Aller au contenu
Ce billet
  • billets
    10
  • commentaires
    71
  • vues
    26 903

CR: READ TRIP à Dublin

LeGwen

487 vues

Jouer un tournoi à l’étranger est toujours une expérience unique dont la principale difficulté est d’apprendre à connaitre les locaux. Personnellement, cloisonné en .fr je n’avais aucune idée du jeu Irlandais : sont-ils rugueux au poker ? Surjouent-ils les mains suited à trèfle?

Afin d’être sûr de bien cerner les profils et de ne pas me déplacer pour rien, j’ai opté pour le DSO challenge : avec des levels d'une heure (et 50K de jetons), il est peu probable que je rentre sur Paris sans des reads plein les poches.

J’arrive à Dublin la veille du main Event alors que le satellite est à un moment critique. 34 joueurs restant pour 33 tickets, les joueurs votent un à un à bulletin secret (WTF ?) pour savoir s’ils payent le dernier. Le verdict tombe, 33 joueurs ont donné leur accords avec le carton vert, un joueur a donné le rouge. La partie reprend donc son cours : une table, déçue, décide de faire un walk à toutes les mains ; je les envie, je n’ai encore jamais fold une paire d’AS ou muck un jeu gagnant. Toutefois, je vais me coucher tendu, ma tâche va être difficile : le floor, les croupiers, les dealers, les serveurs, les joueurs*… tous sont français…

Le tournoi débute enfin, je ne regarde pas les noms de ma table, je préfère garder la surprise. Ouf, parité respectée : 45% de français, 45% d’irlandais et moi un français que tout le monde prend pour un Irish. Parfait, passer pour un local devrait faciliter ma tâche. Il est toujours bon d’avoir des « amis » à tables car ils nous font toujours des cadeaux (comme des check backs river avec de bons jeux et de gros raise flop avec le jeu max) et surtout, ce qui m’intéresse au plus haut point : ils donnent volontiers leurs reads sur nos adversaires (no joke).

La journée commence par un missread : Papinit1 joue bien, il pourrait remporter la race Bwin hivernal* sur une seule partie. D’ailleurs avec son jeu NAG (Nuts Aggressives), il ne tarde pas à sortir un joueur dès le second niveau. Plusieurs journalistes irlandais viennent tour à tour à la table demander ce qui s’est passé, j’en déduis que c’est le premier éliminé du tournoi et qu’il a gagné un lot de consolation... C’est alors qu’un autre joueur, ayant remarqué ma profonde réflexion, finit par me renseigner : le joueur en question était Andy Black, une légende du poker en Ireland ! Diantre ! Me renseigner sur les joueurs du pays aurait été un minimum !

Après quelques dizaines de minutes, je développe enfin mon premier read qui, malheureusement, annihile tous les autres : l’irlandais open muck tout le temps ses cartes sur la rivière. Je ne vois aucun showdown, c’est frustrant, voir déstabilisant. Je décide alors de me prêter à ce petit jeu afin de parfaire ma couverture de joueur Irlandais :

Sur un board AT22A je bet river devant deux joueurs avec QJ, je ne pense pas faire passer un dix mais toutes les paires inférieures auront du mal à payer. Le premier joueur jette assez vite et le second finit par payer. Là j’ai vraiment un bon spot d’open muck : je n’ai que peu d’intérêt à connaître sa paire et je préfère garder mes cartes secrètes. Je jette donc, fier de moi. L’irlandais esquisse un sourire et raille « I know what you had » en retournant 43 ! WOW ! J’ai réussi à jeter la gagne sur mon premier open muck lifetime!

Non ce n’est pas fini ! La suite :lol:

*(sans vouloir trop m’avancer, je pense essentiellement des joueurs de winamax)

*nouvelle course organisée par Bwin dont le but n’est pas de faire des mains ou du profit mais des combinaisons de flush, quads…



2 Commentaires


Commentaires recommandés

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

English
Retour en haut de page
×