Aller au contenu
Ce blog
  • billets
    4
  • commentaires
    28
  • vues
    9 906

À propos de ce blog

And if I just move to Vegas ?

Billets dans ce blog

Hopenhagen

AVRIL 2014 : MAX POTTER M'A DIT QUE LA VARIANCE ON L'enc**E

Le début du mois ne fut pas facile. 2 jours de suite, je lâche ma cave au bout d'1h à peine avec AK. Une fois avec straight contre backdoor flush, une fois avec TP vs DP.

Bref, des conneries arrivées trop tôt dans la partie pour avoir du read.

Mais le surlendemain, me voilà au Quad (ouai vraiment, au QUAD). J'allais au Flamingo, comme toujours, mais je venais du BLT cette fois. Et en traversant cet ignoble établissement qu'est le Quad pour aller au toilettes, je m’arrête devant la poker room...

Le tournoi à la con à 30$ commence. Il suffit de voir le stack et la structure pour comprendre que c'est une vulgaire blague ce tournoi.

Mais je m'assieds à la 1-2$ qui a plusieurs seats open, en espérant que quelques pigeons viennent dans la foulée du tournoi. Surement dans la frustration de n'avoir pu jouer assez longtemps.

Il faut préciser que cette poker room est à l'image de son casino. ABSOLUMENT AUCUN INTERET DY JETTER UN PIED, UN OEUIL, ET ENCORE MOINS UNE OREILLE.

Mais je suis là, et il faut bien que je vous parle du CG, donc soyons fou, allons-y.

Je repère vite un asiatique assez loose mais qui prends souvent et semble savoir ce qu'il fait.

Les autres, c'est juste des mauvais joueurs de base d'une 1-2$. Et un reg, mais ultra nit et lit son bookin donc pas trop à s'en faire.

Finalement, mon collègue asiatique et moi se retrouvons à bien gérer la table, à pas mal monter le stack, tout va bien.

CO ouvre 12.

B (assiatique loose) raise 24.

Hero SB raise 48 avec AKs. ( Que c'est beau à voir quand il y a déjà eu 2 raises ).

CO All in 75.

B tank et call.

Encore une fois, comme lors du billet de Fevrier, je dois raise mais je ne le fais pas. Je veux voir un flop et call. Grosse mistake.

AKJ.

Je Check, il bet 100$. Je raise 300$. Il raise all in assez vite >600$. On a globalement le même stack. (il avait une 30aine de plus au final).

Là je pense qu'il ne peut avoir que mieux. Je le sais. Mais il me demande de mettre 300$ dans un pot énorme. et j'ai double f*ckin' pair AK.

Je dois coucher, je le sais, mais ça peut tellement être un bluff avec une petite pocket, vu le joueur ça peut même être AJ qui sait. Et surtout, put**n LE POT.

Le pot est beau, et j'ai une belle main, je n'arrive pas à folder et call en lui disant que ses jacks sont bons. Et oui effectivement, les jacks.

Les boules. Casino de m**de. Musique de m**de. Ambiance bof et énervante. Bruyant. Et j'ai pas gagné le pot donc forcement c'est de la m**de. Hein.

Mais de voir cette farandole de bofitude se rouler dans les cocktails et les burgers ça me fille la gerbe.

Une jolie serveuse par contre. Oublié son nom. Je sais que l’hôtel est cheap. Allez y foncez si vous voulez. Mais évitez le casino, c'est juste le plus nul du strip.

Puis vint le jour du Heads Up Tournament des PHamous Series.

130$ pour un HU, très rare à Vegas finalement. Et cheap. Et un HU en live c'est quand même cool.

J'ai juste comme objectif de gagner 2 duels. Ensuite on verra.

Mon premier adversaire arrive. Il est le genre de mec avec qui je peux jouer sur la 1-2$. Il est en vacance, a vu les affiches, il s'est dit "cool un HU !".

Il faut dire que jouer sur la Mezzanine est plutôt cool. Espérons que la Poker Room s'installe là haut définitivement. C'est calme, le personnel est toujours au top au PH en plus. Et une table finale royale, avec tribunes, spots, la totale. Très très cool. Les tournois sont pas très chers, le GPP est toujours bien stock et la structure est relativement cool. Rien à voir avec leur daily.

De belles séries put**n. Mais là j'avais en target ce premier tournoi de HU en live.

Je suis plutôt serein dans ma tête, et prêt à le croquer. Mais en quelques mains il me met en situation délicate de 70/30 après avoir enchaîné des full, straight, set...

J'arrive difficilement à renverser la tendance. Mais globalement, je suis meilleur que lui je le sais. Et je peux l'avoir. Au level 4 je le met en 70/30, et prépare le coup de grâce.

Ma flush devient max quand l'as tombe river. il est pour moi. Mais l'as lui donne un full.

Puis j'ai tilté. Je suis devenu ultra agressif dans mes raises, j'ai pris beaucoup de risques, je voulais en finir.

Je me suis sentit comme un joueur online qui clique et reclique sur raise comme un nigaud car il veut noyer son adversaire.

J'en avais marre, il m'a sortit, j'étais énervé, une catastrophe.

Je ne suis pas du tout du genre à tilter, je gère très bien mes nerfs en jouant. Et quand je fatigue, je rentre faire une sieste chez moi. Donc vraiment pas une habitude.

Mais là j'ai pété un câble. Je me suis retrouvé à le raise avec air 4/5 fois dans des boards drawy. Je crois que je voulais juste en finir. Piéger dans la frustration de ne pas avoir porté mon coup de grâce.

L’expérience du tournoi HU est très différente d'un HU en final de tournoi. La tension est moindre, on a le même gros stack et des niveau très bas. Et surtout, le pire de tout, tu n'as aucun read à ce moment.

J'aime bien le HU en fin de tournoi. J'aime ces heures que tu as passé à observer tout le monde pour enfin avoir déjà une bonne base pour prendre ton adversaire à la gorge.

Ici, je ne savais rien. Il te faut quand même plusieurs mains en HU pour commencer à cerner le style de ton adversaire.

J'avais prévu comme stratégie de le payer un peu large au début pour voir un maximum de ses mains, en profitant des premiers niveaux. Mais le salopard touchait en plus.

Je suis vraiment content de ma remontée sur lui, car engagé en 30/70 si vite était catastrophique. Et aucune info, rien. Et finalement j'ai resserré mon jeux et l'ai laissé mener la barque pour pouvoir l'observer.

Ensuite j'ai grignoté en renversant lentement mais surement la tendance. Ce tilt m'a vraiment mis dedans, j'en lâche 100$ au BJ pour me défouler. Pour épicer un peu plus la note. Ah ben oui mais tilter à Vegas c'est une très mauvaise chose. Surtout à midi dans un casino.

Après le départ d'un ami qui était au Harrah's, je décide de rester m’asseoir sur la 1-2$.

Papy vétéran avec les lunettes de Johnny Depp dans Fear & Loathing in Vegas s'assied à ma gauche, et me taquine déjà...

"I can smell your french surrendering mind from here kid".

Je l'adore, je suis fan.

Je m'amuse presque à rentrer en HeadsUp avec lui plusieurs fois. Juste pour jouer du vrai poker. J'avais un challenger, et nos battailles finissait souvent en all in.

Beaucoup de fold ensuite. Sauf sur mon méchant backdoor full house improbable après avoir raise J2 au boutton. Il montre sa straight max avec AK. Le pauvre, je sais ce que c'est.

Mais il recave et me lance des trucs comme "I spit on straddles... Even when they're from Missisipi kid.". J'en pleure encore.

Surtout que la fameuse Missisipi Straddle est à 2BB seulement au Harrah's. C'est absolument impossible de la refuser. Mais je suis presque toujours le seul à la faire, je ne comprends pas.

En tout cas il m'amuse mais finit par partir. Dommage je m'amusais bien. J'ai 2,5 caves devant moi, et le tournoi du Harrah's commence pour 0,5 cave.

C'est relativement intéressant de garder ma cave doublée et de rejouer le reste sur un tournoi avec un level faible, et des sous à prendre.

Malgré le grand nombre de jetons (10k) les levels sont turbos (20') et en cadeau un green bounty (25$) sur nos têtes.

Je commence par vite agresser ma table et ne rencontre pas grand monde sur les premières mains.

Mais il y a un problème à ma table. Apu du Kwik E-Mart semble assez tourmenté comme garçon. Il joue relativement bien, mais décide de prendre son temps pour parler.

On est sur du 30sec minimum de réflexion à chaque prise de parole. C'est long, surtout avec des level de 20'. Il doit prendre au moins 1/4 du level à lui seul.

Au milieu du 2e level je m'énerve un peu. Il me dit que c'est le poker, qu'il réfléchit qu'il a le temps blabla. Je lui explique qu'on est que 3 tables, et qu'il est bon pour nous de jouer plus de mains qu'eux avant la table finale.

Il reste évasif... Je profite de la fin de la main pour reprendre mon explication, et lui fait comprendre que si l'on joue plus de mains, plus de joueurs busteront.

Et que si plus de joueurs busts, des joueurs des autres tables injecteront de l'argent à la notre pendant que les autres en perdront. Et que dans le but de gagner, c'est important.

J'ai perdu la moitié de ma table dés le début de mon talk, mais l'autre moitié apparemment fasciné par mon discoure se mettent à jouer très rapidement, et insiste pour qu'on ne perde pas de temps.

Je me suis sentit comme un politique qui avait rallié une armée à sa cause. Donc on a joué pas mal de mains au final, avec un collègue qui bust Apu, et qui finit par me donner son stack en bulle de TF.

Je suis 2e en jetons au début de la table finale, seul un jeune discret genre player online européen est devant moi.

Le reste de la table ne semble pas menaçant à part un reg du Luxor qui pourrait faire quelque chose mais il est low.

Mais sur la 2e main, un gros coup finit à tapis entre deux joueurs mais sur un litige :

River HU

- SB bouge la main sur son stack mais ne saisit pas de chips.

- B pense que SB a check et bet 1/3 de son stack (<pot).

- SB signale qu'il n'avait pas check, mais ne fait pas d'histoire et raise all in (pot size en gros).

- B dit clairement call.

- SB show full house.

- B call floor. Elle raconte le coup. On ne comprends pas vraiment ce qu'elle veut.

- Floor résume que les derniers mots du coup on été "all in" et "call" et c'est tout ce qui compte.

- B dit ne pas avoir call.

- Dealer dit avoir entendu call. Mes voisins et moi même confirmons avoir entendu clairement call.

- Floor confirme et dit que le tapis est payé.

- B show full max.

...

...

Ouai. Je n'ai rien compris. Mes voisins non plus. SB est fou de rage mais se barre tout de suite.

Je fais le mec outré, regarde la floor en insistant sur ce qu'il vient de se passer. Et elle m'aime bien, on a déjà parlé plusieurs fois. Elle est vachement embêté mais ne peut rien faire sur ça.

Alors je dis "ça", car au final, qu'est ce que c'est que cette m**de ?

On est au delà du slow roll là. On est clairement sur un truc grave. Elle a appelé le floor, a raconter le coup, a dit ne pas avoir dit call, c'était n'importe quoi.

Soit elle ne pouvait pas l'encadrer, soit elle ne comprends pas grand chose au poker.

Les coups suivants me feront choisir la deuxième option. Je regrette de ne pas être au CG pour m'acharner sur elle et venger mon collègue humilié et abattu sur la place du village.

Mais là je veux la gagne. La deuxième place est acceptable et la troisième serait juste du bonus. Il ne me manque qu'un bounty pour rembourser le buyin en plus.

J'essaye de rester concentrer malgré ce lot de choses étranges qui peuvent se passer autour d'une table. Une fois à 5 left pour 3 itm, joueur online allemands perds beaucoup de jetons contre gros cowboy chatteux du weekend.

Je profite de ma belle AQd pour porter le coup de grâce sur lui et attraper un 5e bounty qui me payera un taxi et le détour au In'n'Out. Maintenant c'est que du bonus.

Tellement de bonus que le neo chipleader décide de 4bet PF mes belles QQ. Il fait bien trop le cowboy pour avoir une meilleur mains que moi. Je le vois défendre AJ, KQ, et vraiment au pire une plus petite pair.

Mais c'est plus le genre à call avec AA, KK, AK pour attraper plus tard. Je ne jetterai pas cet main et ne veut pas call. Je raise all in et décide de lui faire jeter pas mal de mains qui pourrait me faire une mauvaise surprise.

En gros, je lui demande s'il a une pair en poussant mes chips. Et je sais que ce sera un flip bank odds au pire s'il call AK. Mais encore mieux, il call avec AJs. Il me voyait sur une petite pocket qu'il dit. Idiot.

Et ensuite c'est comme dans une émission de TV : QQ vs AJ - FLOP 48Q TURN T RIVER K. Et hop hero busted.

Burger, taxi, pétard, dodo.

Le lendemain matin (5h) Sochaux arrachera le nul contre le PSG et confirmera ma confiance en ce maintient qui nous tends les bras.

Je suis chaud chaud chaud, et vais au Mandalay, j'y ai un rendez-vous. J'ai bizarrement 2h d'avance. Donc petit tour à la room...

Je ne porte pas beaucoup d'intérêt à ma table, et rentre en pilot automatique. La seule chose dans ma tête c'est le fond de classement de la L1.

Puis mon voisin, qui partage une forte ressemblance avec Doug de Weeds, me dit que je run good. Effectivement, sans m'en rendre compte j'ai 3 caves en face de moi en 30min.

Doug est content pour moi, il veut me payer un verre. LOL. Oh après tout soyons fou, une petite Newcastle avec Doug c'est fun.

Je ne rentre plus dans beaucoup de coup, décide de profiter du bar... De la table pardon, pour être assis avec un verre et des gens à qui parler avant mon rencard.

Quand une jolie demoiselle vient remplir un seat open. Elle précise rapidement qu'elle ne restera pas. Elle vient d'arriver à n'a pas encore fait son checkin mais voulait jouer quelques mains car "f*ck, I'm in Vegas!".

Rien de surprenant non plus, j'ai entendu pire.

Alors elle met 100$, elle slowball à fonds, double son stack et commence à regarder sa montre.

Je lui dit que c'est bon, on l'a payé, elle peut quitter la room maintenant.

Elle met 4 secondes à comprendre que je viens de la traiter de pute en gros, mais rigole et me demande d'où je viens. Puis elle m'arrête et me dit "no actually, I don't give a f*ck. Just keep on talking please, let me hear that lovely accent"

A ce moment, j'ouvre les 99 en MP. Je lui dit que si elle veut que je parle il faudra mettre des jetons sur la table. Et raise 4BB.

Elle regarde ses cartes et tout de suite est pris d'un rictus avec sa dent supérieur qui mord la lèvre inférieur en souriant.

Au delà du côté hot de l'acte, c'est une info. Illisible pour l'instant, mais c'est une info.

Elle raise 12 BB et me dit "It's the first time I have to make an investment in order to be turned on". Je lui réponds que j'ai beaucoup de chose à dire qu'elle ne sera pas déçu.

Et j’énonce un peu mon read sur elle à voix haute. Bon qu'on se le dise, je m'en branle du coup, je veux me la faire au siège 4.

le board arrive 224. Mon téléphone vibre, je suis en retard avec mon rendez vous. Où je suis en train de lui poser un lapin volontaire, je ne sais pas vraiment.

Je check sans rien dire, et elle me dit "44 bucks, what how much words does that buy?". Je lui réponds "not enough. I'm afraid you'll have to put 44 more in order to get a read".

Elle paye et me demande un indice. J'ai trouvé la bonne formule je pense "I've got the perfect hand for a lay down". ça a fait beaucoup rire Doug en tout cas.

J'en zappe mon rencard, et veut repartir avec elle. On finit par partir à tapis dés le turn, et elle retourne les Ts et croque mes 9s.

J'ai finit par lui proposer d'acheter mon temps avec un repas payé avec le pot qu'elle venait de me prendre.

Bon je vous passe le reste, c'était une bonne soirée. Et j'ai eu le sentiment de me faire rembourser la pizza du mois dernier.

Encore un gros mois de kiff. J'ai vu que vous avez pas mal de question personnel sur moi. Je n'y répondrai qu'en face d'un verre ici.

Mais comme me l'a fait remarquer Pedro166 je devrais au moins vous donner mon objectif : Kiffer cette put**n de ville aussi longtemps que j'en ai envie.

Vous allez tous débarquer là en plus. Le nombre de français va tripler pendant les world series. N'étant qu'à 2 miles du Rio je passerai surement écouter le bruit des jetons.

Mais bien entendu, si je squatte la 1-2$, c'est bien que je n'ai pas la BR pour un WSOP. En revanche je serai présent sur l'event de l'Aria, de l'Orleans et surtout à ne pas manquer : les deepstack des Binions'Classics !

Vous me reconnaîtrez facilement, je serai le vainqueur. Bitch.

Hopenhagen

MARS 2014 :

J'ai commencé le mois par quelques sessions sur la 1-3$ du Caesar.

C'est amusant comme 1$ de blind peut très vite changer la taille du pot de façon rapide.

Je me suis pris à avoir des sueurs en allant chercher mon dernier coeur au turn.

Un soir j'ai joué avec un ukrainien que j'avais déjà croisé pendant le 6 handed du circuit WSOP. Je lui avais fait faire deux gros fold alors qu'il était dans le chiplead, mais n'ai pas eu le temps de le croquer m'étant fait sortir dans le niveau suivant (f*ckin' set of Js...).

Sur un coup, il me met un 3e barrel un peu en dessous du pot (4/5?). Je prends mes jetons pour payer puis arrête mon geste un instant pour finalement raise bluff en utilisant mes jetons et non ma voix.

C'est un petit move qui peut passer sur certains joueurs tard le soir, je ne pense pas que ça peut passer. Mais je le vois difficilement avec le jeux max, et je sais que je l'ai déja fait folder 2 fois sur de gros pots, alors allez Vegas Baby.

J'ai la fâcheuse tendance à adorer fixer mon adversaire droit dans les yeux dés qu'on est sur de grosses raises. Il fold, mais me demande si on se connait. Je lui demande s'il a déja joué en France, et lui fait conclure qu'on a joué ensemble aux séries WPT d'Amneville il y a X années.

ça a l'air de passer. J'aurai pu me trahir avec le regard. Mais alors pourquoi je me casse le cul avec cet ukrainien au fait ?!

Bien entendu, j'ai un read. Le garçon a un chiptrick de faiblesse.

Enfin de ce que j'avais vu, et de ce que je constate ce soir, ça marche. Il ne touche pas souvent ses jetons, quand il fait son truc classique il doit être content de sa main globalement. Enfin je pense. Mais quand il fait la version chaloupé saut carpé doradé passement de jambes cross over et qu'il finit avec le coup du Caribou (ouai je n'y connais rien en chips tricks en fait) ben là il est pas serein le garçon ! Et il fold ! C'est beau.

Ce sera ma seule vrai bonne session de plaisir dans cette room. On se croirait dans une cafeteria. En plus c'est plein de vieux flippants, et on ne sait pas vraiment où l'on met les pieds. Rien qu'à voir leur daily tournements, les structures sont ultra dégueulasse pour le prix que tu payes. Alors que tu peux faire une meilleur structure pour moins cher de l'autre côté de la rue au même moment.

Le Caesar est à mes yeux clairement devancé par le Flamingo, vis à vis de la Maison M du groupe éponyme. Et de plus, le Flamingo a ce cachet historique, cette clientèle particulière, mais tout est mieux en fait. Bon niveau serveuse, pas difficile de devancer le Caesar Palace, et le Flamingo ne sort pas le grand jeux non plus. Mais elles sont toutes de vraies femmes de Vegas, et débarque avec une sérénité et une efficacité hors pair.

Pour la poker room, je préfère la 1-2$ du Flamingo et ses papys pleins d'histoires, qui partent se refaire sur la Limit avant de revenir avec une cave en NL. C'est juste génial, c'est Vegas bordel. Quand tu remontes ce couloir entre les tables de Craps, la cashier, que tu vois ces lumières roses, que tu vois la poker room en face, que tu y vas tout droit... Tu te sens perdu dans le passé, prêt à vivre les belles années cet ville magique.

Tout ça pour en venir aux faits des défauts de la Poker Room du Caesar Palace. L'ambiance glauque est plus adapté à un robot casque lunettes qu'aux joueurs de live. En tout cas pour la 1-3$. Le rapport (Chips*Buyin)/Level(min) des daily tournaments est ridicule comparé aux concurrents autour.

Aucun plaisir dans cette room, pourtant maison mère de Total Rewards que j'ai décidé de privilégier au vu des comps et cadeaux. Ils sont bien plus généreux que Mlife. Bon bien entendu, le gros souci est que les poker rooms des Mlife sont souvent bien plus appréciables que les Total Rewards.

Mais la room du Caesar ne me servira qu'aux tournois officiels qui s'y joueront.

Mais au milieu du mois, je suis rattrapé par ma BR Management à nouveau. Et je sais que ce n'est pas la dernière fois si je ne fais pas une grosse perf ou un bon weekend.

L'autre soir, je me tape 6h au Planet pour repartir avec ma cave initial et sans avoir jamais vraiment pu construire un stack. Je préfère éviter le tilt et part en voiture me détendre devant le lac Mead.

Un petit joint, une bière, juste de quoi décompresser avec le superbe Payback de James Brown comme fond musical.

Quelques heures plus tard sur le retour, je ne peux m'empêcher de voir le totem du Green Valley et décide de tourner le volant.

Je reprends mes 200$ et suis bien décidé à les doubler avant d'aller me coucher.

Funny fact, 20min après moi débarque une de mes croupière preferé du PH. Cette femme n'est pas capable de sourire je crois, mais ça n'enlève rien à sa beauté.

C'est amusant d'avoir comme adversaire une croupière qui t'as donné les As la nuit precédente.

J'étais très curieux de voir son level, et j'aimais le fait qu'elle vienne jouer dans cette room géniale.

Après 2 C-bet de suite sur moi que je fold, je ne peux m'empêcher de lui faire remarquer que je l'ai déja assez tipsé comme ça plus tôt. J'ai eu le droit à un sourire en plus.

Il fallait forcement qu'elle soit en train de jouer au poker pour faire quelque chose d'aussi surprenant.

On a même eu notre petit headsup avec des sous au milieu.

J'ouvre les 7s au CO 4BB, elle call BB.

flop A73o

je cbet 3/4 pot et elle min raise assez rapidement. -

Je prends un moment, l'air de douter du kicker de mon As.

Turn 5

Elle bet pot. Je pense qu'elle a double pair.

J'aime pas trop toute les m**des qui peuvent encore rentrer river, surtout avec l'as et le 5 de coeur.

Je préfère raise tout de suite, ça fait plus bluff catcher que value car j'aurai payer avec les 7s normalement pour attraper ensuite.

Et là elle me dit "didn't I... already gave you 7s earlier?" c'était fort possible. J'ai pris deux gros pots avec les 7s la nuit dernière. C'est fort possible qu'elle m'en ai offert un.

J'étais un peu sur le cul qu'elle se rappelle de ça en fait, quand on voit le nombre de mains qu'elle deal et l'importance qu'elle semble y accorder.

Mais j'ai envie d'y croire, donc j'y crois. Elle fold face up A3.

Je montre un 7 et lui propose de parier 5$ sur mon autre carte. Il reste un 7 contre deux As à tirer en fait. Et je lui propose un double up, elle devait choisir l'As, mais elle choisit le 7.

C'est le genre de moment qui me fait aimer le CG de Vegas plus que tout. Surtout hors strip ou ce genre de truc arrive souvent.

Enfin ça n'a pas beaucoup arrangé ma BR cette histoire. Mais le Harrah's du samedi soir m'a sauvé. Il m'a fallu une grosse chattasse à partir du 4 handed pour dégommer les 3 autres en moins d'un level alors que j'étais short. Mais la chattasse de compet là. J'ai touché comme un porc et eux ils touchaient en dessous. Chip la win du samedi soir, belle win, un peu d'air, ça mérite d'aller fêter ça.

J'ai pris une chambre au Planet avec mes comps, et ai profité du Samedi soir. Je me suis enfilé les Cuba Libre au Rockbar à regarder les coquines du samedi faire joujou avec le taureau mécanique. Le tout depuis la terrasse avec un bon 25° qui tient. Qui passe à 27° quand la voisine te fait un sourir.

C'est cool la vie.

Au final, je suis parti fumer sur Harmon Ave avant d'aller me prendre un burger compsé au Planet Dailies, to go to the room. Mais j'ai rencontré une fille en fait. Elle a rigolé en sentant mon herbe. Je lui ai proposé de fumer, on a parlé banal. Je comprends que c'est une escort qui va chercher son bonheur sur le strip. Elle fait la gueule, il lui manque des sous pour aller se coucher. Et elle a un cocard. Elle a pas l'air bien en point en fait. Je me sens tout mal en fait. Et je l'aime bien en plus, elle n'a pas été superficiel comme elle l'est avec un client. Elle me demande si je suis intéressé bien sur. Mais non, c'est pas mon truc. Et quitte à payer, je me prends le Real le mardi soir, pas le FC Seville un jeudi. Surtout que l'Europa League à Vegas t'as pas besoin de payer pour rentrer avec.

La C1 c'est d'entrer dans le dernier carré.

Ouai le foot me manque.

Finalement je lui ai payé une pizza, et on est retourné fumer un joint. Et elle est parti. C'était marrant.

Et j'ai regretté de ne pas me l'être tapé. Puis j'ai remarqué qu'elle m'avait piquer mes lunettes.

Là je me suis sentit dépouillé d'une pizza et de mes lunettes.

Comme quoi on peut être local et encore se faire avoir.

Laissez moi maintenant vous parler d'un tournoi atypique du strip. Celui que je nomme le "Highly Drinky Donkament".

Le principe est simple, le dernier tournoi de la journée sur le strip est au Flamingo pour 50$ à minuit et demi.

Et là c'est la foire à la saucisse. 5k level 20' mais avec du débutant mauvais dont certains sont trop ivres pour comprendre ce qu'ils font ici, d'autres n'ont jamais joué au poker.

Et globalement de tout en fait. Entre 10 et 20 joueurs, la table finale est une boucherie à cause des niveaux et des indiens genre calling 'center' qui mettent 1min à se décider genre "je fais les World Series". Génial en turbo.

J'avoue que si la journée s'est mal passé, et que je n'ai pas de quoi caver à minuit... Je fume un peu d'herbe, fais ce tournoi avec une Newcastle, et je me rassure sur mon niveau tout en laissant la chatt... pardon, la Variance faire son boulot au vu de la structure.

L'objectif du tournoi est d'arriver aux alentours de la bulle pour proposer un chop qui raviera tout le monde car ils ont peur de toi à ce moment en fait.

Finalement, aussi surprenant que cela puisse paraître, je suis légèrement EV+ sur ce tournoi depuis Janvier en le faisant au moins 1 fois par semaine.

Mais au delà de ça, quand on est broke, c'est une partie de poker marrante avec des personnages, eux aussi sont broke, alors tu bois une bière, tu level et laisse les flips te maintenir en vie.

Je recommande vivement aux touristes pour sentir le Vegas moyen sans véritable pression mais avec toujours un Price Pool descend.

J'en viens à mon problème le plus important si je pouvais dresser un bilan de mes 3 mois : La gestion de BR bien sur.

Ma BR ne peut se permettre d'être rigoureuse. La table la moins cher de Vegas a beau être à 25c/50c, elle se fait sur ecran au Plaza. Et croyez moi, même pour le fun, c'est pas marrant.

Alors c'est la 1/2, mais la 1/2 ça cave 200$, ce qui, en étant gambler, reviendrait au moins à une bankroll de 10'000$. Ce que je n'atteint pas.

Malgrés de bons résultats globalement, en étant prudent bien sur, je n'arrive pas à combattre la variance. Je posterai surement sur forum pour ça.

Mais il est très difficile d'encaisser plusieurs sessions négatives d'affilés et de voir ta BR plonger dangereusement. Je finis toujours par rebondir mais pour combien de temps...?

Les tournois sont trop chers pour avoir une structure descente, et les rares intéressants à moins de 125$ (Monte Carlo 18h 65$ 8k L20'; Mirage 19h 80$ 10k L20' ; PH daily 75$ 5K L20' MAIS OVERLAY GPP1500)

ne sont pas assez lucratifs et offres surtout des levels de 20'... C'est vraiment court avec 5k.

Sinon on passe dans les 125$ intéressants car 10k ou 12k pour level 30'.

Mais quand tu arrives vers la bulle, le level est bien supérieur à une table de 1/2 je trouve.

Alors qu'être patient en CG et attraper les gros pots disponibles, ça rapporte de façon plus régulière.

Ma seule solution serait de basculer en Limit de temps en temps. Mais je ne sais pas jouer au limit Hold'em. Je ne fais que le poker fermé en limit, et surtout le deuc27 SDraw... Si vous avez déja pratiqué cette variante sans limite de cave ou de mise dans un endroit privé, vous comprendrez pourquoi.

Le mois prochain, je me lancerai peut être dans le limit pour voir si ça peut être assez EV+ pour construire des caves pour ensuite aller sur la 1-2. ça pourrait être intéressant, mais ça semble long et hasardeux sur ces tables absolument pas sérieuses.

Mais le mois prochain, c'est surtout le HU Tournament des PHamous Series, une apparition à un deepstack des séries du Venitian, et surement une review du Rio vu que je viens d'emménager à deux pas.

Hopenhagen

Je vous invite à découvrir de façon mensuelle les poker rooms de Vegas par le biais de sessions et d'histoires de tables comme vous pourriez en avoir à votre table favorite.

Je n'ai toujours pas réussi à trouver MA poker room sur le strip le mois dernier. Je vais donc vous faire partager ma recherche de la salle parfaite pour devenir ma maison, dans la subjectivité la plus totale.

Cela aidera peut être certains à faire leur choix une fois là bas.

Fevrier 2014 :

Les séries du Venitian démarrent, et le mois commence bien.

Cependant, ayant pourtant clairement décidé de privilegier le cash game, je décide de faire le survivor (200$)

et avec les gains, de garder 1k pour ma bankroll et 600 pour un event de la série.

Le survivor du Venitian est un super tournoi hebdo, le field est un mélange de joueurs qui sont souvent ITM mais jamais à la gagne,

de touristes qui s'en servent comme satélite pour le Main Event de la série, et de regs qui préfèrent raconter des annecdotes et faire du game theory+flips.

Le tout avait bien commencé avec comme grand moment, une belle Aflush en face d'une bataille de bluff-bluff catcher alors que je paye au boutton. L'un finira par me lacher

"'m just glad he doesn't get the pot". Ensuite je me suis fait trimballer de tables en tables quitte à faire du va et viens avec la même, et pas comme je l'aurai aimé.

Cependant, j'ai échoué aux abords de la bulle après une cessation soudaine de têtes dans mes cartes pendant plus de 2h, bref, quand on m'a bougé. J'ai passé du temps entre deux regs qui parlaient de leur cash game de la semaine dernière avec Greg Raymer.

Les mecs sont là pour l'apero en fait. Et ils dominent tellement le show à la table que je n'ai même pas remarquer qu'il y avait un français. Quand je suis revenu sur la table, il m'a lancé un splendide " Au ! iou arrr bak !" j'ai vite compris, mais dans ces cas là je préfère ne rien dire. J'ai une info sur lui qu'il n'a pas sur moi.

Mais j'ai bust quelques mains plus tard avec une honorable AQs vs AJo qui touche J.

Cette room est vraiment particulière. On ne peut pas la ressentir vraiment en venant occasionnellement. Il y a une populations de regs démentiel en fait. Mais il est vrai que la plupart des touristes ne savent pas où ils ont mis les pieds.

Sur les faibles limites, tu peux les avoir car ils s'en branlent. C'est juste le temps de bouffer leur burger et boire une bière, ensuite ils retournent au charbon.

On peut facilement comprendre pourquoi en voyant la qualité générale de la salle qui est absolument génial. Beaucoups de tables, beaucoup de limites, bons siège, bons dealer dans l'ensemble, c'eest super. Mais à chaques fois que j'y ai joué, j'ai toujours eu l'impression que je venais laisser mon fric comme les autres de passage. Je n'ai jamais pensé rentré en vert, au bout de 2h je comprends que je vais me faire baiser.

Je la conseil pour aller y faire de l'occasionel, surtout que les comps ne sont valables qu'avec le Palazzio donc à mes yeux aucun intérêt d'y passer sa semaine.

Je quitte la salle et file au Planet enchainer les heures en CG pour me remonter le moral.

Ayant pas mal de comps avec Total Rewards (Caesar), je prends souvent une chambre au PH, south elevator donc celui qui est juste devant la poker room.

En rentrant, je m'arrète souvent faire une petite session nits avec les idées pas très claire bien tard.

De gros avantages à cette room : Les dealers sont adorables, des jeunes vraiment cool et souriant, très PH en fait. Le systême de comps est bon, total rewards donne beaucoup plus que MGM.

Le field est faible, alcoolisé, les poches pleines, jeune, ça vient là puant le whiskey. Il pose ses jetons, et course à sa pile.

Quelques regs, sympas dans l'ensemble, et dont certains sont juste des nits ou des peureux.

Mais malgrés une continuation de bad run, j'ai réussi à lessiver les deux français à ma gauche qui se communiquaient beaucoup entre eux (sans plaintes car relativement discret) et ne m'ont pas grillé.

Ce fut les 2h de poker les plus faciles de ma vie. Je suis partit peu de temps après eux bien content de mon coup. Des CPistes qui sait ?

Le problème de la room, est que c'est une put**n de fanfare de distraction pour ne pas se conscentrer. Les jolies filles du Plaisure Pit qui te taquine au loin, les sillouettes de celles du bar juste à côté et enfin la musique de m**de à fonds.

Toutes les minutes t'as une petite pute américaine sapé comme une grosse sal*pe qui marche en tordant du cul le long des cordons.

T'as aussi la grosse bof qui va spiner la wheel of fortune de l'autre côté. Qui geule, qui fait le compte à rebourd pendant que son gros mec sur un fauteuil electrique imite le présentateur. Elle a gagné 35 pièces de 25cents, on dirait Trezeguet après sont but contre l'Italie en 2000.

Bref, pas facile de faire ta bulle.

Malheureusement, ensuite, ce fut un petit plongeon d'une semaine. Une mauvaise rencontre au Green Valley (A9 vs 9J board K786T) m'a bien remué le crane. Surtout après de longues heures à construire un stack descends.

Puis je suis allé au Hard Rock jouer avant le concert de Queens of the Stone Age.

Une 1-3$ non capée. J'avais 2 caves dans la poche et de quoi me remuer le crane avant le concert.

Et me voilà à droite d'une liasse d'environ 10k$, à constater environ 1k$ devant tout le monde sauf moi et mes 100BB.

La seule fois que j'avais connu cela, c'était au Casino at the Empire à Londres. J'étais arrivé à 100BB sur une non capée, où les tapis représentait ma BR de l'époque. Mais la hauteur des pots était resté raisonnable.

En revanche là, j'ouvre JQs 4BB au cut off. Je suis raise de 20BB par boutton et 40BB par la BB. Déja là je sens que c'est louche tout ça.

Mais non en fait c'est une 1-3$ où tu payes entre 60$ et 160$ pour voir un flop. Et le tout en face de gamblers hein, pas un seul de ces mecs ne connaissait vraiment le poker.

Je pensais qu'en faisant mon nits ça passerait. Mais non, tu viens qu'avec des premiums, et tu es tapis au flop sans fold equity.

Et je crois que c'est ça le plus dur, jouer une session sans fold equity.

Une belle connerie, mais je pensais que prendre un taxi pour aller sur le strip jouer moins de 2h et revenir pour le début du concert était EV-. Mais je suis trop con. C'était grave EV+ en fait.

Par contre, me mettre à gambler ma 2e cave en me disant "tinquiètes, un flip pour récuperer ta cave, et tu te lève tranquille après et tu les envois se faire foutre avec leurs liasses." semblait plus intéressant sur le coup.

Et mes AA à tapis préflop ont été payé 2 fois. L'un a fait sa quinte, l'autre sa flush. ça fait chi** quand même ces conneries.

Cette poker room a les avantages standart qu'on peut attendre d'un Hard Rock. Des jolies filles qui se balladent, de la bonne musique globalement, entre les tables, les machines, et le bar certes. Mais c'est pas le casino le plus bruyant de la ville.

Disons qu'il y a beaucoup plus à reprocher à sa room. Mais si tu viens avec une grosse BR dans le bordel, tu vas faire des petits. Faut juste pas éspérer jouer avec 100BB.

Je me contente de me souler au video poker avant les show maintenant. Cette poker room et moi c'est finit.

Mais la m**de à continué. Et même sur le strip, ça avait du mal à marcher. J'ai doublé mon stack au Ballys, et voit 2 fish cave max débarquer. L'une demande un rappel régulier de certaines règles, et l'autre semble trop ivre pour voir ses cartes.

Un petit regard avec 2 autres regs que je commence à connaitre, et on se lance dans un "chacun son tour..." Voilà mon tour : A9 vs AQ A9XXQo.

Ce gros thon américain ignoble qui pue le poulet et qui a des taches de chocolat sur sa robe de chez Ross paye avec highA ou middle pair depuis 30min, et moi elle me prends 3/5 de mon stack comme ça sans prevenir. En partant all in turn et touche sa river.

Elle a commandé un Bloody Mary pour fêter ça en plus. Mais le Ballys est un bon endroit ou pêcher le samedi soir. La poker room est moche. Les dealers sont très copains avec les fish. Les serveuses ne sont pas top. (Une masseuse est à tomber par contre).

Tu est vers le bar à l'entrée strip du casino, les gens passent ivres, et viennent souvent du Paris qui n'a pas de poker room, c'est parfait. Mais c'est moche, c'est bof, c'est bruyant, tu viens pas à Vegas pour t'imposer ça régulièrement.

.

Je décide d'aller tenter mon A game au Green Valley Ranch, dans une des poker rooms off strip les plus appréciable de la ville, avec un très bon floor, et 90% de regs de tout niveau.

La 1-2$ est facile quand il y a plusieurs tables de 2-4$, 3-6$ et la 3-6-9$. Et c'était le cas quand je suis arrivée.

Je repère une asiatique qui parle beaucoup et qui a plus de 500$ devant elle. Je ne l'ai encore jamais eu à ma table et je décide de la viser d'entrée.

Je connais la moitié de la table et ne m'y risquerai pas beaucoup, mon autre cible facile serait cette petite brune plutôt mignone qui boit du Gin à ma gauche et qui me prends de haut.

J'ouvre A8s comme première main pour 6BB. Elle me paye avec un reg en BB.

A87o débarque, parfait je Cbet habituel 2/3 pot. Elle réflechit et me regarde bien fixement, je sens qu'elle veut me faire un move. C'est OBVIOUS !

Elle minraise pour faire partir la BB et qu'on se face un heads up. Son regard me crit "je vais te bluffer". Je la vois mal en acting avec des 7 à ce moment, je pense qu'elle est ivre. Et qu'elle veut faire la maline. Je call.

Le turn montre un 2. Je choisis de checker et de la laisser miser pour assumer son bluff en laissant parraitre un doûte sur ma force. Elle insta shove. Je me dit que vu ma poisse elle va avoir les deuces.

Mais non, je call, et elle retourne A2. Double up sur ma première main, c'est beau.

Elle s'en va un peu vener et on me fait remarquer qu'à peine arriver j'avais virer la jolie fille bourrée. Je leur fait remarqué qu'ils n'avaient qu'à lui piquer ses chips avant que j'arrive, c'était pourtant facile. Hein.

Au bout d'1h, mon nouveau voisin de gauche qui n'a presque pas joué une main commence à souppirer. Je ne pense pas qu'il joue si serré, mais on dirait qu'il ne voit rien, et que ses rares mains semblent foireuses dans de gros pots ouverts.

Puis le voilà embarqué dans un coup contre l'asiatique bavarde. Il boite River. Le board propose deux As, une staight, une flush, la totale. Elle met bien 1 minute à réflechir, demande le compte, compare avec ce qu'elle a, parle un peu... Et paye.

Il avait couleur max avec le K, elle a full max. Cette sal*pe a slowrollé ce pauvre touriste qui n'avait pas dit un mot, et n'avait clairement pas de bol. Il s'énerve un peu en grognant dans sa barbe en partant sur son slowroll.

Je suis sur le cul, lui donne un mauvais regard mais personne ne semble vraiment interessé par ce qui s'est passé.

Quelques mains plus tard, elle raise UTG+1 22$. Personne ne vient et j'ai un bon spot au boutton pour lui mettre 44$ avec A6s et donner de la force à mon mauvais kicker.

Elle paye et le board donne KQ6o. D'après l'historique, elle peut très bien venir à 44$ PF avec un mauvais K ou mauvaise Q. Et dailleurs elle donk 60$.

Je réflechis et décide de faire un move que toi lecteur joueur du online, tu ne pourras jamais faire.

Je raise à 180$ et lui demande dans la foulée pourquoi elle a slowrollé le touriste. Elle me demande ce que ça veut dire. Je lui explique ce qu'elle a fait et lui dit que c'est très irrespectueux. Et méchant.

Elle ne comprends pas ce que je lui repproche et s'énerve, elle me dit que c'est le poker, qu'elle doit donner des fausses informations, blabla, et que si je continue elle va appeller le floor.

Je lui fait comprendre qu'aucun floor ne lui donnera raison de s'être comporté de la sorte avec un client de l'hotel.

La croupière lui rappelle de payer ou non ma relance. Elle ne sait plus ce qu'elle a, elle ne sait plus ce que le flop a apporté, elle est totalement en dehors du coup et jette ses cartes directement.

Je ne dis rien et prends les jetons.

Je resserre mon jeux ensuite en attendant sa revanche qui ne vient pas. Au bout de 3/4h j'ai un autre spot qui s'ouvre.

Après avoir raise au CO mes 99 pour 12$, elle est la seule limpeuse à venir me voir.

Le board m'offre mon 978o. Elle check et utilise mon Cbet 16$ pour un CRaise 40$.

Je prends quelques secondes à payer, voulant faire croire que je suis sur la quinte (même si elle affiche avoir TJ ou OP).

Le T arrive au turn. Elle check et je met 80$ sur la table. Là elle act. Elle fait mine de contrôler ses cartes. Je sais qu'elle a un J. Mais elle veut me faire croire qu'elle a un 6 pour que je continue l'agression, ou qu'un flush draw magique lui est tombé du ciel.

Mais la river est un miracle pour moi. Doublette du T. Elle donk 200$, je raise all in, elle call et me donne son stack avec sa J straight contre mon full.

Ensuite j'ai enclenché le mode Nit pendant 1h et suis partit, bien heureux d'avoir over played, chatté, et remplis les poches pour faire l'event short handed du circuit WSOP au Caesar.

Je parlerais de la poker room du Caesar le mois prochain, je vais m'attarder dans cette partie au kiff de disputer un short handed du circuit WSOP à Vegas avec 380 joueurs pour un buyin de seulement 365$.

Rien qu'en regardant les joueurs autour de moi, je pouvais voir qui irait loin. Je gardais un gros point d'interrogation au dessus de ma tête.

Je ne fais plus de tournoi, le buyin des tournois aux structures moins trash sont trop importants pour moi pour l'instant. Et tu finis toujours avec un bon field vers la bulle. Le cash c'est plus safe si tu sais te lever.

J'admet tout de même aller souvent au Flamingo faire mon Highly Drinky de 00h30. On en parlera plus tard.

C'est un peu mon main event de l'hiver ce short handed. Et j'y arrive confiant et absolument pas nerveux vue l'enchainements d'heures autour des tables que j'ai fait ces 2 derniers mois.

Ma table est super. Je l'adore, je repère vite 3 joueurs qui sont là pour le short handed, et qui attaquent bien les duels. Un nit et un tag à ma droite complète la table.

Finalement, on a joué en 4 handed non stop en bustant les remplacants des 2 autres sièges qui ne duraient même pas un level.

C'était du caviar, et de la bagarre pour un titre. Il y avait 1/4 du field qui était là pour le short handed et qui ont montré de la force.

Durant le tournoi je n'ai jamais été en dessous de x2 average. Tout se passait bien, et ma superbe table a finit par casser à 2 levels du dinner break.

Le dernier niveau avant le break était intéressant de son rapport anté/blind, les pots étaient gros et il fallait en profiter.

Alors deuxième en chips à ma table, je vois boutton ouvrir all in 15k pour 25k average.

Je découvre TT en SB et demande le compte avec mes 60k. Je note que BB suit le compte.

Je fais une grosse connerie. Au lieux de push je call 15k. BB (70k) hésite et paye.

Le flop dévoile 7TJo et m'offre mon set. Je pars à tapis contre le seul qui me couvre, et le voit me montrer JJ.

Je bust sur 50% du field payé juste avant le dinner break sans avoir jamais été mis en danger.

La frustration est bien là. C'était mon Main Event, je le controlais dans la decontraction la plus totale, et il m'a échappé des mains.

Mais je retiendrai beaucoup de bien de cette série. Il est génial de s'offrir ce genre de plaisir pour un buyin très faible.

Et la Tournoi Room du Caesar est très appréciable, le personnel y est bon, les sièges confortables, la musique est loin d'être la pire du strip, et l'atmosphère est plaisante. Je n'en pense pas autant de la salle de cash game.

J'ai un peut fait les montagnes russes avec ma BR ce mois-ci, et ne pouvant me permettre de faire une bonne gestion de BR je dois subir la variance trop souvent.

Mais au final, ça paye le quotidient. Donc je continuerai à parler des Poker Rooms de Vegas le mois prochain.

Le conseil du mois :

Hard Rock Casino : Pour les jetons cadeaux-souvenirs, prennez une cave de 200$ en 5$, faites votre marché avec du choix, des beaux, des drôles, des groupes cools... Et rechangez le reste.

Hopenhagen

Janvier 2014 :

Après bien des histoires, me voilà à Vegas pour tourner un chapitre.

Une fois le logement trouvé, il était obligatoire de chercher un emploi pour obtenir un visa. Mais en attendant, il était temps d'utiliser ma bankroll pour autre chose que le poker, en autre me nourrir.

Le moyen le plus facile de la faire grossir semblait de passer du temps autour des tables de poker dont je m'étais éloigné ces dernières années.

J'ai commencé par quelques petits tournois très low limit pour retrouver mes sensations, et voir un peu ce que je valais de façon quotidienne sur le strip. Et à la moitié du mois je me suis assis sur la 1-2$ ou 1-3$ au Mirage et au PH de façon régulière.

Les sessions de CG étaient clairement EV+ contrairement aux petits tournois aux structures faibles, où grinder n'allait pas rapporter autant que le CG.

Le mois a finalement très bien tourné malgré quelques horreurs du style set 3' VS set 6' sur flop 36Jo. Avec 300% du stack de départ qui s'envole à 5am au PH.

Mais quel plaisir de remonter le strip au matin en fumant de l'herbe, après une superbe nuit à trainer au Mirage, Flamingo, PH ou à l'Aria.

Surtout ces 4 là pour des raisons que je vous dévoilerai surement dans un prochain billet.

J'ai terminé le mois en ayant oublié de chercher un emploi.

Mais je profite de la ville sous tout ses aspects. Ma bankroll management est desastreuse, mais mes sessions me payent mon quotidien et ça inclue les cuites, les strip tease, et l'herbe.

Maintenant, je veux trouver un petit emploi bidon, et utiliser mon temps libre pour grinder sur le strip et à downtown. C'était loin d'être le rêve de ma vie, mais je prends.

Le conseil du mois :

-Le tournoi le plus intéressant de la semaine pour les faibles limites, est sans aucune hésitation le deepstack 2pm du samedi au Binions. 125$ pour 20k level 30min 10k GPP.

Le tournoi idéal pour passer du temps dans cette maison du poker. Tu entends Stu te conseiller le hero call parfois.

English
Retour en haut de page
×
Unibet : Unibet Open Londres
Unibet : Unibet Open Londres