Jump to content
This Blog
  • entries
    11
  • comments
    15
  • views
    10566

About this blog

Joueur de spewker pas si professionnel que ça.

Entries in this blog

Insert Coin

Ok je vais faire simple, plus gros downswing de ma carrière à ce jour, j'enregistre un démoralisant -2500€ et ce en un temps record, puisque j'ai commencé ma session vers 18h30, et qu'elle est déja finie à oh! 1h00 du mat' ce qui est évidemment signe que j'ai été crushed. C'est une des choses les plus difficiles du métier, se pointer, jouer son aaaaaaaallez A- game pour peut-être les deux dernières heures, mais globalement je ne me remémore qu'un très mauvais call vs un tight 4better avec AQo juste itm dans le 20 2R1A, en tant que spew majeur, sinon, cold deck à répétition. La sess' commence, passons outre le 1 outer (standard set over set qui dérape) pour énorme pot dans le 10 R, oublions donc le flat immonde du fish alors que je reshove un bon reg all in pour 23bb, mon beau 99<KJo, deep dans le 30€, un flip au final, mais j'aurai été flaté par des fishs avec toutes sortes de mains pour des stacks juste incallables avec force répétition ces deux derniers jours...la frustration monte alors que le fish à toujours raison de moi. Malheureusement, alors que ces standards beats ne font que m'effleurer en début de soirée, la fête ne fais que commencer, à mon grand désarroi.

Clairement, les satellites 300€ auront eu ma peau, je semble être juste incapable de casher dans un satellite pour ces put**ns de tournois live. Sat pour la finale du fps, énorme cooler d'entrée de jeu, je raise AsTs au cut-off, bocal flat AA dans la bb, flop un A et deux piques, moitié de stack en - malgré que notre ami se slowplay la face en me laissant pot control le turn... le flip du redémarrage ne passe pas, cool, c'est juste un flip après tout... Sat winamax pour Deauville, nous sommes la, carddead avec nos 3000 de départ et 54o dans la bb a 75/150. Un banc de poisson limpe, et nous allons tous au flip flop ensemble, un joli 3Q6 avec juste deux piques, des idées malsaines de check-raise et open boite le turn me viennent à l'esprit, alors que check' round, 7 offsuit bink le turn et hop on est max, sans rien avoir demandé a personne, sb check, nous bettons 2/3 de pot, tout le monde fold sauf sb qui tank, et juge bon de flatter avec le T8 de coeur (nous sommes également deep, à savoir, pas deep du tout), toucher gin (un gros 9offsuit obv) et insta open shipper la river, je vomis sur mon clavier, call, nettoie mon clavier et revomis (cette fois dans un seau). Sat PS pour Deauville, ça y est, nous sommes enfin deep dans un sat, (à ce stade nous avons déja busté de tous nos tournois sauf du High Roller et une bouse a 20€, les 1800€ des 6,7 et 8eme places nous font donc presque bander, le package lui est devenu secondaire depuis que j'ai rejeté un oeil sur mon bankroll) 22 left, 500/1000, stack de 11bb, QQ en mp. Finaud open 4x utg+2 sur un stack de 18/19bb, j'insta shippe, standard, gros stack laggy (40bb) flat au bouton, OR restacke, call, bref, 3way all in: OR retourne AsKs, et laggy montre TT, le ten high flop avec deux piques me force à vomir derechef, illusion gutshot turn, brique river, adieu 35K pot, adieu rêve, hello souffrance.

High roller = grosso modo dernière chance de réparer les dégats. Nous sommes très vivants, alors qu'un gameflow de plus en + aggressif s'installe à la table, nous 3bettons beaucoup ce qui nous vaut un royal setup, JJ>77, nous sommes à la tête d'un gros stack de 50K. Pokerstars décide alors de me donner AKo 3 fois d'affilée alors que j'avais déja une image de conn**d, autant dire, une énorme invitation à buster prématurément. 1er AKo, on 3bet un aggro, il fold, 2eme AKo, on 3bet le même aggro, il 4bet shove pour 22K de + on snap et perds face à TT, 3eme AKo, on raise se fait reshove par un random, snap, on perds face aux valets en mode turn A, river J... ça finira en resteal all in light sur l'aggro de service avec A2s, flatté par la sb avec 66, mégawhiff et dehors mr presque bubble boy, nice...

Pendant ce temps à 20€ bouse city... on chope les neufs au bouton, sur un stack bringuebalant de 22K a 800/1600, un semi compétent shove 15K en mp, j'insta boite, il flippe 77 et me river un 7 pour le viol. Je remonterai un stack de 50K par un put**n de miracle pour mieux recommencer à dresser la table entrainant, un fatidique AQ<AJ où mon adversaire aura l'audace de turner un méchant J pour me voler la position de 3e en chips, out! Et adieu les 1000€ de la win qui nous auraient juste un peu consolé...

J'en passe et des meilleures, le reste n'est qu'un maelström de flips perdus, cbets raisés again and again, 3outers et autres saucisses.

Aussi à noter une soirée particulièrement immonde hier ou je bust 5e du 50€ deepstack, à une table tellement faible... Un random fish m'aura flatté dans toutes les positions et avec tous types de mains, touché tous les flops et ce jusqu'à que mort s'ensuive (final rocambolesque alors qu'allin contre mon persécuteur avec KhQh, il floppe une flush muni de son KcQc) quand le bocal marche sur l'eau et te "mdr" la face dans le chat à chaque coup de moule, la soirée peut-être trèèèèès longue... Et puis on bubble une tf d'un mtt random, me rappelle même plus le buy-in, on spew le High Roller (ah oui, fun aussi, on est CL ou top 3 de 3 sats pour le high roller d'hier et on en shippe pas un seul dû à un concours de circonstances, vous savez, poker variance etc...) après avoir dbi et monté un fat stack bien entendu. Afin d'achever la soirée proprement, nous bustons 20eme du NoS, à une table incroyablement fishy, accrochez vous, un rouge = reg très compétent, un orange tout nitty, 3 bleus ciels = fishs, 1 vert = bocal, et deux mauves!!!! = HYPERBOCAL (doté d'un ROI inférieur a -40%, l'hyperbocal est ton meilleur ami, et bien que les gens ne soient pas des hyperbocaux pour les mêmes raisons, leurs leaks sont quasi assurément énormes, béantes, juteuses,délicieuses, et tous autres adjectifs culinaro-sexuels qui vous viennent à l'esprit) en l'occurrence deux beaux limpers dotés de stacks à 6 chiffres et de beaux ROIs inférieurs a -50%, et ce sur des samples >500 parties... Avec une table comme celle-là, un nouveau problème se pose, loin des tables late mtt toutes pleines de regs, l'overbocalisation peut nuire au bon joueur et le mettre dans les situations les plus cocasses, en bref, on les isole tant qu'on peut, mais sans mains, avec des blindes massives et une tendance fâcheuse à rater le board, ils deviennent des adversaires redoutables capables des plus beaux hero-calls...

Puis pour finir sur une touche semi-positive il y à avant hier soir, où je deep run à peu près tout ce qui bouge, pour n'être que l'éternel second/bubble boy de la soirée, 2eme du 20€ 2R1A contre nul autre que le KZOULATOR (kzouls31) 2eme d'un 20€ KO turbo contre nul autre que Lunderground (non vraiment, gg les gamblers, vous me lourdez à peine :) ), 2eme de l'Xtase sur winamax contre je sais pas qui (ma première session de ma vie sur wina et on me laisse pas shipper?!? pas très commercial comme attitude, mais bon, passons) puisque je connais personne sur ce site de m**de, où j'aurai probablement battu le record du monde de sitouts involontaires (toutes mes excuses à mes valeureux adversaires qui auront dû m'attendre à maintes reprises, pseudo wina: "Triple Ruse", un jeu de mot avec triple buse pour ceux qui ont un cerf-volant). 2eme du turbo chatte "one time" une boucherie absolue a 10€, enfin bref, que des 2emes de m**de. Un joli +2000€ tout sites confondus pour une très bonne soirée malgré tout. Tellement dommage d'en avoir rendu, et plus encore ce soir même, il y à quelques heures, alors que les opportunités de faire un gros score ont été légions depuis 3 jours...

La difficulté en tant que joueur pro ou semi-pro, c'est la solitude face au bad run, personne veut entendre comment tu t'es pris deux one outer dans la même soirée et un mega fist dans l'hyper turbo chatte, même pas ta maman, elle s'en fout, et elle comprendrait pas de toute façon. Tes potes, une semaine ils t'entendent dire que t'as rentré leur salaire annuel en une nuit, donc ils pleureront pas quand t'en à rendu un peu la semaine d'après, et ils comprendraient pas de toute façon. Ta meuf, beh t'en a pas parce que t'es un geek qui sort jamais de chez lui et qui à les cojones d'imputer ça à l'arjel, et de toute façon elle comprendrait pas. Même moi elles me saoulent mes propres histoires de bad-beats, tellement elles sont standard et tellement je les comprends pas. La whine c'est un truc de loser, et ce soir je suis un loser, j'ai perdu gros, je suis frustré et très faché et je dois évacuer. Ceux qui sont dans un bad run en ce moment s'identifieront, ceux qui run normal ou good penseront "mais quel ennuyeux whineur celui-là" et ils auront bien raison, je sais déjà que le moi futur de dans quelques temps voudra probablement effacer ce billet 100% chialage, mais face à cette solitude du joueur à plein temps, je cède ce soir et pleure, tout nu, blessé, par terre, pour toi CP.

Insert Coin

Yo,

Bon, alors vite fait, un petit compte rendu de mon tournoi à Forges. Premièrement, une donne assez radicale, car tout au long de mes 8/9h de jeu, on m'aura dealé soit les nuts (ou pas loin) soit du total junk (sans vouloir whine trop j'ai l'impression d'avoir maté J2o et Q3o pendant la majeure partie du tournoi ---> donc whine un peu quand même).

Cinq mains notables donc, la première, AA dans la bb, au premier level, (50/100) me semble-t-il, la table fold, la sb 3x (un joueur qui aura rapidement montré une tendance au call-off assez faible, je 3bet a 850, il annonce "on va tenter" et call, flop 58Q rainbow (en filigrane je prends sa remarque comme un "je te set-mine la face mon gros") il check, je bet 2/3 pot, il me raise a 5000. Je flat, le board étant assez dry, je choisis de le laisser bluffer ou se value-better (avec AQ KQ) et d'éviter le stack-off vs set floppé dans les 15 premières minutes du tournoi. Turn = brique, il rebet 5K, c'est cheap et suspect, mais bon, call. River, brique again, il rebet 5K, bon beh call alors, je suis assez confiant a ce stade mais ne voit pas trop l'intéret d'une raise, mon adversaire montre KQs pour un belle livraison.

S'en suivent quelques mains, puis, SETUP, je perds un pot d'environ 10K avec QQ contre AA que je décide de thin value sur la river sur un J high board où le J double au turn et mon adversaire a open checké turn et river, le petit coquin était juste prudent, et me laisse me value tout seul comme un grand...

Donc quelques J2o et tentatives de blindsteal échouées plus tard, dinner break. Pause hautement appréciée et durant laquelle j'aurai eu l'occasion de faire plus ample connaissance avec moult regs de ps.fr (pour n'en citer que quelques uns, lucktards, gamblers, la clokkk, starbob2 et plus encore) qui sont comme vous le savez de vrais gay lurons :)

Retour de break, la situation est critique, j'ai un quinzaine de bb et nous sommes a 500/1000 si ma mémoire est bonne (peu probable). Un joueur assez actif et à l'allure très jeune shark online, raise 2.5x-ish au hijack, je chope KQo au bouton, une de mes mains favorites pour un resteal (car assez dure a dominer, et flip contre une bonne majorité de son range), avec une décente fold-equity par dessus le marché, in it goes! Mon adversaire tank une minute et fait un assez loose call avec KTs, je tiens, me voilà sur 30/32 bb, ce qui est bien, mais pas top...

Je me refais blinder la face (carddead tout ça) jusqu'aux alentours de 20bb, lorsqu'un joueur assez tight ouvre utg sur une taille de stack similaire à la mienne, pour un presque 3x, je tanke un peu et décide de juste shover, play représentant le + de faiblesse étant donné les stacksizes, + je pense que son range utg est assez tight donce je ne vois pas l'intérêt d'un slowplay, un shorty qui avais 6h de retard et qui venais tout juste d'arriver au tournoi snap call pour 10K environ, et OR tank 3 jours et finis par annoncer "je prends le flip! Call!", bien mal lui en prit, il flip 99, shorty flip AKs, sick hold, hello 60K stack.

Alors que je goûte presque mon premier day 2 en live, vient ma dernière main, ouin ouin. QJs en mp, standard 2.3x open (55K stack environ à 800/1600), une bonne joueuse au style assez tight (Marine Gessat) me call au cut-off (FYI elle a 56K, ironie du sort), sb décide de nous accompagner au flop. Flop Q22 rainbow, sb check, j'ouvre a un peu plus d'un tiers de pot (je ne vois pas l'intérêt de charger la mule sur un board aussi dry, Marine just call again, sb fold... suspect. Turn J, j'ai nommé le clou sur le cercueil, un play m'apparait clairement supérieur avec top 2 et moins de 2 pot size bets left, le bon vieux check raise all-in. Pourquoi? Premièrement le double flat call de Madame est certes suspect, mais je go toujours broke sur ce turn vs AA ou KK donc no soucy, essentiellement j'essaye de m'attirer un call de AQ, KQ, bien que le play pre-flop et au flop me laisse dubitatif sur ces mains, et d'induire un bet d'une main comme TT, 99 ou 88 qui aurait floaté ce flop, scénario concevable. Je check, Marine bet 10K, je suis le plan et shove. SNAP! je dis AA? Elle me montre AA, je ne peux suckout et sors du tournoi avec grande classe (LOL).

The rest is history, je rejoindrai MasterMoule, Germain133, Hood_Plz, Frenchfish29 et Mathieu Thiry (qui sera le winner le lendemain, vgg again man!) dont le pseudo m'échappe... Ils seront les compères idéaux pour une petite séance de whine privée, et une mini cuite, agrémentées des histoires épiques de chacun, un excellent week-end en somme, big-up à tout le monde. Vivement le prochain. Et en attendant, que la turbo-chatte soit avec vous.

Insert Coin

Yo!

Voici donc mes 2 derniers mois en vrac. Premièrement, je me suis rendu à Londres, afin de discuter avec mes amis et collègues PezRez et md261 d'un éventuel ralliement à leur site de coaching, chose qui depuis n'a pas trop avancé, dû à de nombreuses hésitations de ma part... Pour commencer, le site www.6maxcoaching.com (que je recommande sérieusement, au passage, pour ceux que du coaching en 6max sng interesse) ne fait que du sng, et comme son nom l'indique que du 6max ce qui au moyen/long terme risque de sacrément me frustrer vu la tournure mtt que je suis entrain de prendre, d'où mes réticences. Leur objectif étant de m'intégrer a l'équipe de coachs pour pouvoir offrir plus aisément leurs services aux joueurs Français, enfin bref, qui vivra verra...

Accessoirement je suis aussi passé faire une livraison à mon ami Nick Binger à l'EPT London... Trêve de boutades, c'est ma façon d'annoncer ma défaite lors de ce qui fût ma deuxième expérience live (la première étant un side event 6max de l'Aussie Millions l'année dernière), un magnifique £1500 freezeout bien deepstack, avec son lot de célébrités :)Pour être honnète peu de 'top pros' manquaient à l'appel, mais un High Roller a 25K et le day3 du ME se jouant en simultané la plupart des superstars étaient 'occupées' dans les super high stakes. J'ai quand même écopé de Men 'The Master' Nguyen à ma première table, ainsi que de beaucoup de jeunes pros (suédois, et américains beaucoup) que j'ai vu dans des épisodes récents des WSOP, aggressifs, sans peur.

Court résumé du tournoi et des quelques mains qui ont scellé mon destin... Vraiment aucune mains importantes à ma première table, quelques mains avec des suited connectors, du set-mining foiré et un joli call vs un tirage flush raté en mode bluff pour plus ou moins être even sur cette première table (starting stack 12 000). La table est cassée, cette fois ci je me retrouve à la droite immédiate d'un type qui me fais peur, sa tête me dis quelque chose, et honnêtement il a un 'stare' super froid de type terminator (pas que ça m'empêche de jouer sereinement, et en plus j'avais mes lunettes hehe). Au début je me dis il ressemble énormément à Michael Binger (3e ME WSOP 2006) puis je comprends que ce n'est pas lui lorsque M. Binger lui rends visite quelques minutes plus tard, il sagit en fait de son frère Nick qui s'avère d'après Hendon Mob être un sérieux winner également...

Trois mains notables durant cette deuxième table, la première avec LE fish assez évident de la table, main standard, en fait il la joue relativement bien, c'est juste un cooler , 100/200, utg 2.5x à 500, je me réveille avec AA en mp (deep environ 12K), 3bet a 1300, le fish au bouton (deep environ 25K) 4bet 3600, il venait de perdre un gros pot juste avant et semblait tilter, donc j'acte a peine et 5bet shove, il snap et montre AKs, flop QTx rainbow, sweat, hold, double-up. Quelques mains plus tard je suis dans la sb et tout le monde a foldé, je regarde, TT!!! Notez, je manque d'expérience en live je commets donc de légères erreurs techniques, en voilà une belle: j'ai donc un jeton de 100 engagé (100/200), je retire le jeton de 100, et le remplace par un jeton rose de 500 sans rien dire (imo c'est plutôt évident que je raise a 500, étant la raise standard de la table, et disposant d'une belle pile de 100 si je désire juste compléter, mais bon) le dealer annonce call, je lui dit meeuuuuhhnooon je voulais raiser voyons, il dit CALL, je dis ok. A moins que Binger ait été entrain de dormir profondément, il à du comprendre que mon intention était de raiser, et pourtant, il annonce raise, a 600. Je décide que je ne veux pas jouer un gros pot preflop hdp vs un top player, et qu'en plus il pense probablement que mon range bvb est super large donc raisera ce spot avec bien pire que TT la plupart du temps, ceci pris en compte je décide de just call en pensant être waaaaay ahead, flop 46Q rainbow, je check, il lead 800, je call (une over hého faut pas déconner), turn, massive brique, 2 je check, il check, riv, 6, méga bonne carte car il n'a presque jamais de 6 dans sa main et maintenant je suis confiant qu'il n'a pas de Q, du moins pas une puissante, donc je décide de block/value bet cette river a 900 en espérant me faire caller par 55/99, ou un ace high, il call et muck, 77 ou 88 je suppose... le misplay preflop tourne à mon avantage, cool. Re-quelques mains plus tard, Alléluia!! KK, utg, à une table ou les 3bet preflop sont monnaie courante,je raise à 500 (100/200 ante 25), ce bon vieux Nick Binger (utg+1) me snap 3bet a 1500 (ô joie), utile de préciser que nous avons des stacks identiques (25K), à 3 antes près. Le reste de la table fold, je feins l'hésitation, et 4bet à 4200, il tank pendant une éternité et me donne de son stare maléfique à foison... pour finalement me 5bet shove la face, je snap call. Il retourne AKo, youpi en route pour le top 10 avec mon stack de 50K tout neuf, juste un 3 outer a esquiver. Malheureusement un méchant A se pointe dès le flop, et avec aucun backdoor à l'horizon, et une pauvre out, je prépare mon plus beau 'good luck everyone', serre la main de mon bourreau et m'en vais, sous une pluie abondante histoire de mieux faire passer la pilule... MIIIIIIIND THE GAP!

De retour au pays, le viol de l'EPT London n'est plus qu'un mauvais souvenir, me voici revenu au grind habituel. En vrac, j'ai ship un ptit mtt a 20€ et aie fait pas mal de tables finales dans les mid et low stakes dernièrement. Mais c'est la soirée du 24 novembre qui fut de loin la plus notable, avec de la lourde perf, je commence par ship le Need for Speed pour 2800€, avec un léger Run Like God vers la fin. Super motivé, j'enchaine avec une deuxième place dans le Night on Stars pour 5100€, perdant heads-up contre nul autre que ce bon vieux 1sickstory, un weak tight fish notoire, doublé d'un Lucktard :). En somme ma meilleure soirée à ce jour.

Sinon à part tout ça, j'ai fait une 4e place dans le high-roller pour 1800€ (j'aime ce tournoi) jeudi dernier et, cerise sur le gateau j'ai comblé tout ce sale downswing en sng durant les deux dernières semaines pour remonter à plus de 4000€ de profit et rentrer dans le leaderboard sharkscope any games by network...sweet.

Et tout dernièrement, pas plus tard qu'il y a quelques heures, je viens de faire ma plus mauvaise session depuis un moment, -1300€, aucun cash dans aucun mtt du dimanche, a part une vielle 17e place dans un 10€ rebuy, une de ces soirées ou j'ai zigué quand il fallait zaguer et inversement. Amer arrière goût d'avoir été un peu spewy, et d'avoir fait des erreurs évitables. PAR CONTRE, les sng, je le dirai franchement, je me suis fait dérouiller par des fishs toutes la soirées c'était pas drôle du tout; je me fais chi** à dégoter les sng les plus fishy de france et de navarre pour me prendre 3 et 2 outers en pagaille, JE DIS STOP! :)

Voila le blog updaté, désolé pour le roman.

Insert Coin

Bonjour Club Poker, adieu Blogspot,

Ami cpiste comme tu l'as compris je viens de rapatrier mon ersatz de blog au sein de la communauté, la ou il sera lu, et me permettra de communiquer avec les autres joueurs en direct. J'ai donc copié les quelques posts de mon ancien blog que j'avais commencé peu après la création de .fr, ils ont quelques mois... Update coming soon.

Insert Coin

Back 2 back.

Rien de tel qu'une petite performance en mtt à la veille de mon départ pour Londres, en effet, j'ai joué pratiquement tous les tournois multi-tables de Pokerstars.fr entre 16h et 23h, en commençant par un 100€ 6max (qui vient d'être décalé aujourd'hui à 19h30) et en finissant par le 200€ 6max (ex High-Roller). Ironiquement j'ai fini 2e dans mon premier tournoi, et 1er dans mon dernier, et j'ai perdu le premier heads-up alors que mon adversaire venait de refuser un deal (50/50) que je lui ait offert alors que j'avais un léger chiplead, tandis que j'ai gagné le dernier heads-up après avoir conclu un deal avec mon opposant...lourd. Au final, +4000€ pour la soirée, et j'ai préféré mettre une image de mes résultats du 26/27 (18 mtts et 4 sngs) sur Sharkscope plutôt que de lister les tournois moi-même.

Aussi, voici un graphique représentant mes résultats depuis l'ouverture de Pokerstars.fr, alors que je viens d'atteindre mes 1000 premières parties, et quelques. Très satisfaisant en mtts, beaucoup moins en sng, avec deux sérieux downswings, j'accuse la turbo-variance!

En somme un début satisfaisant, sur Pokerstars.fr, et même si je me sens dévier largement sur les mtts qui étaient assez secondaires pour moi jusqu'à récemment, cela ne me dérange pas, bien au contraire. En effet, si les sngs assurent une meilleure prise sur la variance (techniquement, même si je n'en donne pas le meilleur exemple ces temps-ci), les gros sous se trouvent dans les mtts...

A ce propos, j'ai jeté un œil sur le calendrier de l'ept London, et je considère jouer un des side events qui coïncide avec mes dates, il s'agit de l'event 26, un 1500+100£ NLHE. Ma seule expérience sur un vrai tournoi live fût un 2000+200$AUD 6max de l'Aussie Millions de Melbourne passé, dans lequel j'avais fait 75e/145 environ. Je n'ai que rarement fréquenté les casinos donc autant dire que mes talents de joueurs live sont assez rudimentaires. Ceci dit, la perspective de me confronter à des pros du circuit me remplit d'enthousiasme, et booste mon moral; et après tout, il faut bien commencer quelque part...

Insert Coin

No-Lif€.

J'ai beaucoup joué ces deux dernières semaines, et j'ai surtout fait face à beaucoup de frustration. J'ai tout simplement enchainé les sessions perdantes des jours (ou plutôt des nuits) durant. Certes, j'ai fait quelques plays marginaux, comme tout joueur de poker qui se respecte se devra de faire à un moment ou à un autre devant une adversité de plus en plus agressive. Mais je semble indéniablement maudit dans les sit-n-goes, alors que les bad-beats s'empilent, de préférence sur le bubble, de préférence dans les high stakes. Je m'attends à un renversement de situation à tout moment, car mon manque de fortune en sng ce mois-ci a été tel que je ne pourrais pas imaginer bien pire. Je m'apprêtais à faire un court résumé de mes mésaventures avant-hier soir, alors que je finissais mes derniers tournois, seul me restait le Night on Stars avec un stack décent. A ce stade j'en étais à un sympathique -1200€ (environ - 1000€ en sng, et -200€ pour avoir busté le High Roller a 2 places du bubble dans des circonstances affreuses, avec AA contre TT, tout les deux environ 35K deep a 300/600. Après avoir callé le 5bet all-in de mon adversaire, je me prends la classique flush a une carte qui va bien) et la 5éme place du Night on Stars de 1800€ m'aura hissé à un laborieux +400€ pour la soirée.

Il est tout simplement impossible de faire une vraie session durant la journée, à 50€ et plus les tables sont vides ou presque. Je me retrouve donc à dormir le jour, et vivre la nuit, ce qui est assez difficile à tenir sur de longues périodes, on ne voit presque personne, et on manque de lumière en général. Merci ARJEL pour me forcer à choisir entre vie sociale et vie professionnelle.

Le lendemain réveillé à 19h (génial!), grosse flemme, peu de mtts joués, bilan: cash mineur dans le NFS (50€), busté du NoS, et 2e du High Roller, et seulement 2 sng de joués, un 100€ 6max turbo, dans lequel j'ai placé 2e, et un 30€ 6max turbo que j'ai remporté, une très bonne soirée en somme, pour un total de + 2100€. Ce qui en deux jours efface quasiment cet énorme downswing de presque 4000€ dans lequel je m'étais engagé, et me permet au passage d'avoir quelque chose de plus sympa à raconter...

Je voulais aussi relever, la création d'un nouveau buy-in en sng, le 30€, qui je l'espère aidera à diluer un peu mieux l'action des mid-stakes, qui ces derniers temps fourmillent de regs, et autres bons joueurs.

Je jouerai tout les mtts (et très certainement nombre de sit-n-goes) ce dimanche, et serai absent toute la semaine prochaine, car je dois rendre visite à des amis et collègues joueurs de poker sur Londres, (colloque 6max héhé) ce qui me donnera peut-être une chance d'assister à un peu de WCOOP, c'est pas que Pokerstars.fr me lasse, mais bon...

Insert Coin

Weeeeeeeeeeeeeeeeeee

Il y a des périodes où tout (ou presque) fonctionne. Ces 3 derniers jours, en sont un bel exemple. Au cours des 2 ou 3 dernières sessions, j'ai pu sentir pleinement mon jeu monter en puissance, mes lecture s'affiner, et la chance rester dans les moments importants. En tout cas pour les mtt, car je semble destiné a perdre dans les sit-n-goes. Enfin, les pertes ne sont pas si importantes, c'est surtout la frustration qu'elles génèrent. Et à ce propos j'ai définitivement une Némésis attitrée, en la personne de ce cher MaximeC25, qui semble être un régular des sngs 6max, mid et high stakes. Je ne peux tout bonnement pas gagner une main contre cet adversaire, à n'importe quel level de blindes, all-ins pré-flop. Je n'ai pas pu m'empêcher de lui demander si il avait remarqué à quel point il pouvait gagner presque tout les pots contre moi, et même si il semblait en être moins conscient, il a reconnu être "un peu chanceux", un euphémisme en mon sens; il m'écrase littéralement depuis deux mois. Mais bon, probablement une mauvaise idée de raisonner en terme de Némésis, car la peur n'amène rien de positif dans ce jeu (ni en général), de plus, en toute franchise, je pense avoir un edge considérable sur ce joueur, donc pas de souci, l'équilibre sera rétabli...

C'est en tournoi multi-tables que mon jeu s'est considérablement amélioré dans les 8 derniers mois, et même si ils m'ont coûté plus d'argent qu'ils ne m'en ont rapporté pendant très longtemps, je commence enfin à récolter les fruits de cet apprentissage. Comme toujours au poker, l'expérience est une composante essentielle du jeu que rien ne peut remplacer, et de nombreux deep-runs sont nécessaires afin de comprendre les différents stages d'un tournoi et les ajustements qu'ils nécessitent.

Pour continuer sur une bonne lancée, j'ai donc remporté la première place du tournoi High Roller de mardi soir, pour une somme de 2400€, après avoir fait un deal heads-up avec mon adversaire. Nous décidâmes donc de diviser le prize pool en deux et de laisser 300€ pour le vainqueur du heads-up. Le heads-up fut épique, et mon adversaire était un joueur de cashgame fort sympathique, mais malheureusement assez expérimenté. Le tournoi commença avec 40 joueurs, et son niveau s'avéra être étonnamment bas pour un 200€ buy-in, ce qui pourrait expliquer le fait que nous étions pratiquement 100 bb deep au début du heads-up (très atypique car dans ce type de tournoi, la taille des blindes relative aux stacks des joueurs est habituellement bien plus élevée aux alentours de la table finale). Après que les jetons aient fait un peu de va-et-vient entre mon adversaire et moi, nos stacks se retrouvèrent équilibrés de nouveau, je proposai donc un deal afin que ce match très serré se détende un petit peu. Après environ six heures de jeu (dont 2 heures de heads-up!) je remportai la victoire. Ayant perdu 200€ en sng et gagné 250€ en cashgame a 50/1€, cela me laissait donc up 2450€ pour la soirée.

Les deux jours qui suivirent furent beaucoup plus calmes, une deuxième place dans un tournoi knockout a 30€, et une dixième place dans un tournoi similaire (bubbler la table finale, toujours rageant) sont à noter, mais j'ai eu d'autres choses à faire donc je retournerai aux tables plus assidument à partir de samedi.

Pourvu que ce bon run dans les mtt continue, parce que la malédiction des sng elle est bien présente...

Insert Coin

Doux Jésus.

Je ne suis pas quelqu'un de religieux, ni superstitieux, mais je dois admettre que telles les voies du seigneur, les voies de la variance sont impénétrables. On entendra souvent un joueur de poker se plaindre ou se targuer de la façon dont il run.

Comme tout joueur de poker, j'ai une fâcheuse tendance à mieux me souvenir de mes bad runs. J'ai entendu un joueur professionnel dire que "la sensation provoquée par une défaite est beaucoup plus intense et violente que celle provoquée par une victoire. Pour un pro, gagner est normal, et remporter une grosse main, ou même un tournoi, relève plus du soulagement que du rush d'adrénaline, alors qu'une défaite est elle beaucoup plus brutale et marquante". (pour ceux que ça intéresse, il s'agit de Brian "Flawless_Victory / justthenuts" Roberts dans l'émission 2 months 2 millions, qui est ceci-dit un show qui parle de tout sauf de poker, et qui est relativement inintéressant). Cette remarque est très juste, et probablement un peu plus profonde qu'elle n'y paraît.

Aussi, j'ai souvent constaté qu'au lendemain d'une grosse victoire beaucoup de joueurs (et ça c'est presque toujours vérifié pour moi) on tendance à s'engager dans un léger downswing. Est-ce dû à un excès de confiance (péché d'orgueil? héhé), est-ce une punition divine? Je ne sais pas, mais j'avais certainement tout cela en tête quand je commençais ma session d'hier soir, fermement déterminé à me prouver que je peux enchainer les grosses victoire sans nécessairement subir de contrecoup. Eh bien arriver aux tables avec mon jeu A++ n'aura pas suffi, absolument terrassé par les cartes dans les sng à 100 et 200€, beaucoup de coinflips perdus, et des rageants 2 outers m'auront précipité droit dans le mur.

Downswing de 1300€, la semaine sera peut-être plus longue que prévu.

Insert Coin

Back to business!

Je n'ai pratiquement pas joué du mois d'août,ce qui me laisse dans une situation inconfortable étant donné que je dois accumuler 7500 vpps par mois pour maintenir mon statut supernova. Il m'en reste donc 5000 à acquérir à ce jour, et pour ce faire, je serai très présent aux tables jusqu'à la fin du mois.

Hier fût l'une des sessions les plus intéressantes que j'aie jamais vécu. Mes objectifs étaient a) faire le plus de profit possible, et b) faire le plus de vpps possibles, dans ce but, je décidai de jouer tous les mtts de la soirée, deux 100€ buy-ins (respectivement le Sunday Special 125K garantis, et le Night on Stars 25K garantis), le Need for Speed, un 30€ turbo, pas vraiment high-stakes, mais généralement pourvu d'un niveau assez bas, et le High-Roller, un mtt 6max habituellement d'un "field" inférieur à 100 joueurs, mais composé en grande partie de pros et autres joueurs expérimentés. Côté sit-n-go, pas de changement, je joue habituellement toutes les tables suffisament soft sur les buy-ins 50, 100, et 200€. Je pense même intégrer un peu de cash-game à mes sessions, à des limites raisonnables ceci-dit car je n'en suis pas trop friand, vpps oblige... Je pense que ça restera mon schéma tactique jusqu'à la fin de la semaine.

La session d'hier débutait donc avec le Sunday Special, après un premier double up, gros cooler AA<KK all in preflop, unlucky!

Pendant ce temps, quelques sngs s'étaient ouverts, essentiellement des 50 et 100€ 6max, turbos et non-turbos. A l'image des dernières sessions sit-n-go, celle-ci fut difficile, voire épique. Je pense que je n'ai tout simplement pas gagné une seule table pendant au moins deux heures (pour voir les choses du bon côté, j'avais tout de même accumulé presque 1000vpps...), ce qui, en plus de m'infliger un downswing de 1000€, me donna tout simplement un coup au moral (ça fait quand même quelques semaines que ça dure). Littéralement miné, paré à buster de mon dernier tournoi, et à aller me reposer pour la session du lendemain, je constate un phénomène étrange.

Le dernier tournoi qu'il me reste est le Night on Stars (100€ buy-in 25K garantis), nous sommes à 50/100 ante 10, la table est pleine (9max) je suis utg avec un stack de 1100, et décide de shover mon QcJc,je suis snap-callé par un gros stack en middle position, le reste de la table fold. Alors que je m'attends à voir une paire ou une main de type AK, AQ, mon adversaire retourne J4o. Je gagne la main et il me dis dans le chat wrong click. Quelques mains plus tard on me donne AQo au bouton, et je trouve un deuxième double-up dans la foulée contre KQo. Voyant que ce tournoi n'allait peut-être pas se terminer aussi tôt que je le pensais, je décidai d'ouvrir un ou deux sit-n-goes qui me semblaient attractifs, un 100€6max turbo, et un 200€ 6max turbo que j'eu la bonne idée de shipper passant le bilan de la soirée de -1000€ à +200€. Pendant ce temps le Night on Stars semblait se dérouler en ma faveur alors que je me rapprochais tranquillement du chiplead. Je trouvai encore quelques sngs accueillants et récoltais encore un peu de profit, le bad-run était-il passé? Je décidais d'arrêter les sit-n-goes alors que le bubble du Night on Stars venait de céder, et que j'occupais une place solide dans le top 3.

La fin du tournoi fût épique, comme toujours lorsqu'on gagne un tournoi, sur le chiplead à partir des trois dernières tables, et le heads-up commencé à stacks pratiquement égaux, fut rapide et relativement facile. Bilan total de la soirée + 5350€, un swing ridicule comparé au -1000€ pour lequel j'étais préparé.

Merci pour le misclick sir! :)

Insert Coin

Cela fait donc environ un mois et demi que je joue sur Pokerstars.fr. Je joue essentiellement des sit-n-goes, et quand je peux les mtts a 100€ du soir. Peu ou pratiquement pas de cashgame, probablement plus sujet à haute variance, et je ne me sens pas prêt a affronter des limites qui pourraient-peut-être-me rapporter plus que les sng. Je suis aussi assez présent lors des mtts du dimanche soir, ces derniers étant naturellement les plus intéressants.

Je suis donc parti sur les chapeaux de roue dans ce mois de juillet, rentrant 4000€ presque uniquement en sng (quelques cashs mineurs dans des mtts de middle stakes). Aussi à noter, une table finale dans un des high-rollers du dimanche soir (sorti 5e ou 4e je ne me rappelle plus). Les sngs représentent donc le plus gros de mon activité, je joue des sngs a 20€ jusqu'aux 200€.

Comme tout joueur de sng professionnel se doit de le faire, je pratique un table selecting le plus rigoureux possible avec les informations dont je dispose.

Inutile de dire que cette tache fût bien difficile voire vaine lors des premiers jours du site. En effet, il semble y avoir eu un taux de fréquentation du site très élevé lors des deux ou trois premières semaines, qui s'est tassé par la suite. Ayant moi-même été dans l'impossibilité de jouer alors que Pokerstars.fr était entrain d'être mis au point, je me suis joint au rush des premières semaines. Le volume ne fut pas un problème pour les sit-n-go à 20 et 50€, et je fus agréablement surpris de trouver des sngs high-stakes (100 et 200€) avec un niveau très faible. En très peu de temps une population de regs se dessina, facile de repérer le multitableurs quand on joue plusieurs heures par jour. Plus difficile d'observer et de prendre des notes sur tout le monde... Bien que multitableur ne signifie pas joueur fort j'essaye d'éviter tant que possible de m'inscrire dans des tournois comportant plusieurs d'entre eux, et m'efforce de prendre un maximum de notes ainsi que d'attribuer des couleurs pour réellement identifier mes adversaires..

Malheureusement, dès la fin du mois de juillet, l'affluence des joueurs a largement diminué, et pour couronner le tout, une vilaine variance m'a frappée de plein fouet dès les premiers jours d'août. En quatre sessions brutales je me vis forcé de rendre 1500 de ces euros durement grindés lors du mois de juillet... Bubbler 3 sit-n-goes a 200€ ne m'as pas aidé et, même si je ne me fatiguerai pas à faire une section bad beats dans ce blog (se lamenter sur vos bad beats est probablement la dernière des choses à faire, et revoir les hand histories ne vous aidera pas à avaler la pilule) les 3 outers, 2 outers, runners-runners en tous genres et autres violents outdraws étaient au rendez- vous!

Il arrive d'être fâché avec le poker, parfois un peu amer, c'est ce qui m'est arrivé ces derniers jours, d'où mon absence des tables pour une semaine. J'ai connu beaucoup de mauvais runs sur mon ancien compte (la courbe en témoigne) mais je dois dire que ça ne m'était pas arrivé avec une telle intensité depuis longtemps...

Ces jours-ci, je reprends graduellement mon activité, et j'espère fonctionner à plein régime d'ici peu. Ma seule inquiétude, la relativement faible fréquentation du site (pour les sngs en tout cas, bien que Pokerstars.fr offre de loin la meilleure affluence et le meilleur soft disponibles) à partir des 50€ buy-in, et surtout à 100 et 200€. En pratiquant un bon bankroll management, un bon reg arrive à mettre la variance de son coté en misant sur un gros volume de jeu, sensé écraser la mauvaise variance sur le long terme. Il est très difficile d'écraser la variance sur des sngs a 100 ou 200€ si il ne s'en joue qu'un ou deux par jour, et encore, en table selectant il se peut qu'aucun d'entre eux ne soit profitable. J'ai repéré pas plus tard que ce soir un 6max turbo a 200€ avec 5 joueurs inscrits; je les avait tous affrontés auparavant, la plupart à maintes reprises, à 4 d'entre eux j'avais attribué un orange, qui indique un reg solide, et le cinquième était un fish qui semble beaucoup trainer dans les sit-n-go high stakes à des heures tardives; il n'y a aucune chance que je sois le sixième dans un sng de cette texture, en fait je suis choqué de voir des tournois pareils se jouer, pour un reg conscient, s'inscrire à cette partie est une faute professionnelle, car cela revient à jouer (gamble), exactement ce qu'un reg conscient cherche à éviter (je ne saurais que trop conseiller le post de jhub3000 sur le table selecting, je chercherai le lien et le posterai plus tard).

J'ai fait deux sessions hier, durant lesquelles j'ai pu remonter presque 300€ sur ce méchant downswing de 1500€, plus que 1200€ et on redécolle...

Insert Coin

Présentation...

Jeune professionnel du poker de 26 ans, je joue sur pokerstars depuis deux ans.

J'ai commencé sous le pseudonyme "Casimir Funk" fin 2008 après avoir été initié au poker online par un ami. M'intégrant à la population de regulars déjà existante, et augmentant lentement le nombre de tables que je jouais simultanément (2 ou 3 à l'époque), il fût plus facile pour moi d'identifier mes adversaires. Après peu de temps en tant que nouveau reg au sit-n-goes 6max à 25$ et 38$, je sympathisai avec un autre joueur qui semblait être sur tout mes sng, notamment en heads-up: PezRez. Inutile de dire que son jeu à l'époque était de très loin supérieur au mien, et qu'il est aujourd'hui un véritable monstre du sit-n-go 6max. Il me présentât à quelques-uns de ses amis joueurs de poker (dont il avait lui même assuré la formation) qui, étant également très sympathiques m'acceptèrent rapidement comme un des leurs. "Luceboy" et "md261" assurèrent donc ma formation tour à tour, afin de faire de moi un joueur plus profitable. Et, comme à l'école, on me donna une liste de livres essentiels à lire, des exercices pratiques, du coaching en direct, ainsi qu'une initiation au Tracker. Après peu de temps, mon jeu atteint un niveau inespéré, qu'il n'aurait peut-être jamais approché sans l'aide de PezRez, Luceboy et md261. Tout cela était 6 mois après mes débuts, et, me sentant enfin prêt et suffisamment sûr de moi pour me considérer comme un joueur de poker professionnel (ou-semi professionnel, je n'entends pas bien la différence...), je décidai de partir rejoindre quelques amis en Australie n'emmenant avec moi que quelques économies et mon ordinateur portable. Inutile de dire que cette année en Australie fût épique, et me fit vraiment découvrir à quel point la vie d'un joueur de poker peut-être versatile et passer d'idéale à cauchemardesque et vice-versa. Cette expérience m'a fait réaliser l'importance d'une bonne organisation et d'une bonne gestion (de bankroll et de vie en général). Après avoir passé une année en Australie, je suis rentré en France, et ce depuis 5 mois.

Dû à la récente création de pokerstars.fr, me voilà donc sur le nouveau site Français, sous une nouvelle identité: "lN$€RT C0lN".

English
Retour en haut de page
×
PokerStars : Rewards
PokerStars : Rewards