Jump to content
This Entry
  • entries
    63
  • comments
    839
  • views
    615201

Poker, morale et liberté

ArtPlay

25339 views

Poker, morale et liberté

Disclaimer !

Je ne prétends pas que mon ressenti soit universel. Je le communique à titre strictement personnel, mais je vais pas m’emm**der à exprimer à chaque fois « à titre personnel gnagnagna »


Je n’ai jamais réellement adoré jouer au poker. En 2007 ce n’était encore qu’un prétexte pour me saouler la gueule autour d’une table avec quelques amis. Et si depuis 2008 je m’y suis pleinement investi, ça a toujours été avant tout pour une question d’argent. L’étude du jeu me fascine, mais le jeu de la carte en tant que tel m’a toujours blasé : trop de hasard, trop d’injustice, trop de frustrations.

C’est faute d’une orientation de carrière dont la perspective ne me rendît pas totalement dépressif que je me suis tourné vers le poker en quête d’argent facile et d’une grande liberté d’action et d’organisation.

Il semblerait bien que ces objectifs soient atteints sans problème. De janvier à juillet j’ai joué en tout et pour tout 400h, soit environ 2 fois moins qu’un salarié français, avec une flexibilité totale et en gagnant très bien ma vie.

Pourtant aujourd’hui et depuis plus d’un mois j’ai totalement arrêté de jouer. On pourrait s’attendre à ce que ce soit à la suite d’un tilt ou d’un gros bad run. Bien que j’aie vaguement breakeven en juin ce n’est pas le cas. J’ai simplement été frappé par la réalisation que ma soi-disant liberté était en fait illusoire, et que passer mes journées à faire quelque chose qui ne me plait pas n’était pas le moyen le plus épanouissant d’avancer dans ma vie.

Une liberté illusoire

Tout ceci pourrait fort bien ressembler à un caprice d’enfant gâté. Je pense que ce n’est pas le cas, et plus je réfléchis à mes désirs et à ma situation ces années passées, plus je m’en convaincs.

4655.jpg

Moi j'voulais des pâtes, ils sont dégueulasses tes haricots



Oui j’ai bénéficié d’une grande liberté. Chaque jour où je souhaitais glander en slip au lieu de grind je pouvais le faire. Je faisais même généralement les deux à la fois. Chaque soir où j’ai voulu sortir m’abrutir d’alcool sans réfléchir à arriver au bureau entier le lendemain j’ai pu le faire. Chaque fois que ma copine a trouvé un job dans un nouvel endroit j’ai pu la pousser à accepter et déménager sans souci.

Si toutefois je me penche en détail sur ce que j’ai pu accomplir grâce à cette liberté le bilan est assez maigre. Je me suis toujours fixé des objectifs en termes de développement personnel (apprentissage de nouvelles choses, investissement, réalisation de projets), et ai toujours été le premier à dire « le poker oui, mais il faut songer à une reconversion ».

A bien y réfléchir pendant ces années je n’ai jamais réussi à profiter de la liberté accordée par le poker pour m’atteler à tout ça. J’ai appris des bribes dans de nombreux domaines sans jamais avoir le courage de creuser en profondeur (je me suis inscrit à de nombreux nombreux MOOC sans jamais aller au bout d’un seul). J’ai lancé un projet de site de coaching vidéo qui m’aura certes beaucoup appris en gestion mais qui restera un échec parce que je n’ai pas su suffisamment m’y investir. J’ai eu des tonnes d’idées d’écriture sans jamais jeter la première ligne d’un roman ou d’un essai.

De manière plus étonnante encore, même lorsque j’étais sous contrat avec PokerStars, je n’ai jamais été réellement proactif pour leur proposer des challenges, promos ou autres qui auraient pu tourner autour de ma personne. Alors que j’aurais eu tout le temps du monde pour en designer, et tout intérêt à le faire.

Mon unique accomplissement au cours de ces années reste finalement l’écriture du Poker Apprivoisé. Paradoxalement je ne l’ai absolument pas rédigé lorsque je jouais au poker, mais à 90% lors mes trajets quotidien de RER durant les trois petits mois de ma vie où j’ai exercé un emploi salarié en 2010.

couvartplay2.jpg



Pourquoi donc, alors que le poker m’a offert l’argent et la liberté nécessaires à monter et à mener n’importe quel projet à bien n’ai-je jamais réussi à accrocher le train de la motivation ?

Raisons

Mon sentiment est que le poker professionnel n’offre finalement, si on n’y prend pas garde, qu’une illusion de liberté. Il y a encore trois mois je disais à un ami suite à une après-midi de grind difficile « pff, quel jeu de mer*de ». Lorsqu’il me répondit « arrête. » je me surpris à ânonner « impossible, je gagne trop d’argent ».

La vérité est que la pression et l’incertitude fiscale, ainsi la perspective de ne peut-être plus pouvoir gagner sous 2 ou 3 ans, m’ont tout simplement fait abandonner l’idée d'entreprendre d’autres projets que celui de jouer au poker pour gagner le plus d’argent possible, le plus rapidement possible. Ceci alors même que ma situation en l’état ne le nécessite absolument pas, et qu’il est sûrement bien plus judicieux à l’heure actuelle de me concentrer sur mon développement personnel.

On pourrait par ailleurs imaginer que j’organise mon quotidien de sorte de mener le poker et d’autres projets de front. Mais cela m’a également été rendu psychologiquement extrêmement difficile. En effet les jours où je perdais j’étais extrêmement motivé par le poker et par la volonté de redresser la barre. Les jours où je gagnais, généralement des sommes de l’ordre de 1000 à 2000€, il m’était aussi extrêmement difficile de me motiver : essayez de vous bouger le cul à vous lancer dans un cours en ligne ou dans l’écriture d’un début de roman (vraisemblablement voué à l’échec) alors que vous pouvez tranquillement filer à la plage et siroter un mojito en vous reposant sur les lauriers d’une journée productive. Ou jouer à Hearthstone ouais …

De manière générale que je gagne ou que je perde le poker est de toute façon une activité mentalement épuisante et je n’ai que rarement eu la volonté d’engager davantage de travail, même d’une autre nature, à la fin d’une session. Toutes ces raisons m’ont finalement rendu esclave d’un job qui semble pourtant fort ressembler à un des plus beaux du monde :)

250px-Gilded_Cage-George_Hare.jpg


Morale

Eh oui ce billet n’a pas fini d’être long et chiant c'est le quart d'heure introspectif. Dans la même période de temps où j’ai commencé à prendre conscience de mon absence de liberté j’ai également eu une révélation tout à fait troublante pour moi qui me suis toujours considéré comme le pire des misanthropes : j’apprécie les gens et leur compagnie.

Alors rassurez-vous, pas celle de n’importe qui, je continue d’être emm*erdé par un solide 90% de la population. Mais j’ai réalisé que je ne pouvais pas réellement vivre seul, et plus important (et dérangeant pour quelqu’un qui s’est toujours considéré comme un enc*ulé solitaire) je ne peux pas non plus vivre sans une certaine reconnaissance des gens. C’est probablement une des raisons pour lesquelles j’ai démarré ce blog. Enfin, ne nous mentons pas, la raison principale était « je deviens connu et je me fais sponsoriser, » (Antho, tu me dois 1000 balles que tu as sûrement intégralement fumés en beuh).

De manière tout à fait coïncidente, probablement en raison de la récete sortie de Daniel Colman, c’est également le moment qu’ont choisi plusieurs personnes pour me poser ces questions particulièrement chiantes que j’avais étonnamment rarement entendues en tant que poker pro :
  • Ça te gêne pas de prendre l’argent de mecs qui se ruinent au jeu ?
  • Ça te gêne pas d’être une grosse mer*de qui contribue pas à la société ?
  • T’en as pas marre de passer tes journées à te gratter les cou*illes en calbar tout seul devant ton PC comme un geek ?


La dernière n’a rien à voir avec notre problématique mais elle m’a souvent été posée, quoi qu’en des termes moins triviaux. Sur les deux premières je ne m'étais jamais vraiment interrogé parce que, non, ça ne me gênait absolument pas. Mais puisque ces questions intéressent au moins trois personnes distinctes, je vais donner et étayer un peu mon avis.

Pouiller les misérables addicts


En préambule, j'ai souvent lu l'argument suivant : "les fishs veulent se divertir, les pros ont un rôle d'accélérateur de trafic". C'est ça. On est les joyeux-gentils clowns d'une industrie aussi rose que celle de la barbe-à-papa. Cet argument est à mon avis d'une hypocrisie totale, le brandir c'est se voiler la face et ne considérer que les joueurs récréatifs au comportement totalement sain. Ceci étant écarté, passons aux choses sérieuses.

Bien sûr la perspective de contribuer à la ruine de personnes ayant potentiellement un gros problème avec le jeu ne m’a jamais particulièrement enchanté. Pour autant, à part lors des rares occasions où je me suis retrouvé face à mes « victimes » autour d’une table de casino, je n’ai jamais ressenti le moindre malaise non plus.

J’ai essayé de rationaliser le pourquoi de mon désintérêt émotionnel. De manière très claire je pense que c’est parce que je ne m’identifie absolument pas à ces personnes et à leur malheur. Je déteste les jeux d’argent (oui, oui), j’ai un cerveau jusqu’à maintenant très résistant à toutes les addictions, bref sur le plan émotionnel l’addiction au jeu m’est aussi étrangère que pourrait l’être un arc-en-ciel à un aveugle de naissance.

Comme j’ai quand même un cœur (oui, oui) j’ai tenté de réfléchir à la question de l’impact que peut avoir mon activité sur le volume des pertes d’un joueur récréatif. Ma conclusion, simple mais réaliste, a été de me dire « si ce n’est pas moi qui lui prends son fric, ce sera un autre. Autant que ce soit moi ». J’applique très régulièrement et très volontiers ce genre de raisonnement, mais j’admets que d’un point de vue philosophique ce n’est pas très malin. Je me fais régulièrement rattraper par la brigade de la bien-pensance quand j’essaie notamment d’expliquer que le fait que je vote ou non a une utilité strictement nulle.

Pour éviter ce problème je vais ici généraliser l’hypothèse : quel est l’impact de l’activité de tous les regs « éduqués » sur les comportements addictifs ? En d’autres termes si on supprime les joueurs « éduqués » qui tentent de générer un profit en jouant au poker, améliore-t-on le quotidien des addicts ?

Il n’est malheureusement pas possible de répondre de façon totalement tranchée à cette question, mais j’ai malgré tout mon opinion. On pourrait se dire que la disparition des gagnants réguliers diminuerait l’attrait du jeu et que parmi le pool de perdants certains deviendraient gagnants et les autres perdraient moins vite : tout benef pour les perdants. Mais ce serait oublier que l’attractivité du poker n’est pas du tout constituée des regs online, mais bien par premières places des gros tournois et par les joueurs sponsorisés mis en avant par les rooms.

J’aurais donc personnellement tendance à penser que le marché engloutirait toujours des sommes d’argent comparables : oui certains perdants du passé deviendraient gagnants. Oui certains perdraient moins et moins vite. Mais à un jeu si facile où des amateurs complets parviendraient à sortir durablement gagnants on verrait peut-être alors apparaître une nouvelle frange de joueurs, des « super-fishs » qui n’auraient pas forcément été attirés par le poker technico-rébarbatif pratiqué actuellement sur les tables de poker online.

Bref disons qu’à tout le moins la question, même en partant sur une hypothèse générale finalement absurde, n’a rien d’évident. Donc non, que ce soit rationnellement ou émotionnellement, je ne me sens pas mal de prendre l’argent des addicts.

cutebaby-squirrel-paws.jpg

Je manque officiellement d'idées pour aérer mon texte



Inutilité sociale

Cette question-là m’a également fait réfléchir à plus d’un titre.

D’abord parce que c’est une question extrêmement désagréable à poser à quelqu’un et qu’on aimerait bien avoir une réponse cinglante toute prête à donner qui commencerait par « pauvre fils de pute » et qui s’achèverait par « , conn**d ». Mais je ne vis malheureusement pas dans un sketch de Jean-Marie Bigard et je me contente donc généralement de répondre :

« c’est vrai, mais tu sais y’a plein de métiers qui servent à rien socialement voire qui sont néfastes, le mec qui t’appelle pour te vendre des options binaires, le mec qui se pointe chez toi pour te vendre un aspirateur foireux, ton conseiller bancaire … Est-ce que tu demandes à ton conseiller bancaire si ça le fait chi** de faire un job de con inutile quand tu vas le voir et qu’il essaie de te fourguer une assurance vie avec 1.5% de frais de gestion ? Non tu lui fous la paix …. » … je m’égare.

Donc pour répondre à la question : oui je réalise pleinement ma totale inutilité sociale. Mais j’ai un problème avec la façon qu’ont les gens de formuler cette question. Ils semblent bien souvent partir du principe qu’embrasser un job inutile est un comportement d’égoïste. Ils oublient en revanche totalement qu’un certain nombre de métiers sont inutiles, et que par ailleurs et indépendamment de cela, 90% des gens qui exercent un métier utile ne le font de toute façon pas pour leur utilité intrinsèque mais bien pour gagner du fric.

Personne ne va aller casser les couilles à la caissière de Carrefour parce qu’elle ne réalise pas que son boulot est utile socialement. Il l’est, mais elle ne le fait que parce qu’il lui apporte un salaire pas pour remplir un besoin de la société de consommation. Même chose pour un taxi, un éboueur ou un tourneur-fraiseur. Malheureusement il semble que pour beaucoup de gens gagner de l’argent doive nécessairement s’accompagner de culpabilisation et d’une nécessité de faire amende honorable. Lâchez-moi la grappe.

Malgré cette diatribe je ne suis pas entièrement un fils de pute égoïste. Car si cette question de l’utilité sociale me gêne, c’est bien souvent davantage par sa forme généralement culpabilisatrice et moralisatrice que par son fond. Couplée à ma récente réalisation que j’avais besoin pour m’épanouir des gens et de leur reconnaissance, j’ai également pris conscience du fait qu'avoir une utilité sociale me manquait. Je veux pouvoir collaborer à une société, je veux pouvoir faire profiter les gens de mes compétences.

Si la forme de cette question n’était pas culpabilisatrice mais au contraire constructive voire pleine de pitié (n’exagérons rien, OK, mais je ne trouve pas comment le formuler là, de suite, et après 2440 mots j’en ai marre de chercher) elle serait beaucoup plus acceptable. La caissière, le taximan, l’éboueur (!!) qui ne réalisent pas que ce qu’ils font est utile sont à plaindre – au-delà de leurs conditions salariales j’entends. Votre conseiller bancaire qui vous ouvre un compte-titre à la con, le mec qui vous appelle pour essayer de vous escroquer avec des options binaires, le joueur de poker, ça ne sert à rien de les faire culpabiliser et de les critiquer, ils s’en branlent. Ça ne devrait pas vous empêcher d’essayer de leur faire réaliser que peut-être ils peuvent obtenir plus de satisfaction personnelle autre part ou en ajoutant une autre composante à leurs activités quotidiennes. Mais par pitié de façon intelligente et raisonnée.

Pour ma part vous l’aurez compris j’ai résolu de changer un peu d’activité. J’ai plusieurs choses que je souhaite réaliser dans un futur proche, en particulier redonner un peu de coaching et écrire un second bouquin de poker, destiné aux joueurs avancés celui-ci, non plus aux débutants. Cela me permettra de conjuguer à nouveau deux passions, l’enseignement et l’écriture. J’ai par la suite d’autres projets plus ambitieux et hasardeux, hors poker, dont je vous toucherai peut-être un mot dans le futur. Je n’exclus absolument pas de reprendre le grind quand les circonstances seront plus favorables (l’accès au .com et au format Zoom me ferait le plus grand bien)

J’ai terminé d’échafauder des plans pour « l’après-poker » : je m’y mets tout de suite.


60 Comments




Recommended Comments

Si tu veux rendre utile et faire une bonne action pour te déculpabiliser d'avoir pris de l'argent aux addicts durant ces années, je te propose une bonne action : coach moi gratos et Dieu te le rendra ;-) Sinon j'ai bien aimé ton article. Mais je pense qu'on peut arriver à concilier projets Hors poker et poker, faut juste lever un peu le pied sur le poker.

Share this comment


Link to comment

Si tu veux rendre utile et faire une bonne action pour te déculpabiliser d'avoir pris de l'argent aux addicts durant ces années, je te propose une bonne action : coach moi gratos et Dieu te le rendra ;-) Sinon j'ai bien aimé ton article. Mais je pense qu'on peut arriver à concilier projets Hors poker et poker, faut juste lever un peu le pied sur le poker.

Luxor c'aurait été avec plaisir mais comme je l'indique à plusieurs reprises je ne me sens justement absolument pas coupable de quoi que ce soit :P

Et s'il était temps de faire un (des) enfant(s) ?

Je suis pas sûr que ce soit la meilleure chose à faire quand tu es en quête de sens, m'est avis que cette décision se prend mieux une fois qu'on a effectivement identifié ce qu'on souhaitait faire. La prendre avant risquerait de m'enfermer par manque de temps dans des priorités professionnelles qui ne m'intéressent pas.

Share this comment


Link to comment

salut!

et bien je peux comprendre a ton age que tu cherches a trouver un sens a ta vie ( j'ai 43 ans ) . quand tu auras trouvé un job et si tu peux gagner entre 2 et 3 k, ce qui n'est pas degueu aujourd'hui il faudra que tu supportes un patron et sa pression pas mal d'heure par semaine.

regarde ce que tu gagnes au poker et essaie de rester motiver en travaillant lol!

je travaille pour gagner autant que toi au poker donc tu vois j'aimerais etre a ta place ( put**n la vie est mal faite !!! ).

en fait a tout age des tas de gens remette en question leur sens de la vie. fait une pause et reflechi sur ce que tu as envie et en attendant n'arrete pas le poker car des tas de gens vont au boulot en se faisant chi** et en gagnant moins.

profites a fond

bonne chance

Share this comment


Link to comment

Reprendre des études, t'y as déjà pensé ?

 

Ca se voit dans ton discours que tu aimes apprendre et comprendre des choses. Tu aimes également transmettre à ton tour ton savoir... Tout cela c'est un peu l'idée fondamentale de la fac...

 

Je dis ça car je poursuis actuellement des études en psychologie cognitive. Pour faire court, je m'intéresse au fonctionnement du cerveau (comment la mémoire fonctionne ? le langage ? etc..). Je grind également à coté et j'adore étudier la théorie du jeu, m'améliorer, comprendre comment améliorer mon jeu en m'adaptant à celui des adversaires etc... Et je trouve mes cours tout aussi passionants que le poker, en revanche mes cours sont bien plus épanouissants socialement :)

 

Je dis ça car tu as l'air d'avoir une personnalité un peu comparable à la mienne sur certains points. Et je suis sûr qu'en trouvant un domaine de recherche qui t'intéresse ça pourrait vraiment te convenir. Il n'est jamais trop tard pour reprendre des études   :)

Share this comment


Link to comment

Reprendre des études, t'y as déjà pensé ?

 

Ca se voit dans ton discours que tu aimes apprendre et comprendre des choses. Tu aimes également transmettre à ton tour ton savoir... Tout cela c'est un peu l'idée fondamentale de la fac...

 

Je dis ça car je poursuis actuellement des études en psychologie cognitive. Pour faire court, je m'intéresse au fonctionnement du cerveau (comment la mémoire fonctionne ? le langage ? etc..). Je grind également à coté et j'adore étudier la théorie du jeu, m'améliorer, comprendre comment améliorer mon jeu en m'adaptant à celui des adversaires etc... Et je trouve mes cours tout aussi passionants que le poker, en revanche mes cours sont bien plus épanouissants socialement :)

 

Je dis ça car tu as l'air d'avoir une personnalité un peu comparable à la mienne sur certains points. Et je suis sûr qu'en trouvant un domaine de recherche qui t'intéresse ça pourrait vraiment te convenir. Il n'est jamais trop tard pour reprendre des études   :)

Oui je l'envisage tout à fait. Mais dans la pratique ça m'embête un peu quand même : j'ai le sentiment que la seule valeur ajoutée de la reprise des études plutôt que de moi-même me bouger le cul pour lire et absorber toutes les connaissances équivalentes mais dans des bouquins/cours en ligne/etc, c'est d'avoir un diplôme et la reconnaissance publique de mes compétences.

 

Or si j'aime apprendre je ne suis absolument pas certain de jamais avoir besoin de cette reconnaissance publique. Au sens où je ne suis pas certain de vouloir me faire embaucher quelque part pour d'éventuels diplômes ou que sais-je. 

En gros je crains que reprendre des études plutôt que me forger moi-même mes connaissances dans les domaines qui m'intéressent risque fort d'être une perte de temps assez importante. 

 

Mais j'y réfléchis malgré tout, oui :)

Share this comment


Link to comment

Dans quel domaine ?

 

Ca dépend pas mal du domaine, mais dans pas mal de domaines le diplome ouvre des portes donc ça dépasse la simple "reconnaissance".

 

Après les études ça peut être long, dans ton cas tu peux surement tenter de trouver des raccourcis.

 

Pour prendre mon cas en exemple (car je n'ai pas d'autre références), mon but à terme est d'être enseignant chercheur. D'un coté je fais des recherches et je continue d'essayer d'apprendre des choses et de faire avancer le domaine dans lequel je bosse par mes propres recherches. Et d'un autre coté j'essaye de transmettre mon savoir à la future génération. Impossible d'arriver à ce résultat sans avoir certains diplomes...

Share this comment


Link to comment

Pour la faculté, auditeur libre c'est bien si tu n'as que faire du diplôme.

 

Sans trop y réfléchir, je vois déjà deux avantages à apprendre à l'université qui s'inscrivent justement dans un contexte d'épanouissement (le mot est certainement mal choisi mais je pense que tu vois ce que je veux dire) :

 

- côtoyer des professeurs intéressants (pas tous ok mais peu importe, il y en a) qui pourront notamment t'aiguiller dans tes recherches

 

- faire de belles rencontres avec des gens qui seront passionnés par les mêmes sujets que toi. Je trouve cela toujours très stimulant, au même titre que de parler technique ou mental avec un autre joueur de poker compétent.

 

Pour la petite histoire, je parle en connaissance de cause : je viens de reprendre des cours en faculté de psychologie clinique (j'ai 30 ans). 25% de la promo a entre 22 et 60 ans, la plupart provient d'horizons complètement différents du mien : c'est évidemment très enrichissant.

 

Il y a bien les MOOC comme tu le dis mais pour ma part, je n'ai pas trouvé exactement ce que je cherchais.

 

Bon après, j'imagine que ce sont des points auxquels tu as déjà pensé :)

 

Bonne continuation.

Share this comment


Link to comment

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

English
Retour en haut de page
×