mardi 6 novembre 2018 à 10:12
EXCLU

Pointilleux, râleur et prêt à défendre ses opinions coûte que coûte, Allen Kessler est un joueur qui ne laisse personne indifférent. Gaëlle est allée à la rencontre de l'Américain à l'occasion de son passage à Rozvadov. L'occasion de constater que "The Chainsaw" garde après toutes ses années sur le circuit la même obsession en tête : remporter enfin un bracelet WSOP.

Allen Kessler
(crédit : Borgata)

Salut Allen et merci d'avoir accepté de répondre aux questions de Club Poker. Le circuit américain représente le plus gros de ton activité de joueur de tournoi. Que signifie ce voyage à Rozvadov pour toi ?

Je suis dans la course pour différents classements et records. C'est la principale raison de ma venue en République Tchèque. Je chasse les bracelets. J'ai déjà échoué plusieurs fois à la seconde place, dont l'an dernier ici d'ailleurs. J'ai aussi atteint de nombreuses places payées ces derniers temps sur des tournois WSOP. À partir du moment où il y a un bracelet à gagner, je me déplace. Depuis mon arrivée ici le 2 octobre, j'ai pris part à la quasi totalité des tournois. J'ai atteint les places payées à cinq reprises, et notamment sur le Main Event.

 

On t'appelle The Chainsaw, c'est-à-dire la tronçonneuse. Quelle est l'histoire de ce surnom ?

C'est parti d'une blague en fait. C'est un objet affûté, ça coupe les arbres... Moi il paraît que je coupe dans le field comme une tronçonneuse. Il y a une certaine ironie car je suis connu pour être ultra nit. Je joue très serré. Mais la blague a bien pris et ce surnom me colle à la peau depuis dix ans.

 

Dans une récente vidéo pour PokerNews, tu t'exprimes sur les points forts et les points faibles de ces WSOP Europe. Tu es aussi au centre d'une série d'interviews, le Chainsaw Report, dans laquelle tu donnes ton avis sur tout ce qui touche de près ou de loin au poker. D'une manière générale, tu es d'ailleurs connu pour être assez critique. Pourquoi est-ce que ça te tient à cœur de toujours donner ton avis sur les tournois ?

Parce que j'ai la conviction que quel que soit l'endroit où on joue, les mêmes règles devraient s'appliquer. Il devrait exister une base commune. Je suis habitué à ce que les choses soient faites d'une certaine façon. Par exemple, quand il manque des joueurs à ma table, je m'attends à ce que quelqu'un y soit déplacé. Partout, tout doit être exactement comme j'en ai l'habitude. Or parfois, le floor peut se montrer un peu paresseux ou manquer d'attention. Ce n'est pas le cas sur les WSOP, mais ça l'est parfois ailleurs. J'aime que le floor soit vigilant et que les tournois aient une vraie structure. Sur le Main Event de ces WSOP Europe, on pouvait vraiment jouer avec 100 000 jetons. On a donc estampillé ça "Chainsaw Approved". Si quelque chose a besoin de mon approbation, il devient "Chainsaw Approved". Ce Main Event l'était clairement.

 

Dans une vidéo enregistrée à Las Vegas cet été, tu t'exclamais "Fuck the haters !" avant de disputer une table finale. Tes opinions tranchées reçoivent souvent en réponse des commentaires ou des critiques qui le sont tout autant. Est-ce que c'est un truc contre lequel tu luttes ?

Oh oui, j'ai beaucoup de haters ! Ils affirment que je suis un joueur perdant, que je ne sais pas ce que je fais, que je jette mon argent en l'air... Mais quand je regarde un peu mes résultats, je vois dix tables finales WSOP, quatre secondes places... En dépit de ce que les gens disent, ma fiche Hendon Mob parle pour moi. Et Jack Effel, le directeur des tournois des World Series, vient régulièrement me poser des questions et me demander mon avis. S'il ne respectait pas mon opinion, il ne le ferait pas. Il y a quatre ans, les WSOP m'ont écouté et ont modifié une règle en plein festival. PokerNews a écrit un article là-dessus parce que ça n'était jamais arrivé avant. En fait, je crois juste que les gens qui me détestent ne comprennent vraiment rien.

 

Tu t'es toujours montré critique à propos de l'organisation des tournois, mais beaucoup de travail a été fait ces dernières années. Est-ce qu'on peut dire que c'est mieux aujourd'hui ?

Ça va... En fait, on peut trouver un tournoi sympa chaque week-end. Il y a toujours quelque chose quelque part. Quand je suis aux États-Unis, je peux choisir l'événement que je préfère selon qu'il s'agisse d'un casino avec beaucoup de machines à sous, d'une destination qui me parle beaucoup comme le Colorado par exemple... Pour moi, ça se passe comme ça 42 semaines par an : je joue un tournoi chaque week-end. Parfois plusieurs, comme lorsque je me rends sur une étape du WSOP Circuit. Il y a plusieurs tournois sympas, des points à gagner au classement, des mixed games, pas mal de divertissements autour...

Ici à Rozvadov on est un peu coincés. D'une manière générale, quand une destination n'a qu'une seule poker room et pas d'autres jeux, je préfère ne pas y aller. Quand je me fais sortir d'un tournoi, j'aime bien avoir la possibilité de faire autre chose et de ne pas m'enfermer dans le poker.

 

Tu voyages constamment aux États-Unis. Quelles sont tes destinations favorites ?

J'ai une affection particulière pour le Black Rock Casino dans le Colorado. Le Hard Rock en Floride est très bien aussi. J'aime bien le Foxwoods, même si apparemment je suis un peu seul dans ce cas. Et évidemment le Borgata d'Atlantic City parce que j'ai grandi dans le coin. J'avais aussi pour habitude de jouer au Taj Mahal là-bas, mais la salle de jeux a fermé.

"Gagner un bracelet apporte du crédit. Tant que je n'y parviendrai pas, je n'obtiendrai pas le respect de mes pairs."

Allen Kessler
(crédit : Winamax)

Pour quoi ressens-tu le besoin de te battre dans le poker ?

Je dirais principalement le respect des autres joueurs. Tant que tu n'as pas gagné un bracelet, et malgré quatre secondes places, tu es toujours la cible de critiques. Gagner un bracelet apporte du crédit. J'ai beau avoir quelque chose comme 300 ITM dans ma carrière, tant que je n'aurai pas un bracelet je ne serai pas respecté par mes pairs. Je le veux ce trophée. J'ai laissé passer tellement d'opportunités l'an dernier. Il y a même un tournoi dans lequel ça s'est joué à une main. Le jour où je gagnerai enfin au Rio, ma mission sera accomplie et je pourrai réduire un peu mon programme de tournois.

 

Tu as atteint les places payées dans sept variantes différents lors des derniers WSOP. En revanche c'est vrai que tu cours toujours après ce fameux bracelet. C'est vraiment ton plus grand objectif aujourd'hui ?

Oui, j'ai obtenu des résultats dans sept variantes lors de la même édition. Même mes quatre secondes places ont été obtenus sur quatre variantes différentes. Je veux vraiment gagner un bracelet. Mon second objectif ce serait un titre WPT, mais j'ai un peu perdu espoir cette année. Je n'ai jamais réussi à avoir de bons résultats sur le World Poker Tour. J'ai aussi eu pas mal de soucis avec leurs structures et leur façon de gérer certains problèmes.

En revanche j'ai gagné un WSOP Circuit il y a quelques années. Ça représentait aussi un objectif. Il n'y en a que douze dans l'année, donc ce n'est pas si facile. Mais mes plus grands objectifs restent les WSOP et WPT, avec une préférence pour le bracelet. Un bracelet WSOP Europe, un peu moins je dois dire. J'en veux un vrai, un du Rio !

 

En dehors du poker, tu adores les jeux de casino et les machines à sous. Tu mets d'ailleurs régulièrement en ligne des photos de tes résultats sur ces machines. De prime abord, ça peut sembler surprenant de la part d'un joueur pro. Qu'est-ce que tu aimes tant là-dedans ?

Oui, j'adore le video poker et les machines à sous. J'aime aussi pas mal de jeux de Hold'em différents, comme l'Ultimate Poker qu'on dispute contre le croupier. Mais les machines restent ce que je préfère. Je ne sais pas pourquoi. Je trouve ça relaxant, c'est tout. On reste assis et on se contente d'appuyer sur un bouton.

 

Tu es aussi très présent sur les réseaux sociaux, notamment Twitter où tu aimes lancer des sujets de discussion. Qu'est-ce qui te plaît autant là-dedans ?

J'ai beaucoup de gens qui me suivent. Mon Facebook est complet, j'ai environ 30 000 followers sur Twitter et je viens de commencer sur Instagram avec quelques milliers de personnes. Les gens aiment bien me lire. Beaucoup de grands noms me suivent, comme Doyle Brunson, Daniel Negreanu, Rainer Kempe, Jack Effel, le compte des WSOP... Je suis libre de dire ce que je veux. Parfois je mets en ligne un sondage et des milliers de personnes répondent.

 

Est-ce qu'à tes yeux il existe une grande différence entre les joueurs américains et européens ?

Oui, vraiment. Surtout en Pot Limit Omaha. Les Européens sont bien plus agressifs dans cette variante. Mais dans les premiers niveaux des tournois de Hold'em c'est un peu pareil : en Europe, on voit rarement un coup sans un 3-bet. Les gens ne se calment un peu que quand les blindes augmentent. Sur ces WSOP Europe, c'était un 3-bet à chaque main. Je ne suis pas habitué à ça ! La routine c'est plutôt une relance, un call et peut-être de temps en temps un 3-bet. Mais c'est tout ! Alors qu'en Europe il faut se tenir prêt tout de suite à l'éventualité de payer un 3-bet. Mieux vaut s'y habituer rapidement, mais après un mois entier à Rozvadov je crois que je suis rôdé.

Les news à la Une
mardi 22 janvier 2019 à 9:22
Télex

Dans une déclaration publique, l'ARJEL et ses alter ego espagnol et portugais constatent que leurs marchés respectifs ont réalisé de bonnes performances depuis un an. "Il est possible d'améliorer l'expérience des joueurs sans faire de compromis en matière d'intégrité", soulignent-ils avant de réaffirmer leur "volonté de coopérer avec tous les régulateurs de l'UE intéressés".

lundi 21 janvier 2019 à 14:39
Télex

Après le Playground Poker Club, établissement dont le savoir-faire est mondialement reconnu, Introl a cette fois poussé les portes du casino de Montréal. De cette visite, il dresse un bilan qui passe en revue l'offre de cash game et les spécificités des tournois. Tout en livrant son ressenti sur la clientèle locale : "Beaucoup plus de récréatifs, de petits vieux et de touristes qu'au Playground".

lundi 21 janvier 2019 à 11:13
Télex

Le nouvel épisode de Dans la tête d'un pro est en ligne ! Du field initial de 1 175 unités du partypoker Millions Barcelona, il ne reste plus qu'une cinquantaine de joueurs en course. Davidi Kitai et ses voisins de table Mustapha Kanit et Thomas Boivin en font partie. Reste à voir si ce sera toujours le cas après ce visionnage de 35 minutes...

lundi 21 janvier 2019 à 9:35
Télex

Certains l'appellent Mikita Badziakouski, d'autres Nikita Bodyakovskiy. Chacun s'accorde en tout cas pour voir en lui l'un des joueurs les plus redoutables de sa génération. En 2018, le Biélorusse a accumulé 14,5 millions de dollars de gains sur le circuit live. Il rejoint aujourd'hui Isaac Haxton, Jason Koon, Sam Trickett ou encore Fedor Holz au sein de l'impressionnante armada partypoker.

lundi 21 janvier 2019 à 8:56
LIVE
WSOP Circuit Marrakech : et de quatre bagues pour Sonny Franco !

Il avait déjà remporté deux bagues à Cannes, il vient de faire de même au Maroc. Sonny Franco s'impose au Es Saadi au terme du Main Event du WSOP Circuit Marrakech. Sa victoire face à Jimmy Kébé marque la plus lucrative de ses quatre performances : 138 000 € dans la besace, avec en prime une invitation pour le WSOP Global Casino Championship.

dimanche 20 janvier 2019 à 1:46
Télex

Ils ne sont plus que 22 survivants et c'est le Français Julien Robert qui est pour l'instant aux commandes de ce Main Event. On retrouvera pour le Final Day quelques grinders affutés comme Isabel Balthazar ou Pierre Antoine Quignard, le footballeur Jimmy Kébé mais aussi encore quelques amateurs jouant le premier gros tournoi de leur vie. Suite et fin de ce festival ce dimanche à partir de 13 heures, toujours en compagnie de vos humbles serviteurs Veunstyle et Fausto.

samedi 19 janvier 2019 à 12:32
Télex

C'était sa première à Marrakech, l'un de ses premiers tournois internationaux, il repart avec la bague et 700 000 MAD (65 000 €). L'Espagnol répondant au nom de Carlos s'impose à Marrakech dans le High Roller des WSOPC face à l'un des hommes très en forme du moment : Ugo Faggioli. Le Français se console avec le (très esthétique) trophée de Runner-up et 400 000 MAD. Place désormais au Day 2 du Main Event, chipleadé par un Espagnol autrement plus connu : El señor Fernando Pons.

vendredi 18 janvier 2019 à 10:32
Télex

Rarement un topic aura suscité autant d'intérêt. Son année 2018, Leretourdugenie l'a partagée avec vous en totale transparence : ses coups d'éclat, ses coups de cœur, ses coups de folie... Son bilan chiffré, impressionnant, s'élève finalement à 173 000 € de gains sur les douze derniers mois. Mais le héros du forum a surtout conquis bien des cœurs...

jeudi 17 janvier 2019 à 9:32
Télex

William Pastout est décédé hier. Actif aux tables sous le pseudonyme de "bisounours86" notamment, William était connu sur Club Poker sous celui de Raised. L'équipe de Club Poker Radio avait eu la chance de l'avoir au micro à deux reprises, à Cannes en 2010 et à Deauville en 2014. Nous adressons nos sincères condoléances à sa famille et à ses proches.

jeudi 17 janvier 2019 à 8:43
PokerStars Caribbean Adventure : impérial Chino Rheem !

Du talent, de l'agressivité et le plus gros tapis : ce cocktail a permis à Chino Rheem de ne faire qu'une bouchée de ses cinq derniers adversaires, la nuit dernière aux Bahamas. L'Américain empoche un magot de 1,5 million de dollars et franchit le cap des dix millions de gains en carrière. Davidi Kitai et Romain Lewis, de leur côté, concluent leur séjour en beauté.

Tournois gratuits et prix ajoutés

Le Club Poker organise des freerolls avec bonus et des tournois spéciaux avec ajouts de prix.
Pour en bénéficier gratuitement, inscrivez-vous sur nos sites de poker partenaires :

Tournois Club Poker
6-MAX
$2.20
Big Poker League
demain à 20:04
$125 ajoutés
6-MAX
$2.20
Big Poker League
jeudi 31 janvier 2019 à 20:04
$125 ajoutés
6-MAX
$2.20
Big Poker League
jeudi 7 février 2019 à 20:04
$125 ajoutés
6-MAX
$2.20
Big Poker League
jeudi 14 février 2019 à 20:04
$125 ajoutés
6-MAX
$2.20
Big Poker League
jeudi 21 février 2019 à 20:04
$125 ajoutés