Jump to content
This Blog
Sign in to follow this  
  • entries
    5
  • comments
    7
  • views
    5988

About this blog

Passionné de poker, de golf et de cinéma, je vous livre mes expériences, mes impressions et recueille vos réactions sur ces 3 sujets de prédilection.

Entries in this blog

Tom Larson

Du 26 au 29 Mars, le Barrière Poker Tour pose ses valises en Alsace, à Ribeauvillé

A cette occasion, RankingHero propose un nouveau challenge à ses membres pour gagner un superbe package comprenant l'inscription au Main Event, les frais de transport et, cerise sur le kouglof, une nuit d'hôtel dans le superbe hôtel spa du groupe Barrière!

Ayant déjà participé à plusieurs étapes du BPT (Bordeaux, Enghein, Nice, Lille et Deauville) en 2012/2013 et pu constaté que ce circuit était super bien organisé, l'idée d'une virée en Alsace me paraît bien alléchante... Hélas, le concours est réservé aux membres ayant un blog perso. Et je réalise que mon unique blog, créé à l'occasion du NAPT Los Angeles 2011 sur ClubPoker est resté à l'état de velléité.

Qu'à cela ne tienne, je vais le ressusciter, y insérer mes articles préparés à l'époque (que de souvenirs pour mon premier Live....) et tenter ma chance!

En espérant que le tournoi qualificatif sur Campok m'ouvrira ses portes, et que je saisirai ma chance, malgré un logiciel de jeu qui distribue apparemmment plus de premiums que de briques à ses participants (ce qui rend la stratégie délicate à mettre en place).Et si la chance me sourit, je pourrai peut-être rééditer ma performance du BPT Nice 2012, où j'avais atteint la TF et fini à la 8ème place, qui sait???

En tout cas, de l'avis général, cette étape est l'une des plus belles du circuit, et je souhaite GL au bienheureux qui réussira à s'y qualifier!

http://www.rankinghero.com/fr/festivals/10134/barrière-poker-tour-deepstack-ribeauville.html

Tom Larson

Trahi par le coeur...

Je rassure tout de suite tout le monde : rien à voir avec l'arythmie!

(D'abord une précision pour ceux qui n'ont pas tout suivi : j'ai gagné un package sur PS pour le NAPT los Angeles, comprenant le buy-in 5000$, l'hotel 1 semaine, et de quoi couvrir largement les frais d'avion ).

Comme le titre semble vous l'indiquer, le Day2 m'a été fatal. Pourtant, j'ai démarré la journée dans les meilleures dispositions : j'avais bien dormi, bien mangé, fait mon petit popo du matin et tout... J' étais calme et déterminé (incroyable d'être aussi peu stressé, j'aurais pas cru). Le tournoi devait commencer à midi ; mes compères, Brandy l'américain de Chicago, Demis l'italien de Perugia, et moi-même, avons pris le shuttle de 11h, qui met 40 minutes à rejoindre le casino. Avant de démarrer, nous avons décidé de défendre chèrement notre peau et notre nouvelle "team", malgré la petitesse de nos stacks respectifs (Brandy 34.500, moi 25.600 et Demis 16.500 pour une moyenne de 57000).

Je savais que le premier jour était une affaire de patience, où les plus impulsifs et les plus malchanceux risquaient d'être éliminés; et qu'il fallait rester concentré, ne pas prendre de risques inutiles et tenter de survivre avant tout (voir épisode précédent). Pour le Day2 , la donne était différente : les blinds déjà élevées (500/1000,ante100) du départ, les écarts de tapis conséquents, et l'annonce qu'il n'y aurait que 56 places payées, pour 221 joueurs encore en lice, allaient durcir le jeu, accélérer le rythme des éliminations et obliger les short-stacks à "sortir du bois". Ma stratégie serait donc la suivante : après un temps d'observation de mes nouveaux adversaires (pour chaque journée, les places sont tirées au sort), j'essaierai de doubler rapidement mon nombre de jetons, pour ne pas me faire "manger" par les blinds et les ante. A ma table, 8 joueurs "inconnus", pas de stars ni de joueurs affrontés samedi, ayant des stacks divers, mon voisin de droite étant le plus "riche" de la table avec près de 130K jetons.

Dès la 2ème main, deux joueurs vont à tapis et l'un d'eux se fait sortir avec As-Roi (AK) contre une paire de Valets : ça commence fort! Mes 4 premières mains sont des "briques", que je jette sans une hésitation. La suivante m'offre AK en SB (small blind) ; tout le monde folde jusqu'au High-jack,le plus petit tapis de la table, qui relance à 2600 ; le chip-leader, au bouton, le relance à 5600 pour ce qui me parait pouvoir être un "arrachage".... après qq instants de réflexion, je pousse mes jetons au centre du tapis et prononce "I'm all-in", espérant dissuader mes adversaires ou bénéficier éventuellement d'un coin-flip (pour ceux qui rament, cherchez sur internet, je peux pas tout traduire,dsl!).

Le "petit" jette sa main, l'autre me suit, et nous abbattons nos cartes...(ceux qui jouent au poker risquent de s'arracher les cheveux en lisant la suite...).Lui aussi a AK, mais assortis à coeur. Dans cette situation, voici les stats, que j'ai cherchées depuis : il a 6,3% de chance de toucher une couleur, moi 2% à peu près d'en toucher une autre, et nous avons 92% de chances de partager le coup. Voici le board : Th3h6c-Ks-9h, autrement dit 3 coeurs qui lui donnent la couleur et qui m'éliminent : trahi par le coeur. A voix haute "nice hand, good luck", interieurement "f*cking son of f*cking lucky f*ck f*ck f*ck" (je vous l'ai dit, moi et l'anglais, niveau vocabulaire, ça se résume à un film avec Steven Seagal). Et je me lève, droit comme un i, genre "c'est pas grave, je vais me refaire à Vegas ou à Londres".

Après ça, un peu grogui, je sors fumer une cigarette, et refaire le (très court) scénario dans ma tête. Dans ces cas-là, on se dit toujours "j'aurais pas dû, j'ai mal joué...". La vérité, c'est que le poker est aussi un jeu de chance et que, sur ce coup-là, elle m'a joué un bien vilain tour. Dehors, le soleil brille magnifiquement, dans cette ville dont le principal atout est qu'il ne pleut que rarement, qu'il ne fait pour ainsi dire jamais froid, et très chaud juste qq semaines par an (dixit le chauffeur du bus), alors que tous mes amis à Paris doivent se cailler les miches...

J'ai donc fini 217ème ; comme je le pensais, les éliminations sont allées bon train, et mes deux copains m'ont rejoint dans la 1/2h (respectivement QQ battu par 99 qui trouve son 9 à la river,grrrrr...et JJ battu par QQ, logiquement) : c'est quoi cette team de loosers???

Bilan du tournoi : une super expérience, dans une ambiance plutôt détendue, au milieu de joueurs qu'habituellement, je regarde à la télé. De belles rencontres humaines aussi : Brandy et sa mère m'ont proposé de les rejoindre à Santa Monica ces jours-ci, quant à Demis, c'est un mec super sympa, qui m'a promis de m'appeler car il vient 2 fois par an à Paris pour son boulot. Et surtout une énorme envie d'y retourner (là ou ailleurs), mais c'est pas tous les jours qu'on gagne un package sur Pokerstars...

Il me reste 2 jours pleins pour : 1. me remettre de mes émotions, 2. profiter de ce magnifique hotel et de sa piscine, 3. aller me promener dans les environs, 4. retourner au Bike faire un tournoi plus petit (il y en a tous les jours et mes "crédits Pokerstars" ne sont pas épuisés...).

En tout cas, merci à tous pour votre soutien , et à très bientôt pour d'autres récits de vive voix et pour vous montrer les photos!

cleardot.gif

Tom Larson

Aujourd'hui, Dimanche 6 mars,

Pas de poker pour moi : c'est le "Day1B", celui où le reste des joueurs font leur apparition. Pour être passé au Casino cet apres-midi, j'ai vu qu' ils étaient moins nombreux que nous hier, environ 160, ce qui porterait le total à 420 joueurs au final...Par contre il y a toutes les stars du milieu : pour ceux qui connaissent, Daniel Negreanu,Joe cada,Barry Greenstein,et Arnaud Mattern pour les français, pour ne citer qu'eux. Mon pote italien, Demis, comme Roussos mais moins poilu, jouait aujourd'hui, et avait plutôt bien commencé ; espérons qu'il passe la 1ère journée.

D'ailleurs, heureusement que je ne joue pas car, hier soir, j'étais bien malade (je vous passe les détails...) et en plus je n'ai dormi que qq heures : à 5h, j'avais les yeux ronds comme des billes et impossible de me rendormir, vive le décalage horaire!

Pas grand chose à vous raconter, si ce n'est que j'ai fait l'aller-retour au Bike en étant le seul passager d'un bus de 60 places (j'ai bien ri avec le chauffeur, un mexicain très sympa) et que j'ai testé la piscine, super belle bien que petite, où j'étais également tout seul, pendant que deux mecs avaient l'immense salle de sport pour eux !

C'est un peu l'effervescence dans et devant l'hotel car ils tournent un film ou une pub, je ne sais pas trop : des camions, des cables et des techniciens partout.

Voilà, voilà! A demain, pour le résumé du "Day2", où je vais tâcher de jouer mon "A-poker" (meilleur poker) comme on dit ici.

Salut les frenchies!!!

Tom Larson

Staying alive....or not!

Non, non, rien à voir avec John travolta, ni avec Shakespeare!

L'important, lors d'une première journée, dans un gros tournoi, c'est de rester vivant, c-a-d de ne pas faire partie des nombreux joueurs éliminés au cours de cette journée "marathon". Et, accessoirement, de "monter des jetons" : faire fructifier ses jetons de base pour prendre un peu d'avance sur ses adversaires. Je ne vais pas vous dire tout de suite si j'y suis parvenu, il faudra patienter jusqu'au bout de ce billet pour le savoir (non, on ne triche pas!). Les paragraphes suivants risquent fort d'être du chinois pour les non-joueurs, tant pis, vous n 'avez qu'à vous y mettre!!

Après un magnifique petit dejeuner (buffet avec que des bonnes choses), je prend le shuttle de 11h avec les autres joueurs inscrits pour le Day1. La question du jour : combien y aura-t-il de joueurs finalement (la veille les organisateurs parlaient d'un peu + de 200 inscrits en tout, c'est bcp moins que prévu...). J'ai retrouvé Brandy, le jeune américain, il est en table 11 et moi table 8, où je suis le premier arrivé. Surprise, lorsque les autres arrivent, mon voisin de gauche est le "pépé" brésilien rencontré la veille! A ma droite un asiatique gringalet, la quarantaine, et pour le reste, que des jeunes américains, pour la plupart équipés de la panoplie moderne du joueur de poker : sweat à capuche, lunette de soleil, casque sur les oreilles.Je suis un peu sressé, mais ça va passer...

Parlons technique : stack de départ 30.000 jetons . Les niveaux durent une heure, on commence à 50/100.

Aujourd'hui,on est sensés jouer 9 niveaux, avec des pauses d'1 1/4 d'heure toutes les 2 heures, et finir aux blindes 500/1000, ante 100 (les ante commencent au niveau 5). Au final, 263 joueurs participent à ce Day 1A, ce qui présage un field total aux alentours de 600 joueurs, je pense, c'est pas si mal.

Les 2 premières heures se déroulent plutôt bien : les autres semblent respecter mes relances, je ne montre que rarement mes cartes et, à chaque fois pour l'emporter. Ceci dit, je joue plutôt "serré", et au bout de 2 heures, j'ai environ 34M jetons (moyenne 31M, peu d'éliminés). On a déjà dit adieu au "Hugues Aufray" brésilien (même look), qui parlait l'anglais encore moins bien que moi, mais visiblement mieux qu'il ne jouait au poker : y a pas d'âge pour débuter...

La 3eme heure est pour moi une catastrophe: je ne touche rien, et quand je touche, je prend un "bad beat". Exemple : je relance au bouton avec KJ, la BB me suit; flop J74, je mise il call, turn 6 je mise il call (je commence à craindre une suite ou 2paires ou brelan), river 9, il mise 4M dans un pot de 14M, je call apres hesitation, et il retourne J9 pour 2 paires à la river, grrrrr. Je me retrouve short-stack (7.5Mchips) : il faurt agir! All-in pre-flop en re-raise avec QQ, payé par un joueur qui retourne TT : je double, et, arrivés à la pause de 4h, j'ai 14M pour une moyenne de 35M, pas terrible!

Tandis que les blinds augmentent, je continue de souffrir, et je commence à fatiguer, pendant que certains font appel au services des masseuses, et que d'autres enchainent les bières. Derrière mes verres teintés (discrétion oblige), je me sens soudain une parenté avec les lapins de l'île de ré, atteints de la mixomatose (yeux rouges éclatés, et léthargie prononcée, pour ceux qui ignorent les symptômes).

Après 6 heures de jeu, et pour la dernière pause, il ne me reste que 11,3M chips (moyenne 45M) ; ça sent le sapin! Et je m'apprête à rejoindre les 90 joueurs déjà éliminés. Je ne touche pas grand-chose, à part les Rois que je relance fort UTG, ce qui couche tout le monde, et je pars en mode "survival" : pas moins de 4 ou 5 fois "All in!" pour me refaire une santé, et avec l'aide des croupiers qui me donnent 2 quintes floppées et un full aux 9 par les 10 que je masque habilement (faut bien se faire de compliments). Après le 7ème niveau, je remonte au-dessus de 30.000...

Petite aparté psychologique que même les non-initiés comprendront : quand vous réalisez votre rêve, participer à un grand tournoi de poker à l'autre bout du monde, et que vous en êtes réduit à tenter le tout pour le tout en mettant tous vos jetons sur la table, et ce, en sachant très bien que vous risquez d'être éliminé dès le premier jour, c'est vraiment super-stressant (inutile de vous préciser que j'étais en arythmie dès le troisième niveau...)

Bref, mettons fin au suspense, le jour 1A s'est finalement arrêté au 8ème niveau, il ne restait plus que 138 joueurs sur les 263 du départ et j'en faisais partie. Still alive! C'est déjà une satisfaction, car je reviendrais lundi pour le Day2, qui réunira tous les joueurs encore en jeu, même si je suis dans une position peu confortable avec 25,6M jetons , soit moins de la moitié du tapis moyen. mais bon, un bon "rush" et ça peut repartir!

Demain, c'est off pour moi, alors, sans vouloir vous narguer, ce sera grasse mat', gros petit dej' et piscine, plus une petite ballade pour se dégourdir (9h sur une chaise à stresser, je suis tout vermoulu).

A l'heure où je vous écrit, j'ai une grosse pensée pour tous mes élèves qui sont à Liverdy, et qui, eux, j'espère, ne sont pas en "mode survie" ;)

Désolé, c'était un peu un roman, je ferai plus concis la prochaine fois.

PS: pour les fans de Grey's Anatomy , j'ai croisé hier Sandra Ho, qui venait boire un verre à l'hotel, et qui vous fait un coucou (promis, ma chérie, j'ai repoussé ses avances...).

Tom Larson

Salut à tous!

>

>

> Comme promis, je vais essayer de vous tenir au courant jour après jour du déroulement de ma semaine à L.A.

>

>

> Voyage sans encombre malgré des vents contraires qui nous ont un peu retardés : départ 10h45 Paris, arrivée 13h45 LA heure locale. 12 heures de vol, c'est long, mais quand on a la chance d'avoir un frérot CDB à Air France, et qu'on est du coup surclassé en Business, ça passe tout seul...

>

>

>

>

> Premiers contacts avec les autochtones : la jeune fliquette de la douane semble très amusée que je lui fasse répéter 3 fois la même question et me dit que c'est vraiment dommage de venir passer une semaine tout seul à Los Angeles (c'est marrant, c'est pas du tout l'image que je me faisais des douaniers américains, réputés...froids et rigides). Le chauffeur de taxi, lui, a bien repéré le touriste fraîchement débarqué : je sais que la ville est immense, mais j'ai comme l'impression d'avoir fait un léger détour pour rejoindre Bell Gardens, le quartier du casino, la petite balade dans son épave surchauffée m'en coutera 60$....

>

>

>

>

> Pour ma première nuit, je ne suis pas encore au Millenium Biltmore, le palace réservé à partir de demain, mais dans un petit hotel juste en face du "Bike" (surnom du Bicycle Casino) : accueil chaleureux, chambre simple mais confortable, et accès wi-fi gratos. Je pose mes affaires, branche le PC...

>

>

>

>

> Ensuite, une petite douche pour se raffraîchir (ici, il fait entre 15° et 20° l' après-midi), et je file en face pour prendre des renseignements. C'est un casino entièrement dédié au poker ; ici, les machines à sous et autres roulettes sont interdites, on n'est pas dans le Nevada. La salle centrale est immense : une centaine de tables, sans doute, et pas très reluisante. Tout semble un peu rapé, les tapis comme les joueurs. Une odeur vieillotte, entre le renfermé et le tabac froid (pourtant, c'est non-fumeur) finit de donner au lieu un aspect pas très engageant. Je suis un peu déçu, je m'attendais à quelque chose de plus classe. Néanmoins, en cherchant des infos pour finaliser mon inscription, je visite le casino en long, en large et en travers , tel Asterix dans un certain épisode à Rome ("Les 12 travaux.."?), et m'aperçois que l'autre salle, dédiée aux gros tournois, semble plus "cosy".

>

>

>

>

> C'est encore compliqué de me faire comprendre (je vais m'y faire...mais pas eux) mais on finit par me dire que je dois revenir demain matin, car les listings n'ont pas encore été édités. Après cela, une petite balade dans ce quartier assez quelconque et me voila rentré à l'hotel avec quelques courses effectuées dans une supérette discount : au menu de ce soir, enchilladas au micro-ondes et "rice pudding" mexicain, tout ça avec un petit jus de mangue. Et ensuite, je ne vais pas "faire le malin" : avec le décalage, ça fait une bonne journée, alors couché tôt pour être en forme demain pour la "Welcome party", le petit tournoi de bienvenue pour se mettre en jambes.

>

>

>

>

>

>

>

> Salut à vous, bande de franchouillards! Et à demain, pour la suite...

>

>

Sign in to follow this  
English
Retour en haut de page
×