Jump to content
This Blog
  • entries
    19
  • comments
    73
  • views
    12854

About this blog

Partir de rien, pour arriver nulle part.

Entries in this blog

DeepInYourAce

Bon, la semaine dernière, j'ai rocambolesquement chopé pour 235€ de PV, comme vous pourrez le lire sur le

C'est la voiture de ma soeur que je conduis. C'est important à savoir parce que ça signifie que les pv sont envoyés chez elle, non chez moi.

Résumé: la semaine dernière je me fais arrêter à 1h30 du matin sur un chemin de (rase) campagne en agglo à 65 au lieu de 50... 90€, 2 points.

Le lendemain soir, je dors chez une pote et au réveil, la voiture (de ma soeur, donc) est à la fourrière. Pas de points en moins, mais 110€ de fourrière + 35€ d'amende...

Et il y a quelques jours, coup de tel de ma soeur. Je lui demande si elle a reçu le PV. Elle répond que oui en essayant de réprimer un sourire puis dit "Oui... Deux."

Bim dans ma face. En rentrant de chez ma pote à chez moi, ou plutôt devrais-je dire de chez la fourrière à chez moi... je me suis fait flashé. 91 au lieu de 90. 45€, 1 point.

Life Tilt.

Il y a des moments où la vie ressemble à se tromper à un gros tas de m**des.

DeepInYourAce

Non, mais non!! :roulette:

Si, bah si mon couillon :engueule: . Prends dans ta sale face de chômeur le bad run de ta life de sale cloporte.

Premier bad beat: entre Annecy et Chambéry, 1h30 du matin, traversée d'un village de quelques dizaines d'âmes disséminées ça et là... Un espèce de gros couillon se pose en plein milieu de la route et fait des appels de lampe torche. Mais qu'est-ce qu'il veut ce bâtard? Les carjakers je les tords moi :yo-man: ! Il sait pas qui je suis :pirate: !!

Ah tiens? Il sont 4 quand même, et puis une bagnole de flics aussi. Et pis des jumelles...

Ahhhhhh d'accord: j'allais trop vite, hein m'sieur l'engin? Ouai. 63 au lieu de 50.

Réponse de moi: "Ah? C'est vrai j'ai pas trop fait attention, la voiture est vieille, la pédale douillette, l'aiguille imprécise, l'éclairage du tableau un peu faiblard... :hello: "

Pensée de moi: "MAIS put**n D'INUTILE IMBECILE QU'EST-CE QUE TU FOUS A TE GELER LES COUILLES A UNE HEURE PAREILLE, JUSTE POUR ME FAIRE chi**????"

Je souris. Je trouve pas les papiers de ma voiture, les potes dans la voiture commencent a rire un peu. Moi aussi, j'arrive de moins en moins à retenir un fou rire. Le flic... rit moins. Je continue de fouiller dans mon sac. Puis il dit: "Mais quel bordel, on dirait un vrai sac de femme dites-moi!" V'là qu'il va nous faire de l'humour maintenant. Je souris à nouveau. Je pense "NON C'EST LE SAC DE TA MERE conn**d" :cheer: . Toute ce que je veux, c'est qu'il zyeute pas le contrôle technique perimé. Finalement je trouve les papiers. A peu près au moment où j'entends "mais dites donc, le contrôle technique..." Va chi**.

Ah? C'est la voiture de ma sœur elle me l'a prêté pour qq mois j'ai pas regardé j'ai pas fait exprès si j'avais vu j'aurai fait le contrôle je suis un gentil garçon c'est promis.

"Bon, mais faut le faire le vite".

Je dis: "Demain". Je pense: C'EST TOI QUE JE VAIS ME FAIRE!"

Il part dans sa voiture blanc et bleu avec un gyrophare. Je me dis que gamin, j'aurai trouvé ça cool d'en voir une de si près. Il reste dedans au moins 20 minutes. Au bout d'un moment je dis au potes: "Quand même, au prix ou on paye, il pourrait faire un effort sur la rapidité." Tout le monde rit, j'arrive pas à lancer un pari pour le dire à monsieur l'engin. Dommage. La fenêtre est ouverte. On caille. Le moteur est éteint, je mets le contact pour remonter les vitres, les phares s'allument. Volteface immédiat du reste des policiers, comme si j'étais sur le points de mettre les voiles. J'éteins les phares et là c'est fou rire absolu dans la panda.

Le flic revient. Je récupère mes papiers, on s'en va. J'attends les 90€ qui arriveront dans ma boîte...

Hier, je sors avec une copine :kiss: . On prend ma voiture pour faire les qq km jusqu'au lieu de débauche choisi. En route on vide une bouteille vodka bon marché. Sur place, quelques whisky & pastis. Je la ramène chez elle, elle me propose son canapé (je précise que je n'ai aucune velléité sexuelle à son égard, ou pas beaucoup disons que si elle dit oui je dis pas non) parce qu'elle me voit pas faire encore 30mn de voiture (moi non plus), on galère 10 mn pour se garer. Et finalement, je pose la panda juste à côté du marché qui est là tous les vendredi. Elle me dit (et je le souligne) "Oh tu peux te mettre là ça craint rien"

Ce matin, j'arrive, je vois le marché. Un grand marché en fait. Un put**n de grand marché de sa mère la pute!!!!

Et ma voiture... plus là :shock: .

Coup de fil à la fourrière (mes mots tight: "une panda grise, oui oui c'est ça" mes pensées over aggro: "je vais la mettre dans ton cul la panda"), coup de fil pote (super gênée mais n'a pas proposé de dédommagement d'ordre horizontal... Dommage). A pied jusqu'à la fourrière, 110€ pour récupérer la panda. Juste après m'avoir donné le pv de 35€ à payer sous 45 jours, la flic de la fourrière me souhaite une bonne journée. Toi aussi, sale pute).

Bilan, 235€ :88(8xO:/8|??°(:(:?X//( . Une simple cave pour certains, un abysse à combler en vendant mon corps pour moi.

DeepInYourAce

Quand je jouais régulièrement, je me disais que jouait occasionnellement ne servait à rien: pas de progrès, peu de gains, la variance fait d'autant plus mal si elle ne joue pas en ta faveur...

Aujourd'hui que je suis un joueur très occasionnel... ben je me dis que j'avais raison...

Situation vite fait: 50 left, 25 payés je suis à l'averrage. Pas de profil particulier du joueur en face, perso j'ai été très sérieux jusqu'ici, attendant le spot pour doubler et pouvoir sereinement devenir aggro à la bulle.

Mais dame variance a pas voulu...

Dealt to titaniumnono

[:Kh] [:Kd]

PRE-FLOP

faive calls 800

guil-86 folds

CAFFEIN 65 folds

Baloo29 calls 800

Dr. Lou folds

titaniumnono raises 2400 to 3200

julien271400 folds

remyto7 folds

faive calls 2400

Baloo29 folds

FLOP

[:6s] [:6d] [:8h]

faive bets 9040

titaniumnono calls 7180 and is all-in

TURN

[:6s] [:6d] [:8h] [:7h]

RIVER

[:6s] [:6d] [:8h] [:7h] [:9s]

SHOW DOWN

titaniumnono shows

[:Kh] [:Kd] (Two pairs : Kings and 6)

faive shows

[:5h] [:5s] (Straight 9 high)

faive collected 25260 from pot

Ou comment suckout les rois avec une under pair au flop, et ouai.

Et allez faire un tour sur le blog de mon asso si ça vous dit de découvrir un coin d'Afrique! (le Burkina, en l'occurrence) http://wecre.over-blog.com/

A +

DeepInYourAce

"Meta-poker"

Yo

C'est marrant comme ce forum a rythmé ma vie l'espace de quelques mois :hairy: , il a même été un soutien dans les moments où j'en ai chié (mylife.fr: j'ai été en arrêt maladie un an). Puis un jour c'est allé mieux :super: , j'étais guéri, et je l'ai lâché comme on lâche ses chaussettes quand vient l'été: comme une impression d'avoir des chaussures de montagnes quand tout le monde est en tong.

Je repasse quand même sur le forum de temps, je scrute un peu les news, le well de Manub qui semble pour mourir de sa belle mort (wtf comment on peut répondre à 37 pages de questions!), le zoo qui me fait toujours autant marrer...

Jusqu'ici vous devez vous dire "cool story bro" :up) , ben vous avez raison. C'était juste un petit passage histoire de... |?? wait...

Non, en fait je suis passé sur le blog avec l'envie d'écrire qq mots (vis ma vie de chômeur tourneur de pouces)

Ah si! J'ai quand même un truc qui pourrait en intéresser qq'un: s'il vous prend l'envie d'aller faire un tour au Burkina Faso, comme ça, par curiosité, voir le pays, partager des moments avec les gens là-bas l'espace de quelques semaines et dans une ambiance associofestive, j'ai des amis burkinabè à Ouagadougou qui accueillent des "vacanciers solidaire" (aussi appelés anti-bala) qui ont une asso de quartier: ils font du théâtre de sensibilisation et du soutien scolaire auprès des jeunes du coin.

Y a une page facebook et un blog avec une page spéciale vacances solidaires.

Et pour plus d'info hésitez pas à me mp, je m'occuppe de l'antenne française de l'asso, et hésitez pas non plus à liker la page fb et à faire tourner!!!!!!

A plus!

(promis la prochaine fois je parle sexe poker)

DeepInYourAce

:!!: C'est donc pas un mythe, Pole Emploi est completement useless!

T'attends 30mn pour un entretien de 20, dont 15 passée à ce que le mec saisissent mon cv que j'avais déjà chargé sur leur site :victory: .

A à la fin entendre "Comptez pas sur nous pour trouver un taf, faites marcher votre réseau." OK :victory: on avance même plus à découvert. A part couper les droits des moins rigoureux et décourager les plus timorés... ben ça sert à rien. Ah si: modeler à la guise les chiffres du chômage... Cf ACDC réseau d'asso de chercheurs et de syndicats pour essayer de déchiffrer cette vaste usine à gaz. :explose:

En sortant une femme se plaint la photocopieuse est lente, et que du coup "c'est long". Réponse (véridique) de pôle-emploi-man "ici tout est long madame".

En plus ils sont prétentieux. :ninja:

DeepInYourAce

Tilt de fin

Bon je me lance dans une pause d'une durée indéterminée :roulette: .

J'ai tilté un soir. Et mon tilt c'est le cashout (mieux que le cg full br non?). J'avais vraiment pas grand chose, mais j'ai tout récupéré après qq trucs complètement sick en DoN :roulette: .

J'énumère pas, je me contente d'en citer un: le gars absent depuis 30 min. On se retrouve à six left, tout le monde attend patiemment qu'il perde, je suis troisième en jetons. Les blinds montent, montent... au final un gars se trouve à tapis avent l'absent mais il survit. Puis l'absent survit au moins une dizaine de fois. Un ou deux idem, se retrouvent à un très grand nombre de fois juste avec les blinds, voir les ante! Et moi je me lance un fois avec AT... payé par K3 qui trouve son 3... :suicide:

OK, jeu de cons, je cashout et je me récupère toutes les heures que je passe à ce jeu de chattard à finir d'écrire mes projets en cours, et à chercher un vrai put**n de taf à l'autre bout du monde.

Je pense que je reviendrai, mais je sais pas quand.

PS: c'était un DoN à 1€. Comme quoi... tout est relatif. :roulette:

PS2: A bat les chatte tard.

DeepInYourAce

Pour être gagnant, je pense vraiment que discipline & brm sont aussi importants que mon niveau de jeu. Jouer dans de bonnes conditions etc... et sans mettre en danger la roll, ça compte!

IRL

Bon on commence par un www.mylife.fr, mais c'est juste pour partager un moment béni des dieux.

C'est la fin de mon arrêt maladie :yahoo: , après une put**n d'année (et meme un peu plus :hairy: ). Impression d'être comme un sportif qui revient de blessure: envie de tout déchirer, trouver un taf intéressant, et montrer à tout le monde qui est moi :super: !! Dès la fin du mois je cherche du taf (rédacteur, documentariste, assistant de rédaction... i'm in!).

Trêve myling, parlons poker.

De la discipline, bordel

Je me suis fixé une discipline que j'essaie de respecter. :rofl:

Mon sample de sng est d'environ 550. Encore insuffisant pour juger de quoi que ce soit. Il doit y avoir 80% de DoN 0,5 & 1€ avec un roi autour de 15%.

J'ai bien sûr eu des moments de stagnation, et même de tilt. Mais presque rien n'est du à la variance. Jusqu'ici, je n'ai pas encore vraiment eu à y faire face. C'est pas que je me sois jamais pris de bad beat hein! Disons juste qu'ils sont en nombre supportable.

Côté discipline, ça revient à quelques petites mesures simples. Pendant mes sessions:

- Arrêter de jouer fatigué,

- Ne pas regarder de film ni squatter le net et le cp

- Ne pas essayer de comprendre comment cytherea n'est pas morte de désydratation en regardant encore & encore ses vidéos.

- Me concentrer sur les jeux que je maîtrise, arrêter de me dire "tiens si je jouer un shootoot pour changer?" vu mon niveau c'est ev-

- Respecter ma brm

BRM

Elle est assez simple et secure.

Pour passer aux DoN 1€ il me faut 40 buy in, je mixe 0,5 & 1€ entre 30 & 40 buy in

Pour passer aux DoN 2€ il me faudrait 50 buy in, avec des mix 1 & 2 entre 40 & 50 buy in

Pour les DoN 5€; il me faut soixante buy in, avec des mix entre 50 & 60 buy in

Etc...

Augmenter les nombres de buy in nécessaire pour up me permet à la fois d'encaisser les hausse de niveau plus facilement, et d'être moins scared money.

Mixer me permettra de m'habituer à la limité sans avoir à faire le yoyo entre deux limites.

Multitabling

Je joue sur huit tables. Je les lances les unes après les autres et je n'en relance pas. Ca me fait des sessions d'un peu plus d'une heure. Pour l'instant j'essaie pas d'en faire plus tant que je me sens progresser. Au-dessus je pense pas que je serais capables de me rendre compte de mes erreurs.

J'envisage de faire une session par semaine avec plus de tables, et voir ce que ça donne.

Voilà l'affaire, jusqu'ici, tout va bien. Dès que je retrouve un taf, je me trouve un appart à moi tout seul, et dès que j'ai un appart, j'aurai un volume de jeu correct.

Prochain billet sur la poker school de winamax, que je me suis tapé presque entièrement.

BR: 51,82€

Challenge Hold'em Manager par les miles: 115,37/2560 (ça va plus vite maintenant que j'ai up de limite!)

DeepInYourAce

Pour une soirée, on oublie ce que "Bankroll Management" signifie

J’ai pas du tout la br pour jouer en cg live, en l’occurrence c'était du NLH, blinds 2/4.

Mais alors qu'est-ce que je suis allé foutre là-bas?! En fait il m’a récemment été reversé 100€ que je pense ne pas mériter, je cherchais presque à m'en débarrasser (l’histoire ne précise pas d’où vient précisément l’argent).

Bref, c'est avec ces 100€ je me pointe au casino (Vals les Bains, en Ardèche) avec l’idée de me caver exagérément assez short. Je cave à 120€, soit 20€ au-dessus de la cave mini. J’ai simplement pas les moyens de mettre plus. En plus, je joue quasiment qu'en DoN (ouai ça existe, sick, non ?) et que je saurais pas trop quoi faire avec 100 blindes.

Juste avant que la table s’ouvre, je vois un gars à la roulette avec un profile reg online & live (avec la gueule & la dégaine du online, et le chip trick du reg live).

Je me dis tout de suite: « lui, s’il assied à la table, tu l’évites ».

On se retrouve 9 à table.

- Trois gars qui semblent avoir à peine 18 ans, très fiers d’être là, que je sens pas gros joueur (ci-après nommés indifféremment « jeunot »).

- Deux gars de 30/40 ans que je situe pas trop, on va attendre

- Un pur Papa livetard avec la gueule, la verve et tout et tout,

- Une femme, la quarantaine, reg du casino, seule cavée max, que je pense éviter aussi.

- le supposé reg (qui finalement s’est assis, cavé quasi max)

- et moi

On tire nos places. Obv, le papa livetard est à l’autre bout la table, le reg à ma gauche et la reg femme à sa gauche… J’ai le moins gros stack. Les autres sont à 150, 300, 350, 400. A cause de mon stack et des reg à ma gauche, je me prépare à la jouer encore plus nit que prévu. En 2h30, j’entrerai dans une dizaine de coups sur la cinquantaine de mains que j’aurai eu, finalement, un 20% assez propre ma foi :

+13€  Je gagne la première main que je joue : J’ai :As:3s de grosse blinde. Je raise après 2 limpers, ce qui bizarrement semble surprendre un peu tout le monde. J’ai envoyé 6,5 grosses blindes, soit pas loin d’1/4 de mon stack, avec une poker face de compétition. A ce moment et grâce à ce coup, j’espère pouvoir jouer tight sans en avoir l’image, surtout si j’ai la chance de toucher qq chose assez rapidement.

+19€  Deuxième main : de grosse blinde, 3 limpers. Je check ma poubelle qui touche top paire que je check call au flop pour gagner le pot après des checks turn/river.

-12€  Troisième main, je raise au bouton :Ad:Qd à 3 bb, callé deux fois. Je rate le flop. Pas de c-bet, chek fold.

-20€  Quatrième mains, :Ts:9s, limp UTG +2 (le seul de la soirée où je suis le premier à limper), sanction du reg à ma gauche qui envoie 20€, il est callé 3 fois. Avec 4 joueurs dans le coup je pense avoir une côté implicite assez énorme car tous ont l’air d’être de bons payeurs. Je rate complet le flop et fold devant son cbet.

+24€  Cinquième mains main, :As:Qh bouton -1 ; deux limpers avant moi. Je raise 6 bb, callé par la grosse blind (la femme au gros stack). Je touche l’as. Flop assez dangereux, j’envoie 70% du pot. Elle fold.

+17€  Sixième main. Je check ma poubelle de grosses blinde après 2 limpers. Touche à nouveau une paire (!). Je mise 10€ dans 12€. Payé par la petite blinde qui check ensuite jusqu’au bout. Je gagne à l’abattage.

+ 25€  Septième main. :As:Jd au cut off, je raise 3 grosses blindes. Callé deux fois, puis 3-bet d’un jeunot, qui a une range préflop très large. Je suis seul à payer. Flop :2h:2s:3d. Plutôt que d'ouvrir avec mon As, je check, sûr d'avoir une image de joueur qui n'entre qu'avec de bonne mains. C’est clairement pas ma range. Mais avec le recul, je suis pas du tout sûr qu’il se pose ce genre de question. Turn :3c. Ca me conforte dans mon idée que je suis devant. Je suis pas si mal, même bien, mais je suis pris à mon propre jeu. Je sais que je devrais miser mais... scared money. Je checke à nouveau, lui aussi. Rivière :Tc. Envie de miser mais peur d’un raise, et je ne serais payé que par mieux… Je check encore. Il mise 30€ dans un pot d’environ 90. Je tank bien comme il faut, sans le quitter des yeux. Sur qu’il a ni 2 ni 3 ni overpair… mais est-ce qu’il a touché son 10 ? Et là, j'ai raisonnement bizarre: je me dis qu'il miserait exactement ça s'il avait touché, mais aussi pour bluffer. J'évalue sa range surtout sur de des habillés, genre KJ, KQ... à la limite KT ou JT. Finalement, pensant qu'il y a suffisamment de chances d'être devant, je call. Il a un as aussi, on split. Sur le moment je suis content de mon call, mais avec le recul, je pense que j’aurais dû miser turn au moins, et raise à la river si j’étais sûr de mon read. Un peu scared money : il me fallait mettre le tapis pour avoir un minimum de FE s’il avait un as, et je voulais pas la risquer si je faisais erreur et qu'il avait un dix, où si tout simplement sur le mauvais côté de la range sur laquelle je le plaçais (full br Inside !!).

Au milieu de tout ça, j’ai call 3 fois préflop (un raise, deux limp) sans rien toucher, et s’en m’entêter non plus, ce qui a dû me coûter en tout une quinzaine d’euros, j’au aussi perdu 4 grosses & 5 petites blindes, soit 26 €.

Je quitte la table après environ 2h de jeu : un peu sommeil, un peu froid, et de plus en plus scared money.

Au final, je termine up de 25€, et plutôt content de ma soirée. La table était bien sympa, même si un peu molassone, les dealers très rapides par rapport à ceux que je peux voir à la TV. J’ai pas réussi à chatter une bonne main contre le papy calling station, ni contre deux des trois jeunots qui se sont un peu envoyés en l’air.

Trois joueurs ont perdu leur cave, mais tout est allé dans les stacks des deux gars de 30/40 ans, faut dire qu’ils ont touchés : à eux deux 1 brelan, une quinte et 3 flush dont deux max sans avoir beaucoup plus joué de coup que moi. En plus ils ont tout touché dans les bons spots, genre papy qui paye le tapi avec sa ventrale alors que flush déjà rentrée, ou paye trois barrels avec ses Pocket 9 et finit à tapis (et en partant : "c’était bref, mais très sympa, à demain ou après demain" mais mec tu viens de perdre 300€ en 45 min !!!)

J’ai hâte d’y retourner, je me suis trouvé plutôt au niveau, sans crush pour autant. Hâte de me monter une br qui me permettra de jouer live.

Mais omg que j’en suis loin.

BR: 43.67€

Challenge Hold'em Manager par les miles: 87,76/2560

DeepInYourAce

Hier soir, j'ai joué en cash game live pour la première fois de ma vie. C'était la deuxième fois de ma vie que j’entrai dans un casino.

Digression sur la petite remontrance à hauts risques

La première, c’était avec mon ex copine et des potes à elle. Je jouais pas encore au poker, on s’était contentés de gambler quelques euros au bandit manchot. A chaque jeton de 10 centimes tombé dans la machine décidément gloutonne, j’entendais ma copine qui laissait échapper « Pff… c’est vraiment du gaspillage ». Je suis pas du tout de nature à jouer aux machines à sous, mais bon, une fois qu’on y est, autant (au temps ?) s’amuser ! Devant son manque d’entrain, j’ai renoncé au bout de 4mn30 : je suis pas assez joueur pour braver les micros remontrances à haut risques.

Petite digression pour définir le terme de « micro remontrance à haut risque », qui est très lié au fait d’être en couple avec une fille.

Mise en situation

Tout commence comme je l’ai écrit : on est dans un casino, elle a l’impression de gaspiller, ça la saoule… elle me le fait comprendre sans pour autant avouer qu’elle veut partir.

Le constat

Voilà ce que je pense: « Ca lui déplait fortement, si je continue elle me reprochera d’être joueur, de gaspiller l’argent, de ne pas connaître sa valeur etc… » Devant ce risque, que dis-je ce péril (parce que c'est un risque vraiment très risqué)... Je préfère lâcher l’affaire.

MAIS, si je dit simplement « Ok si t’aimes pas on arrête. » Là elle me reprochera de lui faire dire ce qu’elle n’a pas dit. Elle le ressortira plus tard genre je la fais passer pour une pingre qui ne sait pas s’amuser, et qui me bride quand je veux jouer un peu. Donc, très mauvaise solution !

Résumons : continuer à jouer = risqué ; arrêter parce qu’elle aime pas = risqué. Attention danger, tout les neurones sur le pont, cerveau en éruption. J’ai opté au final pour une sorte de floating : j’ai mis encore quelques jetons puis je me suis arrêté en disant « Mouais t’as raison, c’est nul, on s’en va ? » (induce bluff de moi). Et elle m’a répondu « Ouai, c’est comme tu veux… » (bluff de elle). Micro remontrance à haut risque gérée, obv en jouant très tight, presque serrure.

Revenons à nos jetons

Voilà pour l’intermède, revenons à nos jetons : l’entrée dans le casino de Vals les Bains.

D’abord il y a la première image, celle qui me restera en mémoire je crois : une petite vieille (au moins 70/75 ans) qui, sortant alors que j’entre, lâche au physio de l’entrée un « A demain, Philippe » tout plein de solitude.

Puis la deuxième impression, l’entrée dans la salle elle-même, animée par les seuls bruits des pièces et des machines.

Les jetons attirent les mains, comme si elles y étaient aimantées. Elles sont dominées, guidées, programmées par la ferraille qui ne désire qu’être menée du pot à la machine.

Les mains ont-elles été dupées ? Croient-elles que les jetons ne vont dans le bandit manchots que pour y chercher des amis et revenir ? Sont-elles de nature inquiète et, ne voyant pas le premier jeton revenir, envoient du renfort ? Pensent-elles, en envoyant chaque jeton, que ce n’est qu’un au revoir ?

Au revoir mon cul. A jamais plutôt. Les jetons partent pour ne plus revenir. Ou si peu.

Est-ce que toutes les premières fois dans un casino ressemble à ça ?

Entre incompréhension, fascination et un sentiment de futilité (obv), impression qu’à force de tourner en rond le monde va où il doit aller : à sa perte.

Est-ce que c’est juste une impression, ou une impression juste ?

Peut-être, après tout, que ce sont simplement quelques personnes venues passer un peu de bon temps ?

Les Pinocchio à rebours

Il n’empêche. En entrant dans ce casino, le sentiment qui a primé, c’est celui de la solitude.

Solitude de la vieille de l’entrée venue jouer ses quelques € quotidiens, solitude du mari et de sa femme qui, pendant le laps de temps qu’ils ont passé au sein du casino, s’oublient, s’ignorent… solitude même de ceux venus en groupe : ils semblent atomisés, jouant chacun seul face à sa machine. Et enfin ma propre solitude du moment, moi qui me suis retiré en ermite le temps de finir des projets en cours pour finir d’écrire des projets en vue de la fin de mon put**n d’arrêt de taf. Solitude voulue donc, souhaitée, recherchée mais omniprésente, dévorante par moment.

Chaque joueur face à sa machine. Aliéné, possédé par la machine, la complice des jetons qui font de chaque être un pantin, un Pinocchio à rebours.

Je veux éviter ça, et j’ai la discipline suffisante pour ne pas changer d’argent en jetons de fer. Je suis là pour jouer au poker, moi ! Trompeuse impression de ne pas être comme eux. Idée que chacun écrit son propre Paludes.

Paludes : de André Gide. Bouquin préféré de votre serviteur. A lire si de temps en temps vous vous dites que tout le monde court après une chimère, mais que vous n’êtes pas comme eux parce que vous avez conscience que la vie entière est chimère, donc c’est pas pareil.

Note pour plus tard : ne jamais aller à Vegas.

Prochain billet: Part II, le jeu (ça finit à peu près bien)

BR: 43.07€

Challenge Hold'em Manager par les miles: 87/2560

DeepInYourAce

J'attaque la deuxième et dernière partie, faut pas déconner, le bouquin vaut pas plus, de mon cr de la lecture de Poker Cadillac. Ça commence par la partie que j'ai trouvé la plus intéressante, et qui m'a appris pas mal de truc vu que je suis vraiment une tanche dans ce domaine. Ensuite, on parle un peu adaptation, thème du livre où on peut trouver quelques trucs intéressants à condition de chercher.

Un peu de maths

A propos des proba

On glane ici et là quelques info qui peuvent être utiles en ce qui concerne le jeu préflop. Connaître ces données peut aider à savoir où l’on se situe.

(p122) Vous inquiétez pas, j'envoie vite fait qq chiffres qui peuvent servir, hésitez pas à sauter le parapgraphe si ça vous intéresse pas! Déjà, une chose que même moi je sais: en faisant all-in préflop avec une PP, on améliore en brelan dans 20% des cas.

Flushement parlant, les mains suitées améliorent en couleur dans 6,4% des cas, et suited connectorement parlant, les suited connector améliorent en quinte ou flush dans 15% des cas.

Et enfin, si on en arrive à boiter avec any two (genre, en ce qui me concerne à la fin d’un DoN où tout ne s’est pas très bien passé), on finit avec une paire ou mieux une fois sur deux. Voilà, fin du paragraphe maths!

(p125/126) Il peut être intéressant aussi de savoir qu’au flop, l’as est la carte max dans 23% des cas, le roi dans 19% et la dame dans 16%. Donc JJ sera fragile dans 58% des cas dès le flop.

Si on a TT préflop, ça ne sera une overpaire que dans 19% des cas. Quand à AK, ce seront deux overcartds dans 58% des cas, contre 42 pour AQ, ce chiffre montre pas mal la faiblesse de AK par rapport à AQ, ce dont le profane (que je suis encore quand meme) pourrait douter lorsqu’il l’a en main. (ah ben non, les maths c'était pas fini...)

Ne tirez pas sur les tirages

(p217) Sur un flop à tirage, une mise à 70% du pot cassera la côte des joueurs qui jouent ce tirage. Pour Montmirel, miser plus de 70%, ça fait arrachage, et moins de 70%, ça laisse la côte pour suivre. Mais sur ce point sûrement que le bouquin date un peu: au bout du compte, dans le poker moderne, calculer la côte explicite n’a plus tellement de sens tant les mises post flop approchent souvent le montant du pot.

On se rabat donc sur les côtes implicites, c'est-à-dire, corrigez moi si je me trompe, ce que l’on pourra prendre si l’on touche. (p145) Le calcul de la côte implicite est utile à partir de 3 joueurs à table.

(p370) Pour Brunson, dont Montmirel utilise le nom pour ne pas avoir à justifier ce qu'il dit, la côte n’est pas que financière, il faut aussi inclure la probabilité que vilain passe, ce qui est typique par exemple dans le cas du semi bluff, on mise en espérant que vilain passe, et s’il suit on espère toucher. On perd plus souvent qu’on gagne, mais sur le long terme on est gagnant. Ce point est beaucoup, beaucoup mieux expliquer dans Poker Theory sur lequel j'ai aussi écrit un billet, vous pouvez un coup d'oeil dans mes anciens posts.

Pour connaître les chances qu’on a de toucher sons tirage, on sait qu’il faut multiplier le nombre de ses outs par deux par carte qu’il reste à tirer (p134/135) Il faut quand même préciser la chose : la probabilité de toucher ses outs turn + river est légèrement inférieur à la turn seule multipliée par deux au delà de 8 outs (il y a une cartes de moins à tirer à la river). En déça on peut multiplier par deux.

(p144) Le méga tirage: avec 15 outs, je peux suivre une mise au flop de montant du pot. A 3 joueurs ou plus, je peux suivre n’importe quelle mise, la côte est bonne.

L’adaptation

Montmirel explique qu'il faut adapter son style de jeu en tournoi, selon les blinds, son stack, les adversaires… sans déconner?

Évidemment, en tournoi, il est impératif d'adapter son tournoi à son propre stack, au stack moyen du tournoi, aux blinds & ante etc…

Le truc incontournable (et heureusement, assez simple !) C’est le M, on en entend souvent parler et à force on sait ce que c’est sans vraiment s’être jamais penché dessus. Ce bouquin est l’occasion d’entrer un peu plus dans les détails sans approfondir vraiment obv, c’est Poker Cadillac comme même !

Donc pour le M:

Étape 1 le calculer : Le plus simple ! Le M c’est la somme des blinds et ante. Autrement dit, le montant du pot avant qu’UTG n’ouvre sa gueule.

Étape 2 : on fait quoi une fois qu’il est calculé !? (p190) Action conseillées selon le M

- Le M est au-dessus de 20, c’est la zone de confort, on peut adopter à peu près le style qu’on veut : soit mettre la pression sur les stacks moyens, soit jouer serré et rentabiliser autant que possible ses grosses mains.

- M entre 10 & 20= on est en-dessous de la zone de confort, sans pour autant être clairement menacé. Le but est de rejoindre la fameuse zone de confort, pour cela il faut chercher à voler les pots ou les blinds en prenant le moins de risque possible.

- Entre 6 & 10= L’agressivité doit monter d’un cran, il faut cibler les attaques avec une main raisonnable

- Entre 3 & 6= Là on commence à être vraiment dans la m**de dans une situation compliquée… Il faut faire all-in préflop pour doubler.

- Au dessous de 3= situation de survie. Traduction : Débrouillez-vous, envoyez la meute (enfin… le caniche nain qui en reste) et priez pour chatter trois ou quatre fois de suite !

Voilà pour les maths. Dans mon dernier post, quand je dis que j’ai appris des trucs je déconne pas ! Même si ce bouquin m’a fait chi** 75% du temps… Un des trucs que j’ai appris, qui est assez utile, c’est à manier le Q (pas de jeu mots moisi please…).

p259 Le Q, c’est le M du tapis moyen. Si Q<25 (ou M<20), il est temps de voler les blindes.

Allez, un enfoncement de porte ouverte de plus, après avoir écrit un truc intéressant, faut bien se rattraper ! C’est parti : pour voler les blindes, il faut s’y prendre entre le bouton et le bouton -2. Il faut envoyer 3 ou 4 blindes, et passer si on est sur relancé (ouai ça fait mal au stack mais bon…). Pour cela il faut avoir au moins 10BB et avoir une bonne image, et que la main qu’on a ne soit pas trop mauvaise.

Toujours concernant le vol de blinds, (p293) un stack de 20 blinds est insuffisant pour voler les blinds : si on perd on quitte une zone plutôt confortable pour une zone à stack dangereusement réduit. Et si on gagne, ben… on n’a pas grand chose à gagner.

S’adapter aux adversaires et à sa propre image

En matière d’adaptation aux adversaires, le principal apport du bouquin est, je pense, les fait que, (p369) il faut différencier les variables factuelles (tapis, position, cartes) de la variable d’ajustement, qui est l’adversaire. A mes yeux, la « variable factuelle » correspond au style que l’on a. C’est-à-dire que selon le joueur qu’on est, on a éventail de réaction presque « prédéfinit » par le tapis, les cartes, la position…

Il y a une quatrième variable, bien différente des trois autres, c’est pour ça que Montmirel l’appelle « variable d’ajustement ». Il s’agit de l’adversaire, c’est à lui qu’il faut s’adapter, c’est à cause de lui qu’il faut varier son jeu. Devant des adversaires contre qui on a jamais joué une main, on peut ne pas tenir compte de la fameuse variable d’ajustement, puisqu’il n’y a aucun historique avec les autres joueurs, dans tous les autres cas, on ne peut pas la négliger.

Donc, évidemment, il faut savoir jouer de son image, par exemple si on passe pour un dégèn version LAG (p197) ça peut être carrément EV+ si on sait en profiter. Et si on joue contre un LAG ? (p198) Pour Greenstein (argument d'autorité non développé... merci les stars du poker!), face aux LAG, pas la peine d’attendre une grosse main, il faut surrelancer. Voilà pourquoi avoir une image de LAG peut servir, (surtout si on joue contre Greenstein…)

Avant de se lancer dans un coup, il faut prendre en compte le montant du tapis adverse. On n’entre pas dans un coup de la même façon face au chipleader que face à un shortstack ! Plusieurs exemples de cela :

- (p204) devant un joueur qui a deux fois mon tapis, je peux ouvrir avec 1/3 de mon tapis pour, au flop, pouvoir envoyer la fameuse couscoussière avec le double de ma relance préflop (ça c'est très efficace, à tel point que j'ai failli ne pas l'écrire)

- (p206) Avec seulement 20% du tapis adverse, j’openshove en comptant sur le peu de fold equity que j’ai encore.

- A tapis égaux, c’est souvent le plus opportuniste qui l’emporte

Pousser au bluff

Montmirel n’aborde que très superficiellement - sans déconner? - le thème du l’induce bluff (ou bluff induce ?) (p230) Checker sur la river avec une bonne main peut encourage l’autre à faire une ouverture, ce qui arrive a priori une fois sur deux, il faut donc être prêt à ce que vilain check aussi et à l'avoir dans le cul, la value.

Dans le même ordre d’idée, (p229) quand on a une bonne main, on peut se contenter de call pour pousser l’autre à bluffer, l’amener à envoyer pour la troisième fois un bet pot, surtout si on a une image joueur serré. Mais il faut être capable de jeter si on pense que vilain a touché.

Le HU

Dans un temps qui me semble lointain, je jouais beaucoup de HU en hold’em, puis j’ai comparé mon ROI en DoN (18%) et en HU (5,5%). Du coup j’ai complètement lâché le HU, à grand regret j’avoue parce que le SNG HU est un exercice qui me plaît bien mais pour lequel je n’ai pas un (une?) edge suffisant. J’ai essayé de lire des articles, regardé des vidéos etc… mais je me ramasse ineluctablement. Certes je reste positif, même mentalement c'est plus dure: je tilt beaucoup plus en cas de défaite qu’en DoN.

Revenons à nos HU: un truc bon à savoir, mais dont on a une vague idée en HU, contre anytwo, (p97) on a l’avantage si on part avec : toutes les PP, Ax, Kx, Q5+, J8+, T9o+.

L’autre chose importante, c’est qu’il ne faut par surestimer AK, qui est moins fort qu’en full ring ou même en short handed (p98) en HU, AKs arrive après 88 comme main de départ! Toujours en HU, les pocket pairs inférieures à 88 plus faibles en HU qu’en fullring..

Voilà, c’est tout ce que je retiens de Poker Cadillac. Une impression vraiment mitigée au vu du peu d’info qu’il contient relativement au très grand nombre de pages, de tableaux couleurs, de photos etc…

Conclusion : si vous débuter et que vous avez l’occasion de le lire, ça peut aider. Si vous débutez et que vous n’avez pas l’occasion de le lire sans payer le prix fort, ne payez pas et lisez autre chose, genre les forums du cp c'est un bon début !!

Si vous ne débutez pas… pourquoi vous avez lu jusqu’ici ?

A la revoyure!

BR: 41.75€

Challenge Hold'em Manager par les miles: 81.97/2560 (mine de rien, ça avance...)

DeepInYourAce

C’est la réputation assez sulfureuse du Montmirel qui m’a donné l’envie de lire ce bouquin. Et surtout aussi, le fait de l’avoir trouvé d’occaz à 7€ sans qu’il n’ait été, je crois, jamais ouvert. Parce que 50€ pour un bouquin aussi baclé contesté… bon.

Le fait est que je l’ai lu, courageux que je suis. A première vue premier abord vraiment du genre qui essaye de paraitre haut standing… Mais dans les faits j’ai surtout l’impression que c’est pour justifier le prix du bouquin, à croire que le gars a pas trop confiance en ce qu’il a écrit, alors il a fait un joli emballage!!

Du coup niveau visuel, c’est tape à l'oeil à peu près réussi : plein de couleurs, de tableau, de photos etc… Mais les trois quarts servent à rien et sont là pour la déco. Pour les 600 pages, ben c’est pareil, en retirant juste le blabla qui sert juste à faire genre « on est entre nous, je vous raconter un truc que m’a raconté ce bon vieux Phill Helmutt » Autre truc un peu relou c'est le nombre assez fou de coquilles et autres fautes d'orthographe. A ce propos je prends deux secondes pour faire mon maître Capello: savez-vous d'où vient le terme de coquille? Dans le journal officiel, il y a pas mal d'années, une secrétaire avait oublié le "q" de coquilles dans la publication d'une loi...

Bon, niveau contenu maintenant : pour les profanes (catégorie que je suis en train de quitter imo pour le statut de « débutant assidu ») il y a à coup sûr qq chose à en tirer, mais je crois pas que la lecture de Poker Cadillac puisse faire passer un joueur de l’état de profane à celui de joueur correct. La raison : soit le bouquin survole les choses et le profane comprend mais ne progresse pas, soit il entre trop dans les détails et le profane sera largué.

Il y a des choses intéressantes, mais en 600 pages, on attendait plus…

Au final, avis mitigé. On apprend quand même pas mal de chose au milieu de ces tableaux inutiles, de ces dessins humoristique pas drôles, de ces coverages de tournois inintéressants... En fait, avec le recul je me dis que ce qui lui a manqué, à Montmirel, c'est un éditeur qui lui aurait dit "Wow wow wow t'en fais pas trop là?".

Généralités

Montmirel s’appuie souvent les propos de stars du poker. Je suis pas sûr que ce soit parce que ce sont des avis fiables. Il s’en sert plutôt comme argument d’autorité, du genre qu’on a pas besoin de trop justifier… Un exemple avec "les cinq règles du poker" selon Ferguson (p468), qui est un petit encadré dans un coin de page sans aucune autre espèce de développement.

1/ Préflop, : relancer la BB ou passer. Ne pas limper

2/ Observer la table en permanence

3/ Ne pas miser avec des mains moyennes (avec une bonne main je veux être suivi, une mauvaise je veux qu’il passe, avec une moyenne je n’ai pas de raison de miser, je risque juste de faire grossir un pot que je pourrais perdre)

4/ Varier le style de jeu

5/ Respecter l’adversaire, même si on se pense meilleur

Voilà, c’était les cinq règles du poker selon Ferguson… Ca change la vie hein ?

Le jeu préflop

L’un des principaux défaut que j’ai trouvé à ce bouquin c’est qu’il dit « il faut faire ça, il faut pas faire ça », comme s’il y avait une manière optimale de jouer. Pourtant amha, si le fameux « poker abc » est une manière correcte mais basique de jouer au poker, on ne peut pas dire qu’il y a des « trucs et astuces » pour gagner, et il y a, tjrs amha, de multiples façons de jouer un poker abc. Et ce que Montmirel dit du jeu préflop en est un bon exemple.

Il n’hésite pas quand il faut donner ces fameux « trucs », quitte a enfoncer des portes ouvertes. (Ca fait mieux vendre !!)

Quand entrer dans un coup, et comment ?

(p165) Montmirel insite beaucoup sur le risque que représente le fait de sous jouer AA préflop. Même si une paire d’as a fait brelan, le sous jouer est dangereux (enfin « dangereux » c’est relatif, je suis en train de regarder un docu sur des soldats en afghanistan, et ce qu’il font eux c’est dangereux). En effet, il faut savoir que tout flop avec un as et sans paire offre un tirage quinte (ça je savais pas! J’ai retourné le truc dans tous les sens, et c’est vrai !). Sous-jouer un brelan d’as est donc risqué. A la limite, Montmirel admet qu’on pourrait sous-jouer en tournoi, mais pas en cash game.

(p171) Une autre porte ouverte qu’il enfonce (mais peut-être due au fait que le bouquin a été écrit il y a plusieurs années) : il est possible de jouer les petites paire comma AK (mise au flop si je touche brelan ou si un A ou un K apparaît).

(p172) Il conseille de ne limper qu’avec Ax ou Kx suite, le mieux étant de suivre 2 limpers, sans les relancer

Jouer sa grosse blind

Défendre ou ne pas défendre sa grosse blinde ? Je rappelle ici que ce bouquin s’adresse surtout aux Hold’em de tournoi, donc que la grosse blind a une importance variable selon le stade d’avancement du tournoi.

Déjà, et c’est une chose que j’ai expérimenté à mes dépends plus d’une fois, il faut accepter l’idée que, de BB, entrer dans un coup sans avoir à payer peut être un cadeau empoisonné. Il faut (p177) prendre garde au risque de se faire embarquer quand on voit le flop avec une poubelle, si on fait paire ou autre contre une bonne main.

Quand défendre sa big blind? Il y a, pour Montmirel, quelques cas précis où il faut relancer quand on est de grosse blinde (p263).

Si je suis de BB, je dois envoyer une grosse relance si :

- 4 joueurs, dont le bouton, ont limpé,.

- un joueur en milieu de parole a relancé, et deux joueurs dont le bouton paient.

- seul le bouton relance, personne d’autre dans le coup

Enfin, il faut punir les limpers !!! (p242) Il faut les relancer, ne serait-ce que pour les provoquer et les amener à tilter.

Voilà c'était la première partie de mon compte rendu. La prochaine parlera de l'aspect maths du bouquin, partie où l'on peut trouver qq info intéressantes.

A la revoyure.

BR: 37.29€ (ça monte encore, je multitable à 4 ou 5 DoN 0.5€, et 1 ou 2 à 1€)

Défi Hold'em manager par les miles: 66,05/2560 (on est pas pressé!!)

DeepInYourAce

Fin de mois-bilan-toussa.

Up & down, mais au final up. Voilà mon mois résumé.

Ma courbe sharkscope a eu des aléas, mais elle continue d'aller vers le haut en partant du bas. C'est Gide je crois qui disais qu'il est important de suivre sa pente, pourvu que ce soit en montant :scratch: .

Après des débuts sur Wina en béton armé, en DoN comme HU, j'ai un peu trop pris confiance et mon jeu s'est déréglé, trop agro en DoN, pas assez en HU... J'ai eu des soirées compliquées, rageante. Et je me disais "ah saleté de variance!".

En général je joue 4 DoN en même temps et j'arrête d'en lancer ès que j'en perds un (je viens de passer à 5), donc en général j'en lance quatre et j'en perds un avant d'avoir le temps d'en relancer un seul. Je m'énervais de n'arriver que très rarement à réussir les 4 premiers, donc mes sessions ne duraient qu'environ une heure. D'autres soirs je m'énerve de n'en gagné que deux, voire un seul. Et je me dis "ah saleté de variance"

Ce manque de patience m'a fait tilté et j'ai eu un premier mini badrun (mon faible volume fait que chez moi tout est mini, enfin sauf... bon je me comprend). Et je me suis dis "ah saleté de variance!".

Du coup je voulais remonter et je jouai même quand j'avais pas vraiment le temps, même que j'étais vraiment fatigué. Forcément je perdais et je me disais "Ah saleté de variance".

Et puis à un moment je me suis dit "et si... la variance n'y était pour rien ou pas grand chose?" Alors j'ai refléchi (si si), lu un peu des bouquins & forums, regardé qq vidéo, et surtout, les notes que je prends à chaque partie, je note ce qui m'a fait penché d'un coté ou de l'autre. Et là, révélation!

Avec plus de discipline, j'adapterais mieux mon jeu à la variante, il suffit d'en être conscient et de rester vigilant. Et peut-être aussi qu'en me consacrant surtout à l'un pour délaisser l'autre ça irait mieux. Et finalement: OK la variance n'y est pour rien sur ce point.

Discipline toujours: ne pas jouer quand j'ai pas le temps, quand je suis fatigué, quand je suis énervé de coups perdus une heure avant... Sur ces points aussi, la variance est innocente.

Et puis aussi je me suis dis que perdre aussi souvent un DON sur trois, ben c'est normal, tout simplement. C'est même pas la variance c'est juste normal. Comme quand on a les as, et qu'une boite sur trois ou quatre (selon l'opposition) se fait craquer. Donc se plaindre des as craqués pour cause de variance... Vous aurez compris.

Au final, ce que j'en retiens c'est: au lieu de te plaindre de la variance, ferme ta gueule et bosse ton poker.

Aujourd'hui, ma bankroll est le double de ce que j'avais déposé le 24 avril (pas glorieux ok: passage de 15 à 30€).

J'ai encore beaucoup de progrès à faire, mais dans la limite où je joue, la priorité n'est pas dans ma connaissance du poker: je lis énormément, je pense avoir une connaissance théorique disproportionnée par rapport à mon niveau réel, je suis un peu le Bernard Menez du poker :pulp-fiction: : je peux en parler sans dire trop de conneries, mais rien qu'à ma gueule on voit qu'il faut pas me mettre derrière un tapis. la priorité, donc, c'est la discipline, surtout bien choisir les moments où je joue, et arrêter les "récréations" en PLO HU où je me fais juste défoncer :et-bam: (ROI à -30% sur... 10 jeux), freiner un peu les NLH HU (ROI à 7% sur 150 jeux), et me consacrer plus au DoN (ROI à 17% sur 200 jeux) :queen: .

Les échantillons ne sont pas représentatifs, mais je ne fais pas énormément de volume (ce qui sera indispensable à un moment pour progresser je pense). Je lis plus que je joue, comprendre ce jeu m'intéresse plus qu'y perfer, pour l'instant du moins.

En tout cas je m'éclate pas mal, je suis toujours en arrêt maladie (depuis bientôt un an, ça commence à être long mais je reprend fin aout, ouf :dance:! ) Peut-être que je me prendrai un semaine ou deux pour enfin faire du volume et voir ce que ça donne.

Prochain billet, plusieurs sujet possibles:

- Un point sur ma BRM

- Un compte rendu de lecture de Poker Cadillac (ça sera pas long: j'avais besoin de me faire un avis, ben c'est fait...)

- Un petit résumé aussi de la poker school de Wina (idem), j'essaierai ensuite de faire les autres, surtout full tilt & poker stars.

BR: 30,37 (X2 en 2 mois et avec un mini volume!)

Défi Omaha manager par les miles: 56,7/2560 (peut-être que ce sera Holdem finalement, vu comment je semble moisi en PLO...)

DeepInYourAce

Le bluff

(P186)En première lecture, la phrase est un peu indigeste : « La stratégie de bluff optimale est telle que votre fréquence de bluff est égale à la côté du pot pour l’adversaire. » Mais finalement c’est assez simple, et Sklansky donne un exemple un peu plus loin : (P211) si je donne à l’adversaire une côte du pot de 4/1, je dois bluffer une fois pour quatre coups où je touche ma carte. Ca va mieux là, non ? Si non, relisez, reflichissez.

Enfin, une petite astuce, je sais pas sielle marche toujours compte tenu de l’époque ou a été écrit le bouquin, mais d’après l’autre (P193) un bluff à la river a plus de chances de passer quand on est premier de parole, vu qu’en le faisant au bouton on sera facilement soupçonné de bluff et le range de call de vilain s’élargira d’autant.

Le Semi bluff

Le semi bluff, en gros, c’est faire croire qu’on a une super main en misant avec un jeu moyen pour faire folder l’autre. Mais s’il call, ben on a toujours un espoir raisonnable de toucher du lourd.

Ainsi (P119) le semi bluff offre deux possibilité de gagner : si l’autre se couche et si j’obtiens mon tirage. Il faut évaluer la probabilité qu’il folde et celle que je touche mon tirage, puis confronter aux fois où il callera et gagnera. (P154) Au final je perdrai probablement plus de la moitié des coups, mais ça vaut plus le coup que suivre du moment que vilain fold au moins 4 fois sur 19.

Pour des raisons de côtes, (P120) plus le pot est gros, moins les chances d’amélioration ont besoin d’être fortes pour semi bluffer. Mais attention : le semi bluff n’est rentable que si l’on n’est pas sûr que l’adversaire va suivre. D'après ce que j'ai compris en parcourant la toile, c’est là une des raisons qui ont fait que le montant des bet ont autant augmenté ces dernières années et que la cote implicite a quasi remplacé la cote explicite.

(P121) La position idéale pour semi bluffer, si on en croit Sklansky, n'est pas nécessairement le bouton: il faudrait ainsi faire moins de semi bluff quand on est dernier à parler car on a la carte gratuite et on risque pas le check relance.

(P129) Quand on suspecte un semi bluff, le mieux est de jeter les cartes, tant mieux pour lui, tant pis pour nous: d'une, on n'est pas sûr du bluff, et de deux: même s’il bluff, je suis pas absolument pas sûr de gagner. La meilleure défense dans ce cas c’est la relance. En fait il semble qu'il ne faut que si et seulement si il y a un gros pot & l’adversaire est à tirage, on pourra ensuite ouvrir si le tirage n'est pas venu.

(P134) Devant un semi bluff, on peut aussi attendre la carte suivante pour relancer, ce qui est plus déroutant. Ca fait donc call d'abord, bet ensuite, ce qu’on appelle un floatting si je ne m’abuse.

Comme quoi, il y encore des trucs à apprendre de ce bouquin surtout pour les débutants qui essaient de s'intéresser à peu près sérieusement à ce jeux!

La prochaine, je parlerai plus de mes résultats et du fait que j'ai délaissé les DoN pour les HU SNG!

GL aux tables!!

BR: 26,80€

Défi Omaha manager par les miles: 31,2/2560 (statut chrome certes mais c'est pas encore ça...)

DeepInYourAce

Voilà la suite de mon mémo Sklansky. Au menu: un peu de stat, de "logique poker", de technique. Bonne lecture

Statistiques / « Maths »

L’aspect « statistico-mathématique » du poker compte beaucoup dans le livre, mais n’est pas vraiment prépondérant. En fait je dirais qu’il s’agirait plus d’une « logique » à acquérir, comme la côte du pot, que de statistique à connaître sur le bout des doigts. (P41) Rappel sur la côté du pôt : il faut la calculer en incluant l’argent que j’ai déjà mis dedans, mais pas celui que je vais mettre !! (comme l'a justement noté Batmen dans mon dernier billet, les côtes du pot sont aujourd'hui à peine calculées car les mises standards d'aujourd'hui rendraient à peu près tous les coups hors côte, on se base désormais sur la côte implicite).

Deux petites choses à savoir, qui peuvent être bien utile pour calculer une côte : (P154) Chances de compléter une couleur à la river : 4/1 ; (P165) 1/3 des brelans floppés finit en full, et un tiers des tirages (quinte comme flush) rentrent, et enfin, (P60) bon à savoir : un brelan va deux fois plus souvent au full qu’une double paire.

Technique

Lorsque j’écris « logique », je parle de ce qui s’acquiert avec l’expérience, en fait c’est la théorie éprouvée par l’expérience. Il y a donc bien sûr un minimum de statistique, mais sans l’expérience ce n’est rien. En ça on peut faire un parallèle avec le sport : on peut être vraiment balaise sur le plan théorique, stratégique, historique… sans valoir une cacahuète sur un terrain (cf. Pierre Menez). Au poker, il me semble que c’est avec le volume que cette logique poker peut être intégrée, il n’y a que ça pour parvenir à trouver une application empirique à toute la théorie qu’on peut accumuler au fil des lectures, vidéos etc…

Par exemple, l’expérience amène à mieux maîtriser l’arme qu’est la relance (c’est d’ailleurs ce domaine où je me trouve weak). On apprends ainsi petit à petit que (P152) Quand un joueur à tirage mise, on peut relancer pour faire passer les joueurs suivant, et lui casser sa côte du pot. De même, (P231) Si je relance, je sais qu’un joueur moyen suivra souvent sans forcément avoir un très bon jeu, alors qu’il faut un gros jeu contre un adversaire plus solide parce qu’il ne suivra que s’il se pense devant. On peut aussi relancer avec une main juste bonne (50% gagnante), la probabilité que l’autre folde donne une espérance positive.

La relance peut être d’autant plus efficace lorsqu’elle se fait en check-raise. Mais Sklansky conseille de bien réflechir avant de choisir cette option : En général, (P235) le checkraise se fait si et seulement la probabilité que l’adversaire ouvre est au moins la moitié de celle qu’il suive si c’est moi qui ouvre (encore une fois, à mon sens ce n’est pas vraiment une donnée statistique, plutôt une logique à saisir).

Ouvrir, checker, relancer… pour se décider, il faut prendre en compte la force de sa main, sa position, la dynamique de la table et l’avancement du coup. Et dans ce livre, on comprend bien que la force de la main n’est pas nécessairement le plus important. Par exemple, (P107) quand on hésite entre ouvrir et checker, il vaut mieux ouvrir car il vaut mieux perdre une mise (je gagne si je suis mieux ou s’il fold, je ne perds que si je suis relancé ou callé par mieux) qu’un pot (si l’adversaire ouvre et que je peux pas suivre) ici la force de ma main a son importance, mais bien d’autres paramètres entrent en jeu.

Et même avec une bonne main, (P238) il peut être préférable de checker plutôt que de relancer quand on pense avoir la meilleure main (gagner en plus les fois où il bluffera). Dans tous les cas, (P103) attention à ne pas trop sous-jouer : seulement avec les monstres ou à cause d’un pot trop petit.

En résumé: lorsque que l’on découvre la dernière carte, (P232 & 249) Si je suis dernier de parole, je ne suis une mise que si mes chances de gagner sont supérieur à la côte du pot (si j’ai 30% de chances de gagner, et que la mise est de 20 dans un pot de 40, je suis).

Voilà pour cette deuxième partie. La troisième et dernière partie portera sur le bluff.

A bientôt!

BR: 23.65€ (+50% en 15 jours!)

Challenge Omaha Manager par les miles: 22.85 / 2560 (y a du boulot!!)

DeepInYourAce

Je l’ai terminé il y a quelques jours. J’ai mis beaucoup de temps pour le lire, et mon niveau de jeu de jeu a beaucoup évolué entre le moment où je l’ai commencé et celui où je l’ai terminé. Je pense donc qu’il faudrait que je le relise un de ces quatre pour le comprendre mieux.

Quoiqu’il en soit il m’a déjà appris beaucoup, et je vous laisse une petite « fiche de lecture », - comme à l’école - l’autre but est d’avoir quelques retours sur ce que je pourrais avoir mal compris, négligé etc… Je divise cette fiche en trois ou quatre billets pour que ce soit plus lisible. Pour ceux qui l'ont dans les mains, j'ai noté les pages pour que vous puissiez jeter un coup d'oeil à la source

Bonne lecture!

A propos de la Théorie dans Poker Theory

Déjà, ce qu’il faut bien avoir en tête tout au long de la lecture du bouquin, c’est ce que Sklansky appelle Le Théorème fondamentale du poker.

(P29) Selon ce théorème, le but du poker est de faire jouer mon adversaire d’une manière qui aurait été inadéquate s’il avait vu mon jeu. C’est vraiment le concept incontournable du bouquin.

Le but est donc d’arriver à mettre l’adversaire sur un certain range, tout en essayant de ne pas être lisible, de l’induire en erreur, puisque ce sont chacune de ses erreurs qui me rapparteront de l’argent. Pour cela, il faut savoir analyser un coup et selon Sklansky ça se fait en quatre étapes :

(P281)  1 : Définir les mains possibles de l’adversaire

 2 : Attribuer une proba à chacune

 3 Définir la meilleure action contre chacune

 4 Opter pour l’action qui fonctionnera le plus souvent

Je peux supposer que dans le même temps, Vilain fait de même. Il ne faut pas oublier de réfléchir à ça : « Que pense Vilain ? ». Sklansky décline ça en niveau de pensée.

(P271)  1er niveau de pensée : ce que je pense que l’autre a.

 2ème niveau : ce que je pense que l’autre pense que j’ai

 3ème : ce que je pense qu’il pense du range sur lequel je le met

S’adapter (à la table, à la position, aux blinds/ante etc…)

Si on joue chaque situation et chaque position de la même manière, on devient vite lisible par l’adversaire dès que l’on monte un peu de niveau. Il faut varier, changer de vitesse. Agresser, attendre, contrôler, attaquer, attendre, etc…

Quand jouer serré, quand jouer large ? (P40)La base, c’est de se référer au montant des blinds et ante. Quand ils sont bas (<5% des mises futures), le mieux est de jouer serré, mais quand ils sont hauts (>15% des mises futures) mieux vaut élarge son jeu. C’est donc une question de côte du pot.

(P243) Il faut essayer de savoir si l’adversaire à tendance à plus suivre que miser (dans ce cas, ouvrir) ou bien plus tendance à miser qu’à suivre (dans ce cas, checker suivre)

(P170) A noter que face à des joueurs larges le semi bluff & la relance avec tirages sont moins efficaces car souvent on sera souvent callé ou raisé.

La suite bientôt!

BR: 20.87€

Challenge Omaha Manager par les miles: 21,05 / 2560 (y a du boulot!!)

DeepInYourAce

J'ai commencé il y a qq jours avec une br de 15€. Aujourd'hui elle approche doucement mais sûrement des 20€.

Ce qui me plaît dans cette phrase c'est le "sûrement".

Je joue des DoN à 0.5€, et j'ai l'impression que la variance est très limitée relativement à d'autres jeux.

Ma méthode: (comme le reste de mon blog, j'écris à la fois pour échanger et pour me faire un journal que je peux relire de temps en temps...)

Jusqu'à ce que ma br dépasse les 20€, je fais des DoN à 0,5.

Une fois les 20€ dépassés, je ferai un shot à 1€ à la fin de chaque sessions bénéficiaire d'un euro et plus.

A 30€ de br, je passerai au DoN à 1€. Je ferai mtt mini roll à 0.25 ou 0.50 après des cessions avec un roi >30% pour garder la main, et essayer de monter en br si je perf, tout en prenant le minimum de risque et continuant de monter un br.

Evidemment, si je badrun et passe sous br=30€, je repasse aux DoN 0.5€.

Voilà pour le mangement. Pour les courageux qui ont lu jusqu'ici (sûrement pas nombreux...) je passe au multitab.

En fait c'est simple: je lance 4 tables de DoN, quand une termine, j'en relance une autre. J'arrête d'en lancer dès que j'ai perdu un DoN, hier ma session a donné 7 itm pour un bust. Cette méthode fonctionne bien et m'empêche de m'entêter les soirs où je suis pas dedans.

BR: 19,89

Prochain post: ce que je retiens de la lecture de Poker Theory de Sklansky

DeepInYourAce

Je me pose une question: il y a plétore d'offre de poker school sur les rooms (malin de leur part: ils ont intérêt à ce que tout le monde soit eaven pour maintenir le flux d'argent, et donc le rake!). Et je me dis: c'est quoi le mieux, faire les poker schools une à une (wina et full tilt me semblent pas mal) ou acheter des bouquins? J'ai Poker Theory, mais vu le prix des bouquins, je me dis que peut-être dans un premier temps il vaut mieux se contenter des poker school avant d'investir dans des bouquins...

Niveau jeu, je continue mon mini grind à mini volume sur DoN 0.5 Wina. ROI à 30% sur mini échantillon, j'ai fait pas mal de séries itm et paradoxalement mon jeu en a souffert. Orgueilleux probablement, j'ai élargi mon range en début de DoN et j'ai fait ma première série sans victoire (trois), c'est ma faute, j'en ai mal joué deux. Le troisième c'est un flip JJ vs AK à 7 left ou tout le monde a moins de blindes que de doigts. Et la chance du débutant est moins présente: je me souviens avoir boité avec AQ et me retrouver contre les as pour finalement splitter grâce à une quinte de l'espace auteur 8...

Du coup il faut que je resserre à nouveau mon jeu. Le but reste de monter une br pour financer mes tournoi et monter de BI en DoN!

DeepInYourAce

Depuis qq jours que je suis sur Wina, je joue du DoN et du sng HU sur Winamax, à 0.50 de BI.

Sur ce type de jeu, j'ai un ROI autour de 30%. Jusqu'ici, si je me lance dans 4 en meme temps, je chute à 50% d'ITM (il faudrait que je renouvelle l'expérience encore 5/6 fois pour que ce soit représentatif). Vu que mon objectif est de monter ma BR sans prendre trop de risque, je dirais que ce que je fais est efficace.

Pourtant, à supposer que je maintienne mes 30%, il me faut un énorme volume de jeu pour que ma br grossisse suffisamment pour que je passe à la limite supérieur, ou que je fasse qq mtt. J'ai décidé d'attendre encore avant de me lancer dans du cash. Ca m'intéresse pas vraiment: je joue au poker pour le jeu. Et à mon sens il faut un gagnant à la fin! C'est ce que j'aime dans les DoN, tenter d'être du côté des gagnants!

Pour que ma manière de faire soit efficiente (c'est à dire qu'elle soit rentable et peu chronophage, ce qui est le temps pour le moment, avec mes maxi deux tables ouvertes de DoN 0.5€...).

Bref là où je dois progresser c'est sur mon volume, parce qu'en plus je joue pas un très grand nombre d'heures/jour pour l'instant!!

Ce qu'il faut c'est réussir à multitabler sans que mon ROI ne diminue trop, ou alors avec un volume qui pourrait le compenser...

DeepInYourAce

Je viens polluer la bande passante. J'ouvre un blog où je rendrai compte de l'évolution de mon jeu, de ma BR et de je ne sais quoi.

Pas sûr de l'intérêt, mais je force personne à lire!

Objectif: garder une trace pour tenter de progresser.

Je suis pas un gros joueur. J'ai déposé 10€ sur full tilt puis cash out 60€ qq mois plus tard: le rake est trop gros en sng et j'ai du mal à le battre. J'ai arreté qq jours puis j'ai décidé de me poser sur winamax (rake moins fort), ou je fais les don à 0.5€ avec un roi à 40% sur une quinzaine de partie (ok ça veut rien dire... mais bon.)Très long mais idéal pour monter une br sans trop de risque.

J'ai posé 15€ sur wina hier, j'en suis à 17.21 juste avec HU et DoN...

Le but: me payer holdem manager avec les points fidélités! OK c'est débile, mais ça voudra dire que j'ai un volume de jeu satisfaisant et que j'aurai, normalement, la br qui va avec!

J'ai démarré il y a pas très longtemps, qq mois d'arrêt maladie ou j'ai pu me pencher sur ce jeu qui m'a aidé à faire passer le temps.

Depuis ça va mieux, mais je continue le poker de plus en plus sérieusement sans mettre trop de sous jusqu'ici.

English
Retour en haut de page
×