Jump to content
This Entry
  • entries
    14
  • comments
    164
  • views
    53570

08/07/12 : Main f*cking Event

Skip

3044 views

Nous y voilà, dimanche 8 Juillet 2012, cela fait maintenant 14 longues années que Lilian Thuram a marqué les deux seuls buts de sa carrière dans cette demi finale victorieuse de la coupe du monde de football nous opposant à la Croatie. Il y’a 14 ans j’étais au stade de France, et aujourd’hui, je suis à Vegas, pour jouer notre coupe du monde à nous, joueurs de poker, le main event des WSOP.

J’avais mis une sizaine de réveil entre 9h30 et 10h pour être sur de me réveiller, mais pas besoin, l’adrénaline me gagne dès 8h du matin, et je suis bien incapable de me rendormir. J’en profites pour écrire un billet pour ce même blog, et je rejoins Olivier, qui se retrouve dans la même situation que moi, sur le coup de 9h30.

Nous décidons alors d’aller prendre le petit déj au buffet du Bellagio, qui propose pas mal de fruits, ce qui nous semble optimal pour bien préparer la journée. J’essaierais d’y prendre quelques forces, mais sincèrement, la faim me manque et je suis plutôt nauséeux. Le stress, sans doute.

JNH6p.jpg

Histoire de ne prendre aucun risque inutile, et ce même si l’on a tous deux d’or et déjà notre ticket pour le main event, comprenant la salle, la zone, la table et le siège où l’on jouera le tournoi, nous décidons de prendre un peu d’avance et nous arrivons vers 11h au Rio, où l’agitation est à son paroxysme.

ACDx1.jpg

Le temps de passer voir à quoi ressemble la radio Winamax (un des qualifiés King5 m’y avait donné rendez vous mais on ne s’est au final jamais rencontrés), puis direction l’amazon room, où peu à peu tout le monde s’installe ou tout du moins se rapproche. On discute à droite à gauche avec les joueurs français que nous croisons, comme Franck Boyer, Nicolas Lambert ou les qualifiés Barrière que nous commençons à connaître. Madoff et Ponzi sont là aussi pour m’encourager et prendre quelques clichés de Dan Harrigton et Phil Hellmuth.

Puis vient l’heure de s’installer à table. Amazon room, section orange, table 399, seat 3. Let’s go. Petite frayeur lorsque je vois deux caméras pointées sur ma table, mais il semblerait qu’il n’y ait que des randoms. Petite interview pour Barrière où je fais preuve de toute ma motivation, discours d’accueuil de Jack Effel, et “Shuffle up and deal !” prononcé par un champion de MMA.

Omg c’est parti, 30k chips devant moi (4x5k, 7x1k, 4x500, 8x100 et 8x25), la table a l’air friendly et plutôt soft, pas même un jeune online, tout du moins en apparence. Il y’a même un mec qui demande “Well well well, will we have fun or will we have to play at this table ?”, accueilli par des rires et quelques regards vers ma personne (j’ai mis lunettes et hoody en bon linetard que je suis).

6livk.jpg

Première main, je suis UTG. :As:Td, j’ai décidé d’imposer mon rythme à la table, bien l’intention de leur montrer qui est le patron dès le début. Blindes 50/100 pour les deux prochaines heures, I raise : 250. UTG+1 flat calls, UTG+2 squeeze à 800. Okayyyyy ! Ca a pas l’air très scared money tout ça. Finbon, je suis peut être mal tombé. Fold around, et le squeezer, que l’on appellera désormais Ronaldo, show :9d:9c. Bon. Je suis un peu étonné, mais je prends note.

Je fold tranquillement mes blindes, et lorsque Ronaldo limp UTG, overlimpé une fois, je décide de raise à 450 au bouton avec ma merguez (:Ks:4s). Ronaldo NYBR à 1500 et je fold. Bon on repassera pour la domination tranquille de la table …

Et comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, arrive avec fracas au seat 1, qui était vide jusqu’alors, un jeune joueur français du nom de Bertrand Grospellier, un certain Elky. Rofl. Je whine un peu sur facebook et twitter, je pose pour quelques photos, et je renfiles le hoody en essayant de ne pas trop y penser.

cxwck.jpg

Malheureusement cela influe forcément sur la partie. D’une part parce qu’il va lui même être chiant à jouer, même si j’ai la chance d’avoir la position, et d’autre part parce que ça risque de rendre les autres joueurs plus actifs, soit “pour jouer avec Elky” soit pour faire bonne figure auprès des médias qui ne sont désormais jamais bien loin de notre table.

Me voici à nouveau dans un coup contre Ronaldo. Je retourne :Ad:Jc au CO et ce dernier call mon raise à 250 en BB.

Flop : :Qc:Th:2h il check/call mon cbet à 300.

Turn : :2s on check tous les deux.

River : :9s il donkbet cher à 900 je trouve ça étrange et décide de herocall.

Il retourne :Kx:Jx et comme un con je suis persuadé que mon herocall est bon et retourne mon jeu, surpris de voir les jetons partir de l’autre côté de la table et énervé de donner gratuitement de précieuses informations à mon adversaire.

Pendant ce temps je suis étonné de voir Elky très nit, il semble vouloir se forger une image de serrure (lol) ou tout simplement attendre que les gens soient plus scared money, quand les tapis seront moins profonds. Cela renforce mon idée de vouloir prendre le contrôle de la table, même si j’ai compris qu’il faudrait compter sur Ronaldo qui ne me lâchera pas, ainsi que sur le seat 9 qui sait ce qu’il fait et le fait plutôt bien. Le reste de la table est assez inoffensif.

C’est alors que je retourne :Qs:Ts au Hi-jack. Je relance à 250 comme à mon habitude, suivi par Ronaldo en SB. BB se couche et le flop arrive : :9d:8c:3s

Bon le flop est pas extraordinaire pour cbet, mais j’ai la position, deux overs, une gutshot et un backdoor flushdraw, je mise donc quand même 300, payé dans l’instant par notre ami.

La turn est le :Ks que demande le peuple ! La carte parfaite pour un 2-barell des familles. Il check et je mise 525. Il réfléchis un instant puis call. La river est une belle brique, le :2h, et vilain check rapidement. Vu sa line, je pense qu’il a souvent une paire intermédiaire ou un draw, je pense donc que le 3barell est profitable et décide de miser 1000.

C’est alors que ça devient intéressant puisque Ronaldo me snap relance à 3000. WTF ? Je ne comprends vraiment pas ce qu’il peut avoir en value ici … le flop est drawy et il a montré au préalable qu’il n’avait pas peur de relancer, donc je pense qu’il aurait raise double paire ou brelan au flop ou au turn … A contrario, il peut avoir :7x:6x, :Jx:Tx ou any flush draw et miser sur le fait que j’ai été assez aggro jusqu’à présent et que je vais souvent 3barell à poil. Hum, d’un autre côté il m’a vu herocall avec Ace high … J’essaie de déceler un tell dans son attitude, il bouge beaucoup mais ne me regarde pas, il en fait limite un peu trop, je suis partagé entre la peur que je call ou l’acting de base. Mouarf je ne comprends vraiment pas ce qu’il peut avoir et puis bon si il me croit pas avec un draw Ace high il aurait préféré hérocall à raisebluff non ? Allez je hero call Q high au premier niveau du main event des WSOP what the hell ! I call.

Vilain retourne :8s:9s et je commence à sentir la moutarde me monter au nez tant Ronaldo m’est antipathique. Je compte mes jetons et me rends compte que j’ai déjà perdu 5k sur les 30 de départ en une demi heure de jeu et ce juste en prenant des spots marginaux alors qu’il me suffirait de faire comme Elky et attendre en profilant un peu mieux mes adversaires. Ouais, définitivement, j’ai voulu trop en faire dans ce premier niveau, et ça m’énerve beaucoup.

Je m’infligerais un tour de fold obligatoire à part pp ou AJ+, gagnerais mon premier coup du tournoi sur :As:Qd suivi une fois qui touche un flop Q high et prend le pot sur le cbet (toute ma vie) puis attends calmement mon bouton pour tomber dans ce spot prometteur :

Ronaldo mise 300 UTG, suivi QUATRE fois. Bon là faut pas pousser mémé dans les orties, je vais squeeze ATC ou presque. Je regarde mes cartes histoire de dire, retourne :Jc:2c et relance à 1250. Bon pas de bol, Ronaldo call, ainsi que 2 autres joueurs … Mal barré cette histoire.

Un peu plus de bol, le flop arrive :Jd:7d:2s ! Ronaldo donkbet à 2400, les deux joueurs intercalés foldent, et je me retrouve avec une décision intéressante. Raise/fold est une solution, mais je préférerais flat call pour call turn et fold river, avis qui sera par la suite plutôt appuyé par mes confrères. Je pense en effet que sa range est constituée de top paire bancales contre lesquelles raise n’accomplira rien tandis que call pourra induce encore un bet, de draws contre lesquels je ne suis pas certain de vouloir faire grossir le pot à ce moment du tournoi, et de sets qui me crushent. Call, donc.

A la turn arrive la :Qc. Bon il a des :Qx:Jx dans sa range, mais c’est mieux qu’un :Td donc on va pas se plaindre ! Ronaldo poursuit son agression à hauteur de 5000, et même si je suis loin d’en être ravi, je suis mon plan et call, avec un fold en tête sur anybet river. La river est justement le :Td, qui fait tout rentrer, et Ronaldo check. Après coup je pense que bluffer dans ce spot était la meilleure chose à faire, mais sur le moment j’étais ravi de pouvoir check back.

Il me retourne :Qs:Jc et je rentre dans un tilt infini. Je calcule mentalement combien je viens de perdre, estime que je suis descendu aux alentours de 15k, regarde la tournament clock (il reste encore une demi heure dans ce premier level) et me lève pour aller faire un tour et détilter un peu. Je passerais au final plus d’une demi-heure au lounge Barrière, où je retrouverais Loïc Sa dans le même état et le même cas de figure que moi.

Le temps pour nous de refaire le tournoi et d’insulter gratuitement nos chats noirs, et ce dernier retournera jouer tandis que Ponzi et Madoff viennent me remonter le moral. Je leur expose mes déboires, parle un peu d’autre chose pour me changer les idées, et me remotive à bloc pour aller grinder sereinement. J’arriverais à la table au milieu du niveau 2 (100/200) et mon tapis sera plus précisément de 16800. Bon, 84 blindes, on est encore deep, let’s roll !

Concentré, je jouerais nitty et gagnerais quelques petits coups pour remonter à 18k avant l’arrivée de ce coup juste avant la pause : Elky, qui s’est mit au cours de ce deuxième niveau à jouer plus de coups, relance en MP à 400. Je retourne :Jc:8c et décide de le 3bet à 1050. Vu mon image depuis mon retour et sa volonté affichée depuis le début du tournoi à ne pas vouloir prendre de risques en ce début de tournoi, je pense qu’il va fold très souvent.

Malheureusement Ronaldo cold call au BTN et du coup Elky complète. Flop :7c:6s:4h … Deux overs, une gutshot et un backdoor flushdraw avec Ronaldo dans le coup, ça rappelle quelque chose ! Elky check, je cbet à 1050, et les deux payent.

Au turn tombe le magique :5h, je 2barell à 1900, Ronaldo paye et Elky passe. La river est un :Ac, une nouvelle scary card pour mon adversaire et je me contente donc d’un maigre 2400. Il tank et finit par call avec 99 en disant que de toute façon il m’en doit une.

Pendant ce temps, toute la table s’était levé sauf Elky qui avait refusé une interview car il voulait à tout prix savoir avec quoi j’avais pu le 3bet et 3barell ce board. Du coup un petit rail s’était formé dans mon dos et après avoir empilé les jetons, on me demande comment j’ai atterri avec J8s dans un tel pot. La réponse viendra d’elle même quelques instants plus tard avec un tweet d’Elky qui fera un petit buzz. Bon il a pas l’air content, on va tout faire pour en profiter ;)

Retour à 24500 pour cette première pause, le moins que l’on puisse dire c’est que c’est une sacrée bouffée d’oxygène. Bon, globalement tout le monde parmi les autres français a plus que moi, mais je suis bien content d’être remonté, et motivé pour poursuivre mon grind au retour de pause. En attendant c’est l’occasion de rencontrer Bobilovic, qui possède 30k à sa table et qui m’a promis un beerpong sur Vegas (il est champion de Tennis de table, CQFD). gL gL, et c’est reparti.

Les blindes passent à 150/300 pour ce troisième niveau, j’ai donc encore une fois environ 82 blindes. Elky est désormais très actif et doit avoir un attempt to steal de 100%. Je le 3beterais une nouvelle fois avec succès quand il tentera de me voler ma blinde, avant quelques mains plus tard de retourner :As:Kh en MP. Elky relance comme à son habitude à 600, et je décide vu l’historique mis en place de 3bet à nouveau, à 1500. C’est alors que se réveille papy nit en small blind, qui cold 4bet à 3500. Elky fold un peu énervé, et après un léger tank, je déciderais de fold sagement. Il retournera :Ac:Kd et ça m’énervera quelque peu, mais je pense que c’était la meilleure décision overall.

Arrive ensuite la vengeance d’Elky : je raise à 650 d’EP avec :Ah:Jc (oui, j’ai eu beaucoup de :Ax:Jx:lol: ) et Bertrand est le seul payeur, de BB. Arrive au flop :Td:7d:7c il check et je cbet à 650. Il paye rapidement et arrive sur le turn le :4c, sur lequel Elky me surprend quelque peu en plaçant un donkbet à 1250. Je suis un peu perdu mais me dis qu’il est souvent en bluff ici, surtout qu’il pense probablement que je vais second barell la plupart du temps. Call, donc, avec vaguement l’idée de call any blank river. Sauf que sur le :3h, le blank parfait, donc, il mise 4400 et malgré ma très forte envie de call, je me souviens de mes deux herocalls foireux et j’ai peur de m’autolevel à nouveau. Après tout il a joué très solidement depuis le début, et puis ce call amputerait pas mal mon tapis … Hum, allez fold, laisse tomber. Obv il retourne :9d:8d “Ah je suis obligé de te montrer là” et son tilt induce fonctionne puisque j’aurais juste adoré call Ace high face à Elky lors du Main Event :)

Quelques cbet manqués plus tard, je me retrouve à environ 20k quand arrive ce coup contre mon voisin de droite. Ce dernier est un japonais que Roro m’a décrit comme “sérieux” et qui à l’air de savoir lui aussi ce qu’il fait. Je suis UTG et open à 650 avec :As:Qh. Tout le monde couche jusqu’à Elky de SB qui call, ainsi que le jap’ de BB donc. Au flop arrive :Ah:8s:7c, ck, ck, je cbet à 850, Elky paye et le jap’ relance à 2400. Bon, j’ai vraiment l’impression qu’il en a marre que je sois si actif et vu qu’il sait que je vais cbet 100% sur ce flop, je pense qu’il peut prendre le spot de bluff. Je décide donc de payer. Elky fold et vient le :7h au turn. Ça réduit quand même énormément son range de value, il reste globalement 3 combos de :8x :8x et 9 combos de :Ax:8x, ça mérite un call, d’autant plus que je pourrais slowplay mes nuts comme ça pour faire rentrer Elky dans le coup flop. Le prix ? 5000.

Malheureusement la river est un :6c et vilain 3barell 8k. Je snap fold et FML, je suis down aux alentours de 13k … En plus un des fishs de ma table vient d’être remplacé par un jeune internet des plus compétents, contre qui j’aurais notamment manqué de balls juste après qu’il arrive à table : Elky minraise à 600 en EP, je flat :6h:6c avec mes 45 blindes, un autre mec flat, et le nouveau vilain squeeze à 2400 du bouton. Elky fold, et je n’ai pas osé push, me disant que j’avais encore de quoi faire avec 40 blindes+.

Bien m’en a pris puisque quelque peu soulagé de la pression de mal faire avec ce stack réduit, je grinderais insatiablement la table à coup de squeeze et de cbet, n’hésitant pas à pousser mes jetons au milieu, sans jamais aller au showdown. Bien vite je remonte à 18500 quand arrive ce coup, vers la fin du niveau:

MP joueur compétent relance à 750 comme il l’a fréquemment fait jusqu’alors. Le jap à ma droite flat au bouton comme il l’a fréquemment fait jusqu’alors, et je squeeze de SB à 2400 comme je l’ai fréquemment fait jusqu’alors (notamment dans cet exact spot aux deux orbites précédentes, une fois avec :Ax:Qx où j’étais prêt à stackoff, et une fois light avec :Ax:4x). Sauf que cette fois j’ai :Ad:Ac.

Le joueur de BB tank très longuement mais finit malheureusement par jeter ses cartes, MP fold tranquillement, et quand la parole revient au jap’, il snap shove mes 18k. Je call debout sur la table, il se lamente et retourne :Kd:Qd tandis que j’étale mes pocket rockets sur la table. BB affirmera avoir fold :Ax:Kx et le dealer retourne rapidement un flop :Jc:3d:3h.

Nice !!! Je les ai bien own me dis-je ! Je commence à compter mes jetons, je devrais a priori passer à plus de 40k ! :) A priori … Turn :Kc … Bon il reste un seul K dans le deck, je me fais pas trop de soucis, faut pas déconner commême … River :Kh … Cris de joie du jap’, mine atterrée d’Elky, il ne me faut que très peu de temps pour réaliser que je viens de bust du main event sur une horreur. Je ne sais par quel miracle je conserve mon calme, lâche un timide “alright, good luck gentlemen” avant de me diriger vers le rail où ZozoLeClown vient d’arriver.

“Alors ?”. Arf. Besoin d’être seul. C’est vraiment un moment particulier que celui où l’on perd un tournoi aussi important. Ce moment où l’on quitte l’arène alors qu’on ne s’y attendait pas … L’apellation de “mini-mort” est particulièrement bien choisie: c’est FINI, le tournoi continue comme une machine bien huilée tandis que tu en sors dans l’indifférence la plus totale. C’est vraiment très désagréable, et le sentiment d’injustice en est décuplé. Je vais en direction du lounge Barrière sans dire mot, m’écroule sur un canapé, et ferme les yeux une dizaine de minutes. Le staff comprend de suite, et j’ai le droit à quelques minutes de répit. xMoussx tentera de me faire marrer, mais c’est encore trop tôt, je suis en pleine descente,

Finalement après une période bien calme de déception, puis une période des plus amères de frustration, où j’en veux à la terre entière, je me résigne, rouvre les yeux, essaye de relativiser. Après tout, je m’y étais préparé, j’avais globalement 6660 chances sur 6670 de perdre ce tournoi dans la semaine :) On me demande ce qui c’est passé, je racontes mon bad beat avec le sourire, on me plaint, tout le monde compatit, pendant quelques minutes, quelques heures, quelques jours pour certains, puis on oublie, il faut bien, faire le deuil, focus sur les autres participants, des bustos y’en a tout le temps, tandis que des joueurs en course, il en reste de moins en moins, et c’est bien d’eux qu’on se souviendra, pas d’un random bad beat, aussi violent soit-il.

Le plus pénible reste auprès des novices. Pour ma famille ou la plupart de mes amis, que je bust sur une telle horreur ou sur un vulgaire flip au day3, ils ne voient pas la différence, là j’ai bust au bout de 5h de jeu, lol naab ! c’est quoi ton classement final ? Ma copine m’apelle, elle est en larmes, elle savait déjà quoi faire de ces 9 millions de dollars. Non, bien sur, elle est vraiment déçue pour moi, probablement encore plus que moi même. L’air de rien ça m’aide à relativiser. Je lui explique que ça fait partie du jeu, et que c’était assez probable que ça finisse comme ça de toute façon. C’est sur que j’aurais aimé vibrer un peu plus, passer ce put**n de day1 par exemple, mais bon … Comme on dit that’s poker, baby ! Allez, une bonne petite biture ce soir et on en parlera (presque) plus.

dyght.png

Retour sur le strip en taxi avec Zozo, petit passage par la chambre histoire de prendre une douche et de se changer, et direction la poker room du Ballys pour retrouver Ponzi qui grind toujours sa 1/2. On retrouve une petite dizaine de frenchies au Burger Brasserie, et on commence à se chauffer un peu. Il paraîtrait que la gift card fournie par Barrière fonctionne au Pure, on va donc y faire un tour dès notre sortie de la brasserie pour vérifier ça.

Entrée par la file d’attente rapide grâce à quelques VIP pass récupérés dans la journée par Ponzi, puis direction le bar. Le tuyau n’était pas percé, et après quelques tournées, on commence à me rendre la pareille et je finis rapidement dans un sale état à coup de chiens fous (un cocktail polonais constitué de shots vodka/grenadine (enfin, cranberry juice ici vu que la grenadine n’existe pas)/tabasco, petite pensée pour Virusz, Bilou et ShiShi - qui n’ont pas eu la descence de venir à Vegas cette année - en vidant mes tripes aux chiottes au passage).

AKEh9.jpg

C’était le but me direz vous… Enfin, le rooftop du pure est sympa, même si c’est clairement un cran en dessous du Marquee, on a une belle vue, et le barman qui nous drague allègrement nous offre même une tournée de shots vodka/GHB. Le mélange m’est fatal et pendant que d’autres vont au Rhino (thanks god je n’y ai pas été dans cet état, c’est un coup à prendre un emprunt à 50% auprès d’un mafieux local) je me retrouverais vers 3h à perdre 200$ au craps avant de faire all-in pour mes 500$ restants sur le noir à la roulette (“Allez one time ! On peut pas déchatter toute la journée commême !”). A vrai dire je run tellement bad que même quand on chatte un Full aux Jacks par les Jacks en 3 dimensions aux slots, on ne gagne que 1$20 :lol: . Tout cela est terriblement confus mais je finirais par trouver le chemin de mon lit, non sans avoir mystérieusement perdu mon permis de conduire au passage.

wfGbe.jpg

Las f*cking Vegas …



27 Comments




Recommended Comments

Keep Faith, j'avais eu le même BB à l'IPO Dublin en 2007 (KK vs QQ all-in sur flop rag, turn Q river Q), mais dès l'année suivante je faisais la TF :)

Jolis billets en tout cas, suis bien placé pour savoir que tenir une résolution d'écrire régulièrement sur un séjour à Vegas est en règle générale impossible... VGG et continue !

Share this comment


Link to comment

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

English
Retour en haut de page
×