Jump to content
Status Updates

MasterGuggy

CPiste
  • Content count

    2177
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    5

Je les aime

Je ne les aime pas trop


Ils m'aiment

Ils ne m'aiment pas trop

Reputation Activity

  1. Like
    MasterGuggy reacted to NICEBET for a blog entry, Le Run Rose [PART 6]   
    Le retour du Run Rose, 6ème partie.
    Bon ok, j’ai quasiment mis 4 mois à poster alors que le billet est presque fini depuis 3 mois.
    Néanmoins, ça m’a permis d’identifier un leak chez moi.
    Lorsque je ne joue plus ou que je suis broke, j’arrête de poster des mains, d’en commenter et globalement, de parler poker.
    Bon bah, lorsque je ne baise pas, j’évite de me replonger dans mes vieilles histoires de barrel. Dimanche, ça faisait 4 mois que je suis dans ma ferme de vache, seul, dans la campagne Australienne.
    Bref, rigolo de faire le parallèle.
    C’est ti-par.
     
    L’arrivé en Australie, la chasse aux drapeaux et l’observation du Mulet hair style dans son environnement naturel.
    Je viens donc d’arrivé sur ce beau territoire rempli de vide et je ne parle pas des grands espaces désert.
    Après des débuts difficiles aux tables du Crown Perth et un échec cuisant auprès d’une petite fraicheur à stan smith blanche (lien), me voilà arrivé à Fremantle, au « Beach Backpacker ». Une belle boucherie ce backpack. 4 étages de n’importe quoi, aucuns admins, uniquement un gérant présent de 10h à 15h (lol). Le reste du temps, ce sont les backpackers qui gèrent le lieu. En gros, c’est freelance totale.
    Mon plan est relativement simple, je vais bosser dans cette station balnéaire pour gros beauf et réduire les sessions au crown. Je me fixe 2 sessions semaines maximum.
    Je trouve un pti taf de plongeur (payé 24$/h lolilol #australia) au Northfolk hotel le lendemain de mon arrivé. Je chatte un joli set-up. Petite CSB si ça vous intéresse.
    Durant les 3 premières semaines, je passe mon temps à bosser. Lorsque je ne bosse pas, je vais au crown. Du coup, je ne rencontre pas des masses de gens. Je crois être dans un de ces moments où je préfère être seul, plutôt que mal entouré. Les backpackers sont une espèce, pour la majorité, qui ne m’attire pas vraiment. Des gens broke, mange quignon au possible, parfois bobo, très centré sur « leur voyage », faussement cool, surement superficiel. Ajouté à cela que chaque mini short un peu bien gaulé qui se trimballe se voit systématiquement escorter par une bande de mec qui ont besoin d’aller à Montélimar pour épingler du nougat. Bref, je n’ai pas des masses de potes mais finalement ça ne me dérange pas.
    Il y’a bien cette petite Française, Camille, aux tatouages qui mérite quelques cartons rouges, qui me tourne autour mais je suis fine bouche et son 5/10 ne me satisfait pas. Je suis aggro, certes, mais j’ai appris à sélectionner mes starting hand et je sais que tous les spots ne sont pas bons à prendre.
    MAIS BON TU M’CONNAIS.
    Lors de ma dernière soirée, je me fais à l’idée que je n’aurais pas mis « tout dedans » en un mois d’Australie, le slip de carton prend forme. Quand Camille apprend que je pars pour Adelaïde le lendemain, elle m’invite à une soirée sur la plage avec d’autres Français et mon moi bourré du futur se résigne petit à petit me contenter de la moyenne et d’un tatouage étoile très limite.
    C’était sans compter l’apparition de…
     
    Jackie, 24ans. Américaine. Voyage depuis 1 an, essentiellement en Asie. Elle est arrivée en Aussie il y’a 1 mois. 1M60, petits boobs mais un tarma COMPETITION. Une américaine bien gaulé from Calipornia. Très souriante, avenante. Un accent bien de la bas et une façon de parler assez suave, une voix un chouilla cassé. Je me vois déjà l’honorer des couleurs du drapeau. Surtout celle du milieu.
    Alors que je suis au Coles (supermarché), Camille m’envoie un message pour me demander si je peux lui prendre une bouteille de vin et un pack de bière. Rendre un service, c’est toujours plaisant mais surtout ça crée une espèce de redevance inconsciente.       Instant call. 
    En arrivant au backpack, je la vois assise avec d’autres brokepacker, notamment à côté d’un petit T9s des plus sexy. Je donne le sac à Camille et le connecteur suité m’adresse un:
     
    « oh it’s for me, thanks darling » tout en prenant ses bières.
     
    Comment on joue un SC quand on est un trongol ? On le surjoue. Qu’importe la position, qu’importe le flop : T9s c’est trop sexy. Pis j’ai vu Kitai faire un call hauteur T un jour sur un DLTDP. CA VA PASSER.
     
    «Ow, hello you !  I’m Hugo »
    « Hayy, I’m Jackie » combo sourire freedent
     
    S’en suit une discussion banale mais on connecte le flop mon con !
     
    Camille, voyant que je suis bien plus intéressé par cette petite américaine en 1 minutes que par elle en 3 semaines, interrompt notre conversation pour me dire qu’on part dans 20 minutes.
     
    Je lui réponds sans la regarder « Ouais je prends ma douche et je vous rejoins. »
     
    30 minutes après, je redescends tout beau tout propre, prêt à sortir mon double décimètre au premier spot américain.
     
    On finit par décaler une trentaine de minutes plus tard. On est un petit groupe.
    4 Français, 1 irlandais, 1 australien, 1 Allemand et 2 américains. Sur le coup je crois que le mec de New York est le mec de Jackie. Pas très content, mais plus moyen de fold la soirée donc on y va. J’ai entendu tellement d’histoires sur les ricains que je me dis qu’avec un pti coup dans le pif, on pourra ouvrir une table de three handed bien aggro.
    On arrive au French Barbecue, ou tout le monde est censé être cool mais finalement, tout le monde est en groupe et personne n’en sort vraiment. Comme d’hab’, toutes les meufs bonnes on un ratio de 1 sur 4. 1 meuf bonne, 4 mecs dessus.
     
    On se met donc en cercle et j’applique mon plan de Fish. Je bois comme un trou en faisant passer Caballero pour un fumeur du dimanche. Mon compagnon de boisson est Irlandais. C’est un sick degen. Le mec me raconte ses histoires de bagarre, de coke, de la meuf de 15 ans qu’il a mis en cloque. Il me dit avoir des problèmes avec l’alcool. Il a une descente de breton le con.
    A un moment donné, alors que j’avais refilé mon lutin irlandais qui commençait à être en boucle sur sa vie, je me mets à écouter le groupe Camille/ L’américain/Jackie. Cette dernière m’interpelle.
     
    « And what about you Hugo, how many flags ? »
     
    Je commence à être bien bourré à ce moment-là et je ne comprends pas bien ce qu’elle me demande. J’aurais pu demander de quoi il s’agissait mais sur le coup je préfère penser que je n’ai pas besoin d’aller chercher l’info.
     
    Je comprends : « avec combien de filles as-tu couché »
     
    Je la regarde, lui dit que comem c’est un peu gênant mais son côté américa f*ck yeah in god we trust me dit en gros « dont be a faggot »
     
    « 27 »
     
    Les trois me regardent avec des yeux ébahis.
     
    « 27 ??? »
     
    Un peu timidement « Yeah, 27 »
     
    Je me suis toujours considéré comme un joueur agressif m’enfin 27 ca me parait pas non plus énorme. En tout cas pas à créer tel étonnement.
     
    Puis Camille me dit « C’est énorme, t’as quel drapeaux alors ? »
     
    « Comment ça quel drapeaux, de quoi tu parles ? »
     
    Elle m’explique que les « Flags » correspondent aux nationalités avec lesquelles j’ai couché.
     
    Moment forever alone ou je passe pour un énorme étron, ça m’apprendra à call in the dark.
     
    Obligé de dire que je n’avais pas compris en espérant passer sous son radar de détecteur de queutar.
    Je réponds donc « 2 ».
     
    Et là, comme ça, alors que tout le monde écoutait suite à mon annonce de trongol, la belle Jackie me lâche texto :
    « Ow, I would be happy to be your third »
    Un micro silence s’installe.
    Lol wat ?
     
    Camille la regarde de travers genre « mais quelle pute », l’Américain sourit, un des français me regarde l’air un peu dépité et l’Irlandais me eye contact et son regard me dit : BAISE LAAAAAAAAAA
     
    Le même genre de regard de Kayron dans bref. Bref.
     
    Sur le coup, avec l’alcool et les bédos j’ai l’impression de ne pas comprendre. La meuf m’a vraiment lâché cette bombe devant tout le monde ? Elle a vraiment dit qu’elle se ferait bien sauté par l’énorme bg que je suis ? Suis-je vraiment choqué ? Ça se passe comme ça chez l’oncle sam ? Est-ce qu’un présidant américain s’est déjà poli le chinois dans le bureau ovale? Que penses-t-elle des zboub non circoncit ? Autant de question qui traverse mon esprit.
    Entre temps j’ai compris que le New Yorkais n’étais pas son mec quand je l’ai vu enfourné sa langue dans une random francaise après avoir joué « au champs élysée (en francais monsieur) » On distribue un carton « goss bo » pour ce Samy.
    La voie est dégagée, le flop est très beau, je vais la gagné cette main, f*ck yeah.
    Je vais pisser et lorsque je reviens je raise immédiatement et je me mets en position. Je hume son odeur. Elle sent le soleil. Un parfum de meuf qui glande rien à la plage. J’adore cette odeur.
    Je m’assoie juste à côté d’elle, je fais en sorte de bien me coller.
    Elle me dit qu’elle à froid. Bon prince, « so french » que je suis, je lui file mon pull. Elle me remercie et se blottie contre moi. Rien de bien ouf, mais je sens clairement que j’ai un spot de all in assez évident. J’ai passé tout le tournoi « fremantle » à être card dead, je pars demain, j’ai un connecteur suité qui me fait de l’œil et une dizaine de blind...
    Quelques instants après, le groupe décide de partir. On ferme la marche avec Jackie. Elle me dit « slow down, slow down ». Okay, je slow down poupey. Elle me regarde et me dit en Français « Je t’ayme bien Yougo ».
    Bon, comme dirait un des mecs les plus malaisant de youtube en 2017 : AMOLINEEEE.
    Ni une ni deux, je lui offre un french kiss et on s’assoie dans la pénombre du parc, juste devant la butte, avant la plage. On s’embrasse et je sens que la petite monte très vite en température. Elle me demande si je « like son ass ». J’acquiesce et lui cale des doigts instantanément. A ce moment-là, je suis convaincu d’avoir des capotes dans mon sac et lui propose d’aller sur la plage pour la démonter et bon et dur forme. Clairement, le flop est bien connecté, j’ai mon combo draw : Baisé une américaine sur une plage Australienne, deux premières fois en une.
    On se cale sur la plage, seulement run better, je n’ai pas les capotes. La turn est donc pas ouf mais on espère que tout va rentrer à la river parce qu’elle a payé la ptite, faut faire un gros hold now.  La meuf à l’air de s’en branler, elle descend sa jupe et se met en levrette. J’ai donc la vision de son cul divin face à moi mais aucune armure de latex. Je lui cale encore des doigts en pensant que je pourrais mettre mon poing. Sans déconner, elle pourrait accueillir deux togolais dans sa caverne.
    Mais là mes cons, je me retrouve dans un dilemme un peu chiant. Je me suis juré de ne plus jamais subir un stress post relation non protégé. Je suis du genre méga angoissé avec ce genre de bail. Avant de partir j’ai passé des analyses. J’avais limite pas dormi pendant 3 jours en imaginant ce que serais ma vie si les résultats étaient positifs. Finalement tout était négatif, le sentiment d’avoir chatté une tonne, j’ai limite lâché une larme de joie lorsque j’ai appris la nouvelle. Je me suis aussi promis de ne plus m’infliger ça.
    L’hôtel est à une bonne trentaine de minute à pied, il est 1h du mat, il fait froid. Autant vous dire que je sens que si je lui dis « ouais mais non, je n’ai pas de capotes », la chaudière qui me tend son cul va vite se refroidir et le dealer va me sortir un jolie brique river.
    Finalement, je choisis l’option low variance et prend le risque de louper le spot.
    « No condom, we have to go back to the hostel and then, I’ll show you my french touch ».
    « Ow » Assez froidement.
    Elle remonte son string et sa jupe et on part de notre plage.
    Elle marche devant moi à une bonne dizaine de mètre.
    Je suis entre le « Putaaaaain Hugo, putaiiiin » et le « putaaain je suis fier de toi Hugo ».
    Elle commande un Uber et pendant l’attente, j’arrive à la faire rire. On se ré-embrasse et je fais tout pour la garder à température ambiante.
    Dans la voiture, j’accélère et passe en mode raise any two. Je lui lâche des trucs salaces en français dans le creux… De l’oreille, et lui caresse le nougat discrètement.
    Arrivé devant l’hôtel, elle me demande de descendre en premier et de l’attendre dans les chiottes du 2eme. Elle ne veut pas qu’on soit vu ensemble.
    Lol ?
    Elle m’explique qu’elle a couché avec un autre français la nuit d’avant (laul) et qu’elle n’a pas envie de passer pour une trainée car elle vient tout juste d’arriver. (infinite lol).
    Bon balec, je me marre quand même un peu parce que je me rappelle plus tôt dans la soirée qu’un des français m’avait parlé d’une meuf qu’il avait baisé la veille et je comprends que vu le regard qu’il m’a lancé plutôt que c’était elle et qu’il voulait un match retour.
    Sorry bro, tu vas chauffer le banc ce soir. Je me charge de représenter le pays.  Bleu blanc rouge bordel !
    Je l’attends donc dans les chiottes et c’est un moment dont je me souviens. Le temps semble long mais elle finit par arriver. Elle met la poubelle devant la porte et vient vers moi. Les chiottes sont en long. Il y’a 8 éviers dont un plan de « travail » propice au démontage de petit boule d’américaine. Elle se déshabille doucement, limite en me faisant un strip tease  en me regardant avec un put**n de regards de coquine. Je l’embrasse et la démonte littéralement sur « le plan de travail ». Elle me dit d’y aller plus fort, que je peux lui faire tout ce que je veux, « do you like m yass ? » mais lol. Je la retourne, lui met des claques de mutant sur son pti cul bombé, elle hurle. A un moment donné, je sors et lorsque je me remets en position elle me ressort « do you want m yass ? ». Je comprends que je n’avais pas compris la première fois donc « why not ! ». Je tente alors d’inséré mon gourdin mais sans lubrifiant, c’est mort. Elle me dit ok ok, f*ck my pussy, f*ck me please, f*ck me hard !
    J’en rajoute pas.
    La river rentre donc, aussi bien que ma clé de 19 dans son antre, et put**n, c’est un énorme kiff. Comme quoi, même en jouant comme un manche, on peut ship. Jeu de con.
    En plein ébat, la porte s’entrouvre. Quelqu’un essaye d’entrer. Paniquée, elle se retire et me traine dans les toilettes. (On était sur les éviers, les toilettes sont dernières nous et ont une porte qui ferme à clé). On attend 10 seconde de voir si la personne va entrer mais finalement, rien. Je continue de la prendre sur les chiottes. put**n qu’est-ce qu’elle en veut, rarement eu autant de répondant la première fois!
    Vu que je suis bien bourré, j’ai du mal à finir. Je lui propose donc de me gober le chybre, ce qu’elle accepte avec une certaine joie. Pendant qu’elle me suce divinement, elle me regarde dans les yeux, me crache sur la queue en me répétant « give it to me ». Oui oui, comme dans les film de boule, j’en reviens pas.
    Je finirais rapidement, en lui en mettant bien partout. Après avoir payé mon tapis, elle continue de me sucer 30 secondes, me fait un bisou sur le gland, ouvre la porte, se débarfoutre dans l’évier, se rhabille, m’embrasse sur la joue et me dit « Have a nice trip to Adelaide ». Elle quitte la pièce en faisant des petits sauts, telle une put**n de biche.
    Je l’ai tringlé pendant 30 bonnes minutes, c’était put**n de intense et la meuf se casse genre 1minute 30 après. Pas de dialogue post coitale, même pas une chance de lui mettre un deuxième barrel. Je me retrouve à poil dans les chiottes, seul avec mon zgeg qui coule.
    Quelle baise ! Spoiler : La meilleure de l’année d’ailleurs.
    Le lendemain matin, le réveil est difficile, j’ai une grosse barre au front et dans le zlip, put**n, un ptit barrel matinal ça ne m’aurait pas dérangé. Retour rapide à la réalité, je dois check out avant 10H et chopper mon avion en début d’après-midi, pas le temps d’imaginer un plan pour une autre main avec elle. J’admets avoir furtivement pensé « rater » mon vol mais heureusement, mon cerveau s’est servi de ma gaule de taulard pour latter mes couilles et revenir à la réalité : Pas de match retour.
     Lorsque j’arrive à la réception pour rendre mes clés, qui je vois derrière le comptoir ?
    Jackie.
    Y’a une autre personne à côté d’elle mais lorsque je rends mes clés, elle me fait un grand sourire avant de me souhaiter bon voyage.
    Je ne la reverrai jamais même si par la suite, j’ai essayé de la retrouvé dans des amis commun potentiel.
    La moralité de cette histoire, les américaines sont élevés au film x, l’Amérique, cette porn nation.
     
    KATE, 25 ans, étudie je ne sais quoi, travaille en parallèle. 1er (set et) match sur Tinder. Australienne pure souche. 1m60, fine, un joli sourire, des yeux de chat. A fait un séjour en France, à Tours quand elle était au collège et depuis elle « love le France ». Aime le vin mais végan/ chiante au possible. Adore sa m**de de pti chien.
     
    Après avoir délaissé cette belle application, le « spin & go » de l’amour refait surface lorsque j’atterris à Adelaïde. 
    Je suis donc là depuis une grosse semaine, fraichement débarqué dans ce nouveau backpack « le blue galah hostel ». L’offre des filles ici ressemble à l’offre MTT de PS.FR  et je décide donc, assez logiquement, d’ouvrir PS. Com.  
    Ca match bien, on discute pas mal,  à raison d’un ou deux message par jour pendant une semaine. Quand même.
    On se rencontre dans un petit café Français dans le très joli quartier « Vardon » d’Adelaide, au « Hey Jupiter ».
    Elle arrive habillé tout de noir vêtu, lunette de soleil et un peu en retard.
    Je lui fais machinalement la bise, elle recule « j’ai forget » qu’il ne fallait pas open 2bb mais plutôt faire une poignée de main ou un « hug », mœurs anglophone oblige. Mais je m’en fou, je suis Français moi Modame. Je lui tape une bise. Elle a un rictus un peu coincé  du style «ow  it’s a bit chocking » mais ça passe.
    On s’assoie, je commande une pinte bien balla à 18$ et elle prend un thé.
    On discute, c’est fluide, malgré mon niveau d’Anglais peu respectable au moment de l’action. Elle m’explique qu’elle ramasse un peu car elle est sortie hier soir, mais qu’elle est contente de me voir.
    Pas très compliqué à lire cette Australienne, même sous ses lunettes teintées.
    On finit nos breuvage et elle me propose de décaler récupérer un truc à son lieu de travail. On est Dimanche, mais elle a les clés.
    All right, let’s go.
    On arrive devant un immeuble, on monte dans l’ascenseur et je ressens comme une tension sexuelle qui s’installe.
    Arrivé à son étage, elle me montre son bureau, m’explique ce qu’elle fait etc. C’est vide de chez vide et je crois que j’ai un spot pour la déglingué immédiatement. Avec le recul, je suis quasi sûr qu’elle n’avait rien à foutre ici et que son intention était de se faire mettre tout dedans pour raconter l’histoire à  ses copines le lendemain. Seulement voilà, j’ose jamais faire ce genre de move aussi tôt dans le tournoi donc je fold, n’étant pas sur de la force de ma main, lâche que je suis. La tension est tellement palpable que même sur le coup, j’ai l’impression d’être une petite lopette qui squatte la NL10 depuis 5 ans.
    Elle prend sa m**de et on reprend l’ascenseur. A peine arrivé dedans, un silence lourd de sens éclate et lorsque je tourne la tête, je la vois me regarder en se mordillant la lèvre. Bon, on n’est pas un pédé, c’est parti. Je raise et ça snapcall chez maman kangourou.
    Alors qu’on est en plein patinage artistique, l’ascenseur stop et un mec en costume rentre. L’ankwartitude est complète. Le mec se met dos à nous et on pouf de rire, nerveusement j’imagine. Une fois au rez de chaussé, on sort tranquillement et je lui demande si elle le connait. « Yeah, he works with me ». LOL. Bah il a pas dit bonjour, il va niquer sa mère.
     
    On va donc se poser dans un parc et on alterne entre séquence de roulage de patin intensif et discussion sur la France et l’Australie. C’est cool, c’est léger, ça fait du bien.
    On se quitte en fin d’après-midi car elle à des trucs d’Australienne à faire, probablement promener son chien ou se maquiller.
     

    Kate (à gauche)
     
    Elle est finalement assez peu dispo et on se revoit le samedi soir qui suit.
    La tenue n’est pas la même, petite robe verte sexy, talons, maquillage étonnement sobre pour une australienne du Saturday night. Elle est put**n de pas mal en fait !! Le 6/10 que je lui avais octroyé se transforme en 7.5/10 puis en 8.5/10 lorsque j’en suis à mon 4ème verre de pinard.
    On se retrouve dans un bar français qui coute une blinde mais au diable l’avarice, j’ai une envie de faire all-in dans sa cavité muqueuse donc on paye papa, on est là.
    A la fermeture des bars, je la raccompagne à sa bagnole.
    Sur le trajet, on s’arrête toutes les 5 minutes pour se rouler des patins et je tâte allégrement ses fesses. Ça m’a l’air bien plat tout ça mais put**n, y’a pas un cas où je la baise pas ce soir, j’ai lâché 100$ en boisson bordel, j’ai mon biscuit, faut le tremper now. Cependant, la note repasse à 6.5/10 malgré l’alcool. Un cul plat, si petit et de graisse dépourvu soit-il, c’est carton rouge direct monsieur l’arbitre.
    Lors d’un énième stop, la rue est déserte et lorsque je l’embrasse, je remonte sa petite jupe de façon à ce qu’elle ait le boule complétement à l’air. Là, elle me propose de venir chez elle en se mordant la lèvre. Ouuuuuh tu vas le prendre ton barrel, tu vas le prendre !
    J’accepte, évidemment.
    Je vois le drapeau Australien flotté au-dessus de ma tête et un kangourou me fait un check.
    Elle habite à 20 minutes du centre et pendant le trajet la température ne descend pas, j’ai appris à les garder chaude même dans des phases de déplacement, du coup c’est thermostat à 180° et touchage de crustacé pendant qu’elle pilote.
    On arrive chez elle, une maison assez balla qu’elle partage avec sa coloc…  Quand elle voit mon air surpris en voyant une barre de pole dance dans le salon, elle m’indique que sa coloc est Strip teaseuse. A ce moment-là, je pense à Jackie, qui j’en suis sûr, m’aurait payé une ptite démo pour me mettre en appétit. Puis je pense à sa coloc, qui aurait pu, m’accueillir un peu plus dignement.
    Après présentation de son ignoble étron qui lui sert de chien, on va direct dans la chambre, pas de case « tu veux un verre » ? Non non madame, ça sera immédiatement la TF en position de CL. Je la déshabille sauvagement, ce que je vois n’est pas déplaisant si ce n’est l’affreux choix de sous vêtement. Disons que c’est tout sauf sexy mais ballec, je fais l’impasse. Je lui demande pas d’être Française.
    On commence à baiser, elle a un peu mal et me dit que du lubrifiant serait pas mal. Ok balance du lubrifiant. Je m’attends à ce qu’elle fouille dans son tiroir, mais non, elle se lève, à poil donc, sors de la chambre et revient avec le précieux. Elle est allée demander à sa coloc et je vois la scène depuis le lit. Celle-ci ne manque pas de lui balancer littéralement une poignée de capote dans le couloir en lui disant un truc que je ne comprends pas. Probablement un truc du genre « tape trois fois contre le mur si tu veux que je vous rejoigne ».
    Ça passe mieux mais j’ai du mal à rentrer dans l’action. Je pense à Jackie. Malgré ma demande, elle refusera de me pomper le nœud. Tristesse infini mais bon, premier soir je peux comprendre. M’enfin tout de même. « Tu veux baiser sans sucer bouffonne, GARDE LA PECHE ». Cette punch ne quittera pas mon esprit, juste à coté du « give it to me ». Bref. Elle est quand même bien chaude même si ce n’est qu’une petite victoire d’un 3.30$ rebuy 180 max.
     

    Kate (a droite hein) avec une copine moche, basique. Je souligne que le port de lunette de cochonne est une invitation a la facialisation, ne l'oublions pas.
     
     
    Le lendemain matin, vous me connaissez maintenant, je lui mets son barrel matinal. C’est ok, un peu moins sauvage que le soir mais ça reste une prestation correcte. Seulement voilà, la capote craque. put**n.
    Je lui demande si elle est ok et elle me répond que oui, elle fait des tests régulièrement. Je me sens soulagé mais put**n, je suis une flipette total sur le sujet. Franchement, je prends le truc comme un bad beat qui va me hanter pendant les jours à venir.
    Mais bon, vu que je suis dans un backpack de mutant avec plein de monde et un bar en terrasse, je n’y pense pas trop. L’alcool coule à flot tous les soirs et finalement, je suis plutôt serein.
     
    On se revoit le Vendredi soir, cette fois je la rejoins directement chez elle car Mme à un diner de gala. J’arrive avant elle devant sa maison, je l’attends une bonne quinzaine de minute.
    Je vois un gros gamoss ultra balla arrivé et je la vois en descendre habillée en tenue de soirée avec des perles autour du cou.
    Elle est déglingué, elle me saute au coup alors que le 4x4 pars à deux à l’heure. Je comprends ici qu’elle exhibe son trophée à ses ami(e)s. On finit par rentré, même scénario, pas de verre, directement au lit ! Je la tringle, elle se donne davantage mais j’y suis pas. Je suis obsédé par son petit cul si plat. Fais des squat bordel !!!
    Le lendemain, elle me ramène à mon backpack et ça sera la dernière fois que je la vois. Pourquoi ? Deux raisons. La première, j’avais ouvert un pti SNG en parallèle avec une Polonaise qui venait d’arriver au backpack. Vous comprendrez dans la troisième partie de ce billet. La deuxième et pas des moindres. Le dimanche, alors que je me lève pépère et que je me prévois une belle soirée de grind online (le vrai grind online pour le coup), j’ai la mauvaise surprise de pisser des caillots de sang. Vision d’horreur de voir du sang sortir de son urètre. Je ne le souhaite à personne. Dépucelage de MST pour papa, cette pute m’a filé le Chlamydia. Après une journée à totalement paniqué, je suis au labo à la première heure le lundi matin. La toubib me fait faire des analyse, me file un antibiotique et c’est réglé. Mais put**n, quel stress ! Une semaine plus tard je reçois les résultats- Négatifs sur tous les trucs qui craignent. Double rassurement quand trois mois plus tard je vois que Kate à partager « à donner son sang » sur FB. Plus tard, je lis dans les commentaires elle dit que son sang été donné à un patient. Ouf.
    Moralité : Protégez-vous bordel et choisissez des filles qui font des Squat. Les culs plats, c’est comme les grosses chevilles, c’est dégueulasse.
     
    Voilà, je sais, il n'y en à que 2 (et si peu de photo) mais c'était déjà bien long ! Je vais tâcher de pondre le prochain billet en moins de 4 mois, promis !!!
     
    La bise
  2. Like
    MasterGuggy reacted to NICEBET for a blog entry, Le Run Rose [PART 3]   
    Mes chers grindeur de la vie, adepte de tinder et de 3bet bien senti, bienvenue dans cette 3ème partie qui se voudra plus fragile
     
     Je vous ai laissé à la fin de mon plus long mais néanmoins décevant deeprun. Il est maintenant l’heure « du plus intense ». Ce deeprun que tu n’attendais pas. Tu n’étais aucunement préparé, tu n’osais même pas l’imaginais et pourtant… Tu buy in le tournoi sans espoir, proche d’être totalement broke, et la magie opère… Mais évidemment, la variance n’est jamais loin…
     
    Jane, 26 ans. Monteuse/ Assistante réal/  Réalisatrice/ Interprète.
    Une rencontre « live » lors d’une soirée chez une amie et pas sur un site pété (ça change)
    Elle à quitter la France à 18 ans pour s’installer à Berlin afin d’intégrer une école de ciné (montage/réal). Parle Français, Anglais et Allemand couramment. Féministe, cultivée, indépendante- bandante. Du haut de son mètre quatre-vingt, elle à un regard de renard et marche avec assurance. Une beauté sous toutes les coutures. Un visage fin, une silhouette de mannequin et un cerveau bien fait.
    Le genre de fille qui fait rentrer les marins au port bro.
     
    Je ne peux pas commencer lorsque je la rencontre car ça serait mal vous mettre dans l’ambiance. Je dois revenir quelques mois avant cette folle journée du 27 Décembre.
    Nous sommes fin Octobre 2015, quelques mois seulement après ma rupture avec mon ex et j’en chie une tonne. Je suis encore très triste de l’avoir rendu et pleure en PLS quasiment chaque jour que l’Homme fait. Je peine à avancer dans ma vie et à me reconstruire. Je suis shortstack- l’impression que je n’ai plus joué à ce jeu depuis 10 ans et que je serais de toute façon face up/ mauvais quand je devrais jouer une main. Totalement ruiné mentalement, sans repères, j’entreprends un travail sur moi-même et tente de mettre dans ma vie de nouveaux automatismes- de nouvelles habitudes. Je fais pas mal de sport à cette période par exemple et ça m’aide clairement à avancer.
    Pour la première fois depuis longtemps je me sens bien dans mon corps. Par contre, je galère avec les filles. C’est très bizarre. Sans être prétentieux, j’ai un physique agréable et un charme naturel puissant. Ce qui fait qu’en général j’accroche toujours des clientes. Le problème c’est que postflop je me tire une balle dans les deux pieds quand je parle. Ou plutôt quand je parle trop –Je veux beaucoup trop value. Je ne suis tout simplement pas habitué à « gérer » des meufs d’un soir ou des plans culs. En fait, je n’ai jamais eus de plan cul à 26 ans. Moi, je n’ai connu que deux grandes histoires d’amour qui m’on pris en tout 7 ans et demi de ma vie. Avant ça, c’était des relations de collège-Lycée. Je suis donc super maladroit et quand bien même je veux que du cul, elles pensent que je veux me mettre en couple. Toujours difficile d’auto identifier ses propres leaks, mais je commence à m’en rendre compte à cette époque.
     
    On est Samedi soir et mon meilleur pote me dis qu’il à une soirée avec ses copines du Lycée. Il a toujours gardé le contact avec elles mais ça fait longtemps qu’il ne les a pas vus.
     
    « What a spot »
     
    On est donc convié rue de la loge à Montpellier. J’y vais avec Ben et Yaya. On forme le trio célibataire du groupe et cette soirée marquera l’avènement de notre « tri force ».
    On arrive dans l’appartement ou se trouve une grosse dizaine de personnes, dont ses 5 copines.
    Je vous mets une Petite description rapide des filles en texte caché. Par la suite elles sont (presque) toutes devenues des amies et de surcroit mon fanclub attitré #TeamJonSnow :

    Votre fidèle serviteur en pleine époque "Jon Snow" (grosse fragilité sur cette photo)
     
    On arrive vers 21h30 et première surprise : pas de musique. On prend le lead et je balance des playlist. L’ambiance est très « radio nova ». Je discute avec une des 5. « Agathe N.». Elle a quelque chose qui me plait. Elle est discrète mais présente, d’une douceur palpable et d’un charme certain. On discute quelques minutes, je lui parle de mon futur voyage et de mon projet. J’apprends qu’elle a passé 8 mois au Canada et a peine ai-je le temps d’observer ce délicieux flop que sa copine Fanny Donkbet. « Salut Jon Snow » dit-elle avec une voix suave en prenant place juste à côté de moi- éclipsant au passage sa copine. Fanny nous a accueilli en bas mais j’étais trop occupé à discuter avec Yaya d’un groupe d’Italiens qui avait braqué pour 1,8M€ de Parmesan. J’avais spotté qu’elle était bonne mais j’étais dans mon truc. Elle a quelque chose de terriblement excitant. Pas de douceur chez elle, l’inverse même et ça interpelle mon côté bestial. Je change rapidement de cible car je sens clairement qu’elle est intéressée et délaisse mon premier feeling. Je le regretterai.
     
    Je décide de la jouer détacher et après avoir discuté 10-15 minutes de ma ressemblance avec Jon Snow, je sit out pour aller discuter avec les gens de la soirée et lâcher quelques référence d’oss117 bien senti à Ben. « A l’occasion, je vous mettrez bien un pti coup d’poliche ». La finesse.
    Mao, passe à ce moment-là- me regarde- regarde Fanny- rigole, puis s’assoit à côté d’elle. Quelques autres références fusent, deux verres de rhum se vident mais je ne lâche pas pour autant l’affaire. Fanny discute avec deux copines et me regarde très régulièrement. Lorsque nos regards se croisent, elles ricanent toutes les 3. Ca messieurs, c’est un tell de force. Ça veut dire que TU es en position de force.
     
    Ou alors qu’elles se foutent de ta gueule, mais pour le coup l’expérience me dis que je suis bon ici. J’ai les papiers et je veux lui donner une bonne cote pour vérifier.
     
    Je décide donc de retourner discuter avec elle. Je prends place sur le canapé à côté d’elle, et on discute longuement. Sur les coups de 1 ou 2h du mat’ tout le monde veut sortir au Rockstore (c’est l’endroit où tu vas quand tu veux finir ta soirée à Montpellier). J’apprends que Fanny n’y va pas et give up l’idée de me terminer la bas. De toute façon je suis ivre saoul, c’est aussi bien de rentré. Avant de partir, je l’embrasse. Pas un petit bisou- on se roule des pelles comme au collège pendant 5 minutes devant la porte de l’immeuble. J’entends les ricanements de Mao & Pauline et entrevois le regard déçu d’Agathe B. Je lui propose de venir chez moi mais elle refuse. Elle me propose de se revoir dans la semaine, j’accepte.
     

    Ben, moi, Fanny et Yaya à la soirée "triforce" 
     
    Trois jours passent, on s’envoie quelques messages et prévoit de se voir le Mercredi mais elle annule au dernier moment et me propose finalement le Vendredi soir. Je sens que ça pue mais je reste cool et j’accepte la chose.
    Le vendredi matin, je lui envoie un message pour lui dire qu’il y’a une expo dans un bar que je connais qui a l’air cool. Ce à quoi elle me snap répond :
    « Je ne suis vraiment pas cool mais en fait je vois déjà quelqu’un depuis un moment et je crois qu’on est ensemble maintenant. C’est dommage car tu as l’air vraiment quelqu’un de bien et j’avais senti un feeling sympa… Désolé Jon Snow… ».
     
    Frustration intense. Ça me détruit sur le coup. Comme un con, je m’étais emballé. Car à la différence des autres, je l’avais rencontré en soirée et non sur un site de rencontre pété. On s’était plu au premier regard, vraiment dommage. Pour un mec qui ne bosse pas et qui n’étudie plus, c’est assez rare pour être appréciable. Encore une fois, je crois sur le coup que j’ai un problème car je les séduis rapidement mais aucune n’approfondit vraiment. Ce n’est pas la première qui me fait ce move. Les filles de cette liste ne représentent que la partie ou je suis allé à l’abattage. Alice est la partie émergée de l’iceberg des meufs qui m’ont dit « oui » puis « non ». Le classique : Je suis devant pf/ Je suis derrière flop/je suis devant turn/ je finis derrière à la river. Je me promets de ne plus m’emballer pour rien et qu’à l’avenir je prendrais la chose moins à cœur. Je me remets aussi en question mais peine à trouver ce que je fais de mal. En y repensant, je crois juste que c’était juste un mauvais timing. Un set up défavorable.
    Par la suite, j’apprends que le mec de Fanny est… Un f*cking musicien. Encore un bordel. Vraiment c’est une constante chez moi. Elles se tapent toutes des musicos après mon passage et c’est l’amour fou. Y’a quelque chose à comprendre selon vous ?! Le pire, c’est que j’ai toujours rêvé d’être un artiste. J’ai une âme d’artiste d’ailleurs mais je n’ai pas eus le courage d’approfondir cela quand j’étais jeune et peine aujourd’hui à la faire vivre. Ironique non ?  Je rappel pour info que mon Ex est avec un bassiste d’un groupe qui connait un peu de succès, et vis l’amour fou.
     
    Le temps passe, et nous voilà à Noel. Période que mon ex adorait alors que pour ma part, je n’en étais pas fan. Mais pour le coup, je vais vraiment passer un Noel de m**de.
    Déjà, je le passe sans ma mère qui est en Bretagne, ni ma grand-mère qui est décédée en début d’année, ni ma sœur qui le fait chez sa belle-famille. En plus d’être totalement déprimé par le manque de mon ex. D’habitude, on le passait en famille chez ma mamie avec toutes mes tantes, mes cousines, mes sœurs, ma mère mon père et mon ex et c’était vraiment agréable comme moment. Mais pas cette année. Cette année, je me retrouve donc avec mon père, ma belle-mère et la belle famille. J’adore mon père et ma belle-mère mais ma belle-famille m’ennuie profondément et le manque de 75% des gens que j’aime me déprime de mutant. J’arrive sur place avec le moral dans les pompes à devoir passer un 20/80 en fin de tournoi. Ma belle-famille à prévu un repas « banquet ». Pas de grandes tables, pas de gigau de 8 heures, pas de rires. Une ambiance morte. Je reçois des textos de mon ex qui me dit que c’est vrai que c’est déprimant mais que c’est comme ça. Tout le monde se couche à 23h00 et je me retrouve seul dans le salon, à devoir dormir sur le canapé car tous les lits sont pris. Je me siffle une bouteille de whisky pure, m’empeste de joint et pleure toutes les larmes de mon corps jusqu’à 6 heure du mat. Vraiment un souvenir de m**de. On s’envoie des messages avec mon ex pendant une partie de la nuit et décidons de se voir le 27 midi. Le lendemain matin, mon père à des paroles réconfortantes lorsqu’il me ramène chez moi -je n’oublierai jamais ce qu’il m’a dit ce jour-là.
    « Tu sais Hugo, tu as fait un choix. Ton premier choix d’adulte. Ton premier choix d’Homme. Tu dois l’assumer et faire en sorte de ne pas avoir tout quitté pour rien. C’est normal d’être triste, mais c’est un choix délibéré de souffrir alors relève toi mon fils. Moi je crois en toi. »
    Ses paroles résonnent encore aujourd’hui. Merci papa. Tu ne te rends pas compte comme ça à fait écho en moi. Il est à préciser que je n’ai pas seulement quitté mon ex à cette période. Après 3 ans et demi à Toulouse, i’ai quitté un CDI à 28-32K€ net/An, des amis et globalement toute une vie. Une vie de confort. «Ton premier choix d’Adulte. Ton premier choix d’Homme ». f*ck yeah papa.
    Je rentre donc dans mon appartement et décide de dire à mon ex qu’il est temps d’arrêter de s’envoyer des messages et de passer définitivement à autre chose.
    Le lendemain nous sommes donc le 27, on se voit en terrasse par ce jour froid de Décembre et je n’arrive pas à être glacial. Elle non plus. On se dit néanmoins que c’est la dernière fois qu’on se voit avant longtemps car ça nous fait trop de peine d’avoir encore un contact. On sait très bien qu’on s’aime encore énormément, mais j’ai besoin de faire mon chemin et elle le sait. On passe la journée ensemble, on s’embrasse, se regarde longuement dans le blanc des yeux sans un mot. A la nuit tombante, nous sommes sur le point de nous quitter à Antigone. Aux portes de la galerie marchande, on se tient la main. On n’arrive pas à se lâcher. Elle fait quelques pas, puis reviens s’engouffrer dans mes bras en pleurant. On s’embrasse une dernière fois, on se regarde un dernier instant avec cette passion qui nous était propre et puis elle tourne les talons et fonce au pas de course sans se retourner vers son arrêt de tram. Je resterai debout stoïque et absent, jusqu’à ne plus voir sa silhouette.
     
    Après cet épisode, je ne me sens pas de rentrer tout seul chez moi et décide d’aller chez Yaya. Il ramasse de son Noel qu’il à passer avec un pote, et n’écoute pas un mot de ce que je lui raconte. Je parle seul dans ce grand appartement. Je me parle à moi-même. Il me sert une bière, puis deux et me rappelle que ce soir on a une soirée. Ce à quoi je lui réponds que je n’ai pas la force d’y aller mais Ben m’appel et me convainc de faire l’effort. « Ça te fera penser à autre chose ». La soirée en question, c’est chez Pauline et cette fois, elles sont toutes les 6. Sur le coup je n’y pense pas, mais plus tard je me suis souvenu que Ben m’avait parlé de cette soirée du 27.
    « Y’aura Jane, je pense qu’elle peut te plaire »
     Il m’en avait un peu parlé mais sans plus. Juste comme quoi ça faisait longtemps qu’elle n’était pas descendue pour voir ses copines et qu’elle était super cool.
    J’y vais vraiment la mort dans l’âme à cette put**n de soirée. Je me souviens que je suis complètement ailleurs lors de l’apéro. On rejoint son pote Remy en terrasse avant d’y aller et je suis déjà bien allumé quand on quitte le bar. J’arrive dans la soirée, on est accueilli par Pauline. Il y’a pas mal de monde dans le premier salon et je ne calcule personne. Je suis Ben et Pauline dans le petit renfoncement ou sont les canapés.
     Et là, au milieu des gens, je la vois. Jane.
    Ça peut paraître culcul mais il y’a vraiment eu un truc quand on s’est vu pour la première fois. Lorsqu’elle tourne la tête et m’aperçois, elle interrompt sa conversation une demi seconde avec un regard un peu béat, puis la reprend en me regardant et enfin tourne la tête. Je fais la bise aux filles et arrive vers elle.
    Mes premiers mots ? Maladroit as f*ck.
    « Ah c’est donc toi Jane »
    Elle me regarde du style « Euuuh, ouais » avec un petit rictus ankward. Je ne sais toujours pas pourquoi j’ai dit ça sur le coup. Surtout que Ben ne m’en avait pas parlé plus que ça. Bref, la soirée se passe et je me dis que je me suis bien grillé comme un conn**d. Je fume joint sur joint, boit Rhum sur Rhum et discute qu’avec des mecs car de toute façon je me sens incapable de séduire.
    Vers minuit, je reçois un message de mon ex. Un bon New York back raise des familles. Le message commence par « Au revoir mon amour en espérant que ce n’était pas un adieu ». Bien qu’il ne se limitait pas à cela, je ne retiens que cette partie et je m’isole dans les chiottes pour pleurer un bon quart d’heure. Quand je reviens dans la soirée Ben me demande ce que je foutais. « J’ai vomis, je me sentais pas bien ». Il sait que je mens mais à la délicatesse de ne pas le relever devant l’assemblé même si à ce moment-là, la soirée c’est un peu vidé.
    Je m’assoie dans le canapé qui est vacant et Ben prend place sur le pouf en face. On discute et il sent bien que je suis triste. Il essaye donc de me faire rire en lâchant des trucs bien gras. Ce qui fonctionne, on se met à se foutre de la gueule des hippies qui joue de la guitare devant des filles en totale admiration. Il connait ma récente haine des musicos qui use de leurs guitares pour attirer l’attention des pouffiasses. Le pire c’est que ça fonctionne. #ChristopheMaé
    « Tellement obvious ».
     On continue à boire comme des trous et Jane arrive dans l’espace canapé. Elle s’assoit une première fois sur le siège libre à coté de Ben. Marque un court temps d’arrêt. Me regarde, puis finalement vient s’installer à côté de moi. Je suis ivre saoul et me sens incapable de jouer une main. Ben prend la tangente et elle commence à me tchatcher. On parle de voyage, de cinéma, de son métier, de mes projets. Elle me fait rire. Elle a des expressions bien à elle. « Hors suj ». Elle m’attendrit à tel point que j’arrête de boire pour retrouver mes esprits mais je ne calcule pas vraiment ce qui se passe. Je ne pense plus à mon ex et me contente de suivre ses lèvres lorsqu’elle les articule et répond par questions ouverte pour limiter mes mots. C’est un moment indescriptible ou je suis perdu dans cette soirée ou je ne devais pas être à écouter une fille à qui j’ai l’air de plaire alors que je suis au trente sixième dessous.
    Avec un petit sourire que je noterais de « tendancieux », elle me confirme que je ressemble à Jon Snow. C’est vraiment le tell universel du moment pour savoir que je suis bon dans ce spot, mais j’ai quand même du mal à y croire. Je sais qu’elle a un mec depuis longtemps à Berlin et ce n’est pas trop ma cam de détourner des filles maqués. Vers 4h du matin, on est encore à discuter et il ne reste plus grand monde. Depuis une heure, Pauline et Ben sont avec nous mais parlent de leurs côtés.
    Au bout d’un moment, ils partent se coucher et nous nous retrouvons seuls.
    Elle se rapproche alors de moi, son parfum m’envahit et nos jambes se touchent sans malaise.
    Lorsque je lui demande : « Tu te rends compte qu’il n’y a plus personne ? »
    Elle me répond : « Je me rends compte que toi tu es la ».
     Punchline. J’étais pas prêt.
    J’en reviens pas qu’elle m’ait dit ça et reste un peu con. Une fille qui a des couilles.
    Elle me regarde silencieusement avec des yeux qui me disent « vas-y mon con, embrasse-moi ». J’hésite, puis m’exécute. Le temps s’arrête sur ce canapé. On s’embrasse avec passion, je passe ma main dans ses cheveux d’or et entends son souffle qui s’accélère. Je passe en mode agressif, l’allonge et prend le contrôle. Elle me regarde avec un désir brulant. Mes gestes sont précis et elle apprécie. Après je ne sais combien de temps, on se relève et je lui lâche un très léger :
    « Bon. Soit je te baise sur le tapis, soit on va chez moi » #punchline
    Elle éclate de rire et on part dans la nuit en direction de mon appartement.
    Sur le trajet on rigole, gambade comme des gosses qui vont à la kermesse de l’école, dans ces rues sombres et silencieuses.
    On croise une patrouille de militaire qui nous fait un grand sourire, elle me lâche un « on est hors suj complet », on en rigole puis on s’arrête près du jardin des plantes pour s’embrasser sous un lampadaire. Elle me dit que c’est fou ce qu’elle fait mais que ça fait longtemps qu’elle n’a pas connu cette sensation, je lui réponds avec un sourire –un regard- et le silence qui suit en dit plus long que tous les mots que j’aurais pu trouver.
    On arrive finalement chez moi et pour la première fois depuis longtemps, je ne la baise pas, je lui fais l’amour. On fait l’amour.
    C’est génial. Comme si on se connaissait depuis toujours, tout est naturel, il n’y a aucuns gènes. Je suis sauvagement tendre. On se regarde dans les yeux avec une flamme qui nous brûle, elle hurle de plaisir. Pas de discussion post coïtale, juste un échange les yeux dans les yeux qui dure. Je m’endors avec sa tête sur mon pectoral et mes bras autour d’elle. C’est une nuit magnifique. J’en ai des frissons lorsque j’y repense. Cette nuit, on s’est abandonné l’un à l’autre sans penser au lendemain et c’était parfait. Elle m’a conquis.
     
    Le lendemain, j’ouvre les yeux et Jane me fixe en me tripotant les cheveux.
    « Salut toi »
    Salut beauté.
     
    Sans y avoir trop pensé mais un peu quand même, je suis surpris qu’elle ne regrette rien. Ce simple move me fait dire qu’elle assume totalement. Une femme. Une put**n de femme.
    Vous me connaissez, je ne suis pas le genre à check la turn quand j’aggresse le flop, je lui mets tout de suite « barrel matinal ». Je passerais les détails mais c’est aussi bien que la veille, même sans l’alcool.
    Je file chercher des viennoiseries pour lui préparer un petit déj de reine et cette fois je n’ai aucune envie d’être tranquille. J’ai envie qu’elle reste.
    Je remonte et madame s’est rendormie. Je l’observe un moment en me disant que ce n’est pas croyable qu’une beauté pareille dorme à poil dans mon lit puis m’active à lui préparer le petit déjeuner. Je sors le grand jeu- Viennoiserie, fruits, jus d’orange pressé et thé du palais des thés. Elle se réveille pour de bon et on déjeune ensemble.
     
    « Tu fais ça pour toutes les filles que tu ramènes chez toi ? »
    « Non, bien sûr que non. D’habitude j’achète du jus d’orange en bouteille »
     
    Petit sourire de sa part suivit d’une petite bagarre sur le lit. Je la maitrise, ça l’excite- 3ème barrel.
    L’impression que ça fait 1 an qu’on est ensemble tant on est déjà complice, c’est juste dingue.
     
    Une fois le petit déj et ma bite engloutie #poète, elle file à la douche et je reste dans mon salon avec une sensation d’imbécile heureux.
    Elle sort de la douche et nous parlons de tout et de rien, lorsque son portable sonne. C’est une copine Allemande qui l’appel pour qu’elles se mettent d’accord sur l’heure où elle viendra la chercher. Enfin, c’est ce qu’elle me dit. Je pense qu’elle lui a aussi fait un petit débrieff de ce qui se passe ici au vue de ses tells physique quand elle parle et de son intonation. Je ne capte rien à l’Allemand mais je sais reconnaitre ce genre de trucs.
     
    Instant culture, saviez-vous que lorsque vous parler seulement 15% de votre message est transmis par ce que vous dites ? Votre corps et vos gestes représente 80% et l’intonation 5%. Dingue non ?
     
    D’ailleurs, c’est bien la première fois que je trouve la langue des nazis aussi sexy. Sa voix est un peu plus aigüe quand elle parle Allemand, un peu comme quand elle crie au lit. Je lui mettrai bien un 4eme barrel mais mes couilles sont épuisées et m’obligent à check.
    Elle me dit qu’elle doit prendre son avion tôt dans la matinée et qu’elle devra partir de chez moi en milieu d’après-midi pour aller voir sa tante et ses cousins. Un poil déçu qu’elle reparte si vite mais c’est ainsi. Je commence à me dire que c’était très bien comme ça et que ça ne continuera pas. Je resterais « sa petite folie Montpelliéraine ». Elle a une vie bien remplie à Berlin et m’oubliera vite me dis-je.
    Je la raccompagne à la Comédie et on s’embrasse en se disant des mots doux. J’ai vraiment l’impression que c’est la dernière fois que je la vois du coup j’essaye de prendre le truc à la légère. Elle par contre, à l’air vraiment triste de partir si vite, mais je me dis qu’elle joue la comédie comme je l’ai fait de nombreuses fois « pour pas faire de peine à l’égo de l’autre ».
    Je tourne le dos et ne me retourne pas.
    Je rentre chez moi un peu dépité mais tente de me dire que c’est mieux d’avoir vécu ça, que rien du tout. Et soudainement, je me rends compte que je n’ai pas pris son numéro. Harba de con que je suis.
    En milieu de soirée, elle m’envoie un message sur Instagram pour me dire qu’elle aimerait bien garder contact et que c’était vraiment génial. OUF ! J’accepte sans me faire prier et lui souhaite un bon retour au pays des mangeurs de saucisse. Emoticône concombre, émoticône pêche.
    « T’es complétement hors suj mon pauv’ vieux, mais t’es mignon » J’aime sa répartie et son style.
    Il est à noter que je tâche d’être bon en terme de répartie et de phrasé et c’est vraiment la première chez qui je sens un vrai répondant.
    Quelques semaines passent [je rencontre J pendant cette période car « faut bien grinder »] et Jane continue de m’envoyer des messages, tous les 2/3 jours, pour prendre des nouvelles. Même à distance on rigole beaucoup. Elle a vraiment un truc cette femme.
    Un jour elle m’annonce qu’elle redescend pour 15 jours dans le sud dans un mois. Elle doit voir son père qui est dans l’Aveyron et qui n’est pas au mieux. Elle me dit qu’on pourra se voir 2 ou 3 jours si je veux bien, mais qu’elle devra faire le tour de sa famille et de ses copines.
    J’avais donc tort. Elle ne m’a pas menti, n’a pas jouer la comédie et souhaite me revoir. Dingue.
    J pars à Glasgow et le sur lendemain je rejoins Jane place de la Cannourgue. C’est l’hiver, elle est emmitouflé dans son gros blouson mais n’en reste pas moins sublime. J’avais oublié ce que ça faisait d’avoir des frissons à la vision d’une personne particulière. On s’embrasse, s’enlace et en bon gentleman je tire sa valise avant de la tirer elle. Nous arrivons chez moi, je lui prépare un thé, on discute 2 minutes puis un blanc s’installe. On se regarde. 30 seconde après on à poil. Après la déception coïtale de J, je peux vous garantir que je revis d’avoir une femme qui s’assume au pieu.
    Elle me dit qu’elle va à Millau voir son père dans trois jours et que d’ici là elle ne sait pas trop où dormir. Sa famille habite à Cournonterral (15 min de Montpellier) et ça l’embête d’aller s’isoler loin du centre, point névralgique de son réseau social, sachant qu’elle n’a pas le permis. Je lui propose naturellement de rester chez moi. En fait, je ne lui laisse pas le choix. Elle accepte et semble soulager. « Je pensais que ça ferait trop pour toi »
    J’avais envie de lui dire que je ne manquerais pas l’occasion d’avoir un ange dans mon enfer mais je me suis abstenu par peur de passer pour un gros fragile.
    On passe les trois jours ensemble et tout fonctionne. Elle part chez son père pour 72h mais laisse son gros sac chez moi. Elle m’appel deux fois pour me dire que c’est un peu dur mais qu’elle est contente d’être là pour lui.
    Moi qui étais insensible à toutes les autres, elle me provoque à chaque fois cette sensation de bonheur inexplicable. Je ne l’ai pas signalé dans les deux post précédents, mais je ne ressens tout simplement rien. Au mieux, une affection timide pour ma partenaire mais rien de plus. Pas de sentiments, aucuns. Aucune tristesse quand je les quitte, aucune sensation de manque- rien. Mes couilles ressentent quelque chose, parfois mon égo, mais pas mon cœur.
    Elle revient au bercail après sa visite paternelle et n’en décollera pas avant son départ.
    On passe nos journées à se balader dans Montpellier, à avoir des discussions tantôt sérieuse tantôt légère, à faire l’amour, elle me montre des courts métrage- son court métrage, on écoute de la musique en fumant des joints, allongé sur le lit à regarder le plafond, je l’emmène faire des soirées à droite à gauche. Elle s’adapte toujours, comme moi.
    A aucun moment je ne joue un rôle. Je suis moi-même car elle à ce qu’il faut dans le ventre pour voir mon vrai visage. On vit notre truc sans trop savoir ou ça mène. C’est d’une beauté rare.
    Petite anecdote, lors d’une soirée elle se fait draguer par « Al Sticking » (une figure du street art à Montpellier qui monte) devant moi et lui met un rebond mémorable ! On dit qu’il a rebondi jusqu’en Chine ce nain dalleux.

    Une des rares preuve de son passage dans ma vie. Soirée dans un appart ou on a finit rabat complet. Pour preuve mes yeux en mode 16:9eme et sa pose "grosse cochonne avec lunette" (elle ne porte pas de lunette au naturel). La fin de l'époque "Jon Snow"
     
    Une après-midi alors que nous étions en balade au bord de plage, on s’assoit sur un rocher face à la mer et pour la première fois elle me parle vraiment de son mec. Elle m’en avait déjà parlé un peu mais cette fois-ci c’était le sujet principal.
    J’apprends qu’il est chanteur/ guitariste dans un groupe qui marche assez bien sur Berlin. Quand je vous dis que j’ai un truc avec les musicos.
    Il est au courant qu’elle l’a trompé et qu’elle est avec moi en ce moment mais ça n’a pas l’air de le déranger plus que ça. Elle me dit que pour lui ce qui compte « c’est la musique ». Elle a l’air un peu dépité mais finalement résigné à accepter cela. Je comprends qu’elle ne sait pas bien ou elle en est avec lui et qu’elle va là où se sent le mieux. Pour le coup, avec moi.
    Son mec c’est l’Allemand type. Il n’exprime pas ses sentiments, est très terre à terre et très chauvin. Il est également très torturé et très spécial, obsédé par la musique. Un jour elle lui propose de partir à Londres car elle aimerait bien y vivre et il lui répond en gros « si tu veux y aller, vas-y ». 5 ans qu’ils sont ensemble.
    Je comprends mieux ce qu’elle me trouve. Lorsque je suis en confiance je suis absolument l’inverse.
    Tout ça pour dire que la dessus elle est paumé. Je sens bien qu’elle attend que je propose quelque chose mais je n’y arrive pas. Moi qui d’habitude n’ai aucun scrupule à me vendre, je n’y arrive pas cette fois. Je n’ai pas envie de forcer quoi que ce soit, bizarrement. Je l’écoute simplement en essayant de ne pas lui faire tout quitter pour un mec qu’elle a vu qu’une dizaine de fois. Certes il y’a quelque chose de fort entre nous mais je n’arrive pas à me dire que j’assumerai le fait qu’elle quitte tout une vie pour moi. C’est trop de responsabilité. C’est un trop gros pot que je ne veux pas jouer hors de position.
    Je l’enlace dans mes bras sur le soleil couchant et nous décidons de rentrer.
     
    Elle repart en Allemagne le lendemain et lorsque nous allons nous coucher, après avoir fait la sexualité, elle me lâche cette phrase :
    « Je crois que… Non, laisse tomber. Si je te le dis tu vas t’enfuir par la fenêtre »
     
    Je n’ai pas répondu. Lâche que je suis. J’aurais dû dire un truc du genre :
     
    « Je ne m’enfuirai pas car moi aussi je t’aime Jane. D’un amour que je n’ai pas construit et que je ne comprends pas vraiment mais je t’aime. Tu me rends heureux. »
     
    Je ne l’ai pas dit, j’aurais dû.  Je le regrette et pourtant je ne regrette pas grand-chose en général car j’ai comme mantra «vis à fond ».  Ça aurait peut-être fait une différence, qui sait. Elle se contentera d’un « arrête de dire des bêtises » J’ai tellement été mauvais. Je la sens déçu, elle n’ajoute rien et on s’endort.
    Le lendemain matin, je l’accompagne à la gare pour qu’elle prenne son train pour Paris. Cette fois, je crois vraiment que c’est la dernière fois qu’on se voit. Je déteste ce genre de départ, ça me fou dans tous mes états et je finis par paniquer. Le poker m’a aidé à gérer mes émotions afin de ne plus en être esclave mais pour le coup, je sais plus où j’habite. Quand c’est comme ça, je fais caca en plein milieu du salon. Voir la raison de mon bien être partir me fend le cœur mais encore une fois je n’arrive pas à lui dire que je l’aime et qu’elle m’a fait renaitre. Je l’embrasse, lui dit que c’était merveilleux et que j’ai hâte de la revoir. Elle attendait quelque chose de plus profond, je m’en rends compte aujourd’hui. Elle me dit « je t’apprécie beaucoup tu sais Jon Snow ».  Je pleure intérieurement mais rien ne sort à l’extérieur. Je crois que je ne réalise pas. Je ne réalise jamais sur le coup et c’est bien sick. Je reste sur les quais jusqu’à ce que le train parte et nos regards ne se lâchent pas. Elle est partie, et j’ai tout foiré sur la fin. J’ai spew le HU comme un gros noob.
     Je m’en rends compte à l’ instant où le train avance et que je la vois me regarder les larmes aux yeux. Rien ne me consolera ce jour-là ni cette semaine-là d’ailleurs. On s’envoie toujours beaucoup de messages mais rien n’y fait, j’ai l’impression d’avoir loupé le coche.
    Pourquoi rien n’est sorti ?!
    Les jours passent et j’ai moins de nouvelles qu’avant. Après plusieurs jours sans messages et juste avant de prendre mon vol pour Glasgow, je lui renvoi un message du style « tient regarde ce que j’ai vu aujourd’hui, ça m’a fait penser à toi », histoire de relancer la conversation. Ça fonctionne ! Elle me répond vite et me dit qu’elle a beaucoup de choses à gérer en ce moment mais qu’elle comptait m’appeler pour me dire qu’elle avait accepté un job de traductrice ANGàFR lors du festival « Itinérance » à Alès.
    Elle revient !
     
    Elle m’invite donc à venir avec elle pendant 7 jours. On sera logé dans une petite cabane au fond d’un jardin (true story) chez une des organisatrices du festival. Elle aura le devoir de faire les traductions de tous les acteurs/ réal/ intervenant anglophone du festival donc on ne passera pas tout notre temps ensemble, mais je m’en satisfais.
    L’événement à lieu dans un mois tout pile et alors que je suis dans le hall de l’aéroport en attendant mon avion pour aller voir J, je languis qu’une chose, de me réveiller un mois plus tard.
     
    Vous connaissez l’étape Glasgow.
     
    Le jour de son arrivé, je vais la chercher à l’aéroport de Fréjorgues. Nous sommes hyper heureux de nous retrouver et elle apprécie tout particulièrement que j’ai emprunté la voiture de ma sœur pour la cueillir. On dépose la voiture chez ma sœur qui au passage, insiste pour qu’on rentre. Jane n’est pas gênée pour un sou. Elles tchatchent ensemble un petit peu et nous allons chez moi.
     
    1er barrel de rigueur.
    Je lui prépare une omelette aux champignons de bo goss et on part se balader au jardin des plantes avec une bouteille de rosé et un bédo. On ressort de là un peu pété mais surtout avec une sacrée fringale. On part manger un burger à Burger & Co (best burger sur Mtp, je recommande chaudement) et on rentre chez moi à la nuit tombante.
     
    2nd barrel, la base.
    Toujours aussi bien, on passe une petite étape et je lui fais mon final préféré. Elle accepte sans sourciller et même si elle en prend un peu dans l’œil, elle se marre.
     
    Je lui collerais 24 gamins put**n.
     
    Le lendemain, elle part pour Alès et j’attends qu’elle voie avec son hôte pour savoir si c’est OK que je vienne. Le soir même elle me dit qu’il n’y a pas de problème et je débarque le jour suivant.
    Trépignant d’impatience, j’arrive donc à Alès pour mon premier festival de cinéma. D’une part parce qu’il y’a Jane et d’autre part parce que j’adore le cinéma.
    Jane m’accueille en coup de vent car elle à une trad’ à faire dans 15 minutes et je n’ai pas le temps de lui mettre une petite street de value, dommage. La cabane est petite mais nous avons notre intimité, c’est l’essentiel.
    Il y’a une rétrospective sur Steeve McQueen, personnage que j’adore et l’invité « star » du festival est le réalisateur Jerzy Skolimowski. Un pote à Roman Polanski au passage. Elle est fan de lui, et je vous recommanderai « deep end», un super film. « Le cri du sorcier » m’a beaucoup plu également. Bref.
    La journée, je visionne donc des films en attendant le soir. Car chaque soir, c’est soirée à la salle avec tout le staff et les artistes de la journée/ semaine. L’endroit en géniale. C’est un ancien laboratoire d’analyse, redécorer avec des lumières bleus, rouges, vertes, turquoises, des guirlandes lumineuses, des petites salles avec une tv qui passe des vieux films. L’ambiance est unique. Il y’a évidemment un bar ou tu peux boire des tipunch pour 1€ et des pintes pour 3€. Tous les soirs, il y’a un coktail spécial à 2€. En d’autres termes, tu finis ivre mort à la fin mais tu discutes avec des gens super intéressant. L’ambiance est vraiment géniale. Jane me présente à tout le monde comme étant son « Boy Friend ». Bien que très fier, ça me fait un peu bizarre. On rentre vers 3h ce soir-là et elle repart bosser à 9h le lendemain. On a une discussion sur l’oreiller et je lui dis que cette fois c’est moi qui ai peur qu’elle s’enfuit par la fenêtre. A ma grande surprise, elle ne répond mais m’embrasse. On va à l’abatage et on s’endort.
    La semaine se passe en suivant à peu près le même schéma. La journée je matte des films et le soir on se quinte au labo !
    Arrive le dernier jour. Dès le matin, je sens une perturbation dans la force.
     
    Ce soir, mon pote Ben vient à Alès faire la dernière soirée au labo et nous ramène le lendemain à Montpellier. Il arrive vers 18h au festival, on va à une projection tous les trois et une fois la séance terminée on se dirige vers le labo.
    Jane est différente. Elle est plus distante, se moque de moi en public tout en restant semi correct. Très bizarre. Je sais pas trop quoi en penser et décide de faire comme si de rien n’était.
    On se met un gros tarif ce soir-là alors qu’on doit se lever à 7h30 le lendemain car on a une heure de route.
    On rentre, Ben vomit dans le salon de notre hôte (énorme lol) et Jane est un peu gavée. On va se coucher mais Madame est fatiguée. Je me la collerais sur l’oreille ce soir-là, et j’ai la quasi-certitude que ça va puer dans longtemps et que cette « distance » qu’elle a mis ce soir entre nous est loin d’être anodine.
    Après avoir dormi 3h, nous partons tant bien que mal d’Alès pour l’aéroport de Montpellier.
    Dans la voiture elle parle beaucoup alors qu’avec Ben on est plutôt en mode silencieux.
    Arrivé à l’aéroport, je l’accompagne jusqu’au Hall. Malgré mes perches pour avoir des infos sur notre avenir, elle ne répond rien de concret. On s’embrasse et elle est atrocement froide comparé aux autres adieu. Je sais qu’il y’a une couille dans le potage.
    Quand je rentre dans la voiture, Ben me demande comment ca s’est passé et je lui répond :
    « Je pense que c’est mort, je l’ai senti vraiment bizarre »
     
    Ça se confirme quand malgré quelques messages de ma part, madame répond toujours évasivement.
    Au bout d’une semaine elle m’écrit qu’elle aimerait bien qu’on se skype.
    Le « il faut qu’on parle » 2.0 quoi.
    On skype et elle me dit qu’elle a besoin de temps et d’espace pour réfléchir. Je la laisse donc tranquille et ne lui envoie plus de message.
    Au bout d’une semaine, elle m’écrit un pavé en me disant que finalement elle doit se concentrer sur sa vie à Berlin car c’est là qu’elle doit être. Elle est désolée et me dit à quel point « je suis une belle personne » mais qu’à présent, elle préfère en rester là.
    J’ai du mal à avaler la pilule même si je m’y préparais. Je crois qu’une fois rentrer j’en pleure un petit coup et je repense à cette fois où j’aurais dû lui dire « Je t’aime ».
    Je me fais une raison et me dis « tant pis, faut accepter la variance, c’est le jeu ».
    Encore aujourd’hui il m’arrive de repenser à ce que nous avons vécu et ce merveilleux sentiment « d’être amoureux ».
    Je suis quand même heureux d’avoir vécu cette histoire, même si forcément un peu frustré sur la fin. Même si ça n’a pas duré, je suis retombé amoureux un court instant et ça m’a fait du bien. Qu’importe la fin en fait. J’étais rassuré de voir que je pouvais plaire à ce genre de fille.
    Avec le recul, je me dis que ce n’étais pas le moment. En fait, ça m’a encore plus motivé à partir voyager. Ca a vraiment marqué le début de l’organisation de mon trip et la définition de mon « why ». J’ai vu ça comme un message de la vie :
    « Tu n’as pas quitté une femme que tu aimais pour te mettre avec une autre, ton plan de base c’était de voyager donc ne me remercie pas, c’est cadeau. Maintenant go mon petit »
     
    Voilà la fin de cette partie 3 qui comme annoncé, était sur un autre ton. On s’approche plus d’une CSB mais rassurez-vous, la part 4 repart sur les chapeaux de roues ! J’ai pris du poil de la bête sans épiler le torse de Caballero et celles qui suivent ont pris de gros barrel en tout genre !
     

    Photo prise par Jane lors de sa seconde venu.
    Leçon 22: Pratiquer l'inception
     
    Fragilement votre,
    H
     
     
     
    PS :
    Je tiens à vous le dire : MERCI DE ME LIRE
    Vos commentaires me font chaud au cœur, vous me faites sentir un peu plus utile et c’est très appréciable pour le joueur à tendance misanthrope que je suis. N’hésitez surtout pas à commenter ou critiquer.
    J’entends bien finir cette aventure du Run Rose et trouver une suite qui n’en sera pas une mais qui me permettra de prendre la plume avec autant de plaisir et de passion que ce que cette série m’inspire et je l'espère, pour votre plus grand plaisir !
    Bisous mes grinders
  3. Like
    MasterGuggy reacted to olivierp for a blog entry, Une introduction aux "solveurs"   
    J'ai dans les tiroirs un article que j'avais écris pour (feu) so poker n°3, je me dit que tant qu'à faire, autant le poster sur le cp :
     
     Une introduction aux solvers
    A haut niveau, le poker façon grand mère est révolu depuis un petit moment. Les recettes de cuisine que l'on pouvait utiliser en s'inspirant des mooves de Durrrr dans High Stakes Poker sont un peu passées de mode...
    Les joueurs progressent d'années en année et une approche plus équilibrée ("GTO") est désormais la norme.
    Une révolution récente qui a permis à cette approche de faire des pas de géants est l’apparition de solveurs. Il s'agit de logiciels permettant de calculer des équilibres entre adversaires : on rentre un certain nombre de paramètres initiaux (éventails de main, taille des tapis, taille du pot, mises utilisables, etc...), le logiciel mouline et nous propose une stratégie à adopter qui est sensée être « inexploitable ».
     
    Ces logiciels se heurtent à plusieurs limites. En effet, il ne sont utilisables qu'en situations de heads up et les résultats obtenus sont en général très complexes à mettre en œuvre et donc difficilement exploitables.
    Ils permettent aussi de dire tout un tas d’âneries si l'on ne fait pas bien attention à ce que l'on fait.
     
    Prenons un exemple pour éclaircir tout ça (si tout se passe bien ) 
    La situation J'ai pris comme point de départ une vidéo de Ben Sulsky (Sauce123) sur RunitOnce où il analyse une situation UTG+1 vs Btn sur un flop  à l'aide de Piosolver (un des solveur existant sur le marché).

     
    Pour résumer la vidéo, l'idée est d'étudier les profils de continuation-bet de nos adversaires et de s'y adapter correctement.
    Bon, il ne s'agit ici évidement pas de faire un résumé de la vidéo, mais de voir assez rapidement comment « marche » un solveur, je ne parlerais que de la situation au flop.
     
    Les ranges C'est le premier paramètre que nous allons devoir rentrer dans le solveur. Je ne me contenterai que de reprendre les ranges proposées par Ben Sulsky (ci-dessous). C'est en général un bordel noir de les définir correctement dans une bonne partie des situations. Simplement parce qu'en fonction des joueurs, celles-ci peuvent évoluer une tonne (et que ça va avoir ensuite un effet monstrueux sur les stratégies proposées).

    range de relance utg
     

    range de call au bouton
     
    Pour lire ses ranges, le chiffre en dessous des mains correspond à la proportion de ces mains présentent dans les ranges respectives. C'est assez simple pour UTG qui va simplement relancer ou coucher, donc en règle général des 0 et des 1, mais ça devient plus dur à définir quand les joueurs ont aussi l'occasion de 3-bet.
    Par exemple Bouton paye 50% des ses suité parce que sa range est certainement construite avec une partie de relance et une partie de call (c'est standard de split ses ranges dans beaucoup de situation pré flop).
     
    Les ranges proposée par Ben Sulsky sont notablement plus large que ce que l'on rencontre habituellement. Pour donner une idée, UTG relance un peu plus de 20% de ses mains. Aux tables en moyenne limite, les ranges d'open varient globalement entre 13 et 20%. Bref, c'est large, mais pas fou non plus. Idem pour la range de call au bouton, qui pour le coup va encore plus varier en fonction des joueurs...
     
    Les paramètres Il faut aussi rentrer les paramètres de mises : quels montants par street, possibilité de raise, de donk etc...
    Compte tenu de la taille des arbres de calculs, on est assez vite limité en nombre de sizings, en plus d'avoir un résultats qui sera tout à fait inexploitable.

    paramètres entrés pour la simulation
     
    Pour le coup, les paramètres rentrés sont au plus simple : une seule taille de mise par street. Ca permet tout de même en général de donner une bonne idée de ce qu'il faut faire.
    Une approche classique est de lancer une simulation avec plusieurs sizing (disons 3, par ex 1/3 - 2/3 - 150% pot au flop) pour ensuite sélectionner le majoritaire selon Pio (s'il y en a) et relancer une simulation plus simple ensuite.
     
    Le calcul Sur notre ordre, Piosolver mouline. Une fois la précision demandée obtenue (c'est paramétrable aussi), il nous explique ce que l'on doit faire au flop. Commençons par la fréquence de mise d'UTG+1 :

    stratégie proposée pour  UTG+1, en vert les checks, en rouge les mises
     
    Verdict :
    il faut check quasiment tout le temps ! Pour être précis, les fréquences proposées sont miser 6,5 % / check 93,5 %. Cela va pas mal à l'encontre des habitudes que l'on peut voir aux tables...
    Cette stratégie est assez simple finalement, voyons ce qui est proposé ensuite pour le Bouton :

    stratégie proposée pour  le Bouton, en vert les checks, en rouge les mises
     
    Verdict :
    Cette fois ci, la stratégie proposée est plus compliquée : 50% check / 50% bet, et pas mal de mains peuvent à la fois miser ou checker, pratique...
    Nous pouvons avoir des informations sur la manière dont Piosolver partage les mains en fonction des couleurs des cartes, il suffit de lui demander. Prenons deux exemple : 88 et T9s :
                                                             
    proportion de check / bet en fonction des couleurs des cartes pour 88 et T9s
    Dans le cas de T9s, un thème se dégage : nous allons miser les mains avec des tirages flush backdoors. Dans le cas de 88, le thème c'est qu'on en mise une partie, pas particulièrement de logique qui ressort en fonction des couleurs de nos cartes.
     
    Pour pouvoir appliquer les stratégies proposées par les solveurs « dans la vraie vie » il va nous falloir simplifier les résultats. Par exemple dans le cas du bouton à qui UTG+1 à check :
    Les pocket pairs : check 66-TT, miser les nuts (brelans et overpaires 44-55-JJ-QQ) Les As suités : miser les plus petits as sans paires (A2s, A3s, A6s et A7s) + AJs, checker les autres As (ils ont plus de showdown value, donc moins intéret de faire fold des mains en face)
    Miser KTs, T9s, T8s, 98s avec les backdoor flush draws
    Au niveau des paires de valets : check les plus mauvais valets (JTs, J9s) et miser tous les autres
    Deux mains méritent certainement d'être partagées entre miser et checker pour se couvrir si une overcard arrive au turn ou à la river : AQ et KQ (Pio nous propose à peu près du 50/50 entre les deux options)
    Pour partager leurs mains, certains joueurs utilisent des « randomize », c'est un logiciel qui affiche un nombre entre 0 et 100 lorsqu'on le lui demande.
     
    Bref à chaque situation que l'on étudie, il faut en tirer des résultats qui soient applicables ET mémorisables, pas évident .
     
    Dans cet exemple, une seule taille de mise a été envisagée d'ailleurs.
    Pour information si laisse l’opportunité au bouton de miser 33%, 66% ou 150 % du pot, le solveur n'utilise quasiment que la mise de 66% du pot donc on est pas mal au niveau de nos résultats.
    Ce n'est pas toujours le cas, et ça augmente évidement la complexité des situations.
     
    On change un truc pour voir ? Un des commentaires sur cette vidéo est assez intéressant : en gros il dit que beaucoup de joueurs réguliers ont tendance à ne pas payer les pocket paires trop petites pré-flop, idem pour les connecteurs assortis.
    Cela risque d'avoir un effet extrêmement fort sur les stratégies vu que si l'on enlève 44-55-66-54s-56s de la range du Bouton, on lui enlève une énorme partie de ses nuts (brelans, double paire).
     
    Dans ce cas la stratégie proposée par Piosolver au flop change drastiquement (LOL) :

    Euh, le plan c'était pas de check 100% plutôt ??
    Cette fois ci, le solveur nous propose de miser 90% du temps ! Autant dire tout le temps... Alors que précédemment la situation était tout à fait inversée.
    Le résultat est logique, la présence / absence de nuts dans les ranges des joueurs est extrêmement important au niveau du déroulement de la main.
    D'ailleurs certains joueurs de relance pas non plus les plus petites pocket pairs et connecteurs pré flop UTG+1 ...
     
    Conclusion : L'idée de cet article était de donner une idée de ce qu'était l'utilisation des solveurs, et aussi de montrer leurs limites (en particulier au niveau de la définition des ranges des joueurs).
    Les résultats obtenus sont toujours très complexes à mettre en œuvre, et arriver à tirer des enseignements généraux demande à chaque fois pas mal de travail supplémentaire.
     
    Un petit conseil pour finir quand même : si vous jouez une main contre Jean-Michel Random qui joue 100% de ses mains et arrive pas à lâcher une paire post flop, rangez les solveurs au placard et jouez un bon vieux poker exploitant, l'approche « GTO » n'a d'intérêt pour faire simple que contre des joueurs de très bon niveau (ou inconnus ET qui ont l'air d'à peu près tenir les cartes).
     
     

  4. Like
    MasterGuggy reacted to Cocolegros74 for a blog entry, Bilan de Vegas - Ya pas que Fedor qui chatte   
    Bon je vais juste faire un copier coller des CR que j'avais poster sur le thread des Cpistes a Vegas, c'etait ya 2 mois et j'ai tout relu avec la ptite larmichette a l'oeil ( et dans le slip), hâte d'y retourner bordel !!!! 
     
    Le 4 juin : 
    Allez je me lance dans un CR aussi.
    Arrivé vendredi je pose la valise, tape une douche et je rejoins direct @filooau PH pour jouer un 240doll 50k garantie, le but etant de rester reveillé et se recaler au plus vite du jetlag.
    3eme main joue a Vegas et je gagne deja un flip, ca s'annonce bien. 4h plutard je suis toujours in avec 10 fois le tapis de depart on est environ 40 left quand je fais un gros bluff river vs le CL sur un board T877A javais 3bet PF  bet le flop check check turn et river je lui envoie un bon parpin il me call avec t9o javais qj bref je redescend a 35k arrive la bulle je recoit AKs utg jopenshove pour 17bb le CL tank et call avec TT pas de miracle....je fais donc 25eme pour 24 payés
    S'en suit apero, beer pong and co
    Lendemain collossus rien de fou je monte a 10k (sur les 5k de depart) perd un 70/30 et 2 flips...je me pose en cash au rio je joue 8h pour sortir 160doll de benef, et maintenant je suis au bellagio, poker room prefere ( en meme temps jai fait le PH, le ballys et le rio seulement )
    Demain le 600doll 1M garantie du PH
     
    et j'edite le message pour ajouter le gain de 1500 doll sur la session au bellagio en pa peine plus de 2h , vous avez dis run good ?  

    la petite relance UTG  

     
     
     
    Le 6 juin : 
     
    7h du mat je viens darriver a lhotel apres avoir jouer quasiment 16h aujourdhui, bilan min cash sur le collossus et win d'un 400 KO au Venitian pour 6.9+700 de KO
    CR a venir la dodo jai fait 33h de poker dans les dernieres 48h
     
     
    Le 13 juin :
     
    De retour tout juste, je fais un CR detaille dans la semaine avec photo et HH. 
    Je suis reste donc 9 jours sur place pour grinder comme un cochon, 12 tournois 4 itm, 7 sessions de cash game le tout portant un total de 105 heures de poker ( quasiment 11h de poker par jour  quand je vous dis que j'ai pas niaise)
    Ca explique un peu pourquoi jai pas fait de CR sur-place mais jai pris pas mal de photo et je vais tacher de faire ca dans la semaine  
    Good luck a ceux qui y sont encore et ceux qui vont arriver. C’était vraiment génial de rencontrer les membres du CP sur place surtout pour moi qui venait grinder seul, mon 1er objectif de Vegas c'etait de pas me broke et de kiffer : objectif amplement rempli, j'ai vraiment pris un pied énorme.
    J'ai tellement kiffer les tournois ( c'est ca quand on run good) que jai pas fait autant de cash game que j'aurais voulu, mais on va revenir c'est sur et ca sera surement des l’année prochaine, surement plus longtemps, surement pour faire plus de cash.
    Re GL GL GL et merci @filoole groupe whatsapp c'est les nuts, je vous conseille de mettre dessus meme si vous etes pas a Vegas pour suivre l'evolution en live de chacun dans tout les tournois en cours  
     
     

    Je suis pas un fan du gamble a la roulette ou a la machine a sous par contre le gamble au 2-7 TD ca passe tout seul  
     
     
    Vrai CR : (a suivre)
     
    Le 14 juin : 
     
    la suite Dimanche 05/06 et Lundi 06/06
     
    Mon CR c'etait arrete au 2 premiers jours que je resumerai a 1er tournois bubble boy, 2eme jour collossus no good, sessions de 9h de CG au rio just good, 2h au Bellagio un like a god.
    Je vais donc me coucher le samedi soir apres avoir fait une session a +3 BI au bellagio en 2-5, j'ai passe la soiree a rail @hayguspar whatsapp interpose qui se qualifie pour le day 2 du collossus... je l'ai deja joue une fois aujourdhui mais son deeprun me chauffe pour le retenter demain, bref je decide de me coucher et je verai comment je me sens. Il est 3h du mat le collossus demarre a 10h et jai pas envie de mettre de reveille non plus....et je dois check out demain aussi et changer d'hotel.... bref on verra.
    Dimanche matin, je check out du ballys direction le MonteCarlo pour 5 jours, les prix sont vraiment pas mal car leur piscine est demoli (literallement) et ils en font une autre, je men cogne un peu je suis la pour tater des cartes au maximum, on tente le coup du $20 dans le passport pour l'upgrade, le flip passe pas, tanpis je récupère mes $20  il est 11h30 quand je pose des affaires dans la chambre, que faire maintenant? Le collossus a commencer depuis 1h30  si j'arrive maintenant je vais demarrer avec un 25BB si jarrive avant midi et 16BB si j'arrive apres midi... easy c'est la zone de confort.
    Uber direction le Rio, je m'inscrit pile pendant la pause donc je peux pas recuperer mon siege tout de suite, faut sortir de la salle tout ca... j'en profite pour dire bonjour a une grindeuse suedoise ( #thinbrag) que j'avais rencontrée en australie et qui m'avait filé son facebook quand je lui avait dis que j'allais a Vegas. La fille vraiment canon mais assez out of my league comme on dis. 
    Je reviens de pause, m**de ya la queue maintenant pour recuperer son siege ca va me niquer encore un petit 10min de tapis a 16BB  ( les niveaux sont de 30min).
    Je recoit le ticket, je m'installe a la table je reconnait Negreanu, Bonomo et Elky a la table .... non je deconne c'est le collossus ya que des randoms, 1ere main que je joue je suis UTG, j'open 700 sur 150/300 avec AJo tout le monde fold jusqua la BB qui shove pour 3.5k, je le snap call pas tres tres content il a A5o et ca tient, tranquille comme depart. Je me souvient plus trop des mains, je touche pas mal, on me livre, je perd un gros flip et on arrive a la bulle et j'ai 15bb, je choisis de serrer les fesses et comme je suis carte dead jai meme pas de decision difficiles, ca fold tout. 
    "Congratulation ladies and gentleman you are in the money " et bah voila, 1er Cash a Rio et 1er Cash sur les WSOP on sera pas venu pour rien  .
    1ere main post bulle je recoit  UTG +1, j'ai 12BB je choisi d'open a 2BB, le boutton shove pour 5BB et BB reshove pour 30BB, bien sur je snap, le boutton a  et BB  .... autant dire que ca va etre tres dur de mettre un bad beat, pas de miracle je saute, direction le cashier pour prendre les $800, toujours ca de pris.
    Il est 17h que faire maintenant ? je suis la "que" 10 jours et je veux essayer un max de casino, je me chauffe pour aller voir le Venetian, ya un $400 KO qui peut etre pas mal qui demarre a 17h donc pourquoi pas.
    @ctrlfistalme rejoins, on se fait un last longer sur le $400 pas de bol il saute au bout de 2h, je tombe sur une table vraiment cool, j'aggresse a tout va ( surement trop  ) quand on me relance je tank et je leur dis que je fold un gros jeu et les mecs me regarde en disant "very good fold" et me montre leur jeu  , je monte un bon gros stack notamment sur ce coup ou jopen 2bb early avec 88 je me fais 3bet a 5bb par CO , boutton cold call je call ( jai 50bb et co 80BB), le flop vient 886r tt le monde check, turn 5 qui ouvre un flush draw je check CO bet 10bb, boutton call et je call egalement, river K qui fais pas rentrer la flush, je donk shove pour 2 fois le pot, le CO me paye avec AK  , la bulle arrive a 2 table left je me permet de toucher 2 fois les AA et une les KK pas besoin d'etre Negreanu quand tu run comme ca j'arrive en TF en etant 2eme en jeton, un papy qui etait sur l'autre table arrive avec 40% des jetons a 9 left.... il est super actif donc la je pense que jai pas trop le choix que d'attendre, je veux pas jouer un gros coup vs le CL sticky ca serait une cata au niveau ICM.
    Les shorts sautent rapidement on se retrouve a 3 left et je joue ce coup versus le papy : j'ai 800k au depart du coup et le papy a genre 900k je suis au boutton et j'open 40k sur 10/20k avec , papy call de la sb, flop : 894r et la papy decide de donk 50k je call turn Q il donk 100k je call encore River 3 il donk 200k j'ai pas reussi a fold meme si  je bats plus grand chose, je call la mort dans l'ame et il show   pour 2 paires turn  
    Quelques mains plutard je double avec KJ>A7 on se retrouve tous avec des tapis equivalent, je propose de chop il accepte tous direct, ca me va les gains etaient de 10k/6k/4 et le chop est a 6.9k, je suis mort je pense que jai un edge mais la structure est pas folle donc ca me va de prendre 6.9k assure + $700 de KO donc niquel, 7h30 du mat', le temps de faire itin ( merci le passport francais  ) et je vais boire un ptit mojito bien merite avec Alex (aucune idee du pseudo CP haha) qui m'a rail sur les 3 dernieres heures avec @ctrlfistalet gab qui eux sont parti 45min avant la fin.
    Jour 3 et deja une win, Cocolachatte  

    Stack de TF

    Le rail en folie  
     
    Reveil a 15h le lendemain, je file direct au PH faire un sat pour le $600 $1M garanti, je ship le ticket et finissant a cote d'un @filooqui le ship egalement avec un micro stack, je le reg direct donc en late reg de 2h , des la 3eme mains du $600 :
    J'open 800 KQo de UTG+2, seul la SB call, Flop QJ6r je fais 900 il me snap raise a 2.7k, turn 2 il bet 4k je call, river K  il shove pour 15k effectif, et la je lui demande "do you have pocket 6s ? " il me repond " how did you guess? " des quil me repond ca je call direct , il me dis good call, show un....5 et muck
    2 mains apres vient cette main : utg open a 800, vilain de la main d'avant call du boutton jai  et je 3 bet a 2.8k, UTG me revient dessus a 7.2k, je call 
    Flop AA4 rainbow, je check, il bet 4.5k, je raise a 10k il fold et je lui dis "your kings is no good" il demande au crroupier de montrer ses cartes, il avait bien KK et la je lui dis je sais que t'as KK et je lui montre mon jeu  il commence a ruminer dans sa barbe et il saute 4 mains apres sur un spew de fou ( pas contre moi hahaha ) 20min que je suis inscrit stack de 55k sur les 20k de depart, easy  
    Le field est vraiment magique au PH ca fait nimp, on continu de grind tranquillement, au meme moment une fussilade eclate en bas ( on joue au niveau de la mezzanine) on entendra rien de la ou on est mais quand on ira voir a la pause ya les flics la zones et delimiter par le fameux scotch jaune "crime scene" comme a la tele  

    La scene de crime

    On continue a monter des jetons, 120k dans l'avant dernier niveau, l'average doit etre dans les 80k donc on est bien, le tournois fini vers 4h30 du mat et d'apres certains qui l'ont joue l'an passé la bulle éclate des les 1ere mains du day 2 donc en gros on est a la bulle. Changement de table je fais une premiere connerie en payant un open shove du boutton en bb avec 66 en pensant quil avait 10bb alors quil en avait 19bb, ( meme avec 10bb je suis pas certains que je dois call mais bon) je suis un peu en tilt jai 77k encore au dessus de l'average mais jai l'impression d'etre short ( 2eme erreur).
    Quelques instant plutard je recoit A9s UTG+2 j'open a 6.5k, l'enorme Chipleader me call du HJ, le flop est T35r je fais 5k, il raise a 10k je shove pour 70k il me snap avec T7o et ca hold....allez aurevoir il reste 40min avant la fin du day 2 (et donc de la bulle) les blinds sont 1.5/3k, le tapis de depart 20k, j'ai pas envie de rentrer de choisis de remettre un bullet en gamble surtout que la 1ere bullet ma couter que $100 avec le sat, j'arrive et 1ere main je touche AJ et tombe sur AK, bon il est ptet temps d'aller ce coucher  
    Au programme de demain, le meme tournois mais au lieu de faire le flight a 17h je fais celui a 11h histoire de pas finir a 4h du mat.
     
    A suivre
     
    Le 15 juin : 
     
    Suite du CR, on est donc lundi soir il est 4h30 du mat je viens de bust d'un tournois a $600 ou je me suis inscrit en (super super ) late reg pour demarrer avec 6bb.
     
    Ma pote suedoise m'avait envoye un message pour me dire qu'elle faisait le flight de ce tournois le lendemain a 11h, je decide d'aller me coucher de pas mettre de reveil et je verrais bien a quelle heure je me leverai. Je me reveil donc vers les midi midi 30, pas trop creve je decide de tester le buffet du montecarlo, pas la reussite de l'annee, c'est a volonte mais la qualite c'est quand meme pas... au moins j'aurais mange avant de jouer, 1ere fois du sejour  
    Bon bah direction le PH pour retenter le tournois que j'ai spew hier ( et reentry dans la foulee), j'avais peur quil y ai une file d'attente de fou pour le reg mais ca va en 5min c'est torche, par contre pas de bol j'arrive a une table full late reg, c'est jamais terrible ca. J'ai John (pseudo CP : ...je sais pas Kat quelquechose ) a cote de moi qui a deeprun aussi hier mais bust sur un huge coinflip dans le last level.
    Donc c'est reparti avec 15k de tapis de depart: 1ere main marrante au bout d'une 30aine de minute max, le HJ limp a 200 je raise a 525 la bb call et HJ raise a 3k, c'est un jeune asiat qui n'a pas l'air d'etre une lumiere non plus je pense pas quil me trap pcq j'ai pas ete si actif que ca, je decide de lui envoyer la boite pour 13k et tout le monde fold gentillement. ca continue de grind, je recoit une livraison et arrive cette main : j'ai 35k au depart sur 200/400 j'open 900 avec  le BB est un jeune americain plutot serrure qui me snap 3bet a 2.2k, je call le flop est  , il bet 3.5k, je raise a 10k il shove a 25k, je me mets un claque interieurement ....pourquoi jai raise bon bah maintenant je suis oblige de call , turn    il avait KK et il etait pas content. Grind continu je monte a 120k, ma pote suedoise est 3 tables a cote et a dans les 100k aussi. Je perds ensuite 2 flip vs des shorts pour "tomber" a 50k soit toujours dans les 30bb, Melanie Weisner s'assoie a ma gauche, je sais pas si elle est bonne au poker mais elle a une sacre silhouette  ... bref ca durera pas longtemps je perds un 3eme flip avec ATs<JJ  ( ok c'est pas vraiment un flip  mais bon a 20bb deep). il reste encore 2h de tournois, je veux pas refaire la connerie de me reg super late, la suedoise me dis quon peut ptet se boire un coup quand elle fini le day 1, niquel je vais me poser en cash game.
    Le cash game 2-5 au PH c'est un peu comme jouer au milieu d'un strip club un peu miteux avec des filles qui dansent a poil a 2m des tables, niveau poker ca joue 2-5 avec un Buy In non cappe, je choisis de mettre $600, 1ere main j'ai  2shorts decide de mettre leur tapis de $300 et $350 quand je relance un pot qui etait straddle je les payes et je touche top two paire qui hold, 40 min plutard un open early a 25, 2 call et call de boutton, jai  je call , Flop  tout le monde check jusquau boutton qui mise $65, je relance a $205 il fait tapis pour $500 je snap, il  me demande si jai un set , le temps de lui dire oui, le croupier pose le  sur la turn et je montre mon jeu  , petit bonus de $50 pour avoir toucher un carré.
    Pour finir sur les coups marrant, un mec limp et 3 autres mec limp je suis en sb avec KQo je call, flop ATTr utg bet 5 je suis le seul a call, turn A je check il bet 15 je call, river A ( donc board AAATT) je check, il bet 75, je call et la il dis "shit" et muck  j'ai rien dis et jai redonner mes cartes egalement et ramasser le pot hahaha.

     

    Merci aurevoir
     
     
    Je commence a etre bien mort quand la suedoise finit son day1 avec un stack dans l'average, elle me dis quelle est morte et quelle veut se reposer pour son day 2 le lendemain, ca me va niquel je vais aller me coucher aussi pour etre en forme pour faire le 2.5M a 1.1k du venetian le lendemain, je passe par le Venetian avant d'aller a mon hotel pour msincrire histoire de pas avoir a faire la queue demain et ca me permetra d'arriver en retard aussi et de dormir plus  .
    Lendemain je debarque au venetian, il y autant plus de mec dans la queue que assis sur les tables, je m'installe, le stack de depart doit de 15k, je suis utg j'open a 400 avec AQo sur 150/300, 4 joueurs decident de me call flop KK2r , j'hesite a Cbet et je choisis de Cbet petit pour avoir un risk/reward pas trop mal, il ya dans les 2k au pot je vais mettre un petit 525, je pose les jetons et le croupiers annonce a mon voisin "5,025 to call" ..... rooo le con je viens de mettre un jeton de 5k au lieu de 500, pokerface maximum surtout quand le 1er joueur commence a dire tout haut "tu as du te gourrer de jetons non ? " finalement tt le monde fold et je suis bien content...le boulet quoi.
    Je touche un peu, les bluffs passent les value bet sont paye je monte a 45k, matt damon se pose a ma table (ou son sosie  je voulais lui demande mais je vais bust avant de pouvoir) je dechatte 2-3 spots ou je dois call/muck , je tombe a 18k je fais une connerie de 3bet/call le shove sur un vieux avec TT je suis toujours au mieux en flip, je le sais mais jai pas trouver le boutton fold. 
     

    Je monte un stack au Venetian avant de bust

    Matt Damon ou pas ??  
     
    J'hesite entre aller rail ma pote au PH ou aller me poser au Bellagio , je choisis la 2eme option, je vois la bobbys room avec Doyle, Gus, Bennyamine et d'autres qui joue de la 1500/3000mix game en detente.
    Lendemain, $1500 6max mon petit main event  
    Arrive a 9h45 juste avant le coup d'envoi le temps de choper un truc en speed a la cafet avant de demarrer, je tombe sur une table plutot facile, comme tout mes tournois a Vegas, je monte des jetons (tout mes tournois jai reussi a avoir au moins 3 stack de depart a un moment...run good  ) je chatte un AA vs KK preflop pour une tonne , le board vient K45 turn 3 river 2 , ouf ouf ouf, arrive a ma table Matt Waxman juste a ma gauche, je le connaissait pas mais je mate toujours les noms des personnes qui arrivent quand il donne leur ticket au dealer  bon quand jai vu quil tapait la causette a Bonomo et Selbst au 2 tables d'a cote je me suis douté que c'etait pas une bille, il a glisse quil avait finit 4eme du 1.5k 2-7NL et quil venait de bust du 10K HU  , je me retrouve dans des spots complique vs lui ou jai toujours l'impression d'etre face up je peux pas bluff pcq je blufferai trop souvent ce spot et je sais quil le sait et on va au show down et mon As high est pas bon contre sa 2eme paire, ce genre de spot, bref je degrind, je perd un flip avant que la table casse.
    Je me retrouve avec 13k sur des blinds 300/600, du Boutton j'open shove avec  ( un poil bourrin) , la SB se reveille avec TT et pas de miracle bon bah out, on aura bien kiffe quand meme, je men veux un peu sur le coup pour la derniere main, l'open shove 22bb c'est quand meme pas fou fou.
    Je retourne au Bellagio ( room favorite ici) je grind le cash game ou je fais un erreur pour la 1ere fois de ma vie , sur un pot a 200 on est a la river j'ai le board est    vilain check je bet $50 il me raise a $200 je call en me disant quil peut se value cut avec des mauvais K, il montre  je pense quil a la couleur je rend mes cartes au croupier, je re-regarde sa main et je voit que non il a double paire et le temps de regarder mes cartes, elles etaient dans le muck :( la connerie a $600.... la fatigue
    Sur la main suivante, je viens de me lever pcq je veux aller de-tilter, le croupier me dis "attends attends je tai deja filer tes cartes" bon ok je decouvre :Kh:Kd dans l'empressement je raise a $15 alors que ya 2 nouveaux joueurs qui ont des "post" (limp obligatoire quand t'arrives) $5 derriere moi 4 callers, flop :Ks:Qs:3d BB bet $40, je raise a $105, seul utg call, turn : :5s BB donk a $60 je call, River : :Qd BB donk $200 , je shove pour $450 il call et muck :As:3s  ... bon au moins ca aidera a faire passer le tilt de la main d'avant... je me leve quand meme histoire d'aller me marcher un peu me prendre une biere et je decide d'aller me coucher avant de refaire de la m**de :D 

    Du beau monde au Bellagio, la photo est un peu pourri je lai prise en speed, je sais pas trop si javais le droit. De dos, c'est Gus.
    Vendredi 9 juin : 
    Ca commence a bien sentir la fin... il me reste plus que 2 nuits sur place :( je dois changer d'hotel et j'ai envie de prendre un truc un peu plus balla, la suedoise m'avait conseille le Vdara donc je m'etais dis pourquoi pas, je dois donc check-in et on va ensuite ensemble jouer au Wynn le daily a $400. J'arrive au Vdara a 9h pour recuperer ma chambre, elle est pas dispo avant 13h et je rejoins la suedoise a 10h30.... m**de la loose je vais au spa de l'hotel pour me faire un massage, ils ont pas de place pour faire un massage mais ils peuvent me faire un facial massage, allez banco jai que ca a faire anyway ca peut pas etre mal de toute facon.
    Bon apres 1h ou on m'a mis une tonne de truc sur la tete, du comcombre sur les yeux je ressors de la assez détendu quand même, je retrouve la suédoise dans le lobby ( elle est vraiment canon !! ) et on va au wynn et on se pose direct sur le $400, on décide de swap 20% c'est toujours plus marrant si on veut rail l'autre.
    Au bout de 1h je refais la meme connerie a vouloir relancer preflop a 900 et au lieu de prendre un jeton de 500 je prend un jeton de 5k le mec en face envoie tapis je le call pcq jai AK , il KQ et touche sa Q, je bust 30 min apres mais je re-entry. Le tournois se passe pas mal, au dinner break on va se poser dans un salon plutot classe a cote de la poker room pour se prendre un petit verre de rouge, de retour de dinner break j'ai 2 fois l'average, la table est plutot bonne et ya un russe avec un tapis enorme qui a suck out 2 fois, 2 fois en allant chercher une gut shot, bref arrive ce coup sur 500/1000 jai 80k, UTG open shove pour 23k je suis UTG +3 et je decouvre :Qh:Qs je fais tout mon cinema , en comptant mon stack , je veux voir combien il me resterai si je paye etc..., je veux induce un mec avec TT ou 99 de faire une connerie, bref je call , le russe derriere moi snap shove je call, c'est le plan, il :Ax:Ax et pas de miracle :( busto sur un pot a plus de 4x l'average aie aie aie. Mais bon jai encore 20% de la suedoise.... mouais ca fait quand meme mal au fesse je me trace au Vdara pour recuperer ma chambre... OMG la vue!!! et je retourne au Wynn pour me poser en cash le temps que ma pote finisse.

    Stack au Wynn avant de bust
     
    Je suis a peine arrive quelle me dis qu'elle a bust, dommage je propose qu'on aille se boire un verre au strato car parait-il la vue est sympa, la vue est vraiment pas mal on s’enchaîne les cocktails et les tapas et il est deja 2h30 du mat on commence a avoir un bon coup dans le nez, on parle pas mal elle me demande si jai une copine je dis que non (c'est pas 100% vrai mais bon on est loin :ph34r: ) , je me demande si elle me pose la question pcq elle est interresse ou si c'est pour faire pour faire la discussion bref on décide de revenir au Vdara et boire un dernier verre la-bas. Arrivé dans le lobby de l'hotel je lui propose de monter voir la vue de la chambre ,elle dis ouais carrément, on arrive, les fontaines du Bellagio sont en action, Vegas de nuit c'est assez style, je la chope on va se tripoter 10 min et elle va me dire qu'il faut vraiment vraiment quelle y aille, je reste un peu sur ma fin mais je suis quand meme bien content, la fille est trop cool, canon, intelligente et joue au poker.... et dire que jai jamais pousser pour quon se voit toute la semaine pcq je pensais qu'elle etait "out of my league" je devrais être ptet plus confiant en moi :D 
     
     

    Vue de la chambre au VDara :) 

     
     
     
    Bref réveil le lendemain, piscine avec maman, on se fait un ptit resto et elle doit y aller car elle a des copines qui débarque de Suède pour quelques jours, il me reste une journee, je vais au Venetian faire le $600 KO , pour la faire courte je passe la bulle avec 1 BB, je gratte un palier et je fini sur un ITM de plus :) J'en profite pour partir a l'Aria pour rail @filooqui est TF le daily et voila mon Vegas est deja fini :( .... c'est passe a une vitesse de fou et a peine rentre je ne pense que au moment ou je vais y retourner...
     
    Et j'oublie le plus important la pic de la suedoise :)  je sais que vous allez me demander dans la seconde
    Jai du la google pcq j'ai pas de photo ;) 
     
     
     
     
     
     
  5. Like
    MasterGuggy reacted to NICEBET for a blog entry, Le Run Rose [PART 1]   
    Mes chers lecteurs,
     
    Voici déjà quelques temps que je rêve de faire des articles qui mêlent vie de tous les jours et poker. La tâche n'est pas simple car je suis un gros flemmard. Mais aujourd'hui, je vous poste mon premier essai. Je tire ma première cartouche.
    Vous comprendrez cette subtile allusion si vous continuez un peu plus bas.
    Depuis que je suis célibataire, je tiens à le rester. Mais surtout je tiens à faire du volume. "Devenir supernova".
    Pour vous et rien que pour vous, voici le résumé de mes conquêtes féminines. J'ai appris beaucoup de choses et je me dois de partager tout ceci. De plus, vous serez les plus à même pour comprendre les dynamiques lexicales de ce billet car vous pratiquez ce jeu magnifique qu'est: la vie quand on a sait jouer au Poker.
    C'est parti !
     
    K, 25 ans, serveuse: L'action se passe 1 jours après avoir quitter mon appartement avec la libellule. Je viens de poser mes cartons dans mon petit studio, je n'ai même pas encore l'électricité que je me retrouve à boire des bières avec K dès 16h. K c'est cette nana avec qui tu sens une tension sexuelle mais que tu ne vérifies jamais car tu es (était) en couple. Cette même meuf sur laquelle tu fantasmes, mais que tu ne touches jamais. C'est l'heure de vérifier si Mlle à ses papiers.
     
    On finit le premier pack de 12 et je snap call quand elle me suggère d'aller en acheter un tout neuf. Dans ses gestes gentiment ivre et son regard je sens que si on continue on ira à l'abattage. On va au spar, on rigole tout le trajet et sur le retour devant la porte du petit immeuble mes voisins du premier étage bet une bière et je raise immédiatement en leurs disant qu'on vient d'acheter un pack de 24. Il accepte.
    On rentre et grimpe au premier étage, le mec m'attend à la porte- sourire sur le visage. Ils sont 6 dans le studio par cette chaude après-midi d'été à Montpellier et quand je propose une bière, je me rends compte que tout le monde boit du tipunch sauf notre hôte qui est tranquillement au skycoca. OKLM. L'ambiance est vraiment cool, on se raconte nos life, les gars sont hyper intéressant. Ils ont beaucoup voyagé et font des études d'ingés. Ils sont Martiniquais et ayant eu une ex Martiniquaise avec qui je suis resté 4 ans et demi, ils s'espantent que je baragouine deux trois mots en créoles. On rigole vraiment bien, mais la cadence est violente. Il nous fait goûter une bonne partie des 20  bouteilles de rhum arrangé maison, fièrement exposé sur la table basse du salon. On boit un shot toutes les deux minutes, je vous laisse imaginer l'état de Papa. Prêt à gambler comme jaja.
    Deux bonnes heures plus tard, je passe le palier de sa porte avec K complètement saoule et je dois avouer que j'en mène pas large . Ivre mais joyeux-la sensation d'avoir value le voisinage, maintenant faut value la petite !
    On monte chez moi avec K et on continue à la bière... Comparé à la structure hyper turbo des tipunch ça fait du bien d'être à nouveau deep. L'éclairage se fait à la bougie car comme dit plus haut je n'ai pas encore l’électricité, ambiance propice pour du ponçage dans les règles de l'art.
    A partir de là mes souvenirs sont plus vagues mais je me souviens que la scène est assez unique. Nous deux assis sur mon lit, Boris Breja en fond sonore, au milieu des cartons et des cadavres de bières. Ça aurait fait une belle photo avec la lumière produites par la dizaine de bougies. On s'embrasse assez rapidement mais sans trop savoir pourquoi je ne suis pas très aggro et mes mains restent sages. Probablement due à ma récente rupture.  Une fois emballée, on parle beaucoup. Elle me réconforte car elle connait ma situation récente. On finit le pack vers 1h du mat et on se met sous la couette. On baise malgré une demi molle peu prometteuse. 
    Grosse déception. Ce n’était pas terrible, et ma performance fut bien médiocre. Moi qui avait imaginé la scène milles fois, je n’ai pas été à la hauteur-  elle non plus d'ailleurs. Je me suis sentis bizarre le lendemain. Sur le coup j'avais pensé à "Une incompatibilité sexuelle". En revoyant la main je me suis dis que c'était n'importe quoi de faire ça comme un gitan et je m'en suis beaucoup voulu. Il ne s'est rien repassé de plus avec elle par la suite malgré le fait qu'on  a continué à se voir en tant qu'amis. J'ai surtout compris que "ce genre de fille" est une chimère qui va et vient dans notre esprit mais qui en réalité est décevante quand on l’obtient car son désir n'a d'essence que dans l'imaginaire. Parfois il est meilleur que les fantasmes restent des fantasmes.
     
    O, 22 ans, étudiante en Pharma: Je l'ai rencontré sur adopte- Une des rares que j'estime encore. Une fille vraiment bien, qui mérite de trouver quelqu'un qui l'aimera et qui prendra soin d'elle.
     
    Je la rencontre dans un bar à bière hors de l'hyper centre de Montpellier (couleur de bière). Bonne nouvelle, elle est vraiment jolie. Elle a un truc qui me plait. Les cheveux mi longs, ondulés, des lunettes qui lui donne à la foi un air intello et coquine. Elle a un visage harmonieux et une voix douce. 
    Le bar ou on se voit est un lieu assez fréquenté du coup on doit s'asseoir sur le trottoir mais c'est directement cool et le courant passe bien. On fait connaissance et certains regards lorgnent un peu. Quand elle va chercher une recharge, elle se lève, passe derrière moi et je ne peux m'empêcher de me retourner dans la seconde pour mater ses fesses. Elle se retourne pile à ce moment et esquisse un petit sourire. Belle estimation de la range adverse me dis-je.
    En plus d'avoir eu un petit frisson du fait de m'être fait snapcall, j'ai la validation qu'elle à un bon tarma.
    Elle revient, toute pimpante, toujours adorablement maladroite et visiblement inquiète de l'état de déshydratation de mon jean. Elle renverse la moitié du verre sur mes cuisses et je lui dis "d'essponger" comme dans les visiteurs "avec tes petites mains", pour rigoler. Ce qu'elle fait immédiatement. Y'a toujours de l'EV à demander des trucs un peu osé avec un air léger #Astuce
    On finit les verres et au bout de 3 pintes chacun, elle me dit qu'elle connait un endroit rigolo. On arrive dans un petit bar aux beaux-arts, infesté d'étudiants en quête de détente à base de shooter et d'ambiance un peu beauf. Elle connait le patron qui nous snap paye des coups gratuit et qui nous autorise à rester alors que le rideau est fermé. Les premières paroles du taulier quand elle commande deux shooters me sont adressés et sont si délicate: "Ce soir tu baises champion". Elle raise en lui disant qu'il est con car elle est gênée mais au fond elle le prend en rigolant. Il nous offre les deux suivant "pour sa peine" mais me fait un clin d'oeil qui affiche clairement mon statut de "GOSS BO". put**n toi mon con t'as du en bourré des meufs ! Après les 4 shooters on commande une pinte pour aller s'asseoir au fond. On se prend une table à 2 avec banquette face à face mais elle vient à côté de moi. Y'a un  easy spot de 3 bet allin. Le son est très fort, on tente de parler sans trop de succès. Très vite ça me gave et je décide de suivre mon plan  de shove river. Lorsque je me lance, elle se recule-me regarde-sourit  et finalement m'embrasse. Pas très bien de mémoire, ou plutôt maladroitement mais j'ai aimé cette réaction, elle a du chien. On s'embrasse comme au collège pendant je ne sais combien de temps et je savoure ma première "vraie" conquête depuis mon ex. On rentre chez moi mais run better plz, elle à ses règles bien qu'elle soit chaude comme la braise. Je me souviens d'avoir pensé à l'anal mais sur le coup c'était un peu trop gamble de proposer direct la voie de l'ombre. On passera donc la nuit à se chauffer et à respectivement mouiller nos dessous. Elle me sucera pas et je me lèverais avec les couilles bien lourde mais satisfait de la soirée et de la personne. 
    Notre première fois se fera chez elle et j'avoue avoir était un peu déçu. Mais bon, toujours mieux qu'avec K et les fois suivantes c'était vraiment cool.
    Pendant deux semaines c'est un peu ma meuf jusqu'au jour où elle me dit qu'elle est finalement pas prête et que (surtout) son ex re frappe à la porte. Sortant d'une relation (vraiment) similaire à la sienne je ne la retiens pas et lui souhaite bon courage. En lui disant que si un jour elle voulait me revoir je n'y verrais pas d'inconvénients. C'est ce qu'elle fera 6 mois après mais j'ai dis que ces billets seront chronologique, donc tu attendra mon petit. Bref, ça m'a appris à ne jamais se lâcher en mauvais terme uniquement par fierté. Car sur le coup j'étais vraiment tilté et j'ai eu envie de spew. J'ai préféré tank fold, et l'attendre dans un meilleur spot...
    La petite anecdote drôle de son annonce  c'est le "timing  intéressant" lorsque elle me dit que finalement c’est compliqué pour elle, cela tombe le jour même ou j’avais passé la journée à Toulouse avec mon ex afin de nettoyer l’appartement qu’on avait ensemble. Il ne s’était rien passé entre nous mais la journée avait été intense en émotions et sur le coup mon seul réconfort était de pouvoir voir O quand je rentrerais. Même si on est bien en jetons, faut jamais croire qu’on va gagner le tournoi facilement.
     
    Alice- 25 Ans, étudiante en droit.
    Ce n'est pas une conquête. A la limite une conquête level collège mais pas plus. Cependant, il m'a semblé important de consigner cette expérience. Un bon gros value cut des familles.
     
    Je rencontre Alice sur Happn. Je me lève vers 10H et check l'appli, je like et "Je match". Toujours une petite sensation de run good quand le premier like match au réveil. ELLE m'envoie le premier message et nous discutons en coupure via l'appli toute la journée. En début de soirée, je bouge chez un pote à la campagne.
    Arrivé chez lui Alice refait surface et je lui donne mon numéro de téléphone. On continue par message mais la conversation change de ton. On se lance des compliments (elle est divinement faite) et s'en suit une escalade de messages très chaud à tel point qu'on envisage de se voir car elle en peut plus. Elle m'envoi des photos d'elle en string de dos pour me "montrer l'effet du sport" qu'elle fait tous les soirs. Je spot direct le piment tatoué sur sa fesse gauche, c'est une super coquine.
     Pour finir, mon pote n'étant pas au top de sa life à ce moment je décide de rester avec lui et on se donne rendez-vous le lendemain. On se rencontre vers le jardin des plantes pour partager un café. Le matin, on s'était dit la chose suivante. On craignait mutuellement et officieusement de s'être un peu emballé la veille. Du coup on se dit qu'on boit un café l'après-midi et que si ça match se revoit le soir. J'arrive un peu en avance et elle à l'heure. En plus d'être à l'heure, je la trouve classe avec son poncho parisien. Cheveux courts, une voix de femme et un parfum qui me parle. On s'assoie, commande et nous discutons les yeux dans les yeux. On parle de tout et de rien, mais clairement dans les yeux. On boit le café, fume un clope et lorsque je lui demande si elle veut autre chose, elle me dit :"Non c'est bon, mais si tu veux on peut boire un thé chez moi". Elle habite à 100 Mètres, c'est parti ! Je paye, sourire aux lèvres et cette fois le barman ne me dis pas que je vais baisais et que je suis un champion et je me satisfais d'un simple "votre monnaie". Le plat s’annonce pimenté.
    On arrive dans son appart qu'elle partage avec sa sœur, qui d'ailleurs à l'air surprise de me voir. Sa sœur c'est l'étudiante médecine qui à pas le temps d'être cool parce qu'elle doit bosser. On parle à trois de tout et de rien, et à un moment donné je m'imagine les prendre toutes les deux sur le canapé. Je suis coupé court dans mon élan quand elle annonce qu'elle part à la fac. Bon, j'en prendrais au moins une sur ce canapé me dis-je.
    Une fois tous les deux, on va dans sa chambre car elle veut me montrer une vidéo sur son Mac, qui se trouve sur son lit. Elle met la vidéo en question (la grand-mère, la soucoupe et le perroquet- j'aime ce choix). J'attends une minute de vidéo et tente de l'embrasser. Je dis bien tente, car elle me met un refoule, elle me dit "attend la fin de la vidéo". Je sais pas trop quoi penser donc  je réponds placidement "OK" mais je pense "wtf???".
    La vidéo se finit et elle m'embrasse langoureusement immédiatement. Sa respiration s'accélère, les mains se baladent partout et je me dis que je m'apprête à la chopper la comme ça en pleine après-midi alors que je la connais depuis 30 minutes. L’homme qui à était trop longtemps en couple trouve ça chelou,bizarrement. Je crois qu'elle se dit la même chose car on n'arrête de s'embrasser pour discuter.
     Elle me parle de tout et de rien, on roule un bédo qu'on fume vraiment vite et on se remet à s'embrasser. Sauf que je sens un malaise, mon 7ème sens détecte quelque chose. Je ne tente pas de la niquer sur le coup, me disant que j'ai plus de classe que ça et que j'aurais un spot bien mieux ce soir. En réalité je suis mal à l'aise et je ne sais pas trop pourquoi. On se quitte sur son pas de porte, et lui je fais l’erreur de lui envoyer un message dans la foulée pour lui dire que c'était cool- Pas de réponse.  Je sens le plan galère arrivé.
    En fin d'après-midi, toujours pas de réponses. J'insiste comme un fish, et elle me répond finalement à 22h00 "Oui désolé, en fait j'ai du monde qui est venu à la maison". Je reste poli parce qu'elle est vraiment bonne mais j'aurais dû lui dire f*ck à ce moment-là.  Je la laisse respirer pendant 48h et lui renvoi un message pour lui proposer un verre. "Oui pourquoi pas, demain si tu veux?". Great ! Le lendemain, quelques minutes avant que je parte je renvois un message "je décolle". Elle répond direct qu'en fait elle ne peut pas pour je ne sais plus quel raison. De là, je me dis ok bon t'es une connasse qui sait pas ce qu'elle veut. Mais je suis quand même deg de pas avoir pris le spot quand j'étais encore sur son lit. Comme une sensation de pas avoir value comme il fallait.
    2 Semaines après, elle me renvoi un message pour me demander de lui vendre de la beuh, ce que j'accepte bien que je trouve la demande suspicieuse. Je lui dis de venir chez moi car je ne me déplace pas et surtout pas pour elle. J'ai à peine le temps de ranger un peu et de me dire que "ça y est, là, je la baise", qu'elle est en bas de chez moi. Elle monte, enlève son manteau mais quand je lui propose un verre  elle me dit qu'elle doit conduire. Je lui demande donc ce qu'elle veut (oui exactement comme ça, en mode sous-entendu bien gras). Je rêve qu'elle me réponde "toi" mais je dois me contenter d'un très très très médiocre "un 10 euros stp", je réponds que je fais pas de 10e, minimum 5 grammes. Elle les prend, à crédit donc, ce qui implique de se revoir. C'est mon plan turn. On discute deux minutes mais elle est bizarre, je n’ose pas l'embrasser- j'aurais peut-être dû, mais après l'échec d'il y'a deux semaines j'étais un peu traumatisé. Pour finir, elle partira tranquillement et je me retrouve une deuxième fois, bien dégoûté. Mais je me dis qu'on va se revoir. En effet je la revoit deux jours après. Elle m'a donné mes sous en trente secondes chronos à la terrasse d'un café  et je ne l'ai pas revu pendant plusieurs mois.
    Je finis par la recroiser par hasard dans les rues de Montpellier, genre 7 mois après tout ça. Je suis avec plein de pote et quand je passe devant elle, elle est avec deux mecs. Je la regarde, petit sourire mais ne je ne vais pas la voir. On s'assoie avec mes potes en terrasse et je reçois un message "Et bin alors, tu ne viens pas me dire bonjour? Tu vas bien, ça fait un moment" - LOL, elle est tarée. Je réponds parce que j'ai faim, et elle me dit que ce soir elle est crevé, mais que demain oui carrément. Vous devinez la suite, elle annule via non réponse à mon message de validation, quelques heures avant le rendez-vous.... Pour finir je n'aurais jamais compris ce qui s'est passé dans sa tête. Je lui ai envoyé un dernier message il y'a quelques semaines lui disant que je partais bientôt et que si elle voulait qu'on se voit, c'était maintenant ou jamais. Pas de réponse, et une amère sensation d'échec. Je l'avais entre les pattes put**n !!!!
    La leçon que j'en ai tiré, c'est qu’il ne faut pas trop en dire par message, évité de se chauffer avant de se voir, favoriser la légèreté et surtout ne pas précipiter les choses car c'est effrayant. J'ai également appris à interpréter des signaux de plan galère. Je crois que ces meufs là partagent toutes des tells identifiables.
    Quand ça ne sent pas bon, il ne faut pas aller mettre son nez dedans pour vérifier que c'est de la m**de.
     
    C'est tout pour aujourd'hui mes conos ! Mais l'action n'est pas finit, il y'a 14 autres demoiselles qui ne demande qu'à rentrer dans ce blog. Pourvu qu'elles ne tombent jamais dessus.
     
    Gentlemanement votres,
     
    H
  6. Like
    MasterGuggy reacted to Sebazimut for a blog entry, mon départ   
    je pense que ça sera peut être mieux de commencer a partager mon aventure ici...
    Tout est parti de Floride où j 'ai acheté mon bus.. après deux mois de travail acharné a l intérieur pour le rendre plus vivable, me voila sur le départ avec mes 2400 $ en poche. Je sais c'est peu mais j en avais marre de repousser a plus tard alors .. "qui vivra ..verra"

    Je ne suis pas parti que j'ai déja rendez vous avec mon meilleur ami, seul hic, il se trouve a 2600 km au Nord à Montreal, mais pas question de rater l'occasion de débuter mon trip avec lui et ses enfants. Je décide donc de tout remonter d'une traite au plus vite... enfin au plus vite est un bien grand mots quand on voyage a bord d'un Thomas international de 1997 qui ne dépasse pas les 100 km/h..
    M'enfin, j arriverai tout de même à rallier Montréal en 5 jours m'octroyant un arrêt de 24 h dans le connecticut dans l immense et nouveau casino : FOXWOOD, pour essayer de faire un peu monter ma banqueroll..

    Après deux formidables sessions et 14 heures de jeu, je ressors avec 1900 $ de gains qui font du bien au moral et me destressent un peu pour la suite..
    Les 10 jours qui suivront je les passerai avec mon pote guillaume et ses 2 enfants a parcourir de long en large les belles contrées du Quebec. 10 jours sans toucher une seule carte..
    Un fois mon ami parti, j ai 9 jours avant que ma copine Claire n'arrive pour 3 semaines. Nous avions prévu de faire la Gaspésie mais malheureusement, après avoir été arrêté par la police canadienne, écopé de deux amendes de 1000 $ et d'une interdiction de conduire mon bus.. hummm, les plans ont quelques peu changés.. Mais j ai tout de même 9 jours avant qu'elle n'attérisse.
    je décide d aller me terrer aux abord de Montréal dans une réserve indienne qui abrite la plus grande salle de poker du Nord des Amériques: LE PLAYGROUND

    Connu par les locaux pour sa restauration haute gamme et gratuite et ses serveuse toutes sorties des podiums de victoria secrets...
    Durant ces 9 jours je me mettrai en mode "No Life", je cumulerai 96  heures de jeux en 9 jours...Après un bon départ où je gagnerai 2000 $ au bout de 48h je verrai se pointer le bout du nez d' un terrible bad run qui me collera a la peau jusqu'à ma dernière main 10 min avant de rejoindre Claire a l 'aéroport . Je finirai avec une perte de 157 $ sur les 96  heures de jeu.. Certes une perte minime mais je comptait bien faire un peu d'argent sur ces 9 jours pour profiter un maximum durant 3 semaines avec Claire ...
    Mon interdiction de rouler sur le territoire canadien m'oblige a prendre la poudre d'escampette vers les USA ,fini la Gaspésie, nous rejoindront New York en traversant le Nord Est Americain...
    j' ai alors 2900 dollars en poche .. 
    Ps : Si vous voulez suivre mon aventure en vidéo, rendez vous sur ma page face book ou you tubes : All in my trip
    Ps 2:
    Pour ceux qui veulent plus de détailles, c' est directement sur mon site sur ce lien:
    https://allinmytrip.com/2016/12/16/ce-tabernacle-dostie-de-quebec/
    A plus dans l' bus..
  7. Like
    MasterGuggy reacted to Mr Sneeze for a blog entry, " I don't work! I play poker! "   
    Jouer au poker, c'est la possibilité de gagner sa vie sans travailler. Un beau rêve n'est-ce pas ? Peut-être moins vrai maintenant, ne nous faisons pas d'illusions.
     
    Il y a finalement très peu de temps, l'argent circulait gaiement, l'abondance était accessible, avec son corollaire, l'espoir de l'argent facile. A quiconque prêt à affûter un tout petit peu sa stratégie, un potentiel de succès financier bien plus élevé que beaucoup d'activités professionnelles. Le tout sans vraiment travailler, donc.
     
    Regardons aujourd'hui le tableau du poker : l'écosystème se casse dramatiquement la gueule. A tous les niveaux. Le rêve de l'argent facile est mort, pour la plupart des joueurs. Donc il faut certainement, maintenant, travailler. Je préfère continuer à dire dire jouer cependant, le terme est plus riche, car jouer, c'est par exemple, jouer avec des structures, des paramètres, remettre en question, bousculer des manières de faire. Travailler est trop linéaire. On peut aussi dire pratiquer, au lieu de jouer.
     
    Il n'y a pour moi aucun doute que l'environnement est cappé : l'argent disponible dans le système pour chaque joueur est lié d'une part aux limites qu'il joue et d'autre part à son edge sur chaque limite. Hors les high stakes ne tournent plus, même les midstakes tournent moins. Les joueurs high stakes d'il y a juste quelques années grindent maintenant en dessous de la 5/10 online, simplement parce qu'il n'y a pas assez d'action au dessus, ou que l'action est fournie uniquement par des joueurs encore meilleurs. Le mouvement est visible en live également.
    A mesure que les joueurs expérimentés et talentueux descendent de limite pour 'manger', les joueurs médiocres ou faibles se font rétamer la gueule beaucoup plus vite, rendant progressivement la limite moins 'fishy', et forçant petit à petit les mauvais réguliers vers la sortie, ou en tout cas vers une existence beaucoup plus tendue et incertaine.
     
     
    Ce mouvement est irrémédiable. Il peut être compensé à certains moment par de l'afflux d'argent frais dans un sous-environnement. Reste que les joueurs perdants, pour la plupart, ne vont pas s'entêter à perdre des années à ce jeu. Il y a tellement d'autres manières de s'occuper dans une vie (et limite, tellement d'autres manières de s'abîmer, autant faire preuve de créativité).
     
    Il faut accepter que les barrières à l'entrée ont augmenté dans le poker : le jeu s'est complexifié, il faut maintenant pas mal d'expérience pour s'asseoir à une table de poker (peu importe où, dans un casino, ou online) et espérer ne pas se broke en 3 orbites, tellement tout le monde a progressé.
    De fait l'intensité du jeu, le fait qu'on ait tenté de le légitimer comme un sport, avec la compétition des tournois, tout le monde a bien compris que c'était quelque chose de sérieux et pas vraiment comparable avec d'autres jeux de gambleurs. Les gambleurs ont arrêté de gambler dans le poker parce que le jeu est progressivement devenu moins fun pour eux. Sans eux, beaucoup, beaucoup moins, d'argent en circulation.
     
    Beaucoup de reguliers n'ont plus le même enthousiasme qu'avant, car sans aucun doute il faut être bien plus fort qu'avant pour gagner de l'argent. Ils voient la variance les impacter plus, la difficulté à se remettre de gros revers, à conserver une bankroll solide. Ils voient moins de fishs les livrer 'facilement'. Car oui, les 'fishs' progressent également.
    L'erreur de jugement ici aura été de croire qu'il y a une stratégie pour gagner de l'argent au poker, et qu'une fois trouvée, il n'y avait rien d'autre à faire que de grind. L'erreur est de considérer l'environnement comme statique. Précisément, le déploiement des stratégies par les joueurs changent la nature même de l'environnement. Les considérations sur le jeu évoluent. Les gens n'ouvrent pas les mêmes sizings qu'avant. Ils ne considèrent pas les mains et les situations de la même façon.
     
    Donc pour faire simple, faire comme hier et espérer que ça marche demain, ne peut pas marcher dans un environnement évolutif.
     
    Quand un joueur progresse, il oblige ses adversaires à progresser, à s'adapter. Inconsciemment, même si personne ne travaille réellement bien son jeu, le simple fait de jouer fait évoluer les stratégies, et les tendances du pool.
     
     
    Des stratégies sont naturellement validées par l'environnement, et d'autres rejetées. Certaines stratégies se développent, d'autres disparaissent. Si on considère le no-limit hold'em, il est incontestable que les stratégies preflop s'alignent, tout le monde joue plus ou moins pareillement un nombre important de situations. Les erreurs preflop sont moins importantes qu'avant. Et l'edge potentiel bien moindre. Il faut bien réaliser qu'il n'y a pas si longtemps un joueur gagnant faisait la plupart de son blé sur des erreurs catastrophiques des joueurs sur les premières streets. Moins vrai de nos jours, et même en live les pots restent plus petit, beaucoup moins de joueurs qu'avant open à 8x ou autre fanfaronneries. L'environnement dans sa globalité a simplement compris qu'une bonne manière de gagner à ce jeu était de s'armer de patience et commencer par jouer des ranges tight. Et ne pas trop s'exposer.
     
     
    Vu que tout le monde choisit de jouer le waiting game (qui consiste à jouer tight et laisser l'impatience des autres s’empaler sur nos mains décentes), un équilibre se crée dans l'environnement, où certaines stratégies ne peuvent juste plus fonctionner. C'est pour cette raison que le jeu preflop s'uniformise, tant dans les fréquences que dans les sizings. Il y a un point d'équilibre, mais ça ne signifie aucunement qu'on approche là d'un jeu 'GTO'.
     
     
     
     
    GTO, le terme est lâché. La communauté en parle beaucoup, c'est un peu son graal, trouver LA stratégie ultime, une stratégie où on ne peut plus perdre, où on n'est pas exposé, pas vulnérable. Etant un grand partisan de la vulnérabilité comme force, j'ai clairement choisi de ne pas donner trop de crédit à toutes ces sornettes.
    Car dans le pool des joueurs français ET internationaux, je suis clairement plus avancé que la moyenne en termes de 'range thinking' et de GTO. Mais quand la communauté parle de GTO, ou tente de trouver des 'solutions' GTO à certains spots, souvent il y a erreur. Parce que le jeu que vous jouez n'est pas GTO du tout. Vous utilisez seulement le terme pour décrire un point d'équilibre dans un environnement donné.
     
    Peut-être que les meilleurs joueurs de cash game du monde jouent un jeu très équilibré et bien construit à tous les étages : leur bataille devient ainsi une bataille principalement mentale, une bataille de déploiement de leurs choix stratégiques ; c'est à qui résistera le mieux à la pression en fait (c'est ce qui différencie les high stakes du reste du poker d'ailleurs).
    Mais pour ce qui est des joueurs en dessous de la 5/10 online (en live, c'est toutes les limites, tous les joueurs), PERSONNE n'est équilibré totalement, loin de là.
     
     
    Le field croit être équilibré et s'approcher du GTO. C'est là une totale erreur basée sur plusieurs illusions.
     
    La première : contrairement à ce qu'ils croient, très peu de joueurs sont en réelle maîtrise de leur jeu. Ils ne possèdent pas leur jeu. Comme je l'ai évoqué, il y a une sélection naturelle des stratégies qui s'opère dans le jeu : à mesure du jeu, naturellement, certaines stratégies sont évincés. Donc beaucoup de joueurs qui gagnent à un moment gagnent parce que leur stratégie est 'validée'... à ce moment là, à cet endroit là. Qu'ils essaient dans un autre environnement, ou qu'assez de temps passe, et leur stratégie ne sera peut-être plus adaptée du tout. Ce type de joueurs va tendre à s'attacher énormément à ce qui marchait, va lutter pour évoluer, et assez naturellement sortir du jeu un moment ou à un autre.
    S'il n'y a pas de flexibilité stratégique, il n'y a pas réelle maîtrise.
     
    Etre en maîtrise de son jeu, c'est déjà sortir du mode majoritaire d'apprentissage dans la communauté : l'imitation. Tout le monde fait ça. On regarde des meilleurs joueurs que nous jouer, et on copie ce qu'ils font, car forcément ce sont les meilleurs.
    Mais il n'y a pas de compréhension de pourquoi ceci est bien et ceci moins bien. Il n'y a pas de perspective, seulement de l'imitation. Untel fait ça, je vais essayer ! Les sites de coaching suivent ce format, pyramidal, où pour grimper les échelons il s'agit d'observer les meilleurs.
     
    Quelque part, ce mode d'apprentissage est extrêmement limité. Déjà, il est passif. Ensuite, il provoque des énormes erreurs dans la mise en place. Par exemple, après avoir observé que pas mal de très bons joueurs défendaient leurs blindes très loose en MTT, une bonne partie des joueurs de MTT s'est mis à défendre les blindes loose. Ils voient un bon truc, et du coup se mettent à le faire, évidemment sans discernement pour les positions relatives, le fait d'être heads-up ou multiawy, les stack sizes, etc. Donc ils font n'importe quoi et croient mieux jouer 'parce qu'ils font comme Untel'. Ben non, c'est pas aussi simple que ça d'être un très bon joueur. Un très bon joueur comprend l'intéraction des ranges entre elles, des boards, et des streets entre elles. Il comprend aussi l'intéraction des joueurs, leur états émotionnels ou faiblesses psychologiques. Ainsi il peut jouer certaines situations comme il le fait.
     
    Si on imite seulement, on copie quelque chose qui marche, mais sans la structure qui la sous-tend, sans la solidité derrière qui permet de prendre des bonnes décisions. C'est ce que fait la communauté avec le GTO. Tout le monde se met à user majoritairement de certaines lignes et sizings, de certaines tendances. Le jeu preflop devient doucement de plus en plus comme les ouvertures aux échecs : une manière d'entrer la confrontation. L'edge diminue preflop mais il reste très présent turn et river.
     
    Tout le monde reste extrêmement déséquilibré turn et river notamment.
     
     
     
     
    Seconde illusion liée au GTO : 'pourquoi' chercher le GTO. Je veux dire, quelles sont les motivations ? J'y vois une claire tendance à la paranoia, la crainte d'être 'exploitable', donc la volonté de se protéger. Et quelque part de devenir imbattable, derrière une belle armure polie et dorée. C'est la volonté de maîtriser.
     
    Selon moi, penser vraiment GTO, c'est penser en termes d'intéractions de ranges les unes vis à vis des autres et par rapport au board et à ses ramifications. C'est donc extrêmement complexe et subtil. Quand on rentre là-dedans (l'intéraction de ranges, la 'texture' des boards, dans un sens profond), on est facilement dépassé : il y a juste trop de situations au poker pour que l'esprit humain les maîtrise sans un certain nombre de répétitions et d'expérience consciente (et inconsciente, le corps apprend presque, on sent les spots).
     
    La réalité du GTO est très loin d'une stratégie 'fixe', implacable. Le 'vrai' GTO, dans un sens, est le jeu optimal. Ce que cela signifie c'est de déployer les meilleurs stratégies possibles en fonction de ce que nous propose l'environnement. Ce n'est pas quelque chose de 'résolu', ou 'résolvable', c'est un équilibre qui se crée entre les stratégies des joueurs et leurs tentatives de s'exploiter les uns les autres.
    De fait, un joueur a un edge sur un autre lorsqu'il gagne au jeu de l'exploitation, quelle que soit sa forme (l'exploitation dominante de nos jours est clairement une exploitation passive : on exploite en ne s'exposant pas, en ayant un jeu très tight et value-oriented, en bluffant très peu mais espérant que nos adversaires callent tout de même). En cherchant à 'devenir inexploitable', le pool a limité l'intéraction joueur à joueur, car la défense (inexploitabilité) a pris le pas sur l'attaque (exploitation des faiblesses de jeu structurelles, ou psychologiques, de nos adversaires).
     
     
    Collectivement, les joueurs de poker créent des paradigmes, des manières de faire et de jouer, qui se rapprochent d'un équilibre dans un environnement donné, à un moment donné. Cet équilibre, ou une multitude de sous-équilibres, évolue constamment à mesure que des joueurs innovent pour trouver ce que j'appellerai des 'puits de profitabilité'. Ils cherchent des zones du jeu où ils peuvent trouver un edge. L'edge vient d'une plus grande maîtrise de certaines situations, et une tentative d'inviter nos adversaire sur notre terrain de maîtrise.
    Heureusement que ces joueurs existent! Parfois ils font de la m**de, mais parfois, dans leur exploration du chaos ils trouvent des puits de profitabilité qu'ils seront les seuls à exploiter pendant un moment.
     
     
     
     
    Il faut bien comprendre la dynamique intéractionnelle du poker, et c'est en cela que c'est un jeu : vos choix intéragissent avec les choix des autres. La solution n'est donc en soi jamais fixe, mais relationnelle, dépendante de paramètres particuliers.
     
    En fait, je pense que derrière ce GTO bullshit, il y a en fait une réelle crainte de la communauté face à la complexité du pok. Et donc une tentative de simplification des données, des 'manières de faire'. Plutôt que vraiment chercher le play optimal, on se contente de solutions EV+ (ce qui n'a aucune importance par rapport à la solution la plus EV+). En fait on bâtit surtout des approches permettant de limiter notre exposition. Mais c'est un jeu d'exploitation. Si on ne s'expose pas, on limite notre capacité d'exploitation (ou alors exploitation passive comme mentionnée auparavant).
     
    Le GTO, malgré son langage complexe (certains diraient, 'complexifiant'), me semble en réalité une simplification du jeu. Une forme d'auto-justification d'un paradigme plutôt qu'un réel travail sur ce qui marche, ou non. Il n'y a pas d'exploration des possibilités du no-limit hold'em, bien plutôt une réduction des possibles.
    Exemple : trop peu de joueurs utilisent des sizings inférieurs à 30%, alors que beaucoup de situations créent des stratégies de bets minuscules excellente ; trop peu de joueurs overbet alors qu'on peut overbet beaucoup de situations pour pas mal de raisons. La communauté dans sa majorité reste cantonnée à des approches simplifiées des possibilités offertes par ce jeu, et puisque la majorité suit cette route, de fait cela donne l'impression qu'on arrive vers une 'résolution' du jeu.
    Mais ce n'est pour moi qu'un point d'équilibre, mouvant, une sorte de transition vers autre chose.
     
     
     
    Pourquoi je parle de tout cela ? J'ai avancé l'idée que l'environnement devenait plus compétitif, cappé quelque part (on peut évidemment être bon à ce jeu, mais ça implique de devenir meilleur à un rythme plus élevé que la compétition. Personne n'est bon 'en soi', il s'agit toujours juste d'être meilleur que nos adversaires. S'ils changent, on doit changer aussi, donc chaque jour qui passe rend la tâche plus exigeante 'dans l'absolu').
    J'ai avancé quelques idées sur le GTO, enfin cette tendance qu'a la communauté à chercher à résoudre le jeu. Je pense que ce qu'on appelle GTO est en fait une tentative collective de conserver un paradigme, une manière de faire, de jouer, qui marchait avant. La crainte évidente de ne plus parvenir à gagner à ce jeu dans le futur (les marges diminuent, sans aucun doute, pas la place pour tout le monde) conduit à la tentative, désespérée presque, de justifier qu'il y a une bonne manière de jouer au poker. 'En soi'.
    Comme je l'ai dit, c'est pour moi bullshit car la seule bonne manière est relationnelle, et non statique. La bonne manière n'est juste jamais la même, elle change chaque jour, à chaque table.
    Si on ne voit pas ça....
     
     
    Ainsi on en arrive à une question : qu'est-ce au fond une approche exploitative ? Est-ce l'opposé d'un jeu GTO ? Non. Pour moi, l'approche exploitative EST le GTO. C'est simplement la meilleure méthode, c'est aussi une méthode plus dangereuse et subtile que le GTO dont parle la communauté. La sécurité est souvent privilégiée (il faut entendre, la sécurité du paradigme actuel de la communauté, les notions qui la rassurent).
     
    Je l'ai dit avant, le GTO 'réel', c'est appréhender le jeu dans son intéraction même. Visualiser comment les ranges s'affrontent sur tel ou tel texture, et telle ou telle position relative, à tel ou tel momentum, etc. En bref, c'est une vision globale, une certaine perspective.
    Quand la communauté parle de GTO, ça va être par exemple pour parler de fréquence de défense minimum, comme si les adversaires attaquaient suffisamment. PERSONNE n'est suffisamment équilibré turn et river. En très grande majorité, les gens jouent leur main (attachement à certaines mains, sizings transparents, etc), ils barrellent seulement avec de l'équité, ils jouent la force absolue ou moyennement relative de leur main plutôt que ce que dicte réellement la situation. Ils over-bluffent et under-bluffent certains spots.
     
    Quand on joue 'GTO' au sens de conscience globale, des ranges, du board, etc, on réalise très bien qu'il y a des situations où notre adversaire bluffe trop, ou pas assez, par exemple. On peut donc, et on doit donc, faire un play explo. Il n'y a pas de fréquence de défense minimum contre quelqu'un qui ne bluffe pas assez. Peu importe son sizing. L'inverse s'applique dans le cas opposé.
     
    Le poker est un jeu situationnel. Le jeu explo consiste à attaquer les situations qui nous sont présentées. Une bonne approche est d'étudier les tendances du pool qu'on affronte. En somme, quel est le 'langage' qui se parle, dans mon environnement. Comment vais-je 'parler' à mes adversaires.
    Ensuite, quelles sont les situations où une faiblesse structurelle est visible. Il s'agit de creuser pour ces situations. Considérer des lignes alternatives tant pour manœuvrer notre équité optimalement que pour mettre nos adversaires dans des situations d'inconfort (où les erreurs les plus massives naissent).
     
    L'équilibre qu'on recherche n'est pas un équilibre absolu, mais la meilleure 'solution' à un environnement donné. Plus un joueur est compétent, plus il sera capable de rapidement trouver des stratégies optimalement exploitantes. Et il peut très bien en avoir une grande diversité.
     
     
     
    Je ne suis pas sûr où je veux en venir. Tout ce que je dis est peut-être biaisé parce que je suis autodidacte dans mon apprentissage depuis longtemps. Simplement une description de tendances que j'observe. Je pense que la plupart des regs galèrent dans l'environnement actuel, et selon moi c'est principalement parce qu'ils ne parviennent pas à faire évoluer leur paradigme de 'ce qu'est le pok'. Seulement cela.
     
    Le jeu évolue. Evoluez avec lui! Ou bonne chance, et au revoir sous peu.
     
     
     
  8. Like
    MasterGuggy reacted to Christensen for a blog entry, Mon été US 2016: WPT Legends, Gus Hansen, Win au Caesar etc...   
    Comme j'ai pris l'habitude de le faire sur mon blog depuis quelques années, voici un petit compte-rendu de mon été US.
    Le cru 2016 fut assez savoureux, l'été fut beau, riche en souvenirs et financièrement positif, c'est un cpiste comblé qui prend ce soir la plume.
     
    1 outer pour commencer
    Cette année, notre programme est de trois semaines, comme d'habitude en famille (Mme Christensen et nos trois enfants). Nous avons prévu une répartition équitable d'une semaine à Los Angeles (plage et shopping), une semaine à San Diego (orientée enfants: Legoland, Seaworld, Zoo), et une semaine à Vegas (dans un resort familial sur le Strip, le Desert Rose, très beaux apparts avec piscine).
    Pour la première semaine, nous avions prévu de passer quelques jours chez un cousin, du côté de ma belle famille, que nous n'avons jamais rencontrés mais qui nous avait invité sur le net. Et là, quand je lui demande: "and what is your job ?"  "well, since 2001 I work in the Commerce casino". Enorme coup de chance ! Non seulement on n'a pas tous les jours l'occasion de parler à un croupier du Commerce, qui est un de mes casinos préférés (voir article sur ce blog il y a quatre ou cinq ans) mais de plus, celà me donne une bonne excuse pour aller y faire un tour. Il me lâche quelques anecdotes sympas, notamment sur Mathew Perry (Chandler dans Friends) qui perdait la semaine précédente des sommes à six chiffres au baccara. Et je passe une soirée là-bas. Toujours un régal de voir cette immense salle de poker, la plus grande du monde, apparaître devant nous. On est samedi soir, le parking est rempli, il y a quoi, 10 000 voitures ? La majorité de la clientèle est asiatique, peut-être à 80%. Je fais deux heures de NLHE 1-2, seul non-asiat à ma table, ça mange des soupes, des pho, ça bet postflop toujours à 41$ ("cause it is my luck number") ... j'adore. J'étais en liste d'attente sur une PLO 2-4 mais je décide de rester sur ma NLHE. ça joue en jetons de 1$, et comme je suis monté à 450$, j'ai des énormes pilasses devant moi, qu'importe la valeur j'ai l'impression d'être Escalidur. 

    Google Images
     
    Bicycle, WPT Legends
    Deux jours après, Andrew (je change son prénom pour ce que je raconte ensuite) me propose d'aller jouer pour son jour de repos. Il ne peut bien sûr pas jouer dans son propre casino, mais ce n'est pas grave, il y a 8 casinos qui proposent du poker sur Los Angeles. Il ne souhaite pas que j'en parle à la famille, mais il me confie être un gros gambler addict. Il joue en 40-80 Limit Holdem, généralement cavé à 1000 ou 2000$. Il enchaîne régulièrement les soirées à  +/- 10k $.  Ce soir, il me dit vouloir jouer un tournoi au Bicycle, il me demande si je veux le jouer. C'est sur deux jours, et le day 2 est trois jours après. je serai à San Diego aux parcs d'attraction, donc pas possible, je réponds que je vais le rail, et faire du cash came. Andrew a choppé par des amis croupiers ici les cartes d'accès au parking du personnel, on est donc garés au mieux, et on passe par le back office.
    Quand on entre dans la salle, WTF, les Royal Flush Girls nous souhaitent la bienvenue ! 

    Google Images
     
    Nous sommes en effet en plein festival WPT Legends of Poker, je ne le savais pas.
     

     
    Pas de grosse stars en vue mais la fine fleur des joueurs californiens semble être là.
    Je rail une heure, Andrew joue toutes les mains sur un event à 300$ re-entry, il en fout partout, il a déjà bust et re-entry et fait des tapis in the dark postflop à 200bb de profondeur... Bon c'est la famille, respect ... mais je m'éclipse au bout d'un moment pour échapper à ce massacre...
    Je vais faire un peu de cash, et motivé par l'ambiance WPT, j'ai envie de me payer une belle table, une table de HORSE 5-5. Je sors even après deux heures, ce qui est assez satisfaisant car je suis une quiche sur certaines variantes, mais je m'amuse énormément.
    Pendant une pause, je flane un peu, et me rends compte qu'une deuxième salle de poker, bien plus grande que la première qui accueille le WPT, existe à 200m. Je ne vois que des latinos, des tatoués et des travailleurs agricoles à chemises à carreaux et chapeaux. Il y a 40 tables pleines à craquer de ... Mexican Poker. C'est assez dingo. Celà parle espagnol à toutes les tables, ça gueule, ambiance assez aggressive, le floor intervient beaucoup.
     

    Google Images
     
    C'est une sorte de stud à 5 cartes, avec , ce qui est le plus marrant, un joker.
    Pour les plus courageux, voici les règles:
    http://poker.gamblefaces.com/pokergames/studpokergames/mexicanpoker/
     
    Vegas
    Après la semaine très sympa à San Diego, j'arrive, pour la huitème fois de ma vie, à Las Vegas.
    Je consacre les premiers jours à des parties - apéros de cash game en milieu d'après midi quand les enfants se reposent (le matin, c'est piscine, jeux aux circus circus, et home games  de black jack (mon fils de 8 ans est imbattable), et en toute fin de soirée, vers une heure. Je rejoue dans toutes mes salles favorites, Aria, Flamingo, MGM, Bellagio.
    Au Bellagio j'ai le bonheur de croiser toute la clique des Poker after Dark, dont Gus Hansen avec moustache. J'ai vu quelques jours après que Supercaddy avait fait une news sur une partie qui tournait, avec cette photo:
     

    photo: Daniel Negreanu
     
    Quand je l'ai moi même croisé, il était un peu mieux habillé mais exactement la même tête de pornstar vintage.
    Je vois donc Negreanu, Jenifer Haman, Doyle Brunson (pour la troisième fois de ma vie, j'espère pas la dernière...)  etc... Pas mon idole Phil Ivey par contre, mais on est déjà chanceux on ne va pas se plaindre.

    Win du Caesar 125$.
    Le mardi 26, la veille d'une grande et belle soirée en famille au Circle du Soleil (KA, au MGM, fabuleux), je m'inscris au 125$ du Caesar. J'étais parti pour jouer le 19h00 du Venetian, qui pour le même prix offre une plus belle structure, mais j'ai trop hâte de jouer et le tournoi du Caesar commence une heure avant.
    Le tournoi a du mal à se remplir, on commence à deux tables de six, et on va jouer 6-max pendant assez longtemps (finalement il y aura 20 joueurs en tout, on est sur un SNG à deux tables quoi). Pendant une heure, je marche vraiment sur la table, je suis clairement au dessus des autres joueurs, et j'ai la chance d'avoir un LAG à ma droite, qui ne fait que bet preflop, bet tous les flops, puis au turn check-call si du jeu ou check-fold sinon... on va destack ce copain (pour toi olivierp) très rapidement.  Je suis longtemps chip leader, mais un évênement très Vegas me fait "sortir" mentalement du tournoi. Un joueur totalement handicapé (jambes et bras) vient s'installer. à ma droite. Il semble reg de la room casino, tous les croupiers le saluent. Il annonce ses mises et le croupier prend ses jetons, celà prend du temps... et le mec tank un max en plus. Le truc pénible, c'est qu'il prend quasiment deux places, m'oblige à me coller à mon voisin de gauche et... le mec trash talk ! Me traite en autres de froggy, de pussy quand je commande un jus de tomate (c'est marrant une fois, au bout de la cinquième fois...) ... Je me trouve dans une situation mentalement compliquée avec un type pour lequel je devrais avoir de la compassion mais qui me saoule méchamment  . Je m'énerve, joue moins bien... Le mec se fait sortir sur coin flip par un autre joueur, tout le monde est soulagé, mais il décide de re-entry... Je vois la déception sur le visage de tous les autres joueurs, je constate que je suis pas le seul à être un enc**é et vouloir le voir dégager vite.  Un flop miraculeux vient abréger cet épisode pénible, à 5 left, quand je trouve 688 (deux coeurs)  avec 66 dans ma main, et KK chez super vilain (j'avais callé au bouton). Je suis heureux mais j'ai l'impression d'être George Costanza dans Seinfeld.
    La fin du tournoi se passe comme dans un rêve, je rejoue mon poker A+, refuse les deals à 3 left sûr de ma force, et termine avec J8 vs AQ preflop en HU.
    J'avais déjà gagné quelques petits tournois en live, et ai déjà gagné plus online, mais cette win à 4 chiffres (1200$) dans un tournoi d'un beau casino de Vegas, est mon meilleur souvenir depuis que j'ai commencé ce jeu en 2007.
    J'ai own ce put**n de Caesar Palace !

    Une vraie sensation d'accomplissement. J'ai le sourire jusqu'aux oreilles en buvant mon dernier jus de tomate à une machine à sous pas loin de la poker room. Un sosie de Oprah Wimfrey jeune (ou de Miss Dominique, pour mes lecteurs friands de name dropping) , travaillant manifestement dans l'industrie locale du sexe tarifé, pense en me voyant que mon sourire était une façon d'entreprendre une négociation commerciale. S'ensuit un dialogue d'une rare poésie.  
    "Hey, Harry Potter, you wanna spend the night with a bad Vegas girl. I mean like realy realy bad ?  
    - No thank you, I just won a poker tournament !
    - f*ck you, you think I give a shit ?"
     
    Retour en Europe et futurs objectifs
    A mon retour chez moi à Amsterdam, mon rush se poursuit avec une troisième place dans le Night on Stars de pokerstars.fr pour 1477€, ce qui ne fait pas de mal.
    https://www.clubpoker.net/tournoi-poker-en-ligne/night-on-stars/pokerstars/to-262088,fr
    Lors de mon précédent post de blog, je m'étais fixé comme objectif de rentrer dans le top 20 Pocketfives des joueurs d'Amsterdam, c'est chose faite car le Night on Stars de PS.fr est tracké par le site.
    Mes prochains objectifs sont:
    ship ce Night on Stars conserver un ROI positif sur ce tournoi jouer quelques tournois live prestigieux dans les prochains mois (WPT Amsterdam probablement, Sixmix que je n'ai jamais fait) Merci à ceux qui m'ont lu jusqu'au bout.
    Good luck à ceux qui continuent, malgré tous les messages de sinistrose (baisse du trafic, rake etc...)  à kiffer ce jeu en 2016. Il ne mourra jamais, on trouvera toujours des jetons, un paquet de 52 cartes et huit adversaires pour y jouer !  

     
  9. Like
    MasterGuggy reacted to oONemoOo for a blog entry, Jour 6 - D-1 Las Vegas - Fly me to the moon   
    Hello,
    J-1 avant mon départ pour Vegas !!! Comme indiqué dans un précédent billet, je pars 6 jours en solo au Wynn, rejoint par ma douce pour 6 jours dans les parcs et retour à Las Vegas pour 2/3 jours finaux au Encore.
    Je prévois de grind un max en solo, principalement NL500 au Encore / Bellagio / Venetian. Je vais essayer de faire 1 à 2 billets de blog et ouvrir un topic trip report pour mettre au fil de l’eau mes sessions, photos chip porn / food porn / b**b porn 
     
    Pour ce billet, je vais vous mettre un condensé de mon dernier voyage à Vegas, au Venetian, que j’ai fait en Avril 2016. J’avais fait un trip report très consciencieux (un peu plus de 9 pages de notes et de hh) mais finalement pas eu le courage de le poster et on va éviter de faire un pavé immonde en vous assommant avec les 9 pages et on va faire un bilan et un florilège des anecdotes / hh les plus intéressantes.
     
    Le voyage avait d’abord commencé par 2 énormes bad beats :
    Enorme loupé avec ma banque et je n’avais pas pu ramener un put**n d’USD de France et impossible de retirer plus de 600 USD en arrivant avec mes 2 CB. F*ck my life
    Mon voisin dans l’avion me pète la prise jack de mon Bose QC25 flambant neuf à 300 boules. put**n de sa mère !!!!
    Pas les meilleures dispositions pour commencer une semaine de grind .
    Bon au final, pour le coup du cash, la semaine s’est tellement bien passée que pas eu besoin de recaver  et pour le coup du Bose, après un aller retour à la boutique Bose et un échange standard, tout est rentré dans l’ordre.
     
    Côté bilan de cette semaine de grind : on run plutôt très good avec 18 sessions consécutives positives

    J’ai joué les 2/3 du temps au Venetian et le reste joué un peu partout.
    Côté niveau, toutes les rooms globalement blindées de récréatifs et de regfishs très mauvais sauf quelques grinders perdus et surtout sauf à l’Aria où je me suis senti être le fish de ma table sur la seule session avec un concentration de sharkys assez impressionnante.
    Côté run, j’ai globalement runné correctement, pas l’impression d’avoir marché sur l’eau ou d’avoir chatté comme und dingue, juste joué vraiment très en ligne (voire nit au début) et surtout aucun set up ni favorable ni défavorable avant les 2 dernière sessions, ce qui au final est confortable en live pour éviter la mauvaise variance.
     
    Côté anecdotes de cette semaine :
    Dimanche : Le dimanche matin (arrivée tard la veille), on n’arrive pas à dormir obv, je vais me balader à 5h du mat et vais jusqu’au Bellagio mais pas de place L. On continue la balade et on échoue finalement au Harrahs en NL200 et a priori on n’est pas les seuls à avoir échouer là.
    Un florilège de vieilles carnes faisandées et rednecks complètement imbibés à table pour la moitié de la table, ça pue d’ailleurs l’alcool à en gerber, l’autre moitié de la table pourrait faire de la figuration dans walking dead, no joke.
    Ca ne parle pas, ça ne rigole pas, ça hurle littéralement, ça se trashe talke dur, voire limite d’ailleurs mais l’alcool aidant, ça finit toujours en check five pour se réconcilier.
    La 1ere fois d’ailleurs où je vois une croupière essuyer un joueur, redneck ultra imbibé qui hurle littéralement, qui s’est renversé son cocktail sur lui ou réveiller un autre joueur, un vieux zombie asiat complètement saoul qui dort et ronfle à table. Epic !!
    On a d’ailleurs 2 places gauche Junior, croisé black indien de 2m 150 kg dont la spécialité est de jouer blind, littéralement blind. Un coup marrant d’ailleurs où il joue 3 streets blind et finit par gagner un pot de 450 USD tranquillou en trashtalkant la table.  Et, 2 places à droite, on a le redneck que la croupière a nettoyé, Steve jeune redneck ultrabruyant ultraimbibé qui donne des cours à la table et se la joue degen.
    Bref, totalement card dead et joué 3 coups mais ils réusissent à me faire une donation collective de 330 USD. Merki les copains !
     
    Lundi : Petit tour à l’Aria et session en NL500.
    Que des regs à table avec notamment 4 sharkys en waiting list pour la NL1000 avec entre 2K et 3K5 devant eux… Environnement un poil hostile  
    La seule table du séjour où j’ai vu une telle concentration de bons joueurs alors que c’était plus une proportion de 7 récréatifs / 2 regs d’habitude aux autres tables.
     
    Session ensuite au Venetian avec un coup sympa en NL200 :
    J’ouvre  au bouton et suis en 4way sur une relance preflop à 8.
    Flop    
    OR mise 15 au flop, 1 caller, je raise 65, insta raise 150 dans les blinds par le seul joueur décent et qui me couvre largement, Tells physiques assez énormes qu’il est confiant.
    OR fold, caller tanke-call allin pour 160 et j’insta folde en flashant mes cartes.
    BB avait  et caller   
     
     
     
    Mercredi : Une session très marrante au Venetian à 7h du mat avec un random pro Nordic avec 4K+ devant lui en mode total maniac, un poil bourré et probablement fatigué d’ailleurs. Il a dû jouer quelque chose comme 75-50-35 oklm , en trash talkant tout le monde tout le temps et au final mettait une ambiance de dingue.
    Il était ultra survolté, 3bettait 100% des raises de ces 2 voisins de droite, qui étaient déjà bien chauds : un jeune ricain qui jouait décemment et un vieux random fish, qui avaient les balls de le play back systématiquement.
    Pendant 2 heures, ça a été un feu d’artifice à tous les coups avec des pots colossaux à chaque coup.
    Il finira par feed ses voisins pour environ 6 K au total
    J’arrive à lui prendre 1K contre lui en serrant les fesses et en callant TPGK sur un énième de ses pushs allin au flop
    Le coup :
    Je relance 35 avec     sur l’option du maniac, call du vieux random victime et du maniac. La range des 2 est absolument any2 avec tout de même un cap assez fort du maniac qui a 3betté une tonne depuis 2 heures
     Flop     
    All check.
    Vu la dynamique de la table, je check pour trap et suis ultra déçu du check général
    Turn   
    Je checke.
    Le plan finalement est le même qu’au flop, à savoir trap.
    Vieux open 60, maniac just call 60, je raise 250, vieux fold, maniac all in, je snap call.
    River
    Il retournera
     
    Jeudi: Session très sympa au Venetian où je sympathise avec un ricain qui me raconte avoir joué à l’ACF il y a une dizaine d’années et avoir assisté cette nuit là à un braquage en direct à l’ACF avec tout le monde sous les tables toussa toussa Oo
    Quelques très gros folds pour me sauver une tonne et à chaque fois à raison :
    Fold  sur flop  contre un vieux ricain au bord de la crise cardiaque de joie qui me relance sur le flop pour juste une perte de 80. (stacks effectifs de 300 en NL500) . Il avait top set obv  
    Fold  sur flop     sur un check raise de BB en 4way pour une perte de 75 (stack effectif de 700). Il avait quinte floppée obv
     
    Vendredi : Session très sympa au Bellagio où je sympathise avec le sosie de papa Flintstone qui a chaque fois que je faisais une blague m’envoyait un punch dans l’épaule qui me déboitait à chaque fois J Bien rigolé quand même et bien eu mal aussi J
    La session négative de la semaine qui vient clore le win streak de 18 sessions positives assez dingue. Pas mal joué, pas de spew, mais que des spots inévitables où je dois lâcher des ronds.
    Un peu frustrant mais en ayant eu une semaine comme ça, je ne pouvais pas pleurer !!!
     
    Donc départ demain pour Vegas pour grind !
     
     
  10. Like
    MasterGuggy reacted to _GuGuS_ for a blog entry, TR 1er Vegas   

    J’avais pas trop envie de faire de TR mais comme je semble être un peu accro au fait d’écrire sur moi, le voilà. A l’arrache, sans photo : vous zemballez pas hein !
     
    Ma copine nous a concocté un voyage aux US qui se clôt par 5 jours à Vegas. On a regardé ensemble la plupart des détails, des forums et on a choisi de réserver 5 nuits au Venetian : bon emplacement sur le strip, piscines++, chambres++, poker room++ d’après tous les commentaires qu’on a pu voir. En plus on trouve une poker suite dont le prix passe de 400 dol à 150 si, à nous 2, on fait 6h de poker/jour ce qui nous paraît ridicule. Donc on fait péter ça, tout excités ! N’ayant aucun vécu à Vegas, mes remarques vont sans doute être banales ou stupides ou les 2 mais voici ce qui m’a marqué. Globalement ça a été un peu moins “WAOU” que je le pensais. Peut-être trop lu d’articles, peut-être trop d’esprit critique et pas assez de spontanéité, etc. Un peu comme quand 1200 gonz vous ont prévenu que le film que vous alliez voir est tout bonnement méga trop bien… Après faut voir que je suis un peu anti balla (ça fait mieux que radin non ?) sur certains aspects et que du coup je cherche à comparer certains coûts avec ceux de la vie de tous les jours ce qui est absurde à Vegas. C’est bizarre de se dire que t’es capable de spew 1 smic sur un 3 barrel (ouais bon pas tous les jours j’avoue !) mais que tu peux perdre 1h à te garer pour économiser 20 euros de parking (ouais bon spa comparable certes…) L’autre “problème” c’est que, de base, je suis pas trop dans le move de Vegas je pense : que ce soient les filles, la boisson, les soirées, que sais-je, spa trop ma came. A fortiori avec femme et enfant me direz-vous, mais de toute façon, même en faisant Vegas seul, je pense pas que je serais rentré dans ce genre de délire, à moins peut-être de retrouver/trouver un groupe de potes sur place, et encore. Mais bon je suis là pour raconter ma life, donc nous y voilà : mon fils de 6 ans sept huitièmes, ma femme et moi : pas trop fraîchement débarqués de 15 jours de périple américain, arrivant en voiture sur Vegas. Le 20 dollar trick a semble-t-il bien fonctionné même si j’ai juste donné l’argent dans mon passeport comme si c’était un dû sans rien demander. Toujours est-il qu’on se retrouve au 19ème, en face des “cascades” du mirage avec une vue sympa.
    Ce qu’on avait pas trop calculé c’est qu’en arrivant en fin de journée et en repartant à 2h du mat’ : 6h / jour finalement ce n’était pas si peu. D’autant que le baby sitting à $40 HT hors tips de l’heure ça plombait un peu le WR si ma copine voulait jouer avec moi donc j’ai fait les heures tout seul… Du coup mes journées ont été un peu cheloues : réveil 8-9h, glande/piscine, repas, glande/piscine, session de 14-15h à 17-18h, repas, session de 20-21h à 03-04h, dodo. Un peu d’outlet, une soirée cirque du soleil, un tout petit peu de down town, un tout petit peu de balade en ville. Bref : pas trop vu Vegas quoi ! J’ai quand même eu le sentiment bizarre de pas beaucoup voir ma femme et mon fils, sans pour autant les abandonner… Pis bon je venais de me les coltiner pendant 15 jours h24 donc faut pas pousser mèmère commême. J'ai été assez embarrassé par mon niveau d'anglais : pas toujours capté ce qu'on me disait, on m'a fait répéter des trucs genre black coffee, soup ou change et de mon côté j'ai aussi beaucoup fait répéter mes interlocuteurs. Je dois donc pas être si fluent que je le croyais, ma fierté en a pris un coup. Même si un allemand a concédé en table que les gens avaient des accents chelous, ce qui m'a mis un peu de baume au coeur car je comprenais pas totalement les discussions entre les joueurs de ma table.
     
    Poker room : je bois pas ou peu quand je joue mais sinan c'est bien que les mecs puissent s'enquiller des double sky toutes les 10 min gratos. Les croupiers sont concernés, impliqués, chose devenue presque inhabituelle pour moi : ils annoncent les actions, ils fluidifient le jeu, ils règlent 99% des faits de jeu sans appeler de floor et avec bon sens. Ils préparent la taille au fur et à mesure plutôt que de passer 3 minutes à compter le pot à la fin d'un coup pour connaître le montant du prélèvement. Quand un tapis est payé le croupier ne passe pas 2h à compter chaque tapis : il sort le board et répartit les jetons après de sorte que tout le monde gagne du temps. Interprétation intelligente des règles (pas trop psychorigides sur les string bets par ex) , change en table qui fait gagner un temps monstrueux et pour les fishs c’est bien mieux pour tout le monde qu’ils puissent reload sans avoir à se lever et sans perdre 10 minutes à la caisse. Réduction de la taille dès qu'on est en SH. Attente : une fois 5 minutes sur 8 sessions (par contre en 2-5 un peu d’attente par moments car souvent que 2 ou 3 tables). Beaucoup apprécié le fait de pouvoir jouer en tongs. J'ai pas mal joué en journée et la moyenne d'âge en 1-2 était assez élevée genre 70 ans. En soirée c'était plus jeune obv. La game en 1-2 a rarement été folichonne et j’ai été pas mal card dead pendant 35h. J’ai +500 la 1ère session et ai perdu/BE presque toutes les autres en m’empalant commême 3 fois avec KK sur des AA complètement obvious à chaque fois (genre je me fais 3bet et je sais quand je push que papy nit chapeau texan va fold QQ/AK et que je serai call que par AA mais 50 à 100bb deep je sais pas fold) et en jouant trop fatigué. J’aurais dû me poser en 2-5 sur les premières sessions avant de me contenter de jouer en 1-2 avec les yeuv’. En plus j’avais transféré 10k au venetian histoire d’être safe car je pensais jouer en 2-5 mais nan : il a fallu que je fasse mon chaton apeuré et que je contente de la 1-2 (comme à Clichy d’ailleurs : dès que je vois 2-3 joueurs compétents en dealer ou en 2-4 je me pose pas à la table… ça se soigne ??). Je -200 brillamment sur 35h mais on va dire qu’économiser 1300 dol sur la suite était le plus important.
     
    Ka : ce qui a suscité le plus de “WAOU” du séjour à Vegas. J’avais rarement été au premier rang d’un spectacle mais alors là c’était tout bonnement hallucinant. Petit moment de panique au moment de retirer les tickets : dis-moi chérie, t’as pris ton passeport ? Bah tu m’as rien dit, donc non… Ah ? Hm Hm. 600 dol dans le fionx ça pourrait être douloureux… La meuf de la caisse veut rien savoir évidemment malgré tous les mails de confirmation qu’on lui montre. Mais comme bibi est un shark des voyages il avait pensé à scanner tout ça et à se les envoyer sur sa messagerie au cas où : c’est juste que comme il a une mémoire de poisson rouge pour tout ce qui n’est pas lié au poker, bah il s’en rappelait plus… Néanmoinsssssss (kassedédi aux gens qui disent néanmoinsssssss) la meuf des tickets est assez désagréable et même avec le scan du passeport et un numéro de confirmation de réservation ne parvient pas à nous trouver : elle part donc 10 longues minutes voir son manager et revient avec nos tickets : OUFFF !!
     
    Piscines petites et très peu profondes, sans parasols/ombre : j'imagine bien que le but c'est que les gens tisent un max car ils crèvent de chaud et ne se noient pas bourrés mais bon un peu déçu. Par contre plein de “petites” piscines un peu partout entre le venetian et le palazzo donc ça plutôt sympa.

    Bouffe : rien fait d'exceptionnel mais bien aimé le Noodle Asia du Venetian.

    Chiottes : mais lol !! Les chiottes ouverts en haut et en bas mais c'est juste abominable. Tu peux limite savoir où ton voisin a dîné selon la fréquence de ses flatulences, leur odeur et bien sûr le bruit des ploufs que tu entends non pas comme si tu y étais car en fait tu y es... OK je suis peut être chochotte je sais pas mais put**n les mecs sont des porcs infâmes quoi. Très jolie CSB : je m'essuie le popotin et je capte que mon voisin est allongé par terre et me mate en train de me torcher par en dessous. A peine le temps de balbutier un "WTF man ?? what's wrong with you ?" que le mec se barre ???
     
    Room service : un matin on décide de faire péter le petit déjeuner en chambre : 45 min d'attente ??? Les tarifs du room service sont indiqués hors frais de livraison… !! Euh lol bah en même temps c'est un room service quoi : donc bon déjà c'est hors de prix car venetian et car room service mais en plus ya des frais de livraison. À minuit ma copine a voulu un café en chambre et la personne que j'ai eu au tel m'a dit : ok mais dans 1h30 ???? Je la fais répéter, incertain de mon anglais : Yeah I mean 90 minutes. Moralité : bien tout commander à l’avance mais quand même très surpris étant donné le sens du service qu’ont les ricains à la base.
    A bientôt au CCM les gens !
  11. Like
    MasterGuggy reacted to James.ch for a blog entry, En route pour VEGAS   
     
    Cette fois …on y est …
     
    La valise est presque prête, le crane est rasé, le change a été fait et j’ai un programme assez clair pour le côté poker.
     
    Le cash est réparti entre ma nouvelle super ceinture « porte-monnaie » et mes poches. Mon backpack est moins lourd que mes derniers voyages. Cette fois, j’ai décidé d’arrêter de me prendre la tête avec 36’000 tenues pour des hypothétiques activités que je ferais de toute façon pas …vu qu’entre le poker et mon autre activité favorite ….
     
    ….qui est  … la bouffe … je pense que je serais largement dépassé par les possibilités qui vont s’offrir à moi.
     
    Chaque fois que je suis à Las Vegas, mon plus grand problème c’est de réussir à passer dans tous les nouveaux bars, restaurants qui semblent super cool pour tester certains nouveaux concepts food (que je rêverais d’importer proche de chez moi en Suisse)
     
    Mon programme « Bouffe » (non exhaustif)
     
    EggSlut
    Shake Shack
    El Dorado Cantina
    Chayo Cantina
    Guy Fieri’s El Burro Borracho
    Hash House a go go 
    In-N-Out Burger
    Holstein’s Burger
    Taco El Gordo
    Commonwealth
    Le Thai
    Metro Pizza
    Chad Thai
    Born and Raised 
    Borracha Mexican Cantina
    Fatburger
    Bacchanal Buffet
     
    Je balance entre mes anciens coup de coeur et les nouveaux concepts à tester, même si je fais pas forcément des folies en faisant la part belle aux restos mexicain, asiatique et burger.
     
    Je passerai aussi au buffet de l’Excalibur …non parce que c’est bon, mais surtout parce qu’il sera gratuit pour moi :  1x Diner Vendredi ou Samedi, 1x Brunch Samedi ou Dimanche et 1x Breakfast du Lundi au Jeudi …merci MYVEGAS de limiter le choix pour les buffets gratuits à ces buffets relativement moyens. J’aurais pu avoir un buffet à l’Aria ou au Bellagio, mais pour ça il m’aurait fallu dormir dans un hôtel de groupe MGM …ce qui ne m’arrangeait pas cette fois.
     
     
    Mais avant de commencer ce programme alléchant, le premier matin je passe chez Massage Envy SPA pour une remise en état de la bête après le long voyage.
     
    Demain décollage  et après 8h30 + 5h30 de vol et une halte reposante à Montréal de 3h …je serais enfin dans la chaleur étouffante et bienfaisante de Vegas … ça étonne au début lorsque tu arrive de nuit et qu’il fait encore 30 degrés ….outch !!!
      Si vous êtes sur Vegas ...n'hésitez pas à me laisser un message ... je bois volontiers quelques bières en parlant français    Et si vous avez une bonne adresse de BBQ coréen .. je suis aussi preneur ....
  12. Like
    MasterGuggy reacted to James.ch for a blog entry, Las Vegas Winner Trip (Préparatifs)   
    Las Vegas Winner Trip
     
     
    Voilà tout est ok, je suis paré au départ …
     
     
    VOL  GVA - LAS via Montréal 
     
    Après une recherche de fou furieux sur  http://matrix.itasoftware.com pour optimiser le prix, la durée et le confort de mon vol.
     
    Dans les presque directe, j’avais le choix entre un Genève Londres Las Vegas avec 3h d’attente et un vol de 11h qui m’avait semblé super long la dernière fois et un vol  Zurich Las Vegas aussi long de 12h opéré par une sous-marque de Swiss …Edelweiss qui ne m’avait pas laissé un souvenir impérissable tellement les sièges étaient serrés.
     
    Mais, j’ai préféré un vol en 2 temps depuis Genève avec une escale décompression sardine de 2h45 à Montréal après un vol de 8h40 en Economy et un surclassement en Premium pour le vol de 5h30 jusqu’à Las Vegas. Le surclassement c’est juste un siège à côté de la sortie de secours avec de la place pour les jambes, pour 49$ (5% du prix total) c’est pas donné mais suite à mes précédentes expériences après 9h de vol et avec la fatigue c’est juste les NUTS.
     
    Donc arrivé le mercredi 8 juin à 20h32 heure locale …c’est à dire jeudi 9 juin 5h32 du matin sans le décalage horaire … en gros une bonne nuit blanche … et pas question de dormir en route sinon impossible d’espérer se lever vers 6h du matin après cette première nuit.
     
    Dans mes astuces pour éviter de trop souffrir du décalage horaire, j’essaie de ne pas manger le soir en arrivant et de m’endormir avec le ventre vide et léger. Comme ça au réveil après un énorme Breakfast mon corps comprend que c’est le matin …enfin j’espère. Lors de tous mes précédents voyages, j’étais complètement dans le choux la plus part du temps. Avec une difficulté supplémentaire lorsque tu arrives en fin de DAY1 vers 2h du matin et que toi t’es juste comme un zombie …mais au moins pas de risque de s’enflammer et de partir en vrille au dernier moment du Day1 … et j’utilise aussi de chaussettes de compression ce qui m’aide psychologiquement à me dire que mes jambes se seront pas trop lourdes même si j’ai pas 60 ans !!!! (le seul soucis c’est à l’arrivée si il fait 35 degrés, tes chaussettes spéciales deviennent insupportables !!!)
     
     
    Douanes  
     
    Et oui pour aller au USA il ne faut oublier de payer l’ESTA de 14$ et si vous transitez comme moi par le Canada un supplément de 7$ pour obtenir une autorisation de voyage électronique (AVE). Espérons qu’avec ça on soit plus en sécurité.
     
    C’est super rapide si vous avez pas un passé louche ou des antécédents inavouables.
     
     
    Voiture de location  365 CHF (33.-/jour)
     
    Après une rapide estimation des frais de taxis et des endroits qui sont inaccessible si tu as pas une caisse de location, j’ai loué une magnifique Chevrolet Cruze ou similaire chez AVIS depuis chez moi … principalement pour éviter de devoir négocier avec le cerbère derrière le comptoir à l’arrivée des options peut être nécessaires mais incompréhensible après une nuit blanche. Et puis c’est plus simple de comparer online avant le départ. 
     
    J’ai choisi AVIS avec mon numéro de réduction du club auto (No avis TCS  N361100) au lieu de l’option super prix de dollar.com qui ne comprend en fait aucune assurance ou complément …ce qui t’oblige à te faire torturer par le gentil sadique qui est derrière le comptoir.
     
     
    Hôtels 
     
    Je voulais dans un premier temps me déplacer en fonction des tournois que je vais faire et réaliser une tournée dans ce genre :   2 jours Monte Carlo pour valider des bon MYVEGAS puis 3 jours au  milieu du Strip pour l’ambiance du Week-end au Harrah’s proche de mon tournoi au Venitian du Samedi poursuivre au Grand Downtown pour pas cher et pour me rapprocher des tournois du Binion’s  et finir proche du Rio pour mon WSOP.
     
    Mais après réflexion, ça va certainement me gonfler de changer 4x d’hôtel et d’attendre 4x au check-in et 4x au check-out.
     
    J’ai donc réduit les arrêts pipi et j’ai pris le Flamingo pour le côté authentique du 8 au 16 juin et le Palms pour être proche du RIO sans payer trop cher. Le week-end du 17-18 juin les prix flambes sur le Strip. Et l’offre de lasvegasjaunt.com (Wanass) est juste énorme surclassement et prix mini pour profiter d’un bel hôtel avec une offre piscine trop cool.
     
    Ce qui fait que je n'ai pas pu prendre des truc super cool sur MYVEGAS, mais bon on fera avec :  1 buffet Breakfast à l'Excalibur (certainement pas le meilleur, ni le pire) 1 Buffet Bruch toujours à l'Excalibur et un Buffet Diner (Fri Night Seafood & Wine) du Vendredi soir au Red Rock Casino en dehors de la ville, mais sur le retour de ma visite du Red Rock Canyon du Vendredi. (valeur 17.99$ + 21.99$ + 32.99$)
     
     
     
    Voilà il me reste plus qu’à boucler la valise avec le moins de chose possible pour pouvoir revenir avec le plus de chose possible !!!! Et a enfin me décider sur mon programme tournois, dans un sujet séparé !!!!!
  13. Like
    MasterGuggy reacted to James.ch for a blog entry, Las Vegas Winner Trip (Programme Poker)   
     
    Voilà le rêve est en place, il n’y a plus qu’à le vivre … intensément !
     
    Le rêve pour un mix game player qui joue principalement les variantes en Limit comme le Omaha H/L, le Stud H/L ou le Razz en mode Online c’est de pouvoir enfin faire des tournois dans ces variantes qui sont quasi inexistantes face à la pléthore de tournois de Holdem NL.
     
    Mais une fois par an, à Vegas, la folie à lieu et c’est enfin la fête des mix game players et des joueurs de NL aussi.
     
    Après d’âpres négociation et divers chantages, ma femme m’a accordé la possibilité de vivre ce rêve …non sans avoir obtenu d’innombrables contreparties … que je devrais assumer une fois la folie de Vegas passée.
     
    Si vous suivez déjà mon blog vous savez déjà que je serais sur Vegas  du 08 au 19 juin, mais en réalité une fois qu’on a enlevé le jour d’arrivée qui vous rappel que vous n’êtes pas Superman, survécu à la soirée du deuxième jour sans s’être endormi comme une larve bavante dans un coin sordide d’un bar et oubliez aussi le dernier jour qui ne vous laisse pas beaucoup de temps entre le check-out, le retour de la voiture de location et le vol qui décale déjà à 10h10 ….il ne vous reste que 10 jours.
     
    Alors ok, 10 jours à Vegas ça peut paraitre beaucoup et ça l’est pour certain …sauf si tu peux presque toucher le graal en jouant dans une multitude de tournois que tu ne vois qu’une fois par an …à VEGAS.
     
    Mon programme cette année est NO LIMIT même si je déteste le NL.
     
     
     
    Jeudi 9 juin
     
    Le matin « super réveillé tôt » sera consacré au Shopping (Outlet South) avec passage au Walmart Supermarket pour les reserves de junk food avant de partir sur Downtown
    Parking au Neonpolis pour 5$ les 24heures vu que maintenant le parking devient payant sur Vegas (1 heure gratos puis 1$ les 2 heures et maximum 5$)
     
     
     
    Golden Nugget HORSE 350$ à 11h ou Binion’s Omaha H/L 250$ à 12h
     
    Le choix est rude, tout comme le réveil de ce premier matin (certainement), mais je pense que l’option la meilleure pour moi c’est de foncer au Golden Nugget pour réserver mon déambulateur et faire le HORSE.
     
    Il commence un peu plus tôt que le tournoi du Binion’s ce qui n’est pas un luxe …car vers 21h je serais à coup sûr en monde zombie. Et puis pour la suite de mon programme c’est un passage « mise en route » presque obligé.
     

     
     
     
    Vendredi 10 juin
     
    Le matin sera certainement consacré à la nature avec une visite au Red Rock Canyon et après banzai à Downtown (j'aurai peut être du prendre un hôtel à Downtown !!!)
    Il y a aussi l'ouverture du EGGSLUT au Cosmopolitain ce matin là ...de quoi bien se goinfrer d'oeufs brouillés dans un sandwich à la burger... à tester d'urgence.
     

     
    Binion’s RAZZ 250$ à 15h ou WSOP 8 Game 6-max 1500$ à 15h
     
    Bon là le choix est vite fait, c’est le deuxième jour à Vegas et je suis encore pleinement décalé dans mes horaires donc je vais aller au Binion’s pour le RAZZ qui sera aussi bien utile pour me remettre au goût du jour pour mon ambitieux projet HORSE qui suit.
     
    Et puis dans le 8 Game …il y a le PLO et le NLHE que je ne maitrise pas du tout !!!
     
     

     
     
     
    Samedi 11 juin
     
    Venetian Omaha H/L 600$ à 11h
     
    Normalement, je voulais le faire car il semble avoir une structure tip top et ça serait idéal pour être dans le coup en Omaha avant mon WSOP de jeudi 16 juin. 
     
    Mais mon ambition n’ayant d’égale que ma folie, j’ai projeté de me jeter à corp perdu dans le WSOP HORSE 3000$ du Dimanche qui agit comme un aimant sur moi, une participation plus faible environ 370 joueurs contre 800 dans le HORSE 1500$. Et l’assurance de côtoyer du beau monde car tous les Stars du circuit poker font le HORSE 3000$ …de Barry Grenstein à Phil Helmuth …ils devraient tous être là …en late registration mais tout de même.
     
    Donc samedi …une journée de congé :-)
     
     
     
    Dimanche 12 juin
     
     
    WSOP HORSE 3000$ à 15h ou Golden Nugget PLO/8 240$ à 11h
     
    Bon et ben il n’y a pas vraiment de suspense …le WSOP HORSE avec ses 15’000 chips de départ et ces niveaux de 60 minutes en font un favori de mon été. Surtout que j’ai de grande chance de faire le DAY2 avec une profondeur de tapis comme ça et une structure en LIMIT.
     
    En 2015, il y avait au départ  240 joueurs et à la fin du late registration 376 inscrits et au DAY2 il restait 224 joueurs mais pour que 29 à la fin du DAY2 et seulement 40 places payées.
     
     
     
    Lundi 13 juin
     
    Je compte bien être toujours dans le tournoi de la veille, peut être en mauvaise posture mais tout de même IN.
     
    Si par mésaventure je n’y était plus …il y a les deux chois suivant :
     
    Planet Hollywood HORSE 240$ à 12h ou Binion’s PLO/8 250$ $ 12h
     
    Je pense que je continuerais sur ma lancée HORSE et comme j’ai encore jamais participé à un tournoi au PH …c’est l’occasion, mais j’espère sincèrement ne pas y jouer !!
     
     
     
    Mardi 14 juin
     
     
    Le choix est faible en ce début de semaine, seulement un tournoi 
     
    Binion’s Omaha/Stud H/L 250$ à 12h 
     
    Celui là je le garde en option, selon mon état de fatigue ou mes envies de prendre un peut le large et d’aller souffler dans le désert (ou plutôt y transpirer) 
     
     
     
    Mercredi 15 juin
     
     
    Là aussi par trop de choix, mais un bon échauffement en Omaha H/L pour le prochain WSOP de jeudi.
     
    Golden Nugget Omaha H/L 350$
     
     
     
    Jeudi 16 juin
     
     
    Enfin on y est, c’était mon unique event. WSOP que je pensais faire cette année, mais comme je pense que ma femme ne supportera pas de me voir retourner à Vegas avant 5 ans au moins, j’ai un peu changé mes plans et je me fais plaisir avec en plus le WSOP HORSE.
     
    WSOP Omaha H/L 1500$ à 15h
     
    Mon objectif est de passer le DAY1 avec un tapis moyen, c’est assez difficile à faire avec une structure qui augmente régulièrement et le tapis de départ de 7500 chips seulement. 
     
    Mais en 2014, dans mon WSOP Stud8 1500$ … on débutait avec seulement 4500 chips et une structure qui serte démarrait lentement mais s’accélérait fortement en fin de DAY1. J’avais fin le day1 avec 19000 chips en n’ayant eu que 2000 chips 2 heures avant la fin.
     
     
     
    Vendredi 17 juin
     
     
    Si j’ai pas survécu au DAY1 …alors j’ai trois options … jouer un des deux tournois :
     
    Golden Nugget 8-Game 240$ à 11h ou Binion’s Triple Stud (RAZZ, Stud, Stud8) 250$ à 12h
     
    ou profiter de la piscine du PALMS et bouffer des burgers …on verra bien si je suis en mode loose attitude …rien gagné et tout loupé ou si je suis en mode guerrier.
     
    Mais si je joue je pense privilégier le Binion’s pour un Triple Stud que je ne pourrais jamais jouer ailleurs.
     
     
     
    Samedi 18 juin
     
     
    Dernier jour entier à Vegas et soit je fait un dernier tournoi ou je fais la fiesta à Vegas c’est selon mon humeur. De toute façon il n’y a qu’un tournoi valable ce samedi.
     
    ARIA Omaha H/L 450$ à 11h
     
     
     
     
    Je pense que ce programme est bien chargé, peut  être un peu trop et que je devrais l’alléger en cours de route … mais bon il me plait bien et utilise pleinement mon temps à Vegas pour le poker.
     
    Bon après il faut bien avouer que je vais devoir venir avec un poil de cash dans mes poches  et j’ai pas, j’ai fait le virement pour le WSOP 1500$ mais trop tard pour le 3000$. Il me rest plus qu’à espérer ne pas avoir que des billets de 20$ sinon il me faudra une valise !
     
  14. Like
    MasterGuggy reacted to ben92120 for a blog entry, On est arrive   
    Et voilà, aprés quelques péripéties pour la location de voiture et sur le trajet, j'y reviendrai  dans mon billet "voyage" on est arrivé...
    Comme on est un crevard, on a pas la chambre avant 16h, alors on joue au Wynn en 1/3 et ça en voit sévère ici !!!
    Voici les photos, la 1ère c est moi avec AA contre QQ qui partent à tapis preflop + 180$ on a perdu 200$ depuis avec KK contre 44 qui font brelan au flop
    L'autre un gros coup, 3 tapis pour flush/flush/tirage quinté.
    Je ne joue que depuis 45mn
    Et là encore un coup à plus 1000$


     
    On on a mal terminé ici...Je me suis jamais remis du KK perdu contre 44🤕
    2 fois QQ relancées à tapis avec AS au flop, vous payez ?
    Pour finir avec  sur flop ...Pas de relance preflop, juste option à 6$ par le bouton, payées à 4 ou 5 et je suis UTG.
    Je relance le pot, le "guy" un vieux serré...regarde mon tapis et met la somme...110$ chez moi je call...boummm  chez monsieur, pas de miracle...enfin de  doublette😩 
    -300$ pour commencer le séjour, pas cool...On va faire le daily à 200$ et puis si on bust, on ira faire les courses au supermarché et dormir un peu apres 3 jours, voir 4 avec la nuit de boulot.
    Une serveuse du Wynn...On débute dans la photo

    La meilleure bière blanche de Vegas...par contre jamais vu en Belgique !!!

  15. Like
    MasterGuggy reacted to ben92120 for a blog entry, Le $150 NLH 9K Guarantee du Venetian   

    11h50am, on a dormi enfin 5h de suite...bien déjeuner (ses courses 99c) les dents lavés, parfumé mais pas rasé...bref au top papa pour ship !!!
    Hier trop abusé de jouer le soir en cash, je m'endormais à table. Mais trop tentant la 1/1 du Linq, 75% fish drunked mais avec du $ !!! On avait cavé 200$ monté à 510$ et puis fatigué on a perdu +300$ sur un coup où j'ai même pas vu le tirage couleur au flop qui tombe river avec mon brelan de 8 turn...On a payé debout le all in. Derrière on a craqué avec son AJ alors qu évident que le gars à QQ ou KK vu l'action.
    Bref - 700$ pour "the fisrt day" on espérait mieux...En dehors de mon budget, max on joue 600$/jour et pas tous les jours 
    Go, Go...
    Sympa ici le verre de "champagne" tu as presque la bouteille dans un verre à eau !!! Pas bon ça je vais être vite drunked pour pas cher
     

     
    Good news, votre serviteur est tjs IN à la 1ère pause...Apres être monté rapidement à 21K (départ 12K), on a bien value ses mains au départ et ça paye facile pour voir qu'on a perdu !!! On est retombé à 12K avec -6K sur un coup à 4 joueurs où j'ai tirage flush/straight avec A10 et le 10 au flop...à l'arrivée le relanceur initial win avec AA, flop QJ10😍, je peux pas lâcher ça sur un daily !!!
    Bref après 2 verres de 20cl de champagne, à la pause on a 15K, Avg 18K. Sinon fied sympa, mix de papy, jeunes, femmes, reg, fish(moi inclu) mais plus sérieux qu'au Wynn.
    87 entrants et 3,3K à la win. One Time là, mon champagne m'attend😜


    2eme pause les Cpistes et j'ai peur que ce soit la dernière...6K pour un Avg a 34K, on n'a pas vu de cartes et les bluff ne sont pas passes😪
    Au pire on se consolera d'avoir bu une bouteille de champ' (4verres de 20cl) pour 4$ tips, enfin presque 150$ de buy in...J'espere qu'on m'a donné du Don Perignon !!!
    Allez là, one chip/one chair
     

    et voilà papa il est revenu en 2 mains de suite après la pause !!! KQ et 33 qui gagnent
     

    Definitivement ouf le poker +60K ici, on va encore boire !!

    95K ici pour 87K Avg et 12 left, m**de on le veut sont ITM au Venetian
    Mais j'ai une table de serrure max, pire que moi...QQ-KK-AK chez papa, relancés 3 ou 4bb jamais payés !!!
    On a arrêté le champ´ pour le moment, juste si ITM car la tête a un peu mal
     


    😤on est fou ici, je viens de perdre un coup qui me propulsait dans le top 3 à 8 left...
    en bb, all in dans short (7bb) avec ...Flop turn et the river is...😭 Bah oui, il l'a fait la quinte flush !!!
     
    Bon on a sauté 7eme avec AK contre 77...Je trouve mon A au flop mais lui le 7
    Je suis un peu deg' même si je suis revenu de l'enfer, en TF j'etais bien avant ce coup de la quinte flush +452$ pas le Pérou, mais bon pour le moral😉
     

  16. Like
    MasterGuggy reacted to ben92120 for a blog entry, Avant départ   
    Me voilà fin prêt (J-2), enfin presque, je dois encore faire ma valise...car samedi matin, après un nuit de boulot, on enchainera direct (vers 11h) pour le vol Paris-Toronto-Los Angeles où une voiture (je mettrai la photo) m'attend pour faire la route vers Vegas. On a privilégié les bas couts, moins de 800€ vols-location de voiture et hotels (merci à Wanass pour les hotels)
     

     
    J'ai décidé de me lancer dans un trip report  pour ce voyage car pour moi c'est aussi ça, une communauté, échanger, partager, faire rêver, délirer...J' ai tellement kiffé certains blogs ou trip report mais aussi car je serai seul pour ce 5éme voyage à Vegas  et je pense que ce blog me permettra d'éviter les moments de solitudes, d'euphories, de déprimes que peuvent connaitre un joueur à Sin City !!!
    Que de 1ere fois, 1ere fois seul en 5 voyages (sans ma femme), 1er trip report, 1ere fois arrivée et départ à Los Angeles...
    Avec moi il n'y aura pas trop de technique à la Olivierp, pas trop de piles de jetons à la Excalidur, pas de trop de cul à la Pythonio ou Robin (même si j'ai pris des hotels avec jacuzzi, on ne sait jamais), pas de pics de suite balla...je ne compte pas beaucoup dormir et j'ai pris des petits hotels pas trop mal situés... certainement de la "biture" à la DonRevie
    Par contre j'essaierai de vous raconter mon quotidien, entre poker, rencontres, sorties restos hors strip, courses dans les hypermarchés...
    Mon plus gros problème, je n'ai aucun programme...Quand j'ai réservé (en janvier) je pensais me concentrer sur des series (Vénitian, Planet hollywood, Wynn) mais à l'arrivée rien sur ma période (je rentre le dimanche matin et les events se termine ce jour là) Alors on verra entre cash game et daily.
    A la prochaine les Cpistes, dimanche ou lundi...certainement des photos d'avions, peut être de boobs d'hôtesse ou passagères open...bref l'inconnu !!!
    Prochaines photos, je trouverai mieux...mais j'avais kiffé les grands mère "IN" croisées lors d'un séjour précédent.
     

  17. Like
    MasterGuggy reacted to _GuGuS_ for a blog entry, RIP Bro   
    C'est tellement frais dans mon esprit, tellement présent au fond de mon coeur, tellement trop dur de retranscrire toute l'émotion qui me bouleversifie, tellement comme une étoile qui s'éteint dans la nuit, à l'heure où d'autres s'aiment à la folie.
     
    C'est après une nuit torride qu'au lieu de me remercier pour tout le plaisir procuré, ma femme décide au saut du plumard qu'on va aller à une sorte de fête foraine pour que notre pauvre petit enfant puisse s'amuser un peu... lui qui est si malheureux. Et moi alors ?? Genre j'ai pas besoin de m'amuser, ma vie c'est un jeu c'est ça ?? Toujours les mêmes qui triment et les mêmes qui branlent rien ; je peux vous dire que les devoirs en CP je veillerai personnellement à ce qu'il les sente bien bien passer. Bon évidemment on dépense une tonne, le gosse passe 3h à pêcher des canards à un stand, comme tous les bambins il gagne un bricolo et choisit un poisson. Je me permets de faire une petite remarque sur le fait qu'on ait 2 chats mais - comme d'hab - on ne m'accorde aucun crédit. 17 tours de manège, 6 churros et 23 tours de train plus tard, ma femme décide que faire à manger c'est bien trop fatigant et c'est parti pour un grand moment de gastronomie. Mon fils en profite pour choisir un nom bien pété : Minimax.
     
    Quelques jours plus tard, ce pauvre petit animal si attendrissant vivra son premier contact avec le parquet. Ma femme avait décidé que ça servait à rien de mettre le minuscule aquarium en plastique en hauteur : " De toute façon les chats ont été élevés pour pas rentrer dans sa chambre. Je vois pas où est le problème...". Oui chérie. Bien mon amour. Tu as raison ma puce. Les chats te remercient. L'aquarium est quand même resté debout une semaine jusqu'à ce que le plus jeune de nos chats ait envie de faire joujou - quand je vous dis que ya que moi qui bosse dans cette piaule - avec Minimax. Heureusement c'est con un chat donc je l'ai grillé avant qu'il ait pu faire quoi que ce soit d'autre que renverser le satané aquarium sur les peluches du fiston. Après des heures de séchage, de nettoyage et de rangement je pose l'aquarium en hauteur. Ma femme décide qu'elle avait raison, que j'aurais dû l'écouter d'emblée et mettre l'aquarium en hauteur. Oui chérie. Bien mon amour. Avoir la paix est une question de survie : peu importe ce qu'il en coûte. Quelques semaines plus tard nous déménageons et ma femme décide que si nous nous allons dans 2 fois plus petit, Minimax, lui, ira dans 2 fois plus grand. Soit. Le malheur des uns... toussa toussa. Encore une histoire d'hôpital, de charité et peut être de vases communiquants ou pas à laquelle j'entrave que dalle. Bref, ce que femme qui m’entretient veut, femme qui m’entretient l'obtient. Bien évidemment la patronne décide que le nouvel aquarium n'a pas besoin d'être placé en hauteur étant donné qu'il est nettement plus lourd que le précédent...
     
    Et nous y voilà : il est 3h et je rentre de ma session en dealer. Nous partons à 20h le soir même pour une semaine de vacances donc être frais et dispo pour faire les 500 bornes qui nous séparent de l'île d'Oléron est beaucoup moins important que passer une heure à glander en rentrant de ma session. 7h16 madame me réveille : elle doit partir au taf et ce qui devait arriver est arrivé, juste là maintenant. Mon fils, la tête dans le cul, manque de se tuer avec la flotte en descendant de sa mezzanine et l'opération consolation du mouflet + séchage + nettoyage + rangement + obsèques peut commencer.
  18. Like
    MasterGuggy reacted to _GuGuS_ for a blog entry, Jolie maman et joli papa   
    Après 3h de sommeil et une journée bien bien chargée, je retourne à Clichy, bien décidé à ne pas faire de session marathon - promis chérie rofl - avant de recevoir mes beaux parents demain et de partir une semaine en vacances au combien méritées après-demain.
     
    Bien envie pourtant de grind le plus d'heures que mon état de décrépitude physique et mentale peut m'octroyer avant 8 jours sans voir une carte ailleurs que dans mes cauchemars de craquage d'overpaire par 74o. Je sit une 100 pas fantastique mais au moins je connais mon voisin depuis mes débuts à Wagram et ça fait un bout de temps qu'on n'a pas discuté plus de quelques secondes. Ça sent la session que je vais passer à commenter avec lui tout ce qu'il se passe en table, parler un peu de nos vies respectives inintéressantes au possible et ne rien faire d'autre que jouer mes cartes comme à la bataille. A force de jouer trop passif et de miss les flops je chute lentement mais sûrement à -200, puis à -400 suite à quelques paires moyennes particulièrement mal négociées. Je reload pour avoir 600 devant moi et réalise que je dois être moins weak fit or fold et plus focus (lol génie). Je regagne un coup à 150 tout de suite en callant 53s en pos.
     
    Quelques mains plus tard, j'ouvre QQ utg+2 sur une straddle. J'open 20, weak nit snap, payé en sb et straddle par des récréatifs. Le sizing est trop faible mais j'ai vraiment du mal à avoir de l'action depuis que je me suis assis. C'est pourtant pas une raison suffisante et je sais que les joueurs paieront sans doute autant 24 que 20. Je réalise tout ça trop tard et déjà le flop sort : 88Tr je check call les 40 du nit après que les 2 autres ont check fold. Turn 8 et soudain j'ai eu une révélation. Dieu m'a envoyé un signe : "attention, ici, quand tu check call tu es pas mal face up donc il devrait souvent check back turn ses T voire même JJ et ne bet que ce qui te bat... J'dis ça j'dis rien maggle". Wow. Archisick comme on dit dans le Sud Est du Nord Pas de Calais. Bien entendu mon adversaire bet 60 et je me dis que Dieu a raison : il veut me garder avec ce sizing et je dois fold. Seulement voilà d'une je suis athée et de deux : 60 pour 220, j'ai évidemment pas la cote directe pour hit une Q (lol) mais j'arrive à me convaincre que je peux être devant (lol fish) et/ou que j'ai des implieds sympa (surtout s'il a quads,  donkey !). River Q obv. S’il a TT ou KK+ ça me paraît compliqué pour lui de fold donc je lead 200 dans 280 et je me félicite de mon call de débile turn pendant qu'il tank. Il finit par f*ck call AA et s'en voudra pendant toute la fin de la session car il a annoncé ma main avant de call ce qui me fait dire que je l'ai vraiment jouée comme une m**de...
     
    Je reste un peu mais le fait d'être repassé de -400 à +100 en quelques mains me donne bien envie de me casser. Comme en plus j'ai fait une session pas terrible la veille, que la table est vraiment pas exceptionnelle, que je suis crevé, que mes beaux parents viennent dîner, que mon fils va se réveiller dans 6h, que j'ai 500 bornes à faire demain soir... Mais put**n mais pourquoi je continue à me justifier sur tout. C'est ouf. Bon c'est du CG j'ai envie de me casser je me casse quoi. Stou. Lol.
     
    6h de sommeil et une journée bien bien pourrie plus tard, jolie maman et joli papa sont là ! Politique, Chivas, Côte du Jura et binouzes sont au programme sans oublier les derniers documentaires diffusés cette semaine en 4ème partie de soirée sur arte. GLHF Dude... !
  19. Like
    MasterGuggy reacted to Christensen for a blog entry, Amsterdam Holland Casino: healthy grind   
    J'habite donc à plein temps aux Pays-Bas depuis maintenant un an. Je m'y sens très bien. Vous ne me lirez ou n'entendrez jamais faire de France bashing, et je n'ai jamais autant aimé mon pays que depuis que j'y vis plus. Mais , vraiment, quelle qualité de vie aux Pays-Bas ! Le niveau de vie  et le PIB par habitant , sont très élevés, mais dans la nourriture, la façon de s'habiller, de se comporter, on privilégie le bien-être à la superficialité. On fait attention à soi, et on veut montrer aux autres qu'on est en osmose avec son environnement. C'est difficile à décrire, je parlerais de cocooning chic.  Précisons que j'ai la chance d'habiter un quartier très cossu d'Amsterdam, à la campagne j'imagine que c'est un peu différent. 
    En tout cas, mes trois enfants (qui vont à l'école en vélo et mangent leurs sandwishs le midi comme de vrais petits dutchs) et ma femme y sont heureux,donc je suis reconnaissant à ce pays pour celà.
     
    Et à Amsterdam on peut jouer au poker. Le Holland Casino est une franchise présente dans plusieures villes du pays:
    (source: site internet hollandcasino.com)

     
    Et en cette période de juillet-août, ma famille est en vacances en France, je suis tout seul dans ma maison amsterdamoise. Et quand j'arrive à m'extirper de soirées de glandes totales (on refait son retard sur les séries Vikings, Daredevile et mon chouchou Ballers) , on se sort et on va gambler au Holland Casino.
     
    Je n'ai jamais vu plus bel emplacement de Casino. Situé en plein centre ville, à 100 mètres de Museumplein, du Rijsmusem, juste devant un petit canal... Il n'en impose peut-être pas comme le Bellagio, mais je le trouve vraiment joli.
     
    (source: mon instagram)

     
    Je demande à un couple de vieux touristes asiatiques de me prendre en photo devant l'entrée du casino. La pauvre vieux voulait faire de son mieux, mais il va mettre trois bonnes minutes à prendre la photo, ce qui explique l'envie de mourir perceptible dans mon regard mi-clos. Mon vélo est juste derrère moi (ici on se déplace exclusivement en vélo ).
    (source: mon instagram)

     
    Allez on rentre. 
    L'entrée du casino vaut 20€ mais:
    - en faisant une croisière sur les canaux avec la compagnie Blue Boat (un must à Amsterdam) , vous avez au dos de chaque ticket une entrée gratuite. Ayant récupéré 8 tickets lors d'une croisière en famille, je ne paie jamais...
    - au bout de la quatrième visite, vous avez une membership carte et l'entrée est alors gratuite.
     
    Le rez-de chaussée est une salle à machine à sous lambda.
    Mais on prend l'escalier:
     
    (source: mon instagram)

     
     
    Et...
    On pénètre une superbe salle des jeux, ornée d'un plafond chapiteau doré vraiment magnifique.
    Je prend des photos mais un vigile me demande de les effacer tout de suite... Par la suite, je me fais prendre une autre fois à photographier la table de poker, deuxième avertissement, au troisième c'est dehors, donc plus de photos dedans...
    Voici donc un google images pour vous donner une idée:
    (source:google images)

     
    Bon, et le poker dans tout ça ?
    J'ai fait plusieurs sessions entre le 20 juillet et 10 aout, mixant tournois et cash game. Voici l'offre:
     
    (source: hollandcasino.com)

    Un soir, avec tous les joueurs (nous étions 6) d'une NLHE 2/2 , nous avons demandé à jouer du PLO 2/2, et le directeur de salle a bien voulu.
    Les joueurs sont moitié hollandais moitié touristes. L'ambiance à table est très respecteuse , pas un mot plus haut que l'autre, à des années lumières des cercles français, mais moins fun qu'une table US quand même.
    L'attente en waiting list étant souvent longue, on a le temps de parler à des gens (en plus de cpistes venus dire bonjour ! ) , notamment un joueur pro croate qui écume les casinos européens, ancien reg de l'ACF, qui m'a raconté de bonnes anecdotes sur des parties privées en Moldavie. Et une employée du casino assez sympa, avec qui je discutais du rapport des hollandais au gambling. Il faut savoir que le hollandais est à la fois très près de ses sous (pour ne pas dire ultra radin) et a une rigueur de travail toute protestante. Donc par nature il n'est pas flambeur. Donc s'il flambe, il a besoin de dire às on entourage qu'il joue parce qu'il a réfléchi au jeu. Pour le poker, oui, certes...mais aussi pour la boule ou les slots... Enfin c'est la perception que j'ai eu, c'est évidemment réducteur de généraliser ainsi, il ya des contre-exemples.
    Enfin, bref, on est content car on finit nos dutch summer sessions positif de +122€, grâce à une énorme dernière session hier qui me sauve at the buzzer.
    Pas de coup mémorable à raconter, j'ai passé très peu de bluff , ou alors juste des continuations bets au flop. J'ai été surtout très solide sur mes play en value  bien rentabilisés à chaque fois.
    Fin de ma dernière session, ok ça fait puceau par rapport aux pilasses ed jetons de  mon idole Escalidur, mais je me le garde en souvenir perso:
     
    (source:mon instagram)

     
    Dans 10 jours  je retrouve  my nigga Jimmy_Gold sur le lieu de nos anciens crimes, le casino Partouche Bandol, autre ambiance, faudra se farcir la tchache sudiste mais on va kiffer quand même comme toujours !
  20. Like
    MasterGuggy reacted to _GuGuS_ for a blog entry, Un lundi à la mine   
    Mon petit chérubin me tire du lit par un mélodieux : “debout papa j’ai faim” et “au fait chui sur l’ordi”. A peine le temps de m’auto-congratuler au sujet de son éducation que je manque de me faire lacérer le visage par nos adorables matous qui se coursent comme s’ils se disputaient la dernière croquette de la gamelle. Pas besoin d’aller à l'hôpital : je recouds les plaies avec mes lacets de chaussure.
    Et là je constate que je me suis déboîté l’épaule en tentant d'esquiver les fauves mais je la remets en place comme dans les films.
    Et là : les matous n’ont effectivement plus rien à croquer.
    Et là : “papa ?? ça vient ??”.
    Et là :193 textos, 47 appels manqués. Tout ça entre 08h16 et 08h34. Bel exploit de ma femme.
    “On aura jamais le gaz, blablabla”. Je me renseigne : le plombier doit faire un truc pour que GRDF puisse faire un machin. Mais le plombier peut pas car il attend que GRDF fasse un bidule pour pouvoir faire son truc. Apparemment l’architecte s’est pas trop occupé de machiner le bidule et est en vacances. Le promoteur sait pas trop pourquoi le plombier et l’architecte ne communiquent pas entre eux - peut-être devraient ils faire des trucs ensemble ? - mais éclairera ma matinée par une réflexion assez fine : “vous savez, m’sieur, GRDF c’est tous des enc**és”. Au moins j’ai bien avancé sur le sujet, ma chérie va être aux anges. Déjà qu’hier j’ai grind 8h pour -13 balles au lieu de passer la fin de journée et la soirée avec elle, la perspective de se laver à l’eau froide jusqu’à Noël 2018 va l’enchanter.
    Et là : Aïe ! Je me suis mal remboîté l’épaule. Évidemment l’ostéo - joueur de poker à 10minutes à pied de chez nous - est en vacances.
    Et là :”papa, j’veux qu’tu joues à Mario kart avec moi. TOUT DE SUITE”.
    Et là je me rends compte que mon petit ange n’a toujours pas mangé et ne s’en est pas plaint pendant près de 12 minutes et, avant bien sûr de m’excuser et de m’empresser de le servir, je prends enfin le temps de me féliciter pour sa patience et la qualité de son éducation.
    Malgré la douleur intense, en bon père à l’ancienne, je parviens à lui mettre sa fessée comme il se doit. Bataille de pièces, coupe spéciale, bataille de ballons, coupe étoile, tout y passera. Une bonne vieille déculottée comme sa mère quand - pas plus tard qu'avant hier - le fondant au chocolat n'était pas assez fondant mais certains détails de ma vie privée n'ont pas vocation à être évoqués ici. Merci pour votre compréhension.
    Toujours est-il que - sans doute pour se racheter de l'erreur commise sur le temps de cuisson - ma femme me propose ça :
    1) retour de son taf à 19h (ouais ok RAF)
    2) massage de ma nuque dans un salon qu’elle fréquente à 19h30 (hm ouais)
    3) du même coup esquive du dîner (nice)
    4) esquive des discussions chiantes au possible (I call)
    5) esquive du coucher du petit (good job) et
    6) grind à Clichy dans la foulée. DEAL !!!!
    J'arrive à négocier 1 vidage de lave vaisselle et 2 descentes des poubelles histoire de montrer c'est qui le patron car je sens bien qu'elle s'en veut vraiment pour cette histoire de fondant. Mon après midi risque néanmoins d'être harassante : j'ai un lit à faire et un plat picard à réchauffer. Ya ces put**ns de chats à nourrir aussi mais je suis rancunier, mettre la tablette à recharger pour que mon fils puisse passer l'aprem à rien branler dans son coin en me laissant l'ordi et la télé de dispo, reporter toute une palanquée de sal*peries que je devais faire aujourd'hui à après-demain et peut être me laver si je ne suis pas trop fatigué.
    Et là me vient une idée : si on faisait quelque chose ? Mais j’y renonce rapidement car j’aime pas faire des trucs, pas le soleil, pas marcher, pas m’habiller et le fait d’avoir eu cette idée m’a exténué.
    A peine le temps de glander et d’aller lui acheter ses clopes (lol feignasse) qu’elle rentre de son boulot. Je me casse en urgence direction le salon de massage puis place Clichy. A 20h30, liste en 50 de 30 personnes mais juste une dizaine de gens en 100. Je sit au bout de 30 min comême sur la dernière 100 à avoir ouvert. Elle n’est pas trop chargée et je cave 600 histoire de couvrir tout le monde sauf un reg tight.
    Ça commence pas mal car j’ai le talent d’ouvrir QQ à mon premier bouton et de faire de la magie avec mon overpaire qui se transforme en quinte. Vilain optera pour un check fold river alors qu’il avait lead fort à propos et fort généreusement flop et turn. +200 au bout de 5 min.
    En 4h j’ai dû avoir 142 paires servies inférieures aux 8 donc je vais voir beaucoup plus de flops que d’habitude d’autant que ça ne 3bet absolument jamais. Je ne flopperai qu’un brelan qui ne me rapportera pour ainsi dire rien et ces set minings me font degrind assez rapidement. La table change pas mal et je trouve quelques spots d’open en late. 2 fois je hit TPGK sur des boards bien dry et je joue un peu déceptif pour arriver à prendre 2 streets de maigre value malgré mon image de pince.
    Puis après un cbet qui ne passe pas et un iso foireux, je retourne à mon jeu ultra passif preflop et très passif postflop : ma formidable zone de confort... D’autant que j’arrive à “justifier” cette stratégie par l’agressivité de 2 nouveaux joueurs qui n’ont visiblement pas de tracker. Pourtant une vieille connaissance explique à l’un des 2 que quand je paye au flop je suis max mais ça ne le convainc pas.
    Il essaiera de me faire fold AQ sur AJ7 9 (aucun de nous 2 n’a pris l’initiative preflop) mais son image était tellement pourrie que je snap call son overbet shove turn sans trop réfléchir. La river est un 8 qui fait rentrer le flush draw... mais comme monsieur avait un paire de 3 servie, tout va bien.
    +482 au bout de 4h, 1 bon reg de cadet est arrivé, 2 spots sont partis en 250 et 2 autres se sont fait déstacker : c’est le moment de se barrer. Je tipse 14 balles à la cagnotte de la caisse après avoir discuté avec Guillaume (je crois), un floor très sympa qui remplace momentanément le caissier. C’est bon j’ai tipsé pour fin 2015. Large. Go dodo.
    Et là, à peine rentré : je me fais assaillir par mes chats, toujours morts de faim. Personne n’est foutu de faire quoi que ce soit dans cette piaule : même pas le temps de souffler après une journée de dur labeur, faut tout faire soi-même. Toute ma vie.
  21. Like
    MasterGuggy reacted to Nicko Sportsbook for a blog entry, Vegas 2015...Hors Poker et "The end" of this blog.   
    J'avais détaillé tout ce que j'avais à faire hors poker pendant ma semaine à Vegas, shopping, Spa, attractions, restau etc...
    La aussi, on va aller doit au but, j'ai pas fait grand chose, par manque de temps, puis aussi parce que j'étais souvent fatigué.
    Déjà, le Monster Stack m'a presque bouffé deux jours, un jour et demi pour celui du Golden...
    J'étais censé arriver le jeudi à 16h, et je suis arrivé le vendredi à 2h30...pour repartir le jeudi suivant à 10h, donc j'ai eu en tout et pour tout 6 jours pleins. On peut zappé le premier jour tellement j'étais HS, ça laisse plus que 5 jours. Si on enlève les 3.5 jours des deux tournois cités au dessus, bein il reste pas gras.
    Sachant qu'il faisait 45 degrés tout le temps, que je suis gras comme un cochon et que je fume comme un pompier, la fatigue était omniprésente.
    -SPA
    Pas vraiment le temps d'aller au Spa, mais tous les matins, piscine et Jacuzzi entre 8h et 9h30 pour moi. Je me sentais un peu seul, il y avait jamais personne, mais bon, j'étais bien tranquille. Les collègues eux dormaient jusqu'à genre 11h.

    -Resto
    En ce qui concerne les restaurants, même histoire, j'ai pas fait 1/4 d ce que j'avais prévu.
    Bon, j'ai quand même amené la troupe au InNOut, pèlerinage oblige...
    Dans la bagnole je leur ai expliqué qu'il fallait demander les frites "animal style", mais ces blaireaux étaient bien trop occupés à parler de la longueur de leur bite ou de leurs vidéos préférées sur youporn. Du coup ils ont tous bavé devant mes frites...mais ils ont tous été se faire foutre.

    On s'est fait un asiat à vitesse grand V pas très loin du Rio avec Ntach et Calouminou. Le timing était tellement serré qu'on à juste pris des assiettes énormes de fried rice chicken pour les copains et pork pour moi. Rapide mais très très bon.

    En parlant d'Asiat, je m'étais fait tout un plat du Noodle Asia à côté de la poker room du Venetian, je sais pas trop pourquoi. C'est les photos sur les sites qui m'avaient donné envie, mais bon, à vrai dire c'est franchement pas terrible leur truc...

    J'ai mangé deux ou trois fois au Binion's Café, seul, et je dois dire qu'à chaque fois, j'ai passé un excellent moment. La bouffe est plus que basique, burger frite et quelque truc dans le genre, ça casse pas trois pattes à un canard, mais c'est bon, et c'est surtout au milieu du Binion's, un endroit que j'affectionne tout particulièrement. J'ai profité et me suis imprégné chaque minute de l'ambiance, et j'étais tout simplement bien.
     

     
    Je suis également allé manger un Hot Dog à American Coney Island @ The D avec Divinerites et son épouse lors d'un diner break, idem, c'est pas du gastro, mais les ptits hod dog sont nice, puis c'est aussi dans un endroit et un casino que j'aime beaucoup.

    Hopenhagen qui semble porté disparu sur le CP avait conseillé d'aller manger de la viande au Texas de Brazil à Town Square à l'extérieur du strip au sud. J'y suis allé avec Calouminou un soir, et le moins qu'on puisse dire, c'est que c'est une sacré bonne adresse! La viande y est exquise, bien qu'un peu salée à notre gout. C'est un all you can eat ou des serveurs font le tour des tables avec des monstres bouts de barbak qu'ils découpent devant vous pour vous servir...concept énorme, salle magnifique, un peu bruyant mais très très bien. Alors est ce que c'est le fait d'avoir mangé vite et comme un cochon, ou est ce que c'est les frites et le burger du Binion du midi qui sont pas passé, je me suis retrouvé avec une envie de chi** de tous les diables sur la route du retour, ce qui laissera un souvenir énorme à Calou et à moi même...je raconterais dans le real post!

    J'ai mangé une seule fois des ribs en fin de compte, juste après avoir bust du Monster Stack, au All American Bar&Grille du Rio. Il était genre 16h, et j'allais prendre mon premier vrai repas depuis mon arrivée (2 jours avant lol). Crevé, dégouté de bust, j'ai décidé de me craquer le bide avec des BBQ Spare Ribs, full rack avec des frites et de la Blue Cheese Sauce. Les américains sont toujours étonnés de me voir manger des frites avec cette sauce, ça doit pas être standard, bref. L'assiette arrive, elle est énorme, miam miam, à moi le gras!!!!! Comme très souvent, c'était franchement pas terrible. Il y avait une tonne de sauce BBQ, mais ça aussi, c'est un standard américain, puis c'était pas hyper bon, mais bon, j'avais la dalle, j'étais la pour me péter le bide, donc c'est ce que j'ai fait. Obv, je m'en suis foutu partout, mais rien à foutre!

    Je crois que j'ai fait le tour de tout ce que j'ai mangé pendant cette semaine en fin de compte. J'ai pas parlé d'une salade Caesar pas terrible au Venetian, et d'un asiat douteux sur le strip (Panda kekchose) un soir très très tard. D'ailleurs, on a souvent tendance à dire que tout est ouvert 24/24 à Vegas, et c'est une fausse idée, 90% des restos ferment relativement tôt, après bien sur il reste quelque truc, mais franchement pas les plus fameux.
    Oups, j'ai failli oublié...je me suis craqué un pot de mini Prezel Dogs de chez Auntie Anne's (pour 3 pers mini) un matin aux Premium Outlets North, avec une sauce au cheddar grasse au possible, sous un soleil de plomb, bref, ça m'a plus de chez plus, la aussi j'étais bien!

    -Attraction&NightLife
    Je kiffe les attractions, mais cette année, j'ai rien fait du tout. Calouminou à failli me motiver un soir pour aller à la Stratosphère, mais en fait j'étais vraiment trop dans le gaz pour y aller, je n'avais qu'une envie, dormir. D'ailleurs, quand il s'est barré, je me suis direct endormi sur le canap telle une limace sur une feuille de choux, avec en ligne de mire une vue imprenable sur le Wynn et son golf. Je me suis d'ailleurs réveillé le lendemain sur le canap, tout allumé, la télé, les lumières etc...j'en avais plus que besoin.
    Le reste du temps, je n'ai tout simplement pas eu le temps.
    Pour ce qui est de la vie nocturne, la aussi, pas de quoi faire lever les foules. J'étais souvent mort le soir, donc je me contentais de grind les slots. Pas de boite de night, pas de pute non plus bien qu'en nombre et souvent magnifiques, et quand je dis magnifique je pèse mes mots, certaines étaient vraiment à tomber par terre. Alors on a bien regardé le menu, mais pas plus. Côté spiritueux, j'ai du boire...3 bières pendant la semaine.

    -Shopping
    Comme prévu, j'ai bien grindé le premium north outlet. J'ai du acheter genre 1k$ de fringues...et que des fringues de broke comme GAP, American Eagle ou Tommy Hilfiger. Pas mon truc de faire ça, mais j'avais tellement rien à me mettre sur le cul serieux...
    J'ai également fait découvrir à Calouminou "The World Largest Gift Shop BONANZA"ou j'ai acheté plein de connerie pour ma petite et pour les collègues.

    -Gaming
    J'ai beaucoup beaucoup grinder les machines...
    J'ai passé beaucoup de temps seul en fait, et c'est complètement par choix. J'aurais pu passer mon temps avec les copains, mais les mecs étaient vraiment trop à fond dans le poker et à fond dans tous les tournois ce qui n'est pas mon cas. Puis dans la vie je suis un peu casanier bien que très sociable (même si comme ça on dirait pas), je bosse seul, je fais pas mal de truc seul, et je m'éloigne rarement de ma famille ou de ma maison, vu que je taff du lundi au samedi soir genre 60 heures par semaine, fin de la CSB.
    Donc oui, j'ai grind comme un débile la Wheel of Fortune au Palazzo, au Golden Nugget, au Binion's, au The D, au Venetian, bref, partout ou j'ai mis les pieds. J'ai pas tenu de compte, mais je crois que je m'en sors even, voir gagnant, pas perdant c'est sur.
    J'ai pas mal grind aussi des vidéos poker et des machines en tout genre tout au long de la semaine.
    Le dernier soir, j'ai réussi à convertir le sérieux Ntach, on a commencé par jouer au black jack à The D, puis j'ai hurlé comme un veau sur une machine à sous sur le thème des poissons. En fait il fallait aligner des poissons pour faire des sous, et je crier comme un débile "poisson" derrière ma machine tellement j'étais pris dans le truc. Pour finir, on a passé une bonne partie de la dernière nuit au Palazzo à jouer à peu près à tout ce qui bouge. J'avais 100 balles et j'ai du monter genre à 600 avant de tout rebroke, mais rien à foutre, cet argent était prévu pour ça, et on a bien rigolé. Lui à été plus sérieux que moi et doit finir la session à genre +500 boules. Il run sérieusement comme un cochon ce bonhomme d'ailleurs, j'ai rarement vu une personne avec le cul autant bordé de nouilles!
    Voilà, j'aime ça, ça ne m'a pas couté de sous, j'ai eu de la chance d'ailleurs car tout cumulé j'ai balancé plusieurs K$ dans les machines pendant la semaine, et j'étais tellement sérieux que pour mes dernières heures au Palazzo, je m'étais autorisé 100 balles...et c'est bien la première fois que je fais un truc pareil sachant que j'avais plus de 3k dans la chambre. J'avais pas envie de tout gâcher le dernier soir, et j'ai bien fait.

    Voilà, c'est fini, on arrive à la fin de ce voyage et également de ce mini blog. J'aurais aimé être meilleur, prendre des photos, mieux vous expliquer les coups au poker etc...mais je suis pas doué pour ça, et puis partager c'est un peu contre nature pour moi à la base vu que je suis un peu simplet et un peu sauvage. Tout ce que je peux vous dire, c'est que je suis profondément amoureux de cette ville, des gens qui la peuple et de l'ambiance générale sur place. J'essaye de transmettre à ma façon, et si seulement un de vous à kiffé mes écrits, c'est que j'ai réussi un truc. Pas facile de faire passer les émotions et les sentiments. Tout ce que je souhaite, c'est que toutes les personnes qui kiffent ça auront la chance un jour d'y aller et de kiffer à leur tour. Je vous le souhaite à tous vraiment du fond du cœur. Et si je peux vous donner des idées ou vous aiguiller sur un truc, ce sera toujours avec plaisir, donc n'hésitez pas. Je le dis souvent, mais Vegas, ce n'est pas que les limousines, les suites de fou et les restaurants étoilés. C'est aussi des hôtels normaux (enfin presque), des restos et des activités pour toutes les bourses, y compris pour les broke, j'en suis la preuve vivante, c'était ma 5ème fois! La vie est courte, on est que de passage, et si c'est votre rêve, n'attendez pas. Profitez de cette vie, vivez pour vous, votre famille et vos proches, tout ce qui gravite autour et qui juge votre façon de vivre n'a que très peu d'importance. Vraiment si je peux vous aider à préparer votre voyage, ce sera avec grand plaisir. Wanass est aussi la pour vous http://www.lasvegastrip.fr/
    Merci de m'avoir lu, et à bientôt.
    Nico
  22. Like
    MasterGuggy reacted to Nicko Sportsbook for a blog entry, Vegas 2015...les rencontres!   
    Je joue à ce jeu depuis une dizaine d'années, et j'ai rencontré plein de monde. Un peu de tout d'ailleurs...mais souvent des gens tordus en fin de compte, dans le bon comme dans le mauvais sens. Je me considère moi même comme quelqu'un de tordu puisque un peu addicte. Rien que le fait d'être addicte à un jeu d'argent suffit pour moi à être un peu tordu. Après il y a les légèrement et les vrais tordus!

    - Pour commencer, je vais parler de la population locale et des américains en général. Les voyages s'enchainent et le constat reste le même: qu'est ce qu'ils sont cool ces gens!
    Alors ok, il y a peut être l'effet Vegas avec des gens qui viennent passer un bon moment et sont détendus, mais quand même. Quel plaisir à chaque fois de partager mes tables avec des locaux de tous âges qui ont envie de discuter, de savoir d’où je viens, de me demander l'age de ma fille et son prénom, et de s'émerveiller de tout. Oui oui, ces gens sont cool, et j'ai bien conscience que je suis un peu leur hôte, donc je rigole avec eux, je discute, j'essaye de partager un peu de ma vie avec eux puis je passe un bon moment à chaque fois. J'aime leur façon de parler de tout et de rien, et j'aime leur patriotisme. Je reviendrais peut être dessus, mais la remise du bracelet de Phil Hellmuth restera un moment gravé dans ma mémoire. Diffuser en direct dans toutes les salles du Rio, le jeu s'est arrêté, tout le monde s'est levé pour l'hymne nationale, j'ai juste halluciné...un grand moment.
    Que dire de cette femme qui à payé mon parking avec sa CB alors que j'avais que du cash sur moi? Elle n'a pas hésité la moindre seconde, comme si c'était complètement naturel...bref, j'aime ces gens, et j'ai l'impression qu'ils me le rendent bien.

    - Clément est un mec de Lodève qui s'est qualifié sur le même tournoi que moi sur Unibet. La trentaine, pas du tout un grinder, juste un mec qui joue de temps en temps online, et qui à la chance d'être là avec son pote Gabin qui lui ne joue pas. Ils ne vont pas jouer au poker (Monster Stack pour Clément) mais vont profiter d'être là, boire des canons, faire la fête et profiter de la vie. Je n'ai pas eu la chance de passer beaucoup de temps avec eux, mais franchement des mecs bien, bon esprit, deux bons copains d'une extrême gentillesse. Un soir, complètement blindé, Gabin me rejoue la scène de Gainsbarre et Catherine Ringer...une folie tellement il tient le rôle à la perfection. Bref, des mecs biens, pas du tout prise de tête qui ne se prennent pas pour d'autres, belle rencontre.


    - Calouminou: Un peu la surprise du voyage. J'ai eu l'occasion de le lire sur le forum, d'échanger un peu avec lui vite fait, mais je n'arrive pas a cerner le mec. C'est qui, il a quel age, il est sympa...?
    Dès le deuxième jours, Calou vient à ma rencontre au Palazzo en voisin, il réside à côté au Flamingo.
    On se fait toujours une idée de la personne à qui on parle sur le net, mais là, j'avais tout faux. Voilà mon Calou qui débarque et qui tout de suite est très avenant, très curieux et très intéressant. Contrairement aux deux copains de Lodève, j'ai à faire ici à un vrai joueur de poker, accompli, calme, la tête sur les épaules, un mec qui sait ou il va. Très vite on discute bien, j'accroche assez vite au personnage attachant. On parle, on va jouer ensemble, on va faire des restaurants ensemble, bref, une très très belle rencontre. On est pas du tout sur la même longueur d'onde niveau poker car lui est un vrai de vrai, pas moi. Je reviendrais dessus mais il me sera d'une aide incroyable au niveau psychologie de ce jeu. Puis j'ai vécu avec lui la scène mythique de mon voyage quand une envie de chi** de tous les diables me prend sur la route en sortant du restaurant avant de rentrer sur le strip...un moment magique que je compterais dans le Real du zoo plus tard...crise de rire assurée.
    Bref, c'est une des rencontres importantes de mon voyage. Un mec bien, un vrai gentil, un vrai joueur, un vrai bon bonhomme le Calou.


    - Léandre Memeir2736. Je n'ai sincèrement jamais entendu parler de lui avant. A mon arrivée, il va mettre a peu près 5 secondes à m'expliquer qu'il est le plus gros cashgamer de Betclic.fr etc etc etc.
    C'est un mec qui fait de la muscu, qui est grand, costaud,beau gosse et qui me fait un peu penser à la fusion entre Helmut Fritze et Brice de Nice. Si je dois me fier à la première impression, je vais pas trop trop être pote avec lui car il va vite m'insupporter.
    Et en fin de compte, en creusant un peu, pas tant que ça. J'ai en face de moi un vrai personnage hors du commun. Un mec de 28 ans qui réagit un peu comme un minot de 14 ans, et surtout complètement déconnecté de la réalité. Je me demande encore s'il ne m'a pas level plusieurs fois, voir même du début jusqu'à la fin. En tout cas, j'ai faillit le détester et non, je garderais le souvenir d'un mec hyper attachant et totalement crazy. Comme quoi faut pas toujours se fier à la première impression. Par contre j'ai peur qu'il aille au devant de graves désillusions, et ça m'ennuie un peu car une fois de plus, j'ai rencontrer un mec vraiment attachant.


    -Divinerites et son amour de femme Un couple d'une cinquantaine d'années qui kiff la vie et qui kiff leur passion commune pour le poker à Vegas. Je les ai croisé au tournoi de l'Orleans et du Golden Nugget. J'aimerais bien être aussi heureux et aussi amoureux de ma femme dans quelques années. Un chouette couple qui respire le bonheur, très belle rencontre.

    - Nico Ntach s'est qualifié sur Everest et j'ai suivi sa qualification en direct online. Suite à ça il a posté un message sur le CP puis on s'est rapproché via Facebook etc...
    Franchement, j'avais compris que c'était un super mec via les réseaux sociaux, puis j'ai eu confirmation de tout ça en live. Ce mec est reposant. Il parle doucement, à toujours le sourire, trouve du positif partout. C'est un vrai passionné de poker également. Il a perfé sur le monster stack ou il prend 7K, j'étais trop content pour lui. Le seul hic, c'est que son téléphone ne marchait pas aux USA, et que j'ai pas passé le temps que j'aurais aimé avec lui, mais c'est une rencontre premier choix, un vrai bon mec, une super rencontre, et s'il faut partir au bout du monde demain avec lui, c'est sans soucis.

    -J'ai furtivement rencontré ZozoleClown et un autre grinder du CP dont j'ai mangé le nom. Ils avaient l'air super cool, mais on s'est juste croisé aux pauses du monster stack donc peu de temps.


    Sinon, il y avait un attroupement de français à la sortie du Rio aux break, près des marches, mais sincèrement, j'ai jamais eu l'envie de rentrer dans ce cercle la. Peut être que je me fais des films ou que l'image que je me suis faite est fausse, mais j'avais juste pas envie.
    D'ailleurs je m'attendais un peu à une sorte de fraternité entre frenchy, mais je suis tombé de haut. Pas mal de mec se regardaient en chien de fusil, du coup ça m'a un peu refroidi. Après, une fois de plus, je me trompe peut être la, mais en tout cas je l'ai ressenti comme ça. Puis au fond, j'ai toute l'année pour discuter avec des français donc OSEF.
    Quand je vois que ces mêmes mecs ont insulté André Boyer pendant le HU avec Pecheux, ça me conforte dans l'idée que j'étais pas loin de la vérité...#Next
  23. Like
    MasterGuggy reacted to Nicko Sportsbook for a blog entry, Vegas 2015...début de trip catastrophique.   
    Tout à si mal commencé...

    Après un voyage easy entre Clermont Ferrand et Paris, me voilà en route pour Las Vegas via LA.
    J'ai bien fait de prendre le supplément pour avoir les jambes libres, sans sièges devant moi. Seul hic, je n'ai pas de hublot, mais bon, c'est pas trop grave, le voyage ne sera que plus agréable.

    Voyage sans encombre jusqu'à LA, mais toujours aussi long, et toujours aussi difficile à supporter pour moi. J'ai beau avoir blindé ma tablette de série, je n'arrive pas vraiment à les regarder. Je suis mal installé, je suis pas bien, je ne sais pas comment me mettre, c'est la m**de. J'aimerais tellement faire comme ces gens qui dorment déjà alors que l'avion n'est pas parti. Bref, c'est long, c'est chiant et j'ai hâte d'arriver.

    Je n'ai jamais louper de correspondance de ma vie il n'y a pas de raison que ça commence aujourd'hui, et pourtant...
    Le passage à l'immigration est une horreur. Une quinzaine d'agents pour plusieurs centaines de passagers, ça pue déjà du cul, mais on va patienter, ça va le faire.

    Bah non, ça l'a pas fait, après 2h d'attente pour un coup de tampon, j'arrive à ma porte d'embarquement pour m’apercevoir qu'ils sont entrain d'enlever le quai d'embarquement, je dois me faire à l'idée que c'est mort pour celui-ci. Je vais vite au bureau des pleurs pour qu'on me donne un billet pour le prochain vol, 2h après, avec en lieu et place d'un numéro de siège la mention "standby". En gros s'il reste une place dans l'avion je pourrais embarquer, sinon il faudra attendre.
    Je me pointe donc à la nouvelle porte d'embarquement à l'autre bout, puis j'attends. Je vois un groupe de 4 français qui arrive avec le même soucis que moi, du coup je me sens moins seul, sauf qu'eux, on leur à donné un billet avec un numéro de siège contrairement à moi alors qu'en plus je suis passé avant eux.
    Je comprends très vite ce qui va se passer, et sans me tromper, ils embarquent, pas moi...
    On recommence une fois de plus et on me redonne le même billet malgré mon incompréhension, ma colère et la fatigue pesante. Ce sera le même résultat, il est déjà 20h, il reste un avion à partir, et je sens que ça va être la même et qu'on va me proposer de prendre le premier le lendemain matin après avoir dormi dans l'aéroport.

    Je craque complètement. La pression retombe,je fonds en larmes, fatigué et tout seul à l'autre bout du monde, sans même ma valise qui elle est bien partie avec le premier avion. Je penses à ma femme et ma fille qui me manquent déjà, au poto Ntach qui devait m'attendre à l’aéroport de LV avec le GPS afin qu'on se rende à l’hôtel ensemble. Je lui envoie un sms, je l'appelle puis je tombe sur sa messagerie. Je comprendrais plus tard que son phone ne fonctionne pas aux USA, mais aussi qu'il a bien vu ma valise et compris la situation prenant le taxi pour rejoindre l'hôtel.

    Bref, il est 20h, je suis seul à LA, et on me propose d'attendre le dernier avion sans m'assurer que je pourrais embarquer. Ma voiture de location m'attend à Vegas, Ntach aussi, et moi je suis la comme un FDP à attendre. Il est hors de question que je passe la nuit sur un banc, donc on doit trouver une solution et maintenant. Je suis clostro et je ne peux pas rester bloqué dans un ascenseur sans péter un câble et je suis ici dans une situation similaire. Je dois rejoindre Vegas ce soir quoiqu'il arrive pour ma santé mentale. Je décide d'aller chez Alamo voir si je peux modifier ma location de bagnole et partir en voiture de LA pour rendre ma voiture à Vegas. Tout est ok, sauf que c'est Ntach qui à le GPS. Pas grave, je suis en crise de nerfs, et j'accepte de payer la location de celui-ci, c'est pas grave, au point ou j'en suis, je suis plus à ça près. C'est parti pour 4 à 5h de voyage...

    Je suis pas serein car en état d’extrême fatigue et de nervosité. Je dois faire gaffe, être concentré et tout faire pour arriver sans problèmes, j'ai déjà eu ma dose pour aujourd'hui.
    Inutile de vous dire que la route est un véritable chemin de croix, fatigue, ralentissement interminable à cause de travaux etc...! Je m'arrête un moment pour pisser car je suis à bout, et le soucis c'est que je suis en plus devenu parano complet. Et si on me vol ma caisse lol, bref, je pisse 5 litres et je repars.
    Normalement, l'arrivée à Vegas est à chaque fois un émerveillement, un moment de bonheur intense. Pas cette fois...
    Ce moment magique est gâché par les péripéties de la journée. J'arrive à 1h30 du mat, Vegas brille, mais moi je suis éteint, je décide de passer par l'aéroport chercher ma valise avant de rejoindre le Palazzo pour prendre une bonne douche et dormir. Vegas ne dort jamais, et il serait étonnant que je ne puisse pas récupérer ma valise à la conciergerie de Delta.
    Je suis complètement à l'ouest et décide de me garer sur le parking du terminal 3 alors qu'obv, c'était le terminal 1 qu'il fallait choisir! Je prends donc une navette pour aller au T1, toutes les conciergeries sont open sauf une...Delta. Dans mon malheur, je vois ma valise derrière la vitre. Je suis bon pour repasser à l'ouverture dans quelques heures, mais pour l'instant il est l'heure pour moi d'aller me doucher et dormir un peu, je suis sur les rotules.
    Mon check in au Palazzo sera rapide, je peux enfin souffler dans ma formidable suite 28.909 qui donne sur le Wynn et le Encore. L'aventure peut enfin commencer, il est 2h du matin, nous sommes le 12 Juin 2015 et je suis arrivé avec 10h de retard.
  24. Like
    MasterGuggy reacted to Nicko Sportsbook for a blog entry, Programme et objectifs VEGAS 2015!   
    Pas mal de joueurs se fixent des objectifs, et c'est probablement important dans la réussite ou non d'un programme.
    Ce n'est pas du tout ma philosophie. J'ai toujours bien rigolé quand au taff on me fixait des objectifs...souvent inatteignables ou bidons, bref certains ont besoin de ça pour avancer, pas moi.
    L'objectif est tout simplement de donner le meilleur, et surtout de kiffer la vie. C'est mon seul et unique objectif pendant ce court séjour. Si je dois avoir des objectifs, ce n'est pas une histoire de gains, mais surtout sur les lieux à visiter ou les restau à tester, mais pas de chiffres!

    Dans le WSOP Monster Stack par exemple, on parlera plus de stratégie que d'objectif.
    Alors c'est quoi la stratégie à adopter?
    -Jouer small ball et attendre d'être ITM en espérant passer entre les gouttes?
    -Jouer large et prendre des risques pour monter un stack?
    -Oublier de se lever et ne pas y aller?

    J'ai envie de vous dire qu'à l'heure ou je tape ce message, j'en ai pas la moindre idée. J'ai pas de pression, je suis la en freeroll, et d'un autre côté je réalise un rêve, et ce rêve faut pas le gâcher en faisant de la m**de, donc j'en sais rien. Quoiqu'il arrive, je ne joue pas à ce jeu pour faire ITM. Puis la j'ai même pas la pression des tunes, donc s'il y a un spot à prendre à la bulle, sérieusement je le prendrais. Gagner 2500 boules, ça changera pas ma vie. Prendre 1M$ ca change une vie par contre, et si je joue à ce jeu et à d'autres, c'est pour ça et uniquement pour ça. Si demain je prend un gros billet, vous êtes pas prêt de me revoir entrain de tilter comme un triso. Ma femme et ma fille auront une belle maison avec tous le confort pour recevoir nos amis et notre famille avec une belle piscine et un BBQ de compétition, parce que c'est ça le bonheur pour moi, pas autre chose: FAMILLE, AMIS, BOUFFE et VEGAS. Fin de la CSB

    Vous trouverez en pièce jointe tous les tournois que je suis susceptible de jouer pendant la période. Puis bon, si jamais je suis en jour 5 du monster stack, le programme en prend un sérieux coup dans l'aile mais on s'en branle car on aura pris un gros billet! C'est un mélange de tournois cool et de tournois de broke à Fremont, mais mon vrai kiff, c'est les trucs et les lieux de broke qui correspondent plus à ma façon d'être. Je suis aussi capable de spew tout au Blackjack et sur les slot sur le thème d'Elvis, donc il va falloir être prudent, puis cette année, ma petite femme est pas là pour m'arrêter. Bref, on va faire en sorte d'être intelligent, même si beaucoup savent que je suis un sick triso.

    Je suis sur place 5 jours, et j'ai essayé de faire un programme qui correspond à ma BR. D'ailleurs, pour les amoureux de la gestion de BR, je vais vous raconter la mienne.
    Je travaille 70 heures par semaine, mes dernières vacances c'était en Octobre 2013 et c'était à Vegas.
    Je suis pas du genre à demander des réductions, à demander de couper une note en 2 ou à compter mes pièces. Je suis la pour kiffer et je suis pas du tout une pince...donc ce sera full BR, sans gestion aucune, j'en ai rien à cirer. Je sais pas ce que je serais demain, donc je profite et je ne compte pas dans la mesure ou mon porte feuille est plein. Je suis pas complètement con non plus, je ne serais pas broke au bout de 3 jours hein...mais je ne compterais pas beaucoup, j'ai qu'une vie, et je suis à Vegas m**de!

    Je reviendrais plus tard sur mon programme de restaurants et de visites.
    J'espère que vous prenez plaisir à me lire. C'est bourré de fautes, puis c'est un peu brute de pomme, mais je suis comme ça en vrai, donc bon, autant y aller cash.Pour les fautes, j'essaye d'éditer quand j'en vois des grosses, mais la il est tard.

    Programme Poker Vegas 2015.pdf
  25. Like
    MasterGuggy reacted to Christensen for a blog entry, Capitol Casino, Sacramento, CA   
    Pardonnez par avance l'absence d,accents, mais je vous ecris de Sacramento pour partager avec vous la decouverte d une petite pepite insolite.

    Pour planter le decor, je suis ici depuis une semaine , pour trois semaines en famille. Ma belle famille habite une petite maison dans la banlieue pavillonnaire de Sacramento, le quartier est populaire, les maisons petitesmais j aime beaucoup atmosphere (pour ceux qui regardaient The Shield, on voyait beaucoup ce genre de pavillons dedans. La drogue et les cadavres en moins ici heuresement). La tante gare son pick up devant, et elle amenage le garage avec air conditionne, et nous y dormons ma femme mes trois enfants (habitues de la Californie) et moi. C est sympa mais on dort tous ensemble, autrement dit pas d intimite, pas de vie sexuelle. Et je commence a me la ronger grave. (toi meme tu sais le pere de famille)

    Donc ce matin, je me leve encore salememt frustre. Et en substitut , je ne connais que deux trucs de vraiment efficace, pour moi en tout cas: bouffer comme un sagouin, ou spew. J ai utilise le premier joker plus que de raison depuis mon arrivee, je me baffre tous les jours, c est indecent, je vais mettre 4 mois a recuperer mon poids de forme.

    CONCLUSION: JE DOIS SPEW NOW

    Il est 10:00 du matin, je tape casino poker sacramento sur gogole, je recopie la 1ere adresse sur mon Tom Tom, je previens la famille que je sors quelques heures, et c est parti .
    Je cherche le Capitol Casino , 411 N 16th St, Sacramento.
    Le GPS me dit que je suis arrive mais je ne vois rien, aucun grand batiment a l horizon.


    photo copyright Christensen sur smartphone chinois pourri 2014

    Je repars dans ma Dodge Gran Caravan 7 places (pas tres sexy ni balla, mais super caisse) et refais le tour. Je repasse au meme endroit et ... je le vois.
    WTF ???


    photo copyright Christensen sur smartphone chinois pourri 2014

    ca ressemble a un bar a bingo de Barbes put**n, je suis en Californie je veux du american dream moi.
    Bon je rentre quand meme.

    Et la... enorme surprise,
    Un reve de poker room , enorme, sur trois salles.

    photo copyright Capitolcasino.com

    Il y a ici toutes les variantes. Il est 10:50 am, et la salle est pleine de joueurs.
    NLHE, PLO HiLow, Stud, meme du Razz ....
    Et ca joue haut, ce qui est etonnant.
    Il y a par exemple en NLHE une 1/3 d'ouverte, pour 5 tables en 4/8.
    La 1/3 est en liste d attente, et un tournoi a 100$ commece a 11h00. Pour un samedi matin, on sera plus de 50 joueurs sur un tournoi du matin , c est pas mal.

    Je m installe.

    photo copyright Christensen sur smartphone chinois pourri 2014

    Je vais passer trois super heures de poker. le niveau est plutot bon, aucun joueur ne fait n importe quoi. Je suis satisfait de ma partie, je fais deux beaux raise bluff river, je suis assez card dead mais finis 17eme sur 59. Mais surtout, l ambiance a table est geniale. Les mecs sont tous vieux ( ils m appellent young boy, j ai 36 ans ...), et sont hyper sympas, ont 1000 anecdotes a raconter. parlent des WSOP qu ils ont fait, des autres poker rooms du coin etc...

    Super moment, je finis comme un spewtard imbecile heureux, photographie par mon nouveau pote Jose , ancien ouvrier a la retraite de chez Jelly Belly.

    photo copyright Christensen sur smartphone chinois pourri 2014
English
Retour en haut de page
×