mercredi 3 octobre 2018 à 14:48

Après une première partie consacrée au processus d'écriture de Brian Koppelman et David Levien, Club Poker poursuit la traduction des interviews croisées réalisées par Alan Siegel pour The Ringer. Les piliers du film Rounders (Les Joueurs) y détaillent cette fois les différentes phases de constitution du casting. De Matt Damon à Edward Norton en passant par Famke Janssen ou Michael Rispoli, chacun y va de son petit commentaire.

Rounders Famke Janssen

Brian Koppelman : Grâce à tout ce temps passé à jouer dans des salles de poker ou à lire des bouquins spécialisés, nous étions les deux seuls mecs à comprendre tous les détails du film.

David Levien : Très souvent quand vous vendez un projet et que quelqu'un s'en empare, vous devez vous contenter du fauteuil de spectateur. Mais Teddy et Joel étaient vraiment cool. Ils vivaient à New York et ils nous ont gardés dans la boucle.

Brian Koppelman : La nature même du projet a joué à notre avantage. Elle nous a rendus nécessaires à son développement.

David Levien : On a eu connaissance d'une courte liste de réalisateurs avec lesquels Miramax avait l'intention de travailler. Le nom de John Dahl était dans cette liste. Nous étions de grands fans de son travail. Nous avions vu tous ses films : Red Rock West, Last Seduction... Le mec n'avait jamais recueilli la moindre mauvaise critique. Certains le présentaient comme le nouveau Hitchcock. On a signé avec une agence et il se trouve qu'elle représentait aussi John Dahl, alors on leur a demandé d'organiser une rencontre.

Brian Koppelman : "Envoyez le script à John Dahl, et s'il l'aime on restera à Los Angeles jusqu'à ce qu'on puisse le voir !" J'avais 30 ans à l'époque, et David 28 ou 29. On se foutait un peu du protocole. Personne ne s'est pointé pour nous défendre de proposer le film à un réalisateur, ou pour nous dire que c'était le rôle des producteurs ou du studio. Alors on a demandé à rencontrer John Dahl.

John Dahl (réalisateur) : Je ne joue pas aux cartes, mais j'adore les films en rapport avec le sport. J'ai dévoré le script et je me suis dit que c'était comme un film de sport mais avec des cartes. Je n'y connaissais rien bien sûr. Pour moi, jouer aux cartes c'était commander une pizza, boire quelques verres et fumer des cigares avec mon frère et ses potes. Quand j'ai découvert qu'il existait tout cet univers souterrain, j'ai trouvé ça fascinant.

Brian Koppelman : La rencontre était tellement Hollywood. On s'est tous retrouvés dans le lobby du Mondrian Hotel.

John Dahl : Je faisais face à deux potes qui finissaient à tour de rôle les phrases de l'autre. Ils m'ont fait une super impression.

Brian Koppelman : Il nous a serré la main, puis il nous a dit qu'il ferait le film avec nous. Les producteurs n'avaient même pas connaissance de cette rencontre. Il n'y avait que nous et nos agents qui savions. Quand John est parti, nous sommes tout de suite montés dans la chambre pour donner un coup de fil aux producteurs. - "On a John Dahl pour réaliser le film !" - "Mais de quoi vous parlez ?"

John Dahl : J'adorais le fait que c'était du poker vu de l'intérieur. Je me souviens avoir eu pas mal d'échanges avec Miramax. Ils ne voulaient pas qu'on utilise un vocabulaire que les spectateurs ne comprendraient pas. Mon argument en réponse était simple : "Quand vous produisez une série médicale, vous ne vulgarisez pas les choses pour que tout le monde comprenne ce qui se passe dans la salle d'opération".

Brian Koppelman : Miramax essayait de convaincre John de réaliser un film avec Michael Keaton. Il était supposé leur répondre le lundi. Mais quand il s'est pointé le jour J, c'était pour leur dire qu'il prenait Rounders. Eh bien figurez-vous que lors du premier jour de tournage du film, Michael Keaton était également à New York pour raison professionnelle. On a reçu un appel de son assistant qui nous proposait de le rencontrer. Autant vous dire que nous avons été très surpris. Et puis nous y sommes allés et il nous a dit : "Je voulais juste rencontrer les mecs dont le scénario m'a battu". L'anecdote est totalement vraie. Michael était l'un de nos héros, c'était un moment incroyable pour nous.

"On pensait qu'Edward Norton serait parfait le rôle, mais il n'a pas été emballé tout de suite."

John Dahl
John Dahl, le réalisateur

Brian Koppelman : Mais revenons au film et à la constitution du casting. Pour le rôle de Mike McDermott, ce jeune étudiant en droit rêvant de gagner les World Series Of Poker, le studio avait déjà quelqu'un en tête.

Tracy Falco : Miramax insistait vraiment pour placer Matt Damon. On ne savait pas qui c'était. Will Hunting n'était pas encore sorti à l'époque.

Joel Stillerman : Ils savaient que Will Hunting allait cartonner et que Matt allait exploser. Ils voulaient lui faire tourner un autre film avant que le monde se découvre une passion pour lui.

John Dahl : Je suis allé louer quelques-uns de ses premiers films, et ils m'ont aussi envoyé des extraits de Will Hunting. Il y avait une scène avec Robin Williams. Matt y était brillant. Ça m'a convaincu. "Allons-y, faisons ce film avec ce mec dont personne n'a jamais entendu parler".

Brian Koppelman : Nous sommes retournés à Los Angeles. Le tournage était censé commencer quatre mois plus tard. La préparation avait débuté, mais nous n'avions pas encore rencontré Edward par exemple. Je me souviens que nous sommes allés jouer un peu au poker à Hollywood Park. Un mec à la table parlait de cinéma et j'ai lâché : "On vient justement d'écrire un film sur le poker. Matt Damon va jouer dedans". Et là le mec a sursauté : "Matt Damon ? Mais c'est un de mes meilleurs potes !".

David Levien : "Vous me racontez des conneries les gars, hein ?"

Brian Koppelman : J'ai insisté, alors il a menacé de se lever et d'appeler Matt. Je lui ai dit de le faire, même si nous n'avions pas encore rencontré Matt en personne. La sortie de Will Hunting n'est prévue que sept mois plus tard. Bref, il l'a appelé et quand il a raccroché il nous a dit que Matt arrivait. "Comment ça Matt arrive ?"

Matt Damon : "Quoi ? Les mecs qui ont écrit Rounders ? J'arrive tout de suite !"

David Levien : On a patienté un peu sur le parking.

Brian Koppelman : Quand vous êtes de simples scénaristes, vous n'êtes pas censés être les premiers à rencontrer la star de votre film.

Matt Damon : C'était très tôt dans le processus. Je n'avais pas encore rencontré John Dahl par exemple.

Brian Koppelman : Et là Matt Damon et Ben Affleck débarquent.

David Levien : Et puis Ben nous demande de lui parler un peu du hold'em.

Brian Koppelman : Je me souviens que Ben s'est mis à citer des passages du script. Je n'oublierai jamais ça. Et puis il s'est mis à nous raconter des trucs sur Michael Bay, avec qui il était en train de tourner Armageddon.

Matt Damon : On a sympathisé, et ensuite je suis allé voir Brian jouer un peu. Je ne connaissais pas du tout le hold'em. Il m'a aussi refilé Super System et d'autres bouquins faisant référence à l'époque.

David Levien : Le hold'em avait encore un côté exotique. Personne ne savait vraiment y jouer.

Brian Koppelman : Cette nuit-là, on a appris à ces mecs à jouer au hold'em. On a même montré à Matt quelques chip tricks.

David Levien : Il se débrouillait bien.

Brian Koppelman : À la fin de la nuit, Matt était déjà au point. C'était dingue. Imaginez un peu : vous vous retrouvez dans ce casino, l'un des mecs de la table est le pote de Matt Damon, il l'appelle et il rapplique avec Ben Affleck, vous passez la soirée ensemble tous les quatre à parler de poker et du film... C'était totalement improbable ! Je me souviens aussi que cette nuit-là, Matt nous a dit : "Je vais m'assurer que les autres rôles importants soient confiés à de très bons acteurs. Je suis très enthousiaste, ça va un être un super film". À partir de cette soirée, nous avons eu un lien tous ensemble. Nous avions tous le même âge, les mêmes centres d'intérêt...

Matt Damon : J'étais heureux que John Dahl soit le réalisateur. J'adorais ce mec. Quand je l'ai rencontré il m'a tout de suite dit qu'il pensait à Edward Norton pour le rôle de l'Asticot. "Edward Norton ? Tu crois qu'il acceptera ?" Il en semblait convaincu.

John Dahl : On adorait tous Edward. On pensait tous qu'il serait parfait le rôle. Mais il n'a pas été emballé tout de suite.

David Levien : Les auditions pour le personnage de l'Asticot arrivaient à leur terme.

Brian Koppelman : Il restait trois gars en lice : Mark Ruffalo, Steve Zahn et Rory Cochrane.

David Levien : On assistait aux auditions et je me souviens que Ted Demme est passé : "On tient un super projet de film, les mecs. Pourquoi est-ce qu'on ne mettrait pas le paquet sur ce rôle ?" On lui a suggéré Eward Norton, même si on se disait qu'il n'accepterait jamais un second rôle.

Brian Koppelman : Son rôle dans Peur Primale, il l'avait soufflé à Matt Damon.

David Levien : Ce qui était super avec Ted Demme, c'est qu'il ne se prenait pas la tête. Il nous a répondu : "Allez, tentons le coup. Appelons Ed Norton".

Joel Stillerman : Il avait un agent réputé à l'époque, Ed Limato, qui m'avait déjà assuré à plusieurs reprises qu'Edward ne voudrait jamais du rôle. Mais Ted avait cette qualité de ne jamais abandonner.

David Levien : Ted a dit à son agent : "Je te parie que si tu lui fais lire le script il acceptera le rôle. Je te parie 100 balles qu'il le fera". Et puis une semaine plus tard John Dahl nous a fait venir dans son bureau, et il nous a demandé d'aller à Los Angeles : "Edward Norton veut vous parler les mecs. Il veut aller dans une salle de poker et découvrir tout ça de lui-même".

Edward Norton : Je me souviens que quand j'ai lu le script, il y a un dialogue entre l'Asticot et le personnage de Matt qui m'a beaucoup fait marrer. - "Qu'est-ce que j'ai bien pu faire à ce mec ?" - "Tu as baisé sa mère" - "Eh bien, elle avait fière allure la vieille". Je me rappelle avoir lu ça et m'être dit : "C'est bon, je le fais". Il y a pas mal de scripts qui m'ont emballé grâce à une seule ligne.

David Levien : On a pris un vol pour Los Angeles, puis un taxi jusqu'au domicile d'Edward. J'ai déjà eu l'occasion de raconter cette anecdote, mais quand on a passé la porte il nous a dit qu'il était en train de bosser sur les premières scènes de son prochain film. Il nous a proposé d'y jeter un œil, et nous avons visionné en avant-première les dix premières minutes d'American History X.

Brian Koppelman : Ça nous a laissés sans voix. Ensuite on a pris la direction des grosses tables du Commerce Casino, et on a passé quelques heures à jouer aux cartes. À la fin de la soirée il nous a confirmé qu'il était partant.

Tracy Falco : Avoir Edward pour le rôle c'était comme gagner au loto.

Avy Kaufman (directrice de casting) : Il y avait de nombreux acteurs que je voulais absolument voir dans cet univers du poker.

John Dahl : Qui aurait pensé que les acteurs adoraient les jeux d'argent ? Ils voulaient tous être dans le film.

Edward Norton : L'un après l'autre, les noms se sont ajoutés au casting.

Avy Kaufman : Martin Landau d'abord.

Tracy Falco : Puis John Malkovich et John Turturro.

Edward Norton : Il y avait ce type appelé Joel Bagels dans les clubs où jouait Brian Koppelman. C'est de lui qu'ils se sont inspirés pour le personnage de Turturro.

John Dahl : Le seul gars pour lequel j'ai dû me battre c'était Malkovich. Miramax voulait un grand nom pour favoriser le succès du film à l'international. On nous a soumis une liste de quatre noms, et j'ai réussi à critiquer suffisamment chacun pour qu'on finisse par arriver à Malkovich. Qui n'aime pas John Malkovich ?

"Le projet exerçait une telle force d'attraction. Tout le monde voulait en être."

Michael Rispoli
Michael Rispoli, l'interprète de Grama

Avy Kaufman : Gretchen Mol c'était le rôle un peu compliqué, mais juste parce qu'elle n'était pas très connue à l'époque. En revanche elle cochait toutes les cases pour chacun des membres de l'équipe.

John Dahl : J'ai trouvé qu'elle avait été formidable dans le film, mais je pense que tout le monde s'attendait à ce que ce soit une autre histoire d'amour. Il y avait une sorte d'attente sur ce créneau, mais ce n'était pas le projet du tout.

Avy Kaufman : Sa carrière n'était pas au même niveau que celles de Matt et Edward. Alors quand elle a hérité du rôle, qui plus est le premier rôle féminin du film, elle a tout de suite été très enthousiaste. Et on l'a tous été. Par la suite elle a essuyé quelques critiques. Les gens trouvent toujours quelqu'un à critiquer.

John Dahl : On a réussi à avoir tous les grands acteurs new-yorkais dont on rêvait.

Avy Kaufman : Chris Messina, Famke Janssen, Goran Visnjic, Michael Rispoli, Bill Camp...

Famke Janssen : Le casting était vraiment impressionnant. Le projet avait attiré des gens de tous les profils, dont quelques poids lourds de l'industrie qui étaient dans le coin depuis longtemps.

Michael Rispoli (Grama) : Quand j'ai vu ça, je me suis juste dit : "Oh merde, wow, je veux faire partie de ce truc !"

Edward Norton : Brian et David étaient la pierre angulaire du projet. C'était leur bébé. Et ce qu'ils avaient écrit était tellement différent du reste. Les traits des personnages étaient parfaits, et il y avait tellement de lignes de dialogue marrantes. Ce type de casting, c'est ce qui arrive quand un projet exerce une telle force d'attraction.

Vos commentaires sur cette news dans le forum :
Le film Rounders (Les Joueurs) raconté par ses acteurs et scénaristes (2/5)
Cette news a suscité 17 commentaires, et seuls les 15 derniers sont affichés.

C'est juste royal ! Cinglé de poker - évidemment -, mais aussi de ciné, je prends un panard pas possible à la lecture de ce thread. Quelle belle idée, @SuperCaddy! Et tu sais quoi ? On pourrait presque faire un film sur les à-cotés de Rounders...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci les mecs de nous rendre tout ça disponible en VF. Même si je pourrais me débrouiller en VO. C'est juste génial ... je suis en kiff total !!!!! :drool::drool::8]

Tellement hâte de lire la suite! 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
News

Vous en redemandez ? Voici la troisième partie de notre traduction de ce fabuleux article signé Alan Siegel pour The Ringer. Après un premier chapitre consacré à l'écriture du scénario, puis un second dédié à la constitution du casting, Matt Damon et sa bande reviennent cette fois sur le quotidien du tournage de Rounders. L'occasion de découvrir, aussi, que le personnage de l'Asticot a un peu déteint sur Edward Norton.

[...] Lire la suite…



Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
News

Comment le succès de Will Hunting a-t-il indirectement impacté le tournage de Rounders ? Quel grand nom du circuit devait initialement croiser la route de Mike McDermott à la place de Johnny Chan ? La suite de notre traduction de l'article de The Ringer sur les coulisses du film Les Joueurs répond à ces questions ainsi qu'à quelques autres. Profitez-en bien : il s'agit déjà de l'avant-dernière partie du récit.

[...] Lire la suite…



Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 51 minutes, De Coco a écrit :

Ça m'a donné envie de le revoir du coup. Il est dispo sur netflix. Je me suis couché plus tard que prévu hier soir !

Bon a force de lire l'article je vais faire comme toi , mais pas sur Netflix ^^

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Sinon y'a ça aussi:

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
News

Voici la cinquième et dernière partie de notre traduction de l'article publié par Alan Siegel pour The Ringer à l'occasion des 20 ans du film Rounders. La construction du personnage de Teddy KGB et l'apport de John Malkovich y sont notamment évoqués avec moult détails. Sans oublier bien sûr le rôle crucial des Oreo !

[...] Lire la suite…



Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 14 heures, survival66 a écrit :

On passera sur la technique/véracité niveau poker mais ce casting.  :x:x

Oui le casting est top je suis fan de norton et de malkovich. Mais bizarrement je trouve que le film n'a pas super bien vieilli. 

Dans un registre similaire 10 ans avant il y a eu la couleur de l'argent.

Il faudrait le revoir mais je suis sur que Paul Newman (avec Scorsese à la réalisation) passe toujours nickel ! 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J’ai revu le film suite à la lecture de ces articles.

Je trouve que ce film montre tout ce qui est moche dans le poker, les parties privées, la triche, les scam divers et variés … On voit même « Worm » Norton tricher parce qu’avec son seul edge ca gagne pas assez, pas assez vite ! Le message c’est que le grinder pro est dénué de morale et doté d’une avidité sans limite :)

Au final le seul truc à peu près valorisant, c’est le HU NL CG entre Teddy KGB et Matt Damon.

Le poker propre, le poker compétitif des WSOP, ou le cash game « legit » en casino est finalement très peu montré …

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté (modifié)
Il y a 23 heures, survival66 a écrit :

T'es un fou toi, tu cherches à en finir avec la vie ?

 

On passera sur la technique/véracité niveau poker mais ce casting.  :x:x

Ca se saurait si un bon casting suffisait à faire un bon film :) 

Comme tu le dis niveau poker c'est médiocre et l'intrigue l'est tout autant, c'est un divertissement passable au mieux. Ceci dit  je comprends que la présence d'acteurs plutôt prestigieux dans un film dont le thème est leur jeu préféré ait pu en faire vibrer certains. De là à leur faire trouver le film bon il n'y a qu'un pas allègrement franchi :P

Modifié par DarkPassenger

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Lire les 17 commentaires sur le forum
Les news à la Une
mercredi 12 décembre 2018 à 10:06
Télex

C'est une tradition que xkaiizerx n'a pas l'intention d'abandonner : chaque année, notre CPiste établit un calendrier des principaux tournois programmés en France et dans les environs. Les rendez-vous de nos pays voisins sont évidemment inclus, au même titre que ceux de Marrakech ou Malte, et le tout sera mis à jour de façon régulière au gré des annonces des organisateurs.

mardi 11 décembre 2018 à 13:59
Télex

La ville du pêché peut faire tourner les têtes les plus pieuses. En témoigne l'histoire de ces deux religieuses de Los Angeles, qui durant plus de dix ans ont détourné des chèques destinés à une école pour financer leurs séjours dans les casinos de Las Vegas. Un manège pas très catholique, et dont le butin pourrait dépasser 500 000 $.

mardi 11 décembre 2018 à 13:27
Trash Talk, épisode 4 : Pokersphère, le duel Hairabedian/Guyon...

Le quatrième épisode de Trash Talk est en ligne. Dans cette nouvelle émission, Loïc Xans s'entoure d'Alexis Laipsker, Adrien Guyon, David Boivert et Yann Roudaut. Les thèmes traités sont une fois de plus divers et variés : le duel Roger Hairabedian / Adrien Guyon, l'affaire Pokersphère ou encore la place des people dans l'industrie du poker.

mardi 11 décembre 2018 à 10:54
Télex

Amarillo Slim est-il le plus grand tricheur de tous les temps ? C'est en tout cas l'angle choisi par Jérôme Schmidt dans un portrait fleuve pour le dernier numéro de Poker52. Live Poker, de son côté, donne la parole à Romain Lewis mais aussi à ShiShi qui signe un article sur sa vision du poker en 2027.

mardi 11 décembre 2018 à 9:52
Télex

Le King's Casino de Rozvadov, ce n'est pas seulement l'antre des WSOP Europe ou de tournois aux enjeux élevés. C'est aussi le théâtre de rendez-vous plus accessibles tout au long de l'année. En témoigne ce 200 € Grand Prix Germany dont Fausto assurera la couverture pour Club Poker à partir de jeudi. Bonne nouvelle pour notre reporter : il aura aussi droit à un 1 100 € PLO Birthday Party en l'honneur de Tony G ce week-end.

lundi 10 décembre 2018 à 15:58
EPT Prague : le 10 300 € High Roller pour Akin Tuna

C'est traditionnellement l'un des derniers grands rendez-vous de l'année poker : l'EPT Prague animera toute la semaine à venir avec plusieurs beaux tournois. Le festival tchèque de PokerStars s'est ouvert ce week-end sur une victoire turque : celle d'Akin Tuna au terme du 10 300 € High Roller. Davidi Kitai se signale de son côté par une belle troisième place.

lundi 10 décembre 2018 à 14:11
Télex

Transformé sous la contrainte judiciaire en un événement en ligne, le Winamax Poker Tour 2018 touche à son terme. La finale de la compétition a débuté ce dimanche avec un jour 1A dont le field initial de 1 112 inscriptions a accouché d'une liste de 165 survivants. Reprise des hostilités à 21h avec le jour 1B, lequel sera pour rappel suivi d'un jour 1C turbo mardi à 18h.

lundi 10 décembre 2018 à 13:20
HOT !
Dans la tête d'un pro : Adrián Mateos entre en scène !

Attendu comme le messie par les fans de Dans la tête d'un pro, Adrián Mateos est enfin là et il ne déçoit pas ! Durant une petite quarantaine de minutes, le champion espagnol du Team Winamax détaille chacune de ses réflexions et décisions. Aucun doute : son parcours dans ce 10 000 € Main Event du partypoker MILLIONS Barcelone est appelé à nous fournir des épisodes de haute volée.

lundi 10 décembre 2018 à 10:36
LIVE
Saul Berdugo vainqueur du WPT DeepStacks Deauville

Les passionnés de poker parisiens ont investi le casino de Deauville en nombre, ce week-end, à l'occasion du retour du WPT DeepStacks en Normandie. L'événement a enregistré un total de 474 inscriptions (dont 111 re-entries) et ce field massif a in fine souri à Saul Berdugo. Vainqueur en heads up d'Abdelhamid El Khayati, ce joueur au palmarès quasi vierge empoche un joli magot de 100 000 €.

lundi 10 décembre 2018 à 8:47
LIVE
Guillaume Pouillart vainqueur du FPO Lyon Vert

PMU Poker referme la saison 2018 de son France Poker Open sur un nouveau succès d'affluence : le Main Event du Lyon Vert a enregistré ce week-end un total de 457 entrées. Guillaume Pouillart en ressort victorieux pour un gain de 46 500 €, tandis que Victor Plazanet s'adjuge le trophée du High Roller. Le circuit fera son retour à Cannes en février.

vendredi 7 décembre 2018 à 10:18
World Poker Tour : une étape inédite au Venetian en 2019

Innover dans la continuité : telle est la volonté affichée par les équipes du World Poker Tour, qui tout en renouvelant la plupart de leurs rendez-vous historiques ont choisi d'intégrer quelques nouveautés à leur calendrier 2019. La dernière en date ? Une escale inédite au Venetian lors de la prochaine édition du festival DeepStack Extravaganza.

En direct
aujourd'hui
à 21:00
Tournois gratuits et prix ajoutés

Le Club Poker organise des freerolls avec bonus et des tournois spéciaux avec ajouts de prix.
Pour en bénéficier gratuitement, inscrivez-vous sur nos sites de poker partenaires :

Tournois Club Poker
6-MAX
$2.20
Big Poker League
mercredi 19 décembre 2018 à 20:04
$125 ajoutés
6-MAX
$2.20
Big Poker League
mercredi 26 décembre 2018 à 20:04
$125 ajoutés
Le chat joue au poker en ligne. Sisi.
Nouveau au poker ? Voici toutes les infos et réponses pratiques pour bien débuter et comprendre le poker en ligne.

Des tests complets et les bonus des poker rooms pour mieux choisir votre préférée.

Nos tournois, pour jouer entre nous, avec des prix et des cadeaux ajoutés chaque semaine.

Trouvez des infos pratiques et discutez sur le poker en ligne.

Pour les joueurs confirmés, apprenez à analyser vos mains au poker.