Jump to content
This Blog
  • entries
    38
  • comments
    178
  • views
    157037

About this blog

En quête du jackpot ultime

Entries in this blog

M1KDO

Que c'est agréable de gagner quand on est devant :)

 

Du coup j'ai monté de limite pour entamer le niveau 2 de mon challenge. Me voici en 2$ sur cette nouvelle room (Bet365). Mes indicateurs principaux sont à la hausse et surtout pour le moment, je survol les HU.

Je pense que c'est vraiment le genre de période qu'il faut optimiser, en étant plus concentré que jamais. L'objectif est d'aller chercher la 5 le plus rapidement possible tant que la variance est avec moi.

 

 

7E1AA07F-F2BE-4525-97D4-2EEA2BC20242.png

64505573-F994-46A1-A4B2-6B903DAD1E5A.jpeg

M1KDO

 

L'expatriation n'est pas un long run tranquille.

 

Pour venir étudier au Québec, sans accompagnement, je suis passé par un monde administratif complexe, ou chaque papier rempli  est assorti d'une longue et stressante attente de validation, avant de passer au suivant.
Cela me fait penser à la chanson de Jacques Brel : "au suivant".

 

La procédure est longue, et un peu coûteuse. Dans mon blog, concernant ce projet, (je ne donnerai pas le lien ici, ce n'est pas le sujet), je tiens particulièrement à expliquer les côtés moins faciles d'une expatriation, car trop souvent, les retours d'expériences semblent centrées autour du rêve.

 

Ce qui est particulièrement épuisant au Québec, c'est la variance générée par les décisions politiques. Je veux dire, avant de valider un permis, quel qu'il soit, un candidat à l'immigration signe un deal avec le Canada. Je me suis engagé à respecter certaines règles, j'ai donné pas mal d'argent, et en retour, le Canada me donne une perspective d'avenir, autour d'étapes à valider de nouveau.

 

Cependant, ces règles peuvent changer à tout moment. L'expatrier signe un contrat, qui ne doit être respecté que par un seul des parties.

Aujourd'hui encore, de nouvelles règles viennent complexifier la procédure, et celles-ci deviennent extrêmement problématiques.

 

Jusqu'à présent, lorsque le Canada accepte de vous délivrer un permis d'étude, votre conjoint, ou conjointe, bénéficie d'un permis de travail ouvert. Lorsque l'étudiant obtient son diplôme, il bénéficie alors d'un permis post diplôme, lui permettant de rester sur le territoire, d'un temps correspondant à la durée de ses études + une année. Son ou sa conjointe voit alors son permis de travail renouvelé, pour la même durée que le diplômé.

 

Cependant aujourd'hui, cette règle va peut-être changer, en cours de route. Plus de permis de travail renouvelé, ce qui signifie, nous gardons l'étudiant, mais votre conjoint(e) rentre dans votre pays d'origine.

C'est absolument abominable, nombre d'étudiants se sont séparés de tout biens avant d'arriver, leurs dossiers étant validé par le Canada. Et ces étudiants sont venus avec femme, mari et enfant.

Ne plus pouvoir travailler, c'est la précarité assurée, l'assurance maladie qui disparaît, bref, un beau bad-beat.

 

Une des beautés du poker, c'est que ce jeu est constitué de règles, qui sont les mêmes pour tous les joueurs. Chaque joueur, chaque joueuse, bénéficie de conditions de jeu fixées avant le début de la partie. Ces règles sont les mêmes pour tous, elles ne changeront pas en cours de route, et les tricheurs, lorsqu'ils sont démasqué, sont immédiatement lynchés par la communauté de joueurs.

Cela est normal, ce sont ces règles qui rendent ce jeu pérenne, couplé avec l'appât du gain.

 

En ce moment, j'ai le sentiment que le Canada est en train de tricher, et difficile de l'expulser de la partie.

De mon côté, cela m'enlève tout simplement l'envie de jouer. Je respect mon contrat, avec mes imperfections bien sur, mais je ne triche pas, j'essaie de gagner en respectant les règles.

 

Aucun regret vis à vis de mon expatriation, je suis bientôt diplômé, et je vais pouvoir travailler dans mon nouveau domaine, le plus rapidement possible de manière autonome.

 

Aujourd'hui, je pense très souvent à revenir en Europe, pourquoi pas pour profiter du soleil de Catalogne, de sa gastronomie, et de son ambiance festive.

J'ai commencé à apprendre l'espagnol, car généralement, quand j'ai un début d'idée en tête, je travaille fort pour pour la développer. Pour les puristes, je sais que l'on parle catalan en Catalogne, mais il faut bien démarrer quelque part.

 

Je lisais le bouquin de Eric L'archevêque dans la semaine. Il explique qu'une idée n'a aucune valeurs en soit, elle prend de la value au fur et à mesure de son développement.

 

Mon idée, c'est la vie, je continuerai à la développer, pour qu'elle prenne de la valeur. 

904BE035-F959-4330-A06C-65443D47214D.png

M1KDO

Fin du bad-run ?

Salut !

Il semblerait que ce bad-run qui me collait à la peau comme un parasite malveillant est choisi d'aller emm**der quelqu'un d'autre.
Pour preuve, j'ai commencé à gagner des 70/30, ce qui n'était pas envisageable jusqu'à alors :)

Mes indicateurs vont dans le bon sens, et mon challenge progresse, puisqu'il ne me manque qu'une dizaine de BI pour aller jouer la 2 euros.
Le point faible concerne mon défi Martingraal. J'ai le sentiment d'être un punching-ball laissé dans une classe de maternelle. Il va finir par manquer des plumes.

Objectivement, les résultats sont nettement plus satisfaisants lorsque je me fais confiance. Les micros micros micros limites sont pavées de mauvaises intentions. Jouer full value n'est vraiment pas une mauvaise idée. Finalement, la red-line se construit en HU et particulièrement en SB HU, inutile de vouloir représenter quelque chose en 3 ways, le récréatif joue sa main, et à défaut il veut juste connaitre la vôtre... Autant lui faire payer très cher ce privilège lorsque je suis en value :)

A bientôt pour la Martingraal, ou plutôt mon lynchage journalier.

 

1301.JPG

2201.JPG

M1KDO

Lors du dernier épisode, nous venions de payer le chauffeur de taxi en dollars US, canadiens, interac etc.

Enfin sur Manhattan, et après une belle nuit blanche, cumulée au stress de l'annulation du transport et de tout ce que cela avait engendré, nous ne voulions qu'un endroit ou nous poser.

L'idée était de s'asseoir dans un café, de brancher nos téléphones et d'attendre le début d'après-midi pour rejoindre notre appartement à Brooklyn.
Nous ne savions pas alors que trouver un siège, et plus encore, une prise sur l'île de Manhattan, était moins facile que choper un jackpot sur Betclic.
Nous avons marché, marché, et encore marché, sans résultat. Centre commercial, starbucks, café du coin, rien, nada, nothing.

Sur cette île, il semblerait que les travailleurs et habitants ne se posent jamais. Ils et elles marchent, café à la main, sandwich dans la bouche, travail dans la tête.


Dans toutes les séries, les protagonistes se retrouvent dans un café ou un bar à New-York, attablés avec trois ou quatre ami(e)s. Ils restent parfois là pendant des heures et recommandent même du café ! Les séries, ce n'est pas la réalité, sans blague ?

Finalement, nous avons directement rejoins notre location, à Brooklyn, en métro. Ça, paradoxalement, j'ai aimé. Nous étions enfin parmi les vrais gens, dans leur quotidien, en prenant le métro à New-York bordel !
Notre hôte, une fois à Brooklyn, s'est montré adorable. Père d'une petite famille gagnant sa vie en gérant un petit local d'imprimerie, et de livraison de colis. Le papa a refait tout le haut de leur logement pour le convertir en un grand espace de quatre chambres, et en son centre un espace de vie moderne, et très confortable. Ce qui dénote clairement avec le quartier, je dirais, dans son jus. J'ai adoré cet environnement, très populaire. Nous avons eu le plaisir d'assister aux chants d'une messe gospel en pleine rue, ce qui valait largement tous les buildings s'élançant toujours plus haut dans le ciel de l'île de Manhattan.

Globalement, je n'ai pas vraiment apprécié New-York. Je sais que cette affirmation peut paraître un peu déconnectée. J'ai la chance d'avoir visité New-York, et j'en suis bien conscient. Cependant, je pense que cette ville ne mérite pas une semaine de présence. Elle doit rester une étape d'un road-trip par exemple. Si je dis ça, c'est également parce que je vie à actuellement quelques heures de route de la statue de la liberté. Mais je me mets à la place d'un couple, ou d'une famille prenant des billets en provenance d'Europe. Cela constitue un budget considérable, et je pense qu'il y a des villes bien plus excitantes à visiter, tels que Los angeles, San Francisco, Miami...
Les buildings, ça va un moment 


 

Puis le retour, qui aurait pu être encore plus catastrophique ! Le jour du départ, au matin, je ne sais pas pourquoi, mais j'ai subitement l'idée de chercher si la compagnie de bus flixbus propose un système de tracking de ses voyages. Et oui, jusqu'à présent, je passais par le système de réservation, et j'avais constaté que notre bus était bien proposé à l'heure indiquée et qu'il était sold-out. Donc, dans ma tête bien innocente, tout allait bien.

Mais sur l'application de tracking, s'affichait un méprisable ; canceled. Sans avoir trouvé cette application, nous aurions attendu, vers 22 heures en plein Manhattan, en extérieur, un bus qui ne serait jamais arrivé.

C'est reparti, aucun bus de disponible pendant trois jours, et cette fois nous sommes seuls. Nous étudions toutes les possibilités, il n'y en a qu'une, prendre l'avion. Pour un vol d'un peu plus d'une heure, qui va nous coûter une fortune. Disons une grosse blinde pour Yoh viral.

Nous avons réussi à obtenir les deux derniers sièges. Enfin de la chance ! Puis, l'avion étant full, nous nous sommes proposés pour laisser nos bagages cabines en soute, ce qui nous a permis de monter parmi les premières dans l'avion. En cette période de bad run, on prend tout, même la plus petite attention.

Tout s'est bien passé, et nous sommes tranquillement rentrés dans notre petit appartement québécois, calme, un café à la main, observant la neige enfin s'abattre sur cette belle province canadienne.

Tout est cher qui finit bien, la prochaine fois, ce sera au soleil !

 

À bientôt

686966B2-FE72-4999-A51D-7A7F9EF080BD.jpeg

75050C31-C745-4A4E-A261-4707286B7918.jpeg

M1KDO

Chose promise, vidéo due, j'ai posté ma première création sur Youtube. 

J'avais annoncé de la transparence, je pense que dans cette vidéo, vous pouvez voir à travers. Clairement pas mes meilleurs parties, et montrer quand ça se passe pas bien, me permet aussi de sortir de ma zone de confort. Ici aucun trucage, essayez de pas être trop méchant. Pour ce qui est de la qualité, je n'ai jamais fait de montage vidéo, je débute totalement, et je vais m'améliorer avec la répétition.

J'espère au moins qu'une ou deux personnes trouvera ça sympa ;)


A très vite !
 

EDIT, la qualité est vraiment dégueulasse, je vais tenter d'améliorer ça.

Vidéo de la martingraal

M1KDO

Salut :)

Une dizaine de jours peu intensifs en terme de grind, je privilégie toujours ma formation, et pas grand chose à se mettre sous la dent. Je joue sur Bet365 au Québec, après avoir passé pas mal de temps sur PS.com. L'algorithme est foiré ou quoi ? :towel:
Comment est-ce possible de prendre autant de set-up et de bad consécutivement ? Pour me faire travailler la résilience peut-être ?
Vraiment, j'essai d'être le plus objectif possible, en premier lieu, je pars du principe que je fais n'importe quoi, puis j'analyse un peu quand même, pour me rendre compte que la vie d'un joueur de sng jackpot n'est pas faite pour celles et ceux qui souhaitent garder leurs cheveux. Bon, moi je n'en ai plus, ça règle problème.

Bref, je ne vais pas passer mon temps à whine, et puis je n'ai absolument choppé aucun jackpot sur cette room en presque 2000 games, rien au dessus d'un *8, donc ça va bien finir par tomber !
  
Les résultats sont donc pour le moment assez décevant, surtout en étant habitué d'afficher de belles courbes, notamment sur PS.com, c'est terminé tout ça, je me fais défoncer par le field de la 1 euro, qui doit se payer de bons restaurants sur ma résilience :)

Deux tableaux pour synthétiser ce qu'il se passe pour le moment. Je défonce mon field en HU, je me fais défoncer en BB 3 ways. Va falloir bosser tout ça, même si globalement, j'ai le sentiment de jouer le field le plus faible que j'ai pu rencontrer jusqu'à présent, ce qui est encore plus honteux pour moi, lorsque j'analyse certaines de mes stats. J'ai promis la transparence, je ne peux pas faire mieux.

A noter tout de même, un run de - 30 000 jetons sous l'EV ever sur cette room, ça aide pas !

A très vite

Laurent

resultats1.JPG

resultats 2.JPG

M1KDO

Et en attendant

 



Il s'avère que les fêtes de fin d'année ont été particulièrement riches en évènement

Avec ma chérie, nous elle avons a organisé un séjour d'environ une semaine à New-York, (elle est agente de voyage, donc généralement, je me contente de dire ;"oui chérie ça m'a l'air parfait"). Notre groupe d'ami(e)s de France devait nous rejoindre également. Sur le papier, cela semblait être une bonne idée, même si j'avais quelques réserves concernant la période. Nous devions partir le soir du 25 décembre en bus, et revenir le soir du 1er janvier, toujours en bus. Evidemment, cela ne s'est pas tout à fait passé comme prévu.

Nous habitons à environ six heures en voiture de New-York, cela semble à la fois si près, mais aussi si loin en fonction des circonstances. Pour prendre le bus, nous avons rejoins Montréal, direction la gare de Berri-UQUAM. La plupart des bus partent d'ici. Je regarde l'écran qui fait peur ; celui sur lequel est affiché on time, delayed, et le redouté canceled. Dans le cas présent, il manquait la mention on ne sait pas, dém**dez-vous.
A notre arrivée, l'écran affichait on time, et un bus arborant fièrement Greyhound, la compagnie nous ayant vendu les billets, attendait patiemment sur la ligne 15, celle à direction de New-York. Et bien il semblerait que tout se passe bien finalement.
Le départ est prévu pour 22 heures, la voix du micro de la gare demande à tous les passagers de rejoindre la ligne 15 pour se préparer à l'embarquement, 40 personnes attendent donc en ligne, impatient de monter dans le bus, de brancher leurs différents appareils de divertissement, et de s'endormir pour rêver de leur destination finale, Neeeeew-Yoooork ! 


Calme toi Alicia Keys, c'est pas pour tout de suite.

22H30, rien ne se passe, le bus ne bouge pas, et la destination affichée sur l'écran de la ligne 15, affiche un départ aux alentours de minuit. Mais surtout, ce n'est plus du tout notre numéro de voyage. Un agent Greyhound est présent juste derrière nous, dans un petit bureau ressemblant à une boite de décoration. Et croyez-moi, il fait vraiment uniquement figuration. Le pauvre gars ne peut répondre à aucune de nos questions. Si, il est certain d'une seule chose, même si c'est Greyhound qui nous a vendu le billet, le trajet est assuré par Flixbus, donc il n'a aucune information concernant l'organisation de cette compagnie.
Un peu après 22H30, l'ensemble des passagers reçoit un mail éloquent, le trajet est supprimé, désolé les amis, nous n'avons aucune solution à vous proposer, on vous enverra un remboursement dans la semaine, passez de bonnes fêtes.

Il se trouve que notre bus n'a jamais été présent en gare, c'était déjà un autre trajet qui attendait tranquillement en ligne 15. Mais cela n'a plus aucune importance, il est presque 23 heures, nous devons absolument être à New-York le lendemain matin, ayant réservé les hôtels, mais surtout parce que nos amis sont eux en route, ou en vol du moins, et qu'ils dépendent de nous à la fois pour pouvoir communiquer sur place, et pour le booking des logements.
 
Ma chérie me dit, il faut louer un voiture, à 23 heures, un 25 décembre, pour aller rejoindre New-York. Cela me semble une excellente idée. Réflexe de voyageur (nous avons voyagé un an en 2018/1019), je me place au milieu de la foule, prépare ma voix la plus convaincante, et annonce sans trop de conviction, qui souhaite louer un véhicule avec nous ?

En quelques secondes, 12 personnes sont autour de nous, et j'envisage de me présenter aux élections municipales de Montréal. Mais dans leurs regards, mon read affiche stress, peur, fatalité, et beaucoup d'attente. OK, quoi qu'il arrive, nous allons à New-York. Nous proposons à tout le monde de rejoindre l'aéroport de Montréal, nous pourrons y trouver voitures de location, avions, et ... taxis. La mini foule acquiesce, mais de toute façon, si nous avions proposé de louer un cheval, les 12 personnes se seraient sans doute porté volontaires pour construire la charrette qui va avec. Et aucune critique, à la place des gens à ce moment-là, il est fort probable que j'aurais eu la même réaction.

On appel un Uber X, qui nous permet de rejoindre l'aéroport accompagné de quatre autres personnes ; une maman avec sa fille arrivant de Ottawa, et deux copines, en provenance de ... Bordeaux, soit ma ville française d'origine.... Le monde est vraiment riquiqui. Le reste du groupe a choisi l'option bus ; la navette qui fait chaque jour Berri-UQUAM - YUL. De notre côté, nous préférons arriver le plus vite possible, 40 personnes sont en galère pour rejoindre New-York un 25 décembre, les places vont être chères, je préfère avoir le plus d'options possibles en arrivant.

A l'aéroport, le deuxième groupe négocie une voiture de location, pendant que ma chérie converse avec un chauffeur de taxi, nous devons aller à New-York monsieur.
A ma grande surprise, les taxis officiels (oui j'élude la partie ou les taxis improvisés tentent de nous prendre dans leurs filets pour le triple du prix officiel) trouvent la situation assez habituelle. Il ne reste plus qu'à négocier les prix, comparer avec le coût d'une location et les tarifs des avions. Clairement, le taxi est bien plus abordable. Sans compter les frais d'essence, de péage, le risque d'une collision, la fatigue etc. Nous nous en tirons pour 270 dollars canadien par personne. Franchement, un 25 décembre, c'est pas si pire.

Et voilà deux taxis en route pour New-York, la nuit du 25 décembre, à l'approche du poste frontière de Blackpool. Assez amusant d'expliquer au douanier américain, que ce taxi est composé de 6 passagers qui ne se connaissent pas, à destination de New-York, et qu'un autre de même composition arrive en arrière. Mais finalement, chacun ayant préparé en amont la paperasse administrative (ce qui plait bien aux agents, good job boy), cette étape est vraiment très rapide.
Le reste de la route sera un peu plus sportif. Me retrouvant à la place du mort, et mon read affichant cette fois beaucoup de fatigue dans le regard du chauffeur de taxi, je me retrouve à chercher des sujets de conversations inintéressants, dans le seul but de le maintenir éveillé. Je n'ai vraiment pas envie de poser le pied dans un hôpital aux USA.  

Cette petite aventure se termine sur l'ile de Manhattan, en face d'un MacDonald, à chercher le moyen de payer le taxi en dollars canadiens, n'ayant pas pensé en amont à cette donné pourtant toute simple : aux USA, c'est des dollars américains. Bon bein, notre chauffeur aura des dollars américains, quelques virements Interac (pour les québécois ...) et je l'espère une bonne sieste avant de repartir. Globalement, je pense qu'il a fait une bonne journée ; pas de compteur allumé, des messages avec son responsable en catimini, ça sent le net d'impôt tout ça !

Je sais bien que cette anecdote n'est pas non plus exceptionnelle, mais à mon petit niveau, elle reste marquante, et j'avais envie de là partager. Peut-être pourrais-je là relire d'ici quelques années, lorsque mon cerveau aura déformé nombre de souvenirs. Si au passage, cette histoire vous aura au moins fait sourire un peu, c'est encore mieux !

Et puis ne n'est pas terminé, il fallait bien rentrer à Montréal, et vous savez quoi ?

Tout ne s'est pas passé comme prévu


 

M1KDO

La martingraal

Hey, salut comment ça va ?

Du temps est passé, la passion est restée, les jackpots sont arrivés, j'ai plus de rimes en é ...
J'explique à la fin de cette présentation, le concept de ma Martingraal ^^

Formé par une stable, j'ai découvert le format expresso, avec un certain succès. Cette superbe expérience m'a définitivement convaincu d'approfondir le travail pour aller le plus loin possible sur ce format. Cependant, j'ai déménagé au Québec pour suivre une formation professionnelle. Ceci étant ma priorité, le temps que je peux consacrer à la fois au travail, et au jeu, reste bien trop limité pour me fixer des objectifs ambitieux, du moins à court terme.
C'est pourquoi cette année, je me lance dans un défi relativement standard : monter une BR en partant de rien.

Petit topo des paliers, en fonction de mes précédents résultats
En dessous de la 5$ --- 90 de CEV
10$ --- 60/70 de CEV
C'est pas fou, y a du travail, mais avec un sample suffisant, cela me permet de me définir ces fameux paliers :

- 1$ : 100 BI
- 2$ : 100 BI
- 5$ : 150 BI
- 10$ : 200 BI


Cela me semble OK, du moins si j'arrive à gagner mes 70/30, parce que en ce moment, j'ai l'impression que c'est des 40/60 ... :(

La Martingraal

Le défi fil rouge qui accompagne mes sessions, et me permet de gambler un peu !
Avant chaque session, la martingraal constitue mon échauffement, tout simplement, je lance une partie à 1$, et à chaque fois que je gagne, je joue une partie de la limite au dessus. Le graal étant la 50$, que je n'ai jamais encore eu l'occasion de jouer.

Je vais filmer chacun de ces échauffements, en faire un montage, et les diffuser sur Youtube, si possible chaque semaine.

Voilà, tout ceci est vraiment pour le fun, pour le plaisir. Une fois la BR montée, je me fixerai de nouveaux objetifs, cette fois sans doute plus ambitieux !

A très vite !


 

M1KDO

Le changement évoqué par le parti socialiste m’a inspiré.

Aussi je propose à ceux qui prendront le temps de me lire, un format particulier de ce que j’ai proposé jusqu’à présent.En effet, je ne trouve pas très intéressant de parler constamment de soit, comme je l’ai d’ailleurs déjà expliqué lors de ma présentation. Aussi je vais parler des autres, plus exactement, de ce que j’ai lu et retenu sur les autres blogs du club poker. Je vais prendre soin de laisser le lien de chaque

« bloggeur » cité et suis disposé à supprimer tout commentaire, sur simple demande.

Ne me demandez pas de royalties, je joue en micro-limite et n’ai pas un rond. Je pense que cela va contribuer à stimuler la communauté des auteurs du « club-poker » et agir donc dans le bon sens.

S’ajoutera à cela une interview,suite à une performance plus ou moins importante d’un des joueurs de lacommunauté, motivé à y répondre.

En espérant que ce nouveau format vous plaise un minimum, je vous souhaite bonne lecture !

Depuis que je prends quelques minutes par semaine à lire les blogs tournants autour du poker, un mot, une activité revient régulièrement ; les O.B.J.E.C.T.I.F.S.

Et j’ai envie de vous dire, n’enprenez pas, vous ne les tiendrais pas ! J’ai moi-même pris le risque de m’aventurer à pareil motivation, sans résultat, sans rigueur, sans réelle réussite. Je considère même que cette aventure est un frein à la réussite,tellement il est frustrant de se sentir si loin de ce que l’on croit être son accomplissement.

Pour rassurer ou convaincre les plus réticents, une phrase qui

résume bien ma pensée : « la réussite est un échec manqué »

(je ne sais plus qui a sorti ça, google is my friend)

C’est pourquoi, paradoxalement, j’ai trouvé l’article de très pertinent. Traitant d’objectifs raisonnables et conciliables avec sa vie privée. Bon M.davidoff revient de Vegas tout de même, autrement dit, sa passion est entretenue luxueusement,reste qu’il explique qu’il est bien conscient d’avoir peu de chance d’atteindre les résultats d’un Greenstein ou les compétences d’un Durrrr, tout en se créant des objectifs….objectif.

Rien à voire avec , qui lui, compte passer de 0à 10k euros, en 1 an ! Blog sympathique, je vais suivre son ascension avec intérêt, tout en plaçant un bet, 1253 euros en 1 an^^.

J’ai bien aimé les méthodes de champdore pour détilter, qui consistent à visiter des caves ou encore monter des meubles IKEA. Sachant que je tilt àchaque fois que j’ai à monter un des ces meubles, j’aimerais qu’il développe son concept.( mais je ne te rencontrerais pas dans une de tes caves) Surtout,dépose un brevet !

Moi pour détilter, je préfère regarder la photo gloire à son cactus en forme de bite. Je là recommande à qui en aurait eu vraiment besoin lorsqu’il a constaté que son chien, a pour hobbie de manger les cables d’alimentations (plus particulièrement de son ordinateur).

Dans le genre « tilteur »,le blog est pas mal. Une prose destinée à faire tilter ses lecteurs, ou pas. Moi ce qui m’a le plus énervé, ce ne sont pas ces insultes àrépétition mais plutôt le fait que monsieur est trouvé un poste apparemment incroyablement bien payé, au Luxembourg…avec une facilité déconcertante.

Dans le genre méchant, j’ai appris que a bash nekkfeu, mais que se passe-t-il ? Pour moi, le Z,c’est le blog tranquille, la douceur dans un monde de brute.

Alors pour me consoler de cette affreuse désillusion, je relie quelques phrases sympas, lâchées en toute innocence. Une de « quand on est un fish, on ne compte pas » ou encore, ma préféré actuellement, « un turn monocolore » de tomtom762

Puis je m’aventure timidement chez biigmqc, pour discuter d’un débat presque intéressant ; Qu’est ce qu’un bad-beat ?

Je me finis sur le pavé de doit parvenir à vivre sans respirer et je mets un terme à ma visite de la semaine, en promettant d’y revenir très vite !

Suite à sa brillante victoire son énorme coup de chatte le 7 mai sur l'extase de winamax, mezmerize a eu la gentillesse de répondre à ce petit interview, qu'il mérite amplement !

12051707332833294.png

120517073428528848.png

M1KDO

Quelques news

Je ne suis pas mort, quoi que. Survivre à une intoxication alimentaire, c'est pas rien. Et c'est bien connu, les hommes donnent le sentiment de mourir dès qu'ils sont malade !

Bref, je ne suis pas mort. Je ne suis pas broke non plus, je ne joue plus. Une raison simple, j'attend d'acheter enfin mon écran pour multitabler sans encombre.

J'ai participé au festival de Blanes, comme l'année dernière, mi avril. Je termine 9eme/196 joueurs au classement général. Pas dégueu mais seules les 5 premières places étaient interessantes !

De retour au BCH (association de poker sur Bordeaux), j'ai également remporté le tournoi de vendredi, devant 13 joueurs, youhouhou !

Sinon, je suis en train de monter un site de vente de Vinyles d'occasions, mon nouveau boulot se passe bien et je suis assez content des résultats de l'election présidentiels. Meme si maintenant, Hollande a la pression ...

Allez, vive la république, vive la France :hello:

M1KDO

120305113249894086.jpg

Je n’ai pas trop parlé poker en ce moment mais ce n’est pas par manque de résultat. Car il y a des moments ou tout se passe bien et même si je suis conscient que cela va rester plus ou moins éphémère, j’aimerais que cette bonne période dure le plus longtemps possible.

Bon je n’ai pas non plus terminé 4eme d’un gros tournoi live sur Arcachon tel que Damien « pythonio » Galbrun mais mes résultats onlines actuels me laissent entendre que je ne suis pas si mauvais.

En effet, je termine 1er du classement cash-game de la ligue girondine de février, remporte le dernier tournoi, formule deepstack, de cette même ligue, ce qui me conduit à terminer 4eme du classement général, de bonne augure pour la finale de ce soir.

De bons résultats en cash-game qui me permettent d’être à ce jour, under-rollé pour la NL10 et d’entamer mes futures sessions avec beaucoup plus de confiance.

J’en reviens à mon « je ne suis pas si mauvais ».C’est quelque chose qu’il va falloir que je raye de mon vocabulaire car ler esponsable de mon manque de gros résultat vient trop souvent d’ici.Paradoxalement à la mode du « c’est moi le meilleur du monde »(dédicace à Leonardo di caprio dans Titanic) j’ai tendance à me sous évaluer et me trouver trop petit pour vaincre les plus grands. Après avoir monté une rolls sympa sur pokerXtrem l’année dernière, je me suis dit que la chance avait peut-être du être de mon coté et qu’il fallait donc que je renouvelle l’expérience surWinamax toujours en partant de rien. De 10 à 400 euros sans se presser, il est clair aujourd’hui que même si je ne rivaliserais jamais avec les gros shark deNL200 et plus, mon niveau, associé à toujours plus de travail personnel, me permet d’envisager des résultats plus que correct, avec pour objectif laréussite en NL100 à l’avenir.

Si la malchance veut bien rester loin de ma route le plus longtemps possible, il est peut-être aujourd’hui possible que je parvienne à m’en aller très loin !

Lorenzzo

M1KDO

L'homme sandwich

Génération sandwich

120220104611315389.jpg

Qui sommes-nous, si ce n’est des

morceaux de viande entre deux tranches de vie.

120220104705693145.jpg

Consommé à midi, dans la lumière artificielle d’une galerie marchande parmi les autres. Consommé en journée, sur ce macadam posé dans le but que l’on suive gentiment le chemin que l’on nous impose.

120220104935698641.jpg

Vomi le soir entre deux automobiles encastrées dans l’aboutissement de leur insolence.

12022010512680706.jpg

Nous sommes à chaque instant ce que nous consommons régulièrement. Parfois nouilles, souvent sandwich et malheureusement trop souvent pizza.

L’homme des sociétés modernes se vante d’avoir acquis sa liberté.

Il y a plusieurs niveaux de libertés et celui d’avoir assez accumulé de richesse pour pouvoir s’acheter son sandwich quotidien n’est pas celle qui m'ouvre l'appétit.

120220105200574336.jpg

M1KDO

120123021311494718.jpg

200

Pour vous, ce chiffre ne signifie rien mais pour moi, il est l'étape durement atteinte, longuement attendu d'une épopée commencée avec pas grand chose. Comme sur PokerXtrem, j'ai démarré sur Winamax avec quelques euros, à partir de la NL5 pour monter un bankroll doucement. Sur cette première room, un gros run-good dès le départ m'avait permis de m'installer en NL10 très rapidement. Mes début sur Wina n'ont pas été aussi explosif mais mon passage à 12 tables à contribué à me faire décoller d'un coup me laissant esperer les sommets au plus vite.

Je suis assez content de moi, ce qui est rare, car malgré un bad-run consternant, j'ai su tenir le cap, continuer à progresser et tout défoncer !

J'en profite pour glisser une session replay, on verra bien ce que cela donne, j'ai selectionné des mains un peu plus boderline que mes standards : NL5 replay

Sinon, je change également de taf et integre début février une conciergerie privée et d'entreprise en tant qu'attaché commercial.

Je quitte donc pour le moment le monde de la vente, ce qui va me faire le plus grand bien. (paradoxale avec le mot commercial^^)

J'avoue ne jamais avoir été autant excité de démarrer un nouveau travail, tellement celui que l'on me propose est interessant ! Affaire à suivre : C&S

Au niveau actualité, je trouve desespérant la mesure prise par le gouvernement américain concernant le streaming. Je trouve désolant l'intervention qui a suivi pour arreter un pauvre geek armé d'un clavier d'ordinateur. La technologie offre l'ouverture à tous à la culture mais les chefs d'états veulent la restreindre aux seuls priviligiés. Leur calcul est voué à l'echec, ils sont en train d'enterrer les artistes, qui avaient via le net un moyen d'expression hors du commun. De toute façon, cette opération ne va probablement que ralentir tout ce qui est téléchargement, les hackers sont en avance sur tous le monde et je leur fait largement confiance pour ridiculiser rapidement nos chefs d'états. En attendant, je ne vais pas pouvoir regarder la suite de stargate atlantis, WTF !!:sos:

A très vite !

Lorenzzo

M1KDO

11122810544139512.jpg

Pas de bonnes résolutions, que des problèmes résolus.

Des blinds sont passées sous les ponts depuis ma dernière intervention pokeristique sur mon blog. Faute au travail et au manque de motivation, je n’étais pas beaucoup présent sur les tables mais continue lentement mon ascension.

Pour rappel j’ai laissé une dizaine d’euros sur winamax afin de reprendre en NL5 et en moins de 10k/hand, je frôle les 150 euros de BR (somme indécente en comparaison au montant du salaire de David Becham au paris saint germain…)

Problème : « comment trouver suffisamment de motivation pour grinder à nouveau la NL5 ?

En professionnalisant mon amateurisme, hum…en gros, je me fixe à nouveau des règles histoire de rendre mes sessions plus attractives.

Déjà je joue 6 tables en mozaique, car si mon maximum possible est de 12 tables, je ne trouve pas ça amusant à ce jour et même trop robotique à mon gout. Je vais pousser à 8 lorsque je me trouverais un deuxième écran.

Puis viennent les idées intéressantes, qui m’avaient déjà traversées l’esprit lors de mon passage sur pokerXtrem et qui se sont envolées assez rapidement. (un peu comme les impôts que l’on files chaque mois au gouvernement), je joue du MTT dont le buy-in ne peut dépasser 1% de ma BR. Le nombre de tournois par session ne peut excéder le montant d’une cave de cash-game. Au vue du montant de la BR actuel, je vais me concentrer sur du satellite. Puis à chaque fin de mois, je retire 20% des gains mensuels qui seront destinés à être investis pour du tournoi live, joué principalement au casino de Bordeaux lac.

80% de mes gains de tournoi vont dans ma poche et les 20% restants intègrent ma BR. Autofinancement !

Problème : « plus trop envie de jouer en club »

Je quitte le monde associatif, tout en finissant épisodiquement l’année en cours. En effet, la motivation disparait peu à peu et il n’y a que les interclubs qui me donnent réellement envie. Cela doit faire 5 ans que je me rend tous les vendredi soir ou presque autour d’une table de poker associatif, je pense qu’il n’est pas anormal de perdre l’envie. Mais à coté de ça, je vais intégrer les compétitions online que proposent la girondin poker league. C’est un site communautaire qui regroupe les joueurs de poker de la gironde, pour la plupart membres de divers clubs mais principalement du Saint Aubin Poker Club. D’une part, leur partenariat avec Winamax leur permet de proposer des lots attractifs mais surtout, cela va me permettre de renouer des liens avec d’anciens camarades de jeu qui me manques un peu. Et puis j’aime surtout le poker pour son coté « compétition », en jouant leurs championnats, le challenge est plutôt sympa !

Problème : « Mon blog est brouillon »

J’ai fait le ménage, en supprimant les articles qui me semblaient mauvais, prétentieux, inapproprié. Cela devrait offrir un blog plus épuré, facile à lire et agréable à regarder ! J’en profite également pour UP des articles qui me tiennent à cœur :

-

-

-

J’aimerais également commenter mon vote (pour ceux que ça intéresse…) concernant le blog CP de l’année 2011. J’ai choisi d’offrir une voie au pour pas mal de raisons. Tout d’abord, depuis que je navigue dans les eaux sinueuses des blogs du club-poker, force est de constater que le sien est toujours impeccable, ses articles colorés comme il faut, l’illustration toujours placée ou il faut. J’avoue même prendre exemple sur lui pour alimenter le mien ! Mais également pour les qualités humaines qui ressortent de ce que je lie. Pour moi, ce joyeux reg était toujours en constant « even ». En déchatte permanente, à croire qu’il avait flirté avec dame chance pour là larguer comme une vielle souris d’ordinateur trop secouée et que celle-ci se vengeait sur lui à petit feu, pour qu’il se consume, rongé par la frustration…Ouah, ça en aurait découragé plus d’un mais lui non, il a continué, sans se plaindre, à engranger les bonus, puis les jolis pots et a réussi à dépasser les 10K de gain, bien joué m’sieur ! (mais c’est maintenant qu’il faut passer au CP radio !^^)

Problème : « Sinon je vais faire quoi de ma vie? »

Certains articles que j’ai viré du blog, traitaient souvent de mon taf. Excédé par un rythme de travail imposé de plus en plus inhumain, je me perdais peu à peu dans un pessimisme dangereux. Et j’ai du coup failli prendre nombres de mauvaises décisions qui auraient probablement aggravée la situation. Plutôt que de continuer à me plaindre, je vais profiter de la situation pour là retourner à mon avantage. Il y a donc un plan qui se dessine dont l’accomplissement final sera la gérance d’un magasin sous le nom de ma société. Ma motivation et mon abnégation seront total pour atteindre mon but, quitte à sacrifier certains de mes principes au service de mon avenir personnel.

En attendant, cela commence par une gestion de mes finances plus rigoureuse et ça, ça commence maintenant !

Problème : « J’ai jamais dit que j’écris des chansons ? »

Bon voilà, c’est dit alors, j’écris depuis tout petit sans le montrer à grand monde. Si personne ne sait, personne ne se moque. Pourtant, la critique est constructive il parait, alors au lieu de faire ça dans mon coin, j’ai choisi d’ouvrir un my-space est de proposer mes écris au grand nombre. Je n’ai pas de prétention extraordinaire, pour les peut qui prendront là peine de les lires, voyez ça comme une sorte de thérapie permanente influencée par l’écoute de vieux chanteurs à texte connus, tel que Renaud, Brel, Gainsbourg et j’en passe…

My space de Lorenzzo

Voilà, comme le titre vous l’aura probablement fait comprendre, je ne croit pas trop aux bonnes résolutions, pour la plupart jamais tenues. Mais je m’attache aux solutions, alors si problèmes il y a, résolution je trouverais !

Lorenzzo

M1KDO

Je me suis curieusement mit à jouer en Full-ring depuis quelques semaines et cela me réussi plutot bien.

D'une part, cela me permet d'aligner plus de tables et donc d'engrager plus facilement du rackeback, d'autre part, ce format me correspond étrangement, moi le joueur inconditionel de sng SH et cash-game SH. Donc tant que ça gagne, je joue !

Aprés mettre fait backé pour du MTT sur Winamax malheureusement sans résultats, j'ai laissé une dizaine d'euros pour reproduire mon aventure de pokerXtrem (De 5 euros à 1700). J'ai dépassé les 100 euros hiers et j'espere etre bien parti sur ma nouvelle room.

J'en est profité pour mettre en ligne une petite vidéo sans prétention sur le sujet, que vous trouverez peut-etre drole, lassante, inutile ou meme pertinente qui sait !

Vidéo Full-ring NL5

M1KDO

11061312265096769.jpg

Me revoilà avec mes petits questionnaires curieux et un peu voyeur. Aujourd’hui, je prend le risque d’aller chercher des réponses chez le meilleur ami de la variance…courbe impeccable, résultats impressionnants, il m’était indispensable de découvrir celui qui se cache derrière ce blog qui m’inspire humilité et sincérité.

Présente toi si tu l’oses :

Je m'appelle Guillaume, j'ai 27 ans, j'habite dans le sud, à Aubagne, avec ma copine, ma fille de 20 mois, et mes 3 chats.

J'ai commencé à jouer au poker il y a 2 ans. Aujourd'hui je suis un amateur qui en vit (entre 3 et 5k euros par mois disons) et surtout un père qui a la chance de pouvoir profiter de sa fille un peu + que ceux qui travaillent.

Pourquoi ce pseudo ?

Question ambigüe, puisque je m'appelle Droogba sur le CP et Papa_grinde(à un signe près selon les sites) aux tables. Droogba vient de l'époque où Didier Drogba est arrivé à l'OM. Je jouais sur un jeu de stratégie en ligne et cherchait un nom. Drogba n'était pas pris (pas encore vraiment connu) mais j'ai dérapé et ça a donné Droogba. C'est un peu devenu mon pseudo online partout, mon nom de geek.

Papa_grinde est venue à l'ouverture du marché .fr, je voulais changer de pseudo car ça ne correspondait plus à rien, le joueur n'était plus à l'OM depuis longtemps, et était de toute façon trop connu, donc ça avait perdu toute originalité. J'ai pensé à Papa_grinde et je trouve qu'au final ça me va bien.

Comment le poker est venu à toi ?

J'ai passé plusieurs années à complètement ignorer le jeu, bien que certains de mes amis y jouaient. Et un jour en 2009, par hasard j'ai "appris" à jouer en 2 mn avec un ami alors qu'on cherchait une occupation dans son 9m² de cité U, et on a du jouer 15 mn avant qu'autre chose nous appelle. Puis quelques jours après, j'ai gagné un pari sportif (j'ai toujours été parieur à ce niveau là...) et j'ai eu envie de tester le poker. J'ai tout perdu car je ne me rappelais pas de toutes les règles, de qui battait quoi etc...

Le lendemain, me sentant très con, j'ai décidé d'apprendre pour au moins regagner ce que j'avais perdu. J'ai alors cherché à jouer aux tables les + petites pour assimiler le jeu...

Tu joues sur quelles limites aujourd’hui et combien de tables en moyenne ?

Je joue de nl20 à nl100, 20 à 25 tables en général.

C’est quoi un bad-run pour toi ?^^

J'ai déjà eu des bad run, mais comme j'ai toujours joué à des limites que je dominais "largement", quand je bad run je gagne moins que je devrais, mais je gagne quand même ^^

Tu donnes des pots de vin à la variance ?^^

C'est un peu la même question que la précédente. Mais j'ajouterai que je joue nit en fullring, que je fais peu de "mooves bizarres" et qu'à partir de là, je pense qu'avec un BB/100 supérieur à 4 ou 5, la variance est très clémente.

Il t’arrive de partir en live ?

Plus trop ces temps ci, car je joue moins. Mais j'ai passé longtemps à vivre avec un rythme assez intense, à garder ma fille toute la journée, et grinder ensuite dès que sa mère rentrait. J'ai le souvenir de quelques sessions tiltantes alors que ma copine essayait de donner à manger à la petite alors qu'elle pleurait en demandant à ce que ce soit papa qui tienne la cuillère (brag^^). Quand dans le même temps, tu as 24 tables et des bip dans tous les sens, tu as vite fait de craquer au moindre bad beat ou call foireux.

Mais aujourd'hui, je préfère jouer quand tout le monde dort et que je suis au calme. Mon état de stress au quotidien a depuis bien baissé ^^

Tu vies aujourd’hui du poker, tu penses reprendre un travail standard à l’avenir ?

A l'avenir oui c'est sur. A la base c'était prévu pour Septembre 2012, quand ma fille commencera à aller à l'école. Mais j'avoue que ces derniers temps, je songe à repousser cet "avenir" de quelques années...

Tu tafais dans quoi avant de te mettre au holdem ?

J'étais assistant pédagogique (pion qui donne des cours de soutien en gros) dans un collège à mi temps. Et je "brocantais" un peu sur ebay à coté.

Le move de ta vie ?

Rien de particulier qui me vient en tête.

Tu as ambition d’initier ton enfant au jeu dès son plus jeune âge ?^^

Certainement pas.

J’imagine que ton gamin, c’est l’;Asde ta vie ?

C'est de très très loin la plus belle chose qui soit arrivée dans ma vie. J'aspirais pourtant pas à avoir d'enfant, mais aujourd'hui, je suis le père le + heureux du monde, voire même de l'Histoire :P

Des grinders que tu suis particulièrement ?

Que je suis particulièrement pas vraiment en fait, mais j'aime tout de même aller voir de temps en temps ce qu'il advient de certains camarades bloggers.

Des choses à rajouter ?

Que je pars à Las Vegas dimanche pour 2 semaines, et que j'ai hâte

Merci à toi, ta réponse concernant le fait de ne pas initier ton enfant au poker est interessante, tu peux expliquer les raisons en commentaires ?:D

le blog du droogba !

M1KDO

110523123937188922.jpg

Un petit biller pour montrer que je n'ai pas délaissé le blog, je suis en train d'écrire un compte rendu de mon voyage en Espagne....je prend mon temps ....^^

-Périple ou je termine donc 2 fois sur 4 ITM dont une table finale virtuelle...car je tombe 8ème juste avant de mettre en place la TF ... devant 157 participants.

-La confiance étant là, j'enchaine sur le net deux TF pour deux participations lors de MTT de pokerXtrem. Je termine 4eme à chaque fois et me paye le luxe de presque sortir Cyril Hanouna du premier tournoi^^ quelle performance !!^^

-Seulement 6675 mains de cash-game en avril et 10bb/100, puis cash-out d'environ les 2/3 de ma bankroll. D'une part pour le voyage en Espagne, d'autre part car j'ai choisi de repartir avec 30 caves de NL10 et me prouver que je n'ai pas chatté pendant 50 000 mains...c'est con mais j'ai besoin de cette étape pour aspirer à de nouvelles ambitions concernant le cash-game.

110523122959806713.png

-Je recherche des bakers pour jouer des MTT entre 5 et 20 euros, je me sent assez à l'aise pour etre sur de perfer mais j'aimerais ne pas avoir à toucher à ma bankroll pour ça...les retours que je propose sont très attractifs, suffit de me contacter par MP...^^

J'ai d'ailleur l'opportunité de faire un 20 euros via ce système et je le sent bien, je pense que mon choix s'est arretté sur l'after work 10 000 garantis de Winamax. C'est un SH deepstack qui correspond à "ma zone de confort" :la-classe:

-j'ai peut-etre déjà quelqun pour le cash, ce qui me permettrais de jouer plus haut en CG dès maintenant.

Voilà, des nouvelles dès que j'ai terminé mes comptes rendus en cours ...

M1KDO

A trop vouloir enfer

110429100656835449.jpg

La balle de calibre 45 transperce la carotide de miss Steffi, le sang jailli de sa gorge rappelant au jeune bourreau les fois où son père, victime mortel des impulsions de la femme abattue à l’instant par son fils, découvre par hasard un gisement d’eau, remontant soudainement à la surface de cette terre si aride du Far-West.

Il ne reste plus que trois participantes à table pendant que Jack, du haut de ses 13 ans, observe les yeux vides de vie de celle qui quelques semaines plus tôt, jubilait de plaisir sur le corps nu et immobile d’un homme constituant sa friandise de la semaine. Le marshal se réjouie du spectacle dont il est l’investigateur, ces trois femmes condamnées à la pendaison jouent grâce à lui leur ultime chance d’entendre siffler le train dans le comté d’Okanogan .

Cette idée de partie de poker macabre lui est venue alors qu’il dépouillait le barbier Johnson au gin. Celui-ci se plaignait que les pendaisons devenaient banales et manquaient de vie…Paradoxe intéressant quand il s’agit d’ôter l’existence d’une personne. Cette réflexion anodine secoua les fantasmes refoulés du marshal et le conduit à organiser une exécution d’un autre genre, qui ferait parler de lui dans toute l’Amérique, voir au delà.

Le principe est de regrouper trois criminels autour d’une table de jeu en présence des familles de victimes de ces meurtriers et de les faire jouer une partie de poker pendant laquelle les joueurs doivent aller à tapis à chaque main. A chaque donne, le participant obtenant la moins bonne main est abattu par un membre de la famille victime concernée. Le bourreau est libre de choisir son arme entre un colt 45, une hache ou un fusil Springfield. Pour mettre plus de piment à la scène, il choisit de ne faire participer que des femmes, quatre meurtrières et de laisser la vie à celle qui par chance remporterait la partie.

La magnifique miss Steffi semble encore agonir sur les vielles lattes du saloon, cirées pour l’occasion. Ses longs cheveux noirs gisent tels une serpillère cherchant à nettoyer le sang qui entoure la silhouette si parfaite de cette ancienne prostituée reconvertie en tueuse en série. Son regard aujourd’hui si noir, hier si bleu, lui permettait de séduire chaque « mâle » qu’elle souhaitait dévaliser. Une fois le malheureux en extase dans son lit, elle parvenait à lui planter un couteau suffisamment petit pour le dissimuler dans ses bas et assez long pour paralyser sa victime, lorsque la lame s’enfonçait maladroitement dans ses côtes. La jeune femme prenait ensuite son pied à trancher délicatement la gorge de son amant naïf et le regarder mourir lentement, lentement mais surement.

Le jeune Jack est hypnotisé par la scène alors que l’assistance, une trentaine de personnes regroupées comme des bœufs attendant sagement de quitter l’enclos, n’a pas l’air de s’inquiéter des répercussions qu’un tel événement peu avoir sur l’avenir d’un gamin qui après avoir enterré son père, le venge dans d’atroces conditions. Lorsque ses amis iront admirer le passage du train comme des lapins hypnotisées par la lumière, Jack se demandera alors peut-être lequel de ses copains pourrait faire bonne figure attachés aux rails fraichement posées d’un symbole de nouvel technologie.

Marshal William reconduit le jeune homme à la table des victimes en étant obligé de serrer son étreinte sur le bras de Jack, tellement ce petit corps s’est raidit depuis quelques minutes. On dirait un meuble difficile à déplacer, sauf que celui-ci ne doit pas dépasser les 40 KG en opposition aux 110 KG de muscles de William recouverts d‘un long manteau de cuir poussiéreux et trainant au sol . Deux badauds aident fièrement à dégager de la salle la première perdante en la jetant à la rue sous les ordres du Marchal, pour but que la population n’ayant pas la chance d’assister au massacre puissent se défouler sur les miettes du spectacle. On entend aussitôt dehors des applaudissements puis rapidement des coups de pieds frapper l’offrande qu’ils viennent de recevoir.

Le jeu reprend, des hommes armés, Jack et donc les familles victimes sont placés devant les spectateurs à une dizaine de mètres des festivités. A l’opposé se trouve le comptoir où seul William et le barman sont autorisés à être assis. Au milieu se trouve la table ronde, chaque participante est menottée et se voit recevoir ses cartes par un croupier, lui-même armé d’un colt 45, au cas où …

Miss Mardel reçoit deux as, deux valets et un rois. Forte de sa double paire, elle ose espérer figurer parmi les deux dernières participantes du fait que personne ne peut avoir accès à la pioche et doit se dém**der avec sa main et rien d’autre. Peu de chance donc d’être battu par ses deux adversaires sur ce coup.

Contrairement à la première éliminée, elle n’est pas une tueuse en série, son acte n’est que hasard de la vie pendant lequel une dispute avec sa voisine au sujet d’un soit disant vol de bétail a mal tourné. Prise de colère d’être accusée à tord par cette mégère de vielle fille, elle lui a enfoncé violement sa fau dans le ventre et a fini par l’achever en la transperçant à plusieurs reprises sur tout le corps, avant de se rendre compte de la folie de son geste. Alors que des idées lui venaient à l’esprit pour cacher son meurtre, elle se rendit compte que miss Helene, en visite exceptionnelle et malheureusement témoin de la scène, avait fait marche arrière et ne tarderait pas à alerter la ville. Le hasard l’avait fait commettre un meurtre, avait placé un témoin non loin et le hasard encore allait peut-être la sortir de ce guêpier.

Mardel n’est certainement pas la plus belle femme du comté et ne cherche pas à le devenir, pourtant, comme pour attirer les faveurs de la chance, elle est venue vêtue d’une robe très légère et blanche, dotée d’un décolletée extrêmement plongeant. Aussi invisible soit-elle, la chance n’aurait d’autre choix que de rougir si elle devait regarder la joueuse autrement que dans les yeux.

Pour alimenter le suspens, il est convenu de montrer ses cartes une par une, du moins après que la participante la plus près du croupier est dévoilée son jeu. La double paire est donc déjà tablée sur ce tapis vert recouvert d’une partie du sang de miss Steffi. Les cartes suivantes ne tardent pas à se manifester, un 7 de trèfle tout d’abord rapidement accompagné de son frère à pique et de son cousin à carreau. Les suivantes ne changent plus rien aux problèmes de Miss Mardel qui est battue par ce brelan. Malgré tout, elle garde espoir de se retrouver en tète à tète et jure mentalement au seigneur de devenir une pratiquante assidue s’il lui permet de continuer à vivre après cette épreuve.

La chaleur rentre doucement dans le saloon comme si elle avait aussi besoin de se désaltérer. Tous le monde est réuni depuis le matin, un peu avant que les hostilités aient commencé et nous approchons de l’heure du diner. Il n’est pas prévu de faire une pause pour des raisons de sécurité qui semblent évidente mais personne dans l’assemblée ne veut aller se restaurer. Ils veulent assister à ce qu’il va se passer et ne rien rater, le pari du marshal est peut-être réussi.

La carte arrivant maintenant sur la table est soutenu d’un nombre impressionnant de paires de yeux excitées pendant que son éphémère propriétaire reste assez impassible alors qu’elle sait pourtant à coup sur la suite des évènements. Un innocent deux de cœur est délicatement retourné, rejoins par un 5 de carreau. Pour le moment, Miss Mardel participe au tête à tête. La troisième est à nouveau un 5 mais à pique et encore un deux, lui à cœur. Autrement dit, le cœur de la première condamnée semble vouloir sortir de sa poitrine et aller rejoindre les badauds en surchauffe à quelques mètres de là. La dernière carte est un cinq de trèfle, un des rares out destiné à mettre un terme aux espérances de la femme au décolleté plongeant.

Ce full scelle son destin et celle-ci se lève de stupeur tout en cherchant désespérément une sortie pour s’échapper. Au même moment, la mère de sa défunte voisine choisie l’ache destinée à l’exécution tandis que le marshal saisie rapidement la condamnée puis là remet brutalement sur sa chaise. Les deux dernières participantes sont éloignées de la table de jeu, ainsi que le croupier, pendant que la mamie, armée de sa hache, s’avance doucement vers sa futur victime. Miss Mardel est maintenue assise par deux gaillards qui là tiennent par les épaules et peut admirer la folie qui ronge le visage de c’elle destinée à lui ôter la vie. Celui-ci est marqué par la haine, la tristesse et la volonté d’obtenir vengeance, ses membres ressemblent à des épis de maïs collés les uns aux autres, il suffit probablement de là pousser au sol pour briser en mille morceaux cette grand-mère. Quelques vautours dissimulés dans l’assistance se demandent même comment ces petits bras peuvent encore soulever cette lame d’acier pesant sans doute pas loin du poids total de son utilisatrice.

Comme si la bande d’un film avait été mit sur avance rapide, la hache se dirige à grande vitesse sur le visage de miss Mardel et du fait du manque de force physique de la vielle dame en action, y reste planté du haut du crane au bas du menton. Le décolleté est très vite rempli de sang, ce qui offrirait à un vampire en passage un agréable repas. Le corps de la criminelle s’agite comme s’il cherchait à exécuter une danse d’un autre genre, rapide et maladroite. Il finis par tomber au sol, la robe le recouvrant d’origine si blanche, a changé de couleur pour virer au rouge. Le bourreau est lui aussi recouvert d’hémoglobine mais ce n’est évidemment pas le sien. L’assistance applaudie la victoire sans surprise de la vielle dame tout en injuriant la silhouette sans vie qui s’apprête à être dégagée par les deux gaillards. Ce corps est lui aussi jeté à la rue, toujours accueilli impatiemment par la foule agglutinée à l’extérieur. Le marshal sort du saloon pour récupérer la hache sous le silence respectueux mais surtout craintif du peuple. Un œil est éjecté de la tète en même temps que l’arme, à nouveau disponible pour un autre massacre.

 

Jack, dont le visage ressemble à celui d’un zombi endormi, est rejoint par sa camarade de jeu. Le tenancier apporte deux verres d’eau à ses convives qui ne semblent pas vouloir y toucher. La soif n’est pas leur préoccupation pour le moment. Malgré leurs différences d’âges, tout deux se rendent compte que la vengeance qu’ils attendaient si impatiemment n’est pas synonyme de soulagement, le plus dur pour eux commence maintenant car ils n’ont plus rien à quoi s’accrocher pour extérioriser leurs tristesses. Ils observent les deux dernières victimes s’attabler pour vivre ou mourir du hasard des cartes. Il règne à ce moment là dans le saloon une atmosphère particulière, glauque, malsaine, en accord avec ce que dégage le marshal de la ville. Malheureusement, l’attitude de l’homme de loi s’est répercuté sur le comportement des habitants, qui sans se rendre compte de la répression qui pèse peu à peu, omettent toute justice propre.

L’innocence est une vertu extrêmement rare chez les condamnés à mort pourtant, Madame Mac Viland a ici le malheur de la posséder. Son opposante, Laty, là regarde tel un corbeau certain de la suite des évènements. Aucune peur ne se dégage de son attitude, peut-être parce que ses antécédents criminels devraient suffire à là désigner comme la prochaine massacrée. Il y a toujours un leader naturel parmi les différents groupes se manifestants librement dans cette société et Laty peut se vanter de détenir ce titre haut la main entre les assassins du comté. Elle devrait déjà dormir éternellement dans un trou souillé par la haine des habitants, or elle se réjouie de jouer encore sa vie dans un bain de sang constituant sa toilette quotidienne. Laty n’est pas Madame, n’est pas vraiment femme, elle est une bette pourchassée par tous les chasseurs de primes du far-west. Habillée d’un jean déchiré trop court recouvrant ses grosses cuisses qui rivalisent avec celles du marshal, Laty s’habille par nécessité et sa vielle tunique marron recouvert de taches de sang séchées est symbolique du mode de vie de sa propriétaire. Si ses rivales du jour sont venues la peur au ventre avec l’espoir d’être la winner take all, Laty est reconnaissante de venir défier le hasard pour un tel enjeu.

Madame Mac Viland est dans un tout autre état d’esprit lorsque le croupier lui donne progressivement ses dernières cartes. Elle repense à son mari mort par la main de cet homme de loi, présent à quelques mètres de sa solitude.

Le marshal est venu rendre visite au couple Mac Viland il y a quelques jours, seul et déterminé. Il avait trouvé comme prétexte de venir s’entretenir avec monsieur Mac Viland à propos d’un vol de bétail dans les fermes avoisinantes. Son intention était de soit disant conseiller les fermiers face à ce fléau. Mais ses vrais motivations se situaient autre part, dans les finitions d’un évènement qu’il voulait s’empresser de diriger. Hors pour déclencher son idée d’exécution d’un autre genre, il lui manqué une femme coupable de meurtre et ce n’était pas aussi courant que chez les hommes.

Le couteau servant à couper la viande termina dans le ventre de monsieur Mac Viland pendant que madame remplissait un pichet de lait à l’extérieur de la maison. Alerté par des cris semblants provenir de la bouche de son mari, Elisabeth s’empressait de venir le secourir. C’était sans compter sur le plan du marshal qui saisi la jeune femme et là plaqua au sol juste après qu’elle est franchie le seuil de la maison. Madame mac Viland, ventre contre terre, observait avec incompréhension son mari se vider de son sang, déjà inconscient. Elle mit du temps à réaliser la situation, suffisamment pour que l’assassin là ligote fermement afin qu’elle ne puisse réagir. Mains et pieds bloquées, le marshal lui expliquait qu’elle était coupable de meurtre lors d’une dispute qui aurait mal tournée, une chance que William soit passé par là avant qu’elle ne fuit…un bruit étrange provenait de la bâtisse lorsque le marshal et sa prisonnière s’éloignait en direction de la prison de la ville. Les murs cherchaient peut-être à dire adieu à ses derniers propriétaires.

Les protestations de la jeune femme devant le conseil de la ville n’eu comme influence que d’accabler son cas et là conduire plus rapidement vers cette partie de poker mortelle. Chaque conseillé vota coupable pour le plus grand plaisir de William.

Les cartes distribuées, les joueurs doivent les retourner une à une à tour de rôle, en commençant pas Elisabeth Mac Viland. Elle retourne un deux de trèfle lentement, les mains tremblantes, le regard vague et inquiétant. La robe rouge choisie par le marshal pour elle est en encore parfait avec le décor. Le tapis, le parquet, les cartes, tout l’endroit est recouvert de sang, même les yeux qui observent la scène en sont gorgés. Laty, très rapidement, dévoile un as de pique symbolique. La carte la plus forte du jeu contre la carte la plus faible, l’innocence incarnée contre la coupable absolue, la peur contre la folie. La chance tourne, la folie aussi. Mac Viland montre un deux de carreau, lui offrant la plus faible combinaison de paire, toutefois gagnante à ce moment là, après que Laty abatte un valet de pique. Il règne un étrange silence dans la pièce, la chance semble plus respectée que les êtres humains ici. Un dix de trèfle vient orner la paire de deux de l’innocente, un 8 de pique vient rendre visite à la hauteur as de la coupable. Personne ne remarque la vielle femme assise à coté de Jack se tenir le cœur comme s’il était sur le point de tomber. Les spectateurs préfèrent s’attarder sur une tragédie provoquée plutôt qu’un malheur annoncé.

Un magique dix de cœur offre une double paire à Elisabeth qui peut oser espérer s’en sortir maintenant. Reste que son mari a perdu la partie il y a déjà un moment. Le gain espéré ne représente pas grand-chose pour elle, à part peut-être soulager la conscience fatiguée de ce monstre concentré sur la suite de la boucherie. Un quatre de pique, synonyme de suspens pour l’assemblé, offre à Laty un tirage couleur malveillant. Des paris pernicieux sont chuchotés entre les spectateurs. Le marshal a évidement tout vue mais ne réagi pas, cette ambiance est la bienvenue pour lui. Cette inutile six de pique met fin à l’amélioration potentiel de la main de la veuve mac Viland, elle doit se contenter de sa double paire pour assurer sa survie. Il reste une dernière carte à retourner, le hasard a déjà choisi sa victime et Laty le sait. Néanmoins, aucune émotion ne viens trahir le visage de cette meurtrière accomplie. Elle prend du plaisir à vivre ce moment, presque autant qu’après avoir coupé les oreilles de sa dernière victime, presque autant qu’après les avoir déposé devant la porte de sa femme. La boucherie n’est à ses yeux que banalité, le bien une erreur.

La tueuse félicite du coin des lèvres sa rivale. Elisabeth, sans un soulagement excessif, réalise alors que le hasard a choisi de l’épargner. La femme de la martyr de Laty s’apprête à choisir son arme tandis que celle-ci retourne tout de même son ultime carte, un…une incompréhensible dame de pique, lui offrant une rare couleur. La crasseuse mais chanceuse Laty connait très peu les règles de ce jeu et ne comprend pas les rires qui se produisent dans le saloon, accompagnés de la stupeur d’Elisabeth.

Celle qui aurait du être le nouveau bourreau refuse de rendre son arme, le marshal explique à Laty les différentes combinaisons du poker et personne ne se soucie de la détresse de la dernière perdante. Les gens ne s’intéressent jamais au deuxième, trop occupé à féliciter le vainqueur. Un bruit lourd se fait entendre, la vielle dame viens de tomber de sa chaise, elle se tiens le haut de la poitrine et convulse. William se précipite vers la mamie, Jack n’ose pas bouger et tous les yeux sont dirigés vers ce nouvel évènement. Le visage d’Elisabeth a changé d’expression, il n’y a que Laty qui le remarque. La criminel aborde pour la première fois un air inquiet, ce qui est peu dire pour quelqu’un habitué aux pires horreurs. Mac Viland, comme possédée par une des criminelles allongées à l’extérieur, réussie à saisir l’arme du croupier, les mains pourtant toujours menottées. Celui-ci est médusé pendant qu’Elisabeth se lève et braque le colt 45 en direction du marshal. Alerté par le croupier, le barman et le reste de la salle, William se retourne d’un trait. Un coup de revolver se fait entendre, la balle se loge dans le visage du marshal. Son corps convulse, semblant imiter celui de la vielle dame. William tombe tout d’abord à genoux, sans équilibre, avant de rejoindre ventre contre terre, le défunt mari

d’ Elisabeth mac Viland, au pays des souvenirs. C’en est trop pour Jack qui s’évanoui devant la marre de sang recouvrant peu à peu le parquet, à cirer pour une autre occasion.

Je m’appelle Jack Olvan, j’ai aujourd’hui trente et un ans et je suis le petit garçon de l’histoire que je viens de vous narrer. Lorsque je repense à tout ça, les scènes apparaissent devant mes yeux comme si je les vivaient encore une fois. Malheureusement, je ne me rappelle pas de ce que s’il s’est passé une fois le marshal William abattu. Je me suis réveillé quelques heures plus tard, profitant des larmes et de la douceur de ma mère. Il fallait que je lui apprenne au plus vite ce que j’avais vu chez les mac Viland quelques jours avant. Il fallait que je lui dise que le marshal avait lui-même tué le mari d’Elisabeth. Le bruit suspect que William avait entendu provenait de mes pas. J’étais venu voler de quoi manger, ma mère ayant bien du mal à en trouver suffisamment sans l’aide de mon père. Personne ne m’a cru à l’époque, ou du moins, il ne voulait pas me croire. Elisabeth a été pendu quelques semaines plus tard. Période pendant laquelle elle est restée isolée du monde extérieur, enfermée et seul. Laty a été épargné mais un chasseur de prime n’a pas tardé à là retrouver et ramener sa tête au bureau du nouveau marshal.

Si j’écris ce courrier aujourd’hui, c’est pour essayer de rendre honneur à Elisabeth. Je compte le faire paraitre dans un maximum de gazettes voulant bien l’accueillir. Ma profession de joueur de poker itinérant me permet de rencontrer beaucoup de gens, mon honnêteté légendaire parmi eux devrait faire le reste. Je finirais probablement sous le couteau ou le révolver d’un de mes adversaires un jour mais contrairement à la plupart des joueurs, je n’ai rien à perdre. Le hasard et la chance forment un couple devenu amical à mes yeux, je le respect plus que tout autre, tout en sachant que le hasard est le plus grand des focus et la chance bien capricieuse. A bon entendeur.

JACK OLVAN

M1KDO

110430122631264047.jpg

Cette fois-ci, je ne connais absolument pas mon interlocuteur, ce qui rend l’interview d’autant plus intéressant ! Il est de ma région, donc il ne peut être que bon, beau, intelligent, enfin, un girondin quoi ! Allez, il est temps de vérifier si mes intuitions collent avec la réalité :

Qui es-tu, d’où viens-tu ?

Salut !

Et bien, je m’appelle Jérôme, j’ai 31 ans et je serais d’ici quelques mois papa pour la 1ère fois. J’habite en région bordelaise depuis 10 ans mais je suis originaire de Panam.

Je suis passionné de moto depuis toujours et accessoirement de poker, ou l’inverse, qui peut savoir. J’économise d’ailleurs pour me racheter une nouvelle bécane dès que possible mais avec l’arrivée de bébé, c’est chaud.

Sinon, je travaille dans … … une banque ( obv, in before : « voleur », « abattez le », « sac à M… » ) mais je le vis bien ! j’essaie d’ailleurs d’apporter régulièrement mon aide aux membres du CP qui me sollicitent, preuve que nous ne sommes pas tous à mettre dans le même panier.

Pourquoi Niflon ?

Ca remonte en fait à pas si longtemps que ça … un pote du boulot s’amusait à déformer mon nom de famille en : « c’est ni fait » … ni à faire ! et de là, cela s’est transformé en « nifait », « la nifle », et pour finir « Niflon »

Comment as-tu commencé à jouer au poker ?

Grâce à mon grand frère qui avait ouvert un compte sur EVP en version play money il y a de ça peut-être 3-4 ans. Je l’ai imité assez rapidement et ai grindé jusqu’en NL2K sans aucun Bankroll management … Fuuu et dire que j’étais riche à millions … en play money !

Maintenant, si tu veux me psychanalyser, je peux rajouter qu’aussi loin que je me rappelle, j’ai toujours aimé les jeux de cartes et en particulier le poker. Je jouais déjà vers 10-11 ans avec des mini-cartes au poker fermé avant de me mettre au rami et au backgammon.

Ou en es-tu sur le net actuellement ?

Franchement ?! je stagne … et c’est loin de me satisfaire. Je joue en NL25 et ma BR varie régulièrement entre 800€ et 1300€ : c’est peu, trop peu à mon gout. Il faut dire aussi que je run environ 13 caves sous l’EV sur mes dernières 30Kh.

Je fais parti aussi des quelques heureux qui ont été choisis par les coachs de « PokerEV+ » pour travailler sur la version Beta du site et maintenant sur la version officielle. J’ai beaucoup d’espoirs dans le coaching et je pense que cela peut clairement boosté mon niveau …so wait and see !

Comment se déroulent tes sessions ?

Rapidement !! je n’ai pas beaucoup de temps pour jouer, elles sont donc assez courtes malheureusement. Je m’y mets généralement vers 21h00 pour finir environ 1h-1h30 plus tard. J’ouvre 4 tables de SH, mon tracker et je pars en chasse de mes fish préférés.

Il t’arrive de jouer du MTT ?

Oui bien sûr, je dirais même que c’est un format que j’apprécie énormément : l’adrénaline y est bien plus forte et puis quel kiff de voir son nom parmi les premières places !! Je rêve d’un jour ou je pourrais à mon tour payer des gros buy-in sans trop me soucier de ma BR.

Dernièrement, j’ai participé pour la 1ère fois aux SCOOP Low et les résultats n’ont pas été si mauvais puisque j’ai ship 4 places pour les Events #1, #9, #11 et le main sans dépenser un centime ( j’ai run comme Jésus en ultra turbo donkament à Buy in FPP). Sur ces 4 tournois, je fait 2 ITM pour 130 € avec une sortie plus qu’hasardeuse sur l’Event #11 alors que j’étais 80 à 350 left.

Tu as un souvenir online qui t’a marqué ?

Ohh oui … et c’était en MTT d’ailleurs ! un 5€ deepstack sur wina avec 612 entrants. Il est 2h30 passé, j’ai les yeux qui commencent à se croiser, tout le monde dort. Nous sommes à 4 left aux blinds 80K/160K ante 20K, je suis shortstack avec 1,4M. 2 vilains ont légèrement plus de 2M et le CL à plus de 5M.

J’ai :Ah:Kh en SB. CL open limp au BU, je shove bien évidemment mes 8 blinds et je trouve 2 call !!! WTF !!!

Le board [ :9h:7d:Kd ] est checké par nos 2 vilains ( Yes, je vais triple up !! ).

Sur la turn :2s, BB c/f le bet du CL qui montre tranquillement 72 pour un magnifique call pf d’environ ¼ de son stack.

No comment !

Un peu de live ?

Oui aussi, et j’espère de plus en plus régulièrement. J’ai commencé à Arcachon lors d’un 50€ rebuy que m’avait offert ma femme ( Just lool, je ne savais même pas ce que c’était un rebuy ) puis à Bordeaux Lac avec des freezout en enfin à Gujan et c’est là que je me sens le mieux pour l’instant.

Les résultats ont d’ailleurs vite suivis puisqu’après avoir ship un ticket pour le 250€ deepstack via 2 steps successifs, j’ai fini ITM sur ce même tournoi (122 entrants), à la bulle de la TF sur un coin coin qui ne passe pas ( 88<KJ )

Je n’ai jamais fait de cash par contre mais j’y remédierais la semaine prochaine normalement sur une 2-2.

Est-ce que tu suis des joueurs de micros-limites ?

J’ai pas mal de blogs dans mes favoris, certains sont passés par cet interrogatoire d’ailleurs. On peut trouver Utopike et Zmasters par exemple. Ensuite, je lis aussi les blogs de Shooye, Choop, intégrity et d’autres.

Appartenance à un club ?

J’ai fait un 1er essai au SAPC avec mon frère. Tout c’est bien passé, l’ambiance était très bonne et je remercie d’ailleurs Sesky pour son invitation. Mais j’ai envi d’en découvrir d’autres et pourquoi pas le BCH.

Avant ça, je vais m’inscrire 3 mois à « Poker Sphère » sur les quais, toujours dans l’objectif de progresser en prenant du plaisir.

Tu préfères le poker ou les jolis jetons ?

ahh ça, je m’y attendais !! Je vis généralement mes passions à fonds et j’ai ce besoin de m’approprier les choses. Rapidement après avoir commencer le poker sérieusement, j’ai eu envi de jouer avec des potes à la maison. J’ai donc construit ma table home made … le rendu n’est pas dégueulasse même si tout n’est parfait. med_gallery_35466_464_93700.jpg

Et une fois qu’on à la table, inévitablement, on pense aux jetons ! j’ai longtemps cherché ceux qui me plairaient le plus. J’ai écumé, dans l’ombre, les posts du CP, du CT et de PCF. J’ai admiré, pour ne pas dire baver devant, les Pr0n de certains jetonnistes confirmés et puis je me suis lancé ! ce set d’Avalon est tout simplement un véritable bonheur … j’ai hâte de l’étrenner avec ces cartes Kem ! med_gallery_35466_539_143504.jpg

Tu fais autre chose que jouer au poker ?

J’ai la chance de vivre en maison … so mes week ends sont souvent pris par les amis ou la famille et surtout par les travaux, le jardinage, l’entretien … et puis j’ai du récemment re-décorer la chambre d’amis pour bébé !

Tes ambitions pour l’avenir ?

Pokeristiquement, mon objectif est de jouer en NL100 à court ou moyen terme, peut importe, et de pouvoir me payer de beaux tournois online et en live tout en cashoutant de temps en temps pour le plaisir.

Quelque chose à rajouter ?

Comcombre

Merci bien m'sieur !

M1KDO

Même s’il vous sera compliqué de croiser Cyril en NL5, je pense qu’il est intéressant de s’attarder cette semaine sur ce joueur que je côtoie depuis mes débuts en club. En effet, largement gagnant sur internet, il a depuis peu la lourde tache de coacher les joueurs de micro-stack via le site pokerstrategy.

110413121232438493.jpg

  • Qui es-tu, d’où viens tu ?



    • Pourquoi ce pseudo ?

      Pour l'histoire voila ce que ça donne :

      LEGER s'est transformé en "le gay" puis "le gay luron" puis "luron" et on s'est arrété là dessus et finalement j'aime bien.



      • Comment a tu commencé à jouer au poker ?



        • Plutôt joueur de tournoi, comment s’est passé ta migration vers le cash-game ?



          • Tu joues sur quelles limites aujourd’hui et combien de tables en moyenne ?
            Aujourd'hui je ne joue plus, j'ai breaké depuis 1 mois environ. La variance avait totalement pris le pas sur moi, j'ai donc décidé de m'arréter avant de tout gaspiller. Ce dont je suis capable en un temps record.
            Avant cela je jouais en NL200, une fois le mental revenu je repartirai en NL100 afin de reprendre un peu le cours du jeu.



            • Je sait que tu a un palmarès assez sympa en live, tu peux nous en dire plus ?Cyril, premer éliminé de lEPT deauville 2011



              • Tu as intégré récemment le site « poker-stratégie » en tant que coach, quel est ton rôle ?

                Mon rôle est très simple, je fais des vidéos à titre éducatif pour les joueurs de micro limite. Les vidéos sont posté sur le site www.pokerstratégy.com et visible par tout les membres. IL y a un espace commentaires ou je réponds aux questions que chacun peut se poser.



                • Tu peux nous présenter un peu le fonctionnement de « poker-stratégie » ?



                  • Etant issu du monde associatif, que penses-tu de l’évolution des clubs amateur en France ?

                Etant là depuis le début et l'un des pionniers du poker amateur en france, j'avoue etre assez déçu la tournure des evenement. Je suis surement impatient ou trop exigent mais en revenant en arrière j'imaginais que les choses se seraient structuré plus vite et que les clubs seraient bcp plus fort et plus tournés vers la formation que l'organisation.

                [*]Quel est ta fonction au seins de ton club actuel ?

                Je suis l'homme à tout faire du BCH et même si ça pèse par moment, gérer un club est qq chose que j'apprécie d'autant plus que je sais que si un problème se pose certains de nos membres sont toujours pret à filer un coup de main.

                [*]Sous quel critère le tilt ?^^

                LOL, tout est sujet au tilt quand sa commence à mal tourner. Mais disons qu'a partir de 3/4 bad sur la session ça le fait pas. Ensuite je spew qq caves de ma limite puis de la/les limites supérieur avant de couper l'ordi.

                [*]Un tournoi live que tu aimerais jouer ?

                La finale du WPT à 25000$, d'ailleurs si y'a des stackeurs hésitez pas.

                [*]Le move de ta vie ?

                Lors du 1100€ de gruissan en 2009.

                J'ai donc environ 110k a ce moment la un mec a 80k arrive a la table ( moyenne 55k a peu pres je crois )

                Il relance au bouton a 2200 , je relance en SB avec Q7 a 6200 , il reflechi et re reraise a 18500 , je reflechi qq secondes et pousse mon tapis il passe instantanément.

                Je prend un gros coup et un bel ascendant sur la table qui sans les bads m'aurait surement permis de gagner ce tournois (gros regrets)

                [*]Des grinders que tu suis particulièrement ?

                Je suis uniquement les joueurs que je connais, donc en gros toi et nono LOL

                [*]Des choses à rajouter ?

                Oui, n'hésitez pas à venir faire un tour sur le forum du BCH ou à y venir un vendredi, l'ambiance y est bonne et le niveau excellent.

                Idem si vous avez envie de progressez pokerstratégy est fait pour vous (parrain luronbchLuronBCH).

                Et pour conclure, si vous souhaitez investir et stacker qq un cherchez pas, la bonne affaire est devant vous.

Merci, l'info est passée...^^
M1KDO

Cette semaine, je vous laisse découvrir Damien, un ami et camarade de jeu, qui a réussi à crush bien avant moi les micros. Il n’est pas forcément très présent sur les forums stratégiques mais vous le croiserais très certainement sur le online, son volume de jeu étant assez conséquent. Place au Python, tu peux nous siffler dans les oreilles :

110329110633946471.gif

  • Qui es-tu, d’où viens-tu ?
    Salut, Damien, bientôt 25ans, je viens de Bordeaux.



  • Pourquoi Pythonio ?
    J' aurais pu trouver une excuse mais en fait c' est une sombre histoire de boite de nuit, de sexe, d' alcool, de volcan. M


    • Comment as-tu commencé à jouer au poker ?
      J' ai toujours plus ou moins joué au poker. J' ai commencé à jouer au 5 card draw en étant gamin, je jouais déjà du blé avec mes oncles à 6-7ans. Ensuite j' ai continué à jouer en apprenant le omaha, pour arriver en 2005-2006 au NLHE.


      • Je sais que tu t’es toi aussi amusé à te lancer dans un challenge en démarrant des micros, peux-tu nous raconter un peu ton parcours ?
        Il y a 1 an ou 2, j' ai essayé de monter une BR en partant de 8euros ( 10$ sur le .com) et 2-3 mois après je suis arrivé enfin à 1k.
        La j' ai décidé de grinder Ps.fr en partant de 100euros depuis
        l' interdiction des .com
        Je vais essayé d' être gagnant en Small/middle stake sur Ps.fr d' ici la fin de l' année. Je grind en 100 et 200 sur d' autres soft mais je tiens vraiment à réussir le défi de battre les meilleurs joueurs sur la meilleur room.


        • Ou en es-tu sur le net actuellement ?
          J' ai une BR convenable, je grind la 10 et la 25 ( pas trés souvent, puisque le rapport rake/winrate est trés médiocre. Ma roll sur PS est à 1,3K,et je cashout de temps en temps. J' ai du sortir 2K depuis début 2011 juste pour jouer en live. J' attend les 2000/2500 pour m installer en 50. Je débloque le 520 euros bonus d' ici 11K fpp, donc ca devrait être pour trés bientôt.




          • Tu as un souvenir online qui t’a marqué ?
            LOL oui, quand j' ai gagné coup sur coup le triple et quintuple shotout sur Ps. C' était des petites sommes ( 400 et 500 et des brouettes si je me souviens bien) mais put**n que c' était bon. Ce sont mes plus belles sensations online parce que c' étaient mes premières perfs! J' ai gagné d' autres tournois depuis mais je n' ai jamais été aussi content que lors de mes début.


            • Le passage au .FR est une bénédiction pour toi ?
              Vraiment pas. Je grindais en parallèle les sit n go comme un fou! je 24 tablés les 6,50 et les 13. Bref en période de bad run CG j' aimais bien repartir faire le plein de confiance en SnG, format sur lequel j' étais trés à l' aise. Pour le CG, pas sur que ce soit une bonne chose de se faire gratter les fishs par les étrangers. Alors pour les Mtt, le .fr n' est pas si mauvais, mais pour le CG, je suis loin d' être fan. Et puis le trafic en SnG
              c' est quand même pas top.


              • J’ai observé de loin tes résultats en live, il y a une victoire particulière dont tu es fière ?

            2 victoires dont je suis plutôt fier puisqu' elles sont arrivées coup sur coup.

            Le 330e du cap d' Agde que je remporte avec les 10K à la clé intervient juste 2 semaines après ma victoire au château de boast pour un package Vegas à la clé.

            Un vrai sentiment de satisfaction aprés les nombreuses heures à jouer des petites limites et lire des forum, mater des vidéos, m' impliquer dans le jeu. J' étais content de voir que ca

            n' arrivait pas qu' aux autres.

            [*]Au final, vivre du poker, tu penses que ça peut-être une réalité ?

            Oui bien entendu. Il faut juste le coup de pouce au bon moment pour se lancer. Mais c' est vraiment possible d' en vivre, et de se mettre à l' abri rapidement en achetant de la pierre ou en créant une boite. Bref si j' ai la chance de gratter une perf digne de ce nom, c' est clair que je me lancerai à fond dedans en continuant de bosser mon jeu.

            Et puis si j' arrive à être aisé et avoir quelques jolies perfs,

            j' aimerai aussi donner la chance à d' autres joueurs qui ont du talent, via le staking, afin qu' ils puissent jouer des tournois corrects.

            Tellement de bons joueurs ne peuvent pas s' impliquer par manque d' argent, du fait qu' ils doivent cash out régulièrement pour bouffer ou payer les factures ou d' autres raisons. Si

            j' avais pas Cashout 3K pour repayer une voiture à ma copine puis 5K pour l' aider à se racheter des meubles aprés le braquage de sa maison, beh je serais peu être en 400/600, je ferais des évents corrects et je réussirais à gagner mon blé pépère. C' est pour des joueurs qui sont un peu dans mon cas que ca me tenterai de créer une team et de sponsoriser quelques bons joueurs afin de les aider à se lancer.

            [*]Est-ce que tu suis des joueurs de micros-limites ?

            Oui. Alors, je suis pas un assidu de tous les blogs, mais je suis

            d' assez prêt ton blog lolo, celui de seski, utopike, papa-grind, xewod et bien d' autres que je n' ai pas en tête. Et puis même si je suis pas reg de la section micro/small S sur CP, j' y vais jeter un oeil 2-3 fois par jour

            [*]Tu joues dans une association ?

            J' étais au sapc de 2007 à 2009 à mes débuts. Là ou j' ai commencé clairement à approfondir le jeu. Ensuite je suis allé au BordeauxChantecler holdem (BCH) en 2009/2010, club où

            j' ai passé de bons moments et ou j' ai clairement pris du plaisir à jouer. Je pense qu' il y avait dans ce club un excellent réservoir de joueurs mais bons, je suis reparti au SAPC (SAPC) depuis début 2011 pour essayer de redonner de l' élan à l' asso et puis aussi parceque j' ai des amis dans l' asso que

            j' étais content de revoir.

            [*]Sous quels critères les réservations d’hôtel foireuses ? ^^

            De la m**de! Je n' irai plus à Dublin pendant un bon moment.

            Je vous laisse faire un tour sur mon blog PYTHONIO pour vous faire une idée du calvaire vécu!

            [*]Tes ambitions pour l’avenir ?

            Chatter un MTT avec un vrai gain ( je pense qu' avec 30K, je pourrais me lancer dans les tournois de 300 à 1K et essayer de jouer dans les tournois avec prize pool intéressant.

            Donc mon but sera vraiment de faire mon trou, tranquille, sans me prendre la tête. Si j' y arrive c' est cool, sinon ben ya pas que le poker dans la vie. Je me re-lancerai dans le sport, comme je l' ai toujours fait. ( Pytho pratiquait la boxe à haut niveau ndlr)

            [*]Quelque chose à rajouter ?

            Tes interviews sont super, je prend toujours pas mal de plaisir à lire la vie des gens.

            Ah oui, ca manque de pas faire de parties avec toi mon ptit Lolo. Les meilleurs parties n' étaient pas forcément celles ou on gagnait le plus d' argent. Bref Buldoraise for ever!

            Merci à toi, les parties Bulldoraise me manque aussi et ce serait un plaisir de les reconduires si Toi, Denys and co étaient partants^^

M1KDO

En mars et ça repart !

110329013446954034.jpg

  • Un mois de Mars un peu bizarre, pendant lequel j’ai d’abord dépassé les 1k, avant d’avoir l’indiscipline de cash-out 200 euros pour changer de téléphone.

Peu de volume ensuite, j’ai stagné à 800 euros et n’en bouge plus depuis quelques semaines, rien de bien méchant ; un peu de variance, quelques erreurs, set-up et je reste even, y a pire.

110329012736316477.png

Voilà, 5473 mains pour des clopinettes, un volume très faible justifié par un mois rempli d’anniversaires, dont le mien. Il n’est pas terminé et je devrais encore jouer suffisamment pour atteindre les 6000 mains, il m’en manque 777 pour dépasser la barre des 40 000 au total depuis Novembre, je sens que je vais faire rire certains grinders…:lis-ca:

Lorenzzo

M1KDO

Questionnaire un peu à part vue que l’intéressé reviens de son passage à « club-poker-radio », ce qui implique pour moi de ne pas reposer les mêmes questions …^^, j’ai donc prit l’initiative de faire découvrir les coulisses de l’émission annonçant forcément une futur perf DU Zmasters !

  • Qui est tu, d’où viens tu ?

    Je suis un ptit bonhomme de pain d'épice, j'ai été élevé dans un four avec ma mère la farine et mes frères et soeurs les madeleines et les cannelés... ? Plus sérieusement je suis un gars « normal » de 22 ans qui à finit ses études (licence de droit, puis une année à Londres pour apprendre l'anglais, puis un diplôme dans l'aéronautique que je viens d'obtenir ? Brag inside). Je suis donc actuellement en période pré-emploi (ça évite le terme chômeur), et me concentre un peu sur mon jeux en mattant des vidéos limpers, et en tentant pourquoi pas un ptit coaching (projet à venir).

    • Pourquoi ce pseudo ?

      Etant petit, je n’avais ni pc, ni tv, ni argent et mon seul loisir était la bibliothèque municipale, que j’ai dévoré de long en large, allant même jusqu'à faire mon stage de 3ème avec les bibliothécaire (si si j’ai posé moi même les antivols avec mes ptites mimines sur les livre).

      Bref j'étais tombé sur un livre sur des jeunes détectives du net relié en réseau un peu partout au travers du monde et sur la 4ème de couverture de l’un des livres de la série une question était posé « mais qui est donc ce mystérieux zmasters dont le message clignote sur l’écran? »

      J’ai aimé le pseudo, et en bon plagia-man que je suis, m’en suis emparé et l’ai fait mien! Je crois qu’a mon tour je voulais être quelqu'un de mystérieux!! -> ICI
      • Sous quels critères les blogs ?

        Je suis simplement un gros geek. Tous les jours je matte les blogs limpers, CP + une quinzaine de blogs divers et variés. J'ai entendu plusieurs fois que je postais partout. C'est vrai et je m'en explique. Je pense que les commentaires sont un peu le moteur du bloggueur alors j'aime laisser un ptite trace de mon passage, ça prend pas longtemps, ça peut faire plaisir et puis je pense que c'est une réelle motivation pour le proprio du blog. Un blog sans commentaires c'est un blog destiné à mourir, alors à défaut de sauver les bébé manchot, j'aide à préserver la pokosphère.

        Ensuite je pense que voir que X Player grinde la NL200+ et dégage un revenu tous les mois de X euros, ça donne forcément envie de progresser, ça fait rêver et le poker ça reste avant tout un gros rêve. C'est je pense la raison pour laquelle j'aime lire les blogs, pour s'identifier au joueur en question et se dire que si lui le fait, toi aussi tu peux le faire.

        • Comment a tu commencé à jouer au poker ?

          Mon frère jouait un peu et m'a saoulé pendant un an avec ça (il jouait en micro stackes), de même ma patronne de l'époque (j'ai taffé en tant que livreur de pizzas) jouait aussi beaucoup et un soir j'ai décidé que je n'avais rien à faire. Go to chilipoker en play-money et cinq minutes après go sur les sites de BK gratuite genre pokerstrategy. La machine était lancé. Non non pas de 2006 de Patriiiick ou d'EPT à la TV sur Canal+. Désolé. |^

          • Tu regardes les blogs pendant tes sessions ? (+ comment se passe tes sessions…)

            Je regarde mes blogs et mes sites (gizmodo, koreus, filbanque, EVO, Divertissonsnous.com, VDM...) le matin, et le soir mais jamais pendant une session!

            Typiquement je ferme tous mes programmes (MSN surtout) et lance juste mon tracker et ma room histoire de pas être déconcentré.

            Mes sessions c'est soit je suis UP de deux trois caves et je stop (bon pour le moral, bon pour le tracker), soit je down de quatre ou cinq caves et je m'acharne pendant 4K hands pour remonter et finir even (ce qui s'est passé la nuit dernière pour la ptite histoire ? Session de dix heures pour finir à +4€).

            Ensuite très très rarement je peux être down de dix caves et plus et là je stop tout et prend un break, histoire que ça influe pas trop sur mon moral. Dur de se détacher de l'argent parfois (gros leak). Je pense que psychologiquement je ne suis pas prêt et malheureusement c'est un frein évident à ma progression. Le sujet à été abordé à l'émission CP radio mais il est clair que quand on à déjà fait de l'usine pour gagner 1K par mois, perdre 300 en quelques heures sur des set-up c'est pas encore évident. Une fois que j'aurais réussit à me détacher de ce rapport à l'argent je pense que ça sera déjà un gros pas en avant (d'ou le BK management de NIT hein ? Actuellement entre 80 et 150 caves selon la limite ou je pose mes fesses). 8^

            • Un tournoi live que tu aimerais jouer?

              Là je vais pas dire le Main Event car une loterie à 8K joueurs (même à 10K de BI avec 8Millions à la gagne) ça me fait pas plus rêver que ça. Je n'ai pas de tournois en particulier mais c'est clair que participer au circuit live si j'avais la roll ou un sponsoring ça me ferait bien kiffer comme mode de vie.

              • Le move de ta vie ?

                Hier soir, j'ai passé mon premier trois barrels bluff. C'est pas exceptionnel mais dans la mesure ou je suis très très weak et j'ai souvent pas les balls de push mon tapis quand je sais qu'il faudrait et que 80% du temps ça va marcher, j'étais assez content de mon move. Ça va en faire rire certains cette ITW j'ai l'impression :)

                • Parmi les grinders que tu suis, tu a des modèles, des exemples ?

                Ouais des grinders de cash only qui crush à mort les limites ou arrive à moove-up en l'espace de quelques mois. Que ce soit toute l'équipe MSNL ou des grinders moins connu comme Olivier Integrity j'ai pas d'exemple en particulier mais plus une source d'inspiration générale dans la blogosphère. Quand je vois X-grinder qui démonte la NL600+ durant plus de 100K hands à 6BB/100 bah...Je rêve. wahou.gif

                [*]Tu gardes quel souvenir de ton passage à club-poker radio ?

                Un excellent souvenir, comme j'ai pu le marqué sur le Thread de l'émission. Un super accueil, des ptits fours magiques et on à su nous mettre à l'aise dès le départ. Ça fait drôle de mettre des visages sur des pseudos. Découvrir un peu ce lieu mythique et s'assoir sur les célèbres fauteuil rouge, c'est toute une émotion. Ça fait aussi un peu rêver de côtoyer le temps d'une soirée des gars comme Chop ou Dromz, des gars qui crush des grosses limites, ça donne envie de progresser et de bosser sa Game pour move-up.

                [*]Les frais individuels étaient financés par le CP ?

                J'ai pas osé posé la question, mais faut aussi dire que ça m'est pas venu à l'esprit. Marrante comme question, surtout que c'est pas la première fois que l'on me l'a pose aujourd'hui. Bon faut pas abuser non plus, on est reçu, on passe une bonne soirée, on nous fournit la bouffe, l'alcool, je me vois mal aller réclamer un billet de 50€ pour l'essence. Ça aurait été déplacé et je suis pas un gros crevard! A ce propos je remercie Papa_grinde pour avoir payé le parking.

                [*]Ils sont vraiment sympa les régulars du CP-radio ?

                Honnêtement, c'est pas pour faire mon lêche-boule mais ils sont tous super sympa. Webdesigner, Piercy, FPC, Comanche...J'en oublie mais ils sont vraiment relax et posé et se taper un peu la discut avec eux ça reste vraiment un bon moment une fois passé l'appréhension. Très très bonne ambiance!

                [*]La déco ; plutôt studio étudiant «pizza-bière» ou duplex à la «Tony Montana» ?

                Le studio étudiant pizza-bière ? Je dirais pas que j'ai passé l'âge mais on va dire que le coté beauf ça me tente pas trop. Je suis aussi un NIT IRL et j'aime quand tout est bien rangé, bien prore et le slip sale qui traine sur la TV à coté des tampons de ta chérie sur le bord de la table-basse c'est moyennement EV+ dans un couple je pense, donc on va éviter le coté appart « pizza-bière ».

                Le Duplex à la « Tony Montana » ? Genre la villa ultra-balla? Du marbre partout, de la poudre sur le bureau et un pute en train de frotter le plancher avec son string en peau de zèbre? Bof ça me tente pas non plus. Je me vois mal payer une femme de ménage portugaise pour astiquer les marbres et les 23K marches de mon escalier plaqué or. Le coté balla « j'ai de la thune et je le montre » c'est pas mon genre. Rien à foutre de rouler dans un gros bolide rouge à 200K, une simple mini à 25K ça me va très bien. Donc l'appart « Tony Montana » c'est mort.

                Alors la réponse c'est aucun des deux mais si tu veux ma déco faut plus aller chercher du coté minimaliste. J'ai pas besoin d'un espace de malade mais j'aime quand c'est un mélange de modernité et de tradition; Je kifferais un bonne maison en bois en Australie, les pieds dans l'eau avec un intérieur high-tech (PC partout, écran plat haut de gamme et gadgets à fond dans la baraque). Pas forcément 10K mètres carré mais un truc sympa et douillet. En passant j'ai vraiment kiffé la déco de l'appart du Club-poker.

                [*]Ta réussi à être plus bourré que Utopike ?

                Non là il me crush sévèrement. J'ai juste eu un shot d'alcool dans la soirée et comme je boit pas ça m'a déjà brulé les poils du nez et ça m'a calmé (weak IRL). De plus je conduisais donc celui qui conduit c'est celui qui ne boit pas. (SAM inside)

                [*]Tes ambitions pour l’avenir ?

                Progresser, et aller crush la NL600 dans quelques années. Trouvez un boulot. Un bon appart et le bonheur tout simplement, j'aspire pas à des trucs de malade et la simplicité me convient très bien. J'ai pas pour projet d'aller crush les nosebleed façon Alexandre Luneau. Jouer le plus haut possible ne m'intéresse pas, mais continuer à progresser en me faisant plaisir reste mon objectif principal. :magic:

                [*]Des choses à rajouter ?

                Oui, merci pour le ptit coup de projecteur, surtout continu tes ITW c'est juste génial et je pense que énormément de grinders se reconnaissent parmi ces portraits que tu fais. On à pas parlé de mon parcours poker dans cette ITW mais il suffit d'aller matter mon blog pour les curieux.

                J'aimerais aussi préciser la prononciation de mon pseudo vu que je l'ai souvent entendu écorcher ces dernier temps: Mon pseudo c'est zmasters et pas Z-master. On le prononce donc attacher et d'une seule traite et pas en prononcant le Z et ensuite master. On n'oublie pas le « s » à la fin aussi.

                Hey Yo! Vous savez quoi, appellez moi Z un peu comme Utopike le fait et ça m'ira très bien. Simple, sobre, efficace. :ninja:

                Le mot de la faim: Enchiladas.

                Bisous

M1KDO

C'est parti en live

J’ai donc joué en ce mois de Mars mon premier live casino financé par ma bankroll internet et différents « bakers ». Je joue en live régulièrement mais mon expérience en casino est assez limitée, ce qui m’a permis de rapidement me rendre compte du fossé qui sépare les joueurs d’associations et internet du client de casino.

Mais avant de rencontrer tous ce beau monde, mon enthousiasme a été mit à rude épreuve pour cette première fois au casino barrière de Bordeaux-lac. Mon manque de préparation administrative ma conduit à me retrouver à l’accueil de l’établissement devant une liste de participants complète, la gentil hôtesse m’expliquant qu’il est nécessaire de s’enregistrer une semaine à l’avance pour espérer participer à l’événement à 60 euros du mercredi soir…mais le malheur des uns faisant le bonheur des autres, un appel inopiné d’un client annonçant son opération d’urgence libérait une place,

« quel chance vous avez ! » me lancera quelques minutes plus tard le responsable des inscriptions.

Chance qui se confirmera quelques instants plus tard, suite à la découverte d’un fonctionnement aussi absurde qu’incroyable : la salle ne pouvant accueillir que 50 sièges pour 55 inscrits, 5 joueurs sont donc obligés d’attendre la sortie des autres pour pouvoir rentrer ! Sachant que nous évoluons sur une structure rapide, j’ai été très soulagé d’apprendre que je ne faisait pas partie de ces 5 malheureux (ce qui m’aurait conduit à demander le remboursement de mon inscription)

Enfin assis, l’aventure commence, les habitués discutent de jolis bad-beats pris ou très souvent donnés et les croupiers donnent le ton des exigences à tables. Je distingue rapidement les différents profils ; Le gambleur à ma droite callant tout pré flop puis laissant filer les pots lorsque les choses se compliquent (en gros lorsqu’il ne touche pas 3eme paire), la serrure qui n’hésite pas à envoyer son tapis avec TP après que 2 joueurs aient sur-relancé au flop, le papi dont ses connaissances des règles se limite à call et quelque fois un joueur solide dont j’ai longtemps cherché la présence en vain. A noté que je fais quelque part parti du profil serré…

Malgré le manque de sérieux stratégique aux tables, j’ai relevé une ambiance vraiment agréable car même si la majorité des personnes présentes viennent pour s’amuser, le plus important et qu’ils l’assument et prennent probablement plus de plaisir que moi. Car s’il est vrai que la recherche du bad, de la carte miracle est omniprésent, le respect de l’adversaire et la volonté de jouer avec lui est évident. Ils plaisantent de leur ami « luck-box » tout en reconnaissant que la chance est probablement leur edge principal. Et ceci n’est absolument pas nuisible au joueur sérieux qui sera ravi d’être payé à tapis avec AA par A5s, c’est grâce à cette clientèle que sa bankroll à des chances de décoller et d’espérer se frotter un jour à des adversaires plus coriaces.

Reste que j’ai aimé joué avec ces gambleurs, ce n’est pas eux qui ont eu raison de moi mais plutôt une structure trop rapide et une pièce qui n’a pas voulu tomber du bon coté au bon moment.

Tout avais pourtant bien commencé, après avoir observé un peu la table, j’en ai déduit les montants de mises pré flop nécessaire puis réussi à remporter quelques pots me laissant à l’abris des blindes. Viens ensuite deux brelans consécutifs qui me permettent de monter au dessus de l’average notamment après ce fameux tapis au flop avec TP 3eme kiker dans un pot déjà sur-relancé. J’ai même tank tellement le move de ce joueur serré m’a surprit.

A l’approche de la bulle, gros problème, je suis absolument card-dead et mes adversaires se relancent et sur-relancent constamment tout en montrant des mains du type AA vs AQ, j’ai bien tenté à un moment de voler les blindes avec 98s mais me suis retrouvé confronté à 3bet puis 4bet, le BB dévoilant après coup les as. Un coup à 30 blindes viens me faire mal par la suite après qu’ayant 3bet un adversaire, celui-ci cold-call et trouve une flusch au flop avec Ajs. Ce coup ne me fait perdre que mon 3bet mais annonce une longue traversé du désert.

Short-stack, j’arrive en TF et me vois contraint de 3bet shove AK qui perdra contre 99 sur un board 988K7. 6 joueurs étaient payés, je termine 10eme, ce qui reste une petite déception mais en somme concordante avec mes attentes du jeu live, cela n’est pas passé loin et il faudra être patient pour espérer un premier succès, la leçon du jours étant de chercher à prendre plus de plaisir, à l’image des gambleurs tant décriés mais pourtant si indispensables.

English
Retour en haut de page
×