Aller au contenu
Ce billet
  • billet
    1
  • commentaires
    8
  • vues
    2 773

Bilan mitigé Sismix Marrakesh

HasSassin

2 517 vues

Salut à tous,

Je vais essayer d'écrire un petit billet sur cette semaine de festival Sismix sur fond de zik et surtout de poker.

Arrivée sans encombre jeudi à l'hôtel, direction le casino et en selle pour une des folles parties de cash-game aux blindes 10/20 (je vais parler en € pour faciliter le truc); il est 2h du mat, donc la plupart des joeuurs à la table sont déjà bien cagoulés et en jouant tight agressif je me lève au bout de deux sessions d'1h30 à +2k. Début idéal.

Vendredi, Day 1B du main event, qualifié pour 50€ donc en plein freeroll. Table assez facile les premières heures et je double rapidement mon stack. Quelques heures plus tard, avec de nouveaux joueurs, la table devient vite sharky et chaque jeton se mérite. 60k lorsqu'on annonce les trois dernières mains de la soirée et là le coup qui me tue et que j'aurais sans doute pu jouer différemment: AK en position, relance 2,5X, BB défend. Flop T high, C bet, check call de la BB, Q Turn, je remets une bonne sacoche (11k) sachant que ça m'ouvre la quinte, que j'aie encore deux over, et que je représente quand même une main comme AQ AK, voire mieux, et sachant que j'ai une image sérieuse à la table. Là, encore, après un bon tank, il me paie. River, une brique, il y a environ 30k dans le pot. Il checke, et là, je décide jouer aggro parce que je pense pouvoir le faire folder. je sais qu'il a touché, mais il reste 50k derrière et je me dis qu'il peut fold pour garder des jetons pour le day 2. J'envoie 23k sur les 40 qu'il me reste et là c'est parti pour un tank de 5-10 minutes. il commence à parler tout seul, se dit qu'il doit fold, qu'il sait qu'il est battu, que j'aie les as ou les rois, demande à voir la taille du pot etc et après un tank infinissable il dit: ok, je paie perdant. Je montre ma main et il retourne AT. Après coup, je me dis que j'ai fait nimp mais j'aimerais quand même avoir vos avis en prenant tous les critères en compte, 3 dernières mains, tailles des stacks, image, etc.

Je finis la journée crippled avec 17k ish et bust le lendemain dès le premier niveau sur un bon 60/40.

J'enchaîne sur le highroller, à environ 1k l'inscription, sachant que c'est un rentry que je n'ai pas l'intention de recaver. Ce sera une seule et unique chance de perfer.

J'arrive à ma table et découvre à ma droite, Erwann Pecheux, Guillaume Volatile Diaz, Louis labrik Dinard et un autre jeune shark que je connais pas. Autant vous dire que le joueur occasionnel que je suis se demande bien ce qu'il fait là. Les autres table sont toutes plus ou moins similaires avec les pros de la team winamax tous présents sauf ceux qui sont encore dans le ME. Finalement, je joue comme une serrure face à ses jeunes loups, et profite de mon image pour voler quelques coups ci et là. Je finis la journée avec 83k, fier de moi, et commence à rêver d'un bel itm sachant qu'on est plus que 33.

Au day 2, j'apprends qu'on peut reentry jusqu'à 17h (il est 14h) et je vois le nombre de joueurs sans cesse augmenter, pour finalement arrêter à 121 inscriptions.

J'ai la chance d'être assis à une table où la moyenne d'âge est 60 ans, où on parle marocain et où on fait plus ou moins n'importe quoi. Seul problème: complètement card dead et je ne peux que survvire en faisant tapis de temps à autres pour voler des blindes. Il faut savoir que la plupart du temps, on était que 4 à table donc obligés de mettre des jetons au milieu. Après 3 niveaux de 8-2, J-5 et autres poubelles, je me retrouver avec 12 BB et la table casse.

Nouvelle table, avec BigRoger, Amiel, et d'autres dont je ne me souviens plus. Ah oui, j'oubliais, c'est la bulle, 15 joueurs payés et nous sommes 17. Il y a 2k pour Le 15ème et 25k à la gagne. Pas le moment de bust ! 2ème mais à ma nouvelle table où je découvre AK (oui encore) au cut-off, inutile de dire que j'ai tout envoyé. La parole vient à Roger (short également, un tout petit plus que moi) dans les blindes qui annoncent tranquillement "call" et là je comprends que je suis dans la m**de. Evidemment, il retourne les as et pas de miracle. Tout ça pour ça !

Après un petit tour à la piscine, où je me refais le film de tous les coups, je décide retourner au combat et m'inscris au dernier side event, l'irish poker (135€). Je ne connais pas du tout ce jeu et le découvre à la table. Je kiffe d'entrée. Rapidement Corentin Ropert s'asseoit à ma table (qui deviendra vite SA table, il m'a own comme il faut) et on fera un bout de chemin ensemble. A 8 left, je me retrouve shortstack après avoir encore perdu un coup contre Corentin, AA contre K9 sur flop K9x, tapis preflop. Il y a 7 itm et là je me dis que si je refais la bulle j'arrête le poker. Finalement, j'arriverais en TF, où je finirai 4ème pour 1k.

Le bilan est donc mitigé, mais dans l'ensemble je m'en tire correctement.

Kiffant de jouer contre des vrais machines, surtout en SH.

Je ferais peut-être un autre billet sur l'environnement autour de ce festival (casino, restos, pool parties, théatro, service, etc.) où là aussi il y avait beaucoup de choses à dire.

Pour les courageux qui m'ont lu jusqu'au bout, merci. Et peut-être à bientôt autour d'une table.



8 Commentaires


Commentaires recommandés

2 années sont passées depuis ce premier billet ! C'est seulement hier en regardant le film "Much Loved" http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=237312.html que je me suis rappelé que j'avais promis un billet sur l'environnement. Et comme je suis un Lannister, je paie toujours mes dettes.

Message d'avertissement: je précise que ceci est tiré d'une histoire vraie, mais toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existé est purement fortuite...

Contexte: Je chatte une entrée au Sismix à Marrakesh, je connais pas le pays mais on m'en a bcp parlé... Je propose à mon cousin qui aime bien le poker et qui est du genre flambeur de m'accompagner. Evidemment, il saute sur l'occasion. En moins de 15mn j'ai une dizaine d'appels. Finalement, nous serons que 4 mais 4 morts de faim !

Première soirée: Evidemment, le lieu du crime n'est autre que le Teatro. On débute dans cette sin city donc on ne connait encore rien d'autre, mais on va vite rectifier le tir... Le Teatro donc, la plupart d'entre vous arriverez à situer la scène. Je ne suis pas spécialisé dans les descriptions de lieux, imaginez juste un club, avec de la très bonne musique, pas mal de joueurs de poker, mais comme c'est le début de semaine, les mecs ont encore du mal à mettre la main à la poche et on ne voit pas beaucoup de bouteilles sur les tables, la plupart garderont le même verre toute la soirée, ce qui sera un avantage pour mes potes et moi. Et évidemment, imaginez aussi des groupes de filles par 2, 3, 4, toutes plus jolies les unes que les autres, et vu leur tenue pas besoin d'être Einstein pour comprendre ce qu'elles font là: rencontrer des poètes français. C'est pour elles qu'on a traversé toute la France et l'Espagne, rien à fiche des Davidi et Kool Shen ce soir. Ce soir, c'est Verlaine, Rimbaud, Apollinaire,...

Nous commencerons la soirée par un léger bad-beat, mais au final ça s'avérera être gagnant: pas de table, donc on se met au bar, là où les filles ne te calculent pas. C'est pas grave, on prend la température des lieux. J'arrive obtenir l'attention du serveur, un mec qui a l'air super sympa, et commande une bouteille de Jack. J'ai oublié le prix de la bouteille, mais ce soir on s'en fout, on a fait péter la banque à la roulette. On est en freeroll. Ayant de l'expérience des pays exotiques, je lâche un billet de 200 DRHS de pourboire au serveur (20 euros env.). Il a le sourire, et je sais que ce geste va faire toute la diff. Tu sens déjà sans même te retourner que certaines chasseuses t'ont déjà remarqué.

Je commence à servir quatre verres, 2ème petit bad-beat, mais là aussi ça s'avérera être gagnant: aucun des trois compères ne boit d'alcool !!! Bref, je m'en fiche, l'hôtel est juste à côté et j'ai pas besoin de rouler.

Puis la soirée se passe, à chaque fois que mon verre sera vide le serveur me le remplira, ça lui vaudra 100 DRHS à chaque verre; pareil pour le videur, chaque fois que je vais pisser il insiste pour m'accompagner et m'ouvrir la route en faisant des signes de la main genre écartez-vous (ça c'était juste le kiff total, en mode very very very Important people ! là tu vois bien les gars qui se regardent et se disent m**de mais c'est qui lui, personne les gars, juste un mec bien bourré qui flambe comme jamais pour une fois de sa vie :)).

Evidemment tout ces pourboires lâchés auront servi à obtenir toute l'attention de ces demoiselles. Je veux pas m'avancer, mais je pense que la moitié d'entre elles un moment où l'autre est venue nous voir, sans doute envoyées par un serveur ou un videur, à moins que c'était mon déo Axe? Va savoir ! L'avantage donc c'est qu'on a pu choisir exactement celles qu'on voulait. Au début, j'étais prêt à embarquer n'importe laquelle tellement elles sont toutes jolies, mais bon quand tu as le choix entre un steack haché et un filet de boeuf...(oh la comparaison sexiste super dégueu, pardon j'ai rien trouvé d'autre pour la peine !)

Modalités: Pour ceux qui se demandent comment ça se passe dans les faits, c'est très simple, les filles t'accostent, puis elles te disent que t'es trop beau et qu'elles ont eu le coup de foudre en voyant tes billets yeux, et toi tu le crois, puis elles te disent un prix, en general 400-500 pour toute la nuit. Toi tu dis non, c'est trop cher et au final à 200 tout le monde est content. Oui, c'est cher Kesh, on ne parle plus en DRHS cette fois.

Ensuite, impossible d'aller avec une fille à l'hôtel, donc ce sera une villa privée, ce qui te coûtera encore un billet mais je ne me souviens plus du prix. Ce qui est bien, c'est qu'elles font ça tous les jours, donc le système est bien huilé, tout est simple: un taxi t'attend, ça te coûtera 20e de plus. Puis vous prenez la route. Inutile de dire qu'à 5h du mat y a pas un chat, et pourtant... dans une rue déserte, au milieu de nullepart, tel ZORRO, surgit hors de la nuit un cavalier  flic en uniforme ! Là tu te dis m**de. Mais tes gentilles copines te rassurent, "donne moi 200 DRHS, je m'en occupe". Effectivement, le billet en poche il nous laisse passer sans rien demander. Vous croyez que c'est fini? Que vous avez graissé la patte à tout le monde? Evidemment que non. Arrivés à la villa, qui en jette quand même faut le dire, on est accueillis par un type, sans doute le gardien de la villa, et son gamin qui doit pas avoir 10 ans ! "Chéri, donne-lui 200, c'est pour les capotes !" Finalement, ce sera le dernier gars à qui on donnera de l'argent. C'est bon, le coup du faux flic nous a réveillés.

Ensuite, je rentrerai pas dans les détails, si ce n'est que les filles vont essayer de gagner du temps, en voulant discuter, puis fumer, etc... mais nous, on n'avait pas envie de discuter...

p.s. Désolé que je ne puisse mettre des photos, on en avait des drôles avec les potos, mais vous comprendrez qu'on a tout effacé avant de rentrer en France.

 

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

English
Retour en haut de page
×