Jump to content
Status Updates

jaybee

Reporter Poker
  • Content count

    1868
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    61

Je les aime

Je ne les aime pas trop


Ils m'aiment

Ils ne m'aiment pas trop

Reputation Activity

  1. Like
    jaybee reacted to victorbynite in Covid-19 : nouvelle fermeture des clubs de jeux parisiens   
    Salut,
    Voici ce que dit l’article 45 du décret du n° 2021-699 du 1er juin 2021 prescrivant les mesures générales nécessaires à la gestion de la sortie de crise sanitaire, modifié par le décret n° 2021-724 du 7 juin 2021 :
     
  2. Like
    jaybee reacted to MasterGuggy in Covid-19 : nouvelle fermeture des clubs de jeux parisiens   
    Je crois que c’est un mètre de distance entre les joueurs assis et donc le nombre de joueurs max dépendra de la dimension de la table, en pratique entre 4 et 6. A vérifier cependant.
  3. Like
    jaybee got a reaction from Gomjo in SISMIX 2015 - Coverage OFF !   

     Part 3 - Qu'est ce que je fous dans cette galère ?  

     
    17h56, je sonne à l’interphone du consulat…
     
    « On est fermé »
    « Je suis désolé d’insister, mais c’est urgent j’ai mon vol demain matin »
    « Alors revenez demain à 8h30. »
     
    Bon, j’ai fait tout ce que je pouvais aujourd’hui, et je rentre à l’hôtel. C’est quasi définitivement mort pour repartir demain matin, à moins que ça se passe exceptionnellement bien au consulat demain matin et que tout soit réglé en 20mn. Mais étant donné que j’ai mis 8h pour obtenir une simple déclaration de vol aujourd’hui, je n’ai pas vraiment de doute sur l’issue du lendemain et je me demande même quand je vais pouvoir repartir. Je commande un coca citron dans le lobby, histoire de décompresser de cette journée et je me pose pour profiter de la connexion internet vacillante. Je me renseigne un peu sur le prix des riads à vendre, au cas où je doive finalement rester ici quelques années. Après avoir constaté avec plaisir que 40 de mes adorables amis facebook ont liké le fait que j’ai perdu mon passeport et que je sois coincé au pays de la drogue et de la prostitution, je relis le premier chapitre de « jamais sans ma fille » pour me remonter le moral. Vie de m**de.
     
    Tant pis, la vie est belle, j'ai mes deux bras, mes deux jambes et mes deux cheveux, je suis contraint de prendre des vacances supplémentaires au soleil et je serai quand même ingrat de me plaindre. Je me met donc en quête d'un bon resto pour le soir et je rouille un peu sur youporn et marmiton. Il est 20h30 quand je remonte dans ma chambre. Je prends une douche salvatrice et au moment de m’habiller, sur mon lit je découvre ma veste, que j’avais oubliée dans le placard de l’ancienne chambre et qu’une femme de ménage m’a déposée ici.
     
    Je soulève la veste et je sens un gros truc dur dedans. C’est ma bite. Par acquis de conscience, je la sors quand même de la poche pour vérifier et… vous l’aurez deviné, c’est mon passeport que je retrouve dans la poche intérieure.



     
    put**n quel demeuré. Toute cette journée de galère pour retrouver mon passeport le soir. Dire qu’au moment de faire ma valise ce matin, après avoir retourné 2 fois toute ma chambre, je blaguais avec Steven : « Et là t’imagines le truc, en soulevant un vieux slip je retrouve mon passeport ? »
     
    Tous les sentiments et leurs contraires se mêlent à ce moment là. Je devrais être content mais je n’y arrive pas vraiment. Je ne sais pas si je dois être soulagé de l’avoir retrouvé, ou dégouté d’être aussi débile. C’est difficile de vraiment profiter dans un moment comme ça ou tu te repasses le film de la journée, les heures perdues, les dépenses superflues, les odeurs dans les taxis, cette rage générée par l’immobilisme de cette bureaucratie marocaine…
     
    Bon quoiqu’il en soit, le coté positif, c’est quand même que je vais finalement pouvoir repartir le lendemain contre toute attente. Je commande donc mon billet d’avion pour le lendemain matin 10h. 200€ réglés sur Royal Air Maroc. J’annonce la nouvelle à ma sœur qui se faisait du souci.

    « Mais t’as fait ta déclaration de vol ? Parce ce que du coup ton passeport risque de ne pas être valide vu qu’il est déclaré volé. »
     
    Mon dieu. Quel jambon. Et au Maroc, cette insulte prend vraiment toute sa dimension.
     
    En plus, je viens de cliquer sur « confirmer l’achat du billet » y a à peine quelque secondes. J’en suis déjà à mon deuxième billet Marrakech – Lyon d’acheté, et je vais peut être toujours pas pouvoir monter dans l’avion. Je ferme mon PC, je fourre tous les papiers utiles dans mon sac et je cours en bas pour prendre un taxi et retourner au commissariat en espérant qu’il soit encore ouvert. En appuyant sur le bouton de l’ascenseur, Je me rends compte que je suis en caleçon et que ça risque d’empêcher le bon déroulement des négociations avec les autorités locales. Non pas que Marrakech soit particulièrement réputé pour le charme vestimentaire de ses autochtones, mais d’expérience, une couille vagabonde qui dépasse lors d’une discussion a toujours tendance à faire tiquer votre interlocuteur.
     
    Habillé, déodorisé (ouais on sait jamais, je peux peut être pécho un flic moustachu.) Il est 21h30 quand j’arrive là bas, et je tombe en plein milieu d’une bagarre entre deux gars menottés qui se mettent des coups de boule. Ils se feront rapidement calmer par des uniformes bleus. Un flic à l’entrée me dit que je ne pourrai pas faire annuler ma déposition ce soir, et qu’il faut que je revienne demain matin 10h, parce que l’officier qui s’occupe de ça n’est pas là. J’insiste. Il insiste. Je ré-insiste. Il tank. Finit par céder et me laisse passer en haussant les épaules. Je reconnais un des flics de cet après midi, et je lui explique la situation, que je viens de retrouver mon passeport et que je voudrais annuler ma déclaration de vol. Il se met à fouiller dans un tas de papier à coté du PC et finit par m’en ressortir une feuille avec un sourire :
     
    « Ji l’ai retrouvée ! »
     
    Il prend alors la feuille en travers, me regarde en souriant et il la déchire.
     
    « Hop disparu, plus di diclaration ! »
     
    Surréel. En même temps, heureusement que tout ça m’arrive au Maroc où la lenteur de l’administration m’a sauvé d’un désastre intersidéral. Je confirme bien avec lui que rien n’a bien été envoyé.
     
    « Non non t’en fais pas, tant que le papier est là, rien n’a été envoyé ici ! »
     

     
    Je quitte le commissariat refait, avec le sourire en dandinant comme un troll. Même si j’ai quand même encore un petit doute sur le fait que mon passeport fonctionne effectivement à l’aéroport. Je prévois donc d’y aller beaucoup plus tôt pour m’assurer que je peux bien quitter le pays. Si c’est pas le cas, j’aurai au moins le temps d’essayer de me téléporter à l’ambassade pour tenter la stratégie perdante du laisser passer.
     
    Après une bonne nuit de sommeil, un petit dèj avalé (ouais, j’avale), il est 7h50, il fait grand soleil, je sors devant l’hôtel pour essayer de trouver un taxi honnête. Bonne chance Pedro. Je m’arrête devant le premier :
     
    « L’aéroport pour 70 dirhams ? »
    « Oui, pour 100 c’est bon. »
    « C’est 70, c’est écrit sur ton pare brise. 100 c’est le tarif de nuit »
    « Oui mais le tarif de nuit c’est jusqu’à 9/10h »
    « Bien sur. Donc 70 c’est bon ? »
    « Donne moi 90. 20 dirhams de supplément pour la valise. »
    « Bon, je vais voir l’autre taxi là bas ? »
    « Tssss.. Allez allez c’est bon 70.. »
     
    S’en suivra une série de vociférations en arabe qui ne ressemblaient pas toutes à des compliments à mon égard.
     
    On arrive à l’aéroport, et il me pose à l’autre bout du parking.
     
    « Tu peux me poser devant l’aéroport s’il te plait ? »
    « Pour 70, c’est ici que je pose »
     
    C’est un des trucs tiltants au Maroc, devoir constamment négocier, y compris dans ton bon droit, même pour des prix affichés, et te faire prendre pour le dernier des conn**ds quand tu décides de ne pas te faire enc**er.
     
    Bref, next, j’ai besoin de vérifier que mon passeport est valable mais impossible de trouver un flic capable de me répondre autre chose que « Oui oui c’est bon t’en fais pas. » sans plus de vérifications. Je suis donc contraint de patienter jusqu’à l’ouverture du guichet pour Casablanca par lequel je transite.
     
    « Bonjour, votre passeport s’il vous plait »
     
    La main tremblante, je lui tends mon carnet de voyage. Je suis en apnée, mon cœur bat la chamade. « one time, one time, one time » résonne dans ma tête.
     
    ….
    ….
     
    « Voilà monsieur merci, embarquement porte B12, bonne journée »
     
    CLAAAAAAC ! Wooohoooooo ! Victoire ! Contre toute attente, je gagne avec hauteur jack au showdown ! Heureusement pour moi et malheureusement pour vous, les cagoules décident donc de s’arrêter ici et je passe le comptoir d’enregistrement sans encombre.
     
    Tout fier, je passe les contrôles de douane « comment ? Mais OUI, j’ai un passeport, tout à fait monsieur ». Je suis même dégouté de passer à coté d'un flic qui ne voudra même pas me contrôler.
     
    Histoire de bien finir les choses, j’aurai aussi le plaisir de pouvoir, en traversant le zoo de Boston temporairement relocalisé dans l’aéroport de Marrakech, réaliser le dernier défi qu’on m’avait donné, le selfie chameau.
     

     
    Je pars donc avec la conscience tranquille d’une mission rondement menée.
     
    Enfin assis dans l’avion, j’attache ma ceinture, je souffle une dernière fois, soulagé et je regarde au loin par le hublot ce pays que je pensais ne pas quitter de si tôt.
     
    Ca y est Maman, cette fois je rentre à la maison !
  4. Like
    jaybee reacted to SuperCaddy in Jaybee et Papat de P@L et Matt Berkey - Club Poker Radio S14E23   
    News Club Poker Radio S14E23 avec Jaybee et Papat de Poker@Lyon Poker@Lyon fait depuis longtemps partie des communautés d'amateurs les plus actives en France. L'équipe de Club Poker Radio a donc décidé cette semaine de tendre son micro à deux des piliers de l'association : notre jaybee national et son vice-président Papat. Le pro américain Matt Berkey était également des nôtres pour une interview signée Gaëlle.
    [...] Lire la suite…



  5. Like
    jaybee got a reaction from Gomjo in SISMIX 2015 - Coverage OFF !   

     Part 3 - Qu'est ce que je fous dans cette galère ?  

     
    17h56, je sonne à l’interphone du consulat…
     
    « On est fermé »
    « Je suis désolé d’insister, mais c’est urgent j’ai mon vol demain matin »
    « Alors revenez demain à 8h30. »
     
    Bon, j’ai fait tout ce que je pouvais aujourd’hui, et je rentre à l’hôtel. C’est quasi définitivement mort pour repartir demain matin, à moins que ça se passe exceptionnellement bien au consulat demain matin et que tout soit réglé en 20mn. Mais étant donné que j’ai mis 8h pour obtenir une simple déclaration de vol aujourd’hui, je n’ai pas vraiment de doute sur l’issue du lendemain et je me demande même quand je vais pouvoir repartir. Je commande un coca citron dans le lobby, histoire de décompresser de cette journée et je me pose pour profiter de la connexion internet vacillante. Je me renseigne un peu sur le prix des riads à vendre, au cas où je doive finalement rester ici quelques années. Après avoir constaté avec plaisir que 40 de mes adorables amis facebook ont liké le fait que j’ai perdu mon passeport et que je sois coincé au pays de la drogue et de la prostitution, je relis le premier chapitre de « jamais sans ma fille » pour me remonter le moral. Vie de m**de.
     
    Tant pis, la vie est belle, j'ai mes deux bras, mes deux jambes et mes deux cheveux, je suis contraint de prendre des vacances supplémentaires au soleil et je serai quand même ingrat de me plaindre. Je me met donc en quête d'un bon resto pour le soir et je rouille un peu sur youporn et marmiton. Il est 20h30 quand je remonte dans ma chambre. Je prends une douche salvatrice et au moment de m’habiller, sur mon lit je découvre ma veste, que j’avais oubliée dans le placard de l’ancienne chambre et qu’une femme de ménage m’a déposée ici.
     
    Je soulève la veste et je sens un gros truc dur dedans. C’est ma bite. Par acquis de conscience, je la sors quand même de la poche pour vérifier et… vous l’aurez deviné, c’est mon passeport que je retrouve dans la poche intérieure.



     
    put**n quel demeuré. Toute cette journée de galère pour retrouver mon passeport le soir. Dire qu’au moment de faire ma valise ce matin, après avoir retourné 2 fois toute ma chambre, je blaguais avec Steven : « Et là t’imagines le truc, en soulevant un vieux slip je retrouve mon passeport ? »
     
    Tous les sentiments et leurs contraires se mêlent à ce moment là. Je devrais être content mais je n’y arrive pas vraiment. Je ne sais pas si je dois être soulagé de l’avoir retrouvé, ou dégouté d’être aussi débile. C’est difficile de vraiment profiter dans un moment comme ça ou tu te repasses le film de la journée, les heures perdues, les dépenses superflues, les odeurs dans les taxis, cette rage générée par l’immobilisme de cette bureaucratie marocaine…
     
    Bon quoiqu’il en soit, le coté positif, c’est quand même que je vais finalement pouvoir repartir le lendemain contre toute attente. Je commande donc mon billet d’avion pour le lendemain matin 10h. 200€ réglés sur Royal Air Maroc. J’annonce la nouvelle à ma sœur qui se faisait du souci.

    « Mais t’as fait ta déclaration de vol ? Parce ce que du coup ton passeport risque de ne pas être valide vu qu’il est déclaré volé. »
     
    Mon dieu. Quel jambon. Et au Maroc, cette insulte prend vraiment toute sa dimension.
     
    En plus, je viens de cliquer sur « confirmer l’achat du billet » y a à peine quelque secondes. J’en suis déjà à mon deuxième billet Marrakech – Lyon d’acheté, et je vais peut être toujours pas pouvoir monter dans l’avion. Je ferme mon PC, je fourre tous les papiers utiles dans mon sac et je cours en bas pour prendre un taxi et retourner au commissariat en espérant qu’il soit encore ouvert. En appuyant sur le bouton de l’ascenseur, Je me rends compte que je suis en caleçon et que ça risque d’empêcher le bon déroulement des négociations avec les autorités locales. Non pas que Marrakech soit particulièrement réputé pour le charme vestimentaire de ses autochtones, mais d’expérience, une couille vagabonde qui dépasse lors d’une discussion a toujours tendance à faire tiquer votre interlocuteur.
     
    Habillé, déodorisé (ouais on sait jamais, je peux peut être pécho un flic moustachu.) Il est 21h30 quand j’arrive là bas, et je tombe en plein milieu d’une bagarre entre deux gars menottés qui se mettent des coups de boule. Ils se feront rapidement calmer par des uniformes bleus. Un flic à l’entrée me dit que je ne pourrai pas faire annuler ma déposition ce soir, et qu’il faut que je revienne demain matin 10h, parce que l’officier qui s’occupe de ça n’est pas là. J’insiste. Il insiste. Je ré-insiste. Il tank. Finit par céder et me laisse passer en haussant les épaules. Je reconnais un des flics de cet après midi, et je lui explique la situation, que je viens de retrouver mon passeport et que je voudrais annuler ma déclaration de vol. Il se met à fouiller dans un tas de papier à coté du PC et finit par m’en ressortir une feuille avec un sourire :
     
    « Ji l’ai retrouvée ! »
     
    Il prend alors la feuille en travers, me regarde en souriant et il la déchire.
     
    « Hop disparu, plus di diclaration ! »
     
    Surréel. En même temps, heureusement que tout ça m’arrive au Maroc où la lenteur de l’administration m’a sauvé d’un désastre intersidéral. Je confirme bien avec lui que rien n’a bien été envoyé.
     
    « Non non t’en fais pas, tant que le papier est là, rien n’a été envoyé ici ! »
     

     
    Je quitte le commissariat refait, avec le sourire en dandinant comme un troll. Même si j’ai quand même encore un petit doute sur le fait que mon passeport fonctionne effectivement à l’aéroport. Je prévois donc d’y aller beaucoup plus tôt pour m’assurer que je peux bien quitter le pays. Si c’est pas le cas, j’aurai au moins le temps d’essayer de me téléporter à l’ambassade pour tenter la stratégie perdante du laisser passer.
     
    Après une bonne nuit de sommeil, un petit dèj avalé (ouais, j’avale), il est 7h50, il fait grand soleil, je sors devant l’hôtel pour essayer de trouver un taxi honnête. Bonne chance Pedro. Je m’arrête devant le premier :
     
    « L’aéroport pour 70 dirhams ? »
    « Oui, pour 100 c’est bon. »
    « C’est 70, c’est écrit sur ton pare brise. 100 c’est le tarif de nuit »
    « Oui mais le tarif de nuit c’est jusqu’à 9/10h »
    « Bien sur. Donc 70 c’est bon ? »
    « Donne moi 90. 20 dirhams de supplément pour la valise. »
    « Bon, je vais voir l’autre taxi là bas ? »
    « Tssss.. Allez allez c’est bon 70.. »
     
    S’en suivra une série de vociférations en arabe qui ne ressemblaient pas toutes à des compliments à mon égard.
     
    On arrive à l’aéroport, et il me pose à l’autre bout du parking.
     
    « Tu peux me poser devant l’aéroport s’il te plait ? »
    « Pour 70, c’est ici que je pose »
     
    C’est un des trucs tiltants au Maroc, devoir constamment négocier, y compris dans ton bon droit, même pour des prix affichés, et te faire prendre pour le dernier des conn**ds quand tu décides de ne pas te faire enc**er.
     
    Bref, next, j’ai besoin de vérifier que mon passeport est valable mais impossible de trouver un flic capable de me répondre autre chose que « Oui oui c’est bon t’en fais pas. » sans plus de vérifications. Je suis donc contraint de patienter jusqu’à l’ouverture du guichet pour Casablanca par lequel je transite.
     
    « Bonjour, votre passeport s’il vous plait »
     
    La main tremblante, je lui tends mon carnet de voyage. Je suis en apnée, mon cœur bat la chamade. « one time, one time, one time » résonne dans ma tête.
     
    ….
    ….
     
    « Voilà monsieur merci, embarquement porte B12, bonne journée »
     
    CLAAAAAAC ! Wooohoooooo ! Victoire ! Contre toute attente, je gagne avec hauteur jack au showdown ! Heureusement pour moi et malheureusement pour vous, les cagoules décident donc de s’arrêter ici et je passe le comptoir d’enregistrement sans encombre.
     
    Tout fier, je passe les contrôles de douane « comment ? Mais OUI, j’ai un passeport, tout à fait monsieur ». Je suis même dégouté de passer à coté d'un flic qui ne voudra même pas me contrôler.
     
    Histoire de bien finir les choses, j’aurai aussi le plaisir de pouvoir, en traversant le zoo de Boston temporairement relocalisé dans l’aéroport de Marrakech, réaliser le dernier défi qu’on m’avait donné, le selfie chameau.
     

     
    Je pars donc avec la conscience tranquille d’une mission rondement menée.
     
    Enfin assis dans l’avion, j’attache ma ceinture, je souffle une dernière fois, soulagé et je regarde au loin par le hublot ce pays que je pensais ne pas quitter de si tôt.
     
    Ca y est Maman, cette fois je rentre à la maison !
  6. lol!
    jaybee got a reaction from Vingte in SISMIX 2015 - Coverage OFF !   

    Un jour un dessin  
    Puisque ce coverage n'est visiblement pas terminé, il semblait de rigueur que je refasse un petit paint. 

    Aujourd'hui, le commissariat du premier arrondissement de Marrakech.
     

  7. Like
    jaybee got a reaction from Gomjo in SISMIX 2015 - Coverage OFF !   

    Les 12 travaux de Jaybix - part 2  

     
    Quand j’arrive au deuxième étage, deux personnes attendent avant moi assises dans le couloir, et dans le bureau, mon futur interlocuteur semble occupé avec quelqu’un. On attend. Le quelqu’un sort. Il n’appelle personne et se met à téléphoner. Une marocaine arrive. Le gars est toujours au téléphone. 20mn se sont écoulées. Une astuce de la dernière arrivante s’affiche en bas de notre écran : « si vous rentrez pas, il arrêtera jamais de téléphoner, il fait semblant ». Haha, si c’est le cas, c’est énorme. Alors je teste. Je rentre dans le bureau. Il raccroche sans dire au revoir. put**n de branleur.
     
    « Bonjour, je viens faire une déclaration de perte de mon passeport »
     
    Il me répond tout en faisant semblant de fouiller dans une pile de feuilles vierges.
     
    « D’accord, on pourra rien faire aujourd’hui, il faut attendre 48h »
     
    Attends c’est pas mon petit frère tchétchène que j’ai perdu, c’est un livret en papier, il va pas prendre le bus pour rentrer à la maison.
     
    « Moi il me la faut aujourd’hui la déclaration, j’ai mon billet pour un vol demain »
    « Il va falloir le décaler » sans me regarder, avec le dédain le plus complet.
    « Je ne peux pas décaler, je dois absolument rentrer pour le boulot, j’anime un séminaire demain soir pour mon entreprise »
     
    (Ouais c’est bien d’alterner les mensonges, ça permet de rester spontané.)
     
    « Monsieur, on ne peut rien faire avant 48h, il faut qu’on mène une enquête pour savoir où il est, vous savez tout ce qu’on peut faire avec un passeport ? »
    « J’aurais au moins un papier de déclaration de perte ? »
    « Non, rien avant les 48h d’investigation de nos enquêteurs. »
     

     
    Il m’a vaincu. Les experts à Marrakech ont encore gagné. J’espère que la lumière noire sur un zoom x300 d’une caméra de sécurité permettra de retrouver les empreintes digitales du coupable.
     
    Je souffle un bon coup. On reprend.
     
    « Bon, OK, qu’est ce qu’il faut faire pour lancer la procédure ? »
    « Il faut une photocopie de votre passeport »
    « J’en ai une sauvegarde sur mon PC portable, ça suffit ? Ou vous pouvez l’imprimer ? »
    « Non aucun des deux, il faut que vous reveniez avec un imprimé de votre passeport. En sortant à gauche il y a une boutique qui pourra vous faire ça. SUIVANT.»
     
    Le tilt. Même pas au revoir, je me fais éjecter comme un point noir entre deux ongles crasseux. Je sors de son bureau, je repasse la sécurité, je confirme avec le garde où se trouve la boutique et je m’y rends. J’arrive devant 3 petites boutiques de m**de, qui vendent des bouteilles d’eau, des porte-clés chameau et des cacahuètes périmées. Je demande à la première où je peux faire imprimer une feuille. Il m’indique la troisième boutique. Je suis quand même sceptique. Elle a l’air de faire 4m2 dont 2 sont occupés par une broche de viande tournante et un frigo.
     
    « Bonjour, je viens imprimer une photo de mon passeport »
    « Oui pas de problème, donnez moi le passeport »
    « Je l’ai pas, j’en ai juste une version sur mon portable »
    « Ah ben non on peut pas, on a juste une photocopieuse ici. »
     
    Le mec m’a envoyé dans un put**n DE KEBAB AVEC UNE PHOTOCOPIEUSE.
     

     
    « Où est ce que je peux faire imprimer quelque chose autour ? »
    « Y a rien d’autre autour d’ici »
     
    Je tente une solution alternative.
     
    « Bon est ce qu’on peut essayer de photocopier l’écran de mon PC ? »
     
    Il parle en arabe à un gros sac affalé dans une chaise.
     
    « Le patron a dit non. »
    « On peut même pas essayer ? »
    « Le patron il veut pas. »
     
    J’en peux plus d’eux. Je change de plan. Je souhaite à l’autre qui veut me cagouler avec ses 48h de délai de mourir dans un feu allumé par ses propres enfants. Malin comme un singe, je décide de tenter un autre commissariat. Je prends un taxi en lui demandant de me poser dans n’importe quel commissariat sauf celui que j’ai déjà fait.
     
    Je patiente 30mn dans la queue, et un flic vient me voir pour me demander pourquoi je suis là. Je lui explique la situation, et il me répond gentiment qu’il faut que j’aille au commissariat du 1er arrondissement, étant donné que ça s’est passé au Es Saadi qui dépend géographiquement de ce poste de police. C’est probablement la seule personne bien intentionnée que j’aurai rencontrée de la journée. Bon même si il m’a délicatement viré de son poste de police avec un sourire.
     
    Retour à la case départ, je ne touche pas 20.000 dirhams, je suis reparti pour le premier commissariat. Il est déjà 16h, j’ai raté depuis longtemps le rendez vous à l’ambassade et mes espoirs de repartir le lendemain s’amenuisent autant que mes cheveux au fil des 10 dernières années.
     
    Quand j’arrive, miracle, les 9 sri lankais sont retournés coudre des ballons et il y a toujours les deux flics dont le même branleur, deux femmes qui attendent ensemble et une autre qui fait sa déposition. Elle a l’air en sévère état de choc, pleure toutes les larmes de son corps. Je ne comprends pas grand chose à leur discussion en arabe, mais je capte « iPad » « Samsung » et j’en conclus qu’elle a dû se les faire voler dans la rue. Ca dure… ça dure... Après une heure de discussion, elle finit par se lever pour aller s’asseoir dans le couloir, et elle a l’air aussi stable qu’un château de cartes dans un courant d’air. Elle fait 3 pas, et BAM ! Elle tombe dans les pommes et s’étale de tout son long dans le couloir la tête sur l’escalier. Et personne ne bouge ! Je me lève pour aller l’aider, et seule une femme qui attendait devant moi m’aidera à l’allonger correctement par terre pour qu’elle puisse respirer. Le premier flic vient alors me voir pour me demander pourquoi je suis là.
     
    « Je dois faire une déclaration de vol de passeport »
    « D’accord, il nous faudra votre numéro d’entrée au Maroc »
    « Je le connais pas »
    « Alors il faut que vous retourniez chercher la fiche de police que vous avez rempli en arrivant à votre hôtel »
     
    Sérieux ? Combien de papiers différents on va me demander ?
     
    Me voilà reparti pour mon hôtel, je demande au taxi de m’attendre dehors, le temps que je récupère le papier et on retourne illico au commissariat. La femme évanouie est toujours là, et je lui parle un peu pour m’assurer que tout va bien. Elle a l’air complètement shootée au Xanax ou un truc du genre et parle tout bas.
     
    « Il m’a volé 6 millions »
    « Qui ça ? »
    « Le pickpocket »
    « 6 millions de quoi ? »
    « 6 millions qui étaient dans mon sac pour payer l’opération de Mustafah »
     
    (j’apprendrai plus tard que les 6 millions sont 60.000 dirhams , soit 6000€)
     
    « Je veux partir, laissez moi partir, je ne sers plus à rien. »
    « Mais non, reposez vous un moment ça va aller mieux. »
     
    Pendant ce temps, les deux filles de devant ont fini leur déclaration et c’est à moi de passer. Il est 17h30. L’ambassade ferme à 18h donc j’ai encore une toute petite chance illusoire. Le mec écoute mon histoire et me dit :
     
    « Je ne peux pas prendre votre déposition, ce n’est pas un vol. »
    « Qu'est ce que vous n'avez pas compris dans ce que je viens de dire ? »
    « Un voleur ne volera jamais que le passeport en laissant l’appareil photo, donc c’est pas un vol, je peux pas prendre votre déposition. »
    « Mais enfin, on ne peut pas supposer le comportement d’un voleur, si ? »
     
    A ce stade là de la journée j’ai l’impression d’être dans un « truman Show » et qu’à tout moment, le rideau peut tomber pour mettre fin à cette mascarade. Après avoir insisté lourdement sur le fait que j’avais absolument besoin de cette déposition pour rentrer chez moi, le seul flic avec des principes de tout le Maroc acceptera finalement de prendre ma déposition. Et il me sort un procès verbal en arabe.
     
    « Il me la faudrait en français, s’il vous plait »
    « C’est pas possible, signez celle là »
    « Vraiment j’insiste, pour les assurances et tout »
     
    Je signe son papier, et il me consulte ensuite pour la traduction de la déclaration.
     
    « Ca va cette phrase ? »
     
    Sur 16 mots, y a 17 fautes d’orthographe, de syntaxe, de grammaire et je me concentre donc sur les plus vitales à la compréhension du document. Il me l’imprime et me dit :
     
    « OK, il faut qu’Abdellah le signe, va le chercher »
    « C’est qui Abdellah ? »
    « Il a des cheveux gris, il était là tout à l’heure »
     

     
    8ème dimension bonjour. Je me plie aux règles du jeu et je me lève pour aller chercher Abdellah. Je fais le tour du commissariat, et il est introuvable. Je reviens pour annoncer la nouvelle à l’inspecteur BenDerrick qui me répond « OK, c’est pas grave, je vais imiter sa signature ». Soit.
     
    Il est 17h48, et je saute dans un taxi pour essayer d’arriver à temps au consulat. Pas de négociation, pas le temps, ton prix sera le mien, fais toi plaisir, ce soir je suis ta bitch.
     
    17h56, je sonne à l’interphone du consulat…
  8. Like
    jaybee got a reaction from Vingte in SISMIX 2015 - Coverage OFF !   

    Part 1 - Escaping Marrakech  

     
    Mes vacances prolongées au Maroc m’ont permis de vivre de nouvelles aventures, qui se sont avérées assez rocambolesques pour que j’ai envie de les partager avec vous.
     
    Le contexte :
     
    Samedi soir, au moment de partir manger, après avoir pris des photos chastes à la piscine, je me rends compte que j’ai oublié mon sac à dos là bas 30mn plus tôt. Mais après avoir fait le tour de la piscine, impossible de retrouver le sac et je ne sais même pas précisément où je l’ai laissé. Je commence à flipper un peu parce qu’y a quand même l’appareil photo numérique, mon portefeuille et mon passeport dedans. Je vais demander au stand saucisses merguez spaghetti si par hasard ils n’ont pas retrouvé un sac et une gentille serveuse m’aiguillera vers la conciergerie de l’hôtel où sont rassemblées toutes les affaires retrouvées. Par chance, quelqu’un leur a ramené mon sac, et gros soulagement, je l’ouvre et je vois mon portefeuille avec encore l’argent dedans et l’appareil photo numérique. Si par hasard la personne qui a trouvé mon sac et l’a déposé à la conciergerie lit ce coverage, je le remercie sincèrement du fond du cœur. Voilà le contexte qui précède ces aventures.
     
    Allez c'est parti, père Castor, raconte nous ta journée.
     

     
    Dimanche soir, minuit. Le tournoi touche à sa fin. Je décolle le lendemain matin à 9h pour rentrer à Lyon après ce dur séjour de labeur. Mais en voulant m’enregistrer sur mon vol easyjet, je me rends compte que … mon passeport n’est plus dans mon sac. Légère panique, il devrait y être. Je retourne donc à la conciergerie pour leur demander si quelqu’un n’a pas sorti le passeport de mon sac pour noter mon nom et l’aurait oublié sur le comptoir. Négatif. Je rentre à l’hotel et je retourne deux fois ma chambre et vide tous mes sacs. Négatif. Il faut se rendre à l’évidence, je suis devenu un sans-papiers. Je finis de poster quelques photos de ladies sur ce coverage, parce qu’il y a quand même des priorités dans la vie, puis je cherche la procédure à entamer sur google : « Perdre son passeport la veille du départ comme un conn**d». Il faut donc que je passe à l’Ambassade de France pour leur demander un laisser passer. Je regarde les horaires d’ouverture de l’ambassade (qui est en fait un consulat) : ouverture de 8h30 à 18h. C’est définitivement mort pour le vol de demain. J’appelle le numéro d’urgence au cas où. Confirmation des horaires. Tristesse.  Désespoir. Résignation. Cuticule. Tartiflette à roulettes.
     
    Une fois renseigné sur la démarche à effectuer, je suis prêt pour la journée de demain, avec le secret espoir d’avoir le vol du lendemain matin 10h. J’avais l’intention de ne pas dormir, mais après la deuxième nuit consécutive à dormir 2h, mon corps a décidé de se mettre en travers de ce plan. Réveillé à 10h30, je descends à la réception pour voir comment je peux m’arranger pour avoir une chambre et à quel tarif. Je tombe sur le manager qui me fait une offre « que je ne peux pas refuser » : 566 dirhams au lieu de 1331 en me proposant de garder la même chambre. Ca m’évitera de devoir faire la navette avec mes affaires, donc ça me va bien et je remonte chercher l’argent pour payer l’aubergiste. 566 dirhams plus tard, il me tend la clé de ma chambre. Je passe de la 526 à la 541.
     
    « Sisi, c’est la même chambre »
    « Visiblement non »
    « C’est pas -la- même, mais c’est la même »
     
    AH !
    Devant cette boucle de vérité absolue qui aurait rendu jaloux Descartes, je choisis d’abandonner le combat ici, et je change ma valise de chambre.Je décolle ensuite pour le consulat vers 11h. J’arrive un quart d'heure devant un bâtiment qui ressemble plus à une cabane de jardinage en béton qu’à un consulat. Deux portes du même genre qu’on voit à l’arrière des hangars et une petite fenêtre fermée par un rideau de fer me font douter de ma destination. Je fais le tour du bâtiment pour trouver l’entrée officielle, deux mendiants, huit lauriers roses et quelques traces de pisse mi humaine mi chameau plus tard, je me rends compte que j’y étais effectivement. Je sonne à l’interphone à coté du rideau de fer.
     
    « C’est pour quoi ? »
    « Oui bonjour à vous aussi, je me suis fait voler mon passeport et j’aimerais obtenir un laisser passer »
    « On est fermés, revenez demain à 14h30 »
     
    Raccrochage. Je re-sonne.
     
    « Non ça va pas être possible, j’ai mon vol demain, il faut que je passe aujourd’hui »
    « Bon revenez à 14h pile, pas après »
     
    En partant je croise la responsable du consulat qui partait probablement en pause déjeuner et qui me renseigne un peu mieux sur la démarche à effectuer : il faut que j’aille faire une déclaration de vol au commissariat, et que je revienne avec une copie de cette déclaration, deux photos, et « environ 23€ de timbres fiscaux ». Pourquoi pas.
     
    Un flic posté à la sortie m’indiquera le commissariat le plus proche, celui du 1er arrondissement. Je prends un taxi pour m’y rendre. 12h15, une fois arrivé là bas, je pénètre dans un couloir dégueulasse avec un bureau sur la droite. A l’intérieur, 9 sri lankais (j’ai décidé ça au hasard) attendent accroupis à même le sol, pendant qu’un flic, assez moche pour en vouloir à la nature, assis à son bureau prend une déposition, mais sans poser la moindre question ni obtenir aucune réponse. L’autre flic, tout seul à son bureau, fait semblant de taper sur son clavier, uniquement avec l’index, au rythme d’une touche toutes les deux secondes pour se donner une contenance dans sa branlitude. Deux marocains m’adressent la parole à l’entrée du bureau, et j’apprends que ça fait 45mn qu’ils sont là, et que rien n’a bougé, ils en sont toujours au même « client ». Je rentre dans le bureau pour leur expliquer la situation, que j’ai besoin urgent de cette déclaration de perte / vol.
     
    « C’est une déclaration de perte ou de vol ? »
    « Je sais pas exactement, c’est entre les deux »
    « Alors ici c’est uniquement les déclarations de vol. Pour les déclarations de perte c’est le bureau du fond à gauche »
     
    Je tente alors ma chance dans le bureau du fond, et là, aubaine, strictement personne et deux flics disponibles pour prendre des dépositions.
     
    «  Bonjour, je viens faire une déclaration de perte de passeport »
    « Oui pas de souci, vous êtes marocain ? »
    « Non, français »
    « Ah, alors ça ne va pas être possible, on ne prend que les déclarations des marocains, pour tous les autres ressortissants, c’est à la préfecture de police qu’il faut déposer »
    « Et vous pouvez pas me faire sauter la queue pour que je puisse déposer une déclaration de vol ici ? »
    « Non c’est pas possible, ici on suit les règles, mais y a jamais de queue à la préfecture par contre »
     
    il est 13h, allons y pour la préfecture. Il me reste une heure pour revenir au consulat si je ne veux pas faire la consulat-bulle. J’arrive devant le portail de l’immense bâtiment de police et là un garde me stoppe d’une main posée sur mon torse musclé. Je m’arrête de peur de le blesser.
     
    « Désolé vous pouvez pas rentrer, les shorts sont interdits »
     
    WHAT... THE… f*ck ? Je suis en train de me faire level par le gendarme à Saint Tropech ? C’est de l’humour berbère dont j’ai sauté le chapitre dans « le Maroc pour les nuls » ?
     
    « Excusez moi, mais je dois absolument faire ma déclaration de perte de passeport, AUJOURD’HUI »
    « Désolé, mais pas de short à l’intérieur, il faut revenir avec un pantalon. »
     

     
    C’est le pompon ça. Le mec s’est pris pour le videur du Macumba un samedi soir. J’admets par contre volontiers que sa mitraillette en bandoulière me coupe un peu l’envie de l’envoyer chi**. Je tente donc l’approche psychologique en rajoutant quelques larmes dans le ton et des trémolos dans mes propos. Et heureusement après un troisième barrel et le mariage de ma sœur qui a lieu dans deux jours et dont je suis le témoin, il finira par folder en me disant « ça ira pour cette fois, mais la prochaine fois, couvrez moi ces jambes ». C’est donc ça l’explication, j’ai des mollets bien trop sexys qui risqueraient de provoquer une émeute féminine dans la préfecture.
     
    Je passe un portillon à rayons X, je me fais palper, mon sac se fait fouiller et je décline gentiment un toucher rectal avant de pouvoir arborer fièrement un badge « visiteur ».
    « Vous avez un téléphone portable ? »
    « Oui, pourquoi ? »
    « Il faut le laisser ici »
     
    Jamais vu ça, mais pourquoi pas, j’en suis pas à ma première surprise aujourd’hui. On m’indique le deuxième étage, premier bureau à droite pour faire ma déposition…
  9. Like
    jaybee got a reaction from Gomjo in SISMIX 2015 - Coverage OFF !   

     Part 3 - Qu'est ce que je fous dans cette galère ?  

     
    17h56, je sonne à l’interphone du consulat…
     
    « On est fermé »
    « Je suis désolé d’insister, mais c’est urgent j’ai mon vol demain matin »
    « Alors revenez demain à 8h30. »
     
    Bon, j’ai fait tout ce que je pouvais aujourd’hui, et je rentre à l’hôtel. C’est quasi définitivement mort pour repartir demain matin, à moins que ça se passe exceptionnellement bien au consulat demain matin et que tout soit réglé en 20mn. Mais étant donné que j’ai mis 8h pour obtenir une simple déclaration de vol aujourd’hui, je n’ai pas vraiment de doute sur l’issue du lendemain et je me demande même quand je vais pouvoir repartir. Je commande un coca citron dans le lobby, histoire de décompresser de cette journée et je me pose pour profiter de la connexion internet vacillante. Je me renseigne un peu sur le prix des riads à vendre, au cas où je doive finalement rester ici quelques années. Après avoir constaté avec plaisir que 40 de mes adorables amis facebook ont liké le fait que j’ai perdu mon passeport et que je sois coincé au pays de la drogue et de la prostitution, je relis le premier chapitre de « jamais sans ma fille » pour me remonter le moral. Vie de m**de.
     
    Tant pis, la vie est belle, j'ai mes deux bras, mes deux jambes et mes deux cheveux, je suis contraint de prendre des vacances supplémentaires au soleil et je serai quand même ingrat de me plaindre. Je me met donc en quête d'un bon resto pour le soir et je rouille un peu sur youporn et marmiton. Il est 20h30 quand je remonte dans ma chambre. Je prends une douche salvatrice et au moment de m’habiller, sur mon lit je découvre ma veste, que j’avais oubliée dans le placard de l’ancienne chambre et qu’une femme de ménage m’a déposée ici.
     
    Je soulève la veste et je sens un gros truc dur dedans. C’est ma bite. Par acquis de conscience, je la sors quand même de la poche pour vérifier et… vous l’aurez deviné, c’est mon passeport que je retrouve dans la poche intérieure.



     
    put**n quel demeuré. Toute cette journée de galère pour retrouver mon passeport le soir. Dire qu’au moment de faire ma valise ce matin, après avoir retourné 2 fois toute ma chambre, je blaguais avec Steven : « Et là t’imagines le truc, en soulevant un vieux slip je retrouve mon passeport ? »
     
    Tous les sentiments et leurs contraires se mêlent à ce moment là. Je devrais être content mais je n’y arrive pas vraiment. Je ne sais pas si je dois être soulagé de l’avoir retrouvé, ou dégouté d’être aussi débile. C’est difficile de vraiment profiter dans un moment comme ça ou tu te repasses le film de la journée, les heures perdues, les dépenses superflues, les odeurs dans les taxis, cette rage générée par l’immobilisme de cette bureaucratie marocaine…
     
    Bon quoiqu’il en soit, le coté positif, c’est quand même que je vais finalement pouvoir repartir le lendemain contre toute attente. Je commande donc mon billet d’avion pour le lendemain matin 10h. 200€ réglés sur Royal Air Maroc. J’annonce la nouvelle à ma sœur qui se faisait du souci.

    « Mais t’as fait ta déclaration de vol ? Parce ce que du coup ton passeport risque de ne pas être valide vu qu’il est déclaré volé. »
     
    Mon dieu. Quel jambon. Et au Maroc, cette insulte prend vraiment toute sa dimension.
     
    En plus, je viens de cliquer sur « confirmer l’achat du billet » y a à peine quelque secondes. J’en suis déjà à mon deuxième billet Marrakech – Lyon d’acheté, et je vais peut être toujours pas pouvoir monter dans l’avion. Je ferme mon PC, je fourre tous les papiers utiles dans mon sac et je cours en bas pour prendre un taxi et retourner au commissariat en espérant qu’il soit encore ouvert. En appuyant sur le bouton de l’ascenseur, Je me rends compte que je suis en caleçon et que ça risque d’empêcher le bon déroulement des négociations avec les autorités locales. Non pas que Marrakech soit particulièrement réputé pour le charme vestimentaire de ses autochtones, mais d’expérience, une couille vagabonde qui dépasse lors d’une discussion a toujours tendance à faire tiquer votre interlocuteur.
     
    Habillé, déodorisé (ouais on sait jamais, je peux peut être pécho un flic moustachu.) Il est 21h30 quand j’arrive là bas, et je tombe en plein milieu d’une bagarre entre deux gars menottés qui se mettent des coups de boule. Ils se feront rapidement calmer par des uniformes bleus. Un flic à l’entrée me dit que je ne pourrai pas faire annuler ma déposition ce soir, et qu’il faut que je revienne demain matin 10h, parce que l’officier qui s’occupe de ça n’est pas là. J’insiste. Il insiste. Je ré-insiste. Il tank. Finit par céder et me laisse passer en haussant les épaules. Je reconnais un des flics de cet après midi, et je lui explique la situation, que je viens de retrouver mon passeport et que je voudrais annuler ma déclaration de vol. Il se met à fouiller dans un tas de papier à coté du PC et finit par m’en ressortir une feuille avec un sourire :
     
    « Ji l’ai retrouvée ! »
     
    Il prend alors la feuille en travers, me regarde en souriant et il la déchire.
     
    « Hop disparu, plus di diclaration ! »
     
    Surréel. En même temps, heureusement que tout ça m’arrive au Maroc où la lenteur de l’administration m’a sauvé d’un désastre intersidéral. Je confirme bien avec lui que rien n’a bien été envoyé.
     
    « Non non t’en fais pas, tant que le papier est là, rien n’a été envoyé ici ! »
     

     
    Je quitte le commissariat refait, avec le sourire en dandinant comme un troll. Même si j’ai quand même encore un petit doute sur le fait que mon passeport fonctionne effectivement à l’aéroport. Je prévois donc d’y aller beaucoup plus tôt pour m’assurer que je peux bien quitter le pays. Si c’est pas le cas, j’aurai au moins le temps d’essayer de me téléporter à l’ambassade pour tenter la stratégie perdante du laisser passer.
     
    Après une bonne nuit de sommeil, un petit dèj avalé (ouais, j’avale), il est 7h50, il fait grand soleil, je sors devant l’hôtel pour essayer de trouver un taxi honnête. Bonne chance Pedro. Je m’arrête devant le premier :
     
    « L’aéroport pour 70 dirhams ? »
    « Oui, pour 100 c’est bon. »
    « C’est 70, c’est écrit sur ton pare brise. 100 c’est le tarif de nuit »
    « Oui mais le tarif de nuit c’est jusqu’à 9/10h »
    « Bien sur. Donc 70 c’est bon ? »
    « Donne moi 90. 20 dirhams de supplément pour la valise. »
    « Bon, je vais voir l’autre taxi là bas ? »
    « Tssss.. Allez allez c’est bon 70.. »
     
    S’en suivra une série de vociférations en arabe qui ne ressemblaient pas toutes à des compliments à mon égard.
     
    On arrive à l’aéroport, et il me pose à l’autre bout du parking.
     
    « Tu peux me poser devant l’aéroport s’il te plait ? »
    « Pour 70, c’est ici que je pose »
     
    C’est un des trucs tiltants au Maroc, devoir constamment négocier, y compris dans ton bon droit, même pour des prix affichés, et te faire prendre pour le dernier des conn**ds quand tu décides de ne pas te faire enc**er.
     
    Bref, next, j’ai besoin de vérifier que mon passeport est valable mais impossible de trouver un flic capable de me répondre autre chose que « Oui oui c’est bon t’en fais pas. » sans plus de vérifications. Je suis donc contraint de patienter jusqu’à l’ouverture du guichet pour Casablanca par lequel je transite.
     
    « Bonjour, votre passeport s’il vous plait »
     
    La main tremblante, je lui tends mon carnet de voyage. Je suis en apnée, mon cœur bat la chamade. « one time, one time, one time » résonne dans ma tête.
     
    ….
    ….
     
    « Voilà monsieur merci, embarquement porte B12, bonne journée »
     
    CLAAAAAAC ! Wooohoooooo ! Victoire ! Contre toute attente, je gagne avec hauteur jack au showdown ! Heureusement pour moi et malheureusement pour vous, les cagoules décident donc de s’arrêter ici et je passe le comptoir d’enregistrement sans encombre.
     
    Tout fier, je passe les contrôles de douane « comment ? Mais OUI, j’ai un passeport, tout à fait monsieur ». Je suis même dégouté de passer à coté d'un flic qui ne voudra même pas me contrôler.
     
    Histoire de bien finir les choses, j’aurai aussi le plaisir de pouvoir, en traversant le zoo de Boston temporairement relocalisé dans l’aéroport de Marrakech, réaliser le dernier défi qu’on m’avait donné, le selfie chameau.
     

     
    Je pars donc avec la conscience tranquille d’une mission rondement menée.
     
    Enfin assis dans l’avion, j’attache ma ceinture, je souffle une dernière fois, soulagé et je regarde au loin par le hublot ce pays que je pensais ne pas quitter de si tôt.
     
    Ca y est Maman, cette fois je rentre à la maison !
  10. Like
    jaybee got a reaction from Gomjo in SISMIX 2015 - Coverage OFF !   

    Les 12 travaux de Jaybix - part 2  

     
    Quand j’arrive au deuxième étage, deux personnes attendent avant moi assises dans le couloir, et dans le bureau, mon futur interlocuteur semble occupé avec quelqu’un. On attend. Le quelqu’un sort. Il n’appelle personne et se met à téléphoner. Une marocaine arrive. Le gars est toujours au téléphone. 20mn se sont écoulées. Une astuce de la dernière arrivante s’affiche en bas de notre écran : « si vous rentrez pas, il arrêtera jamais de téléphoner, il fait semblant ». Haha, si c’est le cas, c’est énorme. Alors je teste. Je rentre dans le bureau. Il raccroche sans dire au revoir. put**n de branleur.
     
    « Bonjour, je viens faire une déclaration de perte de mon passeport »
     
    Il me répond tout en faisant semblant de fouiller dans une pile de feuilles vierges.
     
    « D’accord, on pourra rien faire aujourd’hui, il faut attendre 48h »
     
    Attends c’est pas mon petit frère tchétchène que j’ai perdu, c’est un livret en papier, il va pas prendre le bus pour rentrer à la maison.
     
    « Moi il me la faut aujourd’hui la déclaration, j’ai mon billet pour un vol demain »
    « Il va falloir le décaler » sans me regarder, avec le dédain le plus complet.
    « Je ne peux pas décaler, je dois absolument rentrer pour le boulot, j’anime un séminaire demain soir pour mon entreprise »
     
    (Ouais c’est bien d’alterner les mensonges, ça permet de rester spontané.)
     
    « Monsieur, on ne peut rien faire avant 48h, il faut qu’on mène une enquête pour savoir où il est, vous savez tout ce qu’on peut faire avec un passeport ? »
    « J’aurais au moins un papier de déclaration de perte ? »
    « Non, rien avant les 48h d’investigation de nos enquêteurs. »
     

     
    Il m’a vaincu. Les experts à Marrakech ont encore gagné. J’espère que la lumière noire sur un zoom x300 d’une caméra de sécurité permettra de retrouver les empreintes digitales du coupable.
     
    Je souffle un bon coup. On reprend.
     
    « Bon, OK, qu’est ce qu’il faut faire pour lancer la procédure ? »
    « Il faut une photocopie de votre passeport »
    « J’en ai une sauvegarde sur mon PC portable, ça suffit ? Ou vous pouvez l’imprimer ? »
    « Non aucun des deux, il faut que vous reveniez avec un imprimé de votre passeport. En sortant à gauche il y a une boutique qui pourra vous faire ça. SUIVANT.»
     
    Le tilt. Même pas au revoir, je me fais éjecter comme un point noir entre deux ongles crasseux. Je sors de son bureau, je repasse la sécurité, je confirme avec le garde où se trouve la boutique et je m’y rends. J’arrive devant 3 petites boutiques de m**de, qui vendent des bouteilles d’eau, des porte-clés chameau et des cacahuètes périmées. Je demande à la première où je peux faire imprimer une feuille. Il m’indique la troisième boutique. Je suis quand même sceptique. Elle a l’air de faire 4m2 dont 2 sont occupés par une broche de viande tournante et un frigo.
     
    « Bonjour, je viens imprimer une photo de mon passeport »
    « Oui pas de problème, donnez moi le passeport »
    « Je l’ai pas, j’en ai juste une version sur mon portable »
    « Ah ben non on peut pas, on a juste une photocopieuse ici. »
     
    Le mec m’a envoyé dans un put**n DE KEBAB AVEC UNE PHOTOCOPIEUSE.
     

     
    « Où est ce que je peux faire imprimer quelque chose autour ? »
    « Y a rien d’autre autour d’ici »
     
    Je tente une solution alternative.
     
    « Bon est ce qu’on peut essayer de photocopier l’écran de mon PC ? »
     
    Il parle en arabe à un gros sac affalé dans une chaise.
     
    « Le patron a dit non. »
    « On peut même pas essayer ? »
    « Le patron il veut pas. »
     
    J’en peux plus d’eux. Je change de plan. Je souhaite à l’autre qui veut me cagouler avec ses 48h de délai de mourir dans un feu allumé par ses propres enfants. Malin comme un singe, je décide de tenter un autre commissariat. Je prends un taxi en lui demandant de me poser dans n’importe quel commissariat sauf celui que j’ai déjà fait.
     
    Je patiente 30mn dans la queue, et un flic vient me voir pour me demander pourquoi je suis là. Je lui explique la situation, et il me répond gentiment qu’il faut que j’aille au commissariat du 1er arrondissement, étant donné que ça s’est passé au Es Saadi qui dépend géographiquement de ce poste de police. C’est probablement la seule personne bien intentionnée que j’aurai rencontrée de la journée. Bon même si il m’a délicatement viré de son poste de police avec un sourire.
     
    Retour à la case départ, je ne touche pas 20.000 dirhams, je suis reparti pour le premier commissariat. Il est déjà 16h, j’ai raté depuis longtemps le rendez vous à l’ambassade et mes espoirs de repartir le lendemain s’amenuisent autant que mes cheveux au fil des 10 dernières années.
     
    Quand j’arrive, miracle, les 9 sri lankais sont retournés coudre des ballons et il y a toujours les deux flics dont le même branleur, deux femmes qui attendent ensemble et une autre qui fait sa déposition. Elle a l’air en sévère état de choc, pleure toutes les larmes de son corps. Je ne comprends pas grand chose à leur discussion en arabe, mais je capte « iPad » « Samsung » et j’en conclus qu’elle a dû se les faire voler dans la rue. Ca dure… ça dure... Après une heure de discussion, elle finit par se lever pour aller s’asseoir dans le couloir, et elle a l’air aussi stable qu’un château de cartes dans un courant d’air. Elle fait 3 pas, et BAM ! Elle tombe dans les pommes et s’étale de tout son long dans le couloir la tête sur l’escalier. Et personne ne bouge ! Je me lève pour aller l’aider, et seule une femme qui attendait devant moi m’aidera à l’allonger correctement par terre pour qu’elle puisse respirer. Le premier flic vient alors me voir pour me demander pourquoi je suis là.
     
    « Je dois faire une déclaration de vol de passeport »
    « D’accord, il nous faudra votre numéro d’entrée au Maroc »
    « Je le connais pas »
    « Alors il faut que vous retourniez chercher la fiche de police que vous avez rempli en arrivant à votre hôtel »
     
    Sérieux ? Combien de papiers différents on va me demander ?
     
    Me voilà reparti pour mon hôtel, je demande au taxi de m’attendre dehors, le temps que je récupère le papier et on retourne illico au commissariat. La femme évanouie est toujours là, et je lui parle un peu pour m’assurer que tout va bien. Elle a l’air complètement shootée au Xanax ou un truc du genre et parle tout bas.
     
    « Il m’a volé 6 millions »
    « Qui ça ? »
    « Le pickpocket »
    « 6 millions de quoi ? »
    « 6 millions qui étaient dans mon sac pour payer l’opération de Mustafah »
     
    (j’apprendrai plus tard que les 6 millions sont 60.000 dirhams , soit 6000€)
     
    « Je veux partir, laissez moi partir, je ne sers plus à rien. »
    « Mais non, reposez vous un moment ça va aller mieux. »
     
    Pendant ce temps, les deux filles de devant ont fini leur déclaration et c’est à moi de passer. Il est 17h30. L’ambassade ferme à 18h donc j’ai encore une toute petite chance illusoire. Le mec écoute mon histoire et me dit :
     
    « Je ne peux pas prendre votre déposition, ce n’est pas un vol. »
    « Qu'est ce que vous n'avez pas compris dans ce que je viens de dire ? »
    « Un voleur ne volera jamais que le passeport en laissant l’appareil photo, donc c’est pas un vol, je peux pas prendre votre déposition. »
    « Mais enfin, on ne peut pas supposer le comportement d’un voleur, si ? »
     
    A ce stade là de la journée j’ai l’impression d’être dans un « truman Show » et qu’à tout moment, le rideau peut tomber pour mettre fin à cette mascarade. Après avoir insisté lourdement sur le fait que j’avais absolument besoin de cette déposition pour rentrer chez moi, le seul flic avec des principes de tout le Maroc acceptera finalement de prendre ma déposition. Et il me sort un procès verbal en arabe.
     
    « Il me la faudrait en français, s’il vous plait »
    « C’est pas possible, signez celle là »
    « Vraiment j’insiste, pour les assurances et tout »
     
    Je signe son papier, et il me consulte ensuite pour la traduction de la déclaration.
     
    « Ca va cette phrase ? »
     
    Sur 16 mots, y a 17 fautes d’orthographe, de syntaxe, de grammaire et je me concentre donc sur les plus vitales à la compréhension du document. Il me l’imprime et me dit :
     
    « OK, il faut qu’Abdellah le signe, va le chercher »
    « C’est qui Abdellah ? »
    « Il a des cheveux gris, il était là tout à l’heure »
     

     
    8ème dimension bonjour. Je me plie aux règles du jeu et je me lève pour aller chercher Abdellah. Je fais le tour du commissariat, et il est introuvable. Je reviens pour annoncer la nouvelle à l’inspecteur BenDerrick qui me répond « OK, c’est pas grave, je vais imiter sa signature ». Soit.
     
    Il est 17h48, et je saute dans un taxi pour essayer d’arriver à temps au consulat. Pas de négociation, pas le temps, ton prix sera le mien, fais toi plaisir, ce soir je suis ta bitch.
     
    17h56, je sonne à l’interphone du consulat…
  11. Like
    jaybee reacted to General_doc2 in SISMIX 2015 - Coverage OFF !   
     

    Je ne sais plus si c'est Byshop ou Aristote qui disait "fbtg"
    Alors, fbtg, et tu reviens nous faire des coverage off, ou on te retrouve et on te tond
  12. Like
    jaybee reacted to kiribato in SISMIX 2015 - Coverage OFF !   
    Que CP envoie jaybee dans tous les pays du monde faire un coverage et que qqun lui pique son passeport à chaque fois!

    One time!
  13. Like
    jaybee reacted to babbuccia in [Triche] Winamax - Deyra Ivan   
    C'est quand même fantastique ces publications de teampro.
    Un chat, des tables et... oh wait
     

  14. Like
    jaybee reacted to Amicalité Confinée in [Triche] Winamax - Deyra Ivan   
    Ok tout lu, ptit retour d'expérience ici
    J'ai mis une semaine à tout lire, à raison de 15-20min par soir avant de me coucher, j'ai commencé le thread quand c'était aux pages 70-80 j'ai cru que je m'en sortirai jamais Lu aucun post à moins de +20 Lu aucun post de Dawkse Il y a environ 110 pages en trop Malgré cela les 50 premières pages sont d'une rare intensité Mon moment préféré fut l'intervention de Goha, le type arrive à mélanger malaise et arrogance dans une chiasse liquide d'une rare intensité (lol aucun vocabulaire). Le mec il est dans les hautes sphères du poker mondial et devient en un post le paillasson de random sur le cépé, magique. A partir des pages 90-100 lu aucun post n'étant pas populaire Lu aucun post populaire de Dawkse J'ai eu l'idée de ce debrief vers la page 90, puis me suis rendu compte que dans les pages suivantes tout le monde avait eu un peu la même idée, la descente est dure là Voilà ce debrief est terminé Allez j'arrête lol t'es lourd
  15. Like
    jaybee got a reaction from Nuri in [Triche] Winamax - Deyra Ivan   
    Adrien Delmas qui fait du MultiColocing ? Trop de révélations sur ce thread.
  16. Like
    jaybee reacted to cesautica in Finale du Partouche Poker Tour 2012 - Coverage OFF   
    Pour la gent féminine (et le lectorat gay) qui regarde est ce qu'on pourrait voir des beaux gosses ? parce qu'on a vu que des chauves jusqu'à maintenant quoi...
  17. Like
    jaybee reacted to Nordiste in Finale du Partouche Poker Tour 2012 - Coverage OFF   

    Le gars qui a besoin d'être rassuré ! Envoie des Patates Tata! T'es une machine, on aime, et plus c'est extrême, plus on adore.

    Alors: Regale ton public de photos, de vidéos, de moqueries, de boobs, de sourires, de talons, et de tout ce que tu jugeras bon de faire peter .

    No limit Coverage Off.

    N'hésite pas sortir Jenny. P. de sa cave, elle a du bien tourner là
  18. Like
    jaybee reacted to Dudukian in [Triche] Winamax - Deyra Ivan   
    Voilà la liste exhaustive des tournois sur lesquels on retrouve ValueMerguez et MATIVANAO :
     
    https://www.winamax.fr/poker/tournament.php?ID=167620860 06/09/2016  https://www.winamax.fr/poker/tournament.php?ID=167621128 07/09/2016 https://www.winamax.fr/poker/tournament.php?ID=167621169 07/09/2016 https://www.winamax.fr/poker/tournament.php?ID=167621143 07/09/2016 https://www.winamax.fr/poker/tournament.php?ID=167621207 07/09/2016 https://www.winamax.fr/poker/tournament.php?ID=167621696 08/09/2016 https://www.winamax.fr/poker/tournament.php?ID=167621662 08/09/2016 https://www.winamax.fr/poker/tournament.php?ID=167696031 08/09/2016 https://www.winamax.fr/poker/tournament.php?ID=167630344 10/09/2016 https://www.winamax.fr/poker/tournament.php?ID=167630527 11/09/2016 https://www.winamax.fr/poker/tournament.php?ID=167630595 11/09/2016 https://www.winamax.fr/poker/tournament.php?ID=167630578 11/09/2016 https://www.winamax.fr/poker/tournament.php?ID=222294871 15/01/2018 https://www.winamax.fr/poker/tournament.php?ID=270472805 15/03/2019 https://www.winamax.fr/poker/tournament.php?ID=270471908 15/03/2019 https://www.winamax.fr/poker/tournament.php?ID=270471702 15/03/2019 https://www.winamax.fr/poker/tournament.php?ID=342998082 15/04/2020 https://www.winamax.fr/poker/tournament.php?ID=413108595 03/01/2021 https://www.winamax.fr/poker/tournament.php?ID=423707681 03/01/2021 https://www.winamax.fr/poker/tournament.php?ID=418076282 03/01/2021 https://www.winamax.fr/poker/tournament.php?ID=423707770 03/01/2021 https://www.winamax.fr/poker/tournament.php?ID=409197213 03/01/2021 https://www.winamax.fr/poker/tournament.php?ID=423693244 03/01/2021 https://www.winamax.fr/poker/tournament.php?ID=418074801 03/01/2021 https://www.winamax.fr/poker/tournament.php?ID=418498408 03/01/2021 https://www.winamax.fr/poker/tournament.php?ID=418498792 03/01/2021 https://www.winamax.fr/poker/tournament.php?ID=418116293 03/01/2021  
    Il manque les deux tournois pour lesquels il était qualifié au Day 2, si je ne me trompe pas, le 4M et le Colossus, car bien qu'ils apparaissent sur sscope, les pseudos n'apparaissent pas sur les résultats Winamax.
     
  19. Like
    jaybee reacted to Dawkse in [Triche] Winamax - Deyra Ivan   
     

  20. Like
    jaybee reacted to Swish in [Triche] Winamax - Deyra Ivan   

     
    J'espère que tu nous feras un compte rendu, vivement dimanche en effet !
  21. Angry
    jaybee reacted to LOP49124 in [Triche] Winamax - Deyra Ivan   
    Bonjour à tous,
    Je ne suis pas un joueur de poker "Online" car je ne trouve pas de réel intérêt à jouer sur des tables virtuelles.
    J'aime me retrouver avec des gens qui partagent la même passion, de préférence chez moi, car au delà du jeu il y a le plaisir de se retrouver pour être ensemble.
    Je n'ai pas très bien compris ce qu'on reprochait à Ivan Deyra. Il aurait, selon lui, joué un tournoi sur le site de Winamax en étant connecté avec son profil Valuemerguez + le profil Winamax de son papa. Mais, selon "la police" il aurait effectué du "Multicompte" c'est à dire utilisé plusieurs comptes de connexion lors de ce tournoi pour optimiser ses chances de gagner ???
    Et après ça on voudrait que le poker Online soit reconnu comme du vrai poker ??? Je suis bien content de ne pas jouer en ligne et ça renforce mon choix.
    Vivement dimanche (Merci Mr le premier ministre d'avoir conservé le couvre feu, pour l'instant) Cash-Game à la maison de 09h00 à 17h30. Au total 17 personnes, plus moi, vont se succéder sur trois plages horaires afin de défendre leurs Blinds sur une table de six joueurs, puisqu'on ne peut pas se regrouper à plus pour l'instant.
  22. Like
    jaybee reacted to SickRivers in [Triche] Winamax - Deyra Ivan   
    peut etre que le sujet se situe un peu avant le HU, mais je me trompe surement !!
     
  23. Like
    jaybee reacted to OhMyAh! in [Triche] Winamax - Deyra Ivan   
    Mais oui. Tout le sujet est là imo.
    L’aspect moral du truc. Ça peut faire ricaner mais on touche au vrai problème. On parle du principe de confiance réciproque : la base a minima de toute structure commerciale. Tu es boulanger, ton pain est dégueulasse : je change de boutique. No big deal. Tu es un labo pharmaceutique, tu ne sors pas le vaccin que tu as trouvé car continuer de vendre les médicaments te rapporte plus : tu es un gros fdp. Parce que tu as un devoir moral (si si) et que tu te torches avec.
    Pour une room de poker, c’est pareil. Le contrat moral est simple : le joueur accepte le principe de rake et en échange la room assure au joueur des conditions de jeu saines (environnement, sécurité, etc...). Si ils ne le font pas et qu’en plus la seule réponse quand le joueur pointe un dysfonctionnement, c’est : « Circulez y a rien à voir », alors oui, ils se torchent tout autant avec leur ‘devoir moral’. 
    Alors, tu peux faire comme Winamax : continuer de vendre du pain dégueulasse et offrir 2 chouquettes avec, pour camoufler que tu ne fais pas ce que tu devrais faire.
    Car n’oublions pas : tu es payé pour ça.
    (Pour ceux qui n’aiment pas les métaphores à la con, comme moi : 🤷‍♂️)
     
  24. Like
    jaybee reacted to deux oreilles in [Triche] Winamax - Deyra Ivan   
    Toi tu vas te calmer direct.
  25. Like
    jaybee reacted to H4N4M1CH1 in [Triche] Winamax - Deyra Ivan   
    J'ai l'impression qu'il manque un truc à ce thread ....
     

English
Retour en haut de page
×
Winamax : WAM vs CP XIV
Winamax : WAM vs CP XIV