Aller au contenu
Ce billet
  • billets
    63
  • commentaires
    839
  • vues
    613 799

TF WSOPE : Le Report Day1 (tl;dr)

ArtPlay

10 856 vues

Salut à tous,

Comme promis je me lance dans la rédaction d’un report sur mon joli deeprun à l’event 6-max 2.700€ des WSOPE. J’ai pas mal de choses à raconter et je vais sûrement en oublier pas mal. Je vais commencer par vous donner mon sentiment général sur 2-3 trucs, puis revenir sur quelques mains intéressantes que j’ai pu jouer.

Résultat et sentiment

Bon, comme vous le savez sûrement, j’ai terminé 6è, en bustant en TF en deux mains. Je peux donc me permettre de faire un compte-rendu complet de ma TF :

Main 1 je suis de BB, Roberto Romanello open 14k sur 3k/6k, tout le monde fold, je découvre :Kd:8d. J’ai envie de call l’espace d’un instant parce que bon, « odds, lol », puis je fold en me disant que je vais essayer de pas spew tout de suite, et que je n’ai pas la certitude de jouer cette main de façon ev+ même avec les odds directes fantastiques, ne connaissant rien du joueur. Je fold, donc.

Main 2 je suis de SB, Matan Krakow open 12k CO, Imed au bouton avance deux piles de 20k, soit 40k, un bon gros sizing des familles. Je regarde mes cartes, :Qd:Qh . Je hausse mentalement les épaules, je fais semblant de tanker et push allin. Il snapcall, ce qui pour un joueur de live va 100% du temps signifier KK ou AA, du coup je me permets de directement faire la gueule mentalement. Il table effectivement KK.

Je me dis « bon normalement la première carte du flop devrait être la :Qs ». Pas de bol c’est le :5s , et le reste du board ne m’améliore pas, ce qui me rend perplexe car c’est bien la première fois que je miss un suckout en live. Bref j’ai bust, ce fut bref.

Je sors, ils m’envoient la plus jolie des croupières pour m’expliquer comment récupérer mon prize et essayer de m’arracher un tips d’un sourire charmeur. « 6è c’est déjà pas mal » me dit-elle. Moi je m’en bats un peu les coui*lles mais je pense que Romanello a dû directement lui coller une mandale si elle lui a sorti la même line quand il est sorti 5è.

Sur le moment je suis légèrement déçu, dès que je récupère mon cash (5k en cash, 17k par chèque) et que je vois les billets je suis immédiatement de meilleure humeur. J’ai la chance comme je l’ai déjà expliqué que le MTT n’est pas mon « activité » principale. Du coup là où un joueur de MTT va être totalement dégoûté du déroulement de cette TF, moi je ne retiens que le résultat a posteriori, et approche vraiment chacun des tournois auxquels je participe comme un freeroll. Du coup à l’heure où j’écris ces lignes je suis dans une espèce d’état euphorique permanent. D’ailleurs les gros billets me font triper comme un gosse donc j’ai pas résisté à l’envie de prendre cette photo :

IMG_20120924_181134.jpg

C’est puéril et con, mais ça m’amuse que voulez-vous.

Bilan

Par rapport au déroulement du tournoi et à l’ambiance en général, je n’ai rien à redire. Tout était nickel dans l’organisation au niveau de mon tournoi, de ce que j’en ai vu mieux orchestré que le PPT où j’étais également passé quelques semaines plus tôt.

Niveau ambiance, grosse présence de joueurs américains et anglais. Et je leur tire mon chapeau, au niveau respect des joueurs et du personnel, convivialité, ils me font globalement une meilleure impression que la moyenne française. Peut-être juste parce que j’aime bien parler anglais.

Et puis bon. Cerise sur le gâteau j’ai eu l’occasion de jouer avec Phil Hellmuth. Et ça, c’est quand même pas tous les jours. Ça ne m’intéresse pas en tant que fanboy (parce que en un mot comme en cent, il est pas bon, désolé Phil si tu as appris le français dans l’intervalle), mais c’est un personnage amusant, qui anime une table, et finalement assez sympathique tant qu’on ne lui prend pas de gros coup, si on arrive à prendre ses accès de grandiloquence à la légère.

En fait je me suis tellement plu que je pense récidiver dans ces mêmes WSOPE, en faisant le 1500 PLO 6-max. Le truc c’est que n’ayant jamais joué en PLO en live, je vais quand même essayer de faire le sat’ la veille au soir histoire d’au moins avoir une idée de comment on regarde ses cartes …

Edit : j’ai mis un peu de temps à écrire ce report, le 6-max PLO est passé et bien sûr je ne l’ai pas joué :D

Quelques mains

Après une première table (à droite d’Asto du CP, notamment) où il ne s’est vraiment pas passé grand-chose de notable, je suis déplacé à deuxième table, siège 6, où je resterai tout le day1. Deux crans à ma droite Olivier Averso, TracyChatman sur le CP et actuellement Recrue BarrierePoker.fr (je sais pas trop comment marche ce machin d’ailleurs). A ma gauche, siège 1 donc, un qualifié BarrierePoker qui n’avait pas l’air mauvais à part qu’il openait rigoureusement 100%, et que bon, au bout de 3 orbites ça commençait à se voir, j’y reviendrai. Siège 2 Timothy Adams, un américain que je connaissais pas, resté short toute la journée jusqu’à son busto. Siège 3 un livetard totalement pourri avec des tells physiques fous qui a rapidement bust. Siège 4 nous rejoint rapidement une espèce de sosie de Jack Bauer probablement scandinave. En quelques mains je le KK > QQ CO vs MP, me voilà à 12k avec une force de frappe augmentée.

75/150 - :6x :6x en BB

Je joue un premier coup un peu rigolo. Le joueur UTG qui open 100% UTG raise (jusqu’ici normal). A ce moment je me dis « bon quelles que soient mes cartes il va prendre un 3bet ». Olivier Averso call au bouton, je regarde mes cartes en m’apprêtant à squeeze, bon. J’ai 66, raté next time je vais me contenter de call. Je complète donc ma BB.

Flop : :Ad:Ks:9h

Pas exactement l’idéal pour mes 6. Je check, UTG CBet, Olivier fold, je m’apprête à fold. Puis je m’arrête et réfléchis un peu. Il a any2 et il est probable que comme beaucoup de joueurs de MTT il ait une certaine tendance à Cbet un petit peu trop. Du coup je me ravise et me dis que je vais call le flop dans l’optique de bluffer la river, il va de toute façon avoir extrêmement peu de combos de mains pour espérer me bluffer sur cette texture, et également très peu pour me call river.

Je call donk, turn check-check sur une brique, je mise une brique river, mon adversaire passe, un peu plus de sous pour bibi.

75/150 - :7s:9s en BB

Dans l’intervalle à ma table au siège 3, un joueur américain ressemblant vaguement à Ilan Boujenah nous a rejoints. Il joue extrêmement agressivement, notamment contre les open de notre ami 100%UTG, sur qui a la position presque directe. Il a dû le 3bet bien un open sur deux depuis son arrivée.

Une nouvelle main arrive dans cette même configuration, et Ilan2 3bet à 1100 l’open à 300 d’UTG. A ce moment-là même chose que précédemment « quelles que soit mes cartes je vais cold 4-bet ». J’ouvre 9s 7s et m’exécute en plaçant 2600 jetons en m’attendant à un bon success rate, ayant été assez peu actif. UTG fold, et je suis un peu décontenancé quand Ilan2 flat le 4bet. A ce stade je pense que nous avons environ 16.000 de stack.

FLOP : :4c:6s:7c.

POT = 5200, EFF. Stack = 13400

Ce flop est extrêmement intéressant. A ce stade là je ne suis pas certain de ce dont la range de mon adversaire peut être composée. Seulement je suis à peu près certain qu’elle ne doit pas contenir JJ+/AK qui, vu son image, auraient été des 5bet à mon avis automatiques. Je pense pas mal de suited broadways, quelques connecteurs fatigués, peut-être quelques AQo, Axs et autres 88-TT.

Je décide de faire un petit bet de 2100 jetons : je l’imagine bien être le genre de joueur tout à fait capable de raise/fold en pur bluff ici, et ça aurait constitué une sacrée aubaine pour moi tant ma main risque de bien se comporter lorsque je vais faire tapis. Avec top pair et des backdoors de partout, je suis plutôt serein. Je dois dire que je n’aurais pas été totalement certain de la marche à suivre face à un push, même si me connaissant j’aurais certainement fini par call.

A nouveau mon adversaire me surprend puisqu’il se contente de call. Je suis vraiment dans le flou et rétrospectivement je ne sais pas quel aurait été mon plan sur une brique, peut-être C/RAI je ne sais pas vraiment. La turn de toute façon est tellement spéciale que ça change totalement mon plan :

TURN : :4c:6s:7c:Ac

POT = 9300, EFF. STACK = 11300

Encore une turn qui bouleverse pas mal mon plan de jeu. Je réfléchis : je ne pense pas que mon adversaire ait jamais flush, car il va à mon avis raise la plupart des FD au flop, d’autant qu’ils seront généralement plutôt bons. Je pense qu’il peut avoir quelques AJs, AQo, A4s qui trainent à l’occasion, ainsi que pas mal de floats et 88-TT. Contre cette range, j’aurais souvent par défaut eu tendance à check et à call ou raise, sachant que même sur cette carte mauvaise pour ma main je pense qu’il reste davantage de bluffs à mon adversaire que de made hands. Toutefois j’ai opté pour une optique un peu plus low variance et stack preservation et j’ai décidé de faire quelque chose que je ferais assez rarement, notamment en CG, j’ai misé 4600, avec environ 7000 derrière et un pot qui ferait 13.000.

Ce montant m’a semblé parfait car :

1 - Ma range étant a priori forte, je n’avais pas vraiment peur de me faire bluffshove la turn, d’autant plus que j’ai l’air commit

2 - 88-TT même avec un trèfle vont être obligés de giveup

3 - Je peux me garder 7k derrière sur des blindes telles que ce sera un stack tout à fait jouable.

Le seul inconvénient étant que je perds de la value sur les floats. Mais face à ce que j’économise contre un float A-high, ça m’a semblé être une line honnête.

Toujours est-il que mon adversaire a pris une quinzaine de secondes avant de fold. Ouvert à la discussion sur cette main.

100/200 - :Qh:Kd en 4bet pot face à Anthony Gregg

Alors je vous rassure bien entendu je ne connaissais pas Anthony Gregg avant ce tournoi. Pour moi c’était juste « le black à ma droite qui avait l’air de pas trop mal jouer ». Enfin j’ai découvert après qu’il avait une Hendon Mob à 2.5M$, marrant ces MTT quand même.

Toujours est-il que Ilan Boujenah2 (encore lui), open au CO à 400, et que Gregg 3bet à 1300 en SB. J’open QKo en BB et bien évidemment qu’est-ce que je fais, je cold 4-bet 2700. Etonamment Ilan fold enfin, mais c’est maintenant Gregg qui me flat mon 4bet hors de position.

FLOP : :9d:6s:3h POT = 5800, EFF STACK ~ 15300

Sur ce board extrêmement dry je decide d’une ligne qui marche généralement pas mal, et qui est très bien balanced en termes de théorie des jeux, je CBet 1800, dans l’optique de 2d barrel la plupart des turns. L’idée est que mon adversaire est obligé de faire des calls A high, QK high, et qu’il va devoir fold la turn. Cerise sur le gâteau, s’il call deux fois sa range est assez bien définie et je pense que les rivers > J me font également gagner le coup lorsque je shove.

Je m’exécute, il call donc le premier barrel à 1800, et foldera turn sur le second à 4700 sur le :5d.

100/200 - :Qd:Ad en 3bet pot face à Anthony Gregg

Une ou deux orbites plus tard une situation très similaire se présente, IlanBoujenah2 ouvre, Tony Gregg 3bet, et vu l’historique récent je décide de ne pas tenter de cold4bet à cette main-ci, et de jouer très serré. Bon, le plan ne se déroule pas comme prévu puisque j’ouvre AQs. Je décide donc de cold call en position, sachant que 4bet/fold m’exposerait à parfois me faire bluff ou fold contre un coinflip, et que 4b/call me ferait sûrement jouer une range contre laquelle j’aurais moins de 40%. CO fold, nous sommes HU.

De vague mémoire on doit avoir 14-15k d’eff stack.

FLOP : :3d:3h:4s POT ~ 3000, EFF STACK ~ 15000

Je me vois déjà float au moins une fois le CBet de mon adversaire, mais il opte pour un check. Je checkback, miser n’ayant que très peu de value car il va falloir barrel pour faire fold AK, que je vais régulièrement m’empaler dans le processus contre des JJ+ slowplayed, et que je bats tout le reste.

TURN : :3d:3h:4s:Qh POT ~ 3000, EFF STACK ~ 15000

Cool me dis-je, j’ai fait TPTK, et de temps en temps il va tenter un bluff un peu moisi. Pas de bol il check. Je décide du coup de miser un petit 1.300. Mon adversaire commence à se tâter. Craignant qu’il fold je déploie ma panoplie de livetard amateur et envoie un maximum de faux tells de faiblesse. Ding ding ding ding, il raise à 4.200.

Je prendrai mon temps avant de call, malheureusement pour le voir rapidement check/fold face à mon shove sur une river anodine.

100/200 - :Td:9d où je buste mon deuxième adversaire

UTG Olivier Averso open à 400. J’ouvre T9s, et décide d’un peu lui montrer qui est le patron, vu que je n’ai pas été extrêmement actif. Je 3bet à 900, un montant tout petit mais assez marrant puisqu’il va le forcer à beaucoup call et à jouer hors de position tandis que j’ai de mon côté une main dont je vais extrêmement bien m’accommoder pour bluffer ou value de manière simple une énorme variété de boards.

Pas de bol pour moi puisque le désormais célèbre sosie d’Ilan Boujenah cold 4bet à 2.200 avec certainement dans les 17-18k effectifs. Je commence à me demander si je vais m’amuser à flat le 4bet, mais Olivier m’enlèvera la décision : à ma grande surprise il COLD CALL le 4bet. Amusant ça. Je call du coup, me frottant à l’avance les mains de pouvoir coller une sal*perie à l’un ou l’autre de mes deux adversaires.

FLOP : :8d:Jd:4s

Ben ouais normal, à quoi vous attendiez vous ? Ilan Cbet ~4000, Olivier fold rapidement, et j’envoie mon tapis, qu’il callera avec un soupir de désillusion avec :Qs:Qc

Je montre :Td:9d , je hit directement un carreau, et mon adversaire s’arrache rapidement en tirant une gueule de six pieds de long.

Moi du coup j’ai à peu près 40k quand l’average à ce stade du tournoi doit être à 15k maxi. Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles.

Phil, oh Phil

1349454861874463.jpg

Votre serviteur face à Phil Hellmuth

C’est alors qu’un joueur qui vient de late register s’installe à la table. Il s’agit de Phil Hellmuth. Aaaaaah, oooooooooh. Excellente surprise pour moi, déjà je trouve ça plutôt marrant, ensuite il ne m’effraie pas particulièrement. La surprise est encore meilleure quand il s’avère qu’il est ouvert et qu’il fait un compagnon de jeu très agréable. Il est extrêmement enthousiaste en permanence et a une tête de gros bébé boudeur, assez loin de l’image qu’on peut s’en faire d’un con*nard antipathique.

Je n’ai plus en tête la chronologie exacte des mains qu’on a pu jouer ensemble, donc ça peut être assez inexact. Dès son arrivée il a rapidement 3bet deux fois je ne sais plus qui, montrant une fois les as, une fois les dames en rigolant.

Je lui prends un coup CO v SB où il flat AQo pf et où j’ai 77, le flop vient KT2r, 2o 6o (plus ou moins). On check tout du long, puis je bet la river. Il tank 30 secondes, me demande « a ten ? you would’nt valuebet a ten now would you ??? » comme si c’était incroyable de valuebet un T, puis fold AQo faceup. Beau joueur je lui montre 77 et il me regarde comme si c’était totalement extraterrestrial de value 77. Dans ma tête je prends une note « ne pas Vbet trop thin contre Hellmuth parce qu’il va voir pas mal de monstres dans les placards ».

S’ensuivra une petite conversation :

PH : - I wanted to reraise preflop but I dont know, felt you might just go allin.

SR : - ...

PH : - With those sevens, pshiit, you would’ve pushed, instantly, wouldnt you ?

SR : - Phil if you live up to your legend, it’d be a disaster to push 77, nobody would push 77 against you.

PH : - They do ! And that’s precisely why I’m a legend ! I don’t know why but they always want to give me their stack. The kids especially, most kids would see sevens and schhhhhview, allin !

Cette petite conversation me conforte un peu dans l’idée que j’ai : PH a la réputation ne pas stackoff light du tout, et c’est probablement véridique. Par contre il doit d’une manière ou d’une autre réussir à faire tilt et spazz les gens, ce qui me met totalement sur le cul vu tout ce qu’on peut voir de lui de manière générale à la TV ou où que ce soit, et en particulier en passant ne serait-ce que quelques orbites à sa table.

Quelques mains plus tard il double up sur moi :

:Jd:3d contre Phil Hellmuth sur 150/300

Phil limp son cutoff. Je crois bien que c’est la première fois que je le vois openlimp, probablement d’ailleurs pas loin du premier openlimp de la table qui était très orientée « jeune génération ». A ce stade-là, ne l’ayant jamais vu faire ça, difficile pour moi de lui assigner une range. Le bouton limp à son tour, et la small blind complète. Je check mon puissant :Jd:3d.

FLOP : :Jh:Td:4s

La small blind check, je songe à lead puis réfléchis que Phil après son limp risque de certainement vouloir confirmer son action et stab le flop probablement quelle que soit sa main. Il ne me détrompe pas. Seul petit souci il POT à de mémoire 1200. Bouton et SB foldent rapidement. Je considère un instant fold directement : j’ai une image globalement tight de Phil, et un joueur qui mise cher eh bien, non seulement ça donne une cote moisie mais en plus de ça c’est souvent polarisé, mais polarisé vers les nuts.

Pour autant j’ai top pair dans un pot limpé après tout et j’ai surtout un backdoor flush draw, je ne peux pas me résoudre à fold immédiatement. Au lieu de ça j’entreprends de call en me disant que je vais giveup toutes les turns hormis carreaux, J et 3.

TURN : :Jh:Td:4s:5d

Evidemment. Je check. Phil envoie un autre gros pruneau, quelque chose comme 3k, et il a environ 4k derrière. A ce stade là je commets une petite erreur. Il n’est pas question de fold bien sûr, pour ce que j’en sais il peut régulièrement avoir des 89s ou KQo. Par contre je pense que call est meilleur que shove car s’il a des mains comme JQ ou KJ, il risque de très souvent miss le valuebet river, et je prends un freeroll positif.

Au lieu de ça j’ai le raisonnement inverse, je me dis qu’en envoyant tapis il peut parfois fold un petit peu mieux. Note : je viens de reréfléchir à ce que j’ai écrit mais ai la flemme d’éditer : shove n’est en fait pas une erreur puisque si je prends un freeroll positif s’il a KJ, j’en prends un négatif s’il a QK alors qu’il est probablement committed.

Bref je shove et je le vois bien embêté l’espace de 5 secondes. Je le vois clairement se demander si il peut fold et LA je commets une erreur : je ferme ma gue*ule. Au lieu de ça je pense que si j’avais parlé rapidement, sorti une line un peu débile et un peu insultante pour son ego type « you can’t get away from this one Phil », si nul que ce soit, je pense que ma fold equity serait passée de 2% à quelque chose comme 15% contre les mains type QJ ou KJ. Enfin peu importe il call au bout de 10-15 secondes visiblement un peu dégoûté « oh what the heck I call ! ». :Ks:Js et ça hold sur la river.

Voilà Philou à 20k, et bibi qui retombe dans les 35-40.

Peu de temps après se joue un coup marrant où Hellmuth 3bet tout petit de la SB et se fait flat par Arnaud Durif au bouton. Il 2barrel assez maigre sur un board du genre QK4K et check la river anodine.

Showdown : Hellmuth 66, Durif Q9o. Hellmuth part en tilt dans un laïus interminable « how can you call me with QUEEN NINE ???????? » “you don’t play poker, you just gamble, NO SKILLS !”. Bref en gros on voit qu’il aime pas se faire own. Enfin c’est globalement marrant de voir ça : il joue la main comme s’il voulait vraiment se faire rouler dessus (3b une main qui n’a pas besoin de ça et qui n’a aucune jouabilité postflop, en reraised pot, trop petit, double barrel une carte douteuse trop faible pour que ce soit justifiable), puis se plaint en accusant son adversaire de mal jouer le coup.

L’orbite suivante voit Phil open deux fois de suite à 3x au HJ et UTG, en braillant « that’s it ! I’m officially steaming now ». Un nouveau joueur, américain, visiblement une connaissance de Phil a remplacé Olivier entre Phil et moi. Il le 3bet sur son open au HJ, et remporte le pot.

Du coup quand Phil open UTG je décide de moi aussi prendre ma part du gâteau, le 3bet avec :Jd:7d (en espérant secrètement qu’il call et que je floppe :8d:9d:Td contre un éventuel :Ad:Qd, et il fold à nouveau rapidement.

Vient un dernier coup amusant qui vaut la peine d’être raconté.

Bien plus tard dans la journée Phil limp relativement tôt, avec un tapis qui doit avoisiner les 40-50BB. J’open une main qui ressemble à quelque chose au bouton, et décide de le raise à 3.5BB. Phil, qui se plaignait depuis quelques temps du froid se met à s’exclamer à tout va : « WHAT ??? You’re raising me ?? That much ?? Ok, if you raise, I’m needa wrap myself in a table cloth” (il se lève, s’empare de la nappe d’une table voisine et revient s’asseoir) “and fold !” et jette ses cartes. Comme je l’ai déjà dit, un vrai showman.

hellmuth3-201990.jpg

Fait très empereur l'ami avec sa nappe

Enfin je reraiserai une dernière fois l’open de Phil l’avant dernière main de la journée, obtenant encore un fold et une phrase sentencieuse : « be careful kid … That’s the 3rd time today, usually by the 4th time I’ll have your stack !”.

Tant qu’il fold ça me convient.

Je finirai le day1 avec 53.6k, dans le top10 il me semble, bien décidé à crush et à lucker un maximum le jour suivant. Voilà qui va terminer cette partie « narration » du report day1.

Phil Hellmuth et son niveau de poker

Alors peut-être quelques plays d’Hellmuth vous auront fait tiquer. Moi aussi. J’ai d’ailleurs eu un grand débat totalement stérile à ce sujet sur le forum Coverage de CP, qui s’est déroulé ici : .

En résumé, je le trouve pas bon, et c’est pour moi un miracle qu’il trouve des payeurs quand il fait ses 3bets à 6fois la taille de l’open avec AA, d’autant qu’on l’a tous vu faire ça au moins 5-6 fois. Toutefois peut-être que sa braille incessante peur faire steam quelques personnes, très honnêtement ça n’a pas été mon cas et je trouve surprenant que ce soit le cas de joueurs confirmés.

Pour revenir sur ce que j’ai trouvé mauvais chez lui techniquement brièvement :

Overprotection de ses mains « fragiles »

Enfin qu’il considère comme fragile car en réalité dans l’absolu elles ne le sont pas forcément. Exemple typique son KJ face à moi où il pot le flop, là où avec son image supposée et le board il a bien failli réussir à me faire fold top pair aussi sec. Les esprits chagrins diront « ehehe oui mais il a double-up sur toi du coup lol ! ». S’il vous plait ne soyez pas trop result oriented. A moins que Phil ait pu lire dans mon âme et voir que j’avais :Jd:3d (hint : ce n’est pas ce qu’il a fait), il perd une value monstrueuse dans ce spot où jamais un T ou un bête draw n’ira le payer. Et même face à un J, point n’est besoin de pot pour espérer double up.

Mais à la rigueur cette main n’est pas trop mauvaise. Sur une autre main je limp mon bouton avec je crois 8c6c (oui je limp pas mal mon bouton en MTT surtout live, je pourrai détailler dans le futur) et Phil qui pour l’occasion est de BB, check. Le flop vient 9T5r et je décide de stab. Phil C/C le flop. La turn vient un J. Je choisis de bet la turn dans l’optique de shove la river : la range de C/C flop de Phil va être assez faible et même si cette turn va un petit peu l’aider en lui apportant pas mal d’outs de quinte supplémentaire, il aura du mal à call la river. Je pense qu’il va passer toutes ses mains < paire de 9 sans redraw dès la turn.

Lorsque je 2d barrel pourtant Phil va me C/R à plus de 3 fois le montant de ma mise. Je fold assez rapidement, et il montrera fièrement J9o. Ok, même si je suis en bluff j’ai régulièrement 8 outs, soit 18% d’equity contre sa main. Le problème de son raise est qu’il me prive de me valuecut river, il me prive de bluff river, et surtout si je ne fold pas il perd le coup 100% du temps. J’ai le sentiment que c’est un très lourd prix à payer pour se prémunir d’un 18% sur lesquels je n’ai en plus aucune implied odds.

L’open limp

Je l’ai mis parce que je sais que de très nombreux joueurs, notamment les purs produits online, reprochent le fait d’open limp à pas mal de joueurs live expérimentés. Ce n’est pas du tout mon cas par contre. Oui je pense que limp KJs 45BB deep au cutoff est sous-optimal, non je ne pense pas que ce soit une abomination ou que ça suffise à qualifier Hellmuth de fish. Au contraire selon la composition de la table, open limp diverses mains pour diverses raisons va à mon sens régulièrement être le meilleur play possible.

Sizing tells

Je n’ai pas un échantillon assez gros pour le confirmer mais j’ai le sentiment qu’Hellmuth va de manière générale bet plus fort ses mains plus fortes. C’est un leak tout con mais j’ai l’impression sur ce que j’ai vu qu’il l’a en partie. Sujet à caution toutefois.

Bref tout ça tend à me faire dire qu’il n’est pas au point, et j’irais même jusqu’à dire que je l’accueillerais volontiers à ma table dans le futur. Toutefois je ne doute pas qu’il soit gagnant en MTT. Déjà c’est chaud de pas être gagnant en MTT live parce que c’est quand même une discipline où le nombre de récréatifs est énorme, mais indépendamment de ça j’ai l’impression que les « légendes » du poker bénéficie d’une aura qui fait faire des conneries aux gens, indépendamment de la façon dont on joue. C’est une théorie fumeuse oui, mais je pense pas ridicule : plus on gagne de tournois, plus on a de chances de gagner de tournois car une aura de peur commence à vous habiter.

J’ai d’ailleurs pu le constater moi-même quand j’avais à ma table des stars que je ne connaissais pas du tout. Souvent l’un ou l’autre des couvreurs, qui soutiennent à fond les joueurs français impliqués (et c’est bien sympa, merci à vous tous) passait me voir « Tu sais qui c’est lui ? C’est Davidson Robertson Junior le deuxième, il a gagné plein de sous fais gaffe c’est un bon joueur ». En pratique je n’ai pas eu le sentiment que les gros winners dont on m’a dit de me méfier étaient forcément plus redoutables que ça. Mais tout le monde en était convaincu.

Pour répondre à quelques arguments :

- Ca te fait passer pour un arrogant de dire ça.

Oui j’en ai bien conscience, et j’ai effectivement une très grande confiance dans mon niveau au poker, comme tout le monde je crois. De l’arrogance pourtant je ne pense pas, et je tente au maximum d’étayer mes dires. Je ne me permettrais pas de publiquement critiquer le niveau de quelque joueur que ce soit sur des a prioris.

- Qui t’es toi la con de toi pour critiquer Phil Hellmuth ? Je veux dire il a quand même 13 bracelets t’es un peu qu’une mer*de non ?

Je suis généralement contre le motto « critique pas tant que tu fais pas aussi bien » ; je le suis encore plus au poker où la chance a une part colossale dans les résultats. Si j’avais gagné le bracelet du WSOPE 6-max au lieu de faire 6è, et enchainé sur une deuxième TF sur ces events, ça n’aurait en rien augmenté ma légitimité à juger du niveau d’autres joueurs. Pour autant on m’aurait prêté une légitimité supplémentaire, sans aucune raison objective.

Ensuite cet argument d’autorité se mord la queue. Si vous estimez que PH est incritiquable sur son niveau parce qu’il a 13 bracelets, comment expliquez-vous que des joueurs, eux tout à fait légitimes selon les mêmes critères, se le permettent ? Esfandiari a pas mal taunté sur PH, Roberto Romanello a passé tout le day2 à lui expliquer qu’il jouait comme une pine. Remettriez-vous en cause le jugement de ces joueurs ? Pourtant qui êtes-vous tous pour les déjuger ? Esfandiari est #1 de la All-Time Money List mondiale, Romanello est un double vainqueur EPT/WPT.

Se servir de cet argument mène à des absurdités, et il convient donc manifestement mieux de raisonner de manière logique plutôt que de la sorte.

- Sa régularité est énorme, on ne se maintient pas comme ça sans être excellent

A nouveau je pense que l’aura a un rôle énorme, et je ne nie pas que Phil sait certainement en jouer. Il a indéniablement des qualités et c’est un argument que j’accepte bien volontiers. Quant à sa régularité, il est difficile de juger du niveau d’un joueur de poker sur des résultats tant le facteur chance est colossal et sous-estimé.

Je conclurai en disant que penser qu'un joueur n'est pas bon au poker devrait être un peu mieux toléré et pas rejeté en bloc sous prétexte de palmarès. Avant tout parce qu'il y a quand même des choses beaucoup plus grave à dire ou à penser de quelqu'un.

Bref c’est tout pour Philou, avec un peu de chance je ne perdrai pas la motiv’ pour écrire le report du day2 avant la fin de l’année :D. A très bientôt j'espère.

Sylvain.



58 Commentaires




Commentaires recommandés

Hello,

En te lisant, j'ai pensé à deux choses (en fait davantage, j'avais des questionnements sur les pb techniques, mais je ne me reconnais pas la compétence pour en discuter sérieusement avec toi) :

- sur la main J3<JK, pourquoi quand tu shoves et que tu es call par mieux, tu n'acceptes pas la possibilité que PH t’ait mis sur une main moins forte que la sienne ? Il n’y a pas que le montant que tu es capable de payer ou de relancer qui lui donne un indice sur ta main, il y a tout le reste, précisément ce que tu dégages au moment où tu payes. Ce que tu appelles « soul read » montre que tu ne crois pas à cette faculté de lire la confiance en soi qui habite autrui. Or, sentir si son adversaire fort ou faible, chacun l’a expérimenté en live.

-Tu dis aussi que openlimp KJ sous-optimal à 45BB deep ? Dans un monde où tous (ou presque tous) les opérateurs sont rationnels, je te crois sur parole. Ce monde là, d'ailleurs, se situe sans doute autour d’une NL400 de PS. Autour d’une table de live, on doit admettre que les opérateurs sont moins rationnels (c'est la fameuse devise des linetard : "livetard = retard"). Dans ce monde-là, à ce momentum, openlimp KJ peut peut-être se défendre, et à vrai dire il y a trop de paramètres pour qu'on puisse dire à 100% si c'est bon ou pas. En tout cas, l'affirmation générale et absolue du caractère bon ou mauvais de l'open limp (45BB deep etc.) jure avec les circonstances relatives et contingentes (beaucoup qu'en line)de la situation dans laquelle le limp se réalise.

En un mot comme en mille, le pokerlive obéit beaucoup moins rigoureusement à la théorie mathématique et logique du poker. Dans ces circonstances, le bon joueur et celui qui trahit (marginalement ou franchement) cette théorie dans ses postulats comme dans ses conclusions. J'ai nommé Philou. Et le mauvais, c'est celui qui ne sait pas renoncer à des vérités techniques qu'il a le tort de croire absolument applicables.

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

- sur la main J3<JK, pourquoi quand tu shoves et que tu es call par mieux, tu n'acceptes pas la possibilité que PH t’ait mis sur une main moins forte que la sienne ? Il n’y a pas que le montant que tu es capable de payer ou de relancer qui lui donne un indice sur ta main, il y a tout le reste, précisément ce que tu dégages au moment où tu payes. Ce que tu appelles « soul read » montre que tu ne crois pas à cette faculté de lire la confiance en soi qui habite autrui. Or, sentir si son adversaire fort ou faible, chacun l’a expérimenté en live.

Ce n'est pas une possibilité pour deux raisons :

- Connaître précisément la main de son adversaire ça n'existe que dans les films. Savoir précisément le degré de confiance que ton adversaire met dans un call (alors que tout ça c'est des décisions à peu près marginales pour mon tournoi, donc autant dire que je n'ai aucun problème à garder ma contenance) ça n'est pas possible à moins de s'appeler Sherlock Holmes. Et ce serait sûrement pas possible pour Sherlock Holmes non plus, qui se contenterait de me dire que j'ai mangé des lasagnes la veille à cause de la tâche de sauce sur mon blouson.

- S'il était sûr de lui il callerait directement, pas au bout de 15 secondes en faisant la gueule :D

-Tu dis aussi que openlimp KJ sous-optimal à 45BB deep ? Dans un monde où tous (ou presque tous) les opérateurs sont rationnels, je te crois sur parole. Ce monde là, d'ailleurs, se situe sans doute autour d’une NL400 de PS. Autour d’une table de live, on doit admettre que les opérateurs sont moins rationnels (c'est la fameuse devise des linetard : "livetard = retard"). Dans ce monde-là, à ce momentum, openlimp KJ peut peut-être se défendre, et à vrai dire il y a trop de paramètres pour qu'on puisse dire à 100% si c'est bon ou pas. En tout cas, l'affirmation générale et absolue du caractère bon ou mauvais de l'open limp (45BB deep etc.) jure avec les circonstances relatives et contingentes (beaucoup qu'en line)de la situation dans laquelle le limp se réalise.

En un mot comme en mille, le pokerlive obéit beaucoup moins rigoureusement à la théorie mathématique et logique du poker. Dans ces circonstances, le bon joueur et celui qui trahit (marginalement ou franchement) cette théorie dans ses postulats comme dans ses conclusions. J'ai nommé Philou. Et le mauvais, c'est celui qui ne sait pas renoncer à des vérités techniques qu'il a le tort de croire absolument applicables.

Je crois que tu te fais un très gros fantasme du poker en live. En gros les raisonnements live ou online seront les mêmes rigoureusement, ce qui change c'est la perception que tu as de la range de tes adversaires et de la façon dont ils vont réagir : l'adversaire de live moyen est totalement différent de l'adversaire moyen online. Une fois que tu as compris ça tu ne peux pas dire que ça n'obéit plus à la "logique" du poker, sinon autant jouer n'importe comment.

Derrière toute action il y a forcément une logique même si elle n'est pas dictée par les mêmes observations.

En gros ce qui fait que limper KJs est sous-optimal (mais pas une très grosse erreur), c'est surtout que PH va davantage se faire playback quand il limp que quand il raise, surtout à la table assez relevée et agressive ou nous sommes. Et t'as moyennement envie de te faire playback quand t'as KJs et pas la position absolue, c'est pas très marrant. Et si tu es amené à limp/call ça définit beaucoup plus ta range que si tu raise, et beaucoup moins celle de l'adversaire qui t'a relancé.

Ensuite c'est une erreur dans une stratégie globale où tu veux souvent voler les blindes et où KJs se retrouve trop fort pour ne pas le faire. Mais ça à la rigueur peu importe, c'est un raisonnement que tu peux ignorer à 100% en tournoi et t'en porter tout aussi bien.

A une autre table et avec une autre composition, par exemple avec au bouton un joueur passif et deux gars qui passent leur vie à resteal light en blindes, je pense par contre que limp son KJs peut très bien être à 100% la bonne stratégie. Ce n'était absolument pas le cas ici.

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Super chouette.

"Sur ce board extrêmement dry je decide d’une ligne qui marche généralement pas mal, et qui est très bien balanced en termes de théorie des jeux" as-tu un ouvrage à conseiller en terme de théorie des jeux ? Un autre en terme de théorie des jeux appliquée au poker ? (que ce soit NLHE ou PLO) Merci d'avance, et merci pour le CR. Vivement la suite !

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

nice billet , mais les critiques sur PH , bof ...

on a tous vu , tony g le ridiculisé en CG , mais en M.T.T , ils ne sont pas légions à dire qu'il est mauvais , comme tu le prétends , et comme toi mème , certains peuvent te juger mauvais également sur certains coups ...

c'est dans la durée que l'on juge un joueur M.T.T et PH est clairement un bon joueur , et non un petit chanceux !

very nice perf , thx pour le compte rendu !

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Super chouette.

"Sur ce board extrêmement dry je decide d’une ligne qui marche généralement pas mal, et qui est très bien balanced en termes de théorie des jeux" as-tu un ouvrage à conseiller en terme de théorie des jeux ? Un autre en terme de théorie des jeux appliquée au poker ? (que ce soit NLHE ou PLO) Merci d'avance, et merci pour le CR. Vivement la suite !

Sur la théorie des jeux pure j'avais un tout petit peu lu à l'époque où j'étais étudiant et encore affuté en maths, je dois dire que je ne me souviens même pas des titres que j'ai pu parcourir. Je pense que la méthode la plus efficace, si ton niveau d'études, de de maths en particulier est pas au top du top (genre t'as pas fait un bac+5 de maths en gros), est certainement de browser Wikipedia en suivant les liens bibliographiques si tu veux approfondir.

Niveau GT appliquée au poker je n'ai lu que Mathematics of Poker qui est un excellent ouvrage, mais à nouveau assez difficile d'accès.

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

vraiment très bien ton CR , j'ai beaucoup apprécié ,

je ne suis pas trop d'accord par contre sur le coup J3 vs KJ , tu mets dans la range de PH des straight draw , alors qu'en général le bet pot est plutôt un sizing tell qui révèle des TP pour un livetard , et le second barrel pour un joueur tight comme PH , imo , c'est jamais straight draw , bluff non plus , car trop tôt dans le tournoi , bref tu es tout le temps dominé par un j meilleur . my 2 cent.

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

C'est fort possible, et a posteriori je pense que je folderais sûrement le flop.

Malheureusement lors du coup je n'ai pas suffisamment d'information a priori sur le field "joueurs live américains" et pas non plus sur son sous-ensemble "Phil Hellmuth", et je ne pense pas pouvoir faire beaucoup mieux avec l'info dont je dispose.

Donkbet allin la turn :5d, si fishy que soit cette line du point de vue de la stratégie globale, pourrait bien s'avérer être bien plus ev+ que check/shove, d'ailleurs.

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Sur la théorie des jeux pure j'avais un tout petit peu lu à l'époque où j'étais étudiant et encore affuté en maths, je dois dire que je ne me souviens même pas des titres que j'ai pu parcourir. Je pense que la méthode la plus efficace, si ton niveau d'études, de de maths en particulier est pas au top du top (genre t'as pas fait un bac+5 de maths en gros), est certainement de browser Wikipedia en suivant les liens bibliographiques si tu veux approfondir.

Niveau GT appliquée au poker je n'ai lu que Mathematics of Poker qui est un excellent ouvrage, mais à nouveau assez difficile d'accès.

Hehe ça roule je vais réfléchir à "Mathematics of Poker", pas de bac+5 en maths (juste un bac S option maths) mais j'imagine que ça doit être un minimum vulgarisé car il faut que ça se vende quand même. Merci pour l'info !

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Quand tu dis que tu trouves que Phil est pas bon, précise techniquement.

Hélas le poker ce n'est pas que de la technique. Y'a plein d'autres facteurs que tu sembles négliger un peu plus que le niveau technique et qui a mon sens ont peut-etre autant de valeur que la technique tous réunis. Par exemple : déceler les tells, exploiter son image, induire l'adversaire en erreur avec la parole, sentir les coups et les dynamiques...

Tout ce que tu as tendance a sous-estimer parce que ton approche du poker est très rationnelle et axée sur les mathématiques. C'est ce qui fait que tu es naturellement un très bon joueur online de cashgame avant d'être un joueur live de tournoi. Bien sur ça ne t'empechera pas de perfer sur les MTT avec ton niveau technique énorme, mais tu gagnerais a voir le poker plus comme un Elky le voit par exemple.

Bien sur ça ne reste que mon avis!

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

c'est marrant parce que tu dis toi-même que fold flop est sans doute meilleur. et pourtant tu call ?! ton thinking process c'est "j'ai tp" ? tu as la côte pour le bdfd ? quand tu shoves turn, à combien estimes-tu ta FE ?

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

c'est marrant parce que tu dis toi-même que fold flop est sans doute meilleur. et pourtant tu call ?!

Sans doute meilleur avec les informations dont je dispose désormais, mais que je n'avais pas au moment du coup.

ton thinking process c'est "j'ai tp" ? tu as la côte pour le bdfd ? quand tu shoves turn, à combien estimes-tu ta FE ?

En gros oui, mon thinking process c'est "j'ai tp". Ca suffit généralement pour call n'importe quel bet au flop, faut un sacré nit en face pour fold any tp sur any board en général tant il y a souvent des mains moins fortes dans la range de l'adversaire :). Turn je n'ai pas vraiment essayé d'estimer ma FE sur le coup puisque si il a un draw de temps en temps en face je n'en ai pas besoin pour être +ev.

A posteriori, contre sa range peut-être 20%, contre sa main peut-être 5%.

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

English
Retour en haut de page
×