Aller au contenu
Ce billet
  • billets
    28
  • commentaires
    269
  • vues
    59 431

Long article, mal formate, et sans image. GL

Mr Sneeze

1 281 vues

Pardonnez l'absence d'accent, j'ecris sur un clavier US.

 

Au pok, il est facile de faire ca mal. Etant un grand perfectionniste de nature, cette realite me confronte regulierement. Mais je me soigne.

Des exemples de main jouees ici a Campione d'Italia. Sans tout detailler, dans un tournoi a 500e avec structure exceptionnelle (WSOPc), je decide de folder un bon bluffcatcher river dans un petit pot, sans infos sur mon adversaire. Jai base ma decision sur son clignement de paupieres suspicieusement eleve, presque comme s'il donnait un faux tell. Evidemment il avait le bluff, tout italien qu'il est.

En cash game, dans un pot que jai 3 bet,  je cb flop et check back turn en mode trap contre un joueur un peu hors de controle. River il overbet 300 dans 180 et je decide de fold alors que je comptais snap call. Il faut dire qu'a priori il peut bluff le spot en misant 100e, ce qu'il n'a pas fait. Aussi des choses qu'il m'a dit, le fait qu'il est le type de joueur a utiliser son image pour maximiser sa value, et que jai deja fold des petits pots contre lui. Il n'a aussi jamais mise une si grosse somme avant dans la session. Evidemment il avait le bluff, tout kosovard qu'il est.

Bon, jai une raison a tout cela. Depuis plusieurs mois, je travaille ma solidite. Les parties sont globalement plus difficiles et moins spewy qu'avant, donc il faut faire attention a ne pas call trop comme un debile des annees 90. D'ailleurs les parties que j'ai jouees dernierement sont particulierement tight: online d'abord, que ce soit sur le .fr ou le .com (on est bien dans in ecosysteme en train de mourir), et live egalement, a Amsterdam (parties bien reggish) et a Vegas (qui ne me semble pas l'eldorado).

Pour faire simple, mes erreurs ont un fondement, meme plusieurs. Les habitudes de jeu ont la vie dure: j'ai dans ma memoire emotionnelle et corporelle tous les calls ou plays spewy que jai fait dans ma carriere. Jai aussi integre le fait que le field ne bluff pas autant river que jaimerais le penser.

La ou je veux en venir, cest que je ne suis pas une machine de pure rationnalite, indifferente a mon passe, mon experience, et mes emotions. Dans le cas de la premiere main decrite, je fais un fold 'explo' base sur un mauvais read, ce qui est une erreur sans infos precisement (j'aurais du call car suffisamment haut dans ma range, bonne cote de pot, etc). Mais cette erreur vient de ma tentative de maximiser mon edge, de prendre les meilleurs decisions possibles, y compris si cela implique des tells ou soul reads. Dans ce processus complexe d'interpretation des informations a la table, on peut facilement se tromper.

Allez une autre, jouee tout a l'heure en cash game. Je raise turn avec un combo draw, vilain call OOP. River je hit flush, et il lead rapidement pour pot. Ma flush n'est pas max du tout. Je sais qu'il a tres peu de bluff, du fait de : sizing, timing, attitude apres le bet. Et surtout, une theorie personnelle, qu'on pourrait appeller le Sobo theorem: quand un joueur call une action agressive turn en etant OOP, surtout s'il s'agit d'un raise, avant de lead big river, en particulier a tapis, et bien il a une range nutted. On devrait donc fold une tonne, y compris des mains tres fortes. Dans certains spots, on peut clairement fold 2nd nuts dans le visage de notre adversaire meduse. En realite, personne ne sait folder des mains nutsees river, ce qui est exactement la raison pour laquelle les joueurs donk bet enorme pour value river apres avoir call turn....
Dans cette main donc je suis pret a folder, tellement pret... Et mes erreurs precedentes, le fait d'avoir fait un play explo et de m'etre trompe, le fait de me faire bluff beaucoup plus ici (Italia...) qu'a mon habitude, je call pour verifier. Il avait les papiers, tout israelien qu'il est.

Ainsi sans aucun doute les erreurs de jugement peuvent en entrainer d'autres. Je ne suis pas une machine rationnelle, et de ce que je vois aux tables reelles ou virtuelles, vous non plus.
Certainement le poker est un jeu d'investissements. Etre un bon investisseur revient ici a etre un bon decision-maker. Notre vision est que derriere le chaos apparent du jeu, un systeme logique se degage. Comme une partie d'echecs, les strategies s'affrontent. Cependant il y a un hic. La facon dont le poker fonctionne. La facon dont nous le construisons plus exactement.
Pour comprendre ce que j'entends, visualisez-vous il y a un an, ou deux, ou cinq. Ce n'est pas seulement que vous etiez probablement moins fort. C'est tout votre paradigme, tout votre schema du jeu qui evolue a chaque nouvel element integre. Tout edifice de raison que vous construisez sera un moment chamboule par le jeu, vous obligeant a detruire et reconstruire votre pyramide de savoir.

Pour comprendre ce que je veux dire encore, aucun livre de poker ne vous transformera en top player. La raison est qu'il n'y a pas de secret, aucun mystere a mettre a jour. Le savoir est perpetuellement remodele a l'aune de notre experience, des adversaires que nous affrontons et de leur propre paradigme.

Le poker est peut etre plus un langage qu'une partie d'echecs perturbee par le facteur chance.

Le secret est qu'il faut s'abimer sur le jeu, encore et encore, se tromper, encore et encore, laisser notre paradigme se deconstruire encore et encore jusqu'a se fluidifier.

Evidemment, l'esprit humain se rassure de la causalite et de l'ordre. Nous sommes des machines biologiques creatrices de sens, a partir de langage symbolique.
Generalement, toute perturbation de cette chaine causale, nous la blamons sur la stupidite de nos adversaires (incapables de comprendre notre langage, qu'on croit Le langage "objectif" du jeu...) ou sur la variance, cette mysterieuse entite qui recompense et punit a sa guise. Je ne m'etends pas plus sur le sujet de la variance, car j'ai ecrit un (bon) article portant sur ce theme, et qui devrait etre publie en format papier sous peu...

Ce que j'essaie maladroitement de dire, c'est quelque part une inevitabilite de l'erreur. Le processus d'apprentissage est infini et tumultueux. Je commence a etre un vieux dans le monde du poker, et ca commence a m'amuser de systematiquement voir mes adversaires penser qu'ils ont compris, oui, aucun doute, ils savent comment se joue ce jeu.
Moi je ne sais pas, j'essaie beaucoup de choses, je doute souvent aussi. Et petit a petit, je me vois tout de meme passer des etapes, et grimper au dessus de ma propre tete. Chaque jour le poker est le meme, chaque jour il est different.

 

Qu'est ce qui ferait un bon decision-maker?
    ⁃    Capacite a engranger des informations (deja grosse limite pour pas mal de raisons: nos perceptions sont toujours limitees et parfois voilees, notre esprit est paresseux et ne pioche pas facilement sans une forte discipline. Ou alors il suffit d'avoir faim, d'etre fatigue...)
    ⁃    Capacite a analyser ces informations correctement : c'est la chose tres difficile, on peut se tromper sur les facteurs pertinents par exemple. Un biais cognitif tres frequent consiste a donner plus de poids a ce qui confirme nos hypotheses initiales. Ainsi dans le monde de la recherche, lorsqu'une equipe essaie de prouver quelque chose, le risque est grand de donner plus de valeur a tous les elements qui justifient l'hypothese de depart, plutot qu'a ceux qui la refutent. Ce biais existe dans le monde rationnel, critique, de la science, rendant d'ailleurs beaucoup de "conclusions" facilement invalidables. Comment ne pourrait-il pas exister dans une main de poker jouee entre humains bourres d'adrenaline et de testosterone?
    ⁃    Capacite a mettre en relation plusieurs spheres d'information. C'est pour moi la le plus grand signe d'intelligence, cette mise en relation des donnees.

Je pourrais detailler chaque element, mais il existe quantite d'ouvrages excellents traitant du fonctionnement de notre esprit, la paresse de notre esprit analytique (et ainsi notre tendance a prendre des decisions basees sur nos premieres impressions, par exemple), les illusions perceptives, biais cognitifs, etc.

Ce que je suggere, c'est surtout que le poker est infiniment complexe, et pour devenir un bon decision-maker, il va falloir engranger beaucoup d'experience. Par experience, je n'entends pas seulement le temps passe a jouer, car quantite de joueurs jouent depuis des annees, ou des centaines de milliers de mains, sans pour autant avoir l'air d'avoir appris beaucoup. Non, il faut considerer temps de jeu multiplie par la concentration, l'attention, et aussi la digestion. Il s'agit donc de jouer, pratiquer avec conscience. L'infinite des situations creees par le poker nous pousse irremediablement a la faute. Et comme tout joueur l'a surement remarque, il ne suffit pas toujours de connaitre le bon play pour l'effectuer: il est facile de cliquer sur le mauvais bouton, ou de ne pas oser faire un bon bluff en live. Non, il faut que l'apprentissage passe dans la chair, dans la detresse autant que dans l'euphorie. Et je ne parle meme pas des erreurs que nous faisons sans savoir (encore!) qu'il s'agit d'erreurs! A mesure de nos erreurs, nous avons la possibilite de faire evoluer nos schemas mentaux, nos modeles, paradigme a propos du jeu. Nous gagnons en finesse. C'est la une possibilite, mais clairement tout le monde ne la saisit pas. Beaucoup restent dans leur zone de confort, continuent de faire ce qui marche, ou ce qui a marche, plus ou moins, sans trop savoir pourquoi. En ce sens, ils croient avoir resolu le jeu, et evidemment ne comprennent pas pourquoi le jeu ne les recompense pas ou plus.


Dans tout cela, je n'ai meme pas evoque le poids des emotions dans nos decisions.... Mais celles ci sont excessivement presentes et guident nos choix de maniere phenomenale. Je disais au debut de cet article etre perfectionniste. C'est, je pense une bonne chose de toujours douter de soi-meme, de chercher a toujours faire mieux. Mais cela peut aussi etre un frein, car sans confiance on ne va certainement pas jouer au top: j'ai observe que parfois je n'ose plus faire confiance a mes reads, ou alors je cherche un "systeme" qui resoudrait le jeu, ou en tout cas m'eviterait la douleur de perdre.... Ou encore chercher a prouver de differentes facons que je suis bon, voire le meilleur. Ce genre de choses, qui exterieurement peuvent ressembler a un ego fort, quand clairement il s'agit d'un ego fragile. Chez d'autres joueurs j'ai observe les ravages de l'exces de confiance.

Il y a aussi, evidemment, massivement, ce qui se passe dans notre vie en general : sommes-nous heureux, equilibres? Cherchons nous a compenser des choses dans le poker? Le poker est-il ou devient-il notre seule source de gratification? Auquel cas on risque fort d'etre ballote par les fluctuations du jeu, et prendre nos decisions en fonction... Par exemple, on perds plein de tournois, on a pas tellement de satisfactions hors poker...comment esperer avoir la confiance et discipline de gagner le prochain tournoi? Ca n'arrivera pas, car notre capacite a prendre des bonnes decisions est totalement floutee....

Il faut en fait un doute permanent, une capacite a douter de ses propres perceptions, de sa propre rationnalite, de ses propres systemes, et en meme temps avoir la confiance necessaire pour jouer sans crainte ni exces d'orgueil! Vous rendez vous compte de l'exigence de la tache?! Par ailleurs, et c'est tres important, il n'y a pas de terrain d'entrainement au poker. Evidemment on peut bosser son jeu en dehors des tables, ou jouer des stakes plus basses. Mais ca ne sert que partiellement. Vous pouvez avoir un grand savoir technique developpe en dehors des tables et galerer a l'appliquer sous la pression.... Ah tiens, voila un autre parametre perturbant nos decisions: notre capacite a gerer la pression! Et celle ci est frequente et multi-facettes.


Ma conclusion: le poker vous abimera. Si vous etes pret a accepter cette realite (c'est a dire d'echouer systematiquement pour grandir), ou comme le heros de kung fu panda, vous faire defoncer et dire "oh yeah, give me more"' alors vous avez de mon point de vue compris quelque chose. En acceptant la destruction de votre ego opere par le jeu, la tension permanente, vous autorisez en realite votre ego a devenir plus fort car plus souple, vous autorisez vos ailes a se deployer.... Evidemment il ne s'agit pas d'etre masochiste et d'aimer perdre, car alors vous devenez un gambler, rien de plus. Cela je pense, est assez clair.


Sur ce, may the force be with you, always.



3 Commentaires


Commentaires recommandés

Yo  Mr.Sneeze ! 

Bravo pour ce magnifique billet ! J'aime beaucoup et admire la façon dont tu as réussi à mettre en avant ta vision des choses, qui me parait très exact ! Plus j'avançais dans la lecture, plus je me disais : "put**n mais ce gars il arrive à crystalliser tout ce que tu penses" ! J'ai l'impression de lire ce que je pense, c'est dingue ! 

Au plaisir de lire le prochain billet :) 

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Ton article est vraiment intéressant et agréable à lire: l'analyse et la réflexion sur la pratique du poker y est intéressante et trouve un écho en moi  au travers de ta perception du jeu. Un seul bémol, je garde une impression de fouillis de l'ensemble de tes idée (peut être cela provient t il de ma perception): comme si tes réflexions étaient posées sur la feuille, non pas brutes ( car on comprend que tu réfléchis à tt cela) mais comme ci l'ensemble n'était pas encore parfaitement harmonisé, structurés. Le perçois-tu ou es-ce moi qui n’assimile pas bien l'article?Dans les deux cas, l'important est que je te remercie pr ce sympatique moment. 

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire
Il y a 7 heures, coltrane007 a écrit :

Ton article est vraiment intéressant et agréable à lire: l'analyse et la réflexion sur la pratique du poker y est intéressante et trouve un écho en moi  au travers de ta perception du jeu. Un seul bémol, je garde une impression de fouillis de l'ensemble de tes idée (peut être cela provient t il de ma perception): comme si tes réflexions étaient posées sur la feuille, non pas brutes ( car on comprend que tu réfléchis à tt cela) mais comme ci l'ensemble n'était pas encore parfaitement harmonisé, structurés. Le perçois-tu ou es-ce moi qui n’assimile pas bien l'article?Dans les deux cas, l'important est que je te remercie pr ce sympatique moment. 

Merci d'abord.

Je suis d'accord avec toi, c'est pas l'article le mieux construit que j'ai écrit: j'ai sauté sur l'inspiration du moment, et laissé sortir. Un peu brut donc, certainement peu retravaillé. Je prends note, et ferai un effort au prochain billet !

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

English
Retour en haut de page
×
King's Resort : WSOPC 2019
King's Resort : WSOPC 2019