Aller au contenu
Ce billet

Hyune

  • billets
    11
  • commentaires
    36
  • vues
    28 786

Joueur-Né - Stu Ungar, le plus grand joueur de poker du monde

hyune

4 909 vues

Ce livre, dont je suis absolument fan, n'est pas un livre technique mais un roman retraçant le vie de Stu Ungar, un des plus grands joueurs de poker. Je vous le recommande chaudement !

Description
  • Titre : Joueur né - Stu Ungar, le plus grand joueur de pokre du monde
  • Titre original : One of a kind
  • Auteurs : Nolan Dalla, Peter Aslon
  • Traduction : Jérome Shmidt
  • Année de publication : 2005
  • Editions : Sonatine
  • Type : Biographie

Résumé

Fils de bookmaker, Stu Ungar a grandi à New York dans les années cinquante. Enrôlé parla Mafia à la mort de son père, il arrive à Las Vegas à 21 ans et gagne son premier million de dollars. C'est le début d'une ascension fulgurante. Figure aujourd'hui mythique dans le monde du jeu, plein de charme, de générosité, il gagnera trois fois le titre de champion du monde de poker et amassera jusqu'à trente millions de dollars sans jamais avoir de compte en banque.

Incapable d'échapper à ses démons, pariant tout son argent aussi bien sur les champs de courses qu'autour des tables de jeu, allant d'une chambre d'hôtel à l'autre sans plus différencier le jour et la nuit, accro à la cocaïne, puis au crack, il mourra ruiné, le corps usé en 1998, à l'âge de 44 ans.

Nolan Dalla et Peler Alson retracent dans cette biographie illustrée de photos inédites, fourmillante d'anecdotes issues de centaines d'heures d'entretiens avec Stu Ungar, ses proches et les plus grands joueurs de cartes du monde, le destin de ce génie du poker. Une histoire de gloire et de déchéance, où dans l'atmosphère des casinos se profile l'ombre de la Mafia, qui évoque irrésistiblement l'univers de Martin Scorsese.

Critique

Amateur de poker et de personnages charismatiques au destin épique, ce livre ne m'a vraiment pas déçu. Cette biographie retrace l'histoire d'un grand joueur de poker "le kid", mais on y découvre surtout le parcours haut en couleur d'un homme qui a brulé la vie par les deux bouts.

Ce livre retrace la vie de Stu Ungar, de son enfance baignée dans le monde de la mafia et du jeu, à sa fin tragique en passant par ses exploits dans le monde du jeu et tant que joueur de Gin puis de Poker, sans oublier ses fâcheux penchant pour la drogue et les paris sportifs.

On apprend ainsi à connaitre un génie des cartes, maitrisant à la perfection les jeux tels que le Gin, le poker ou encore le black jack. Mais on découvre également un homme fragile et inadapté à la vie "normal". Se livre nous plonge également dans des univers fascinants, tel que celui de la mafia New Yorkaise, des arrières salles de poker enfumées et des grands tournoi de poker de légende.

Cette biographie palpitante digne d'un roman se dévore sans modération et vous fera voyager au cœur du poker.

Morceaux choisis du premier chapitre

"Le Kid

Au début, il avait réussi à rester incognito.

C'était en mai 1997, une quinzaine d'heures avant le lancement de l'épreuve principale des World Séries of Poker, une compétition à 10 000 dollars. Dans un coin mal éclairé du casino Binion's Horseshoe réservé aux tournois satellites, les participants étaient trop concentrés sur leur jeu pour pouvoir le reconnaître.

Quand, finalement, l'un d'entre eux aperçut la silhouette fantomatique qui traînait aux alentours de la salle de poker, il glissa l'information à l'oreille de ses voisins, et quelques-uns se retournèrent. Puis tout le monde s'arrêta de jouer.

Stu Ungar, le double champion du monde de poker, était habitué à attirer les regards dans une salle de jeu. Celui qu'on appelait le «Kid» était le joueur de tournoi le plus redouté au monde. Ce soir-là, à quelques heures du début du main event, c'était pourtant la première fois qu'il faisait son apparition.

Depuis trois semaines déjà, les stars du poker s'étaient retrouvées à Las Vegas, au Horseshoe, pour ce raout annuel. Alors que Stuey continuait son tour de la salle, le murmure devint un grondement. Il essayait d'éviter les dizaines de regards qui se portaient sur lui, mais ce n'était pas évident. La presse l'avait surnommé le «Keith Richards du poker», à cause de son charisme digne d'une star du rock et de son allure d'adolescent attardé au corps maigrelet. Il avait toujours aimé qu'on le regarde, mais, cette fois-ci, c'était différent.

Ce n'était pas exactement le genre d'attention dont il aimait se prévaloir : une certaine fascination morbide avait remplacé l'habituelle admiration de ses fans. Ceux qui le connaissaient semblaient magnétisés par sa personne. Quand on le regardait de près, toute trace de juvénilité avait disparu. Le visage de Stuey était livide, maladif, ravagé par des années d'addiction à la cocaïne et d'abus en tous genres. Une de ses narines était affaissée à force d'avoir sniffé trop de drogue, et on avait l'impression que sa peau se décomposait comme du vieux papier. Plus étonnant encore, il ne semblait absolument pas soigné : il n'était pas rasé, ses ongles étaient longs et sales, ses habits n'avaient pas dû être lavés depuis des semaines et il dégageait une forte odeur.

Pour un homme qui avait gagné plusieurs millions de dollars sur les tables de «cash-games» les plus chères de Vegas, cela devait être humiliant d'arriver dans une salle de poker dans cet état. Ses millions s'étaient évaporés, dilapidés dans des paris sportifs insensés ou dans sa consommation effrénée de drogue. Dans quelques heures, Jack McClelland, le directeur du tournoi des World Séries of Poker, allait signifier le début de la 28e édition du championnat par son classique «Shuffle up and deal». Et, à moins qu'il ne trouve quelqu'un pour lui payer le ticket d'entrée, Stuey n'avait plus qu'à observer ses pairs disputer la compétition depuis l'allée réservée au public."

"..."

"En regardant les visages des gens présents dans la salle, Stuey se rendit à l'évidence: il n'était plus un sujet d'admiration mais de commisération, ou même de raillerie. Il tourna les tallons et quitta le casino. Personne ne sait ou il est allé ce soir-là, mais il a trouvé assez de dollars pour se payer sa dose de crack. A minuit, dans une chambre miteuse du quartier le plus dangeureux de Las Vegas, il s'accrochait à sa pipe de crack pour oublier les affres de sa descente aux enfers.

A ce moment précis, qui aurait imaginé que Stuey renaisse de ses cendres et qu'il remporte le titre de champion du monde quatre jours plus tard au Horshoe, effectuant ainsi un incroyable come back ?"

blogentry-2964-0-47271500-1377848808_thu



8 Commentaires


Commentaires recommandés

Les Nuts ce bouquin, j'en suis a ma 4ème lecture, et tu m'as donner envie de le relire encore... Un des profil les plus intéressant, une légende..

 

Sinon j'avais un pote qui avait eu le book sur Doyle ou il raconte ses moments les plus sick, un truc de ouf...

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Amarillo Slim - Poker roman

Jamais lu

 

Poker 50/50 , 50 ans de poker, 50 coups d'enfer

Dans ce livre qui ne ressemble à aucun autre, le plus grand joueur de poker de tous les temps, Doyle Brunson, se remémore 50 ans de carrière de joueur de poker à travers ses 50 coups les plus fameux. 
Cette légende vivante, le plus grand joueur...
 

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

English
Retour en haut de page
×