mardi 18 avril 2017 à 14:49
EXCLU

Pour sa nouvelle interview, Gaëlle est allée à la rencontre d'une jeune femme qui a beaucoup fait parler ces dernières semaines : Cate Hall, victorieuse il y a un mois de Mike Dentale lors d'un match très suivi outre-Atlantique. La joueuse GPI de l'année 2016 revient sur cet épisode, mais aussi sur son parcours et sa vision de la communauté poker.

Cate Hall
(crédit photo : Poker Update)

Salut Cate et merci d'avoir accepté de répondre à quelques questions. Pour ceux qui ne te connaîtraient pas encore, peux-tu nous parler un peu de ton parcours ?

J'ai été avocate pendant quelques temps. J'ai fait mes études de droit à Yale, puis j'ai travaillé dans un bureau d'avocats pendant cinq ou six ans. S'agissant du poker, je m'y suis mise il y a environ trois ans. Un an plus tard, je démissionnais pour m'y consacrer à plein temps. Ma présence sur le circuit reste donc assez récente. Je ne m'appuie pas sur une grande expérience comme de nombreux pros actuels, mais je suis enthousiaste et bosseuse.

 

Ta première place payée sur le circuit date de janvier 2015. Il s'agissait alors d'un petit tournoi à 230 $. Deux ans plus tard, tu affiches déjà 870 000 $ de gains en live, avec à la clé cinq tables finales sur le World Poker Tour. Tu es très active, tu disputes des high rollers... Tu as même reçu le GPI Award de la joueuse de l'année ! Comment expliques-tu ce succès si rapide ?

La chance joue un rôle important. J'ai travaillé dur bien sûr, et j'ai beaucoup étudié, mais c'est malgré tout impossible d'obtenir de tels résultats dès la première année pro sans une grosse dose de réussite. C'est le fruit d'une combinaison de travail, de volume et de chance.

 

Qu'est-ce qui t'a permis de progresser si vite, surtout à une époque où le niveau moyen est assez élevé. Tu t'es formée comment ? Tu as eu recours à un coach ?

Aucun coach, non. J'ai beaucoup parcouru le site RunItOnce, ainsi que des livres de théorie. J'ai aussi utilisé quelques logiciels qui permettent de travailler sur son jeu. Surtout, j'ai pu bénéficier de discussions avec d'excellents joueurs. Il existe tout un tas de façons de s'améliorer quand on travaille avec d'autres joueurs.

 

Tu as récemment disputé le 25 000 $ Challenge de l'Aussie Millions. Tu as même eu recours à un rebuy. À l'arrivée tu as atteint les places payées pour un gain de 69 000 $, mais n'est-ce pas un peu dangereux de se présenter au départ de tels high rollers si tôt dans une carrière ? Justin Bonomo a par exemple affirmé récemment que la plupart des participants de ces tournois prenaient trop de risques pour leurs bankrolls.

Il y a deux points importants sur ce sujet. Le premier, c'est que mon approche de la gestion de bankroll diffère de celle de la plupart des gens. Je ne me vois pas rester dans le poker pendant des années, donc je m'amuse plus et je prends davantage de risques. Et le second point, c'est que je vends naturellement beaucoup de mon action sur ces tournois. Je ne mettrais jamais 25 000 $ de ma poche.

Pour rebondir sur la déclaration de Justin Bonomo, je dirais donc qu'il est possible de jouer assez gros sans prendre pour autant des risques inconsidérés. Ce High Roller de l'Aussie Millions est de toute façon, à mon avis, très différent du style de tournoi dont il parle. Lui joue principalement les high rollers réguliers du circuit, que ce soit lors des EPT ou à l'Aria. Ces tournois rassemblent les meilleurs regs du circuit. En Australie c'est un événement. Un grand nombre d'amateurs et de joueurs moyens y participent. En l'occurrence, nous étions environ 130. Cela représentait clairement pour moi la meilleure option pour tenter un "one shot".

D'ailleurs, j'aimerais en jouer d'autres à l'avenir si je me sens d'attaque. Je ne pense pas être en capacité de me mesurer à un field plus relevé, mais je travaille avec l'espoir d'y arriver un jour.

 

En quoi penses-tu que ta carrière juridique a pu t'aider pour aborder ta carrière de joueuse ?

Je ne pense pas qu'elle ait vraiment contribué à mon apprentissage du jeu. En revanche, cette expérience passée m'offre un regard lucide sur ce que le poker m'apporte. Je connais la réalité d'un autre type de vie, d'un parcours plus conforme... À mon sens, c'est d'ailleurs quelque chose qui manque à beaucoup de joueurs. Ils n'ont aucune conscience du monde du travail et de ses contraintes. Personnellement, même quand le poker ne marche pas trop, j'évite de me lamenter. Je me remémore à quel point j'étais malheureuse dans mon ancienne vie. Je pense à la qualité de vie que le poker m'apporte, à la chance que j'ai...

J'ajouterais que je pense pouvoir m'appuyer sur une grande capacité de travail. Mes études et mon expérience m'offrent une plus grande facilité à travailler dur que la moyenne des joueurs.

 

Qu'est-ce qui t'a poussée à quitter un super job bien payé pour quelque chose d'aussi incertain et différent que le poker ?

Je n'avais jamais vraiment envisagé une carrière de joueuse, mais je n'aimais plus du tout ce que je faisais et je savais que dans tous les cas il fallait que je change quelque chose. Aujourd'hui encore, je ne saurais pas dire que ce que je veux réellement faire sur le long terme. Le poker a surtout été une sorte d'échappatoire. C'est une transition qui durera quelques années et me permet de gagner de l'argent, mais ce n'est pas la façon dont je veux passer le reste de ma vie.

"D'une manière générale, la communauté poker est assez arriérée sur pas mal de sujets"

Cate Hall
(crédit photo : Seminole Hard Rock)

Tu es aussi très connue pour tes prises de position assez fortes sur les réseaux sociaux, lesquelles ont souvent conduit à des disputes sur Twitter. Le genre de truc que tout le monde aime suivre en mode popcorn, soyons honnêtes. Qu'est-ce qui te pousse à toujours aller au combat ? Tu as toujours été comme ça ou c'est le milieu qui t'y amène ? As-tu par ailleurs des regrets à propos de certaines prises de position ?

J'ai toujours été du genre à aller me battre dès que j'estimais une situation injuste ou que quelqu'un avait tort. C'est donc un trait de caractère que j'avais déjà avant, mais j'ai été confrontée à beaucoup plus de situations gênantes ou énervantes dans le milieu du poker, situations qui m'ont poussée à intervenir.

J'ai réalisé que ces derniers mois particulièrement, j'ai été impliquée dans de nombreuses disputes sur les réseaux sociaux. Cette situation tendue commençait à vraiment me peser et à me rendre malheureuse, donc j'ai décidé de lever le pied et de m'éloigner des réseaux. Je regrette parfois certains commentaires et certaines disputes qui sont allées un peu loin. C'est juste de l'énergie perdue. La personne en face ne changera jamais.

À l'inverse, je regrette par exemple de ne pas avoir été plus extrême et agressive avant les élections américaines. Je pense que notre démocratie est en grand danger aujourd'hui. Tout le monde devrait se sentir concerné.

 

Que penses-tu de cette image de guerrière des réseaux sociaux que tu as aujourd'hui ? Comprends-tu les critiques de certains qui trouvent que tu peux en faire trop ?

J'ai toujours trouvé ça très étrange d'avoir été catégorisée comme ça. J'ai bien conscience de prendre souvent parti et d'exprimer mes opinions, mais je trouve mes avis plutôt modérés et normaux. Je ne fais pas campagne pour des questions importantes de gauche ou de droite. Je dis juste des choses simples du genre : "Je pense que ce serait mieux de ne pas avoir de filles en bikinis ou en mini-jupes pour représenter des compétitions de poker". Je me prononce pour des choses qui ne seraient absolument pas controversées dans la plupart des communautés, mais qui le deviennent dans le milieu du poker. Je trouve mes opinions politiques plutôt modérées. Le fait d'être considérée comme d'extrême gauche par beaucoup est un signe que la communauté poker est plutôt arriérée, en général, sur pas mal de sujets.

 

Beaucoup de tweets ou d'articles te concernant te présentent en effet comme quelqu'un qui va toujours au conflit, notamment sur les questions de sexisme. Tu es souvent vue comme une grande féministe, ce qui ne te correspond en fait pas vraiment...

Le fait qu'on me voit aujourd'hui comme quelqu'un d'engagé sur les questions de sexisme, c'est quelque chose que je n'avais vraiment jamais envisagé en arrivant dans le monde du poker ! Dans ma vie de tous les jours, c'est un problème que je n'ai jamais ressenti auparavant. C'est uniquement dans la communauté du poker que j'ai commencé à ressentir du sexisme. En vérité c'est un sujet qui ne m'importe pas plus que ça, mais le fait que l'on m'ait aussi rapidement posé une étiquette de féministe acharnée est très révélateur d'un problème dans la communauté.

 

Après Mike Matusow, peut-on dire que tu es la nouvelle "The Mouth" du poker ? Est-ce que parallèlement au fait de devenir une bonne joueuse, la célébrité représentait aussi un objectif ?

(rires) Je ne sais vraiment pas. En fait, je n'aime pas trop être dans la lumière comme ça. C'est quelque chose qui s'est produit plutôt malgré moi. Je vais d'ailleurs essayer de m'en éloigner car ce n'est pas une bonne chose pour moi. C'est une bonne chose pour les problématiques qui m'intéressent car ça permet d'en parler, mais d'un point de vue personnel ça m'attriste plus qu'autre chose.

Une petite célébrité dans le monde du poker ne m'a jamais intéressée. En avoir aujourd'hui ça m'a fait plaisir au début, mais maintenant j'en vois surtout les mauvais côtés. Je suis une personne assez introvertie et je n'aime pas parler à des gens que je ne connais pas. Ça me met toujours un peu mal à l'aise. J'ai des amis qui sont réellement connus et je n'envie vraiment pas leur vie.

 

Tu as reçu l'award de la meilleure joueuse lors de la dernière cérémonie GPI à Los Angeles. Dans ton discours de remerciement, tu as expliqué que la création d'un prix spécifique à la gent féminine était inutile voire stupide, ce qui a déclenché pas mal de réactions. Es-tu quand même fière de cette récompense ? Pourquoi ne pas avoir tout simplement refusé l'award ?

Je suis heureuse d'avoir reçu ce prix, dans le sens où il représente un accomplissement personnel pour ma première année en tant que pro. En revanche, je ne suis pas fière qu'il s'agisse d'une distinction uniquement destinée aux femmes. Je confirme qu'elle ne devrait pas exister selon moi. J'avais prévu au départ de refuser cette récompense, mais plusieurs amis m'en ont dissuadée en me faisant comprendre que ce serait certainement compris de travers et interprété comme une forme de mépris à l'endroit des organisateurs. J'ai donc préféré y aller pour lire un discours, histoire de mieux faire comprendre mon opinion. C'était, je pense, la meilleure option.

 

On a beaucoup entendu parler récemment, dans la communauté américaine, de ton match en heads up contre Mike Dentale. Le duel a même été retransmis en direct et commenté par Doug Polk. Tout avait débuté par une énorme dispute sur Twitter suite à une critique de Mike à propos de ton jeu. Tu as fini par le défier, mi-mars, sous la forme de trois heads up à 15 000 $ chacun. Peux-tu nous expliquer un peu cette histoire et ce qui t'a poussé à proposer ce défi ? Était-ce réfléchi ou totalement spontané ?

C'était vraiment sur un coup de tête. Et même si j'ai gagné, je ne pense pas que je le proposerais à nouveau si c'était à refaire. Ça a généré beaucoup de stress. Au départ, j'avais joué une main assez mal lors du WPT Five Diamond en décembre. Au regard de l'historique, je n'avais toutefois pas commis une si grosse erreur que ce que les gens ont par la suite jugé de l'extérieur. Mais Mike a débarqué sur Twitter pour critiquer violemment mon play, comme il l'avait déjà fait de nombreuses fois dans le passé. J'en ai vraiment eu assez, d'autant que lui-même n'est pas forcément un bon joueur. Je ne le considérais pas légitime pour me critiquer en permanence.

Au début, comme nous étions tous les deux au Bellagio, je lui ai proposé un heads up sur place. Finalement ça a traîné pendant trois mois et toute la communauté s'en est mêlée. La partie a effectivement été streamée et commentée depuis Los Angeles.

Ça reste une bonne expérience, surtout parce que j'ai gagné les deux premiers duel sans avoir besoin de jouer le troisième. Sinon ça aurait pu tourner à la catastrophe.

"Dans mon ancien travail, j'avais parfois l'impression d'être une extraterrestre. Je n'étais pas en phase avec mon environnement."

Cate Hall vs Mike Dentale

C'est amusant que tu regrettes d'avoir proposé ce match alors que tu l'as gagné...

Connaissant le résultat, bien entendu que je recommencerais. Il ne s'était pas préparé du tout et il a très mal joué. C'était donc de l'argent facile. Mais pour le reste l'expérience a été assez difficile : beaucoup de stress la semaine précédente, du temps passé sur l'organisation... C'est aussi difficile mentalement d'affronter devant 10 000 personnes un mec qu'on déteste. On sait qu'une bonne partie des spectateurs vont juger et commenter en direct, que certains vous sont hostiles... Je me suis rendue compte que je m'étais mise dans une situation compliquée qui pouvait virer à l'humiliation publique. Je suis soulagée que ça n'ait pas été le cas. Les circonstances et son manque de préparation m'ont rendu les choses faciles.

 

Les choses sont effectivement allées loin entre vous, avec des propos très durs et des insultes l'un envers l'autre. Est-il possible de laisser son ego de côté et de jouer normalement avec un tel historique ?

C'est assez étrange, mais durant le match je n'ai absolument rien ressenti. Aucune émotion. Après en revanche j'étais vraiment très heureuse. Il y a eu des moments où je me suis sentie nerveuse, mais jamais énervée ou vexée par ce qu'il pouvait raconter pour me faire tilter. Il a vraiment essayé de m'atteindre et d'entrer dans ma tête, mais même si ça m'étonne ça ne m'a absolument rien fait.

Pour le reste, mon objectif était juste de gagner. Pas de faire le show pour amuser les gens. Je n'avais donc pas besoin d'interagir avec lui ou de répondre à ses attaques. Lui à l'inverse était pas mal en tilt pendant le match, et beaucoup de gens ont été surpris que je n'appuie pas davantage là-dessus. C'est juste que je n'ai pas trouvé ça nécessaire. Il jouait déjà mal et je m'en sortais bien sans avoir recours à la parole. J'ai préféré ne pas le rendre plus instable, ce qui aurait pu augmenter la variance. Peu d'interactions donc, et tant pis pour les spectateurs qui s'attendaient à plus de clashs. Je ne jouais pas pour eux.

 

Tu as gagné plus facilement que prévu, les gens se sont moqués de son jeu, tu as récupéré 30 000 $... Quel a été ton sentiment dans la foulée du match? C'était encore mieux qu'espéré, non ?

Complètement, surtout quand j'ai réalisé les montants que certaines personnes avaient pu parier sur ce match et contre moi. Je suis d'ailleurs heureuse de ne pas l'avoir su avant. Après la rencontre, j'ai ressenti un immense soulagement . J'étais contente de m'en être sortie dignement.

 

Toi qui n'es présente sur le circuit que depuis récemment, qu'est-ce qui t'a le plus déçu et à l'inverse que tu as le plus aimé dans ce milieu ?

Je dirais qu'il y a souvent une ambiance assez misérable dans la communauté. Pas mal de gens estiment ne pas être récompensés comme ils le mériteraient. Ils deviennent instables et éprouvent le besoin de critiquer les autres pour se sentir mieux. Beaucoup sont malheureux dans le fond, ce qui rend l'atmosphère globale compliquée. Personnellement je suis arrivée là-dedans sans savoir vraiment où je mettais les pieds. Je voulais juste jouer.

D'un autre côté, j'ai aussi rencontré des gens qui sont devenus de très bons amis. Souvent, je sentais déjà avant d'arriver sur le circuit que je m'entendrais bien avec eux. Dans mon ancien univers de travail, j'avais un peu l'impression d'être une extraterrestre. Je n'étais pas en phase avec mon environnement. Là, j'ai fait la rencontre de gens formidables comme Liv Boeree, Samantha Abernathy, Scott Seiver... Des personnes avec qui il y a une vraie connexion.

 

Quel est ton programme de tournois pour les prochains mois ?

Je participerai à l'événement 888 à Londres, mais en dehors de ça je n'ai pas l'intention de voyager avant les World Series. J'ai passé les onze derniers mois sur la route et après le heads up contre Mike, je me suis sentie épuisée. L'heure est venue de faire une pause. Je ne jouerai qu'en cash game d'ici Vegas. J'y serai pendant toute la durée des WSOP, avec sans doute un gros programme.

 

Dernière question sans rapport avec le poker. Tu l'as sous-entendu un peu plus tôt : tu n'es pas une grande fan de Donald Trump. Dans quel état d'esprit es-tu aujourd'hui par rapport à l'actualité américaine ? Restes-tu optimiste pour l'avenir ?

J'essaie de rester optimiste, mais en toute honnêteté c'est difficile. Je pense que Trump est un phénomène isolé dans notre histoire, mais qui personnifie à lui seul la plupart des problèmes de notre pays. Dans le lot, je mets par exemple la façon dont les gens s'informent, souvent sans aucune connaissance ni compréhension de la réalité des faits. Ils sélectionnent uniquement les chiffres ou les histoires qui vont servir leur bien-être personnel, mais occultent le reste. Je pense aussi à la manière dont notre système politique et démocratique est organisé, avec deux gros groupes qui tendent à s'éloigner l'un de l'autre avec le temps. Une dynamique qui a tendance à diviser le pays.

Même si nous survivons à l'ère Trump ces quatre prochaines années, je ne vois pas comment nous pourrons nous sortir de tous ces problèmes qui gangrènent de longue date notre société.

Vos commentaires sur cette news dans le forum :
Cate Hall : interview d'une écorchée vive
Cette news a suscité 21 commentaires, et seuls les 15 derniers sont affichés.
il y a 21 minutes, SuperCaddy a écrit :

J'espère que tu n'es pas sérieux. Il n'y a absolument rien de putaclic dans le fait d'apporter de la variété aux titres des interviews à travers les traits de caractère de leurs sujets.

Laisse tomber, SuperCaddy.... Comme l'explique très bien Cate Hall dans l'interview, on laisse beaucoup trop d'énergie à entrer dans des polémiques stériles, avec des gens qui, de toute façon, ne changeront pas d'avis.

Ceci dit, moi aussi j'ai été surpris par le titre, a posteriori, mais votre interprétation est convaincante.

Je ne connaissais pas cette joueuse, hormis de nom pour ses résultats récents, et je l'ai trouvée à la fois intéressante et touchante, assez éloignée des sentiers battus et rebattus par la plupart des interviews de joueurs, souvent inconsistantes et nombrilistes. En plus, elle cite parmi les joueurs avec qui elle a des affinités, deux de mes préférés : Scott Seiver et Liv Boeree. A suivre!

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le titre on s'en branle un peu, c'est subjectif par définition le travail journalistique. J'ai pas trouvé le qualificatif adapté à l'article (peut-être l'est-il à l'interviewée?), mais c'est pas le plus important. Pour une des rares fois, où l'on a un joueur qui dit réellement ce qu'il pense, assume ses opinions, sans avoir ni peur de froisser une communauté fermée/aseptisée ni de se griller auprès d'un éventuel futur sponsor, on va s'en réjouir. Très bonne itw! :)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Et bien.... en tout cas je suis bien contente que ça vous ait interpellé et plu, j'ai moi-même été pas mal surprise par son côté touchant alors que je ne connaissais que la réputation grande gueule. A la fois badass et fragile, c'est complètent ça @Christensen(et ce commentaire lui a d'ailleurs beaucoup plu ^_^), et on peut rajouter aussi une fille ultra bosseuse qui réussit quand même dans tout ce qu'elle entreprend... Bref, prochaine itw prochainement!

Edited by gaellej

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, gaellej a écrit :

@Christensen(et ce commentaire lui a d'ailleurs beaucoup plu ^_^)

Transmets lui des bisous stp. Si elle passe par Amsterdam elle peut me mp pour boire des verres au Holland Casino.

On attend ton prochain papier sinon, tes interviews sont vraiment différentes dans le bon sens du terme, j'avais beaucoup aimé celle de Bonomo aussi.

Edited by Christensen

Share this post


Link to post
Share on other sites

"Je pense que Trump est un phénomène isolé dans notre histoire, mais qui personnifie à lui seul la plupart des problèmes de notre pays", Clinton c'est bien, Trump c'est mal...

 

Je ne connais pas cette joueuse mais question analyse politique c'est ben ben simple... 

Edited by Orus

Share this post


Link to post
Share on other sites
Lire les 21 commentaires sur le forum
Les news à la Une
lundi 20 mai 2019 à 9:09
Télex

Après Guillaume Diaz, c'est au tour de Romain Lewis d'être suivi au Rio par les caméras de Dans la tête d'un pro. Le Girondin se présente sur la ligne de départ du 5 000 $ 6-Max gonflé à bloc. Quelques jours plus tôt, il a signé l'une de ses plus belles performances lors d'un autre tournoi des World Series pour un gain de 195 000 $.

lundi 20 mai 2019 à 7:41
Télex

C'est un rendez-vous que les chasseurs de tickets connaissent bien, et qui pourrait bien devenir la première marche de votre propre ascension. Chaque lundi à 21h, Winamax ajoute 180 € de tickets à la dotation d'un tournoi à 1 € de buy-in. Ce soir, son vainqueur mettra par exemple la main sur deux tickets de 20 € et un autre de 10 €.

vendredi 17 mai 2019 à 8:26
First Fifty Honors : 50 ans de World Series Of Poker dans le rétroviseur

Quel est le coup le plus mémorable de l'histoire des World Series Of Poker ? Quel est le visage le plus emblématique de la compétition ? Le favori des fans ? Les World Series Of Poker vous soumettent toutes ces questions dans une grande consultation qui aura pour objet d'honorer, le 29 juin, les hommes et femmes qui ont marqué un demi-siècle de WSOP.

vendredi 17 mai 2019 à 7:47
Télex

La Texacademy de Texapoker passera par Paris du 2 au 9 juillet prochain. Cette session de formation au métier de croupier, surtout axée sur les tournois de poker, se décomposera en sept jours consacrés à la théorie puis dix jours de stage sur le terrain. Aucun niveau de diplôme n'est requis, ni aucune expérience professionnelle, mais une grande mobilité géographique est souhaitable.

jeudi 16 mai 2019 à 8:22
Sismix Costa Brava : le compte à rebours avant la fiesta

La parenthèse espagnole du Sismix de Winamax s'ouvrira dès lundi avec les premiers tournois et concerts d'une longue série. Depuis quelques jours, de nombreux CPistes fignolent les derniers détails de leur périple à destination de Lloret de Mar. L'équipe de Club Poker Radio est dans le même cas, tout comme FloFlo M. qui assurera le coverage de l'événement sur le forum.

mercredi 15 mai 2019 à 13:08
Télex

En se hissant au Monténégro sur le podium du tournoi remporté Rui Cao, Romain Arnaud a empoché 1,5 million de dollars et signé ce qui constitue à ce jour sa performance la plus lucrative. Sur le forum, moirhums dresse une analyse aussi éclairée qu'élogieuse sur ce circuit auquel il prend part avec régularité depuis sa création en 2016.

lundi 13 mai 2019 à 9:45
Triton Poker Series : Rui Cao tient sa grande victoire

Jamais Rui Cao n'avait connu le bonheur d'une victoire sur le circuit live. Abonné aux lucratives secondes places, le Français a bien choisi son tournoi pour s'imposer pour la première fois : le Main Event Short Deck des Triton SHR Series Monténégro et son premier prix de 3,3 millions de dollars. Comme souvent, son pote Romain Arnaud était aussi dans le coup.

Tournois gratuits et prix ajoutés

Le Club Poker organise des freerolls avec bonus et des tournois spéciaux avec ajouts de prix.
Pour en bénéficier gratuitement, inscrivez-vous sur nos sites de poker partenaires :

Tournois Club Poker
6-MAX
$2.20
Big Poker League
jeudi 23 mai 2019 à 19:04
$125 ajoutés
6-MAX
$2.20
Big Poker League
jeudi 30 mai 2019 à 19:04
$125 ajoutés
6-MAX
$2.20
Big Poker League
jeudi 6 juin 2019 à 19:04
$125 ajoutés
6-MAX
$2.20
Big Poker League
jeudi 13 juin 2019 à 19:04
$125 ajoutés
6-MAX
$2.20
Big Poker League
jeudi 20 juin 2019 à 19:04
$125 ajoutés