Aller au contenu
Ce blog

Justin AD

  • billets
    9
  • commentaires
    6
  • vues
    956

À propos de ce blog

 

Lettres à un joueur de poker amateur.

Ami, joueur de poker amateur, je me propose dans ce blog de m'adresser  à toi à la manière d'un candide cherchant à comprendre ce qui t'anime, te motive, te fait vibrer, espérer etc.

Je t'écrirais donc des lettres régulièrement et imaginerai tes réponses.

Les lecteurs de ce blog seront les témoins de nos échanges ou les inspirateurs de nos dialogues qui sait?

Dans cette aventure épistolaire, peut-être aurons nous la chance de mieux faire connaissance.

Quand à nos lecteurs , certains se reconnaîtront-ils peut être?

 

A très bientôt 

Billets dans ce blog

Flzgone

Cher ami, tu m'avoues dans ta dernière lettre que tu es perdant au poker.

Je te remercie de ta franchise, ce n'est pas facile d'admettre la dure réalité mais c'est ainsi que l'on progresse n'est-ce pas?

Je ne vais pas m'attarder là- dessus, mais tu n'es pas seul tu t'en doutes?

Si tu perds c'est que tes adversaires gagnent, donc pour perdre moins ou ne plus perdre encore mieux, il faut battre tes adversaires.

Je répète car là tu te demandes si je débloque ou pas car ça à l'air évident: gagner au poker c'est battre ses adversaires autrement dit encore trouver des edges mais auparavant et en même temps aussi réduire, éliminer ses leaks.

Donc la prochaine fois que tu seras à une table, ne te demande pas si tu vas gagner de l'argent demandes toi ce que tu vas pouvoir exploiter chez tes adversaires. Et en même temps repère ce qui te dérange dans les plays adverses , ce qui te déstabilise pour contrer ou give up à minima. 

 

Voilà pourquoi mon ami, dire je perds au poker ça veut rien dire . 

 

A la prochaine fois.

Flzgone

Cher ami,

 

Je me permet de t'écrire de ma propre initiative , car je n'ai pas de nouvelles de toi depuis ta dernière lettre où tu te demandes si tu es doué pour le poker.

J'espère que je ne t'ai pas vexé et que ton silence n'a rien à voir avec ma réponse et le ton parfois un peu péremptoire dont je peux user dans mes réponses.

En tout cas saches que j'ai pensé à toi aujourd'hui, tandis que je me baladais sur un forum américain bien connu dont le résultat est 4 !

J'y ai constaté que depuis de nombreuses années on y discute théorie du poker et on y analyse des mains en veux-tu en voilà.

 

C'est regrettable que tu sois fâché avec l'anglais car pour le coup, ça vaudrait vraiment la peine que tu t'intéresse à ce contenu et d'autres dans la langue de Shakespeare.

Donc comme tu te plains parfois de la pauvreté ( relative) du contenu dans la langue de Molière, à bon entendeur...

Flzgone

Cher amateur,

 

Je te sens perplexe depuis peu, comme si tu étais légèrement désabusé, dans ta dernière lettre tu te demandes même si le jeu en vaut la chandelle, je traduis évidemment, car ta formulation est exact c'est: "Suis-je vraiment doué pour le poker?". Vaste question.

Comme toujours, tu attends de moi une mise en perspective ou je me trompe?

Dans le mille mon ami. Ce n'est pas tant la question que de savoir si tu es doué pour le poker, mais plutôt si tu es passionné par le poker, Je précise en tant que jeu d'esprit, de psychologie, de mental, de stratégie et que sais-je.

Voilà la vrai question à mon avis, mais ce n'est pas tout; attends.

Alors, es-tu doué pour ça , bosser ton jeu, te maîtriser, lire tes adversaires, motiver tes décisions de manière rationnelle?

Es-tu doué pour ça , encore une fois?

Je devine que tu ne sais pas me répondre sans y réfléchir un peu, alors réfléchis-y?

Et si tu trouves que tu n'est pas assez doué pour tout ça, ce n'est pas grave non plus.

Car le paradoxe du poker c'est qu'il faut être doué , certes, mais pas comme tu le crois; il faut être doué pour l'exploration, le travail, l'aventure, la rigueur.

Il faut être doué pour transformer sa passion en travail en maintenant la passion dans le travail!

 

Alors repose toi la question maintenant es-tu doué pour le poker?

 

Bien à toi

 

 

Flzgone

Cher amateur,

 

Je constate que tes courriers s'intensifient ces derniers jours.

C'est révélateur probablement d'une envie d'approfondir ta réflexion.

J'ai du mal à faire le tri avec toutes les questions que tu m'adresse, mais bien évidemment je t'encourage à poursuivre, on a le temps non ?

 

Allons dans le vif du sujet, tu voudrais connaître mon avis au sujet de ce thème rebattu qu'est le Tilt.

Beaucoup de choses ont été écrites à ce propos. Toi-même, tu es assez versé dans ce domaine.

Je te donnerai donc un avis tout personnel concernant le tilt, mais qui n'a pas de prétention autre que d'enrichir ta propre réflexion.

 

C'est assez simple en fait à mon avis de se fixer les idées là dessus :

 

Le tilt est un sentiment d'impuissance dont la cause peut être la frustration ou au contraire, mais plus rarement, un sentiment de toute-puissance, ( l'euphorie), qui détériore la manière dont tu aurais joué sans éprouver ce sentiment.

Il peut s'accompagner d'émotions comme la tristesse lié à la perte, la colère lié à l’expérience d'une injustice, la peur lié à l'insécurité ou dans le cas contraire à une joie excessive liée à l'excitation du gain inespéré et ponctuel.

Mais comme tu le constate, quelque soit le cas, on baigne dans les perturbations émotionnelles qui empêchent de prendre des décisions rationnelles.

 

Donc , si tu veux lutter contre le tilt, tu dois en somme lutter contre les composantes du tilt à savoir les émotions et les sentiments décrits, du moins je suppose.

Qu'en penses-tu?

Bien à toi

Flzgone

Cher amateur,

J’apprécie que tu me fasse part de tes doutes et inquiétudes, je prends ça comme une marque de confiance et d'amitié.

Tu te pose la question de savoir si tu vas y arriver un jour?

Je suppose qu'il s'agit de la réalisation de tes objectifs pokeristiques, sinon tu t'adresserai à quelqu'un d'autre n'est-ce pas? Je plaisante volontairement pour dédramatiser et j'aimerais que tu en fasse autant avec le poker d'ailleurs, je te dis ça pour commencer mon ami.

Tu y arriveras peut-être, je ne peux rien te garantir tu sais. Ni moi ni personne.

En revanche , je peux te certifier une chose: si tu ne t'y consacre pas corps et âme avec un désir immense et une volonté inébranlable, tu ne sera qu'un joueur perdant ou au mieux break even.

Tu ne seras pas un crusher.

Tu ne seras pas un shark.

 

Médite ça mon ami si tu le souhaite, sinon rappelle toi que ce n'est qu'un jeu, ça ne doit pas t'empêcher de dormir non plus.

Amitiés.

 

Flzgone

Cher amateur,

Je me demande parfois si tu as vraiment envie de gagner ? Oui, tu as bien lu, autrement dit est-ce que tu prends du plaisir à la compétition pour l'emporter sur tes adversaires ou est-ce que tu  cherches des excuses à tes piètres résultats?

Encore et encore, des excuses, toujours des excuses et à la fin , devine quoi? De nouvelles excuses, de sempiternelles excuses, tu saisis?

LA culture de l'excuse, ça existe aussi au poker non?

Bon, ce n'est pas dans mes habitudes de te faire la morale, car tu sais quoi? ça ne sert à rien au fond.

Mieux vaut te regarder dans le miroir sans complaisance, et si tu y vois un fish, accepte le verdict et construit à partir de là, construit une nouvelle version de toi-même qui,au moins, à défaut de gagner, cessera  de se plaindre!

Oui mon ami, sois digne dans la défaite, analyse ton jeu, apprend, réfléchis, questionne humblement, oui sois humble, progresse, avance, mais de grâce arrête de te chercher des excuses!

 

 

 

 

Flzgone

Cher amateur ,

 

Tu me fais part de tes sensations en tournoi, à mesure que les blinds augmentent et/ou que ton stack diminue comme neige au soleil,saches que je comprends ton malaise face à cette forme de vertige .

 

Le vertige de l'avancée dans le tournoi avec toutes les questions en suspens, vais-je tenir le coup? Vais-je doubler? Vais-je réussir à gagner un pot? Vais-je deep run? Faire ITM,?Sauter à la bulle? Me faire craquer les AS? Toucher mon tirage? Passer ce bluff? Vais-je pouvoir me relever de ce coup? Suis-je déjà en TILT? WTF?

 

Et pendant ce temps, les blinds augmentent, ton cœur bat plus vite, ton stack fond à chaque passage de niveau, et toujours pas de spot...rien , nada, désert de Gobi.

Pendant ce temps, tu décroches du stack moyen, tu te rapproche des seuils critiques,  tu as peur de jouer, les 40BB deep, 30BB, 25BB comme si tu glissait sur une pente douce lentement mais sûrement.

 

Mais le problème est que lorsque tu deep run , avec un stack énorme, tu as le même vertige quoiqu' alimenté par d'autres questions tout aussi abyssales: 

 

Vais-je préserver mon chip lead? Faire une TF? Aller au bout? Déchanter?Fair mon one time? Ma best perf ever?

Peu importe la fin du tournoi pourvu que tu connaisse l'ivresse de ces doutes vertiginesques!

 

Et ainsi de suite, il en est des tournois comme de l'alpinisme, pour atteindre les sommets, il faut dompter le vertige et respirer en haute altitude où l'air manque cruellement, et malgré tout garder les idées claires pour ne pas vriller mon ami.

 

Bien à toi et à bientôt

Flzgone

Cher amateur de poker,

J'ai lu ta dernière lettre avec attention, il y est question d'un phénomène inhérent au poker qu'on appelle "variance".

Il semblerait que la variance t'ait quelque peu malmené ces derniers temps, n'est-ce pas?

Je le suppose d'après le ton légèrement plaintif avec lequel tu me parles de tes déboires.

Sache que c'est naturelle, il est très difficile de se rendre compte réellement de ce que représente la variance au poker- j'ai lu quelque chose à ce sujet tout du moins.

Notre cerveaux n'est pas vraiment fait pour appréhender précisément les phénomènes aléatoire, comme la volatilité ou le risque que symbolise la variance au poker.

Je ne vais pas te faire un cours là dessus rassure-toi, comme tu le devines mon but est autre.

Laisse moi te raconter une expérience personnelle:

Il y a quelques années, j'étais encore un jeune joueur prétentieux qui traitait respectueusement ses adversaires de fishs, en particulier lorsque je subissais ces fameux bad beat que tu évoques toi-même, de la part d'un joueur qui se contentait par exemple de payer quasi drawing dead pour finalement m'infliger un suck out avec son two outer et j'en passe.

Et puis un jour , dans un cercle parisien  réputé, je me promis d'offrir un verre à ce joueur à travers lequel s'exprimait finalement mon bad run.

(Evidemment sur internet  où tu multitables ce serait un peu compliqué j'en conviens, mais reste avec moi jusqu'au bout s'il te plait.)

Donc, en discutant avec M Variance , appelons -le comme ça , je compris d'abord qu'il n'y avait rien de personnel dans le fait de me faire subir ce bad beat, avec l'aide de la variance, mais surtout et pardessus tout, je réalisais alors autour de ce verre que M Variance était en fait un allié et non un ennemi!

 

Comment ça t'exclames-tu sans doute devant cette hérésie, tu te demandes si je suis sérieux ?

Oui, cher ami, la variance est ton allié car lorsqu'elle te dessert - si tu joues bien évidemment- comment dis-tu EV++c'est ça? Lorsqu'elle n'est pas de ton côté, elle donne l'illusion à ton adversaire exploitable qu'il peut garder espoir dans ce jeu.

Elle lui masque en somme, le fait qu'il est mauvais et inconscient de son vrai niveau- du moins pour un temps- en conséquence de quoi, si tu vois où je veux en venir maintenant? Il reste dans ce game à somme nulle qu'est le poker où, je t'en parlerais un jour si tu veux,  si tu n'exploite pas ton adversaire c'est que tu es exploité par lui , ce vilain!

L'autre bienfait de la variance subie est qu'elle t'oblige à te remettre en question sur tous les plans, autrement dit à travailler , évidemment si c'est ce que tu souhaites?

En enfin n'oublies surtout pas une chose, à long-terme elle s'équilibre, encore faut-il que tu ne sois pas trop pressé n'est-ce pas? Certain attendent encore un retournement de fortune désespérément, comme tu le sais donc je ne m'attarde pas à ce propos..

Et puis, s'il te plait,  pour ne pas être en reste, je souhaiterais que tu me parles de ces bad beat que TOI tu infliges à tes heures, car la "méchante" Variance peut se montrer très généreuse sans qu'on l'ait toujours mérité.

 

Bien à toi et à bientôt.

 

 

 

 

Flzgone

Cher amateur ,

 

Tu te demande pourquoi je souhaite correspondre  avec toi, dans quel but, en somme ce que je cherche à découvrir, transmettre ou apprendre de toi; tu as raison ma démarche peut surprendre.

De plus, tu prétends être sans intérêt, tu estimes n'avoir rien d'intéressant à me dire, rien qui puisse en tout cas mériter d'être lu.

Tu me  dis qu'en ce qu te concerne tout a été dit ou presque, pour finir tu te trouves dépourvu de glamour; bref tu ne fais pas rêver.

Mais pour cette première lettre , permet moi de mettre en avant une qualité qui m'a sauté aux yeux.

Une qualité sans laquelle tu ne t'adonnerai pas au poker, puisqu'il s'agit bien de ça , n'est-ce pas: le Poker!

La voilà: ta capacité à te relever de tes échecs , une forme de dynamisme face à la frustration !

 

Avec le temps, j'ai l'impression que tu as appris comme personne à gérer la frustration.

Car ce jeu est par excellence un jeu de frustrations, au point que je ne suis pas loin de penser que le poker n'est que le synonyme exotique du mot FRUSTRATION.

Or toi cher ami, tu sais reconnaître la frustration quand elle est là, tu sais l'accepter pour mieux la voir s'évanouir.

Quoi ? ça t'étonnes ?

Mais y as-tu pensé un instant, à cette capacité à se relever pour lancer un nouveau tournoi, une nouvelle session de cash dans l’œil du cyclone du plus redoutable bad run?

Ne laisse pas dire, ceux qui t'envoient à la figure le mot  addict, il ne s’agit pas de pathologie mon ami, mais bel et bien d’héroïsme, oui rien que ça.

 

L'héroïsme de celui qui se relève dans la tempête, qui ne cède  rien sur ses objectifs et son rêve ultime.

Sache-le, c'est de ta frustration que naîtra la victoire!

 

Bien à toi et à bientôt.

 

 

 

 

English
Retour en haut de page
×