Jump to content
Status Updates

dixonn

CPiste
  • Content count

    163
  • Joined

  • Last visited

1 Follower

About dixonn

Recent Profile Visitors

2327 profile views
  1. https://www.humanite.fr/nouvelle-zelande-la-ou-fleurissent-les-bunkers-de-milliardaires-670945?fbclid=IwAR0pR7_KQwFxYqOQPz_9NCyY3UBS1rfXYZRl95fEoRZCLUx91A_YduL6j4A De la Californie à Auckland, les entrepreneurs de la Silicon Valley construisent des abris par peur de la fin d’un monde qu’ils ont participé à créer. - http://www.lefigaro.fr/flash-actu/la-nature-en-partie-deja-perdue-le-reste-en-declin-20190503?fbclid=IwAR2hxV3sGHvAwBWGI3efUpRBcaNopaCz03HC3m9y8WSSvL9EHqsaO2Xy8Y4 Écosystèmes ravagés, eau polluée, air vicié, des centaines de milliers d'espèces menacées d'extinction... «Une grande partie de la nature est déjà perdue, et ce qui reste continue à décliner». C'est le constat alarmant dressé par le groupe d'experts de l'ONU sur la biodiversité (IPBES) réuni à Paris cette semaine, selon un projet de rapport de 1800 pages obtenu par l'AFP.
  2. L'effet "reine rouge" : l’économie face aux contraintes physiques et énergétiques d’un monde aux dimensions finies. Résumé : Il s'agira d'exposer quelques uns des enjeux d'une réinscription de l'économie dans le cadre général posé par les contraintes matérielles et thermodynamiques, macro-économiques et historiques. Gaël Giraud discutera l'intérêt de ces enjeux pour le développement durable et la contribution de la France à l'Aide publique au développement. Une conférence sur les vulnérabilités des sociétés modernes dans lesquelles nous vivons et sur les stratégies de résilience – énergétique notamment – pour des collectivités et des territoires ruraux.
  3. Voui... Théoriquement ça me semble valable. C'est bien pour ça que la crise des "GJ" (& co) n'est pas une crise mais un symptôme des troubles sociaux bien plus sérieux qui s'annoncent. Et on ne peut pas dire que la "société" soit dans son ensemble prête à intégrer les quelques paramètres physiques dérangeants concernant son avenir... -
  4. https://www.thetimes.co.uk/edition/world/french-braced-for-the-end-of-the-world-b68zktcqb?fbclid=IwAR2tw6BoffMlT_yOx5kmWC9yGY7M0ZTy2hFvR7TxP2iNfKKOEwGM5yGK5ro Decades after French philosophers stopped fretting over existence, the thinking classes have embraced a new fad: the end of the world. Cited by converts from President Macron to pop singers and yellow-vest protesters, the doctrine of imminent apocalypse goes under the unlikely franglais name la collapsologie. - http://adrastia.org/plan-damortissement-des-chocs-deffondrement/ Dissonance cognitive : Je suis conscient et documenté depuis dix ans sur le (fort et inévitable) risque d’effondrement de notre civilisation. Depuis dix ans, je réfléchis, je procrastine, car il n’est pas si évident de « débrancher la prise ». En effet, le constat est simple, froid, factuel : au premier ordre de grandeur, réduire son impact environnemental, c’est s’appauvrir. Je l’ai tourné dans tous les sens, j’ai beau manger bio, rouler à vélo, faire mon bilan carbone… j’agis sur des chiffres après la virgule. A la fin, pour être significatif, il faut gagner moins. Alors quoi ? J’arrête la croissance de mon entreprise informatique ? Je vire mes sept collègues ? Je vends la maison en ville et pars faire de la permaculture et de la construction écologique avec femme et enfants ? Pas si simple. Pas pour tout le monde. Pas pour moi. Un ami ingénieur l’a fait, en partie à cause de moi, chapeau. Mais moi, je n’ai pas le courage. Blâmez-moi si vous voulez, mais c’est comme ça et nous sommes nombreux dans ce cas. Et c’est pour nous que j’écris ça. Notre problème, c’est qu’on n’est pas pour autant dans le déni. On sait, on voit clair, on garde les yeux ouverts et on continue à pédaler dans un système qui « a déjà passé le bord de la falaise » comme a dit Dennis Meadows à Pujadas un soir de 2012 au JT de 20h ! Et dans Libération. Je suis un collapsologue amateur, mais je suis un expert en dissonance cognitive, croyez-moi ! Voilà, le tableau est planté, peut-être est-ce le vôtre aussi : vous savez, mais vous ne débranchez pas tout. Tel Edouard Philippe, premier ministre ayant lu « Effondrement » de Jared Diamond, la question est pour vous « obsédante » ! N’est-ce pas ? Alors que fait-on ?
  5. https://www.franceculture.fr/emissions/la-conversation-scientifique/de-quoi-lenergie-est-elle-le-nom Dans le langage courant, le mot énergie demeure victime d’une polysémie problématique : il désigne tout aussi bien la force que la puissance, la vigueur que l’élan, le dynamisme que la volonté. Cela ne fait-il pas trop de signification pour un seul mot ? Heureusement, en la matière, la physique nous aide à y voir plus clair.
  6. https://www.tf1.fr/tmc/quotidien-avec-yann-barthes/videos/qu-collapsologie-science-de-l-effondrement-monde.html?fbclid=IwAR3AhMo88LcEc-vQU2f55rXmOX2vEl3OG6eEYd2CYGFAb92ECkh4GrUD6qM #mainstream. - https://energieetenvironnement.com/2019/02/13/comprendre-le-green-new-deal/?fbclid=IwAR1oJu5jyt3Uz-ZItSfdFYEvVBtqcdlkNk85VT33nlxKkI0NmnLiIUUI5oM Pourquoi le Green New Deal déchaîne-t-il tant de passions aux États-Unis? Cette résolution de 14 pages, présentée au Congrès américain le 7 février dernier par la représentante Alexandria Ocasio-Cortez et le sénateur Ed Markey, propose de profonds changements aux principes guidant l’action du gouvernement fédéral américain. Cette analyse montre que si la dimension écologique du document est assez convenue, la partie politique est une véritable bombe, qui s’attaque de front aux acquis de 40 ans de gouvernance néolibérale. Avant de parler du contenu du Green New Deal, et en particulier des mesures environnementales qu’il propose, il importe de bien comprendre les visées du document, qui est d’abord un manifeste politique. Il s’inspire du New Deal, un ensemble de mesures sociales qui a permis aux États-Unis de surmonter la crise de 1929, et de la planification industrielle mise en place pendant la Deuxième Guerre mondiale. - https://www.theguardian.com/environment/2019/feb/12/climate-and-economic-risks-threaten-2008-style-systemic-collapse?fbclid=IwAR2ZYsT9ARNJdnYO2zC41VQHj0rFlT_Cui4LQCa1AKy3cyhhpBihoKjFHJw The gathering storm of human-caused threats to climate, nature and economy pose a danger of systemic collapse comparable to the 2008 financial crisis, according to a new report that calls for urgent and radical reform to protect political and social systems. The study says the combination of global warming, soil infertility, pollinator loss, chemical leaching and ocean acidification is creating a “new domain of risk”, which is hugely underestimated by policymakers even though it may pose the greatest threat in human history. - https://www.redanalysis.org/2019/02/11/climate-change-shall-we-live-or-die-on-our-changing-planet/?fbclid=IwAR3iBg1Y9n7RynQoivPblPMWCmBSyM008I9Q8LRKJdYLg15wrLZ_Ue5SHCE CLIMATE CHANGE : SHALL WE LIVE OR DIE ON OUR CHANGING PLANET ? - https://fr.express.live/europe-ralentissement-croissance-monde/?fbclid=IwAR3lEHgl9_IDkMqPGsXccqMhysP7nMVVOMKu82MdJbiQVWDrTbv4fg_8Tmw La production industrielle dans les 19 pays de la zone euro a connu son ralentissement le plus rapide depuis la crise financière. La croissance économique ne dépassera guère 1 % cette année, maintenant que le moteur économique allemand est également en train de caler. L’Europe et son économie sont déjà en difficulté. Ce ne sont pas les économies émergentes, mais l’Occident qui est soudainement le plus gros obstacle à la croissance économique mondiale. Plusieurs analystes estiment que la situation se détériore rapidement en Europe. L’Europe et l’économie: le problème ne vient plus de la Grèce et de Chypre, mais de la France, de l’Allemagne et de l’Italie « Si la France cesse de consommer et que l’Allemagne cesse de produire, vous avez un gros problème dans la zone euro », a déclaré Ludovic Subran, économiste en chef adjoint d’Allianz, dans une interview donnée à l’agence de presse Bloomberg. Ce ne sont plus des pays comme la Grèce et Chypre qui suscitent l’inquiétude, mais la France – où les « Gilets jaunes » pèsent sur l’économie – et l’Allemagne. A eux deux, ces pays représentent environ la moitié de l’économie de la zone euro. Ensuite, il y a l’Italie, qui continue d’inquiéter les marchés financiers en raison des doutes grandissants quant à sa gestion budgétaire. Le pays a récemment été officiellement déclaré une fois de plus en récession.
  7. Laurent Alexandre, le pape (autoproclamé) du transhumanisme en France et sa vision des choses concernant les GJ...
  8. Maintenant qu'on en est là ce serait quand même bien que le sérieux change définitivement de camp et de faire tomber les mythes solutionnistes. On va être obligé de "faire société" malgré tout dans le déclin (que ce soit dans le meilleur ou dans le pire) ; promettre des lendemains qui chantent, une sortie par le haut ; lorsqu'on a étudié et compris la situation (et un impact fort sur le discours publique) est criminel et irresponsable. - http://petrole.blog.lemonde.fr/2019/02/04/pic-petrolier-probable-dici-a-2025-selon-lagence-internationale-de-lenergie/?fbclid=IwAR0FVe7_BINV-RswzyW15QTp_PZHj94HNWo7oRUf9gWXaRuVjVZolMTWci4 Pour empêcher un déclin de la production mondiale de pétrole d’ici à 2025, l’Agence internationale de l’énergie (AIE) annonce qu’il faudrait multiplier par 2 ou 3 les extractions de pétrole de schiste. Or aux Etats-Unis, le pétrole de schiste continue à perdre de l’argent… Les conséquences du « supply crunch » qu’envisage l’AIE promettent d’être particulièrement rudes pour l’Europe. Réveil ? - https://www.rts.ch/play/radio/le-12h30/audio/futur-anterieur-etienne-klein-explique-le-besoin-de-redefinir-le-progres-pour-organiser-la-transition-energetique?id=10170362 Futur antérieur - Etienne Klein explique le besoin de redéfinir le progrès pour organiser la transition énergétique.
  9. https://jancovici.com/publications-et-co/articles-de-presse/la-transition-vite/ Près de 300 000 personnes sont dans la rue, mais la sortie du pétrole ne s’impose toujours pas comme une nécessité politique concrète. Avec ou sans taxe carbone, l’essence et le gazole seront de plus en plus difficiles à acheter à l’avenir, sans parler du coût des dégâts futurs du changement climatique, et nous persistons à « regarder ailleurs ». Tous les outils pratiques pour réussir la transition énergétique sont pourtant là, à portée de main. Les plus efficaces ne coûtent que du courage politique. Mieux, une transition intelligente rapportera de l’argent et des emplois aux Français. D’abord en réduisant leurs dépenses de mobilité et de chauffage. Ensuite, en soulageant la balance commerciale française (puisque nous importons tout notre pétrole), ce qui sera directement créateur d’emplois. Des investissements publics ciblés dans le bus, le train, le vélo, le covoiturage local, peuvent faire baisser de plusieurs centaines d’euros par an les budgets de transport, en particulier pour ceux qui vivent loin des centre-ville, et subissent de plein fouet la hausse des prix à la pompe. Idem pour l’aide publique aux travaux d’efficacité énergétique, dont les premiers bénéficiaires seront ceux qui habitent des « passoires énergétiques ». Depuis trop d’années, ces instruments ne sont utilisés qu’avec timidité, de façon presque symbolique, comme excuses ou cache-misère d’une politique de statu quo dont les plus modestes payent l’inconséquence. Sans un plan d’action dont la colonne vertébrale est la baisse continue de notre consommation de pétrole, de gaz et de charbon, la transition écologique est vouée à l’échec. Cet échec nous conduit tout droit au chaos climatique, à la raréfaction des ressources, et à toutes les misères humaines qui viendront avec. Les « gilets jaunes » en portent l’avertissement : ils sont nos lanceurs d’alerte.
  10. - https://reporterre.net/La-civilisation-a-atteint-son-seuil-de-contre-productivite?fbclid=IwAR1_t6DcozmfLwGTnQLFe5-s7dU2Y-7hTXXtgLhQh_VoBvkZno2OM4rGUIY Trois ans et environ 110 milliards de tonnes de CO2 après l’historique COP21, le monde a assisté à un meurtre en direct et le monde a laissé faire : la COP24 fut le lieu d’un assassinat prémédité des pays les moins développés et des États insulaires par les États-Unis, la Russie, l’Arabie saoudite, le Koweït, le Brésil et quelques autres nations pétrolières. Spectateurs indolents du carnage : une Pologne flasque, une Europe divisée qui s’enferme dans des tournoiements pathétiques autour d’on ne sait quel pot et un Macron champion de l’absence plus que de la Terre. En somme : d’un côté des peuples désemparés faisant face à une disparition à moyen terme si le réchauffement planétaire dépasse les 1,5 °C par rapport à l’ère pré-industrielle ; de l’autre quelques oligarchies financières donnant dans l’antijeu pour attiédir les efforts collectifs de lutte contre le dérèglement ; et témoins de la scène, l’esprit manifestement ailleurs, des pays affichant une apathie moralement insoutenable. Certes des règles multilatérales d’application de l’accord de Paris ont été entérinées, par contre on était en droit d’espérer des mesures à court terme et de ce côté, c’est la loi du vide qui s’est imposée. Une lacune totale de perception du sens de l’Histoire chez les dirigeants, une volonté d’éviter un effondrement écologique global qui a la consistance d’une crème caramel. Résultat final : un ensemble insuffisamment contraignant de règles encadrant la mise en place de mesures insuffisamment efficaces censées permettre le respect d’engagements insuffisamment ambitieux... à partir de 2024. En s’achevant, la conférence de Katowice achève surtout les illusions de celles et ceux qui ont compris ce qui se joue. Les « responsables » ont de la fuite dans les idées – une fuite de gaz à effet de serre. Preuve est faite si cela était nécessaire de leur intolérable lacune de vision et de courage d’une part, d’autre part des verrouillages organisationnels, politiques, institutionnels et financiers qui ferment tous les horizons. Ça ressemblerait à un crime contre l’humanité s’il n’y avait que l’humanité dans la balance. Face à ce constat d’un échec annoncé aux conséquences génocidoïdes, il est d’intérêt général de recaler certaines idées préconçues pour relativiser l’espace des « problèmes » comme celui des « solutions » et investir enfin collectivement, avec lucidité et résolution, celui des possibles. - https://www.lapresse.ca/environnement/climat/201901/16/01-5211214-le-monde-avance-en-somnambule-vers-le-desastre-climatique-craignent-les-organisateurs-a-davos.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B13b_changements-climatiques_505_section_POS3&fbclid=IwAR0NsVkpHoxN772XVHwR87GcJuZkquIhhi3t1Oe-fquFt6O1UULqSHystMQ Les risques de catastrophes liées au changement climatique figurent en tête des préoccupations des décideurs internationaux à une semaine du forum économique mondial de Davos, d'après une étude des organisateurs. « Le monde avance en somnambule vers la catastrophe », a constaté Alison Martin, directrice des risques à la compagnie d'assurance Zurich Insurance Group, en présentant le texte mercredi à Londres. L'ONG Greenpeace n'a toutefois pas caché son scepticisme face à ces préoccupations environnementales de l'élite financière et économique mondiale. « Le programme ne voit dans le changement climatique qu'un défi parmi d'autres. L'élite de Davos pense toujours que nous avons le temps de résoudre le problème. Nous ne l'avons pas », a alerté sa directrice exécutive Jennifer Morgan, qui doit faire le voyage dans les Alpes suisses. - http://www3.weforum.org/docs/WEF_Global_Risks_Report_2019.pdf?fbclid=IwAR2nBROXlY45DXWDZX81ceRcDeCpsdYJKfqKmBtvEXMM6mZEuLz489RydRk https://climateandsecurity.files.wordpress.com/2019/01/sec_335_ndaa-report_effects_of_a_changing_climate_to_dod.pdf?fbclid=IwAR0nfDmfOdCv_ctaOt2AmI6pg3llsbbuObFkWbPP76_SVXPPBfiQC8puLMY
  11. [Techno] Topic Unique

English
Retour en haut de page
×
PMU : Dream about Vegas
PMU : Dream about Vegas