jeudi 3 octobre 2019 à 9:57
EXCLU

Il fait partie des quinze joueurs à avoir gagné le plus d'argent sur le circuit live en 2019. Danny Tang a multiplié les grosses performances ces derniers mois, dont de lucratifs podiums du côté des Triton Series Monténégro et de l'EPT Barcelone. Intriguée, Gaëlle est allée à la rencontre de ce joueur qui a Hong-Kong dans la peau.

Danny Tang
(crédit : CardPlayer)

Bonjour Danny. Tu es né en Angleterre puis tu as déménagé à Hong Kong avant de revenir en Angleterre plus tard. Est-ce que tu peux nous parler un peu de ton parcours et de ton évolution ?

Oui, je suis arrivé à Hong Kong juste après ma naissance avant de retourner en Angleterre vers l'âge de cinq ans. Je pense que c'était une bonne chose car j'ai beaucoup d'amis de Hong Kong qui sont venus en Angleterre pour leurs études vers l'âge de 16 ans, ce qui à mon avis est un peu trop tard. Ils n'avaient pas vraiment d'attaches et n'étaient pas habitués à la culture du pays. Je pense avoir eu le meilleur côté des deux mondes, car j'ai eu le temps de comprendre la culture de Hong Kong et aussi la culture européenne. J'ai beaucoup d'amis des deux côtés. Bien plus que ceux qui sont arrivés plus tardivement en Europe. 

 

Tu as confié en interview que tu te sentais comme un alien quand tu es arrivé à l'école en Angleterre. Pourquoi ?

Ah oui, je veux ! J'étais dans petite ville et il n'y avait pas vraiment de Chinois là-bas. Il n'y avait pas vraiment d'étrangers tout court en fait. Donc la plupart des enfants à l'école me regardaient assez bizarrement en se demandant pourquoi j'étais différent. J'ai eu le droit à beaucoup de surnoms à l'époque. On m'appelait souvent "Chinky" ou ce genre de choses. Il faut dire aussi que mon nom ne m'aide pas beaucoup car il rime avec beaucoup de blagues en anglais. 

 

Tu aurais commencé à jouer au poker parce que tu faisais trop la fête à l'université. Tout ça aurait fini par t'ennuyer et tu te serais rabattu sur les casinos et le poker. Tu peux nous expliquer ?

Oui, c'était au casino de Manchester pendant l'été. Généralement les étudiants ne restaient pas sur le campus. Tout le monde rentrait chez soi et je n'avais pas grand chose à faire. C'est à ce moment-là que j'ai commencé à aller au casino. Je me suis rapidement retrouvé aux tables de roulette et de baccara, ce qui était vraiment une très mauvaise idée. Surtout quand on est étudiant et qu'on ne peut pas vraiment se permettre de perdre de l'argent. Progressivement j'ai découvert les tables de poker qui étaient dans un coin du casino et j'ai commencé à y jouer. J'ai fini par jouer dans deux ou trois casinos des alentours de façon régulière. D'ailleurs j'y suis retourné récemment, peu avant le Super High Roller Bowl de Londres. J'ai reçu un accueil très chaleureux de tout le monde, ça m'a vraiment fait plaisir.

 

Tu as connu une année extraordinaire avec beaucoup de résultats sur de gros tournois : troisième du 100 000 € à l'EPT Barcelone, deuxième  du Triton Main Event au Monténégro pour 1,7 million, ou encore la victoire du 50 000 $ des WSOP cet été. Dirais-tu que tu as changé quelque chose dans ton jeu ? As-tu eu un moment-clé dans ta progression ?

J'ai été incroyablement chanceux. Je dois vraiment remercier Paul Phua, qui est lui-même un crusher des tournois SHR, car grâce à lui j'ai eu l'opportunité de jouer les Triton au Monténégro. Une expérience extraordinaire. J'ai eu la chance de finir d'abord huitième sur le 50K, ce qui m'a ensuite donné confiance pour jouer le 100K, où j'ai fini second. Ça a été le début d'un momentum qui a continué à Vegas et ensuite à Barcelone. Je lui suis vraiment reconnaissant d'avoir eu cette opportunité de jouer des grosses parties.

Concernant mon jeu en lui-même, je n'ai pas vraiment vu de changement. Je me suis entouré de beaucoup de gros joueurs que je respecte et à qui je n'ai jamais peur de poser des questions. Je pense que je fais partie de ces joueurs qui n'apprennent pas vraiment dans les livres mais plutôt par la pratique. J'observe énormément et je suis très concentré. Même à l'époque où je ne jouais pas sur ces grosses limites, j'étais toujours très honnête envers mes investisseurs et je leur disais que je pensais être à EV égale sur ce genre de tournoi, voire un peu en dessous. Je remercie vraiment les gens qui ont cru en moi et en mon potentiel. 

 

Qu'est-ce qui a ton avis t'a aidé le plus dans ta progression ? Es-tu par exemple encore coaché par Charlie Carrel ou d'autres ?

Non, avec Charlie c'était vraiment à mes débuts. On a une très bonne relation, mais au final on a dû faire que trois sessions de coaching ensemble. 

 

Il y a toujours une sorte de débat concernant les high stakes, avec deux écoles qui s'opposent : ceux qui regrettent le show des émissions d'avant, avec des clashs et des fortes personnalités ; et ceux qui estiment que vu les enjeux, il est normal que les joueurs soient calmes et ne montrent rien. Tu te positionnes comment ?

Je pense qu'il faut savoir trouver un équilibre. Bien sûr que chaque décision représente beaucoup d'argent et qu'il est important de rester concentré, d'autant que la plupart des tournois ont maintenant une horloge. Tout ça demande un niveau de concentration élevé. Il faut être très observateur et être prêt pour le turn puis la river, ce qui laisse beaucoup moins de place à des discussions tranquilles à table.

Mais en dehors de l'argent qu'il y a déjà entre nous, il faut bien prendre conscience aussi de tout l'argent dépensé dans les médias, le streaming et toute l'organisation de ce genre de tournois. De même qu'il faut penser à l'argent investi par ceux qui regardent ces émissions et qui ont pris des abonnements. Il y a une très grande industrie derrière,et qu'on le veuille ou non nous sommes des ambassadeurs du poker. Il faut éviter de donner une vision sans âme et robotisée du jeu car au final ça ne servira à personne. Bref, il faut garder ces deux aspects à l'esprit et trouver une sorte d'équilibre.

"Les Triton Series ont amené les parties high stakes à un niveau supérieur."

Danny Tang Barcelone
(crédit : Winamax)

Que penses-tu du débat qui survenu récemment sur Twitter par le biais d'Erik Seidel et Sam Greenwood, suite à un play de Stephen Chidwick au SHRB de Londres ? Sa décision n'était pas conforme au GTO, ce qui selon eux démontre que le jeu ne doit pas être complètement robotisé et qu'on en fait trop sur l'idée de destruction du poker par le GTO.

Hum... Prenons l'exemple de Bryn Kenney je dirais. Il est le numéro 1 de la All Time Money List. Il a connu une année incroyable, mais est-ce qu'il joue GTO ? je dirais que non, clairement pas. Donc on ne peut vraiment pas dire que le GTO  détruit le jeu.

En revanche, s'il existe un moyen de progresser pour tendre vers un niveau de jeu optimal, pourquoi s'en prive ? Dans tous les autres sports, comme le football par exemple, s'il existait un moyen de jouer de façon optimale tout le monde s'y mettrait. Dans toutes les autres disciplines, si on pense que l'alimentation par exemple va permettre d'améliorer vos performances et d'arriver à votre niveau maximal, tous les athlètes vont bien sûr se mettre à étudier l'alimentation et arrêter de manger mal. C'est la même chose au poker.

Je dirais que le GTO est un outil supplémentaire. Bien sûr qu'il contribue au fait que le poker soit beaucoup plus difficile aujourd'hui qu'avant, mais le fait est que ces supports sont là pour tout le monde. Tout le monde dispose des mêmes capacités d'étudier et de s'améliorer. Le jeu devient plus difficile, mais tout le monde a accès aux mêmes outils. Il n'y a pas d'inégalité. 

 

Pour en revenir aux Triton Series, depuis leur création en 2015 ces tournois se sont imposés parmi les plus prestigieux. Qu'est-ce qui explique leur popularité d'après toi ? Qu'est-ce qu'ils ont apporté de différent ?

Je pense que tout le monde a toujours aimé regarder les high stakes à la télévision. Et aujourd'hui je pense que les tournois intéressent davantage les gens car les fields sont plus importants, les tables changent... Il faut admettre que Triton a amené les parties high stakes à un niveau supérieur. J'étais à Londres pour le tournoi à un million et honnêtement, la production était hors norme. Il y avait des tables télévisées incroyables, des tunnels LCD... Il y avait vraiment du matériel de très haute technologie. Il y avait deux tables TV aussi pour les commentaires et les interviews, ce qui coûte très cher. Ils ont fait venir de gros noms aux commentaires comme Jeff Gross ou Lex Veldhuis, toute équipe média chinoise pour le marché asiatique... Et l'action en elle-même est incroyable, avec beaucoup de joueurs récréatifs et d'hommes d'affaires importants, le tout au milieu des meilleurs pros du circuit. 

 

Quels sont les prochains gros tournois que tu as prévu de jouer cette saison ?

Mon prochain arrêt sera Rozvadov pour les WSOPE. J'espère y gagner un nouveau bracelet. Je ne sais pas si j'irai à Vegas pour les tournois de novembre. Tout dépendra de Rozvadov. J'ai encore deux objectifs à réaliser cette année : dominer la All Time Money List de Hong-Kong puisque je ne suis qu'à 250 000 $ du leader Stanley Choi ; et tenter ma chance au classement du GPI Player of the Year. Si j'obtiens des résultats décents lors des WSOP-E, je tenterai un shot sur le Super Higher Roller Bowl aux États-Unis, puis je serai en décembre à Prague car cette destination est vraiment spéciale pour moi. C'est là-bas que j'ai signé mes premiers résultats quand je jouais encore des buy-in moyens, de 500 à 1 000 $. J'ai aussi gagné mon premier 10 000 $ là-bas. Prague est une destination immanquable pour moi.

 

Comme tu le soulignais, tu as l'avantage de te trouver entre les deux mondes : à la fois en Asie et en Europe. Quelle différence vois-tu entre les joueurs européens et les asiatiques ? Et entre le développement du poker là-bas et ici ?

De mon point de vue, les joueurs américains et européens ont beaucoup plus d'expérience que les joueurs asiatiques. Le poker reste assez nouveau là-bas. Ils ont aussi de manière générale un meilleur niveau que les asiatiques. Je ne veux pas donner l'impression de sous-estimer ou de critiquer les joueurs asiatiques, d'autant que je représente moi-même Hong Kong. C'est juste qu'en Asie les joueurs ont eu moins de temps pour se perfectionner. 

 

Tu as affirmé en interview que retourner vivre à Hong Kong avait été l'une des meilleures décisions de ta carrière, et que tu n'aurais jamais pensé que la scène du poker là-bas puisse être aussi importante.

Quand j'habitais encore à Manchester, j'ai voyagé sur quelques EPT et des destinations comme Barcelone ou Dublin. Je suis allé une fois aux WSOP, mais la plupart du temps je jouais dans les casinos de la région. En cash game 1-2 ou parfois 2-5, et ça s'arrête là. Mais quand je suis arrivé à Macao pour la première fois, les plus petites tables que je voyais étaient en 5/10. Elles étaient remplies de joueurs récréatifs et m'ont permis d'augmenter ma bankroll beaucoup plus rapidement que si j'étais resté en Europe. J'ai aussi rencontré beaucoup de personnes géniales qui étaient prêtes à investir dans des nouveaux joueurs. Elles ont cru en moi et ça m'a permis de passer très vite à des tournois plus chers, chose que je n'aurais pas pu faire si j'avais pris la décision de rester en Angleterre. 

 

Une question un peu plus personnelle : pour quelle raison joues-tu? Calvin Anderson, l'an dernier, estimait sur Club Poker que beaucoup de gens ne savent pas vraiment pourquoi ils jouent, ce qui est une erreur si on veut correctement mener sa carrière. Il ajoutait qu'il fallait connaître notre objectif derrière le simple gain de l'argent.

Quand j'ai commencé à jouer au poker, c'était mon seul moyen de gagner ma vie car mes résultats à la fac était plutôt catastrophiques. Je n'aurais sans doute pu prétendre qu'à un job assez moyen avec lequel j'aurais gagné 20 000 $ par an maximum. Le poker représentait ma seule solution pour m'en sortir tout en gardant ma liberté et en ayant mon propre agenda.

Et puis quand j'ai commencé à jouer de plus en plus de tournois, à réaliser des résultats et à obtenir l'attention des médias. Je me suis rendu compte que je pouvais mettre Hong Kong en avant et que ça permettait d'en parler, ce qui m'a apporté beaucoup de fierté. Donc maintenant, jouer au poker ne signifie plus seulement gagner de l'argent pour moi.

Heureusement, j'ai eu la chance de gagner assez d'argent. Non pas pour me permettre de ne plus travailler de ma vie, mais assez pour m'offrir une certaine tranquillité même si je me mettais à moins jouer. Le poker est un jeu hyper intéressant et captivant. Plus je joue à des niveaux importants, plus cela me donne l'envie de jouer pour découvrir jusqu'où je peux aller.

Il est extrêmement difficile de dire qui est le meilleur joueur du monde, mais je sais qu'aujourd'hui mon but est d'avoir mon nom dans les livres, que ce soir à l'échelle internationale ou même seulement en Asie. Je veux laisser la trace d'un joueur originaire de Hong Kong appelé Danny Tang. S'il s'agissait uniquement de l'argent, et même si j'aime trop les tournois, honnêtement je resterais à Hong Kong jouer en cash game. Les parties ici sont absolument incroyables, c'est irréel !

 

Justement, en cash game tu joues à quelles variantes et sur quelles limites ? 

Je reviens à l'instant d'une partie privée que j'apprécie beaucoup. Il y en a vraiment partout ici. Je ne joue qu'en Hold'em. Je peux tenter parfois un tournoi de Pot Limit Omaha en live, mais jamais en cash game. Les limites sont relativement élevées, surtout dans les parties privées. Heureusement pour moi, seuls les Asiatiques sont autorisés à participer. Ils ne veulent que des gens parlant chinois. J'ai conscience de la chance d'être autorisé là-bas. 

 

Tu dois bien connaître Rui Cao alors ? 

Justement il était là lui aussi dans la partie que je viens de quitter ! C'est incroyable pour moi de jouer dans ces parties très privées. Il n'y a pas si longtemps je regardais Poker After Dark, ou les Aussie Millions où je pouvais voir Paul Phua ou Rui Cao en action. Aujourd'hui je joue ces mêmes parties à leurs côtés. Ça représente un véritable accomplissement. 

 

Dernière question sans rapport avec le poker : quel est ton regard sur les importantes manifestations qui se déroulent à Hong Kong en ce moment ?

C'est un sujet vraiment très sensible, difficile à commenter dans un espace public... Je ne pense pas que je devrais trop intervenir là-dessus, mais disons que je ne suis vraiment pas heureux de voir Hong Kong dans cette situation. C'est ma maison. J'ai demandé à ce que mon drapeau Hendon Mob soit celui de Hong-Kong. J'en suis un habitant très fier donc j'ai vraiment envie de voir les choses revenir à la normale. Je n'ai pas envie qu'on ait une mauvaise image de Hong Kong, où que les touristes se disent que ce n'est pas un endroit sûr. C'est surtout ça que j'ai envie de dire.

Les news à la Une
lundi 21 octobre 2019 à 9:55
Télex

Aux Bahamas, Pierre Calamusa ne se contente pas de succéder à Ivan Deyra devant les caméras de Dans la tête d'un pro. Il le fait avec panache et s'empare du costume de chipleader alors qu'il ne reste plus de 105 joueurs en course. Voilà qui ne promet que du bon avant le visionnage de ces 39 nouvelles minutes !

jeudi 17 octobre 2019 à 17:56
Télex

C'était une annonce très attendue : PMU Poker confirme que la finale de la 3e saison du circuit France Poker Open se déroulera au Club Montmartre en janvier. Son programme et ses structures seront communiqués ultérieurement, mais il est d'ores et déjà acquis que le festival sera articulé autour d'un Main Event à 600 €, d'un High Roller à 1 200 € et d'un FPO300.

jeudi 17 octobre 2019 à 9:40
WSOP Europe : le premier bracelet pour l'Ukrainien Renat Bohdanov

Les WSOP Europe s'ouvrent sur la victoire du joueur ukrainien Renat Bohdanov au terme du 350 € Opener. Son compatriote Denis Drobina tentera de lui emboîter le pas cet après-midi lors de la table finale du 550 € Pot Limit Omaha. Les deux autres tournois en cours méritent aussi un coup d'œil : le 250 000 € Super High Roller avec ses visages familiers, et le 1 350 € Mini Main Event avec Julien Martini dans le coup après le jour 1A.

mercredi 16 octobre 2019 à 14:28
Télex

On commence à pouvoir en faire des choses avec 550 €... Qu'est-ce qu'on vous demande en contrepartie ? Oh, pas grand chose. Vous vous délestez d'un euro pour vous inscrire au Lucky CP de Winamax, puis vous élargissez votre range de call à toutes les figures suitées. Enfin, vous patientez jusqu'à l'apparition d'une quinte flush royale en sirotant une piña colada. Non, ne nous remerciez pas.

mercredi 16 octobre 2019 à 13:56
Size Matters : Leo Margets en mode Short Track sur Winamax

Leo Margets se lance ce jeudi dans un challenge Short Track sur Winamax. Chaque jour jusqu'au mardi 22 octobre, l'Espagnole s'installera comme ses adversaires devant une cave de cinq grosses blindes sur ces tables de cash game 5-max. Son objectif, tout comme le vôtre, sera alors de monter le plus gros tapis possible. Les meilleurs participants du défi se partageront quotidiennement un magot de 1 000 €.

mercredi 16 octobre 2019 à 13:03
Télex

En attendant le coup d'envoi du festival Powerfest de PMU Poker et partypoker, PMU Poker – Alexis vous détaille les différentes promotions qui accompagneront l'événement. À noter en particulier, pour tout premier dépôt d'au moins 10 €, un bonus de 100 % jusqu'à 100 € avec en prime un ticket d'une valeur de 5,50 € pour un event doté de 20 000 €. À lire sur le forum !

mercredi 16 octobre 2019 à 8:20
Winamax Poker Tour : Aranjuez avait des allures de La Villette

Avec environ 700 joueurs au rendez-vous à Aranjuez, le Winamax Poker Tour à la sauce espagnole s'est lancé sur de bonnes bases sous le regard de notre reporter cosmictrip. Le circuit va désormais mettre le cap sur Valence le 26 octobre, avant une quinzaine d'autres étapes qualificatives pour la finale à Torrelodones en mars 2020.

mardi 15 octobre 2019 à 8:22
Dette de jeu : les arguments de Rick Salomon devant la justice française

La presse française se penche depuis hier sur une affaire opposant devant la justice française le joueur de poker Rick Salomon au cheikh saoudien Raad Al-Khereiji. Cet intérêt médiatique découle d'une communication active des avocats de l'Américain, lesquels développent dans un communiqué les arguments présentés devant le tribunal de grande instance de Grasse.

lundi 14 octobre 2019 à 14:44
Télex

L'affaire est relayée par 20minutes, qui contre toute attente résiste au jeu de mots du cheikh en bois. En 2014, du côté de Théoule-sur-Mer, Rick Salomon et Raad Al-Khereiji participent à une partie de poker dont le bilan est nettement en faveur de l'Américain : 2,6 millions de dollars de gains... dont il ne verra jamais la couleur. Le tribunal de grande instance de Grasse a été saisi du litige par l'ancien compagnon de Pamela Anderson. À suivre...

lundi 14 octobre 2019 à 10:30
Télex

Adrien Delmas et João Vieira ont peiné. C'est donc au tour d'Ivan Deyra de se prêter au jeu des commentaires à froid pour l'équipe de Dans la tête d'un pro. Alors que les caméras entrent en action, "ValueMerguez" approche tranquillement des places payées du Main Event du PCA. Tranquillement ? Pas si sûr...

lundi 14 octobre 2019 à 9:55
Télex

Le Belgian Poker Challenge fera son retour au Grand Casino de Namur du 29 novembre au 7 décembre prochains. Cette 15e édition sera notamment marquée par un Main Event à 1 100 € de buy-in (500 000 € garantis) ainsi qu'un High Roller à 2 200 €. À noter la belle structure du tournoi principal, articulée sur des niveaux de 50 minutes lors des jours 1 puis de 70 minutes au jour 2 et enfin 90 minutes au jour 3.

lundi 14 octobre 2019 à 8:09
Télex

Au terme d'un heads up face à Pierre Merlin, Alexandre Amiel s'adjuge le premier prix de 22 982 de l'édition inaugurale du VSOP Championship 6-max. Le tournoi mensuel du Club Barrière Paris 104 Champs-Élysées avait auparavant généré un field de 21 unités parmi lesquelles de nombreux visages familiers, dont par exemple Jérémy Saderne (3e) ou Arthur Conan.

Tournois gratuits et prix ajoutés

Le Club Poker organise des freerolls avec bonus et des tournois spéciaux avec ajouts de prix.
Pour en bénéficier gratuitement, inscrivez-vous sur nos sites de poker partenaires :

Tournois Club Poker
6-MAX
$2.20
Big Poker League
demain à 19:04
$125 ajoutés
6-MAX
$2.20
Big Poker League
jeudi 31 octobre 2019 à 19:04
$125 ajoutés
Le chat joue au poker en ligne. Sisi.
Nouveau au poker ? Voici toutes les infos et réponses pratiques pour bien débuter et comprendre le poker en ligne.

Des tests complets et les bonus des poker rooms pour mieux choisir votre préférée.

Nos tournois, pour jouer entre nous, avec des prix et des cadeaux ajoutés chaque semaine.

Trouvez des infos pratiques et discutez sur le poker en ligne.

Pour les joueurs confirmés, apprenez à analyser vos mains au poker.