Aller au contenu
Ce billet
  • billets
    63
  • commentaires
    839
  • vues
    614 148

LMDB épisode 2 : la Revanche du Speak

ArtPlay

3 103 vues

Ca fait trois jours que j’ai ce billet en tête. Plus très actuel du coup mais qu’importe, il y a deux-trois choses qu’il me tient à cœur de vous communiquer, chers ClubPokeriens, sur les coulisses de la Maison du Bluff.

Premier contact avec les candidats

Commençons par une question avec laquelle on me tanne pas mal : ça te fait pas trop trop ch*ier de coacher des trisos ? Alors. Je serai être un peu plus nuancé dans les termes, déjà. Tout d’abord je dois dire que oui, j’appréhendais un petit peu de coacher des joueurs que j’imaginais très mauvais, et que je craignais être peu réceptifs.

Mais tout d’abord je tiens à corriger les gens qui posent cette question dans ces termes : j’ai été très surpris par le niveau, à peu près correct, de la plupart des candidats. Oh bien sûr ce ne sont pas des foudres de guerre, mais il y a peu d’actions horriblissimes, à part une certaine weakness préflop avec des tout petits tapis, qui devrait être facilement corrigeable. Ce qui me gène c’est que beaucoup de gens posent la question en ces termes, alors que je suis convaincu que beaucoup ne feraient sûrement pas guère mieux que nos candidats, ou en tout cas seraient également très largement critiquables.

Reprenons donc : est-ce que ça ne me fait pas ch*ier de coacher des amateurs et des débutants ? Eh bien en fait suite à mon premier cours avec la première fournée de candidats, a priori pas du tout, je dois même dire que ça m’a bien éclaté. Etonnamment, alors que je m’attendais à des candidats soit trop sûrs d’eux soit peu réceptifs, il n’en a rien été. Ils ont tous bien accepté la critique (en clair, bien accepté le fait que le patron c’est bibi), et ont même été jusqu’à en redemander. Même les candidats au niveau un plus en deçà – je pense notamment à Alexandra – ne se découragent pas, ne considèrent pas n’avoir aucune chance et n’être là que pour passer à la télé viteuf : tous veulent apprendre et c’est franchement un plaisir d’être celui qui les pousse dans cette voie. Après tout, parler d’un sujet qui me passionne à des gens que ça intéresse, on a vu pire …

Question subsidiaire anticipée : oui, après l’avoir un peu côtoyée, même Cathy m’apparaît finalement sympathique. Non je ne fais pas la démagogie. Pas mon genre.

Organisation

Lors de mon précédent billet j’avais présenté la Maison du Bluff comme un véritable champ de bataille au niveau de l’organisation. C’est désormais LEGEREMENT mieux, et je m’y suis de toute façon habitué, je ne m’en plaindrai donc pas beaucoup plus. Par contre je tiens à revenir sur le dernier speak (commentaire de partie en différé, destiné à la TV) que j’ai effectué aux côtés de Marion Nedellec, car les conditions étaient quand même au top. J’irais presque jusqu’à dire que des horaires de gardien de nuit seraient une embellie par rapport à ceux de cet enregistrement.

Concrètement le jour où je donne mon cours, de 20h30 à 21h30, on me dit après « Sylvain va falloir que tu speak ce soir ». Pas de problème pour moi vous le savez, je suis un homme Barbara Gould, toujours disponible. « Bon on sait pas trop quand la bande sera prête, donc rentrez à l’hôtel puis revenez plus tard ce sera sûrement mieux ». Ok. On fait ça, je me retrouve dans une soirée à l’hôtel (j’y reviendrai) puis à 1h40 on m’appelle « Sylvain on y va c’est prêt gogogogogo ». Super, avec un peu de chance on pourra commencer à 2h et finir à 3h15, ça reste OK.

Nous voici donc revenus, Marion, Sofiane (l’ingé-son) et moi-même, à la villa. Evidemment en fait, ce n’est pas prêt. Même pas près d’être prêt. On tue donc un peu le temps en causant, j’apprends que Marion avait peur de moi avant ce premier speak à deux, avant ce grand saut dans l’inconnu. J’en conviens, je suis objectivement terrifiant :

100726122114686448.jpg

Apprenant que je speakais avec Marion

Soudain un « you-hou on a besoin d’hommes » retentit. Vous nous connaissez, avec Benny nous bondissons immédiatement au secours de la demoiselle en détresse. Il s’agissait en fait des candidates qui avaient profité de l’extinction des caméras pour se laisser saouler – littéralement hein – par Tilou et Geoffroy. S’avisant qu’à 6 contre 2 elles manquaient de testostérone pour être comblées elles ont tenté une fugue et un alpagage des plus vaillants hommes du staff. Il m’aura d’ailleurs fallu faire usage de toute mon extraordinaire force physique pour retenir Benny et l’envoyer faire son speak de son côté. Pour mémoire, Benny fait les voix off. Le type qui doit raconter des âneries du style « Sébastien réussira-t-il à séduire Gaëlle ???? » (au pif hein) c’est lui.

Bref, 4h du mat’, Benny, ce planqué est DEJA parti faire son speak, et nous continuons d’attendre avec Marion. Ce n’est finalement qu’à 5h du mat que nous pourrons commencer. Conséquence de l’inévitable fatigue, on raconte un peu n’importe quoi. Heureusement Alexis n’est pas là et quelques âneries et bafouillements peuvent passer à la trappe. Oui parce que Alexis même à 5h30 du matin, si tu dis « S-Sébastien » au lieu de « Sébastien », tu refais toute ta phrase. Tant de rigueur dans un seul homme, jusqu’à 6h du mat’, pour moi qui suis habitué à me contenter d’approximations et de demi-mesures, pas facile.

Enfin du coup le bilan du speak c’est ça : moi je passe 1h à insulter à moitié les candidats, parfois limite Marion, qui elle passe son temps à nous parler de différentes « embellies ». Je note pendant l’enregistrement qu’elle abuse un peu du terme (Sofiane également), mais on est crevés et on décide de l’ignorer et de ne pas lui dire.

Après tout c’est elle qui se fera flame sur ClubPoker et pas nous 8|. Et si on peut gagner 30 minutes de sommeil en racontant un peu plus de conneries que d’accoutumée à la télévision française, on y est résolus. On finit à 6h15, pas peu fiers d’avoir torchés en 1h15 à peine 52 minutes de commentaires. Retour à l’hôtel et dodo.

Mais je voudrais faire un petit retour dans le temps pour vous parler du vrai sujet important de ce billet.

Les monteuses

Je vous parlais d’une petite soirée avant de repartir comme un abruti pour faire mon speak. Cette soirée s’est déroulée chez les monteuses. Les monteuses, c’est comme les monteurs, mais c’est des nanas. Un monteur c’est un mec qui prend toutes les séquences de la journée, et en fait une seule émission de X minutes. Donc une monteuse c’est pareil sauf que ça a les cheveux longs et une paire délocalisée.

Et voyez-vous, les monteuses de la Maison du Bluff sont pour moi un vrai petit mystère. Pour une raison que je n’arrive pas encore à identifier elles sont toutes plus ou moins canon. Bon pour être plus exact disons que le bas de la range c’est « jolie ». Mais bon, me semblent pas avoir pris en dessous. Et je serais vraiment curieux de savoir pourquoi. C’est un métier où on n’est pas spécialement vu, où en l’occurrence on passe 12h par jour dans un Algeco. Pas besoin d’être jolie pour ça put*ain. Ca profite à personne. Je vous vois d’ici demander « pics ». Eh ça va, on se calme, je suis timide, et on n’est pas encore mégapotes. Pour l’instant j’en suis cantonné à trois théories sur pourquoi ya pas de laideron.

1/ Variance. Le plus probable, mais c’est pas très marrant.

2/ Le mec qui a effectué le recrutement est un pervers. Je pense qu’on a là une cause possible. A moi de mener l’enquête pour savoir à qui il incombe. J’espère que c’est pas quelqu’un de trop-trop important sinon maintenant je suis cramé. Idéalement j’espère même qu’il est basé à Paris pour éviter de me faire casser la gueule. Encore que les pervers sont pas souvent les plus intimidants.

3/ Biais lors de la formation. Forcément quand on choisit de faire des études qui vont amener à travailler au poste de « monteuse », quelque part faut être prête à assumer quelques sarcasmes grivois. Et c’est forcément plus facile si on ressemble pas à Maïté.

Voilà donc qui conclut ce qui est sans aucun doute le paragraphe le plus intéressant de ce billet.

A bientôt pour de nouvelles aventures. Et pour ceux qui demandaient, mes cours devraient être disponibles en intégralité prochainement sur le site de la Maison du Bluff !



14 Commentaires


Commentaires recommandés

hello Art ! GG pour les commentaires, j'ai objectivement rarement entendu des com. aussi pertinents et justes. Par ailleurs tu n'hésites pas à reprendre Marion en douceur quand elle raconte n'importe quoi, et tu le fais bien.

Egalement, tes cours sont tops, j'imagine la difficulté de pondre un cours pas trop poussé pour les Gregs & Co, et pas trop useless pour ceux qui ont un niveau plus avancé.

GG Mister, ++

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Sympa ton billet! Artplay...merci :thanks:

Pour le moins ça me parait la moindre des choses qu'ils soient tous réceptifs au coaching!!..Quoique..ça plairait peut être à la prod que les coachs soient molestés!! ça passerait au zapping de canal et boosterait les audiences! 8>

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

J'ai jeté quelques coups d'oeil à lmdb. Très sympa les cours, d'autant que ça ne devait pas être évident de rester léger et pas trop rébarbatif tout en étant technique. Ca doit pas mal aider de voir qu'ils sont réceptifs.

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

English
Retour en haut de page
×