Jump to content
This Entry
Sign in to follow this  
  • entries
    7
  • comments
    0
  • views
    375

Week-ends sales - Quelques explications

VeuksPowAA

149 views

Comme promis, quelques explications sur la chanson que je viens de poster...

EDIT : Je rajoute à postériori quelques éléments pour compléter.

 

« J'me rappelle, au tout début j’ai pris un risque, j'avais les As, avec la même, à l'opposé, mon adversaire jetait ses cartes. »

Ici, on est en full ring, blinds 150/300 avec 50k de stack effectif.

UTG raise 800, et UTG+1, que j’ai identifié comme étant un TAG compétent mais très standard, 3bet 2700. Je découvre AA en SB, et décide de flat call, pensant qu’un cold 4bet de ma part me mettrait beaucoup trop face up. UTG call.

Flop 3way, 743ss. Je check, UTG m’imite et UTG+1 cbet un truc comme 3500. Je le situe clairement sur overpair et check/raise petit, quelque chose comme 8k (désolé si je n’ai plus les montants exacts), UTG fold, mais UTG+1 3-bet le flop à 16k !!

Je repasse dans ma tête la range des mains qui me battent : 77, 44, 33, 65, 74, 73 et 43. Et, je me dis, que vu l’action préflop, UTG+1 n’a jamais une de ces mains.

Donc, étant donné que le flop est drawy et que je ne veux pas voir une turn action killer, surtout étant oop, je shove mes 50k… 150bb au flop sans avoir les nuts, autant dire que j’en avais les fesses qui faisaient bravo !! L’adversaire tank forever, plus de 5 minutes, et finit par jeter les deux autres AA en me les montrant !

En y repensant, c’est logique : sa range est cappée, mais pas la mienne… Vu qu’il a eu la politesse de me montrer sa main, je montre aussi, et encaisse les jetons.

Stupéfaction à la table : derrière, j’ai pu faire ce que je voulais pendant plus d’une heure !

 

« J'avais la dalle, dans la soirée, je touchais tout, c’était hardcore. »

Je me rappelle ici d’un exemple frappant. Je suis au cutoff avec ATo en fin de day1, et le hijack a limpé. Je raise 4bb avec ma main, bb call et le limper call. Flop KQx rainbow. Check et check de mes adversaires, je cbet standard half pot. Mes deux adversaires callent, et je pense que le coup est perdu… Mais, la turn est un J, ma gutshot rentre, et je 2-barrel sur un nouveau double check de mes adversaires. Ils ont fold, mais cette main est représentative de cette période du tournoi. A chaque fois que j’ai cbet le flop en slip avec quelques outs, j’ai touché la main gagnante à la turn !! Et ainsi conservé mon image de joueur invincible.

Une autre main : en milieu de day1, j'ai 88, 100bb deep+ (je ne me rappelle plus mon stack exact à ce moment), et je suis en bb face à un open 2.5x du btn qui lui est 25bb deep. Je 3bet 8x, dans l'idée de call son potentiel 4-bet shove. Il flat, flop 622 rainbow, je le mets à tapis, il call avec 86s, main parfaite pour moi... Je le bust.

Une troisième : en milieu de day 1, j'ouvre 99 en début de parole, payé par mp, btn et bb. Flop 9xx, not so drawy (je ne me rappelle plus de la texture exacte). Après le check de bb, je cbet oop dans 3 joueurs, seul mp call. Turn brique, mp a représenté beaucoup de force sur son call sans la position contre mon bet oop en 4-way, donc je check pour le laisser miser. Je check/raise all in son bet turn (les montants correspondaient), il tank call, préflop il était en trap avec QQ... Je le bust.

Ca a été comme ça TOUT le day1 : je marchais vraiment sur l'eau.

 

« Arrive mon heure, je touche les nuts, et j’envoie tout, j’obtiens le call. »

Ici, je suis en demi-finale. Je retrouve un joueur récréatif Suisse, complètement euphorique, avec plein de jetons, donc beaucoup de faible valeur. Je l’identifie à ce moment comme jouant probablement très LAG. Je vois aussi 3 joueurs concentrés, avec un middle stack, et le reste de la table en mode desespéré, attendant de voir passer l’orage.

Je trouve AQhh au hijack, j’open standard et me fais payer par le bouton, ainsi que par notre ami Suisse en bb. Le flop vient 743hh, m’ouvrant le nut flush draw. Je cbet face au check de bb, le bouton fold, et bb me call.

La turn est magique : 6h, me donnant nut flush sur un board 4-card straight !

Je 2-barrel turn, et, à ma grande surprise, notre ami Suisse de bb me check-raise pour 1/3 du stack effectif… Je le regarde, et ressens, sur un tell physique, son envie d’en découdre. Je shove, et il insta avec 75o pour la straight, drawing dead ! Après le coup, j’avais tellement de jetons que je n’arrivais plus à les ranger, j’ai du appeler le floor pour qu’ils me donnent des jetons de plus forte valeur !!

 

 

« Oui allô Maman ? Oui mon fils ? »

J’ai vraiment appelé ma mère à la pause avant la table finale. « MAMAAAN ! QU’EST-CE QU’IL M’ARRIIIIVE ?? ». Et je pense que la conversation qu’on a eue est très bien résumée par le dialogue qu’on a eu. Elle m’a conseillé de m’amuser, et de ne pas penser aux conséquences. Un énorme big-up à elle pour cette conversation.

 

« J’suis arrivé en table finale et ça misait dans tous les sens ! Je me suis fait buter une jambe ! »

Cette main est sick. Je suis en bb avec T9o face à un limp de sb. Je check.

Le flop vient J8xss. Sb bet half pot, je call avec mon open handed. Turn troisième pique, mais brique. J’ai un petit flush draw en plus de ce que je tirais déjà. Il check, et c’est moi qui bet half pot. Il tank call.

La river est une Q ne faisant pas rentrer le quatrième spade. J’ai hauteur T, et sb check à nouveau.

Je décide d’envoyer le barrel bluff river, pour la moitié de son stack, et une bonne partie du mien. Il tank forever, et, au bout de 5 min, me demande le montant de mon bet ! "900000, c'est ça?" Je suis en PLS, en apnée, et n’arrive pas à lui répondre avec des mots, seulement un hochement de tête… Il comprend mon tell physique de faiblesse, et finit par me call avec JTo pour 2ème paire !

 

"J’étais short-stack, le sang plus chaud que les latins. Première doublette, ces petites pinces couchaient plus vite que les lapins."

 J'ai passé plus de deux heures en TF dans la zone 15-20bb, parfois en dessous, à resteal à tapis à chaque fois que j'avais une main potable (pp, broadway, Ax) contre un adversaire avec une fréquence de raise non nitty. J'ai aussi abusé du spot push sb vs bb, avec un peu tout et n'importe quoi, contre l'adversaire à ma droite. C'est toujours passé.

Mais, la table se rétrécissant et étant relativement card dead, j'avais quand même du mal à ne pas me laisser déblinder. J'ai fini par gagner le flip qui m'a relancé, quand j'ai resteal all-in 9bb QJo, à 6 left, sur un raise en début de parole d'un joueur, qui, sans relancer tous les coups, ouvrait quand même relativement souvent. Je savais qu'il avait la cote pour me payer, et j'ai quand même décidé d'y aller, pour de ne pas me laisser mourir. Il a call avec 44, je n'ai touché ni ma Q, ni mon J, mais le board a fait deux paires et ses 44 se sont retrouvés contrefaits à la river... C'est la seule fois où je n'ai pas maîtrisé mes émotions, j'ai hurlé ma joie sur le double-up!

 

« La grosse blind se rapprochait, il valait mieux serrer les sseuf' ! Quand j’ai boîté, j’avais les neuf ! »

Ici, c’est un gros mensonge de ma part, pour coller à la chanson originale.

La vérité, c’est, qu’à 6 left, une orbite après ce fameux flip, j’ai call depuis la sb un open du bouton avec QJo en étant 20bb deep, et que bb est rentré aussi. Il y avait des stacks plus short, et je ne me sentais pas l'envie de boite preflop. Le flop est venu QJ9, bb a donk bet half pot, le bouton a call, et j’ai check-raise all in pour même pas 3X le bet avec top two, en priant que personne n’ait une quinte, ou me paye et la touche sur le rundown… Les deux joueurs ont fold, et j’ai doublé mon tapis sans showdown.

 

« A l'époque j'étais si jeune, j'n’avais de respect pour aucune star »

Sur cette main, nous étions à la bulle de la table finale. Il restait 11 joueurs pour 9 places en TF. L’un d’eux avait 2bb, et un autre 3bb. Pour ma part, j’étais deep, avec 60bb. Mon adversaire, que j’avais identifié comme un excellent joueur, mais que je ne connaissais pas plus que ça, m’open en sb vs bb, 4bb, en étant environ 30bb deep !

Je sais qu’il a une main, mais, je me dis aussi que, au vu de l’ICM, il ne boîtera pas ses 30bb sans un monstre absolu. Je le 3bet donc de bb, quelque chose comme 11 ou 12bb, pour le mettre en push/fold. Il finit par passer AQ, et je lui montre mon J7o, le mettant en tilt de malade !

Il s’agissait d’un joueur top France, dont je ne citerai pas le nom, mais qui est probablement connu de la majorité des joueurs de ce forum. A l’époque, je ne savais pas qui c’était. Si j’avais eu l’information, il y aurait eu de fortes chances que je fold sagement ma BB…

Le fait est que, sur la main suivante, il a reshove ATs sur un raise UTG+1, et s’est fait payer par JJ qui a tenu. Et que c’est donc un des deux short stacks qui a fait la TF…



0 Comments


Recommended Comments

There are no comments to display.

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

English
Retour en haut de page
×