de devenir prof de Math à mi-temps (CSB) ou faire complètement autre chose à moyen terme.
     
    Conclusion : peut-on être heureux en tant que joueur de poker ?
     
    Ça ne dépend que de vous, chaque histoire est différente, et surtout chaque interprétation de votre situation est différente. Nori va être heureux car il va trouver un challenge intellectuel qu’il n’aurait trouvé nulle part ailleurs.  Et le moyen de gagner assez pour se faire plaisir (Hedonic life). Certains vont se lasser du challenge ou trouver que leur vie manque de sens. D’autres vont ruminer des pensées négatives (le poker est un fort générateur) et être incapable de les gérer.
     
    Je pars du principe que le joueur de poker en question est capable de gagner assez pour payer son loyer, s’acheter à manger et se faire raisonnablement plaisir. Au-delà d’une certaine somme les € en plus n’achètent pas du bonheur en plus.
     
    Quelques liens utiles :
    Un des "gourous" de mindfulness dans une vidéo
    Un bon bouquin pour s’entrainer au mindfulness : http://www.amazon.com/dp/1427217165
  16. Like
    Dudley reacted to Skip in La joie   
    Absolument pas, c'est probablement un des trucs les plus censés de ce thread.
     
    Le poker c'est bien, si on s'y met sérieusement et qu'on a un minimum d'aptitudes on est capable de gagner des sous en restant chez soi, et c'est vrai que c'est sexy et plus sympa que la plupart des boulots.
     
    Mais comme ça à été évoqué dans ce thread, il y'a plusieurs choses qui font que c'est impossible à tenir sur le long terme.
     
    1/ Comme dit à l'instant, l'isolement social. Il est extrêmement important, et terriblement sous-estimé par la plupart (et même par les meilleurs apparemment ). C'est tout con, mais avoir des contacts avec ses collègues, ses clients, ses prestataires, même si ils sont superficiels, bah ça change la vie. Je pense que l'être humain à besoin de ça, et un joueur de poker va quant à lui "travailler" plusieurs heures de suite, seul à domicile, et peut très bien passer une journée (voir plus, ça m'est arrivé de rester 3 jours sans sortir de chez moi et sans voir ma nana) sans voir PERSONNE, si il ne fait pas l'effort de sortir. 
     
    2/ La marginalité de la situation. C'est marrant 5 minutes, ça plait aux coups d'un soir quand on brag dans un bar, mais soyons honnêtes, c'est terriblement mal vu par la plupart des gens, papy et mamy nous demandent toutes les semaines quand on stop, et papa est pas cro cro content d'avoir payé des études à 25k pour qu'on finisse joueur de poukaire sur internet. Par ailleurs, le joueur de poker n'a pas la sécurité sociale, ne cotise pas pour la retraite et n'a le droit à aucune aide sociale. Enfin, à moins - depuis quelques mois - de se déclarer auto-entrepreneur et accepter de reverser la moitié de ses gains à l'URSAFF et au fisc
     
    3/ Le fisc, justement, qui pointe le bout de son nez, et la conjoncture actuelle, dont parle Tof, avec les tables qui se font de plus en plus rares, et de poissons avares. Son analyse de la situation me semble solide, et très clairement c'est une raison en elle même pour ne pas pouvoir être heureux.
     
    4/ On est trop dépendant de l'état du traffic. Ca m'est arrivé plusieurs fois de refuser un diner ou une soirée parce qu'il y'avait une trop bonne table, ou un tournoi trop attrayant. Certes ça m'arrive de temps en temps avec le boulot, un imprévu en somme, mais ça n'est en rien comparable en terme de fréquence imo.
     
    5/ Les résultats influent grandement sur notre humeur. Même les plus zens d'entre nous passeront une mauvaise soirée si ils ont perdu 15 caves dans l'après-midi, ne serais ce que par ego. Pour les moins zens d'entre nous ça peut même avoir des conséquences redoutables, avec des transferts de colère sur l'entourage. Encore une fois, ça m'est arrivé plusieurs fois de refuser des soirées voir des déjeuner familliaux parce que j'avais fait une session catastrophique.
     
    => Ces raisons font que le poker est une expérience certes intéressante, qui amène quelques clés pour être heureux telles que la liberté ou l'argent, mais qui n'est pas - du tout - épanouissante. On ne construit rien, on n'a rien d'autre qu'une pauvre courbe à la con à "admirer" quand l'on regarde derrière nous (et encore, elle est probablement à diviser par 2), on est socialement isolé, souvent incapable de revenir à la vie active alors qu'elle nous attends tous dans les prochaines années étant donné la tournure des évènements, et c'est extrêmement complexe de mener une vie de couple stable dans ces conditions.
     
    Ca ne fait pour moi pas l'ombre d'un doute qu'on ne peut pas être fondamentalement heureux en jouant au poker à plein temps. Je ne sais pas si c'est possible de l'être en faisant autre chose, mais ce qui est certain c'est que c'est plus valorisant et épanouissant de mener à bien une mission professionnelle, ou mieux encore de monter sa boite, que de réussir à ship 3x plus en jouant au poker.
     
    Encore une fois je pense que quoi que l'on fasse, le plus important pour être heureux dans la vie, c'est de pouvoir regarder derrière soi et se dire qu'on a fait de belles choses. Ceux qui font le tour du monde en grindant la 25/50 auront une très belle expérience de vie à n'en pas douter, mais quoi, un, peut être deux ans ? Pour le reste, pour le commun des grinder d'appartement, je ne pense vraiment pas que ça soit le cas.
     
    Voilà, my2cents from Vegas où je suis peut être un peu aigri pour la forme, mais le fond de ma pensée est réel.
  17. Like
    Dudley reacted to danstesdents in Expressions qui foutent en tilt   
    "WALLAH"
  18. Like
    Dudley reacted to just1_béber in Expressions qui foutent en tilt   
    au jour d'aujourd'hui
    à la finale
  19. Like
    Dudley reacted to Gexti in [Série] Breaking Bad   



  20. Like
    Dudley reacted in JAPAN REPORT   
    Last night in Tokyo
     
    - Tiens, je me ferais bien sucer moi
    - Tape toi une pute après le diner. Je t'attendrai dans une salle de jeux vidéos.
    - Nan mais gratos quoi. 
     
    Ca tombe bien, ce soir, on a rendez-vous avec une nana DJ rencontrée la veille dans un bar. Sont marrants les bars japonais : un comptoir, 3 chaises et des chiottes. Superficie totale : 10 m2. L'avantage de ces zincs, c'est que tu parles direct à ton voisin. 
     
    La nana s'appelle Hibiscus ou un truc dans l'genre. Tatouages sur tout le corps, anneaux dans le zen et fringues chinées : la meuf est dégueu mais rigolote. Pendant deux heures, elle nous vante les atouts de "son" club et promet de nous y recevoir en VIP. "I looooooove french people !" Bon ben si tu nous loves, on va y passer dans ta boite.
     
    Elle ne nous a pas menti : l'endroit, qui s'étale sur deux étages, est particulièrement beau. La branchitude locale a bon goût. Très vite pourtant, le doute m'habite.
     
    - Dis moi, ce serait pas une boite gay ici ?
    - m**de, je crois que t'as raison.
     
    L'arrivée remarquée d'un mec en string exhibant un masque de léopard finit de nous convaincre.
     
    Hibiscus pensait donc que nous en étions. Las, nous finirons la soirée à l'excellente bière japonaise avant de nous éclipser discrètement sans saluer notre hôtesse.
     
    Demain, nouveau bled. Direction Kyoto. Pas de bol, un typhon est annoncé dans la région.
     
    A suivre...
  21. Like
    Dudley reacted in JAPAN REPORT   
    JAPAN REPORT
     
    Jour 1 - 3 : Tokyo
     
    Il faut savoir un truc sur cette ville avant de partir : il fait chaud sa race en septembre. A peine sorti du métro, je sue comme un porc. Mon compagnon de voyage et moi-même peinons à traverser les 2 blocs qui nous séparent de l'hôtel. Nos put**ns de sacs Queshua pèsent 3 tonnes et le plan de ville est incompréhensible. J'apprends une chose essentielle ce jour-là : les japonais ne parlent pas un mot d'anglais mais ils ont une façon bien à eux de s'en excuser : un working-man croisé à un feu prendra une demi-heure de son temps pour nous accompagner jusqu'aux portes de l'hôtel avant de nous saluer respectueusement. Première rencontre avec la légendaire gentillesse des habitants du coin.
     
    Pour nos premiers pas dans la cité nippone, on a voulu se la jouer "Lost in Translation". Notre chambre est située au 30ème étage d'un immeuble en verre qui surplombe la ville. La vue est sublime. Tout aussi sublime est la découverte des chiottes japonaises. Résultat : je vais chi** mou pendant 15 jours à force de me foutre des filets d'eau chaude dans l'trou d'balle.
     
    Disons-le clairement : Tokyo est une ville crevante, incompréhensible et fascinante. 
     
    Crevante : les rues sont bondées en permanence, de jour comme de nuit. Certains quartiers (comme Shibuya) font passer New-York pour une sympathique bourgade de province. Le bruit des spots de pubs et des machines à sous locales est assourdissant. Les lumières aveuglantes. Tous les deux mètres, un mec te gueule à l'oreille que son resto est le meilleur du coin. Tous les 10 mètres (selon les quartiers), une nana te propose un "massage + blowjob". J'aurai d'ailleurs l'occasion de vous parler de l'étrange rapport qu'entretiennent les japonais avec le sexe.
     
    Incompréhensible : Tokyo est une ville verticale. Comprenez par là qu'il est essentiel de s'engouffrer dans les immeubles et de prendre l'ascenseur pour découvrir ce qu'offre cette ville. La plupart des bars, pubs et autres boites se trouvent au "8F" (8th floor). Rester au sol, c'est la certitude de rater l'essentiel. Incompréhensible également la curieuse loi anti-tabac locale : il est interdit de fumer dans la plupart des grandes artères de la ville. Fumer dehors vous expose à une amende qui varie entre 1000 et 8000 yens. Les gentils flics nippons m'ont ainsi délesté de près de 200 euros au cours de ce voyage. En revanche, il est totalement légal d'enfumer ses voisins au resto. J'allais oublier l'essentiel : les bars à hôtesses. Oubliez les putes. Ces hôtesses-là ne baisent pas : elles parlent. Ainsi, le japonais, au sortir d'une harassante journée de taf, vient se détendre en compagnie d'une très jolie (et très jeune) étudiante dont le boulot consiste à écouter ses problèmes. On a voulu vérifier par nous-mêmes : "sorry, japanese only.". Je me suis senti discriminé pour la première fois de ma vie et ça fait chi** : les photos en vitrine donnent vraiment envie de "parler".
     
    Fascinante : ce qui frappe en premier, c'est la beauté des japonaises. Le soir venu, dans les quartiers animés, elles s'habillent toutes comme des sal*pes. Talons ultra-hauts, mini-jupes et maquillage outrancier. De leur côté, les jeunes japonais "branchés" poussent le concept de la "metrosexualité" à son paroxysme : chemises et jeans cintrés et coupes de cheveux façon "Doc" dans "Retour vers le Futur". Ce joli monde se retrouve en boite vers 1 ou 2 heure du matin. Les premières nuits, on s'est contenté de regarder...
     
    La suite très vite.
  22. Like
    Dudley reacted to JujuElDoud in La joie   
    J'ai passé un entretien pour gérer la com de Winamax quand ils arrivaient en France. J'ai pas été pris et c'est dommage, mais l'histoire c'est que Canel Frichet, la boss de Wina donc, élue personnalité marketing de l'année par exemple, m'a dit texto quand on parlait de la cible à toucher : "on vise les geeks"
     
    et effectivement les multi-tableurs sont avant tout des geeks, on le prend comme on veut mais c'est imparable. Et un geek, même si l'appréciation de nos jours est moins péjorative qu'au départ, reste un geek, c'est à dire un no life, le plus souvent dépressif et sans amis.
     
    Un no life riche reste un no life. Et un no life aura toujours l'air absent, il s'intéressera pas, il s'enfermera dès que possible, sacrifiera les autres activités, bloquera sur son PC pendant des plombes, trouvera le moyen - évidemment - de bouffer en jouant, et perso il m'est même arrivé de porter mon put**n de pc portable jusqu'aux chiottes pour continuer à jouer tout en pissant
     
    j'ai déjà lu Artplay répondre à un random qui le charrait parce qu'il ne jouait jamais après 18h. Il a simplement répondu qu'il y avait un temps pour le poker, jusqu'à 18h, et un temps pour sa meuf, après. Et il s'y tenait, et ça l'empêche pas de prendre gros et d'en vivre depuis des années.
     
    Le problème vient pas du poker, ou du pari sportif, ou de facebook ou de counter strike. Le problème vient de l'utilisation qui en est faite par nous autres joueurs. Donc en conclusion rien c'est pire, mais moins c'est mieux.
  23. Like
    Dudley reacted to InvadeRR in [Série] Breaking Bad   



  24. Like
    Dudley got a reaction from AnteSVP in The vgg ^^ Thread   
  25. Like
    Dudley got a reaction from AnteSVP in The vgg ^^ Thread   
English
Retour en haut de page
×