lundi 27 décembre 2010 à 14:05
Breaking News

En juillet dernier, en plein main event des World Series Of Poker, le Club Poker envoyait Gabriel Gab-X Kaluszynski à Las Vegas. Le 30 décembre prochain à 20h35, le film né de son périple, intitulé Joueur(s) comme un hommage aux personnages qu'il met en lumière, sera diffusé par Direct Star.

Depuis plus d'un an, Gabriel Kaluszynski écume le circuit aux côtés des reporters du Club Poker. Fruits de cette collaboration : de nombreuses vidéos, sous la forme de clips et de pastilles, dont la qualité est régulièrement saluée par les membres du forum.

 

L'été dernier, Gab-X a décidé de passer la vitesse supérieure. En prenant l'avion pour Las Vegas où se déroulait le main event des WSOP, il avait déjà cet objectif de réaliser un film au format plus long et de se donner la possibilité de traiter plus en profondeur la dimension psychologique des joueurs de poker.

 

Quelques mois plus tard, l'ambitieux projet accouche d'un film de 52 minutes consacré aux Marc LocSta Inizan, Antoine solody Amourette, Éric pshico Sagne, Xavier "Furax" Jacquet ou encore Laurent "ApoG" Gauter. Et par leur intermédiaire à tous les passionnés de poker.

 

Cerise sur le gâteau, Joueur(s) fera l'objet d'une diffusion par Direct Star le jeudi 30 décembre à partir de 20h35, avant d'être proposé dans son intégralité dès le lendemain sur le Club Poker. Pour fêter l'événement, Gax-X a accepté de nous en dire un peu plus sur son parcours et les circonstances qui l'ont poussé à réaliser ce film.

 

Club Poker : Gab-X, ça fait maintenant un bail qu'on a le plaisir de visionner tes vidéos réalisées sur le circuit. Pourtant, le poker n'est pas ton secteur de prédilection. Comment a débuté ta collaboration avec le Club Poker ?

 

Gabriel Kaluszynski : Il y a maintenant un an, j'ai réalisé 3 petites vidéos pour promouvoir le main event du PC77, mon club de poker. Ils ont adoré et je me suis dit : "j'aime le poker et mon métier est la réalisation, pourquoi ne pas essayer de lier les deux". J'ai donc envoyé un mail au Webmaster du Club Poker en lui proposant mes services. Quelques jours plus tard nous nous rencontrions et, moins de deux semaines après, je me retrouvais au Casino Lyon Vert pour suivre le Super Satellite du Partouche Poker Tour ! Depuis, j'ai réalisé une quarantaine de vidéos pour le Club Poker.

 

Tu es plutôt un habitué des formats courts : clips, pastilles, court-métrages...etc. Joueur(s) est-il ta première production sous ce format ? Comment s'est traduit pour toi la transition des formats courts vers un 52 minutes ?

 

C'est vrai que c'est ma première réalisation dans un format aussi long. D'habitude je réalise essentiellement des fictions d'une dizaine de minutes ou des clips. La transition entre les formats courts et un 52 minutes ne s'opère pas tant sur la durée que sur le propos : sous ce format, tu as le temps de vraiment poser tes personnages, de faire vivre les images, et surtout de mettre en place une atmosphère et une ligne directrice.

 

L'un de gros atouts du film, c'est de nous faire partager en profondeur la psychologie des joueurs. Mettre l'accent sur des témoignages forts, c'était une volonté délibérée et immédiate, ou est-ce un choix qui a été guidé par les circonstances de tournage et la tendance des joueurs de poker à se confier facilement ?

 

J'ai voulu par ce film laisser la parole aux joueurs. Avant de commencer les interviews, je leur présentais de façon assez générale les thèmes que je souhaitais aborder avec eux. Ensuite les échanges se faisaient "au feeling". Avec Xavier "Furax" Jacquet par exemple, on a discuté un peu au téléphone et le soir-même on se retrouvait sur le Strip. Une fois sur l'asphalte, j'ai simplement allumé la caméra sans savoir vraiment où on allait. Au final on a beaucoup marché et parlé tout en visitant le Strip. La longue interview qui en résulte est l'un des moments forts du film.

 

Parfois, on a presque l'impression que pour certains joueurs le film a fait office de psychothérapie. Toi qui travailles dans de nombreux domaines et pas uniquement le poker, est-ce que tu as le sentiment que le joueur de poker se livre plus facilement, qu'il ressent un besoin particulier de s'épancher son quotidien, qu'il est de nature particulièrement introspective ?

 

À vrai dire cela dépend des joueurs et je ne suis pas sûr qu'une tendance générale se dégage. Éric Sagne, par exemple, est quelqu'un qui se confie assez facilement et qui a des choses à dire. Je pense qu'il a aimé parler devant la caméra car il ressentait, sans doute inconsciemment, un besoin de raconter son expérience personnelle du poker, ce qu'il a pu voir et entendre dans ce milieu qui est désormais le sien.

 

En revanche, je me souviens avoir proposé à un joueur le projet. Après m'avoir dans un premier temps fait part de son intérêt pour le concept du film, il a fait volte-face le lendemain et m'a envoyé un message, justifiant son refus de participer au documentaire par sa peur de se dévoiler.

 

Les joueurs de poker ont également un sujet de prédilection : raconter les mains, les bad beats... Est-ce que tu es miraculeusement passé entre les balles ou est-ce au montage que l'on doit le salut du film ?

 

En réalité, je suis passé entre les balles en expliquant en préambule aux joueurs que je ne voulais pas qu'ils me racontent leurs coups et bad beats. Bien entendu, un joueur ne peut jamais s'empêcher totalement de parler des coups qu'il vient de vivre. Et effectivement c'est là qu'intervient la magie du montage (rires).

 

Si le main event constitue bien la toile de fond du film, ce qui m'intéressait avant tout c'était de délivrer des témoignages forts sur Las Vegas et la vie de joueur, pas de proposer un énième reportage se focalisant sur les coups gagnés ou perdus.

 

Pour avoir vu le film avant qu'il ne soit monté, je sais qu'une soirée arrosée (et un peu folle) au O'Sheas en constitue un des moments insolites. Est-ce que tu as gardé sous le coude des petites séquences inédites qui pourraient ressurgir dans quelques mois ?

 

Pour être franc, la séquence au O'Sheas est beaucoup plus longue que ce qui demeure finalement après le montage. Je me suis posé la question, mais ai préféré raccourcir un peu la séquence pour ne pas tendre vers le côté "film de vacances". Bien que nous ayons avec les joueurs présents partagé des moments particulièrement drôles à cette occasion, je pense que la séquence où on sabote gentiment de l'intérieur un tournoi à 30 dollars aurait pu affaiblir le film. Cela dit, cette fameuse séquence du tournoi est toujours visionnable sur le Club Poker.

 

Joueur(s) met en lumière des personnages qui ne sont pas ceux qu'on voit habituellement dans des productions de ce type : des joueurs plutôt peu médiatisés, des reporters... Était-ce une volonté délibérée, une façon de coller davantage à la réalité que certains docus focalisés sur "l'aspect paillettes" ?

 

Je n'ai à aucun moment souhaité suivre des joueurs particulièrement connus du grand public ou sponsorisés (en dehors du cas d'Éric Sagne). En discutant avec kinshu, qui m'a apporté une aide très appréciable au niveau du choix des joueurs, je lui avais précisé que je souhaitais suivre des personnages connus du public "éduqué", mais pas du grand public. L'idée était de se rapprocher au maximum de la réalité de la vie d'un joueur. Un joueur sponsorisé par une grosse room se serait par exemple, peut-être inconsciemment, montré soucieux de l'image qu'il lui revient de véhiculer. Je ne voulais pas sombrer dans cet écueil.

 

Dans ce film on découvre donc les joueurs comme on les a rarement encore vus, mais ils ne sont pas les seuls à se dévoiler. Las Vegas, la ville du tournage, tient également une place importante. Que représente Las Vegas pour toi ?

 

Comme le dit si bien Xavier Jacquet dans le film : "Las Vegas, c'est le paradis et l'enfer en un clin d'œil !" Une ville géniale pour faire la fête, rencontrer des gens, jouer au poker... Mais après, une fois que tu enlèves tous les casinos et les boîtes de nuit, il ne reste plus grand chose d'attirant dans cette ville, qui par ailleurs peut laisser beaucoup de séquelles mentales et physiques.

 

Cela dit je ne rêve que d'une chose, c'est de pouvoir y retourner lors du prochain main event !

 

Si tu ne devais garder en tête qu'une seule image de ton séjour sur place ?

 

La chaleur torride de Sin City ! Dans tous les sens du terme !

 

Dans le cadre de la réalisation du film, tu as partagé le quotidien des joueurs dans ce qui représente sans doute pour eux le moment de l'année le plus intense psychologiquement : le main event des World Series. Qu'est-ce que la vie de joueur de poker professionnel t'inspire ? De l'envie ? C'est un mode de vie qui pourrait te convenir ?

 

Pour savoir ce que la vie de joueur m'inspire, il va falloir regarder le film. D'une certaine manière, sa fabrication était aussi pour moi une séance de psychothérapie.

 

La diffusion par DirectStar, c'est la cerise sur le gâteau j'imagine ? Parle-nous un peu de l'envers du décor. Obtenir qu'un de ses films soit diffusé par une grande chaîne, ça se passe assez simplement ou c'est le parcours du combattant ?

 

C'est vrai que la diffusion du film sur une chaîne de la TNT constitue un peu l'accomplissement du projet. C'est toujours un parcours du combattant pour finaliser un film, et surtout réussir à le faire diffuser. Pour moi, ce documentaire est un peu mon bébé. J'ai passé 6 mois à le couvrir, le choyer, à l'aimer et même à le détester par moment, mais au final la diffusion sonne comme un accouchement. Mais pour te rassurer, on ne l'a pas accouché par césarienne !

 

Mener ce projet à terme avec tant de réussite, ça te donne envie de remettre le couvert prochainement ? Quels sont tes projets à court et moyen terme ?

 

Je ne sais pas trop encore. J'ai plein d'autres projets (clips, fictions…), mais rien à voir avec le poker. Pour l'instant, je compte d'abord me focaliser sur les prochaines vidéos pour le Club Poker. Le tout en essayant à chaque fois de me renouveler et d'apporter, en toute modestie, un nouveau souffle aux vidéos de poker. Après, pourquoi ne pas retenter l'aventure en juillet prochain, mais dans ce cas avec un point de vue et une approche différente du poker.

 

Merci beaucoup Gab-X. Nous serons sans doute nombreux devant notre écran de télévision jeudi soir. Un dernier mot pour conclure ?

 

J'aimerais simplement remercier le Club Poker, Laurent Dumont, Nicolas Maillochaud, Julien Bochereau et Bruno Dupuis. Sans eux, ce film n'aurait sans doute jamais vu le jour.

 

 

Le film Joueur(s) disponible en intégralité sur Club Poker :



Un film de Gabriel Kaluszynski.

Produit par Club Poker et Upside Télévision.
© 2010 Club Poker - Upside Télévision


La bande-annonce de Joueur(s) :


Vos commentaires sur cette news dans le forum :
Le 30 décembre sur Direct Star : Joueur(s), le documentaire poker de Gab-X
Cette news a suscité 281 commentaires, et seuls les 15 derniers sont affichés.

Globalement déçu , pour plusieurs raisons.

Tout d'abord, si on pouvait enfin avoir un doc sur Vegas qui ne commence pas par " On l'appelle Sin City, la ville du pêché", ça serait sympa..Ensuite, je trouve Vegas mal filmée, sauf si le parti pris était de ne surtout pas montrer ce qui est top là bas.

Antoine amourette est blasé au bout de deux mois,ça se comprend, mais je suppose que la même interview en arrivant, c'est pas la même chanson ..

J'ajoute qu'on peut très bien passer une semaine à Vegas sans finir dans une boîte de streap tease mais bon ..Côté poker, même décéption .. Bon , les gars qui se font busto rapidement, c'est pas de pot mais ça restait dans le domaine du prévisible . L'ambiance du ME est mal rendue, on dirait le tournoi du casino du coin. OK, difficile de filmer pour des questions de droits, mais quand on fait un reportage dont c'est le thème, on essaie au moins de trouver une parade. Peu ou pas de commentaires techniques sur les mains importantes des joueurs.. Bref, comme ça a déjà été écrit, ça ne s'adresse ni aux novices ni aux joueurs , ce qui est quand même surprenant ..

Share this post


Link to post
Share on other sites

celui qui n' a jamais fait la fête à Vegas avec Lellouche n' a jamais fait la fête...

ben moi j'ai pas fait la fête à Vegas avec Lellouch mais je suis allé au Palacio avec Jo et je me suis bien éclaté.

Qu'est-ce que c'est que ce raisonnement?

La fête c'est un état d'esprit avant tout, bien avant le lieu où l'on se trouve.

Les jongleurs et les ventriloques c'est ton trip, ok, mais c'est pas forcément le cas de tous.

Moi je suis allé à Vegas et l'une des seule chose que j'ai apprécié dans ce film c'est que le côté triste, presque pathétique de Vegas, ressort bien.

C'est un peu comme une sorte de réveillon avec plein de gens qu'on connait pas, mais faut qu'on fasse la fête. Parce que si avec tous ces jongleurs et ces ventriloques t’arrives pas à te marrer c'est que t'es vraiment difficile.

Faudrait oublier tous ces casinos kitchs et ridicules où déambulent des zombis dans le bruit assourdissant des machines à sous?

Par contre si t'es un joueur de poker et que tu participe aux WSOP, tu vois pas la ville avec les même yeux...

Edited by darkbouli

Share this post


Link to post
Share on other sites

[...]

Quand au contenu, un peu lourd certains moments, ça depeint un Vegas qui donne pas vraiment envie,

[...] plus que sur le rêve, la gniak et la préparation des guerriers qui partent en croisade.

Déjà un bon point tu distingues clairement la réalisation (avec ses points positifs et négatifs comme souligné dans d'autres posts) du discours tenu, de la ligne choisie.

Concernant le parti pris, je pense qu'on peut vraiment apprécier un reportage même si on y tient un discours différent de ce qu'on attend. On peut se mettre à acquiescer en voyant un morceau de la réalité qu'on refuse un peu d'habitude ou auquel on pense pas trop par exemple. On peut admettre qu'un effort d'explication de l'envers du décor soit nécessaire pour le public non initié, même si on trouve ça réducteur.

Après on peut trouver que justement ce discours présente quelques manques, mais ça c'est une autre histoire.

Share this post


Link to post
Share on other sites

"je pense que la séquence où on sabote gentiment de l'intérieur un tournoi à 30 dollars aurait pu affaiblir le film. Cela dit, cette fameuse séquence du tournoi est toujours visionnable sur le Club Poker."

Ou ça ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

"je pense que la séquence où on sabote gentiment de l'intérieur un tournoi à 30 dollars aurait pu affaiblir le film. Cela dit, cette fameuse séquence du tournoi est toujours visionnable sur le Club Poker."

Ou ça ?

UP pour un superbe reportage!

oui où ça?

Edited by pedro_allin

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonsoir,

Quelqu'un connaitrait la playlist des musiques dans le film?

En vous remerciant,

David Bowie :" Rock n'roll suicide" (dans la chambre d'hôtel

le premier joueur de poker (Team Partouche ) porte d'ailleurs un t-shirt à l'effigie de Bowie

John Lennon : "Working class hero" (J1 du tournoi )

Edited by lofuwa

Share this post


Link to post
Share on other sites
Lire les 281 commentaires sur le forum
Les news à la Une
mardi 27 octobre 2020 à 16:22
SECOOP 2020 : k7scooter roule sur le Sunday Special

Si près de 800 000€ avaient été distribués au jour 1, les Day 2 d'hier soir ont récompensé les vainqueurs avec les plus gros gains. Et c'est l'Ukrainien k7scooter qui s'en est sorti le mieux en remportant le Sunday Special pour un chèque de 34 664€. Côté français, le compteur a été débloqué grâce à la victoire de baobabfou sur l'Event 16 (7 761,62€).

lundi 26 octobre 2020 à 14:47
SECOOP 2020 : la France bredouille au Jour 1

Hier soir s'est lancée l'édition 2020 du Southern Europe Championship of Online Poker (SECOOP). Jusqu'au 16 novembre, 183 tournois vont être disputés. Et sans surprises, au terme de la première journée, Brésil, Portugal et Espagne ont empoché deux tournois chacun. Malheureusement, la France s'en sort avec un zéro pointé.

lundi 26 octobre 2020 à 13:35
Télex

Déjà auteur d'une initiative qui avait permis de récolter 3 000 € au bénéfice de l'hôpital Necker, Basou remet ça au profit de la Fondation Abbé Pierre. Sa dernière soirée de grind s'est ainsi soldée par un gain de 19 000 €, avec dans la foulée la réalisation d'un don de 4 000 €. Et comme ses spectateurs sont aussi mis à contribution, le compteur des sommes versées atteint déjà 12 000 € !

lundi 26 octobre 2020 à 10:09
Télex

Le nouvel épisode de la saga de Winamax est en ligne et bonne nouvelle : il est particulièrement long ! Embarquez en compagnie de Romain Lewis sur le Main Event à 10 000 $ de la Caribbean Poker Party et ne vous retournez pas : vous voilà parti pour une bonne heure de réflexion, de décryptage et surtout de détente au côté d'un joueur au sommet de sa forme.

lundi 26 octobre 2020 à 9:58
High Stakes Duel : la passe de trois et le magot pour Phil Hellmuth

Après avoir remporté les deux premières manches de son duel télévisé face à Antonio Esfandiari, Phil Hellmuth a remis le couvert pour s'adjuger un pactole de 400 000 $. Le Poker Brat, qui avait la possibilité de remettre en jeu son butin face à un nouvel adversaire, a finalement choisi d'encaisser ses gains mais ne ferme pas la porte à un retour lors de la saison 2 de l'émission.

vendredi 23 octobre 2020 à 14:11
Club Poker Radio S14E08 avec Davidi Kitai et Louis-Augustin Calonne

L'analyse comportementale, vous connaissez ? L'équipe de Club Poker Radio a ce jeudi convié deux spécialistes de l'exercice pour en discuter : Louis-Augustin Calonne, dont c'est le métier, et Davidi Kitai qui en a fait l'une de ses marques de fabrique à la table. Le pro mexicain Jacobo Montoya était également des nôtres via Skype pour une interview signée Gaëlle.

vendredi 23 octobre 2020 à 9:29
Télex

Parti avec un léger avantage lors des premières sessions, Phil Galfond s'est fait rattraper puis dépasser par Chance Kornuth ces derniers jours. Le challenger dispose désormais d'une avance de 289 000 $ après 7 400 mains disputées sur les 35 000 prévues. Pour rappel, une victoire lui ouvrirait droit à un bonus d'un million de dollars, tandis qu'une défaite se solderait par un versement de 250 000 $.

vendredi 23 octobre 2020 à 9:16
Police des jeux : l'ANJ et le Service Central des Courses et Jeux main dans la main

Le transfert des missions de l'ARJEL à l'ANJ s'est accompagné d'un élargissement des compétences du régulateur, qui désormais dispose également de pouvoirs de contrôle sur les casinos et clubs de jeux. L'ANJ et la Direction générale de la police nationale viennent donc de signer une convention qui fera office de "socle d'un dialogue et d'une coopération vivante" entre les deux structures.

mercredi 21 octobre 2020 à 14:34
Télex

Le régulateur, qui se dit "souvent interpellé par des joueurs de poker sur la question de la distribution aléatoire des cartes", détaille dans un article sommaire ses modalités de contrôle. Sa conclusion est implacable : "Avec environ 15 millions de parties jouées chaque jour sur les sites en ligne, ce sont quotidiennement des milliers de bad beats qui s'y produisent et encore plus de 3-8 dépareillés qui y sont distribués". Alors arrêtez de bouder !

mercredi 21 octobre 2020 à 12:17
Télex

Cette semaine, l'équipe de Club Poker Radio vous a concocté une émission dédiée à l'analyse comportementale. Le casting s'appuiera pour l'occasion sur le roi des reads Davidi Kitai, le négociateur et analyste comportemental Louis-Augustin Calonne et enfin le pro mexicain Jacobo Montoya. Couvre-feu oblige, l'émission débutera plus tôt qu'à l'accoutumée : top départ dès 18h15 !

mercredi 21 octobre 2020 à 8:34
Télex

Eh oui, nous avons une mauvaise nouvelle pour vous : Anto08 a décroché la cagnotte de 850 € la semaine dernière. Pour cela, il lui a simplement fallu toucher une quinte flush royale sur le Lucky CP. Une mission qui, si vous l'acceptez, sera également la vôtre ce mercredi à 21h. Mais pour tout vous dire, on ne vous en voudra presque pas si vous décidez exceptionnellement de faire l'impasse.

mardi 20 octobre 2020 à 15:01
Fermeture des clubs de jeux : le Club Circus à l'initiative d'une action collective

Le combat continue pour le Club Circus ! L'établissement avait déjà engagé, sans succès, une requête en référé-liberté contre l'arrêté du Préfet de police de Paris prononçant la fermeture pour deux semaines des clubs de la capitale. Entouré d'autres clubs de jeux et casinos, il conteste cette fois le sort qui leur est réservé par le décret du 16 octobre.

mardi 20 octobre 2020 à 12:30
Télex

On vous a déjà parlé du festival Winamax Pokus qui animera le début du mois de décembre. La room a depuis déployé des Expresso qualificatifs à destination de deux des tournois au programme : le Mass Start Surprise avec des tickets à 10 € mis en jeu sur des tables à 0,50 €, et surtout le Pokus Million KO avec la possibilité de gagner des entrées à 50 € sur des tables à 4 €.

mardi 20 octobre 2020 à 12:23
Télex

Vous avez prévu de passer la soirée devant le match du PSG ? Faites d'une pierre deux coups et ajoutez-y quelques tournois en compagnie de veunstyle. L'animateur de Club Poker TV vous a concocté un menu à base de tournois privés, d'autres rendez-vous de la grille Winamax et enfin d'un last longer sur Le Sud VS Le Reste du Monde. Avec pour la bonne bouche quelques bouteilles de vin en jeu !

Tournois gratuits et prix ajoutés

Le Club Poker organise des freerolls avec bonus et des tournois spéciaux avec ajouts de prix.
Pour en bénéficier gratuitement, inscrivez-vous sur nos sites de poker partenaires :

Tournois Club Poker
6-MAX
$2.20
Big Poker League
demain à 19:04
$125 ajoutés