Jump to content
This Entry
  • entries
    79
  • comments
    588
  • views
    116339

Etats d'âme d'un parisien à Québec.

Sign in to follow this  
utopike

3795 views

Bonjour lecteur.

Lorsque j'ai repris ce blog il y a 2.5 mois, je ne savais pas vraiment ou j'allais avec.

Puis, je ne sais toujours pas. Je me disais que peut-être, j'allais parler un peu d'autres choses que de poker.

Mais je n'ai parlé que de poker.

C'est aussi parce que je n'avais plus grand chose à raconter niveau poker, que je n'ai pas donné de nouvelles depuis quelques temps.

Car je suis actuellement, et pour la première fois depuis que je joue régulièrement, en vacances.

Souvent, quand je parle avec des gens, l'éternelle question se pose:

"Tu fais quoi dans la vie, tu fais quoi ici?".

Je prend mon regard mystérieux et raconte fièrement comment je gagne ma vie grâce au poker en ligne. S'en suivent généralement des réactions amusantes, qui varient selon interlocuteur:

- trop cool! :up)

- Ha, mais alors, t'es chanceux? :scratch:

- Mais, tu gagnes plus que tu perds? ( :vieux-pet: )

- Et les sites de poker, t'as pas peur que ce soit truqué?

- L'autre jour, j'avais AA et... :(

Bon, ça fait la conversation. Mais les filles s'en foutent, ça vend pas du rêve.

Et dans la tête des gens, ma vie ressemble à de grosses vacances. Je ne peux pas totalement les contredire, tant la vie de joueur offre de liberté.

Mais bon, si on joue pas, on gagne pas. On a un impératif: jouer pour gagner des sous, pour payer le loyer, la bouffe, etc.

Ce n'est pas des vacances.

Début juin, lorsque j'écris mon dernier billet, je suis dans une très bonne dynamique. Je n'ai jamais autant gagné aux tables. Je fais un volume raisonnable, autour des 60Kh+/mois, et mieux encore, je travaille ma game.

Pas autant que je le devrais, mais plus qu'avant, et j'ai l'impression de progresser, de comprendre des trucs. Impression probablement exagérée par mon run très très doux, le plus agréable de tous.

C'est dans ce contexte de joie et de paix que je me fixe des objectifs solides pour le mois de Juin.

Mais un petit inattendu viendra perturber cette belle dynamique. Début juin, j'ai déménagé. Un peu dans l'urgence, j'ai trouvé un truc sympa, bien situé, un peu cher. Mon premier apart, tout seul. J'étais fier comme un coq.

Grosse ombre au tableau, je n'ai pas de "vraie" connexion internet. Je capte le wifi d'une voisine, mais ce n'est pas suffisant pour jouer. Je découvre qu'il n'est pas aisé d'installer internet lorsqu'on a un visa de touriste.

Il y a sans-doute des solutions, je ne les trouve pas, j'abandonne vite comme à chaque obstacle. Je me dis que je trouverais un café sympa, avec une bonne connexion, et que j'y ferais un minimum syndical.

Ce minimum se transforme rapidement en néant, et je prend donc mes premières "vraies" vacances. Niveau argent, ça va, j'avais de la marge.

Bon, j'ai joué quelques mains quand même, et j'ai chatté:

mini_379778vacances.jpg

12 jours joués, 22h en 1.5 mois, environ 1.5K de gains (RB inclus) 0 tournois. Je joue presque pas, mais je run good, c'est vraiment cool. Je pense que je joue pas terrible. Du moins, c'est pas mon jeu habituel. Je suis tellement content d'être aux tables, que je suis plus agressif. Je 3b plus, je squeeze plus, je bluff plus. c'est rigolo, mais quand je me remettrais sérieusement à jouer, il faudra que je repose des "bases".

Mais alors, qu'est ce que je fais?

Il y a une semaine, avait lieux le festival d'été, à Québec. C'est très impressionnant. Beaucoup de monde, plusieurs scènes, dont une grande qui accueille facile 100K personnes. J'ai eu la chance d'y écouter Johnny Hallyday, car oui, j'aime Johnny Hallyday.

Québec est une belle ville, avec des habitants sympas, hospitaliers. Le genre de ville ou tu n'as jamais peur d'avoir un problème, ou le nombre d'homicide/an tend vers 0.

Tu ne regardes jamais derrière ton épaule, tu n'es pas sur le qui vive, tu n'as peur de rien.

Il est agréable de s'y promener, en regardant les femmes.

Mon quartier est touristique. Quand je sort de chez moi, je suis confronté à un meltingpot ravissant. Des femmes de toutes les couleurs, qui n'ont comme seul point commun la "courteur" de la jupe, et l'explicité du décolleté. Une amie parisienne m'a enseigné jadis que pour s'habiller, les filles doivent respecter une règle fondamentale:

"tu montres tes seins ou ta chatte, mais pas les deux".

Ici, quid de cette règle absurde, elles montrent tout.

J'ai rencontré des gens supers. Bizarrement, très proches des gens que je côtoie à Paris, mais à la sauce québecoise. Genre de paria de la société. De mecs qui profitent du système (allocations, aides, chômage), pour profiter de la vie. Qui occupent leur temps à jouer aux échecs, au poker, au tennis ou autre.

Qui passent toutes leurs soirées dans les bars, où nous buvons trop de bière, nous jouons au billard, ou au baby foot. Tient, je joue au baby foot tous les jours, une petite dizaine de games en moyenne, j'ai un partenaire.

Comme ils diraient: "je suis rendu bon". On s'entend, pour un amateur.

A force de regarder, j'ai fini par réussir à toucher une femme. Une Québecoise, très jeune. Ça change. Mais ça sent la fin car je ne la satisfait pas, je préfère le baby foot avec les copains :super-desole:

Et donc.

Je rentre dans une semaine.

La boule au ventre à chaque fois que j'en parle, à chaque fois que j'y pense.

C'est une petite partie de ma vie qui reste ici. Je vais la laisser derrière moi. Oublier les visages, les prénoms, le gout de la bière locale, l'odeur de mon appartement (les poubelles ne se descendent pas toutes seules mon grand, tu découvres?).

Tel un calendrier de noël, je compte les jours qui me séparent du retour, sauf que contrairement à noël, on voudrait que ça ralentisse, que ça n'avance plus. Je voudrais arrêter le temps, et rester ici.

Mais bon, j'ai d'autres aventures à vivre.

A court terme, je pars en "fin de semaine" sur les rives du lac st Jean chez des amis. La question que je me pose avant de boucler mon sac, c'est: "on prend le laptop ou bien?"

Si je le désire, je reviendrais à Québec.

Je suis libre.

Sign in to follow this  


16 Comments


Recommended Comments

A défaut de faire joueur de poker, tu pourras te reconvertir dans l'écriture à en juger par ce post...

Par contre c'est quartier, et pas cartier, car sinon tu parles de LUI -> CLICK ICI

Quoi que vu que t'es au Canada "it make sense" en quelque sorte.

Share this comment


Link to comment

ton post m'a vraiment donné envi d'aller découvrir le quebec, par contre je sais pas comment tu fais pour garder le courage de raconter comment tu gagnes ta vie, perso g perdu patience a ce niveau la et je m'invente un metier selon mes interlocuteurs

Share this comment


Link to comment

En direct du lac st Jean, c'est superbe.

J’écris sur un qwerty par contre...

Cool vos commentaires, merci.

Je suis content, si j'ai donné l'envie a certains de connaitre cette ville, région ou pays. Ça vaut vraiment le détour, en été (en hiver, je sais pas, c'est différent bien-sur).

Yes Tracy, je pense que depuis 3 mois, je suis le plus gros reg de la Ninkasi.

(quartier édité)

Share this comment


Link to comment

"Mais les filles s'en foutent, ça vend pas du rêve."

pas d'accord.

bien sûr que ça vend du rêve... au début, jusqu’au jour où elles rélisent que finalement t'es un smicard qui passe 90% de ton temps devant un ordinateur :)

Share this comment


Link to comment

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

English
Retour en haut de page
×
Poker52
Poker52