lundi 6 novembre 2017 à 13:43
EXCLU

En 2006, Jamie Gold remportait le Main Event des World Series Of Poker et mettait la main sur un magot de douze millions de dollars. Mais d'emblée, son style de jeu et son attitude à la table en faisaient un champion controversé. Onze ans après les faits, Gaëlle revient avec lui sur la façon dont il a vécu la situation, mais aussi sur son parcours loin des tables et ses nouveaux projets.

Jamie Gold
(crédit : Poker Central)

Salut Jamie et merci d'avoir accepté de répondre à cette interview sur Club Poker. Tu as été très présent cet été sur les tables de cash game du Rio. Qu'est-ce qui a motivé ce retour à l'occasion des WSOP ? Cette atmosphère te manque ?

J'essaie de prendre un peu de temps chaque été pour venir jouer quelques events à Vegas. J'adore ça ! C'est toujours très excitant de revenir ici. Il y a une atmosphère très intense. Quant aux tables de cash game, elles sont plutôt fun. J'ai de vieux amis que je ne vois qu'une fois par an à Vegas. Ils viennent jouer un peu également et c'est l'occasion de passer un bon moment. Chaque année je me débrouille pour pouvoir venir jouer un peu.

 

En revanche tu n'as joué que peu de tournois. Pourquoi ?

Je joue entre cinq et dix tournois par an. Et encore, quand j'ai vraiment le temps ! Ces dernières années, ça a même été moins que ça. J'ai été très absorbé par mon travail et mes contributions à des œuvres caritatives.

 

À quoi ressemble ta vie de tous les jours ? Travailles-tu toujours comme producteur TV ?

Comme je le disais, j'accorde une bonne partie de mon temps à des activités caritatives. C'est quelque chose qui est très important pour moi. Pour le reste, mon activité de conseiller et d'investisseur dans des sociétés me prend aussi un peu de temps. Je me focalise actuellement sur une nouvelle entreprise média dont je suis partenaire. Nous produisons des émissions télé, de l'animation, des jeux vidéo... Nous travaillons sur la réalité virtuelle et la réalité augmentée.

 

Après ta victoire en 2006, tu avais aussi lancé un projet de casino à Palm Beach. Qu'en est-il aujourd'hui ?

J'ai été partie prenante du lancement du site et j'ai donné mon nom à une salle de poker. C'était un beau projet et le casino marchait bien, mais la compagnie a malheureusement dû fermer au bout de deux ans suite à des incidents techniques. C'est une expérience qui m'a beaucoup plu et dont j'ai tiré de nombreux enseignements.

 

Tu avais entamé un come-back sur le circuit entre 2015 et 2016, avec notamment une jolie 5e place sur un tournoi du WSOP Circuit. Dans une interview, tu avais alors annoncé que tu t'entraînais beaucoup auprès de jeunes pros et que tu étais de retour pour de bon. Pourtant, tu as repris tes distances avec le circuit peu après. Pourquoi ?

J'adore ce jeu et j'aimerais vraiment avoir plus de temps à lui consacrer. Je suis plutôt chanceux, car généralement quand j'en ai l'occasion mes résultats sont plutôt bons. Néanmoins, ma priorité va aux organisations et entreprises avec lesquelles je me suis engagé.

Mais une des choses qui me plait le plus avec le poker, c'est que ce sera toujours là quand j'aurai du temps libre. On peut y jouer n'importe quand, et j'ai la ferme intention de disputer à nouveau des tournois à l'avenir. J'aime l'idée de pouvoir associer poker et vacances sur tout un tas de destinations. Je suis d'ailleurs vraiment flatté de continuer à recevoir des propositions pour participer à des shows TV et des tournois. On dirait bien que les organisateurs ont toujours besoin d'un joueur drôle et qui apporte de l'action !

 

En 2006 tu étais littéralement imbattable. Tu avais l'air au paroxysme de ta confiance et les dieux du poker étaient clairement de ton coté. Quand on vit quelque chose d'aussi fort, n'est-ce pas difficile de rejouer normalement ensuite ? Es-tu d'une certaine manière nostalgique ?

J'ai vraiment été très chanceux, c'est vrai. Je ne me consacrais qu'au poker à l'époque, et j'avais travaillé dur pour atteindre mon meilleur niveau. Je n'avais qu'un objectif, et ma grande chance a été de l'atteindre dès ma première participation au Main Event. Quelques années plus tard, j'aime toujours autant jouer. Ce qui a changé, c'est qu'il y a désormais beaucoup d'autres choses qui m'intéressent et me rapportent de l'argent.

 

À l'époque, tu avais déclaré que les douze millions de dollars ne te changeraient pas et que tu souhaitais rester philanthrope. As-tu atteint cet objectif ? Quelles sont les principales causes que tu as soutenues ?

J'ai passé les dix dernières années de ma vie à la philanthropie. Je suis très fier de pouvoir dire aujourd'hui que j'en suis à la moitié de mon objectif, à savoir contribuer à soulever des fonds à hauteur d'un milliard de dollars. J'en suis à environ 490 millions aujourd'hui. J'ai présenté plein d'événements caritatifs, j'ai travaillé avec plus de 280 personnalités... Ce faisant, je me suis toujours efforcé d'impliquer des gens célèbres pour toucher un maximum de gens et éveiller les consciences. Ces personnalités sont généralement très enthousiastes et disponibles. Elles ont un impact important sur nos résultats.

 

Tu as été un champion du monde assez controversé, surtout pour ta forte personnalité et ton attitude excentrique durant le tournoi. Comprends-tu les critiques qui t'ont été adressées ? Comment gère-t-on le fait de se retrouver d'un seul coup au centre de l'attention dans un milieu aussi dur que celui du poker ?

Je comprends que de nombreuses personnes ont pu se faire une mauvaise image de moi. Les gens se sont basés sur de mauvaises informations à l'époque. Ces éléments, j'aurais dû les gérer différemment et mieux.

 

Tu as des regrets sur des choses que tu as dites ou faites à cette époque ?

Oui, même si j'ai souvent été mal cité ou que mes propos ont été sortis de leur contexte. Après ma victoire, j'ai eu d'autres problèmes. Je ne regrette pas par exemple d'avoir consacré du temps à mon père qui mourrait d'une terrible maladie, au lieu de me préoccuper de la façon plus que déplorable dont les gens et certains médias me traitaient. Je n'ai pris de l'argent à personne pour disputer le Main Event. Je me suis comporté de façon honorable, comme je le fais toujours. Simplement, je n'ai pas pris le temps de répondre à des interviews et d'aller dans des émissions afin de me défendre contre ceux qui voulaient tirer avantage de ma victoire. M'occuper de mon père était ma priorité.

Jamie Gold victoire 2006

Que penses-tu des nouvelles générations de joueurs, qui au contraire de toi se montrent souvent impassibles à la table ? Penses-tu revenir un jour te mesurer à eux ?

Ils sont tellement en avance par rapport à notre époque. Ils m'impressionnent beaucoup. Il est forcément moins amusant de jouer face à eux qu'en compagnie de joueurs extravertis, mais ils restent de loin de meilleurs joueurs. Quant à moi, je souhaite réellement revenir sur le circuit. C'est juste que je n'en ai pas le temps pour le moment.

 

Tu as connu des problèmes juridiques il y a quelques temps, principalement en raison de la fiscalité sur les gains en cash game. Tu as d'ailleurs dû vendre ton bracelet WSOP, décision qui a beaucoup fait parler. Joe Hachem en particulier s'était montré très dur à ton égard...

J'ai joué dans de grosses parties privées pendant des années, et je payais des impôts sur mes gains. Mais il y a eu un litige car mes pertes n'étaient pas réellement définies et prises en comptes. Mes comptes ont alors été bloqués jusqu'à ce qu'on trouve un accord. Suite à une saisie de biens, mon bracelet a malheureusement été mis en vente sans que je puisse donner mon accord. Sinon je ne l'aurais évidemment jamais vendu.

 

Même si tu as toujours déclaré que l'argent ne changerait pas ta vie, gagner douze millions de dollars (sans parler de la médiatisation qui s'ensuit) est un événement qui bouleverse une vie. Est-ce que cet événement a changé quelque chose dans ta vision de la vie ?

C'est surtout dans la façon dont les gens me traitent que je vois le changement. Là il y a une différence. C'est à la fois positif et négatif, mais je trouve que le positif l'emporte toujours au final. J'ai toujours eu une vie très riche et heureuse, et j'ai été chanceux de pouvoir accomplir et découvrir beaucoup de choses. J'ai toujours reçu beaucoup d'amour et de gentillesse. J'en suis reconnaissant.

 

Est-ce qu'aujourd'hui encore des gens te reconnaissent ? Penses-tu avoir une responsabilité auprès d'eux en tant que champion WSOP ?

Oui, étonnamment ça ne s'est jamais arrêté. Des gens me reconnaissent encore tous les jours. C'est toujours quelque chose de sympathique et positif. Je suis content de pouvoir discuter un peu avec eux. J'adore ça et j'essaie de leur donner la même énergie en retour. Je fais de mon mieux pour honorer cette immense chance qui a été la mienne.

 

À tes yeux, quels champions WSOP sont de bons ambassadeurs ?

Pour la plupart, ils sont très généreux et ont des personnalités intéressantes. Je ne préfère pas désigner nommément les quelque-uns qui ne le sont pas, mais le public est assez intelligent pour le découvrir lui-même.

 

Quels sont les projets sur lesquels tu travailles aujourd'hui ?

Nous sommes actuellement en cours de production de douze films, deux shows TV, six jeux vidéo, d'autres jeux pour smartphones... Ce sont des projets très excitants. Je supervise quatre sociétés en ce moment. Je prends toujours autant de plaisir à rechercher de nouveaux projets stratégiques dans lesquels investir.

 

Merci encore Jamie et bonne chance pour tes nouveaux projets !

Vos commentaires sur cette news dans le forum :
Jamie Gold : interview d'un champion clivant
Cette news a suscité 1 commentaire :
News

En 2006, Jamie Gold remportait le Main Event des World Series Of Poker et mettait la main sur un magot de douze millions de dollars. Mais d'emblée, son style de jeu et son attitude à la table en faisaient un champion controversé. Onze ans après les faits, Gaëlle revient avec lui sur la façon dont il a vécu la situation, mais aussi sur son parcours loin des tables et ses nouveaux projets.

[...] Lire la suite…




(crédit : Poker Central)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Lire le commentaire sur le forum
Les news à la Une
mardi 20 février 2018 à 9:33
partypoker Millions Germany : le dernier titre pour Dominik Nitsche

Marqué par les coups d'éclat de têtes d'affiche comme Patrik Antonius ou Viktor Blom, le partypoker Millions Germany conclut sa séquence revival avec une belle seconde place pour Marcel Lüske. Le Néerlandais n'a quitté la scène du 10 300 € High Roller que sous les coups de boutoir d'un autre joueur de talent : Dominik Nitsche.

lundi 19 février 2018 à 10:46
Télex

Pour la deuxième semaine consécutive, Guillaume Diaz se prête au jeu de la session de tournois commentée en direct. Le volatile du Team Winamax vous attend dès 20h pour une soirée riche en analyses, en quiz et en anecdotes. Avec en prime la possibilité de briller lors d'un tournoi privé ou de gagner quelques tickets.

mercredi 14 février 2018 à 11:45
WPT Fallsview Poker Classic : un titre et une polémique pour Mike Leah

Ces quatre dernières années, Mike Leah avait remporté à trois reprises le side event à 1 100 $ du WPT Fallsview Poker Classic. Éliminé de son tournoi favori, le Canadien s'est cette année consolé dans la foulée avec la victoire du Main Event et son premier titre sur le World Poker Tour. Les circonstances du duel final ont toutefois beaucoup fait réagir outre-Atlantique.

Tournois gratuits et prix ajoutés

Le Club Poker organise des freerolls avec bonus et des tournois spéciaux avec ajouts de prix.
Pour en bénéficier gratuitement, inscrivez-vous sur nos sites de poker partenaires :

Tournois Club Poker
Aucun Tournoi de poker en ligne n'est actuellement prévu.