Jump to content
Status Updates

-Gustavo-

CPiste
  • Content count

    297
  • Joined

  • Last visited

About -Gustavo-

Informations générales

  • Prénom
    .

Recent Profile Visitors

8447 profile views
  1. Boiler Room

    Y reste (quelques) Seigneurs.🔥
  2. Real Post 2

    Près d'ici y'a un resto camerounais associatif géré par un liseur d'avenir. C'est dans l'57 près de Sarrebourg. On y boit de la Vraie beaufort. Le mec avait arrêté un collègue à un stop et lui avait prédit ses 3/4 vérités, véridique! Je n'en dirai pas plus parce qu'entre beaufort, maraboutage, pénis de pussy magnet, piment des oiseaux, magie noire ça sent l'complotisme toussa
  3. [Jazz/Blues/Soul/Funk] Topic Unique

    @kurtounNtu viens un peu?
  4. Grand Banditisme

    Automne 2007 (ou 2006), l'atmosphère est terne et austère dans la capitale. Avec l'ami agent immobilier de passage nous décidons d'aller gambler dans un cercle dont je tairai le nom. L'endroit est accueillant, chaleureux et on sent bien la patte corse aux manettes ; en arrivant un croupier remballe un albanais à la roulette qui lui jette les billets tel un Marco Mouly à la grande époque du carbone. Le poto est dans l'ambiance "put**n, ça rigole pas ici". Il reste au rdc je monte à l'étage, question de prestige. Ma table est sympathique : un portugais, un chinois, un jeune loup d'internet, deux papys, un wokiste. Des allers et venues de visages que je verrai plus tard dans les journaux et la plus grande presse française sont présents, ça discute fort, ça rigole, ça déconne en coulisses. Au niveau de mon stack la soirée bat son plein et je dépasse maintenant les 1000e. Un nouveau joueur se pointe. Il a environ 40piges, la chemise ouverte jusqu'au 4è bouton (signe de force, @General_doc2doit bien se reconnaître) et un regard qui en impose. Il a l'accent Corse chantant, 63è degré. Pas très grand, bonne bouille, l'air jovial et déjà bien allumé. Il cave à 1000, avec 2 billets de 500e assez vite extirpés d'une liasse imposante. Il a la Classe et son style me rappelle certaines scènes de films d'un autre temps. Je l'observe. J'ai AA. Je raise, y 3bet. Je décide de just call. Flop : 8-6-2 . Y met 100 boules ce qui représente à peu de choses près le pot. Je paie. turn : K . Y met 200e direct en me souriant et me dévisageant, comme disait Chossat de Mariani : "Deux pics à glace te transpercent." Je paie. river : 8 Et là je me souviendrai toujours de la façon d'envoyer les pions, cette gestuelle tellement atypique, la façon de s'en battre les gonades du coup en cours et d'appeler le serveur qui a couru plus vite que Carl Lewis pour le servir. "Je mets tout heiiin." Je paie. Y me retourne KJ! ... "Tu lâches pas toi." avec un sourire de Patron, mi j't'enc**e-mi j't'aime bien. Je suis un peu penaud sur le coup mais le mec a une telle prestance que je suis maintenant plus obnubilé par son identité que par le put**n de coup de cartes qui vient. J'ai comme l'impression d'avoir joué un coup contre Francis le Belge, une intuition assez compliquée à décrire. Il se lève et se dirige vers le bar. Mon pote monte me rejoindre et décide de quitter les lieux ; destacké il a décidé d'aller s'l'envoyer dans un bar pas très loin et rejoindre un sombre groupuscule de supporters alsaciens de basket C'est un grand blond avec des lunettes et un style plus proche de Düsseldorf que de Châtelet-Les Halles. Je comprends et respecte son choix. Je continue ma partie et à un moment suis gavé, je décide de m'en jeter un au bar. Il n'est pas loin, une brune splendide discute avec lui et apparemment Mosieur est connu sachant que pas mal de monde s'arrête pour le saluer assez respectueusement. Je bois mon verre en solo et m'apprête à passer un coup de fil quand soudain une main se pose sur mon épaule. Je me retourne et raccroche, c'est lui. On discute un peu (d'où tu viens, tu viens svt ici, tu restes longtps sur Paris et d'autres choses.) "Tu as prévu qq chose ce soir mon ami? On sort un peu." (Il est 2h du mat hein!) J'ai le sourire mais intérieurement j'ai peur, franchement. Je sens bien que le mec est à des années-lumière de mon quotidien et que la nénette avec lui tu la feras pas vibrer en lui racontant la dernière histoire politique de @salasou le débrief foireux de l'OM de @PoneyTresSage. Bref, je sens pas trop le truc. On finit nos verres, je décline et le salue chaleureusement puis me dirige vers la sortie. Devant le cercle je passe ce fameux coup de fil avorté et au milieu de la conversation il apparaît, sortant du cercle enlacé à la brune. Un gonz lui gare à une vitesse éclair une Merco AMG immatriculée 83 () devant le cercle et s'extrait aussi rapidement de la voiture. Une blonde (mamamia) se rapproche de lui, il lui fait la bise, rigole et ouvre la portière arrière en la faisant rentrer avec galanterie. Tout l'monde observe ce cirque sans broncher devant le cercle, avec un petit sourire que je devine de jalousie pour certains. Les femmes sont dans la voiture, il salue et fait la bise à quelques collègues puis juste avant de monter dans la caisse se retourne vers moi avec la Classe à la Marlon Brando : "T'y es sûr que tu veux pas sortir avec nous mon Ami?" Encore aujourd'hui je regrette mon manque de gonades, comme dirait mon père "Le train ne passe qu'une fois."
English
Retour en haut de page
×