La nictation, par Dudley
par

Les yeux laissent entrevoir de nombreux tells. C'est d'ailleurs l'une des raisons pour lesquelles certains joueurs se sentent plus à l'aise derrière des lunettes de soleil. Le clignement des yeux, également appelé nictation, constitue l'un de ces tells. À travers sa fréquence, vous pourrez obtenir des indices sur la main de votre adversaire. Comment ? Suivez le guide : Pyker vous explique tout.

Introduction

Jason Mercier
Jason Mercier toujours à l'affût : un œil sur l'adversaire, un autre sur le board.

La nictation. Derrière ce terme savant se cache un mécanisme simple : le clignement des yeux. Mais avant d'aborder en profondeur les sujets de sa fréquence et de l'avantage que l'on peut en tirer à une table de poker, il convient de revenir en préambule sur une thématique plus large : celle de la pertinence des tells à une table de poker.

 

Ce qui est de prime abord surprenant avec les tells, c'est qu'ils sont sur-estimés par les joueurs débutants et sous-estimés par les joueurs confirmés. Sans doute existe-t-il un juste milieu que chacun doit s'efforcer de trouver pour s'améliorer.

 

Les joueurs débutants, d'abord, donnent trop d'importance à l'observation de la gestuelle adverse au détriment de la technique. Sans doute parce qu'il semble plus facile de savoir si l'adversaire bluffe ou non lorsqu'il se touche le nez, plutôt que de connaître la liste des flops sans brelan. Quoiqu'il en soit, une bonne technique est primordiale. Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si les spécialistes de la lecture de la gestuelle (diplomates, psychiatres, agents de renseignement...) préfèrent offrir leur services en tant que consultant plutôt que de s'asseoir à une table de poker.

 

A contrario, les joueurs confirmés refusent parfois l'idée de tells. Il suffit pour s'en convaincre de constater l'aversion exprimée par le forum anglophone 2+2 envers l'étude du langage corporel. Aux yeux de beaucoup de joueurs, celle-ci correspondrait presque à une science obscure pratiquée par des vaudous ou des charlatans. Sans doute la proportion massive de joueurs online sur ce type de forum contribue-t-elle à grossir le trait.

 

Pourtant, le gratin du poker finit inévitablement par se retrouver tôt ou tard à une table live. Dans un simple souci de progression, chacun devrait donc s'intéresser à ce sujet.

 

Les bons joueurs live qui ont assisté à des conférences dédiées préfèrent d'ailleurs rester discrets. Même si la raison première est de ne pas divulguer une information qui pourrait nuire à leur edge, la nuisance de leur image entre aussi en jeu. Lorsqu'un joueur professionnel commence à s'attarder sur les tells, il lui est souvent reproché de ne pas être suffisamment bon pour battre ses adversaires sur le seul terrain technique. Sans doute, mais quand bien même : s'il parvient à améliorer son edge, où est le problème ? Aaaah, l'ego des joueurs de poker...

 

Enfin, rappelons que le poker est parfois considéré comme l'activité la plus violente que l'on puisse faire en position assise. Sa pratique provoque chez le joueur une série d'émotions que son corps traduit de facto. Ne pas y prêter attention, c'est tout simplement décliner un avantage et, indirectement, jeter de l'argent par les fenêtres (ou dans les mains de l'adversaire).

Restez focus !

Le poker live est parfois monotone. Pour tuer le temps, plusieurs alternatives s'offrent à vous : jeter un oeil au postérieur galbé de la serveuse, pianoter frénétiquement sur votre smartphone ou — et c'est l'option préconisée dans cet article — faire preuve d'observation et tâcher d'améliorer votre lecture de la gestuelle adverse.

I. Nictation : définitions et émotions

Non, il n'est pas question d'aborder ici le clin d’œil complice que vous adressez à la caissière lorsqu'elle vous demande si vous possédez la carte de fidélité. Le sujet, c'est plutôt la fonction involontaire qui permet à vos paupières de répartir le liquide lacrymal uniformément sur le globe oculaire, et ce avec l'objectif d'éviter sa déshydratation.

 

Selon les individus, la durée de cette nictation se situe entre 100 et 150 millisecondes. Cela semble certes assez rapide, mais la paupière ne pourrait courir le 100 mètres qu'en 5 minutes et 20 secondes. Pas de quoi fouetter un chat ni gagner une médaille, alors qu'elle s'entraîne pourtant tous les jours plusieurs fois par minute en parcourant plus de 700 mètres cumulés.

 

Si l'être humain tourne autour de 15 clignements par minute dans un état calme, il peut atteindre plus de 50 clignements par minute lorsqu'il éprouve un stress ou une excitation. De manière générale, lorsque l'individu est soumis à une émotion, sa fréquence de clignement augmente. C'est à partir de ce postulat qu'on va en tirer profit à une table de poker.

 

De plus, le clignement est moins fréquent (7,5 clignements par minute) lors de la lecture ou de la visualisation d'un écran. Dès lors, les yeux deviennent plus secs et douloureux. Voila l’explication des yeux explosés après une longue session de grind online.

 

Lors d'un clignement, l'activité cérébrale visuelle s'interrompt (voir ici). Ce mécanisme permet d'éviter des microcoupures dans votre champ de vision qui s'apparenteraient à un effet stroboscopique.

 

Au cours de sa vie, un individu cumulera plus de trois ans de "black out visuel". Quand on sait qu'on passe le même temps cumulé au petit coin, il ne nous en reste plus beaucoup pour grind les yeux ouverts. Bref, sur une session de cinq heures de poker, vous allez passer sans vous en rendre compte plus de onze minutes les yeux fermés.

 

Autre fait amusant : l'Homme aurait tendance à moduler ses clignements. Une étude a ainsi montré que lorsque l'on diffusait un film trois fois de suite devant une assemblée de spectateurs, chacun clignait au même moment lors des trois visualisations. Dans le même esprit, lorsque vous clignez des yeux dans une salle de cinéma, un tiers des autres spectateurs fait de même au même moment. Ce phénomène ne se produit en revanche pas avec la diffusion d'images d'aquarium, pour la bonne et simple raison que le clignement s'opère à des moments de faible intensité du film (plan long, porte qui se ferme...).

 

Des spécialistes s'appuient d'ailleurs sur ce même mécanisme pour détecter des mensonges : "Comme la vérité demande moins de ressources cognitives que le mensonge, lorsqu'une personne ment, elle a tendance à moins cligner des paupières que si elle dit la vérité. Par voie de compensation, une fois le mensonge réalisé elle se libère en clignant davantage".

 

Lorsque vous voyagez aux États-Unis, par exemple, on vous demande de remplir un formulaire de douane. Lors du passage devant le douanier, le papier en main, il vous repose la même question : "Avez-vous quelque chose à déclarer ?" Votre réponse lui importe peu, mais il guette une éventuelle augmentation de la fréquence de clignotement (AFC) juste après. Ici, une nictation frénétique ne pourrait se justifier que par de la peur ou une angoisse, mais en aucune façon par de l'excitation. Sauf s'il s'agit d'une douanière en porte-jarretelle qui fait des chip tricks.

 

Mais alors, si la seule fonction des clignements était la lubrification du globe oculaire, sa fréquence ne devrait-elle pas varier aussi selon le taux d'humidité de l'air ? Certes, on cligne plus souvent des yeux quand l'air est sec, mais quand il fait très humide (dans un sauna par exemple) on cligne exactement à la même fréquence qu'en temps normal. Il existerait donc une autre explication à ces clignements, mais laquelle?

 

Le clignement des paupières permet en réalité de "sauvegarder" l'information dans notre cerveau. Philippe Turchet, le fondateur de la synergologie, l'explique ainsi : "Les clignements de paupières de type psycho-cognitif sont des mouvements cérébraux actifs permettant de faire entrer l'information dans notre cerveau lorsqu'elle vient de l'extérieur, pour la conserver. Les clignements sont d'ailleurs toujours plus nombreux lorsque nous ne regardons pas notre interlocuteur mais l'écoutons (Observez une personne au téléphone, elle cligne davantage des paupières qu'en interaction physique)."

 

Une information qui ne nous paraît pas utile n'enclenchera pas ce processus. Si par exemple après un eye contact avec une jolie blonde que vous croisez dans le métro, elle n'entre pas cette info en clignant des paupières, alors vous valez autant à ses yeux que l'affiche proposant des cours d'anglais juste derrière.

 

Pour revenir au poker, un joueur qui va regarder ses cartes privatives puis détourner le regard sans cligner émettra un signal simple : l'information ne mérite pas d'intégrer son cerveau car ses cartes n'en valaient pas la peine. Attention cependant, car certains joueurs vont valider l'information quelles que soit les cartes. Ce qui importe n'est pas si clignement ou pas il y a, mais si ce clignement voit sa fréquence augmenter.

 

Ce qu'il faut retenir de cette première partie, c'est que la nictation (hormis sa fonction purement physique qui est d'hydrater votre œil) permet cognitivement parlant d'intégrer l'information extérieure en vous. C'est pourquoi une émotion forte provoquera un clignement plus fort, afin de morceler l'information et de permettre une meilleure "digestion".

À vos calepins !

On cligne des yeux pour intégrer l'information extérieure. On cligne d'avantage lorsque l'on est ému positivement (excitation) ou négativement (anxiété).

II. Utilisation au poker

Compte tenu des éléments que l'on vient d'évoquer, une question se pose : comment utiliser cette connaissance à une table de poker ?

 

Si notre adversaire se met à cligner des yeux plus fréquemment à un instant T, il peut avoir un jeu énorme qui suscite son excitation, mais aussi être en bluff avec un état de stress négatif. Aucun enseignement ne peut donc être tiré, si ce n'est que les mains intermédiaires peuvent a priori être exclues et que la situation s'apparente à un "way ahead, way behind".

 

Souvent, les clignements des yeux sont présentés sur la Toile comme un tell de bluff. Mais avec les nuts floppés, vos paupières vont également se mettre à s'agiter. Comment faire la différence ? Grâce au contexte, tout simplement.

Preflop

Un joueur regarde les cartes privatives que le croupier vient de lui distribuer. Il se met instantanément à cligner davantage. Sa main est-elle faible ou forte ?

 

L'hypothèse du stress lié à une main faible peut ici être écartée. Le joueur en question n'a encore rien investi, si ce n'est peut-être sa grosse blinde.

 

En revanche, une main forte ou intéressante va déclencher une AFC. Il est important de préciser "main intéressante" car certains joueurs réagissent de la même manière en découvrant une paire d'as ou leur main fétiche, qui elle n'est pas nécessairement une bonne main. Il arrive aussi que des joueurs n'éprouvent aucune excitation avec une premium. Ils ne se rendent donc coupables d'aucun indice physique.

 

Mais lorsqu'un joueur se met à cligner frénétiquement à la vue de ses cartes, il s'agit bien souvent d'une bonne main. Il vous revient ensuite de définir le seuil adverse : pour certains ATs, pour d'autres uniquement KK+... et même aucune main pour une poignée de joueurs. Nous avons tous un degré d'excitation différent, parfois lié à notre expérience.

 

Enfin, il existe un cas où une AFC adverse préflop n'est pas synonyme de premium : lorsque l'adversaire sait qu'il va devoir engager son tapis avec n'importe quelle carte du fait de la faiblesse de son stack. Si vous devez push any two card, ne regardez donc pas vos cartes. Ou du moins attendez votre tour pour les découvrir.

Postflop

L'adversaire réalise une mise importante sur le turn. Vous vous apprêtez à call ou à raise en prenant les jetons dans votre main. À cet instant précis, vous notez une AFC. Ici cette soudaine hausse peut être liée au stress engendré par son bluff, mais aussi à l'excitation d'un gros pot avec les nuts en main. Il faut donc calibrer votre jugement avec les informations récoltées sur les streets précédentes. Si par exemple vous n'avez pas remarqué d'AFC lors du dévoilement du flop et du turn, alors votre adversaire est souvent en bluff.

 

Un autre cas peut être cité : celui de l'adversaire qui détient KK et se laisse aller à une AFC sur un flop A high. En effet, l'apparition d'une carte non désirée peut engendrer une situation de stress et enclencher une AFC. Mais à l'exception de cet exemple, toutes les AFC lors du dévoilement d'une nouvelle street sont des tells de force.

 

Enfin, en ce qui concerne les AFC signifiant un stress chez l'adversaire, il est important de noter que ce sont toutes les AFC déclenchées soit par sa mise/relance, soit par votre mise/relance. Mais ne vous attendez pas à voir une AFC lorsque l'adversaire continuation bet. Il faut au contraire qu'il soit vraiment dans une situation désagréable et qu'il ait beaucoup à perdre.

Comment faire une bonne observation adverse ?

L'observation d'un joueur nécessite énormément de temps et de ressources cognitives. Si vous êtes assis à une table de 9 joueurs et que vous souhaitez tous les "sniper", alors vous passerez votre temps à les observer sans prêter attention à la dynamique de la partie. Or celle-ci demeure un élément bien plus important pour affiner vos jugements.

 

Il convient donc de se focaliser sur un joueur ou deux, de préférence ceux que vous considérez comme les plus forts ou avec lesquels vous avez l'assurance de joueur longtemps. Consacrer une heure à l'observation d'un touriste cavé à 30BB et qui ne joue que les as n'a foncièrement pas beaucoup d'intérêt.

Étalonner une fréquence de clignement

Il est d'abord important d'étalonner la fréquence de clignement des yeux de l'adversaire dans plusieurs situations : en dehors des coups, dans un coup sans importance, dans un coup important... À la vue des cartes, tous les joueurs ne sont pas affectés émotionnellement de la même manière. La plupart réagiront différemment. Le travail en amont peut donc sembler fastidieux, mais une fois les AFC d'un joueur bien cernées, c'est un vrai régal !

 

De manière générale, faute de temps ou de motivation, contentez vous de compter le nombre de clignements en l'espace d'une dizaine de secondes. Cette recommandation est d'autant plus pertinente qu'une AFC dure elle-même rarement plus de dix secondes. Si la nictation est supérieure à cinq clignements, alors il s'agit très souvent d'une AFC.

 

Mais sans davantage d'information sur le joueur en question, des erreurs sont possibles. Il est donc essentiel de bien calibrer votre jugement en fonction de l'adversaire. J'ai bien dit ES-SEN-TIEL !

Estimer le seuil de déclenchement d'une AFC

Il va ensuite vous falloir estimer le seuil d'excitation et d'angoisse adverse. Maintenant que l'on sait reconnaître une AFC quand elle se présente, il va falloir savoir ce qu'elle représente.

 

Quand on note une AFC adverse au flop, ça signifie quoi ? Que l'adversaire a touché une paire ? Une quinte ? Quand l'adversaire relance et que vous notez une AFC chez lui au moment où vous prenez les jetons, est-ce que cela signifie qu'il est en bluff ? Ou ne veut-il tout simplement pas que vous relanciez ? Tous ces éléments doivent trouver une réponse au fil de la partie.

Attention !

La nictation est très différente d'un joueur à un autre. Elle peut également dépendre de facteurs extérieurs : le port de lentilles de contact, la fatigue, l’éclairage, la ventilation, un appel de l'épouse... C'est pourquoi il est important de bien cerner l'environnement dans lequel l'adversaire évolue pour agir plus efficacement.

III. Illustration en vidéo avec Kara Scott

[html]

 

La partie se déroule en 4 handed. Kara ouvre au cut-off avec 67o et Christer Johansson 3-bet au bouton avec QQ.

 

Les deux blinds se couchent et la parole revient à Kara qui, sur les 13 secondes où elle prend sa décision, cligne 12 fois des yeux. Soit 55 nictations par minute.

 

Si son AFC était liée à une premium, la fréquence ne serait pas aussi élevée une minute après qu'elle ait vu ses cartes privatives. L'AFC finit par s'estomper. Ici, elle est simplement confrontée au 3-bet de Christer qui lui pose problème. Elle décide toute de même de payer. On peut légitimement enlever les premiums de sa range.

 

Sur le flop 485r, Kara détient les nuts. Sur les 11 secondes suivant l'apparition du board, elle cligne 11 fois des yeux, soit une nictation par seconde. Un chiffre quatre fois supérieur à la normale. Ici, il n'y a pas eu de mise avant avant ce phénomène et seule la vue du flop peut justifier son AFC.

 

Un observateur averti aurait deviné qu'elle avait touché le flop, même si cela n'aurait pas nécessairement conduit à coucher les QQ. Reste que le tapis instantané de Christer aurait sans doute mérité un temps de réflexion plus long.

À l'attention des anglophones

Le site Fundoopoker propose d'autres vidéos analysées dans le domaine de la nictation.

IV. Pour aller plus loin

Quitte à observer les yeux de vos adversaires pour tenter de déceler une AFC, autant vous donner brièvement deux autres pistes de réflexion sur le sujet. En effet, les yeux se montrent plutôt fiables en matière de tells.

Le refus de voir

Facepalm
Le facepalm, dernier rempart contre la connerie.

Le fait de détourner ou masquer le regard pour empêcher une information (visuelle ou auditive) de nous parvenir est un mécanisme de défense ancré dans nos gènes. Dans le ventre de leur mère, les bébés ferment par exemple les yeux lorsqu'ils entendent un bruit strident.

 

Ce refus de voir est d'autant plus fiable lorsqu'il se produit immédiatement après une action à table, que ce soit avec l'apparition d'une nouvelle carte sur le board ou une relance de la part d'un joueur.

La contraction / dilatation des pupilles

Dilatation des pupilles
"T'es qui toi ?" vs "On monte chez moi ?"

La contraction (myosis) et la dilatation (mydriase) de la pupille s'effectuent pour réguler l'intensité de la lumière entrant dans l’œil. De plus, et c'est ce qui nous intéresse, nos pupilles se dilatent lorsque quelque chose nous plaît et se contractent dans le cas contraire.

 

À noter que la dilatation des pupilles est plus aisément repérable chez les joueurs ayant des yeux clairs.

Conclusion

La nictation au poker est un outil précieux qui demande un certain temps d'adaptation mais qui s'avère par la suite très utile.

 

Lorsqu'on repère une augmentation de la fréquence de clignement des paupières par rapport à un taux normal (de l'individu ou basé sur une moyenne), il faut se mettre à la place de l'adversaire et se demander pourquoi il est épris d'une émotion forte à cet instant précis. Est-ce de l'angoisse ou de l'excitation ? Pour répondre à cette question, le contexte d'apparition de l'AFC a naturellement une grande importance.

 

La nictation au poker est donc loin d'être une recette à appliquer bêtement. En dehors des quelques cas soulignés dans cet article, la pertinence de vos reads passera par la pratique avant tout.

Le mot de la fin

Passez vos flips et n'oubliez pas d'hydrater (au liquide lacrymal seulement) vos petites mirettes. On n'en a que deux !

Sommaire des articles : Les tells au poker (indices comportementaux)

Sourire : la dualité

Sourire forcé et sincère 520

Le sourire d'un homme a deux visages : soit il est franc, sincère, soit il est créé, fabriqué, factice. À une table de poker, cela se traduirai de manière binaire par : un sourire de main imbattable et un sourire de bluff. Cela est caricatural, mais Pyker détaille ses deux types deux sourires : comment les distinguer, comment le fabriquer, qu'en déduire... Après la lecture, vous pourrez rivaliser avec Dr Call Lightman, de Lie to me. Ou presque.

La nictation au poker

La nictation, par Dudley

Les yeux laissent entrevoir de nombreux tells. C'est d'ailleurs l'une des raisons pour lesquelles certains joueurs se sentent plus à l'aise derrière des lunettes de soleil. Le clignement des yeux, également appelé nictation, constitue l'un de ces tells. À travers sa fréquence, vous pourrez obtenir des indices sur la main de votre adversaire. Comment ? Suivez le guide : Pyker vous explique tout.

Dans la même rubrique
Dernières news Poker et psychologie
jeudi 16 mars 2017 à 14:07
Télex

Vous habitez la Loire-Atlantique ? Le CHU de Nantes mène actuellement une étude sur les compétences cognitives des joueurs de poker. Les volontaires seront conviés à l'Hôpital Saint-Jacques pour une visite de 2h30 environ. Vous n'êtes pas sûr de correspondre aux critères recherchés ? Venez donc vérifier ça sur le forum !

vendredi 24 juin 2016 à 12:33
Psychologie : une nouvelle recherche sur les jeux de hasard et d'argent

La réputation de Servane Barrault n'est plus à faire sur Club Poker ! Docteur en psychologie clinique et psychopathologie, et vraie passionnée de poker à ses heures perdues, la jeune femme a notamment signé la plupart des articles de notre rubrique Attention, jeu dangereux !. Alors si vous avez quelques minutes devant vous, le moment est venu de lui renvoyer l'ascenseur !

mercredi 3 février 2016 à 11:13
Télex

D'un naturel curieux, Pad a l'intention de théoriser autour de la notion de bluff. Pour y parvenir, il vous propose un petit jeu très simple à l'aide d'un dé, lequel lui permettra in fine de dresser un parallèle avec le poker dans le cadre d'une vidéo. Chers amis, vos contributions sont les bienvenues !

Inscription Club Poker
Tournois gratuits et prix ajoutés

Le Club Poker organise des freerolls avec bonus et des tournois spéciaux avec ajouts de prix.
Pour en bénéficier gratuitement, inscrivez-vous sur nos sites de poker partenaires :

Prochains Tournois Club Poker
Venez jouer des tournois à l'ambiance détendue, avec la communauté Club Poker :
6-MAX
$2.20

mercredi 27 septembre 2017 à 19:04 - $125 ajoutés
6-MAX
$2.20

mercredi 4 octobre 2017 à 19:04 - $125 ajoutés
6-MAX
$2.20

mercredi 11 octobre 2017 à 19:04 - $125 ajoutés
6-MAX
$2.20

mercredi 18 octobre 2017 à 19:04 - $125 ajoutés
6-MAX
$2.20

mercredi 25 octobre 2017 à 19:04 - $125 ajoutés
278 points
2.
209 points
3.
173 points
4.
157 points
5.
156 points
Tournois États-Unis
50 $
sam. 23 sept. 2017 - 11:15
100 $
sam. 23 sept. 2017 - 12:15
5 000 $ garantis
60 $
sam. 23 sept. 2017 - 10:00
60 $
sam. 23 sept. 2017 - 10:00
500 $ garantis
Le chat joue au poker en ligne. Sisi.
Nouveau au poker ? Voici toutes les infos et réponses pratiques pour bien débuter et comprendre le poker en ligne.

Des tests complets et les bonus des poker rooms pour mieux choisir votre préférée.

Nos tournois, pour jouer entre nous, avec des prix et des cadeaux ajoutés chaque semaine.

Trouvez des infos pratiques et discutez sur le poker en ligne.

Pour les joueurs confirmés, apprenez à analyser vos mains au poker.