Aller au contenu
Ce blog
  • billets
    7
  • commentaires
    47
  • vues
    17 628

À propos de ce blog

fournées de bad beats à gerber

Billets dans ce blog

giggs83

Samedi 18h, métro Belleville

Mon œil droit est larmoyant, mélange obscur d’une trop longue fixation d’écran et de cette sal*pe de fumée qui me rentre inexorablement dans l’œil. En même temps, mon edge à Fifa est bien trop important pour que je daigne poser mon pet le temps d’un simple match contre la Corogne.

La soirée s’annonce bien : j’enquille encore quelques matchs avec mes home‘tards, je passe de la bière au rhum, et vers 23h je rejoins mon plan du moment pour une happy end bien rodée.

Comme dirait Barney, « my life is awesome ».

Samedi 19h, métro Belleville

Un Iphone couine, 4 mecs se penchent au dessus de la table basse. put**n, Steeve nous a comme même bien formaté.

En attendant, c’est pour bibi (« f*ck Yeah »).

Je lis et relis le texto. Pas de doute possible, c’est bien un appel au coït de la blondinette que je piste en mode trappeur depuis des semaines.

Elle part en vacances le lendemain et me demande si je suis dispo pour aller boire un verre en début de soirée.

« Mais pas trop tard et pas trop loin de chez [elle], parce que [son] avion est à 8h le lendemain. »

OMG le jour où ça passe….

Wait, mais ça passe là !

Je vais enfin pouvoir tenter la fameuse « doublette du métro », une opportunité rare et difficile à pratiquer qui nécessite la mise en place et le respect d’un rétro planning serré.

Le but est simple : hit and run la première demoiselle sous prétexte de shopper le dernier métro, dernier métro qui nous permettra en réalité d’aller terminer la soirée chez la seconde jeune fille jusqu’à la réouverture du métro parisien vers 5h30.

Ou en terme logistique, un « last in, first out » …

Je lâche donc la manette, encore chaude et humide de transpiration, finis ma bière et rentre me préparer.

J’appelle entre temps ma reg de deuxième partie de soirée pour la prévenir que « mon pote fait une fiesta pour son départ au Zimbabwe toussa toussa » et que je ne serai chez elle qu’avec le dernier métro.

« LOL pas 2 soussi biz ».

Dieu bénisse le métier d’étalagiste …

Samedi 22h, Bastille

Un Mojito, un long Island et 2 Caïpis. On en est déjà à 44€ et le temps joue contre moi. Faut que j’agisse.

Le metagame est bien en place (historique de 3 bet et 4 bet PF sur nos plans du moment), je décide donc un check raise standard au flop.

Elle veut boire encore un verre, je lui susurre dans le creux de l’oreille qu’il serait bien plus sympa d’aller terminer la soirée chez elle histoire d’accompagner notre « dernier verre » d’un mocko verdoyant.

Une demi-heure plus tard, je suis en train de pousser l’espèce de buste de joailler qui trône sur son lavabo afin d’avoir un meilleur angle de vue dans le miroir sur la pénétration en cours.

Sur le moment, ça me rappelle vaguement une scène vue sur youporn récemment, la bite de poney en moins…

Dimanche 2h, du coté de Charenton Ecole

Après une douche fraiche et un argumentaire étayé sur la futilité de passer la nuit ensemble vu qu’elle se lève à 5h, j’ai quitté la blondinette et attrapé le dernier métro direction Créteil.

J’arrive chez ma régulière du moment, qui m’ouvre la porte nue, un pète dans la main droite, une vodka-cola dans la gauche.

J’entre pour quelques heures, en précisant de suite que je suis trop fatigué pour une cavalcade infernale et qu’il va falloir qu’elle se charge de faire l’animation.

Je me pose sérieusement des questions lorsqu’elle me lance un clin d’œil et répond « Challenge Accepted » …

giggs83

Lundi dernier, 19h30, à la terrasse d'un café parisien.

Je suis passablement énervé après une journée de taf pourrie.

La boite dans laquelle je bosse coule plus vite que le Titanic, et pas de Kate Winslet au menu pour se remonter le moral via une séance de 'toshop sur la banquette arrière du kangoo corporate.

Mais surtout, je dois avoir "Le Talk".

En gros, je dois choisir entre perdre mon plan cul du moment (dont je vous dois toujours des pics dans une situation délicate, soit dit en passant... FFFUUUU) ou passer le cap du boyfriend/girlfriend.

Autant dire que les administrateurs de youporn se frottent déjà les mains à l'idée de récupérer un gros grinder dont le compte tombait peu à peu en désuétude ...

La conversation s'engage, et si le ton est plutôt timide au début (d'où la nécessité de faire ça à la terrasse d'un café, 80% des meufs préférant éviter le scandale publique), la jeune fille aux mœurs cavalières affute rapidement ses arguments (il faut dire que je lui ai facilité la tâche avec un ratio catastrophique "réponses SMS vs SMS envoyés" d'environ 1 pour 8).

Heureusement, j'avais appris le jour même l'existence d'un concept devenu instantanément ma nouvelle religion : les "Happy Date".

Je lui retourne donc le cerveau en peu de temps, lui expliquant que le sexe en soit est une chose, mais que je valorise tout autant le ciné ou le resto qu'on fait ensemble.

Que sans la "date" précédent l'acte, le sexe n'aurait pas de valeur (j'avoue avoir imaginé à ce moment précis ma tronche en mode Troll Face qui dit "Problem Biacth ?").

Le tout saupoudré d'un background (réel mais peaufiné à souhait) en terme de relations amoureuses difficiles, et la voilà qui signe le nouveau contrat, heureuse de penser que son avis sur le dernier Pirate des Caraïbes compte autant pour moi que la gorge profonde qu'elle va me faire en rentrant.

Une heure plus tard, je la foutais hors de chez moi après un furtif rondement mené.

Et oui, la date, c'est avant de baiser, pas après ...

giggs83

Brèves de plumard

Dimanche soir minuit, à la sortie de la 2° séance au MK2 Bibliothèque.

Le film, « L’agence », n’était qu’un pâle remix de la saga « Fondation » d’Asimov, le genre de truc qui casse pas trois pattes à un canard mais qui reste un choix « safe » pour un premier rencard.

Car effectivement, j’y avais emmené mon 4 heure, fidèle à ma théorie du « dimanche soir » qui stipule que c’est le soir où le taux de conversion est le plus élevé étant donné l’état de déprime et le sentiment d’inutilité ressentis par la gente féminine ce jour là.

Note aux quettards : le Mk2 Bibliothèque est par ailleurs le meilleur ciné de Paris pour shopper car les sièges y fonctionnent en « duo » avec la possibilité de ranger l’accoudoir central dans le dossier, ce qui donne une sorte de siège géant particulièrement propice au cuddling et autres attouchements.

Bref, entre ses petites bottes de cowboy, son parfum estival et sa jupe affriolante sous laquelle j’ai à plusieurs reprises glissé une main curieuse au cours de la séance (qui fut accueilli avec une rougeur au niveau des joues et un sourire gêné au plus haut point excitant), je sors avec un braquemard à soulever le couvercle d’un cercueil et une furieuse envie de défourailler cette coquine.

Sentant la demoiselle plutôt ouverte, j’insiste un peu et réussi (trop) facilement me faire inviter pour un dernier verre à son domicile tout proche.

Travaillant tous les deux le lendemain et sachant l’un comme l’autre quelle serait la finalité de la soirée, nous passons assez rapidement à la phase allongée... ou plutôt à la phase à quatre pattes.

Et c’est là, en pleine besogne, que je ne cesse de repenser à un truc : ses petites bottes de cowboy en daim!

Mon cerveau se met alors à travailler rapidement avec pour seul objectif de lui faire remettre ses bottes pour la chevaucher en mode « middle west » (mon passage forcé de plusieurs mois dans le Kansas ayant fortement altéré ma personnalité et ma sexualité, mais ceci est un autre débat).

S’ensuit donc la conversation suivante (en plein labourage) qui restera marquée à tout jamais dans ma mémoire :

Moi « Tu connais la pose du ‘Cowboy Texan’ ? »

Elle « Hihi, non, vas-y raconte … »

Moi « Pour ça, faut que tu remettes tes bottes ! »

Elle (tout sourire)« OK mais si je remets les bottes, c’est toi qui fait Jolly Jumper »

Quelques minutes plus tard, j’éjaculai bien plus vite que prévu…

-------

Mercredi soir 23h05.

Je rentre à la coloc’ après m’être fortement alcoolisé devant MU/Chelsea avec ma meute de potos dans un des milliers de bar Irlandais de la capitale.

A peine arriver au bercail, une jeune gourmandine, fortement travaillée par ses hormones en ce début d’été, m’envoie quelques textos afin de me sortir de mon antre pour aller boire un dernier verre.

Le gentilhomme prude et bien pensant que je suis lui notifie immédiatement que l’heure est un peu tardive pour cette rencontre, à moins qu’elle m’invite chez elle pour fumer un dernier mocko.

Bingo ! 15 minutes plus tard me voilà en route après une rapide masturbation préventive, la bouche fraîche (et grâce à l’action 2 en 1 de Signal, l’émaille renforcée et éclatante pour 48H), le dessous de bras impeccable et le sexe proprement rasé.

J’arrive chez la gente demoiselle et entame le rituel habituel de sécurisation de la coquine, phase drôle car totalement paradoxale. Vous savez, ce fameux moment où les deux parties savent qu’il va y avoir sexe (moi chibre demi mou prêt à dégainer, elle déjà en train de mouiller l’avant de sa culotte et la main prête à remonter le long de ma cuisse) mais le nient fortement.

Exemple d’échange pouvant avoir lieu lors d’un rituel de sécurisation :

- Elle : « Tu sais, c’est pas mon genre de faire venir un mec que je connais à peine chez moi si tard le soir…. Va pas croire des trucs, hein ? lolilol »

- Moi : « Loin de moi cette idée, de toute façon je bosse demain, donc après le péco, dodo ! »

Bref, un pétard et une vodka-cola plus tard, me voilà en train de besogner la cochonne, découvrant ça et là quelques tatouages (plutôt moches soit dit en passant), et me demandant si la chaleur n’est pas en train d’entrainer chez moi un phénomène de sudation excessive.

N’écoutant que mon courage, je redouble d’effort, déversant tous les fluides mon corps sur et dans la mademoiselle.

Et c’est là que tout devient limpide !

Mon cerveau réveillé par l’effort (et par le jet puissant de jus de chatte que je viens de prendre sur le ventre), comprend que pour la première fois de ma vie, j'ai affaire à une femme fontaine !

La rigolade dura une bonne partie de la nuit, et après une rapide douche avant le coucher, nous nous entendîmes pour changer les draps malgré l’heure tardive afin de ne pas avoir à dormir de part et d’autre de la flaque située au milieu du lit.

giggs83

Comme souvent, je pourrai commencer ce post en analysant de façon pointue l'actualité poker. Mais honnêtement, j'm'en branle (et c'est bon dans ma bouche, comme dirai JBS).

Et j'irai même plus loin, je vomis sur les railbirds et autre fanboyz qui s'émerveillent de tout et de rien.

Honnêtement, qui se soucie d'un Gugus Danois qui ship son premier bracelet à coups de 74o ?(c'est sur, ça conforte Patrick dans son idée que ce ne sont pas les cartes qui comptent au poker, mais bien votre chatte innée, même si ça plombe sérieusement la fameuse théorie Bruelienne des cycles de chances vu la spewitude du gaillard cette année)

Et je n'aborderai même pas le cas du donk à capuche incapable de conduire un quad (4 roues bordel, même un enfant peu le faire !) qui perf enfin un peu (remarquez, madame va être contente, elle pourra continuer à checker tankilou ses full max river sans penser "value toussa toussa" maintenant que son parasite à mis quelques K$ dans sa BK).

Reste le cas winamax qui a enfin compris que Johny n'avait pas l'intention de faire un ITM de sa carrière pour 2BB de sa limite habituelle, et que NitChie Girl n'est ni drôle, ni LAG, ni belle (j'ai encore des relents en repensant à sa tenue du PPT, gode à la ceinture et bide à l'air).

Alors quoi me direz-vous ? "Venez on s'enc**e tous" ?

Plutôt crever la bouche ouverte ouais !

D'ailleurs, si un modo passe par là, qu'il sache que je pose un étron luisant sur les règles de modération du forum tant il est incompréhensible que ce cafard soit encore parmi nous (je soupçonne d'ailleurs à ce sujet une relation sodomite passionnelle entre Slainte et Rokuban).

Non, ce que j'ai envie d'aborder aujourd'hui est un élément important de la vie sociale, à savoir "comment bien chi** au boulot".

Voici quelques éléments qui me semblent indispensables de ne pas oublier au moment d'aller couler son bronze.

Une fois de plus, comme je connais votre pointillisme analytique (size, position, metagame ...), je vais vous fournir les éléments détaillés qui font qu'une m**de anodine peut se transformer en déféquage épique.

Il faut tout d'abord savoir reconnaitre le reg dangereux qui pourrait diminuer votre "nuisable rate" (car on s'entend bien, le but de la manœuvre est de mettre au point un process diabolique et structuré qui va réellement polluer la vie de vos collègues).

Chez moi, un seul gros reg tricky (geek de 55 ans, 2m05 et 135kilos) qui tient sa line tout au long de l'année: bouffe grasse, malsaine et peu variée, qui laisse odeur et traces. Mais son pattern est trop lisible: une fois par jour à heure fixe. Du coup, tout le monde évite son fumet assez aisément et il n'influe pas sur mon edge naturel.

Le reste du field est composé majoritairement de meufs avec des stats 95/5 sur le ratio pee/poo, qui laissent en plus une odeur de parfum après leur passage.

Easy game donc.

Le second élément à prendre en compte est le metagame.

Comme vous le savez, il est primordial de bien mixer son jeu.

Je procède donc à une alternance kebab, pizza, mac do, et surtout je choisi bien mes spots.

J'y vais toujours peu avant l'horaire habituel d'un collègue (de préférence une meuf), afin de maximiser les nuisances: poutrer le chiottard avant son passage d'une part, et, d'autre part, attribuer la ruine de la zone à cette même personne. Attention néanmoins à ne pas prendre toujours la même personne pour cible, elle pourrait du coup changer ses habitudes.

Quelques conseils utiles pour les noobs :

- toujours planquer le désodorisant et bien fermer la porte pour une macération optimale des odeurs,

- ne jamais laisser de traces visibles sur la faïence (qui pourraient faire l'objet d'une enquête interne) mais éventuellement laisser quelques "flotteurs" de petite taille,

- une bonne tasse de café avant l'effort afin d'être sûr de procéder à un hit & run en bonne et due forme.

Je vous laisse méditer là-dessus, moi j'ai d'autres chattes à fouetter.

giggs83

Une fois n'est pas coutume, je suis relativement moins aigri que d'habitude.

Après 2 semaines de fat grind de random bonnasses en Croatie (les croates ne connaissent pas de bad de bad run en matière de chatte), retour au bercail parisien avec son temps dégueulasse, son métro suintant et ses poufs à 2BB qui se prennent toutes pour des Beyoncé en puissance.

Heureusement, bibi avait pris soin de secure un plan cul bien sale avant de partir, un game facile où, pour une fois, pas besoin de 3-barrels pour finalement se faire suck-out ...

A propos de cochonne, j'aimerais aussi vous faire partager ma nouvelle passion : le "froutage", plus communément appelé "pet de fouf'".

Quelle plus belle reconnaissance qu'un bruit de vagin humide, légèrement caverneux, accompagné d'un petit cri aigu et d'une mine gênée ?

Bref, si on était dans le zoo, je vous demanderai de discuss/ de ce sujet.

Mais une fois de plus, on est dans mon blog, et il y a pas de discuss/ qui tienne.

Le froutage sera donc à partir d'aujourd'hui mon deuxième sujet de prédilection, après le vomi.

Coté poker, la révolution depuis mon dernier post est le passage au poker.Fr

Et comme on dit sur fessebook, "giggs aime ça".

Parce que bien qu'on soit passé de l'aquarium de St-Malo au bocal de ma grand-mère en terme de field, il faut avouer que la transition présente plusieurs avantages :

- les poissons sont tout aussi gros,

- on est sur une pèche gardée,

- et la chatbox pullulent d'expressions hilarantes en terme de construction grammaticale, de concepts théoriques et de whine explosifs

En plus de ça, ce passage au poker.fr va nous permettre de retrouver les gloires d'antan, ces joueurs mythiques qui ont bercé les premières années poker des plus aguerris d'entre nous.

Patrick nous a déjà gratifié d'une publicité épique, PP le bandit s'est fait recruter par FTP, et je tiens de source sûre qu'Adam "Amadeus" Lounis devrait conclure ce soir (au cours d'une soirée mousse) un partenariat avec une solide room de Franche Comté.

Alors oui, le rake est plus élevé. Mais bon, perso je m'en branle puisque de toute façon c'est pas en pêchant que je compte gagner ma vie (pour info, je compte toujours ship une vieille riche d'ici quelques années qui m'offrira des rolex gravées "à loulou", me paiera mes buy-ins EPT que je pourrais spew à la vitesse de johny, et qui me laissera la moitié de son héritage que je devrai défendre devant les tribunaux face à une armée de fils, petits-fils, oncle et autre fake cousins).

Me voilà donc rentré, et avec mon corps bronzé (marque de maillot à l'appui) et la lourdeur ambiante dans mon apart sous les toits parisiens, j'ai décidé d'entamer une période de remonté de BK basée sur un nouveau concept qui s'est révélé très profitable : le naked-grind.

Quoi de plus agréable que de déstacker du frenchtard, poils au vent et chibre à l'air ?

Ce qui est sur, c'est que je ne suis pas le seul à le penser puisque le cap d'Agde à organiser un MTT live nudiste (matthieup et moi sommes déjà sur la liste des inscrit pour l'année prochaine ...)

La naked grind a définitivement de beaux jours devant lui.

Je dois vous avouer que j'ai même pu constater à plusieurs reprises la montée d'une demi molle dans des pots de 200BB où un random frenchdonk s'envoie en l'air au flop avec top pair any kicker....

Bref que du bonheur.

Attention tout de même, le concept est fortement déconseillé:

- aux posteurs du thread "les plus bonnes actrices porno",

- aux grindeurs ayant youporn dans leurs favoris,

- et, à fortiori, à tous ceux que la simple vu de leur propre membre met en émoi (JBS inside).

En attendant que Kara Scott et autre Evelyn Ng adopte mon point de vue, je retourne gentiment posé mes couilles sur la table.

giggs83

Comme ce blog4fun est le mien (j'aime à le rappeler), j'y au tout pouvoir et dispose donc d'une totale liberté. Donc oui, je peux et je vais embellir, déformer, amplifier la réalité, tout en jouant d'anachronismes puérils et sans jamais tenir mes promesses, comme par exemple celle de répertorier l'ensemble exhaustif des flops sans tirage couleur. Conscient des attentes de la communauté à ce sujet, j'ai néanmoins pris la précaution de transmettre mes recherches à un collègue qui possède lui aussi un blog4foun, et qui m'a promis de se pencher bien en avant sur la question dès la publication de "Pourquoi est le poker?", son dernier ouvrage consacré à notre passion commune.

Je devrais dès lors rebondir sur l'actualité brulante et trépidante du monde du poker, mais je n'en ai aucune envie. Parce que polémiquer sur le braquage4fail de l'EPT teuton, sur ce donk de Cole South qui spew 1 million $ en 4000 mains face à un fish and chips suédois et à un analphabète américain notoire pas capable d'écrire son nom sans quintupler les (la ?) voyelles, ou sur le comeback genre "ferme célébrité" de la sœur d'un prof de Math dans le NBC National HU ne ferait qu'accréditer la seule et unique théorie non-rationnelle que même Scully n'a jamais osé réfuter à Mulder : "poker iz rigged" !

Je préfère de ce fait consacrer toute mon attention scientifique et mon edge naturel à un projet d'utilité publique, ou qui aura tout du moins une utilité pour le public de no-life trainant sur le forum à longueur de journée (et notamment les assoiffés de tétons et poils pubiens qui squattent le topic "Hot Babes" en mode fake account ) : l'étude comparative des sites de rencontre et des sites de poker.

Récent célibataire (chose qui fera sans doute un jour ou l’autre l’objet d’un « post insulte » à l’intention de la gente féminine sur laquelle je gerbe abondamment soit dit en passant), j’ai décidé de remettre le pied à l’étrier. Très réticent à l’idée de devoir sortir de ma routine de grindage/squattage post-traumatique, je me suis donc demandé comment concilier recherche de plan cul et brokage de BK. Ce fut comme ouvrir une boite de pandore…

Car le marché de la rencontre est aussi segmenté que celui du poker, avec ces arnaques, ces promesses et ses concepts marketing à la mords moi le chibre...

Mais pas de pas nique (en fin si justement), j’ai étudié le sujet pour vous, allant jusqu’à vulgariser l’offre en la comparant à un marché (le seul ?) que vous connaissez bien, celui des rooms poker.

Il y a tout d’abord les acteurs historiques du marché. Au même titre que les pionniers du poker en ligne jouaient en limit sur Partypoker, les premiers web flirteur testaient leur capacité de séduction en mode « no pics » sur Caramail, l’un risquant à tout moment de se retrouver sur un SNG 9 joueurs contre 6 bots tandis que le second tchatait des heures durant sans le savoir avec toute sorte de dégénérés à la 4chan et autres pédophiles à tendance scato (quand ce n’était pas les RG en mode ninja). On ne parlera donc pas de Caramail, car on ne nique pas sur Caramail.

Pour les plus traditionnalistes d’entre nous, les puristes du no-lifisme, ceux qui maitrisent aussi bien la technique que la théorie et qui souhaitent le plus large choix d’offres, il existe désormais les leaders du marché. Ainsi, Meetic est à la rencontre ce que Pokerstars est au poker : l’eldorado plein de promesses de lendemains meilleurs. Tout est possible là-bas pour les gestionnaires avertis car le field est huge. Mais l’illusion y est tellement marquetée que le badaud moyen s’imagine déjà shoppant Scarlett Johansson d’un clic tout en gagant le Sunday Million en mode turbo chattard de l’autre.

Bref, Meetic c’est comme la river de Pokerstars : rigged.

Il ne nous reste dès lors que les petites rooms de m**de proposant des rakebacks douteux. Pour les sites de rencontre, c’est la même (que celui qui n’a jamais taper « plan cul paris » dans la barre de recherche google me lance la première pierre… et faites gaffe je retrouverai le thread du zoo dédié à ce sujet pour vérifier que vous ne figurez pas dans la liste des posteurs). Pourtant, dans cette myriade d’offres plus alléchantes les unes que les autres, il existe un site où ça nique sans payer (sous réserve d’avoir une gueule à peu près potable ou un niveau d’exigence adaptable à votre libido du moment) : adopteunmec.com. Une fiche un peu originale, une photo sympa et bienvenue dans le royaume de la décadence moderne. De la femme « couguar » en passant par la dominatrice où la shemale bien montée, vous trouverez là-bas chausson à votre verge.

Si vous décidez de passer le cap suite à cet article et de vous inscrire sur ce site, tapez simplement le code promo suivant : onemoredick

giggs83

On sous-estime énormément la valeur sociale, j'irai jusqu'à dire rituelle pour certains, du vomi.

L'inconscient collectif le relègue trop souvent à une simple action de régurgitation causée par une nausée passagère, une maladie maligne, ou encore, comme le décrirai JBS, un chibre trop profondément enfoncé dans un gosier.

Heureusement, il reste encore quelques bastions tenaces de traditionalistes de la gerbe, je pense notamment aux étudiants en école de co. , d'ingé. et autres fac en tout genre, qui perpétuent avec brio les valeurs de dégobillage que nous ont léguées nos aïeux. Honorons au passage la mémoire du peuple romain, suffisamment conscient de sa décadence festive pour inventer sans honte et sans peur du "qu'en-dira-t-on dans 2000 ans" une pièce comme le vomitorium.

Sans ces fondamentalistes du retournement de tube digestif, quelles conneries n'aurions nous pas essayées, quelles filles n'aurions nous pas osées aborder, quelles paris stupides n'aurions nous pas lancés?

A l'évocation de tant de possibilités, la nostalgie de mes très grosses cuites me vient.

Soit dit en passant, je fumerai encore probablement un paquet de clopes par jour si je n'avais pas pris une position très tranchée sur la question un 1er janvier 2004 au matin avec 2g dans chaque bras ...

MER IL FOU en diront certains après avoir lu ces première lignes, et je les plussoie vivement (selon le nouveau système certifié V4 , bien évidemment ...), car c'est l'introduction la plus longue et la plus hors sujet qu'un blog4fun plus ou moins dédié au poker ait jamais connu.

Mais c'est toute la puissance d'un blog : je parle de ce que je veux tout en snobant le badaud qui oserai poster un commentaire tendancieux.

Le premier article de ce blog devrait arriver bientôt.

Il sera sans doute dédié à une avancée stratégique notable pour le poker deepstack dans la mesure ou je compte y répertorier l'ensemble exhaustif des flops sans tirages couleur.

English
Retour en haut de page
×
PartyPoker : Summer Freerolls
PartyPoker : Summer Freerolls